Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Troisième partie. Centre-ville ou patrimoine ?

Chapitre VI. Le décor et son envers

Texte intégral

1Dès la fin du xixe siècle, la ville a vu se développer, au sud, des petites zones industrielles et des quartiers ouvriers périurbains, au nord, des parcs et, peu à peu, des faubourgs mi-ruraux où les citadins établis avaient leur maison de campagne. Cependant, jusqu’à la fin des années 1960, la majorité des fonctions spécifiquement urbaines de service, de commerce et d’artisanat demeure dans le Centre. Alors, les monuments ecclésiastiques étaient entretenus par les moines ou religieuses qui les occupaient, l’ensemble de l’architecture civile, par les propriétaires successifs. Il n’y a pas d’appréciation, encore moins une conscience de l’intérêt patrimonial de l’architecture domestique ancienne, ni de la trame urbaine maintenue sans altération. La conservation de la ville héritée n’est pas un objet de préoccupation. Mais, depuis une génération, une situation nouvelle engendrée par de considérables mouvements d’urbanisation affecte la capitale équatorienne, entraînant la mise en question de bien des habitudes et de quelques idées reçues : la conservation de la ville ancienne est devenue un problème majeur.

2En effet, les années fastes du boom pétrolier et de la construction de grandes infrastructures nationales – routes, barrages, aéroports dans tout le pays, etc. –, ont étonnamment dynamisé la ville qui vit en quelques années une très forte croissance démographique et spatiale. Les grands services publics et privés s’installent au nord tandis que des zones industrielles nouvelles se construisent sur les axes routiers reliant Quito au reste du pays. Dès lors, on parle de « ville ancienne », puis de « Centre Historique ». Ces termes conservateurs ne sont pas anodins, ils portent une connotation restrictive aux conséquences alors imprévisibles. Dans le temps qu’ils apparaissent, la modernité migre vers le nord.

3Ce desserrement est d’autant plus nécessaire que, d’une part, le maillage des rues du Centre Historique, très difficile à modifier, est inadapté à la circulation automobile et à la croissance du trafic qu’elle engendre ; que, d’autre part, les maisons construites pour la grande majorité à une autre époque et à d’autres fins ne sont plus du tout fonctionnelles pour l’exercice des nouvelles activités de service qu’impose l’ouverture du pays sur le reste du monde. En conséquence, les secteurs les plus rentables de l’économie et les populations les plus aptes à les servir, en se déplaçant, laissent le Centre amoindri, le confinant dans les activités maintenues d’une ville conditionnée par son histoire. Les capitaux s’investissent dans les nouveaux quartiers résidentiels et d’affaires, tandis que, dans le Centre, une population à revenus modestes remplace une population aisée. C’est ainsi que la ville ancienne prend une nouvelle dimension urbanistique qui accroît le poids de son passé et de son héritage, entraînant une question primordiale : comment gérer ce Centre devenu « historique », y maintenir des résidants, des activités, une fonction urbaine forte ?

4Dès lors, le patrimoine apparaît comme le reflet d’une nostalgie, mais aussi comme l’espoir d’un concept porteur d’une autre manière de voir la ville ancienne. Inévitablement, cette prise de conscience des responsables de la gestion urbaine va être confrontée :

  • à l’inertie politique des populations se maintenant dans le Centre Historique et occupant de plus en plus fortement les pentes peu aménageables le jouxtant. La pratique d’activités urbaines très parcellisées et très présentes explique cette inertie qui concerne plus ou moins gravement des centaines de milliers de personnes ;

  • et, tout aussi gravement, au désir qu’ont de vivre autrement d’autres centaines de milliers de personnes qui, abandonnant sans regret apparent leur précédent espace social, soit choisissent le confort et la modernité, soit accourent vers la ville dans l’espoir d’une vie plus facile, s’installant sur tous les espaces disponibles et peu contrôlés du site en affichant leur indifférence vis-à-vis de l’histoire de Quito.

5C’est dans cette situation politico- et économico-sociale que se trouvent la capitale de l’Équateur et son Centre Historique à la fin du siècle. Notre propos est, maintenant, d’exposer comment ceux qui sont concernés réagissent à cela. Il convient donc de s’interroger sur la notion même de « patrimoine de l’humanité » et de ce qu’elle recouvre et implique à Quito. Comment considère-t-on ce patrimoine ? Faut-il le conserver dans l’état ou le rénover selon des critères et des techniques actuels ? À quel niveau d’intervention agir : le monument, la rue, un quartier, l’ensemble de la cité du début du siècle ?

Le concept de conservation du patrimoine

6Afin de mieux saisir les actions de conservation et de restauration entreprises, surtout depuis deux décennies, il convient au préalable de définir les concepts utilisés, qui en moins d’un siècle ont été considérablement modifiés. Une brève mise en perspective, depuis la Première Guerre mondiale jusque dans les années 1970, aidera à comprendre la philosophie des interventions réalisées dans le Centre Historique à ces époques, ainsi que les circonstances de son classement au patrimoine mondial. Ensuite, une analyse de la politique de restauration et de réhabilitation menée complétera cela et permettra de saisir la vision, la conception, les ambitions et les actions du petit groupe de décideurs qui établit les politiques urbaines. On verra alors apparaître des options contradictoires dont il faudra se demander, au regard des réalisations, lesquelles furent ou sont privilégiées et pourquoi.

7Il n’y aurait qu’une centaine d’années que des recherches sérieuses concernant des sujets autres que littéraires ont été entreprises sur des œuvres d’art. Cette idée est récurrente. En voici un exemple :

  • 1 Cf. P. Gazzola, « La restauration des monuments historiques », in La Conservation et la restauratio (...)

« L’empirisme qui présidait jusqu’ici à la restauration des monuments a gravement compromis l’authenticité d’un grand nombre d’entre eux. Les restaurations architecturales portaient invariablement l’empreinte de leur temps et de la personnalité de leurs auteurs. Depuis l’époque romaine (par exemple pour le Teatro di Marcello) jusqu’au premier quart du xxe siècle, chaque restaurateur a impitoyablement marqué de son style tout monument qu’il prétendait restituer. Restaurer un monument signifiait alors l’adapter à quelque nouvelle fonction et satisfaire aux canons de goût contemporain1. »

  • 2 Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, 10 volumes (...)

8Il ne faut, cependant, être trop catégorique. Ainsi, malgré ses nombreux détracteurs, Viollet-le-Duc2 fut un exemple d’architecte qui entreprit des études très approfondies, tant sur le savoir des maîtres bâtisseurs du Moyen Age que sur les techniques et outillages mis en œuvre et les manières de vivre, d’habiter, de manger, de se vêtir, etc. des populations vivant dans les lieux et aux époques où les monuments qu’il restaurait furent construits. En fait, le reproche majeur qui lui fut opposé est que, profondément imprégné d’architecture et d’art médiéval, il acheva des monuments inachevés. Les réhabilitations gommaient les méfaits de l’histoire lorsque cela se rencontrait. Ainsi de la flèche et de la galerie des Rois de Notre-Dame de Paris. Mais cela existait bel et bien dans les intentions des bâtisseurs, comme en témoignent les plans qu’on en a conservés, ou bien avait existé mais avait été détruit accidentellement ou volontairement. On retrouvera ce problème pour Quito. Mais on ne le pose pas pour Versailles, qui pourtant ne fut jamais en aussi bon état, aussi beau et aussi achevé que depuis sa restauration commencée en la deuxième partie du xxe siècle. Le rappeler permet de relativiser bien des choses.

  • 3 Ne pas confondre avec la charte d’Athènes de 1933 élaborée par le CIAM et Le Corbusier, concernant (...)

9Quoi qu’il en soit, la nécessité d’une collaboration internationale dans le domaine de la protection et de la conservation de monuments a été signalée à plusieurs reprises, surtout depuis la Première Guerre mondiale. En 1913, les membres de la Ire Conférence internationale sur la protection de la nature, réunis à Berne, souhaitaient préserver de façon durable les sites les plus remarquables du monde. Une vingtaine d’années plus tard, la charte d’Athènes3, élaborée en 1931 sous l’égide de la Société des Nations, formulait une recommandation analogue en envisageant prioritairement la sauvegarde des grands monuments, en vue de leur transmission aux générations futures.

  • 4 En 1964, lors du IIe Congrès international d’architectes et de techniciens des monuments historique (...)

10Cette prise de conscience se renforce dans la charte de Venise4 qui déclare notamment que « la conservation des monuments est favorisée par l’affectation de ceux-ci à une fonction utile à la société », sans pour autant « altérer l’ordonnance ou le décor des édifices ». Plus particulièrement y sont reconnus l’intérêt de la stratification historique, de la valeur intrinsèque de chaque édifice ; la nécessité de la participation de nombreuses disciplines pour garantir sa mission. Y est soulignée la nécessité de donner un usage adéquat au monument et de valoriser le milieu environnant dans lequel il s’inscrit. On insiste aussi sur l’idée de ne pas déposséder, dépouiller, les monuments des objets non architecturaux inclus en eux. Ces recommandations concernent également les sites monumentaux et les excavations archéologiques. Trois points sont à noter : la conservation impose la permanence d’un entretien ; la restauration doit rester exceptionnelle ; une étude archéologique et historique doit la précéder. Architectes, experts internationaux du patrimoine s’y réfèrent encore aujourd’hui. Apparaissent alors l’intérêt des inventaires et catalogues, la sagesse de préciser les usages par des lois, la nécessité d’étudier les problèmes d’animation et de revitalisation des ensembles urbains et de ne pas les traiter séparément de leurs monuments. Dès lors, le patrimoine ne se réduit plus à un passé figé, mais tend à retrouver une dimension sociale autant que culturelle qu’il n’aurait jamais dû cesser d’avoir. Cet aggiornamento des mentalités impose une nouvelle façon de traiter la protection des paysages et de certains sites. On développe de nouveaux matériaux et on forme des techniciens qualifiés capables de faire face aux problèmes rencontrés et de diffuser l’information. Le cadre de vie, le milieu, la valeur des éléments qui les caractérisent et les constituent sont considérés comme biens culturels, leur défense et l’action de l’homme sur leur entretien ou leur dégradation prenant toute leur dimension.

  • 5 En vingt-cinq ans, 150 États l’ont ratifiée. Dans le même laps de temps, 506 biens ont été inscrits (...)

11En 1972, la « convention pour la protection du patrimoine mondial culturel et naturel », adoptée par la conférence générale de l’Unesco le 16 novembre, proclame la valeur universelle des monuments, des quartiers et des sites patrimoniaux et naturels, ainsi que la nécessité de dégager des ressources pour leur protection. En conséquence, elle crée la procédure d’inscription sur la liste du patrimoine mondial, de même qu’un fonds pour la protection de ce patrimoine5. En 1975, la Déclaration d’Amsterdam affirme la responsabilité particulière des pouvoirs locaux en matière de protection du patrimoine architectural et préconise la participation des citoyens, de même qu’elle expose ce que devra être la notion de réhabilitation des quartiers anciens et la prise en considération des facteurs sociaux dans toute politique de conservation intégrée. Celle-ci est suivie, la même année, de l’adoption de la charte européenne. Puis, à travers le monde et en moins de quinze ans, de onze déclarations, conventions ou chartes. Enfin, en 1987, la « charte de Washington », mieux connue sous le nom de « charte internationale pour la sauvegarde des villes historiques », rappelle que cette sauvegarde doit s’inscrire dans « une politique cohérente de développement économique et social » et déclare que « les interventions dans un quartier historique doivent être menées avec prudence, évitant tout dogmatisme et tenant compte des problèmes spécifiques ».

12En trois générations, on passe donc d’un souhait : « protéger les sites remarquables » (1913), à « la sauvegarde des villes historiques » (1987). Cet approfondissement de la notion de bien collectif de l’humanité arrive, peu à peu, à mobiliser des compétences très diverses. À travers elles, la prise en compte du bien collectif devient celle d’un legs, d’un patrimoine dont les premiers constructeurs se situent très loin dans le passé. L’inventaire du patrimoine de l’humanité, dont les parties anciennes d’une ville peuvent être un élément, devient un acte de conservation et de mémoire, indispensable à la cohérence culturelle et diversifiée de l’espèce humaine. Ainsi, l’ensemble des biens naturels et culturels à « valeur universelle exceptionnelle » est désormais considéré comme le « patrimoine de l’humanité ».

