Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Première partie. Le centre de quito : une visite guidée dans le siècle

Chapitre III. Aujourd’hui, le centre historique

Texte intégral

1Ce qui précède évoque à grands traits et de manière particulièrement réductrice l’évolution de Quito pendant les quatre-vingt-dix années qui le firent basculer dans la modernité. Dans ce chapitre nous entendons présenter une réalité impressionniste, puis analytique et quantifiée du Centre qui était le principal de la ville au début du siècle. C’est pourquoi nous lui consacrons un chapitre séparé. Nous nous permettons avant tout de rappeler que le mot « géographie » signifie la description de la terre, ici un espace précis et limité, le centre ancien de Quito, et que, pour cela, l’impressionnisme y a sa place. L’apprentissage d’une ville, et donc l’acquisition de sa connaissance approfondie en ses parties et sa totalité, devrait, en effet, toujours commencer par la saisie sensitive et sensuelle du milieu socio-spatial qu’elle génère. Seule cette façon de faire permet à l’observateur critique de l’apprendre et de la comprendre dans ses dimensions sociales et conviviales sans instrumentaliser dangereusement son espace et ceux qui, par leur usage et leurs façons, en sont les vrais propriétaires.

1996 : méditation de l’aube

2À Quito, en fin de nuit, les rues sont vides, les façades closes, les places désertes et la cité paraît ce qu’elle devait être pour les Indiens et les paysans qui, au siècle dernier, y pénétraient au petit matin chargés des primeurs cueillies avant l’aube : impressionnante et diverse. Certes, les signes des temps présents ne manquent pas : lampadaires encore allumés, fils électriques et téléphoniques accrochés aux façades, traversant les rues et s’enchevêtrant, chaussée dortoir de voitures, constructions légères, qui se veulent design, des arrêts de trolleybus et fils parallèles de celui-ci conduisant de l’un à l’autre, venant du sud, encerclant la place Santo-Domingo, empruntant les rues Venezuela, Flores et Montufar pour continuer leur chemin aérien jusqu’aux confins de l’aéroport. Des projecteurs habilement masqués ajoutent à l’étrange sentiment d’éternité que porte la cité. L’architecture hispano-américaine des églises et des couvents, celle, néoclassique, du théâtre sont ainsi révélées par ces lumières venues des sources cachées de la modernité tandis que restent obscurs des édifices récents qui traduisent d’autres hiérarchies et d’autres manières, plus actuelles, d’user de cette partie de la ville.

3Malgré ces signes des temps présents, notamment quelques constructions déplacées qui enlaidissent de loin en loin un coin de rue ou un alignement de maisons, le Quito multiséculaire se laisse imaginer en son site. Il se montre en attente de ses travaux et de ses jours. Il suffit de laisser son esprit errer par les rues de ce monument de la cuadricula découpant l’espace en une géométrie urbaine qui depuis sa refondation hispanique se livre aux pas des passants. Mais dans moins de deux heures les encombrements du trafic automobile détruiront cette quiétude.

4Dès le ciel éclairci, la ville s’ouvre et se déplie. Progressivement se devinent des ombres s’affairant derrière les portes qui s’entrebâillent, prenant possession des rues et des places, des lieux qui leur sont assignés pour les échanges diurnes et la vie de la cité. C’est un lent réveil, car ici rien jamais ne presse. Les heures de lumière sont égales tout au long des mois et des ans : équinoxiales. Il faut les apprécier. Ainsi la place du théâtre à l’aube, lieu magique qui symbolise les premiers moments d’un quotidien sans surprise. Certes, un très laid bâtiment des années 1960 la ferme à l’ouest, sur l’autre rive de la rue Venezuela, mais il suffit de lui tourner le dos pour jouir de la plénitude de cet espace clos. À droite, le théâtre Sucre, du nom du maréchal et héros tragique de l’Indépendance dont la statue se dresse au centre de la galerie supérieure. C’est un monument classique du genre : colonnade et balcon, arcades en rez-de-chaussée, renfoncements et portes confidentielles de part et d’autre de la grande entrée. À l’intérieur, lointain hommage au Paris de la Belle Époque, orchestre, loges, balcons et mezzanines aux sièges et parements de bois doré revêtus de rouge...

5Là, autrefois, quand c’était les portes de la ville, il y avait les abattoirs. Sur leurs anciennes fondations la culture bourgeoise du siècle écoulé a suscité cette construction harmonieuse, sans excès de stuc rococo. Ce fut une période unique dans l’histoire de Quito. Les notables, bourgeois installés dans la permanence d’un ordre établi et dans leurs certitudes, et le peuple tout aussi installé dans une permanence où chacun, à sa place, devait garder son rang, partageaient la même foi et communiaient en la même appartenance urbaine. Que l’on soit grand propriétaire terrien vivant en sa demeure de Quito, notaire comptable des ventes et des héritages, boutiquier ayant pignon sur rue, curé ou vicaire, ou bien que l’on soit modeste artisan, épicier de quartier, vendeur de fruits ou de légumes, colporteur faisant du porte-à-porte ou porteur d’eau, voire mendiants qui jamais ne manquèrent, chacun tissait sa part du jour dans l’humilité des tâches domestiques ou civiques nécessaires à l’identité citoyenne. On avait conscience des valeurs existentielles qu’aucune influence extérieure ne venait ébranler.

6Sous le regard de bronze de José Antonio de Sucre montent les images de ces temps révolus. Mais en vérité on peut encore côtoyer ce petit peuple qui anime le Centre ; seuls les bourgeois l’ont déserté depuis des décennies. Sur les deux derniers côtés, des bâtiments, à la masse et à la façade ni plus ni moins acceptables que tant d’autres, ferment ce lieu témoin du jeu de la représentation et des bribes de la mémoire d’autres fois. Le Centre de Quito, à côté de ses églises et de ses couvents, de ses quelques monuments républicains aussi, témoins des nouveaux pouvoirs, est construit de l’amas et des façades d’une multitude de telles demeures bien souvent dévolues, aujourd’hui, à d’autres fonctions.

7Place du théâtre, espace intime que le promeneur de l’aube fait sien en l’instant où il s’arrête et le contemple. Dans le fond, une percée entre les bâtiments s’ouvre comme une porte sans battants vers une échappée de rue qui vient s’infléchir sur le redent d’un trottoir. C’est une voie de desserte entre deux axes forts de circulation motorisée. Une sorte de rappel que le rêve n’est pas la réalité.

8Au centre de la place, une fontaine. Assises sur sa margelle, quatre personnes échangent les nouvelles du matin. Un peu plus loin, deux cireurs de chaussures déjà guettent le client, une marchande de sucrerie et de cigarettes bavarde avec une commerçante qui vient d’ouvrir toute grande la porte de sa boutique. Paix d’une journée qui commence.

9Quittons cette quiétude et partons vers la Grand’Place, dite de l’Indépendance. Elle est bordée d’arcades et de bâtiments nobles : cathédrale, ancien évêché transformé en centre commercial, palais présidentiel et hôtel de ville, dont la sobre construction récente ne dépare pas le site. Un hôtel transformé en bureaux met une note incongrue, renforcée par sa façade peinte en ocre clair. C’est, lui aussi, une image importée de ce qui se faisait au siècle passé dans les stations balnéaires françaises, à Deauville ou à Biarritz. Presque vide à cette heure, quelques passants et les gardes faisant les cent pas en bordure du palais, elle va bientôt grouiller de mille passants qui la traverseront entre les massifs de fleurs. Ils suivront les allées bordées de bancs où viennent se chauffer depuis toujours les retraités qui évoquent inlassablement les événements de la veille et leurs souvenirs des avant-veilles.

10En remontant plus à l’ouest : la place de San Francisco au bout de la rue. Le cœur de la cité. Là, sur les ruines du palais de l’Inca, s’établit le couvent d’un ordre mendiant qui régna sur la ville, en gardien de la morale et des institutions. Nous sommes à San Francisco de Quito, qui l’oublierait ?

