Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Deuxième partie. Le centre et ses quartiers : espaces de vie

Chapitre V. Les quartiers et les gens : La Loma et San Juan

René de Maximy

Texte intégral

  • 1 Tels San Marcos, la Tola, San Blas, San Sebastián, la Recoleta, San Roque, San Diego, etc.
  • 2 Pour la différence, lire René de Maximy, Le Commun des lieux, Sprimont (Belgique), Pierre Mardaga É (...)

1On a vu que les fonctions du Centre Historique, bien que d’abord marchandes désormais, demeurent représentatives, administratives, culturelles et religieuses, mais aussi, malgré ce qui en est dit couramment, fortement résidentielles. On s’est précédemment arrêté à ces fonctions, mais en considérant surtout leurs dimensions externes. C’est pourquoi, pour une bonne compréhension de la réalité sociale et historique, il est souhaitable d’étudier plus précisément deux quartiers à fonction de résidence. La Loma et San Juan, quartiers bien typés et exactement circonscrits par le découpage d’un site très compartimenté, comme le sont, au demeurant, la moitié des quartiers du Centre1, sont de bons témoins du train-train de chaque jour. Il aurait été fort instructif d’ajouter à leur étude celle d’une dizaine d’îlots du centre-Centre. Les circonstances n’ont pas permis de l’entreprendre. Il en eût été autrement, on aurait probablement constaté qu’encore y résident des particuliers, mais qu’ils ne forment plus une collectivité unie par des relations conviviales de voisinage fondées sur la pratique d’un espace partagé. Depuis la désertion de la bourgeoisie et l’accaparement des résidences du centre-Centre transformées en magasins, boutiques, entrepôts et bureaux, il n’y a plus de synergie sociale capable de souder une population devenue hétérogène, dispersée et sans solidarité. Ce qu’on en sait incite à penser que c’est là désormais la vérité citadine des habitants du centre-Centre, sinon celle des usagers2. C’est, cependant, une observation qui vaudrait d’être vérifiée, confirmée ou démentie. Néanmoins, cette lacune ne doit pas faire négliger la description et le décryptage des quartiers de La Loma et de San Juan.

Deux quartiers bien tranquilles

2La Loma fait corps avec Quito dès les premiers temps de la colonisation. San Juan, dont la partie basse s’appuie sur des îlots anciens, constitue depuis plus d’un demi-siècle une sorte de faubourg qui ne peut être dissocié de la ville. Il se développe en extension nord-occidentale sur les contreforts des hauteurs qui font face à celles d’Itchimbía. Ces deux quartiers, de par leur histoire, abritent des populations aux caractéristiques socio-économiques proches, mais dont la localisation différencie le sentiment d’appartenance et la pratique symbiotiques au Centre et au reste de la ville.

La Loma

Situation et site

  • 3 Dionisio Alcedo y Herrera, Piano de Quito, Séville, Archivo General de Indias, 1734.

3La Loma est située en bordure sud-orientale du Centre Historique de Quito et en fait partie. On la trouve indiquée sur les anciens plans et celui de 1734 de Dionisio Alcedo y Herrera présente sur cette colline l’image symbolique, mais significative, de plus de 60 maisons3.

Figure 16
La Loma : limites et rues principales

Figure 17
La Loma : croquis morphologique

4Sensiblement à la même altitude que la partie la plus ancienne du Centre – Plaza San Francisco, Plaza Mayor et les îlots les jouxtant –, c’est une croupe allongée dominant d’environ 100 mètres le ravin du Machángara. Ses limites s’inscrivent dans le site par des talus de 30 à 60 mètres de commandement qui la séparent du quartier de San Marcos au nord, de celui de la Recoleta au sud. Ces talus sont renforcés par des murs de soutènement qui les consolident, notamment en ses parties orientale et septentrionale.

  • 4 Place, lieu de passage et de microcommerce, marché de « la Marín » du nom d’Andradc Marín qui fit r (...)

5Cette morphologie explique que ses rues se singularisent en leur partie extrême par de très fortes déclivités et, assez fréquemment, par des marches. Il en est ainsi de la rue Rocafuerte, anciennement rue de La-Loma-Grande, longue rue en épine dorsale du quartier, interrompue, à la fin de son parcours, par des escaliers. De celle-ci partent la plupart des voies qui délimitent les îlots et les desservent. Par suite du relief, outre cette distribution depuis l’artère centrale et longitudinale de la grande rue, quelques voies suivent grossièrement les courbes de niveau ou les prennent en écharpe. Trois rues seulement, plusieurs montées d’escaliers et de multiples sentiers, en permettent l’accès : la rue Rocafuerte qui, à partir de la place Santo-Domingo et dès l’instant où elle franchit l’arche du même nom, devient sa rue principale ; la rue Antonio-Rivera, qui monte de la dépression de Manosalvas4, et la rue Montúfar qui relie La Loma à San Marcos.

6Composition urbaine : légendes et traditions

  • 5 Traduction libre du texte d’Alfredo Fuentes Roldan, « El Senor de los milagros », in Quito tradicio (...)

7Une telle configuration fait de La Loma un quartier bien individualisé, avec son histoire et sa propre personnalité. Voici, tirée de Quito tradiciones5, une évocation de ce relief, tel qu’il était à l’époque coloniale :

« Entre les ravins de Sanguña, de Manosalvas et celui, sans fond, des Tanneries, s’étend une large colline couverte de bouleaux, de ronces et de myrtes. Sa partie haute court tout droit du nord-ouest au sud-est. Tout naturellement, un chemin, également droit, l’emprunte. Il est bordé de chaque côté de maisons alignées qui, comme par jeu. dessinent en creux sur le sol une très longue cuillère dont le manche, à son extrémité, touche l’arche de Santo-Domingo et, à l’autre bout, la pointe de sa partie concave atteint le bord de l’abrupt qui tombe jusqu’au Machángara, à plus de 80 mètres en contrebas. On appelle ce chemin la rue de la Mama-Cuchara (c’est-à-dire “la rue de la grande cuillère à pot”). Il ne peut en être autrement. Ce nom lui va comme un anneau au doigt. Du côté qui regarde le levant, il y a un espace couvert de nombreux arbustes qui embaument et enchantent le paysage. Parfois seule, parfois avec d’autres, une des femmes du quartier va régulièrement jusque-là à la recherche d’herbe et de bois mort. Un jour, entrant dans la broussaille, elle se trouve nez à nez avec une personne qui la regarde fixement. »

  • 6 Actuelle rue Rocafuerte jusqu’à la place de la Mama-Cuchara.

8À la lecture de cette citation, on voit une tout autre image, très paysanne et bucolique. de cette « colline » (loma) accessible par l’arche de Santo-Domingo. Attardons-nous sur cette évocation introductive d’une histoire légendaire qui se serait passée à la fin du xvie ou au début du xviie siècle. À cette époque, c’est un lieu très individualisé ayant un caractère rural marqué. Notons d’emblée la fonction de cueillette et un espace ouvert disponible pour tout un chacun, genre de terrain communal. Excepté en la partie haute et plane de la croupe qui dessine une rue en forme de cuillère à pot6, ces terrains sont peu lotis. La Loma s’intégre déjà au Centre comme une sorte de faubourg, qui lui est étroitement lié.

  • 7 Partie la plus anciennement urbanisée de La Loma Grande, initialement entre la rue Montúfar et la r (...)

9À la construction de l’arche, dans la seconde moitié du xviiie siècle, La Loma s’est trouvée définitivement et naturellement rattachée au Centre et mise en quelque sorte sous la protection de saint Dominique. En effet, toute personne qui entrait à La Loma Chica7 passait sous l’arche et, immanquablement, à tout le moins se signait devant le petit oratoire qui s’y trouve. Encore maintenant, il est coutumier de voir les Quiténiens agir ainsi devant de tels oratoires. Nul ne peut, des habitants de La Loma Chica, ignorer la présence impérieuse et tutélaire du couvent dominicain.

10Au fil du temps, cet espace, encore très rural jusqu’au siècle dernier, s’est lentement et progressivement urbanisé, le long de l’actuelle rue Rocafuerte, mais aussi des rues Montúfar, Paredes, Salvador, de Los Milagros, de la partie occidentale de la Fernández-Madrid et de la partie orientale de la Zaldumbide, se densifiant dans un premier temps avec le développement de maisons bourgeoises à plusieurs patios. Mais il faut attendre les années 1930 pour voir significativement se modifier la physionomie de cet ensemble de rues, avec la construction du barrio obrero sur les pentes proches de la placette de la Mama-Cuchara. À cette époque, à l’instigation de Jacinto Jijón y Caamaño (alors maire et futur président de la République) souhaitant offrir des conditions décentes d’habitat aux ouvriers (salubrité, lutte contre la promiscuité), de grandes parcelles appartenant à la municipalité ont été loties afin d’y construire des ensembles homogènes de petites maisons individuelles. Les premiers résidants se souviennent :

  • 8 Selon Juana Utreras (1996) et aussi selon M. Pasquel (septembre 1991), « Jacinto Jijón y Caamaño y (...)

« La Loma était dans sa majeure partie couverte d’arbres, des eucalyptus. »« En 1915, passé Santo-Domingo il y avait peu de maisons de chaque côté de la rue. C’était couvert de matorral. L’étroite rue était pavée et dangereuse à partir de 6 heures du soir, aussi nul ne s’y aventurait8. »

11Témoignages des générations précédentes

12En écoutant d’anciens résidents de La Loma ou leurs descendants qui rapportent ce qui s’est transmis dans les familles, depuis le début du siècle achevé, on peut imaginer la façon de vivre des gens au fil des générations. Leurs propos abordent de manière moins littéraire et moins complète, mais aussi selon le point de vue d’une population plus modeste, ce qu’Ivan Cruz a si brillamment évoqué.

13Ce qui frappe d’abord, ce sont les pratiques et la tranquillité de la vie quotidienne. Maria Lucila Nolibus de Monténégro, âgée de 70 ans, née dans le quartier et ne l’ayant pas quitté depuis, raconte : « Dans la casa de la Virgen où j’ai toujours vécu (louée par les dominicains à des familles nécessiteuses), nous vivions comme chez nous, en toute tranquillité. Nous nous réunissions entre voisins tandis que les enfants jouaient en toute liberté et sécurité dans les trois patios. » À l’époque, ce quartier avait tous les équipements et les commodités sociales de la vie courante : la paroisse, les écoles, une clinique, des commerces et services de proximité (cordonnier, coiffeur, épiciers, boulangers, etc.). Les Lomanais étaient généralement de condition modeste, mais aussi quelquefois de familles fortunées et illustres (plusieurs médecins, un avocat, le général Julio Andrade, le maire León Larrea). La reconnaissance de l’appartenance au quartier transcendait les classes sociales.

Extensions de La Loma, 1875, 1888, 1903, selon les plans de Manten, Gualberto Pérez, H.G. Higley.
Planche 4
Extensions du quartier de La Loma à la fin du xixe et au début du xxe siècle

© Droits réservés.

« Toute personne étrangère était repérée. Les enfants possédaient la rue où. hors de l’école, ils passaient des heures à jouer, à “voyouter” – c’est-à-dire, comme tous les gamins de la planète, à faire gentiment les quatre cents coups – et se retrouver sous le regard attentif de chacun et la protection de tous. Il arrivait aussi que l’un ou l’autre soit corrigé pour une bêtise par l’une des personnes du quartier qui agissait ainsi avec l’approbation de tous ».

14Ces enfants étaient la première cause de la cohésion sociale du quartier et ensuite, dans leur vie d’adulte, cette époque communautaire de leur enfance complice maintenait étonnamment cette cohésion sociale. En raison d’une histoire commune, vécue de génération en génération, les parents se connaissaient et les commerçants connaissaient leurs pratiques. Dans l’exercice des tâches domestiques, les femmes se retrouvaient fréquemment au lavoir, situé comme aujourd’hui au bas de la rue de Los Milagros.

15Les habitants participaient aux fêtes religieuses traditionnelles dont celles de Noël demeure la plus vivante dans tout le pays, mais aussi aux fêtes patronales de la paroisse, du quartier, de la rue, des corporations, dont la coutume se perd. Ils participaient également aux fêtes profanes qui sont toujours honorées comme les fêtes de Quito (6 décembre) ou du 10 août (fête équatorienne). De nombreuses processions avaient lieu durant le mois de la Vierge. Certaines traditions perdurent, tels les concours annuels de cuisine typique.

16Une atmosphère pieuse et un tantinet superstitieuse planait dans le quartier. « Lorsqu’un décès frappait un foyer, quelques femmes visitaient les familles pour y collecter un peu d’argent pour la petite âme », raconte Nancy Utreras, Lomanaise qui a souvent écouté sa grand-mère évoquer sa jeunesse. « On savait que l’âme du mort se sentirait mieux si les gens qui connaissaient cette personne participaient aux funérailles. De cette façon, ils l’accompagnaient. De même, les femmes rendaient visite aux malades. » Cette tradition n’est évidemment pas exclusive de ce quartier, ni de Quito ou de cette région sud-américaine. Il était encore usuel, il y a deux générations, que dans les villages de France et d’autres pays européens, on passât dans les maisons pour annoncer un décès, que la paroisse collectât « pour les âmes du purgatoire ».

17En outre, de terribles histoires et légendes de fantômes et de diables se racontaient au temps de l’éclairage à la chandelle. On ne sortait presque pas après la tombée de la nuit (vers 18 h 30) et on se couchait tôt.

18Tous ces souvenirs, encore récents, relèvent d’une époque en prise directe avec les coutumes du monde paysan – phénomène mondial – et montre que Quito, jusqu’à il y a peu, fut une ville très provinciale aux mœurs conservatrices. Ce n’est guère que depuis les années 1970, après le boom pétrolier et économique, que la physionomie du quartier a notablement changé. Les plus fortunés, résidants et propriétaires, ont alors déménagé pour des quartiers nouveaux et mieux équipés. Depuis, La Loma est devenu plus commerçante, surtout dans la rue principale. « Ce ne sont plus les mêmes gens qui y vivent », regrette Mme Nolibus : « La population honorable et digne a fui. » Cependant, « le quartier demeure agréable et sociable. Les gens, s’ils ne dialoguent pas autant qu’autrefois, se reconnaissent encore, mais ils se contentent de se saluer et de passer. »

19Malgré la nostalgie de Mme Nolibus, ceux qui habitent ce quartier savent que cette convivialité est loin d’avoir disparu. Les gens se connaissent toujours, se parlent. Les relations de voisinage demeurent très vivaces. Dès l’aube, le petit marchand de journaux distribue sous les portes l’un ou l’autre des deux quotidiens quiténiens : Hoy ou El Comercio. Plus tard, quelques colporteurs passent ou s’arrêtent pour échanger des phrases sur le temps ou les dernières nouvelles avec le commerçant qui ouvre sa boutique. Et ainsi jusqu’au soir où, autour du brasero de la marchande de brochettes, on taille une bavette, tandis que les adolescents se mettent en boîte mutuellement, flirtent gentiment sur le pas des portes ou poursuivent l’interminable narration de leurs exploits ou de celui de leur équipe de football préférée.

20La population et son habitat

  • 9 Ancienne quebrada de Jérusalem.

21Si l’on excepte la partie remblayée du ravin Sanguña9 sur laquelle est installé le Terminal terrestre rattaché il y a peu pour des raisons administratives, La Loma Grande s’étend sur environ 27 hectares. Son espace urbanisé est divisé en 32 îlots (dont 3 non construits), eux-mêmes distribués en 525 parcelles. Sa trame urbaine

  • 10 Françoise Descamps, La Loma Grande y la Plaza de Santo-Domingo, Quito, Libri Mundi. 1994, p. 51.

« se rattache au damier du noyau original par l’axe principal et suit cette organisation générale autant que la topographie le permet. Le tissu urbain devient plus dense à mesure que se construit ce secteur (lots plus petits) ; l’implantation générale se fait en bordure de rue et la construction occupe presque tout le terrain, ne laissant que peu d’espaces libres pour les jardins et les plantations d’arbres. [... Le site est également caractérisé] par la hauteur des édifices qui comptent de un à trois niveaux pour les constructions en bordure de rue, [et par] la densité des constructions (61 % des constructions ont un COS de 76 à 100 %)10 ».

  • 11 Ibid.

