Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Deuxième partie. Le centre et ses quartiers : espaces de vie

Chapitre IV. Les boutiquiers, témoins sans histoire du Centre Historique

Texte intégral

Diversité des commerces du Centre

1Dans un rapport commandé au CEDIME par la municipalité, on peut lire : « La phase actuelle de cette recherche a comme problématique la relation entre le phénomène de l’informalité – provoqué par la combinaison de la crise et des mesures d’ajustement – et le pouvoir municipal qui doit adapter son projet sociopolitique à la réalité urbaine dont l’informalité constitue un segment actif. » Ce jargon pour dire que la pauvreté, qui à Quito ne date pas de la conjoncture présente appelée aussi « crise », est un véritable problème d’urbanisme : « Informalité » semble être ici synonyme de « débrouille », mais, en réalité, il s’agit plutôt, et sans que les auteurs en aient apparemment pris conscience, d’un mode de productivité, de redistribution d’une part des revenus qui s’accumulent dans la capitale et d’une forme de fonctionnement social des activités de microproduction ou de service. Ce qui ne signifie pas que la municipalité ait le projet de lutter contre la précarité ou la pauvreté, bien que le rapport cité dise encore en préambule : « Dans le cadre de son programme “Pauvreté urbaine” le CEDIME en est venu à développer diverses recherches sur le thème des petites activités urbaines. »

2En effet, l’objet de l’étude demandée est seulement « de porter un diagnostic socio-économique circonstancié sur le Centre Historique de Quito, mettant l’accent sur la très forte concentration commerciale de cette partie centrale de la capitale et sur la prédominance de son caractère informel. » Car la municipalité veut donner une image prestigieuse de la partie touristiquement attractive du Centre Historique en en affaiblissant la dimension populaire et en y modifiant le sens sociétal et culturel que ceux qui le fréquentent lui confèrent chaque jour : pour eux, il est le lieu d’approvisionnement par excellence, un lieu de très forte socialisation dont l’usage est très significativement approprié comme en témoignent tout au long du jour les mille et une scènes de la rue ; tandis que pour la municipalité, ce doit être un lieu d’activités sélectives, valorisantes pour l’image offerte aux visiteurs, donc nobles, ce qui entraîne à terme l’éradication ou le déplacement des activités malaisément contrôlables.

  • 1 Instituto nacional de estadística y censos (Institut national de la statistique et des recensements (...)

3Quoi qu’il en soit, « la première étape de cette étude [fait] référence à la mesure de cette réalité économique […] ». C’est pour cela que le CEDIME a travaillé sur le recensement INEC1 de novembre 1990. Il a réalisé aussi trois enquêtes exhaustives : « […] en juin 1993, sur les établissements commerciaux, en août et septembre sur les institutions présentes dans le Centre Historique, en mai 1994 sur les points fixes de vente sur la rue. » C’est à partir de ces données que l’on a établi et commenté une image chiffrée très orientée vers les activités économiques diurnes du Centre Historique de Quito. On doit garder à l’esprit le fait que la direction de la Planification de la municipalité du district métropolitain s’appuie sur ces chiffres en excluant de facto une approche plus anthropologique qui reste à faire, pour mettre en œuvre dans le Centre Historique sa politique et l’argumenter. Ils donnent une dimension nécessaire à notre étude.

4Ainsi, il y aurait, à la fin de 1990, 64 170 personnes – près d’un habitant sur dix-sept des 1 100 847 que compte alors Quito –, résident dans le Centre Historique. Or, déjà en 1982 (avant-dernier recensement disponible), certains de ses îlots affichaient une densité de 800 habitants par hectare, ce qui est très élevé compte tenu des espaces occupés par les édifices publics ou confessionnels et d’un habitat, traditionnel, n’excédant que très rarement les trois niveaux. On y dénombre 100 hommes pour 108 femmes. Celles-ci vivent sensiblement plus longtemps. La comparaison avec la population urbaine du canton de Quito met en évidence un certain vieillissement de cette population. Par exemple, tandis qu’au Centre Historique les moins de 30 ans représentent 61 %, ils sont 64 % dans le canton. Cette population se distribue dans 17 065 logements. Il y a, en moyenne, entre 3 et 4 personnes par famille et la direction de près d’un foyer sur trois incombe à une femme, celle-ci étant plutôt veuve ou divorcée, avec ou sans enfant(s) à charge puisque plus de la moitié d’entre elles ont plus de 45 ans. La société étant encore très machiste et les femmes suivant encore fréquemment une scolarité plus tôt interrompue que celle des hommes, cela signifie très souvent de faibles ressources. Une telle situation économique n’est pas sans conséquence sur l’exercice non déclaré de micro-activités de service, surtout commerciales : vendeuses sans patente sur la rue. Elle n’est pas spécifique au Centre Historique, elle traduit vis-à-vis du mariage et de la famille un changement structurel profond de la société quiténienne. Les auteurs de l’étude du CEDIME parlent, quant à eux, de 56 % de foyers constitués d’un « couple familial classique », c’est-à-dire conforme à une tradition encore très ancrée dans le discours mais, dans les faits, fortement remise en question.

5Le Centre Historique est certainement l’espace le plus quiténien de la ville, non seulement parce qu’il en est le plus ancien, mais aussi parce que presque les deux tiers de ses habitants sont originaires de la province du Pichincha dont Quito, la capitale et seule grande ville, abrite les quatre cinquièmes de la population. Il est vrai que l’ensemble de la ville est surtout peuplé de serranos. Ces informations sont néanmoins entachées d’un biais systématique, la tendance étant d’aller se faire recenser sur leur lieu de naissance.

6Le niveau de scolarisation des résidants est dans ces quartiers supérieur à celui de l’ensemble de la ville. Davantage de personnes y ont suivi des études secondaires et tout autant des études supérieures. Cependant, cette comparaison systématiquement faite par les auteurs du rapport entre la situation démographique, culturelle et résidentielle des gens du Centre Historique et les urbains du canton de Quito n’a pas grande signification. L’analyse faite dans l’AIQ a montré combien l’espace de cette ville était à la ressemblance de sa population, socialement très ségrégé. Aussi le fait que 60 % y aient fait des études secondaires, dont près d’un tiers est allé jusque dans le supérieur, alors que dans l’ensemble de la ville il n’y ait que moins de 58 % qui soient dans ce cas, signifie seulement que le poids des quartiers récents et périphériques pauvres tire significativement la statistique générale vers le bas. On peut en déduire que le Centre Historique abrite une population aux moyens limités, les données concernant la scolarisation étant très en deçà de ce qu’on rencontre dans les quartiers aisés de la ville et très semblables à ceux de la petite bourgeoisie, qu’ils soient au sud ou, plus souvent, au nord. L’enquête EBAQ enseigne également que chez les jeunes ces disparités tendent progressivement à s’estomper, autant en ce qui concerne l’écart entre les garçons et les filles, sauf pour les études supérieures où les filles continuent à être significativement minoritaires dans le Centre Historique comme dans tout Quito, qu’en ce qui dépend d’autres facteurs plus singulièrement liés aux revenus, bien que la ségrégation sociale se maintienne très fortement. Le Centre Historique sur ce plan est certainement le secteur urbain où elle est la moins apparente.

7Au recensement de 1990, 42 % de la population s’y déclare économiquement active (PEA), un cinquième scolarisé (21,5 %), le reste retraité, malade, à la recherche d’un emploi ou n’assurant que l’entretien de sa maison (16 % de femmes maîtresses de maison). Seulement 53 000 résidants sont concernés, car les enfants de moins de 8 ans ne sont pas comptabilisés dans ces rubriques. La PEA résidant au Centre Historique est proportionnellement plus importante que dans l’ensemble de la ville ; la population scolarisée est moindre et il y a moins de femmes à la maison, mais on y trouve un plus grand nombre relatif de retraités et de gens en quête d’emploi. Ces différences, encore une fois, ne sont guère significatives, car toute moyenne quiténienne cache les innombrables disparités d’une population où les classes sociales et les catégories de revenus sont particulièrement contrastées. Simplement, elles indiquent que la population du Centre Historique ne dispose plutôt que de faibles revenus sans que ce soit la misère, bien qu’une personne sur dix de la population économiquement active y soit actuellement sans emploi.

8On enregistre 29 827 personnes ayant un emploi effectif. Le principal particularisme des activités pratiquées par les résidants du Centre est l’importance des activités commerciales, qui occupent plus d’un quart de la PEA. Ce qui ne signifie évidemment pas que tous les résidants du Centre Historique travaillent sur place. De même, nombreux sont les cadres, employés, commerçants et travailleurs manuels y exerçant une activité diurne et quotidienne, mais n’y demeurant pas...