11Cette place, très fréquentée, est la plus vaste du Centre. C’est un immense parvis. Glissant sur ses marges méridionales et orientales, les voitures n’y sont qu’à peine tolérées. À cette heure quelques silhouettes en poncho ou en costume de ville, deux Indiennes aux jupons multicolores, chapeau sur la tête, enfants dans les jupes, jacassent, panier croché au bras. Aussi des cireurs de bottes, qui vous interpellent. Vous auriez les chaussures comme des miroirs qu’encore ils espéreraient votre pratique ! Les vendeurs de rues montent leur étalage. Déjà les odeurs de la veille sont ravivées. Relents de tout ce qui se vend, s’échange et se mange, enflés au fil des heures du remugle de chacun : vendeurs ambulants ou forains, forts des halles porteurs de lourdes charges, clients aux multiples emplettes, touristes encombrés de leurs appareils photo et de la crainte de se faire détrousser. À l’entrée de l’église, sur la terrasse du parvis, les vendeurs de cierges et d’images pieuses. Les premiers mendiants aussi, tableau de Brueghel qui dit la misère des oubliés. En contrebas, dans le tronçon de rue, entre San Francisco et Merced, que les marchands et les chalands interdisent aux voitures, les uns passent, les autres installent leurs marchandises : lingerie, vêtements, chaussures, parapluies, lunettes et porte-monnaie, savons, parfums, quincaillerie en tout genre, cassettes qui vont ajouter au bruit de fond, objets de consommation courante. À la mi-journée des matrones derrière leur fourneau proposeront la fritada, fricassée de pommes de terre et de porc, ou bien une soupe où nageront un morceau de viande et un épi de maïs.

12C’est aussi l’heure où les fenêtres et les portes s’ouvrent toutes grandes, les magasins se déverrouillent. S’organise le bruit laborieux des machines dans les ateliers. Les îlots de San Francisco et de la Merced, fermés de hauts murs de briques dans lesquels, de loin en loin s’ouvre une poterne, gardent leurs secrets que l’on dit faits de prières, d’étude et de méditation. Le long des trottoirs, adossés à ces murailles, dans l’ombre tutélaire de ces grands couvents que tout Quiténien d’origine contemple et fréquente depuis l’enfance des grands-parents de ses grands-parents, s’alignent les emplacements de centaines de petits vendeurs que la municipalité tolère faute de pouvoir les chasser.

13On dénombre 14 îlots de cette partie du centre historique à son occident, qui sont désormais abandonnés aux commerces de détail, dont ceux de la rue. Presque toutes les pièces en rez-de-chaussée des maisons qui les bordent sont transformées en entrepôt où s’entassent cent mille objets chaque soir, qui en ont été extraits le matin. S’il y a encore des résidants en ces demeures, ils se réfugient au fond des patios les plus lointains ou se tiennent dans les étages. Les rues bordières forment un souk tel que ces plazas del zoko des villes du sud de l’Espagne. Les ruelles et les recoins éclatent de lumières et d’animation dès la troisième heure du jour jusqu’à la nuit tombée.

  • 1 Alexandre Von Humboldt, l’oyages dans l’Amérique équinoxiale (1799-1804), Paris, Maspéro, 1980.

14Un personnage, aux premières heures et à nouveau au début de la nuit, en est le symbole : le cargador. Ce fort des halles est petit, malingre, entêté et musclé. Il porte des charges sous lesquelles il est englouti. Il avance cassé par le milieu. On ne voit que ses deux jambes courant à petits pas de mule, des mains crispées sur les cordes qui amarrent d’impressionnantes cargaisons et un visage tendu, tiré en arrière par la sangle qui retient tout. Ce sont les dignes descendants des cargueros dont parle Alexandre von Humboldt. « Les cargueros portent communément six à sept arrobas (75 à 88 kilogrammes) ; il y en a de très robustes qui portent jusqu’à neuf arrobas1. » Souvent jeune, il n’est que membres actionnant la machine au long des rues montueuses et descendantes. Il ne peut que courir, sinon il tomberait. C’est sur son dos que s’acheminent à leur lieu de vente les produits entassés dans les bodegas et ceux déchargés des camions stationnés au sortir des tunnels, au point haut du marché du Tejar, dit « des Ipiales ». Le matin il charge les trottoirs et les rues, le soir les décharge. Et tout le jour ce sera là sa partition dans ce jeu étrange et sans fin où l’on se déplace sans cesse au gré de la demande pour recomposer à chaque instant la mosaïque du marché.

15Mais il n’y a pas que les places, ce grand marché aux limites changeantes, ces rues centrales pour former le centre historique. Pour bien le savoir, il faut abandonner ces espaces constamment parcourus, indéfiniment visités, et retrouver les permanences qui structurent la véritable vie du centre historique. Ces lieux discrets et plus secrets abritent une forte population en des logements le plus souvent étroits où la cohabitation est élevée. C’est une partie de la ville uniquement populaire en cette fin de siècle.

16Quant aux habitants démunis des « quartiers marginaux », aux gueux des campagnes, ils n’y viennent que pour y faire leur marché ou certaines emplettes indispensables vendues aux Ipiales moins chères qu’en tout autre lieu de la capitale. Mais, en vérité, hors les rues du souk, le Centre leur reste comme un espace interdit. Ils descendent des hauteurs qu’ils ont envahies par la construction d’un habitat de la précarité généré par la ruée qu’enclenchèrent la dictature militaire et sa révolution agraire avortée, ainsi que le boom pétrolier du début des années 1970. Il ne reste alors dans le centre historique que les descendants de ceux qui, des générations durant, n’eurent que le droit de s’établir dans les faubourgs. Enfin « le Centre » est à eux et, si l’on veut bien visiter les rues et les quartiers où à présent ils demeurent, on verra que, grâce à leur présence, le cœur de Quito a gardé son âme et s’est chargé d’un nouveau sens.

17Loin du bruit du transit qui submerge les rues basses où il faudra pourtant revenir, loin des places où encore se tiennent tant d’activités très commerçantes et de services, des Ipiales et du marché de gros de San Roque, il y a ces rues paisibles où s’étendent des ensembles construits depuis une génération, ou deux peut-être, qui abritent des familles aux revenus modestes, où s’ouvrent les petites épiceries de quartier, les boutiques nécessaires à la vie quotidienne d’une ville de province – car ce n’est pas là le moindre paradoxe que la capitale équatorienne soit ressentie par ses habitants non comme un tout, mais comme seulement une juxtaposition plus ou moins réussie de quartiers provinciaux ! – et les ateliers où se travaillent le fer, le bois, où se cousent des habits, où se transforment tant de choses qui alimenteront la ville en produits bon marché.

18Dans la journée, ces rues et ces placettes demeurent quiètes. Il y passe quelques bus ou une voiture, mais ce ne sont pas des endroits très accessibles : fortes pentes, nombreuses rues se terminant en escaliers menant aux confins de la ville ancienne. Les artisans et petits commerçants y sont en symbiose avec la rue et tout ce qui s’y passe. Le tailleur de sa fenêtre interpelle son voisin, le forgeron et ses aides refroidissent leurs fers dans une cuve à l’entrée de la forge et le menuisier assemble les éléments d’un meuble sur le trottoir, tandis que des manœuvres s’activent à charger la benne d’un camion avec les gravats d’un chantier qu’ils viennent de terminer.

19À Quito, on parle sans cesse de voleurs et de délinquance. Dans la journée ceux-ci traquent le touriste et le passant inattentif, mais ils n’agissent point dans ces quartiers qui ne participent guère à l’agitation du Centre car, connus, ils y sont sous haute surveillance. Il en est de même à la Recoleta, fort excentrique, San Sebastían et San Blas, très anciennes paroisses aux portes de la ville espagnole, San Diego, désormais encerclé par l’ultime tronçon du périphérique, le cimetière et la 24-de-Mayo, sorte de mail aménagé pour les piétons, mais d’un accès parfois malaisé. Et aussi San Marcos, La Loma ou la Tola. Ces unités installées, sur des reliefs qui les individualisent précisément, ont davantage de mouvements. Elles sont anciennes, une forte vie de quartier s’y est formée, elles ont leur église et leurs chapelles, aussi leur collège, leurs restaurants bon marché et leurs petites épiceries, ces commerces de proximité sans lesquelles un quartier ne peut exister à Quito. Trois fois dans le jour les écoliers transforment la rue en terrain de jeu et achètent des glaces aux marchands qui, à toute heure, causent sur le pas de leur porte avec quelque voisin. À la nuit commençante, les rues se peuplent d’une population au retour du travail, qui vaque à ses activités domestiques, se presse sans excès vers les petits marchés et les boutiques pour les ultimes achats, discute au seuil des maisons tandis qu’encore les enfants jouent dans la rue et les adolescents se reconnaissent, flânent, discutent inlassablement : une vie de quartier qui se perpétue à pas feutrés.