22L’analyse du parcellaire est d’ailleurs très instructive. Il n’y a désormais que quelques très grandes parcelles, la plus vaste ayant plus d’un hectare ; les autres sont de taille moyenne, comprise entre 500 et 1 000 m2, ou de petite taille, souvent 100 m2 ou moins. Les parcelles relativement grandes sont les plus anciennement occupées, elles se trouvent dans la partie plane, de part et d’autre de l’artère principale du quartier jusqu’à la place ronde située à l’extrémité de la Mama-Cuchara. Dans les pentes les plus marquées se rencontrent les petites parcelles, notamment chaque fois que sur les bords d’une rue, souvent en impasse, s’est implanté un lotissement, comme dans le « quartier ouvrier », ou de part et d’autre de la rue Liceo qui a vu, « dans les années 1950, la construction de maisons “modernes” pour les classes moyennes11 ». L’ensemble des propriétés foncières est constitué de parcelles très allongées, perpendiculaires à la rue sur laquelle elles se greffent par une étroite façade (de 8 mètres ou moins, souvent, mais pouvant être plus large, exceptionnellement jusqu’à 20 ou 30 mètres). L’habitat en continu, généralement sans retrait par rapport à la rue, donne à ce quartier un aspect très semblable à celui qu’offre l’ensemble de la ville coloniale telle que l’a laissée l’époque républicaine. On ne trouve des immeubles de plus de trois niveaux que dans le « quartier ouvrier » et le long de la rue Montúfar, sur la façade arrière du couvent de Santo-Domingo.

  • 12 Ibid.

23D’après le recensement, La Loma Grande abrite en 1990 une population de 7 363 habitants, répartie en 2 081 logements (soit en moyenne 3 ou 4 personnes par famille), avec une majorité de femmes. Les logements occupent 60 % de l’espace du quartier, le commerce 13 %, le secteur éducatif 10 %, le secteur administratif 5 %, celui du culte 4 %, les ateliers 1 % et les espaces récréatifs accessibles 0,5 %. Il faut y ajouter 6 % de terrains vagues12. Cependant, notre enquête ne recense que 1 411 familles et 534 constructions à usage d’habitation. Ces variations ont des causes multiples analysées ci-après. La comparaison des cartes établies à partir des recensements de 1982 et 1990 permet de saisir les fluctuations et les permanences du peuplement et de formuler quelques interrogations sur leurs causes.

24Certes, le relief influe sur la distribution de la population et des logements par îlot, mais cette influence est sans surprise car les très fortes pentes qui marquent l’extrémité sud-orientale de la « colline » (« croupe » serait un terme descriptif plus exact) ne sont occupées que par quelques constructions. Les îlots à faible densité de peuplement, quel que soit le recensement de référence, sont donc ceux tracés sur de très fortes pentes ou qui abritent une institution ou un service public important, dans le cas présent la police municipale et la Croix-Rouge équatorienne. Viennent ensuite sept îlots dont la densité de peuplement se situe entre 160 et 320 habitants par hectare, mais d’un recensement au suivant cette densité se déplace. Seuls, deux d’entre eux ne changent pas de classe. On observe ces déplacements de population sans que l’on puisse savoir, faute de données chiffrées sur la situation de 1982, si la population a sensiblement varié entre les deux derniers recensements.

25Cependant, la tendance semble être à une baisse de densité nettement perceptible en 1990 en de nombreux îlots, bien que quelques-uns se soient au contraire densifiés, mais on peut penser qu’ils étaient en limite de classe et que quelques unités de plus ont suffi à les faire basculer dans une classe de densité plus élevée. En effet, des îlots à parcelles étroites, et donc d’habitat dense, ont perdu de la population, passant de plus de 480 habitants par hectare à une classe (320-480 habitants par hectare), voire deux (160-320 habitants par hectare) en dessous, ce qui pourrait expliquer cette perte démographique observée entre 1990 et nos enquêtes, la variation étant due aussi probablement à la représentativité relative de notre échantillon. Néanmoins, les enquêteurs ont dans un premier temps recensé toutes les familles, puis, lors des interviews, vérifié et rectifié cette information. On est donc en mesure de dire qu’il y a bien en 1996 environ 1 420 familles résidantes.

26Plus intéressant est de savoir pourquoi certains îlots demeurent densément peuplés d’une manière soutenue entre 1982 et 1990. Une lecture attentive révèle qu’il s’agit de petits îlots qui ont été découpés soit en très petits lots – parcelles de 80 m2 de part et d’autre de la rue Liceo, bordée de maisons en continu, à façade agréable, de deux niveaux –, soit en parcelles un peu plus grandes, mais n’excédant pas 120 m2 cependant, qui ont été loties – quartier ouvrier – d’immeubles collectifs de 4 ou 5 niveaux, quoique certains de ces îlots aient été moins occupés.

Figure 18
La Loma : densité de population par îlot (1982-1990) (hab./ha)

Figure 19
La Loma : densité de logements par îlot (1982-1990) (nombre de logements/ha)

27Autre observation : ce sont plus généralement les îlots situés le long de la Rocafuerte, où se tiennent la plupart des commerces, qui ont vu leur population augmenter. Faut-il y voir une redistribution en baisse de la population accompagnée d’un resserrement des résidants sur la rue la plus active ? Les cartes de la densité de logements par îlot et du nombre de pièces disponibles par habitant ne permettent pas de mieux cibler l’interrogation. Aussi ne voit-on pas comment, avec les informations dont on dispose, on pourrait donner une réponse assurée à cette question.

28En 1982, la densité des logements accompagnait très étroitement la densité de population. En 1990, on retrouve ce même parallélisme, notamment, comme en 1982, pour les îlots les plus peuplés. On note une densité de 120 à 200 logements à l’hectare, et même davantage, dans un îlot qui borde la rue Liceo. On vit d’ailleurs relativement à l’étroit, mais sans excès, dans toute La Loma, puisqu’on 1982 comme en 1990, on ne jouit d’au moins une pièce par personne que dans certains des immeubles collectifs du quartier ouvrier. Partout ailleurs, il n’y a que 3 pièces pour 4 personnes, ou même seulement 2 pièces pour 3 personnes. On note cependant une réelle amélioration en 1990, à l’exception d’un îlot, celui où se trouve « la maison de la Vierge », qui, anciennement urbanisé, présente des conditions moins confortables et a perdu une grande partie de sa population entre les deux recensements. Il est actuellement en cours de restauration. Cette amélioration est vraisemblablement le résultat du « desserrement » des familles à la suite du départ d’une partie de leurs membres.

  • 13 Nous rappelons que la cohabitation est la relation entre la quantité de pièces habitables dans chaq (...)
  • 14 L’année 1995 retenue est incomplète, car l’enquête fut réalisée en novembre. Il faudrait redresser (...)
  • 15 René de Maximy, « Âge et sexe ». in AIQ, planche 1 1.
  • 16 Taux de sondage de l’enquête : 25,25 % des logements.

29En revanche, si les conditions générales de cohabitation13 se sont améliorées entre 1982 et 1990, compte tenu que le quartier de La Loma, très densément construit, comme l’ensemble du Centre Historique hors des domaines ecclésiastiques, est soumis à un règlement très strict interdisant toute modification d’importance – comme, par exemple, de construire un étage supplémentaire sur des murs anciens, d’abattre des maisons basses pour les remplacer par des maisons plus hautes, ou encore d’ouvrir un mur pour aménager une vitrine –, on peut en déduire que la population a diminué, qu’une partie en est soit décédée sans avoir été remplacée, soit partie vers d’autres quartiers. Ce que corrobore l’histogramme des classes d’âge construit sur les données du recensement de 1990. La population accuse un déficit de plus en plus accentué des classes d’âge de moins de 18 ans, avec une très forte diminution dans la classe de 5 à 10 ans, signe d’un vieillissement allant en s’amplifiant. Mais, paradoxalement, en 1990, la classe des 1 à moins de 5 ans s’élargit fortement, annonçant un renouveau que la classe des moins de 1 an ne permet pas de confirmer14. L’enquête EBAQ (1995) met de son côté en évidence le ralentissement des naissances, mais sans rétrécissement alarmant de la base de la pyramide. Celle de 1995 est tout à fait identique à celle établie avec les données de 1982, poul-les anciens quartiers de Quito15. D’après celle-ci, on se trouve en présence d’une population qui assure son renouvellement, sans plus. Le taux de masculinité, qui était, en 1990, de 100 femmes pour 87 hommes, reste inchangé en 199516, indiquant une sorte de stabilité.

Figure 20
La Loma : population en 1990

Source : Recensement INEC.

Figure 21
La Loma : pyramide des âges en 1995

Source : Enquête EBAQ.

  • 17 Peut-être est-ce dû à une représentativité incertaine de notre échantillon quant à cette question.

30Mais ce taux, s’il est stable globalement, traduit de fortes fluctuations pour peu qu’on en détaille les aspects selon les classes d’âge. Ainsi, le déficit des garçons de moins de 10 ans est très accentué17, mais de plus de 10 ans jusqu’à 30 ans les hommes prédominent nettement, pour ensuite décroître relativement régulièrement. L’observation d’une prépondérance sans conteste des femmes à partir de 35 ans signifie-t-elle un abandon du quartier par les hommes et une population de femmes seules avec enfants ? Ou est-ce une mauvaise représentativité de l’échantillon pour cette question ? Voire une situation fortuite ? Ou encore quelque autre réponse peut-elle être faite ? C’est une question qu’on peut se poser, mais nous n’avons aucune donnée pour l’expliquer.

San Juan

Situation et site

31Plus récent, le quartier de San Juan a dû se développer sur un site beaucoup plus accidenté. On peut le dater, hors sa partie la plus ancienne, de la fin du xixe siècle et du début du xxe. Il ne doit son existence actuelle qu’à la nécessité, alors, de trouver de nouveaux terrains à bâtir qui puissent accueillir les Quiténiens trop à l’étroit dans la ville et ne pouvant néanmoins s’en éloigner exagérément. Les terrains relativement peu pentus et encore vacants de la paroisse de Santa Prisca, en bordure occidentale du parc de l’Alameda, se révéleront alors très attractifs. Une population de petite bourgeoisie aux revenus modestes mais non dérisoires s’y installa. Puis, le temps passant et la ville se desserrant en même temps que sa population augmentait significativement, les pentes plus fortes furent à leur tour progressivement occupées. La proximité de la ville commerçante justifiait à tout prendre les travaux d’urbanisme sur ces terrains difficiles plutôt qu’une urbanisation moins contraignante mais en des espaces trop éloignés du Centre pour qui se déplaçait encore uniquement à pied.

32Implanté sur 34 hectares au nord du Centre Historique, le quartier de San Juan, tel qu’il se présente en cette fin de siècle, s’étend sur un site fortement pentu – valeur des pentes presque nulle part inférieure à 5 %, plus généralement située entre 10 et 20 % – aux assises de cendre volcanique stabilisée et protégée par une croûte de cangahua. Il occupe les ultimes contreforts du Pichincha, dominant à son occident la vallée synclinale sur laquelle s’étend la ville. C’est l’un des deux reliefs qui ferment le centre colonial en ses limites nord-nord-est. Dès la moitié du xviiie siècle, sa partie basse participe à la vie citadine. Il y avait là d’assez nombreuses petites maisons, des petites fermes probablement, disséminées sur les pentes basses.

33Ce site imprime sa marque au quartier. On peut le définir soit par les espaces au relief moins accentué, donc plus aisément urbanisable, et par d’autres dont l’occupation motive d’importants ouvrages de soutènement des pentes construites et de reprofilage, le plus souvent en déblai, des espaces linéaires qu’empruntent les rues ; soit en donner une description distinguant en sa partie sommitale un espace relativement plat et étroit aménagé en belvédère d’où l’on découvre le septentrion de Quito, puis, après des pentes de 10 à 15 %, un faux plat dont le contour est grossièrement en forme de poire, bordé au sud et au nord d’abrupts dont par endroits les pentes dépassent les 50 %, prolongé d’une nouvelle partie très déclive qui l’enveloppe d’un talus d’une valeur de pente de 5 à 10, voire jusqu’à 50 %, où de nombreuses rues se terminent en escaliers. Enfin, au contact avec la partie la plus ancienne de la ville, le relief s’apaise.

Les limites d’avant 1995, qui ont été retenues dans notre étude, sont indiquées par des tirets ( – – – ) lorsqu’elles sont différentes des limites actuelles.
Figure 22
San Juan : limites et rues principales depuis 1995

  • 18 Les cartes de l’ensemble de Quito montrent cependant que ce plan en damier disparaît dès que l’espa (...)

34En d’autres contrées, non soumises aux directives de Philippe II qui ne furent jamais remises en question, le tracé des voies aurait probablement épousé les formes d’un relief contraignant. Mais ici, comme presque partout dans Quito, c’est le tracé en damier qui s’est imposé, quoique dans ses parties les plus abruptes des distorsions plus ou moins fortes indiquent une adaptation partielle de la trame aux impératifs morphologiques18.

35L’ancienneté du quartier, sa proximité du Centre Historique qui était, jusqu’au début du xxe siècle, toute la ville, la tradition du tracé en damier sont cause de gigantesques travaux d’aménagement qui n’ont pu se faire, initialement, que parce que les coûts de la main-d’œuvre étaient alors dérisoires. Ces travaux entrepris, dont les plus récents sont liés au percement des tunnels qui absorbent les voies rapides et périphériques, sa consolidation achevée et son intégration manifeste au Quito historique et utile en font un lieu qui. sans être des plus huppés et attractifs, sera préservé de l’abandon. Cependant, il ne représente guère d’intérêt politique et son intérêt économique, fondé sur des activités usuelles, n’a pas de rôle d’entraînement, d’où les apparences de dépôtoir ou de rebut qu’il revêt par endroits. La municipalité ne s’en soucierait guère, à ce que disent ses habitants, et on peut se demander si, actuellement, on entreprendrait de tels ouvrages pour implanter un tel quartier, ce qui n’empêche que soient acceptés par les services compétents de l’hôtel de ville de nombreux autres secteurs en voie de consolidation, implantés sur des sites réputés inconstructibles et, malgré tout, squattés. À Quito, de toutes manières, des quartiers continuent à se construire en violation du plan d’occupation des sols et de la réglementation urbaine.

Figure 23
San Juan : croquis morphologique

36Quoi qu’il en soit, ses pentes extrêmement fortes expliquent les énormes murs de soutènement qui les consolident, tant au nord qu’à l’est et au sud, ainsi que ses nombreuses rues tracées en déblai et plus rarement en corniche, se terminant en impasses ou se prolongeant en des plongées d’escaliers immenses le rattachant à la ville basse dont l’avenue Occidentale et un échangeur à l’entrée des tunnels autoroutiers l’ont relativement isolé. Désormais, sur le flanc nord, on y accède depuis les hauts des quartiers de Miraflores et América dont il n’est qu’un prolongement vers le haut et vers le sud.

Promenade dans le quartier

37Avant d’analyser les déclarations concernant leur logement, leurs activités, leur quartier, la ville et la politique urbaine, une flânerie dans le haut lieu des Sanjuanais paraît pertinente. Que l’on parte du Centre, de América à l’est ou de Miraflores au nord, il faut pour y accéder gravir d’abord de fortes pentes. Les voitures n’ont que trois itinéraires possibles, l’un zigzaguant depuis sa partie la plus basse et la plus ancienne, les deux autres l’abordant ou latéralement par le nord ou par le haut après avoir trouvé l’entrée quasi confidentielle d’une rue en S du sud-ouest du Quito colonial. Mais à pied, tout est plus direct à condition d’avoir assez de souffle pour escalader d’immenses escaliers, dont ceux forts raides qui dominent le marché des Ipiales, chemin obligé pour tant de ménagères qui vont s’y approvisionner. Dans les quartiers huppés du nord de Quito, on dit de ces grands escaliers que ce sont des endroits mal famés où l’on risque sa bourse et davantage. Cette affirmation ne résiste pas à la pratique, au contraire. Car ces longues montées haletantes – il ne faut pas oublier que l’on est à près de 3 000 mètres ! – supposent plus d’une pause, occasion de salutations, d’échanges et de menus propos avec ceux que l’on croise. Ces risques, au dire des Sanjuanais eux-mêmes, existent bien, mais la nuit surtout et en d’autres lieux, tels les abords de l’ancien hôpital militaire où s’échange de la drogue.

38On se trouve alors en plein quartier, une sorte d’espace séparé, ouvert par ciel dégagé sur la splendeur des Andes. En effet, ce sont l’altitude et les escaliers qui créent la séparation. Une fois passé ces « portes » aux degrés innombrables, on se retrouve au-dessus des rumeurs de la ville ; le reste de Quito est loin, on peut le regarder de haut. Fréquemment en matinée, sur l’horizon, peuvent être contemplés les glaciers du Cayambe au nord, de l’Antisana à l’est, du Cotopaxi qui semble en bordure sud de la ville. À l’ouest, très proches, les extensions récentes construites dans la précarité et hors de tout contrôle municipal envahissent les pentes et depuis peu d’années séparent ce quartier, auquel ses résidants se disent tant attachés, des espaces ruraux du Pichincha.

