Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Conclusion. L’avenir en débat

Texte intégral

1Le patrimoine est un bien transmis. Il n’est pas figé. Il peut être restauré, préservé, laissé à l’abandon, dilapidé ou même sciemment détruit. Son usage est circonstanciel, sa valeur peut être non seulement marchande, mais aussi affective, symbolique, identitaire, significative de bien d’autres dimensions encore. Il en est ainsi du centre de Quito auquel les Equatoriens attribuent, selon chacun, toute cette gamme de valeurs. Chargé de l’histoire discrète que portent les maisons, les rues et les places publiques, ce patrimoine est un témoin digne d’attention et de respect. Son poids transcende les droits restrictifs qui peuvent être source d’intérêts légitimes mais contradictoires, voire conflictuels, entre les propriétaires de jure et les usufruitiers de facto, car la collectivité n’a pas de comportements figés et monoblocs. Entre les pratiques et les discours, les actes et les lois, il est soumis à des options de traitement et d’usage qui mettent en cause son devenir. Bien que classé par l’Unesco, le Centre Historique est d’abord l’affaire des Quiténiens qui éprouvent à son endroit un sentiment d’appartenance, mais aussi de possession. L’appartenance impose sa prise en compte au nom de l’axiome « le Centre est un patrimoine ». Sa reconnaissance mondiale obtient l’adhésion d’une très forte majorité des habitants de la capitale équatorienne. Au moins 75 %, quel que soit le quartier où ils demeurent, approuvent le principe de sa conservation. Mais à partir de cette option un gigantesque malentendu se développe dont l’expression transparaît autant dans les pratiques que dans les propos.

2Il y a essentiellement d’un côté ceux, très nombreux, qui n’ont aucune conscience structurée de ce qu’il faudrait entreprendre pour que ce patrimoine soit entretenu. Ils n’ont pas de projet à défendre. Mais ce sont aussi la plupart de ceux qui vivent dans le Centre ou du Centre. Ce patrimoine est leur environnement spatial, social, politique (sens premier du mot). La conduite de leur vie, profondément liée à la réalité présente de leur espace géographique rapproché, est leur argument non formulé mais évident. C’est aussi leur moyen d’action et de pression, ciblé sur leur activité qui court et non sur la conservation d’un Centre sacralisé, objet de culte et d’exaltation. Leurs actes en usent et parfois abusent. Ils ont la possession sociale de son usage, mais ils ne s’estiment en charge que de sa vie, non de sa maintenance.

3De l’autre côté se retrouve le petit nombre de ceux qui ont une conscience structurée de ce qu’il conviendrait d’entreprendre. Au nom de la collectivité, ils déterminent le devenir du Centre Historique. Ils ont le pouvoir de proposer le droit et d’être entendus du législateur. Cependant, leurs moyens d’action, limités, ne se fondent pas sur le courant de la quotidienneté laborieuse et résidentielle, mais sur leur capacité à susciter des crédits pour que la conservation du capital patrimonial soit entreprise. Seuls quelques-uns d’entre eux sont, comme les précédents, attachés au Centre par leurs activités quotidiennes. Ils privilégient néanmoins la réflexion plutôt que leurs actes et recherchent un syncrétisme qui ne soit pas une acculturation captatrice, mais un accord harmonieux entre le maintien de la vie urbaine ordinaire et la maintenance de la dimension historique testimoniale. Les autres sont moins soucieux de son actuel fonctionnement que de la réalisation de leurs présupposés analytiques.

  • 1 Du latin habere : avoir. Pierre Bourdieu, abordant les us dans La Distinction, critique sociale du (...)

4Un troisième groupe de Quiténiens fait montre vis-à-vis du Centre Historique d’une véritable indifférence, quand ce n’est pas d’une hostilité déclarée. L’indifférence vient surtout de ceux pour qui le Centre est une sorte d’abstraction, bien qu’ils vivent à demeure à Quito. Leur ignorance est grande, car cette partie de la ville leur est pratiquement inconnue. L’hostilité plus ou moins affichée provient de ceux qui considèrent que l’entretien du Centre est un luxe inutile pour un espace urbain dont le fonctionnement est obsolète. Mais, outre qu’ils n’ont jamais eu, depuis le début du siècle, les moyens de leur option, ils ne peuvent plus désormais se prendre pour les propriétaires dominants de cet ensemble urbain parce qu’eux ou leurs parents l’ont abandonné s’ils sont Quiténiens d’origine ; parce qu’ils n’ont jamais rien eu à voir avec cette partie de la ville, s’ils sont originaires d’autres lieux. La démocratisation de la société équatorienne a permis aux habitants du Centre, quels qu’ils soient, d’espérer acquérir le pouvoir de choisir qui va gérer leur avoir, c’est-à-dire leur habitat, leurs habitudes et leur habitus1.

5Finalement, ceux qui se trouvent investis de la charge de conserver le Centre Historique ne savent trop comment agir. Leur logique se fonde sur une manière, archaïque désormais, de concevoir la conservation d’un patrimoine qui n’est pas, comme la plupart du temps, un paysage, un objet ou un monument, mais un espace social très densément occupé et dont l’usage est fortement approprié. Il y a en ce patrimoine une virulence vitale qui dépasse la préhension, la compréhension, la compétence de chacun. C’est, en ce genre de mission, une donne nouvelle très malaisée à maîtriser. Lorsqu’il y a vingt ans le Centre fut inscrit à l’inventaire du patrimoine mondial, la considération des activités humaines et des problèmes spécifiques liés à l’ancienneté de la trame urbaine et du bâti n’entrait pas dans les projets de mise en valeur des zones historiques. Il n’en fut rien dit à l’époque. Vingt ans après, les habitants du Centre continuent à vivre dans la quotidienneté qui pour eux prime sur l’histoire, et les ambitions des conservateurs en titre ainsi que la notion de patrimoine qu’ils défendent ont subi des dérives significatives. Celles-ci traduisent l’importance des enjeux de pouvoir qui les accompagnent. Elles méritent une attention très particulière.

6Des conférences et débats sur le Centre Historique et son devenir sont quelquefois organisés à Quito. Nous avons assisté très attentivement à celle et à celui du mardi 14 mai 1996, où il fut question du « Centre Historique : une ville dans la ville ». Le rôle de modérateur était tenu par l’architecte Alfonso Ortiz Crespo, directeur du patrimoine culturel du district métropolitain de Quito. Quatre conférenciers exprimèrent leur point de vue ou celui de l’institution qu’ils représentaient : l’ambassadeur Filoteo Samaniego, alors directeur de l’Institut national du patrimoine culturel ; le professeur d’université Rafaël Quintero, alors conseiller municipal et président de la Commission des aires historiques définies par la municipalité ; l’économiste Germanico Salgado, directeur général de la fondation Caspicara ; l’architecte Francisco Naranjo, directeur de la Coopération et de l’Assistance technique, professeur à la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université centrale de Quito.

7Par une présentation didactique, et donc formelle, sont mis ici en parallèle les discours de chacun de ces intervenants et les commentaires fondés sur ce qu’on a recueilli auprès des gens rencontrés lors des enquêtes et interviews. Ceci permettra de mettre en évidence les divergences exprimées sur le Centre Historique et sa « place » dans la capitale, ainsi que de nourrir une sorte de réflexion en conclusion de cette étude.

De la modernité du Centre et de son devenir : un discours ou une question urbaine ?

8Alfonso Ortiz Crespo introduit la rencontre en en ciblant l’objet. Jusqu’en 1970, sans qu’on y observe de changements significatifs, le Centre a été encerclé par des quartiers pauvres. La demande de logements, précédemment soutenue, a fait place à un abandon de ceux-ci qui va de pair avec un besoin accru de locaux commerciaux et administratifs. En même temps que la classe aisée de la population du Centre se déplaçait vers le nord, les commerces et les activités qu’elle gérait se délocalisaient, si bien que la relève fut assurée par de nouveaux commerçants qui ne songèrent qu’à s’enrichir.

  • 2 En réalité, ces vendeurs de rue ne sont guère ambulants. La plupart ne sont ni des colporteurs ni d (...)

« Ils se conduisent comme des conquistadores, tirent parti des lieux sans vraiment les entretenir, encore moins les rénover. On peut craindre que, comme lors de la Conquête, ils n’en partent qu’après en avoir tiré le maximum, laissant derrière eux un Centre dont les ressources auront été épuisées. En témoigne une utilisation sans règle de l’espace public par des vendeurs ambulants2, des boutiques aux étals envahissants, le transit de la circulation motorisée, celle des bus notamment. »

9On rappelle en passant que déjà un discours analogue, mutatis mutandis, était publié au début du siècle par le Comercio : les marchands ambulants se déplaçaient alors beaucoup par les rues il est vrai, étals encombrant la chaussée, fiacres et automobiles envahissants. Après des années d’indifférence marquée, quoique relative de la part de la municipalité, les trois derniers maires ont promu et suivi une politique active et nouvelle de restauration du Centre Historique.

10Quoique le ton et le propos du modérateur aient été mesurés, ceci n’est vrai que pour le centre-Centre et pour les quatorze îlots dans la mouvance du marché du Tejar, mieux connu comme marché des Ipiales. Qui a parcouru et étudié le Centre Historique comme nous l’avons fait ne peut être que plus nuancé dans l’affirmation de la diminution des logements qu’on y observerait. Partout ailleurs, des ensembles ont été construits, de très nombreux autres, plus anciens, se sont divisés et subdivisés pour abriter une population sédentaire atteignant de très fortes densités compte tenu du peu de hauteur des maisons, comme déjà cela se lisait en 1982 sur la carte « Densités des populations », publié dans l’AIQ.

11Mais revenons aux conférenciers et à leurs propos, qui prirent par moments la forme d’un discours ou d’un plaidoyer tant ils y mirent, plus que de la science, de la conviction. On en a transcrit l’essentiel avant d’en faire l’exégèse en en comparant la quintessence avec ce qui a été abondamment exposé précédemment.

12Pour Filoteo Samaniego, nul doute à avoir, le Centre Historique est bien « une ville dans la ville ». Il se confond avec le « centre colonial » qui doit être conservé et entretenu, afin d’éviter que la perte d’un patrimoine architectural et d’un lieu qui est en lui-même la mémoire de la ville soit le prix de la modernité. Le détruire serait avoir un comportement proche de celui de la Conquista dont on sait le peu de cas qu’elle fit de la dimension culturelle des peuples qui l’avaient précédée sur ces terres.