9Les femmes sont sensiblement plus nombreuses que les hommes, d’abord chez les commerçants, mais aussi parmi le personnel administratif et dans les emplois de service. Plus étonnant : il y a deux fois plus de femmes que d’hommes qui exercent une activité d’encadrement telle que celle de contremaître. La répartition par branche d’activité confirme le poids des activités commerciales (7 006, soit 24,6 %) et de service du secteur privé (22,3 %). Il est remarquable de voir que les cordonniers sont aussi nombreux que les domestiques. À noter également que le secteur public accueille près d’un emploi sur cinq. En outre, 4 625 personnes, soit 16 % des actifs, sont employées par l’industrie et il y a davantage de personnes (1 227) qui s’occupent de services financiers et de gestion comptable des entreprises que de travailleurs du secteur de la construction (1 031 personnes). Cette distribution témoigne du poids de plus en plus marqué que prennent désormais les activités de service.

10L’enquête EBAQ, réalisée en 1995-1996, confirme cette tendance qu’une comparaison avec les données du recensement de 1982 (cf. AIQ) rendrait encore plus probante. Dans l’énoncé de ces chiffres apparaît aussi la mixité résidentielle du Centre Historique. Nulle part ailleurs, si ce n’est peut-être dans le quartier Villa Flora (centre-sud de Quito), il n’y a autant de travailleurs manuels côtoyant des cols blancs. Quatre actifs sur dix se disent patrons d’une entreprise dont ils sont salariés (8,6 %) ou à leur compte (29,4 %). Dans ce dernier cas, il s’agit surtout de petits commerçants, autant de femmes que d’hommes (on y rencontre un tiers de femmes qui déclarent exercer une activité rémunératrice), et d’artisans ; ils sont proportionnellement beaucoup plus nombreux dans le Centre Historique, où ils ont le plus souvent leurs activités, que dans tout autre quartier de la capitale.

11Les données qui précèdent, tirées du recensement de 1990, sont complétées par le recensement des établissements commerciaux, fait à la demande de la municipalité en juin 1993. Il s’agit du « décompte exhaustif des différentes formes d’insertion dans le marché du travail que représente cet important quartier central de la capitale ». Ont été considérées les activités fixes, les activités foraines (mercantiles de la rue) et les activités institutionnelles. L’étude a été conduite sur 277 îlots du Centre Historique abritant 8 620 lieux d’activités spécifiquement économiques, dont plus de 94 %, généralement des activités commerciales ou de service, sont privés. En voici la répartition par nombre d’établissements et pourcentage de l’ensemble recensé, pour chaque rubrique : privé économique, 8 135, c’est-à-dire 94,4 % ; privé non économique, 126, soit 1,5 % ; état économique, 7, soit 0,1 % ; état administratif, 88, soit 1 % ; municipal économique, 5. soit 0,1 % ; municipal administratif, 25, soit 0,3 % ; municipal non économique, 10, soit 0,1 % ; indéterminés, 224, soit 2,6 %.

12Il faut garder présent à l’esprit que s’il y a 94 % des activités qui relèvent du secteur privé et librement concurrentiel, en termes d’importance urbanistique et d’image, les 6 % restants occupent incommensurablement plus d’espace que les autres. Il s’agit, entre autres : des bâtiments publics nationaux, dont le palais présidentiel, des ministères et leurs services spécifiques ; des bâtiments publics municipaux, dont l’hôtel de ville et ses services techniques ; des monuments et constructions confessionnels, dont des couvents, églises et collèges. Ces deux dimensions sont tout à fait emblématiques du Centre où l’on ne voit qu’elles. L’activité, surtout commerciale, est très dense et très diversifiée, occupant trois fois sur quatre moins de 40 m2, le plus souvent en rez-de-chaussée des immeubles ou dans un patio, et s’exprimant dans le cadre de grands édifices coloniaux ou de l’époque républicaine qui donne son cachet vieillot au centre colonial. Ce sont presque toujours des entreprises familiales n’employant guère que 2 ou 3 employés, quand les propriétaires ne sont pas seuls pour gérer leur boutique, accueillir et servir les clients.

13L’étude précise que 90 % des activités dénombrées correspondent à la même raison sociale depuis moins de quinze ans et que 43 % ont changé d’objet ou de propriétaire dans les trois dernières années. Ce turnover s’accélère de plus en plus : 5 % entre 1960 et 1970, 13 % entre 1970 et 1980 ; 34 % entre 1980 et 1990 ; 43 % entre 1990 et 1993. Les auteurs de l’étude l’attribuent « à un rythme net de création des établissements dû à un changement de lieu, d’activité, de patron ou à une nouvelle activité », ce qui est une lapalissade, mais est-ce un effet de crise ou de mutation accélérée des types d’activité depuis que l’Équateur s’est converti à l’économie moderne ? On ne le sait pas. Ces deux causes se sont probablement conjuguées. Il est d’ailleurs difficile d’obtenir des informations plus spécifiquement économiques, juridiques ou fiscales. À telle enseigne que seulement 41 % des tenanciers d’établissement affirment qu’ils respectent les réglementations en vigueur et, notamment, qu’ils payent l’entièreté de leurs impôts professionnels (charges fiscales salariales, patentes, impôts sur les bénéfices, etc.), tandis que 13 % disent ne pas être imposables, les autres se refusant tout simplement à répondre. Cela prouve que le contrôle fiscal laisse à désirer et que les contrevenants ne s’en soucient guère. Ce sont les établissements les plus anciennement installés qui sont le plus en règle. En 1988, une enquête menée par Manuel Castro, étudiant de Bordeaux travaillant avec l’équipe de l’AIQ, avait déjà constaté le nombre très élevé d’établissements, parfois importants et ayant pignon sur rue, qui échappaient ainsi à la fiscalité.

14Les 4 995 établissements les plus fréquemment rencontrés (66,3 % des 7 534 répertoriés) sont les commerces de tissus, de vêtements et de chaussures (1 218, soit 15 % de l’ensemble), puis la restauration et les bars (autour de 9 %), suivis de près par les épiceries. Viennent ensuite les services médicaux (6 %), les meubles et accessoires pour le logement, les services juridiques, la confection, les salons de coiffure, les bazars, les bijouteries, les quincailleries et les ateliers de réparation électrique, chaque catégorie, en ordre décroissant, représentant de 5 à 2 % des établissements ayant pignon sur rue. On notera la persistance de services aux particuliers qui tendent à disparaître dans les pays suréquipés, tels que les cordonniers, les petites épiceries ou de très nombreuses officines juridiques – la chicane étant un sport national, Les Plaideurs de Racine seraient à n’en pas douter très applaudis à Quito ! C’est évidemment dans la vente des textiles et vêtements et dans la restauration qu’il y a le plus grand nombre d’employés salariés.

15Parmi les activités de production, les plus importantes sont la confection, l’imprimerie, la boulangerie, l’ébénisterie et les « produits métalliques » sans autre précision. Ces cinq branches représentent 76 % des entreprises de production, soit 685 établissements.

16Nous venons de signaler le goût des Équatoriens pour la chicane. Compte tenu du peu de respect des lois et réglementations commerciales ainsi que de l’importance de la croissance géographique de la ville, on ne sera donc pas étonné de savoir que les services juridiques représentent 62 % des services les plus fréquents, autres que commerciaux. Viennent ensuite les services fournis aux entreprises, les services techniques et les architectes. La plupart, contrairement aux commerces et services aux particuliers, ont leur bureaux dans les étages des immeubles et anciennes maisons d’habitation du Centre Historique. Les services de transport et les activités qui leur sont liées sont également présents. Il s’agit pour les deux tiers d’entre eux de coopératives de taxis ou de taxis indépendants. Les dépôts de bus, les magasins d’accessoires et les agences de transport constituent le tiers restant.

Les boutiquiers

  • 2 Philippe Cazamajor d’artois, in AIQ. planche 16.
  • 3 Lait, huile, riz, pain, œufs, fromages, sucre, cubes Maggi, quelques fruits et légumes ; savons, al (...)
  • 4 Philippe Cazamajor d’Artois, op. cit.

17Les services publics ou privés, les lieux où l’on se côtoient et où l’on peut se parler, les magasins, les boutiques et les échoppes sont nombreux dans le centre ancien de Quito. Tous valent qu’on s’y intéresse, mais on ne peut ici les étudier tous. Aussi avons-nous choisi de privilégier celui où tout le monde passe à un moment ou un autre du jour ou de la semaine : l’épicerie, ou « épicerie de quartier » comme il est fréquent de la nommer à Quito. C’est la forme commerciale la plus couramment rencontrée2. Lieu d’approvisionnement au détail en produits vivriers de base et de première utilité domestique3, elle « est l’expression visible des besoins les plus immédiats de la population [... et met] en évidence une dynamique microcommerciale et de relation de voisinage, autre dimension de la vie urbaine que celle caractérisée par les fonctions de centralité et les zones d’emploi4 ».