20On ne donnerait pas une idée correcte du Centre si l’on omettait ses rues très commerciales dans le jour, que ce soit des axes de pénétration comme la Guayaquil ou la Venezuela, bordées de magasins en continu, ou bien des grandes transversales comme la Rocafuerte dont les façades sont peintes de toutes les couleurs. L’activité piétonne déjà intense y est perturbée constamment par des trains de bus, véritables générateurs de dioxyde de carbone : Quito a quinze à vingt fois moins de véhicules que Paris, mais la pollution y est trois fois plus importante !

21Car le Centre, c’est également le goulot d’étranglement de ses rues étroites qui quadrillent un site inadapté à l’automobile. Aussi, il y a quelques décennies, les urbanistes n’hésitèrent pas à donner leur accord pour la percée de nouvelles artères taillant dans le tissu urbain ancien. C’est ainsi que l’avenue Pichincha a coupé trois îlots par le milieu, détruisant la continuité quadrangulaire d’un espace datant des premiers temps de la fondation de la ville. C’est ainsi également que des tunnels donnent accès au centre historique en venant du sud, mais plus souvent du nord, créant une coulée de gaz irrespirables et, dans le souk qui les borde, un désordre renforcé. Se mêlant aux étranges odeurs des rues envahies d’ambulantes, la pollution automobile rend pénible la flânerie en ces endroits.

22Monuments à conserver, urbanisme ancien à respecter, traversée en bus du Centre à autoriser, souk des Ipiales à domestiquer, autant de problèmes auxquels la municipalité est sommée de donner une solution.

Regard critique sur cette évocation

  • 2 Eduardo Galeano, « Mémoires et malmémoires », in Le Monde diplomatique, août 1997. p. 3.

« La mémoire de quelques-uns devient la mémoire de tous. Mais cette torche qui illumine les sommets laisse la base dans l’obscurité. L’histoire officielle de l’Amérique latine accorde rarement un rôle à ceux qui ne sont ni riches, ni blancs, ni mâles, ni militaires : ceux-là ont plutôt droit à l’arrière-scène, comme les figurants d’Hollywood. Ce sont les éternels invisibles, qui cherchent en vain leurs visages dans ce miroir déformant. Mais ils n’y sont pas2. »

23Seul un roman, à condition qu’il soit d’un auteur d’origine modeste né dans un quartier populaire du centre historique, pourrait contredire cette citation qui exprime bien les limites de notre présentation. En effet, les articles de presse utilisés, s’ils donnent bien l’essentiel de ce que pouvait voir et sentir un observateur attentif de la vie de la capitale dans les années choisies, ne peuvent apprendre quoi que ce soit des peines et des joies du petit peuple quiténien, notamment des populations migrantes d’origine rurale et fréquemment indienne. Même l’évocation faite par Ivan Cruz demeure la vision d’un témoin certes intelligent et sensible, mais néanmoins issu de la bourgeoisie commerçante qui y avait pignon sur rue jusqu’à ce que, dans les années 1970, elle migre vers le nord. Tout juste peut-on percevoir à travers les propos journalistiques une vision très critique des pauvres gens s’entassant dans des logements trop étroits. Le mauvais entretien, l’entassement, la crasse, l’insalubrité leur sont attribués sans la moindre réflexion critique sur les causes qui les sous-tendent et les provoquent. À la lecture des nombreux articles abordant ces questions, on a le sentiment que cette classe laborieuse se complaît dans des conditions de vie citadines déplorables. L’incompréhension est manifeste. Ses membres, quoi qu’ils fassent, sont l’objet d’un mépris proclamé : les conditions d’hygiène de leur cuisine ne sont pas acceptables, leurs comportements publics sont sujet à caution, même leurs fêtes sont infréquentables, païennes, paillardes, débauchées, et se terminent inéluctablement dans la violence. À croire que la morgue espagnole de la conquête envers les populations indigènes s’est transmise aux populations métisses et républicaines parvenues à des conditions confortables de vie face à leurs compatriotes démunis. Conscient de cette limite, il faut garder constamment à l’esprit le risque de ce biais systématique.

L’insertion du centre historique dans le mouvement des transformations urbaines

24Ainsi, avant même le début du siècle, Quito se trouve à l’étroit. Lentement et progressivement construits, les espaces intérieurs à la ville ne motivant pas de trop grands travaux de nivellement et d’assainissement, donc aisément urbanisables, sont en voie de forte densification. Celle-ci se fait d’abord, comme toujours, par une suroccupation des maisons, puis par l’ajout de modestes immeubles de rapport sur les terrains privés disponibles, sans qu’il y ait un grand souci des règles urbanistiques. Parallèlement, les nouveaux arrivants peuplent et surpeuplent les faubourgs. C’est le cas, notamment, à San Blas qui enregistre une forte poussée démographique en même temps qu’une notable dégradation des conditions de vie. On a relevé, dans le Comercio de 1908, les réclamations faites auprès de la municipalité par les habitants de ce faubourg.

25Les indignations inlassables des chroniqueurs au jour le jour s’en font l’écho. Ils expriment ce que pensent de cette situation les Quiténiens ayant pignon sur rue. C’est aussi dans ce sens qu’il faut interpréter les remarques constamment répétées concernant le manque d’hygiène, l’absence d’entretien du domaine public – mots clefs qui, encore en 1996, sont dans toutes les réclamations des habitants des quartiers populaires-, ainsi que l’inconfort, la dégradation des maisons. Les signes d’insatisfaction qui traduisent le mécontentement des gens installés sont évidents, ils craignent toujours quelque trouble dû à la « délinquance ». Et pourtant, que de changements en moins d’un siècle, quelle extension de la ville, devenue district métropolitain ! Surface urbanisée estimée en 1910 à 380 hectares, en 1996 à plus de 38 000 hectares... cent fois plus ! Cette extension urbaine avait déjà commencé au sud avec l’implantation des activités manufacturières autour de la station de chemin de fer et celle des quartiers ouvriers qui l’accompagna. Mais, dès 1920, époque où le tramway, depuis six ans déjà, joint Chimbacalle à l’Ejido en irriguant et drainant le centre historique, les automobiles ne sont plus une rareté. L’amélioration des déplacements permet aux Quiténiens fortunés de songer à s’établir au nord de la ville où on assiste à un double phénomène :

  • un engouement pour les fincas où l’on pense à s’installer à demeure en transformant de modestes maisons campagnardes en habitations plus confortables et plus définitives ;

  • la construction de nouveaux quartiers dans l’esprit des cités-jardins qui depuis les écrits d’Ebenezer Howard (1902) sont devenus une mode.

26La densification des terrains riverains du parc de l’Alameda et la construction, au-delà de l’Ejido, de la ciudadela Mariscal Sucre, qui sera par la suite augmentée du lotissement Simon Bolívar, témoignent de cette recherche d’un plus grand espace de vie. Commence, pour la bourgeoisie, un mouvement d’abandon du Centre qui ne s’arrêtera plus. Il sera le grand bouleversement d’un demi-siècle (1920-1970) ; le « boom pétrolier » (1973) changera cette tendance en un envahissement par accélération de la conquête spatiale du site actuel de Quito, qui se fera :

  • pour la classe aisée, par la création de nouveaux quartiers (la Paz, le Batán, Quito Tenis) où ils implantent un habitat de qualité leur assurant un confort toujours plus élevé ;

  • pour les classes moyennes, principal soutien et grands bénéficiaires du régime militaire qui a pris le pouvoir, par une politique sociale de lotissements promus par des mutuelles de logements qui auront des émules parmi les promoteurs privés ;

  • pour les déshérités, le plus souvent attirés à Quito par l’affairisme qui y règne, par l’encerclement des nouveaux quartiers ainsi apparus, action orchestrée par des mouvements plus ou moins contrôlés, plus ou moins légaux, plus ou moins acceptés ou subis, qui donneront naissance à une couronne de quartiers périphériques proches, cantonnés sur des pentes réputées impropres à l’urbanisation et néanmoins urbanisées désormais – los barrios marginales, les « quartiers marginaux » ou plutôt « en marge », car ils ne sont certainement pas peuplés de marginaux, mais ils sont indiscutablement laissés en marge et sur leurs marges par les populations nanties de la ville ;

  • pour les petites gens de Quito déjà installées dans le Centre et les anciens quartiers qui le jouxtent, par un maintien dans les lieux ou par un changement d’occupants dans les maisons délaissées et vendues par tous ceux qui peuvent profiter des nouveaux quartiers bien équipés du nord principalement, mais aussi des quelques-uns qui se sont construits au sud du Panecillo, dont Villa Flora est le meilleur exemple ;

  • pour les activités, par la perte des plus florissantes, remplacées par une extension-invasion des petites activités marchandes et de service, formelles ou informelles.

