Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Troisième partie. Centre-ville ou patrimoine ?

Chapitre VII. Points de vue des passants et des résidants

Texte intégral

Le Centre Historique et les passants

  • 1 Plaza Grande, Plaza de San Francisco, Plaza de Santo-Domingo, Plaza del Teatro, Plaza San Blas.

1On doit commencer la présentation des résultats de cette enquête par une sorte de bref avertissement au lecteur. En effet, en reprendre les résultats question par question est répétitif, lassant. Cependant, la réhabilitation du Centre est l’objet premier de cette troisième partie et, depuis des années, de nombreuses publications – articles de journaux, revues spécialisées, ouvrages édités par la municipalité – vont en ce sens. Or, jamais on ne rencontre un exposé des opinions des gens ordinaires, ceux précisément qu’on croise dans les rues. Aussi a-t-on voulu donner toute leur place à celles-ci et les présenter clairement, bien qu’on ait dû regrouper certaines réponses assez semblables, mais en évitant de les ignorer encore une fois. Leur enseignement permet de prendre conscience de l’audience véritable des options, suivies d’effets dans ce cas, des gestionnaires de la ville et des opérateurs agissant sur la rénovation et le remodelage nuancé du Quito « colonial ». Après les gens rencontrés dans leur quartier et après les boutiquiers, on a donc décidé d’aborder des passants sur les places les plus fréquentées du Centre Historique1. N’ayant pas exactement eu à répondre aux mêmes questions, leurs réponses ne se répètent pas vraiment ; néanmoins, elles se chevauchent fréquemment.

2Il s’agit d’appréhender la vision que ceux-ci et ceux-là ont de cet ensemble urbain : limites spatiales, monuments, dont leurs qualités et leur entretien, symboles, mais aussi politique municipale. Des questions très directes ont été formulées en conséquence. Auprès des passants, occasionnels ou habituels, outre la façon dont chacun se représente la « ville ancienne » et ses lieux symboliques, dont il observe les changements au fil des ans, et leur importance à ses yeux, on s’est également enquis du pourquoi de leur présence en ces lieux et de diverses autres questions. En les présentant, les autres interlocuteurs l’ayant été précédemment, c’est par eux que nous commencerons.

Les passants

  • 2 Les enquêtes à La Loma et à San Juan, ainsi que dans l’ensemble des quartiers étudiés lors de l’étu (...)

3La seule place du Centre où l’on trouve la douceur de l’ombre des arbres et des bancs en nombre et spacieux est la Plaza Grande, observatoire et point privilégié de l’animation de la rue. Les Quiténiens aiment s’y arrêter pour discuter et se divertir. Plus d’un tiers de nos 192 entretiens s’y sont déroulés. Les trois cinquièmes des personnes rencontrées ont entre 20 et 45 ans. Il y a une majorité d’hommes. Les femmes, souvent plus affairées, n’ont guère le temps de flâner, de se distraire, il est donc relativement plus difficile de les retenir le temps d’un entretien. Il y a aussi des retraités – jubilados –, presque exclusivement des hommes, qui se tiennent surtout sur la grand-place et ont, eux, tout leur temps2. Près de neuf personnes sur dix (167/ 192) sont originaires de la Sierra et parmi celles-ci 42,5 %, soit 71 personnes, sont nées à Quito, deux fois sur trois dans le Centre Historique. Les autres viennent de la Côte, hors deux étrangers. Enfin, des 192 personnes interviewées, 154 vivent à Quito, soit 81 % de l’ensemble. De celles-ci la moitié réside dans le Centre ou dans des quartiers relativement centraux (à moins de 3 kilomètres du Centre) ; un peu plus d’une sur cinq (22 %) reste à plus de 10 kilomètres. Si l’on excepte les touristes et personnes en déplacement professionnel, il n’y a aucune personne de l’échantillon qui, demeurant à plus de 3 kilomètres, soit arrivée au Centre à pied.

Raisons de la fréquentation du Centre

4Les personnes rencontrées se rendent assez fréquemment dans la ville ancienne. Tandis que seulement un tiers y vient moins d’une fois par semaine, un autre tiers la parcourt au minimum une fois dans la journée (dont 22 % plusieurs fois). Le tiers restant, selon les nécessités du moment, la fréquente une à plusieurs fois par semaine. La plupart ont bien voulu donner la (ou les) raison(s) de leur présence en ces lieux. L’indiscrétion des questions n’a pas semblé les déranger, quoique l’imprécision de certaines réponses reflète leur réserve ou leur difficulté à s’exprimer sur les thèmes abordés. Néanmoins, d’autres apportent des informations intéressantes sur les fonctions actuelles du Centre.

  • 3 « Plaza Mayor », « Plaza Grande », « Plaza de Independencia » : appellation ad libitum.

5Une petite moitié se promène, flâne ou s’accorde une halte sur les places avant de se rendre au travail ou à son retour. Les retraités viennent se distraire, faire la causette un moment, se souvenir de l’atmosphère tranquille qui régnait autrefois en ville, alors qu’aujourd’hui, constatent-ils, les citadins souffrent de la pollution, du bruit et de la délinquance. Repère convivial des temps anciens, la place, surtout la principale3, accueille chaque jour touristes, résidants, travailleurs, retraités.

6Un tiers de ceux qui ont accepté de répondre sont venus à un rendez-vous dont l’objet n’est précisé qu’une fois sur cinq. Il s’agit alors d’un rendez-vous professionnel ou, moins fréquemment, médical. Le taux de chômage, selon l’enquête, serait de 3 % environ. Une femme sans emploi rémunéré, à Quito, se déclare très rarement chômeuse ou sans emploi. Elle est tout simplement « maîtresse de maison ». En outre, sans être chômeurs, probablement plus de 20 % des Quiténiens travaillent dans la précarité, ce qui explique que la recherche d’emploi, souvent lors des interviews qualifiée de « raison professionnelle », soit un souci permanent pour eux, mais aussi qu’on ne se déclare pas aisément inoccupé. Bref, pour chacun, les raisons de se trouver là sont multiples :

  • le divertissement, 95 réponses, soit 46 % de l’ensemble, dont : distraction, discuter, 23 % ; se reposer, 20 % ; passer le temps, 16 % ; un moment avant ou après le travail, 18 % ; flâner, se promener, 8,5 % ; connaître, découvrir, observer, 6 % ; autres, 8,5 % ;
  • les rendez-vous, 64 réponses, soit 31 % de l’ensemble, dont : 59 % sans précision, 16 % pour une raison professionnelle, 7 % pour une raison médicale, 9 % pour une visite, amicale ou familiale ;
  • diverses démarches, 22 réponses soit 11 % de l’ensemble, dont : administratives, 59 % ; personnelles, 18 % ; financières, 14 % Judiciaires, 9 % ;
  • autres, 24 réponses, soit 12 % de l’ensemble, dont : achats, 66 % ; bibliothèques, dévotions, 25 % ; autres, 9 %.
  • 4 Un certain nombre de personnes interrogées ont pris comme acception spatiale du lieu de référence l (...)

7En reprenant une question formulée précédemment et en la personnalisant, on obtient des réponses plus nombreuses qui ne diffèrent pas des précédentes, mais les complètent. (Par exemple : « Quelles sont, selon vous, les motivations qui peuvent attirer les gens ici plutôt qu’ailleurs ? » se traduit par 316 réponses, au lieu de 205 en demandant : « Quelles sont vos motivations...? ») Bref, on y vient se promener, se reposer à l’ombre des quelques arbres de la Plaza Grande, faire des achats dans les magasins bon marché, effectuer des démarches administratives ou de recherche d’emploi. Les passants, sans le dire expressément, fréquentent évidemment chacune des places selon ce qu’ils recherchent. Ce ne sera donc pas indifféremment l’une ou l’autre4. Ainsi, la place Santo-Domingo, lieu des plus appréciés, offre des « spectacles de rue » : groupes musicaux en fin de semaine, orchestre municipal le dimanche, chanteurs et musiciens populaires quotidiennement, donnent tour à tour des concerts gratuits sur cette esplanade. Très parcourue, c’est le lieu de manifestation « culturelle » et « artistique » le plus dynamique et le plus populaire du Centre. Mais cette culture n’est jamais étrangère, encore moins d’avant-garde. Chacun est donc capable de la goûter sans initiation préalable, ce qui explique son attrait coutumier.

La perception des limites du Centre Historique et de son patrimoine

8Depuis son inscription à l’inventaire du patrimoine mondial, la détermination de l’espace « historique » du Centre a une très grande importance, car les opérations de sauvegarde et les moyens alloués, nationaux ou internationaux, sont considérables. Compte tenu de cet enjeu, on ne s’étonnera pas que les considérations soient notablement différentes s’il s’agit de limites que perçoivent les Quiténiens ou de celles qu’établissent les gestionnaires municipaux.

9Un tiers des passants interviewés, essentiellement des immigrants récents ou des touristes équatoriens, ignore cette question. On peut penser que pour eux le cadre historique du Centre est flou, non significatif, voire inexistant. Pour les autres, différentes de celles que font les responsables, les réponses s’appuient en priorité sur des monuments, des couvents ou des églises, mais aussi sur des points remarquables (rue, colline, ravin, etc.). Ils se réfèrent grossièrement soit au Quito colonial, soit à celui de la fin de la première période de l’époque républicaine (1875), soit à l’époque de l’arrivée du chemin de fer (1908), rarement au Quito moderne.

  • 5 Cette colline ne fut urbanisée qu’à partir des années 1960, mais son occupation, qui remonte à l’ép (...)

10La limite sud, aisément perçue, obtient de nombreuses réponses – plus de 70 % des avis exprimés – et fait majoritairement référence à l’espace occupé par la ville coloniale et à son cadre naturel : Santo-Domingo, place et couvent, limite urbaine à la deuxième moitié du xvie siècle ; viennent ensuite l’avenue 24-de-Mayo, ancienne quebrada de Jerusalem, puis l’ancienne route d’Ambato, au pied du Panecillo, qui commence à être occupée dès la première moitié du xviiie siècle, et l’avenue 5-de-Junio. Le Machángara, rivière et ravin, limite naturelle, est également souvent cité ; de même que l’avenue Cumanda ; la Recoleta ou Buen Pastor, ancien couvent dominicain, fondé en 1601 ; et surtout le Panecillo5 qui verrouille le site au sud du Centre.

11Certains, apparemment très peu au fait des limites de la ville ancienne, citent des quartiers relativement récents, toujours les mêmes : Chimbacalle qui se confond avec la Ferroviaria qui le jouxte, l’un, construit dans les années 1920, étant initialement une sorte de cité ouvrière abritant les travailleurs liés aux activités de l’autre, et celui de Villa Flora, construit dans les années 1970. Le premier n’est pas surprenant, Chimbacalle marque la césure entre l’époque où la ville croissait lentement et celle, liée à l’avènement du chemin de fer – cause d’une croissance urbaine plus importante, on l’a vu – qui se prolongea par la construction d’une ligne de tram reliant ce quartier au Centre. Elle fonctionna jusqu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale. En revanche, pour comprendre le pourquoi de la seconde réponse, il faut probablement se référer au fait que Villa Flora, quartier prévu par les urbanistes, fut le premier centre bien équipé créé au sud du Panecillo, si bien que, depuis une génération, il apparaît comme le lieu où commence la partie sud de la ville.

  • 6 Tous ces monuments, lieux et rues énoncés exigent un commentaire : la Tola est une colline construi (...)

12Le quartier de la Tola (16 réponses) et l’église de San Blas (41 réponses), limites orientales, sont facilement repérables. Tandis qu’au nord, les limites, souvent floues dans l’idée des gens à cause de l’orientation du relief, sont énoncées 71 fois, dont la place du théâtre, la basilique, San Juan, la Banque centrale, l’église de Bélen et surtout les parcs de l’Alameda (30 réponses) et de l’Ejido (16 réponses)6.

13À noter que seules les limites méridionales et orientales sont toujours mentionnées. On aurait pu penser que l’avenue Occidentale, voie de contournement très marquée dans le site par son tracé et significative, pour le fonctionnement de la ville, par le flot de voitures qu’elle draine, serait considérée comme limite historique ouest du Centre qu’elle borde. Il n’en a rien été. Cependant, le très petit nombre de réponses concernant ce côté-là de la ville incite à croire que cette limite routière est bien dans l’esprit des gens interrogés, mais qu’ils ne l’ont pas jugée correcte, ville ancienne signifiant pour eux limites anciennes, ce qui exclut ce boulevard périphérique. Ce serait la raison pour laquelle les limites occidentales n’obtiennent que 26 réponses, dont près de la moitié désignant le Tejar, les autres mentionnant, par ordre décroissant, San Roque, Toctiuco (un quartier péri-central), San Diego et la Penal Garcia Moreno (prison, avec panoptique, construite au siècle dernier). Pour ce qui est du nord, l’extension de la ville sans franchissement d’un seuil en rend la perception incertaine et donc les limites difficiles à préciser. Tandis qu’il est aisé d’identifier le Panecillo et les cols qui permettent d’en franchir la barrière naturelle ou les ruptures qui motivent des ouvrages d’art : torrent ou ravin. Mais la partie plus pauvre, au sud de cette hauteur, n’a pas de tels points de repère, d’où l’étonnante association de quartiers de 1920 et de 1970. Il est vrai, cependant, que ce sont les deux quartiers méridionaux les plus connus à cause de ce qui en fut dit lors de leur création et de la fonction urbaine qu’ils évoquent.

14Si les Quiténiens localisent ainsi le Centre Historique, la suite des questions n’a pas permis de constater une parfaite correspondance entre ses limites, très variables au gré des réponses faites, et l’espace urbain qu’ils considèrent comme le véritable patrimoine à conserver. On a vu qu’il n’en est pas de même pour les planificateurs de la municipalité. Ceux-ci ont été amenés à compartimenter et à délimiter très précisément ces espaces. Aussi les bornent-ils selon les opérations à projeter et à conduire, et non en fonction des seules « aires patrimoniales » qui ne sont que l’un des objets de leur action. C’est pourquoi ils distinguent plusieurs enveloppes historiques dans le Quito moderne. Celles du Centre Historique et du patrimoine de l’humanité ont suivi ces mêmes fluctuations.

15En définitive, nous constatons que pour ces limites il n’y a guère d’ambiguïté, l’appréciation des passants étant dans ses grandes lignes presque toujours proche de celle des responsables de la gestion urbaine lors de leurs premières délimitations. Cette vision est sans aucun doute liée à des pratiques citadines, probablement aussi à une connaissance rudimentaire de l’histoire de la cité et aux nombreux articles qui paraissent désormais régulièrement dans les quotidiens de la capitale. Le relief et les points remarquables du site permettent de séparer les parties anciennes et modernes de la ville.

16Cette question de limites n’a pas été abordée dans nos autres enquêtes : ceux de La Loma et de San Juan ne répondaient aux questions sur le Centre et la politique urbaine le concernant que dans le cadre d’une étude plus vaste, aux objectifs différents. Quant aux boutiquiers, lors d’un entretien non directif, il leur était difficile d’aborder cette question, assez théorique et formelle, au contraire de celles s’intéressant à leur activité et à leur milieu de vie. En revanche, 88 % des passants ont plutôt une vue positive du paysage, très construit, du centre colonial. Un tiers des réponses formulées note le bon entretien des maisons ; un cinquième, plus nuancé, constate l’hétérogénéité des situations observées : « il y a de tout » ; plus d’un septième trouve la situation passable et un dixième parle d’une dégradation croissante. Suivent des lieux communs comme « la majorité des maisons sont anciennes, leur transformation ou leur réparation est donc nécessaire ».

17Les avis des commerçants sanjuanais et lomanais sont plus argumentés. Ils soulignent d’abord et assez généralement l’hétérogénéité de l’état du bâti et expliquent leur réponse : l’entretien des maisons particulières est souvent négligé et les travaux de restauration, lorsqu’il y en a, sont superficiels, incomplets, ce qui fait dire à certains qu’« on se contente de peindre les façades ! ». Ils ont une perception plus nuancée des bâtisses et des immeubles de l’espace rapproché. Ils les connaissent mieux et les voient donc tels qu’ils sont, au-delà de leur enduit et de la peinture de leur façade. Un grand nombre considère alors que ces maisons sont correctement entretenues, restaurées ou rénovées. D’autres, cependant, trouvent que leur entretien laisse à désirer, que beaucoup sont vétustes et ne valent pas la peine d’être conservées.

18La perception du capital immobilier, elle, est très subjective. Il est vrai que l’état de conservation diffère selon les quartiers, les rues, et même fréquemment au sein même de la rue. Mais cela témoigne avant tout de la difficulté qu’il y a d’établir une politique de conservation défendable et acceptée de tous, car l’information municipale laisse à désirer. On ne peut donc s’étonner que la sensibilité des citadins et usagers du Centre Historique, peu nourrie des débats et expériences en cours, ne s’exprime pas nécessairement comme celle des ingénieurs et architectes en charge de la réhabilitation de cet ensemble exceptionnel.