« Les Quiténiens s’enorgueillissent de l’inscription de leur centre historique au patrimoine de l’humanité et d’avoir une ville si importante. Néanmoins, les témoins porteurs de la mémoire patrimoniale ont souffert des modes véhiculées par les discours sur la modernité et des tremblements de terre qui s’ajoutent à la perte des témoignages préincaïques et incaïques qui furent dévastés. »

« Les calamités naturelles et l’action humaine ont fortement altéré les rues, les édifices, etc. de la ville ancienne. Aujourd’hui, il faut penser à maintenir ce qui subsiste des témoignages du passé. […] Il faut aussi préserver le cadre du Quito métropolitain, en privilégiant le Centre Historique et les villages aux environs de la ville : Sangolqui, Guapúlo, Pomasqui. »

13Lui succédant, Rafaël Quintero s’attarde sur la politique formelle et institutionnelle progressivement mise en place. « La politique de conservation du Centre progresse lentement. Un dialogue s’instaure avec un public de professionnels et de commerçants. […] Il y a beaucoup de transparence dans les échanges. »

14Il insiste sur la spiritualité du peuple de Quito, demande que l’on réfléchisse sur la « quiténéité » et s’interroge : « Faut-il commémorer le 6 décembre, jour de la conquête de Quito par Benalcázar, ou bien le 1er décembre, jour de la résistance indigène de Ruminahui ? » Pour affirmer ensuite : « On a évacué les peuples antérieurs qui furent protagonistes des premiers conquistadores. Il faut restaurer leurs droits. »

15Par ce détour, le conférencier veut rappeler que la mémoire du lieu est plus ancienne que les monuments qui s’y dressent, sans qu’à travers son exposé on puisse entendre de quelle manière le Centre Historique en témoigne. Puis il élargit le champ de la rencontre :

« Le Centre n’est pas une ville dans la ville, mais un multicentre dans Quito. En effet, l’homme doit être considéré dans son cadre de vie. et la protection monumentale s’accompagner de celle de l’environnement. Le concept de régionalité de Quito est donc plus large que celui du “dénommé” Centre Historique de Quito. »

16En accord avec cette affirmation il revient sur l’histoire, la nature, l’environnement et leur articulation, se félicitant que les propriétaires qui restaurent leurs biens soient exonérés d’impôts, et pense qu’il devrait en être de même pour ceux qui entretiennent un jardin : « S’il y a un jardin, il faut y réintroduire la flore initiale. »

17Il conclut sur le problème de la migration et se félicite que « la Commission du Centre Historique œuvre depuis quatre ans et élabore des ordonnances pour conserver les témoignages historiques de la cité ». À titre d’exemple de son travail, il cite la dénonciation, par le président (de la Commission) d’alors, de la démolition d’une maison du quartier Mariscal Sucre comme preuve de l’efficacité et de la transparence qu’il prône.

18En économiste, Germanico Salgado pose alors les questions centrales du débat. « La municipalité n’ayant pu faire face à la réhabilitation du Centre qu’avec des capitaux de la coopération internationale, comment est-il possible de poursuivre ? Où trouver de nouveaux capitaux ? ». Dans le même esprit, ces questions posées, il tient le discours de la modernité.

« La ville n’est pas malléable, elle subit les effets du changement social. Il lui faut du temps pour s’adapter. Si elle ne le peut, elle sera condamnée à mourir. […] L’évolution économique impose une adaptation des services, la cité doit par conséquent changer son organisation sociopolitique qui est le lien des pouvoirs. […] Toute cité doit répondre à la vie actuelle car toutes les villes anciennes intègrent des villes d’époques successives : coloniale, républicaine, moderne. Certes, elles sont complémentaires, mais il est difficile de les concilier. […] En outre, Quito fut détruite plusieurs fois et reconstruite après des tremblements de terre, ce qui complique encore la difficulté. »

19Suit une sorte de cours sur l’histoire de la ville dont voici le principal.

« Les témoins manquent. À propos du Quito pré-colonial, on sait que lors de la Conquête la cité fut détruite, mais rien d’autre. L’héritage indigène se limite au site, à son implantation sur le chemin de l’Inca. Le plan en damier, antérieur à l’espagnol, coïncida néanmoins avec les visions des conquérants. […] Au début de l’époque républicaine, Quito était une petite ville provinciale de 35 000 habitants. La croissance urbaine commença à s’étendre vers le nord à partir des années 1930. Elle s’accentua à la fin des années 1960 et s’accompagna d’une désertion de la classe aisée et d’une dégradation catastrophique de l’habitat. […] »

« Actuellement, il existe trois Quito : le Nord, le Centre Historique et le Sud. Le Centre Historique est anachronique, dysfonctionnel. Les rues sont non seulement inadaptées au transit, mais encore d’un accès difficile. La sauvegarde des maisons suppose de lourds investissements. Pour éviter leur dégradation, la solution serait de les subventionner par un effort fiscal. […] En outre, cette grande éponge qu’est le Centre absorbe la pauvreté. […] La topographie longue et étroite de Quito est intrinsèquement contraignante. Actuellement, ce Centre, lieu de croisement obligatoire, est un véritable goulot d’étranglement. […] Il faut conserver le symbole qu’il représente et adapter le fonctionnement de la cité aux nécessités qu’impose la vie moderne.[...] »

« Que faire ? Il faut éviter une plus forte dégradation du Centre qui, si elle continue, engendrera sa destruction, notamment causée par les activités informelles ou clandestines, la contrebande, l’extorsion et le racket qui s’exercent dans cette zone délictueuse. Il faut réduire les activités, créer d’autres centres, en particulier des centres commerciaux, et revenir par tous les moyens à des activités plus légitimes. [...] 11 faut également privilégier la fonction résidentielle […], multiplier le cas de la maison aux sept patios [... J, créer des villes satellites […], rompre l’axe longitudinal […], réorganiser la ville de Quito de telle façon que le Centre Historique devienne une zone mise en dérivation par rapport à la ville. »

20Toujours selon lui, « dans le cas contraire, autrement dit si le Centre demeure un passage obligé pour le transit nord-sud, il deviendra invivable ». Bref, il préconise de trouver d’autres points d’ancrage à l’extérieur de Quito et que le Centre Historique ne devienne « qu’une périphérie à préserver ».

21Le dernier conférencier, Francisco Naranjo, précise d’autres maux dont souffrirait le Centre. C’est l’occasion d’un cours professoral où il aborde le contrôle, la délinquance, le fonctionnement de la ville, etc.

« Rue par rue, la ville [sous-entendu le Centre] va se détruisant par les interventions clandestines. […] Cela pose un énorme problème de contrôle à la municipalité […] car les interventions clandestines dépassent les interventions légales, qui rarement se font comme prévues. […]

« Tout le monde est d’accord pour dire que le changement commença dans les années 1950-1960. Mais actuellement on parle de globalisation de l’économie et de son écho sur la ville et son Centre Historique. S’agit-il d’un modèle fonctionnaliste, d’un système urbain intégral ? Faut-il établir une nécessaire identification de l’habitat avec la cité, tel que semble le faire le discours officiel de la municipalité ?

« De plus, les vendeurs ambulants sont un problème énorme, mais ils ne sont que l’expression d’un pouvoir faible et d’une carence politique, d’une inadaptation urbaine. Même chose pour la violence, le transport, etc. »

22Cependant, il reconnaît que la gestion de la « politique métropolitaine » est meilleure qu’auparavant, qu’elle contrôle mieux les activités commerciales. « La politique du Centre Historique doit se faire parallèlement à une politique territoriale, elle doit être une entreprise de politique globale. C’est absolument nécessaire. »

23Ils sont unanimes pour dire que le Centre Historique est un symbole, une représentation, un référent identitaire.

24Ces quatre interventions furent suivies d’un débat qui, comme souvent en ce genre de manifestations, ne porta guère que sur des précisions apportées par des auditeurs plus ou moins avertis et sur des points de détail. Le fond et le sens de l’exposé n’en furent ni altérés ni enrichis. Il n’y eut vraiment un échange qu’à propos de la réponse donnée à une question concernant les solutions qu’au vu de leurs analyses les conférenciers préconisèrent pour adapter l’usage et le fonctionnement du Centre Historique, supposé « ville dans la ville », à sa situation de « patrimoine de l’humanité ». Ce fut pour eux l’occasion de rappeler que le mieux serait de faire de ce centre un lieu de culture et de mémoire, notamment en agissant sur l’utilisation des monuments et constructions d’intérêt architectural, restaurés ou réhabilités, sur les activités économiques à interdire ou à soutenir, sur le transit et la fréquentation des lieux. C’est ainsi qu’on reparla de la poursuite des programmes de restauration des édifices, de l’idée d’implanter une université et une cité universitaire sur le périmètre sensible en utilisant ces édifices restaurés, ou d’y installer des musées, expositions permanentes, centres culturels et autres lieux de manifestations festives exemplaires. On évoqua encore une fois l’éradication de la délinquance suscitée par les marchands ambulants, vendeurs à la sauvette et autres commerçants des marchés responsables de la prolifération des entrepôts par le détournement à leur profit de la fonction d’habitation des maisons.

  • 3 De mochila, « sac à dos ». Personne qui se déplace sac au dos, généralement jeune, curieuse du mond (...)

25Ceci amena au projet, prévu par la planification, de déplacer l’activité de ces gens qui ne peuvent continuer à transformer le Centre en un souk innommable, mettant dans la même charrette les vendeurs ambulants et certains artisans – tôliers, soudeurs, forgerons –, tous producteurs de nuisances. Il y eut aussi une curieuse diatribe contre un tourisme populaire incarné par le mochilero3. Celui-ci, qu’on pourrait qualifier de routard, ayant, a priori semble-t-il, un comportement potentiellement asocial : sale, s’adonnant à toutes sortes de trafics, ayant des mœurs relâchées et fréquentant des hôtels minables qu’il faudrait aussi songer à fermer. En revanche, hôtels et restaurants de qualité, commerces de luxe, salles de théâtre, de concert, d’exposition, musées, universités seraient les bienvenus. L’accès au Centre des voitures particulières devrait être interdit et des parcs de stationnement construits pour rendre cette mesure applicable. La traversée du Centre par les transports en commun devrait être également proscrite. Enfin, il faudrait régler les questions de dégradation continue de très nombreuses maisons suroccupées, surpeuplées, lieux sans hygiène et repaires de désœuvrés. Bref, tous les discours sécuritaires et toutes les vieilles peurs récurrentes.

26Ces propos provoquèrent une réaction aussi mesurée que son auteur, mais ferme, de l’architecte Fabfan Patino Crespo, qui fut le promoteur en 1967 d’une mise à jour du plan régulateur de Quito : « Nous n’avons que faire d’une ville morte. Il faut garder la vie dans le Centre Historique. » Ce qui fut l’avis aussi du modérateur qui sut exposer clairement la nécessité de maintenir des secteurs résidentiels dans le Centre et les activités économiques telles que commerces, artisanats, services, etc. qui les accompagnent nécessairement.