27Ainsi la ville s’étend, de très nombreuses maisons de la partie la plus centrale de la ville historique changent de fonction ; les immeubles d’habitation abritent désormais ateliers, magasins, boutiques et, dans les arrière-cours, entrepôts de marchandises ; la population résidante perd de sa diversité socioculturelle au profit d’un nivellement aligné sur les caractéristiques sociales des populations conditionnées par les limites de leurs bas revenus. Les valeurs de pentes, l’implantation des différents types de voirie, les entrées et sorties du site, les barrières difficilement aménageables qui en marquent les limites entrent dans la logique géographique de ce phénomène. Ainsi, le site actuel du centre historique offre quelque 230 hectares de terrain dont les pentes n’excèdent pas 5 % (56 hectares) ou 10 % (173 hectares). S’y ajoutent celles qui, avec de fort importants travaux de terrassement (remblayage, murs de soutènement, construction d’escaliers, etc.), augmentent sa capacité d’accueil, soit une trentaine d’hectares. Ce sont donc 260 hectares propices à une urbanisation en accord avec les moyens techniques et financiers dont dispose l’ancienne ville coloniale autour des années 1920 ; or, grâce à son extension vers le nord et le sud, elle en occupe déjà 380 environ en 1908 et 815 en 1921… On voit qu’avec 50 000 à 60 000 habitants en 1908, et autour de 100 000 en 1940, compte tenu d’un habitat ne dépassant généralement pas les deux ou trois niveaux, le desserrement est une nécessité dès le début du siècle et doit être organisé.

  • 3 Henri Lefebvre, « Quartier et vie de quartier », in Cahiers de l’IAURIF, n° 7, Paris, mars 1967.

28En somme, après un premier effort d’aménagement structurel à partir de 1908, Quito, comme si ce gigantesque exercice de modernisation avait déclenché une évolution urbaine de moins en moins maîtrisable, se trouve confronté à une contrainte technico-économique toute nouvelle qui ne peut se résoudre que par la construction in situ d’une nouvelle ville aux rues élargies, aux immeubles modernes de meilleur rapport remplaçant les maisons de deux ou trois niveaux des beaux jours de l’époque républicaine, voire à une architexture3 fondée sur une refonte des modes de composition urbaine qui, depuis sa refondation hispanique, a présidé à son organisation spatiale ; ou par une extension massive du site urbanisable, cette deuxième solution pouvant d’ailleurs se combiner avec la première.

29Mais, s’il est facile d’énoncer les possibilités théoriques pour sortir par le haut, c’est-à-dire au mieux, de cette nouvelle situation tout à fait inédite à Quito, il est malaisé de se lancer dans des investissements trop considérables, la partie la plus ancienne de la ville ne pouvant être modifiée que par une restructuration et une rénovation, non par une restauration et une réhabilitation. Un tel bouleversement n’est guère envisageable : il n’y a pas d’argent et de fortes inerties, sinon des résistances, s’exercent. En effet, les terrains les plus urbanisables sont occupés par de grands équipements collectifs dont les fonctions justifient depuis des siècles les emprises – couvents, églises, palais du gouverneur, administration, équipements d’intérêt public (bibliothèque, poste centrale, musées, écoles, collèges et lycées) –, réduisant d’autant les capacités d’accueil des meilleurs espaces.

30La ville ne peut donc plus s’étendre que très difficilement et très insuffisamment en changeant la structure de son habitat. Coût prohibitif pour la collectivité, pressions diverses des institutions publiques ou privées, manque de conviction et de moyens des particuliers, le centre historique sera laissé en l’état. On a dit que si le patrimoine urbanistique de Quito est aussi impressionnant, c’est parce que la pauvreté des éventuels opérateurs a empêché non seulement toute destruction, ce qui fut un temps envisagé cependant, mais aussi presque toute modification ! Il faut donc opter pour son extension sur des espaces pris au nord et au sud, l’est et l’ouest étant définitivement barrés à toute extension, du moins est-il logique et sage de le penser. Un autre argument milite en faveur de cette option : la municipalité accepte la charge des grands travaux. Ainsi, chacun peut s’installer au moindre coût, n’ayant à construire que sa demeure, ce qui se produit : au sud, les ouvriers près des zones d’emplois ; au nord, encore très rural, les nantis. Le centre historique, laissé à lui-même, subit une lente dégradation ; le patrimoine s’effrite sans être systématiquement détruit. Son intérêt réapparaîtra avec le classement de l’Unesco, première étape d’une conversion du discours et des actions de mise en valeur du patrimoine.

31Compte tenu de ces pressions et de ses limites d’extension, le Centre demeure incontournable et, dans la mesure où Quito s’étendra sur les espaces propices à l’urbanisation comme le site régional le laisse prévoir, les aménageurs n’ont d’autre choix que de très fortement structurer les axes de circulation permettant les échanges nord-sud pour le traverser en continuant d’assurer le fonctionnement de la ville qui se construit à un rythme jamais connu jusqu’alors. Inéluctablement, chacune de ses entrées provoquera un étranglement engendrant un dysfonctionnement de sa partie ancienne qui, à terme, risque de ne pouvoir plus assurer sur son territoire ses fonctions d’administration, d’activités économiques de production et de distribution, de résidence et de circulation nord-sud. C’est pourquoi on en arrive très vite à la nécessité de traverser autrement cette partie de l’espace quiténien, ou bien de la contourner.

32Les urbanistes mettront en chantier par étapes ces deux solutions. Tout d’abord, ils élargiront certaines voies en taillant dans le bâti. Ensuite, ne pouvant aboutir à une solution satisfaisante, ils mettront systématiquement en sens unique toutes les voies de la partie non transformable du Centre, puis entreprendront la percée de tunnels pour résoudre définitivement le problème de sa traversée et la construction de voies périphériques d’évitement à grand débit pour son contournement. Ce chantier, commencé il y a un quart de siècle, est loin d’être achevé.

33Un des effets pervers de cette mise en œuvre, dans la mesure où, en un premier temps, elle a permis d’élargir des voies, mais, en un deuxième temps, n’a réalisé que l’accès du centre historique par le nord sans arriver à prolonger l’avenue périphérique occidentale au-delà des tunnels qui franchissent les reliefs de San Juan et du seuil du Panecillo, est le blocage presque complet de la circulation dans cette partie de la ville, non par un phénomène d’attraction pour les activités qu’elle abrite, mais par un phénomène de traversée. Actuellement, obstacle au fonctionnement général de la capitale, cet état de fait est cause de la rupture sociologique et fonctionnelle entre la ville marchande, affairiste, luxueuse, confortable, au nord, et la ville ouvrière, relativement délaissée par les aménageurs et les investisseurs, au sud.

  • 4 Cf. René de Maxim y, in AIQ, planche 40, figure 4.

34Si bien que, désormais, pour la bourgeoisie et le milieu des affaires, Quito se situe essentiellement entre l’aéroport et la Mariscal Sucre, en limite nord du Centre. Ce dernier est livré à la micro-activité et à l’approvisionnement d’une population aux ressources très limitées, si bien que l’on a un Quito globalement riche, un Quito globalement ouvrier et, entre les deux, un Quito populaire où l’histoire et la pauvreté se côtoient. Récemment, la politique municipale visant à résoudre autant que faire se peut la question de la circulation intra-urbaine a fait un pas nouveau en privilégiant les transports en commun publics. C’est, aujourd’hui, cette solution qui semble prévaloir4.

Conséquences urbanistiques du site

35La valeur des pentes du site de la ville est révélatrice des raisons géographiques de la forme des extensions successives de Quito qui se négocient, quand cela est possible, avec les hauteurs proches, les piedmonts et les ravins, causes d’un découpage et d’un compartimentage que connaissent bien les occupants de nombreux quartiers nouveaux pas nécessairement illégalement construits. Ce site a fort peu de terrains assez vastes, plans et horizontaux. Presque toute installation nécessite de considérables travaux de terrassement.