19Un mot encore sur la différence de sensiblité entre les boutiquiers des quartiers bien individualisés et ceux du centre-Centre : vraisemblablement les premiers se sentent solidaires des habitants et de l’environnement de leur quartier, les seconds ne sont plus en un milieu sédentaire et porteur d’un sentiment d’appartenance bien identifié, si bien que le devenir architextural et architectural du Centre n’est pas l’un de leurs soucis majeurs. Nous avons vécu quelque temps dans le quartier de San Marcos, voisin et frère jumeau de celui de La Loma, et avons pu objectivement en juger alors, ce qui nous autorise à avancer cette explication.

Le patrimoine, sa sauvegarde et les actions de sa réhabilitation

20Il en va tout autrement pour la notion de patrimoine. De nombreux Quiténiens, d’une façon ou d’une autre, en ont une conscience forte, ils disent alors « c’est notre histoire », parlent de « l’architecture », évoquent « ce que nous ont laissé nos parents » et même usent du mot « patrimoine ». Mais lorsqu’il s’agit de « patrimoine de l’humanité », cela leur échappe, ou bien ils n’en usent que comme d’une sorte de formule magique, pour eux gratifiante, sans y mettre ni véritable signification, ni règles, ni obligations, à croire qu’il ne s’agit que d’une expression qui leur fut servie toute chaude un beau matin dans la presse et qui, depuis, se serait sacralisée.

  • 7 Notons en passant la naïveté de cette affirmation qui montre une confiance illimitée en la puissanc (...)

21On peut d’ailleurs saisir grossièrement la perception quiténienne de ces proclamations récurrentes. Ainsi, à la question sur la signification de l’expression « le Centre Historique de Quito est un patrimoine de l’humanité », un quart environ des gens disent ne pas savoir, ou parfois avoir oublié ce dont il est question. Est-ce à cause de l’ésotérisme de la formule ou d’une ignorance de l’histoire et de la politique culturelle de la cité ? Cette appellation n’évoque rien pour eux. Pour les autres, ce sont les caractéristiques de cet ensemble urbain qui la justifie, dont, en premier lieu, « la beauté de ses constructions (ils précisent : “les maisons”, “les églises”) et son ancienneté ». Un quart de ceux qui ont un avis affirme qu’il est « unique en Amérique », voire « au monde », généralement sans rattacher cette expression consacrée à la référence institutionnelle. Une personne sur dix seulement exprime la liaison entre la formule et la « classification » ou « déclaration » de l’Unesco. L’architecture coloniale et la beauté du site (« milieu », « topographie ») la légitimeraient, mais la finalité du classement, la nécessaire conservation du Centre Historique ne sont pas prises en considération. La dimension patrimoniale (au sens où elle a été définie précédemment) et l’obligation morale de conservation qu’entraîne le classement au patrimoine de l’humanité viennent rarement à l’esprit des personnes rencontrées. Si, cependant, elles en parlent, leur interprétation reflète fréquemment une confiance bien peu critique à l’égard des institutions nationales et internationales : « Quito, capitale de l’Équateur, ne peut être ni détruite ni bombardée en cas de guerre7 ! »

22Bref, très peu parmi les passants savent ce qu’implique l’inscription de la vieille ville à l’inventaire du patrimoine mondial. Ils invoquent plutôt – et, semble-t-il, naturellement – le milieu physique, le site exceptionnel du Centre et l’architecture, éléments esthétiques dont ils sont fiers.

23Quant à ce patrimoine, on a voulu savoir si les boutiquiers en estimaient la sauvegarde et la réhabilitation « nécessaires », seulement « importantes », ou « inutiles » et comparer ces réponses avec celles données par les passants. Or, parmi les personnes interviewées, nombreuses sont celles qui ne savent rien, ou presque rien, des actions de réhabilitation et de restauration entreprises. Celles qui pensent savoir ne semblent pas non plus très au courant, ou du moins ne sont guère informées de la variété du champ d’intervention des différents acteurs de la « sauvegarde ». En témoignent certaines formules évasives, neutres ou dépréciatives : « Ils s’intéressent au Centre Historique » ; « ils se soucient de son apparence » ; « ils prennent soin de quelques lieux » ; « ils négligent les quartiers jouxtant le Centre ». Presque toujours ponctuels ou anecdotiques, des exemples isolés illustrent ce peu de connaissance des transformations récentes de la ville ancienne : « Ils arrangent l’église de San Francisco » ; « je constate la construction d’un musée et d’un parc de stationnement à Santa Clara » ; « ils ont arrangé la Plaza Grande et ses alentours » ; « la maison où vécut Velasco Ibarra a été restaurée ». Un négociant, plutôt que de donner ses impressions sur les actions, spécifie que « la restauration s’inspire de modèles étrangers », sans qu’on sache – mais lui-même le sait-il ? – sur quoi s’appuie cette assertion.

24Il est clair qu’il n’y a pas d’appréhension globale, même très sommaire, des actions de préservation de cet ensemble urbain. Néanmoins, ce qui frappe le plus les gens interrogés concerne d’abord la restauration des églises – en particulier celle de Santo-Domingo dont le couvent, à l’articulation de ces deux entités spatiales, rattache le quartier de La Loma au Centre dont on ne peut le dissocier –, le réagencement des places et aussi « l’arrangement » des maisons. Même ceux qui déclarent « savoir peu de choses » observent qu’il est notable qu’« ils remodèlent (ou “qu’ils ont arrangé”) les maisons anciennes et les places, pavent certaines rues et changent la couleur des maisons ». Les actions géographiquement les plus proches sont cependant toujours connues. Ainsi, les épiciers lomanais sont au courant qu’« ils », sans précision, ont rénové et transformé l’ancienne clinique Pasteur afin d’y accueillir le centre musical municipal de la Marna Cuchara et qu’« “ils” arrangent les maisons dans la rue Rocafuerte, au-dessus de Santo-Domingo », en fait celles de la rue Sucre la prolongeant en direction du quartier de San Roque.

25Dans les quartiers, les résidants ont une approche plus en sympathie. À La Loma comme à San Juan, l’engouement des gens pour le Centre Historique, la quintessence de leur cité, se traduit par une appréciation clairement déclarée ; pour eux, toute réhabilitation est plutôt bien reçue. Sur 450 réponses émises à ce sujet, 235 à La Loma et 215 à San Juan, 384, soit 85 %, affirment que l’entreprise est bonne ou qu’elle est « vraiment très bonne ». Une personne sur douze environ a des avis partagés se traduisant au mieux par le languissant más o menas équatorien, au pire par une absence d’idée. Moins de 7 % sont négatives, quelques-uns pensent qu’il vaudrait mieux tout moderniser, les autres se déclarent franchement hostiles, soit avec une vision niant l’histoire : « On devrait foutre tout ça en l’air » (Deberia botar todo) ou, moins définitive : « Je suis contre les grandes dépenses faites dans le Centre Historique » ; soit plutôt avec un certain dépit : « Ils sont en train d’abîmer ce qu’était Quito autrefois » (Estan deñando lo que Quito era antes) ; « on devrait avoir de meilleures préoccupations » ; « les ressources budgétaires devraient être réservées à quelque chose de plus important » ; « c’est mal dirigé, ils sont en train de tout détruire », etc.

26La dimension patrimoniale de Quito est désormais globalement admise. Quel que soit l’interlocuteur, boutiquier, passant, résidant, les réponses sont toujours les mêmes : « C’est notre héritage » ; « pour que ça ne disparaisse pas », etc. La référence historique est partout proclamée.

27Ainsi, chez les Lomanais et les Sanjuanais, pratiquement 60 % des réponses en appellent explicitement au passé de Quito et à la nécessité de le protéger. « On devrait faire beaucoup mieux », affirment même 32 personnes, sans qu’on puisse traduire cela par « on n’en fait pas assez », ou en « on ne le fait pas correctement ». Mais on suggère aussi d’en faire plus, sans dire quoi ; 10 % parlent d’une image très représentative de Quito et trois rubriques, comprenant chacune 8 % des réponses, affirment : que c’est « nécessaire et fondamental », que « ça ne doit pas disparaître », que « c’est bien pour le tourisme et la convivialité » ; ensuite viennent une série de réponses peu nombreuses « pour une meilleure planification », pour qu’on puisse « étendre cela à d’autres quartiers », pour apprécier la couleur, le mouvement, l’animation. Parmi les avis positifs, il y a cependant quelques « mais » : « Ça devrait être seulement un quartier pour les piétons » ; « c’est le chaos, le désordre dans les transports et la circulation ». Il est également fait allusion aux conflits d’intérêts qui sont plus nommés, comme une fumée est toujours supposée signaler un feu, qu’explicités. En fait, beaucoup apprécient la conservation du Centre Historique mais n’approuvent pas la manière dont est menée sa réhabilitation.

28Cependant, cette critique s’adresse à une entité incertaine et polymorphe. Des 305 personnes qui ont bien voulu répondre à la question « qui finance cette réhabilitation ? » : 15 % ne le savent pas, plus de la moitié pensent que c’est la municipalité, 6 % que c’est l’État, 6 % que ce sont les propriétaires ; puis viennent « el Fondo de salvamento », c’est-à-dire à nouveau, par ce truchement, la municipalité, et enfin les organisations internationales.

29Avant d’enquêter, on tenait pour probable que la perception de l’ensemble que forme le Centre Historique serait plus vague, moins sentie que celle des paysages urbains vécus quotidiennement. On s’attendait, en revanche, à ce que les réponses soient assez précises et circonstanciées, voire prolixes dans l’évocation de ce qui serait ressenti des modifications d’un quartier supposé bien connu. Ce ne fut guère le cas, quoique les commerçants du vieux quartier résidentiel de La Loma parussent plutôt informés et attentifs aux changements. Ce qui s’explique notamment par le fait qu’il est un des secteurs d’intervention récente du Fonsal. En définitive, l’utilité, le bien-fondé, le sens de la sauvegarde du Centre Historique sont mal analysés et mal compris. Ils échappent d’autant plus qu’ils apparaissent comme les raisons d’actions somptuaires dans une ville où les trois quarts des citadins ont toutes les peines du monde à joindre les deux bouts. Un épicier de La Loma l’exprime exemplairement :

« L’entreprise de restauration est en soi une bonne idée, quoique certaines maisons soient si vieilles qu’elles s’écroulent. Dans ce cas, il vaudrait mieux construire du neuf tout en maintenant les grandes lignes de l’architecture ancienne, plutôt que de reconstruire l’ancien. »

30On retrouve là une opinion très répandue qui ne cesse de s’exprimer depuis la fin du xixe siècle, et surtout depuis les grands travaux qui commencèrent en 1908 : pourquoi sauvegarder l’ancien, à quoi cela rime-t-il ? où cela mène-t-il ? Il faut se moderniser. Or, on sait bien à Quito que c’est, en fait, le manque de moyens de ses propriétaires et de la municipalité qui a sauvé le Centre Historique de la disparition ! Ou, peut-être, qui a condamné le Centre Historique à l’existence !...

31L’aspect financier de la politique municipale de restauration, qu’il s’agisse du budget qui lui est consacré ou de la participation des contribuables, n’apparaît pas dans les réponses des commerçants. S’ils n’en sont pas bien informés, ils savent néanmoins que les propriétaires qui restaurent leur maison sont exemptés de taxes foncières, qu’ils bénéficient donc d’avantages fiscaux grâce à leur participation à la conservation patrimoniale. Cette conservation, cependant, bien qu’ils en aient reconnu le bien-fondé et la justification, légitimés par la sauvegarde de la ville ancienne, leur semble n’être que le résultat de l’obsession d’une élite intellectuelle et d’une pression internationale de l’Unesco. Historiquement, il n’y a que lorsqu’une population perd ses repères identitaires que, pour se retrouver, elle cherche à exalter le passé dans son histoire et ses monuments. Il ne semble pas qu’actuellement cette dimension soit particulièrement présente.

32Néanmoins, malgré ces conditions d’insuffisance d’information et de transparence, ainsi que de quasi-absence de participation démocratique, ces questions importent à presque tous les commerçants interrogés. Seuls trois d’entre eux affirment que la sauvegarde est inutile, notamment, pour l’un d’eux, en raison de la non-organisation des travaux, tandis que quatre autres répondent en émettant des critiques. Mais 89 % l’estiment utile, nécessaire, importante ou très « bonne ». Les plus critiques sont ceux de La Loma. Les raisons invoquées, si rares soient-elles (seulement six réponses), expriment d’abord l’idée de la restauration du Centre comme fin en soi, pour « empêcher sa destruction », le « maintenir en état », parce que « nécessaire pour les gens informés », ou encore comme apport pour la citoyenneté dans ce qu’elle implique de prise de conscience du sens de l’histoire nationale et régionale et de la valeur des témoignages urbanistiques. Ensuite, mais dans une mesure bien moindre, la restauration est perçue comme un moyen de « favoriser le tourisme », la conservation permettant alors de préserver la réputation du Centre Historique comme ensemble architectural le plus remarquable d’Amérique du Sud. Là, ce n’est plus l’état de conservation ou de délabrement qui importe, ni sa valeur historique et patrimoniale, mais son utilité matérielle, sa fonctionnalité économique.

33Trois épiciers, cependant, font de sérieuses réserves, précisément d’épiciers, relevant le manque d’activités complémentaires et l’inégalité dans les façons d’agir : « La restauration ne se fait pas de façon égalitaire » ; « les religieux ne prennent pas soin des couvents ». Les édifices religieux sont des biens communautaires dont chacun peut se sentir en quelque sorte le possesseur, ils estiment donc qu’ils ont le droit de donner leur point de vue sur la question. La lenteur de l’avancement de la vaste entreprise de conservation est sans conteste ce qui ressort le plus fréquemment dans les critiques. Un insatisfait regrette le réaménagement de la place Santo-Domingo et les transformations récentes qu’elle a subies. Ces critiques ou remarques répétées sur la lenteur de l’ouvrage peuvent certainement être imputées, pour partie, à l’insuffisance, déjà notée, d’informations concernant les actions entreprises dans la ville ancienne, notamment : pas de calendrier affiché, un évident manque de transparence de la part de la municipalité – comme si la restauration n’intéressait que les spécialistes et les intellectuels ; et aussi, faute d’actions médiatiques adaptées, telles des reportages sérieux dans la presse ou télévisés, un manque de conscience de l’ampleur des travaux à mettre en chantier, de leurs coûts et du temps nécessaire à leur réalisation.

  • 8 Expression littéraire qu’a reprise à son compte l’ancien maire Rodrigo Paz, et qui fut alors magnif (...)

34Pourtant, à San Juan et à La Loma, sa valeur intrinsèque justifie en soi sa conservation : « En raison de sa beauté, il doit être maintenu tel quel » ; « ce beau quartier attire les gens ». Quelques réponses expriment même une admiration dithyrambique : « C’est la face de Dieu8 ! » ; « c’est une merveille, on devrait en prendre davantage soin » ; ou encore « le Centre est situé au milieu du monde » [sous entendu : il est le Centre du monde, mais aussi le milieu du monde, c’est-à-dire où passe la ligne imaginaire de l’équateur, objet incontesté de fierté nationale !] ; « c’est la relique la plus importante du pays ».

35Que signifient des formules aussi irrationnelles ? Est-on en présence de mythes construits sur la situation et les caractéristiques du Centre Historique, ou sur une quête identitaire collective qui impose une réponse politiquement correcte ? On peut se poser la question, tant les voix discordantes sont rares : un seul commerçant, sanjuanais, s’est abstenu de donner un avis. Un autre estima que cette partie de la ville avait peu changé. Un dernier critiqua « les actions des propriétaires et du gouvernement, qui l’entretiennent mal, et la prolifération des petits négoces qui affectent l’aspect du Centre et le détériorent ».

36Les dires des commerçants du centre colonial sont plus diversifiés. Ils répondent non seulement par une évaluation des actions de restauration, mais aussi par des suggestions et commentaires. Sept d’entre eux notent une bonification du Centre Historique : « La restauration est positive. » Les travaux les satisfont, ils en souhaitent la poursuite et estiment qu’ainsi, peu à peu, l’état du Centre s’améliore. Selon eux, le Fonds de sauvegarde se préoccuperait mieux que les autres acteurs de la restauration, mais la mise en place de parcs de stationnement libérerait les rues. Plus nombreux, les mécontents marquent leur désaccord : soit les changements sont insatisfaisants, soit les travaux sont mal faits. Ils déplorent notamment la reconstruction de l’avenue 24-de-Mayo et sa transformation en promenade, à laquelle ils attribuent la délinquance et la prostitution dont elle serait l’un des hauts lieux. Ou encore, comme les passants, ils se plaignent de l’absence d’entretien, de la lenteur des travaux et de leur insuffisance – ils « sont réalisés par petits bouts »–, et même du non-changement de l’état de la ville ancienne.

  • 9 Cf. les travaux de Philippe Cazamajor d’Artois, in AIQ.

37En même temps, et parfois émanant des mêmes personnes, des suggestions et commentaires, à propos de la restauration ou d’améliorations souhaitables, se réfèrent à une reconnaissance des efforts fournis par la municipalité et à ceux des propriétaires qu’il faut soutenir pour leur permettre de « protéger » leur maison. Mais les problèmes relatifs au fonctionnement de la ville demeurent partout latents, nous y reviendrons. D’où, s’inscrivant dans le même discours et avec la même intensité, la demande d’actions ou de mesures visant tantôt à diminuer la congestion automobile et la pollution atmosphérique en découlant, tantôt à mettre en place un service policier, actuellement déficient ou inopérant, afin d’améliorer la circulation, tant piétonne qu’automobile, d’attirer les touristes et de combattre la prostitution affichée. Des services de base sont également réclamés, ainsi que l’entretien des équipements de voirie, notamment des trottoirs, qui sont par endroits en mauvais état. On déplore aussi le manque de propreté, d’hygiène. Enfin, deux commerçants souhaitent la relocalisation des vendeurs ambulants. Ces derniers reprennent une revendication récurrente des commerçants installés face à cette concurrence non contrôlée9.