  • 6 De « noosphère », entité conceptuelle teilhardienne. qui est un mot plus élégant et tellement plus (...)

13Des classifications et réglementations s’ensuivent. L’ONU, organisation remarquable imposée par l’horreur de la dernière guerre mondiale « pré-noosphérique6 », a vocation pour organiser et mondialiser un consensus sur ce point. L’Unesco, un de ses instruments institutionnels, en formalise les critères de classification et les règles dont, pour ce qui concerne les villes, voici le principal :

  • représenter une réalisation artistique unique, un chef-d’œuvre de l’esprit créateur de l’homme ;

  • avoir exercé une influence considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle donnée sur le développement de l’architecture, des arts monumentaux ou de l’organisation de l’espace ;

  • apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une civilisation disparue ;

  • offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural illustrant une période historique significative ;

  • constituer un exemple éminent d’un habitat humain traditionnel, représentatif d’une culture, et devenu vulnérable sous l’effet de mutations irréversibles ;

  • être directement et matériellement associé à des événements ou des idées ou croyances ayant une signification universelle exceptionnelle.

  • 7 Cf. Organisation des Nations unies pour l’éducation. la science et la culture (16 novembre 1972), C (...)

14À ces critères s’ajoute encore une condition implicite : il faut que les pays demandeurs soient signataires de la convention de l’Unesco. Pourtant, bien qu’instrument de conservation prospective et aboutissement fonctionnel d’une sorte de « philosophie » qui animait ses rédacteurs, sa mise en œuvre ne procède pas d’un plan d’actions prioritaires établi sur des bases de sélection scientifique, mais d’un processus « politique » qui implique les États et leurs mandataires. Chaque État désigne sur une « liste indicative » les biens naturels et culturels qu’il souhaite voir inscrire au patrimoine de l’humanité. La sélection, opérée par un « grand jury » international, le Comité du patrimoine mondial, ne se fait qu’après présentation des dossiers de candidature, à la lumière des évaluations proposées par des experts représentant respectivement l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS). Les États l’ayant ratifiée s’engagent à protéger sur leurs territoires les monuments et les sites reconnus d’une valeur telle que leur sauvegarde concerne l’humanité dans son ensemble7. Aléatoire, la constitution progressive de l’inventaire reflète à la fois l’intérêt inégal des États pour la convention et la diversité de leurs politiques culturelles. Lorsqu’ils en sont signataires, leur engagement international implique leur soutien financier et technique. Par le versement d’une contribution annuelle, ils sont alors tenus de coopérer à la sauvegarde de ce patrimoine dans les pays qui n’ont pas les moyens de l’assurer.

  • 8 Pour les biens situés dans les zones urbaines, l’Unesco recommande d’ajouter au dossier une carte à (...)

15C’est ainsi que l’Unesco, en 1978, déclare le « centre historique » de Quito « patrimoine culturel de l’humanité ». Pour ce faire, les Équatoriens ont dû remplir un formulaire et fournir des cartes détaillées, si possible officielles, montrant la localisation et les limites du bien à protéger. La ville coloniale devient définitivement le « Centre Historique »8. Avec celui de Cracovie, c’est le premier centre historique d’une ville inscrit sur la liste de ce patrimoine. Or, si son classement est justifié, il n’est pas le seul à correspondre aux qualités éminentes de témoignage urbain primordial de l’Amérique hispanique. Ce fut la chance administrative de sa primauté d’inscription qui le fit prendre immédiatement en considération. Aussi, tous les discours tenus par les Quiténiens quant à une supposée prééminence qualitative de ce centre urbain sur celui de toute autre ville de l’Amérique latine ne sont nullement accrédités par l’Unesco.

  • 9 La municipalité de Quito et la direction nationale du Patrimoine historique, devenue par la suite l (...)

16Néanmoins, ce classement n’est pas abusif. Le caractère dimensionnel, l’état de conservation et la richesse architecturale de ce centre le justifient pleinement. Indubitablement, ce vaste ensemble urbain est l’un des mieux conservés d’Amérique latine. Il renferme un grand nombre de monuments religieux remarquables : couvents, églises, collèges. Mais, bien que ces édifices participent à la qualité historique et patrimoniale de Quito, ce sont, semble-t-il, le tracé originel de la ville coloniale, son site et sa trame en conformité avec les directives de Philippe II qui ont motivé ce classement. C’est là sa véritable originalité. Ses monuments sont moins spectaculaires mais plus nombreux que ceux de Cuzco, plus importants que ceux de Cartagena, sa trame urbaine mieux conservée que celle de Cuzco et beaucoup plus vaste que celle de Cartagena. Quoi qu’il en soit, ne pouvant se faire qu’à la demande d’un des États signataires de la convention de l’Unesco de 1972, ce classement traduit un désir de reconnaissance du gouvernement équatorien d’alors9. La prise de conscience de sa valeur culturelle se fit très progressivement, par étapes dont voici les moments décisifs, marqués par des actions concrètes relatives à l’importance de la préservation de témoignages de ce que fut la ville coloniale.

Cadre institutionnel et réglementaire de la conservation

17En Équateur, la sensibilisation aux questions patrimoniales fut relativement précoce chez quelques notables. Dès les années 1960, c’est-à-dire depuis l’époque de la charte de Venise, une poignée d’archéologues, d’historiens et d’architectes se sont intéressés activement à la question de la conservation des biens patrimoniaux de leur pays. Certains d’entre eux en sont devenus des professionnels. En outre, quelques-uns bataillèrent, sans jamais fléchir, pour protéger le patrimoine quiténien menacé et pour contester le discours ambiant qui prône avec insistance la « modernité ». Volontaristes et souvent apparentés, ces pionniers de la conservation du patrimoine national en général et du Centre Historique en particulier, dont le fondateur du musée de la Banque centrale, se sont transmis entre générations les valeurs historiques et culturelles qui les animent. On les retrouve dans certaines institutions d’hier et d’aujourd’hui. Les décideurs politiques ne les ont pas toujours écoutés, ce qu’ils déplorent encore. En effet, ce n’est que très récemment que des actions institutionnelles ont été menées dans le sens d’une conservation effective.

18En revanche, si la notion de patrimoine se réfère à un ensemble géographique, prégnant d’une histoire, même très humble, héritée des générations passées, les Équatoriens ont une conscience aiguë de leur patrimoine. Leurs multiples démêlés avec le Pérou leur coûtèrent plus de la moitié de leurs territoires amazoniens et firent qu’en 1941 ils se retrouvèrent en quête d’identité. C’est alors que Quito, ville ancienne, devint un objet emblématique, un patrimoine inaliénable. Ce fut œuvre patriotique de préserver son image. C’est dire que, bien que ne comprenant pas les choses comme les notables et les lettrés, les Quiténiens, au moins ceux qui le sont de souche, accueillirent avec une certaine ferveur l’inscription de la ville de leur enfance, ou de celle de leurs parents, à l’inventaire du « patrimoine de l’humanité ».

19On s’attendrait à ce que la municipalité gère ce patrimoine. Mais à l’époque de son inscription à l’inventaire du patrimoine mondial, celle-là doit affronter une urbanisation très accélérée. Dans ces conditions, elle ne peut assumer cette nouvelle mission. Compte tenu des structures héritées de l’époque plus paisible d’avant le boom pétrolier, elle doit se réorganiser, ce qui s’achève avec la publication du « plan directeur » (1992) et la création du district métropolitain de Quito (1994). On comprend que dans cette conjoncture la conservation du Centre Historique apparaisse comme une charge lourde et relativement éloignée des préoccupations d’urbanisation et de gestion, pain quotidien d’une municipalité. Se pose alors la question de savoir comment, après avoir fait classer ce Centre, l’État équatorien va pouvoir en organiser la conservation et la restauration. Il est évident que la municipalité ne peut être tenue à l’écart, bien que ces nouveaux problèmes de gestion dépassent ses capacités d’actions. C’est donc logiquement qu’apparaît la nécessité de créer des structures spécifiques impliquant financements, administration, investigations, actions, contrôle et relations interinstitutionnelles, internes et internationales. Très succinctement, rappelons ce quelles furent avant 1978, année de la création du toujours actuel Institut national du patrimoine culturel (INPC).

20En 1945, la première loi relative à la protection du patrimoine, la « loi du patrimoine artistique », est promulguée. Elle charge la Maison de la culture équatorienne du contrôle de l’ensemble des biens du patrimoine artistique national, mais n’est pas suivie d’effets significatifs. Aussi, à partir des années 1960, nonobstant la loi, on commence à démolir des bâtiments et à construire en hauteur dans le Centre Historique, modifiant ainsi les typologies en introduisant des matériaux de construction de forte incidence sur l’homogénéité visuelle : façades en verre, par exemple. Cependant, destinés à un usage commercial et administratif, ces bâtiments, par leur faible nombre, n’entraînent pas de ruptures majeures dans le tissu urbain, l’apparition d’un centre des affaires vers le nord neutralisant la pression du secteur économique sur le Centre.

21En 1966 paraît un « décret suprême » délimitant la zone patrimoniale pour la défense, la conservation et la restauration des aires du vieux Quito qui passent sous la responsabilité légale de la Commission de la préservation monumentale de Quito, constituée de la Maison de la culture équatorienne, de la municipalité et de la Corporation équatorienne du tourisme.

22À la suite de la « réunion sur la conservation et l’utilisation des monuments et des lieux d’intérêts historique et artistique », qui a lieu en 1967, les normes de Quito établissent la nécessité de considérer les centres historiques dans la planification urbaine, définissent leur importance dans le développement des villes et édictent des paramètres généraux pour leur « mise en valeur », ainsi que les éléments considérés comme importants pour son exécution : législation efficace, organisation technique et planification nationale.

23En 1970 l’Institut national de la préservation monumentale est créé à son tour. La Commission de la préservation monumentale de Quito tient alors le rôle de contrôleur et d’exécuteur national, et est chargée des fonctions de préservation, de restauration et de mise en valeur des biens monumentaux du pays.

24Un colloque international sur « les centres historiques devant la croissance des villes contemporaines » se tient à Quito en 1977. Il réunit conservateurs, urbanistes et historiens qui s’accordent sur la reconnaissance de la valeur culturelle, mais aussi sociale et économique de ces centres. C’est lors de ce colloque que sont définies les aires « historiques » devant bénéficier d’un traitement spécifique. Pour ce faire, on convient de la nécessité de modifier la législation et de lancer des campagnes de sensibilisation pour faire prendre conscience des caractéristiques sociales et de la vitalité micro-économique des quartiers concernés.

Les acteurs nationaux et locaux

25Désormais, les autorités gouvernementales, les institutions nationales et locales, conscientes de la nécessité de mettre fin au processus de détérioration qui s’opère depuis que dans la deuxième moitié du xixe siècle Quito se sur-densifia exagérément, se lancent dans un vaste programme d’études et de projets afin de récupérer, revitaliser et réhabiliter le centre historique. Y participent : l’institut National du Patrimoine Culturel (rôle essentiellement représentatif) ; le Fonds de sauvegarde (Fonsal, très actif) ; la direction de la Planification de la municipalité de Quito et sa Commission des Aires historiques (très active) ; la Division des Musées et Monuments de la Banque Centrale de Réserve de l’Équateur (en retrait) ; la Fondation Caspicara (participation à quelques projets) ; le Fonds de réhabilitation de logements (Fonreviv, à ses débuts).

26Ces institutions obtiennent la participation technique et financière internationale, sous forme de coopération bilatérale et ciblée, avec l’Espagne, la Belgique, des institutions privées et de la communauté internationale : Unesco, PNUD et Fonds du Patrimoine Mondial, y compris bancaire : BID. On évoque plus loin les actions des intervenants étrangers. Deux de ces institutions, l’INPC et le Fonsal, nécessitent une présentation particulière, la première primitivement investie d’un grand pouvoir de décision et d’action se cantonne actuellement dans un rôle surtout représentatif, la seconde au contraire apparaît de plus en plus opérationnelle. Leur évolution est exemplaire.

L’INPC : vocation et réalisations

  • 10 « Législation cultural del Ecuador », préambule de considération précédant le décret, in Législatio (...)

