Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Première partie. Le centre de quito : une visite guidée dans le siècle

Chapitre II. Les années charnières

Texte intégral

1Notre propos n’est pas d’écrire l’histoire de Quito, mais seulement de rappeler que jusqu’à la fin du siècle passé ce n’est qu’une ville quiète où, si tout le monde ne se connaît pas – elle est déjà trop importante pour cela –, tout le monde peut rapidement localiser un événement ou un fait divers, rapidement identifier sinon mettre un visage sur une personnalité de la ville, voire de tel ou tel quartier. On y vit à un rythme ponctué par le train-train des travaux et des jours, les aventures des uns, la sainteté des autres et les mille riens qui rompent la monotonie d’une vie bien réglée où les cérémonies et les réjouissances des dimanches et des fêtes sont les moments forts de l’année.

  • 1 Friedrich Hassaurek, Cuatro años entre los Ecuatorianos, Abya-Yala, Quito, 1967, p. 152- 166 : « So (...)

2Bien sûr, on ne peut ignorer le reste du monde, encore moins les séismes et les éruptions cataclysmiques, mais celles-ci et ceux-là sont rares, le fonctionnement de la ville, son évolution et les changements que cela entraîne ne sont pas tels que la vie des Quiténiens en soit violemment affectée. En outre, si certaines familles y vivent sur un grand pied, elles sont peu nombreuses. La très grande majorité des habitants est modeste, traditionaliste et conformiste. Ce sont des artisans, des commerçants et l’armée des métis. Il y a une foule de domestiques. Hassaurek en parle abondamment. Il leur consacre un chapitre entier qui vaut d’être lu pour se faire une idée de la vie quotidienne à Quito en 18601. Quant aux indigènes, ils sont regroupés dans certaines paroisses qui leur sont plus particulièrement dévolues.

3En complément de ce qu’en ont dit Humboldt et, quelques décennies plus tard, Hassaurek, on ne citera que deux auteurs et historiens contemporains, pour compléter ce bref aperçu impressionniste.

  • 2 Municipio de Quito, Direccíon de Planificacion (1992), « Quito, vida social y modificaciones urbana (...)

4Le premier texte est tiré de « Quito, vida social y modificaciones urbanas », un article d’Eduardo Kingman Garces publié en 1992 par la municipalité2 :

« Quito, au xixe siècle, ne dépassait pas les 40 000 habitants En ces murs se développaient diverses activités de commerce et d’artisanat (l’habileté des artisans est proverbiale). Bien que qualifiées d’urbaines, ces activités dépendent en grande partie de la campagne ou supposent un certain type de relation avec la campagne et avec les ruraux. À Quito, de même que dans d’autres villes andines, il y avait un va-et-vient permanent de conducteurs d’attelage et de porteurs, de vendeurs de légumes frais, d’indiens venus des haciendas ou des communautés pour travailler sur les chantiers de construction, au nettoyage des rues ou comme domestiques, horticulteurs, jardiniers, porteurs d’eau. Même l’espace qualifié d’urbain n’était pas totalement urbanisé. Il y avait divers secteurs qui se caractérisaient plus par un type d’installations dispersées ou semi-rurales que citadines à proprement parler.

« [… Les gens de qualité] se situent dans les quatre rues qui traversent la (grand’) place, celles-là mêmes qui sont droites et larges, et dans quelques îlots autour de l’endroit où commencent les rues montantes et descendantes. Dans ceux-là, les maisons sont sur deux niveaux, les familles de bourgeois vivent au premier étage, le rez-de-chaussée est dévolu aux domestiques et sert également de remise pour les voitures, d’entrepôts et à d’autres usages » (Stevenson, 1908).

« Tout ce qui sort de l’ordinaire et est un tant soit peu somptueux, vient d’Europe. Il n’y a à Quito aucun commerce de luxe, ni d’élégance, les locaux commerciaux sont petits, sans fenêtre, avec seulement une porte en bois […]. L’actuelle rue de Guayaquil, alors appelée rue du Comercio Bajo, était presque exclusivement occupée par les entrepôts des manufactures nationales de tissus de coton, de laine ou de soie fabriqués à Quito. […] Une série de petits articles destinés surtout aux métis et aux Indiens se vendaient sous les arcades de la Grand’PIace où on rencontrait les points de vente de vaisselle, de meubles et de toute sorte de quincaillerie. […] Les femmes qui se respectaient ne sortaient pour faire des achats qu’en de très rares occasions ; elles envoyaient plutôt chercher des échantillons de marchandise qu’on apportait à la maison. Naturellement, pour les hautes classes, c’était un déshonneur, quel que soit le sexe, d’être vu dans les rues de Quito portant une quelconque marchandise. »

« Quito est une ville ecclésiastique […] sans capitaux, sans énergies, sans pratique des affaires. Jamais les Quiténiens ne se lancent dans de grands projets commerciaux ou industriels. »

5Les choses s’améliorent lentement par la suite, il se produit une série de changements. « La multiplication des commodités de la vie avait développé chez les habitants de la capitale le “désir de s’enrichir” et le début d’un certain enrichissement. » Ce qui s’accompagnait d’une misère également croissante. « La pauvreté était visible chez les artisans, mais aussi dans certaines familles distinguées tombées en disgrâce. Il y avait une grande quantité de mendiants », non seulement ceux qui demandaient la charité dans la rue, mais également « ceux qui avaient des dettes et ne les payaient pas à leurs créanciers », de nombreux orphelins et des veuves obligés de vivre de la charité publique et de celle des gens. « La pauvreté de solennité » était une institution établie et légale. « Les “Honteuses” (femmes qui se couvraient le visage pour ne pas être reconnues) allaient de maison en maison demander une aumône. Par suite, les œuvres de charité constituaient alors une occupation des plus nobles. »

6De nombreux voyageurs notent que Quito « s’apparente à un monastère », ou bien fait penser à une ville « un peu comparable à celles de l’Europe médiévale par les habitudes de ses habitants ». Il faut dire que parfois, en cette fin du xxe siècle, on a encore, dans le centre de Quito, surtout la nuit ou à l’aube, le sentiment d’être au Moyen Âge. De toute manière, c’est une ville austère. « La lumière qui filtre par les fenêtres de quelques rares maisons laisse deviner quelque veillée qui s’achève. Le silence et la solitude règnent dans toutes les rues très mal éclairées par des lanternes sourdes et lugubres. »

  • 3 Eliecer Enriquez. Quito a través de los siglos, Quito, Imprenta municipal, 1938.

7Il ne s’agit que de quelques passages de l’article de E. Kingman Garces. Pour en connaître davantage, il faut lire la totalité de ce texte de vingt-quatre pages. L’auteur a puisé aux meilleures sources, chez les voyageurs, souvent étrangers, qui ont laissé un récit de voyage, et aussi dans les almanachs publiés par la compagnie Guía del Ecuador, les photographies de l’époque et dans les archives du Cabildo de Quito à travers les siècles, opportunément rassemblées et publiées par Eliecer Enriquez3.

  • 4 Cf. Alfredo Fuentes Roldân, « El sapo de agua », in Quito tradiciones, Quito, Ediciones Abya-yala. (...)

8Le deuxième texte est rapporté dans le sapo de agua qui témoigne de la vie paisible dans les quartiers, ici la paroisse de San Sebastián, un faubourg du Centre, telle que l’auteur la reconstitue, de manière un peu trop angélique, et telle qu’elle était encore à la fin du siècle dernier. En voici une traduction fidèle sans être mot à mot4.

« […] Entre montées et descentes, au pied de la colline, à l’abri des regards indiscrets et de la curiosité des passants, se tient le hameau de Saint-Sébastien. Ses habitants ont toutes les vertus des gens purs, bons chrétiens, ne faisant de mal à personne, bourgeois sobres aux grands cœurs et aux bras accueillants, artisans mais honnêtes, barbiers et apprentis coupeurs de barbe et tailleurs de moustaches, fripons dont les plaisanteries ne dépassent pas la longueur de leurs ciseaux, toute une brochette de personnes de bonne figure et serviables. »

© Droits réservés.

Planche 2
Quito dans les années 1930

« [… Dans le haut du village] la rue légèrement en courbe qui enveloppe le pied du côteau n’est plus un sentier de terre envahi de mauvaises herbes, mais un chemin consolidé de petites pierres tirées de la rivière voisine. Qu’importe désormais que ce soit l’été ou l’hiver, le piéton et le cavalier, l’un et l’autre enfants de Dieu, y cheminent paisiblement. Naturellement, les déchets et les immondices sont engloutis dans les pentes.

« Propre de corps et encore plus d’âme, d’être isolé du monde ne l’empêche pas d’être l’an durant en habits de fête. Ses balcons sont fleuris de géraniums entre lesquels, parfois, se laisse entrevoir le visage d’une femme de qualité guettant à travers les jalousies le passage des garçons qui reviendront dans la nuit et jusqu’à l’aube annoncée par le veilleur, lorsque les mèches charbonneront dans les lanternes, donner la sérénade, mêlant leurs voix porteuses de rêves impossibles aux sons des harpes et des guitares.

« Parmi ces merveilles, le village, déjà quartier de Quito, où s’écoulent sans histoire les jours et les années, se sent bien. »

9Plus qu’une histoire de gargouille, c’est là une description imagée de la vie quotidienne : activités, ragots, plaisanteries, rêves, vie nocturne, suite des jours et des années. C’est aussi l’occasion de quelques phrases ironiques et bienveillantes sur le train-train journalier des habitants d’un quartier populaire, à la fin du siècle passé.

Le Comercio : un balcon sur l’année 1908

10Pourquoi 1908 ? Parce que cette année-là Quito inaugure le chemin de fer qui le relie enfin commodément à Guayaquil et à la côte. On pourrait, bien sûr, tenter une reconstitution des façons de vivre et d’être de la société quiténienne en ce début de siècle. Mais on se satisfera de ce que laissent entrevoir les articles du Comercio, journal libéral et indépendant qui n’a que trois ans. On en a retenu ce qui intéresse la ville.

11Deux événements ont marqué 1908, l’un et l’autre ayant leur origine antérieurement, mais leurs effets cette année-là : l’arrivée du chemin de fer reliant Quito et Guayaquil, la peste bubonique et la peur qu’elle suscite. Si l’on se satisfaisait d’effleurer les faits en les évoquant, on se contenterait de dire que le chemin de fer provoqua des équipements d’infrastructure, gares et voirie notamment, et rendit nécessaire la révision de l’organisation des déplacements dans Quito ; que la peste bubonique fit prendre une conscience aiguë des problèmes de santé publique et d’assainissement urbain. Ce ne serait qu’exact.

12Mais il semble qu’il faille quelque peu approfondir ce qui était latent dès avant 1908 et que ces événements ont révélé en leur imprimant une orientation nouvelle faisant passer la cité soumise à une sorte de fatalité géographique – son enclavement –, et socio-culturelle – sa domination bourgeoise et acceptée – à une ville dynamique, constructrice et mutante.

© Droits réservés.

Planche 3
Quito au milieu du xviiie siècle Plan de Dionisio Alcedo y Herrera (vers 1734)

  • 5 Comercio, 5 juin 1908 : « Les Quiténiens qui voient en Quito “le paradis terrestre” […]. Sans compt (...)

13En effet, au début de 1908, elle est fière d’elle-même, aimée de ses habitants – « les Quiténiens voient en Quito le paradis terrestre5 » et cachant ses imperfections plutôt que d’en parler. Il est alors malséant d’évoquer ses dysfonctionnements, le laisser-aller de sa gestion, le cloaque de ses rues en certaines saisons, la dégradation de ses maisons, les chemins défoncés par lesquels on l’atteint. Puis, comme déjà le rail arrive non loin de là, à Tambillo, on commence à se poser la question de la localisation du terminus de la ligne, pour constater rapidement qu’à Chimbacalle, à quelques kilomètres au sud, s’établira, temporairement croit-on, le terminal ferroviaire. Du coup, son accès devient l’objet d’une grande attention. La peste bubonique qui sévit à Guayaquil, et qui pourrait être apportée rapidement jusqu’à Quito par le train, achève de transformer la vision quiète du cadre de vie quiténien en une vision inquiétante. La modernité, incarnée d’abord par le désenclavement de la ville et des habitudes, atteint la capitale. Restant dans la ligne patriotique et chauvine, le discours s’inverse. Ce n’est plus être convenable et conforme (on dirait aujourd’hui « politiquement correct ») que de ne pas voir les imperfections de la cité et de son environnement géographique, mais ce l’est désormais de dénoncer ce qui ne va pas, ou plus, afin de rapidement pallier ces désordres. On reste donc patriote et chauvin à Quito, et on l’est tout autant quatre-vingt-dix ans plus tard, mais la fierté d’appartenir à la plus belle ville du monde, ce que désirent toujours entendre certains, passe dès alors par l’effort citoyen pour justifier le bien-fondé de cette affirmation. Voici quelques faits significatifs de ce basculement de la vision culturelle – faut-il dire urbanistique et sociétale ? termes quelque peu anachroniques en 1908 ! – de Quito.

La nécessité de désenclavement

  • 6 Mercurio, « Breve historia del ferrocaril y sus problemas », 4 janvier 1988.

14La construction du chemin de fer demeure dans l’histoire équatorienne et dans l’esprit des gens un événement majeur du siècle qui est clairement souligné dès la première ligne d’un article que publie le Mercurio, journal de Guayaquil, le 4 janvier 19886 : « L’œuvre du chemin de fer commencée il y a plus d’un siècle constitue un des plus importants points de référence du développement national. » C’est en 1872, le 18 décembre, que Garcia Moreno lance le projet, et ce n’est que le 25 juin de 1908 que la première locomotive arrive par ses propres moyens à Quito. On en parle alors presque chaque jour dans la presse depuis des mois pour stigmatiser la lenteur de la construction et, plus souvent, annoncer les déraillements et autres catastrophes ferroviaires, comptabiliser les morts, les blessés et les retards (douze heures de retard le 5 janvier, pour cause de déraillement), suggérer des sanctions contre les responsables, les « défaillances humaines », et des indemnités pour les familles des victimes. Ainsi, début janvier on parle d’un « machiniste ayant causé la dernière catastrophe [et qui] va être emprisonné », le 10 janvier, en première page et sur une colonne et demie, de la création d’un corps de cantonniers du rail ; le 9 mai d’une collision entre deux trains, l’un venant de Quito l’autre de Guayaquil, qui a fait 7 morts et 12 blessés. Dans la presse, chaque fois les réactions sont identiques : sanctionner, réglementer, organiser la surveillance des voies, etc.

  • 7 Du 15 mai 1908, p. 3, un tiers de colonne.

15Autre volet de ce bouleversement dans les transports, l’implantation de la gare et sa liaison avec la cité. Toutes sortes de suppositions et de rumeurs courent sur son futur emplacement. Le 27 mai, alors que chacun parle de la prochaine inauguration du chemin de fer dans la paroisse voisine de Chimbacalle, en première page du journal on peut lire que « tout le monde cherche où s’installera à Quito la gare définitive » car celle de Chimbacalle est considérée comme « provisoire » et « transitoire ». Certains pensent qu’« on ne peut trouver d’espace adéquat et commode que sur le terrain communal qui est au nord de la ville et qui conviendrait fort bien », d’autres en tiennent pour « du côté de San Diego, près de l’avenue 24-de-Mayo » et il ne manque pas de gens qui « croient que les pentes de la colline d’Itchimbla sont l’unique point convenable ». Mais on sait, en fait, que pour l’immédiat elle sera au sud, dans les faubourgs, du côté de Chiriyacu ou de Chimbacalle (deux quartiers qui se jouxtent et sont souvent confondus, encore maintenant), ce qui inquiète les commerçants du secteur : que va devenir leur commerce, seront-ils empêchés de le pratiquer, en profiteront-ils ? Ils demandent « que le terminus du chemin de fer du sud se fasse à la ferme des Mères de la Providence et non à Chiriyacu qui est dépendant de la paroisse de Chimbacalle ». Le Comercio7 répond que ce n’est pas à Chimbacalle que se construira la gare, comme le croient les commerçants. Là se feront seulement les échanges ; on n’y implantera que la gare des voyageurs (mais pas celle de marchandises). Il n’y a donc, par conséquent, aucune raison que les commerçants s’alarment en croyant que ce sera préjudiciable à leurs intérêts.

16Tout cela démontre une grande ignorance des contraintes liées à la construction d’une voie ferrée, mais il faut admettre qu’on est, alors, à Quito et en Équateur, au début de l’aventure ferroviaire. Il est vrai que, probablement, au siècle précédent, en bien des villes d’Europe, on dut faire preuve d’une aussi grande naïveté. En effet, compte tenu des profils qu’exigent les rampes pour des trains sur voie métrique, mettre la gare à 5 kilomètres plus au nord (à l’Ejido) ou même à 2 kilomètres, à San Diego, cela veut dire de 5 à 10 kilomètres de tracé supplémentaire, en tranchées, avec tunnels et ouvrages d’art complémentaires : une fortune et des mois de travail pour un minime gain de confort, alors qu’une route bien empierrée, incomparablement moins chère, suffit pour relier Chimbacalle à Quito, ce qui sera fait.

17Cette discussion qui occupe les conversations amène à une autre prise de conscience, beaucoup plus importante pour l’aménagement de la capitale équatorienne, mais qui n’apparaît qu’insidieusement, à travers des nécessités et des urgences que le chemin de fer et les équipements qu’il suscite mettent en évidence. C’est dans le même article du Comercio : pour se rendre à Chimbacalle (aux portes de la ville, au sud), il y a « une difficulté qui saute aux yeux […] les voitures qui viennent de Quito auront à emprunter une pente qui, comme tout le monde le sait, n’est pas courte, et ça, naturellement, loin d’être un avantage, est au contraire un inconvénient pour l’accès au train ». Ceci traduit une inquiétude liée à la qualité des chemins autant qu’au seul accès à la nouvelle station du chemin de fer. L’arrivée imminente ne peut que relancer cette question. L’aménagement de l’entrée sud de Quito, dont l’accès au torrent du Machángara et de son franchissement, revient plusieurs fois. Ainsi le journal du 19 mars consacre vingt-cinq lignes à la dégradation du chemin par les animaux qui vont s’abreuver à la rivière, par suite de la destruction de l’empierrement, ce qui entraîne des risques de plus en plus grands pour « les passants et encore plus pour les voitures et charrettes si deux d’entre elles se rencontrent sur le pont indiqué. […] Comme cette rue est précisément la plus chargée de véhicules, car c’est l’entrée sud de Quito, l’action municipale doit aussi s’étendre jusque-là, sinon sera mise en danger jusqu’à l’existence du pont ». La première conséquence est la décision d’aménager cet accès. Le franchissement des gorges du Machángara et le prolongement de la rue Ambato, qui est usuellement la sortie sud de Quito, programmé quatre ans auparavant pour être ensuite interrompu, sont à l’ordre du jour :

  • 8 Comercio, 13 juin 1908, p. 1.