38On voit que ces réalisations inspirent à quelques-uns des critiques hors de la question posée, redondances cent fois rabâchées sur ce qui fait défaut ou ce qu’il est nécessaire d’améliorer, avec les reproches en leitmotive : travaux jugés trop lents, hygiène et état sanitaire, plus généralement, insatisfaisants, voire contrôle policier. Ce sont là des critiques que font, où que ce soit dans le monde, ceux qui ne sont guère satisfaits des responsables de la gestion de leur ville, mais qui cependant savent que c’est bien d’améliorer certains bâtiments ou espaces auxquels ils tiennent, quoiqu’ils veuillent marquer leur frustration de n’avoir pas été consultés, ou seulement informés. C’est ainsi tout naturellement que les enquêteurs, attentifs à ces questions soulevées incidemment lors des enquêtes sur la réhabilitation, ont élargi leur investigation aux questions plus prosaïques de la rue, des maisons ordinaires et moins ordinaires, des équipements, des monuments, des lieux remarquables et de la politique municipale au quotidien.

Perception du Centre Historique

39Les réponses se sont établies en partant de la rue et des places, espaces publics investis par les usagers, pour aboutir, via les façades des maisons, les édifices et leurs usages, à une série de réflexions et d’observations sur l’ensemble du Centre Historique : fonctionnement, représentation, dimension culturelle, etc. Nos interlocuteurs ont généralement accepté cette progression, qui les aida à exprimer leurs opinions. Les commerçants un peu, les habitants davantage, ont aussi parlé de ces questions.

40Les rues

41La propreté des rues du Centre Historique (190/200 réponses) intéresse l’ensemble des Quiténiens et des Équatoriens. Une faible majorité de l’échantillon (52 %) émet un avis plutôt positif, les trouvant bien entretenues, régulièrement nettoyées, propres grâce à la municipalité soucieuse d’attirer le touriste et dont elle salue les efforts, ou admettant une amélioration sensible de l’état sanitaire, sans toutefois le juger totalement satisfaisant (33 %). Les quelques Guayaquiléniens rencontrés comparent les deux grandes villes nationales. Ils soulignent à l’unanimité la relative propreté du Centre et la sécurité dans la capitale, sujet non abordé directement, mais qui maintes fois apparaît tant la question préoccupe les citadins.

42Une personne sur dix environ, plutôt que de qualifier l’état sanitaire des rues, évoque le manque de collaboration des citadins aux efforts fournis par la municipalité pour en améliorer la salubrité, et une fois sur deux stigmatise l’indiscipline de la population, attribuée généralement à l’absence d’éducation du piéton. Ces observations corroborent les avis d’un bon nombre de résidants de La Loma et d’épiciers du Centre. Certains remarquent que l’état de la voirie, selon les lieux et les jours, est inégal. Les endroits les plus sales étant aux alentours des marchés les plus fréquentés ou dans les rues envahies d’ambulantes, ce qui accroît les griefs à leur endroit. Selon l’estimation d’une personne sur cinq, la propreté demeure « déficiente » ou « insuffisante » et les rues très sales. Les autres, s’ils ne considèrent pas toujours comme suffisant l’effort de nettoyage entrepris par la municipalité, en ont cependant une opinion plutôt favorable. Globalement, les Quiténiens reconnaissent et apprécient la régularité du service de nettoyage municipal dans les quartiers du Centre Historique. Ils attribuent principalement la présence de détritus, d’ordures ménagères sur la chaussée à une indiscipline généralisée des gens auxquels « l’éducation aurait manqué ». Bien des propos entendus s’indignent de cette détestable insouciance due aux comportements inciviques de tant d’usagers de l’espace public. De fait, il est incontestable que le service de nettoyage municipal est, depuis 1991-1992, opérationnel et la régularité de son passage satisfaisante. Cependant, une meilleure répartition et un plus grand nombre de poubelles municipales installées sur les trottoirs et dans les lieux publics inciteraient sûrement à plus de propreté.

  • 10 Une politique pervertie par la corruption et les détournements de fonds vers d’autres projets, util (...)
  • 11 Selon le dr Élisabeth Frenel-Elbaz, « […] après une exposition au bruit d’une durée de trente minut (...)

43La gêne sonore semble un peu moins manifeste que celle provoquée par la pollution atmosphérique. Ces nuisances urbaines sont exclusivement associées à la circulation automobile, particulièrement à celle des bus (moteurs et pots d’échappement). Nul n’a mentionné le bruit des moteurs des groupes électrogènes à l’entrée des magasins durant les mois secs où l’électricité est coupée huit heures par jour dans tous les quartiers10. Alors qu’environ 60 % des gens ressentent la gravité de l’intensité sonore et un pourcentage relativement équivalent (62,5 %) les excès « terribles » de la pollution de l’air, un sixième d’entre eux, environ, disent percevoir une diminution des nuisances sonores ou avouent ne pas en être dérangés, tandis que seulement un vingtième affirme ne pas être sensible à l’existence de la pollution atmosphérique. Il semble donc certain que la nocivité de celle-ci est ressentie de façon très immédiate, probablement à cause des difficultés respiratoires qu’elle occasionne. Les nuisances acoustiques étant objectivement aussi inquiétantes que les nuisances olfactives et respiratoires11, la municipalité a décidé d’introduire des transports collectifs non polluants et non bruyants en remplacement partiel des bus, principaux responsables de la pollution du Centre, mais aussi d’autres quartiers pourtant mieux ventilés.

44Ceux qui mentionnent la variabilité de ces nuisances distinguent les rues laissées aux véhicules à moteurs de celles desservies par le trolleybus.

Tableau 4 Avis des passants sur les conditions de circulation au Centre Historique

Tableau 4 Avis des passants sur les conditions de circulation au Centre Historique

45À cause de ces nuisances et pour les raisons précisées ci-après, circuler à pied dans le Centre demeure problématique malgré les transformations tangibles survenues depuis que certaines rues très passantes sont devenues piétonnes. Plus de 60 % des piétons abordés éprouvent une grande difficulté à se déplacer et s’en expliquent. Pour 41 d’entre eux, « l’étroitesse des rues » et « l’exiguité des trottoirs » ne permettent pas un parcours aisé. Cette réalité morphologique de la trame urbaine relève du sens commun. Quant aux travaux de voirie, pourtant assez fréquents, ils ne sont incriminés que par deux personnes. Treize mettent en cause l’excès de population, sans préciser s’il s’agit de la cohue des piétons qui y circulent en permanence ou de l’envahissement par les activités foraines des trottoirs et des rues. Il est vrai qu’aucun endroit de Quito n’est aussi étroitement construit et densément occupé dans la journée que le Centre Historique. La circulation piétonne y est problématique. Dans le souk des Ipiales, elle peut même être acrobatique. Encore une fois, le coupable est désigné : los ambulantes. Ces véritables boucs émissaires ont, indiscutablement, une part de responsabilité, mais aussi « l’avantage » d’exercer souvent illégalement leurs activités. Déjà rejetés par les pouvoirs publics qui cherchent les solutions pour leur interdire d’y exercer leurs activités « informelles », ils sont également accusés de tous les maux par les simples citoyens qui, en même temps, profitent des objets bon marché proposés aux passants, lorsque cela leur convient. Quelques interviewés, cependant, apprécient l’amélioration du transit – depuis le fonctionnement du trolleybus-, l’élargissement des trottoirs, ou la réduction du nombre des vendeurs ambulants.

46Les constructions : maisons, églises, monuments, etc.

47Les bâtisses du Centre Historique ont subi de nombreuses transformations ces dernières années, notamment depuis le début de son abandon par ceux qui pouvaient les entretenir, et différemment depuis son inscription à l’inventaire du patrimoine mondial. Le sachant, notre intention était de connaître ce qui frappe de prime abord le passant, afin de découvrir à travers ses remarques des aspects moins directement observables et d’évaluer la connaissance qu’il a des actions de restauration.

48C’est le choix des couleurs des façades et la qualité de leur entretien qui frappent d’abord les gens. Néanmoins, seulement 56 % de ceux-ci ont livré leurs impressions, plutôt positives, sur le style des façades. Les transformations du bâti, en revanche, ne sont évoquées que par 18 personnes. « On remarque que l’aspect extérieur des maisons change. » Un seul interlocuteur observe que « les maisons anciennes sont rares car elles ont été démolies, puis remplacées par d’autres construites sur leur emplacement ». Plus fréquemment, les maisons sont simplement qualifiées de belles ou très belles, coloniales ou espagnoles, attractives « pour ceux qui les possèdent » et « pour les étrangers ». Quelques individus proposent un argument économique à l’appui de la préservation de leur état. Pour eux, elles ne changent pas de style, mais ils jugent la préoccupation de leur sauvegarde un peu tardive au regard de la nécessité de les entretenir pour favoriser le tourisme. Les rares critiques émises ont trait à leur manque de modernité, à leur mauvais entretien dont la résultante immédiate est l’évidence de leur délabrement, au regret de les voir se transformer qui fait dire qu’elles ne seront « jamais plus comme avant », sans que l’on sache si « avant » renvoie à un passé proche ou très lointain.

49Si tant de personnes parlent en premier de la couleur des maisons, c’est d’abord parce que la municipalité a promu une politique dans ce sens après avoir pris conscience de l’attrait des façades aux couleurs chaudes. Cet aspect de la rénovation, facilement repérable, suscite des avis relativement nombreux et contrastés. Chacun y va de son commentaire. L’un fait référence aux exigences d’harmonie « théorique » de la restauration, l’autre aux critères de goût de ceux qui les ont repeintes. La perception esthétique des couleurs des maisons provoque des réactions immédiates. Ainsi, une personne sur dix seulement se limite à dire que les couleurs ont été modifiées, mais plus de la moitié des 133 réponses circonstanciées (52 %) contiennent des propos positifs. Les couleurs sont « nombreuses », « belles » et « modernes » pour un gros tiers des commentateurs, « attrayantes » et « voyantes » pour un autre tiers. Selon un quart des satisfaits, ces modifications apportent un véritable embellissement. D’autres précisent que « le changement de couleur fait suite à une ordonnance municipale et que la combinaison des couleurs est belle et harmonieuse ». Parmi les insatisfaits, environ 18 %, se distinguent deux catégories. La première modère ses propos, déclarant simplement que les couleurs anciennes étaient plus appréciées que les actuelles, sous entendu plus appropriées, ou que « la peinture manque : le travail de “repeinture” effectué est à peine visible ». La seconde critique nettement l’absence de goût que dénote le choix de couleurs « clownesques », qu’elle qualifie de « laides », « fortes » et « agressives », et proclame sa préférence pour l’état précédent.

50Concernant plus précisément la conservation, très peu de personnes mentionnent le devoir de peindre les maisons, c’est-à-dire de maintenir en état l’apparence extérieure du bâti en repeignant les façades chaque fois que nécessaire. Cette reprise périodique de l’enduit des façades est d’ailleurs une obligation réglementaire qui n’a jamais été abolie. Il est certain que l’apparition de couleurs relativement agressives a beaucoup frappé les habitués du Centre. Pour plusieurs personnes, les murs devraient rester bicolores : « Les seuls tons caractéristiques [de la tradition espagnole] sont le blanc et le bleu [des huisseries] d’autrefois. » Il faut se rappeler que « la couleur blanche fut jadis imposée parles autorités urbaines et l’ouvrage contrôlé par la police » ; « aujourd’hui encore, c’est la municipalité qui décide des couleurs des principales rues » ; ou « cela se justifie par le schéma urbain du Quito métropolitain ». Deux personnes estiment que les couleurs s’accordent bien avec l’architecture des édifices.

  • 12 La rénovation des peintures des façades de la rue Rocafuerte a été financée par la Junta de Andaluc (...)

51Cependant, on est toujours face à des directives municipales. Sur ce plan, la tradition est maintenue. Les architectes de la municipalité n’ont pas pris sans réflexion la décision de faire repeindre de couleurs vives les façades autrefois uniformément blanches avec menuiseries et huisseries en bleu. Ils ont fait une enquête qui les a emmenés dans toutes les villes hispano-américaines, notamment à Cartagena (Colombie), ainsi devenue la référence. C’est pourquoi, comme à Cartagena, toutes les nuances d’ocre, de rouille, de vert, de bleu, de jaune allant de la terre de Sienne brûlée aux couleurs les plus vives, voire au violet, sont désormais à l’honneur. Cette rupture de la monotonie est encouragée, ainsi que le « bicolorisme » dans les mêmes tonalités : murs de façades et huisseries. Il y a bien sûr quelques dérapages esthétiques, dont l’exemple le plus criant se rencontre dans le haut de la rue Rocafuerte, où il faut bien admettre que la juxtaposition de couleurs violentes sur les façades de maisons jointives n’est pas des plus heureuses12.

52À notre demande, l’entretien des maisons et leur usage ont été également commentés. Cent cinquante-huit réponses portent sur leur entretien. Selon les quartiers et les sous-quartiers, la préservation de l’état du bâti est variable, la situation hétérogène. En revanche, la question de l’usage des maisons intéresse peu. Seulement 56 personnes, soit moins d’une sur trois, ont répondu sur ce point. Pourquoi un si faible rapport ? La formulation de l’interrogation serait-elle imprécise, ou peu explicite et donc incomprise ? Il est vrai que la plupart remplissent des fonctions diversifiées, ce qui impose ou une longue explication, ou une réponse très réductrice et, probablement, une certaine perplexité. Proposer une liste de réponses préétablies et cocher les cases correspondantes eût été contraire à l’esprit de l’enquête. Il fallait que celles et ceux qui avaient accepté de s’entretenir avec les enquêteurs gardent la totalité de leur liberté d’expression : choix des mots, perplexité, silence. Peut-être la rareté des réponses indique-t-elle seulement une confusion des différentes questions ayant trait aux modifications visibles des maisons, chaque question n’ayant pas été prise séparément. Or, on cherchait à savoir de quelle façon, selon eux, les maisons du Centre Historique sont occupées, à quelles fonctions elles correspondent – résidence, commerce, services, etc. –, alors qu’un quart des réponses se limite à qualifier, en termes valorisants, leur usage. Mais dire que l’usage est bon, en spécifiant qu’il est fait un bon usage des couleurs et de l’entretien, est une observation qui ne nous avance guère, si ce n’est qu’il y a tout de même dans de telles réponses un élément de sympathie.

53Autre objet de l’interview, la fonction résidentielle du Centre. Quelques passants signalent son affaiblissement par des formulations comme « les gens ne vivent plus ici », « peu à peu, les gens quittent le Centre Historique », « il n’y a plus guère de logements », tandis que quelques autres identifient les quartiers demeurés essentiellement résidentiels : la Tola, La Loma, San Marcos, le Tejar. Tous remarquent une évolution à la baisse de cette fonction, qui reste cependant toujours dominante en divers quartiers. Certaines réponses font également remarquer l’importance de la fonction commerciale, effectivement très présente et de plus en plus attachée à l’usage des maisons de la ville ancienne. Dans une moindre mesure, d’autres notent des activités dites de « bureaux », dont les administrations, les banques. Très peu évoquent le statut d’occupation : « Les propriétaires ne résident pas au Centre, seuls des locataires y vivent. »

54Cet échantillon, s’il ne permet pas de refléter l’opinion de l’ensemble des Quiténiens, ni même des seuls passants, prouve néanmoins qu’un certain nombre d’entre eux connaissent, dans ses grandes lignes, l’usage du « bâti civil » et les tendances de son évolution. Il est indiscutable, rappelons-le pour mémoire, que depuis 1946 et la conquête de nouveaux sites, que le plan Odriozola a justifiée, la fonction commerciale a gagné en importance au détriment de la fonction résidentielle. De nombreuses résidences ont été transformées en entrepôts, surtout dans la mouvance des marchés, et de façon particulièrement évidente, et que nous avons signalée maintes fois, autour de celui des Ipiales.

55Il y a une meilleure approche des édifices publics et communautaires, de leur fonction ou de leur usage. Pris dans leur ensemble, ils ont une figure emblématique de l’image de la ville de San Francisco de Quito. Le palais présidentiel et la mairie sont cités par la moitié des passants et obtiennent 31 % des réponses. Il faut dire que ces bâtiments, représentatifs de la fonction politique, sont centraux tant par leur position géographique que par leur imposante présence et leur fonction symbolique forte. En outre, plus d’une interview sur trois a eu lieu sur la Plaza Grande dont deux côtés sont justement bordés par ces monuments ; il était donc évident (au sens étymologique) que les personnes interrogées allaient les voir et donc les citer.

  • 13 Exception faite de la Vierge du Panecillo, la catégorie « monuments religieux » devrait s’intituler (...)
  • 14 Jusqu’au début du siècle, la messe, les fêtes religieuses, les processions dans les rues avaient un (...)