27Cet institut, créé en juin 1978 par le décret n° 2600, succède à la direction nationale du Patrimoine artistique. Celle-ci, dépendant de la seule Maison de la Culture équatorienne, était alors considérée comme insuffisante « pour s’occuper dans l’ensemble du pays à la fois de la recherche, de la conservation, de la protection et de la restauration du patrimoine culturel équatorien ». De plus, on considère qu’il est du « devoir de l’État de doter le pays d’un instrument approprié qui sauve et conserve le patrimoine culturel légué par nos ancêtres10 ».

  • 11 Décret n° 3 501 du 19 juin 1979. Les citations faites en ces pages n’ont, en aucun cas, valeur juri (...)

28La mission de l’institut, créé par la « loi du patrimoine culturel11 », est vaste. Il est le gardien des biens culturels nationaux, mais aussi contrôleur et conseiller. Il est à l’origine de la demande d’inscription du centre historique de Quito à l’inventaire du patrimoine de l’humanité. Cette loi déclare les édifices de l’époque coloniale patrimoine de l’État, considérant comme patrimonial non seulement le bien mais aussi son environnement paysager, c’est-à-dire les éléments nécessaires pour permettre sa visibilité. À la différence de la législation antérieure, elle considère le patrimoine culturel dans un sens plus large. Désormais, ce sont non seulement les œuvres artistiques qui sont protégées, mais aussi les réalisations scientifiques, techniques et artisanales.

29Autre nouveauté, la protection du patrimoine urbanistique et architectural s’applique aux centres historiques, ensembles urbains ou édifices individuels de valeur représentative. Leur surveillance relève d’une législation spécifique que les municipalités doivent élaborer et assurer après avis favorable de l’INPC. Pour mener cette politique, l’Institut est doté d’une capacité d’action primordiale. Ainsi, d’un point de vue légal, la loi dans son article 15 va jusqu’à subordonner les plans régulateurs à son approbation lorsque des caractéristiques historiques jugées précieuses par l’institut sont en cause. En outre, dans son article 7, elle définit les biens appartenant au patrimoine culturel de l’État, y incluant de manière explicite les « œuvres de la nature dont les caractéristiques ou les valeurs ont été reconnues [… pour leur] intérêt scientifique... ». En corollaire, le paysage naturel ou environnemental qui encadre les biens immeubles est aussi objet de préservation, et la délimitation des aires d’influence de tels biens revient à l’Institut. Il importe néanmoins de ne pas sacrifier la combinaison des usages du sol, qui répond aux nécessités culturelles des résidants et des usagers en général, à une préférence exclusive dans la hiérarchisation esthétique des monuments.

30Les pénalités « dans les cas d’abandon ostensible de la conservation des biens appartenant au patrimoine culturel de la nation ou d’interventions les dévalorisant » vont jusqu’à la remise en état obligée du bien négligé, sa confiscation ou sa restitution. « Les restaurateurs de l’œuvre, mais aussi son propriétaire, engagent leur responsabilité en cas d’interventions non autorisées par l’Institut. » Enfin, la loi recommande également l’élaboration d’un inventaire de tous les biens appartenant au patrimoine culturel. Ce qui est fait entre 1990 et 1995 : biens mobiliers et relevé systématique des immeubles et des espaces urbanistiques de valeur.

31La portée de ces textes demeure limitée. Elle ne permet de contrôler l’usage des immeubles historiques que de manière indirecte, en ne prenant en compte que leur remise en l’état original. Cependant, une réutilisation unidirectionnelle massive des constructions d’un quartier, sous prétexte d’un respect absolu d’une situation historiquement datée, peut provoquer une perte de sa vitalité et menacer ou détruire des valeurs de la vie communautaire qui s’y développent. À Quito, où la fonction résidentielle des quartiers de la ville historique s’avère primordiale, il serait important pour la maintenir que ne s’amplifie pas la tendance à transformer les logements en locaux commerciaux considérés comme potentiellement plus rentables. En outre, il paraît important de reconnaître explicitement que les façons de vivre maintenues dans les centres historiques en général ont des caractéristiques culturelles fortes, ce qui mérite d’être protégé.

32Les problèmes majeurs de fonctionnement de l’INPC ne satisfont pas les professionnels de la conservation, qui s’en plaignent. Notamment, il lui incombe de contrôler la totalité du patrimoine du pays, ce qu’il ne peut mener à bien tant ses moyens matériels et humains sont dérisoires pour agir en ce sens. Ainsi, l’ampleur de sa vocation et la faiblesse des fonds qui lui sont alloués expliqueraient son manque d’efficacité.

33Cependant, avec l’aval de l’INPC, d’autres institutions, municipales ou étrangères, participent au projet de conservation du Centre Historique. Notamment, un accord a été signé avec la Belgique et l’Espagne, respectivement pour la restauration des églises et des couvents de Santo-Domingo et de la Merced ; pour Quito, en 1984, le contrôle a été délégué à la « commission des aires historiques » de la municipalité. Mais, plus grave, on reproche aussi à l’INPC l’absence d’une politique globale qu’il aurait dû promouvoir. Lors de notre séjour à Quito, les divers représentants des institutions de la conservation s’accordaient sur ce point. « Il n’existe pas de politique de conservation du Centre Historique, seulement divers acteurs créant peu à peu leur propre politique, chacun ayant ses limites, hors la Banque centrale à une certaine époque » déclarait l’un d’eux.

Le Fonds de sauvegarde

34L’année 1987 marque la fin de cette époque. Un important séisme ébranle plus d’un édifice de la cité et cause des dégâts considérables, notamment en ses quartiers les plus anciens. Plusieurs maisons se lézardent, des tours d’églises se fendent, en particulier celles de San Agustín et de la Merced, les arcs des nefs de La Compañia et de San Francisco se fissurent, la voûte de la cathédrale s’effondre partiellement, et les églises paroissiales de Santa Barbara et de San Roque souffrent dans leur ensemble. Au vue de l’ampleur des travaux de réparation à entreprendre, la prise de conscience de la valeur du patrimoine et de sa nécessaire conservation se fait plus grande. Par la loi du 23 décembre 1987, le Congrès décide alors de créer un fonds municipal de sauvegarde, le Fonsal, prévu pour trois ans. À la demande de Rodrigo Paz, maire de Quito (1988-1992), il sera maintenu sine die. La création de postes techniques et une participation de l’État en assurent le fonctionnement. Il est désormais alimenté par un impôt local spécifique : à Quito, 6 % des impôts locaux lui sont alloués. Instrument de financement d’intervention, de conservation, de restauration et de réhabilitation des biens historiques, artistiques et culturels de la ville de Quito jusqu’en 1989, ses activités se sont étendues depuis à l’ensemble des villes de l’Équateur. Il est permanent et responsable de la gestion des fonds municipaux dans le domaine de la conservation et de la réhabilitation du Centre Historique. Pour la capitale, l’orientation générale des projets à financer est décidée par un directoire, comprenant le maire, le directeur de l’INPC et le président de la Maison de la culture.

35Les premier projets, commencés dès janvier 1989. se limitent à des études structurales, à la restauration de couvents, de monuments et à des réagencements de places. Depuis 1992, les programmes se sont diversifiés : projets de restauration architecturale d’édifices laïcs, de création ou d’amélioration d’espaces publics et d’équipements communautaires. Des zones piétonnières et de stationnement ont été créées, entre 1989 et 1996, plus de 200 ouvrages ont été réalisés. Une unité technique administre ce fonds et opère sur la base de trois grands programmes d’intervention distincts : la restauration monumentale ; l’amélioration des services, des infrastructures et la réorganisation du transit ; le transport et la transformation d’anciennes voies de circulation en rues piétonnes.

Autres intervenants

La direction de la Planification de la municipalité et sa Commission des aires historiques

  • 12 Cf., à ce propos, les prolégomènes et la bibliographie de cet ouvrage.

36La municipalité de Quito, par le truchement de la direction de la Planification et notamment avec le Fonsal, est très active, très soucieuse de protection et de conservation de son Centre Historique et de ce qu’elle considère plus généralement comme son patrimoine. Elle s’y emploie avec minutie, fidélité et opiniâtreté. Les nombreuses publications consacrées à la ville ancienne, que ce soit d’un point de vue réglementaire, archéologique, historique ou architectural, en témoignent12.

37En outre, en 1990, elle réalise un plan directeur des aires historiques qui réglemente les différents secteurs concernés : le Centre Historique, la Mariscal Sucre, Chimbacalle, San Juan, etc. Pour ce faire, on élabore et réalise un inventaire des maisons à préserver. Initialement, on en répertorie 4 850 dans la zone principale et 1 500 en d’autres zones, choisies notamment pour les caractéristiques de leurs matériaux de construction : murs en adobe, toits de tuiles. Puis, lors de l’achèvement de l’inventaire, en 1995, seulement 680 maisons de ces autres zones sont retenues en raison de leur caractéristiques architecturales significatives d’une époque. Il est formellement interdit, conformément au règlement urbain, de les démolir. On peut obtenir l’autorisation de restaurer les premières et de réhabiliter les secondes, de moindre valeur.

La division des musées et monuments de la Banque centrale de réserve de l’Équateur

  • 13 Sanctionnée par le protocole de Rio, en 1942.

38En 1944, on est sous le choc patriotique de la perte de plus de la moitié des territoires amazoniens13. Cette perte est ressentie comme une atteinte à l’identité équatorienne. C’est alors que Benjamín Carrión fonde la Maison de la culture. On y inaugure, au début des années 1970, le premier atelier de restauration étatique dont le personnel s’est initié aux techniques de pointe, d’abord au Mexique et au Pérou, puis en d’autres pays latino-américains.

  • 14 Ce texte s’inspire de l’article de Rosangela Adoum, « El museo del Banco Central », in Panorama urb (...)

39L’ouverture du musée de la Banque centrale de Quito, en 1969, année où la manne pétrolière commence à favoriser une « consommation » culturelle, permet pour la première fois d’admirer des témoignages d’un passé vieux de douze mille ans14. C’est le seul musée du pays qui présente de tels témoignages culturels, allant de ses premiers habitants jusqu’aux plus grands représentants de l’art contemporain. Ce projet doit tout à Guillermo Pérez Chiriboga, gérant général de l’Institut émet-leur, et à Hernán Crespo Toral, fondateur du musée, qui ont compris que le décollage économique d’une nation doit s’accompagner d’un renforcement culturel. Dans les années qui suivent, la Banque centrale ouvre d’autres musées dans les principales villes équatoriennes : Guayaquil, Cuenca, mais aussi à Bahia de Caraques, Manta, Riobamba, Loja et Esmeraldas.

40Jusque dans les années 1990, son rôle sera de première importance dans les domaines des recherches archéologiques et historiques, de l’ethnologie, de l’art colonial et de la promotion de l’art contemporain, dans la publication d’ouvrages culturels de qualité, et dans de nombreuses autres activités liées à la vie du musée. En ces années, le musée de la Banque centrale tient une place de tout premier plan parmi les institutions conservatrices et restauratrices du patrimoine équatorien. Il abrite un excellent atelier de restauration, appuie et soutient des projets de restauration de meubles et d’immeubles, édite des ouvrages consacrés au patrimoine national, dont Convento de San Diego de Quito (Alexandra Kennedy et Alfonso Ortiz) en 1982 et Centra histórico de Quito, préservatión y desarrollo (Jorge E. Hardoy et Mario R. Dos Santos) en 1984, qui font autorité sur le sujet. Mais depuis quelques années, ses activités de soutien à la recherche et de publication d’ouvrages ne sont plus assurées, au grand regret des professionnels de la conservation, dont certains avaient pu bénéficier de son appui matériel et financier. La politique nationale et les restrictions budgétaires font qu’il se limite désormais à ses activités initiales : conservation et restauration des biens.

La fondation Caspicara

41Du nom d’un célèbre sculpteur indigène du xviiie siècle, cette fondation promeut des projets de restauration et de conservation de monuments « historiques » qu’elle met ainsi en valeur. Son terrain de prédilection est le Centre Historique. Pour le financement de ces projets, elle bénéficie notamment de dons d’organismes internationaux, tels que la fondation Paul Getty, la fondation American Express. C’est ainsi, par exemple, que la restauration de la structure du couvent de la Merced et de son église a pu être entreprise.