« Cette œuvre est le chemin qu’ […] a commencé à ouvrir le gouvernement […] en ayant comme objet, précisément, d’unir, par le trajet le plus court, le chemin de la Magdalena à celui, déjà cité, de la paroisse de Chimbacalle. […] Mais – triste et éternelle condition de presque tous nos travaux publics – cet enthousiasme s’éteignit rapidement, les travaux furent interrompus et le chemin est resté inachevé [... si bien] qu’actuellement nous ne pouvons compter que sur une seule rue pour assurer le mouvement continu et considérable des voitures, des charrettes, des bêtes de somme et des gens de toute classe qui se fera entre la Recoleta et la station de chemin de fer8. »

18Il faut imaginer ce qu’était cette entrée sud de Quito, pas un banal chemin emprunté par un trafic assez soutenu quoique peu dense, mais vraiment une voie encombrée qui, unique de son gabarit, servait une ville abritant des dizaines de milliers de personnes :

  • 9 Comercio, 6 juin 1908, p. 1.

« Dans la rue du Mesón, qui conduit au Machángara et qui est la principale entrée dans la ville, du côté sud, ce qui arrive chaque jour et à chaque instant est vraiment effarant : d’immenses troupeaux de chevaux appartenant à des entreprises de transport et à des compagnies de voitures urbaines descendent ou montent au grand galop, dans le plus grand désordre, bousculant tout ce qu’ils rencontrent9… »

  • 10 Comercio. 13 juin 1908, p. 1.

19Et à nouveau « le grand mouvement ininterrompu de voitures, charrettes, bêtes de somme et gens de toute condition » revient comme un leitmotiv10.

20On vient de voir qu’en 1908 Quito reste une petite ville reliée au reste du pays ; que par quelques chemins, dont un seul qui vaille par ses capacités et fort encombré vers le sud et la côte semble-t-il, les gens se déplacent beaucoup à pied, à cheval ou en voiture hippomobile ; que les marchandises s’acheminent de même par bêtes de somme, charrettes ou lourdes voitures tractées. En outre, c’est une ville où tout le monde parle au même moment de la même chose. Mais cela n’a guère changé de nos jours, ni à Quito ni ailleurs, si ce n’est que le dernier feuilleton télévisé intéresse beaucoup plus les Quiténiens d’aujourd’hui que le trafic sur les grandes artères de la ville ou les routes du pays !

21Cependant, pour en rester à la question des déplacements et de la voirie urbaine et périurbaine, il y a des embarras quotidiens qu’il faut aussi gérer. Ils relèvent de trois causes : la difficulté à se repérer dans le labyrinthe des rues, la puissance et l’indiscipline de la corporation des cochers, le mauvais état de la chaussée qui n’est presque jamais pavée ou seulement empierrée. Ici, c’est plus l’époque et les nouvelles techniques que le chemin de fer, dont l’effet accélérateur n’est qu’une des conséquences, même en cette capitale très provinciale, qui poussent à l’amélioration du fonctionnement des villes.

  • 11 Comercio, 23 avril, 1908.

22Si l’on en juge par ce qui s’écrit dans les journaux, on découvre la nécessité de mieux organiser la pratique de la rue. C’est pourquoi une « nomenclature » fait son apparition ; des plaques indiquant le nom de chaque rue sont réclamées, car un étranger de passage se retrouve malaisément dans le labyrinthe de la cité. Déjà, dans le courant d’avril de la même année, le Comercio et les autres journaux quiténiens avaient publié une réglementation concernant le ramassage des ordures rue par rue11 ; il importait donc, également pour les habitants, qu’il n’y ait plus de doute sur les limites administratives de chacune d’entre elles. Bien qu’il soit évident que chacun se localise correctement, cette réglementation concernant l’assainissement, évidemment liée surtout à la peur de la peste, qui sévit, en fait, plus à Guayaquil qu’à Quito où on la craint plus qu’on n’en voit les effets, montre que les préoccupations du conseil municipal imposent alors qu’on commence à considérer la ville et ses réseaux avec une attention qui jamais auparavant n’avait été aussi grande et aussi globale.

  • 12 Comercio, 6 août 1908.

23Autre sujet de revendication : le stationnement des cabs et autres voitures dans certaines rues et certaines places qu’ils encombrent. Les cochers sont à leur tour sur la sellette. On demande d’en réglementer le comportement. D’abord exiger que chacun ait une patente pour exercer ce métier12, ensuite les contraindre à ne pas crotter les rues avec leurs chevaux qui se relâchent un peu trop au gré des habitants, qui s’en plaignent. La corporation des cochers ne semble pas vraiment modifier ses façons de faire pour autant. En cette fin du même siècle, cela n’a guère changé à Quito, tout au moins dans l’esprit, si ce n’est dans les faits qui sont actuellement d’une autre gravité environnementale. Il suffit, en 1996, de regarder passer les bus et d’observer la manière d’agir de leurs conducteurs.

La peste bubonique, un bienfait pour Quito !

24Pour l’amélioration de l’assainissement, la responsabilité de la peste bubonique, relayée par l’énergie du dr Francisco Andrade Marin qui profite de cette circonstance désastreuse pour agir, permet au Quito de la fin du xixe siècle de se transformer complètement et, pour deux générations, de s’adapter à la plupart de ses fonctions urbaines de ville principale de la Sierra. Le début des travaux d’assainissement est ainsi le deuxième grand fait urbain de cette année-là. À quatre-vingt-dix ans de distance, on peut affirmer que le comblement des ravins, la salubrité des maisons et le revêtement des rues importèrent plus, pour l’organisation urbanistique de la capitale, que l’implantation des équipements ferroviaires, pourtant très fêtés alors, et toujours abondamment cités, même par les historiens de la ville. Il est vrai que partout l’aventure du rail porte à la grandiloquence, toujours fort prisée en cette fin de siècle en Équateur dans les discours officiels !

  • 13 « La municipalité en action », Comercio, 10 mars 1908.
  • 14 Comercio, 10 mars 1908, p. 3, 25 lignes.
  • 15 Comercio, 22 mars 1908, une colonne et demie en p. 2.
  • 16 Comercio. 6 juin 1908, une colonne et demie en première page.
  • 17 Voir citation du Comercio ci-après.

25Cela, donc, commence avec la peste. En janvier on en parle déjà ; chaque jour le Comercio fait paraître un article d’intérêt médical sur le sujet. Les Quiténiens jouent à se faire peur, proposent l’établissement d’un cordon sanitaire et de mettre en quarantaine, pendant dix jours, toute personne arrivant de la côte13 ; une pétition demande la fermeture des tanneries qui empestent dans tout le quartier de la Tola et vont favoriser l’épidémie si elle se propage au milieu de « ces foyers infectieux innombrables [... et c’est] pour ces raisons que très prochainement nous formulerons des doléances demandant que soient détruites toutes ces installations qui sont une menace publique14 » ; on dénonce les maisons insalubres15, les immondices qui empuantissent la rue16 ou leur déversement dans le Machângara17, pratique qui, soit dit en passant, se perpétue en 1996 à Quito, dans le bas de Guápulo.

  • 18 Comercio, 21 mars 1908.

26Mais c’est lorsque le dr F. Andrade Marin, inspecteur général de la santé et de l’hygiène, envoie un mémoire au président de la République, document digne et ferme publié dans les journaux18, que commencent véritablement les changements urbains fondamentaux. « Ce que je pourrais faire dans le sens de l’assainissement de la ville de Quito serait... » : suit l’exposé d’un projet d’action en quinze points pour lutter contre la peste. Le principal de la proposition, si on lui en donne les moyens – mais il ne réclame qu’une modeste indemnisation personnelle pour cela – est qu’il veillera à nettoyer et assainir autant les ravins et les rues que les maisons, à contrôler l’eau, l’évacuation des eaux usées et des eaux vannes, à désinfecter les lieux malsains, à éduquer les gens, etc. Et aussitôt il se met à l’œuvre. En une année les résultats sont spectaculaires :

  • il fait remblayer les ravins de Jérusalem (qui sépare Quito du Panecillo) et de Manosalvas (qui limite au nord le site du quartier de San Marcos). L’avenue et la place ainsi créées sur le remblaiement de cette dernière portent désormais son nom ;

  • il fait entreprendre le creusement de grands collecteurs d’eaux usées ;

  • il obtient le pavage ou, au moins, l’empierrement des rues ;

  • il ordonne que les maisons soient dotées d’évacuation des eaux usées si elles ne le sont pas encore, et si elles le sont, que la tuyauterie soit conforme aux règles élémentaires de santé publique ; notamment, il s’assure que les canalisations de raccordement au réseau qu’il met en place ne soient ni de mauvaise qualité ni constamment bouchées ;

  • il fait enlever les immondices qui polluent des lieux publics et organise le ramassage des ordures, rue par rue, à l’aide de charrettes et, là où elles ne peuvent passer, à l’aide de brouettes ;

  • il milite pour le nettoyage des patios, l’aération des cuisines, la ventilation des pièces, l’assainissement des espaces susceptibles de favoriser les épidémies ;

  • il vérifie l’état des fontaines publiques et la qualité de l’eau qu’elles fournissent ;

  • il recense toutes les maisons, leur salubrité et fait dresser un état des lieux en même temps qu’il visite systématiquement, rue par rue et maison par maison, tous les quartiers.

Des journalistes bons témoins, mais un tantinet moralisateurs…

27Devant cette action, les Quiténiens prennent progressivement conscience et se mobilisent dans le même sens, encouragés par une presse critique et didactique, provoquant tous les stimuli capables de faire bouger les choses, parmi lesquels, subtilement, l’orgueil national et le sentiment d’appartenance à une entité urbaine qui se doit d’être meilleure que les autres. Un passage d’un article du Comercio du 4 décembre 1908 éclaire assez bien cette technique :

« Canalisations et eaux potables, telles sont, nous l’avons dit maintes fois, les éléments primordiaux pour la vie d’une population qui a atteint une certaine densité, un certain niveau de culture, et à plus forte raison en une ville qui, comme Quito, pour être la capitale de la République, a déjà d’énormes et chaque fois plus grandes nécessités, dues au nombre et à l’agglomération de ses habitants et à leurs activités sociales. »

28Ainsi les Quiténiens sont cultivés, leur ville a un rang à tenir, donc ils doivent accepter les contraintes du progrès et de l’hygiène. Dès lors, c’est à qui stigmatisera le lieu malsain, le mauvais comportement citoyen d’un voisin. De cette façon s’établit une sorte de jeu dialectique entre un journal et ses lecteurs, jeu dans lequel ce sont les journalistes, échotiers des dernières nouvelles du front de la modernisation, qui aiguillonnent le pouvoir et poussent les citoyens à accepter l’amélioration de leur cadre de vie. Leurs articles répétitifs donnent une idée forte de l’état de certains îlots, de certaines maisons et de certaines rues, qui n’ont rien de glorieux pour la réputation de la ville, ce que déplorent le Comercio et ses correspondants.

29Dans les pages suivantes, comme on a déjà commencé à le faire, on va abondamment citer des extraits d’articles de presse tirés de ce journal. Ils pourront parfois paraître trop longs. Il faut s’en expliquer préventivement. En 1908, la presse, par le truchement de ses rédacteurs, se considère déjà comme l’expression de l’opinion publique, mais pas nécessairement comme un contre-pouvoir dont la vocation dérangeante se doit d’être clairement affichée. Il y a, naturellement, des journaux d’opinion et des positions partisanes qui s’expriment, mais, quel que soit le journal, l’ensemble des journalistes quiténiens se sent investi d’une mission de pédagogue quelque peu moralisateur et passablement paternaliste.

30En tout cas, sur ce point, autant qu’on puisse en juger, le Comercio représente plutôt la classe dirigeante qui s’estime en droit de dicter les comportements citoyens à suivre, avec l’accord tacite (la soumission...?) du petit peuple de Quito. D’ailleurs, ces petites gens ne s’en formalisent pas ; au contraire, ils écrivent fréquemment au journal et voient régulièrement publier leurs revendications, leurs remontrances ou leurs adresses au Conseil municipal, qu’elles émanent d’un groupe de vecinos ou d’un particulier soucieux de défendre un point de vue digne d’être exposé. Il est vrai que, de toute manière, le journal ne publie que ce qui est conforme à sa ligne éditoriale. Mais le sentiment, à la lecture, est que les pages sont largement ouvertes aux lecteurs et aux citoyens de Quito. On ajoutera que la ville reste alors très provinciale. Le Comercio en est le reflet. Tout en se targuant d’être un journal national, il demeure alors dans sa facture et son contenu un journal très local.

31Il y a une autre raison qui milite pour le choix de nombreuses, et parfois longues, citations du Comercio : la façon emphatique de rapporter les faits et de les commenter est très représentative d’un état d’esprit et d’une manière officielle de sentir et de dire. Cela permet de mieux comprendre le Quito de l’époque, dominé culturellement par un conformisme bien pensant. On peut se rendre compte que, par moment, la grandiloquence masque une certaine suffisance non exempte d’ignorance – par exemple lorsque les journalistes parlent des méfaits de la peste bubonique, rendant leur texte dramatique au-delà de l’objectivité – ou un souci d’aborder très superficiellement les problèmes de société pour n’en exposer que l’événement sans avoir à se prononcer sur le fond, ce qui est le propre d’une expression reflétant la manière de ne pas voir d’une classe établie, possédante et donc conservatrice. C’est particulièrement probant lorsqu’il est question, même d’une manière détournée, des populations indigènes, toujours considérées comme païennes, sales, ivrognes et, en puissance, délinquantes, dès qu’on rend compte d’une fête populaire.

32On ajoutera, pour conclure sur ces remarques concernant le Comercio, qu’en 1996 on trouve toujours en ce témoin de l’état d’esprit des Quiténiens, beaucoup plus nuancée il est vrai, cette façon de voir et de dire. Actuellement, l’autre grand quotidien national de Quito, le Hoy, a aussi, parfois, quelque chose d’emphatique et de moraliste lorsqu’il traite des questions de la gestion de la capitale équatorienne. Peut-être faut-il voir dans cette permanence une façon culturelle d’aborder le politique et la politique...

33Voici donc quelques exemples des témoignages transmis par le Comercio sur l’année retenue. Dans le deuxième, le journaliste ne cache pas sa désapprobation et son mépris pour des gueux qui vivent entassés en des taudis et pour des propriétaires débiles et rétrogrades. Quand il ne le dit pas aussi crûment, le ton ne prête à aucune confusion quant à son dégoût. Il énumère les causes de cet état de choses.

34D’abord l’habitat :

« Les boutiques et petits logements médiocres, qui généralement se louent à des gens pauvres, sont tous de construction défectueuse et antihygiénique, humides, obscurs et. surtout, sans une ventilation suffisante. On doit donc, selon nous, obliger les propriétaires à chauler lesdites boutiques et les logements médiocres ; à ouvrir les fenêtres nécessaires pour leur ventilation et, là où ce ne serait pas possible, à percer le haut des portes pour y mettre une petite grille qui permette le libre passage de l’air nécessaire à la vie de la masse humaine qui s’entasse dans ces antres pestilentiels et malsains.

  • 19 Comercio, 22 mars 1908, p. 2, une colonne un tiers, sous le titre « De actualidad ».

« […] Personne ne peut douter que les trois principaux foyers d’infection qui existent en cette infortunée capitale sont les fameux ravins, les cuisines et les couloirs des maisons […]. Le salon, les chambres et le patio, la partie la plus visible de la maison, sont en état acceptable. Mais, ailleurs, ce n’est que lieu mal empierré, avec flaques d’eau immondes, entassement de matériaux de construction, ordures et autres immondices, pas de siphon, pas de plomberie adéquate, des matières fécales, etc.19 »

35Au début de l’article, l’auteur annonce une série de causes à l’insalubrité de certaines maisons.

« 1re cause. – […] Il y a six à dix locataires par maison. Le propriétaire ne s’occupe de rien, les nombreux locataires ne s’estiment pas en charge de la propreté ni de l’entrée, ni des couloirs, qu’ils soient au rez-de-chaussée ou à l’étage, ni des passages, ni des cours, ni des caves, ni de rien de ce qui est utilisé communément par tous. Chaque locataire vit blotti ou retranché dans sa chambre, son petit logement, sa mansarde, sa boulangerie etc., etc. ; et peu lui importe qu’en entrant ou en sortant de la maison il se couvre de toiles d’araignée et aussi des saletés qui abondent dans ces collectivités hétérogènes.

« 2e cause. – Il y a des maisons qui reçoivent sans le savoir les eaux usées d’autres maisons, deux, trois ou plus ; et il y a des propriétaires candides qui n’arrivent pas à s’expliquer comment eux, si propres dans leur maison, puissent accepter d’être agressés par la puanteur d’eaux stagnantes accumulées dans leurs patios. Pour se libérer de telles puanteurs, ils utilisent six à huit chiffons, voire davantage, pour colmater les trous de leurs antiques installations. Ces simples d’esprit (et de ceux-ci, il y en a beaucoup !) ne comprennent pas que l’unique moyen efficace contre la remontée des gaz puants et méphitiques, produits des canalisations et des fissures, est l’usage moderne de siphons et de déversoirs.

« 3e cause. – Il y a des personnes innocentes qui. en matière de propreté et lorsqu’on les visite, présentent leur maison avec un air de triomphe ; et quand on leur fait remarquer que les murs qui n’ont pas été dépoussiérés, les reliefs, les angles, les moulures, les passages, sont chargés de toiles d’araignée épaisses et noires, que les cordes, les fils, les grillages, les corniches etc., etc., supportent des chapelets, des files, des grappes et des alignements de mouches crevées ; que les planchers et les rampes sont recouverts d’un ou deux centimètres de crasse et d’une couche graisseuse de saletés ; que les portes s’entrebâillent sur l’enfer, elles restent stupéfaites de semblables remarques. […]

« 4e cause. – Certaines maisons reçoivent dans leurs cours des déversoirs à découvert et tout ce qui s’ensuit qui répugne à la vue, à l’odorat, à la propreté et à la santé. Il y a toujours un propriétaire ou un autre qui ne veut pas faire d’innovation en matière d’évacuation des eaux usées, se retranchant derrière une logique confondante qui lui fait dire qu’il n’y a pas de raison acceptable pour le faire se mêler des affaires d’autrui ; il le ressent ainsi et fait totalement sienne cette manière de voir. Y aura-t-il beaucoup de philosophes de cette école ? Pour l’honneur national, ils sont comptés.