18Il s’agit ici d’épicerie et d’épiciers. À Quito, ce sont toujours des petites boutiques vendant une gamme de produits très restreinte modulée selon la clientèle habituelle, dont quelques produits de droguerie. Symbiotiques à leurs pratiques, elles affichent des horaires établis en fonction de celles-ci. Ces petites boutiques sont intéressantes également à ce titre, car outre les opinions des petits commerçants qui les gèrent, une observation « en sympathie » de leur rôle et de leur fonctionnement offre l’image significative d’un lieu très ordinaire de rencontre usuelle et banalisée indissociable d’une manière sociale, quotidienne et utilitaire de pratiquer la vie de quartier.

  • 5 Philippe Cazamajor d’Artois, op. cit., planche 27.

19Début 1987, elles représentent un quart des établissements commerciaux recensés5 dans l’ensemble de la capitale. Cependant ce même recensement démontre que les variations de ce rapport peuvent aller de 18 à 60 % selon les quartiers et que ces données doivent être maniées avec prudence. En effet les quartiers résidentiels des populations à hauts revenus ne possèdent que quelques épiceries de proximité et peut-être un marchand de boissons alcoolisées ou une pharmacie de quartier, à l’exclusion de toute autre activité microcommerciale. Dans ces conditions il ne peut être surprenant qu’on y atteigne, pour seulement quelques points de vente, un pourcentage très élevé de petites épiceries, sorte de boutiques de dépannage à tout vendre du plus immédiatement nécessaire. Leur pourcentage est également exceptionnel dans les quartiers anciens qui ont eu une période de forte activité aujourd’hui délaissée, comme autour de la gare du chemin de fer, à Chimbacalle, où elles représentent presque la moitié des lieux d’activités marchandes, car seul ce type de microcommerce peut espérer s’y maintenir. En contrepartie, les secteurs très commerçants, dont le Centre et la Mariscal Sucre sont les plus vastes et les plus dynamiques, tout en abritant plus de petites épiceries que tout autre, en ont un pourcentage apparemment médiocre relativement à l’ensemble des commerces qu’ils accueillent.

  • 6 Cette enquête s’est limitée au « centre colonial » stricto sensu, c’est-à-dire aux quartiers répert (...)

20En 1996, dans le centre colonial6, le pourcentage en était de 6,5 %. Mais en 1987, à San Juan et au Tejar, quartiers d’habitat populaire symbiotiques au Centre, sans être commerçants si l’on exclut le marché du Tejar, dit « des Ipiales », appartenant au bas du quartier et situé au contact de ces trois entités, on notait que les épiceries de quartier représentaient respectivement 38 % et 19 % des points de vente fixes répertoriés. On peut donc avancer que le « centre du Centre », s’il a considérablement plus d’autres activités commerciales, a autant d’épiceries que n’importe quel autre secteur de ce même Centre. Ce qui permet d’affirmer que celles-ci sont correctement réparties sur l’ensemble de l’aire urbaine.

21On a dit que leur fréquentation est quotidienne, soit aux heures ouvrables pour nombre d’actifs qui y ont leur occupation et s’y approvisionnent en nourriture, boissons ou cigarettes notamment, soit à toute heure, de 6 heures du matin à plus ou moins 21 heures, dans les quartiers résidentiels populaires du Centre. Cette situation devrait faire des épiciers des observateurs privilégiés des réactions de leurs clients aux événements de la vie citadine, singulièrement de celle qui s’exprime dans leur lieu de vie active ou familiale quotidienne, et aux opinions que ces clients émettent sur la politique urbaine municipale. L’hypothèse qui a présidé à cette enquête fut que ces épiciers prennent ainsi, sans y penser, le pouls du Centre Historique, n’en retiennent que les pulsations les plus fréquentes ou les plus excessives et les restituent d’une manière globale lorsque les enquêteurs les sollicitent avec un peu de méthode.

22Mais qu’en est-il en réalité ? Certes, ils sont assez représentatifs du petit commerçant indépendant ayant une activité très quotidienne de proximité. Leur interview et la rencontre des gens qu’ils servent peuvent être une source d’informations très indicatives, car ce sont des témoins qui voient les choses « bouger » au jour le jour, imperceptiblement. Or, leur jugement est partiel, discutable quoique rarement discuté, fondé sur la myopie géographique et sociale de leur regard, mais il reflète bien son incidence sur l’exercice de leur activité. Ils livrent un témoignage direct, sans justification ni discours, contrairement à celui des responsables ayant un pouvoir sur la politique municipale ou culturelle. C’est un autre angle de la vision du changement qui permet d’estimer plus objectivement et complètement la compréhension et la portée du contenu des propos officiels. Soixante-dix enquêtes furent réalisées en février et mars 1996, respectivement cinquante menées dans la zone coloniale, dix à La Loma et dix à San Juan, soit pour ces deux quartiers approximativement la moitié des unités recensées. Il s’agissait d’obtenir une image marchande des rues et de leur spécialisation éventuelle, de saisir « une atmosphère » et de comprendre à quoi désormais correspond le Centre pour la grande masse de ses habitants.

23Les enquêteurs adoptèrent une démarche très pragmatique. Afin de n’être pas une gêne, le questionnaire élaboré était suffisamment bref. L’interview ne durait qu’une dizaine de minutes et ne nécessitait qu’un minimum de discussion, si bien que les personnes rencontrées pouvaient y répondre sans interrompre leur activité. Selon les circonstances et leur disponibilité, l’entretien pouvait être moins formel, convivial même ; alors, un véritable échange avait lieu. Malgré l’aspect inhabituel de cette forme de rencontre, chacun sembla intéressé par les questions abordées, ce qui laisse penser qu’elles rejoignaient ses propres interrogations, et prit toujours le temps nécessaire d’y répondre avec une grande amabilité.

24Après avoir dénombré les épiceries, on en a retenu aléatoirement une sur quatre en veillant à ce que leur distribution soit géographiquement significative. Ce sondage, qui prend ainsi en compte leur densité, a donc un taux acceptable. En effet, si les informations ne sont pas statistiquement représentatives des caractéristiques démographiques et culturelles des épiciers, l’importance de l’échantillon retenu donne une forte présomption de représentativité des opinions formulées par l’ensemble de la profession. C’est pourquoi on estime indicatives et tendancielles les données et les analyses qu’elles autorisèrent.

  • 7 Philippe Cazamajor d’Artois, op. cit., planche 16. On y lit : « Beaucoup d’habitants par tiendas de (...)

25Ces microcommerces ne jouent pas le même rôle selon les quartiers. Dans ceux à forte activité économique et à forte fréquentation diurne, ils répondent surtout à un approvisionnement quotidien, limité et immédiat, de boissons, cigarettes, « amuse-gueules » ou sucreries dont les Quiténiens se montrent particulièrement friands lors des pauses, notamment celle de midi. Dans les sous-quartiers centraux situés au contact, mais en périphérie, du Centre, ils fournissent tout aussi quotidiennement une clientèle de proximité. Cette diversité a été comptabilisée dans l’AIQ 7. Donc, selon la localisation, ce sera plutôt une clientèle de résidants du quartier, ou plutôt d’actifs du secteur. Les trois entités que constituent le centre colonial, La Loma et San Juan ont aussi été considérées pour elles-mêmes. Étudier les réponses apportées amène à les distribuer selon trois fonctions différentes qui caractérisent non plus des quartiers admis par le découpage administratif municipal, mais des espaces à vocation fortement contrastée :

  • le Centre multifonctionnel où se rencontrent lieux de culte, de culture, à fonction politico-administrative et, profondément imbriqués dans les espaces non occupés par l’exercice de ces trois fonctions majeures, des commerces de luxe, de consommation épisodique (droguerie, tissu, vêtement…) et plus courante (boulangerie, pâtisserie, épicerie, quincaillerie…). À cela s’ajoutent des services en tout genre : bars, restaurants, hôtels, pharmacies, salons de coiffure, magasins très divers ; et tout ce que propose l’informel : vendeurs ambulants, cireurs de chaussures, marchands de chicles et de journaux. Comme c’est la partie du Centre la plus visitée pour ses édifices religieux et ses monuments, les touristes participent aussi à sa fréquentation et à son animation ;
  • le marché du Tejar, dit « des Ipiales » et appelé ainsi par allusion à la ville d’Ipiales, contrebandière et frontalière avec la Colombie, où sont proposés aux chalands tous les produits possibles et imaginables que l’on peut obtenir « hors taxe ». Ce souk a transformé les maisons, cours et arrière-cours de 14 îlots en un espace d’entrepôts, de magasins, de boutiques, d’ateliers de réparation, etc. C’est vraiment le souk ou le bazar oriental, le marché traditionnel le mieux achalandé, le plus grand, le plus fréquenté, bref le plus dynamique de Quito. Les ambulantes (vendeurs ambulants et vendeurs à la sauvette) y sont légion ;
  • en périphérie du Centre multifonctionnel et de ce marché, les quartiers et sous-quartiers du Centre Historique, les rues et les îlots à fonction résidentielle où les ateliers des artisans, (menuiseries, forges, fabriques d’objets en cuir, réparateurs divers) sont également très fréquents. Les enquêtes sont présentées selon ces localisations : centre-Centre multifonctionnel, marché initial du Tejar et espaces le débordant formant la totalité du marché des Ipiales, espaces résidentiels semés d’ateliers de fabrication ou de maintenance.