Le Fonds de réhabilitation de logements (Fonreviv)

42Depuis quelques années, la municipalité poursuit un rééquilibrage des fonctions du Centre par l’augmentation du résidentiel et la diminution du commercial. Les propriétaires qui restaurent leurs maisons sont exonérés d’impôts locaux et sont aidés par de nouveaux acteurs qui œuvrent pour lutter contre la dégradation du Centre Historique. Le Fonreviv aide quelques-uns des propriétaires à restaurer leur maison et le Pact Arim intervient pour le logement social.

43Ainsi, selon l’édifice, sa situation géographique et son état, le Fonds de réhabilitation de logements propose à certains propriétaires un prêt à faible taux d’intérêt et un don équivalant à environ la moitié du coût des travaux de conservation, de réfection ou de restauration de leur maison. Une cinquantaine d’unités de logements réparties en une quinzaine d’immeubles devaient bénéficier de ce programme en 1996, année de sa mise en route. Ils furent choisis de préférence dans la zone prioritaire de l’ensemble constitué de La Loma, d’une partie de San Roque, du secteur des Ipiales et de la Ronda. Cest l’ensemble du Centre Historique qui est concerné et chaque année un de ses secteurs bénéficie d’une considération particulière.

44Cette aide, destinée aux propriétaires possédant un titre de propriété ou ayant signé une promesse d’achat, ne peut être acquise qu’en suivant les étapes d’une procédure stricte :

  • constitution du dossier : convocation publique publiée dans le quotidien El Comercio ;

  • acceptation du dossier : il est exigé une garantie de la réhabilitation globale de l’immeuble. Celle-ci est difficile à remplir car certaines maisons sont très grandes ou abritent un grand nombre de foyers. Il revient à la municipalité de délivrer les titres de crédit ;

  • relogement des résidants ;

  • réalisation des travaux de restauration ;

  • retour des anciens résidants dans les logements.

45Une clause est particulièrement impérieuse : les travaux achevés, au moins 70 % de l’ensemble de la maison doivent être réservés à la fonction de résidence.

46Sous l’impulsion de la direction de la Planification, appuyée par l’Assemblée régionale d’Andalousie, le Fonreviv a débuté sa mission en mai 1996. Son budget de fonctionnement, d’un montant de 1 200 millions de sucres, soit à l’époque environ 400 000 dollars, provenait du seul apport de la municipalité, plus précisément de la vente de terrains à bâtir au nord de la ville. L’ouverture au public de ce nouveau fonds eut lieu du 1er avril 1996 au 30 juin 1996 : les propriétaires intéressés eurent trois mois pour rassembler les pièces du dossier. De prime abord, le principe paraît excellent, mais la faiblesse des fonds limite fortement l’ampleur des réalisations, compte tenu de celle de l’ouvrage à envisager. Il apparaît très clairement que seuls les propriétaires d’immeubles correspondant aux critères de sélection prédéfinis par les architectes du Fonreviv obtiendront satisfaction. Ces critères ne sont pas explicitement définis : esthétique, témoin architectural d’une époque, etc.? Si tel est le cas, seules l’image de la ville et la valeur patrimoniale du bien sont privilégiées, non pas les résidants, ou si l’on préfère leurs conditions d’habitat. Or, il n’y a pas de véritable transparence de ces critères et de leur justification.

Intervenants étrangers

47Le séisme de 1987 a provoqué une alerte dans les sphères intellectuelles et d’une certaine manière les a encouragées à se poser de nouveau la question de la conservation du Centre Historique. Devant les dommages qu’il causa et l’importance des coûts estimés pour l’entreprise de restauration des biens culturels, une aide internationale s’est mise en place. Des missions d’assistance technique, accompagnées d’un soutien financier, s’amorcèrent à cette occasion : l’Espagne réalisa les travaux des églises et couvents de San Francisco, Guápulo et Santa Clara ; la Belgique s’employa à remettre sur pied la bibliothèque et en état le couvent et l’église de Santo-Domingo, puis poursuivit son action dans l’église et le couvent de Santa Catalina. De même, des experts polonais coopérèrent à la restauration du Sagrario tandis que des spécialistes du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) participèrent à la réfection de la tour de San Agustín.

48Plutôt que de présenter de manière exhaustive chacune des institutions internationales participant à l’œuvre de conservation et de restauration de la zone étudiée et leurs réalisations spécifiques, on se limitera à deux exemples significatifs : l’un de coopération bilatérale Équateur-Belgique, touchant essentiellement à la restauration monumentale, encore récemment privilégiée ; l’autre de coopération directe plus récente avec un organisme français indépendant, le Pact Arim, représentatif des projets en cours de réhabilitation des maisons et d’amélioration des conditions d’habitat pour leurs occupants. C’est une bonne façon de voir comment s’organise cette coopération et quelles sont les difficultés rencontrées, s’il y en a, par les acteurs étrangers.

Le projet Écua-bel ou l’expert et les dominicains : une entente difficile

  • 15 Ce contact direct fut possible car le responsable belge, architecte, réside en permanence en Équate (...)

49Il s’agit d’une coopération entre l’Équateur et la Belgique. Sur la base d’une proposition directe de l’INPC15, les Équatoriens sollicitèrent d’abord auprès de la Belgique la création d’une antenne de l’INPC à Ibarra, à 180 kilomètres au nord de Quito. Après avoir effectué une courte mission « d’évaluation », les Belges refusèrent ladite proposition et demandèrent aux Équatoriens de « choisir un monument ». Le couvent de Santo-Domingo fut retenu. Il est probable que le label « patrimoine de l’humanité » apposé au Centre Historique a joué un grand rôle dans la réaction belge. Il est de toute évidence plus intéressant de se présenter comme mécène de la « noble » restauration d’un couvent classé et reconnu comme représentatif des splendeurs religieuses baroques de l’époque coloniale, plutôt que d’impulser la décentralisation de l’INPC. Or, des grands couvents de la ville seul le couvent Santo-Domingo était « disponible » : les Espagnols étaient actifs à San Francisco, la Merced était impénétrable en raison du refus de ses occupants de laisser entrer des laïcs dans leur domaine « réservé », et l’INPC se chargeait de la restauration du couvent de San Agustín.

50Le projet, d’une durée de sept ans, comprenait la restauration de l’aile nord du patio principal, de la bibliothèque, la création d’un musée au sein du couvent et d’un atelier de peinture. À cet effet, trois réserves (sculpture, peinture et textile) furent constituées et équipées de matériels très sophistiqués, respectant les méthodes et matériaux locaux. Le montage financier prévisionnel se décomposait de la manière suivante : 1988-1993 : 20 millions de francs belges tous les deux ans, soit 60 millions de francs belges ; 1994 : 33 millions de francs belges pour la phase finale d’exécution. Les premières années furent consacrées à des recherches historiques, archéologiques, architecturales sur le couvent et à des relevés de son « état » actuel. Pour ce faire, huit ateliers furent créés, respectivement de restauration architecturale, archéologie, biens meubles, peinture, sculpture, peinture murale, papier et textile. Vingt bourses furent octroyées à des étudiants équatoriens : douze pour leur permettre de se spécialiser dans les disciplines de la restauration, de la chimie et de l’investigation architecturale, huit pour étudier les disciplines de la restauration à l’université de Louvain. Le musée, fondé avec l’aide belge et connu sous le nom de Fray Pedro Bedón, présente l’ordre dominicain dans le monde, en Amérique latine et à Quito.

51L’excellente réputation des recherches archéologiques des dominicains et les qualités de cet ordre sont reconnues. Mais pour le responsable belge, la coopération avec les dominicains fut souvent malaisée. Tout en reconnaissant leur pragmatisme face aux situations rencontrées et leur capacité à trouver des fonds bancaires pour les travaux de réfection du réfectoire du couvent, il parle d’arrogance et d’abus d’autorité. Il semble que les travaux et la présence « inopportune » des intervenants indisposèrent le prieur. Peut-être faut-il attribuer ces comportements hostiles, sources de tensions envers les professionnels de la restauration, à la difficulté qu’eurent les pères à accepter l’intrusion prolongée, et donc indiscrète, d’étrangers dans les murs du couvent, ce qui ne pouvait que perturber les rythmes de la vie conventuelle des moines.

52En outre, en contrepartie des travaux de restauration et des nombreuses opérations menées dans le couvent, le responsable du projet aurait souhaité que les dominicains, par la signature d’une convention, s’engageassent à maintenir en état les objets restaurés, les peintures entre autres. Il n’obtint pas satisfaction :

« Les dominicains ont refusé cette convention et l’INPC n’a aucun moyen de faire pression, ou du moins ne cherche pas à en avoir. Il n’en va pas de même avec le Fonsal, étant donné que cet acteur municipal peut réclamer à bon droit le paiement d’amendes en cas de non-respect d’une convention cosignée. »

53Il est vrai que le caractère conditionnel des interventions du Fonsal fait de lui un acteur relativement exigeant et efficace, bien plus que ne sauraient l’être l’INPC ou même les institutions étrangères en présence.

Le Pact Arim : un programme d’amélioration des conditions d’habitat

54Depuis ses débuts, le Pact Arim a une vocation sociale. Présentes dans tous les départements français, les activités de cette association sans but lucratif s’inscrivent actuellement dans un mouvement orienté vers l’amélioration des conditions de vie dans les secteurs urbains consolidés ainsi que vers des actions de coopération décentralisée et de gestion publique efficiente où il joue le rôle d’intermédiaire entre l’État, les municipalités et la communauté.

55L’agence du département de Seine-Saint-Denis intervient à Quito depuis 1995. Le programme de coopération avec la municipalité du district métropolitain a pour objectif d’implanter une politique juridique, technique et financière d’amélioration du logement dans le Centre Historique. L’agence de Quito, à qui la personnalité juridique d’organisation non gouvernementale confère une certaine autonomie de gestion, peut accéder à des fonds non remboursables de la CEE et d’autres institutions financières internationales. Plus concrètement, ce programme vise à coordonner les actions relatives aux logements sociaux dans la zone historique, et cela à deux niveaux : une opération pilote, dans la rue Caldas d’abord, puis ensuite une action menée sur l’ensemble du quartier de La Loma et à la Ronda. La formule du financement est mixte. Des fonds de la ville, plus exactement du Fonsal, complètent ceux du Pact Arim, sans oublier la contribution des résidants directement intéressés par les interventions.

Opérations de conservation, de réhabilitation et de réorientation des fonctions

  • 16 Projet national PNUD/Unesco ECU/88/001, financé par le PNUD.

56À Quito comme ailleurs, jusqu’à une époque très récente, la conservation du patrimoine se résumait à une restauration des monuments. C’est, comme le confirment les différents colloques organisés par l’Unesco, une donnée commune à l’ensemble des « villes du patrimoine mondial ». Si l’on s’en tient aux coûts financiers qu’elle représente dans la totalité des montants alloués, les monuments religieux de l’époque coloniale demeuraient encore il y a peu la première préoccupation d’un certain nombre d’acteurs de la conservation et de la restauration. En effet, depuis 1987, ces monuments ont fait l’objet d’un grand nombre de projets considérés à Quito comme relativement coûteux. Mais, par exemple, les 130 000 dollars investis dans la réfection de la structure et la restauration de la tour du couvent de San Agustím et la réfection de la structure et la restauration de l’église du Sagrario16 ne représentent en fait que moins de 130 000 dollars, soit le prix d’une fermette en région parisienne ! Le Fonsal a, également, financé quelques autres projets de restauration d’églises du Centre Historique, dont la chapelle de Los Milagros, les églises de San Juan et Santa Barbara et le couvent des augustines de l’Incarnation.

  • 17 Chaque année, la presse quiténienne se déchaîne contre l’invasion de tous les vendeurs épisodiques (...)

57Actuellement, afin d’éviter que s’accroisse la dégradation du Centre Historique, déjà excessivement délabré, congestionné, pollué et qui concentre une forte part des équipements urbains, la politique municipale a l’ambition de promouvoir la culture, le social et le tourisme. Pour ce faire, il faut, dit-on, récupérer l’espace public livré aux activités informelles17. Il est question de les réduire en les réglementant avec davantage de rigueur ou en favorisant leur déplacement vers d’autres centres d’activités dans l’espoir de revitaliser alors la fonction résidentielle. Depuis deux décennies, les projets réalisés concernaient essentiellement la partie la plus ancienne de la ville, la plus symbolique et la plus « honorable ». Désormais, les gestionnaires municipaux s’intéressent aux quartiers périphériques, singulièrement à San Roque et à La Loma. Par manque de moyens nationaux et internationaux, et malgré la législation et les discours prônant l’élargissement des « zones historiques » à conserver, les interventions se limitent surtout au Centre.