  • 20 Comercio, 13 mai 1908, p. 2.

« 5e cause. – Il y a des maisons qui, sans être grandes, sont excessivement divisées en deux, en trois et jusqu’à quatre logements indépendants. Patios exagérément exigus, passages obscurs et sans ventilation, couloirs étroits, chambres ténébreuses en sont le résultat20. »

36Ensuite, les lieux publics :

  • 21 Comercio, 6 juin 1908.

« Nous ne dirons rien du célèbre spectacle qu’offrent lesdites places où se tient un marché, particulièrement celle de San Francisco. Celle-ci est en train de changer. Et ce ne sont pas précisément son animation naturelle, son inévitable rumeur, qui sont le propre de lieux comme celui-ci, qui nous occupent, mais l’horrible désordre et la malpropreté qui en résultent – une malpropreté répugnante – et régnent chez tous les fournisseurs pour qui ne valent ni les préceptes hygiéniques ni les considérations sociales quelles qu’elles soient21. »

37Enfin, les nuisances et leur impact sur l’environnement :

  • 22 Comercio, 26 septembre 1908, sous le titre « ¿ Cuando haremos bien hechas las cosas ? », 27 lignes, (...)

« La terre qu’on retire lors des travaux de nivellement qui s’achèvent dans la chaussée Maldonado (Mesón) est déversée dans le ravin proche au fond duquel coule un filet d’eau trouble et bourbeuse. Comme on n’a pas pris la précaution d’établir le drain nécessaire, le courant a été interrompu et un petit lac pestilentiel s’est formé, sur lequel flottent les détritus de tout le quartier. Avec le soleil de ces jours-ci, il s’est converti en un foyer immonde qui répand son odeur fétide sur tous les alentours et qui peut provoquer une épidémie de caractère infectieux. Le directeur de ces travaux doit donner des ordres appropriés pour que soit vidangé cet étang et que ne se reproduise pas la stagnation des eaux au fond de ce ravin22. »

  • 23 Comercio, 29 décembre 1908, deux colonnes, p. 3.

« Les bouches d’égout et les canalisations publiques sont dans un triste état : presque toutes sont remplies d’ordures, de boue et autres cochonneries qui empêchent l’écoulement des eaux de pluie. Cela contribue au pourrissement des déchets et exhale des gaz méphitiques qui en viennent à provoquer de nombreuses maladies et épidémies23. »

Francisco Andrade Marín, l’homme de la situation

38Ainsi l’insalubrité, le mauvais état de certains logements et de certaines maisons, les eaux usées sans écoulement, l’absence d’installation sanitaire, l’absence d’aération, les rues non nettoyées, les tas d’immondices et les décharges dans les ravins, etc., voilà au début du siècle le cadre de vie des Quiténiens miséreux et le lot de tous ceux qui doivent se déplacer, surtout à pied, en ville. À ces désordres l’opinion, vue par les journaux, attribue maladies et épidémies. Aussi, la peste sévissant à Guayaquil, la craint-on « comme la peste » évidemment cette année-là à Quito. C’est une opportunité très favorable pour assainir la ville en se lançant dans de grands travaux, ce que comprend parfaitement le dr F. Andrade Mann, homme progressiste et avisé, vivant en prise avec son temps, dont on peut être sûr qu’il a vu très vite qu’il pouvait profiter de cette conjoncture pour mettre en œuvre ses idées sur l’urbanisme sanitaire moderne. Il est bien placé, il est vrai, en tant qu’inspecteur général de la santé publique et de l’hygiène. En outre, la crainte de l’épidémie, les fantasmes qu’elle véhicule, l’ignorance des gens, en commençant par les élus, et la caisse de résonance qu’assure la presse vont lui laisser les coudées franches et lui donner le pouvoir d’entreprendre de grands chantiers qui porteront leur dynamique et aboutiront à une sorte d’actualisation du cadre urbain, bien nécessaire comme le montrent les citations ci-dessus.

  • 24 À ce sujet, on notera qu’à l’heure actuelle, où parfois les élus sont plus avertis – si ce n’était (...)
  • 25 Constructeur du métro parisien, à la fin du siècle dernier.

39Ça ne sera pas sans mal. Certes, l’ignorance fait qu’on lui accorde sa confiance sans restriction24, mais c’est aussi un obstacle qui impose une vaste campagne éducative renforcée par une législation impérieuse pour que les propriétaires se mettent aux normes sanitaires minimales, pour que les lavandières ne polluent pas l’eau des fontaines, pour que l’eau consommée soit potable et que soient mises en vigueur bien d’autres nouvelles règles d’hygiène et de santé publique. Comme les grands travaux sont entrepris, F. Andrade Marin peut aussi imposer, en corollaire, une réglementation de l’usage de l’eau, du ramassage des ordures, du nettoyage de la voirie. L’opinion publique fera, simultanément, pression pour la réglementation des industries nuisantes, l’empierrement des chemins, le pavage des rues, leur éclairage, la réglementation de l’usage des voitures à cheval ou automobiles et de leur stationnement sur les espaces publics. Il faut tout de même rattacher cet engouement à ce qui se passe dans l’ensemble du monde sous l’impulsion marchande et « civilisatrice » de l’Europe qui sert encore de modèle au reste du monde chrétien et qui s’impose, ou tente de le faire, à l’autre reste, non chrétien. C’est depuis quelques décennies le temps de la construction des chemins de fer – l’Equateur est en plein dans ce mouvement –, du percement des tunnels, de l’aménagement des ports, de la découverte des terras incognitos et de la conquête des pôles. Jules Verne, Eiffel et Bienvenue25 sont les héros modernes. Alors tout porte l’entreprise du dr F. Andrade Marín.

40Celui-ci établit rapidement un état des lieux. Le 4 juin, le Comercio publie deux textes qui éclairent la situation, l’un intitulé « Réformes dans les habitudes », l’autre « Données statistiques ». Déjà, à cette date, la machine est en route, les travaux avancent à grands pas. En quelques mois, le ravin de Jérusalem sera comblé, l’avenue 24-de-Mayo qui le longe s’élargira sur son ancien tracé, les rues seront pavées par des centaines de terrassiers, les rues du centre-ville se transformeront un temps en un vaste chantier et l’éclairage public sera à l’ordre du jour.

  • 26 Comercio, 4 juin 1908, p. 3.

« L’introduction d’une bonne habitude, à la fois en éloigne une mauvaise et. dans la vie d’un individu, d’un peuple ou d’une société, coûte beaucoup de travail ; il faut vaincre les mille difficultés qui se présentent. C’est ce qui se passe avec l’introduction des siphons. Le Conseil Supérieur de la Santé et de l’Hygiène a décidé que messieurs les propriétaires de maisons seraient obligés de les équiper de siphons et a demandé au docteur F. Andrade Marín de s’en occuper. […] Il s’en vend beaucoup venant de divers établissements commerciaux. Nous sommes sur le point de voir s’achever cette bonne réforme qui intéresse l’hygiène publique26. »

41Importance du problème domestique :

  • 27 Ibid.

« […] Dans la paroisse du Sagrario il y a trente-deux îlots, 20 maisons très propres, 180 propres ; 32 malpropres et 5 immondes. Dans celle du Salvador : il y a 22 îlots ; 17 maisons très propres ; 167 propres, 49 malpropres et 9 immondes, ce qui fait un total de 242 maisons. À Santa Barbara : il y a 31 îlots, 14 maisons très propres ; 183 propres ; 47 malpropres et 11 dégoûtantes ; total des maisons, 25527. »

42Le journal du lendemain rappelle ces chiffres et précise ce qu’on entend par très propres, propres, malpropres et immondes.

« Dans les 20 derniers jours […] l’Inspection Générale de l’Hygiène a réussi à avancer notablement les travaux confiés à sa charge. En effet, les visites domiciliaires dans les quatre principales paroisses urbaines se sont achevées […]. Il en est résulté 734 (maisons) régulièrement propres ; de manière qu’il n’est nullement nécessaire d’y procéder à des réparations, sous réserve de ce qui pourra s’y passer par la suite. On voit, également, que les maisons modèles de propreté, de beauté et d’élégance, arrivent à 69 ; que celles qui sont mal entretenues sont exactement 200 ; enfin, qu’il y a 34 maisons dégoûtantes et immondes. »

43Pour les qualifier est reprise la troisième cause d’insalubrité de certaines maisons (texte cité précédemment). L’article se termine par une menace :

  • 28 Comercio, 5 juin 1908, sur une colonne en p. 2.

« Si leurs propriétaires ou locataires ne parviennent pas à les maintenir propres, non seulement ils seront punis d’amendes, mais encore ils auront la honte de voir leur nom publié dans la presse, avec la décision prise par le Conseil supérieur de l’assainissement28. »

  • 29 Nous les avons refaits et rectifiés, selon la distribution (en %) qui suit.

44En reprenant ces citations, on peut calculer des taux de propreté et de négligence qui affectent l’ensemble des maisons de ces quatre principales paroisses de la ville. Le journaliste l’a fait dans le Comercio du 4 juin, mais s’est quelque peu embrouillé dans ses calculs29, sans en modifier significativement la distribution. Ainsi, 6 % des maisons sont exceptionnellement propres, 3 % immondes, 73 % propres et 18 % malpropres. On voit, d’autre part, que les toiles d’araignée, les couloirs sombres, les chambres obscures sont mis sur le même plan que les eaux pestilentielles et les effluents à ciel ouvert. Certes, cela procède d’un tout, mais les mouches et les toiles d’araignée ajoutent à l’horreur et accentuent la description. Cette sorte de détail augmente l’impact souhaité par le journaliste. Autre remarque : presse et santé, même combat ! La Santé pénalise : en publiant les noms des propriétaires épinglés, la presse, en quelque sorte, double la peine.

45Quoi qu’il en soit, malgré les descriptions alarmistes du journaliste dans le Comercio du 22 mars, et encore dans celui du 13 mai, la situation n’est pas aussi désastreuse que le journal le laisse croire, bien que plus d’une maison sur cinq soit plus ou moins insalubre, ce qui représente tout de même un pourcentage non négligeable. On ne serait pas surpris d’ailleurs que le nombre de maisons peu ou prou insalubres soit du même ordre de grandeur en 1996, dans certains quartiers du centre historique de Quito, en se rappelant toutefois qu’il ne représente plus désormais qu’une petite partie de la ville.

46Ces quatre paroisses ne sont pas non plus toute la ville de 1908, loin s’en faut. D’autres statistiques, après d’autres inspections de quartiers et de maisons, les complèteront par la suite. On y rencontrera d’autres lieux immondes, par exemple on apprendra dans le journal du 8 août que le quartier Manosalvas est le plus sale et le plus puant de Quito, on y signalera même des points de vente où des plats sont préparés au milieu d’essaims de mouches et autres insectes.

47Le remplissage des ravins se fait conjointement avec le creusement, non sans problèmes, de grands collecteurs, la construction de nouvelles avenues, le nettoyage systématique de la voirie et le ramassage des ordures qui s’instaurent également en complément de la mobilisation civique (en quelque sorte) des propriétaires sommés d’assainir leur maison, notamment en procédant à des installations sanitaires correctes ou, si déjà ils existent, en les mettant aux normes édictées par l’inspection de la Santé et de l’Hygiène. Les deux textes qui suivent explicitent la manière de mener les travaux publics d’assainissement engagés.

  • 30 Comercio, 5 juin 1908. sur une colonne, p. 2. Notons que le chemin de fer n’arrivera jamais à la 24 (...)

« Entre autres choses fut mis en évidence que les 200 journaliers qui s’emploient au comblement de la quebrada de Jérusalem travaillent sans préjuger de la nécessité où on pourrait être d’augmenter le nombre des charrettes [de terre à amener pour ce remplissage] afin que cet été ce travail demeure d’un coût économique et qu’il s’achève le plus tôt possible de manière que [l’ouverture de] la grande avenue 24-de-Mayo, dans la capitale, puisse, autant que possible, coïncider avec l’époque de l’inauguration du chemin de fer au même endroit30. »

48Le remplissage se fait avec de la terre prise partout où cela est possible. Certains propriétaires autorisent qu’on la prélève sur leur domaine. Il n’est pas précisé s’ils la vendent ou seulement en profitent pour faire aménager leur jardin par des déblaiements ou des terrassements opportuns. Par exemple, un accord est passé avec le monastère des clarisses, riverain du ravin à combler, qui la font extraire de leur jardin (en première page du Comercio du 23 mai 1908), mais aussi on déverse les ordures ménagères dont le ramassage est strictement organisé et réglementé, dans la quebrada de Jérusalem au sud et dans celle qui est au-delà de l’Ejido, au nord.

  • 31 Comercio, 13 juin 1908. p. 3.

« La quebrada de Jérusalem. Nous avons eu l’occasion de voir personnellement les travaux qui se font en cet endroit, leur but est de combler la traditionnelle quebrada à laquelle on a attribué presque toutes les épidémies qui affectèrent la ville. […] Si les travaux continuent aussi activement et avec le même enthousiasme, très rapidement nous aurons la satisfaction d’annoncer l’achèvement du remplissage tant de fois demandé et si désiré. Il y a une autre raison d’espérer la prompte conclusion de cette entreprise, car très bientôt sera à la disposition du Conseil de la Santé toute la terre du monastère de Santa Clara31. »

  • 32 Comercio, 23 avril 1908, deux colonnes en p. 2.

49Pour les ordures ménagères, le 22 avril 1908 est publiée une « Réglementation de la manière de ramasser et de détruire les ordures de la ville » signée de Francisco Andrade Marín, inspecteur général de l’Hygiène et de la Santé32.

« Ce service se fera chaque jour, tout au long de l’année, avec des charrettes et des brouettes. Les charrettes qui sortent de la ville avec les ordures seront déversées dans le dernier ravin de l’Ejido, au point intermédiaire entre le chemin du Batán et la route du Nord, pour que ces boues soient emportées par le courant, en hiver, et soient brûlées en été. Ledit service se fera strictement, comme il suit »

50Suit l’itinéraire à emprunter pour que l’ensemble du secteur soit systématiquement parcouru. Ainsi sont définis une vingtaine de trajets, dont :

  • treize pour le centre ;

  • six pour les faubourgs du Sud ;

  • un pour les « services spéciaux »

51Les services spéciaux sont les établissements publics ou d’intérêt général : places où se tiennent les marchés, casernes, palais présidentiel, écoles et collèges et, aussi, couvents et monastères. Lorsque les rues se poursuivent en escaliers, ce seront des brouettes qui assureront le service. Pour que les ordures soient sorties à temps mais qu’elles n’empuantissent pas les rues, le passage de la charrette est précédé d’un éboueur qui siffle pour avertir, sifflet qui sera ensuite remplacé par une clochette. Cette manière de faire continuera jusqu’en 1991, année où le service de la voirie fut réorganisé et mis en régie.

52Ainsi, tambour battant, la réglementation et les services sont mis en place, les travaux lancés. Il en est de même pour les ouvrages d’art, les ponts essentiellement, pour le réseau public de canalisation, la distribution de l’eau et son contrôle, notamment celui des fontaines publiques, le pavage des rues et l’éclairage public qui est confié à des entreprises d’électricité. On parle aussi de la construction d’une ligne de tramway. Elle sera inaugurée en 1914. Naturellement la réglementation de la circulation des voitures – leur droit de stationner, entre autres – est aussi élaborée.

Inertie, incompétence, malfaçons et laxisme…

  • 33 Comercio, 13 mai 1908, sur deux colonnes en p. 3, et « […] l’Inspection Générale a déjà opéré dans (...)

53Tout cela ne se déroule pas sans surprise et sans heurt, sans malversations et incompétences également. Les premières surprises, plus ou moins attendues et admises par les usagers il est vrai, sont les rues-dépotoirs fermées, les rues temporairement barrées ou obstruées pour cause de travaux, les délais non tenus et les coûts à réviser à la hausse, tous inconvénients qu’on peut considérer comme usuels en ce genre d’exercice. Ainsi du souci de « fermer d’une levée de terre toutes ces rues en impasse qui ont été converties en dépotoirs, et ensuite de procéder à la désinfection prévue33. »

54On notera en passant qu’en 1996 on rencontre encore des situations identiques, notamment dans certains tronçons de rue qui aboutissent au droit de l’avenue 24-de-Mayo réaménagée en promenade.

55Lors de ces travaux on rencontre parfois, et même à lire les journaux assez souvent, l’incompétence, ainsi pour la construction d’une rigole réalisée sur les terrains communaux du nord pour collecter les effluents du collège militaire :

« Ça fait plusieurs mois que, pour assurer un canal d’évacuation des eaux usées au Collège militaire, on a construit une rigole le long de la route du nord, allant d’en face de cet édifice jusqu’au petit pont situé à l’extrémité de l’Ejido, sans que sur le tracé de la rigole ni à l’endroit où elle se terminait on ait pris la précaution d’assurer ses rives contre les dégâts que pourraient occasionner les eaux, les intempéries, les passants […].

« Le résultat, comme c’était à prévoir, fut que le déversoir qui à l’origine était ou devait être une canalisation sans importance s’est élargi jusqu’à se transformer en un autre ravin et menacer d’effondrement l’un des contreforts du pont, mettant en péril le pont lui même et compliquant le trafic de ce côté, alors que c’est l’unique pont par où on peut sortir vers le nord, pour les voyages, les promenades […].

  • 34 Comercio, 29 novembre 1908, une colonne, p. 1.

« Et cette destruction, lente mais visible, de tout un chemin chartier, très emprunté, nécessaire et de construction si solide, a été enclenchée sans que personne, ni les particuliers ni les autorités, la révèle ou tente de l’empêcher. [… C’est le résultat] de la très mauvaise habitude que nous avons, quand il s’agit d’entreprendre un ouvrage public, de ne pas le confier à des personnes compétentes, de le faire empiriquement, de provoquer ainsi des désordres considérables et, finalement, d’entraîner des réparations qui, chaque fois, se traduisent par des dépenses que nous pourrions éviter très facilement avec seulement un peu d’attention et de méthode34. »

56On rencontre aussi des malversations, à moins qu’on ne se contente de les soupçonner. En tout cas on les évoque pour les stigmatiser :

  • 35 Comercio, 23 mai 1908. p. 2.

