Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Deuxième partie. Le centre et ses quartiers : espaces de vie

Le centre et ses quartiers : espaces de vie

Texte intégral

1Deux années clés de l’évolution urbanistique de la capitale équatorienne : 1908, la ville, pour élargir ses dimensions géographiques et sociales, entreprend une série de grands travaux d’équipement et d’infrastructure qui la font sortir des premiers temps de son histoire postcoloniale ; 1946, le choc mondial d’une guerre vient de transformer brutalement les habitudes de consommation en même temps qu’elle a fait éclater les particularismes microrégionaux (à l’échelle planétaire !) en projetant les sociétés les plus closes et conservatrices dans un maelström culturel et technique porté par l’avènement de la cybernétique. Quelques images impressionnistes, des données quantifiées descriptives du Centre des années 1980-1990 : nous voilà dans le centre du Quito de la fin du siècle... Il convient maintenant d’en entreprendre une analyse plus actuelle, fondée sur une observation directe et diversifiée de sa réalité urbaine et sociale. Le but recherché demeure le rôle de cette composante de la capitale, sa fonction urbanistique et culturelle, son importance ou son insignifiance emblématique, la façon dont les pouvoirs établis, les citadins responsables et les simples usagers conçoivent, ou imaginent, son devenir. Une description impressionniste ne peut y suffire. C’est pourquoi on a recherché des indicateurs susceptibles de fournir un éclairage significatif du rôle que le Centre continue à tenir dans le Quito actuel.

  • 1 Cette décision peut paraître surprenante car, en première partie nous n’avons pas singularisé ainsi (...)

2En effet, le fonctionnement de l’espace, étroitement lié aux mouvements journaliers, avec leurs axes, leurs causes, leur intensité, est le premier souci de la municipalité. Lieu de pouvoir et de culture maintenu, le Centre Historique – dans la suite du texte nous le caractériserons par des majuscules lorsqu’il s’agira de ce référent encore flou ici, mais passé dans la langue courante et que nous tenterons de mieux définir en troisième partie1 – garde son importance commerciale et demeure sociologiquement considérable. C’est pour les ménages quiténiens un lieu d’approvisionnement bien pourvu en produits de consommation courante, bon marché, et, pour cela, très fréquenté par la masse des consommateurs ne disposant que de faibles revenus. De plus, à cause de sa situation et de son ancienneté, c’est la partie la plus densément construite et l’une des plus fortement peuplées de la ville. C’est aussi celle qui pose les problèmes les plus ardus. En effet, un tiers des Quiténiens, au moins, s’y rend une à plusieurs fois par mois pour affaire ou pour des emplettes, plus d’un autre tiers plusieurs fois dans l’année et, pour leurs courses ou leur travail, probablement plus de deux cent mille personnes y viennent chaque jour. En outre, ceux qui veulent aller du nord au sud (ou du sud au nord), s’ils empruntent les transports en commun, ce qui est le cas de l’immense majorité d’entre eux, le traversent. Le Centre est emblématique pour ceux-ci et pour l’ensemble des nations. Inscrit à l’inventaire du patrimoine mondial, aucun ensemble n’est plus incontournable que lui. C’est pourquoi il est indispensable de le connaître aussi en ses fonctions et sa pratique. Pour ceux en charge de sa gestion, municipalité, institutions, ministères et collectivités diverses, il faut également savoir comment l’aborder et le modifier sans le défigurer et en agissant avec un minimum d’adhésion de l’opinion publique qui, si elle est politiquement influençable comme on le voit lors de chaque élection, l’est bien peu sur ce point.

3Pour répondre au mieux à l’ensemble de ces exigences, un certain nombre de données publiées ou disponibles auprès des services compétents ont dû être recherchées, des enquêtes et des interviews entreprises. Selon les cas, ces trois démarches ont été menées séparément ou simultanément. Le souci de choisir les bons indicateurs, permettant d’avoir à la fois une bonne image de l’implantation des équipements et des activités et une expression significative de l’opinion publique concernant les actions urbanistiques et conservatrices entreprises, c’est-à-dire d’obtenir aussi sur ce sujet l’avis des commerçants, des habitants et des usagers du Centre Historique, en a été le moteur.

4La meilleure façon d’y parvenir avec le plus d’ouverture possible a été d’exploiter une enquête de 1992 concernant les activités commerciales et artisanales qui s’y pratiquent, réalisée par le CEDIME, et d’interroger des petits commerçants – tenanciers de ces modestes épiceries qui se rencontrent à tous les coins de rue de la ville –, ainsi que certaines personnalités rencontrées ès qualités ou pour leur bonne connaissance de ces questions.