Analyse de ces discours

27Les invités à la conférence-débat du 14 mai 1996 ont fortement marqué l’esprit et la teneur des propos de cette rencontre. Ce sont des hommes qui ont eu ou ont encore à cette date leur mot à dire dans la politique de conservation du patrimoine dont Quito est le principal objet. On est donc en droit de penser qu’ils sont très informés et que leur action se fonde sur une connaissance précise de l’état dans lequel se trouve tout ce qui vaut d’être protégé du Centre Historique : site, composition urbaine, monuments témoins de l’organisation des pouvoirs, de l’habitat et des modes de vie. On peut croire en outre qu’ils approuvent peu ou prou la politique nationale préconisée et la politique municipale suivie. Enfin, on suppose qu’ils ont une connaissance objective de la fonction assurée quotidiennement par le Centre et de la manière dont les habitants en usent.

28Or, ce qu’ils dirent engendre une certaine perplexité : où ont-ils donc trouvé les preuves de leurs assertions ? Reprenons-les succinctement en les commentant.

29Le premier orateur, personne aimable, diserte et très sociable, s’affiche volontiers comme un homme de culture. Il a le souci de la conservation et de l’entretien du Centre Historique. Au nom de cela, il fustige une utilisation qui en est faite et qui serait sans règle. C’est ignorer son importance fonctionnelle et son poids urbanistique. Son discours semble hors du temps, traduisant une méconnaissance grave de l’énorme travail de contrôle et de réglementation fourni par la municipalité, notamment par sa direction de la Planification. C’est pourquoi il pense que ce cadre géographique entièrement construit ne doit être que le témoin d’une histoire arrêtée, une ville-musée. Mais la partie coloniale de Quito, cœur de la ville républicaine du siècle passé, n’est pas une entité urbaine en dérivation par rapport au reste de la ville. Nous ne sommes pas ici à la Cartagena coloniale en ses remparts et dans son île, par rapport à la Cartagena moderne dont, au demeurant, les activités et les fonctions nationales et régionales n’ont rien à voir avec celles de la capitale équatorienne. C’est le centre de Quito, un lieu d’activités administratives, religieuses, culturelles, économiques intenses que jouxtent des quartiers fréquemment surpeuplés où réside une très importante population de gens à revenus modestes. En ce secteur de la ville également travaillent et s’approvisionnent des dizaines de milliers de personnes résidant dans son périmètre ou en ses alentours. En outre, il est difficile de ne pas le fréquenter pour peu que des contraintes administratives imposent de se rendre à l’hôtel de ville ou en certaines administrations centrales. Cette dimension sociale semble échapper totalement à celui qui était alors directeur de l’INPC où nous l’avons également rencontré.

30Le deuxième orateur, conseiller municipal et conseiller politique, a voulu manifestement montrer sa volonté de dialogue. Il nomme d’ailleurs ses interlocuteurs : les commerçants, les « professionnels », c’est-à-dire les cadres qui travaillent dans les divers services du secteur moderne de l’économie. Il affirme que la transparence est effective. Ce n’est pourtant pas ce que disent les personnes rencontrées dans les épiceries, sur les places, dans les quartiers du Centre et lors des 1 584 entretiens de l’enquête EBAQ.

31Ici, on se trouve confronté avec la politique menée par la municipalité qui, par le truchement de la direction de la Planification urbaine, a multiplié les publications, les rencontres, les invitations et les expositions sur la ville, les présentations de projets et les échanges sur les questions de réglementation. Les associations ont été aussi accueillies, des articles ont paru régulièrement dans la presse de la capitale. Il y a donc bien une volonté clairement affichée d’informer, voire de consulter les Quiténiens. Mais, et c’est là que le quiproquo s’installe, d’une part, il n’y a pas de culture politique de la population dont on veut organiser les espaces de vie et d’activités, car la carence de l’éducation nationale et privée est grande en ce domaine, d’autre part, rien de ce qui se fait dans les services d’une grande municipalité comme celle du district métropolitain de Quito ne sera jamais connu du citadin lambda, quand bien même il serait désireux de s’informer, si les urbanistes, les administratifs et les politiques en charge de l’urbanisme ne se déplacent pas systématiquement dans son quartier pour en parler et en débattre, ce qu’ils ne font jamais ou qu’ils font si rarement.

32Quoi qu’il en soit, les propos de Rafaël Quintero semblent démentis par les plaintes, revendications, interprétations fantaisistes et aveux d’ignorance de ceux que nous sommes allés voir chez eux ou que nous avons abordés sur les lieux de leurs activités et de leurs déplacements. Doit-on rappeler que 71 % des interviewés de l’EBAQ, étude qui prit en compte un échantillon sur ce point représentatif de l’ensemble des Quiténiens, ont reconnu ne rien savoir de l’existence d’une réglementation urbaine ?

33Son constat que la ville ancienne est en réalité un multicentre, si l’on comprend bien ce qu’il entend par là, rejoint ce que l’on constate de la sectorialisation et de la diversité de localisation des fonctions du Centre. C’est aussi l’opinion de tant de Quiténiens qui le fréquentent justement pour cela. Cependant, il n’en analyse pas la dynamique urbaine exprimée par une relation fonctionnelle entre ce « multicentre » et les citadins qui le fréquentent quotidiennement. Il semble au contraire ignorer les hommes pour ne parler que de nature, de région et d’environnement en une digression dont on ne comprend pas ce qu’elle prétend expliquer et vers quoi elle tend. À moins que, mais ce n’est qu’une spéculation, il ait voulu mettre en garde contre le risque d’une dégradation irréversible si les actions de sauvegarde à venir ne prenaient pas en compte en même temps le site élargi, la situation régionale, c’est-à-dire finalement l’environnement.

34Le troisième orateur, économiste, ancien ambassadeur et ancien ministre, tint un discours très orienté, insistant sur la prise en considération de la « malléabilité » du fait urbain, sa capacité d’adaptation et le coût de sa conservation. Il contredit le premier orateur qui ne préconisait que la muséification organisée de cette partie de la ville, pourtant très active et changeante. Cependant, son idée de ne faire du Centre Historique qu’un quartier en périphérie de la ville moderne, ce qu’il faut entendre comme une mise en marge de ce Centre, le rapproche, malgré son analyse, des conclusions du premier orateur.

35Francisco Naranjo, architecte, a dressé un état des lieux assez alarmant de la situation où se trouve le patrimoine du Centre Historique. Il a reconnu l’intérêt de préserver sa quotidienneté sociale et économique et n’a pas, comme certains, dissocié cette partie de Quito du reste de la ville. Son intervention, assez objective mais sans dimension géographique, fait regretter qu’ayant pressenti que le Centre Historique est partie intégrante de Quito, il n’ait pas su engager une réflexion sur la politique de conservation dynamique que cela implique.

36Ce qui précède met en évidence un véritable hiatus entre les convictions d’une partie notable de l’intelligentsia et celles en charge de la gestion du Centre et des échanges avec la population indifférenciée de la ville. Nous sommes confrontés à ces deux entités très inégales, dont l’une, élitiste et non représentative, quoique occupant des fonctions prestigieuses, prétend plus ou moins officiellement orienter les actions et façonner l’opinion de l’autre qui – sociologues, architectes et urbanistes, tant de la municipalité que des divers organismes, publics ou privés, de recherche –, tente avec plus ou moins de bonheur de remodeler les idées reçues, en produisant de l’information accompagnée de solutions acceptables. Il est vrai que le résultat des investigations et des actions de sensibilisation des seconds ne passe que très lentement dans le discours répercuté par les médias et repris par tous.

Leçon à tirer des discours précédents

37Les orateurs de la rencontre du 14 mai 1996 sont de ceux qui ont une conscience structurée de ce qu’il conviendrait d’entreprendre. Cependant, manifestement, ils ne vivent pas, ou plus, dans le Centre qui, pour deux d’entre eux, ne peut être, à terme, qu’un ensemble prestigieux, témoin identitaire de l’histoire nationale. Il faut donc le considérer avec respect et l’affecter à une noble utilisation, ce qui en exclut le vulgaire, qu’il soit touriste désargenté ou peu présentable (mochilero), colporteur, vendeurs de rue, etc. Même les artisans et certains commerçants installés n’y sont pas souhaités. C’est un haut lieu, il doit être consacré. Pour les trois autres, sa fonction urbaine ne doit pas être ignorée, quoique l’économiste soit persuadé que, symbolique, elle est vouée à devenir périphérique.

38Investis d’une certaine autorité officielle et très au fait de la politique menée par la municipalité en collaboration avec une assistance technique internationale, ces orateurs ne proposent finalement qu’une seule forme d’action, dirigiste et décidée entre soi. Il y a pourtant des citoyens et acteurs potentiels jamais consultés qui ont également cette conscience structurée de ce qu’il conviendrait d’entreprendre (ou de ne pas entreprendre...). Mais, peut-être parce qu’ils ne sont pas, ou ne s’estiment pas, investis d’une mission salvatrice, s’ils partagent l’analyse de F. Naranjo – « le Centre ne peut être séparé du reste de la ville »–, et pour partie de celle de G. Salgado – « toute cité doit s’adapter »–, ils ne se risquent pas à prôner des solutions idéales. Comme tout le monde, ils constatent. Seulement, aussi, ils évaluent, jaugent, apprécient et parfois se heurtent dans leurs démarches à l’incompétence administrative, ou à son incohérence lorsqu’il s’agit d’une action privée de restauration d’une maison classable – ou classée, car nul n’est capable de leur préciser la chose, disent-ils – sise dans un site classé. Ces autres citoyens sont apparemment trop impliqués dans la quotidienneté de la ville pour avoir des solutions définitives à proposer.

39Il n’en reste pas moins que le flou, l’inefficacité, les atermoiements sont la règle. Nul ne sait qui fait quoi. Tout fonctionne par des réseaux informels, c’est ainsi que le projet des franciscains de construire un bâtiment de cinq étages sur leur terrain a pu être bloqué (cf. chapitre 5). Malgré les dires des officiels, il n’y a pas de contrôle possible, au point que R. Quintero, président de la Commission des aires historiques et ancien conseiller municipal, considère comme un exploit de son prédécesseur d’avoir dénoncé dans la presse, mais après coup, la démolition d’une maison représentative de ce qui s’est construit dans les années 1930 à la Mariscal Sucre !

  • 1 Il y a eu plusieurs périodes. Effectivement, dans les années 1950, les façades pastel eurent leur m (...)

