Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Première partie. Le centre de quito : une visite guidée dans le siècle

Chapitre premier. Une ville dans la Sierra

Texte intégral

Un site contraignant

1Lorsqu’en 1534 les Espagnols arrivent à Quito, elle leur est connue comme capitale de l’Inca Atahualpa et l’une des grandes villes de l’Empire. La situation et le site en sont particulièrement bien choisis.

  • 1 On oppose ainsi la sierra à la Costa, la montagne à la côte, en Équateur, c’est pourquoi nous garde (...)

2Dans la Sierra1, c’est une ville de haute montagne. Rien à voir, cependant, avec celles qu’on peut rencontrer en d’autres parties du globe, dans l’Himalaya par exemple, telles Darjiling ou Lhassa. Sur l’équateur, à 2 800-3 000 mètres, le climat assure un paysage agraire et de bonnes capacités nourricières qui font plutôt penser à ce qu’on rencontre en moyenne montagne dans les régions tempérées, par exemple en Auvergne ou sur les plateaux malgaches, mutatis mutandis. C’est alors la plus importante probablement des cités jalonnant le grand chemin parcourant et reliant les cuvettes successives qui, en Équateur, caractérisent le pays rural du sillon interandin où les surfaces agricoles utiles, riches en variétés de cultures, s’étendent entre 2 000 et 3 600 mètres. Quelques années après sa refondation par les Espagnols, elle est mise sous la protection de saint François, vraisemblablement avec l’insistance de ceux de son ordre. Son nom devient San Francisco de Quito.

  • 2 Jean-Paul Deler, Genèse de l’espace équatorien, Paris, IFEA, éd. ADPF, 1981, 279 p. et planche hors (...)

« Le 29 août 1563. Philippe II signa une cedula qui établissait l’existence d’une Audience de Quito...[…]. Ce rouage majeur de l’exercice de la politique durant la période coloniale étendait son autorité sur un espace qui couvrait les trois grandes composantes macro-géographiques de l’ouest du continent sud-américain : les hautes terres et leurs richesses démographiques, les plaines littorales “ouvertes” vers la métropole, les espaces du bassin amazonien et leurs promesses2. »

  • 3 Les paramos sont de vastes étendues d’altitude (entre 3 600 et 4 600 mètres) offrant des pâturages (...)

3La capitale de l’Équateur se trouve sur une gouttière synclinale d’une altitude moyenne de 2 800 mètres. Avant d’être urbanisée durant le xxe siècle, son espace actuel constituait une microrégion, orientée nord-sud et toute en longueur, dont les potentialités agricoles contribuèrent certainement au choix de son implantation. C’est également un lieu de convergence du réseau de sentiers et de pistes qui rendent accessibles les vallées environnantes, assurant la pénétration des massifs volcaniques proches, notamment celui du Pichincha dont les sols, dans les fonds de vallée, sont riches et profonds, et les pentes beaucoup plus accidentées qui mènent de ces fonds cultivés aux pelouses andines des paramos3, qui donnent de vastes terrains de parcours.

  • 4 Nous utiliserons assez fréquemment, en équivalence du terme de « ravin », celui de quebrada qui est (...)

4Comme d’autres villes de la Sierra, elle occupe un site entouré de défenses naturelles. Certaines sont assez éloignées et permettent à des petites garnisons, placées en sentinelle avancée sur des hauteurs fortifiées, de donner l’alerte. C’est le cas par exemple d’une colline de Pomasqui, site préincaïque situé à 25 kilomètres au nord du Quito d’alors. D’autres sont proches et assurent une réelle sécurité au sud et à l’est, le Pichincha (4 797 m) à l’ouest étant en lui-même une barrière dissuasive. Mais si ce sont surtout les ravins et les gorges creusées par les rivières qui protègent les autres cités, à Quito, en plus de la profondeur exceptionnelle des gorges du Machángara et de la multiplicité des quebradas4, les reliefs viennent renforcer les difficultés d’accès, permettant de détecter assez tôt toute troupe inquiétante, voire ouvertement hostile, et de l’accueillir dans les meilleures conditions de défense, si nécessaire.