39Les rues aussi ont leur charme. Les voitures les empruntent à l’unité et le bruit des bus, moteur au paroxysme, carrosserie grinçante, se fait entendre avant qu’on ne les voie. Aux heures creuses, les gens passent sans urgence sous le regard des boutiquiers. Un homme lave ici sa voiture et, là, un autre maçonne quelque bout de mur tandis que des enfants jouent à la balle. Des désœuvrés s’occupent à ne rien faire.

40Les vendeurs ambulants, porteurs d’eau, marchands de fruits ou de légumes et acteurs de tous ces petits métiers, dont on a vu que le souvenir peuplait de nostalgie la mémoire de tant de vieux Quiténiens, ont été remplacés par d’autres vendeurs désormais motorisés et qui ont essaimé dans l’ensemble de la ville actuelle. Contrairement à La Loma où cet aspect de la vie du quartier a disparu avec l’automobile, car la circulation des véhicules, particulièrement difficile, dissuade les commerçants ambulants motorisés, dès l’aube les Sanjuanais sont sollicités par les haut-parleurs des marchands de légumes et de fruits ou de bouteilles de gaz qui sillonnent les rues en camionnette. Il n’y a plus guère que les colporteurs de babioles, balais ou serpillières qui vont à pied. Mais aussi, en début d’après-midi, passe très régulièrement à la même heure la citerne de lait frais. C’est un service municipal qui, sur une musique joyeuse en vantant les mérites, propose à chaque coin de rue, à prix modique, du lait aux ménagères et fillettes qui attendent casserole en main.

41La flânerie n’est pas sans surprise. Ici, derrière un mur d’adobe, des arbres annoncent un jardin où des coqs chantent, c’est un élevage de poulets ; là, c’est un professeur retraité en mal de discours qui vous interpelle et vous conte la construction de sa maison et cinquante ans de sa vie perchée dans les hauts de San Juan ; et plus loin, une esplanade d’où tout le nord de la ville se découvre. Les jeunes y jouent, les amoureux y roucoulent, l’étranger indiscret s’arrête.

  • 19 Il s’agit d’un jeu immémorial. Il se jouait déjà avant l’arrivée des Incas. Il s’apparente au volle (...)
  • 20 Cf. Gente de Quito, op. cit. ; et aussi les résultats des enquêtes EBAQ archivées au CEDIME à Quito (...)

42Le samedi et le dimanche, la rue s’anime, on joue à l’ecuavole 19qui se pratique à six (deux équipes de trois joueurs) dans les parties suffisamment planes de certaines rues que l’on barre d’une ficelle tendue entre deux façades en guise de filet. L’automobiliste éventuel n’a plus qu’à attendre sans impatience que le point se termine pour que, gentiment, on lui ouvre le passage. Les dimanches, beaucoup de passants ou de badauds soignent leur tenue : c’est jour de convivialité débonnaire. On peut ainsi passer des heures de paix. Tout n’est pas si bucolique qu’il y paraît, certainement. mais on ne peut nier que San Juan – et de beaucoup d’autres quartiers de Quito, même récents, émanent des impressions similaires – est un espace « pur » qui fonctionne comme si la ville n’avait encore que quelque 100 000 habitants, ce que confirme l’analyse des réponses faites lors des enquêtes20.

Cartographie et aspects urbanistiques

43Ce rythme de vie et la forme d’occupation humaine relativement différenciée se traduisent plus par leurs caractéristiques sociales et fonctionnelles, singulièrement les questions d’accessibilité, que par le mode de composition urbaine et l’architecture. En effet, les maisons, généralement modestes, jointives et sans style, sont peu élevées. Rares sont celles qui atteignent quatre niveaux. Cependant le COS est important : 70,6 %. L’analyse succincte du parcellaire révèle la multiplicité et la petitesse des parcelles, ainsi que la densité du bâti, donc le morcellement de la propriété. On est loin des solares qui divisaient initialement chaque îlot en quatre.

44On compte 64 îlots construits occupés par des logements, 2 314 maisons sur 1 150 parcelles. En 1982, 14 535 habitants occupaient 3 479 des 3 560 logements recensés. En 1990, on recense 4 481 logements pour une population de 15 072 habitants. Ces variations proviennent essentiellement du changement des limites du quartier, les données du recensement de 1990 ayant été données en prenant en compte les nouvelles limites décidées par la municipalité, excluant San Juan Alto et incluant quelques tronçons de rues du Centre Historique compris précédemment dans le quartier González Suárez. Elles ne sont pas exactement comparables et ne sont fournies qu’à titre indicatif (cf. figure 22).

  • 21 Le terme de condominium (en espagnol condominio) désigne depuis une génération environ des lotissem (...)

45Actuellement, dans les limites anciennes du quartier, les logements occupés doivent avoisiner les 4 500. L’enquête de 1995 fournit des précisions supplémentaires. Ainsi, une forte majorité des maisons sont construites en continu, le long des rues. Une sur dix seulement de celles étudiées dans l’enquête est en retrait par rapport à la chaussée, et quelques-unes, moins de 2 %, sont dans un condominium21. Plus de la moitié des logements sont dépourvus de la jouissance ne serait-ce que d’un petit jardin privé, d’un patio ou de la présence devant leur porte de quelques massifs de fleurs. En outre, seuls 55 interviewés disent avoir à proximité de chez eux un terrain de jeux, un lieu de promenade, ou les deux.

46On a vu que San Juan est implanté en un site montueux et très accidenté, c’est par des escaliers qu’on accède à 15 % des logements. Et si, rarement, on rencontre des maisons au bout d’un sentier, comme le révèle l’enquête, cela ne signifie rien d’autre que la jouissance d’un court chemin privé, non asphalté. Le relief impose aussi quelques impasses, ce qui n’est pas nécessairement négatif. Il n’en est pas moins vrai que des personnes déclarent que le lieu de leur implantation est instable, trop proche des fortes pentes ou d’un ravin ; de nombreuses autres se plaignent de ce que le quartier est ancien, mal entretenu et oublié par la municipalité, ce qui n’est pas complètement dénué de fondements.

47La comparaison des cartes de densité établies à partir des recensements de 1982 et 1990 est très instructive, elle permet une analyse particulièrement éclairante. On s’attend à ce que les variations de relief aient un impact sur la distribution des logements par îlot et son complément, le nombre de pièces habitables mis en relation avec la population résidante, tels que saisis par les recensements. C’est indubitablement le cas ; les parties les plus accidentées sont aussi celles où en 1982, et avec moins d’intensité en 1990, se rencontrent les pires conditions de cohabitation : très forte densité relative, compte tenu du type d’habitat concerné, grand nombre de logements à l’hectare, grande promiscuité à l’intérieur des logements. Ce n’est pas fortuit, car, compte tenu de la moindre attraction du terrain, moins agréable à occuper à cause justement de déclivités plus accentuées, c’est là que se trouvent les logements les plus étroits, donc les moins chers et aussi les familles ayant le plus grand nombre de jeunes enfants. Les critères économiques s’y conjuguent avec la topographie. Ainsi cinq îlots, situés entre les rues Nicaragua et New York, au contact de San Juan Alto dont ils font morphologiquement partie, et le bas de San Juan présentent une situation de cohabitation particulièrement difficile : très forte densité et très grande promiscuité. On n’y observe aucun changement significatif entre 1982 et 1990. Ce ne sont pourtant pas des îlots peuplés d’une population statistiquement différente (âge, CSP) de celle que l’on rencontre dans le reste de San Juan Alto, où le COS est d’ailleurs nettement plus élevé que ce qu’autorise la réglementation municipale !

  • 22 D’après le recensement de 1990, la situation s’est améliorée. Mais comment et pour quelles raisons  (...)

48L’économie a un tout autre poids. En effet, la valeur marchande du terrain impose sa loi. Ce sont les îlots les plus proches de la partie la plus active du Centre Historique qui abritent, à surface comparable, le plus grand nombre de logements. En 1990, on peut en rencontrer de 150 à 200 à l’hectare, voire plus, alors qu’il y en a entre 120 et 150 dans les pentes basses mais fortes de San Juan et autour de 100 dans sa partie la plus élevée, avec aussi, il est vrai quelques îlots abritant plus de 120 logements à l’hectare. En revanche, si la densité de logements par îlot diminue au fur et à mesure que l’on s’éloigne des rues attractives, la taille des logements et leur densité d’occupation augmentent : en 1982, il y avait 3 ou 4 pièces habitables pour 4 personnes résidantes dans le bas de San Juan, tandis que dans la partie haute, c’était 1 ou 2 pièces pour 3 personnes. Donc, en situation extrême, en 1982, lorsqu’un résidant disposait d’une pièce pour lui seul dans la partie la plus ancienne et la plus proche du Centre, 3 personnes s’entassaient dans une seule pièce dans sa partie la plus récente et la plus éloignée22. En 1990, ces conditions se sont améliorées.

49Il s’agit de savoir pour quelles raisons et à quelles conditions. Serait-ce une cause démographique : le résultat d’un vieillissement provoqué par le départ des plus jeunes à la recherche d’une autre vie, d’un logement ou d’un emploi, ou simplement par la disparition des plus âgés non compensée par un renouvellement naturel, ou migratoire ? Ou une cause sociale : amélioration sensible des conditions et des manières d’habiter ? L’intérêt de cette interrogation est évident : si l’on est en présence d’un vieillissement, cela entraînera, à terme, une probable dégradation du quartier, par manque de forces vives à suffisance pour en assurer l’entretien quotidien qui relève d’abord des habitants ; si l’on est en présence d’un changement vers de meilleures conditions de vie, plus de confort entre autres, alors, au contraire, on peut espérer aussi une amélioration sensible de l’entretien quotidien du quartier.

Figure 24
San Juan : densité de population par îlot (1982-1990) (hab./ha)

Figure 25
San Juan : densité de logements par îlot (1982-1990) (nombre de logements/ha)

Analyse de l’occupation du site

50Les cartes de densité montrent que cette évolution n’est pas aussi évidente. En effet, surtout en 1982, la densité de peuplement est généralement plus forte là où il y a moins de logements, accentuant ainsi ce qu’enseigne la carte donnant le nombre de logements par îlot, et que confirment les informations fournies par la carte sur la cohabitation. De cela, on peut également supposer que les structures d’habitation sont mieux adaptées aux conditions de vie urbaine dans les parties basses de San Juan : plus grands édifices, vraisemblablement plus fonctionnels, distribution plus rationnelle des logements et, à l’intérieur de chacun d’eux, des pièces habitables. C’est là une autre génération et un autre type d’habitation où ne se rencontrent pas (ou plus) des maisons de type rural et traditionnel comme on peut encore en voir dans San Juan Alto. La lecture de ces cartes exprime, ainsi et déjà, une hiérarchisation urbaine et probablement sociale de l’espace sanjuanais.

Démographie, activités et comportement : analogies et différences entre les deux quartiers

  • 23 Le système d’information géographique Savane a été mis au point par Marc Souris, alors chargé de re (...)

51Pour vérifier ces observations encore trop succinctes, il faut en savoir plus, d’une part sur l’ensemble de la population de ces deux quartiers, d’autre part sur leurs caractéristiques démographiques, enfin sur leurs particularités socioprofessionnelles et d’activité. Les graphes et les cartes tirés des derniers recensements et réalisés à l’aide du SIG Savane23 permettent de les visualiser.

52Les analogies entre La Loma et San Juan sont grandes, il y a cependant quelques différences significatives. Ainsi, le vieillissement de la population de San Juan paraît plus ancien et plus ancré que celui observé à La Loma, qui continue à fluctuer d’un recensement à l’autre (cf. figures 20, 21,26, 27 et 28).

  • 24 Cette dernière information n’a pu être obtenue de la municipalité, elle manque dans la BDU du SUIM. (...)
  • 25 Henri Godard, René de Maximy, « Classification et analyse des quartiers ». in AIQ, planche 33, et « (...)
  • 26 99 %, les quelques personnes qui manquent sont celles qui n’ont pas fourni de réponse sur ces quest (...)
  • 27 C’est-à-dire de la population âgée de 18 à 65 ans.

53Les pyramides des âges construites pour 1982 (recensement) et 1995 (enquête), distribuées par tranches quinquennales et selon le sexe, ainsi que l’indice de masculinité établi selon les mêmes sources font apparaître un changement significatif entre ces deux dates, changement confirmé par la distribution asexuée du recensement de 199024. Ne disposant pas pour La Loma de fiche signalétique fondée sur le recensement de 1982 et sur les enquêtes de 1987 telle que proposée dans l’Atlas de Quito, on ne possède que les cartes fournies par la direction de la Planification (SUIM) de la municipalité, ce qui ne permet pas une comparaison significative assurée25. À défaut de ces informations, on a, tirée de l’enquête EBAQ et des cartes établies à partir des données de 1982 et 1990, la distribution par catégories socioprofessionnelles (CSP) de la population économiquement active (PEA). Sur 1 302 personnes recensées, 1 28 926 ont été prises en compte dans l’analyse des activités déclarées, rémunérées ou non. De celles-ci, 39 % concernent la PEA et 64 % des personnes en âge légal de travailler27. Ce qui veut dire qu’à La Loma un travailleur, en plus de lui-même, a plus ou moins deux autres personnes à charge. À titre de comparaison, sur l’ensemble de Quito ces chiffres sont de 53 % des personnes en âge de travailler.

  • 28 Cf. René de Maximy, « Âge et sexe », in AIQ.
  • 29 Moins de 320 habitants à l’hectare, alors qu’on rencontre assez fréquemment des îlots ayant une den (...)

54Au vu des cartes tirées des deux derniers recensements et selon les âges et les activités économiques exercées, la population vieillit ou, tout au plus, se maintient sans croissance, ce qui, jusqu’à une date récente, était plutôt le propre d’une population aisée caractéristique surtout des pays riches, mais qui est, désormais, la marque d’un changement rapide de comportement social et collectif. Cela est déjà sensible en 198 228. En effet, alors, les moins de 6 ans n’excédaient pas 15 % de la population totale, sauf dans six îlots peu peuplés au demeurant29 ; ceux des tranches 6-12 ans et 12-18 ans accusaient cette même faiblesse relative. Les Lomanais âgés de moins de 18 ans ne représentaient en aucun îlot plus de 45 % de la population totale, ce qui signifiait qu’il y avait au mieux deux adultes pour deux enfants mineurs. Ces adultes formaient presque partout près de 60 % de la population et les retraités étaient, comparativement à l’ensemble de Quito, relativement nombreux.

  • 30 Surtout rues Pontón, Liceo et Vásconez.
  • 31 Le sous-quartier situé entre les rues Rocafuerte et Antonio-Rivera.

55En 1990, les cartes sont plus explicites et l’on voit mieux l’implantation par îlot des Lomanais selon leur âge. Ainsi, la population de moins de 6 ans se localise dans les parties centre-sud30 et nord-orientale du quartier31. Encore entre 6 et 12 ans, en quelques îlots de ces secteurs, le pourcentage excède la moyenne de La Loma, mais lorsqu’on considère la tranche 12-18 ans, la situation est conforme au reste du quartier. Cela est tout à fait cohérent avec la reprise de croissance de la classe des moins de 5 ans que montre l’histogramme de 1990. Cette reprise serait donc imputable, vraisemblablement, à un mouvement qui s’est produit dans les deux secteurs du quartier que l’on a signalés. Pour savoir exactement ce qu’il en est, une petite enquête complémentaire serait nécessaire auprès des familles résidant en ces îlots. De toute manière, le pourcentage des moins de 18 ans diminue d’environ 5 % par rapport au recensement de 1980.

Figure 26
San Juan : population en 1990

Source : Recensement INEC.

Figure 27
San Juan : pyramide des âges en 1982

Source : Recensement INEC.

Figure 28
San Juan : pyramide des âges en 1995

Source : Enquête EBAQ.

Tableau 2 Répartition des CSP de la population lomanaise fin 1995 selon EBAQ

Tableau 2 Répartition des CSP de la population lomanaise fin 1995 selon EBAQ

56Les cartes enseignent aussi qu’il y en a davantage qui ont dépassé la trentaine que de jeunes adultes, mais ceci n’est pas significatif dans un quartier ancien où les clivages initiaux, s’il y en eut, se sont estompés depuis des générations. Il eût été étonnant que la situation soit autre puisque les 30-60 ans regroupent deux fois et demie plus d’années que les 18-30 ans !

  • 32 Notamment celles qui ont été compilées, cartographiées et analysées dans l’At/as infographique de Q (...)