Interview : la grogne d’un citoyen ordinaire
Voici ce que dit l’un d’eux qui assure la maintenance d’une belle et très représentative maison construite à l’époque républicaine et située à San Marcos, quartier encore résidentiel du Centre. Cette interview est restituée dans sa spontanéité, avec des retours et des développements que l’on a laissé courir sur leur lancée. Tout cela dans le ton d’une conversation amicale et sans précaution de langage.
Question – Y a-t-il une politique de conservation du patrimoine, ou seulement des actions de conservation ?
Réponse – Il y a certainement des directives. Elles ne sont pas nouvelles. Par exemple, il y avait beaucoup de façades de couleurs pastel dans le Centre d’autrefois1. Puis, dans les années 1950 il me semble, il y eut une ordonnance enjoignant de peindre celles-ci en blanc et leurs menuiseries en bleu ; pour donner plus d’élégance et d’harmonie aux rues. C’était d’ailleurs, aussi, une façon immédiate de reconnaître le Centre Historique et ses limites.
Mais une politique vraiment décidée de restauration ? Jusqu’au tremblement de terre de 1987, il n’y en avait pas. Ou alors elle était sans effet. Le tremblement de terre a provoqué des dommages considérables aux églises et autres édifices publics et enclenché un processus officiel de conservation. Mais pour les biens privés, je veux dire d’usage ni public, ni militaire, ni religieux, il n’y a eu aucune politique effective nouvelle.
Q. – La désertion du Centre par la bourgeoisie établie explique, peut-être, cette indifférence.
R. – Peut-être, oui... Le début de cet abandon se situe dans les années 1940. Ce furent alors la création et les beaux jours de La Mariscal, puis, au fil des années, de la Gonzalez-Suarez (l’avenue la plus huppée de la Quito moderne), de Quito Tenis, etc. Le déménagement correspond à une révolution des modes de vie. Le modèle nord-américain a été pratiquement sacralisé, ceux qui ont en eu les moyens ont voulu l’adopter : plus grandes demeures, plus d’espace extérieur, un garage pour les voitures, une moindre domesticité, moins de contraintes de voisinage, etc. Je reviens à la question précédente : y a-t-il des lois concernant la préservation du patrimoine culturel ? Oui, théoriquement... Mais on se heurte au problème économique : un grand espace à conserver, donc de grands investissements. Alors, il a fallu négocier au plus juste avec ce capital à sauvegarder. On a gardé les carcasses en changeant l’usage des maisons. Celles-ci, dans le Centre, sont devenues des sortes de placards, des entrepôts. Hors du Centre, dans La Mariscal, dont on nous dit que certaines maisons sont aussi classées, de plus en plus de grands immeubles les ont remplacées. Au début, les bureaux avaient des vitrines présentables, maintenant on ne voile même plus le laisser-aller. L’image offerte aux passants devient misérable, les apparences sont désastreuses. L’administration s’en fout.
Q. – Si on en revenait au Centre ? Quid de l’Institut national du patrimoine culturel ?
R. – Il n’existe pas. Pour eux (les responsables de l’INPC), tout est patrimoine : artefacts, construction et objets ayant moins de trente ans d’âge, animaux naturalisés et poussières de leur grenier !… Il y a une bureaucratie inefficiente. Deux cents personnes, au moins, y travaillent, qui ne savent que vous informer sur les restaurations, en cours ou achevées, des édifices publics et rien de plus.
Finalement, l’action de l’INPC se confond surtout avec la création et le fonctionnement des ateliers de restauration qui se sont implantés en plusieurs villes du pays. Grâce au tremblement de terre, une assistance technique internationale venue d’Espagne, de Belgique, d’Allemagne, de Pologne, a promu des techniques diversifiées de restauration, chaque pays faisant école. Ça a été un bien. Mais il n’y a pas d’argent pour faire les restaurations annoncées. Nous n’avons pas d’institut digne de ce nom, pas d’inventaires ; ou, si par hasard il y en a eu, ils se sont perdus.
En tout cas, si un particulier veut entreprendre la restauration de sa maison, il ne peut obtenir la garantie du respect des engagements théoriques prévus par la municipalité.
Q. – Doit-on en conclure que vous êtes terriblement pessimiste ?
R. – Comment voir les choses autrement ? On pourrait faire des plans plus cohérents avant que tout s’écroule. Mais qui décide de ce qui est patrimoine ? Pour l’institut, je l’ai dit, tout est patrimoine. La municipalité se fout des inventaires de maisons particulières. Si d’aventure elle en fait, les propriétaires n’en sont pas informés.
Q. – Votre maison est-elle classée ?
R. – Je ne sais pas si ma maison est inscrite au patrimoine de Quito. Apparemment non. Mais un jour ils vont dire : elle l’est. Pour moi, moins on a de contact avec les institutions, mieux c’est. Si je suis à l’inventaire, je vais être soumis à des obligations et des interdictions. Prenons le cas de la maison de San Marcos que vous connaissez. Elle a été complètement rénovée et a gardé tout son cachet, bien que de profondes modifications l’aient adaptée aux commodités et agréments de la vie moderne. Tous s’accordent à dire que c’est une réussite. Eh bien, si elle avait été classée, les modifications apportées auraient été interdites ! Nous avons voulu ouvrir une porte cochère sur la rue. C’est possible sans la défigurer et cela permettrait d’aménager un garage. Nous avons entrepris les démarches administratives réglementaires. Un jour c’est « oui », le lendemain « non » et le surlendemain « oui » à nouveau. Une partie de yo-yo sans fin. L’architecte me dit : « Je suis en pourparlers. » En pourparlers : mais avec qui ? Nul ne sait qui peut trancher...
Q. – Et le Fonsal ?
R. – Pour le Fonsal, je ne sais pas si c’est plus facile. Ce n’est pas clair. On fait ce qu’on veut, c’est-à-dire aussi bien rien.

  • 4 97 % des ressources naturelles de l’Équateur sont aux mains des non-Équatoriens, la monnaie est dol (...)

40Il n’y a pas de financement : le pays est pourtant potentiellement riche. Au début du siècle, ce manque d’argent a empêché la destruction du Centre, contrairement à ce qui s’est passé à Lima et à Bogota ; à la fin du siècle, ce manque empêche le sauvetage systématique du Centre ! Mais au début du siècle la situation économique était bien différente, le pays n’était pas mis en coupe réglée, comme aujourd’hui : pas moins de 20 % de la population qui ne mette son argent, gagné au détriment d’une juste répartition du revenu du travail, sur des comptes en dollars à l’étranger et qui ne fasse de bonnes affaires à l’intérieur du pays en jouant avec l’inflation4.

41Alors il reste l’incantation. Plus de 70 % des Quiténiens, toutes situations confondues, disent que la restauration du Centre, « c’est bien ». Et pourtant !… Combien de notables, qui, de par leur fonction, auraient pu être à l’initiative d’actions efficaces, se sont satisfaits d’amplifier sur le papier l’importance de leur notoriété ? D’année en année, le « patrimoine de l’humanité » englobe ainsi de nouveaux espaces. Tout est patrimoine. Pourtant, des gens très engagés sont moins conquérants. Pour eux, le patrimoine de l’humanité s’inscrit intégralement dans le Centre, historique par son ensemble architectural. La position initiale de l’Unesco n’est pas remise en question. Dans ces limites, ils font ce qu’ils peuvent. La plupart sont des architectes, dont certains fort passionnés et industrieux. Le directeur du patrimoine culturel de la municipalité et les responsables de la direction de la Planification de cette même municipalité, si l’on en juge par les règlements édictés, les publications assurées, les conférences et rencontres innombrables suivies de débats qu’elles suscitent, sont de ceux-là. Ils n’ont pas encore, malgré tout, su se faire entendre de l’ensemble de la population à une époque où les opinions publiques font et défont les gouvernements des villes, comme ceux des États. On entend à chaque nouvelle interview les gens dire : « Il n’y a pas de planification. » Si, il y en a une, mais personne ne sait, ou ne veut, en voir les résultats ; « Il n’y a pas de réglementation. » Si, il y en a une, mais personne ne la connaît. Le phénomène est plus général encore. La ville a grandi plus vite que la dimension civique des mentalités ne s’est ouverte. C’est probablement dû en partie à ce que les questions concernant la gestion, c’est-à-dire le fonctionnement, l’évolution de l’urbanisation de Quito et son adaptation à la vie moderne, ne sont pas des objets médiatiques. Excepté, bien entendu, s’il s’agit des déplacements dans la ville et des réseaux mis à la disposition des voitures, jouets pour adultes et, en Equateur comme partout, signes domestiques d’un certain pouvoir économique.

42Ainsi, pour le Centre Historique, ces questions sont superficielles dans tous les sens du mot, elles ne dépassent pas le projet de conservation saisi seulement à travers la rénovation ou la restauration de quelques monuments prestigieux. Il s’agit en effet de conserver ces monuments et un mode de composition urbaine légué par l’histoire, mais il ne s’agit pas de mettre le Centre en conserve. Si, lors d’une rénovation, le respect des gabarits, des alignements et des perspectives est assuré, il n’y a pas de rupture de la trame urbaine qui est l’objet premier du classement par l’Unesco. Il y a là, parallèlement à celui qui a lieu sur les fonctions urbaines du Centre, matière à un débat public très ouvert qui n’a pas encore commencé. Certes, la municipalité consulte, expose, informe, mais décide sans qu’il y ait d’enquête publique où chacun puisse s’exprimer librement et, éventuellement, longuement. Or toute l’histoire des villes enseigne que sans cesse les styles et les époques se chevauchent sans que ce soit nécessairement désastreux, le tissu urbain ayant une grande souplesse architecturale d’adaptation si le jeu des transitions visuelles et spatiales, entre rues et bâtiments par exemple, est attentivement pris en compte. Ce point choque fréquemment les propriétaires qui voudraient rénover et adapter leur maison, mais estiment que la fossilisation des apparences jusque dans le détail le plus infime est plus néfaste, à terme, à l’avenir d’un centre bien intégré dans le fonctionnement global de la capitale, que l’adaptation intelligente d’un certain modernisme discret et fonctionnel. Ne pas le comprendre, c’est certainement agir dans le sens de la marginalisation, de la mise en périphérie, du Centre Historique. Pour l’instant, quand une maison s’écroule, la tendance est de la relever à l’identique, sans modification dans la distribution des masses, bien qu’il soit très rare qu’elle soit ensuite utilisée pour les mêmes fonctions que précédemment. L’opacité des décisions, la difficulté de communication démocratique demeurent les pierres d’achoppement de l’acceptation de la politique municipale.