« C’est incroyable ce qui est dépensé en frais de réparation des rues, sans aucun résultat. […] De nombreuses fois nous nous sommes plaints de la mauvaise manière de faire l’empierrement, sans qu’il y ait une direction intelligente des travaux, ni une constante surveillance de leur exécution35. »

57Des protestations sont formulées. En voici une, doucement ironique, contre les négligences concernant les canalisations et les dégâts que l’on observe à chaque grosse pluie :

  • 36 Comercio, 19 décembre 1908, sur une colonne et demie, p. 1.

« Si monsieur l’inspecteur Général de l’Hygiène se dispute presque avec nos habitants, dans le désir louable qu’il ne reste pas une maison sans son propre branchement au tout-à-l’égout, afin d’assurer, autant que faire se peut, la propreté et la salubrité publique, nous supposons que messieurs les conseillers cantonaux, appelés à assister, que disons-nous assister !, à travailler plus que personne dans le même sens, car ils sont ou s’appellent les représentants et les procurateurs directement désignés des intérêts de la localité, sont dans l’inévitable obligation de commencer à nous donner l’exemple avec la diligence que demande la situation. [Ici 21 lignes passent en revue et détaillent de nombreux points de la ville où à chaque grosse averse se forment des torrents de boue et de détritus...] Chaque fois qu’il y a eu une tempête formidable, nous avons pu observer cela (ces torrents qui traversent la ville en empruntant les rues très pentues, ce qui crée un courant dévastateur) et on s’étonne, certes, que Monsieur l’ingénieur municipal, d’accord avec Monsieur le Juré de l’eau, n’ait jusqu’à ce jour choisi aucune mesure pour dévier le cours de ces véritables rivières et éviter les dommages qu’ils ont causés et continuent de causer aux propriétaires des maisons et magasins inondés et même à la municipalité36. »

58Autre cas de laxisme de la part des élus :

  • 37 Comercio, 6 octobre 1908, deux colonnes, p. 3.

« Ces règlements [de la circulation des voitures] se doivent d’être plus rigoureux […] dans une ville comme la nôtre où l’étroitesse et l’irrégularité des rues multiplient les obstacles de toute sorte ; empêchant par conséquent que stationnent dans les endroits les plus construits les vendeurs au détail, les véhicules en tout genre, ceux qui interpellent le client potentiel sur la voie publique, tous ceux enfin qui font barrage au libre flux du transit et de la circulation. [… Mais il n’est pas facile de faire passer les règlements car] la conduite de notre municipalité a été doublement répréhensible : elle a contribué à sanctionner et donner une apparence de légalité aux abus de quelques entrepreneurs mal conseillés et elle a travaillé, en ce cas, contre ses devoirs, semant des obstacles là où elle devrait les faire sauter37. »

  • 38 Comercio, 28 octobre 1908, entrefilet, p. 3.

« Ouvrir un trou pour en boucher un autre. Où jette-t-on la menue pierraille qui est sortie de la rue Venezuela ? Peut-être s’en servira-t-on pour combler la quebrada de Jerusalem ? Ce ne serait ni juste ni économique. Elle serait mieux employée dans les réparations sans fin qu’à tue-tête demande la rue Loja qui, actuellement, a été convertie en un lieu de passage obligé pour tout ce qui vient du sud ou se dirige dans cette direction en voiture, à pied ou avec de douces Rossinantes38. »

59Autres problèmes conjoncturels :

  • 39 Comercio, 28 octobre 1908, entrefilet, p. 3

« Avis aux myopes. Aux extrémités des rues qui forment un des quadrilatères de la Plaza Mayor […] celle qui passe devant la maison municipale et qui est la préférée des passants durant la nuit, de lourds madriers ont été mis en travers pour empêcher le passage des voitures. La raison ? Vous l’avez déjà devinée, c’est parce que vont commencer les travaux de pavement avec des pierres larges et résistantes, en prolongation de la rue de la poste39. »

60Avec tout ce remue-ménage, les problèmes de circulation, ou leur envers qui est le stationnement, prennent une acuité nouvelle et sont à leur tour épinglés :

  • 40 Comercio, 29 décembre 1908, p. 2.

« Quoique nous n’accordions guère de confiance à l’efficacité de nos ordonnances municipales, par suite d’une triste expérience qui s’étend à toutes les sphères du comportement social, où dominent toujours une forte résistance au système des réglementations et une apathie peureuse et illogique de la part de ceux qui sont chargés de les faire respecter, ce sera un constat de plus que nous ferons concernant l’ordonnance qui, à propos de l’occupation des rues de Quito par les cabs et automobiles, se discute actuellement au Conseil et que nous donnons à connaître dans l’édition d’aujourd’hui40. »

61Les prévisions doivent être parfois réévaluées, soit par allongement des délais, soit par augmentation des moyens à mettre en œuvre. Ce fut le cas pour le remblaiement de la quebrada de Jérusalem :

  • 41 Comercio, 13 mai 1908, une vingtaine de lignes, p. 1.

« Le Conseil supérieur de l’Assainissement a donné au dr F. Andrade Mann […] l’autorisation d’augmenter d’une centaine le nombre des manœuvres qui travaillent au remblaiement de la quebrada de Jérusalem. Cette augmentation de la masse des travailleurs a été faite et, avec les deux cents qui actuellement s’activent sur le même chantier, la municipalité croit que le remblaiement sera rapidement terminé41. »

62Et dans le même numéro du 13 mai, un peu plus bas, on cite un autre chantier, celui de l’empierrement de la rue Venezuela, qui a besoin d’être activé.

63On a beaucoup parlé, citations à l’appui, des ravins et des rues, mais F. Andrade Marín a aussi un grand souci de la qualité de l’eau consommée, alors que l’appropriation des fontaines ou l’inconscience des usagers se perpétue. Ainsi, dans le Comercio du jeudi 13 août, en troisième page, sous le titre « Pénurie d’eau », on apprend que dans un quartier de San Sebastián, village étendu et peuplé des faubourgs sud – qui est depuis des décennies une extension de Quito, déjà évoquée, entre autres, à propos de l’eau et de la construction de la fontaine dite du Sapo de agua –, « il n’existe qu’une seule petite fontaine. Or, chaque après-midi et jusque tard dans la nuit celle-ci est tarie », car, selon certains, « le bail pour l’utilisation de l’eau a été passé avec quelques propriétaires de la localité », ce qui les autorise abusivement à l’utiliser en grande quantité alors qu’elle manque à l’heure où les habitants « sont habitués à aller s’y approvisionner pour l’apporter à la maison ». Ils causent ainsi un préjudice à l’ensemble du quartier.

64Le 18 août, c’est au tour des quartiers de San Blas et du Théâtre, où les habitants n’ont pas d’autres moyens pour s’approvisionner que le recours aux quelques fontaines publiques, très insuffisantes, de faire l’objet d’un article ; le 26 septembre, à celui de La Loma Chica, qui se meurt de soif :

« Dans la partie de la ville connue sous le nom de La Petite Loma vit une population assez nombreuse qui [... J ne peut compter sur rien d’autre qu’une très petite quantité d’eau recueillie dans un bassin de pierre situé à l’entrée d’une rue. Bien que nous soyons en période d’abondance, le filet d’eau est faible et insuffisant. Les habitants doivent aller s’approvisionner en des lieux éloignés. Aussi on peut imaginer dans quelle situation angoissante ils se trouveront ces prochains jours […]. Il faut que le Juré des eaux se remue un peu et accomplisse son devoir. […] les besoins en eau sont généraux et fréquents, ils réclament un peu d’attention de la part de cette autorité. Attention de ne pas se laisser contaminer par la proverbiale inertie municipale ! »

65Une autre fois, ce sont des femmes de Santa Prisca qui font leur lessive directement dans le bassin de la fontaine, polluant l’eau que les ménagères, les mêmes personnes peut-être, ont l’habitude de puiser pour leurs besoins domestiques, c’est-à-dire sinon pour boire – dans ce cas elles se servent évidemment directement à la sortie du tuyau d’amenée –, du moins pour l’entretien de la maison.

66Éduquer les gens, les contraindre à un minimum d’hygiène, est considéré par le dr F. Andrade Mann comme un impératif et un problème de société qui motivent pédagogie, équipements publics, réglementations et, si nécessaire, sanctions. Les journaux, on l’a souligné, participent activement, et parfois emphatiquement, à cette campagne de sensibilisation, en 1908 fort active pour les raisons qu’on a évoquées. Le positivisme est de mode, on croit à la science et on découvre que la santé passe par une hygiène publique strictement observée. D’où ces exemples puisés à travers la ville et sans cesse repris par des journalistes curieux et en prise directe, semble-t-il, avec les quartiers et les activités de la rue. Les grands débats internationaux n’intéressent guère les Quiténiens, mais les mille faits et méfaits quotidiens de la vie de leur ville, si.

Culture et comportements

67Outre les grandes questions dont on vient de parler, les questions culturelles et les problèmes de société sont aussi fréquemment traités, mais avec les réserves et orientations déjà signalées. Par exemple, pour en rester à l’hygiène, les désordres (pour ne pas dire autre chose) de la police, qui devrait être insoupçonnable, sont dénoncés sous forme d’étonnement feint. Ainsi, dans le journal du 19 mars, on apprend qu’elle a reçu des désinfectants pour assainir les rues et les maisons. Mais elle n’a rien fait et on se demande où sont passés ces désinfectants dont on sait, cependant, qu’elle en a utilisé une partie pour ses locaux. Le journaliste s’exprime alors prudemment sur cette affaire : « Si la Police croit de son devoir de coopérer à l’action de la Municipalité, elle doit immédiatement procéder en conséquence et exécuter ce que la Mairie lui a demandé, sinon sa conduite prouvera son indifférence pour les intérêts publics. »

68Grâce à cette dernière citation et à toutes celles qui la précèdent, on rencontre les différentes administrations : travaux publics, santé, hygiène, service de la statistique, police, services municipaux, banques et entrepreneurs. On peut aussi en conclure qu’à Quito, en 1908, existe une bourgeoisie que l’on imagine très soucieuse de notabilité et d’apparence.

69Mais le Comercio offre encore bien d’autres informations. D’abord celles qui concernent les institutions. Parmi celles-ci certaines touchent de très près la vie sociale et reviennent sans cesse, en commençant par le découpage de la ville et la distribution de sa population en paroisses. Bien que la République soit proclamée depuis trois générations et qu’elle se soit constituée sur le modèle français, reconnaissant la liberté de penser et la diversité des croyances, ce sont les divisions religieuses anciennes qui prévalent. À ce propos, à la fin du siècle on se localise encore fréquemment, dans le centre historique en tout cas où les églises sont omniprésentes, selon sa paroisse. Il est vrai que les quartiers la rappellent fréquemment : San Marcos, San Blas, San Sebastián, etc. ; ou, hors du Centre, San Carlos, Santa Ana, Santa Rita…

70La vie religieuse, aussi, est très présente. La presse annonce messes, retraites, cérémonies, processions, fêtes patronales. Et. là encore, Quito a gardé une part de ces habitudes, non seulement à la Nativité, le jour des Innocents ou durant la Semaine Sainte, mais chaque jour dans les marchés, les lieux publics très fréquentés, à de multiples carrefours où se dressent des petites chapelles vouées au culte de la Vierge et des niches où se tient la statue d’un saint tutélaire. Mais les conceptions de l’Église et des autorités civiles et laïques diffèrent. Ainsi, le 12 décembre, le président du conseil municipal attire l’attention de l’intendant général de la police « sur la manière dont les gens du peuple et spécialement les indigènes célèbrent les fêtes patronales », spécialement dans la capitale, par des manifestations « ridicules et barbares » qui « au lieu d’amener les volontés à la religion provoquent l’hilarité et le mépris. Il ne manque ni sifflets, ni tambours, ni pétards et feux d’artifice qui choquent les gens cultivés et civilisés ». Le 22 décembre, l’archevêque de Quito enfonce le clou :

« […] au sujet de la suppression de ces pratiques adoptées par la classe indigène lors de la célébration de certaines fêtes du culte catholique, [l’archevêque de Quito] avec beaucoup de raison et habileté retourne les raisonnements du dr Abelardo Montalvo et fait toucher du doigt l’inconséquence que provoquerait toute obstination à extirper seulement une partie de ces coutumes barbares qui peuvent donner une mauvaise image de nous devant les nations cultivées, en consentant à ce que se maintiennent avec toute leur vigueur et leur cortège de coutumes également indignes d’un peuple cultivé, les festivités publiques des Innocents. »

« […] ainsi donc nous croyons que les efforts que va déployer M. le président du Conseil n’auront pas pour objet l’interdiction des déguisements […] mais du cortège de beuverie, goinfrerie et coutumes qui jusqu’à ce jour constituent la forme obligée dans laquelle s’est manifestée cette traditionnelle réjouissance populaire qui est aussi répréhensible et sauvage que les autres par le spectacle des scandales auxquels elle donne lieu et des scènes honteuses qui se produisent de jour et se produiront de nuit, si l’obscurité ne tombe pas assez vite pour masquer autant d’infamie. »

71Tout cela aboutit à un décret de l’intendant général de la police, publié le 29 décembre, qui autorise du 28 décembre au 6 janvier les déguisements dans les rues « à condition qu’ils n’aient pas pour objet de ridiculiser des individus précis ou des corporations, ou qu’ils ne constituent pas une attaque contre la morale sociale ». Mais le Comercio y va tout de même de son couplet moralisateur :

« Nous nous déclarons, et nous nous déclarerons toujours, contre cette répugnante et, plus que répugnante, dégoûtante coutume de convertir une des principales places de la capitale, sous prétexte de beuveries et goinfreries, en un lieu public et scandaleux d’orgie à laquelle, à la vue et à la patience des curieux, se livre le peuple si... innocent… »

  • 42 Comercio, 17 novembre 1908, p. 2.

72On voit ici la mentalité bien pensante et peureuse d’abord des notables et de la bourgeoisie, grande ou moyenne, qu’ils représentent et le soutien sans faille que lui apporte l’Église, dans ce cas González Suárez, archevêque de Quito. Et aussi, une grande partie des petites gens qui pensent comme eux et leur sont, par leurs activités économiques et les valeurs morales qu’ils partagent avec eux, socialement attachés. Une fête populaire, où l’on ripaille quelque peu, leur paraît indigne d’une nation civilisée. D’ailleurs les « gens du peuple et spécialement les indigènes » ne sont guère considérés : ivrognes, goinfres et, en d’autres circonstances, bagarreurs42, etc.

73Or, qui sont ces gens du peuple ? Pour une partie, ceux qui ne sont pas trop excessivement dans l’ombre morale d’une bourgeoisie dont les moyens font que, pouvant s’offrir bien d’autres fêtes qui, sans être vulgaires, peuvent (ce n’est généralement pas le cas. il est vrai) être bien plus gravement immorales selon les critères de ce temps-là... Ces petites gens sont la force de travail et de service de proximité de Quito, manœuvres sans qualification, corvéables à merci et pratiquant de petits métiers, vendeurs à la sauvette, crieurs de journaux, cireurs de bottes, portefaix. Ils sont aussi boutiquiers, artisans, ouvriers. Seulement, par magie, lors d’une fête populaire, les voilà tous assimilés à des sortes de délinquants, n’obéissant qu’à leurs instincts et à leurs pulsions, s’enivrant, se goinfrant, et Dieu sait quoi encore ! Quoique pour finir ce soient « surtout les indigènes » qui ont tous ces défauts, une histoire vieille de quatre siècles... Malgré des divergences quant à l’opinion politique et philosophique affichée en d’autres occasions, c’est toujours une société ultra-conformiste.

  • 43 C’est ainsi qu’on nomme les écoles d’État. Le choix de ce terme exprime clairement que l’éducation (...)

74On ne se contente pas, cependant, de dénigrer ceux qui, selon l’intensité de l’irrespect qu’ils manifestent envers l’ordre établi, sont traités tantôt de gens de sac et de corde, tantôt de déshérités ; on les prend en charge. Les autorités civiles ainsi que l’Église, conforme à ce qu’elle a toujours été, assument leurs contradictions, condamnant les fêtes populaires sous couvert de morale et se montrant attentives aux démunis, malades, travailleurs peu ou pas scolarisés, enfants pauvres à éduquer. Naturellement il y a d’autres formes de soins et d’éducation, « fiscales43 » ou confessionnelles, notamment des collèges prestigieux qui encore en 1996 se portent fort bien.

  • 44 Comercio, 26 novembre 1908, sur deux colonnes, p. 1.

« Il existe dans la capitale une association, appelée Beneficencia, qui a pour objet – selon ce qui ressort de la devise qu’elle a adoptée – de fournir tout genre de secours, encourageant la charité publique envers des êtres infortunés qui, sous une forme ou une autre (sans famille, maladie, vieillesse, pauvreté, etc.), constituent l’immense armée des vaincus dans la lutte pour la vie. Si on ne porte pas opportunément secours à ceux de nos semblables qui méritent notre compassion pour leur misère, ils sont exposés à succomber44. »

« Cours du soir pour les ouvriers. Toutes les nations cultivées qui sont désireuses de combattre l’analphabétisme de la classe populaire et de lui enseigner les connaissances élémentaires qui peuvent être utiles dans ses activités quotidiennes ont créé des cours du soir pour les artisans, avec le double but de les détacher de divertissements où ils risquent de perdre leur santé et leurs économies et de leur dispenser gratuitement l’enseignement qu’ils n’ont pu suivre dans des établissements d’instruction primaire.

  • 45 Comercio, 20 mai 1908. une colonne, p. 1.

[…] Une association qui se propose de veiller aux intérêts de la classe laborieuse, et qui, sous l’appellation clairement définie de « Centra Católico de Obreros », fonctionne avec toutes les prérogatives d’une personne juridique, a aussi installé une école du soir destinée à l’instruction des partenaires de ce centre45. »

75Il faut noter que, très souvent, pour justifier de telles entreprises sociales, l’auteur de l’information se croit obligé de se référer « aux nations civilisées » comme si les seuls arguments d’entraide ne suffisaient pas. Mais, au-delà de cette tendance un tantinet grandiloquente, il y a un véritable souci de justice sociale qui anime les propos, comme on peut encore le lire dans le Comercio du 6 octobre :

« Il y a des quartiers si peuplés et, surtout, si éloignés du centre de la ville qu’il est nécessaire de les doter d’une école de filles ou de garçons, selon les besoins. À la Tola et à la cité Abdón Calderón par exemple […] les lieux indiqués sont bien trop éloignés et les parents donneraient, s’ils le pouvaient, leur préférence aux établissements qui se fixeraient dans ces quartiers. »

76Cette même année, une école catholique ouverte dans le quartier de la Tola a demandé qu’on lui reconnaisse la conformité pour doubler sa capacité d’accueil à des enfants pauvres et scolarisés gratuitement.