Évolution du paysage urbain durant le xxe siècle

Le comblement des ravins au début du siècle, exemple de la quebrada de Jérusalem

L’ancien ravin de Jérusalem avant son comblement (en 1908)
et la construction de l’Avenue « 24-de-Mayo ». À gauche, la chapelle « El Robo »

Avenue « 24-de-Mayo » dans les années 1930. À gauche, la chapelle « El Robo »

Source : Quito a través los siglos, E. Enriquez, 1938. © Droits réservés.

Une rue paisible du quartier de San Sébastián

Source : © Photo Olivier Auverlau.

Tronçon d’une rue de la vieille ville : pavés, maisons en adobe, toits fort dégradés

Source : © Photo Karine Peyronnie.

Rue Esmeraldas. Partie basse : rue pavée et carrossable se prolongeant par des escaliers en sa partie haute

Source : © Photo Olivier Auverlau.

Le souk des Ipiales.
Les vendeurs ont envahi la rue ne laissant
que le milieu de la chaussée aux passants

Le quartier de San Marcos et le carrefour de la Mann. À l’arrière-plan : le Panecillo

Source : © Photos Olivier Auverlau.

Une rue piétonne du Centre en 1996

Maison en adobe située rue Junin à San Marcos. Noter la façade très dégradée

Source : © Photos Karine Peyronnie.

Belle maison de l’époque républicaine, récemment rénovée (1987) et située à San Marcos

Source : © Photo Olivier Auverlau.

Patio d’une maison coloniale. Observer le pavement, les colonnes de pierre, les restes de la balustrade ancienne qui longe la coursive du premier étage

Source : © Photo Karine Peyronnie.

Maison de San Sébastián, construite en terre crue et briques d’adobe, en très mauvais état

Source : © Photo Olivier Auverlau.

Une porte latérale du couvent Santo Domingo, rue Montufar, à La Loma

Source : © Photos Karine Peyronnie.

Entrée d’une maison coloniale, dans la vieille ville

Notes

1 Cette décision peut paraître surprenante car, en première partie nous n’avons pas singularisé ainsi le Centre Historique. C’est qu’en première partie, il était malaisé d’employer cette dénomination qui constituait une sorte d’anachronisme, l’actuel centre historique étant en 1908 le principal de la ville d’alors ; et encore en 1946 cet ensemble constituait environ la moitié de la ville et, sûrement, sa partie la plus urbaine, économiquement la plus dynamique. C’est en devenant un ensemble inscrit à l’inventaire du patrimoine mondial que cette partie de Quito a changé, en quelque sorte, de nature (sans changer de fonction pour autant) pour devenir « le » Centre Historique.

Table des illustrations

Légende L’ancien ravin de Jérusalem avant son comblement (en 1908)et la construction de l’Avenue « 24-de-Mayo ». À gauche, la chapelle « El Robo »
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Avenue « 24-de-Mayo » dans les années 1930. À gauche, la chapelle « El Robo »
Crédits Source : Quito a través los siglos, E. Enriquez, 1938. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Une rue paisible du quartier de San Sébastián
Crédits Source : © Photo Olivier Auverlau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tronçon d’une rue de la vieille ville : pavés, maisons en adobe, toits fort dégradés
Crédits Source : © Photo Karine Peyronnie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Rue Esmeraldas. Partie basse : rue pavée et carrossable se prolongeant par des escaliers en sa partie haute
Crédits Source : © Photo Olivier Auverlau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Le souk des Ipiales.Les vendeurs ont envahi la rue ne laissantque le milieu de la chaussée aux passants
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Le quartier de San Marcos et le carrefour de la Mann. À l’arrière-plan : le Panecillo
Crédits Source : © Photos Olivier Auverlau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Une rue piétonne du Centre en 1996
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Maison en adobe située rue Junin à San Marcos. Noter la façade très dégradée
Crédits Source : © Photos Karine Peyronnie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Belle maison de l’époque républicaine, récemment rénovée (1987) et située à San Marcos
Crédits Source : © Photo Olivier Auverlau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Patio d’une maison coloniale. Observer le pavement, les colonnes de pierre, les restes de la balustrade ancienne qui longe la coursive du premier étage
Crédits Source : © Photo Karine Peyronnie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Maison de San Sébastián, construite en terre crue et briques d’adobe, en très mauvais état
Crédits Source : © Photo Olivier Auverlau.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Une porte latérale du couvent Santo Domingo, rue Montufar, à La Loma
Crédits Source : © Photos Karine Peyronnie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Entrée d’une maison coloniale, dans la vieille ville
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40737/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search