56La cathédrale et l’ancien archevêché, bordant également la Plaza Grande et quoique représentant la fonction religieuse, frappent peu l’imaginaire symbolique des gens. Pourtant, en Équateur, la religion catholique demeure très présente et pratiquée. En témoigne le grand nombre de croyants se rendant dans les nombreuses églises de la ville, au Centre en particulier, pour assister à la messe dominicale. Que ce soient les plus anciennes, majestueuses et spacieuses, ou d’autres relativement plus modestes, comme celles qui accueillent quasi exclusivement les résidants de chaque paroisse, elles sont encore très fréquentées. Naturellement, les fêtes spécifiques sont particulièrement suivies : Noël, la procession du Vendredi saint ou les fêtes paroissiales. Alors, comment interpréter la faiblesse des réponses – un cinquième seulement –, se rapportant à ces monuments religieux13 ? Comment expliquer qu’ils ne sont cités qu’à peine deux fois plus que les ministères, par exemple, ou encore que celui de l’Éducation soit mentionné plus que la cathédrale ? La fonction politique serait-elle perçue comme étant plus essentielle pour la société que la fonction religieuse ? Ce serait assez contraire à ce que nous croyons savoir des Quiténiens. Une autre hypothèse pourrait être que certains omettent de verbaliser le rôle des églises et autres édifices « sacrés », qu’ils ont assimilé jusqu’à l’intérioriser. Leur présence serait alors si évidente qu’ils ne pensent pas à en parler14. À moins que, autre hypothèse encore, l’expression « édifice public » ait pour eux une connotation spécifique de fonction publique, ce qui exclurait la fonction religieuse, donc les édifices considérés comme confessionnels, autre catégorie qui n’aurait pas été prise en compte. Il est très difficile de se faire, sur ce point justement, une religion.

Tableau 5 Identification des édifices selon leur fonction ou leur usage

Tableau 5 Identification des édifices selon leur fonction ou leur usage

NB : Près de neuf personnes sur dix répondent à cette interrogation et nous obtenons au total 522 réponses,
ce qui veut dire que trois édifices ont été cités, en moyenne, par personne interrogée.

Tableau 6 Identification des édifices et espaces publics selon leur fonction et leur usage

Tableau 6 Identification des édifices et espaces publics selon leur fonction et leur usage
  • 15 Sa statue fut longtemps sur la place San-Francisco. Depuis plusieurs années, elle se trouve sur la (...)

57Les « illustres libérateurs » marquent aussi les esprits. Ayant leur statue située aux meilleures places, le maréchal Sucre15 et Simón Bolívar sont à l’honneur. Le sont également Eugenio Espejo, médecin des pauvres, et Hermano Miguel qui œuvra ardemment à développer l’éducation populaire. Sa statue occupe un emplacement privilégié de la place San Blas au contact des quartiers indigènes et « nobles » de la ville ; cette place marquait la limite urbaine orientale au temps de la colonie. L’historien et archevêque de Quito au début du xxe siècle, Federico González Suárez, qui domine de sa puissance la place bordant l’avenue Guayaquil et jouxtant le siège de la mairie, n’est pas nommé. Pas davantage Sebastían de Benalcázar, « fondateur » de Quito dont la statue se dresse sur une placette sise près de l’église de la Merced. Il est vrai que ces deux places sont assez confidentielles.

  • 16 Ce fut bien, dès le début de la (re)fondation de Quito, la volonté du pouvoir royal relayé par le g (...)
  • 17 Sur les 40 réponses regroupées dans la catégorie « ministères », on trouve 10 fois ministères sans (...)

58La signification identitaire des édifices et espaces publics mérite une analyse plus détaillée. Parmi les réponses, celles qui citent succinctement la Plaza Grande invitent à y inclure l’ensemble des édifices qui marquent ses limites physiques. Ainsi regroupées, les constructions monumentales constituent la référence d’un seul lieu cristallisant l’identité fonctionnelle, usagère et symbolique du Centre. En effet, on lui reconnaît à juste titre pouvoirs politiques et religieux, mais sans juger bon de les distinguer ou sans être capable de le faire16. La désignation des ministères comme éléments fonctionnels est intéressante17. Celui de l’Éducation est cité plus fréquemment que les musées. C’est que l’éducation est primordiale au yeux des Quiténiens. Cette conquête sociale n’a pas encore épuisé son aura ; elle est, à terme, l’espérance d’un emploi plus valorisant. Ainsi, il y a des constructions à haute valeur fonctionnelle. Certains en sont si convaincus qu’ils justifient leur choix et développent l’importance symbolique de chaque monument désigné, ce qui permet d’évaluer la pertinence de notre analyse. Nombre d’interlocuteurs (94 % de l’échantillon) ont donné une signification aux monuments.

Tableau 7 Nombre de fois cités et détail de l’identification des monuments du Centre Historique

Tableau 7 Nombre de fois cités et détail de l’identification des monuments du Centre Historique

59Comme souvent en ce genre d’enquête, un quart des passants répond à côté de la question posée. La signification de la présence de ces édifices et du choix de leur énonciation n’est effectivement pas toujours donnée selon des arguments analytiques faisant référence à l’histoire nationale ou locale et à une mémoire collective perpétuant des événements et leurs protagonistes. Les édifices sont seulement qualifiés d’importants ou de beaux 50 fois, une façon bien insuffisante de justifier leur existence. Quatre vont même jusqu’à préciser cette nécessaire beauté par l’attrait qu’elle suscite chez le touriste dont la venue apporte des devises à la ville, sinon au pays, comme si le tourisme était la cause de la création de Quito ! Ou bien c’est leur conservation qui est considérée. Ils seraient convenablement conservés ou mis en valeur et c’est cela qui importe, semble-t-il, selon 28 personnes. Sans nul doute, et encore une fois, l’œuvre de restauration du patrimoine architectural de la ville ancienne est remarquée et semble être perçue comme réussie par ceux qui la fréquentent.

60La valeur, pour eux, des monuments, édifices, statues, qu’ils soient civils ou religieux, d’une façon globale, est explicitée 23 fois (7,5 % environ). Par ordre décroissant en voici le détail : « Tout monument est nécessaire pour la vie du pays » ; « ils sont nécessaires au maintien de la culture équatorienne » ; « ils sont importants pour la connaissance historique de l’Équateur » ; « ils sont une nécessité historique » ; « ils nous font nous souvenir de nos ancêtres et de nos origines » ; « si nous ne nous souvenons pas de nos héros de cette manière, nous ne pourrons pas vivre tranquilles » ; « ils représentent le passé » ; « ils confèrent à la ville sa spécificité ». Bref, ils sont considérés comme des témoignages nécessaires d’époques révolues, des épisodes charnières de l’histoire de leur peuple. Ils sont une partie non négligeable des éléments constitutifs de l’identité nationale. La seule présence des statues des héros, notamment des libérateurs, reconnaît à ces hommes la grandeur de leurs actes. Leur personnification statuaire serait un vaccin contre l’oubli. Cependant, ce ne sont que quelques édifices et statues, toujours les mêmes, qui sont à la fois cités et ainsi justifiés. Les statues, notamment, sont très remarquées, mentionnées par deux personnes sur trois. De celles-ci, cinq retiennent l’attention de plus de la moitié des personnes rencontrées : le mémorial des héros de l’indépendance, la Libertad, le Mariscal Sucre, le libertador Simón Bolívar et Hermano Miguel.

61Il s’agit bien d’une sélection identitaire. En effet, le monument ou mémorial des « héros de l’Indépendance » revêt de multiples appellations : « statue des libérateurs », « statue à la liberté », « monument à la liberté ». Quelle que soit sa dénomination, celui-ci est cité 78 fois, plus de 40 % de l’échantillon. Un ancien se souvient que dans les années 1910 une grande fontaine occupait cet emplacement. Ce mémorial « signifie le premier cri de l’Indépendance ». Il personnifie la « liberté », fut érigé en mémoire de « ceux qui défendirent le pays et œuvrèrent à la libération du pays ». Pour quelques-uns, sa présence sert à « honorer les ancêtres qui nous libérèrent des Espagnols et de l’esclavage dans lequel nous nous trouvions ». Ce monument, placé au milieu de la Plaza de Independencia, symbolise indiscutablement la liberté et l’avènement de l’époque républicaine. C’est le lieu de commémoration de cette indépendance, en concurrence avec le monument « La Libertad » sis hors du Centre, à l’endroit d’où les canons des indépendantistes tirèrent sur les troupes espagnoles lors de la bataille du Pichincha. C’est aussi place de l’Indépendance que les délégations diplomatiques étrangères, lors de leur fête nationale respective, vont déposer une gerbe.

62La statue du maréchal Sucre fait aussi beaucoup parler d’elle. Pas moins de 40 interviewés font divers commentaires de leur choix, sans qu’il soit toujours lié au personnage que ladite statue est sensée incarner. Ainsi, vingt-et-un d’entre eux n’apprécient pas son déplacement, qu’ils critiquent, ce qui signifie que ce héros ne les laisse pas indifférents. Très peu justifient leur choix en rappelant que ce maréchal fut l’un des illustres libérateurs du joug espagnol, c’est lui-même qui importe. Quatorze personnes seulement se rappellent qu’il participa à la célèbre bataille du Pichincha et qu’il donna son nom à un musée du Centre Historique. Serait-ce, pour la moitié d’entre eux environ, parce que le changement de l’emplacement de la statue a provoqué un tel mécontentement qu’ils en oublient de parler de la signification de la présence de cette figure symbolique ?... Tandis qu’une autre moitié se souvient tout de même du rôle du grand homme dans l’histoire nationale. Toujours ces remarques hors sujet. Elles authentifient la spontanéité des réponses et prouvent que les enquêteurs ne sont pas intervenus pour orienter les réactions de leurs interlocuteurs. Aussi, au-delà et malgré l’objet de l’enquête, elles permettent de sentir que ce qui affecte d’abord bien des usagers du Centre, c’est notamment tout changement du cadre dans lequel ils ont l’habitude de vivre.

63La statue de Simón Bolívar, citée 27 fois, rend hommage à « l’homme qui suivit les étapes conduisant à la liberté et qui lutta pour l’Indépendance ». Hermano Miguel est reconnu comme le « bienfaiteur » dans le domaine de l’éducation par huit personnes. Deux Quiténiens signalent le déplacement de la statue à son effigie qui, anciennement localisée dans le quartier du Tejar, est actuellement sur la place San Blas. D’autres statues, telles celles de San Martín, de Fray Jodoco Ricke, de Sebastián de Benalcâzar, d’Eugenio Espejo, de José Martí et d’Atahualpa sont parfois nommées. Les deux dernières, respectivement localisées sur la place d’Argentine et au carrefour des avenues Mariana-de-Jesüs et América, n’appartiennent pas au champ géographique de référence. Si elles apparaissent, c’est peut-être qu’on reconnaît à ces héros des qualités dignes d’être valorisées, probablement aussi une grandeur comparable à celle de ceux qui figurent dans la ville ancienne.

64La colline du Panecillo, quelquefois citée, « est un lieu de promenade, d’information et de connaissance de la ville et de son site », et la statue de la Vierge sise sur ce promontoire serait, selon quatre personnes, « miraculeuse depuis les temps anciens ». Ainsi, le mythe de cette Vierge demeure. Nul ne put dire les circonstances réelles de sa présence et surtout de sa localisation !

65Les églises, on le rappelle, sont presque oubliées – seulement trois mentions dont une seule exprimant une signification : elles « accueillent et protègent les chrétiens et montrent leur beauté ».

  • 18 Contesté ou considéré par certains historiens, tantôt comme héros ou bandit traître à Atahualpa, ta (...)
  • 19 Tous les étrangers s’en rendent compte dès qu’ils prennent un taxi. Le chauffeur s’enquiert de leur (...)

66Ces informations justifient quelques commentaires. Tout d’abord les héros « intellectuels », comme González Suárez, sont totalement ignorés ; les héros nationaux sont connus par la place qu’on leur donne dans l’enseignement de l’histoire nationale et par le matraquage patriotique orchestré plus ou moins par une manière de voir héritée d’une dictature militaire qui n’a cessé qu’au seuil des années 1980. Ainsi, Bolívar, général, et Sucre, maréchal, ne peuvent être ignorés. Il n’y a pas une ville d’Équateur où Ruminahui, général indien18 considéré comme le dernier grand résistant à l’envahisseur espagnol et qui semble la propriété quasi exclusive de l’armée. Bolivar, le libertador, et Sucre, héros tragique assassiné en Équateur, n’aient donné leur nom à un grand édifice public ou à un équipement de première grandeur. Plus intéressants sont la reconnaissance de Hermano Miguel, qui a scolarisé les pauvres, et d’Eugenio Espejo, médecin, qui les a soignés et défendus au prix de sa liberté. La particulière concentration de ces statues signifie encore que le Centre Historique est, indubitablement, un haut lieu national et identitaire. Couvents et églises sont également des lieux de croyance et d’identification, leur importance demeure forte. Au contraire, les banques sont les monuments païens du capitalisme moderne ; une multitude de Quiténiens rêvent des richesses qu’elles abritent. À leur égard, comme le Lazare de la parabole, ils sont à la porte du Riche. Cette fascination se traduit dans la fréquence relativement forte des références faites aux bâtiments exprimant le luxe et donnant aux étrangers une idée, considérée comme gratifiante aux yeux des Équatoriens, de la grandeur de leur pays. À Quito, on pense beaucoup, les réponses le traduisent, à l’image que l’on donne à ceux venus d’ailleurs19. Quant à ces derniers, leurs réponses sont surprenantes, car ils sont le plus souvent à des lieux de cette façon de voir qu’on formule à leur place et en leur nom.

67Toutes ces réponses sont évidemment très contingentes. Elles se rattachent à la qualité des personnes rencontrées, c’est-à-dire celles qui se déplacent à pied dans le Centre, y flânent, ne sont pas pressées par leurs affaires. Ont été ainsi éliminés les hommes (et femmes) d’affaires, les politiques et probablement tous ceux qui doivent à leurs études de connaître assez bien l’histoire de leur pays, mais probablement aussi beaucoup moins bien la réalité quotidienne de leur ville. Il n’y a pas, par exemple, un intellectuel qui oublierait González Suarez et ne saurait que la Vierge de Quito, installée dans la première moitié du xxe siècle au sommet du Panecillo, est réputée « protéger » désormais la ville des risques telluriques majeurs.

68Il serait naïf de croire que le Centre Historique si prisé des touristes l’est unanimement des Quiténiens. Nous n’avons évidemment pas cette candeur. Nous nous sommes aussi enquis précisément de ce qui peut déplaire de ces lieux ou en ces lieux. Cette question a été posée afin de découvrir, s’il y a lieu, d’autres sujets qui préoccupent les citadins, ou des désaccords quant aux transformations récentes. Au vu des réponses, ce ne fut pas inutile.

Tableau 8 Qu ’est-ce qui vous déplaît dans le Centre Historique ?

Tableau 8 Qu ’est-ce qui vous déplaît dans le Centre Historique ?

69Les critiques formulées, toujours les mêmes, comme un réflexe pavlovien réapparaissent dès qu’on aborde les problèmes urbains. Elles concernent certaines catégories de gens – ambulantes, cireurs de chaussures –, et les délinquances auxquelles sont assimilés les « travailleurs sexuels » et les ivrognes. Les ambulantes, notamment, sont accusés de malpropreté par un tiers de ceux qui les évoquent. On leur reproche aussi leur manque d’amabilité ! Qui, pour gagner une misère, se tiendrait quel que soit le temps, huit à dix heures d’affilée dans une rue extrêmement passante, bruyante, chargée des remugles de la cité, et ne serait pas sale, voire relativement hargneux en fin de journée ?

Modifications souhaitables pour améliorer et conserver le Centre Historique

70Que proposent les usagers de la ville ancienne pour sinon la bonifier, au moins la conserver ? Quelle conscience ont-ils de l’importance de l’œuvre de restauration entreprise depuis quelques années par de nombreux acteurs, et en particulier par la municipalité de Quito ?

Tableau 9 Modifications suggérées pour améliorer et conserver le Centre Historique

Tableau 9 Modifications suggérées pour améliorer et conserver le Centre Historique

71La propreté doit être améliorée, en premier lieu celle des rues et des places. Près de 14,5 % de l’ensemble insiste sur le fait que tout les piétons devraient participer à la non-prolifération des déchets les plus ordinaires et sur le simple geste à faire pour ne rien jeter sur la voie publique. S’il n’est pas fait, ce serait par manque de culture. Ce souci apparent de civisme correspond probablement aussi à une campagne lancée par la municipalité dont le slogan est véhiculé sur les affiches et à la télévision par le personnage de dessin animé d’Évariste. Cet Évariste est un petit bonhomme moustachu et tout à fait gentil. Il plaît aux enfants parce qu’il est grand comme eux et leur ressemble, tout en étant un vieux pépé à moustache blanche, et ce sont les enfants qui veillent à ce que leurs parents fassent ce qu’Évariste suggère pour la propreté de la ville. Ça marche, paraît-il…

72Les transports, leur desserte et leur commodité d’usage sont la deuxième amélioration souhaitée. C’est un souci majeur à Quito, dont les quartiers et les activités s’étendent en continu sur plus de 40 kilomètres de long, 3 à 7 de large dans son site, sans compter les quartiers résidentiels dans les extensions des vallées, et qui se distribuent entre 2 800 et 3 200 mètres (2 600 mètres dans les vallées). La densité du trafic, des bus, de la pollution qu’ils génèrent sont l’autre dimension, nuisante celle-ci, que l’on souhaite voir modifiée positivement. L’exemple du trolleybus qui venait d’être mis en service a permis de préciser certains aspects de la traversée du Centre.