  • 46 Cf. Eliecer Enriquez, op. cit.

77Mais si l’on parle de ces questions de santé et de scolarité, en insistant sur leurs aspects sociaux, ce n’est évidemment pas la totalité de ce qui se fait en matière de santé et d’instruction publique, ce n’est que ce qui peut intéresser les lecteurs. Dans la mesure où elles fonctionnent correctement, les institutions établies sont moins médiatiques, elles sont cependant très actives. Le Quito de cette époque est resté fidèle à sa vocation de ville aux nombreux établissements d’enseignement, qu’on découvre dans les textes plus anciens46, mais ce n’est plus une prérogative de l’Église, il y a de plus en plus d’écoles publiques.

78En même temps, la non-scolarisation des jeunes, ou leur non-encadrement hors de l’école, inquiète.

  • 47 Comercio, 6 décembre 1908, un entrefilet, p. 3.

« Les quartiers de la Chilena et du Cebollar sont transformés en champ de Mars par l’œuvre et la grâce de jeunes drôles qui, divisés en deux bandes, se précipitent là pour mesurer leurs forces et leur adresse à coups de pierres. Il est indispensable que la police prenne un soin spécial à disperser cette troupe de gamins, autant pour éviter les dégâts qu’ils pourraient causer que pour éteindre à temps l’esprit belliqueux qui par la suite arrivera à faire de ces petits voyous de futurs révolutionnaires., chair à canon disponible dans les mains de quelque ambitieux47. »

79Évidemment, tout de suite, le rédacteur voit dans des gamins des rues les fauteurs de troubles de demain... C’est là un fantasme qui tracasse les notables et tous ceux qui ont un bout de patrimoine à préserver. On en est encore, à Quito et en 1908, « aux classes dangereuses » en herbe dont, plus âgées et devenues « laborieuses », quelques décennies plus tôt, la bourgeoisie française et européenne craignait le pire.

80Si la culture – ou la non-culture, selon un autre angle de vue apparaissant dans de nombreux articles pour qualifier les comportements des indigènes – s’exprime bien par les fêtes traditionnelles religieuses – mais pleines d’impiété pour la partie qui se retrouve sur la place publique, on l’a vu –, par les fêtes patronales d’une corporation ou d’un quartier, elle se manifeste aussi par une forte activité théâtrale. Chaque semaine il y a à l’affiche une nouvelle pièce, une comédie le plus souvent, un concert parfois. En outre, le journal publie un feuilleton et souvent des poèmes, généralement circonstanciels, de facture plus ou moins heureuse. Par exemple, le 20 mai, à propos du chemin de fer, un poème de trente-deux vers intitulé El Ferrocarril signé Olegario V. Andrade :

[…]
Regarde-le ! il va avalant les distances ;
Il semble qu’à peine la terre il touche
Et dévoré par une fiévreuse appétence,
Il vomit des nuages par son ardente bouche.

[…]
La barbarie se cache, effrayée,
Lorsqu’elle distingue son enseigne brillante Comme les ténèbres de la nuit glacée,
Sous les feux de l’aurore étincelante !

Les temps du futur qui sommeillent
Dans le désert des vierges entrailles,
À son bruit palpitent et se réveillent.
Et dans les montagnes quel volcan tressaille !

81Les feuilletons sont assez souvent des œuvres étrangères, des romans français (traduits, naturellement) fréquemment. À cette époque, la France demeure, pour une certaine culture et pour les idées, la référence obligée. Certes, on n’ignore pas le reste de l’Europe qui demeure le continent d’où est venue « la civilisation ». Cependant, on ne s’amuse pas follement à Quito, si on en juge par ce passage d’un article sur deux colonnes paru dans le Comercio du 18 décembre 1908, sous le titre : « La Compagnie Dramatique Guerrero-Mendoza » (les majuscules emphatiques sont du journal).

« La seule annonce de l’arrivée du représentant de la grande compagnie dramatique dont le nom est en tête de cet article et qui vient avec le projet d’obtenir du gouvernement l’appui nécessaire pour que celle-ci puisse nous donner une saison théâtrale durant le prochain mois de mars, a provoqué un enthousiasme inusité et général. »

« Et il ne manque pas de raison au “respectable public” pour cette grande joie. Seigneur ! Est-ce pour se mourir de dégoût, d’ennui incoercible, de morosité, de spleen ou comme il vous plaira de dire, la vie sur cette terre ?

« Cette circonstance particulière – le manque absolu de divertissements publics – est le principal mobile de notre conduite essentiellement avide de nouveauté, car nous cherchons, comme par instinct, tout ce qui vient interrompre, d’une certaine façon, la pesante monotonie de ce que nous appellerons notre “vivre social”. Il faut ajouter, fait très particulier, qu’il s’agit de deux éminents artistes – María Guerrero et Fernando Díaz de Mendoza – qui. dans tous les pays cultivés d’Europe et d’Amérique, ont reçu des triomphes colossaux pour le suprême art scénique : celui de l’acteur.

  • 48 Comercio, 18 décembre 1908, deux colonnes, p. 1.

« Et notre public, dont l’orientation vers de tels divertissements a été extrêmement lente, […] va comprendre heureusement que c’est enfin l’heure pour notre unique, et presque toujours abandonné, grand théâtre d’être consacré par la présence d’un vrai génie de l’interprétation dramatique, de ceux qui sortent de la foule des prétendants plus ou moins intelligents, plus ou moins chanceux, convertis en artistes géniaux par l’œuvre et la grâce de la publicité et de l’ignorance ou des amitiés des gazettes48. »

82Voilà Quito en 1908 : les divertissements profanes de bon aloi sont rarissimes. Il faut dire qu’être bien-pensant condamne à la messe dominicale et aux exercices pieux des fêtes votives, paroissiales ou corporatistes, processions et bonnes œuvres dont, en son temps, la « Santita Mariana de Jesus » a exalté la recette. Car, on l’a vu, si l’on sait se tenir avec dignité, en ayant un minimum de savoir-vivre, on ne peut aller danser et ripailler sur les places publiques, toutes choses uniquement bonnes pour la racaille qui a l’audace de profiter ainsi des fêtes profanes et des commémorations que célèbre l’Église.

83Certes, on va à la comédie, mais si l’on en croit l’article cité, ça ne doit pas être du grand art. Quoiqu’il faille être prudent, la farce est un plaisir populaire très sain : écrite et jouée par de grands acteurs, c’est un art. Mais, pour le journaliste, nourri de références scolaires – il parle de l’éducation « dont nous avons manqué jusqu’à ce jour »– les œuvres se doivent d’être classiques, capables de consacrer le grand théâtre de Quito, si délaissé. Pourtant, chaque fois qu’une comédie se joue, elle est annoncée avec emphase. En revanche, des lecteurs écrivent, à propos du théâtre, non pour dire leur sentiment sur ce qu’ils sont allés y voir jouer, mais pour s’indigner de poubelles non vidées ou des chapeaux extravagants que portent certaines spectatrices au grand dam de ceux qui doivent alors se démancher le cou pour en avoir pour leurs deniers.

84Enfin, on voit que c’est le triomphe (supposé ou réel, on ne sait pas) reçu en Europe et en Amérique par les sublimes acteurs qu’on nous annonce qui enthousiasme le journaliste. Tandis que, coup de patte aux confrères, certains histrions se croient géniaux « grâce à la publicité des gazettes » complaisantes. Il y a aussi cette concurrence qui existe depuis plus d’un siècle entre Guayaquil, la porte ouverte sur le reste du monde, et Quito, la capitale enclavée, ce qui fait dire au même rédacteur que Sarah Bernhardt, et quelques autres qu’il cite également, s’est produite à Guayaquil, mais qu’enfin « aujourd’hui que nous avons un chemin de fer aux portes de Quito », on peut espérer que la culture atteindra la capitale.

85On ne ferait pas correctement le tour des activités de loisirs si on omettait les lieux de promenade et de rencontres, fort courus en fin de semaine. Il y a la rue et les places publiques, bien sûr, mais aussi le Panecillo que l’on gravit volontiers. Le jour de l’arrivée du chemin de fer à Chimbacalle, il grouille de monde. Seuls les notables – les gens d’église pour la représentativité, l’armée et la police pour l’ordre, pour la figuration les enfants des écoles et, pour la gloire, des privilégiés et des personnalités étrangères, dont le corps diplomatique – ont eu le droit d’être conviés à l’inauguration de la toute nouvelle gare. On en parlait chaque jour dans les journaux depuis des semaines. Le président de la République lui-même s’est rendu à pied de son palais, Plaza Grande, à Chimbacalle : une trotte ! Les habitants de Quito, ce petit peuple qui participe si activement, au jour le jour, à la véritable expression sociale de la ville, n’a eu que ce belvédère pour, comme dit la chanson, « guetter dans le lointain le panache du premier train ».

  • 49 Comercio, 4 août 1908, deux colonnes, p. 1.

86Autre lieu, familial et très populaire, le parc de l’Alameda, aux portes nord de Quito, « a toujours été et continue d’être le lieu de prédilection des familles de la capitale. C’est l’unique promenade que nous ayons. Sa situation en limite de la ville, l’air pur qu’on y respire et d’autres conditions favorables rendent particulièrement saine l’excursion dans ces jardins publics49 ».

87On déplore pourtant que le « petit Bois de Boulogne » de Quito, où règne « un perpétuel printemps », soit très mal entretenu depuis quelques années. On déplore également d’y rencontrer désormais toute sorte de gens et les bagarres qui s’y produisent chaque dimanche. Un titre résume, à travers un fait divers imputable à des soldats faisant leur temps, le genre de désordre régnant à Quito, à en croire le Comercio, un dimanche ou un jour de fête parmi d’autres, donc un jour de divertissements : « Les scandales du dimanche. Gens joyeux. Violentes disputes. Militaires en action. Les gardiens (de lieux publics) en déroute. Renforts inutiles. Aide tardive. Enfin capturés ! Le devoir du ministre de la Guerre et de la Police. »

  • 50 Comercio, 17 novembre 1908, une colonne, p. 2.
  • 51 Comercio, 6 novembre 1908, deux colonnes, p. 2.

88Bref, les conscrits font des leurs50 ! Déjà, une dizaine de jours plus tôt, le Comercio notait que « dans notre pays, l’alcoolisme, la prostitution, le jeu profitent de toutes les occasions sans rencontrer la moindre saine résistance51 ».

Autres aspects de la vie quiténienne en 1908

  • 52 À cette époque, Guayaquil, le port principal du pays, comptait déjà 80 000 habitants, si on en croi (...)

89De grands travaux qui, tout en préservant un mode de composition urbaine hérité de la colonisation espagnole, donnent ses équipements d’infrastructure à la Quito du début du siècle, et quelques aspects sociaux et culturels sur lesquels se fonde alors sa vie citadine, évoqués par des citations de journaux, ne suffisent pas à faire comprendre comment et de quoi vit en 1908 la deuxième grande ville de l’Équateur52. Or, il y a une intense vie politique locale. On parle des élections cantonales et municipales prévues pour le 18 novembre 1908. La démocratie est une forme de gouvernement bien ancrée dans les mœurs municipales si on en juge par les fréquentes protestations et pétitions, adressées aux notables et aux autorités urbaines, dont les journaux se font l’écho. Le ton persifleur, ironique, voire quasi accusateur de certains articles montre clairement que la liberté de penser et de parole existe et s’exerce, quoique autocensurée par un certain conformisme et bien qu’une classe installée ait manifestement la haute main sur tout ce qui a de l’importance dans la vie publique. Le monde « occidental » se réfère à des valeurs bourgeoises qui ont fait leurs preuves. L’Équateur s’y réfère aussi alors que, déjà, avec la révolution industrielle, l’Europe et les États-Unis connaissent depuis une génération les luttes sociales que décrivent des romanciers comme Zola, et dont la presse internationale se fait l’écho.

90Mais il ne semble pas, à la lecture du Comercio, qu’alors les Quiténiens en aient eu une forte conscience. La capitale équatorienne est quiète, la société demeure clairement hiérarchisée, sans remise en question perceptible. Bien que transparaisse dans la classe dirigeante une certaine inconscience des questions très pragmatiquement sociales et quotidiennes qui nécessairement angoissent les plus pauvres, nombreux à Quito, Indiens et péons qu’on retrouve, pavant, creusant ou remblayant sur tous les grands chantiers ouverts cette année-là, rien ne laisse présager des troubles prochains.

  • 53 Guia comercial, agrîcola y industrial de la Repûblica, op. cit., p. 1253 et 1255.

91La ville, sinon l’ensemble de ses habitants, semble très active, mais d’une activité d’échanges, de production et de services, très centrée sur elle-même. Répertoriés dans l’annuaire de 190953, il y a 130 avocats, 102 représentants des professions de la santé, dont des médecins, pharmaciens, dentistes et obstétriciens, et aussi des ingénieurs, des écrivains et des photographes. À côté de ces professions libérales, l’annuaire passe en revue les corps de métier et les commerces qui ont pignon sur rue. Mais l’immense cohorte, pourtant très présente, de ceux qui exercent plus modestement ces mêmes types d’activité, y compris sur les marchés et dans les foires, est ignorée par les commerçants installés et répertoriés dans la Guía. Pourtant, ils font vivre une ville de 50 000 à 60 000 habitants.

« Un facteur qui commence à modifier le caractère de la ville est le développement des activités industrielles. […] Ces activités se rencontrent vers la fin du xixe siècle […] L’analyse de l’annuaire de Quito de 1894, établie par Jiménez, permet d’observer le processus de différenciation à l’intérieur des métiers (tailleurs, charpentiers, selliers, ferblantiers, etc.) et de création d’ateliers plus grands fondés sur une simple association et, dans quelques cas, sur une fabrique. »

92Dans l’annuaire cité de 1909 cette liste se complète de relieurs, bijoutiers, joailliers, coiffeurs, typographes, chapeliers et cordonniers. Il est bien évident qu’il y a aussi des boulangers, des maréchaux-ferrants, forgerons et charrons, des fondeurs, des potiers et bien d’autres. Cette année-là, on en dénombre 360 ayant payé pour être répertoriés, dont 70 font partie de l’Assemblée des corporations des artisans de la province du Pichincha.

93De leur côté, les services publics sont très présents, comme les textes cités l’ont fréquemment laissé entrevoir : administration, éducation, santé et hygiène, entretien, etc. Et aussi tous ces nouveaux services que sont le chemin de fer et les autres transports (bientôt le tramway), l’électricité, le téléphone et les services de maintenance qu’ils suscitent. Le secteur des travaux publics et du bâtiment est très actif, refaisant les rues et leur assainissement, comblant les ravins ou assurant leur franchissement, construisant des équipements publics nouveaux ; mais aussi édifiant des demeures de plus en plus nombreuses et de nouvelles installations à usage industriel. Car le coup de fouet économique de l’arrivée du chemin de fer fait sortir Quito de son site premier, tant vers le nord résidentiel que vers le sud où s’implantent des zones d’activités (l’une d’elle s’appelle encore aujourd’hui « La Ferroviaria ») accueillant des manufactures et des fabriques, selon la terminologie de l’époque, et de nouveaux quartiers pour loger la main-d’œuvre qui commence à affluer.

94Désormais, Quito a ses usines de production d’électricité, ses entreprises de fabrication de matériaux de construction, dont les briqueteries, souvent très artisanales et qui n’ont pas cessé d’exister, toujours plus loin en périphérie, en 1996. On y trouve également des tanneries, des industries textiles, des brasseries, des usines de conditionnement d’eau de table, des moulins et des minoteries, des forges et des industries du bois. Bref, à une époque grande dévoreuse de main-d’œuvre, Quito est une ville qui ne manque pas d’emplois. Il y a même, encore, des agriculteurs qui jardinent les nombreux potagers situés en pleine ville et cultivent les champs tout proches.

  • 54 Jorge Salvador Lara, « Quito : la ciudad y la cultura a fines del siglo xix y comienzos del xx », i (...)

95En définitive, Quito de 1908 semble bien commencer le siècle, ayant fait peau neuve et demeurant plus ou moins hors des tourmentes sociales, bien que les affrontements entre alfaristes et planistes (libéraux anticléricaux et conservateurs très cléricaux) aient, ici comme en Europe à la même époque, provoqué de graves troubles. Mais ce sont alors les pratiques politiques corrompues (déjà !) et non les différences idéologiques entre les deux blocs antinomiques qui furent, en 1907, à l’origine de la répression sanglante d’une « manifestation universitaire de protestation contre les pratiques électorales frauduleuses du régime libéral, réprimée par les forces alfaristes qui usèrent de leurs armes54 ».

96Cependant, Quito et l’Équateur semblent fort éloignés de la violence sociale qui depuis des décennies déjà enfante le xxe siècle et sa violence absolue, qui aura ses paroxysmes d’abord dans les luttes prolétariennes aux États-Unis et dans le Vieux Monde, et aussi lors des conquêtes coloniales, puis sera couronnée par la dernière guerre archaïque de 14-18, vaste boucherie difficilement justifiable, prélude à un siècle qui battra tous les records de l’horreur totale.

1946, la presse et les témoignages

97La Seconde Guerre mondiale achevée, l’économie qui avait été fortement ralentie, même en Amérique du Sud – pourtant la seule partie du monde demeurée pratiquement en marge du conflit –, reprend. À Quito, un Plan Régulateur organisant l’urbanisation de la ville presque jusqu’à la fin du siècle vient d’être approuvé.

98Si, en 1946, ce Plan Régulateur est l’événement urbanistique majeur – on va y revenir ci-après –, la politique ébauchée dès 1908 et poursuivie avec bien des aléas depuis demeure l’un des soucis permanents des travailleurs et autres petites gens qui, on le sait, constituent la grande majorité des Quiténiens. Il n’y a donc rien de surprenant à voir publier quelques chiffres correspondant à la situation de l’habitat social. C’est ce qu’entend présenter le Comercio du 26 janvier sous l’intitulé très explicite : « La Caisse d’assurance a construit 313 maisons pour ses affiliés depuis sa fondation. Celle des pensions a édifié 141 maisons dans le quartier Bolivár et 116 dans le quartier Belisario Quevedo (tous deux situés au nord de l’Ejido) ». Le texte, plus précis que le titre, fait le décompte des maisons construites entre 1933 et 1945. La Caisse d’assurance intervient en six quartiers différents : Chimbacalle, 14 maisons ; La Loma, 25 maisons et un immeuble collectif ; Alpahuasi, 257 maisons ; enfin, 16 maisons rue Rocafuerte. Celles-ci bénéficient d’un prêt à la construction et sont vendues au prix très abordable de 20 000 à 40 000 sucres – de 35 000 à près de 60 000 dollars actuels. Les variations de prix sont dues au type de maisons, à leur taille et au matériau employé, ce qu’expose la suite de l’article. À Chimbacalle, quartier ouvrier, il s’agit de « construction mixte (adobe et brique cuite) avec deux pièces séparées par des cloisons de planches, une cuisine, un point d’eau, des w.-c. et un lavoir ». Dans les quartiers dévolus à des employés, le choix est plus ouvert : « Une construction mixte avec deux chambres, un séjour, une salle à manger, une cuisine, un point d’eau, un w.-c., un lavoir ; [… ou] une construction de briques avec trois chambres, un séjour, une salle à manger, une salle d’eau, un w.-c. et un lavoir. »

  • 55 En 1996, un dollar US équivaut à plus ou moins 4 000 sucres, et dans les mêmes quartiers le prix du (...)