26Dans chacun de ces ensembles, la prépondérance des femmes est manifeste parmi les tenanciers d’épiceries de quartier. À San Juan et La Loma, quartiers résidentiels, elles en gèrent les trois cinquièmes. Elles ont le plus souvent entre 30 et 45 ans tandis que les hommes ont, pour la moitié d’entre eux, moins de 30 ans. Cela signifie-t-il que les hommes jeunes considèrent ce travail comme un pis-aller et iront par la suite chercher un autre métier et que les femmes l’ont comme activité d’appoint, après avoir élevé leurs enfants ? Y a-t-il d’autres explications ? Il n’est pas possible de le dire, car ce n’était pas l’objet des interviews.

27D’après l’enquête EBAQ, pour le quartier de La Loma, la part relative des commerçants dans la population active s’élève à 14 %. On trouve entre les sexes une égale distribution pour l’exercice de l’activité commerçante indépendante (non salariée), qui n’est une épicerie qu’une fois sur quatre. Cette distribution est générale dans tout Quito. Les épiciers exercent le plus souvent dans leur quartier, leur logement étant généralement contigu à leur boutique. Voici quelques situations significatives :

  • une épicière de 60 ans et son époux âgé de 70 ans. Ce dernier, retraité, travaillait comme chauffeur pour une firme multinationale. Ils hébergent leur employée de maison. Le commerce dont elle a hérité est ouvert de 6 heures du matin à 22 heures. Cette femme n’a que sa maison et son commerce comme horizon. Elle ne sort pas de chez elle et ne connaît ni la ville ni même les quartiers les plus proches. Ce lieu de vie lui convient malgré la déficience de l’éclairage public et le manque d’hygiène qu’elle déplore sans en préciser la cause. Les questions de la restauration de la ville ancienne et de la gestion urbaine en général lui échappent. Son espace vécu et appréhendé ne dépasse guère les limites de sa rue ;
  • une épicière de 25 ans et son mari du même âge qui travaille pour une entreprise de mécanique industrielle. Ce jeune couple, parent d’un nouveau-né, loue depuis six ans maison et épicerie ;
  • un couple d’épiciers de 65 ans et leurs trois enfants – respectivement âgés de 24, 23 et 19 ans – qui résident avec leurs parents.

28À San Juan, entre 1982 et 1995, la valeur relative du nombre de commerçants a augmenté de 7 %, passant de 12 à 19 %. Ils sont attirés par les principaux axes de trafic, les rues les plus passantes du bas de San Juan. La majorité d’entre eux pratiquent des activités de distribution rapprochée et résident sur le lieu de leur activité. Ils y représentent le quart de la population économiquement active, et davantage encore près du marché. Dans quelques îlots, ils peuvent même atteindre plus de 34 % des professions recensées.

29Chez les commerçants indépendants il y a autant de femmes que d’hommes qui travaillent à l’extérieur et les niveaux d’instruction y sont comparables. Là aussi l’information est significative ; ces commerçants indépendants, ayant rarement fait des études au-delà du secondaire, sont plutôt détenteurs de petites boutiques souvent gérées par un couple, ou d’un emplacement au marché. Leur moyenne d’âge, sexes confondus, est d’environ 40 ans dans le centre colonial et à San Juan, de 49 ans à La Loma. Avec un seul sexagénaire à San Juan pour quatre à La Loma.

30Les commerçants les plus âgés sont presque toujours les plus anciennement implantés, surtout à La Loma où la longévité de la sédentarité professionnelle est forte : treize ans en moyenne, mais deux d’entre eux exercent depuis plus de vingt-cinq ans, et un seul depuis une petite année. Ainsi, en ces espaces autrefois résidentiels autonomes, correctement pourvus en services de base, tels écoles maternelles et primaires, dispensaires, etc, devenus depuis deux décennies environ des espaces à vocation mixte, où la fonction résidentielle cède une part de son domaine à la fonction commerciale, l’ancrage est fort.

31Inversement, à San Juan, quartier qui s’est développé dans la première moitié du xxe siècle et, plus récemment, dans sa partie haute, des commerçants rencontrés deux seulement sont installés depuis plus de dix ans, quatre autres n’y sont que depuis moins d’un an. Il semblerait que la mobilité des épiciers y soit plus forte en partie à cause d’une plus grande difficulté à se faire une clientèle résidentielle, elle-même assez mobile. Mais ce n’est qu’une possible explication. Il est probable que les épiciers récemment installés soient des nouveaux venus qui, une fois passée la période d’adaptation géographique et économique, chercheront d’autres lieux d’activités et de résidence qu’ils espèrent « plus attractifs ».

32Dans les limites du Centre Historique des 50 épiceries retenues, 39 sont des petits commerces de proximité où l’on trouve les produits alimentaires de première nécessité, ainsi qu’assez fréquemment des produits ménagers de base tels qu’articles de quincaillerie et de droguerie. Des 11 restantes, 6, plus épiceries que petites boutiques, proposent une gamme de produits plus large, 5 offrent également d’autres services tels que boulangerie et restauration populaire. Hors ces dernières, leurs caractéristiques sont très semblables : petites boutiques presque entièrement envahies par les marchandises entassées, quoique rangées, dont les tenanciers connaissent la distribution spatiale. Tandis que l’épicier ou l’épicière sert le client en se faufilant entre les caisses, les rayonnages, les cartons ou, planté derrière un comptoir-présentoir qui abrite des denrées périssables protégées des manipulations intempestives des clients par une vitre à glissière, indique à ceux-ci l’emplacement des produits demandés, son commis (ou son conjoint) charge et décharge les marchandises tirées d’une camionnette de livraison, de l’arrière-boutique ou d’un proche entrepôt. Ce n’est qu’aux heures de pointe que deux personnes s’occupent des clients. À ces heures-là, il arrive que l’épicerie ne désemplisse pas. Il est vrai qu’elle est si étroite, généralement, que cinq personnes suffisent à donner une impression de grande presse. Aux heures creuses, une présence suffit pour assurer une permanence tranquille. Les lieux de vente des quartiers plus individualisés de La Loma et de San Juan ne sont tous que de modestes épiceries. Une seule, à San Juan, fait aussi office de boulangerie. Outre les produits de consommation courante, dans certaines on peut acheter des boissons alcoolisées.

  • 8 Ville équatorienne sur la Panaméricaine et frontalière de la Colombie face à Ipiales, située de l’a (...)

33Il est très fréquent que les commerçants rencontrés n’aient jamais pratiqué d’autre activité commerciale. Un cinquième seulement de l’échantillon dit avoir eu, antérieurement, un commerce différent. Ainsi cette femme de 51 ans qui tenait auparavant une mercerie ambulante sur les places et qui, en raison de la pénibilité de ce négoce, notamment des déplacements qu’il occasionnait, s’est convertie en épicière sanjuanaise. D’autres, lorsque le changement d’activité commerciale les a contraints à se « délocaliser », ne se sont guère éloignés du lieu initial, la distance entre deux lieux d’activités successifs n’excédant pas les limites du Centre Historique. Les délocalisations résultent donc davantage d’une nécessité économique ou d’une situation extérieure (concurrence, vente de la boutique par son propriétaire) que d’un désir de changement. En témoignent les emplacements des locaux commerciaux, localisés sinon dans la même rue, tout au moins en un point peu éloigné des précédents. Il semblerait que chacun cherche à retrouver les aspects sociogéographiques de la situation antérieure, c’est-à-dire un espace proche avec des caractéristiques physiques et humaines similaires. Comme toujours, ceci ne s’explique pas seulement par le souhait de voir les mêmes gens et de conserver sa clientèle, mais aussi par celui de ne pas trop bousculer l’ensemble des habitudes de vie établies. La seule exception rencontrée est celle d’une négociante de 55 ans qui a quitté Tulcán8 en 1993, après vingt-cinq années d’activité, pour s’établir dans la capitale.