Le cas du trolleybus et du transit

73Le problème de la circulation urbaine et les nuisances qu’il occasionne ne sont certes pas spécifiques au Centre Historique, mais s’y posent de façon plus complexe, en raison notamment de son site en creux, où la ventilation est contrariée par l’étroitesse de nombreuses voies et par une très forte fréquentation. On s’est intéressé à cette dimension fonctionnelle en interrogeant les passants sur ce qu’ils attendent de la mise en service du trolleybus et pensent de ce nouveau moyen de déplacement mis en circulation quelques semaines avant l’enquête. Nul ne s’est abstenu de répondre et un seul dit ne pas avoir d’opinion par manque d’information, ne l’ayant jamais utilisé.

74Plus d’un tiers de l’échantillon pense que des changements profitables aux conditions de circulation, ce à différents niveaux, suivront le fonctionnement de ce nouveau mode de transport public. Près de 8 % de l’ensemble déclarent observer une amélioration de la circulation, sans préciser pourquoi. Le trolleybus, installé en site propre, est considéré autant comme une forme efficace de lutte contre la pollution et le bruit que comme un moyen de locomotion rapide. Au vu des conditions de confort des bus, quelques-uns sont sensibles à la « considération » qu’on leur manifeste, « à l’absence de mauvaises odeurs et de vols ».

  • 20 C’est, très objectivement, un comportement bien établi depuis que Quito est sorti de ses limites co (...)

75Ainsi, à peine débute-t-il son activité que les réserves et suggestions émises se portent principalement sur l’inégale desserte géographique : le Sud est lésé20. On voudrait qu’il couvre l’ensemble de la ville, voire qu’il assure le trajet Guajaló-Calderón-Cotocollao, soit près de 50 kilomètres linéaires de voies dans chaque sens, et que le nombre d’unités soit augmenté afin d’améliorer le service (8 % des réponses). L’extension de la ligne est d’ailleurs programmée, vers le nord, au moins jusqu’à Carcelén, limite de Quito en 1980.

76Quelques-uns se souviennent que jusqu’en 1947 le tramway circulait. L’arrêt de son fonctionnement est interprété comme un échec, et le trolleybus, pensent-ils, subira le même sort, il disparaîtra. Ce mode de transport serait d’un autre âge, désuet et inadapté à l’époque moderne : 31 % en ont une opinion positive, 48 % ne se prononcent pas ou du bout des lèvres, les autres sont dubitatifs ou hostiles.

77D’autres considérations viennent compléter ce thème. Chacun a son avis dans lequel l’intérêt porté à la difficulté qu’il y a à rendre la traversée du Centre relativement aisée tient la première place. Les pessimistes pensent que le problème est insoluble ou très difficile à résoudre à cause de la localisation et de la conformation du Centre, notamment de sa topographie et de l’étroitesse de ses rues (35 réponses, soit 18,5 %). Le trolleybus seul améliorerait le transit, mais on ne peut pas aller au-delà. Réduire l’accessibilité du Centre Historique en l’interdisant à certaines catégories de véhicules est la solution la plus fréquemment envisagée. Plusieurs autres scénarios sont également évoqués : limiter fortement la pénétration des voitures ou l’empêcher totalement ; interdire son entrée à tous les vieux bus ; n’admettre que les véhicules publics, les transports collectifs, les services d’urgence et les voitures administratives. Quelqu’un fait justement remarquer qu’interdire l’entrée du Centre aux véhicules obligerait les gens à marcher et qu’ils n’y sont plus habitués. Rappelons qu’aux limites périphériques de ce secteur de la ville, les dénivelées sont grandes et la pratique de la marche fatigante, car à l’altitude de Quito on s’essouffle vite !

  • 21 Lors de la mise en service du trolleybus, une tentative pour supprimer les bus les plus anciens et (...)

78Cette question se révèle inépuisable, depuis le remplacement des « vieilles unités » par de nouvelles non polluantes, l’augmentation du nombre de trolleybus, la redistribution des lignes de transit, notamment les lignes de bus, ce qui faisait alors l’objet d’articles quotidiens dans les journaux de la capitale21, jusqu’à la planification et l’étude de l’organisation de la circulation intra-urbaine. Bon nombre de Quiténiens estiment qu’il faudrait réglementer le transit et faire respecter les règles établies en augmentant la surveillance et le contrôle policier. Bref, étudier, planifier, organiser et accorder les actions aux résultats des études sont les formules consacrées à ce thème.

79Enfin, à ceux qui déclarent que, malgré le trolley, la circulation dans le Centre Historique restera un problème insoluble, on a demandé d’expliciter leurs propos. Les précisions apportées sont récurrentes. Elles présentent simplement et succinctement quelques réalités de cet ensemble urbain que nul ne peut modifier : étroitesse des rues, manque d’espace, forme de la trame urbaine, c’est-à-dire du maillage des rues ; contraintes physiques liées à la topographie ; partie de la ville constituant le passage obligé de nombre de véhicules.

Constats

80Ces divers constats sont bien évidemment pris en considération lors des aménagements circulatoires, mais la transparence est si faible et la conscience civique et militante si rarement dynamique à Quito que les gens sont persuadés d’être novateurs en remarquant ce que les planificateurs savent et ont déjà intégré à leurs modèles. Aussi, encore une fois, le véritable problème est celui de la réelle démocratisation de la gestion urbaine et donc de l’éducation civique des habitants, comme on le voit fort bien lorsqu’on demande à chacun ce qu’il sait des actions de réhabilitation et de sauvegarde du Centre Historique. Plus des deux cinquièmes de l’échantillon (43 %) reconnaissent n’en rien savoir. Un peu plus d’un cinquième nomme une ou plusieurs des institutions qui interviennent dans la vaste entreprise de restauration : la municipalité est nommée 21 fois, elle précède de deux points seulement le Fonsal, qui en est une émanation. Selon quelques personnes, qui font allusion au séisme de 1987, la municipalité se serait « préoccupée dans l’urgence de restaurer les églises, les places, et quelques maisons sur le point de disparaître ». Le Fonsal est considéré par un dixième des interlocuteurs comme l’acteur « chargé de la réhabilitation, de la conservation des maisons et des églises ». Seules sept personnes spécifient le rôle des institutions étrangères : « La municipalité reçoit une aide financière de l’extérieur. notamment de fondations pour financer les travaux de réhabilitation, car pour sauver le Centre Historique, l’argent est nécessaire. » Au total, l’aspect financier des travaux est mis en avant par quinze personnes. Les travaux seraient « importants mais lents par manque de moyen économique » ; la restauration « coûte cher ». Une vingtaine de personnes, soit un cinquième de l’ensemble, se limitent à des considérations générales : « Ils ont arrangé les églises et quelques maisons » ; et, parfois, à des exemples précis d’ouvrages de restauration déjà réalisés : actuels travaux de l’église de San Francisco, négligence dans le soin apporté à la cathédrale (malpropreté, et restauration globale). Le dernier cinquième qualifie l’œuvre de restauration en termes laconiques. Ainsi, seize interviewés l’estiment positive. Pour six d’entre eux, « un bon travail aété fourni dans la sauvegarde des églises ». À l’inverse, quatre autres jugent « très mauvais » les travaux réalisés, sans en expliciter les raisons.

81De prime abord et d’une manière globale, aucune connaissance de la question, ou seulement une vague idée, ne semble prévaloir. Les gens ordinaires, y compris s’ils résident dans le quartier concerné, se répètent, quel que soit le niveau d’observation qu’ils sont invités à considérer ; leur avis sur un monument, une rue, une maison ou l’ensemble du Centre s’exprime en termes identiques. Manifestement, peu informés de ce qui est entrepris, de quelle façon ça l’est et par qui, ils ne sont que les échos du peu qu’ils ont lu dans la presse ou entendu ça et là. Ce qui n’empêche personne d’avoir une opinion sur ces actions que 83 % entérinent d’un mot : « importantes », « nécessaires », « utiles », voire « très utiles » ; tandis que 12 %, au contraire, les qualifient d’inutiles et que 5 % ne se prononcent pas. Ces réponses lapidaires, si stéréotypées qu’elles soient, font apparaître très clairement que la restauration des monuments et la conservation des belles maisons anciennes sont malgré tout bien acceptées. Lorsque l’interrogation suscite une opinion positive, ce qui est le cas le plus fréquent, trois personnes sur cinq la ponctuent de remarques et de suggestions, malheureusement aussi convenues et peu personnelles que le reste. C’est le regret de « la perte des caractéristiques architecturales du style colonial », ou, lui faisant écho, l’affirmation qu’il faut « conserver tout ce qui est ancien ». Certains suggèrent que les améliorations doivent se voir, mais ne savent pas à quelle fin elles serviront. Améliorer l’aspect de la ville est l’argument avancé par un peu moins de la moitié de ceux qui jugent importantes lesdites actions. Viennent ensuite le fait que les églises méritent un soin particulier afin d’attirer les fidèles et, enfin, que le classement au patrimoine de l’humanité de cet ensemble urbain suffit à lui seul à justifier l’importance de sa réhabilitation, ainsi que l’activité touristique qu’elle peut améliorer : toujours le paraître et l’image que les Quiténiens veulent donner d’eux-mêmes.

  • 22 Cf. René de Maximy, Karine Peyronnie, Gente de Quito, Quito, Abya-Yala/IRD/ CEDIME, février 2000.

82Quant aux mécontents, leurs déclarations portent plutôt sur les réalisations. En témoigne l’affirmation de quatre personnes pour qui « les travaux sont mal faits et l’entretien mal assuré », ou qui estiment que « certains travaux sont inutiles en raison de mauvais contrats » (sous-entendu en raison de l’incompétence des restaurateurs et autres personnels qui réalisent l’ouvrage). L’absence de changement ou un trop faible avancement dans la concrétisation de « promesses » annoncées sont mis en cause. Ainsi, les discours entendus à la radio à propos d’un réaménagement de la place San-Francisco ne seraient pas suivis des modifications attendues. Les quelques rares personnes n’appréciant pas la restauration sont loin d’être catégoriques, elles ne traduisent leur désaccord que sous une forme conditionnelle. Cinq d’entre elles estiment que « les actions de réhabilitation sont inutiles si elles maintiennent le caractère ancien du Centre Historique » ; elles préféreraient la modernisation architecturale sans que soit conservé nécessairement le cachet vieillot qui témoigne d’une autre époque et caractérise si fortement le Centre. Dans le même esprit, deux autres sont d’avis que les maisons très « détruites » devraient être reconstruites (à l’identique) et qu’il ne faut pas seulement chercher à les restaurer, car c’est une dépense de temps et d’argent. Enfin, pour deux personnes, les fonds alloués à la restauration pourraient être investis dans d’autres projets plus importants, voire prioritaires, principalement celui visant à « doter d’autres quartiers de services hygiéniques ». Ce discours est surtout fréquent dans les quartiers les plus populaires et très périphériques – barrios marginales –, issus, souvent, d’invasion de terres22. Ces réactions amènent naturellement à développer le contenu du propos de ces opposants sur l’adaptation ou non du Centre à la modernité.

Tableau 10 Le Centre Historique est-il inadapté à la modernité ? Faut-il le modifier ou le détruire ?

Tableau 10 Le Centre Historique est-il inadapté à la modernité ? Faut-il le modifier ou le détruire ?

a. 192 réponses ont été données.

83La moitié des passants rencontrés préconisent un bon maintien du bâti existant, une conservation simple ou tout au plus une réhabilitation modérée. Un peu moins d’un dixième des interviewés intègre l’aspect financier dans ses réponses. L’attribution des fonds est leur premier souci, semble-t-il. Il importe avant tout de ne pas dépenser à tort et à travers des sommes considérables dans des projets de « destruction et de reconstruction ». Ainsi, un bon maintien « évite de mal dépenser l’argent ». Quatre personnes se plaignent de la transformation de la place Santo-Domingo, devenue « méconnaissable », et s’interrogent sur le bien-fondé des dépenses occasionnées par les travaux de remodelage. Ils souhaitent que cette place ne soit plus modifiée. Ceux qui envisagent la modification du Centre Historique précisent rarement de quelle manière l’entreprendre. A peine un vingtième discute le sens même de la question posée, déclarant en substance que la modernité « exige » la conservation de l’ancien en raison de sa beauté ou « de son importance historique », qu’il faut différencier le Centre Historique du reste de la ville et que leurs réalités, distinctes, n’en sont pas moins complémentaires. Trois personnes affirment qu’il n’y a rien de choquant à ce que le Centre soit tel qu’il est et qu’elles ne voient pas là matière à opposer sa vétusté à la modernité qui s’exprime ailleurs dans la ville ancienne. Pour tous ceux-là, sans dénier le particularisme de ses caractéristiques, il demeure un organisme vivant en participant notamment aux activités socio-économiques dynamiques de la cité. Il ne peut donc pas être considéré comme une ville-musée, à mettre en conserve pour témoigner d’une époque révolue, encore moins comme un espace à raser afin d’édifier sur son emplacement libéré un ensemble urbain moderne et fonctionnel.

84Afin que les réponses fournies par les gens rencontrés soient très concrètement assumées par eux, on a demandé : « Si une action de ce type était réalisée, pensez-vous que les Quiténiens l’accepteraient sans réagir ? » Près de 70 % des passants s’accordent à dire que tous les Quiténiens protesteraient contre la destruction du centre ancien. Nul n’approuverait une telle décision et l’opposition quant à sa mise en œuvre serait générale. Un cinquième d’entre eux pense même que la population organiserait des grèves et qu’elle manifesterait en vue d’une amélioration des travaux. Un septième justifie la contestation de la destruction par les conséquences directes qu’elle occasionnerait sur l’attraction touristique. Environ 10 % expriment leur mécontentement quant aux ouvrages de restauration. « Les Quiténiens protesteront si ils [les intervenants] continuent à transformer les caractéristiques coloniales ou typiques ». Néanmoins, un dixième reste sceptique sur la prétendue réaction des citadins. Ces derniers auraient toujours accepté les changements, quels qu’ils fussent, sans protester.

  • 23 Mettre une fontaine et l’illuminer ? Pourquoi pas ! Mais il est bon de savoir qu’à partir de 21 heu (...)

85Enfin, l’enquête étant vraiment inhabituelle pour les gens de Quito, on a voulu savoir ce qu’ils en pensaient et osé la question : « Avez-vous d’autres commentaires à faire ? » Seulement un peu plus de la moitié des personnes rencontrées ont alors fait des remarques. En effet, quatre-vingt-deux interviewés (42,5 %) déclarent n’avoir rien à ajouter, et six autres (3 %) se contenteront de formuler leur intérêt pour les questions abordées dans l’enquête ou de faire remarquer que c’est la première fois qu’ils sont « sondés ». Quatre autres personnes s’en tiennent à espérer que les enquêteurs ne sont pas des « politiques » (entendre probablement : qu’on ne ferait pas un usage politicien de leurs réponses). Les observations portent essentiellement sur l’un ou l’autre des aspects de l’interview, notamment sur des points de détail qui les intéressent particulièrement. Certains critiquent les actions entreprises et font des suggestions, pensant peut-être, à raison, que le résultat des entretiens sera communiqué à la municipalité. Treize réponses (soit 6,7 % de l’ensemble et 11,5 % des « commentateurs ») concernent exclusivement l’agencement de la place Santo-Domingo. Celle-ci est très appréciée et, on l’a dit et redit, son réaménagement fait l’objet de critiques sévères. Des propositions de transformations sont même formulées. Certains s’y rendent chaque fois qu’ils ont l’occasion de venir à Quito. Selon deux personnes, il serait important de placer une fontaine, d’illuminer le soir la place et de mettre des abris pour protéger les piétons de la pluie et du soleil23.

86En effet, cette place et sa fréquentation ont été spectaculairement modifiées. Il y a quelques années, l’esplanade aménagée actuelle n’existait pas. C’était un lieu ouvert où les petits vendeurs avaient leurs installations précaires. Une forte activité s’y maintenait toute la nuit, des dizaines de noctambules s’y rencontraient en permanence. Il s’y buvait du rhum et de la chicha, s’y rencontrait aussi des gratteurs de guitare prêts à donner une aubade ou à animer au pied levé une soirée musicale. De très nombreux mendiants y passaient la nuit, squattaient les marches qui la bordaient déjà en sa partie méridionale. Son réaménagement a entraîné la disparition de cette activité nocturne, unique à Quito. C’est, des actions récentes de restauration, celle qui a modifié le plus visiblement un espace public très vivant. Désormais, cette place est aussi désertée après dix heures du soir que toutes les autres, ce qui est probablement considéré par la municipalité comme une amélioration (sécuritaire ?).

87La formule la plus couramment usitée a encore trait à la remarquable beauté de l’ensemble urbain que représente le Centre Historique, et pas moins de quinze personnes notent à nouveau précisément que la beauté de Quito, sous-entendu de la ville ancienne, « explique l’attraction qu’elle exerce sur les touristes ». Curieusement, personne ne dit explicitement que cela explique aussi l’attraction qu’elle exerce sur les Quiténiens, et pourtant ! Il semble que les Quiténiens n’arrivent pas à se mettre en situation et à prendre une distance par rapport à tout cela.