57Ce constat démographique fait sur un quartier ancien reflète assez bien, à ce qu’on sait selon d’autres sources32, la situation de ce qu’on pourrait appeler « l’ancien Quito ». L’analyse de la distribution spatiale des catégories socioprofessionnelles telle que les cartes de 1990 permettent de la saisir fixe plus précisément ce que sont les occupations les plus fréquentes des Lomanais.

  • 33 Cf. le rapport établi par le CEDIME et l’ORSTOM, El centra histórico, datos y análisis de los censo (...)

58Le premier constat est le peu d’importance des cadres – moins de 5 % –, situation qui correspond à la désertion des vieux quartiers, trop étroits et inconfortables à leur goût et non conformes à l’expression mondaine et sociale de la vie citadine telle qu’ils l’affectionnent désormais. Pour les autres activités, La Loma est également une fidèle expression des spécificités professionnelles que déclarent les résidants du Centre Historique. On a vu que les logements y sont remplacés par des boutiques et des entrepôts et que seuls les secteurs de sa périphérie maintiennent une vraie vie de quartier33. De ceux-ci, la Recoleta, La Loma, San Marcos, San Blas et la Tola, ainsi que, en limite nord-ouest du Centre Historique, San Juan, sont les plus équilibrés. À La Loma, hors le quartier ouvrier et quelques autres îlots où ils sont peu représentés, entre 15 et 23 % de la PEA sont occupés dans les activités de service autres que le commerce. Comme dans tout le Centre Historique, les commerces (généralement le petit commerce) emploient un quart à un tiers des actifs. Un tiers des îlots n’en abritant que moins de 20 %, partout ailleurs cette proportion se situe entre un cinquième et un quart ou un quart et un tiers. Quant aux travailleurs manuels, artisans et ouvriers confondus, ils forment une classe socioprofessionnelle au moins aussi importante que celle des commerçants : de 20 à 40 %, à l’exception de onze îlots, un tiers de l’ensemble, dont celui qui abrite les services administratifs de la police municipale.

59Bref, à ce que révèle la cartographie tirée du recensement de 1990, les Lomanais sont de laborieuses petites gens, bien ancrés dans leur genre de vie et faisant montre d’une forte stabilité sociale. Il reste à voir ce qu’il en est réellement en 1995, d’après les déclarations des 331 représentants des 331 logements où s’est déroulée l’enquête EBAQ. En 1982, les pyramides comparées de l’ensemble de la ville de Quito et de San Juan montrent que si Quito, tous quartiers confondus, a une population à base relativement étroite, indiquant une stabilisation de la croissance naturelle, San Juan paraît déjà amorcer un certain vieillissement, les générations à fort taux de natalité ayant 20 ans et plus, la base de la pyramide se rétrécissant significativement. En 1995, cette pyramide prend une forme très affirmée d’as de pique qui ne laisse aucun doute sur le vieillissement amorcé et poursuivi de la population.

  • 34 Cf. les histogrammes de population des deux recensements et de l’enquête.

60Pour San Juan, le recensement de 1990 ne traduit pas exactement cette tendance. Après un manque étonnant d’individus dans la classe des 5-10 ans et 10-12 ans, apparaît une augmentation très sensible des moins de 5 ans, malgré un déficit assez surprenant des moins de 1 an. Mais, nonobstant cette apparente embellie, le rétrécissement de la base de la pyramide se maintient depuis 1982. Même si l’enquête de 1995 l’amplifie exagérément, on ne peut l’ignorer. Le phénomène, dans ce quartier, n’est donc pas circonstanciel mais structurel34.

61À San Juan, les jeunes générations n’assurent plus la relève. Cependant, pour l’ensemble de la ville, la situation, au contraire, paraît plus satisfaisante en 1990 qu’en 1982. En effet, au dernier recensement, la base de la pyramide décrivant les âges de la population quiténienne révèle un relatif élargissement qui laisse supposer soit que l’immigration des jeunes adultes s’est ralentie, soit que les nouveaux venus de 1982 ont entrepris d’assurer leur descendance, soit plus vraisemblablement la conjonction des deux phénomènes. Il faut probablement imputer d’abord ce retournement de tendance au dynamisme démographique des quartiers populaires les plus récents. Cela renforce l’idée que la situation démographique de San Juan est, plus encore qu’à La Loma, inhérente à son ancienneté, à son site et à une perte d’attractivité généralisée du Centre, liée au déplacement vers le nord du centre des affaires.

  • 35 En 1995. l’échantillon, insuffisant, ne permet que de présenter une tendance.
  • 36 Les très forts et très soudains écarts montrent la mauvaise représentativité, à cette échelle d’ana (...)

62Les taux de masculinité par classes d’âge de 1982 et 199535 ont une certaine ressemblance, quoiqu’on note qu’actuellement les garçons sont, dès l’âge de 10 ans, moins nombreux que les filles, pour ensuite devenir, entre 25 et 40 ans, plutôt plus nombreux36. En définitive, la population masculine, en 1995, subit globalement moins de fluctuations qu’en 1982, signe peut-être d’une amélioration des conditions d’hygiène et de travail. En effet, les travailleurs manuels sont surtout des hommes et ce type d’activité est plus usant, les risques d’accidents du travail y étant plus nombreux que partout ailleurs. Or, en 1982 on comptait environ 36 % de travailleurs manuels à San Juan. Treize ans plus tard, on n’en compte plus que 14 %, soit en valeur relative deux fois et demie moins. Même si la représentativité de l’échantillon est ici encore sujette à controverse, la différence est trop grande pour qu’elle soit fortuite : il y a bien un changement d’activité professionnelle pour ceux de San Juan entre les deux années considérées. La consolidation de la structuration du quartier et de son habitat ainsi que les conditions de vie s’en ressentent.

  • 37 Cf. la fiche signalétique de ce quartier établie à partir des données INEC de 1982 et, pour les act (...)

63Les distributions comparées des personnes économiquement actives en 1982 et 1995, distribuées par catégories socioprofessionnelles37, se présentent ainsi terme à terme :

Tableau 3 Distribution comparée de la PEA par CSP des Sanjuanais en 1982 et 1995 (en %)

Catégories socioprofessionnelles

1982

1995

Variations en valeur absolue

Variations en valeur relative

Cadres

20,4

23,7

+ 3,3

+ 16

Employés

31,8

41,7

+ 9,9

+ 31

Commerçants

12,0

18.8

+ 6,8

+ 57

Artisans

8,3

6,2

– 2,1

– 25

Ouvriers qualifiés

14,0

4.9

– 9,1

– 65

Ouvriers sans qualification

13,5

2,7

– 10,8

– 80

64Entre 1982 et 1995, on constate à San Juan une grande stabilité de la PEA, mais une très forte modification de la distribution professionnelle de cette population. On vient de mentionner la diminution spectaculaire des professions manuelles – moins 22 %. Plus de la moitié des enfants d’ouvriers, qui étaient précédemment ouvriers à leur tour, et ceux d’un artisan sur quatre sont devenus employés, ce qui va de pair avec la prépondérance de plus en plus lourde, dans l’économie moderne, des activités de service. Mais le niveau d’instruction s’est lui aussi amélioré, puisque entre 1982 et 1995 l’augmentation des cadres est de 16 % ! D’ailleurs, à San Juan en 1982, 11 % de la population était scolarisée et, en 1995, selon notre enquête, ce chiffre passerait à 28 %. Ce pourcentage étonnamment fort est biaisé par la présence de nombreux étudiants étrangers à Quito, qui logent, pour la durée de l’année académique, dans ce quartier proche de leur université. Cependant, il est certain que s’il n’y a pas relativement plus d’enfants recevant une scolarité minimale, la durée de scolarité de chacun d’eux est en très forte augmentation.

65On vient de voir que les cadres sont aussi en lente augmentation. Selon les cartes localisant les actifs, ils résident surtout, en 1990 comme en 1982, dans les parties basses du quartier. Cette localisation n’est pas surprenante : ce sont les plus attractives, partant les plus chères, que seules des familles ayant un certain revenu peuvent occuper. Les employés se répartissent davantage sur l’ensemble du site. Ils constituent presque partout 30 à 45 % des actifs rémunérés résidants et, comme les cadres, se retrouvent encore plus nombreux – jusqu’à 60 % des actifs rémunérés –, dans le bas de San Juan ou dans les secteurs relativement peu pentus de San Juan Alto. Les commerçants, pour leur part, sont davantage attirés par les principaux axes de trafic, les rues les plus passantes. Ce qui ne peut étonner, l’enquête apprenant que la majorité d’entre eux pratique des activités de distribution rapprochée et réside sur le lieu de ses activités. Mais, en tout état de cause, ils ne représentent que 20 à 25 % (près du marché 25 à 34 %) des actifs déclarant un emploi dans les îlots où ils sont le plus présents, sauf en la partie basse, plus commerçante, où ils peuvent atteindre aussi 25 à 34 %, voire plus, des professions rencontrées. Les travailleurs manuels sont minoritaires, presque complètement absents du bas de San Juan, un peu plus de 20 % dans San Juan Alto et jusqu’à 40 à 60 % – probablement plus près de 40 que de 60 % – en quatre îlots au site particulièrement pentu.

66Ainsi, deux San Juan se profilent : San Juan Alto, plus laborieux, plus manuel, et le bas de San Juan, plus commerçant et peuplé de gens exerçant des professions mieux rémunérées (cadres) ou, sinon bien rémunérées, du moins salariées (les artisans et les commerçants n’entrant pas dans cette catégorie), donc au revenu régulier. Le redécoupage administratif récent a séparé San Juan Alto du bas de San Juan, comme si la municipalité voulait renforcer administrativement cette disparité, agissant selon les règles de la Charte d’Athènes si scrupuleusement suivies par G. Jones Odriozola, auteur du plan directeur de 1946, alors que depuis les excès ségrégatifs du fonctionnalisme ont été depuis fortement et justement dénoncés.

Résidants, milieu et rythmes de vie

  • 38 607 de sexe masculin, 695 de sexe féminin, indice de masculinité 87,3 % qui semble généralisé dans (...)
  • 39 Ancien hôpital Pasteur, désormais restauré mais affecté à d’autres fonctions.

67À La Loma, les 331 familles interviewées regroupent 1 302 personnes38. De celles-ci, 35 occupent seules toute une maison ; les autres se la partagent en deux logements ou sont en appartement, dont 161 en rez-de-chaussée et 134 dans les étages. Selon les enquêteurs, un quart de ces logements est en mauvais état, assez mal entretenu ou fortement dégradé. Bien que l’habitat y soit peu élevé, 12 % des familles rencontrées habitent un immeuble d’au moins quatre niveaux, mais 60 % des constructions étudiées n’en ont que deux et les 28 % restants, trois. C’est un quartier ancien et consolidé. Il ne semble pas encore en voie de taudification, mais sa vétusté pose un problème majeur. De nombreuses maisons sont d’ailleurs classées et inscrites à l’inventaire pour être restaurées, comme la Mama-Cuchara39 qui abrite le centre musical municipal – recherche, étude acoustique, enregistrements, concerts, etc.

68On y rencontre une forme d’urbanisation traditionnelle : habitat jointif en alignement sur la rue conforme à l’urbanisme quiténien jusqu’au milieu du xxe siècle, ou maisons jumelées peu nombreuses, quelques maisons pas nécessairement isolées, mais bien individualisées. Des immeubles pouvant avoir jusqu’à six niveaux, localisés dans le « quartier ouvrier » et l’ensemble loti de la rue Montúfar, complètent cette distribution. La plupart des maisons ouvrent sur la rue qui peut être aussi bien en escaliers, puisque 28 % des logements étudiés donnent sur des marches, 11 % sont en retrait, le reste se trouve en condominium. En outre, une famille sur cinq possède un garage et près d’une sur six a la jouissance d’un jardin. Compte tenu de la politique de conservation du Centre Historique, dont La Loma est partie prenante, on peut espérer que ces jardins, plantés et clos de murs le plus souvent, se maintiendront.

69Quatre ménages sur dix sont propriétaires de leur logement, les autres sont locataires. Ces logements sont petits, voire très petits. C’est probablement une caractéristique actuelle dans ces vieux quartiers, qui ont vu passer leurs heures de gloire : les maisons sont transformées en immeubles locatifs, divisées ou vendues en appartements. Les 313 logements pour lesquels l’information a pu être donnée, classés selon la taille, se distribuent en 86 de moins de 30 m2, 64 de 30 à 50 m2, 65 de 51 à 80 m2. 45 de 81 à 100 m2, 26 de 101 à 120 m2, 27 de plus de 120 m2. Près de 70 % des familles vivent en un appartement de moins de 80 m2.

  • 40 Cf. la carte du site.

70Les installations dans ces logements s’étalent amplement dans le temps. Dans les six dernières années (1990-1995), ce sont 41 % des ménages qui se sont installés dans le lieu qu’ils occupent actuellement et plus de la moitié n’y sont que depuis moins de dix ans. Cette rotation, qui n’est pas exceptionnelle, interdit que l’on parle d’un quartier dont la population serait très sédentaire, quoique l’on rencontre 10 % des ménages qui sont là depuis avant 1960. Si 1973 est une année de référence, car considérée comme celle à partir de laquelle, pour des raisons économiques, la croissance de Quito, en population et en espace occupé, s’est brutalement accélérée pour ne plus cesser, il est intéressant et pertinent de noter qu’un cinquième des ménages occupait déjà son logement avant cette année-là. Les réponses à l’enquête de motivation permettront de connaître ce qui, à La Loma, peut attirer les résidents et leur plaire. On peut cependant noter dès à présent que c’est un quartier paisible, sans circulation automobile dense (desserte locale exclusivement), où la plupart des rues, perpendiculaires à la rue principale, ont une longueur qui n’a jamais plus de 150 mètres, se terminent par un rétrécissement de voie, en impasse ou par des marches, et ne mènent qu’aux portes des maisons les bordant40. Cependant, lorsque l’on rencontre d’anciens habitants lomanais, ayant généralement migré vers le nord, pour les mieux pourvus, et dans des quartiers plus « modernes » ou bien, d’origine plus modeste, en d’autres quartiers moins attractifs mais où ils ont pu accéder à la propriété, ils disent avoir gardé de La Loma l’image d’un lieu paisible, amical, où la sédentarité est grande. Il s’agit là, désormais, d’une réputation relativement inexacte, d’un souvenir quasi mythique, confortés par l’atmosphère « villageoise » qu’on y respire.

  • 41 Recensement INEC, cf. AIQ.

71Déjà en 1982, La Loma41, comme l’ensemble du Centre Historique, est correctement desservie par les équipements d’infrastructure. Le quartier dispose de tous les services apportés par les réseaux publics. Cependant, si tous les habitants ont sûrement l’usage d’un point d’eau dans leur immeuble, ils ne l’ont pas nécessairement dans leur logement. Les évacuations des eaux usées sont en revanche assurées pratiquement partout, mais le téléphone reste assez mal distribué. En 1995, l’enquête le confirme, l’eau n’est toujours pas distribuée dans 15 % des logements, ce qui est relativement considérable et montre que la vétusté de certaines constructions et probablement leur faible rente locative freinent considérablement leur modernisation. Il ne faut pas oublier toutefois que ce pourcentage était beaucoup plus grand encore en 1982, puisque dans certains îlots il n’y avait pas 75 % des logements qui recevaient l’eau à domicile. Il faut néanmoins constater que dans toutes les maisons (sauf une) occupées par une seule famille, il y a l’eau courante sur l’évier. En revanche, l’électricité est distribuée partout et tout le monde utilise le réseau public de ramassage des ordures. Enfin, les deux tiers des ménages ont le téléphone ; là aussi, comme dans tout Quito, le changement depuis quelques années est notoire : être connecté n’est plus un luxe, neuf sur dix des maisons n’abritant qu’une seule famille ont désormais le téléphone. La situation, d’un recensement ou d’une enquête à l’autre, va en s’améliorant.

  • 42 Recensement INEC, cf. AIQ.

72De même, en 198242, San Juan apparaît comme un quartier plus ou moins correctement équipé et desservi. Tout le monde a l’électricité, mais l’accès à l’eau se répartit en deux tiers dans le logement, un tiers dans l’immeuble. L’usage des sanitaires privés est encore moins bien assuré : 55 % dans le logement, 45 % dans l’immeuble. Il serait néanmoins aventureux d’en déduire que ce quartier était alors en voie de taudification, car la distribution citée ne signifie nullement que la situation antérieure s’est détériorée, mais plutôt que le quartier, ancien, se modernise (augmentation du confort) très progressivement. L’enquête de 1995 le confirme : neuf personnes interviewées sur dix disent avoir l’eau à domicile et 98 % le tout-à-l’égout. Nous n’avons pas recensé le nombre de ménages jouissant de sanitaires privés, mais il est probable que leur nombre a crû dans les mêmes proportions que pour l’usage de l’eau assuré à l’intérieur du logement. On peut noter également que 64 % des 269 logements étudiés ont le téléphone. La situation, en treize ans, s’est donc grandement améliorée. En outre, en 1987, il y avait près de 14 commerces et un peu plus de 6 activités de service pour 1 000 habitants, une épicerie pour 192 résidants.