36Néanmoins, les habitants ont colonisé et construit tout l’espace proche qui pouvait l’être à des coûts acceptables, compte tenu des époques et des moyens techniques dont ils disposaient. On voit déjà sur le plan de Dionisio Alcedo y Herrera (1734) que les terrains dont la pente n’excède pas une valeur de 5 % sont attribués et occupés, les plus centraux par des congrégations et par les pouvoirs politiques, les autres par des particuliers qui y ont maison et jardin. Mais les solares découpent un espace incluant aussi des pentes beaucoup plus fortes, quoique n’excédant pas généralement une valeur de 10 %. Naturellement, dès cette époque ces terrains doivent être aplanis et aménagés et des ravins comblés, notamment celui de Manosalvas qui traverse la partie la plus centrale. Ses canalisations, construites en briques, n’ont jamais cessé d’être entretenues depuis. Au fur et à mesure de la croissance géographique de la ville, tous les terrains propices sont urbanisés, les plus proches, comme à La Loma, pouvant être occupés par des Quiténiens ayant pignon sur rue.

37Sous la pression, des Indiens et des métis, tous artisans, domestiques, petits vendeurs, hommes et femmes louant leur force et leurs services, cherchent à se loger selon leur condition et à la mesure de leurs ressources. C’est ainsi que des faubourgs se développent soit sur des pentes proches, mais d’accès malaisé, soit au-delà des ravins qui bordent la cité au sud, soit le long des chemins qui mènent à Quito ou en sortent pour aller vers des haciendas voisines.

  • 5 Cf. René DE Maximy, « La ville, enveloppe et produit des sociétés mutantes », in Espace géographiqu (...)

38Au début du xxe siècle, malgré le chemin de fer et, dix ans après, la ligne nord-sud du tramway qui traverse Quito, rapprochant considérablement les extensions les plus excentriques, le relief continue d’imposer son diktat. La carte montre à l’évidence que la grande cassure du ravin de Jérusalem et les trop fortes pentes demeurent des obstacles qu’il faut franchir ou contourner. Aussi est-ce vers le nord, autour du parc de l’Alameda, très couru en fin de semaine et bien intégré à la ville, que vont s’installer progressivement les plus fortunés. Les autres, contraints également de se chercher de nouveaux points d’ancrage, vont se satisfaire de pentes de plus en plus dures, d’espaces non assainis et de chemins de terre défoncés en période de pluie. Chacun obéira à la logique des coûts et de la nécessité. Ceux qui en auront les moyens économiques accéderont aux terrains septentrionaux, plus attractifs, situés au pied des hauteurs de San Juan, les actuels quartiers América et Larrea de la paroisse de Santa Prisca. Puis, dans les années 1920, au-delà de l’Ejido, ils seront les preneurs de la cité-jardin Mariscal Sucre. Les autres commenceront la conquête du sud, en contournant le Panecillo par l’ouest où les pentes permettent à « une architecture de la précarité5 » de se développer. Les quartiers déjà fort pentus de San Sebastián, la Recoleta, la Tola, San Blas, San Juan et du bas du Panecillo voient leurs limites s’élargir autant que le site le permet.

39Les travaux de terrassement, de voirie, d’assainissement entrepris pour accueillir le chemin de fer, développer les activités industrielles, rendre la ville plus habitable et améliorer la circulation dans Quito et en sa périphérie, autorisent l’extension sans rupture géographique vers le nord ; s’ils favorisent également l’extension vers le sud, ce n’est qu’au prix d’un saut au-delà du Panecillo, autour de la station ferroviaire, le tram permettant le rapprochement de cette nouvelle zone d’activité et d’habitat. Mais la continuité du bâti ne s’y fait que fort mal, en contournant le Panecillo, par son flanc ouest. Les quartiers de San Roque et San Diego se développent alors grandement.

40Si, vers le nord, la croissance est relativement aisée, c’est parce que le site est plus favorable et, aussi, parce que le poids économique de ceux qui y installent progressivement leurs activités et leurs demeures provoque des grands travaux de la part de la municipalité. Ceci renchérit la valeur foncière de ces nouveaux quartiers, renforçant une ségrégation sociale et spatiale en en changeant la nature, car riches et pauvres ne se côtoient plus aussi quotidiennement et étroitement qu’auparavant. Autre conséquence, le Sud, où n’habite et ne travaille personne de ceux qui détiennent le pouvoir politique, ne profite de presque aucun investissement, sauf des réseaux indispensables pour les industries qui s’y sont installées et pour les liaisons interrégionales.

41La carte des valeurs de pente permet un dernier constat d’importance. Elle met en évidence le problème urbanistique majeur que pose le centre historique : c’est un espace enclavé qui n’a plus d’intérêt défensif, mais qui demeure le cœur historique, symbolique et identitaire de la ville, ce qui le rend au fil des années de plus en plus sacré, quoique que de plus en plus insupportable aux regards des néo-Quiténiens ; c’est devenu un handicap quasi insurmontable pour le fonctionnement de la ville du xxe siècle, alors qu’il garde des fonctions administratives, culturelles, artisanales et commerciales fortes : on doit donc s’y rendre autant que le traverser pour aller du nord au sud et du sud au nord. Les urbanistes ont bien élaboré des plans et proposé des solutions, mais leur coût est extrêmement élevé ; en outre, elles ne résolvent qu’une partie de la question.

42C’est ainsi qu’ont été construites des voies de contournement par l’est qui permettent depuis quelques années de joindre les deux extrémités de Quito par des périphériques. Cependant la partie ouest de ces voies rapides ne sera pas achevée de sitôt, car ou bien elles se construiront en un tissu urbain déjà densément occupé, ce qui entraînera d’énormes désinvestissements et des transferts considérables de populations résidantes, opérations dont on peut imaginer le coût politique et social ; ou bien elles entraîneront des travaux pharaoniques tels que la construction d’un tracé de montagne passant à plus de 3 000 mètres ou de très longs tunnels routiers, voire des voies aériennes sur pilotis, toutes solutions économiquement peu envisageables.

Figure 5
Le Centre Historique
Le site : la valeur des pentes (nombre de mètres de dénivellation pour 100 mètres linéaires(%))

43En outre, même si ces travaux se réalisaient, il restera que le centre historique reçoit au moins 200 000 personnes qui y ont leurs activités quotidiennes ; un nombre aussi élevé y vit à demeure ou habite des quartiers qui lui sont symbiotiques ; c’est également, pour l’approvisionnement de première nécessité, le plus grand centre de commerce de gros et de détail de la ville, les habitants de tous les quartiers populaires de Quito le fréquentant pour cela.

Figure 6
Le Centre Historique
Densités de population (1982-1990) (hab./ha)

44Ainsi, le site colonial pèse énormément. La grande interrogation à laquelle doivent répondre les urbanistes et le pouvoir municipal, celle qui leur est faite par les uns, soucieux que le centre historique ne devienne pas une « ville-musée », mise entre parenthèses en quelque sorte, et par les autres à cause du handicap économique que cette partie de la ville représente, est : comment gérer ce Centre sans le détruire ou le fossiliser, et sans se ruiner à le maintenir en l’état ? Cette question n’a pas fini de se poser.

Le centre historique selon l’atlas de Quito

45L’AIQ fut l’objet d’une recherche appliquée menée pour révéler l’intérêt de l’analyse géographique d’un espace urbanisé. Pour ce faire, une base de données urbaines (BDU) a été créée et un système d’information géographique développé, ce qui autorise désormais, selon les besoins de l’analyse spatiale entreprise, une multitude de représentations cartographiques fondées sur des données quantifiées. Dès 1991, cette recherche a permis la mise en place et le fonctionnement au sein de la municipalité d’un système urbain d’information métropolitaine (SUIM), véritable cheville ouvrière d’un observatoire urbain.

L’accessibilité

46En 1990, année de référence des cartes présentées et commentées, le site du centre historique reste pratiquement identique à ce qu’il était au début du siècle. Cependant, il profite désormais de tous les réseaux disponibles : notamment, le réseau viaire s’y est significativement amélioré. La politique de comblement des ravins l’a rendu plus utilisable. En 1990, la quebrada de Jerusalem, qui s’était rouverte dans sa partie orientale, fut réaménagée. On y superposa trois équipements : un drainage, une voie de dégagement et, les recouvrant, une avenue aménagée en promenade réservée aux piétons et à des activités foraines. Cette promenade perpétue, d’une manière moins brutale mais urbanistiquement tout aussi identifiable, la coupure morphologique autrefois due au ravin. Quelques rues carrossables longitudinales en permettent le franchissement pour maintenir le fonctionnement du centre historique entre la ville coloniale et ses faubourgs construits au pied du Panecillo.

  • 6 Sophie Bock. Henri Godard, René de Maximy, « Les modes de composition urbaine », in AIQ, planche 40 (...)

