Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Troisième partie. Centre-ville ou patrimoine ?

Centre-ville ou patrimoine ?

Texte intégral

1Cette partie est d’une autre facture que les deux précédentes. En effet, il ne s’agit plus d’exposer des états successifs du Centre et d’en commenter les changements, mais de bien saisir ce que cet espace fort de l’histoire de la ville demeure pour ses usagers, comment ils le voient différemment, influencés qu’ils sont par la politique municipale qui désormais s’attache à sa conservation, sans en nier néanmoins les fonctions urbaines primordiales.

  • 1 Nous n’aborderons pas ici (ce n’est pas l’objet de cette étude) la littérature produite sur la dime (...)

2Cette exigence ne peut se comprendre sans un rappel succinct des principaux textes marquant l’évolution internationale et nationale de l’idée de patrimoine et sans considérer quelques opérations quiténiennes de restauration qui sont plus parlantes que toute autre considération1. Il faut comprendre que le détail de la réflexion et du discours des opérateurs des actions de conservation, de restauration ou de réhabilitation permet de les suivre pas à pas dans leur travail de fourmi. Il n’y a pas, en Équateur, l’énorme engouement pour le patrimoine qui, en Italie ou en France, par exemple, fait partie depuis longtemps de la conscience d’une identité locale, régionale ou nationale, voire d’un rayonnement international.

3On ne pouvait jusqu’alors parler de « centre historique » et de « patrimoine » en leur donnant le poids académique que prennent ces façons de dire, à Quito, en ce début du xxie siècle. En effet, ce n’est qu’en 1978, alors que le siècle avait parcouru les quatre cinquièmes de sa durée, que les Équatoriens obtinrent de l’Unesco la reconnaissance internationale d’un Quito ayant un centre « historique », contenant et contenu d’un « patrimoine » dont l’humanité tout entière acceptait de partager la conservation. Mais on ne se réfugiera pas derrière ce prétexte de casuiste. Il est bien évident qu’il faudra accorder ces deux références, la spatiale et la culturelle, au temps de leur émergence. Or ce n’est qu’au milieu du xxe siècle que les Quiténiens ont pris vraiment conscience du confinement de Quito et de son âge. Le dynamisme des extensions urbaines qui lui poussaient et qui s’amplifièrent dans les années 1970, imposa que l’on songeât à conserver ce qui prenait alors un coup de vieux.

4Comment faire, dès lors, pour mettre de la clarté dans l’exposé de faits urbains et d’événements institutionnels qui marquèrent l’évolution de la ville ? Ils sont fortement imbriqués, mais ne peuvent être saisis que successivement. Les faits urbains ont une genèse lointaine, on en a longuement parlé. Les événements institutionnels recevront une impulsion remarquable de l’Unesco, c’est pourquoi on retiendra leur rôle dans la prise en compte du patrimoine du Centre Historique, puis on exposera l’effort institutionnel consenti par l’Équateur et la municipalité de la capitale, qui en sera la première bénéficiaire ; enfin, on montrera comment les institutions impulsent, avec l’aide internationale, les actions de sa conservation.

5 Cette entreprise nécessite au préalable que l’on détermine avec plus de rigueur que jamais les limites de la partie « historique » du Centre, et d’autres espaces urbains éventuels, dans lesquels s’appliquera la politique patrimoniale. Ce ne sera pas une définition sans enjeux, elle prendra du temps. Mais ce n’est pas en Équateur que la machine administrative et la conduite d’actions de conservation du patrimoine risquent de s’emballer ! Cependant, l’imagination de certains pourrait entraîner vers une regrettable dispersion des efforts techniques et financiers à consentir. C’est pourquoi, tout en conservant le discours un tantinet chauvin proclamant « Quito, patrimoine de l’humanité », la sagesse des gestionnaires de cette grande cité suscitera des limites géographiques et architecturales aux possibles actions de conservation et de réhabilitation à conduire. Le Centre Historique ayant un caractère spatial, urbanistique et architectural spécifique, ses limites seront établies administrativement et entérinées par une législation appropriée.

6Ces aspects étant clairement révélés, on pourra aborder la dimension sociale et culturelle, sociétale et intellectuelle donc, que pose à l’aube du xxie siècle la relation entre le Centre, historique désormais, de Quito et le reste de la capitale jusque dans ses extensions les plus excentriques. Mais on ne peut oublier que le Centre demeure un lieu de vie où des gens vont et viennent, travaillent, résident et se rencontrent. Ces gens ont, tout autant que les gestionnaires municipaux et les autorités désignées ou reconnues, des réactions motivées à exprimer, des suggestions à formuler et des opinions à proclamer. C’est pour cela qu’on reviendra sur l’enquête EBAQ, cette fois dans son ensemble, et que l’on se référera aux interviews menées sur les places et auprès des responsables de la politique de conservation et de restauration du patrimoine. Une analyse de ce que pensent les Quiténiens succédera à celle des actions et des politiques entreprises depuis quelques décennies pour transformer, sauvegarder ou protéger cet ensemble urbain. Cela permettra de mesurer l’évolution des mentalités des décideurs au sujet du patrimoine local et national et, par l’énoncé de leurs jugements sur les mutations identifiables de la ville ancienne et par leurs réactions au discours ambiant, de se faire une idée de ce qu’en pensent les citadins.

7En effet, entre le pouvoir municipal et ses administrés, bien des interrogations demeurent : existe-t-il une compréhension dynamique entre les opérateurs agissant dans le Centre Historique et la majorité des Quiténiens ? La ville ancienne est-elle, comme on pourrait le supposer, un marqueur urbain identitaire ? Les actions entreprises sont-elles clairement présentées, comprises et acceptées par ses résidants ?

Notes

1 Nous n’aborderons pas ici (ce n’est pas l’objet de cette étude) la littérature produite sur la dimension et les interprétations qu’on a données des différentes formes de patrimoine et de leurs spécificités urbaines.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search