  • 43 258 personnes ont répondu à cette question.

73Plus précisément, les 269 maisons tirées au sort en 1995 abritent 661 familles, de celles-ci 269 ont été étudiées. Elles regroupent 1 007 personnes – 471 de sexe masculin, 536 de sexe féminin, indice de masculinité 47 % – et 64 occupent seules une maison, 205 sont en appartement43. À l’appréciation des enquêteurs, tous étudiants en architecture, 15 % de ces logements sont en mauvais état, assez mal entretenus ou, parfois, fortement dégradés.

74L’habitat est généralement peu élevé : à peine 5 % des constructions ont plus de trois niveaux et la forte majorité ne dépasse pas les deux niveaux. Il s’agit, comme on l’a dit, d’un quartier relativement ancien et consolidé. On y trouve une forme d’urbanisation traditionnelle : un tiers d’habitat jointif en alignement sur la rue et, forme plus récente, deux tiers de maisons jumelées, également en bordure de trottoir. La forme première de distribution des maisons se perpétue, lors d’une rénovation ou d’une densification, par la construction d’une autre structure d’habitation en fond de parcelle, par exemple. Progressivement, les jardins, dont jouit encore un cinquième des familles étudiées, sont remplacés par des garages ou de nouvelles constructions, sans que la distribution parcellaire et la forme d’implantation en soient fondamentalement modifiées. Ainsi, bien que depuis les années 1970 on ait vu se développer à Quito une politique urbaine, privée ou publique, de lotissements rompant avec le découpage en damier, lorsqu’un lotissement se construit à San Juan l’aspect urbain du quartier demeure inchangé.

75Plus de la moitié des ménages sont propriétaires de leur logement, les autres étant locataires ou, très rarement, logés par l’employeur. Des logements dont on a pu connaître la superficie, les deux tiers atteignent ou dépassent 80 m2 dont 40 % ont plus de 120 m2. Le reste se distribue en 15,3 % de 51 à 80 m2, 16,4 % de moins de 50 m2 et dans 6 % des cas moins de 30 m2. Les installations dans ces logements s’étalent amplement dans le temps. Entre 1990 et 1995, un tiers des ménages pour lesquels on a obtenu une réponse à la question ont changé de logement, soit en s’installant pour la première fois dans ce quartier, soit en y revenant, soit parce qu’ils y résidaient déjà et ne faisaient que changer de logement sans changer de quartier. Un cinquième des ménages est là depuis plus de trente ans, donc depuis au moins une génération. Les propriétaires sont, comme il faut s’y attendre, plutôt plus sédentaires que les locataires, quoique l’attraction de San Juan exerce une force de sédentarisation indiscutable, y compris sur les locataires.

Statut professionnel et activités domestiques

  • 44 Cette appellation, commode, est très réductrice. Elle suppose entre autres que le travail et la pro (...)

76On a présenté en quelques chiffres (cf. tableaux 2 et 3) la distribution par catégorie socioprofessionnelle des actifs déclarant un revenu régulier qu’il est d’usage d’appeler la population économiquement active (PEA)44. Mais il ne s’agit là que d’une partie de la population. Il faut y ajouter toutes les personnes qui restent à la maison et celles qui sont scolarisées. Celles-ci représentaient en 1982 les deux tiers des habitants de San Juan (AIQ) et, en 1995, à La Loma comme à San Juan, plus de la moitié de ceux-ci. Bien qu’il y ait toujours une incertitude sur la représentativité statistique de nos enquêtes, du moins pour ce qui est de la démographie et de la distribution de l’occupation économique des populations saisies, il faut constater la nette diminution relative des personnes dites économiquement dépendantes de la PEA. Faut-il y voir une amélioration des conditions de vie : moins d’enfants et moins de personnes à charge ? Ou bien est-ce une détérioration de ces conditions : plus de personnes devant travailler pour assurer un confort minimal ? Il n’est pas possible de le savoir avec les informations dont on dispose. C’est là une des limites de ce genre d’enquêtes de terrain où ce n’est que lors de son exploitation que certaines interrogations dues aux résultats chiffrés rassemblés surgissent. Il est alors matériellement impossible de retourner voir les gens pour un deuxième passage, faute de temps, d’argent et donc de moyens d’action.

77Quoi qu’il en soit, en 1995 la population économiquement active est constituée d’hommes pour près des deux tiers. Y sont mis en parallèle les CSP ou autres activités, le sexe et le niveau de scolarité atteint à La Loma et à San Juan. Cependant, La Loma, quartier très ancien, plus fondamentalement intégré au Centre, est socialement moins favorisée : 39 % y ont une activité régulière et rémunérée contre 41 % à San Juan où les conditions de vie sont manifestement meilleures, si on fonde leur qualité sur le confort. En effet 53 % des gens y sont propriétaires de leur logement et celui-ci a plus de 80 m2 dans 68 % des cas, tandis qu’à La Loma 40 % habitent un logement qui leur appartient et seulement un petit tiers des logements atteint ou dépasse les 80 m2.

78Cette différence se retrouve au niveau des statuts professionnels : 11 % seulement de ceux qui ont un emploi sont cadres à La Loma et 24 % à San Juan où ceux-ci travaillent une fois sur quatre pour le secteur public (La Loma : 1/7). À La Loma, les employés et les travailleurs manuels, artisans ou ouvriers, forment l’essentiel de la PEA. Ils sont 56 % dans les services et environ 16 % ont des emplois manuels. À San Juan ces pourcentages sont respectivement de 42 et 14. On a vu précédemment qu’en dix ans la situation s’y était considérablement améliorée. Les commerçants indépendants y constituent un cinquième de la PEA, tandis qu’à La Loma ils ne sont qu’un septième des actifs ayant un emploi rémunéré.

79La scolarité confirme ces différences. Bien que désormais tous les jeunes Quiténiens soient scolarisés, les niveaux d’étude atteints diffèrent encore nettement. Seulement une fille lomanaise pour deux garçons fait des études supérieures, alors que, selon l’enquête, les Sanjuanaises sont un peu plus nombreuses que les Sanjuanais – 28 filles pour 26 garçons –, à suivre des études supérieures. Ces chiffres sont révélateurs d’une situation contrastée selon les secteurs de résidence de la population du Centre Historique. Dans les quartiers très anciens, plus dégradés et plus densément occupés, dont les gens aisés sont partis, ne restent que les plus déshérités qui habitent des logements exigus, comme nous en avons visités plus d’un. Il en est ainsi à La Loma où la convivialité et la solidarité semblent plus fortes qu’à San Juan, mais le niveau de confort y est bien inférieur. Il est vrai que les bas de San Juan, premier quartier où s’installèrent les bourgeois quittant le Centre dans les années 1920 et surtout après 1945, en gardent des traces. C’est un quartier de petite bourgeoisie, La Loma étant un quartier de gens aux revenus beaucoup plus modestes.

80Les chiffres donnent d’autres indications fort significatives. Que ce soit à La Loma ou à San Juan, les femmes sont très souvent au foyer, n’assurant donc pas des rentrées d’argent régulières. On peut alors se demander si, lorsque la situation sociale est relativement élevée, un revenu dans la famille n’est pas suffisant, ce qui expliquerait qu’elles se consacrent, en conformité avec la tradition, aux soins de la maison et à la vie de famille. Dans ce cas, malgré un niveau de scolarité élevé parfois, elles ne se retrouvent pas cadres, mais femmes au foyer. Mais ce n’est là qu’une hypothèse et l’explication, en vérité, paraît un peu courte. Elle mériterait d’être vérifiée. Cependant, il est tout à fait évident, au vu des données recueillies, que ces femmes au foyer n’ont que rarement fait des études supérieures. À La Loma, 30 % ne sont allées que jusqu’à la fin des études primaires et 57 % ont suivi des études secondaires. À San Juan, ces chiffres sont respectivement de 34 % et de 44 %. Mais, surtout à La Loma, on observe aussi que parmi les employés il n’y a que deux femmes pour trois hommes et, pour ceux et celles qui n’ont pas dépassé le niveau des études primaires, une femme pour deux hommes. Ce qui signifie que moins les femmes sont instruites, plus elles restent à la maison. Elles ne demeurent pas inactives pour autant, car elles assurent toute la vie domestique et familiale du ménage. En outre, souvent, elles génèrent un certain revenu par des activités mal comptabilisées comme, par exemple, la couture ou des ménages faits chez des voisins.

81Ce n’est que chez les commerçants indépendants qu’il y a plus de femmes que d’hommes travaillant à l’extérieur. L’information est, là aussi, significative : ces commerçants indépendants, ayant rarement suivi des études au-delà du secondaire, sont généralement détenteurs de petits commerces, épicerie ou emplacement au marché entre autres, activités qui sont souvent gérées par un couple. Seul le secteur manuel demeure encore très fortement masculin.

Les déplacements journaliers

82Que ce soit ceux de La Loma ou ceux de San Juan, les deux tiers travaillent dans des bureaux et deux fois sur trois dans le secteur privé. Or le Centre, très commercial et en contact direct avec la clientèle, abrite aussi des administrations, mais les affaires menées par le secteur privé se pratiquent plutôt à la Mariscal Sucre et dans les quartiers la jouxtant, soit plus au nord, autour de la Carolina, vers l’avenue Naciones-Unidas, dans le nouveau quartier des affaires. Ce qui explique que seulement 21 % des Lomanais et 23 % des Sanjuanais ne quittent pas leur quartier ; les autres sont obligés de se rendre en l’un des quartiers voisins, c’est-à-dire au Centre pour les Lomanais et pour San Juan dans la partie la plus ancienne du centre des affaires, ou pour les deux populations plus loin encore.

83L’équipement du nord de Quito, qui depuis plus d’un demi-siècle attire la bourgeoisie et les sièges des entreprises les plus performantes, exerce son attraction et renforce l’engouement de la grande majorité des Quiténiens pour le cadre de vie qu’il leur propose. La distance et la durée des déplacements s’en ressentent. Finalement, la position centrale est pourtant un handicap pour La Loma, mais, si on la compare à celle de nombreux autres quartiers populaires, elle leur est, sur ce point, préférable. Les gens ayant les mêmes revenus au nord ou au sud de Quito ont le plus souvent de trois quarts d’heure à une heure de déplacement pour se rendre au travail, ceux de La Loma rarement plus de quarante-cinq minutes.

84Bien qu’on se lève tôt dans toute la ville, où la moitié de la population s’affaire dès 7 heures du matin, les Sanjuanais ne sont pas soumis à d’aussi fortes contraintes que les Lomanais. Ils se lèvent un peu plus tard : les trois quarts de la PEA de La Loma sont partis travailler avant 8 heures, contre seulement 56 % des actifs sanjuanais. Cependant, les écoliers des deux quartiers sont astreints à des horaires quotidiens identiques et 80 % sont partis avant 8 heures. Ils sont néanmoins plus chanceux que la plupart des écoliers quiténiens, car le Centre Historique est suréquipé en matière d’établissements scolaires.

85En définitive, il n’y a plus que 15 % des travailleurs et écoliers de La Loma, où 45 % restent dans le quartier, qui partent de chez eux après 8 h 30 et 11 % à San Juan, où 36 % ne quittent pas le quartier. Le bilan est donc mitigé : La Loma est plus loin des lieux d’emploi que San Juan. On y vit avec moins de confort et de moyens. En revanche, on y travaille plus souvent près de chez soi en s’adonnant à des petites activités commerciales, entre autres. C’est pourquoi 31 % des gens de ce quartier se rendent à pied à leurs lieux d’activités, dont 48 % des écoliers, et 50 % prennent les transports en commun ou le bus scolaire, tandis qu’à San Juan ce ne sont que 21 % des actifs et scolarisés qui partent à pied, dont 32 % des écoliers, et plus de 50 % utilisent les transports en commun ou le ramassage scolaire.

86À la demi-journée et le soir, les rythmes journaliers sont pratiquement les mêmes dans ces deux quartiers et dans l’ensemble de Quito. Une petite moitié est de retour à la maison autour de 18 heures.

87Ainsi se trouve confirmé ce qu’on a déjà noté, le caractère plus traditionnel des genres de vie lomanais, le confort et la modernité plus affichée des Sanjuanais.

Ce que pensent les habitants de leur quartier, de leurs activités et des autres quartiers

À La Loma

88C’est un quartier bien individualisé, à la circulation très locale, où fréquemment on accède aux entrées des maisons par des rues étroites se terminant en passage pour piétons ou en impasse pour un tiers des rues, quand ce n’est pas en escaliers, et de toute façon impraticables pour les voitures. À cause des pentes et des ravins, le terrain y est relativement instable en sa périphérie, ce que soulignent ses habitants qui ajoutent que, « très ancien », leur quartier est « oublié de la municipalité ». Cependant, près de 9 enquêtés sur 10 estiment qu’il y fait bon vivre ; une telle opinion s’explique d’abord par l’exceptionnelle tranquillité du lieu due à sa localisation écartée, et cependant dans le Centre, puisque directement accessible à partir de lui, mais seulement par l’arche de Santo-Domingo. Cette relation particulière est positivement soulignée par 45 % des réponses. Tranquillité et proximité d’une partie très urbaine culturellement bien acceptée font affirmer à 37 % des gens que le milieu de vie est agréable, ce que corrobore un tiers des réponses se félicitant des bonnes relations de voisinage qui ne nuisent pas à la vie privée de chacun. Mais il y en a tout de même 18 % qui trouvent le milieu de vie « mauvais » et 14 % qui se plaignent des désagréments du voisinage, les mêmes qui ont une opinion globalement négative vis-à-vis du quartier.

89La question de la sécurité partage davantage : une grosse moitié se sent, dès la nuit venue, en milieu potentiellement hostile. Une des explications serait que la fréquentation du Terminal terrestre proche favorise la délinquance, notamment le vol et les agressions. Malgré tout, 29 % des gens considèrent que le quartier est sûr. Assurément, cette réponse est très dépendante du lieu de résidence de chacun. La partie centrale, sous le regard et à portée de voix de tous, est paisible, mais les marges sont ouvertes à tous les risques extérieurs. Le comblement du ravin de Sanguña et l’implantation de la plus grande gare routière de Quito sur le terrain urbanisable ainsi gagné ont été pour eux une terrible source de nuisance sociale.

90Ce partage des opinions se retrouve, dans des proportions également plutôt positives, sur bien d’autres questions. Par exemple, si 28 % des interviewés font état d’appartements spacieux et 30 % de logements bon marché ou pas trop chers, 8 % parlent de logements chers et 5 % ne sont pas satisfaits de leurs dimensions. La trop forte promiscuité est dénoncée par 3 % des résidants alors que 2 % soulignent l’isolement social, ce qui paraît déjà étonnant pour un quartier dont toute l’histoire, jusqu’à une époque récente, témoigne d’une forte cohésion sociale.

91Sur les questions secondaires, les réponses se font plus rares. Ainsi, seulement 29 personnes parlent d’une belle vue et 14 d’un quartier bien aéré. Le contraire eût surpris, car La Loma est géographiquement plutôt fermée et socialement tournée sur elle-même, tandis que son paysage est très urbain. Parmi les aspects très positifs du quartier, 76 % notent qu’il est bien achalandé, 53 % qu’il est proche des établissements scolaires, 48 % que le lieu d’emploi n’est pas très éloigné, 31 % que les équipements de santé publique sont satisfaisants et, ce qui est plus étonnant compte tenu du peu d’espaces verts, 27 % parlent de lieux de récréation à proximité. Il est vrai qu’en sa périphérie on rencontre quelques lambeaux d’espace aménagés en parc. Il se trouve néanmoins 7 % des gens pour déplorer l’absence de terrain de jeu et de lieu aménagé pour la promenade.

92Comme dans une grande partie de Quito, mais moins cependant que dans la partie du Centre soumise au diktat polluant et jamais sanctionné des bus et autres automobiles en mauvais état, à La Loma on se plaint du bruit, des odeurs, de la poussière, mais surtout du manque d’hygiène et des ordures à même la chaussée. Les véhicules automobiles indisposent 14 % des Lomanais, par les émanations qui s’en dégagent. En revanche, les commerces, les ateliers et les grands équipements ne sont ressentis comme source de désagrément que par fort peu de personnes. Constat un peu paradoxal, alors que l’insécurité est dénoncée par plus de la moitié des gens du quartier, seulement une personne sur cent se plaint des voyous, des drogués ou des voleurs...