47Malgré ce genre de travaux, dont les plus spectaculaires ont été, il y a vingt-cinq ans, la construction de l’avenue périphérique occidentale et des deux tunnels qui doivent, à terme, permettre d’accéder au Centre ou de l’éviter, les problèmes que pose cette partie de Quito sont loin d’être résolus. Son site demeure un obstacle au fonctionnement de la capitale et l’absence du prolongement de « l’Occidentale » au-delà du tunnel de San Roque y entraîne des embouteillages permanents qui commencent avec les heures ouvrables et ne s’achèvent qu’avec elles. L’extension de la ville et l’accroissement du trafic automobile rendent chaque année la situation plus handicapante pour l’exercice des fonctions économiques qu’assure toujours le Centre, ce qui apparaît clairement sur les cartons présentant le « réseau viaire longitudinal » et le « transversal » qui soulignent l’étranglement qu’impose le relief, et encore plus explicitement sur celui traitant de l’accessibilité6. Avec l’extension de Quito, le Centre, qui n’est plus la totalité de la ville, est fortement relativisé. En 1900, cette partie hyperconstruite et porteuse d’histoire commandait l’ensemble urbain et rayonnait sur les espaces ruraux proches.

  • 7 Depuis le parc de l’Alameda, on commence à descendre en s’engouffrant dans l’entonnoir des rues étr (...)

48Comparée à celle du début du siècle, l’image qu’on en a désormais s’est maintenue ou inversée, selon que l’on vienne du Quito méridional, sous-équipé et prolétarien, ou du Quito septentrional, bien équipé et nanti. Venant du sud, on doit toujours franchir le seuil du Panecillo. En le contournant par l’ouest on monte vers le Centre, et par l’est, après une forte grimpée qui mène à la hauteur de San Diego, on l’aborde par les pentes du Pichincha. De ces trois côtés son espace urbain peut être encore perçu comme le Centre. Mais lorsqu’on vient du nord, les larges boulevards qui assurent un bon fonctionnement à la partie riche de la ville, et notamment au centre des affaires (de la Mariscal Sucre à Naciones Unidas), cessent d’assurer la fluidité du trafic en s’achevant en rues encaissées pour se rattacher au centre colonial7.

  • 8 Philippe Cazamajor d’Artois, « Typologie des marchés, centres commerciaux et ossature de l’espace » (...)

49L’impression est que, venant d’espaces urbains relativement peu densément occupés, parcourus de voies à grand débit, on se jette dans le labyrinthe des rues du Centre où viennent se piéger les voitures. « Le gel du paysage urbain […] a maintenu l’ensemble [du Quito colonial] peu ou prou en l’état de l’époque républicaine », donc du milieu du siècle dernier : rues étroites, passages et escaliers que l’on sait. « Si bien que cette situation, conjuguée avec un usage intensif, commercial et forain de la rue, fait de ces quartiers un ensemble convivial peu pénétrable [aux voitures] aux heures ouvrables8. »

50À cette époque (en 1990), la pollution, la lenteur du transit, la violence des nuisances sonores dues aux moteurs ronflant et s’essoufflant dans les pentes à plus de 10 % atteignaient un paroxysme qui a quelque peu décru depuis que la municipalité a reconsidéré le schéma de circulation dans le Centre, imposant des sens uniques, limitant, voire interdisant, le stationnement le long des trottoirs et enfin réduisant le passage des bus – qui restent cependant les principaux pollueurs et le problème majeur – à certaines voies lors de la mise en service d’une ligne de trolleybus.

Les lieux et leurs fonctions

51Ce Centre au fonctionnement diurne si difficile demeure très vivant. Certes sa partie la plus centrale, le centre-Centre, a perdu la majeure partie de ses résidants. Mais, occupée par les ordres religieux et les congrégations, en concurrence avec le pouvoir politique colonial et municipal, elle fut toujours moins densément peuplée que le reste de la ville.

52Lieux du culte et propriétés des ordres religieux résistent aux pressions foncières, ce dont témoigne la comparaison de la situation de 1888 d’après le Plan de G. Pérez avec celle établie à partir des informations actuelles fournies par les publications de la municipalité. Ils demeurent très présents. En revanche, pour ce qui est du patrimoine national et municipal, des modifications importantes apparaissent. Un certain nombre de ministères et de grands services administratifs, des sièges de banques aussi, se sont déplacés au-delà de l’Ejido tandis que la Présidence se maintient sur la Plaza Grande et que la municipalité accroît son emprise immobilière. Ses acquisitions se sont renforcées depuis quelques années par l’aménagement en bureaux de demeures d’intérêt historique rachetées à des particuliers et au préalable restaurées. Cette politique foncière et immobilière est surtout remarquable dans le centre-Centre, lieu où l’activité touristique est la plus intense. La municipalité y restaure en priorité. La défaillance des particuliers incapables d’assumer la restauration de leur demeure classée à l’inventaire du patrimoine quiténien semble cause de cette politique municipale. C’est là une sorte de perversion qu’on explicitera en troisième partie : la municipalité, à fin de restauration et de mise en valeur, achète à vil prix tout ce qui a quelque intérêt historique. Ainsi, quoique s’en défendant, modifie-t-elle par grignotage les fonctions économiques du Centre. Ce phénomène n’affecte cependant que fort peu les quartiers résidentiels, qui demeurent habités par une majorité de locataires à faibles revenus.

  • 9 René de Maximy, « Densités de population », in AIQ, planche 10.

53Selon la cartographie du recensement de 1982, le centre-Centre abrite moins de 70 habitants à l’hectare (hors voirie), tandis que ses autres quartiers se situent dans une distribution moyenne de 160 à 480 habitants à l’hectare. Le commentaire, englobant tout le centre historique, signale même de bien plus fortes densités9 :

« Bien qu’inégalement distribuées, ces densités vont de 160 à 800 habitants à l’hectare. On ne rencontre guère de densités excédant ce nombre : un îlot à Alpahuasi, deux ou trois à San Roque et en bordure nord-occidentale du centre. Elles déterminent une tache très homogène qui comprend pratiquement toute la ville d’avant les années trente [... Ces densités], compte tenu de structures d’habitation n’excédant que très rarement les trois niveaux, constituent une très forte occupation […]. C’est dans ce secteur, centre et centre-sud, particulièrement en sa partie la plus ancienne, que les conditions de logement sont le plus insupportables, on y rencontre un habitat traditionnel peu équipé et très dégradé. »

  • 10 Maria Augusta Custode, René de Maximy, « Typologie de l’habitat », in AIQ, planche 30.

54La légende de la typologie de l’habitat10 énonce les caractéristiques suivantes : « organisation : traditionnelle ; forme de l’îlot : quadrangulaire ; taille : grande, huit parcelles par îlot ; rues : étroites ; densification : bien consolidé [ce qui ne veut pas dire que les maisons soient très solides, mais signifie que cette densification est un fait bien établi, qui se maintient et se perpétue] ; usage : logements, commerces ; matériaux : murs de briques cuites ou crues, toits de tuiles, finition traditionnelle ; hauteur des constructions : un ou deux niveaux. »

55« Usage : logements, commerces. » Il faudrait ajouter : administration, culte et culture. Mais cela signifie aussi que dans le centre-Centre, moins résidentiel qu’ailleurs, les densités sont probablement, durant les heures les plus actives de la journée, proches d’une fréquentation passante mais soutenue de 1 000 usagers à l’hectare qui, par leurs activités professionnelles ou consommatrices, ajoutent à la saturation de l’espace et aux difficultés de fonctionnement.

  • 11 AIQ, planche 10, figure 3.
  • 12 René de Maximy, « Répartition de la population par grands groupes d’âge », in AIQ, planche 11.

56Enfin, la considération de « la population juvénile de Quito11 » permet d’affirmer que la population résidante n’est démographiquement guère dynamique, les jeunes y étant en moyenne moins nombreux que dans l’ensemble de la ville de 1982, sauf dans quelques îlots situés au pied du Panecillo. Ce que confirme la distribution par âge et sexe de la population12 : il y a un assez fort pourcentage de jeunes de 18 à 30 ans, mais c’est celui du Quito qui, en 1982, est déjà occupé depuis plus de vingt ans. Cette valeur relative n’est forte alors que parce que la moitié de Quito est constituée de quartiers récents où les jeunes n’ont pas encore 18 ans... Au vu du recensement de 1990, on ne dirait sûrement plus ça. En revanche la population résidante des plus de 30 ans – et, encore plus, celle qui dépasse les 60 ans –, est comparativement une des plus élevées de la ville, partageant ce caractère avec les centre nord (paroisses de Santa Prisca, la Floresta et Benalcázar) et sud (paroisses de la Magdalena et de Villa Flora).