  • 18 Sylvia ortiz, « La restauration de bienes culturales muebles en Quito ». in Quito, patrimonio urhan (...)

58Selon Alfonso Ortiz, directeur des musées municipaux, ancien directeur de l’INPC, 80 % des interventions qui y sont réalisées seraient illégales. La transformation de certains logements en entrepôts dans le secteur commerçant des Ipiales est l’exemple le plus couramment énoncé. En outre, cette restauration ne se fait pas avec toutes les garanties de qualité requises pour la conservation du patrimoine culturel. Ce que dit Sylvia Ortiz18 confirme cette affirmation, précisant que

« la loi pour la protection du patrimoine culturel ne pose aucun règlement concernant un fonctionnement correct des ateliers particuliers, ce qui a occasionné l’ouverture de chantiers où l’on restaure sans la formation suffisante que cette profession requiert, même si les personnes se rendent compte chaque fois davantage de l’importance qu’il y a à porter leurs objets à des professionnels spécialisés qui garantissent une intervention responsable, qui mettent en relief les valeurs de l’œuvre, par des méthodes totalement réversibles afin qu’au moment nécessaire, après avoir découvert de meilleures techniques, elles soient appliquées, parvenant à allonger ainsi la vie de l’œuvre et son témoignage pour le futur. »

Couvents, églises, édifices publics : le décor et son envers

59La présentation institutionnelle et réglementaire du champ de la conservation est indispensable pour analyser les actions entreprises dans la ville ancienne. La version de leurs responsables également. Mais pour peu que l’on soit soucieux de comprendre les faits, qui sont l’envers du décor, on ne saurait se satisfaire de ces connaissances. C’est pourquoi, pour avoir leur version sur ce thème et découvrir leur formation, leurs conditions de travail, et les moyens dont ils disposent pour mener à bien leur tâche, on a rencontré quelques restaurateurs, hommes de terrain, principalement ceux œuvrant dans le couvent de San Agustén. Bref, on est allé entendre dans les coulisses le discours de certains intervenants dont on rapporte le témoignage en le lissant.

60On aurait pu penser que les monuments du Centre Historique, en particulier ses prestigieux couvents, feraient l’objet d’une extrême considération : restauration réalisée par des artistes expérimentés, soins dispensés selon les critères professionnels les plus valides de l’époque actuelle. Ce préjugé n’est pas toujours confirmé par les faits : le label ne présume pas de la nature des interventions. C’est la question de la compétence des restaurateurs et de l’accès à la formation qui se pose. Ainsi, à San Agustín, seul le coordinateur du projet a le statut et le savoir-faire d’un restaurateur. Les exécutants ne sont que des peintres sans formation particulière. Cela signifie souvent de leur part une absence d’idées quant à la procédure à suivre, aux critères d’intervention et à leur intérêt pour le bien culturel qu’ils prétendent restaurer.

  • 19 La durée de formation au métier de restaurateur est de quatre ans dans la première et de trois ans (...)

61Ce manque de professionnalisme s’explique d’abord par la jeunesse et la difficile accessibilité des écoles de restauration. Elles n’existent en Équateur que depuis une quinzaine d’années ; la formation est très coûteuse et par conséquent réservée à une minorité d’étudiants. Aussi, on ne s’étonnera guère du faible nombre d’intervenants, environ 300 en 1996, formés aux techniques de restauration. Il n’y aurait que deux écoles dispensatrices de ces techniques : l’Université technologique équinoxiale et l’Institut Quito 200119. Il faut aussi mentionner la fondation Caspicara, mais davantage pour l’organisation de conférences que pour l’apprentissage des techniques d’intervention.

  • 20 Selon le ministère des Affaires sociales, l’affiliation à la sécurité sociale doit être assurée par (...)

62Les conditions de travail sont également un problème non résolu. Une vingtaine d’« auxiliaires de restauration » a été recrutée pour intervenir dans le couvent de San Agustén. En mars 1996, trois mois s’étaient écoulés sans qu’ils aient vu rétribuer le fruit de leur travail et il y avait sept mois que ces difficultés avaient débuté. Selon notre interlocuteur, le conservateur ne serait pas affilié à la sécurité sociale, car il ne bénéficie pas du statut de fonctionnaire20. Ce qui signifie qu’aucune prise en charge ne lui est accordée en cas d’accident, alors que le travail présente un certain nombre de dangers : notamment dermatites dues à l’utilisation de produits chimiques ; chutes éventuelles lors du montage des échafaudages et de leur ascension.

Le paysage urbain et son évolution durant le xxe siècle

Vue panoramique de la ville de Quito prise de la colline d’Itchimbia

La ville coloniale

Le nord de la ville

Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.

Partie de l’Ejido et route du nord

« El Belén », première église construite à Quito

Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la Repûhlica. 1909. © Droits réservés.

Maison commerciale de Donoso et Cie

Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la Repûblica, 1909. © Droits réservés.

« Hôtel Continental »

Maison commerciale de L. Gouin

Source : El Ecuador, guía comercial, agnícola e industrial de la Repúhlica, 1909. © Droits réservés.

Place de l’indépendance

Atelier d’Ezequiel L. Paz

Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.

« Hôtel Royal »

Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la Repûblica, 1909. © Droits réservés.

Bar de l’« Hôtel Royal »

Brasserie « La Campana » (détail)

Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.

Boutique de F. Ramia

Établissement de Rueda Hermano et Cie (détail)

Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.

À propos de la restauration des couvents

63Dès 1992-1993, le Fonsal est chargé de la restauration de couvents. Dans un premier temps, il s’est agi de consolider la structure du bâti. Depuis 1995, il est question de restauration murale. Chaque projet fait intervenir des institutions différentes. La considération et les moyens mis en œuvre sont par conséquent très variables. Le couvent de San Francisco serait probablement le meilleur ouvrage de conservation religieuse à Quito. Le seul défaut majeur réside dans le choix du matériau – le verre –, de la porte d’entrée du couvent. L’accord avec l’Espagne arrivé à son terme, seulement une vingtaine de personnes intervenaient en 1996 pour des actions ponctuelles et ne souffraient pas d’une « considération matérielle désobligeante ».

  • 21 Ce qui n’a pas empêché, au début de 1996, un incendie (dû à un court-circuit) de se déclarer en ple (...)

64Pas moins de trois institutions, l’INPC, le Fonsal et la Banque centrale, prennent à leur charge les travaux de restauration de l’église des jésuites, monument religieux le plus réputé avec celui des franciscains. Les techniciens sont bien formés, autrement dit compétents, et sont rémunérés en temps et heure21.

65En revanche, on rencontre sensiblement les mêmes conditions de recrutement et de travail à la Merced qu’à San Agustín, auxquelles s’ajoutent des conflits entre les pères et le Fonsal, car les premiers souhaitaient, outre la restauration de leur couvent, la rénovation du patio.

66Monica Cajas, auxiliaire de restauration du couvent de San Agustím durant trois mois, constatait en 1996 que la conservation du Centre Historique souffre de l’absence d’un projet intégral. Les projets ne seraient que ponctuels, dispersés. « Des peintures anciennes sont restaurées tandis que l’environnement global, notamment les logements, est laissé tel quel. » Il se pose un véritable problème de société. Les habitants ont le sentiment qu’eux et leur cadre de vie passent, et passeront encore longtemps, après ces restaurations de prestige. Entre autres, les personnes ne sont pas suffisamment prises en compte : résidants des maisons « restaurées » obligés de déguerpir sans que soient trouvés pour eux des points de chute de même qualité et aussi centraux que celui qu’ils sont contraints de libérer ; restaurateurs non considérés et mal payés lorsqu’ils le sont !

  • 22 630 sucres valaient un franc français environ ; nous estimons donc cette intervention à 80 000 fran (...)

67Ce que confirme l’exemple de la restauration de peintures anciennes de la maison située juste en face de l’entrée du collège franciscain San Carlos, dans la rue Imbabura. Le Fonsal y intervint en 1995-1996 pour y détacher de leur support et restaurer cinq peintures murales des années 1915-1920. Un contrat le liait au propriétaire de la demeure. L’accord stipulait qu’en échange du don de ces peintures, le Fonsal prendrait en charge une partie des travaux de rénovation de la maison – peinture de l’ensemble des façades (notamment les boiseries, les portes et les fenêtres) et réfection du patio –, mais n’interviendrait pas dans les étages. Cette opération, d’un coût total de 50 millions de sucres22, faisait appel à quatre restaurateurs formés à l’Université technologique. Seul le responsable du projet avait suivi les quatre années de formation et avait la compétence requise, un autre suivait les cours de dernière année et les deux restants n’étaient que des débutants.

Les témoins architecturaux discrets : la rénovation des maisons

  • 23 Cf. Bulletin municipal, n° 3, 1996.

68Les projets de rénovation de maisons, encore marginaux en 1996, s’intègrent dans le programme de « développement durable du centre historique »23. Plusieurs acteurs y participent : J’Agence espagnole de coopération internationale (AECI), l’Assemblée régionale d’Andalousie, l’institut de conservation Getty, le Pact Arim et le Fonds de sauvegarde ainsi que la BID. Ce programme vise en priorité l’amélioration de l’environnement urbain, les espaces publics et les équipements de l’avenue 24-de-Mayo et du quartier de la Tola et, en seconde option, la qualité de vie des habitants de huit quartiers du Centre Historique : La Loma, San Marcos, la Tola, la Chilena, San Roque, le Tejar, Aguarico (secteur de la Victoria) et San Sébastián. Il s’agit d’un programme d’autogestion urbaine soutenue par la municipalité. Ces investissements devraient favoriser l’amélioration des conditions de vie des résidants, coordonnant des actions sectorielles afin de créer des conditions acceptables d’habitabilité : amélioration des services de base des quartiers ; participation des habitants à la gestion des services et des « activités de développement durable » ; investissements dans de nouveaux équipements de quartier et dans le maintien de l’existant ; création d’une instance associative de gestion entre la municipalité, les organisations de citoyens et les intermédiaires.

69Par la présentation de trois opérations de conservation ou de réhabilitation de maisons d’habitation, il s’agit dans ce qui suit d’exposer clairement la façon théorique et pragmatique dont les « restaurateurs » non seulement conçoivent et réalisent ce type d’actions rénovatrices, mais aussi la politique sociale d’accompagnement qu’ils préconisent. Plus que la restauration des monuments prestigieux, ces exemples nous permettent de nous interroger sur le sens et les limites idéologiques d’une telle démarche en prise directe avec la réalité quotidienne des habitants qui en sont les bénéficiaires ou parfois les victimes.

La maison aux sept patios : une réhabilitation discutée et controversée

70Cette vaste demeure de l’époque républicaine, située dans le quartier de San Roque, à l’angle des rues Rocafuerte et Imbabura, fut acquise par la municipalité en 1971. Sa réhabilitation a été réalisée avec l’aide de l’Assemblée régionale d’Andalousie. Elle s’inscrit dans le programme de rénovation résidentielle du Centre. Depuis cette réhabilitation, la fonction résidentielle demeure, mais est partiellement remplacée par celle d’accueil d’administrations de restauration, dont l’Assemblée régionale d’Andalousie et le Fonreviv.

  • 24 Fonsal, Ilustre Municipio de Quito, « La casa de los 7 patios : convenio de cooperacton entre la Ju (...)

71Les avis des responsables divergent fondamentalement sur cette réhabilitation. Certains s’y réfèrent volontiers, d’autres insistent sur ses points négatifs et la dénoncent comme une erreur à ne pas reproduire. Nous présentons des avis contradictoires, en reprenant d’abord les termes généraux de l’accord de coopération entre l’Assemblée régionale d’Andalousie et l’IMQ24, puis la plaquette de présentation réalisée par la municipalité, enfin en rapportant certains des propos critiques d’« opposants ».

  • 25 Environ 4 millions de francs.