99La Caisse de retraite suit une politique sociale analogue, privilégiant les immeubles collectifs pour faciliter l’accès au logement des affiliés qui ne peuvent acheter une maison individuelle. Elle assure que les appartements jouiront des mêmes caractéristiques de confort que les maisons individuelles, selon leur catégorie : pour ouvriers ou employés. Le quartier Bolivár, nouveau lotissement jouxtant la cité-jardin Mariscal Sucre, accueille ainsi 141 maisons au prix moyen de 41 775 sucres de 1945 chacune. Depuis 1933, ces bancos de vivienda font montre d’un dynamisme exceptionnel qui permet de construire des logements par centaines : à Belisario Quevedo, 116 maisons ; à la Ciudadela Vicentina (en 1933) 400 maisons à 16 sucres le mètre carré ; à la Ciudadela Las Casas, 408 maisons à 12 sucres le mètre carré, à Chiriyacu, en 1945, 1 100 maisons à 12 sucres le mètre carré55. Le Comercio conclut que « pour les trois ciudadelas 1 906 maisons ont été construites au prix moyen de 13 sucres le mètre carré ». Les acheteurs peuvent accéder à la propriété avec une mise de fonds initiale de 5 % du prix, et étaler le remboursement sur plusieurs mois ou années.

100Mais il n’y a pas que l’action publique pour l’habitat social qui, de 1908 à 1946, modifie la physionomie urbaine de Quito. Dynamisée par le chemin de fer, on l’a dit, l’économie de la capitale s’est singulièrement développée. Depuis cet événement on ne peut plus dire avec F. Hassaurek, en 1860 il est vrai :

  • 56 Friedrich Hassaurek, op. cit., p. 153.

« […] les grandes entreprises sont impossibles. […] Le riche cache son argent dans les murs ou les caves au lieu de l’investir en activités bénéfiques autant pour lui que pour les siens. Du coup, la découverte de trésors cachés n’est pas rare. Durant mon séjour en Équateur se rencontrèrent beaucoup d’occasions où l’effondrement de constructions mit à jour d’importantes sommes d’argent enterrées par leurs propriétaires qui n’eurent pas le temps de transmettre leur secret à leurs enfants et à leurs proches56. »

101Des ateliers, des usines en bordure de la ville, des marchés et des grands magasins se sont construits. Des immeubles assez prestigieux correspondant à de nouveaux besoins se sont élevés, la plupart consacrés à des services d’intérêt public : ainsi le nouvel hôtel de ville (début du siècle), la grande poste et la bibliothèque municipale ou, plus spécifique, le mess des officiers ; des banques dont celle du Pichincha (1906) et, plus tard, la Previsora et la Banque Centrale ; des collèges ou apparentés, comme le petit séminaire, et bien d’autres immeubles d’intérêt général ; et aussi quelques autres constructions, l’hôtel Majestic sur la Plaza Grande par exemple. Bien que plus importants et plus majestueux que les maisons de l’époque républicaine du xixe siècle, ils ne déparent pas le Centre car leurs constructeurs ont respecté la trame viaire initiale et leur hauteur est demeurée assez modeste, ce qui n’écrase pas les églises et les couvents, véritables symboles pour les Quiténiens et signaux dans la ville d’alors.

Le Plan Régulateur de 1945 : un événement majeur

  • 57 Henri Godard, « Le Plan Régulateur G. Jones Odriozola et la structuration actuelle de l’espace urba (...)
  • 58 Point de vue exposé par J.-P. Deler à plusieurs reprises, lors d’échanges de vue sur le fonctionnem (...)
  • 59 Ce parti pris, prôné en 1932 par Le Corbusier dans sa rédaction de la charte d’Athènes, était alors (...)

102L’année 1946 est également celle de la prise de décrets d’application du Plan Régulateur élaboré entre 1942 et 1944 par l’architecte G. Jones Odriozola et approuvé en avril 1945 par la municipalité de Quito. En 1992, H. Godard écrit : « Le Plan Régulateur, qui prévoyait la croissance spatiale et démographique de la capitale jusqu’en l’an 2000 – il devait être opérationnel pendant soixante ans –, incorpore à l’espace urbain des zones qui étaient vides en 1944. […] Ce plan […] “officialise” et renforce les processus de ségrégation57… » Cette affirmation est considérée comme excessive par J.-P. Deler58, qui note que le fonctionnement du Quito actuel lui doit beaucoup, qu’il a été audacieux dans sa conception et efficace dans son application. Nous partageons ce point de vue ; néanmoins, par les grandes opérations d’urbanisme qu’il a suscitées, notamment par son parti pris délibérément fonctionnaliste59, il a renforcé les tendances ségrégationnistes qui s’exprimaient déjà depuis l’urbanisation des tout proches espaces ruraux situés immédiatement au-delà de l’Ejido, et accéléré la migration des nantis vers le nord, provoquant l’abandon progressif de rues et de quartiers entiers de la ville ancienne aux Quiténiens les plus pauvres. Cette situation nouvelle a plus modifié l’usage et la maintenance du centre historique que sa morphologie, elle a entraîné une certaine déshérence économique, singulièrement par la migration des sièges de grandes sociétés – banques, assurances, sociétés à capitaux internationaux, etc. – accompagnée d’une foule de services et de commerçants, tandis que la croissance urbaine relativisait de facto son importance et son rôle.

103Cependant, en 1946, c’est l’événement urbanistique. La presse est dithyrambique. Le Comercio du 3 janvier lui consacre une page entière. En donner un large extrait permet, d’une part, de se faire une idée précise de la réaction de ceux qui font alors l’opinion quiténienne, d’autre part, de le commenter avec un autre regard un demi-siècle après.

« Quito ne pouvait continuer à s’étendre sans un plan précisément défini. Les abus des propriétaires et les erreurs de bonne foi de ceux-ci et des architectes, conseillers municipaux, fonctionnaires, agents de vente, etc., étaient en train de détruire le caractère artistique quiténien, de renommée historique et mondiale.

« L’extension de la ville sur de nouvelles zones très extérieures exigeait un plan, une règle, une norme réglementant l’ouverture de nouvelles rues, la localisation des parcs, le style des constructions.

« Le conseil municipal de 1938 (avec une grande vision du futur), par l’acquisition des terrains de la Carolina, avait établi les bases de financement du plan et, avec la recherche au Mexique ou en Uruguay d’un urbaniste qualifié, posé celles de son élaboration.

« Quand l’urbaniste uruguayen Jones Odriozola vint pour mettre définitivement en forme le Plan Régulateur, il obtint du conseil municipal, dès février 1942 et, ensuite, en 1943, un appui sans réserve, spécialement de la part du dr Humberto Albornoz. Une fois étudiées toutes les zones de la ville, situés les centres civiques, industriels, de loisirs, de sport pour les écoliers, etc., la municipalité a approuvé le Plan Régulateur et l’a déclaré obligatoire.

« La ville croît un peu plus chaque jour, surtout vers le nord. Le Plan Régulateur constitue la règle qui doit être observée pour ses édifices. […]

« Quand le président du précédent conseil municipal fut invité à l’Assemblée constituante pour présenter le Plan Régulateur, ses explications obtinrent le triomphe le plus retentissant. Il fut prescrit dans la Constitution que toutes les villes importantes du pays entreprennent à leur tour, pour leur compte, un Plan Régulateur.

« Pour ces raisons impérieuses, le conseil actuel s’ingéniera à mettre ce plan, qui est l’œuvre conjointe des conseils de 1942, 1943, 1944 et 1945, à exécution dans sa totalité au profit de la ville. »

104Il faut ajouter à ce texte des propos emphatiques tenus par diverses autorités compétentes, notamment une architecte dont le cabinet s’est vu confié un certain nombre d’opérations urbanistiques d’exécution. Nécessairement motivée, elle affirme qu’il s’agit « d’un des exemples les plus complets et progressistes des idées contemporaines de planification qui se sont développées en Amérique du Sud ». Suit de sa part une série de généralités portant sur la planification moderne, généralités qui, depuis 1932, avaient cours parmi les gens de la profession. Bref, « ce prototype fonctionnel pour la ville » est le must pour l’intelligentsia quiténienne.

105En définitive, ce texte du Comercio nous apprend que dès le début des années 1940 les autorités quiténiennes risquent de se laisser dépasser par la croissance non maîtrisée de la ville en proie à toutes les spéculations. Propriétaires, architectes, élus, fonctionnaires, agents immobiliers et spéculateurs sur les terrains de tout bord doivent être mis au pas. Il est urgent de planifier la croissance et de la réglementer. Mais il semble qu’on ne peut trouver un urbaniste acceptable en Équateur. On se tourne donc vers deux pays ayant une forte image urbanistique ; le Mexique, puissant pays latin, et l’Uruguay, considéré comme la Suisse de l’Amérique latine. Montevideo est à cette époque une ville de référence et Jones Odriozola, qui en vient, est choisi.

106Il est intéressant de noter également qu’à n’en pas douter, pour le journaliste, en cela reflet des responsables de la gestion de la ville et de l’élite quiténienne, l’essentiel de l’urbanisme se réduit aux principaux équipements civiques, industriels, de loisirs et de sport. L’et caetera qui prolonge cette brève énumération signe l’aveu probable d’une courte vue sur la question et, indubitablement, d’une absence de prise en compte (autrement que pour le logement, comme on l’a précédemment noté au vu d’un autre article paru au cours de ce même mois) des problèmes sociaux, pourtant soucis élémentaires de la majorité de la population quiténienne constituée de gens jouissant de petits moyens et vivant dans une assez forte précarité, comme on l’a observé, à travers ce même journal, dès le début du siècle. Le fonctionnement quotidien de la ville n’est pas davantage abordé, dont, pourtant, les difficultés croissantes sont déjà une des causes de la nécessité qu’il y a eu d’entreprendre dès 1942 l’élaboration d’un plan directeur, dit fort judicieusement « régulateur », ce qui a pris trois années de travail.

  • 60 L’architecte Alfonso Ortiz Crespo, lorsque nous avons parlé de cela, nous a appris que l’original d (...)

107D’après ce qu’on a pu savoir, notamment par l’architecte Alfonso Ortiz Crespo qui lui voue une grande admiration et qui a rassemblé tous les documents encore existants qu’il est allé chercher à Montevideo auprès de sa veuve, Guillermo Jones Odriozola a fait là un énorme travail d’enquête et de réflexion. Malheureusement, A. Ortiz Crespo n’a pu en retrouver qu’une partie60, c’est pourquoi on ne peut en juger qu’après coup, donc plus sur ses effets que sur l’aspect novateur qu’il a pu avoir en 1946. Malgré l’importance de la recherche sur les capacités du site à aménager et la réelle créativité d’Odriozola, son plan reste une œuvre de théoricien, un travail d’école. Mais c’était l’usage, la sociologie n’ayant pas encore obtenu droit de cité chez les architectes : le métier d’urbaniste, en tant que tel, était inconnu. Henri Lefebvre, Manuel Castells et bien d’autres n’ont réagi que des années après à cette tendance qui paraissait tout à fait naturelle aux architectes d’alors.

108Par exemple, on prévoit des unités spatiales de 5 000 personnes, réparties au sein de quartiers de 40 000 habitants. Certes, c’est toujours ainsi que l’on procède un demi-siècle plus tard, et cela se conçoit, mais dans les années 1940 on ne peut imaginer que cette directive ne sera pas suivie. Aussi ne prend-on pas les précautions réglementaires adéquates ; pas davantage ne prévoit-on que les pressions des migrants provoqueront une politique du fait accompli en violation de toutes ces magnifiques prévisions. De cela on ne peut en vouloir à Jones Odriozola, qui fit un travail original et intelligent. À Brasilia, l’urbaniste Lucio Costa y est encore moins bien parvenu. Il est vrai que ce fonctionnalisme de classe et de zonage, dont Le Corbusier fut le chantre, sera fort à la mode pendant une longue génération. Cependant, G. Jones Odriozola eut l’heureuse idée de ne pas être chiche quant à l’importance des espaces à urbaniser et, contrairement à l’urbaniste de Brasilia, d’introduire des diagonales dans le tracé des voies principales du nord. Il eut aussi la sagesse de prévoir une déconcentration et un transfert des ministères au nord de la ville de 1946. Mais cette dernière proposition, qui n’a d’ailleurs été que partiellement suivie, les militaires ayant, pour leur usage spécifique, récupéré les espaces prévus, s’inscrit tout à fait dans la logique fonctionnaliste, et considérée de nos jours comme ségrégative, prônée par Le Corbusier…

109Ainsi, Quito se satisfera, et même s’enorgueillira, d’un plan inscrit dans une conception urbanistique bien établie scrupuleusement suivie et qui s’est perpétuée. Il n’y a pas une génération qu’on a commencé à en dénoncer les effets pervers. L’Atlas infographique de Quito, publié en 1992 par une équipe de chercheurs franco-équatoriens, les a clairement mis en évidence.

110Il faut enfin noter que dans cet article on fait une allusion rapide à la valeur historique et architecturale de l’ancien Quito ; on n’hésite pas à parler même de « renommée […] mondiale ». Ce qui montre bien la fierté que les Quiténiens éprouvent pour leur ville. On retrouvera cette fierté lorsque Quito sera la deuxième ville à être inscrite, à la demande de l’Équateur, à l’inventaire du patrimoine culturel mondial.

111Cependant, en 1946, les décrets d’application étant trop récents, les effets du nouveau plan de Quito ne sont pas vraiment sensibles. En revanche, un regard dans la presse fait prendre conscience des changements survenus depuis 1908. Si le Quito du début du siècle n’est pas encore le centre historique dans son acception actuelle, il ne représente plus, cependant, qu’un tiers de la ville. Les recensements successifs donnent la progression et l’ampleur de cette évolution : en 33 ans, un doublement de la population et une surface urbanisée multipliée par 2,6 ; puis, en 25 ans seulement, une population multipliée par 2,6 et une surface urbanisée multipliée, elle, par 2,2 (cf. le tableau 1, chapitre premier). Durant la période 1908-1946, de toute évidence la population et les surfaces urbanisées de Quito vont en s’amplifiant.

112On prend pleinement conscience de la relative soudaineté de ces changements, après des siècles de croissance lente, si l’on sait que la distance entre les années de référence masque la réalité du début de la croissance spatiale qui ne s’est vraiment produite qu’après la mise en service du tramway, alors que la pression démographique sur la ville encore enserrée dans ses anciennes limites se fait chaque jour plus grande.

113En effet, le chemin de fer a entraîné une croissance économique certaine de l’ensemble de la Sierra, et de Quito tout particulièrement. Cette croissance a commencé avant la fin de la construction de la ligne, qui fut un très grand chantier attirant une main-d’œuvre considérable. Les travaux d’assainissement entrepris par F. Andrade Marin n’ont pu que conforter ce mouvement. Mais ce n’est qu’avec un certain retard que la croissance spatiale de la ville s’est aussi accélérée. Au début, les quartiers ouvriers situés au pourtour de la gare se construisent, en même temps qu’une zone industrielle se développe à proximité. On peut encore voir les bâtiments d’une ancienne filature, face à l’entrée de l’hôtel qui fut alors incorporé à la station. À Quito, les faubourgs populaires se densifient et leur insalubrité croît. Puis, en 1914, le tramway met le pourtour du parc de l’Alameda et de l’Ejido à quelques minutes de la Plaza Grande, centre de Quito. Dès lors, ceux qui ont une propriété au nord, en bordure et au-delà de ces lieux, s’y rendent de plus en plus souvent et finissent par s’y fixer. Dès les années 1920, la ciudadela Mariscal Sucre est mise en chantier : une « cité jardin » dans l’esprit d’Ebenezer Howard. C’est à cause de cet effet d’hystérésis qu’on évalue en 1908 la superficie de Quito à 500 hectares environ.

114En 1946, cette croissance s’est renforcée. Ce n’est plus seulement le train et le tram qui la portent, car les automobiles se font moins rares. On peut lire fréquemment dans le Comercio des informations concernant un quartier ou l’autre qui n’existait pas en 1908. On les appelle fréquemment ciudadela, qu’on peut traduire au choix par « petite ville » ou « cité », voire « lotissement », ce qui laisse supposer une construction simultanée et homogène. C’est souvent le cas, ce que traduisent les plans de voirie et le style des maisons. On l’observe fort bien dans la ciudadela Mariscal Sucre, appelée familièrement La Mariscal, dont le sous-quartier Simon Bolivár au maillage de rues et au style de maisons bien individualisés – îlots non plus carrés, mais rectangulaires et plus étroits, maisons modestes avec jardinets – ne s’est vraiment loti que dans ces années-là. En peu d’années, l’urbanisation atteint la Pradera et la Carolina. On achève de remblayer une quebrada sur laquelle on construira l’avenue Orellana. Le Collège militaire s’est installé à son emplacement actuel, au bord de cette avenue.

Croissance, bouleversements urbains et conséquences

115Les articles du Comercio accompagnent ces bouleversements urbains. Ce sont l’extension de la ville, les nouveaux lotissements et les équipements d’infrastructure qui priment, dont l’eau, l’électricité, les transports collectifs, la voirie et, de manière bien moindre, le téléphone. Certes, cela se passe hors du Centre, mais explique comment progressivement celui-ci est passé de son statut de ville à part entière à celui de simple centre historique.

  • 61 On a vu qu’en 1908 elle fut élargie sur les terrains remblayés de la quebrada de Jérusalem.