88Les autres remarques sont relatives aux questions de fond de la restauration, soit pour s’y opposer, soit au contraire pour les appuyer. Enfin, des monuments, des lieux sont à modifier, une intervention est sollicitée par nos interlocuteurs.

89Diverses questions de l’entretien sont rediscutées :

  • la circulation : en particulier celle des bus dont il est dit qu’elle est dangereuse dans la rue García-Moreno qui borde la Plaza Grande, et qu’on doit les supprimer dans le Centre Historique ; celle du trolleybus qui devrait couvrir l’ensemble de la ville, mais a nui au transit, et dont le service et l’organisation seraient à améliorer ;
  • les acteurs de la conservation et les actions de restauration entreprises : « La préoccupation de la sauvegarde du Centre Historique fut tardive. Seule cette administration s’est préoccupée de conserver le colonial et l’ancien. »« Le Fonsal, chargé de la restauration du Centre Historique, évite les transformations. » L’un fait remarquer qu’il faudrait arranger les maisons et pas seulement les églises, l’autre souhaiterait voir sauvé le Centre pour que les générations futures apprennent à aimer leur ville, ou bien estime que la vie de ce lieu est unique, qu’elle ne doit pas être détruite.

90Bref, cette ultime question a été l’occasion pour plusieurs de revenir sur leurs désirs d’amélioration ou de modification du Centre en son fonctionnement, ses monuments ou tel ou tel de ses aspects. En fait, la sauvegarde du Centre Historique est pour tous une accumulation d’actions sectorielles et ponctuelles. On a l’impression que pour la plupart de nos interlocuteurs, il n’y a aucune vision d’ensemble de la question patrimoniale. En revanche, il est notable et sympathique de constater que presque toujours les gens rencontrés et interrogés ne se satisfont pas des seules questions concernant le patrimoine. Sans que les enquêteurs y soient pour quelque chose, ils en viennent très naturellement à l’entretien de la voirie, la propreté du domaine public, la sécurité des rues, etc. Car le centre Historique est pour eux un espace de vie ordinaire et quotidien, non un objet particulier, en péril et devant être sacralisé.

La ville, le Centre Historique, son entretien et sa conservation, vus par l’ensemble des Quiténiens

  • 24 René de Maximy, Karine Peyronnie, op. cit. La version française manuscrite, 300 p. environ, est act (...)

91L’ouvrage Gente de Quito24, dont on reprend et commente ici certains aspects, traite des Quiténiens et de leurs opinions sur leur quartier, les autres quartiers et, plus largement, sur les actions municipales et autres centres d’intérêt les concernant. Pourquoi donc aborder cette dimension géographique qui, nous faisant sortir de son Centre, englobe toute la capitale équatorienne ? N’est-ce point là s’échapper de l’espace auquel nous nous étions, jusqu’à cet instant, tenus ? On peut le dire comme ça... Mais il nous paraît difficile de parler si longtemps d’un centre en faisant abstraction de toutes les enveloppes qui, depuis le début du xxe siècle, l’ont fait en l’encerclant progressivement de leurs constructions, car : pas de périphérie, pas de Centre ! Ce centre n’aura vraiment tout son poids que si, en le mettant en relation avec ceux qui logent et vivent en ses quartiers marginalisés, d’un même mouvement nous le centrons clairement.

Quelques informations d’ordre général

  • 25 Lors de l’analyse des quartiers de La Loma et de San Juan, on a déjà rencontré cette étude des quar (...)

92Avant d’aborder les propos qui se réfèrent directement au Centre, on consacrera quelques paragraphes aux problèmes que disent rencontrer ici et là, ou dans tous les quartiers, les gens de Quito. Nous avons jugé utile d’en parler rapidement. En effet, si le Centre en tant que lieu symbolique, ville ancienne et quartier populaire à fonction résidentielle, culturelle, administrative et marchande a une évidente spécificité, les avis de ses habitants exprimés par les Sanjuanais et les Lomanais, comme on le verra par ce détour, sont très semblables à ceux de l’ensemble de leurs concitoyens. Ceci incite à considérer qu’au-delà du vécu de chacun et de l’expérience qui en résulte, les propos tenus sur la ville sont le produit d’une opinion orientée et façonnée par les médias, d’une culture de masse procédant d’une grande homogénéité sociale ou d’une forme d’éducation stéréotypée. Mais on ne sait pas s’il s’agit seulement d’un discours convenu ou de convictions, dans ce cas étonnamment concordantes, des Quiténiens rencontrés25. Nous intéressent particulièrement leur avis sur : l’existence et la localisation d’un centre administratif et d’un centre des affaires ; leur connaissance de la réglementation urbaine ; leurs souhaits à propos des ouvrages prioritaires à entreprendre pour améliorer le fonctionnement de la ville ; la désignation selon eux du quartier le plus représentatif de Quito ; leur opinion sur la conservation et la réhabilitation du Centre Historique, son financement et ses acteurs. Ces questions, ayant été posées à l’ensemble des personnes interviewées dans les neuf quartiers choisis, permettent de se faire une idée de la façon dont les gens de toutes conditions, et quel que soit leur lieu personnel de vie, perçoivent la ville, son Centre et la politique patrimoniale engagée.

  • 26 René de Maximy, Marc souris, « Tentative de définition de zones urbaines homogènes », in AIQ, planc (...)

93Lors de cette enquête, chaque interview eut lieu auprès de l’un des membres des 1 584 ménages regroupant 6 346 personnes de neuf quartiers, situés tant au sud (la Ecuatoriana) qu’au Centre Historique et dans des quartiers relativement anciens (La Loma, San Juan, Chimbacalle, Mariscal Sucre) et au nord de la ville (la Kennedy, San Carlos, le Batán, le Comité del Pueblo). Choisis par les responsables de la municipalité, les chercheurs de l’IRD et les professeurs intéressés de la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’université centrale de Quito, ils représentent un exemplaire de chaque type de quartier défini dans la planche 34 de l’AIQ, intitulée « Tentative de définition de zones urbaines homogènes26 ». Cette typologie détaille et localise des quartiers répartis selon leur site, leur population, ses conditions de vie et ses activités, leurs équipements et les conditions de vie urbaine qu’ils assurent.

94On peut aussi les qualifier d’anciens et populaires : La Loma, Chimbacalle, San Juan ; de riches et plus ou moins centraux : Mariscal Sucre, le Batán ; de petits-bourgeois : San Carlos ou la Kennedy ; de populaires récents et très excentrés : le Comité del Pueblo, la Ecuatoriana. Les gens, rencontrés chez eux, vivent dans des petites maisons, des grands immeubles, à l’étage ou en rez-de-chaussée, et partagent souvent la structure d’habitation qui les abrite avec d’autres ménages avec qui ont pu se tisser des liens inhérents aux relations de proximité établies au fil des années. Cette diversité et cette dispersion sont le gage d’une représentativité de l’ensemble de la population, sinon statistique du moins sociologique et géographique.

Les Quiténiens et leur quartier

95L’environnement social généré par le quartier ne les laisse certes pas indifférents, mais les avis, très dispersés, n’autorisent de ce fait que la formulation d’appréciations d’ensemble approximatives, contrairement à ce que les interviews ont apporté dans les chapitres précédents. L’intégration y est ressentie comme correcte trois fois plus souvent que le contraire et la proximité des lieux les plus vitaux pour l’économie familiale, sociale ou domestique est reconnue, ce que montre le pourcentage d’avis positifs selon l’équipement : travail, 75 % ; école, 81 % ; santé, 92 % ; approvisionnement, 97 % ; lieux de loisirs, 90 %.

96Il n’est pas étonnant que les lieux d’approvisionnement soient les plus près des gens. Ce sont les plus liés à leur pratique. Que les trois quarts des actifs trouvent leur lieu de travail relativement proche surprend davantage. On se serait attendu à une appréciation plus sévère, quoique cela demeure un véritable problème pour une personne sur quatre des quartiers les plus excentrés. C’est pourquoi on verra constamment revenir, dans les souhaits, la question des transports. La localisation des établissements scolaires laisse aussi à désirer pour une personne sur cinq. Il y a certainement sur ce point une politique à reconsidérer, car l’enseignement privé ne pallie que sélectivement les carences en ce domaine. La situation est satisfaisante pour les autres équipements de première nécessité, bien que 10 % se plaignent de l’éloignement des lieux de récréation. Ce sont généralement des espaces de plein air aménagés qu’on ne peut, de ce fait, implanter aisément dans les quartiers anciens qui, proches de la campagne au moment de leur construction, sont désormais centraux et très densément construits.

97La tranquillité du quartier, sa convivialité et la qualité des relations de voisinage sont très largement reconnues. Seul un quart de ceux qui ont répondu ne les apprécie pas vraiment. En revanche, les avis négatifs sont dominants pour l’environnement proche. L’insécurité est dénoncée par plus de la moitié de la population ; un peu plus de 20 % trouvent qu’il n’y a pas lieu de s’en plaindre. Dans les quartiers riches, la pratique du gardiennage privé des maisons ou des rues est monnaie courante ; ailleurs, elle est fortement demandée.

98La saleté de la rue et des autres espaces publics, des parcs entre autres, l’hygiène, le dépôt des ordures en des lieux impropres sont également très souvent mal ressentis. Engendrée par les voitures, la pollution qui indispose plus d’un Quiténien interrogé sur cinq est un autre point de revendication. Lorsqu’on leur demande quelles modifications paraissent les plus désirables pour la vie du quartier, ces mêmes revendications reviennent avec insistance. Il faut y ajouter, pour les quartiers les plus lointains ou les moins bien équipés, tels le Comité del Pueblo et la Ecuatoriana, le pavement ou l’asphaltage des rues. Il est d’ailleurs évident que pour presque tout le monde ces améliorations incombent en priorité à la municipalité, ce que disent 57 % des gens rencontrés, quel que soit l’objet de l’aménagement demandé, l’État ne venant qu’en deuxième position avec 16 %.

99Enfin, d’autres modifications demandées sont, plutôt l’expression d’inquiétudes d’un tout autre ordre. C’est le cas du traitement de certaines formes de délinquance, particulièrement le vol de voiture, le pillage des maisons ou des appartements. Les actions de protection des biens, au dire de 12 % des gens, relèveraient plutôt d’associations de riverains de la rue ou, pour 8 %, d’une organisation des résidants d’un lotissement ou d’un immeuble. Cela se fait beaucoup dans les beaux quartiers de Quito et est fortement souhaité en de nombreux quartiers populaires.

100Cette dérive des réponses, passant de l’objet acceptable pour une municipalité – comme la maintenance des biens publics : infrastructure, mobilier urbain ; ou encore le contrôle de la délinquance en milieu ouvert et également public – à une revendication d’ordre privé, tel le gardiennage d’immeubles ou des demeures riveraines des voies d’accès, révèle un cheminement sociologique intéressant. Il traduit des angoisses liées à l’exercice de l’urbanité, c’est-à-dire à l’apprentissage et à la maîtrise de la vie citadine. Les néocitadins, ou les citadins, qui sont passés trop rapidement d’une petite ville quiète où tous se connaissaient à une capitale où l’anonymat est la règle, se trouvent profondément démunis face aux actes, pour eux immoraux, pour la municipalité illégaux, et pour tous nuisants, qui accompagnent inéluctablement l’urbanisation moderne. Ils n’ont pas intégré à leur art de vivre les nouveaux risques qu’elle véhicule. Ils en grossissent donc l’impact et s’en inquiètent jusqu’à développer une psychose de la délinquance, mot qui cache une certaine réalité, déformée et amplifiée par beaucoup de craintes et d’ignorance.

101En ces conditions, la demande se tourne vers les pouvoirs installés en principe pour le service des gens et, de ceux-ci, surtout vers les services municipaux qui ont les moyens et l’autorité, espèrent-ils, de réduire significativement ces risques. On touche là à une forme de faillite, à une défaillance au moins, de la gestion municipale qui n’est plus le reflet étroit, sans cesse réajusté, d’un projet, flou car non formulé, mais néanmoins référentiel, de société urbaine que les citadins d’autrefois, quand les villes ne dépassaient guère les quelques dizaines de milliers d’habitants, considéraient comme faisant partie de leur horizon culturel. Naturellement, les municipalités des grandes villes modernes sont également désarmées face à ce report d’une demande comportementale des citoyens sur leurs élus et les institutions qu’ils ont, du fait de leur élection, accepté de diriger. Mais il ne faut pas oublier que cette question très actuelle, mondialement rencontrée, est l’affaire de tous. Les élus sont le produit des électeurs. Lorsque les références qu’il faut bien appeler morales ou sociétales, c’est-à-dire fondées sur les mœurs et les usages qui régissent chaque société, se perdent par suite d’un retrait frileux et égoïste de chacun dans son univers clos, fait de confort et de perte des solidarités citadines, ces élus, quand bien même ils seraient convaincus, honnêtes et soucieux d’une bonne gestion du bien commun, ne peuvent répondre objectivement et sainement à des demandes sociales qui ne sont que des revendications singulières de citoyens ayant abandonné toute conscience de leurs responsabilités et des obligations qu’elles impliquent...

Préférences

102Nonobstant ces constats et ces revendications, les Quiténiens ont nécessairement une idée de ce que pourrait être un quartier qui leur conviendrait. Nous leur avons donc demandé d’en citer trois de Quito en les classant par ordre de préférence, selon ce qu’ils savent, refusent ou apprécient d’une politique municipale ciblée sur des questions d’intérêt général ou plus emblématiques, comme la restauration et la conservation du Centre Historique de Quito.

  • 27 Terminologie équatorienne pour signifier que les constructions y sont d’une qualité technique satis (...)

103Le Nord et son mythe de secteur bien aménagé où règne une réelle sécurité fonctionnent pleinement, avec environ 42 % des choix exprimés : un tiers de ceux-ci désignant le Nord sans précision, un autre tiers l’un ou l’autre des quartiers bien « consolidés27 », chaque fois nommément cités, enfin le dernier tiers se partageant le Nord riche ou confortable, le Nord populaire et le Nord récent. Vient ensuite le Centre avec 28,3 % des choix exprimés, dont 10,1 % pour le centre-sud et ses quartiers bien consolidés, 9,3 % pour le centre-Centre et 8,9 % pour le centre-nord. Enfin 8,5 % pour le Sud sans précision, avec les quartiers peuplés par la petite et moyenne bourgeoisie et ceux plus anciens au peuplement moins homogène. Les vallées drainent aussi 8,2 % des préférences. À noter que, tout de même, 13 % des gens persistent dans leur implantation. Pour eux, le quartier le plus attractif est celui où ils sont déjà installés.

Tableau 11 Ordre de préférence des quartiers (secteurs ou lieux) les plus appréciés

Tableau 11 Ordre de préférence des quartiers (secteurs ou lieux) les plus appréciés

N : Nord ; S : Sud ; C : Centre ; CS : Centre-sud ; CN : Centre-nord ; Qu : quartier ; T ou Tot. : total ; ND : non déterminé ; ch : choix ; nb. : nombre ; anc. : ancien ; prox. : proche ; cons. : consolidé ; pop. : populaire ; cl. moy. : classe moyenne.

104La justification du choix est, en revanche, moins aisée à formuler que le choix lui-même. Pour les secteurs autres que le Centre Historique, les arguments déterminants sont les activités et l’architecture et, pour le quartier des affaires s’étendant de La Mariscal à la Carolina, l’ordre et l’organisation. Il faut remarquer que lorsque les Quiténiens associent des quartiers assez nouveaux (moins d’un demi-siècle) avec l’architecture, ils font allusion aux grandes structures de béton, de verre et de briques délibérément inspirées de celles des centres des grandes villes étatsuniennes ; s’ils parlent de l’architecture du centre ancien, c’est à la dimension historique de témoignage qu’ils font référence.

105Le choix de ce Centre est, d’ailleurs, abondamment expliqué (72,7 % des réponses sont justifiées) en reprenant le propos patrimonial et national qui accompagne, en tant de discours plus ou moins officiel, l’emphase qui imprègne ses louanges. Les mots et expressions : ancien, valeur historique, tradition et patrimoine (deux mots indissociables et incontournables), architecture, organisation, sont alors pain béni pour les orateurs. Il y a en cela, au-delà d’une évidente grandiloquence très appréciée par beaucoup, une grande fierté à citer ce Centre où, cependant, plus une personne un tant soit peu fortunée ne voudrait vivre. C’est le résultat de plusieurs années d’orgueil et d’étonnement après avoir eu, avec Cracovie, l’honneur de voir son Centre Historique, encore fonctionnel et actif, inscrit à l’inventaire du patrimoine mondial, que les Équatoriens préfèrent continuer d’appeler le patrimoine de l’humanité (par habitude peut-être, ou peut-être par chauvinisme)...