72En 1970, l’explosion d’un réservoir de gaz de la brasserie La Victoria détruisit la partie arrière de la maison. L’Assemblée régionale d’Andalousie donna 700 millions de sucres25 pour la réhabiliter. Parmi les 39 familles résidantes, 23 (102 personnes) étaient bien connues de « l’aide sociale du fonds de sauvegarde » : composition démographique, ressources économiques, etc. Compte tenu de leur situation socio-économique « […] les anciens résidants de cette demeure avaient tout intérêt à en devenir propriétaire (proximité du lieu de travail, attachement à l’immeuble). Cependant, en raison de sa valeur historique, la municipalité ne put la donner en propriété ». Durant l’exécution des travaux, les anciens occupants furent relogés provisoirement à proximité, dans des maisons qui appartenaient à la municipalité.

  • 26 Municipio de Quito. Direccíon de Planificacion, La casa de los siete patios, plaquette n° 22, novem (...)

73Les objectifs énoncés dans la plaquette de présentation26 insistent sur la volonté de renforcer l’usage résidentiel afin de répondre « à la nécessité de préserver une série de valeurs patrimoniales, typologiques, sociales, etc. » Ce projet y est considéré comme « un exemple pionnier dans le domaine de la réhabilitation à vocation de logement social » que l’administration publique équatorienne entreprend. Pour ce faire, elle prône le maintien des locataires actuels, en leur accordant en priorité l’attribution des logements. Les personnes nécessiteuses du quartier peuvent, après eux, en demander la jouissance.

  • 27 « Les matériaux et le système de construction étaient hétérogènes : des fondations en pierre basalt (...)

74Les caractéristiques de l’immeuble avant travaux y sont décrites : matériaux27, système de construction, « pathologies ».

« Il se présentait comme un ensemble de six patios articulés et un septième résiduel mais captant l’air et la lumière, dans un état de conservation critique. La parcelle sur laquelle repose cet édifice à deux niveaux occupe 1 850 m2. L’humidité des plafonds, des murs et des soubassements de cette maison serait due à son manque d’entretien […] Le maintien des 27 familles locataires de la maison est un des objectifs de la municipalité. »

75Cette démarche aurait été appuyée par celle des habitants qui, depuis des décennies, réclamaient une intervention.

76Suit une analyse « historiographique », en fait une hypothèse sur l’origine et l’évolution de cette maison :

« Il n’existe pas de documentation qui permette de préciser les différentes étapes de sa construction. On ne peut donc qu’établir des hypothèses, sur la base de la lecture de l’édifice lui-même. Ces hypothèses sont nécessaires pour fonder des propositions architecturales. La diversité des matériaux et des techniques avec lesquels cette maison a été construite : adobe. clayonnage, briques et béton armé, nous indique très clairement que la construction ne répond pas à un projet unitaire. Elle fut réalisée par étapes dans la seconde moitié du xixe siècle ou, peut-être, entre le début et la moitié du xixe siècle. […] Le type de proposition de structuration générale et fonctionnelle de la maison répond à la cohérence de ses axes, la diversité des situations de chaque patio et le niveau élevé d’intervention que l’état de conservation de la maison exige. Aussi, on ne procède pas à la reconstruction de l’immeuble d’origine. Au contraire, il est proposé d’améliorer la clarté de la lecture de ces axes peu visibles, en renforçant cette tendance dans les étages et en réinterprétant le concept des circulations respectives. »

77La galerie comme mode et élément de circulation entre les logements, ou comme distributeur intérieur, et la structure en pièces indépendantes constituent deux constantes.

« La nécessité de l’évolution pour s’adapter aux nouvelles exigences d’habitabilité est un problème crucial auquel répond le projet par des unités équipées de services individuels. Le programme institutionnel prévoit 38 unités de logement de une à quatre pièces et deux locaux commerciaux sur la rue. »

« L’œuvre débuta en novembre 1991 et son achèvement est prévue pour le mois de septembre de l’année suivante. Le coût d’exécution est initialement évalué à 700 millions de sucres, intégralement financés par l’Assemblée régionale d’Andalousie dans le cadre de la coopération espagnole. La gestion et le contrôle technique sont à la charge de la municipalité de Quito par le truchement du Fonds de sauvegarde. »

78Les lignes directrices du projet auraient été respectées. Ainsi ont été conservées les fondations de l’édifice, les dimensions et le nombre de patios, le volume et la structure des communications entre les patios. La logique de la forme d’occupation du lotissement aurait été retrouvée.

« Déchargé de nombreuses de ses fonctions, le patio, qui accueillait autrefois une série d’activités en réponse à la rareté de la surface habitable et à la carence d’équipements des logements, va connaître une importante transformation dans son utilisation par les résidants. Il deviendra un lieu de rencontre et il est probable que les habitants, avec le temps, lui affecteront de nouveaux usages, davantage liés aux loisirs qu’à la satisfaction des besoins de base. »

  • 28 Handel Guayasamin, « La casa de los siete patios », in Trama, n° 7-8, juin 1978. p. 35-36.

79Quelques architectes, notamment parmi ceux en charge de la conservation, critiquent haut et fort ce projet. Après l’achèvement des travaux de réhabilitation de cette demeure, seulement la moitié de ses anciens locataires y furent relogés. Les lavoirs communautaires, un des éléments clés des petits équipements de proximité permettant de favoriser les relations fortes de voisinage, furent supprimés : « délibérément ôtés » selon quelques architectes qui reprochent aussi le choix des matériaux de construction, en particulier le verre. Un article paru dans la revue Trama se fait l’écho de certaines de ces critiques28.

« Début 1970, trois phénomènes se conjuguent : processus d’appropriation sociale de l’espace du Centre Historique par les secteurs populaires ; processus de décentralisation du Centre Historique vers le nord de la ville ; processus de “reconditionnement11 plus “rentable” de faire urbaine concernée. […]

Le processus de rénovation urbaine de ce secteur, vu son caractère éminemment spéculatif, a provoqué, parallèlement et en relation très directe à la plus ou moins forte accélération des interventions, des déplacements de population vers la périphérie de la zone ou de la ville. »

80Toujours selon l’article de Trama, ces déplacements de population concernent un groupe social à faibles revenus résidant dans le Centre ou y exerçant des activités rémunératrices. Ils accompagnent une action préservatrice, à valeur historique. Cette « défense des valeurs culturelles » apparaît comme un bénéfice conséquent pour les secteurs dominants du commerce somptuaire, de la banque et du tourisme étranger.

« C’est dans ce cadre que s’insère le problème de la maison aux 7 patios, où plus de 50 familles, parmi lesquelles quelques-unes y résidaient depuis plus de vingt-cinq ans, ont été contraintes d’abandonner leur maison. […] Quelle alternative pour résoudre les problèmes d’habitat au Centre Historique ? En considérant que si effectivement la maison s’écroulait et que ses conditions d’habitat se trouvaient réduites aux extrêmes de l’absurde, les habitants n’avaient pas, compte tenu de leurs niveaux de revenu, d’autre alternative de logement possible pour le moment. »

81Cette référence à l’article de Trama dont on cite in extenso certains passages et dont on en résume d’autres, est caractéristique d’un lyrisme excessif qu’affectionne un groupe d’intellectuels qui se voudraient en quelque sorte les gardiens de l’intégrité du patrimoine de la ville ancienne et donc de sa conservation. Ils n’en sont alors pas à une contradiction ou à une exagération près : 39 familles ici, 50 là. La passion qui les anime semble devoir justifier toutes les grandiloquences lorsqu’il s’agit de défendre leurs idées, qu’elles s’appliquent à la grandeur présumée de Quito et de son histoire ou au tragique de la situation des pauvres gens victimes d’une politique patrimoniale qui provoque leur déguerpissement jusqu’à la périphérie de la ville. Il est vrai que pour eux, les politiques d’expulsion manifestent le désintérêt et l’incapacité des organismes étatiques intervenants et tenus de résoudre ce type de problèmes. Mais alors, dans un même mouvement, les architectes s’engagent dans une politique de rénovation au nom de la préservation du patrimoine de l’humanité et proclament leur désapprobation face aux conséquences sociales qu’elle entraîne ! On notera, cependant, que cette désapprobation n’est pas allée, à notre connaissance, jusqu’à des actions politiques réparatrices montrant l’authenticité de leurs convictions sociales.

82Pourtant, c’est bien à Quito qu’eut lieu du 7 au 11 mars 1977 le Colloque sur les centres historiques face à la croissance des villes contemporaines. Un extrait de ses conclusions montre la distance entre intentions, réalités et choix politiques :

« Les actions sur les Centres Historiques doivent se fonder sur le réagencement spécifique de la tenure et l’usage du sol. accompagné d’une amélioration significative des conditions de vie de ses habitants. Elles devront être progressives et menées en fonction des ressources financières des intéressés. Le maintien de la pluralité fonctionnelle ne devra pas provoquer le déclin de la fonction résidentielle. »

La réhabilitation des maisons de la rue Caldas29

  • 29 On se réfère à un entretien avec l’architecte Pedro Jaramillo, représentant à Quito de l’agence de (...)

83Le principal objectif du projet de la rue Caldas (quartier de l’Alameda) était de reloger un maximum d’anciens habitants, ce qui, selon le représentant de l’association de sauvegarde de la rue Caldas, constituait en soi un véritable défi. Le contre-exemple du projet de la « maison aux sept patios » est patent. Ainsi, dans la rue Caldas, on augmenta le nombre de lavoirs. Compte tenu du très bas niveau de vie d’un grand nombre d’habitants des anciens quartiers de Quito, les lavoirs municipaux, encore nombreux, sont très fréquentés.

84Les ouvrages de réhabilitation font appel à la participation communautaire des résidants : participation collective aux travaux de réfection des trottoirs, de la toiture de « leur » école ; organisation d’une fête en l’honneur du maire de Quito.

85Assisté par une avocate, un suivi social fut mis en place afin d’obtenir une adéquation entre les ménages, leurs situations financières et la possibilité ou non de leur allouer des appartements. La formule de location-vente remboursable sur quinze ans fut retenue. L’hétérogénéité sociale des locataires ne facilita pas la tâche, et l’incertitude quant au réemploi de l’argent des loyers récupérés, soit environ 60 millions de sucres par an (année de référence : 1995), c’est-à-dire approximativement 120 000 francs français, vint encore compliquer les choses.

  • 30 Distrito Metropolitano, Bulletin, n° 1. 1996. p. 17-18.

86Le Pact Arim pensait se joindre au Fonreviv pour soutenir ses actions, complémentaires des siennes. Mais cette proposition ne fut pas retenue. Un accord de la municipalité avec le Pact Arim 93 précise ce projet et ses conditions de mise en œuvre30 :

« L’objectif général du projet est de mettre en œuvre une politique d’amélioration des conditions de vie des habitants du Centre Historique en insistant sur la participation communautaire. […] Il s’agit d’un projet financièrement équilibré et adapté aux capacités économiques du futur usager. »

87Son financement, d’un coût de 500 millions de sucres environ (de l’ordre d’un million de francs), se répartit en une participation de 20 % de la municipalité et de 80 % du Pact Arim.

88« Les nouvelles unités de logement furent remises en juillet 1996. Le succès fut entier grâce à l’acceptation du projet par la communauté, soutenue par le comité de quartier. »

Une maison « républicaine » à San Marcos31

  • 31 Nos sources : « Un espacio para vivir : El centre histórico », in Trama, n° 5 1. mai 1990, p. 11-14 (...)

89À Quito comme ailleurs, la question du choix du traitement du patrimoine immobilier se pose en des termes contradictoires selon qu’on se réfère à la législation en vigueur ou aux actions entreprises par les particuliers, résidants du centre historique. Ces derniers, le plus souvent, ne connaissent pas cette législation et font comme bon leur semble, d’autant qu’ils ne sont que très rarement contrôlés et donc en situation de payer une forte amende. De fait, sinon de droit, différentes options existent. Faut-il malmener dans ses composantes esthétiques la construction à réhabiliter pour satisfaire la recherche du confort intérieur ; ou pour éviter des coûts onéreux rattachés à un certain savoir-faire exceptionnel ; ou, encore, pour respecter les nouvelles normes énergétiques ? Quel que soit le lieu de référence, l’insertion de nouveaux bâtiments n’occasionne pas toujours des réalisations convaincantes.