116Ainsi, en février 1946, on parle beaucoup d’expropriation de terrain pour un nouveau marché dans la rue Venezuela afin de libérer l’avenue 24-de-Mayo61. Cette avenue fera d’ailleurs l’objet de bien d’autres bouleversements, car c’est le seul paseo vraiment inclus dans le centre historique. Son dernier avatar date des années 1990. C’est désormais, aux dires des Quiténiens, un espace piétonnier lieu d’une petite délinquance : vol à la tire ou à l’arraché. Mais cette réputation est faite, à juste raison probablement, depuis des siècles, la capilla del Robo est là pour en témoigner ! Également, des tractations se font pour l’acquisition d’un terrain afin d’implanter la nouvelle Université centrale et d’autres réservés pour l’édification d’une maison de la culture, projet identitaire proposé par B. Carrión après la signature, honteuse pour les Équatoriens, du protocole de Rio (1942).

  • 62 Cf. les nombreux articles dans le Comercio des mois de janvier et février, alors que le Plan Régula (...)

117Ces actions foncières prolifèrent dans toutes les directions. On a vu des lotissements à Chimbacalle, Chiryacu, la Vicentina, Belisario Quevedo, Bolivár, Alpahuasi et jusque dans l’actuel centre historique, à La Loma et rue Rocafuerte. Mais c’est aussi l’année où, en application des réalisations proposées par le Plan Régulateur, on projette la construction du quartier Villa Flora, l’amélioration de la Floresta – il est question d’y construire un marché – qu’on va relier au réseau de voirie déjà en construction pour servir d’axe porteur et d’accès aux extensions septentrionales de la ville. La réservation de terrains au Batán, l’acquisition de la Carolina et la mise à l’étude de l’avant-projet du grand stade actuel de Quito sont aussi des témoignages de ce mouvement d’extension qui n’a pas cessé depuis62.

  • 63 Depuis 1998, cette pratique est interdite, les citernes vont s’approvisionner ailleurs et la nappe (...)

118L’alimentation en eau continue d’être une question cruciale. On fait l’inventaire des possibilités proches de la ville, voire dans la ville, afin de satisfaire cette exigence au moindre coût. Mais le temps des fontaines publiques se termine, il faut dorénavant assurer à tous un branchement sur la parcelle, dans l’immeuble, voire dans le logement. On prévoit 400 litres d’eau par jour et par habitant. Ce sont là des normes de pays riches et bien équipés. Pour cela, on fait venir l’eau du Pichincha, ce qui n’est que la poursuite de ce qui s’est toujours fait ; ainsi, un réservoir est construit à la Libertad pour alimenter le quartier d’Aguarico, mais aussi on va la chercher au volcan voisin de l’Atacaso et dans les puits profonds creusés dans la Carolina où, en 1996, continuent à s’emplir les camions citernes qui alimentent les nouveaux quartiers de Quito, y compris celui du Bosque, non encore branchés63. L’hacienda Garzón, à Lloa, à une dizaine de kilomètres de Villa Flora et d’autres quartiers prévus au sud, qui possède une source extrêmement abondante, est achetée ; un château d’eau nouveau y est alors construit. On escompte arriver bientôt à 330 litres d’eau par jour et par habitant. Inutile de dire qu’en 1996 cet objectif est loin d’être atteint pour de très nombreux quartiers de Quito, alors que désormais on va chercher l’eau potable en bordure de l’Amazonie, à Papallacta.

119L’électricité n’est pas encore, tant s’en faut, arrivée dans tous les foyers. Il y a près de 3 000 maisons qui ne l’ont pas, la plupart situées en des quartiers lointains, mais qui sont aujourd’hui centraux : la Magdalena, la Colmena, Aguarico, le Tejar, Belisario Quevedo, la Floresta, etc.

  • 64 Comercio, 17 janvier 1946.
  • 65 Comercio, 12 février 1946.

120Quito, si longtemps contenue en des limites imposées par les difficultés de circulation, avec le chemin de fer a commencé de s’étendre, avec le tram a accéléré son expansion spatiale, explose avec l’automobile et l’aval du planificateur. C’est dire que la mise en chantier d’infrastructures routières devient impérative. En les attendant, le problème des transports collectifs est à l’ordre du jour. La compagnie des trams est en déficit depuis 1944 et sur le point de déposer son bilan. Tant que les voitures étaient une rareté, elle avait un monopole qui l’assurait d’une honnête rentabilité. Désormais, ce monopole s’effrite. Pour assurer sa survie il faudrait ouvrir de nouvelles lignes, ce que l’étroitesse des rues, leur tracé tortueux, la dureté du relief interdisent. Densifier le réseau imposerait en effet qu’à chaque changement brutal de direction on dispose d’un rayon de courbure des axes empruntés que le labyrinthe du Centre ne peut autoriser. Les bus prennent le relais, ce qui ne va pas sans heurts ni pressions. C’est que le parc est très insuffisant. Entre Alfaro et la Carolina, c’est-à-dire entre le sud et le nord de la ville, il n’y a que 17 bus en service, entre la Colón (au nord) et San Diego (en bordure sud du Centre), 8 bus, et de la 12-de-Octubre (au nord-est) à la Rocafuerte (en bordure sud-est du Centre). 12 bus. Leurs passages ne sont assurés qu’à une fréquence limitée. En outre, généralement complets dès le départ, ils ne s’arrêtent plus aux arrêts intermédiaires, n’assurant pas le service espéré. Ce qui motive une forte grogne des usagers victimes de cette situation : « On ne permettra pas que, par des subterfuges, les propriétaires (de bus) prétendent priver la ville de ce service64. » La municipalité est obligée de réagir : d’une part en empêchant le dépôt de bilan de la compagnie des trams sans pour autant proposer une solution, la racheter par exemple – elle cessera ses activités en 1947 ; d’autre part en contraignant les bus à se comporter en service public. Finalement, cela s’arrangera et le conseil acceptera le projet d’achat de 100 bus. « La firme livrera les voitures 150 jours après qu’aura été autorisée leur importation65. »

121La voirie continue à se développer. Si, à ce qu’il semble, au début elle suivait plus qu’elle ne les précédait les lotissements de toutes sortes qui se construisaient, dès l’acceptation du Plan Régulateur cela change. De nouvelles voies sont projetées. Le plan de Jones Odriozola commence à être appliqué. Sa nécessité est évidente, ce qui impose de relativiser les critiques que pourtant il suscite à juste raison. Illustration remarquable des idées de son temps, il faut le rendre opérationnel. Sa projection au sol commence. En 1992, l’Atlas infographique de Quito montrera clairement que ce plan a été strictement appliqué.

122Les très grands chantiers de travaux publics restent à venir, mais il est régulièrement question de construction de centrale électrique ou téléphonique municipale, d’équipements publics – notamment de canalisations en vue de la distribution d’eau potable – et aussi d’entretien de la chaussée, ou d’assainissement des ravins, problème sans fin, car l’argent manque. La Seconde Guerre mondiale vient de s’achever. Elle a eu des répercussions sur l’économie du pays qui a vu son commerce avec l’Europe se tarir presque complètement. Les États-Unis, qui vont prendre la place et rapidement considérer toute l’Amérique du Sud comme leur zone d’influence rapprochée et leur espace réservé, ne sont pas encore totalement installés dans ce rôle.

123La santé, celle des enfants notamment, est considérée avec plus d’attention. On lance dans les quartiers la distribution quotidienne, par des citernes automobiles, de lait frais et pasteurisé. Une laiterie industrielle assure d’autre part dans les épiceries un approvisionnement contrôlé par les services d’hygiène. La scolarisation est également l’objet permanent d’articles, on en parle chaque semaine. Peut-être est-ce dans l’air du temps... Le traumatisme de la dernière guerre a vraisemblablement renforcé, en Équateur comme dans le reste du monde, l’attention portée à la génération qui monte, à sa santé, à son éducation. Le discours accompagnant l’annonce d’un projet de stade à Chiriyacu, qui sera construit, témoigne d’une prise de conscience assez nouvelle hors des circuits caritatifs traditionnels :

« Cette proposition de Monsieur le Maire était fondée sur le fait qu’en un quartier peuplé d’ouvriers qui, pour la plupart, travaillent en usine, il est tout à fait urgent, important et nécessaire pour la santé des travailleurs, qu’ils aient un lieu où pratiquer des sports de plein air chaque fois que leurs activités professionnelles les obligent à se tenir presque toute la journée en des endroits fermés, ce qui peut provoquer des maladies graves, spécialement des voies respiratoires, qui peuvent être évitées par des exercices physiques. »

124Ce qui frappe dans le journal de cette année-là, c’est encore la forme d’activité culturelle pratiquée, notamment le poids très fort de l’activité associative : Croix-Rouge, coopératives, associations ouvrières, comités de quartier, associations de tel ou tel collège, souvent confessionnelles, Lion’s Club ou Rotary Club, etc. Ainsi, le 22 avril, on peut lire :

« Le comité de quartier de San Roque travaille pour l’amélioration de ce secteur. […] Nous connaissons la vigueur et la tradition coopérative qui animent les Sanroquiens et nous ne doutons pas que l’intérêt des ouvrages projetés aura l’appui du conseil municipal, obligé d’apporter sa contribution à ce quartier qui, en cinquante années, n’a pas reçu grande aide et qui possède des milliers de mètres carrés d’espace vert sans la moindre utilisation, en plein cœur de la ville.

  • 66 Comercio, 22 avril 1946.

[… Ce comité se chargera aussi] des approvisionnements municipaux qui n’ont pas de magasin dans ce secteur, ce qui aidera beaucoup la classe populaire à se pourvoir en alimentation. Les problèmes d’hygiène, de diffusion culturelle, d’embellissement du quartier, d’élargissement des rues seront impulsés par le comité, qui a lancé un appel auprès de tous les propriétaires de maisons de San Roque et des habitants plus généralement, afin qu’il soient entendus dans leurs justes demandes66. »

  • 67 Comercio, 21 février 1946.

125Ces magasins d’approvisionnement en vivres frais (abastos), dont les prix sont tenus par un contrôle étroit, sont un autre exemple du souci de ne pas oublier la dimension sociale des devoirs que doit assumer la collectivité quiténienne par le biais de ses services municipaux. Les règles strictes de fonctionnement de ces abastos sont d’ailleurs rappelées : normes fondamentales sur la qualité des produits, le comportement du personnel municipal vis-à-vis de leurs pratiques, l’interdiction d’une quelconque ségrégation envers la clientèle67.

126Il y a aussi de nombreuses fêtes, des compétitions sportives, et la construction de stades est vivement souhaitée. Des concerts sont donnés assez fréquemment, la presse continue de publier des feuilletons et autres textes littéraires, comme des légendes quiténiennes, « La légende de la porte clôturée du Carmen d’en-bas » par exemple. On voit apparaître les premières salles de cinéma.

  • 68 Enquête EBAQ de 1996. Cf. René DE Maximy, Karine Peyronnie, Gente de Quito, Quito, Abya-Yala, 2000.

127La minga, action localisée d’intérêt collectif fondée sur l’esprit communautaire et le civisme, reste encore très vivace et bien acceptée, ce qui ne sera plus le cas en 1996, comme l’enseignera l’enquête menée alors dans neuf quartiers de Quito68. Le 28 janvier, on peut lire dans le Comercio :

  • 69 Comercio, 28 janvier 1946.

« Dès les premières heures de la matinée, hier, eut lieu la première minga organisée par le comité “Victor León Vivar” avec pour objectif le nettoyage et la mise en état de la rue Necochoa de cette ville. Des représentants du conseil de Quito y participèrent avec une population de plus de 1 000 personnes dans l’intention de mener ce projet à bien immédiatement, au bénéfice de tous les habitants de Quito. Le principal objet de cet entretien est d’établir un service de bus complet et amélioré entre Quito et la Magdalena. Les unités militaires fournirent patriotiquement leur contingent, prêtant véhicules et bras pour la réalisation de l’ouvrage susdit. Deux ingénieurs du Plan Régulateur de la ville de Quito dirigèrent les travaux de remblayage de la rue Necochea.
Il faut mentionner aussi que l’Illustre conseil de Quito fournit de son côté outils, brouettes et camions à titre de collaboration69. »

128D’autres mingas sont régulièrement signalées dans la presse, comme celle des habitants de Yaguachi pour la construction d’une école. C’est alors une chose courante qu’on ne peut plus guère voir que, parfois, dans les petites bourgades en cette fin de siècle.

129À noter enfin que certains commencent à s’inquiéter de la conservation de l’ancien Quito, comme le rapporte le Comercio du 14 février :

  • 70 Comercio, 14 février 1946.

« À la demande de la communauté franciscaine, le conseil décida d’affecter la somme de 10 000 sucres à la conservation des trésors artistiques de La Cantuña (une chapelle du couvent San Francisco) et pour poursuivre les travaux de réparation de ces joyaux architecturaux.
Monsieur l’ingénieur Calderón a prié le conseil d’assurer l’Université et d’autres entités qu’elle leur communiquera que le Comité de la défense artistique de la ville continuera à fonctionner, comme avant, pour veiller sur les trésors artistiques de Quito70. »

Les années 1950 ne sont pas si loin

130On a pu, au début de 1996, interviewer plusieurs personnes qui se rappelaient fort bien cette période d’après la Seconde Guerre mondiale. La plupart étaient alors enfants ou adolescents. De ceux-ci Ivan Cruz, passionné d’histoire, fut le mieux renseigné et le plus à même de transmettre son savoir. C’est un fabuleux conteur dont nous transcrivons en encart une partie, remaniée, dépouillée de nombreuses digressions très intéressantes mais hors de notre sujet, de souvenirs très évocateurs qu’il nous livra lors d’une longue soirée, au coin du feu, où il nous tint en sa compagnie et nous charma de ses propos, en sa splendide demeure.

  • 71 Pour comparer avec le Quito de 1860 et voir ce qui un siècle après a changé, sur ce plan moins qu’o (...)

131D’ailleurs, d’autres rencontres corroborèrent ce récit. Tous ceux qu’on a pu interroger parlent notamment de ces fêtes de quartier. Un vieux monsieur, chauffeur de taxi, qui habitait San Marcos, se souvient encore des pâtisseries spéciales pour chaque fête, dont il était friand. Il est intéressant de noter que le fils de bonne famille attache ses souvenirs à une belle maison de l’époque républicaine et qui existe toujours ; tandis que l’enfant de petit artisan, de petit commerçant ou, comme ce chauffeur de taxi, d’ouvrier sans qualification, sans argent mais non sans une nombreuse famille, lie les siens à la vie de la rue. aux troupes de gamins l’occupant à la sortie de l’école, et aux fêtes populaires où on mange mieux que d’habitude, fêtes qui avaient lieu, elles aussi, dans la rue, son terrain quotidien de jeu et de vie sociale où, ces jours-là, tout ceux du quartier se retrouvaient. En 1946, les articles du Comercio et les souvenirs de nos interlocuteurs le confirment, il gardait toute sa présence et son rôle premier. C’était encore toute la ville : administrative, productrice – avec sa banlieue sud, industrielle – et marchande. Il est vrai que les faubourgs abritaient de nombreux artisans et les gens modestes y avaient leur logement, mais ces faubourgs étaient fortement attachés au Centre, en étaient un prolongement intégré71.

132Même dans le quartier de la gare, bien que séparé par l’immense ravin du Machángara qui demeure encore aujourd’hui une coupure morphologique dans la ville, on appartient fondamentalement à Quito, c’est-à-dire au Centre. Les quartiers riches qui se construisent progressivement au nord, s’ils commencent à séparer les nantis du reste de la ville, ne rompent pas avec elle. Les activités de leurs résidants s’y maintiennent. Et entre les deux, des quartiers intermédiaires, où se côtoient des gens plus ou moins fortunés, plus ou moins modestes, tel celui de Santa Prisca (nord de l’Alameda et de l’Ejido, secteurs Larrea, bas de San Juan, América), sont comme un espace urbain intermédiaire, où le bâti se desserre et dont les habitants ont un niveau de vie proche de ceux de la Mariscal Sucre, sans avoir un comportement de nantis.