43C’est ce que dit à sa façon le gérant de la maison de San Marcos :

« Faut-il un langage du temps passé, ou un langage d’actualité, c’est-à-dire adapté ? Des réalisations architecturales distinctes ont cohabité par le passé. Le Centre n’est pas défiguré parce que la Poste centrale ou l’ancienne Banque centrale, l’ancien Cercle militaire, tant de constructions de la première moitié de ce siècle côtoient les églises ou les couvents. Maintenant, on veut congeler le Centre, mais à partir de quelle date tout doit-il se figer ? Quel temps de vieillissement correspond à l’octroi du label historique : cinquante ans ? Vingt-cinq ans ? Est-ce seulement le fait d’être un objet témoignant d’un style de vie ou de construction d’une époque, d’un type de société, qui autorise le qualificatif d’historique ? Ou est-ce la forme de l’urbanisation qui compte le plus ? »

  • 5 Nous rappelons que, d’après l’EBAQ, à Chimbacalle un quart des habitants ne donnent pas leur point (...)

44Cette grogne ordinaire confirme qu’il y a de l’angélisme et de l’irréalisme chez certains des orateurs cités précédemment. Elle souligne aussi l’échec de la pédagogie des hommes politiques et des responsables des services municipaux. Ceux-ci et ceux-là ne se sont jamais vraiment engagés dans des campagnes d’information ciblant un large public. Une série de questionnements reste ainsi en suspens. Mais, en même temps, on a vu que seule la politique municipale, en collaboration avec l’assistance technique internationale, apporte des réponses, très parcellisées il est vrai, dont la multiplication commence à porter des fruits. Il demeure qu’aucun projet cohérent pour l’avenir fonctionnel du Centre ne semble aujourd’hui satisfaisant. C’est probablement parce que fort peu de responsables de la vie économique de la cité s’y intéressent. On ne peut dire que le patrimoine culturel du Centre les préoccupe au-delà de l’habituelle formule proclamée comme un leitmotiv : « C’est notre histoire, notre identité, c’est bien de les préserver », qui n’est que l’expression d’une indifférence à peine voilée. À l’exception de quelques-uns dont on vient d’analyser les propos, des habitants du Centre et des quartiers populaires qui lui sont symbiotiques, ou de ceux qui y exercent une activité économique habituelle, cette indifférence est générale. Ceux des quartiers populaires relativement anciens, mais ne jouxtant pas le Centre, tels Chimbacalle et Chiriyacu, qui se considèrent non sans raisons comme abandonnés des pouvoirs publics, ou des quartiers populaires récents et « marginaux » comme on les nomme à Quito, tels le Comité del Pueblo ou la Ecuatoriana, sont les plus nombreux à déclarer leur hostilité ou leur indifférence à sa restauration-rénovation5. Mais aussi un fort pourcentage de cette moyenne et petite bourgeoisie qui a peuplé les innombrables quartiers de lotissements qui se sont construits, surtout au temps de la dictature militaire, se désintéresse de cette question. Ces bien modestes bourgeois, qui constituent une classe moyenne très attachée à un confort matériel difficilement acquis, sacrifient également au rituel « La conservation du Centre, c’est bien ! », mais ne s’en soucient guère. Les étudiants en architecture qui ont participé à l’étude de quartiers archétypiques de Quito expriment clairement la dimension culturelle et identitaire de cette déshérence que subit le Centre, devenu une ville inconnue de la moitié des habitants de la capitale qui en ont entendu parler, mais qui ne s’y sont jamais rendus, ou alors n’ont fait que la traverser. Si on aborde la question en disant : « Le Centre, que peut-on en dire ? », immanquablement la réponse première, et fréquemment elle s’arrête là, sera ce lieu commun que G. Salgado (cf. ci-dessus) fait sien : « Actuellement il existe trois Quito : le Nord, le Centre et le Sud. » Réponse tellement sommaire et si réductrice que le règlement urbain édicté par la municipalité définit avant toute chose cinq grands secteurs bien différenciés soumis à réglementation, ajoutant un centre-nord et un centre-sud, eux-mêmes assez arbitrairement déterminés, à cette distribution. Mais les étudiants interrogés, critiques vis-à-vis de cette première réponse, ont précisé qu’avant de commencer leurs études d’architecture, la ville s’arrêtait pour eux à la Patria, avenue en limite de La Mariscal et bordant au nord le parc de l’Ejido. Ainsi, Yadhira, jeune architecte fraîche émoulue qui participait à la restauration de la bibliothèque municipale au moment de cette conversation, précise :

« Je savais que le Centre Historique existait. C’était un lieu de visite, pour les touristes et ceux qui venaient à Quito, il s’y trouvait des écoles secondaires réputées, on pouvait y acheter de nombreux produits introuvables ailleurs et vendus aux meilleurs prix, aussi y voir des maisons très spéciales par leur architecture. Mais quand, à 17 ans, j’y suis allée, j’ai eu un choc en découvrant cette autre ville. Il faut dire que lorsque j’étais enfant, nous vivions à un tout autre rythme, beaucoup plus lent, plus paisible, et l’on se déplaçait assez peu. »

45En outre, tous les jeunes architectes interrogés ont mentionné une différence de comportement entre les habitants du nord de Quito et ceux du sud, qui demeure pour eux une autre ville. Dans le Sud il y aurait des jeunes en bandes qui seraient assez bagarreuses, pas dans le Nord. Mais surtout, dans le Sud l’esprit communautaire et la solidarité sont très vivaces, alors que dans le Nord ce n’est pas, ou plus, le cas. Ce constat est très subjectif. Il n’est pertinent que pour les quartiers de petite bourgeoisie montante et de bourgeoisie déjà bien établie, généralement situés au nord du Centre Historique. Dans les quartiers qui se sont construits hors de toute réglementation – los marginales –, qu’ils soient au nord ou au sud, la solidarité et l’esprit communautaire restent forts. Nombre de cartes de [’Atlas infographique de Quito mettent en évidence ces ruptures pour peu qu’on les lise attentivement.

46Mais ces remarques portent aussi une autre dimension reconnue au Centre : on ne le rattache ni au Nord ni au Sud. Les jeunes architectes (âgés de bien moins de 30 ans au moment de nos rencontres) considèrent le Centre comme un lieu dont ils ignorent presque tout, mais qui ne peut pas être ravalé au rang du Sud, partie de la ville qui effraie ceux du Nord. Pas davantage il ne fait partie de ce Nord mieux protégé et plus huppé. Celui-ci s’arrête à l’avenue Patria, c’est-à-dire au terminus de l’avenue Amazonas qui joint l’aéroport, où arrivent les long-courriers, à l’hôtel Colón, qui reçoit la jet society de passage à Quito pour affaires. La modernité, ou ce qui est représentatif du genre de vie qu’affectionne désormais la bourgeoisie de la capitale équatorienne, exclut le Centre, mais ne le ravale pas au rang des quartiers non fréquentables du Sud. Ce Sud qui inquiète – ouvrier, pauvre, peu accessible depuis le Nord – et où, à ce qu’ils croient, les bandes de jeunes y agissent aux limites de la légalité en même temps qu’ils sont – surprise ou comportements archaïques (?) – plus solidaires qu’au Nord, c’est-à-dire qu’on ne l’est « de notre côté ». Bref, pour eux, et ils sont le reflet des sentiments et valeurs que prônent ceux de leur milieu culturel et social, le Centre a un rôle tout à fait particulier, quoique mal défini : c’est un « lieu » peut-être désuet et obsolète au regard des nantis et de ceux qui ont choisi la modernité, mais qui mérite une certaine considération.

47Nous affirmons que la distance est grande entre ce que nous savons du Centre arpenté tout au long des mois où nous avons vécu à Quito, en prise directe avec des situations urbaines saisissables et ce que nous ont dit toutes sortes de gens, pourtant presque toujours disposés à s’entretenir de leur cadre de vie et des événements quotidiens de leur existence, lorsqu’ils répondaient à nos questions sur ce que nous appelons la politique patrimoniale ou urbaine officielle. Tout ce qui touche à celle-ci leur échappe indubitablement et les pousse à ne répéter que ce que l’opinion publique, sur ce point fortement orientée et invertébrée, ressasse à longueur d’année.

La ville et son Centre

48Le Quito de 1908, cité au paysage homogène où tous se connaissent, où le moindre événement domestique devient un moment de la vie de chacun, la moindre excentricité l’objet d’un étonnement sans fin de tout le quartier, où l’on doit tenir son rang, s’y identifier sans incertitude, a fait place en 1996 à une ville allongée sur plus de 40 kilomètres, aux paysages urbains compartimentés, imbriqués, hétérogènes et parfois violemment contrastés. Les bourgs et les villages suburbains sont successivement encerclés et phagocytés par des lotissements de villas confortables et de sous-quartiers pavillonnaires. La ville, s’amplifiant de sa banlieue, est devenue un district métropolitain où des condominios strictement privés, fermés aux non-résidants, gardés par des vigiles armés, supplantent les anciens villages où tous se sentaient propriétaires du même espace urbain. Ne suivant pas cet éclatement et cette tendance à l’enfermement, la cité initiale n’est plus qu’un Centre Historique que certains imaginent déjà en dérivation par rapport aux activités économiques d’une capitale. Pourtant, ce Centre, avant d’être historique, est surtout commerçant, producteur d’objets et de services courants, lieu d’équipements fonctionnels : politiques, administratifs, culturels et cultuels. Il reste aussi, fortement, résidentiel. On n’a cessé au fil des pages de le constater et d’en exposer les dimensions vitales et sociétales quotidiennes.

  • 6 Ces termes sont à prendre dans leur sens étymologique ou fonctionnel : popularité, puisque le peupl (...)

49Il demeure le centre historique, mais un centre génétique, un lieu d’identité et de popularité, non un lieu de publicité et de centralité6. Au début du siècle, en regardant vivre ce qui est le centre actuel, on regardait vivre Quito. Un seul regard pouvait englober quasiment l’ensemble du phénomène urbain. À la fin du siècle, d’un point haut, Itchimbia par exemple, on a à ses pieds ce même espace et ce n’est que le centre historique d’une grande ville, le même Quito apparemment qu’en 1908, mais en levant les yeux on rencontre encore la ville sur le bas des pentes la dominant ; en se tournant vers le sud, jusqu’à l’horizon, la tache blanche des constructions s’ordonnant sur un site accidenté, découpé et morcelé par des ravins et distribué aussi sur des pentes montantes ; en se tournant vers le nord, même étendue, mais moins compartimentée et plus densément occupée, avec des massifs d’immeubles s’entassant comme des tours et des murs de forteresse, le tapis des maisons qui montrent en élévation la blancheur lointaine de leurs façades saisies dans l’oblique du regard. Et plus loin que l’horizon rampant, on devine qu’il y a encore de grands pans de ville qu’on ne peut contempler qu’en se déplaçant sur la croupe des crêtes orientales bordant la Quito des années 1980.