  • 13 À ce sujet, les données globales du recensement de 1982 ont été publiées avec une interversion entr (...)
  • 14 René de Maximy, « Catégories socioprofessionnelles », in AIQ, planche 12.
  • 15 René de Maximy, « Population et appropriation de l’espace », in AIQ, planche 13, carte principale e (...)

57De son côté, le caractère populaire du centre historique est confirmé par la répartition des résidants, surtout des commis et petits employés qui constituent 40 % des catégories socioprofessionnelles représentées13. Cependant, en périphérie proche, sur les pentes les ouvriers dominent. Ils viennent s’approvisionner principalement à San Roque et au marché des Ipiales. Dans les quartiers ouest, à La Loma, San Marcos, la Tola et San Blas résident encore de nombreux cadres dont le logement avoisine celui d’employés du secteur privé et d’une population ouvrière prépondérante en de nombreux îlots14. Comparativement à la situation de la majorité des Quiténiens, cette population est classée parmi les « relativement aisés ». Le commentaire insiste sur l’image d’un « centre élargi qui a déjà une histoire et une urbanité assez fortes pour imposer des connivences et une convivialité qui maintiennent cette diversité, ce qui est la caractéristique des villes qui ont eu le temps de s’accommoder à chaque époque des changements socioculturels. » Le carton « Vie sociale des quartiers en fin de semaine15 » précise l’existence d’échanges intra-quartiers et inter-quartiers, avec une « forte activité sociale de voisinage ».

  • 16 René de Maximy, « La cohabitation », in AIQ, planche 14, figure 1. Lors de l’élaboration de ces car (...)

58L’analyse plus fine de l’homogénéité et des disparités au contact entre le centre historique et le centre des affaires16 est riche d’informations précises. Si globalement le Centre y apparaît en rouge, c’est-à-dire comme une aire construite où la promiscuité est forte à très forte et la densité moyenne à forte, on retrouve ici la diversité de ce Centre dont une visite succincte pourrait faire croire qu’il est très homogène. En effet, 10 îlots se trouvent hors classification ; ce sont des places publiques ou des lieux d’implantation de couvents et de bâtiments administratifs qui n’hébergent que quelques moines ou gardiens. Six autres îlots jouissent d’une faible, voire très faible, promiscuité, dont un, à San Marcos, a tout de même une densité d’occupation assez élevée. Le reste affiche une forte, et même très forte, promiscuité, bien que 38 îlots sur 240 environ (un sixième) soient peu densément habités. La promiscuité forte correspond donc à une disponibilité limitée, une pièce se partageant entre deux, trois ou quatre personnes.

  • 17 René de Maximy, « Hiérarchisation socio-économique de l’espace quiténien », in AIQ, planche 38.

59Mais les conditions les plus inconfortables (très forte promiscuité de vie dans le logement) se rencontrent sur les pentes les plus accentuées de San Juan, San Blas, la Tola, San Roque, le Panecillo, San Marcos et La Loma, l’extrémité de ces deux derniers dominant les gorges du Machángara. Déjà, c’étaient San Blas, la Tola et San Roque que la presse désignait en 1908 comme particulièrement insalubres et dont l’habitat était dénoncé comme fortement délabré. Malgré des améliorations dues à l’assainissement, les logements de ces quartiers demeurent suroccupés. Il en est de même dans les îlots peu densément habités qui jouxtent le centre-Centre et même en font partie. Dans ceux-ci, où les maisons autrefois d’habitation sont devenues des entrepôts ou des locaux commerciaux, quelques logements misérables et surpeuplés subsistent en arrière-cour ou sous les combles. La (relativement) lente mutation du peuplement du Centre s’est achevée avec l’avènement du boom pétrolier qui, à partir de 1973, a relancé l’économie de la capitale et provoqué une accélération spectaculaire de sa croissance démographique et spatiale. Désormais, elle témoigne de son histoire passée et de sa décadence. C’est devenu un ensemble de quartiers enclavés et conservés (plutôt assez mal), un témoin architectural et urbain hispano-américain que d’aucuns voudraient muséifier au cœur de la métropole équatorienne de la Sierra. Quoiqu’il garde une part de ses fonctions administratives, culturelles et cultuelles, son territoire est de plus en plus largement voué au commerce autour de ses places et le long de ses rues les plus passantes, tandis qu’en d’autres lieux plus excentrés il reste dévolu à une fonction résidentielle pour « les classes moyennes basses » et « la frange supérieure des démunis »17.

Figure 7
Le Centre Historique
La population (1982-1990) : les 12-18 ans(%)

60Malgré les pressions conservatrices auxquelles il est soumis par quelques personnalités influentes motivées par son classement à l’inventaire du patrimoine mondial, le Centre demeure extrêmement vivace et vivant. C’est un souk, un bazar, une entité marchande indéniable. Les gens à faibles revenus – ils sont des centaines de milliers qui vivent sur cet hyper-équipement – résident sur ses pentes, en sa périphérie, et le considèrent comme le lieu d’approvisionnement par excellence. Ils ne sont pas près de le déserter.

  • 18 Ibid.

61On peut lire dans l’AIQ 18:

  • 19 Rappelons que cette classification est établie sur les chiffres du recensement de 1982.

« Cette population de classes moyennes se retrouve aussi dans le centre historique, quoique les revenus des résidants y paraissent décalés d’une classe (classes moyenne-basse et moyenne-moyenne) sauf autour de la Plaza Grande où l’on rencontre des Quiténiens classés « classe moyenne-haute19. »

  • 20 Bernard Castelli, « Formes spatiales de la propriété citadine », in AIQ, planche 31.

62Il partage cette particularité avec les quartiers de la Tola, dont San Blas, et Manosalvas, dont San Marcos, qui en sont les prolongements géographiques et en très proche continuité morphologique. À un moment de leur histoire, ces quartiers, dont le Centre, ont dû se trouver en une situation socio-économique plus satisfaisante, quoique l’hétérogénéité de l’habitat ne puisse permettre de l’affirmer vraiment. En 1982, la majorité des résidants du centre historique ne sont que locataires de leur logement si l’on en croit les données recensées dans l’Atlas20.

Figure 8
Le Centre Historique
La population (1982-1990) : les 18-30 ans(%)

Figure 9
Le Centre Historique
La population (1982-1990) : les 30-60 ans(%)

Figure 10 Le Centre Historique La population (1982-1990) : les plus de 60 ans(%)

Figure 11
Le Centre Historique
Les CSP des résidants en 1990 : les employés des secteurs publics et privés, et les commerçants(%)

Figure 12 Le Centre Historique
Les CSP des résidants en 1990 : les travailleurs manuels et assimilés (artisans et ouvriers), et les cadres et assimilés(%)

Figure 13
Le Centre Historique
La cohabitation par îlot (1982-1990) (nombre de pièces/hab.)

Figure 14
Le Centre Historique
Les établissements scolaires en 1993

63C’est d’abord un secteur commercial – mais hors des rues du centre-Centre où se pressent les chalands, employés et fonctionnaires qui y ont leur occupation quotidienne et leurs horaires qui les jettent hors de leur lieux de travail pour la pause de milieu de journée et au moment de rentrer chez eux, ou les touristes faisant le tour des monuments et des boutiques de curios, ou encore les retraités prenant le soleil et s’enquérant des derniers cancans – où les micro-commerces et les activités foraines dominent. On y rencontre également une grande quantité de petits ateliers. Ceux-ci et ceux-là sont consubstantiels à la population des résidants et usagers naturels, c’est-à-dire à ceux qui depuis toujours considèrent le Centre comme un hyper-équipement urbain à leur disposition.

64C’est la réponse de proximité aux véritables ayants droit, pourrait-on dire, qui s’y rendent chaque jour pour leurs emplettes ou l’exercice de leur activité citadine.

  • 21 CEDIME, Centra de investigaciones de los movimientos sociales en el Ecuador (Centre de recherche su (...)
  • 22 Philippe Cazamajor d’Artois, « Activités, localisation et densités », in AIQ, planche 15 ; « Les ti (...)
  • 23 AIQ. cartes et cartons de la planche 15.