34En définitive, ces boutiquiers sont des gens très sédentaires et très casaniers. Déjà, dans les textes et interviews évoquant le Quito d’avant 1960, ce comportement transparaissait. Bien que la ville ait vu son espace multiplié par 12 et sa population par 6 depuis 1946, on a le sentiment d’une permanence. Comme si les petites gens du vieux Quito demeuraient identiques au fil des générations, le petit commerçant succédant au petit commerçant, sans qu’apparemment il y ait une remise en question de leurs conditions d’existence. Ce que confirment partiellement les enquêtes réalisées à La Loma et à San Juan. Ces aspects socioculturels justifient amplement le choix de ces témoins ordinaires de la quotidienneté du quartier qu’ils habitent et des idées ou opinions communément admises qui y ont cours. Quoique leurs propos soient le plus souvent dépourvus d’originalité, ils sont très significatifs d’un embryon de sensibilité populaire susceptible de s’exprimer face au pouvoir assez technocratique et élitiste d’une classe de citoyens installés qui ont les moyens économiques et/ou culturels de se faire entendre.

35Bref, les sédentaires (plus de dix ans de présence dans le même logement) constituent dans cette partie de la ville environ un cinquième de la population résidante. Les petits épiciers, mais cette observation n’est évidemment pas attachée à cette seule activité, en sont représentatifs. Ce sont de bons référents d’un type de Quiténien attaché à ses valeurs sociales et relationnelles. Peut-être en est-il ainsi parce que le Centre Historique, si l’on excepte l’intensité toujours plus forte du trafic automobile et hors la désertion de la classe bourgeoise et commerçante aisée, n’a pas vraiment changé, ni dans son mode de composition urbaine ni dans ses fonctions, bien que les immeubles à usage résidentiel de qualité se soient fréquemment déclassés et dégradés en changeant d’occupants ou bien aient été transformés, pour partie ou en totalité, quelquefois en bureaux, le plus généralement en magasins, boutiques, échoppes, ateliers ou entrepôts.

36Mais cette quiétude n’est pas faite seulement de sérénité. Lors de l’enquête s’exprimera souvent une certaine grogne, ou plutôt une sorte de fatalisme débonnaire qui a sa raison d’être dans une situation économique qui semble aller en se dégradant toujours plus. Ce qui ne se peut nier pour les Quiténiens du Centre Historique dont la majorité vit dans une relative précarité. Car l’Équateur est très soumis à une influence américaine, négatrice de ce qui fonde l’équilibre socioculturel qu’on pourrait appeler la convivialité. Mais ce n’est pas aussi manichéen. En effet, pour plus de la moitié des commerçants, les affaires se « portent mal », sont « mauvaises », un assez fort pourcentage précisent même : « d’un niveau inférieur à celui des années précédentes », alors que presque autant les qualifient de « normales » et que quelques-uns affirment plutôt qu’elles « s’améliorent ». Bref, une certitude : ces appréciations sont tout à fait subjectives, aucune personne interrogée n’a étayé son dire d’une quelconque justification comptable, de fréquentation ou de volume acheté et vendu...

  • 9 En 1996, il faut autour de 3 000 sucres pour un dollar US. En février 1999, il est passé à 14 000, (...)

37Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une population aux besoins modestes, puisque la valeur nette déclarée des bénéfices journaliers varie, en 1996, entre 10 000 et 20 000 sucres9 les jours de semaine et s’élève à 60 000 sucres les samedis, jours de grande fréquentation du Centre en raison de la présence du grand marché populaire de San Roque et de celui, quotidien et très différent, des Ipiales. Pour les Lomanais les bénéfices s’avèrent encore plus aléatoires, puisqu’à l’exception d’un d’entre eux qui les estime moyens, les autres les disent mauvais ou très mauvais. À San Juan, le négoce semble mieux se porter : la moitié le juge correct, voire satisfaisant, tandis que l’autre moitié partage l’opinion des Lomanais.

38Cependant, des disparités sensibles existent selon les quartiers. Ainsi, la proximité du vaste ensemble urbain qu’est le Centre Historique, dont la fonction commerciale est omniprésente au point qu’il est considéré par les urbanistes comme un « hypercentre commercial », pèse plus lourdement à La Loma qu’à San Juan, car les commerces de même type y sont comparativement plus nombreux et mis en concurrence directe avec ceux du centre-Centre dont ce quartier constitue une sorte d’appendice confidentiel. Il faut voir en cette situation le principal élément d’explication du faible niveau des bénéfices des épiciers lomanais, un trop grand nombre se partageant une clientèle qui n’est pas indéfinime’nt extensible. Même s’il n’y a qu’un peu plus de la moitié des épiciers de la ville coloniale qui estiment que leur boutique est d’abord fréquentée par des gens de quartier, alors qu’à La Loma et à San Juan c’est le cas de tous à l’exception d’un épicier, dont la boutique est plus centrale, qui a plutôt affaire à des clients de passage.

39Toutefois, ce constat n’est pas partagé par tous. Un sixième des commerçants répond par son opposé : « les gens du quartier ne font pas leurs achats ici » (ce qui d’ailleurs veut peut-être dire qu’ils les font chez l’épicier voisin !) ; un autre sixième affirme que « la clientèle est issue d’autres quartiers et de la périphérie » ; tandis que le même nombre relatif exprime une provenance non spécifique : « Les clients viennent de partout. »

  • 10 René de Maxim y, « Densités de population », in AIQ. planche 10 ; « Catégories socioprofessionnelle (...)
  • 11 Cf. AIQ et EBAQ (« Gente de Quito ») : cartes.

40Enfin, certains notent l’absence d’une clientèle « résidentielle » ou de quartier. Serait-ce parce qu’ils sont implantés dans la zone commerciale et administrative ? En effet, en certaines rues de la ville ancienne, il n’y aurait pas de clientèle résidante. Les boutiques et toute sorte de locaux commerciaux, des banques et de nombreuses activités administratives occupent la plupart des bâtiments qui ne sont pas des écoles, des musées ou des églises. Ceci corrobore ce qu’annonçait déjà le recensement de 198210. La clientèle est donc constituée par la population diurne essentiellement. On peut distinguer trois aires concentriques : une dizaine d’îlots du centre-Centre dont les épiciers sont unanimes dans ce constat ; une couronne d’îlots en leur périphérie immédiate où la clientèle se partage entre actifs y travaillant et résidants ; puis, en retrait, les rues commerçantes en marge du centre-Centre où ce sont les résidants qui forment la quasi-totalité de la clientèle. Ceci est parfaitement cohérent avec les fonctions de l’espace telles que les révèlent les deux derniers recensements11.

41On note une nette différenciation des avis recueillis par les enquêteurs selon les secteurs géographiques concernés. Tandis que dans les quartiers résidentiels de La Loma et de San Juan les rapports avec les clients sont généralement perçus comme bons, surtout à San Juan où ils sont même « conviviaux », les boutiquiers du « centre colonial » ont fréquemment une autre perception. La moitié élude les appréciations sur leur clientèle. Ce sont les questions de la délinquance et de la prostitution plus que les rapports entre gens d’un même quartier qui les obsèdent : neuf l’expriment en parlant de « zone rouge », principalement ceux qui sont installés sur la 24-de-Mayo ou en une rue adjacente. La règle comportementale usuelle énoncée traduit un formalisme certain, une distance, une attitude méfiante à l’égard d’autrui. C’est d’ailleurs une obsession qui court dans tout Quito et qui semble relever plus d’une psychose que d’une observation particulière.

  • 12 Lorsque les gens parlent d’autre chose que du temps, quels sont les thèmes abordés ? de quoi parle- (...)

42Si deux cinquièmes des commerçants interviewés peuvent localiser et même nommer leurs clients, les trois cinquièmes restants les situent mal ou les ignorent, car cela leur est indifférent. Si, cependant, il y a des échanges autres que commerciaux, ils roulent sur toutes sortes de considérations, mais plus fréquemment sur la cherté de la vie, la politique ou le football, sur la crise énergétique (on était en une période aiguë de coupures de courant quotidiennes !), et aussi sur les cancans du jour, le quartier, le danger de vol dans le Centre Historique12. Pourtant, dans les quartiers résidentiels et un peu excentrés de La Loma et de San Juan, il semblerait que l’on converse plus spontanément car on se connaît généralement mieux.