50Alors, qu’en est-il de ce Centre établi dans cet espace urbanisé enclos dans les montagnes ? N’est-ce qu’un patrimoine périphérique poussiéreux, malodorant, impraticable et quasi inaccessible en voiture, de longtemps abandonné par les riches et qui s’écroule lentement ? Ou serait-ce un des éléments primordiaux, nécessaires et moteurs d’une grande cité ? Les lieux de vie rapprochés n’ont-ils donc pas un espace où ils s’insèrent et tiennent un rôle prépondérant ?

51L’Atlas infographique de Quito, achevé et publié en 1992, synthétise, médiatise et instrumentalise la capitale équatorienne. Consulter ses images et leur commentaire est en soi un acte de saisie de la ville. Les cartes de l’AIQ racontent assez bien cela ; les données quantifiables, descriptives des masses, des gabarits, des réseaux les articulant, des caractéristiques économiques (démographiques, professionnelles) afférentes aux occupations et activités des gens, ont été saisies, introduites en machine, ordonnées et structurées selon des options d’analyse, de décisions de synthèse, puis restituées en images codées, numériques, à la sémiotique porteuse d’interprétations. À condition de ne pas oublier la vie sociale très active qui a façonné la réalité mise en carte de ces images, on peut entreprendre l’exercice de lecture géographique de la ville et de son Centre Historique qui permettra de le situer, de singulariser l’exercice de ses fonctions et de comprendre son identité urbanistique.

  • 7 Henri Godard, Janet Vega, « La distribution de la population urbaine équatorienne et la croissance (...)
  • 8 Maria Augusta Fernandez, Marc Souris, « Situation et site : modèles numériques de terrain », in AIQ(...)
  • 9 René de Maximy, « Densités des populations », in AIQ, planche 10 ; « Catégories socioprofessionnell (...)

52L’évolution de la tache urbaine7 met en évidence la linéarité du site, étroitement dépendante du relief. La ville du xviiie siècle apparaît serrée, carrée, dense. On voit que son espace d’expansion naturel est au nord et que c’est celui choisi lorsque, dès le début du xxe siècle, le desserrement de Quito devient une nécessité urbanistique absolue. Et puis, comme s’il fallait que la bonde saute pour que la cité se répande, entre les deux guerres mondiales cette expansion vers le nord s’étoffe et se consolide. Elle s’amorce aussi vers le sud qui, quoique de climat et d’accès plus difficiles, a commencé de croître significativement (avec l’arrivée du chemin de fer : cf. première partie), par le contournement du Panecillo. Mais le découpage du site dû à des quebradas très actives freine son extension. Le Centre demeure le cœur accessible de la ville. On sait que le plan régulateur de 1946 propose une extension urbaine maîtrisée, une organisation urbanistique des espaces à conquérir et un déplacement des fonctions administratives nationales de la capitale. Les effets en sont rapides. En 1970, un tissu urbain continu lie le Centre, qui garde toute sa fonction de centralité, à l’aéroport au nord, aux terrains plus ou moins aménageables du Sud où une très petite bourgeoisie s’installe en certains quartiers que Gustave Jones Odriozola, le concepteur de 1946, prévoyait pour des ouvriers ! Et puis, les moyens économiques et techniques aidant, en vingt ans, tout l’espace aisément urbanisable8 est occupé ou, au moins, affecté à des fonctions urbaines. L’analyse de la densité des populations et des catégories socioprofessionelles9 éclaire le phénomène de ségrégation sociale qui va être la nouvelle dimension politique et économique de la ville progressivement mise en place à partir du moment où Quito s’évade de l’espace marqué par quatre siècles d’histoire. Cette nouvelle donne est surtout visible depuis que le plan régulateur de 1946 a conforté cette tendance. Les travailleurs manuels (manœuvres sans qualification, ouvriers) et leurs familles s’entassent au sud dans des maisons et petits immeubles collectifs. Dans les quartiers déjà consolidés, la densité atteint rapidement 300 à 600 habitants à l’hectare. Le Nord, en revanche, abrite des cadres et employés. La densité à l’hectare, fréquemment inférieure à 160 personnes, n’y dépasse qu’exceptionnellement 300 personnes. Le Centre continue à avoir une très forte densité d’occupation qui peut atteindre jusqu’à 800 habitants à l’hectare dans certains de ses quartiers excentriques construits entre le début du siècle et 1950, ce qui se rencontre également, mais plus rarement, dans les quelques quartiers sud ayant une ancienneté identique. La fonction de centralité du Centre, au sens moderne que lui donnent les urbanistes, s’amoindrit ; la fonction résidentielle se maintient ; la promiscuité qu’impose une forte cohabitation, bien que déjà très grande, s’accroît probablement davantage encore.

  • 10 Hormis pour ce qui concerne les quartiers « marginaux » qui, sans respect du règlement urbain que d (...)

53Indiscutablement, en 1982, époque du recueil des informations censitaires cartographiées dans l’AIQ, le Centre est déjà devenu un ensemble de quartiers presque exclusivement populaires. La vie sociale des fins de semaines le confirme. Tandis que dans le nord de Quito10 domine une forte tendance à se déplacer, à sortir de la ville en fin de semaine et à établir des relations sociales géographiquement dispersées, dans le Centre, comme dans le Sud, les relations de voisinage et les échanges intra-quartiers sont forts. Les données statistiques sans dimensions impressionnistes entérinent que l’abandon du Centre par ceux qui en eurent les moyens développe leur indifférence à son endroit, ce que les interviews ont mis en évidence.

  • 11 René de Maximy, « Hiérarchisation socio-économique de l’espace quiténien », in AIQ, planche 38 ; «  (...)
  • 12 Henri Godard. René de Maximy, « Transports et voirie », in AIQ, planche 24.
  • 13 Municipio de Quito, Plan maestro, 1991.

54Faut-il alors accepter les leçons dont les conférenciers du 14 mai se font les propagateurs ? La représentation cartographique de la hiérarchisation socio-économique de l’espace quiténien et l’accessibilité des différents points de la ville en 1990 militent dans ce sens11. En ces cartes, on retrouve la séparation clairement marquée entre les riches, la classe moyenne plus ou moins aisée, en pleine expansion spatiale à Quito, et la population des démunis. Mais il faut y mettre tout de même de la nuance : il y a une fluidité de circulation au nord, une difficile accessibilité en voiture du Centre, un sous-équipement évident du réseau viaire du Sud. Observation que renforce la carte des transports publics et des principales caractéristiques de la voirie12. On y lit que le réseau des voies inter-quartiers est bien développé au nord, leur tracé tiré au cordeau, que l’étranglement du Centre impose une réglementation contraignante et que le Sud développe un réseau séparé, moins dense, incomplet, où les voies d’évitement sont insuffisantes hors un by pass qui permet à ceux venant du Nord d’éviter cette partie de la ville pour atteindre, en sortie de Quito, la route qui dessert au sud la Sierra et la Costa. Depuis la confection de ces cartes, la situation s’est encore améliorée au nord, n’a pratiquement pas été modifiée au Centre, sauf l’accès en tunnel de l’ouest à l’est, par l’ancienne quebrada de Jerusalem (av. 24- de-Mayo) et s’est un peu améliorée au sud, notamment par l’ouverture de la section sud de la voie périmétrale, l’avenue Orientale. La lecture de ces cartes fait prendre conscience de l’impact du plan régulateur de 1946. Ce plan a certainement permis au Quito moderne de se construire dans les meilleures conditions possibles. En effet, les grandes voies voulues par l’architecte et urbaniste fonctionnaliste Jones Odriozola ont donné des axes d’urbanisation correctement dimensionnés qui portent la croissance spatiale de la partie nord de la ville. Les urbanistes de la direction de la Planification de la municipalité du district métropolitain ont su poursuivre dans le même sens. Seulement ce plan de 1946 a aussi renforcé la ségrégation sociale en l’inscrivant plus fortement que jamais dans le site. Et les urbanistes actuels n’arrivent guère, malgré leurs efforts pour structurer le Sud et restructurer le fonctionnement global de la capitale, à rattraper cette cassure sociale et économique entre le nord et le sud de Quito13. En outre, son centre, bien que traité dans sa dimension historique, demeure un goulot d’étranglement qui ne permet pas d’établir des échanges journaliers fluides de personnes et de biens d’une extrémité à l’autre de la cité. Le retard apporté à terminer la voie périmétrale qui doit, à terme, l’encercler rend le Centre incontournable pour tous ceux qui utilisent les transports en commun. Certes, ce passage lui apporte probablement des clients, mais aussi l’engorge et le paralyse, rendant l’exercice de sa fonction commerçante chaque jour plus difficile. Le drame, c’est que les défenseurs du patrimoine de l’humanité se trompent de cible. Ils accusent les commerçants et artisans, notamment les vendeurs des rues, alors que la question se trouve au-delà du Centre, dans l’urbanisation plus rigoureuse et la viabilisation hiérarchisée du Sud. Le jour où la traversée du Centre ne sera plus un problème, par doublement des tunnels à son occident et prolongement du périphérique à leur sortie méridionale, les bouchons dus à cette absence de prolongement et au fonctionnement non aménagé des marchés et des abords de San Roque et du Tejar disparaîtront. Le Centre redeviendra accessible, son taux de pollution sera supportable, les activités commerciales, artisanales et de services, indispensables au maintien de son rôle central, ne seront plus en voie d’asphyxie.

  • 14 Philippe Cazamajor d’Artois, « Centres commerciaux et ossature de l’espace », in AIQ, planche 37.

55Ces activités, malgré tout, demeurent extrêmement vives. Considérer le Centre comme un espace à mettre à terme en périphérie du fonctionnement général de Quito paraît pour le moment, et paraîtra encore longtemps, comme une lourde erreur d’appréciation. C’est ce que permettent d’énoncer les cartes qui se réfèrent non plus aux grands équipements, mais aux activités manufacturières et aux activités de quartier. Les premières se développent aux extrémités nord et sud de la ville, mais aussi en bordure orientale du Centre et au-delà du Panecillo, ces deux dernières zones industrielles étant en perte de vitesse, il est vrai. Mais si l’on se réfère aux activités de service, de commerce et de production artisanale (il y a, à Quito, une multitude de petites entreprises parfaitement viables de production artisanale), l’importance du Centre est éclatante. C’est ce que permet de visionner et de quantifier la carte14 et l’analyse des grands ensembles commerciaux établie à partir de données collectées en 1983, mises à jour en 1990 et confirmées en 1992 par l’étude du CEDIME (cf. le chapitre 4). Ces deux représentations complémentaires révèlent le formidable espace commerçant qu’abrite cet ensemble urbain très ancien. Plus de 10 000 points de vente et 900 ateliers y sont répertoriés. Les personnes à revenus modestes y viennent, pour leurs achats, de tous les quartiers de la ville. On ne peut le marginaliser.