93C’est donc un quartier apprécié de ses habitants, ce que confirment les réponses données. La question « Le quartier vous convient-il ? » recueille 88 % de « oui ». On ne rencontre pas ici les contradictions qu’on trouvera à San Juan : 46 % des personnes interrogées considèrent que leur quartier est le plus attractif, auxquels il faut ajouter 10 % qui se sentent plus attirés par un autre quartier du Centre Historique, soit la González Suarez (centre du Centre), soit la Tola, quartier voisin étagé à flanc de colline et mieux ventilé, soit Manosalvas ou San Marcos (même paroisse, de l’autre côté de la rue, en quelque sorte, mais en fait, de l’autre côté d’un petit ravin désormais en partie comblé et aisément franchissable). À ce groupe, on peut ajouter sans risque d’erreur ceux qui répondent qu’ils ne savent pas, qu’aucun quartier ne mérite une attention particulière, qu’ils s’en fichent, ce qui donne deux tiers de gens qui ne trouvent nul quartier (sauf s’il est proche et identique) plus attractif que le leur. Sur ce point, aucun autre quartier n’est considéré d’une façon aussi positive. S’il faut cependant classer ces unités, on dira que l’un ou l’autre des gros bourgs de la vallée obtient 5 % des réponses, que le nord de Quito attire soit globalement, soit en précisant le lieu, un peu plus d’une personne sur cinq et que le sud de la ville a la préférence d’un peu plus d’une personne sur quinze, soit trois fois moins...

94Malgré cet agrément reconnu pour La Loma, si les gens en avaient vraiment les moyens, sept fois sur dix ils changeraient de maison et une fois sur deux de quartier, ce qui veut dire que trois sur quatre de ceux qui déménageraient ne resteraient pas Lomanais. En effet, 33 % ne désirent pas changer de quartier ou de type de quartier, 54 % rechercheraient un quartier différent et 13 % iraient soit dans une banlieue proche, soit directement à la campagne. Les causes de ce déménagement sont par ordre d’importance : diverses raisons de convenance ; le logement sans autre commentaire ; la sécurité et la tranquillité ; le logement moins cher, plus neuf et plus spacieux ; la pollution, l’hygiène ou la propreté ; l’espoir d’un milieu de vie plus agréable, d’un endroit plus animé et plus gai. Puis viennent le désir du changement ; la centralité et la proximité des lieux d’approvisionnement ; des raisons familiales, et enfin une plus grande proximité du lieu de travail. Sur ces points, les contradictions d’une réponse à la suivante ne semblent pas gêner les personnes interrogées.

  • 45 C’est une crainte récurrente exprimée très fréquemment dans tout Quito lorsque les gens parlent des (...)

95Avec la réponse à la question « Quelles modifications vous paraissent souhaitables pour la vie dans le quartier ? », la délinquance (28 %) montre une fois encore le bout de son nez (presque 1/3)45. Pour le citoyen, la lutte contre cette délinquance relève de la municipalité (43 % des réponses) ou de l’État (34 %). Il est aussi relativement souvent répondu que les voisins, les gens du quartier devraient s’organiser. L’amélioration des transports est revendiquée en seconde position. Les trois quarts des Lomanais la souhaitaient en décembre 1995, donc avant l’entrée en service du trolleybus qui dessert la place Santo-Domingo, à la porte de La Loma Chica. Les gens sont également très sensibles à la propreté des rues et des espaces publics, notamment à la disparition des dépôts sauvages d’ordures. Ils parlent d’hygiène et estiment que c’est une affaire qui relève de la municipalité, mais ne considèrent pas que c’est d’abord une question d’éducation, surtout depuis que les voitures-poubelles municipales assurent le ramassage des ordures ménagères, si bien qu’il n’y a plus de raison de les jeter sur les talus bordiers du quartier. Il y a aussi une demande non négligeable d’entretien des équipements publics : 54 %, toutes réponses confondues, celles-ci étant parfois redondantes, mais s’appliquant surtout à des lieux de récréation et à l’entretien des escaliers et des rues. Cette affaire, pour 60 % des gens, concerne la municipalité, les autres pensant que l’ État ou les habitants sont également responsables des dégradations.

  • 46 De nombreuses personnes ont donné deux réponses ou davantage ; ce nombre de 659 n’est donc pas cont (...)
  • 47 Trois quartiers pouvaient être proposés par chacun en les classant par ordre de préférence.

96Selon les 659 réponses46 permettant de classer l’ordre de préférence des quartiers47, tous quartiers confondus, ce sont ceux du nord de Quito qui sont les premiers cités avec 46 % des réponses. Mais celles-ci se distribuent un peu dans tous les quartiers et suivant toutes sortes de caractéristiques sans grande relation entre elles, hors la localisation au nord. Le Centre Historique et ses quartiers mitoyens sont cités par un tiers des gens. La moitié opte pour La Loma, les autres pour des quartiers centraux qui la jouxtent. Le Sud, Villa Flora entre autres, n’obtient que 12 % d’opinions favorables et les localités de la « vallée » sont citées dans 5 % des cas. Mais, comme la question posée ici, ces choix demeurent assez théoriques, sauf pour le Centre Historique et les quartiers nord qui constituent le nouveau centre économique de la ville. La corrélation avec les appréciations portées précédemment sur le quartier de La Loma est d’ailleurs totale.

97En revanche, La Loma et les autres lieux du Centre ancien sont considérés comme l’ensemble le plus représentatif de la ville par les trois quarts de ceux qui ont un avis, sachant que pour un cinquième des Lomanais la réponse est « je ne sais pas » ou « aucun ». Ce qui ne laisse que peu d’autres choix dont quelques-uns, cependant, pour les quartiers du nouveau centre économique : Mariscal. Colón, Carolina, Naciones-Unidas, ou pour le Nord, presque personne pour le Sud. L’ancienneté, la valeur historique et la tradition, trois qualificatifs qui se réfèrent à la même forme d’intérêt, sont les causes du choix qui sont les plus citées – 198 fois sur 244 (soit les quatre cinquièmes) – si on ajoute la référence toute faite au Centre Historique de Quito, « patrimoine de l’humanité ». Sont également évoqués l’architecture, le commerce et les autres activités, l’organisation (sans précision), le tourisme. Une évidence revient quelquefois : « C’est ce quartier que je connais le mieux, en plus il est très tranquille », réponse qui n’est guère liée à l’idée de représentativité, mais qui est plutôt sympathique et signifie que si certains Lomanais sont personnes de sentiments, ils ne sont pas nécessairement soucieux de découper et classifier leur connaissance existentielle de Quito. Le choix des autres secteurs cités de la ville n’est guère explicité, tout juste s’il est fait allusion au commerce, aux autres activités et à la modernité pour qualifier le nouveau centre économique de la capitale.

À San Juan

98Indubitablement, les habitants de San Juan, comme ceux de La Loma, aiment leur quartier, un petit vingtième d’entre eux seulement disant ne pas s’y plaire vraiment. Cependant, nombre de ces derniers s’empressent, ensuite, de lui trouver de sérieux avantages. C’est, en vérité, que la question posée – « Vivre ici, c’est bien ou c’est mal ? »– avait deux acceptions possibles : « Aimez-vous vivre ici ? » ou bien : « Nous savons que ce quartier vous convient, mais peut-être que les difficultés y sont telles que vivre ici, c’est-à-dire à Quito avec les difficultés économiques actuelles, n’est pas bien. » Cette deuxième façon de comprendre expliquerait que certains Sanjuanais constatent, ou affirment, « que vivre ici, c’est mal », pour aussitôt donner tous les aspects positifs qu’ils trouvent à y demeurer. D’ailleurs, le fait qu’un certain nombre songe à déménager sans pour autant vouloir changer de quartier conforte cette deuxième interprétation.

99Quoi qu’il en soit, une seule personne prétendra que c’est un quartier de luxe. Par ordre décroissant, les résidants apprécient qu’il soit bien rattaché à l’ensemble de la ville, donc bien intégré (63 %), qu’il permette d’avoir une vue remarquable sur la ville et ses environs (49 %), que les logements n’y soient pas trop chers (38 %) et y soient spacieux (23 %), que le quartier soit lui-même bon marché comme le constate un quart des gens et que chacun puisse y vivre tranquillement chez soi (36 %). bien qu’un faible pourcentage trouve le quartier et le logement chers. Une personne sur neuf trouve en outre son logement exigu. À ce sujet, on a vu que 6 % des gens déclarent avoir un logement de moins de 30 m2 ; il n’est donc pas étonnant qu’un nombre supérieur parle de logements étroits et de leur coût élevé.

100En outre, le voisinage est agréable, propre, tranquille et bien ventilé. Et alors même que près de la moitié des gens, moins qu’à La Loma donc, se plaignent de l’insécurité, il s’en trouve le quart pour dire que c’est un quartier sûr.

101Cette accumulation de bonnes appréciations risque de masquer les dires des mécontents. Cependant, les critiques existent. Après l’insécurité, renforcée par la crainte de la délinquance (pillage, drogue, vols, vandalisme, alcoolisme, etc.) dont se plaint une partie de ceux qui parlent d’insécurité, la pollution de l’air par les véhicules à moteur est ce dont on se protège le plus, puisque près d’un tiers des gens y fait référence sans d’ailleurs pouvoir entreprendre quoi que ce soit pour l’éviter. On peut d’ailleurs se demander à ce sujet si, lorsqu’ils parlent de contamination par les véhicules, les Sanjuanais évoquent seulement leur quartier. En effet, il ne semble pas que le transit y soit fort au point d’en devenir une nuisance particulièrement polluante, bien que toute voiture escaladant les rues dégage une production accentuée de gaz toxiques.

102Viennent ensuite les tas d’ordures, le manque d’hygiène, deux manières proches d’exprimer le même refus, dont une personne sur trois se dit affectée, et un environnement désagréable que signale une personne sur cinq. Sont dénoncés aussi un voisinage difficile et l’isolement social, qui s’apparentent d’une certaine manière. Ce n’est pas antinomique avec une promiscuité signalée par 9 % des gens interrogés.

103De cette sorte de litanie contradictoire, quoiqu’il y ait plus de satisfaits que de mécontents, il ressort que les avis sont très partagés. Cela provient d’une relative hétérogénéité de peuplement et surtout du lieu d’implantation des informateurs. Ainsi, ceux qui sont proches du marché parlent de poubelles, de mauvaises odeurs, de manque d’hygiène et ceux qui sont proches de l’ancien hôpital militaire, ou du parc des hauts de San Juan, signalent la petite délinquance et la drogue, sans qu’au demeurant ils puissent préciser l’origine de leur information. Il semble bien que l’on soit ici plus souvent dans le domaine du on-dit que de l’observation directe.

104Ce dualisme, qui n’est pas lié au sentiment initial sur le quartier « bon ou mauvais à vivre », se retrouve dans les appréciations portées sur les équipements et les lieux de proximité et sur les accès qui laissent à désirer. Ainsi, si plus de 59 % des interviewés se félicitent de la proximité des lieux d’approvisionnement (les Ipiales surtout) et de santé, si la moitié considère l’école comme proche et encore plus de 45 % leur lieu de travail comme peu éloigné, il reste un petit nombre relatif qui trouve que les lieux cités sont trop éloignés ou que l’accès en est difficile.

  • 48 Les onze premières enquêtes ayant été imparfaitement menées (par oubli des enquêteurs), nous ne con (...)
  • 49 14 % de ceux qui font ce choix optent pour La Loma.

105Le quartier n’étant pas apprécié par tous, il ne peut qu’être intéressant de connaître plus précisément quelles sont les raisons avancées par les Sanjuanais justifiant le souhait de s’installer ailleurs : à Quito, dans les environs ou plus loin, à la campagne, en une autre ville de la Sierra ou de la Costa, voire à l’étranger. De ceux qui affirment que vivre à San Juan leur convient ou ne leur convient pas (247 réponses formulées clairement pour 258 personnes interrogées48, soit 96 %), 190 l’apprécient, 41 ne l’apprécient pas et 16 n’ont pas d’opinion. Un tiers environ tient à rester dans le même quartier, mais pas forcément dans la même maison, soit qu’elle ne lui convienne pas, soit qu’il considère que ce secteur de San Juan présente trop d’inconvénients pour l’une, ou plusieurs, des raisons données précédemment concernant les difficultés qui lui font dire que désormais « vivre ici est mal ». Hors vivre à San Juan, à la question « quel quartier, quelle partie de Quito ou quel autre lieu serait plus attractif pour vous ? », les réponses se dispersent avec un choix assez marqué pour le fait de rester dans la même partie de la ville, mais dans un quartier mieux équipé, comme celui, voisin, de l’América, appelé aussi de son nom paroissial de Santa Prisca, ou plus largement dans le Centre Historique49. À eux s’ajoutent les quelques personnes qui souhaitent s’installer à Miraflores, un quartier voisin mais mieux équipé et réputé plus sûr. Si on ajoute ceux qui « ne savent pas », qui donc n’y ont pas réfléchi parce que le quartier leur convient sans doute, et ceux qui répondent « aucun », ce qui revient à accepter San Juan, c’est la moitié des gens interrogés qui ne souhaite pas s’éloigner, ou alors très peu, de la partie ancienne et centrale de Quito. L’agrément du quartier et la proximité du Centre, la sédentarité ou les habitudes de vie, ce qui est la même chose finalement, semblent donc bien être les arguments les plus fréquents pour une forte minorité des Sanjuanais.

106Les autres opinions se distribuent en fonction, semble-t-il, plus d’une idée qu’ils se font des autres secteurs de Quito et sa banlieue que d’arguments clairement justifiés. Ainsi, 7 % optent pour l’une des petites bourgades ou, plutôt, pour l’un des quartiers nouveaux qui se greffent sur l’une de ces bourgades désignées désormais sous l’appellation assez vague de « la vallée ». Un tiers des personnes interrogées préfère « le nord » (sans précision) de la ville, ou des quartiers « nordiques » ou « mésonordiques » (centre-nord) plus ciblés. Le sud attire moins : à peine 5 %, sans que les choix de quartiers soient significatifs. Enfin, quelques personnes énoncent leur souhait de vivre en des quartiers luxueux (Bellavista) ou très confortables (le Batán) voire en « n’importe quel quartier, car tous se valent ».

107Quoi qu’il en soit, le désir de changement n’est pas si fréquent puisque les trois quarts des personnes qui ont répondu à la question « si vous aviez les moyens de le faire, changeriez-vous de maison ? » l’ont fait par la négative. Cependant, contradictoirement, 139 des 204 qui ont répondu à la question parallèle « changeriez-vous de quartier ? » l’ont fait par l’affirmative. Il faut donc comprendre que le logement de 75 % de ceux qui ont répondu à la première question leur convient, mais que pour une partie non négligeable d’entre eux le quartier ne convient plus tellement. D’ailleurs 84 % de ceux qui voulurent bien préciser le sens de leur réponse dirent qu’ils souhaitaient un type de quartier différent. Mais lorsqu’il s’agit de préciser davantage ce choix, les réponses se raréfient et deviennent très imprécises : 25 parlent des environs, 14 de la campagne, 3 d’une autre ville et 12 d’un autre pays. Les principales demandes pour que le quartier redevienne plus vivable concernent la sécurité (43 %), revendication déjà rencontrée d’une autre manière, puis la propreté (12 %), l’amélioration des conditions de transport en commun (10 %) ; enfin quelques-uns parlent des réseaux, sans autre détail. Pour une telle politique, la plupart compte plus sur les associations que sur la municipalité, qui a très mauvaise presse, ou sur l’État, que tout simplement on ignore, bien qu’un petit nombre fasse allusion aux travaux publics à entreprendre, mais sans indiquer les responsables et les financements à prévoir pour de tels travaux.

108Après l’expression des souhaits d’une partie des habitants concernant leurs conditions de vie à San Juan, comme pour La Loma, on a voulu également savoir quels autres quartiers seraient, selon leur préférence, les plus attirants pour y vivre et en fonction de quels critères. Ceux qui l’ont bien voulu ont alors exprimé leur choix, proposant jusqu’à trois quartiers ou secteurs de Quito par ordre d’intérêt décroissant. Mais cette question, comme bien d’autres, en a désarçonné certains qui ont répondu plus en fonction des modes du moment que de leurs propres goûts, soit qu’ils aient manqué d’idées, la question étant pour eux imprévue et surprenante, soit qu’ils aient été sensibles à certains types de publicité assez agressive.