Un observateur qui se souvient
On a pu, au début de 1996, interviewer plusieurs personnes qui se rappelaient fort bien cette période d’après la Seconde Guerre mondiale. La plupart étaient alors enfants ou adolescents. De ceux-ci Ivan Cruz, passionné d’histoire, qu’elle soit précolombienne, coloniale, républicaine ou récente, fut l’informateur le plus précieux.
Ivan Cruz – Je vais évoquer la maison de ma grand-mère où je passais tous mes loisirs avec mes frères, mes sœurs et mes cousins. J’étais encore un gamin. Nous vivions dans le Centre, non loin de là. Elle avait une maison comme celle qu’on rénove actuellement. Avec une façade assez belle sur la rue, encadrement en belles pierres brunes des fenêtres et de la porte en bois, façade blanche, balustres peints en bleu. On entrait dans un premier patio, entouré d’un péristyle avec colonnes également en pierre et on découvrait un escalier de bois, avec une rampe sculptée, qui menait au premier où on accédait à toutes les pièces par une coursive, ouverte mais protégée de la pluie et du soleil par une avancée du toit, sur laquelle elles se distribuaient. Au-delà de ce patio, après un passage assez sombre en angle, un autre patio plus petit, une courette plutôt, sur laquelle donnaient les communs. C’était le coin des domestiques. Par là aussi on pouvait atteindre le premier.
Karine Peyronnie – Y avait-il beaucoup de domestiques ?
I.C. – Une cuisinière et une employée, toute jeune, qui l’assistait et allait faire les courses. Une autre employée de maison et un homme qui faisait tous les travaux de force. De ceux-ci, seulement la cuisinière et l’employée de maison vivaient à demeure. Dans la journée, nous étions facilement une quinzaine de personnes. Ma grand-mère régnait en maîtresse incontestée. Nous courions partout, mais on respectait absolument ses appartements. Elle occupait toute la partie du premier qui fermait le patio du côté opposé à l’entrée. C’était son fief. Nous ne pouvions y pénétrer que si elle nous y invitait. De là elle dirigeait tout.
K.P. – Par exemple ?
I.C. – Par exemple, quand passait un marchand. Soit c’était un habitué, venant chaque jour proposer des légumes ou des fruits, ou apporter le pain ; soit c’était l’un de ceux qui, passant dans la rue, criaient leurs marchandises et qu’elle envoyait chercher. Toujours le même rituel : elle apparaissait sur la galerie du haut, interpellait le marchand, le priant de présenter sa marchandise, puis décidait d’acheter ou de le remercier. Ça, c’était le matin.
K.P. – Tous les jours ?
I.C. – Presque tous les jours, sauf le dimanche. Ce jour-là, les femmes se rendaient à la messe. Aucune femme, ni ma mère, ni mes tantes, ni nous, les enfants, n’aurions eu l’audace de n’y point aller. Les hommes, c’était selon. Mon père était très anticlérical et libéral. Il ne mettait pas les pieds à l’église et n’aurait jamais salué un ecclésiastique, sauf s’il avait eu affaire avec lui dans l’exercice de son commerce.
Mais à chaque heure du jour il y avait du mouvement. Nous vivions en symbiose avec le quartier, les gens de la rue qui passaient. Certains venaient tous les jours saluer ma grand-mère. Il y avait des heures particulières. Je me souviens très bien de celle de la fournée du pain, en milieu d’après-midi. Nous la guettions. Le boulanger tout proche faisait des petits pains dorés, chauds à souhait. Il nous les faisait porter, c’était pour nous une gourmandise. Les gens se retrouvaient devant sa boutique pour en déguster. De même pour le marchand de lait qui assurait une distribution, mais, lui, en début d’après-midi. Il passait avec sa citerne. Il me semble qu’elle était encore tirée par une mule. Pour annoncer sa venue, il sonnait d’une petite cloche, comme celle des chapelles des haciendas. Toutes les ménagères, les domestiques des familles aisées – car une femme de qualité se serait déconsidérée à ainsi s’adonner publiquement à une tâche domestique –, sortaient avec leur casserole.
K.P. – Mais ça, c’est la vie de la maison d’une famille bourgeoise. Les petites gens, eux, comment se comportaient-ils ?
I.C. – Quel que soit le métier et le niveau social, chacun respectait chacun. Les gens se connaissaient, s’estimaient, se saluaient, s’enquéraient des nouvelles. La position sociale jouait, certainement, mais on ne l’aurait jamais fait sentir dans les relations de voisinage. Il n’y avait pas cet anonymat de la ville qu’on voit désormais se répandre, même à Quito, où encore si on compare aux grandes villes américaines, du Sud ou du Nord, ou à celles d’Europe – tout le monde se connaît.
K.P. – Tout le monde du même milieu social.
I.C. – Maintenant, peut-être, À l’époque, non, pas nécessairement. C’est vrai, personne ne connaissait toute la population de Quito. Mais de ceux de notre rue, on avait le visage de chacun en mémoire et son nom nous était connu. Non, vraiment, ce n’était pas anonyme. Quito était encore une petite ville, avec ses églises très fréquentées et sa vie paroissiale, comme avec sa vie de quartier.
Et puis il y avait des excentriques, des dandys. Par exemple, un certain N..., riche et désœuvré, passait sa matinée à s’apprêter pour, chaque jour, autour de midi, faire son tour de ville. Ensuite, il allait déjeuner dans le meilleur restaurant, où il avait sa table, et après allait régler ses affaires ou se rendait à son club. Un homme d’une autre époque, il ne portait jamais deux fois le même chapeau. D’ailleurs, le chapeau, c’était une coquetterie. Car il y avait également des comportements collectifs très codifiés. Une fois par semaine, le samedi, on allait au cinéma qui était en bordure du parc de l’Alameda. À côté, la boutique du chapelier qui fournissait le Tout-Quito. Jamais un spectateur du film du samedi ne se serait laissé aller à porter deux semaines de suite le même chapeau. On se serait gaussé de lui. Inutile de dire que le chapelier fit très rapidement fortune.
L’Alameda était un lieu de promenade très fréquenté, par toute sorte de gens. On s’y rendait pour se montrer ou pour voir. Chacun faisait le spectacle de l’autre. Il y avait aussi des fêtes nombreuses, de la paroisse, du quartier, de la rue. Quito demeurait assez proche de ce qu’il avait toujours été, une ville provinciale, avec ses notables et sa population attachée à ses traditions.
K.P. – Ne feriez-vous pas là un tableau un peu trop idyllique ?
I.C. – Oui. Sûrement ! On embellit toujours ses souvenirs d’enfance. Mais, tout de même, c’était bien l’atmosphère qu’on respirait. C’est vrai que déjà certains abandonnaient le Centre pour s’installer plus au nord. Mon père y avait une petite maison de campagne, un peu au-delà de Santa Clara. Beaucoup de Quiténiens de la bourgeoisie avaient ainsi, aux portes de Quito, une maison avec un jardin, où ils allaient en fin de semaine.
K.P. – Et ceux des classes populaires, des quartiers du sud, vers Chimbacalle et Chiriyacu par exemple ?
I.C. – Ceux-là avaient une autre vie. Beaucoup venaient travailler au Centre et même y faire leur marché. Il y avait le tram, ce n’était plus aussi loin qu’avant. Ils venaient aussi à l’Alameda le dimanche, participaient aux fêtes de quartier, de rue ou municipales, voire nationales, plus que nous, enfants de la bourgeoisie qui ne pouvions guère y aller, par convenance. Ces fêtes étaient qualifiées de populaires... Alors !
K.P. – Justement, pour aller à l’école ou au collège, vous étiez accompagnés ?
I.C. – Tout enfant, certainement, oui. Mais ensuite nous y allions seuls, évidemment. Ce n’était jamais bien loin. En revenant, comme tous les écoliers, on traînait pour rentrer. Si on avait un sucre 1, on s’achetait une friandise à l’épicerie du coin, un petit pain chez le boulanger. Et puis, s’il y avait quelque événement un tant soit peu spectaculaire : une grande excavation sur un chantier, par exemple. On faisait un détour pour la voir.
1. Monnaie équatorienne ; l’expression équivaut à « si on avait trois sous ».

  • 72 René de Maximy, « Cohabitation – Cohabitación », in AIQ, 1992, planche 14.

133On peut encore, en 1982 (recensement), constater que cette partie de la ville tient ce rôle résidentiel intermédiaire, ce que montre clairement le carton de la figure 1 de la planche 14 de l’AIQ 72. Le plan régulateur et les propositions de G. Jones Odriozola ont, en fait, consacré cet état en le systématisant. Auparavant, la ségrégation sociale se faisait déjà entre les quartiers indigènes et les autres, et de ceux-ci entre les quartiers les mieux situés au centre de la ville et ceux plus populaires, construits sur les pentes ; elle se faisait aussi à l’intérieur de chaque maison où les boutiques et ateliers donnaient systématiquement sur la rue et où les domestiques logeaient aussi au rez-de-chaussée, au niveau des écuries, remises, magasins et communs, tandis que le premier, étage noble et souvent unique, abritait les propriétaires.

  • 73 Outre l’étroitesse du site, la croissance démographique et économique due à l’histoire du siècle, o (...)

134La ségrégation qui s’établit à partir de l’arrivée du chemin de fer avait modifié quelque peu ce schéma, parce que les nouveaux quartiers, en limite de la ligne du tram, étaient physiquement en discontinuité avec le Centre et, surtout, parce que, pour la première fois dans l’histoire de Quito, des lieux de forte production, fabriques, manufactures et grands ateliers, s’implantaient en périphérie et hors de la partie agglomérée de la ville. Le Plan Régulateur reprend cette tendance, et la reprenant la renforce jusqu’à l’introniser et la systématiser. Son application accélère le processus, confortant la tentation résidentielle séparatiste des gens assez fortunés qui, eux aussi – avec d’autres raisons que les ouvriers, telles que l’inconfort, la vétusté de leur maison ou l’accès automobile de plus en plus difficile –, s’éloignent du Centre, mais en des secteurs géographiques diamétralement opposés, plus secs, plus ouverts, plus aisément urbanisables73.

135C’est alors que l’ancienne ville de Quito commence à devenir « le Centre » et à changer de fonction. Celui-ci, à l’heure présente, est toujours très actif. Il demeure l’essentiel de la ville pour les résidants des quartiers anciens proches et de ceux, plus récents, qui l’encerclent. On le verra en analysant les réponses faites à nos enquêteurs. Mais, fait notable, la majorité de ceux qui le voient encore ainsi sont des gens de statut social et de revenus modestes. Le million d’habitants qui vit hors de l’emprise quotidienne de l’ancien Quito et le discours officiel, essentiellement énoncé par la classe installée qui a migré au nord, ou par ses héritiers, ont une tout autre notion de cette partie emblématique et désormais patrimoniale (Unesco, 1978) de la capitale. Il est vrai qu’un regard superficiel, surtout s’il est porté dans certains lieux et à certaines heures, permet de s’imaginer que rien n’a changé depuis des générations, car ce Centre assure une certaine permanence que la grande majorité des Quiténiens se plaît à entretenir dans ses dits, sinon dans ses façons de vivre. L’exercice développé au chapitre suivant s’inspire fortement d’une série de prises de vues que nous en fîmes un jour de visite à coloration touristique, mais néanmoins objective.

Notes

1 Friedrich Hassaurek, Cuatro años entre los Ecuatorianos, Abya-Yala, Quito, 1967, p. 152- 166 : « Sociedad y sirvientes en la capital ».

2 Municipio de Quito, Direccíon de Planificacion (1992), « Quito, vida social y modificaciones urbanas », in Enfoques y estudios ci través de la historia, Quito, Ilustre Municipio de Quito-Junta de Andalucia, Série Quito, n° 6, p. 129-152. Il s’agit d’une description de seconde main, qui doit beaucoup aux observations de Friedrich Hassaurek.

3 Eliecer Enriquez. Quito a través de los siglos, Quito, Imprenta municipal, 1938.

4 Cf. Alfredo Fuentes Roldân, « El sapo de agua », in Quito tradiciones, Quito, Ediciones Abya-yala. 1995, p. 75-78.

5 Comercio, 5 juin 1908 : « Les Quiténiens qui voient en Quito “le paradis terrestre” […]. Sans compter avec le témoignage unanime des voyageurs qui louent [et renchérissent sur] la douceur de notre climat, la pureté de notre atmosphère, la paix de nos champs, la fécondité et la richesse de nos jardins, la verdure perpétuelle et la vigueur de nos prairies, la transparence de nos lacs et l’élégance de la courbe des versants des mille collines dont les pentes se marient à la splendeur de nos plaines... »

6 Mercurio, « Breve historia del ferrocaril y sus problemas », 4 janvier 1988.

7 Du 15 mai 1908, p. 3, un tiers de colonne.

8 Comercio, 13 juin 1908, p. 1.

9 Comercio, 6 juin 1908, p. 1.

10 Comercio. 13 juin 1908, p. 1.

11 Comercio, 23 avril, 1908.

12 Comercio, 6 août 1908.

13 « La municipalité en action », Comercio, 10 mars 1908.

14 Comercio, 10 mars 1908, p. 3, 25 lignes.

15 Comercio, 22 mars 1908, une colonne et demie en p. 2.

16 Comercio. 6 juin 1908, une colonne et demie en première page.

17 Voir citation du Comercio ci-après.

18 Comercio, 21 mars 1908.

19 Comercio, 22 mars 1908, p. 2, une colonne un tiers, sous le titre « De actualidad ».

20 Comercio, 13 mai 1908, p. 2.

21 Comercio, 6 juin 1908.

22 Comercio, 26 septembre 1908, sous le titre « ¿ Cuando haremos bien hechas las cosas ? », 27 lignes, p. 3.

23 Comercio, 29 décembre 1908, deux colonnes, p. 3.

24 À ce sujet, on notera qu’à l’heure actuelle, où parfois les élus sont plus avertis – si ce n’était pas le cas, de toute façon ils ont des slogans bien rodés pour faire avaler des couleuvres à leurs électeurs –, ce ne serait plus possible. On le voit lors des campagnes présidentielles, le summum ayant été atteint avec Abdalá Bucaram dont les excès furent tels qu’on le déposa. La preuve de cette impossibilité est donnée par l’incapacité politique de faire passer la construction des barrages nécessaires pour mettre fin au scandale de l’insuffisance d’électricité en un pays qui a les possibilités géographiques de produire toute l’hydroélectricité utile à son économie et même d’en exporter !

25 Constructeur du métro parisien, à la fin du siècle dernier.

26 Comercio, 4 juin 1908, p. 3.

27 Ibid.

28 Comercio, 5 juin 1908, sur une colonne en p. 2.

29 Nous les avons refaits et rectifiés, selon la distribution (en %) qui suit.

30 Comercio, 5 juin 1908. sur une colonne, p. 2. Notons que le chemin de fer n’arrivera jamais à la 24-de-Mayo, mais certains le supputaient alors.

31 Comercio, 13 juin 1908. p. 3.

32 Comercio, 23 avril 1908, deux colonnes en p. 2.

33 Comercio, 13 mai 1908, sur deux colonnes en p. 3, et « […] l’Inspection Générale a déjà opéré dans trois rues […] et actuellement en fait fermer deux de plus. », id., p. 2.

34 Comercio, 29 novembre 1908, une colonne, p. 1.

35 Comercio, 23 mai 1908. p. 2.

36 Comercio, 19 décembre 1908, sur une colonne et demie, p. 1.

37 Comercio, 6 octobre 1908, deux colonnes, p. 3.

38 Comercio, 28 octobre 1908, entrefilet, p. 3.

39 Comercio, 28 octobre 1908, entrefilet, p. 3

40 Comercio, 29 décembre 1908, p. 2.

41 Comercio, 13 mai 1908, une vingtaine de lignes, p. 1.

42 Comercio, 17 novembre 1908, p. 2.

43 C’est ainsi qu’on nomme les écoles d’État. Le choix de ce terme exprime clairement que l’éducation est l’affaire de tous et que chacun y participe en payant ses impôts. C’est en quelque sorte une affirmation proclamée d’un devoir d’État.

44 Comercio, 26 novembre 1908, sur deux colonnes, p. 1.

45 Comercio, 20 mai 1908. une colonne, p. 1.

46 Cf. Eliecer Enriquez, op. cit.

47 Comercio, 6 décembre 1908, un entrefilet, p. 3.

48 Comercio, 18 décembre 1908, deux colonnes, p. 1.

49 Comercio, 4 août 1908, deux colonnes, p. 1.

50 Comercio, 17 novembre 1908, une colonne, p. 2.

51 Comercio, 6 novembre 1908, deux colonnes, p. 2.

52 À cette époque, Guayaquil, le port principal du pays, comptait déjà 80 000 habitants, si on en croit la Guía comercial, agricola e industrial de la República de 1909.

53 Guia comercial, agrîcola y industrial de la Repûblica, op. cit., p. 1253 et 1255.

54 Jorge Salvador Lara, « Quito : la ciudad y la cultura a fines del siglo xix y comienzos del xx », in Panorama urbano y cultural de Quito, Quito, Municipio de Quito, Junta de Andalucia, 1994, p. 71-76.

55 En 1996, un dollar US équivaut à plus ou moins 4 000 sucres, et dans les mêmes quartiers le prix du mètre carré bâti est de 200 à 300 dollars US, ce qui signifie qu’un sucre de 1945 correspond à plus ou moins 70 000 à 100 000 sucres actuels. Il est difficile de donner une meilleure approximation, le prix du mètre carré étant autant lié à la situation du terrain par rapport aux équipements de la ville d’alors et de la ville moderne, par rapport aussi à la cote d’amour du terrain considéré, qu’au prix réel de la construction proprement dite. En 2000, l’Équateur abandonne le droit de seigneuralité et remplace sa monnaie nationale, le sucre, par le dollar US (25 000 sucres pour 1 dollar), devenant de ce fait totalement dépendant des États-Unis.

56 Friedrich Hassaurek, op. cit., p. 153.

57 Henri Godard, « Le Plan Régulateur G. Jones Odriozola et la structuration actuelle de l’espace urbain », in AIQ. Paris-Quito. IGM/IPGH/ORSTOM, 1992, planche 39.

58 Point de vue exposé par J.-P. Deler à plusieurs reprises, lors d’échanges de vue sur le fonctionnement de la ville de Quito, notamment à la soutenance de la thèse sur laquelle s’appuie le présent ouvrage.

59 Ce parti pris, prôné en 1932 par Le Corbusier dans sa rédaction de la charte d’Athènes, était alors partagé par nombre d’architectes qui voulaient mettre de l’ordre dans la manière de concevoir et d’organiser les grandes villes. Ce n’est que des décennies plus tard que les méfaits sociétaux du fonctionnalisme furent clairement perçus, exposés et dénoncés. Cette conception de l’urbanisme était rationnelle comme une épure, mais ignorait par trop les comportements très sociaux des citadins et les problèmes de pratique quotidienne qu’ils rencontraient.

60 L’architecte Alfonso Ortiz Crespo, lorsque nous avons parlé de cela, nous a appris que l’original du Plan Régulateur lui-même avait disparu des archives de la municipalité et avait probablement été volé plutôt que détruit.

61 On a vu qu’en 1908 elle fut élargie sur les terrains remblayés de la quebrada de Jérusalem.

62 Cf. les nombreux articles dans le Comercio des mois de janvier et février, alors que le Plan Régulateur est encore tout récent.

63 Depuis 1998, cette pratique est interdite, les citernes vont s’approvisionner ailleurs et la nappe située sous la Carolina s’est rechargée au point d’affleurer. On voit sourdre l’ancien lac (ou marécage !) qu’il y avait là autrefois. La municipalité est obligée de pomper cet excès d’eau (potable) et de la rejeter dans le Machángara, une de ses branches toutes proches. Ainsi, cette eau qui manque en de nombreux quartiers de Quito est perdue pour tout le monde ! Le royaume du père Ubu n’a pas de frontière...

64 Comercio, 17 janvier 1946.

65 Comercio, 12 février 1946.

66 Comercio, 22 avril 1946.

67 Comercio, 21 février 1946.

68 Enquête EBAQ de 1996. Cf. René DE Maximy, Karine Peyronnie, Gente de Quito, Quito, Abya-Yala, 2000.

69 Comercio, 28 janvier 1946.

70 Comercio, 14 février 1946.

71 Pour comparer avec le Quito de 1860 et voir ce qui un siècle après a changé, sur ce plan moins qu’on pourrait le croire, il est intéressant de relire le chapitre 8 consacré à Quito, « Sociedad y sirvientes », in Friedrich Hassaurek, op. cit.

72 René de Maximy, « Cohabitation – Cohabitación », in AIQ, 1992, planche 14.

73 Outre l’étroitesse du site, la croissance démographique et économique due à l’histoire du siècle, on avance aussi, comme autres raisons de ce déplacement des gens assez fortunés vers le nord, les séismes. S’ils demeurent une inquiétude forte au point que l’étude des risques naturels demeure la demande première et la plus permanente faite aux chercheurs de tous pays qui s’intéressent à Quito, nous ne pensons pas que cette ultime raison ait vraiment pesé dans ce déménagement progressif vers le nord.

Table des illustrations

Crédits © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Crédits © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search