65Cette dimension sociale, très forte depuis des siècles, se maintient. Elle a été quantifiée en 1986-1987, puis en 199021. Les résultats en sont détaillés et cartographiés en diverses planches de l’Atlas22. Le Centre y apparaît comme le lieu quiténien où se rencontre la plus grande concentration de points d’activités visibles de la rue. En effet, on en compte un pour 6 à 15 habitants résidants. La Mariscal qui, cartographiquement, est dans la même situation apparente, étant incomparablement moins peuplée, c’est bien dans le centre historique que l’activité de la rue, fondée il est vrai sur la proximité des commerces de détail, des petits ateliers et d’une multitude de micro-services aux particuliers, est la plus grande. Cependant, il faut rappeler encore une fois que la fréquentation diurne multiplie considérablement le nombre de clients potentiels que chacun dessert23. Les portes fermées signalant les fonds de commerce vacants n’y représentent que de 3 à 7,5 % du total des lieux destinés à ce genre de fonction, sauf à La Loma où ce pourcentage se situe entre 7,5 et 13 %. C’est aussi la situation du centre des affaires de La Mariscal et beaucoup moins que ce que l’on rencontre dans la partie de la ville s’étendant au sud du Panecillo. Les épiceries y sont proportionnellement assez peu fréquentes, eu égard au nombre d’habitants, mais leur densité d’implantation est tout de même une des plus fortes de Quito, de 2 à 8 par hectare, ce qui signifie au moins 2 par îlot. Les bazars papeteries et les services aux particuliers y sont aussi très présents, plus ou moins un par îlot. Le nombre de gargotes et de restaurants y est également grand.

  • 24 René de Maximy, Janet Vega, « Établissements et fréquentation scolaire », in AIQ. planche 10.

66Même les établissements scolaires y sont plus fréquents qu’ailleurs24. Les conditions de scolarisation y sont bonnes, 16 à 23 élèves par enseignant : pour un élève résidant dans le centre historique, 2 à 4 viennent d’autres quartiers, assez fréquemment parce que leurs parents y exercent eux-mêmes une activité et ainsi en assurent le convoyage. La réputation des collèges du Centre et du centre-nord de Quito n’est plus à faire ! Si l’on considère les équipements publics, chaque fois le Centre apparaît comme très correctement équipé, quoiqu’on y observe un certain vieillissement des structures d’accueil.

Figure 15
Synthèses des fonctions du Centre

Que conclure de la situation dans les années 1990 ?

67Populaire, très densément construit et peuplé, handicapé par son maillage de rues et leur étroitesse, ayant de très nombreux édifices en mauvais état, le Centre et ses quartiers connexes n’ont pas les meilleurs atouts pour affronter une façon de vivre inscrite dans la modernité, encore moins selon le modèle étatsunien dominant. Cependant, la qualité urbanistique et conviviale de cet ensemble urbain en fait un lieu très attractif que renforcent les innombrables activités qu’il abrite et, ceci confortant cela, l’énorme population diurne qui y vient travailler ou s’approvisionner.

68Les équipements correspondent à une ville de 50 000 à 120 000 habitants, ce qu’elle était au moment de son entrée dans le xxe siècle. Ils se dégradent lentement, comme la bibliothèque municipale, le théâtre, les églises et. d’une manière plus aiguë, les anciennes demeures patriciennes dont l’entretien relève des particuliers. Mais son rôle administratif, cultuel et culturel se maintient, voire se modernise grâce aux efforts de la municipalité. Sa fréquentation et ses commerces, ateliers et services en font le plus fort lieu d’activité de la capitale.

69Ces données devraient être prises en compte par les responsables en charge de sa conservation. Dans la troisième partie de cette étude, on verra jusqu’à quel point c’est le cas.

Notes

1 Alexandre Von Humboldt, l’oyages dans l’Amérique équinoxiale (1799-1804), Paris, Maspéro, 1980.

2 Eduardo Galeano, « Mémoires et malmémoires », in Le Monde diplomatique, août 1997. p. 3.

3 Henri Lefebvre, « Quartier et vie de quartier », in Cahiers de l’IAURIF, n° 7, Paris, mars 1967.

4 Cf. René de Maxim y, in AIQ, planche 40, figure 4.

5 Cf. René DE Maximy, « La ville, enveloppe et produit des sociétés mutantes », in Espace géographique, t. XXI. n° 1. 1993, p. 41-53.

6 Sophie Bock. Henri Godard, René de Maximy, « Les modes de composition urbaine », in AIQ, planche 40, figures 1, 2 et 4.

7 Depuis le parc de l’Alameda, on commence à descendre en s’engouffrant dans l’entonnoir des rues étroites et pentues, construites en d’autres temps. Une seule d’entre elles fut, impérativement et difficilement, aménagée. Ceci se fit au détriment de plusieurs îlots qui. dans les années 1960. furent coupés pour construire une voie automobile à large gabarit qui a motivé la construction d’un tunnel et d’un toboggan assurant des croisements sur deux niveaux, pour emprunter ensuite le tracé du ravin de Manosalvas remblayé en 1908.

8 Philippe Cazamajor d’Artois, « Typologie des marchés, centres commerciaux et ossature de l’espace », in AIQ, planche 37.

9 René de Maximy, « Densités de population », in AIQ, planche 10.

10 Maria Augusta Custode, René de Maximy, « Typologie de l’habitat », in AIQ, planche 30.

11 AIQ, planche 10, figure 3.

12 René de Maximy, « Répartition de la population par grands groupes d’âge », in AIQ, planche 11.

13 À ce sujet, les données globales du recensement de 1982 ont été publiées avec une interversion entre les rubriques « employés des services publics » et « employés du secteur privé » ; l’AIQ a répercuté cette confusion de l’INEC. L’erreur n’a été découverte, par Éric Dupérier, universitaire alors en accueil à l’ORSTOM-Quito, que deux ans après la publication de l’AIQ.

14 René de Maximy, « Catégories socioprofessionnelles », in AIQ, planche 12.

15 René de Maximy, « Population et appropriation de l’espace », in AIQ, planche 13, carte principale et figure 2.

16 René de Maximy, « La cohabitation », in AIQ, planche 14, figure 1. Lors de l’élaboration de ces cartes, la cohabitation a été établie à partir d’une combinaison de la densité de peuplement à l’hectare au sol (pour un tiers) et de la disponibilité en pièces (pour deux tiers), ou en parties de pièces, habitables par habitants résidant sur l’îlot pris comme unité géographique de base.

17 René de Maximy, « Hiérarchisation socio-économique de l’espace quiténien », in AIQ, planche 38.

18 Ibid.

19 Rappelons que cette classification est établie sur les chiffres du recensement de 1982.

20 Bernard Castelli, « Formes spatiales de la propriété citadine », in AIQ, planche 31.

21 CEDIME, Centra de investigaciones de los movimientos sociales en el Ecuador (Centre de recherche sur les mouvements sociaux en Équateur).

22 Philippe Cazamajor d’Artois, « Activités, localisation et densités », in AIQ, planche 15 ; « Les tiendas », in AIQ, planche 16 ; « Les activités de la construction », in AIQ, planche 17 ; « Caractérisation des principaux axes en fonction des activités dominantes », in AIQ, planche 18 ; « Typologie des marchés, centres commerciaux et ossature de l’espace », in AIQ, planche 37.

23 AIQ. cartes et cartons de la planche 15.

24 René de Maximy, Janet Vega, « Établissements et fréquentation scolaire », in AIQ. planche 10.

Table des illustrations

Légende Figure 5 Le Centre Historique Le site : la valeur des pentes (nombre de mètres de dénivellation pour 100 mètres linéaires(%))
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 6 Le Centre Historique Densités de population (1982-1990) (hab./ha)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 7 Le Centre Historique La population (1982-1990) : les 12-18 ans(%)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 8 Le Centre Historique La population (1982-1990) : les 18-30 ans(%)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure 9 Le Centre Historique La population (1982-1990) : les 30-60 ans(%)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 10 Le Centre Historique La population (1982-1990) : les plus de 60 ans(%)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Figure 11Le Centre HistoriqueLes CSP des résidants en 1990 : les employés des secteurs publics et privés, et les commerçants(%)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 12 Le Centre Historique Les CSP des résidants en 1990 : les travailleurs manuels et assimilés (artisans et ouvriers), et les cadres et assimilés(%)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 13Le Centre HistoriqueLa cohabitation par îlot (1982-1990) (nombre de pièces/hab.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 14Le Centre HistoriqueLes établissements scolaires en 1993
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 15Synthèses des fonctions du Centre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40727/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search