  • 5 Álvaro Dâvila, « Stabilité géomorphologique de la région de Quito », figure 4, in Atlas Infographiq (...)

5Ainsi le relief est en même temps la cause des conditions climatiques propices à l’implantation d’établissements permanents, et la protection non seulement contre d’éventuels ennemis, mais encore contre les précipitations venues de la côte et contre les brouillards nocturnes. Le Pichincha, dont le piedmont forme un arc de cercle orienté sud-ouest/nord-est en la partie sud du Quito moderne, s’infléchissant ensuite jusqu’à être plein nord à la hauteur du Centre actuel (la partie ancienne), justifie l’implantation initiale de la ville. Ce massif et le Panecillo, en limite sud de la capitale du xviie siècle qu’il domine de 300 mètres, ressuient la moitié des précipitations5. De même, le relief d’Itchimbia fait un obstacle aux nuages vespéraux qui presque chaque nuit couvrent de leur brume les quartiers actuels de la Paz, la Pradera et la Carolina.

6Mais, si le site a ses particularités – relativement plan, possédant des sources abondantes (pour la population de l’époque), environnement agricole, proximité de terrains à vocation pastorale –, la situation de Quito a de nombreux points communs avec celle des autres villes de la Sierra qui, chacune, commandent un compartiment du sillon interandin verrouillé par une série de chaînons transversaux. C’est l’ensemble de cette montagne divisée en cuvettes ayant leur propre microclimat, assez densément peuplées et vivant en relative autosuffisance alimentaire qui, par sa morphologie, a fait de l’Équateur un pays géographiquement composite, peu pénétrable, pendant des siècles relié médiocrement au reste du monde par quelques ports peu fréquentés. Une partie du territoire équatorien, la selva, est naturellement difficile ; une autre partie, la montagne au-dessus de 4 000 mètres, très répulsive. Les Indiens le savent bien, qui en ont fait la demeure des dieux et de forces obscures peu maîtrisables.

  • 6 Dionisio Alcedo y Herrera. Piano de Quito, Séville, Archivo General de Indias, 1734.
  • 7 Une solution (définitive ?) a été trouvée et mise en place en 1994 : drain du ruisseau, recouvert d (...)

7Enfin, le site d’assise de la cité de 1534 offre 56 hectares de terrain relativement plat, favorable à l’urbanisation, les pentes n’y excédant pas 5 %. Excellent, si on le compare à celui de La Paz (Bolivie), mais moins attractif sur ce point que celui du centre ancien de Bogota (Colombie), ce site est cependant traversé par deux quebradas assez modestes confluant pour former le ravin de Manosalvas, telles qu’on les voit sur le plan de 17346. En outre, il est bordé au pied du Panecillo par celle, beaucoup plus importante, de l’avenue 24-de-Mayo, connue jusque dans la première moitié du xxe siècle sous le nom de « quebrada de Jérusalem ». Ce grand ravin, qui participe au complexe du Machángara, n’a jamais cessé de créer des problèmes aux urbanistes7.

Figure 1
Quartiers cités dans l’ouvrage

8Cet isolement du reste du monde, auquel sont condamnées les villes de la Sierra et leur population, est probablement la cause du constat de Manuel Villavicencio que nous avons rapporté en introduction de la première partie de cette ouvrage. Il explique aussi, en partie, le jugement, très critique, également cité, de Friedrich Hassaurek. Ces jugements datent du milieu du xixe siècle. Depuis, la société quiténienne a bien changé. Et pourtant, on retrouve à la fin du xxe siècle bien des actes de société et des comportements qui ne sont pas si éloignés de ce qu’en disent Villavicencio et Hassaureck par les raisonnements coutumiers et politiques qui les suscitent.