43Autre intérêt de cette enquête : le tempo de la vie des quartiers du Centre est donné par les rythmes quotidiens de fréquentation de ces boutiques. C’est d’abord le matin, entre 6 et 9 heures, avec un pic de 7 à 8 heures pour les épiceries localisées près des écoles, les écoliers venant s’approvisionner en friandises avant d’entrer en classe. Entre 9 et 11 heures, le client se fait attendre. On note une reprise au moment du déjeuner, entre midi et 14 heures environ. Les employés des innombrables commerces du Centre Historique et de l’Administration cherchent de quoi grignoter ; la ménagère est en quête d’un oignon, d’un paquet de riz ou d’un condiment manquant pour la préparation du repas. Puis, de 14 à 16 heures, voire 17 heures, chacun vaque à ses occupations : c’est le calme plat. De l’heure de la sortie des bureaux (autour de 18 heures) jusqu’à leur fermeture, entre 20 et 22 heures selon les endroits, les épiceries de quartier redeviennent des lieux prisés car « les gens sortant du travail viennent faire quelques achats, ainsi qu’après la fermeture des entrepôts les employés et les portefaix (cargadores) travaillant au coin de la rue ».

44Pour les quartiers d’accès difficile, ces rythmes se nuancent toutefois. Si dans le centre-Centre l’heure du déjeuner met les gens dans la rue, les échoppes et boutiques, pour ceux des quartiers excentrés, même si l’on travaille dans le Centre, ce n’est pas un moment privilégié, car revenir pour déjeuner, compte tenu du relief (parfois jusqu’à 200 mètres de dénivelé et plus), n’est pas si aisé.

45Les épiceries ont aussi un rôle social inattendu que nos enquêtes révèlent et dont deux articles du journal Hoy en date du lundi 1er janvier 1996 se font l’écho : La tormenta, ¿ cómo sobrevivir en ella ? (« Lorsque la fin du mois approche dangereusement, “l’épicerie voisine’’ ou l’épicerie de quartier représente pour la grande majorité des Équatoriens la possibilité que leurs économies les mènent jusqu’à la fin du mois. »), et ¿ Qué haría sin la tienda ? (« L’épicerie s’est convertie en mécanisme idoine et accessible au crédit indispensable pour supporter la réduction du pouvoir d’achat provenant de celle des salaires. ») Les règles du jeu sont clairement établies, leur tenancier – qui n’échappe pas à la récession et se maintient plus par habitude qu’en faisant respecter la petite affiche traditionnelle : Pas de crédit – est disposé à quelques sacrifices pour garder ses clients ; ceux-ci, en contrepartie, entrent peu à peu en confiance avec le patron de l’épicerie, jusqu’à ce qu’arrive le jour glorieux où ils se sentent en mesure de dire : « Ça y est ! je peux régler ce que je vous devais... On efface l’ardoise, d’accord ? » Ainsi s’installe un système de crédit que chacun accepte tacitement. Sans cet accord, les épiciers de quartier ne fidéliseraient pas leur clientèle de proximité et perdraient une part non négligeable de leur pratique car les gens à revenus modestes, fortement majoritaires parmi les résidants du Centre Historique, se trouveraient dans l’embarras chaque fin de mois.

Autre point de vue des épiciers sur le Centre

46Dans le cadre de l’enquête, on s’est intéressé aux relations humaines de proximité, dont celles des épiciers avec les habitués du quartier et de leur boutique, mais aussi aux aspects visibles de la politique municipale : services, collecte des ordures et trafic, action municipale concernant la ville ancienne. Les questionnaires ont été établis de manière à n’omettre aucun des aspects sur lesquels, pensait-on, les épiciers pouvaient exprimer une façon de voir reflétant mieux qu’on ne saurait le faire une sensibilité communément admise. Comme il fallait s’y attendre, les questions ont motivé des commentaires. Leur exposé est le fruit de cette approche mi-systématique, mi-spontanée. C’est pourquoi, tout en reprenant la progression abordée dans les interviews, on en présente le contenu sous une forme plus descriptive et explicative que sèchement énumérative. De celui-ci, nous ne donnons maintenant que ce qui concerne la fréquentation, les rue du Centre, leur entretien, leur accessibilité. Le reste sera présenté en troisième partie, avec ce que nous ont dit les passants abordés et interviewés sur ces mêmes questions.

La fréquentation

47Ainsi, au dire des épiciers, « toute sorte de gens », surtout des pauvres cependant, viennent au Centre Historique. Les citadins des quartiers voisins, mais aussi des gens venus de l’ensemble du pays lorsqu’ils séjournent à Quito, comme parfois également la classe moyenne, les employés et commis, les gens aisés, les retraités et même les campagnards, fréquentent les Ipiales. Toutefois, pour quelques-uns, le Centre Historique serait moins fréquenté que par le passé. Pourtant les rythmes de fréquentation en demeurent inchangés ; ils présentent les variations de durée et d’intensité régulières et significatives déjà signalées. Cependant il ne s’agit là que d’un découpage quotidien schématique qu’il faut nuancer, en nature et en qualité, selon les secteurs et les rues. Notamment il n’est pas rare que les boutiquiers, observateurs attentifs, voient passer des résidants venus de quartiers plus ou moins proches.

48Les touristes sont aussi très présents et les meilleurs « clients » des voleurs. Ils baguenaudent. Leurs achats sont plus sélectifs. Hors des boutiques et services spécialisés installés à leur intention, ils ne font le plus souvent que de menues emplettes auprès des petits commerçants.

49Si chaque rue du Centre Historique abrite une ou plusieurs épiceries, leur attrait diffère grandement selon leur desserte. Ainsi les espaces linéaires transversaux – telle la rue Benalcázar dont les épiciers connaissent seulement les propriétaires des négoces voisins, car ce secteur n’est pas résidentiel, ou bien la 24-de-Mayo, en raison des « mauvaises odeurs » et de la crainte pour les passants d’être assaillis par les voleurs – souffrent d’une désaffection croissante. Cette petite délinquance, essentiellement caractérisée par le vol à la tire et par l’usage du rasoir pour « ouvrir » les sacs et sacoches à l’insu de leurs propriétaires, se répand de plus en plus. Elle crée une véritable inquiétude qui n’est pas pour rien dans le sentiment d’insécurité qu’éprouve l’ensemble des habitants. À ce propos, nombreux sont les boutiquiers qui notent la présence de voleurs, généralement bien identifiés, soit parce que, du voisinage, ils sont notoirement connus, soit parce que, venus d’ailleurs, ils ont fait de la rue ou du quartier de « nos » informateurs leur « terrain » d’exercice et, pour cette raison, sont clairement repérés depuis longtemps. On pourrait s’étonner de ce que de tels individus continuent à exercer, mais, outre que le flagrant délit permet seul de les appréhender, il faut bien admettre qu’ici, comme depuis toujours dans toutes les grandes villes, ils font effectivement partie du décor et des inconvénients de la vie sociale de plein air. Ce qui ne satisfait évidemment pas les habitants du Centre Historique, parmi lesquels les commerçants qui se plaignent des insuffisances de la police. Mais tout Quito tient ce discours !

50Certains épiciers installés près des principales places du centre-Centre parlent également de « travailleuses sexuelles ». Ils affirment que la présence de délinquants et de prostituées fait fuir les commerces, ce qui explique la faible concurrence existant dans le quartier. En d’autres rues bordières méridionales du Centre, les personnes qui se dirigent vers le marché de San Roque (sud-ouest du Centre) ou en reviennent font le principal de la clientèle. À l’opposé géographique, vers la sortie sud-orientale du Centre, on note aussi une clientèle, presque uniquement de passage, due à la proximité du Terminal terrestre (la plus grande gare routière de Quito).

  • 13 Donc le Centre Historique et toute la ville coloniale, qui se trouve au sud de ce parc dont nous ra (...)

51Quant à la baisse de fréquentation du Centre Historique affirmée par la majorité des boutiquiers, elle est contredite par les informations recueillies lors de l’enquête EBAQ. Il est difficile de se faire une idée de ces déclarations contradictoires. Peut-être ce constat signifie-t-il non pas une moindre fréquentation du Centre Historique, mais seulement une désaffection des commerces de proximité au profit des grandes surfaces. C’est une évolution qu’on rencontre dans toutes les grandes villes ; il ne serait pas surprenant qu’elle se manifestât aussi à Quito. Mais des interviews récentes (en 1997, auprès d’étudiants de l’Université centrale) incitent à penser qu’il s’agit plutôt d’un a priori qui se fonde sur la désaffection affichée de la classe moyenne, numériquement étroite, économiquement dominante et faiseuse d’opinion locale, mais qui ignore désormais quasi totalement la partie de Quito située au sud du parc de l’Ejido13.