Conservation et réhabilitation du Centre Historique

106Bien que l’enthousiasme soit rarement au rendez-vous, les trois quarts des Quiténiens, ceux des quartiers centraux de La Loma et de San Juan, ou ceux du reste de la cité, confirment les dires des passants. Ils estiment positives la sauvegarde et la réhabilitation du Centre Historique : 15,6 % y adhèrent pleinement, 61,5 % volontiers et 10,3 % avec quelques réserves. C’est, au pire, une approbation « politiquement correcte », à n’en pas douter ! Seuls 12,6 % n’en disent que du mal. C’est d’eux que viennent les arguments les plus mûris et les plus construits. C’est pourquoi ils méritent qu’on s’y attarde un instant. De ces mécontents, les plus nombreux, comparativement, se rencontrent en trois quartiers, tous trois populaires : le Comité del Pueblo, Chimbacalle et, de manière plus nuancée, la Ecuatoriana.

107Le Comité del Pueblo d’abord, où 23 % affirment leur refus de telles dépenses. C’est un quartier homogène socialement très solidaire et, depuis sa fondation en force (invasion de terres), très combatif, soucieux de ses droits. Il faut probablement chercher là l’origine de ce fort pourcentage de refus et aussi dans une longue attente, seulement en partie satisfaite, d’équipements d’infrastructure jamais achevés, tel le revêtement des rues. Peut-être y a-t-il encore d’autres raisons, le fait par exemple que cela ne relève pas vraiment de leur histoire dans la mesure où ce sont des Quiténiens relativement récents, dès leur arrivée utilisés comme main-d’œuvre bon marché sans égard pour leurs conditions d’existence, qui ont dû en plus s’implanter en forçant la main aux propriétaires des terrains qu’ils envahirent et à la municipalité qu’ils sommèrent d’entériner leur action foncière en équipant leur nouveau territoire.

108La position de Chimbacalle, où 20,5 % des personnes interrogées sont hostiles à cette rénovation, est également forte. Peut-être ce pourcentage s’explique-t-il par les bouleversements qui ont marqué cet ancien quartier ouvrier depuis que la route a supplanté le chemin de fer pour le transport des matières premières importées, des marchandises et des produits manufacturés entre la Côte et la Sierra, entraînant sa déchéance progressive. Autrefois florissant par suite de la proximité de la station terminus du Quito-Guayaquil et d’industries qui ont disparu ou se sont délocalisées pour la plupart, comme c’est le cas des abattoirs, ce n’est plus qu’un quartier où résident des petites gens aux ressources limitées. Certes, la municipalité a un projet qui pourrait participer à sa revitalisation économique par le déplacement d’une partie des commerçants, des ambulants entre autres, du marché du Tejar et des Ipiales pour décongestionner le Centre. L’emplacement des anciens abattoirs, qui actuellement n’accueillent qu’un marché de quartier, pourrait convenir pour ce transfert.

109À la Ecuatoriana, ce refus exprimé par 13 % des habitants traduit une revendication à peine voilée : « Il faut prendre aussi en considération d’autres quartiers qui ont de graves problèmes d’équipement d’infrastructures et de maintenance du peu qu’ils ont. » Et aussi : « Les décisions ont été prises par la municipalité sans consulter les gens. Résultat : il n’y pas d’entente mais de grandes divergences sur les opérations à mener. Ceux qui décident font n’importe quoi. »

  • 28 René de maximy, « Hiérarchisation socio-économique de l’espace quiténien » (« Jerarquización socio- (...)

110Il faut bien se rendre compte que les habitants de Chimbacalle (quartier ouvrier relativement ancien), du Comité del Pueblo et de la Ecuatoriana (quartiers récents issus de l’invasion plus ou moins récente de terres) sont assez représentatifs des nombreux quartiers de travailleurs qui furent un jour, ou sont encore, en périphérie de la ville (barrios marginales), implantés à proximité des industries ou sur des terrains non attractifs, très éloignés, au site difficile, à la valeur foncière médiocre, qui pour cela accueillirent des gens souvent étrangers à Quito et toujours dépourvus de revenus décents. Ceux-ci n’ont aucune raison de s’intéresser à la dimension patrimoniale du Centre Historique. L’étonnant n’est pas qu’une personne sur quatre puisse y être indifférente ou hostile, mais bien plutôt qu’il n’y en ait pas davantage ! La planche 34 de l’AIQ nous apprend que ces quartiers se rencontrent sur les marges de Quito et la planche 3828 qu’ils abritent en 1982 environ 450 000 habitants (certainement plus d’un demi-million actuellement) ne disposant par travailleur que du plus bas salaire légal (environ 50 dollars par mois). Aussi bien, comme dit le curé de San Marcos, paroisse ancienne et centrale, ont-ils « bien autre chose en tête que de s’intéresser à cette affaire du Centre Historique. Car la misère est trop grande pour accepter de voir s’investir de telles sommes presque à sa porte ». Propos certainement réalistes, mais que ne tiennent pourtant pas les gens de La Loma ou de San Juan, vivant en des conditions sociales proches. Il est vrai que ces derniers sont souvent de vieux Quiténiens ayant grandi dans le Centre ou en son immédiate périphérie. À côté de cela, il y a quelques cas d’inculture et d’iconoclastie péremptoire, essentiellement dans les quartiers ouvriers : « Je suis contre les grands investissements au Centre Historique » ; « ils détruisent ce que c’était auparavant » ; « on perd son temps, il y a des choses plus urgentes » ; « c’est le chaos, on ne peut plus circuler dans le Centre ».

111Les refus des opposants sont fréquemment mieux argumentés que l’adhésion de ceux qui approuvent cette réhabilitation de très longue haleine. Peut-être que l’opération de sauvegarde satisfait ces derniers et qu’ils n’ont donc pas de commentaires à faire, ou bien, et nous l’avons déjà amplement répété, se contentent-ils de reprendre un discours dont on les a massivement abreuvés (déclarations officielles, affiches, articles de journaux, etc.) ! Mais alors pourquoi eux plus que ceux des trois quartiers cités ci-dessus ? Leur manière d’expliquer leur accord, prévisible et tout à fait attendue, renvoie à un air déjà entendu. En voici le détail dans l’ordre d’importance : raison historique et sentimentale, « pour qu’il ne disparaisse pas », 14,2 % ; référence historique seulement, 13,8 % ; argument fonctionnel, sans connotation historique, « c’est désormais un quartier mieux organisé, mieux planifié », 11,3 % ; de nouveau une dimension exclusive et historique, « c’est notre héritage », 8,2 % ; la fierté de posséder un ensemble monumental exceptionnel, « c’est maintenant plus présentable – ou plus représentatif –, ça donne une bonne image de Quito », 5,5 %, et « tourisme », 3 % ; on revient ensuite au fonctionnel, ou plutôt à son contraire, le dysfonctionnel, « c’est le chaos, les transports en commun (les bus polluants et infâmes qui vicient chaque jour l’air du Centre de Quito) et le transit sont désorganisés », 8 % ; enfin, une poussière d’autres raisons. Cependant, de cette façon, une partie des problèmes ne sont que renvoyés sur d’autres rues du Centre !

Les acteurs de cette conservation

112La réhabilitation du Centre Historique est l’affaire d’abord de la municipalité, ce qu’affirment trois personnes sur dix ; cela concerne aussi le Fonsal, pour environ 7 % des gens. L’État n’est cité que par une personne sur vingt et les organismes internationaux par une sur vingt-cinq. On imagine aussi que des ONG s’en occupent, ou la coopération internationale, les propriétaires des maisons à rénover, tous les Quiténiens qui de fait payent un impôt local pour cela, et jusqu’aux banques. Tous ces acteurs en sont vraiment partie prenante, mais à des degrés divers, et les Quiténiens, pris en groupe, savent qui s’occupe du Centre Historique, quoique 38 % ne répondent pas à ces questions et que 13 % disent ne pas savoir. En définitive, la moitié des gens ne se sentent pas concernés par ces questions.

113Ceux des quartiers du Centre sont mieux informés, probablement parce qu’ils se sentent plus intimement concernés que les habitants des quartiers lointains ou installés sur les marges peu urbanisables de la ville actuelle, dont le poids statistique explique les pourcentages ci-dessus. Ainsi, Lomanais et Sanjuanais ont une idée assez exacte des principaux contributeurs de la restauration du Centre Historique. Des 142 réponses données à la question « qui finance ces opérations ? » : 8 % ne savent pas, 63 % répondent que c’est essentiellement la municipalité, 13 % que c’est surtout l’État, 6 % que ce sont des organisations internationales, 4 % parlent du « Fonds de sauvegarde » (Fonsal) et 4 % encore estiment que c’est le contribuable. Quelques réponses proposent aussi la contribution des propriétaires, l’assistance d’organisations non gouvernementales, la collaboration ou la non-collaboration d’on ne sait trop qui.

Le centre des affaires et le centre administratif

114Cette ignorance, voire cette indifférence généralisée, ne concerne pas que les questions relatives au Centre Historique. Certes, on entend parler du rôle de la municipalité en toutes ces affaires de sauvegarde et de réhabilitation, mais si l’on demande plus de précision, par exemple sur les endroits (quartiers, secteurs, lieux publics et privés de la ville) où l’on peut rencontrer ceux qui gèrent la quotidienneté des affaires concernant le pays ou la capitale, des décisions engageant la politique municipale, on s’aperçoit que la plupart des gens interrogés n’ont qu’une idée incomplète, voire très floue du droit qu’ils ont de les rencontrer et de l’endroit où se trouvent leurs bureaux.

115Cependant, sur ce point les résidants du Centre et ceux qui le fréquentent assidûment se différencient de la masse des habitants de Quito. Ils localisent mieux le centre administratif, ou les lieux administratifs principaux, citant en premier le Centre et plus précisément sur la Plaza Grande où se trouve le siège de la municipalité, ce qui est très intéressant. Cela prouve en effet que pour les habitants du Centre les problèmes de la cité, ceux de leur vie quotidienne et routinière, priment sur ceux du pays. Sont proposés ensuite les centres municipaux zonaux, décentralisés et mis en place depuis quelques années par la municipalité. Puis viennent les ministères, le siège du gouvernement et les banques (1 %), qui sont une autre sorte de lieux publics. Cependant, si 293 personnes ont affirmé l’existence d’un centre (ou d’un quartier) administratif, tout de même 246 personnes sur 466 (53 %) ne savent que répondre. En outre, quelques individus répondent un peu n’importe quoi : dans le quartier de San Marcos, à la maison rénovée de la Marna Cuchara, à La Loma, au palais abritant le Congrès, auprès d’un ministère (Éducation ou Affaires sociales), voire dans le quartier Mariscal Sucre. Mais il faut noter que d’un quartier à l’autre la municipalité est loin d’être connue de la même manière. C’est le cas à La Loma où on est sensiblement mieux informé qu’à San Juan, puisque plus des trois quarts des gens interrogés savent très correctement localiser les bâtiments municipaux et leur fonction spécifique.

116Il en est tout autrement si l’on parle d’un « quartier des affaires » : la confusion avec un quartier commercial, voire un centre commercial, est générale. Seulement un cinquième environ des personnes questionnées comprend la question dans le sens de quartier où se traitent les affaires d’importance économique autre que locale. Les autres citent le plus grand marché qu’ils connaissent, le marché du Tejar (les Ipiales) étant le plus fréquemment désigné, ou le centre commercial le plus proche, voire le marché ou le supermarché de leur quartier. À cette question, les réponses dans les deux quartiers que nous avons étudiés sont de même ordre. Pour leurs habitants, comme pour la majorité des Quiténiens, les affaires se traitent en un lieu où il y a « des possibilités financières », « où l’on peut acheter de tout », « où c’est le meilleur marché », bref un lieu où sont offertes des possibilités de faire des économies. À San Juan, par exemple, où 220 personnes ont donné des réponses, 9 sur 10 affirment connaître un centre des affaires, et même plusieurs, mais il s’agit pour elles d’un « centre de négoces » (centra de négocias), c’est-à-dire de commerces de proximité, et elles citent invariablement le marché où elles s’approvisionnent. Ainsi, à San Juan, le Tejar ou les Ipiales sont cités 101 fois et 21 fois nommément. De leur côté, les trois quarts des habitants de La Loma le localisent aussi plutôt dans le Centre et, plus précisément au pied du Tejar, centré sur le marché des Ipiales et le souk qu’il a généré – ce que disent la moitié d’entre eux –, ou encore, il est gyrovague dans le Centre Historique, à San Roque, à San Francisco, à la Manrín, dans une rue ou une autre, se fixant ici ou là. C’est le cas lorsque 11 % des réponses font référence au Centre, dont on sait que c’est un immense quartier commercial s’apparentant, mutatis mutandis, au bazar des pays turcs ou persans d’Asie.

117Pour tous, c’est un lieu, parfois tout un quartier, où se pratique le commerce : marché, supermarché, souk ou marché en plein air. Quelques-uns le mettent hors du Centre, en divers centres commerciaux spécifiques localisés sur un point ou un autre de l’avenue Amazonas, ou à Iñaquito. Divers autres points de Quito sont aussi nommés. Les réponses sont les mêmes dans les deux quartiers, avec des variations de pourcentages peu significatives dans le choix d’implantation des lieux de négoce.

  • 29 Extrême nord de l’actuel quartier des affaires de Quito.

118Une vision plus ouverte de ce qu’est un « quartier des affaires » pourrait, néanmoins, être le propre d’une poignée de Lomanais et de Sanjuanais (un sur dix), qui parlent de la Colón, de la Mariscal Sucre, de la Carolina et d’Iñaquito29 qui sont nommés l’un ou l’autre 53 fois, sans qu’il soit possible de savoir s’il est alors vraiment fait allusion à un central business district. Mais c’est peu probable, car lorsque la réponse est explicitée, elle se réfère toujours à un quartier de commerce particulièrement actif « où l’on trouve de tout », « où il y a beaucoup de mouvements », « où c’est le moins cher », « où c’est bon pour les familles », etc.

Les problèmes urbains et la politique municipale

119Mais si l’on dépasse la localisation des lieux de pouvoir pour savoir, même très sommairement, quelle politique municipale s’y élabore et qu’elles en sont les effets, l’ignorance des gens rend éclatante la misère démocratique dans laquelle se trouve l’immense majorité des citadins de cette ville. Non seulement elle ne sait rien de ses droits et de ses devoirs, mais encore elle est incapable de reconnaître une certaine gestion municipale, pourtant bien réelle. C’est que les habitants ne sont guère accoutumés à être consultés sur la politique municipale, sauf si ça concerne spécialement leur quartier. Ce qui explique les réponses brèves et souvent assez superficielles sur les questions qui suivent. Pourtant, dans leur concision et compte tenu de leur poids statistique, elles sont tout à fait dignes d’intérêt. Nous les présentons succinctement et y reviendrons incidemment lors de l’analyse plus particulière que nous ferons de la politique menée, ou seulement préconisée, par les responsables officiels en liaison avec certaines instances internationales.

120En revanche, si on attend tout de la municipalité, on ignore gravement la réglementation qu’elle édicte et les lois qui régissent la ville : les deux tiers des Quiténiens assurent qu’il n’y a aucun règlement urbain établi, auxquels s’ajoutent 10 % qui ne répondent pas ; d’ailleurs, 71 % affirment qu’ils n’ont aucune idée de ce que pourrait être un tel règlement. Les autres mentionnent en vrac toutes leurs revendications dont certaines, effectivement, peuvent relever plus ou moins d’une réglementation urbaine particulière ou plus générale. L’ignorance l’emporte insolemment.

121À La Loma, seulement 17 % déclarent que « oui. il existe un règlement urbain ». Ne sachant pas son existence, 61 % évidemment n’en pensent rien, 27 %, du bien, 7 %, du mal et 5 % sont sceptiques. En revanche, les idées ne manquent pas chez ceux qui veulent bien expliciter ce que, selon eux, devrait prendre en compte un règlement sur la ville. Des 207 opinions exprimées : 76 évoquent l’ordonnancement de la ville, ce qui reste une revendication assez sommaire ; plus précis, 29 estiment que ce règlement doit servir à définir et faire respecter les « ordonnances municipales » ; 26 % insistent sur le respect « des normes édictées pour que l’on prenne soin de la ville » ou, dans le même ordre d’idée, parlent « de lois et de règles de vie », ou encore, de « règles de société » ; l’entretien et le respect du Centre Historique sont aussi des points dont la prise en compte est souhaitée ; quelques-unes reflètent le souhait qu’y soit inscrite une simplification des démarches pour toute action de construction ou de modification apportée à une construction existante, et 3 % considèrent que « la régulation des transports » en relève. Sont également évoqués une ou deux fois, jamais plus, un « contrôle de la population », les services de base, l’écologie, les ventes dans la rue.

122Il en est de même à San Juan où un petit cinquième (18 %) des personnes interrogées a répondu affirmativement, un autre petit cinquième n’a pas répondu et 64 % ont répondu par la négative. Manifestement, cela n’accroche pas grand monde. Des gens interrogés, 8 % n’ont aucune idée de l’intérêt d’un règlement. Ceux qui ont quelque idée parlent de règles municipales et de normes pour la ville, mais on ne sait pas lesquelles ; de normes de construction, de transport, d’hygiène, de sécurité ; et, aussi, de services de base, d’équipement d’infrastructures, d’éducation, de sports et de parcs de loisirs, de rues, de propreté et de nettoyage de la voirie, de maintenance. Bref, défilent les mêmes réponses qu’à La Loma avec très peu d’écart dans la distribution et la fréquence de leur contenu. Ce sont là les soucis qui assaillent la quotidienneté des citadins confrontés à la difficulté, pour la majorité d’entre eux, de vivre bien à Quito.

