Version classiqueVersion mobile

Les petits maîtres du burlesque américain, 1902-1929

 | 
Jean-Jacques Couderc

Préface

Antoine Faivre

Texte intégral

1Avec ceux, toujours plus nombreux, qui regrettaient son irritante absence, je désespérais qu’un tel livre vît jamais le jour. À quelle famille appartenons-nous, pour nous être si longtemps inquiétés et maintenant nous réjouir de voir qu’avec nos espoirs une lacune se trouve enfin comblée ? Ses membres – tous ceux que le burlesque d’avant le parlant intéresse – se départagent suivant diverses motivations. Les uns sont les « nostalgiques », dont certains – ce livre les régalera – ne se contentent pas de vivre dans leurs souvenirs directs ou médiatisés, ni de les raviver à l’occasion en revoyant des images. D’autres -auxquels il s’adresse également – sont les amateurs instruits et éclectiques, professionnels ou non de l’histoire du Septième Art. D’autres enfin cumulent nostalgie du burlesque et cinéphilie ; l’ouvrage qu’ils tiennent entre les mains leur sera un indispensable compagnon.

2« Si étrange que cela paraisse pour un genre comique, on s’intéresse sans doute au burlesque d’abord par nostalgie », écrivait Peter Kral en 1984 dans un de ses deux magnifiques essais sur le cinéma burlesque. Certes, et je gage que la remarque s’applique à Jean-Jacques Couderc. La nostalgie engendre facilement, chez des esprits naturellement curieux, un besoin d’en savoir toujours davantage en se plongeant dans une recherche, comme s’ils voulaient s’incorporer l’objet de leur affection. Il se serait agi, en l’occurrence, de remplir un vide exaspérant. J’imagine volontiers que Jean-Jacques Couderc fait partie des collectionneurs. Lequel d’entre eux, appliqué à tenir son catalogue de ces « petits films », ne s’est jamais senti irrité par l’absence de références (titres et noms originaux, dates, etc.) sur les copies qu’il possède (généralement en format réduit) ? Longtemps nous n’eûmes pour tout guide que des catalogues commerciaux (par exemple, en France, ceux de Kodak-Pathé), rédigés par des publicitaires dont une documentation instructive était bien le dernier des soucis. Aujourd’hui, trop rares sont les éditeurs de vidéocassettes qui font mieux.

3Le travail de Jean-Jacques Couderc rapatrie dans notre culture un trésor dispersé, lequel ressortit à un genre très spécifique dont on sait qu’il ne survécut guère à l’avènement du cinéma parlant. L’entreprise exigeait à la fois passion et esprit de rigueur. Il fallait connaître évidemment tous les travaux déjà publiés. De fait, on en a vu paraître, à partir des années soixante et plus encore au cours des deux dernières décennies, mais qui pour la plupart portent sur les « grands » de ce burlesque américain (Chaplin, Keaton, Lloyd, Langdon, et le tandem Laurel et Hardy) que nous prisons tant. Des travaux à caractère plus général s’inscrivent dans cette mouvance, comme la filmographie établie par Karel Caslavsky. Jean-Jacques Couderc leur paie ici le tribut qui leur est dû, mais il les complète aussi. Il rassemble une multitude d’éléments épars, étendant sa minutieuse enquête aux journaux et revues d’actualité de l’époque (souvent difficiles d’accès), de manière à constituer des biographies et des filmographies étonnamment fouillées de ces « petits maîtres », lesquels souffraient, pour aimés qu’ils pussent être, de n’être pas situés, contextualisés, par une très solide étude d’ensemble. La voici, qui n’est pas seulement un répertoire ou une encyclopédie. Elle est, tout autant, un livre d’histoire dans lequel l’esprit d’analyse le dispute à la synthèse élégante et juste

4La période considérée va de 1909 – trois ans avant que Mack Sennett fonde la Keystone – à 1929. Elle est marquée par une production considérable – des milliers de titres, des courts-métrages pour la plupart -, dont une partie est définitivement perdue ; des pans entiers ont fait l’objet de destructions volontaires (l’auteur déplore ici-même, information émouvante, celle de nombreux films de Larry Semon par la Vitagraph). D’une autre partie, égarée, éparpillée dans des armoires, caves ou greniers, il arrive que des chasseurs de trésors exhument certains joyaux. À partir de bribes, de fragments, de coupures de journaux on s’efforce – Jean-Jacques Couderc en tête – de dresser la liste de ces morts et de ces portés disparus. Mais la masse de ce tout qui nous est parvenu suffit à expliquer qu’un livre comme celui-ci arrive si tard. Quel historien ne reculerait devant la tâche, d’autant que dans cette masse les « grands maîtres » occupent évidemment une place quantitativement très minoritaire ? Jean-Jacques Couderc a relevé le défi.

5De cet univers d’étoiles et de lumières disparates quelques curieux ou passionnés s’étaient risqués à explorer des portions mal connues. De ces entrelacs de galeries, des spéléologues avaient mis à jour de merveilleux filons. De cet iceberg dont le sommet brille de mille feux, on savait bien que la partie émergée – les « grands maîtres » – surplombait un massif abritant mille pépites dont maints reflets nous enchantaient déjà ; mais a-t-on acquis un vrai savoir tant qu’on n’a pas scruté, sondé, ce qu’un sommet recouvre et surplombe ? Aussi bien n’est-ce point l’effet du hasard, si dans le même temps qu’on commençait à s’intéresser de plus près aux « petits maîtres » du burlesque américain les historiens en sciences humaines cessaient de se désintéresser des « auteurs mineurs », depuis lors et de plus en plus pris comme sujets de recherche. On sait mieux maintenant que sans la connaissance tant de la chaîne que de la trame il n’est pas de savoir véritable.

6En semblables éclairages et coups de sonde Jean-Jacques Couderc est expert. Ils ne risquent guère de nous conduire à relativiser l’importance des « grands ». Nous pouvons seulement, entre deux rires et confondus d’admiration pour tel ou tel de ces acteurs ou metteurs en scène, nous demander gravement pourquoi il est resté un « petit » dans l’idée qu’on s’en fait communément – quand on s’en fait une –, malgré son talent, voire son génie. Certes, on s’accorderait généralement à dire que ce qualificatif ne saurait s’appliquer à Stan Laurel. À cela, Jean-Jacques Couderc souscrirait, qui pour des raisons sur lesquelles il s’explique l’a placé dans sa galerie. Aussi bien n’est-ce pas l’auteur de ce livre, qui aurait décidé de ranger tel ou tel parmi les « petits », mais ce sont les aléas de la réception. Pour quelles raisons culturelles des Charley Chase, des Larry Semon, ne figurent-ils pas parmi les « grands » ? Il nous propose ici quelques pistes en vue d’une réflexion qu’on pourrait poursuivre et étendre. Et puis, de quoi ou de qui parle-t-on communément ? D’acteurs, de réalisateurs, de metteurs en scène, de cameramen ? En tant que quoi est-on, a-t-on été, « grand » ou « petit » ? L’auteur montre combien, quand il s’agit du cinéma burlesque américain, les frontières sont sur ce point incertaines.

7Que le terrain soit maintenant décrit, les frondaisons inventoriées dans toutes leurs variétés, voilà qui représente un apport considérable pour les études cinématographiques. Dans ses détails comme dans son ensemble se donne maintenant à voir, grâce à un livre à l’architecture aérée, un paysage luxuriant et complexe.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search