52Si l’attention portée aux épiciers du Centre et à leurs épiceries de quartier donne une idée assez juste de ce qu’est le quotidien d’un petit commerçant de ces lieux, leur travail sans surprise, leurs soucis et leurs inquiétudes, leurs réactions quant aux problèmes du quartier, leurs jugements sur les gens de mœurs différentes qui y passent ou le fréquentent, sur l’ensemble du Centre Historique, etc. sont aussi convenus que décevants. Il en est ainsi également de leurs réactions à propos des actions urbanistiques et patrimoniales que mènent les divers acteurs de la restructuration, de la restauration, voire de la rénovation. Comme nous le verrons plus loin (troisième partie), elles sont de la même eau et valent plus par la critique qu’on peut en faire que par l’exposé de leur contenu. Cette enquête aura surtout permis de constater la capacité à se faire l’écho des idées reçues sur les faits et les événements, écho qui traduit l’immaturité politique du Quiténien moyen, cet être incertain et référentiel que l’épicier représente assez bien.

La propreté des rues et la qualité des services de voirie

53Ils n’ont provoqué que peu de réponses. Le fait que les avis émis soient plutôt positifs est indicatif, mais ne peut être totalement convaincant. En effet, les non-réponses – près de la moitié des interrogés n’ont pas réagi à ces questions – peuvent aussi bien signifier une satisfaction, une indifférence ou une réprobation. Si l’on ne s’en tient qu’aux réponses fournies, une personne sur trois constate que le service de la voirie n’est pas satisfaisant, ce qui correspond assez bien à l’idée, subjective bien qu’avertie, qu’on a de la propreté du Centre Historique après l’avoir si longuement parcouru et observé. Car si le nettoyage de la chaussée et le ramassage des ordures ménagères sont assurés régulièrement, il n’est pourtant pas rare d’y rencontrer, en des endroits peu fréquentés, angles obscurs ou impasses, des odeurs âcres et aisément identifiables, ainsi que des immondices qui font les délices des rats pas le moins du monde effrayés par le va-et-vient des passants.

54Lorsqu’il s’agit d’émettre une opinion à l’échelle de la rue ou du secteur, les épiciers s’ouvrent davantage. Comme précédemment, ils paraissent plus concernés par la question lorsqu’il s’agit de commenter un thème circonscrit dans un espace de proximité, parcouru régulièrement. À ce qu’ils disent, les résidants du Centre Historique ne seraient pas soucieux de leur environnement, par voie de conséquence pas soigneux du tout : ils ne sortent pas leurs poubelles à l’heure convenable (tôt le matin) alors que, dans ces quartiers centraux, le service de ramassage et de nettoyage est journalier. Si la propreté laisse à désirer dans certains secteurs, cet état de négligence est par eux imputé aux comportements des commerçants ambulants : « Ils parcourent les rues du Centre Historique qu’ils salissent en jetant leurs déchets n’importe où, sans se soucier de l’hygiène. » Certes, les épiciers et autres boutiquiers sont les ennemis « naturels » des vendeurs de rue (ambulantes), cependant les habitudes des Quiténiens sur ce point font penser qu’en ce qui concerne l’hygiène et la propreté des rues leur opinion se justifie.

55Dans les quartiers de San Juan et de La Loma, l’ensemble des interviewés s’accorde à reconnaître que le service de nettoyage municipal est correct, satisfaisant, très satisfaisant ou même excellent. Cependant, certains lieux demeurent malpropres, voire insalubres, comme aux abords du marché de quartier. Alors que, depuis la fin des années 1980, les camions-bennes de la voirie commencèrent à passer, selon les lieux, plusieurs fois par semaine, ou même une fois par jour, pourquoi ce hiatus entre les efforts fournis par la municipalité pour assurer un bon service de collecte des déchets ménagers et ce constat d’incessants problèmes de propreté ? Ce « désordre ménager » serait alors le fait des résidants de ces deux quartiers et la malpropreté due uniquement au comportement des gens. Dans le meilleur des cas, ils ne respecteraient pas les horaires de ramassage, sortiraient leurs ordures la nuit, les laissant à la merci des chiens et chats errants, grands éventreurs de sacs-poubelle, ou, pis, ils les jetteraient sans vergogne dans la rue ! C’est possible, mais ce n’est pas aussi évident.

Accessibilité et circulation

56Tout Quiténien s’intéresse aux conditions de déplacement dans la ville et aucun ne peut ignorer cet aspect fondamental du fonctionnement de cette partie de la cité dont le site rend la traversée difficile. Les moyens de transport collectifs et leur coût ne sont pas en adéquation avec les revenus et les besoins de la majorité. Ces questions économiques viennent s’ajouter aux problèmes urbanistiques évoqués au précédent chapitre, et qui ont justifié la mise en fonctionnement d’un service de trolleybus à la fin de l’année. D’une rue à l’autre, les situations contrastent. Ainsi, selon les secteurs d’enquêtes, les avis sur la circulation et son évolution dans le Centre Historique sont particulièrement différenciés. Si certains la jugent bonne, ou notent une baisse du trafic et donc de la « congestion », une majorité la perçoit comme difficile ou pire qu’avant le fonctionnement du trolleybus, surtout à certaines heures et certains jours. Pour eux, la circulation est « effrayante », « grave », « sans changement », « menace la vie des écoliers » forts nombreux en cette partie de la ville. À l’heure du déjeuner, aux heures de sortie des bureaux et autres lieux de travail, entre 17 heures et 18 heures, mais aussi les jours de foire (le mardi et plus encore le samedi), ils estiment que les pointes de circulation sont encore plus remarquables, qu’elles soient dues aux automobiles ou aux piétons. C’est dans les rues à double sens qu’elles seraient le plus importantes.

  • 14 Depuis longtemps les arrêts de bus municipaux sont fixes, mais la multiplication des bus faisant su (...)

57Un faible nombre de commerçants n’observe aucune modification notable sur ce point. Une certitude cependant, ces bouleversements ont fortement bousculé la vision que les gens, donc les épiciers, ont de la circulation et de l’animation des parties les plus fréquentées du Centre Historique. Ce ne sont pas seulement des modifications objectives du schéma de circulation des véhicules qui font réagir aussi clairement les usagers, mais aussi que ces modifications leur ont donné une conscience plus aiguë de ces questions. Certains parlent ainsi d’une augmentation du nombre des piétons, alors qu’il s’agit plutôt d’une concentration accentuée de ceux-ci aux arrêts fixes et construits des troles, spectacle inusité à Quito14. D’autres prétendent que la circulation automobile a augmenté malgré un maillage de rues étroites hérité de l’époque coloniale. Or, il n’y a pas plus de véhicules et de bus qu’avant qui traversent le Centre Historique ; seulement, la modification récente de leur trajet provoque des concentrations inhabituelles sur certains axes tandis que d’autres sont délestés de manière notable d’un charroi précédemment excessif. On comprend bien, dès lors, que pour certains il y ait une apparence de recrudescence de trafic automobile, alors qu’il ne s’agit que d’une redistribution spatiale du transit journalier, ce qu’ont noté les épiciers installés sur les rues qu’empruntent les trolleybus dans leur traversée du Centre. Pour eux, le trolley aurait engendré une diminution de la circulation automobile et piétonnière.

58En revanche, la circulation dans La Loma a été fort perturbée par l’implantation du trolleybus, puisque son accès direct par la place Santo-Domingo ne fonctionne désormais, pour les voitures, que dans le sens de la sortie. En contrecoup, l’entrée dans La Loma ne se faisant plus que par le rond-point de la Marín, qui a également récupéré une partie de la charge des bus qui passaient auparavant par les rues que suit le trolleybus, ce carrefour se retrouve dans une situation beaucoup plus embrouillée que précédemment. Les habitants et usagers de ce secteur, dont les boutiquiers, le signalent. Ils ne pouvaient pas ne pas le voir. Leurs propos ne font que confirmer l’imbroglio que produit ce nœud de circulation et l’ampleur du problème urbain qu’il pose. Il n’y a manifestement de solution à cette question que dans une réglementation draconienne et restrictive de l’usage des voitures privées dans les rues étroites de la ville du xixe siècle, ce qui ne peut se faire sans une véritable politique concertée des transports collectifs. On est encore bien loin de cette politique à Quito ! C’est donc très légitimement que certains des interviewés constatent que le problème de la pollution est demeuré entier et que la difficulté à circuler dans le centre-Centre est toujours aussi présente. Tandis que d’autres affirment qu’il n’y a pas plus de problème de circulation qu’auparavant. Il est incontestable que la circulation s’est améliorée dans certaines rues, mais au détriment d’autres rues !