  • 50 Généralement construite il y a moins de trente ans.

109Aussi les 217 réponses obtenues, généralement plus indicatives que significatives de souhaits vraiment réfléchis, privilégient-elles à nouveau le nord de la ville et le Centre ancien. Le Nord, sans autre précision, apparaît comme particulièrement souhaité ; s’y ajoute une série de quartiers nommément déterminés, dont les plus cités sont San Carlos et Carcelén, déjà choisis précédemment, qui font monter ce pourcentage à 41 %. Le Nord, sans ou avec précision, est encore cité par autant de personnes en deuxième ou troisième position. Cet engouement se fonde sur une réputation de meilleure organisation et de plus grande sécurité assurée dans cette partie de la ville, considérée en outre, et à raison, comme relativement neuve50.

  • 51 6 % en première position. 10 % en deuxième ou troisième position.
  • 52 4.5 % en première position, 4.5 % également en deuxième ou troisième position.
  • 53 La Vicentina est aussi proche du Centre que San Juan ; la Floresta, au nord-est du Centre, Villa Fl (...)

110Le Centre Historique, seul ou mieux précisé, est également bien représenté. América et Santa Prisca51, La Loma, San Marcos et la Tola52, et enfin quelques autres secteurs du Centre Historique et des quartiers anciens qui le jouxtent, lui sont rattachés dans la vision usuelle des gens. Le pourcentage final pour le Centre Historique est de 31 % en première position, 24 % en deuxième position et 20 % en troisième position. Ce qui veut dire que trois personnes interrogées sur quatre considèrent plus ou moins qu’après tout le Centre est un secteur de Quito pas si désagréable à habiter... Deux quartiers, Miraflores et La Gasca, occupés par la classe moyenne aisée et proches de San Juan, sont également assez souvent souhaités. On peut leur adjoindre la Vicentina, un peu plus éloigné et plus modeste, mais qui a bien des points communs, dans son peuplement, avec San Juan. À eux trois, Miraflores entrant pour les deux tiers des choix, ils ont la préférence de près de 14 % des Sanjuanais interrogés et, en deuxième ou troisième position, de 15 %. Le Sud n’intéresse que 7 %, 9 % ou 12 % des réponses faites selon qu’elles se classent en premier, en deuxième ou en troisième choix. En considérant les quartiers choisis d’une manière moins géographique, il faut admettre que les Sanjuanais, probablement conscients de leurs moyens, apprécient les quartiers qui abritent les mêmes classes de revenus qu’eux ou une classe un peu plus aisée, tels la Vicentina, la Floresta, Villa Flora ou Atahualpa53 et quelques autres quartiers de même peuplement. Ceux-là représentent 14 % des réponses de première appréciation.

111La question du quartier qui a non pas leur préférence mais qui est le plus représentatif de Quito se traduit par un choix massif du Centre Historique, avec 40 % des réponses. Vient ensuite, chauvinisme oblige, San Juan avec 18 % des réponses circonstanciées. En prenant tout ou partie du Centre et des quartiers rattachés (San Juan, La Loma, la Tola, San Marcos, etc.), cet ensemble représente 159 sur 186 réponses. Ainsi, 85 % des habitants de San Juan – plus qu’à La Loma – estiment que le Centre Historique en sa totalité ou ses parties est le quartier le plus représentatif de Quito. Les raisons de cette conviction sont d’abord l’ancienneté, la valeur historique ou « patrimoniale » du quartier et la tradition : plus de la moitié des réponses explicitées, soit 42 sur 72 et, si l’on y ajoute l’architecture qui est aussi une valeur patrimoniale, 51 sur 72. Ce sont donc 71 % des réponses qui s’attachent à la dimension de témoin de l’histoire et de l’ancienneté de la ville.

Les loisirs de fin de semaine

  • 54 Ce modeste volcan divise en deux la « vallée ». Il constitue une sorte de parc naturel (non encore (...)

112Enfin, on s’est interrogé et on a questionné les personnes interviewées sur les loisirs de fin de semaine. Il en résulte qu’autant de Lomanais déclarent ne pas sortir de leur quartier qu’il y en a qui déclarent le contraire. En outre, 47 disent ne sortir en fin de semaine que de temps en temps. Ceux à la recherche d’un divertissement, souvent une activité sportive ou ludique, sont les plus nombreux : 38 % des 284 qui ont répondu. Puis viennent ceux qui sortent de Quito, ceux qui vont se promener dans un quartier proche et ceux qui vont voir la famille ou les amis. De ceux qui restent à la maison, 29 % y reçoivent régulièrement la visite du reste de la famille. Pour quelques-uns, la fin de la semaine est une période comme les autres : ils travaillent. Ceux qui sortent n’ont pas nécessairement une idée de l’endroit où ils vont aller ; 16 % n’en savent absolument rien et 31 % changent de but de promenade chaque fois. Les parcs, comme la Carolina ou l’Ejido, sont également assez prisés. Les vallées aussi sont appréciées pour les équipements qu’elles offrent, par exemple les piscines des ensembles sportifs construits au pied du volcan Halo54. Les villes de la Sierra provoquent quelques déplacements hebdomadaires. Un autre phénomène, récent, doit être mentionné : l’après-midi passée à flâner dans un centre commercial (El Bosque, Quicentro ou El Jardin). Ce genre de « promenade » est significatif de nouvelles mœurs et de nouveaux loisirs très liés à la consommation, mais qui, vraisemblablement, procèdent des mêmes us que les parties de lèche-vitrines de naguère et les promenades sur le mail qui se sont pratiquées à toutes les époques. Quoi qu’il en soit, les habitants de La Loma sont quelque peu captifs de la ville et des transports en commun, car moins d’un quart d’entre eux possède un véhicule particulier.

113Il en est de même des gens de San Juan ; ils sont décidément sédentaires. À l’instar de ceux de La Loma, la moitié (49 %) reste à la maison en fin de semaine. La majorité de ceux qui sortent (54 %) cherchent essentiellement à se détendre. Ils pratiquent un sport ou sortent de Quito pour aller surtout dans la « vallée » et quelquefois « en province ». Une minorité va visiter la famille, voir les amis, se promener dans le quartier ou un quartier voisin. Leurs moyens de déplacement sont réduits, car moins d’un tiers possède une voiture. En définitive, pour ce qui est des loisirs de fin de semaine, il n’y a pas de différences de comportement entre les Lomanais et les Sanjuanais. Reprendre le détail des réponses faites par ces derniers serait répéter ce qui vient d’être dit à propos de ceux de La Loma.

Lomanais et Sanjuanais : esquisse d’un portrait55

Le Lomanais

114À la suite de l’interview de 331 représentants de 331 familles de La Loma, quel profil type peut-on établir du Lomanais moyen, qui évidemment n’existe pas, mais dont le reflet existe ? Il vit dans un quartier aux limites très marquées et au site qui en fait un espace bien différencié, mais aussi qui, depuis les débuts de la colonisation espagnole, appartient au Centre Historique.

115Il n’est plus très jeune, quoiqu’il ait généralement deux enfants au foyer et souvent quatre personnes à charge. Une fois sur trois, il est là depuis des décennies, quand il n’y est pas né. Il loge dans une maison ou en appartement, plus souvent locataire que propriétaire. Son logement, plutôt étroit, est assez souvent vétuste, quelquefois même mal équipé : une fois sur sept il n’y a pas l’eau courante dans le logement, mais seulement un point d’eau dans la maison. D’ailleurs, si le Lomanais a une petite famille, il n’a pas des revenus très élevés, car, le plus souvent, il n’est qu’un modeste employé du secteur privé ou d’une administration qui a ses bureaux dans le Centre, donc heureusement pas trop loin. Il arrive néanmoins une fois sur cinq qu’il soit cadre ou commerçant, très rarement artisan et encore moins souvent ouvrier. Aussi se déplace-t-il à pied dans son quartier et dans le Centre, en bus pour aller plus loin. Un Lomanais qui travaille sur trois se rend chaque matin à plus de 5 kilomètres de chez lui et ne revient qu’à la nuit. Sa femme, également, travaille comme employée ou, parfois, reste au foyer, assurant la vie domestique et l’éducation des enfants. Ceux-ci sont scolarisés dans le Centre ou le quartier ; ils se lèvent à l’aube et rentrent presque toujours à midi ou dans l’après-midi. Aux heures où ils se déplacent, ils envahissent la rue, comptant pour moitié dans ces mouvements quotidiens alternés.

116Le soir, le Lomanais rentre tranquillement à la maison, prenant le temps de faire ses courses et de voir ses amis pendant que sa femme assure une présence au foyer. C’est un citadin fort casanier. Bien que le quartier lui convienne, il apprécierait que la municipalité en assure mieux l’entretien – notamment pour lutter contre une insécurité croissante, pour nettoyer les rues et les entretenir correctement, ainsi que les escaliers qui prolongent de nombreuses rues – et fournisse aussi un éclairage public décent. Cependant, très attaché à sa vieille ville, qu’il aime beaucoup et dont il est fier, il la considère comme le lieu central de sa vie de citoyen. Là, il va au marché et flâne le dimanche, se rappelant le temps, de plus grande solidarité lui semble-t-il, de sa jeunesse, un temps de fêtes populaires, assez fréquentes dans le quartier. C’est pourquoi il reconnaît bien volontiers que la politique de réhabilitation du Centre Historique – pour lui, cette dimension de l’histoire est omniprésente – entreprise, croit-il, par la municipalité avec l’aide de l’État, des propriétaires, du Fonds de sauvegarde et de quelques organisations internationales, est une chose bonne, voire excellente. Si, au moins, cette même municipalité prenait davantage en charge les problèmes de société et se préoccupait plus de son cadre de vie, il serait un citoyen comblé.

117Pourtant, parfois, il regrette d’être installé dans un si vieux et si inconfortable quartier. C’est plus son logement que le quartier, d’ailleurs, qui est inconfortable. Alors, il rêve d’habiter en un autre secteur, plus moderne, dans le nord de la ville de préférence. Cela ne l’empêche nullement de passer une fois sur deux ses fins de semaine à La Loma, où il entretient de bonnes relations de voisinage, sans pour autant avoir une vie associative particulièrement marquée. Rarement motorisé, il s’évade peu de Quito.

118À l’écouter, la ville n’est pas si grande, si son périmètre dépasse le Centre Historique et va indubitablement jusqu’à la Mariscal Sucre, et même, pour ses loisirs, jusqu’au parc de la Carolina, le principal de ce qui l’intéresse se passe à sa porte, de l’autre côté de l’arche de Santo-Domingo. Le Lomanais n’éprouve pas le besoin de chercher son bonheur hors de sa paroisse et des vieilles rues qui sont l’horizon de sa vie de tous les jours.

Le Sanjuanais

119En un récapitulatif sommaire, il convient de préciser aussi le portrait, non pas arbitraire – il se fonde sur 269 interviews –, mais tout de même encore bien superficiel du Sanjuanais. Il vit dans un quartier en bordure du Centre Historique, sur de fortes pentes bien aérées d’où la vue est splendide, mais qui sont bien fatigantes quand il faut les remonter, souvent, par des escaliers qui n’en finissent pas, comme le fait aussi sa femme chargée de retour du marché.

120C’est qu’il commence à vieillir. Logé décemment dans sa maison ou son appartement, il pratique une économie domestique calculée sur la relative modestie de ses revenus et sur la fréquentation d’un territoire limité. Ainsi, les jours ouvrables, chaque matin se déplaçant, en bus ou à pied, entre 7 heures et 8 heures, pour l’exercice de ses activités économiques ou sociales, il ne va jamais très loin. Le soir, il rentre tranquillement, profitant des dernières heures de jour pour faire ses courses, voir ses amis, saluer l’épicier du coin, faire un peu de sport ou simplement flâner.

121À la maison, sa femme et ses enfants l’attendent. Certes, pour l’équilibre du budget, sa femme est souvent obligée d’avoir, elle aussi, un emploi, mais elle est toujours là quand il rentre. Ce comportement régulier, sans à-coup et casanier, lui convient si bien qu’une fois sur deux, en fin de semaine, il reste à la maison pour vaquer à ses occupations domestiques, à moins qu’il n’aille se divertir auprès de sa parentèle, chez des amis ou lors d’une promenade dans la « vallée ». Il va aussi, parfois, en province, mais cela n’est pas trop facile, car, comme le Lomanais, il n’est que rarement motorisé.

122Il aime beaucoup son quartier et le Centre Historique dont il est fier. C’est le haut lieu de sa vie de citoyen. Là il va au marché, là il flâne le dimanche, là il rêve qu’un jour il aura une belle maison dans le nord de la ville où, dit-on, tout est plus confortable, plus neuf et plus propre – car son quartier, dont la partie basse est plus que centenaire, se dégrade dans l’indifférence du pouvoir municipal –, mieux entretenu, moins soumis aux méfaits des ivrognes, des drogués et des voleurs qu’une police quasi inexistante ne parvient pas à contrôler. Il faut dire qu’en prenant de l’âge il se rappelle des anciens temps qu’il embellit et croit se souvenir qu’il y avait autrefois plus de solidarité. Cependant, il reconnaît bien volontiers qu’il n’est guère actif, que s’il apprécie les associations de quartier, c’est d’assez loin, sauf au moment des fêtes traditionnelles, celles de Quito et de Noël notamment, où il lui arrive de prêter la main.

123En vérité, il vit toujours comme si la ville n’avait pas plus de 200 000 habitants et était encore contenue dans un périmètre de quelques kilomètres de rayon, ne dépassant pas Chimbacalle et Atahualpa au sud, La Floresta et la Vicentina à l’est, la Carolina au nord. De là vient son intérêt pour la conservation et la réhabilitation du Centre Historique, qui est son lieu géométrique, et naissent ses colères face aux façons, qu’il ne comprend pas vraiment, d’en modifier le fonctionnement. Cela bouscule ses habitudes. D’ailleurs, qui peut comprendre la politique urbaine actuelle, la seule qui pourrait pourtant l’intéresser, puisque l’information est si mal diffusée ? On lui demande s’il connaît le règlement urbain. Quel règlement urbain ? On lui demande s’il sait qu’il y a un centre des affaires. Bien sûr qu’il le sait, puisqu’au Centre, généralement aux Ipiales, et parfois à la Mariscal Sucre, il va faire toutes ses emplettes.

124D’ailleurs, la municipalité !... que peut-on espérer d’elle, qui n’entretient pas les rues, n’assure qu’imparfaitement le nettoyage du quartier et ne songe pas à aménager correctement des transports de proximité ? Manifestement, elle oublie qu’il y a des quartiers tranquilles et honnêtes, comme San Juan, qui mériteraient qu’on s’occupe un peu de leur entretien. Il faut dire que les Sanjuanais ne sont pas inquiétants, ce ne sont pas des envahisseurs de terres interdites à l’urbanisation, constructeurs de quartiers marginaux qu’il faut ensuite intégrer à tout prix à l’ensemble de la ville pour ne pas avoir de conflits trop violents à gérer. Ce ne sont pas non plus de ces nouveaux riches, influents, qui obtiennent tous les équipements les plus modernes et toutes les facilités de vie économique en des quartiers de luxe comme il s’en trouve au nord. Bref, pourquoi la municipalité se soucierait-elle de gens qui payent leurs impôts et se tiennent bourgeoisement tranquilles ?

125Alors l’habitant de San Juan se souvient, rêve que s’il avait les moyens il déménagerait, et pense que ses enfants, lorsqu’ils seront adultes, iront s’établir dans une partie de la ville beaucoup plus moderne, mais qu’il ne connaît que très peu et par ouï-dire.

Mœurs identiques, quartiers différents

126En définitive, il y a beaucoup de ressemblance de comportement économique, social et relationnel entre le Lomanais et le Sanjuanais, qui se trouvent également en des situations démographiques proches. Cependant, si le Centre Historique est pour l’un et l’autre le point d’ancrage principal de leurs activités, de leur approvisionnement, de leurs déplacements, ils s’y insèrent différemment. Sans se laisser tenter par une sorte de déterminisme géographique et historique, on ne peut néanmoins faire abstraction de la situation de ces deux quartiers et de leurs cadres de vie si dissemblables. L’histoire et l’économie ont aussi leur importance.

127Pour bien saisir tous ces éléments, il importe d’abord de considérer San Juan et La Loma non par rapport à l’ensemble du site et de la ville de Quito, mais par rapport au Centre.