9Arrêtons-nous un instant encore. Quito fut jusqu’au début du xxe siècle une des plus grandes villes des Andes. Elle s’est conservée en l’état, sinon dans ses constructions, tout au moins dans son maillage de rues et le fonctionnement de cet espace urbain qu’il favorise ou permet. Son centre reste une entité fortement typée, dont le poids doit être minutieusement évalué si l’on veut en comprendre les particularismes. Elle sera sérieusement sollicitée et réveillée dès la fin du siècle passé, mais c’est l’arrivée du chemin de fer en 1908, année prise en référence pour le début de la période de l’histoire de la ville que nous allons considérer, qui sera le véritable commencement du Quito moderne.

Les temps d’adaptation

  • 8 Friedrich Hassaurek, Cuatro años entre los Ecuatorianos, Quito, Abya-Yala, 1967. p. 134.

10Pas plus que le Quiténien du milieu du siècle passé – bien que selon Villavicencio il soit différent de celui de 1810, ce que ne pense pas Hassaureck pour qui ils se ressemblent encore beaucoup –, le Quiténien de 1908 ne reconnaîtrait aujourd’hui la région de Quito. Cependant il est probable que, tout ébahi qu’il puisse être en constatant la disparition des deux quebradas qui, encore en 1860, étaient un élément majeur du paysage – « La ville est séparée de l’ouest à l’est par deux profonds ravins dans lesquels roulent des torrents gonflés de la fonte des neiges du Pichincha8 » –, à la vue des constructions qui s’élèvent dans sa ville (le Centre actuel), il retrouverait sans peine les couvents et les églises, les places, le tracé des rues et pourrait mettre ses pas dans les traces de ses anciens pas, redécouvrir ses cheminements accoutumés. Néanmoins, il est certain que tout le reste procéderait pour lui d’un monde plus agité, plus bruyant, aux odeurs grandement modifiées et à l’usage déroutant. Bref, de prime abord sa ville ne serait plus sa ville, mais une entité inquiétante. Pourtant, il y aurait fort à parier que quelques semaines lui suffiraient pour s’y retrouver. Nous ne parlons pas, naturellement, du reste de la capitale actuelle et de ses environs.

11Que sont donc devenus, en trois générations, San Francisco de Quito et son Centre ?

Figure 2
Rues et monuments du centre colonial de Quito

  • 9 Calcul établi d’après les chiffres du recensement de 1990 et l’AIQ ; voir notamment Henri Godard, J (...)
  • 10 L’adobe est une brique d’argile crue, séchée à l’air, selon la définition du Diccionario manual ill (...)
  • 11 Toutes les planches de l’AIQ traitant de l’habitat, de la population, des activités, de la densité. (...)

12En 1910, on peut évaluer leur population à environ 60 000 habitants sur quelque 380 hectares. Aujourd’hui, la municipalité du district métropolitain de Quito en abrite presque 1,5 million et s’étend sur plus de 38 000 hectares9. Dans ce laps de temps, la population aurait donc été multipliée par 25 et l’espace urbanisé par 100 ! Il faut cependant comparer ce qui peut l’être, la croissance de la population et surtout celle de l’aire urbaine sont le résultat d’un changement récent de statut : il ne s’agit plus de l’« Illustre Municipalité » de Quito, mais de celle du district métropolitain. Si l’on reste dans les limites précédentes on obtient une population d’environ 1,2 million d’habitants et une aire correspondante de 23 000 hectares, soit 20 fois plus d’habitants qu’en 1910, sur une surface 60 fois plus importante. Quoi qu’il en soit, le desserrement de la densité du bâti est évident, mais il n’affecte pas le Centre. En revanche, la dégradation de très nombreuses maisons en adobe10 de ce même Centre est alarmante, tandis que dans le reste de la ville ce matériau est remplacé par des parpaings de ciment. Néanmoins, en concordance avec les très fortes inégalités sociales, selon les quartiers le paysage urbain est très contrasté11.

  • 12 Friedrich Hassaurek, op. cil., p. 157.