59Ailleurs dans le Centre Historique, la circulation automobile et piétonnière est faible. C’est le cas au croisement des rues Cuenca et Benalcázar où un poteau barre la rue à la hauteur de l’ancien marché de Santa Clara et de l’église. Le passage des bus n’y est plus autorisé. La circulation y serait même problématique pour les véhicules et les piétons. Les taxis et les véhicules légers se voient interdire également d’autres rues qui leur étaient préalablement accessibles. Tout le schéma de circulation auquel s’étaient habitués ceux qui ont affaire dans le Centre doit être reconsidéré et réapproprié par les usagers en intégrant la nouvelle donne. Les voitures n’y pouvant plus passer, des rues sont désertées. Elles sont devenues, au dire des gens, plus mal famées que jamais.

60D’autres raisons sont aussi invoquées pour expliquer les embarras de Quito. Certaines rues du souk grandissant des Ipiales sont devenues quasi inaccessibles aux piétons, bloquées qu’elles sont par les voitures et constamment encombrées par des camions qui livrent les épiceries et les magasins du Centre Historique. En outre, leurs trottoirs sont envahis par les commerçants forains de vêtements, de légumes ou de fruits. Ces activités sont la bête noire de certains notables, qui se disent parfois humanistes et sont possédés par la tentation technocratique. On en reparlera en conclusion.

61Une autre sorte de réponse révèle assez bien la psychose de l’insécurité qui tient tant de Quiténiens : sept interlocuteurs semblent avoir compris le terme de « circulation » dans le sens très réducteur de « fréquentation », c’est-à-dire de « circulation des personnes ». Ils ont laconiquement répondu que « la délinquance et la prostitution sont très présentes ». Deux d’entre eux ont expliqué que c’est la raison de la rareté des touristes en ces lieux pourtant très anciens où se rencontrent les dernières maisons, bien modestes, datant de l’époque coloniale. Enfin, comme il fallait s’y attendre, les commerçants interrogés mentionnent la forte pente de certaines rues qui est un obstacle à la circulation automobile, ce qui va d’autant plus de soi que nombre de celles-ci, en certains segments de leur tracé, se poursuivent en escaliers !

62En revanche, si on sort du centre colonial pour s’attarder aux quartiers en sa limite, comme La Loma, ou plus extérieurs, comme San Juan, que l’on a choisi d’étudier plus minutieusement, la situation peut être qualifiée de paisible. Dans le premier, la circulation ne pose pas d’autre problème que celui du stationnement des cars d’une coopérative qui, par leurs manœuvres fréquentes, encombrent l’extrémité de la rue Rocafuerte dont la partie occidentale, au-delà de la place Santo-Domingo, constitue la dorsale du quartier.

63À San Juan, pour répondre à la question de la circulation, les épiciers évoquèrent simplement leur quartier. Neuf des dix personnes interrogées se contentèrent d’énoncer que la circulation y est faible. Trois d’entre elles en précisèrent la raison : « Seuls passent les véhicules des gens du quartier », les transports sont inexistants, la faible fréquentation est due à l’absence de rue principale. La seule personne nuançant légèrement ce tableau notera que la circulation est dense dans la rue Cuenca. Cette rue est l’une de celles, principales et orientées sud-nord, qui font la jonction entre la partie centrale du Centre Historique, le quartier de San Juan et celui, plus au nord et le jouxtant, de Miraflores.

Raisons de se rendre dans la ville ancienne

  • 15 Institut national de l’enfance et de la famille.

64Selon la majorité des interviewés, on vient y faire des achats, se promener, se distraire. C’est un lieu de « visite par excellence » des touristes équatoriens et étrangers (42 % des réponses) ; c’est aussi le lieu de distraction et de flânerie préféré de certains Quiténiens, notamment d’anciens résidants qui y sont nés et y ont grandi. La plupart d’entre eux ajoutent, comme pour se justifier, que le Centre Historique est le point central de la circulation urbaine. Comme ce lieu est fort bien achalandé, on s’y arrête un moment pour y faire ses achats. Des démarches administratives spécifiques (INNFA15, services de la mairie) et certains services de particuliers justifient également sa fréquentation. Il faut aussi mentionner celle de nombreux sans-travail, souvent de nouveaux migrants, qui y recherchent un emploi.

  • 16 Cf. l’enquête sur les places.

65À l’occasion de cette question, quelques épiciers reviennent sur leurs doléances et leurs obsessions. Ils disent, une fois encore, que la fréquentation du Centre Historique s’affaiblit en raison de l’augmentation de la délinquance et de la crainte d’être agressé qui s’ensuit ; en raison aussi des problèmes de transport et, plus sectoriellement, de la suppression de l’ancien marché de Santa Clara, déplacé plus au nord, hors du Centre Historique, et qui n’a pas été remplacé. Les boutiquiers ressentent cette diminution de la fréquentation qui se traduit en baisse des ventes. Mais parlent-ils, finalement, d’une moindre fréquentation du Centre, ou d’une moindre fréquentation de leur commerce ? On ne le saura pas... Car, malgré leurs lamentations rituelles, celui-là est toujours un lieu privilégié d’achats16 parmi lesquels les premiers sont représentés par les vivres et les vêtements. On vient y acheter l’indispensable et le plus courant. Il est vrai qu’ici on peut se fournir en produits usuels au détail ou en gros. On y trouve de tout et certains lieux sont plus recherchés, ainsi du marché des Ipiales, encore lui, sans conteste le plus prisé pour les vêtements, tandis que les produits alimentaires sont principalement achetés sur les marchés de San Francisco, de San Roque ainsi que dans l’ensemble des bodegas, qui sont en quelque sorte des bazars, surtout celles de Santa Clara et de la Marín.

Notes

1 Instituto nacional de estadística y censos (Institut national de la statistique et des recensements).

2 Philippe Cazamajor d’artois, in AIQ. planche 16.

3 Lait, huile, riz, pain, œufs, fromages, sucre, cubes Maggi, quelques fruits et légumes ; savons, allumettes, cigarettes, bougies, ficelle, piles, et aussi aspirine, etc.

4 Philippe Cazamajor d’Artois, op. cit.

5 Philippe Cazamajor d’Artois, op. cit., planche 27.

6 Cette enquête s’est limitée au « centre colonial » stricto sensu, c’est-à-dire aux quartiers répertoriés sur les cartes IGM sous le nom de González Suarez et de Manosalvas.

7 Philippe Cazamajor d’Artois, op. cit., planche 16. On y lit : « Beaucoup d’habitants par tiendas de 132 à 1360 signifie : quartiers riches et autres habitudes de consommation (supermarchés) : un nombre moyen d’habitants par magasin (de 96 à 131) correspond aux secteurs du Centre Historique (en partie) et à ceux relativement anciens, habités par les classes moyennes ou élevées ; sont également concernées certaines zones d’emploi tels que les quartiers Mariscal Sucre et Villa Flora ; peu d’habitants par épicerie (moins de 95) singularise en général les quartiers périphériques (peu peuplés et souvent pauvres)... »

8 Ville équatorienne sur la Panaméricaine et frontalière de la Colombie face à Ipiales, située de l’autre côté du pont qui est à la frontière. Ce sont deux villes d’intense contrebande.

9 En 1996, il faut autour de 3 000 sucres pour un dollar US. En février 1999, il est passé à 14 000, voire à 17 000 sucres ! Donc, au moment de l’enquête, le bénéfice net journalier est de 3 à 7 dollars, 20 dollars le samedi, soit de 900 à 1 400 francs français par mois... En 2000 la monnaie équatorienne a cessé d’exister, remplacée par le dollar US. Le taux de change, au moment de cette perte de seigneurialité, était de 25 000 sucres pour un dollar. Nos calculs se réfèrent au milieu de l’année 1996.

10 René de Maxim y, « Densités de population », in AIQ. planche 10 ; « Catégories socioprofessionnelles », in AIQ, planche 12,

11 Cf. AIQ et EBAQ (« Gente de Quito ») : cartes.

12 Lorsque les gens parlent d’autre chose que du temps, quels sont les thèmes abordés ? de quoi parle-t-on avec son épicier de quartier lorsqu’on vient lui acheter quelques denrées ? Par ordre décroissant, les réponses furent les suivantes : de tout (17) ; de la cherté de la vie (7) ; de politique et de football (6) ; de la crise énergétique (3) ; des nouvelles du jour (2) ; des produits que propose l’épicier (2) ; de la situation économique (1) ; du quartier (1). des dangers du Centre Historique (I) ; d’amour (1).

13 Donc le Centre Historique et toute la ville coloniale, qui se trouve au sud de ce parc dont nous rappelons qu’il fut jusque dans les années 1920 la limite nord de Quito.

14 Depuis longtemps les arrêts de bus municipaux sont fixes, mais la multiplication des bus faisant sur l’axe de leur parcours du ramassage systématique sur un signe des clients en masque la vue.

15 Institut national de l’enfance et de la famille.

16 Cf. l’enquête sur les places.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search