123C’est-à-dire que ce qu’attendent les gens n’est pas tout à fait ce que contient usuellement un règlement d’urbanisme. En effet, leurs espoirs ou leurs revendications s’attachent davantage à ce que devrait contenir un code de l’urbanisme et, surtout, à la formulation d’une réglementation des conditions de vie en une société urbaine. Ce dernier point rejoint un des problèmes cruciaux du fonctionnement sociétal tel qu’il se pose désormais dans les très grandes villes : reconsidérer les structures des sociétés citadines et la pratique du cadre de vie qu’elles doivent assurer. À ce sujet, une remarque tout à fait générale : très tôt, les habitants se rendent compte de ces questions ; très tard, quand ce n’est pas jamais, les responsables administratifs et politiques songent à leur apporter un minimum de réponses. Il en est ainsi en Équateur. Mais peut-être n’est-il pas abusif de rappeler qu’à Quito, il y a peu encore, la religion y réglementait étroitement la vie quotidienne de chacun, donnant en même temps les raisons impérieuses mais sécurisantes (discutables, mais non discutées) des règles de vie qu’elle prônait. La dimension familiale et sociale de la vie avait du sens. Actuellement encore, le désir de s’entendre dire ce qu’il faut faire est latent, mais le sens de la vie qu’il faut mener est devenu très flou. Les responsables du fonctionnement de cette société urbaine devraient en prendre conscience. Mais tout cela, bien sûr, passe par une éducation démocratique et libérale de la population, y compris du maire et de ses conseillers... Or, il ne semble pas qu’à Quito ce type d’éducation très ouverte soit déjà passé dans les programmes scolaires, que ce soit dans les écoles publiques ou les écoles confessionnelles.

124C’est pourquoi, très paradoxalement, les mêmes qui n’ont aucune idée de ce à quoi peut bien servir un règlement d’urbanisme, lorsqu’on leur demande quels devraient être les travaux prioritaires à entreprendre, une fois récitée la litanie « délinquance, insécurité, hygiène, transports, pollution etc. », énumèrent un certain nombre d’équipements et de besoins qui, pour qu’ils puissent être assurés, supposent un minimum de réglementation pour les conditions de leur mise en œuvre et de leur maintenance. Ainsi, au-delà de tout ce qui a été déjà dit, 83 % des gens suggèrent une ou plusieurs œuvres à entreprendre, englobant souvent le chapitre entier des ouvrages attendus de la part d’une municipalité soucieuse du fonctionnement de la ville qu’elle gère et du bien-être de ses administrés, et s’attardant parfois sur un aspect étroit de la question. Voici, en ordre décroissant, le volume des réponses exprimées : travaux publics, sans autre précision, un quart ; parcs de loisirs récréatifs, propreté, un septième ; sécurité, entretenir les maisons et les doter de services de base, c’est-à-dire de branchements sur les réseaux d’infrastructure, un huitième ; aménager et nettoyer les rues, un quatorzième ; entretenir les rues en escaliers, qui sont très nombreuses à San Juan et à La Loma, trouver une solution pour le transport local, un vingtième ; faciliter l’éducation en entretenant les collèges, 4 % des réponses ; régler les problèmes d’égouts, de l’eau et d’autres réseaux, 3 % ; renforcer l’éclairage public, 2 % ; et aussi, trois personnes demandent qu’on accélère les branchements téléphoniques, qu’on se préoccupe de l’environnement, qu’on ouvre « des maisons pour les mendiants », si ce n’est qu’on enferme les mendiants en des maisons qui, dans ce cas, seraient des asiles. Dans ce corpus de revendications et d’espoirs se mélangent de véritables travaux publics concernant les réseaux : rues, escaliers, transports, égouts, alimentation en eau ; les équipements : parcs de loisirs, collèges, éclairage public, téléphone ; et des questions de société comme l’environnement, les mendiants, etc.

  • 30 Cela exige probablement une refonte de ses lois et sûrement un assainissement de ses mœurs politiqu (...)

125Ces demandes et revendications reviennent inlassablement. On dirait que nombre de nos interlocuteurs ne peuvent pas comprendre pourquoi la municipalité n’est pas la puissance tutélaire espérée, ce qu’elle semblait être au moment des grands travaux que nous avons longuement évoqués en première partie de cet ouvrage. La ville a grandi trop vite, trop fort, trop hors des schémas, bien hiérarchisés et bien connus, de croissance et d’organisation spatiale. C’est le choc du futur, mais un choc surtout institutionnel qui prend par le travers la majorité des citadins. Les institutions sont les mêmes, mais l’échelle de la ville est désormais disproportionnée, ce qui a motivé la création du Grand Quito, le « district métropolitain de Quito », et explique les insuffisances des services municipaux, manifestement inadaptés à la demande présente. Pourtant, la population semble encore plus inadaptée à la ville qu’elle habite que les services municipaux à sa gestion. Il y a une incompréhension gigantesque entre ces deux entités ; la municipalité gère l’espace et son fonctionnement, ce que souhaite fortement l’ensemble des Quiténiens, mais ne gère pas (ou plus !) les états d’inconfort, de difficulté, voire de misère plus ou moins sociale où se tiennent plus de la moitié des gens de Quito. Elle ne peut d’ailleurs pas traiter ce problème, qui dépasse ses compétences et relève du gouvernement du pays30.

126Traditionnellement, la communauté et, notamment, les relations de voisinage jouaient un rôle régulateur par le biais d’actions collectives telles que les minga. À Quito, ces structures où s’exerçait autrefois une sorte de démocratie directe très active ne fonctionnent que rarement, et presque exclusivement en certains quartiers populaires. Elles sont encore saluées comme une bonne chose, ainsi que les associations sportives, les comités des fêtes et les associations paroissiales, bien que, désormais, pour toutes ces formes de solidarité collectives et organisées, la participation ne soit que rarement le fait de plus de 15 % de ceux qui ont répondu à ces questions. Les avis les plus répandus sont que c’est bon « pour la cohésion du quartier » ou « pour améliorer la propreté » sans que l’on sache ce que cela signifie exactement. On le voit très clairement au moment des fêtes traditionnelles qui correspondent à une coutume très enracinée, et parfois pour une minga axée sur le nettoyage d’un coin de rue ou des trottoirs. Reste une très forte adhésion de principe à ces traditions, et peut-être ne faudrait-il pas grand-chose pour leur redonner un réel dynamisme.

127On peut dire que, apparemment, la plupart des Quiténiens, et les petits commerçants cloués toute la journée à leurs boutiques encore plus que les autres, vivent repliés sur leur quartier avec, comme horizon, les quartiers proches et ceux où ils travaillent. Comme si la ville, pourtant plus que millionnaire et étalée sur environ 700 km2 (70 000 hectares), ne comptait que 100 000 ou 200 000 habitants dispersés en quelques lieux reliés par des axes routiers. C’est pourquoi, si la municipalité est l’autorité de référence, le reste de la ville demeure pour eux une entité plus ou moins mythique dont ils ont entendu parler, comme ces fameux quartiers du nord, toujours plus lointains à mesure qu’on s’en rapproche et où tant d’entre eux rêvent qu’un jour ils s’installeront. Les habitants des quartiers anciens, du Centre Historique ou de sa proche périphérie, entendent Quito comme l’entendaient plus ou moins leurs parents, c’est-à-dire fortement polarisée sur le Centre. Ceux des quartiers riches ou aisés ouvrent davantage leur horizon, mais ignorent encore très souvent comment cette ville est gérée.

128Ce ne sont pas tellement les loisirs de fin de semaine qui y changeront grand-chose, ils sont très casaniers ; près de la moitié de la population dit rester chez elle (47 %), et les autres se rendent visite (25 %), se promènent dans le quartier ou aux alentours (10 %), ou vont se détendre dans un parc, à la Carolina, au parc métropolitain, dans la vallée ou à la Mitad del Mundo. Bien qu’un tiers des ménages possède une voiture, seulement 17,5 % sortent régulièrement de Quito en fin de semaine.

Notes

1 Plaza Grande, Plaza de San Francisco, Plaza de Santo-Domingo, Plaza del Teatro, Plaza San Blas.

2 Les enquêtes à La Loma et à San Juan, ainsi que dans l’ensemble des quartiers étudiés lors de l’étude des quartiers archétypiques de Quito (EBAQ), enseignent que les femmes tiennent pratiquement toujours, qu’elles travaillent ou non, un rôle de maîtresse de maison. Aussi, l’âge de la retraite ne constitue pour aucune d’elles un arrêt d’activité et leur laisse bien rarement le loisir de flâner et de se chauffer au soleil sur les places.

3 « Plaza Mayor », « Plaza Grande », « Plaza de Independencia » : appellation ad libitum.

4 Un certain nombre de personnes interrogées ont pris comme acception spatiale du lieu de référence la place où ils se trouvent au moment de l’entretien.

5 Cette colline ne fut urbanisée qu’à partir des années 1960, mais son occupation, qui remonte à l’époque des Incas – elle était connue alors sous le nom de Yavirac –, figure sur les plans urbains les plus anciens. Cet espace bien identifié fait depuis toujours partie du paysage urbain colonial auquel les traditions le rattachent très expressément.

6 Tous ces monuments, lieux et rues énoncés exigent un commentaire : la Tola est une colline construite, visible de partout, et San Blas est sa paroisse ; la place du théâtre, pour qui vient du nord de la ville par la rue la plus utilisée, la Guayaquil, apparaît en effet comme le premier espace ouvert remarquable indubitablement situé dans le Centre : la basilique est visible de loin, son style néogothique détonne, ce qui la rend plus repérable ; San Juan, comme la Tola, est une hauteur qui ferme au nord l’espace urbanisé ancien, il est naturel de la citer ; la Banque centrale, ou l’église de Belén ne peuvent être citées que par des Quiténiens avertis, car ce sont des édifices seulement repérables lorsqu’on se trouve à leur aplomb ; l’Ejido comme l’Alameda sont des parcs qui inscrivent des ruptures visuelles dans l’espace construit. En outre, comme nous l’avons vu en première partie, l’Alameda fut jusque dans le premier tiers du xxe siècle un lieu de promenade situé en bordure septentrionale de la ville ; il en fut de même de l’Ejido qui initialement était un terrain communal où l’on laissait les chevaux à pâturer tandis que l’on se rendait en ville.

7 Notons en passant la naïveté de cette affirmation qui montre une confiance illimitée en la puissance dissuasive des Nations unies, souvent confondues, il est vrai, avec les États-Unis.

8 Expression littéraire qu’a reprise à son compte l’ancien maire Rodrigo Paz, et qui fut alors magnifiée par la presse.

9 Cf. les travaux de Philippe Cazamajor d’Artois, in AIQ.

10 Une politique pervertie par la corruption et les détournements de fonds vers d’autres projets, utilisant les crédits prévus et votés pour réaliser la deuxième tranche des travaux d’hydro-électricité pour l’alimentation de la plupart des villes de l’Équateur, dont Quito, fait que pendant la saison où l’unique grand barrage existant manque d’eau, il y a des coupures de courant journalières.

11 Selon le dr Élisabeth Frenel-Elbaz, « […] après une exposition au bruit d’une durée de trente minutes, il faut une heure à l’oreille pour récupérer sa fatigue auditive, sans compter la fatigue nerveuse, les effets cardio-vasculaires et les troubles du sommeil […], l’exposition répétée au bruit peut mener à la surdité, qui se définit comme une perte auditive, en terme de décibels, sur une partie ou toute la gamme des fréquences perçues par l’oreille humaine. » (La l’oix, Paris, Éditions du Rocher, 1997, p. 50-52).

12 La rénovation des peintures des façades de la rue Rocafuerte a été financée par la Junta de Andaluciaen 1996.

13 Exception faite de la Vierge du Panecillo, la catégorie « monuments religieux » devrait s’intituler « domaine ecclésiastique », car l’hôpital San Juan de Dios et l’ancien archevêché, bien que n’étant plus affectés à cette fonction, abritent toujours des services gérés par l’Église.

14 Jusqu’au début du siècle, la messe, les fêtes religieuses, les processions dans les rues avaient une très grande importance dont on ne retrouve la force que pour la procession du « Viernes Santo » où est promené dans les rues du Centre la statue sanglante du Christ du Gran Poder. précédée d’une théorie de flagellants et de pénitents cagoulés et vêtus de violet. D’après les archives du Cabildo de Quito, (exploitées par Eliecer Enriquez) on pouvait, au temps de Mariana de Jésus, passer plusieurs heures en exercices religieux – quasiment obligatoires – chaque semaine.

15 Sa statue fut longtemps sur la place San-Francisco. Depuis plusieurs années, elle se trouve sur la place San-Domingo. Initialement devant l’entrée de l’église, elle occupe près du musée dominicain « Fray Pedro Bedón » une place plus discrète depuis 1995.

16 Ce fut bien, dès le début de la (re)fondation de Quito, la volonté du pouvoir royal relayé par le gouverneur de la Real Audencia de Quito, que de mettre au centre de la ville les pouvoirs : religieux (cathédrale, évêché) et civils (palais du gouverneur, siège du Cabildo de Quito). Les directives de Philippe II sur ce point sont explicites.

17 Sur les 40 réponses regroupées dans la catégorie « ministères », on trouve 10 fois ministères sans autre précision, 20 fois le ministère de l’Éducation, 5 fois celui de la Défense, 2 fois celui des Finances, 2 fois le Congrès, et une fois le ministère de la Santé. À remarquer que les Finances et le Congrès ne se situent pas dans le Centre !

18 Contesté ou considéré par certains historiens, tantôt comme héros ou bandit traître à Atahualpa, tantôt comme un personnage de légende.

19 Tous les étrangers s’en rendent compte dès qu’ils prennent un taxi. Le chauffeur s’enquiert de leur origine et leur demande ce qu’ils pensent de l’Équateur et de Quito.

20 C’est, très objectivement, un comportement bien établi depuis que Quito est sorti de ses limites coloniales.

21 Lors de la mise en service du trolleybus, une tentative pour supprimer les bus les plus anciens et les plus polluants n’a qu’imparfaitement réussi.

22 Cf. René de Maximy, Karine Peyronnie, Gente de Quito, Quito, Abya-Yala/IRD/ CEDIME, février 2000.

23 Mettre une fontaine et l’illuminer ? Pourquoi pas ! Mais il est bon de savoir qu’à partir de 21 heures il n’y a plus grand monde dans les rues du Centre ; et qu’aucune fontaine ornementale remise en service dans le Centre n’a fonctionné longtemps. Par ailleurs, protéger de la pluie et du soleil les piétons par des abris serait, soit dit en passant, plus préjudiciable à cette place qu’utile, car un de ses côtés est déjà fort esthétiquement bordé d’une galerie en arcades.

24 René de Maximy, Karine Peyronnie, op. cit. La version française manuscrite, 300 p. environ, est actuellement consultable à Quito, à la documentation de l’IRD, et au CEDID (IRD) à Paris.

25 Lors de l’analyse des quartiers de La Loma et de San Juan, on a déjà rencontré cette étude des quartiers référentiels de la ville de Quito dont certaines des questions s’inscrivent également dans notre problématique.

26 René de Maximy, Marc souris, « Tentative de définition de zones urbaines homogènes », in AIQ, planche 34.

27 Terminologie équatorienne pour signifier que les constructions y sont d’une qualité technique satisfaisante.

28 René de maximy, « Hiérarchisation socio-économique de l’espace quiténien » (« Jerarquización socio-ecónomica del espacio quiteño »), in AIQ, planche 38.

29 Extrême nord de l’actuel quartier des affaires de Quito.

30 Cela exige probablement une refonte de ses lois et sûrement un assainissement de ses mœurs politiques et constitutionnelles, comme on a pu l’observer dans les années récentes où des présidents et vice-président sont convaincus de corruption ou d’incompétence, ont interprété de manière machiste la Constitution et favorisé de curieuses promotions de président par intérim, sous le regard attristé d’observateurs tant étrangers qu’équatoriens. Mœurs d’une société qui semble avoir perdu ses valeurs identitaires et communautaires.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 Avis des passants sur les conditions de circulation au Centre Historique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Tableau 5 Identification des édifices selon leur fonction ou leur usage
Légende NB : Près de neuf personnes sur dix répondent à cette interrogation et nous obtenons au total 522 réponses,ce qui veut dire que trois édifices ont été cités, en moyenne, par personne interrogée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 6 Identification des édifices et espaces publics selon leur fonction et leur usage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 7 Nombre de fois cités et détail de l’identification des monuments du Centre Historique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 8 Qu ’est-ce qui vous déplaît dans le Centre Historique ?
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Tableau 9 Modifications suggérées pour améliorer et conserver le Centre Historique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 10 Le Centre Historique est-il inadapté à la modernité ? Faut-il le modifier ou le détruire ?
Légende a. 192 réponses ont été données.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 11 Ordre de préférence des quartiers (secteurs ou lieux) les plus appréciés
Légende N : Nord ; S : Sud ; C : Centre ; CS : Centre-sud ; CN : Centre-nord ; Qu : quartier ; T ou Tot. : total ; ND : non déterminé ; ch : choix ; nb. : nombre ; anc. : ancien ; prox. : proche ; cons. : consolidé ; pop. : populaire ; cl. moy. : classe moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40767/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search