90Il est pourtant des réussites, ainsi celle d’un esthète européen ayant acheté une demeure de l’époque républicaine dans la rue principale du quartier de San Marcos. Cette grande et belle demeure du siècle passé jouit d’un patio et d’un jardin. Il en émane un charme désuet assez éloigné du confort moderne. Pour transformer quelque peu la bâtisse, cependant, et la rendre plus confortable, son propriétaire, « très soucieux de s’immerger dans la vie du quartier », fit appel à un architecte. Il souhaitait un grand salon au rez-de-chaussée et vivre portes ouvertes sur le jardin. « Je signalai les aspects que je voulais changer tout en cherchant à sauvegarder la structure de la demeure républicaine (une partie est coloniale), sans toutefois omettre de défendre mes intérêts concernant la commodité. » Ce sont les énormes murs de sa maison (un mètre de large) et les éléments de bois apparents qui donnent un aspect rustique et forment un cadre pour les pièces archéologiques, coloniales et artisanales qui plaisent le plus au propriétaire des lieux. Il les conserve avec soin.

91L’un de ses proches, gestionnaire de la maison durant l’absence de son propriétaire, nous conta (en 1996) que depuis un an déjà la demande d’aménagement d’un garage avait été déposée. Rien de clair ne lui a été répondu : les diverses institutions municipales concernées lui ont chacune à leur tour demandé d’attendre la réponse et de remplir un certain nombre de formalités dont elles seraient, paraît-il, très friandes.

92D’un côté, des formulaires doivent être remplis pour toute modification des maisons du Centre Historique, de l’autre, le contrôle des constructions entreprises est inexistant. Ce qui fait dire à notre informateur : « Se hace lo que quiere sin pedir nada » (« On fait ce qu’on veut sans rien demander »). Et de citer l’exemple des franciscains qui désiraient qu’un édifice de cinq étages soit construit derrière le couvent afin d’agrandir leur collège. Ils y seraient parvenus si deux notables de la ville n’étaient pas intervenus auprès notamment de l’évêque pour que ce projet soit abandonné. La construction d’un tel bâtiment en plein Centre aurait rompu l’harmonie architecturale des lieux : hauteur du bâti, rupture de la vision panoramique des hauteurs du quartier de San Roque, rupture d’une architecture religieuse baroque, etc.

93C’est comme ça qu’en 1996, le purisme côtoie l’anarchie. Une réglementation très stricte empêche toutes modifications des maisons localisées dans les zones dites historiques, sous peine d’amende. Lorsqu’un particulier soucieux des règles (bon citoyen en quelque sorte) entreprend des démarches pour obtenir une autorisation municipale dans le but de transformer sa maison, par exemple en ouvrant une fenêtre ou en élargissant une entrée, sans toutefois en défigurer le style ou les volumes, il se voit contraint soit de renoncer à son projet, soit de le réaliser sans l’accord explicite des responsables rencontrés lors de ses diverses démarches. Mais que des franciscains veuillent construire un édifice en violation des règles, les tracasseries administratives disparaissent et ce n’est qu’à une intervention de notables que l’on doit d’éviter l’irréparable en plein centre de Quito.

Les lieux de mémoire

94La plupart des anciens sièges de grands services et de grandes sociétés d’intérêt public se sont déplacés vers le centre des affaires, entre l’Ejido et l’avenue des Nations-Unies. Les édifices désaffectés, souvent de grande valeur architecturale ou seulement témoins d’une autre époque, sont considérés comme des lieux de mémoire à préserver et à réaffecter à d’autres fonctions généralement culturelles. Si l’aspect extérieur de ces monuments de la vie publique du siècle passé ou de la première moitié du xxe siècle doit garder son apparence, il faut aussi leur faire subir de profondes modifications afin de les adapter à leur nouvel usage.

  • 32 Trama, n° 52, septembre 1990. p. 19-24.

95La restauration de l’édifice de la Banque centrale de l’Équateur en est l’exemple le plus achevé32.

96Cet ancien siège, situé en plein cœur du centre historique, à l’angle des rues Garcia Moreno et Sucre, abrite désormais le centre culturel de la Banque centrale. Construit en 1927, cet élégant édifice de composition néoclassique, aux soubassements de pierres similaires à celles de la façade, s’inscrit harmonieusement dans le paysage urbain.

97Jusqu’en 1964, il accueillit la Banque centrale, puis temporairement la Bibliothèque nationale qui fut en 1983 transférée dans ses anciens locaux rénovés.

« L’intérieur des bâtiments alors fermés fut gravement détérioré par les eaux qui filtraient par les corniches et les canalisations endommagées. Des fenêtres cassées et rafistolées n’importe comment aggravèrent cette situation catastrophique. Déjà, des travaux d’agrandissement des sanitaires entrepris alors que c’était encore le siège de la Banque centrale avaient entraîné la suppression d’ouvertures éclairant l’intérieur du bâtiment. Des modifications internes telles que recomposition des espaces fonctionnels avec abattage de cloisons, fermeture de pièces, ouvertures nouvelles, élimination de superstructures en fer et en verre, avaient entraîné également la destruction d’un sol de mosaïques où pouvait encore se voir cependant, il n’y a guère, une œuvre représentant une beauté décadente resplendissant en ce lieu d’abandon. »

98Bref, il y avait urgence à sauvegarder ce monument si on ne voulait pas le voir réduit à l’état de ruines.

« Il fut restauré à la fin des années 1980 par des architectes soucieux d’accorder le nouvel usage avec la nature même de l’édifice, dans le respect de son intégrité spatiale et formelle et en conservant le langage architectural de ses concepteurs et constructeurs. Le schéma fonctionnel de sa réhabilitation aboutit à un projet final qu’il ne fut pas simple d’établir car on chercha à respecter le plus possible les espaces existants tout en exécutant un programme qui correspondait à des besoins précis et à un système de relations fonctionnelles déterminées. Cependant, on parvint à récupérer quelques portes, meubles et lampes qui demeuraient encore dans d’autres dépendances de l’institution. On reprit également des éléments architecturaux et ornementaux pour les insérer dans le nouveau mobilier. La relation professionnelle entre le restaurateur et le concepteur fut très positive. Elle donna un résultat final équilibré, bien qu’au départ le premier souhaitât tout récupérer et le second innover en tout.

« On prévit un nouvel usage du sous-sol. C’était à l’origine un espace voûté dévolu à l’entrepôt des archives et des livres, à des salles d’exposition et à une cafétéria. […] Le troisième étage, de construction récente, présentait la plus grande détérioration et pour cela subit des transformations majeures. Ici fonctionnait le laboratoire de la Banque, le siège social et, à la fin, les réserves de la Bibliothèque et la conciergerie de l’édifice et de l’Institut national de la danse. Actuellement c’est une discothèque, une vidéothèque et une salle de musique ouverte au public. […]

« L’idée du projet n’était pas de retrouver l’espace original, mais de maintenir tous les apports qui au cours du temps s’insérèrent à l’édifice. Au problème de compréhension de la conception du projet s’ajoutèrent des données économiques, des limites techniques et de temps, qui obligèrent à élaborer des modifications lors de la phase d’exécution. Le résultat fut satisfaisant, et bien qu’il ne se soit pas agi d’une restauration entendue au sens strict des normes et des chartes internationales, il constitue un apport important pour le centre historique de la ville, car on est parvenu à récupérer une structure représentative d’une époque, on a réussi à adapter un espace à un nouvel usage, on a pourvu aux conditions de confort en accord avec les exigences contemporaines, mis en relief et récupéré les caractéristiques les plus importantes du langage architectural de Durini, son intégration à son contexte historique fut conservée et on a réussi à se documenter sur le processus historique de l’évolution de l’édifice. »

Les limites du Centre Historique : histoire en plusieurs épisodes

99Les planificateurs distinguent dans l’ensemble du Quito moderne plusieurs enveloppes historiques. Leurs appellations et leurs limites ont été plusieurs fois réajustées depuis les années 1980. On n’examinera que les modifications les plus significatives.

  • 33 « Legislacion cultural del Ecuador », in Législacíon andina, Bogota, t. v, p. 163-164.

100De 1975 à la création du district métropolitain de Quito (1991), en accord avec l’ordonnance n° 1727 de 197 533, le Centre Historique est divisé en un « noyau historique » limité par les rues Chimborazo, Mires, Olmedo, Imbabura, Manabf, Flores, Maldonado et l’avenue 24-de-Mayo ; une « zone de contrôle » qui correspond à l’ensemble des quartiers Panecillo, San Sébastían, Gonzalez Suárez, la Chilena, la Victoria, San Blas et les parties anciennes des quartiers d’El Sena, la Recoleta, La Loma, San Marcos, San Diego, l’Alameda ; une « zone verte paysagère » constituant le cadre naturel du vieux Quito comprenant la colline de San Juan et le parc de l’Alameda au nord, la colline du Panecillo au sud, les pentes du Pichincha à l’ouest et la colline de l’Itchimbia à l’est. Le « noyau historique » correspond globalement à la ville coloniale et la « zone de contrôle » au Quito urbanisé en 1910. Ces trois entités réunies constituaient alors l’aire patrimoniale à conserver.

  • 34 Cf. Municipio de Quito, Direccíon de Planificacfón, Guía Arquitectónica. Quito, Junta de Andalucia, (...)

101En 1991, pour l’ensemble de la ville, six « aires historiques » sont définies34 :

  • l’« aire 1 » ou « aire centrale du Centre Historique » qui correspond à « l’extension clairement individualisée où se trouvent les vestiges préhispaniques et les témoins de l’époque coloniale, mais aussi l’architecture plus récente, qu’elle soit en continuité ou en rupture avec l’architecture traditionnelle des premiers siècles de la vie urbaine », dont les limites spatiales sont identiques à celles du noyau historique précédemment cité ;

  • l’« aire 2 » ou « quartiers du Centre Historique de Quito », qui inclut l’environnement ou la périphérie de l’aire centrale et participe du Centre Historique au même titre que la première. « Elle englobe des quartiers, anciennes paroisses du Centre, qui contiennent d’importants édifices coloniaux, ainsi que ceux des premiers temps de l’ère républicaine, et de plus récents qui furent longtemps situés extra muros » : elle désigne approximativement l’extension de Quito en 1910. Elle relie une grande partie des nouveaux quartiers de cette période – la Recoleta, la Tola, San Blas, la Colmena, Aguarico, le Placer, le Tejar, Huanacauri ou Guanacauri (partie basse de San Juan) et l’Alameda – aux quartiers les plus anciens – González Suárez, San Marcos, La Loma, San Roque, la Chilena, San Diego, San Sebastían ;

  • l’« aire 3 », ou « zones spéciales » liées au Centre Historique qui sont importantes dans l’histoire et le paysage (la rivière Machángara et le Panecillo) ;

  • l’« aire 4 » est constituée par la ciudadela Mariscal Sucre et son environnement ;

  • l’« aire 5 » désigne le centre-nord de Quito ;

  • l’« aire 6 » intègre l’ensemble des paroisses urbaines (est, nord et sud) et le « nouveau sud » de Quito (Turubamba).

102Bien que ces six entités soient qualifiées d’« historiques »– mais à ce compte toutes les implantations humaines sont, finalement, historiques ! –, seules les deux premières constituent le « Centre Historique » et l’aire inscrite à l’inventaire du patrimoine de l’humanité.

  • 35 « Las Areas históricas de Quito constitituyen âmbitos transcendentales de la cultura ecuatoriana, c (...)
  • 36 Si l’on accepte qu’« historique » se réfère à des témoins significatifs du passé – ce qui semble êt (...)
  • 37 Jorge Salvador Lara, Quito, Quito, colecciones « MAPFRE », 1992, p. 306.
  • 38 « Unanse cielo, suelo, gente y paisaje y tendremos el ambiente admirable de Quito, que tanto ha con (...)