56Seulement, depuis une vingtaine d’années, s’est développé un central business district (CBD) qui englobe un double centre des affaires en forme de diabolo. Ce CBD va de La Mariscal, qu’il envahit presque totalement, à Naciones Unidas. Il s’étale longitudinalement sur 3 kilomètres, occupe 4 km2 environ et s’articule sur trois grands axes de circulation interquartiers : la Diez-de-Agosto, l’Amazonas et la Seis-de-Diciembre. Son luxe et la modernité des services de confort qu’il fournit sont fortement insérés dans la mondialisation des échanges, surtout par le truchement d’une économie tournée vers le modèle nord-américain dont il est une extension périphérique. Ces activités et l’élitisme de sa clientèle, qui en est la nécessaire conséquence, en font l’aire de centralité de la ville moderne, l’espace de convergence de quelque deux cent mille consommateurs potentiels dont les revenus sont à la hauteur des activités qu’il développe. Il ne reste au Centre que les activités de restauration et d’hôtellerie, qu’il partage avec La Mariscal, mais aussi l’énorme activité des commerces de gros, demi-gros et détail, très liée à la vie quotidienne des Quiténiens et dont les produits sont accessibles à toutes les bourses. Comme ses clients potentiels sont au moins trois ou quatre cent mille consommateurs et ses clients de chaque jour ouvrable assurément des dizaines de milliers, correspondant à plus ou moins deux cent mille consommateurs effectifs, son rôle économique et social reste considérable. Il n’y a pas une personne avertie et sensée qui puisse croire un instant que ce n’est que la dimension historique qui est l’avenir de ce Centre, alors qu’elle n’en est qu’une composante appréciable.

57Cependant, il est aussi très évident qu’au-delà du CBD dont on vient de parler, dans les quartiers nord et sud de Quito ont été programmées par la municipalité des aires centrales d’activités et d’approvisionnement de même nature que celles qui existent au Centre. Ces aires de centralité en puissance se justifient par toute une population se chiffrant également en centaines de milliers de personnes qui commencent à s’y rendre et s’y rendront de plus en plus à mesure que ces nouvelles zones centrales se renforceront. Ces populations-ci, pour d’autres causes, auront encore moins de raisons que celle du Quito bourgeois de se rendre au Centre. Car si on peut espérer que la dimension culturelle et historique ne laissera pas toujours indifférents les descendants des petits-bourgeois pour qui le make money yankee est le premier commandement, on peut parier, en revanche, que les néo-Quiténiens des quartiers pauvres de la ville en ont pour des décennies à voir leur niveau de vie s’améliorer, que leur culture, si elle peut être perméable aux discours patriotiques, ne se référera vraisemblablement pas aux témoins quiténiens, urbains et monumentaux, de l’histoire nationale. Donc, le Centre Historique, dans la mesure où ses activités et son image ne « se nord-américaniseront » pas de si tôt, ne deviendra pas pour eux un lieu de longtemps fréquentable. Dix-sept années s’écoulèrent avant qu’une jeune architecte issue de la middle class et ayant fait des études secondaires brillantes découvre le Centre Historique dont elle avait toujours entendu vaguement parler comme d’une partie de la ville qu’on visitait. Comment croire, dès lors, que cette démarche se fera rapidement pour un jeune Quiténien dont les parents n’auront jamais connu de Quito que la difficulté à trouver du travail, à se loger et à donner un minimum d’éducation à leur descendance !...

58En définitive, l’ Atlas infographique de Quito entérine absolument l’existence d’un Quito moderne, riche, sis au nord du Centre et dont les habitants ont des modes de vie matériels proches de ceux de leur grand modèle rêvé nord-américain : logements spacieux, voiture, réseaux de voirie adaptés, centres commerciaux bien achalandés, etc., et équipements publics à peu près satisfaisants. Le Sud est le grand oublié de l’urbanisme et des investissements publics. Le Centre vieillit et ne participe pas vraiment à la nord-américanisation qui affecte le Nord. Cependant, compte tenu de son humanité, du poids de la population et de celle qui s’y approvisionne ou y vient travailler, il conservera sa dimension commerciale et résidentielle encore longtemps.

Au-delà du discours, une question urbaine…

59S’il fallait conclure – mais le faut-il ? –, on dirait que le label « patrimoine de l’humanité » accolé au Centre Historique de Quito, si cher aux restaurateurs et responsables de la gestion du patrimoine, implique des contraintes en matière de conservation et de préservation avec lesquelles les citadins ne sont pas unanimement d’accord. Selon les quartiers et leurs occupants, l’intérêt pour le Centre et ses lieux chargés d’histoire et de sens diverge. L’adhésion à la politique engagée ou son rejet est soit culturelle, soit identitaire.

60Marqueur identitaire, le Centre Historique ne l’est pas nécessairement de la manière attendue. S’il l’est indubitablement comme référent historique, au sens de la valeur que l’on accorderait à un héritage, il l’est d’abord comme lieu connu dont l’usage est compréhensible, aisément cerné et possédé. Bien que l’exercice de multiples activités, la possibilité de multiples achats soient les premières raisons de cette pratique, il en est d’autres plus intériorisées, fondées sur les rythmes autorisés par cet espace urbain façonné pour la rencontre plus que pour les working sessions. Ici, prendre son temps a du sens. Certes, c’est un comportement citadin, imposé par le mode de composition urbaine, qui marque l’espace, mais il va presque naturellement de soi. Qui, dans le Centre, verrait une personne ne serait-ce que hâter exagérément le pas serait prodigieusement surpris et inquiet pour elle. Si dans le secteur de Naciones Unidas, au nord du CBD, un étranger retrouve aisément ses marques et des immeubles fonctionnels conformes à ce qu’il peut rencontrer à New York, Tokyo ou Shanghai, et dans le Centre Historique l’agrément d’une visite dépaysante d’intérêt historique, dans ce même Centre, historique à ce que l’on proclame, l’Équatorien, de quelque village, bourg ou petite ville qu’il vienne, se retrouve sans difficulté dans un espace urbain conforme à l’idée qu’il se fait du centre d’une grande ville. Il serait surpris qu’on lui annonce que cet espace, malcommode pour les activités marchandes et de service de la vie moderne, n’a d’avenir que s’il est un cadre historique de l’américano-hispanité offerte aux regards nostalgiques et accidentels de passants venus d’ailleurs admirer un spécimen du « patrimoine de l’humanité ».

61Ceci ne veut pas dire que s’établit un clivage entre ces deux perceptions, que l’avenir du Centre passera obligatoirement par l’une ou l’autre. La sensibilité de chacun est beaucoup plus confuse. Une foule de citadins sont accaparés par l’exercice journalier d’activités de subsistance ou par la conquête lente et opiniâtre d’une amélioration de leurs conditions de confort et d’existence ; ceux-ci ne se soucient que théoriquement du Centre... s’ils s’en soucient ! Une tranche étroite d’intellectuels et de « notables » considère la transmission d’une certaine idée de l’histoire de leur ville comme un devoir sacré incluant nécessairement la conservation et l’embellissement du Centre Historique, au détriment d’autres activités économiques et urbaines, comme sa fonction de centralité, s’il le faut. Enfin, une forte minorité des habitants ne dissocie pas la ville ancienne de leur vie quotidienne. C’est pour elle une partie très vivante, très actuelle de la ville, un lieu d’échanges et de vie particulièrement fort auquel elle s’identifie. Beaucoup de ceux qui s’y rendent ne se posent pas la question patrimoniale, mais, si on les sollicite à ce sujet, montrent leur attachement au Centre sans s’enthousiasmer sur sa nécessaire conservation parce que ce serait un patrimoine de l’humanité. C’est plutôt leur espace vécu, dont l’usage est un patrimoine, qu’ils légueront tout naturellement à leurs enfants.

62En revanche, parmi ceux qui ont opté pour le confort d’une ville bien équipée, on trouve fréquemment des indifférents aux quartiers anciens. Ce ne sont pour eux que des lieux dépassés par la modernité, qu’il faut conserver par principe, mais que l’on ne fréquente qu’exceptionnellement. Le Centre Historique est le témoignage d’une époque révolue, cette ville-musée qu’envisagent en s’en défendant nombre de notables. En outre, ils s’en méfient car il a la réputation d’être mal fréquenté. Ces quartiers, jadis délaissés par les milieux aisés, n’ont pas été depuis reconquis par eux.

63Le discours des passants rencontrés sur les places, donc recueilli auprès de personnes fréquentant ces lieux, est différent : la valeur d’usage du Centre Historique est pour eux manifeste. Lieu de rencontres, de travail, d’achats, il vit au sens fort du terme : actif par ses commerces, ses administrations, recueillant l’espoir des néo-citadins venus y chercher un emploi ou un logement en attente de mieux.

64Le fait que bien des habitants de Quito intègrent le Centre, lieu de fréquentation usuelle, dans leur géographie identitaire ne signifie pas nécessairement pour eux que ce soit également un lieu de mémoire. En effet, cette dimension inclut au moins deux formes d’adhésion.

65La première gravite, il est vrai, autour de la dimension identitaire à laquelle elle se rattache. Elle implique le Centre en tant que partie ancienne de la ville. Son mode de composition urbaine et ses monuments en sont l’objet et l’expression. Plus que de l’histoire elle-même, c’est de ce que signifie le cadre matériel dans lequel cette histoire s’est faite qu’il s’agit. Ainsi, rien qu’en déambulant dans ses rues et sur ses places, de Santo-Domingo à San Francisco, de la Plaza Grande à la Plaza del Teatro, de San Diego ou San Juan de Dios à la Merced, on imagine bien les façons de vivre et les fêtes passées, les processions, dont celle du Vernes Santo se rejoue chaque année avec son rituel immuable, et la fréquentation, la quotidienneté des événements coutumiers d’alors. Cette mémoire-là, enseignée et retenue, nourrit encore très fréquemment le Quiténien rencontré, qu’il soit un habitué des lieux ou le guide accidentel d’amis venus d’ailleurs et désireux de flâner dans ces quartiers conservés. Elle soutient une identité culturelle inculquée et superficielle, qui se manifeste dans un discours de circonstance.

66La deuxième est une autre mémoire, profonde, intime, voire viscérale, qui nourrit l’identité de certains habitants, ceux pour qui le Centre Historique est la matrice, le berceau, l’adolescence, encore le présent pour certains, ou seulement un moment fort et un espace de vie. Tous ceux qui nous en ont longuement parlé, passionnément parfois, simplement et sobrement le plus souvent, étaient de ceux-là. Ils évoquaient son passé plus ou moins proche, mais c’était aussi du leur ou de celui de leurs parents qu’ils nous entretenaient d’une certaine façon. Les lieux portent cette mémoire dont l’animation des ateliers, des boutiques, des étals de plein air et la noria inlassable des piétons arpentant les rues du centre-Centre, qui leur sont exclusivement réservées, sont les supports.