128La Loma – mais on pourrait dire aussi bien San Marcos, la Recoleta, San Sebastían ou même la Tola – est un quartier indissociable du Centre Historique. Il apparaît comme un lieu fermé, car la plupart de ses constructions s’ouvrent sur la rue Rocafuerte et les rues qui s’y greffent, si bien que naturellement les Lomanais sont amenés à se côtoyer, à se rencontrer et à se bien connaître. Ceux qui vivent ou ont vécu à La Loma considèrent la convivialité que cette situation génère comme le caractère relationnel le plus marquant de la vie quotidienne. En outre, bien que l’on y pénètre à pied, surtout par l’arche de Santo-Domingo, ce qui accroît sa singularité, il n’y a pas discontinuité, encore moins rupture, entre ce quartier et le centre-Centre extrêmement proche. C’est pourquoi les déplacements entre lieu de vie domestique, lieu de vie économique et lieu de vie social, c’est-à-dire dans La Loma et entre La Loma et le centre-Centre, se font le plus fréquemment à pied, sans que cela entraîne le sentiment de changer de cadre.

129Les Lomanais ont aussi des revenus souvent un peu inférieurs à ceux des Sanjuanais et leurs maisons sont plutôt plus anciennes et moins bien équipées, leurs différences architecturales et en matériaux étant significatives.

130Toutefois, c’est surtout le site et la relation au Centre qui établissent la dissemblance entre ces deux quartiers.

131À San Juan, on est vraiment au-dessus de la ville, l’air y est plus vif, les odeurs et les bruits plus éloignés, l’espace ouvert sur l’horizon, quoique le bas de San Juan, pourtant plus éloigné de la Plaza Grande que La Loma, soit comme elle très étroitement rattaché au Centre. Hormis en cette partie basse, ceux de San Juan s’identifient à leur quartier sans se sentir partie intégrante du Centre Historique. Les hauts de San Juan n’ont été construits que dans la deuxième moitié du xxe siècle et le bas, si l’on excepte quelques tronçons de rue, n’a guère plus d’un siècle. Mais la rupture du relief, extrêmement marquée, introduit une discontinuité autrement plus forte. Bien que naturellement le Sanjuanais aille s’approvisionner au Centre, y scolarise une partie de ses enfants, y travaille une fois sur deux, s’y rendre n’est pas pour lui un acte qu’il répétera quelle que soit l’heure et sans de bonnes raisons. Car cela signifie qu’il utilisera l’un des bus qui escaladent et dévalent les pentes de ses rues, ou qu’il empruntera les immenses escaliers qui plongent sur le souk des Ipiales. En outre, San Juan s’ouvre au nord qui, bien qu’au-delà d’une rupture du relief et de la continuité du bâti, propose les loisirs et les équipements d’une ville moderne ; tandis que franchir de tels obstacles entraînerait le Lomanais vers le sud, en un lieu de nulle part : sur les bords du Machángara ou bien dans cet endroit plein de risques pour son portefeuille ou son bagage qu’est le Terminal terrestre. Pour ces raisons et bien d’autres, qui se devinent dans l’analyse que l’on a faite, il était pertinent d’approfondir les caractéristiques de ces deux quartiers et de la population qui y réside.

La difficulté et l’intérêt de donner la parole à ceux qui ne sont jamais consultés

132Contrairement à ce qui faisait l’assise de la première partie de l’ouvrage, l’ensemble des informations contenues en cette deuxième partie ne se fonde pas essentiellement sur des archives et des travaux antérieurs, mais sur des observations de terrain. En troisième partie, on utilisera encore le contenu de l’enquête EBAQ dans son ensemble et d’autres entrevues : interviews sur les places et avec des responsables de la politique de conservation et de restauration de la ville ancienne.

133La difficulté majeure de l’exposé de ces travaux est d’en donner un texte où les informations chiffrées ne deviennent pas trop lassantes. Mais c’est là chercher à résoudre la quadrature du cercle. Comment se contenter de généralités du style « l’ensemble des personnes interrogées », « quelques-unes », « une bonne partie », etc.? Il a bien fallu tolérer les pourcentages, avec la monotonie desséchante qu’ils véhiculent. On a cependant sacrifié autant que possible les chiffres, renvoyant le lecteur intéressé à la consultation – difficile il est vrai – des tableaux archivés au CEDIME, une ONG de Quito et que peuvent aussi fournir les auteurs. Cependant, on n’a pas voulu agir de cette façon dans l’exposé des réponses concernant l’image que donnent du Centre Historique et de la conscience politique qu’ils en ont les Quiténiens y demeurant ou le fréquentant quotidiennement. Il nous a semblé que, malgré les apparences de répétitions entre les réponses des Lomanais et des Sanjuanais – réponses qu’on a le plus souvent rapprochées selon les aspects des questions abordées –, il ne fallait pas les réduire outre mesure. Elles confortent ce qui justifie ce travail, un exposé sur le Centre Historique de Quito, son rôle, sa signification, son devenir, et une analyse de ce qu’en pensent les Quiténiens eux-mêmes.

134Bien que sa vétusté et son intérêt historique apparaissent à beaucoup comme un obstacle au fonctionnement de la ville moderne que veut être la capitale équatorienne, on sait désormais qu’il n’est pas un ensemble urbain obsolète. Au contraire, ses fonctions administratives, surtout municipales, culturelles et scolaires, et son rôle commercial sont très vivaces, voire incontournables malgré le rejet à peine voilé que manifestent ceux qui ont opté pour un genre de vie calqué sur une certaine idée qu’ils se font de l’américanité, confondue avec le modèle nord-américain. Nombreux en effet sont les jeunes des classes aisées, habitant au nord de Quito ou dans ses banlieues riches, qui reconnaissent n’avoir jamais dépassé vers le sud le parc de l’Ejido, c’est-à-dire la banlieue nord de la ville de 1910. Mais 70 % des Quiténiens environ vivent au jour le jour. Ceux-ci, pour certains, habitent dans le Centre Historique qui demeure un ensemble de quartiers résidentiels pour les gens sans fortune. Ces 70 % considèrent alors qu’il est leur hypermarché, le lieu de tous les achats, y compris de vivres à San Roque. Pour eux, ce Centre existe. L’oublier serait introduire une sorte d’apartheid. Nous ne sommes pas sûrs que les bourgeois de Quito en soient arrivés là, mais raisonner en ignorant l’importance urbaine et sociale du Centre Historique serait en faire un bantoustan, à n’en pas douter.

135Or, on verra en troisième partie que ce risque existe, faute d’en avoir fait une étude géographique et sociologique globale. Jusqu’à ce jour, des dizaines d’études ont été menées, mais sectoriellement. La liste des publications, remarquables à bien des égards, de la direction de la Planification de la municipalité du DMQ en témoigne, les travaux du groupe Ciudad et bien d’autres aussi. Même le très documenté Atlas infographique de Quito, tout en passant géographiquement la ville au peigne fin, ne s’est pas attaché à considérer spécifiquement le Centre Historique, quoique, en le consultant avec attention et un peu de compétence géographique, on puisse y trouver bien des choses. Après avoir rédigé cette deuxième partie au plus près de nos travaux de terrain, nous tenions à rappeler que derrière les chiffres et les questions réductrices il y a une forte réalité sociale et économique. Il serait nécessaire d’œuvrer pour lui permettre de maintenir son rôle en s’adaptant, dans son fonctionnement, à une société urbaine et andine du xxie siècle, ce que la troisième partie permettra de voir.

Notes

1 Tels San Marcos, la Tola, San Blas, San Sebastián, la Recoleta, San Roque, San Diego, etc.

2 Pour la différence, lire René de Maximy, Le Commun des lieux, Sprimont (Belgique), Pierre Mardaga Éditeur, mai 2000 : cf. le chapitre 6 consacré à cette question et aussi le chapitre 9 traitant du quartier et de la rue.

3 Dionisio Alcedo y Herrera, Piano de Quito, Séville, Archivo General de Indias, 1734.

4 Place, lieu de passage et de microcommerce, marché de « la Marín » du nom d’Andradc Marín qui fit remblayer le ravin de Manosalvas en 1908 (cf. la première partie).

5 Traduction libre du texte d’Alfredo Fuentes Roldan, « El Senor de los milagros », in Quito tradiciones, Quito, Abya-Yala, 1995, p. 17-19.

6 Actuelle rue Rocafuerte jusqu’à la place de la Mama-Cuchara.

7 Partie la plus anciennement urbanisée de La Loma Grande, initialement entre la rue Montúfar et la rue Flores, puis s’étendant ensuite aux actuelles rues Pereira et de Los Milagros.

8 Selon Juana Utreras (1996) et aussi selon M. Pasquel (septembre 1991), « Jacinto Jijón y Caamaño y el barrio obrero », in Trama, n° 55, p. 37-43.

9 Ancienne quebrada de Jérusalem.

10 Françoise Descamps, La Loma Grande y la Plaza de Santo-Domingo, Quito, Libri Mundi. 1994, p. 51.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Nous rappelons que la cohabitation est la relation entre la quantité de pièces habitables dans chaque îlot et le nombre de résidants qui y sont recensés.

14 L’année 1995 retenue est incomplète, car l’enquête fut réalisée en novembre. Il faudrait redresser cette information géographique.

15 René de Maximy, « Âge et sexe ». in AIQ, planche 1 1.

16 Taux de sondage de l’enquête : 25,25 % des logements.

17 Peut-être est-ce dû à une représentativité incertaine de notre échantillon quant à cette question.

18 Les cartes de l’ensemble de Quito montrent cependant que ce plan en damier disparaît dès que l’espace occupé par l’urbanisation non contrôlée est par trop pentu et difficile à aménager. Alors le relief impose sa loi, comme en témoigne le tracé des voies. Cependant, dès que le terrain redevient plus plat, le plan en damier tend à réapparaître tant il est simple et ancré dans la tradition.

19 Il s’agit d’un jeu immémorial. Il se jouait déjà avant l’arrivée des Incas. Il s’apparente au volley-ball, d’où son nom moderne d’ecuavole : « volley équatorien ».

20 Cf. Gente de Quito, op. cit. ; et aussi les résultats des enquêtes EBAQ archivées au CEDIME à Quito, avec copie à la faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université centrale de Quito.

21 Le terme de condominium (en espagnol condominio) désigne depuis une génération environ des lotissements clos de murs et généralement contrôlés nuit et jour à l’entrée par des gardes armés. Ce type de « résidence » se répand de plus en plus en Amérique latine, on le retrouve aussi dans de nombreuses villes de l’Asie du Sud-Est ou de l’Inde et, bien sûr, aux États-Unis, où cela se développe de plus en plus. C’est le résultat d’une névrose sécuritaire qui s’internationalise.

22 D’après le recensement de 1990, la situation s’est améliorée. Mais comment et pour quelles raisons ? Faute de réponses précises, on en est réduit à les imaginer.

23 Le système d’information géographique Savane a été mis au point par Marc Souris, alors chargé de recherche à l’IRD, entre 1988 et 1992, lors de l’élaboration de l’AIQ, et constamment actualisé depuis. Les cartes, établies avec ce logiciel, ont été fournies par les services de la planification urbaine de la municipalité du district métropolitain de Quito.

24 Cette dernière information n’a pu être obtenue de la municipalité, elle manque dans la BDU du SUIM. Il semble que les services de la planification n’en ait pas eu l’usage, à moins que le recensement n’ait pas jugé nécessaire de prendre en compte cette différenciation. Quoi qu’il en soit, une telle absence paraît surprenante et reste inexplicable.

25 Henri Godard, René de Maximy, « Classification et analyse des quartiers ». in AIQ, planche 33, et « Grilles des services et des équipements », in AIQ, planche 27.

26 99 %, les quelques personnes qui manquent sont celles qui n’ont pas fourni de réponse sur ces questions.

27 C’est-à-dire de la population âgée de 18 à 65 ans.

28 Cf. René de Maximy, « Âge et sexe », in AIQ.

29 Moins de 320 habitants à l’hectare, alors qu’on rencontre assez fréquemment des îlots ayant une densité dépassant les 480 habitants à l’hectare.

30 Surtout rues Pontón, Liceo et Vásconez.

31 Le sous-quartier situé entre les rues Rocafuerte et Antonio-Rivera.

32 Notamment celles qui ont été compilées, cartographiées et analysées dans l’At/as infographique de Quito, en 1987-1992, auquel on renvoie une fois de plus.

33 Cf. le rapport établi par le CEDIME et l’ORSTOM, El centra histórico, datos y análisis de los censos poblacionales, Quito, 1994.

34 Cf. les histogrammes de population des deux recensements et de l’enquête.

35 En 1995. l’échantillon, insuffisant, ne permet que de présenter une tendance.

36 Les très forts et très soudains écarts montrent la mauvaise représentativité, à cette échelle d’analyse, de l’échantillon EBAQ.

37 Cf. la fiche signalétique de ce quartier établie à partir des données INEC de 1982 et, pour les activités, de 1987. le tableau récapitulatif des CSP tirées de l’enquête EBAQ. et les cartes établies à partir des données de 1982 et 1990.

38 607 de sexe masculin, 695 de sexe féminin, indice de masculinité 87,3 % qui semble généralisé dans les anciens quartiers ; cf. l’étude de la population de San Juan.

39 Ancien hôpital Pasteur, désormais restauré mais affecté à d’autres fonctions.

40 Cf. la carte du site.

41 Recensement INEC, cf. AIQ.

42 Recensement INEC, cf. AIQ.

43 258 personnes ont répondu à cette question.

44 Cette appellation, commode, est très réductrice. Elle suppose entre autres que le travail et la production sociale d’une femme au foyer n’ont aucune valeur économique. Cette façon de dire est significative de la distance culturelle qui sépare un économiste d’un sociologue.

45 C’est une crainte récurrente exprimée très fréquemment dans tout Quito lorsque les gens parlent des problèmes urbains : délinquance, transports, pollution, hygiène sont les chapitres les plus souvent abordés.

46 De nombreuses personnes ont donné deux réponses ou davantage ; ce nombre de 659 n’est donc pas contradictoire avec celui des interviews (331).

47 Trois quartiers pouvaient être proposés par chacun en les classant par ordre de préférence.

48 Les onze premières enquêtes ayant été imparfaitement menées (par oubli des enquêteurs), nous ne considérons que les personnes effectivement interrogées.

49 14 % de ceux qui font ce choix optent pour La Loma.

50 Généralement construite il y a moins de trente ans.

51 6 % en première position. 10 % en deuxième ou troisième position.

52 4.5 % en première position, 4.5 % également en deuxième ou troisième position.

53 La Vicentina est aussi proche du Centre que San Juan ; la Floresta, au nord-est du Centre, Villa Flora et Atahualpa au sud et voisins l’un de l’autre, en sont à moins de 3 kilomètres. Sauf Atahualpa et Villa Flora, ces quartiers existent depuis plus d’un demi-siècle.

54 Ce modeste volcan divise en deux la « vallée ». Il constitue une sorte de parc naturel (non encore classé en 1996) et proche de Quito. Ses pentes ne sont accessibles qu’à pied.

55 Nous esquissons bien le portrait du Lomanais ou du Sanjuanais et non de la Lomanaise ou de la Sanjuanaise, car. dans la société équatorienne, encore très machiste, les réponses que nous avons obtenues des femmes rencontrées aussi bien que des hommes ont toujours été formulées avec cette vision (cette conception ?) très marquée des relations hommes/femmes. Nous ne faisons, ici. que transcrire une image dont nous ne sommes pas les concepteurs.

Table des illustrations

Légende Figure 16La Loma : limites et rues principales
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Figure 17La Loma : croquis morphologique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Extensions de La Loma, 1875, 1888, 1903, selon les plans de Manten, Gualberto Pérez, H.G. Higley.Planche 4 Extensions du quartier de La Loma à la fin du xixe et au début du xxe siècle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 18La Loma : densité de population par îlot (1982-1990) (hab./ha)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 19La Loma : densité de logements par îlot (1982-1990) (nombre de logements/ha)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Figure 20 La Loma : population en 1990
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure 21 La Loma : pyramide des âges en 1995
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Les limites d’avant 1995, qui ont été retenues dans notre étude, sont indiquées par des tirets ( – – – ) lorsqu’elles sont différentes des limites actuelles.Figure 22 San Juan : limites et rues principales depuis 1995
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 23San Juan : croquis morphologique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 24San Juan : densité de population par îlot (1982-1990) (hab./ha)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Figure 25San Juan : densité de logements par îlot (1982-1990) (nombre de logements/ha)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 26 San Juan : population en 1990
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Figure 27 San Juan : pyramide des âges en 1982
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Figure 28 San Juan : pyramide des âges en 1995
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 2 Répartition des CSP de la population lomanaise fin 1995 selon EBAQ
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40747/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search