103En 1995, le Centre voit son « noyau historique » s’étendre, à l’est, aux rues Luis-Vargas-Torres et Bricero ainsi qu’à l’avenue Pichincha et la définition des « aires historiques » va plus loin : toutes sont à inclure au patrimoine de l’humanité dès lors qu’elles possèdent certains édifices inventoriés qui doivent être protégés. Il ne s’agit plus du seul centre historique, mais de l’ensemble des « aires historiques » ou supposées telles. On y ajoute donc le quartier Mariscal Sucre et toutes les anciennes paroisses absorbées par la ville, telles Chillogallo, Guápulo, Cotocollao, justement parce qu’elles ont le label d’« ancien »35. La tendance est d’élargir le champ de la notion de patrimoine de l’humanité. Il y a là, manifestement, une dérive du sens des termes « historique36 » et « patrimoine de l’humanité ». En effet, l’espace entrant dans cette appellation est, à chaque nouvelle définition, de moins en moins clairement déterminé. Ainsi de nombreuses publications mentionnent le classement de l’ensemble de la ville comme patrimonio de la humanidad, sans spécifier que seules les caractéristiques de la ville coloniale l’ont justifié. Leurs auteurs sont généralement considérés par une certaine intelligentsia quiténienne comme d’éminents scientifiques. L’un d’eux, ancien directeur de l’Académie nationale d’histoire, est toujours le premier cité tant il fait référence37. Son propos est lyrique : « Que s’unissent le ciel, la terre, les gens et le paysage et nous aurons l’atmosphère admirable de Quito qui a si fort contribué à sa bonne renommée38. » Ce Lyrisme traduit assez bien une tendance très répandue chez les « fans » de Quito qui veulent à tout prix faire de tout édifice un peu ancien de leur cité un monument historique de première grandeur et un témoin incontournable de ce que l’humanité a produit de plus remarquable. Il y a là un risque de confusion, incompatible avec l’esprit critique de l’historien, entre une fierté très légitime et un déviationnisme préjudiciable à la politique de conservation entreprise depuis quelques années.

Notes

1 Cf. P. Gazzola, « La restauration des monuments historiques », in La Conservation et la restauration des monuments et des bâtiments historiques, Paris, Unesco, 1973, p. 15 à 32. Il faut tout de même observer que cela a donné des témoignages composites du passé qui ne sont pas. pour autant, que des actes iconoclastes. Le château de Blois, en France, en est un exemple éclatant.

2 Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, 10 volumes parus entre 1854 et 1868.

3 Ne pas confondre avec la charte d’Athènes de 1933 élaborée par le CIAM et Le Corbusier, concernant l’urbanisme.

4 En 1964, lors du IIe Congrès international d’architectes et de techniciens des monuments historiques, où cette charte a été approuvée et considérée alors comme une sorte de déclaration finale. Cf. le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites. International Council on Monuments and Sites, ou « charte de Venise », 1966. En voici les principaux articles :
– Art. 4. La conservation des monuments impose d’abord la permanence de leur entretien.
– Art. 9. La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse : sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu comme indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. La restauration sera toujours précédée et accompagnée d’une étude archéologique et historique du monument.

5 En vingt-cinq ans, 150 États l’ont ratifiée. Dans le même laps de temps, 506 biens ont été inscrits sur une liste du patrimoine mondial qui ne cesse de s’accroître.

6 De « noosphère », entité conceptuelle teilhardienne. qui est un mot plus élégant et tellement plus riche que « web » et « Internet », lesquels, il est vrai, ne sont pas des concepts mais des moyens.

7 Cf. Organisation des Nations unies pour l’éducation. la science et la culture (16 novembre 1972), Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, adoptée par la Conférence générale à sa dix-septième session, Paris.

8 Pour les biens situés dans les zones urbaines, l’Unesco recommande d’ajouter au dossier une carte à petite échelle indiquant les coordonnées géographiques et une carte à grande échelle ou un plan détaillé indiquant avec exactitude sa localisation. Les plans de référence retenus par les demandeurs furent les suivants : Dionisio Alcedo y Herrera, 1734 ; Jorge Juan et Antonio de Ulloa, 1748 ; Commune de Quito, 1975, au 1/5 000 ; Commune de Quito, 1977, au 1/5 000 ; Institut géographique militaire (IGM), 1977-1978, au 1/10 000.

9 La municipalité de Quito et la direction nationale du Patrimoine historique, devenue par la suite l’institut national du patrimoine culturel (INPC), se seraient, selon les écrits notifiés dans le formulaire de demande d’inscription, toujours intéressées à la sauvegarde de « ce patrimoine de la nation ». « En témoignent les ordonnances n° 1727 et 1377 prises par la Commission pour le Centre Historique, dont fait partie, en tant que membre, le directeur national du Patrimoine historique de l’époque. »

10 « Législation cultural del Ecuador », préambule de considération précédant le décret, in Législation andina, Bogota, t. v, p. 158.

11 Décret n° 3 501 du 19 juin 1979. Les citations faites en ces pages n’ont, en aucun cas, valeur juridique et ne peuvent être utilisées dans ce sens.

12 Cf., à ce propos, les prolégomènes et la bibliographie de cet ouvrage.

13 Sanctionnée par le protocole de Rio, en 1942.

14 Ce texte s’inspire de l’article de Rosangela Adoum, « El museo del Banco Central », in Panorama urbano y cultural de Quito, Quito, Municipio de Quito-Junta de Andalucia, Série Quito, n° 10, 1994, p. 227-234.

15 Ce contact direct fut possible car le responsable belge, architecte, réside en permanence en Équateur et travaille dans le domaine de la restauration dans des projets andins depuis les années 1970, ce qui fait de lui un interlocuteur de choix quant à la connaissance du milieu social et politique du pays. Il connaissait bien le directeur de l’Institut de l’époque.

16 Projet national PNUD/Unesco ECU/88/001, financé par le PNUD.

17 Chaque année, la presse quiténienne se déchaîne contre l’invasion de tous les vendeurs épisodiques au moment des fêtes de fin d’année. Le Centre devient alors un immense souk. Cet événement annuel relance régulièrement la haine de certains notables ayant une idée élitiste de la vocation économique et culturelle du Centre. Mais, curieusement, ce sont les mêmes notables ou leurs parents qui, rappelons-le, migrèrent vers le nord du site, en ces nouveaux espaces lotis surtout après le plan Jones Odriozola et abandonnèrent le Centre aux plus déshérités des Quiténiens et au microcommerce dit « informel » qui leur permet de s’approvisionner au moindre coût !

18 Sylvia ortiz, « La restauration de bienes culturales muebles en Quito ». in Quito, patrimonio urhano y cultural, op. cit., Série Quito. n° 10. p. 153-162.

19 La durée de formation au métier de restaurateur est de quatre ans dans la première et de trois ans dans la seconde.

20 Selon le ministère des Affaires sociales, l’affiliation à la sécurité sociale doit être assurée par l’employeur quel que soit son statut. D’après notre interview, il semble que cette réglementation ne soit considérée comme une obligation que pour les agents de la fonction publique. Cette fausse assertion met en évidence la manière fréquente dont les entrepreneurs, surtout ceux des petites entreprises, se mettent hors la loi. C’est pour eux, il est vrai, souvent la condition sine qua non pour ne pas être obligés de déposer le bilan.

21 Ce qui n’a pas empêché, au début de 1996, un incendie (dû à un court-circuit) de se déclarer en pleine journée, détruisant un retable en bois d’une valeur inestimable. Il faut ajouter à cela une intervention tardive et techniquement peu efficace des pompiers de Quito.

22 630 sucres valaient un franc français environ ; nous estimons donc cette intervention à 80 000 francs (valeur de 1995).

23 Cf. Bulletin municipal, n° 3, 1996.

24 Fonsal, Ilustre Municipio de Quito, « La casa de los 7 patios : convenio de cooperacton entre la Junta de Andalucía y el IMQ », in El fondo de salvamento, 1988-1992, p. 52-57.

25 Environ 4 millions de francs.

26 Municipio de Quito. Direccíon de Planificacion, La casa de los siete patios, plaquette n° 22, novembre 1991.

27 « Les matériaux et le système de construction étaient hétérogènes : des fondations en pierre basaltique ; une structure verticale des murs porteurs en adobe dans les parties les plus anciennes et de briques pleines ailleurs ; une structure horizontale de poutres maîtresses en bois, dans certains cas posées directement sur les murs et en d’autres formant des dormants ; structure de la toiture en rondins simplement posés ; toiture inclinée de tuiles romaines posées sur des planches ; murs de refend ou cloisons en adobe ou en briques d’épaisseur variable ; étages de planchers cloués aux solives de la structure horizontale au premier étage et cloisons verticales disposées sur les piliers en adobe ou de briques au rez-de-chaussée, dans le but de créer une chambre d’isolement. »

28 Handel Guayasamin, « La casa de los siete patios », in Trama, n° 7-8, juin 1978. p. 35-36.

29 On se réfère à un entretien avec l’architecte Pedro Jaramillo, représentant à Quito de l’agence de Seine-Saint-Denis du Pact Arim, et aux articles de présentation du projet des bulletins municipaux d’août-septembre 1995 et de janvier 1996.

30 Distrito Metropolitano, Bulletin, n° 1. 1996. p. 17-18.

31 Nos sources : « Un espacio para vivir : El centre histórico », in Trama, n° 5 1. mai 1990, p. 11-14 ; entretien avec un ami du propriétaire et gestionnaire de la location de la maison en son absence.

32 Trama, n° 52, septembre 1990. p. 19-24.

33 « Legislacion cultural del Ecuador », in Législacíon andina, Bogota, t. v, p. 163-164.

34 Cf. Municipio de Quito, Direccíon de Planificacfón, Guía Arquitectónica. Quito, Junta de Andalucia, Série Quito, n° 4, 1991, p. 24 à 26.

35 « Las Areas históricas de Quito constitituyen âmbitos transcendentales de la cultura ecuatoriana, con significacion universal, contribuyendo para que Quito fuese declarada “Patrimonio cultural de la Humanidad11, por la Unesco, el 8 de septiembre de 1978 y confirmada oficialmente el 27 de julio de 1979 », in l’Ordonanza n° 3050 de reglementacion metropolitana de Quito, édictée par le « Consejo metropolitano de Quito », en 1995, p. 15.

36 Si l’on accepte qu’« historique » se réfère à des témoins significatifs du passé – ce qui semble être l’usage courant –, donc à des sites, monuments, objets qui perdurent et sont importants pour la compréhension des époques précédentes. Il ne semble pas superflu d’ajouter que la notion d’« historique » est fluctuante selon les pays et leur histoire : en Europe, où cette notion de patrimoine de l’humanité a été précisée, ce qui n’a qu’un petit siècle, ou moins, peut être symbolique un témoin d’un style, mais le label d’« historique » ne lui sera guère accolé ; aux États-Unis, une machine à coudre Singer, voire un fer à repasser que l’on posait encore sur un fourneau dans les années 1940 en France, devient pièce de musée au même titre qu’en Europe un métier à tisser Jacquard ; en Équateur, un quartier qui n’a que trois quarts de siècle d’existence pour les immeubles les plus anciens, tel celui de la ciudadela Mariscal Sucre (construite entre 1922 et 1940), est considéré par les « historiens » et notables, comme par l’ensemble des Quiténiens, comme historique au même titre que le quartier du Marais à Paris. De toute façon le patrimoine mondial ne correspond pas au patrimoine de tout un chacun, ou même d’un État.

37 Jorge Salvador Lara, Quito, Quito, colecciones « MAPFRE », 1992, p. 306.

38 « Unanse cielo, suelo, gente y paisaje y tendremos el ambiente admirable de Quito, que tanto ha contribuido a su buena fama », citation extraite de l’ouvrage collectif de Jorge Benavides Solis, Fernando Carrion, Jorge Salvador Lara, « Quito, La ciudad santa de los hijos del sol », in Quito, Madrid. Agencia española de cooperación internacional, colección « Ciudades Iberoamericanas », 1989, 236 pages, p. 56.

Table des illustrations

Légende La ville coloniale
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Le nord de la ville
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Partie de l’Ejido et route du nord
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende « El Belén », première église construite à Quito
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la Repûhlica. 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Arc de la Reine
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Maison commerciale de Donoso et Cie
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la Repûblica, 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende « Hôtel Continental »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Maison commerciale de L. Gouin
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agnícola e industrial de la Repúhlica, 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Place de l’indépendance
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Atelier d’Ezequiel L. Paz
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende « Hôtel Royal »
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la Repûblica, 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Bar de l’« Hôtel Royal »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Brasserie « La Campana » (détail)
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Boutique de F. Ramia
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Établissement de Rueda Hermano et Cie (détail)
Crédits Source : El Ecuador, guía comercial, agrícola e industrial de la República, 1909. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40762/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search