  • 15 Les Quiténiens appellent ainsi tous les non-natifs de Quito.

67L’enquête EBAQ a bien mis ces deux dimensions en évidence. Tous les vrais Quiténiens se reconnaissent dans le Centre Historique, c’est pour eux un lieu identitaire et un lieu de mémoire. Bien des chagras15 partagent aussi ce sentiment. Mais, plus la ville grandit, plus cette population se fond dans celle des nouveaux venus. C’est pour cela que parmi les gens bien installés et qui se veulent modernes, ce Centre peut être un lieu de mémoire – c’est l’expression d’un fait historique – dont il est de bon ton de dire qu’il est identitaire. Pour les nouveaux migrants sans grandes ressources, installés en des quartiers ouvriers désertés par une grande partie de leurs anciens résidants ou, plus fréquemment, en de lointains quartiers, identité et mémoire n’ont rien à voir avec le Centre Historique. Cependant, le pourcentage de ceux qui osent tenir ce propos demeure encore minoritaire, même dans des quartiers où certains habitants ne se sentent pas considérés comme de véritables citoyens. Chimbacalle en est un exemple assez représentatif. Il en est de même en d’autres quartiers périphériques, géographiquement et socialement classés longtemps comme marginaux. Certains de leurs habitants, nouveaux venus poussés par la misère et vivant à des kilomètres et des kilomètres du Centre, rejettent purement et simplement tout discours le concernant.

68La dimension historique du Centre est aussi un enjeu. Qui l’organise et la gère détient un pouvoir culturellement gratifiant que se disputent de manière voilée et courtoise certains acteurs de la conservation : notables qui se classent parmi les intellectuels, institutions ou organismes de toute paroisse, services municipaux ou nationaux, associations, etc. L’exercice de ce pouvoir, pour être réel, a besoin d’un territoire sur lequel laisser son empreinte. C’est le Centre Historique. Celui qui a juridiction sur son territoire peut distribuer les rôles et tirer le bénéfice moral des réalisations de rénovation qui s’y font. Les architectes en sont les maîtres d’œuvre. À Quito, leur profession demeure prestigieuse et confère à ceux qui l’exercent dans le domaine que nous traitons une aura indiscutable. Cela ne va pas sans risque de contestation et de soupçons si l’on en juge par les propos aigres-doux, ironiques ou extrêmement critiques qui sourdent et dont se firent l’écho nombre de nos interlocuteurs. Il faut dire que parfois des sommes importantes sont en jeu et que leur emploi est controversé : urgence opérationnelle plus ou moins grande, option et orientation des actions programmées plus ou moins justifiées. Une certitude : la concertation est difficile, parfois impossible, et fut fréquemment dénoncée devant nous. Il y a indubitablement une réelle difficulté à s’entendre pour mettre en place une politique d’intervention commune.

69C’est justement cette politique qui est la plus difficile à établir. Le principe de la rénovation de tel ou tel édifice, de la restauration de tel ou tel monument, même s’il y a toujours concurrence dans les choix et les priorités, est généralement assez bien accepté. Ce sont les options urbanistiques lourdes, le réemploi de certains espaces et leur remodelage qui provoquent les conflits d’influence ou la paralysie opérationnelle. On a lu le compte rendu fidèle du genre de discours tissé de bonnes intentions et de lieux communs que filent des messieurs aimant les honneurs, et de surcroît très honorables. Seulement, il ne font l’opinion que d’eux-mêmes. C’est à la direction de la Planification de la municipalité du district métropolitain que se prépare et s’élabore la politique urbaine de la Quito des vingt ou trente prochaines années. Elle concerne l’ensemble des lieux habités de la région la plus urbanisée de l’Équateur et les multiples réseaux qui l’innervent. Le Centre a droit à un plan particulier d’aménagement, mais aucun urbaniste consciencieux ne le dissocie de l’ensemble urbain dont il est le noyau premier et la plus grosse pierre d’achoppement. Il s’agit pour eux de permettre à la ville qui se distribue de part et d’autre de sa centralité historique de fonctionner au mieux sans pour autant mettre en dérivation ce centre si peu adapté à la vie urbaine moderne. Cela passe par une redéfinition de ses fonctions productrices et marchandes, implique un réaménagement de ses rues et autres réseaux, une adaptation souple de son architecture et de son architexture (les structures de son organisation spatiale) et suppose un règlement draconien de l’exercice des activités économiques qui assurent le grouillement effervescent de sa vie diurne ainsi que la possibilité de jouissance paisible des lieux conviviaux d’existence de ses résidants.

70Les urbanistes de la municipalité et ceux qui travaillent sur le terrain à la sauvegarde plus spécifique du Centre sont tous des architectes. Ils sont très conscients de la difficulté de tout conserver, de ne rien casser et de tout transformer : « On ne peut contenter tout le monde et son père », écrivait Jean de La Fontaine. Ce constat ironique et désabusé est toujours d’actualité. Cependant, l’absence de financement suffisant pour faire de la ville coloniale un lieu d’identité et de mémoire tout en lui conservant sa fonction capitale de centre, le désir des uns de tout figer dans les apparences d’une ville hispano-américaine du xixe siècle, celui des autres de tailler dans ce tissu urbain conservé et d’en remodeler l’agencement spatial, l’obligation de préserver ce qui a justifié son inscription à l’inventaire du patrimoine mondial, condamnent les urbanistes à résoudre la quadrature du cercle... Les urgences urbanistiques liées à la croissance démographique et spatiale continue de l’aire métropolitaine, la nécessité pour la municipalité d’assurer le minimum d’équipements d’infrastructure et de fonctionnement pour que la ville ne soit pas dans l’incapacité de fournir aux entreprises et citadins les moyens publics et collectifs qui les font vivre, l’obligation sociale et politique d’équiper et d’intégrer la population marginalisée qui épaissit sans cesse la ceinture d’encerclement de ses quartiers légalement et correctement construits, neutralisent toute tentative cohérente d’envergure de traitement urbanistique du Centre et de son noyau historique et prestigieux.

71Il y a là un très grave problème urbain qui désespère ceux qui voudraient le résoudre harmonieusement, renvoie à ses chères études plus d’un savant conférencier et laisse profondément passive la très grande majorité des habitants de Quito.

Notes

1 Du latin habere : avoir. Pierre Bourdieu, abordant les us dans La Distinction, critique sociale du jugement (Paris, Éditions de Minuit, 1982), parle d’habitus, « principe unificateur et générateur des pratiques », et aussi de « capacité de produire des pratiques et des œuvres classables, capacité de différencier et d’apprécier ces pratiques et ces produits ».

2 En réalité, ces vendeurs de rue ne sont guère ambulants. La plupart ne sont ni des colporteurs ni des vendeurs à la sauvette, mais bien au contraire des gens que l’on retrouve chaque jour à la même place, du moins tant qu’ils n’en n’ont pas été délogés par la municipalité. Ils sont sédentaires et marchands en plein air.

3 De mochila, « sac à dos ». Personne qui se déplace sac au dos, généralement jeune, curieuse du monde, désargentée. Mais, de plus en plus de gens moins jeunes et mieux nantis se déplacent également sac au dos, plus désireux de trekking que de mondanités et de farniente dans des hôtels de style et d’obédience internationaux.

4 97 % des ressources naturelles de l’Équateur sont aux mains des non-Équatoriens, la monnaie est dollarisée, c’est le pays économiquement le plus aliéné du monde. Mais qui l’a ainsi aliéné ?!

5 Nous rappelons que, d’après l’EBAQ, à Chimbacalle un quart des habitants ne donnent pas leur point de vue sur la politique de conservation menée au Centre parce qu’ils s’en désintéressent, ou donnent un point de vue négatif ; au Comité del Pueblo. les réponses sont plus tranchées et mieux argumentées, 23 % se déclarent hostiles, il y a pour eux d’autres urgences urbanistiques les concernant directement ; même son de cloche à la Ecuatoriana, mais avec seulement 13 % de déclarations négatives.

6 Ces termes sont à prendre dans leur sens étymologique ou fonctionnel : popularité, puisque le peuple, c’est-à-dire tout un chacun, sait qu’il possède le droit d’user du Centre ; identité, puisque chacun se sent, ici, appartenir à une même entité nationale ; publicité, qui a un public utilisateur, consommateur, micro-acteur et spectateur, mais en aucun cas ordonnateur et opérateur, ces derniers n’étant justement pas le public des pancartes limitatives ou des interdictions admises sans être affichées ; centralité, dont le rôle est de regrouper, centraliser en un lieu, qui peut d’ailleurs être une aire de plusieurs kilomètres carrés, un ensemble d’éléments fonctionnels nécessaires à une pratique ciblée, ici celle de la concentration des sièges d’entreprise gérant la majeure partie de l’économie globale de la ville.

7 Henri Godard, Janet Vega, « La distribution de la population urbaine équatorienne et la croissance de la capitale », in AIQ, planche 1.

8 Maria Augusta Fernandez, Marc Souris, « Situation et site : modèles numériques de terrain », in AIQ, planche 2.

9 René de Maximy, « Densités des populations », in AIQ, planche 10 ; « Catégories socioprofessionnelles », in AIQ, planche 12 ; « Cohabitation », in AIQ, planche 14 ; « Population et appropriation de l’espace », in AIQ, planche 13.

10 Hormis pour ce qui concerne les quartiers « marginaux » qui, sans respect du règlement urbain que d’ailleurs tout le monde transgresse, occupent au-delà du Quito structuré, équipé et légalement construit, les pentes réputées inconstructibles.

11 René de Maximy, « Hiérarchisation socio-économique de l’espace quiténien », in AIQ, planche 38 ; « Accessibilité », figure 4 des « Modes de composition urbaine » (« Los modos de composiciôn urbana »), in AIQ, planche 24.

12 Henri Godard. René de Maximy, « Transports et voirie », in AIQ, planche 24.

13 Municipio de Quito, Plan maestro, 1991.

14 Philippe Cazamajor d’Artois, « Centres commerciaux et ossature de l’espace », in AIQ, planche 37.

15 Les Quiténiens appellent ainsi tous les non-natifs de Quito.

Notes de fin

1 Il y a eu plusieurs périodes. Effectivement, dans les années 1950, les façades pastel eurent leur mode, mais, plus anciennement, elles étaient déjà blanches, et comme le dit notre interlocuteur, elles redevinrent blanches. Aujourd’hui, nous sommes dans la mode coloriée inspirée de Cartagena.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search