13Restons dans la fiction. Une autre série d’étonnements occasionnés par l’activité de la rue et la fréquentation des maisons bourgeoises déroutera notre revenant. Des édifices de prestige ont été construits, des jardins ont disparu, remplacés par un habitat médiocre ou par des lotissements offrant des logements en batterie. Les couvents et les églises sont désertés, s’écaillent et se lézardent, les témoins monumentaux de cinq cents ans de présence latino-américaine ne sont plus qu’un patrimoine en danger de disparition progressive. Les gens qu’il croisera seront bien différents de ceux qu’il avait connus, que ce soit la bourgeoise digne et pieuse se rendant à la messe accompagnée d’une jeune servante, la guambra dont parle Hassaurek12, portant le coussin sur lequel elle s’agenouillera pour prier ; les colporteurs innombrables, dont les porteurs d’eau, se hâtant d’une maison à l’autre ; les domestiques faisant des courses ; les Indiens dépenaillés et leurs lamas bâtés ; d’autres spectacles encore offerts par les chalands allant s’approvisionner à leurs boutiques habituelles. Si, de famille aisée, il pénètre dans sa demeure, il n’en reconnaîtra pas l’usage, ni celui du patio, des pièces du rez-de-chaussée, de l’arrière-cour où se faisaient les buées, de la galerie du premier et des pièces qui s’y ouvrent, ni les comportements des gens qui animeront ces lieux. Ou bien sa maison aura été transformée en bureaux à l’étage, en atelier, boutique ou magasin en rez-de-chaussée ou de patio ; ou bien elle grouillera d’une population miséreuse ; ou encore des personnes dignes et pauvrement vêtues se hâteront vers la pièce unique qui est leur logement.

Figure 3
Quartiers du Centre Historique de Quito dans leur environnement morphologique

14À moins qu’un de ses descendants, relativement âgé, ne hante toujours ces lieux désertés, mais alors ce sera l’exception : un sentimental, un original ou un homme ruiné qui se réfugie dans la maison de toute sa vie, son unique patrimoine. Tout le contraire d’une conquête du Centre par le petit peuple de Quito, ce bouleversement signifie son abandon par la bourgeoisie qui a laissé, vendu plutôt, ses anciennes demeures pour les transformer au mieux en boutiques plus nombreuses que jamais, petits ateliers survivant en arrière-cour, bureaux ou locaux de service et, surtout, dans certaines rues, en entrepôts ; au pire pour en faire des logements étroits occupés par des ménages qui ont ainsi reproduit dans les îlots du Centre, au cœur des anciens quartiers patriciens, les conditions difficiles d’existence jusqu’alors contenues dans les quartiers les plus éloignés du centre de la ville et dans les faubourgs. Les gens à faibles revenus sont omniprésents ; trafiquant de tout, ils tiennent le pavé. Les tenants du « bancomondialement correct » les classent sous la rubrique « petits commerçants du secteur informel » ; à Quito on les appelle plus simplement los ambulantes.

  • 13 Sophie Bock, Henri Godard, René de Maximy, « Les modes de composition urbaine », in AIQ. planche 40

15Ces quelques observations veulent seulement signaler que le xxe siècle fut pour San Francisco de Quito le temps du passage d’une capitale modeste à une ville millionnaire. Le Centre a énormément changé de résidants, d’usagers et de chalands. L’essentiel de la ville de 1908 n’est plus aujourd’hui qu’une composante de l’organisme urbain qu’elle a généré avec la participation de ruraux ayant, avec leur famille, quitté leur état de péon ou de paysan démuni, voire de modeste citadin provincial, pour s’installer en ville... Notre projet, en effet, n’est pas d’étudier la ville actuelle, dont la morphologie et les modes de composition13 sont en rupture apparente avec ceux des siècles précédents représentés dans son noyau historique, mais de ne considérer précisément que celui-ci afin de déterminer, autant que faire se pourra, s’il s’agit désormais d’un ensemble de quartiers obsolètes, condamnés à une échéance prévisible à changer de fonction, voire à être mis entre parenthèses, comme une enclave fossilisée, historico-monumentalisée, muséifiée, trois adjectifs qui sont en arrière-plan des propositions avancées par certains conservateurs (dans le sens autant taxidermiste que politique) plus ou moins écoutés, plus ou moins influents auprès des décideurs compétents, ou bien s’il constitue un élément significatif de la réalité quiténienne contemporaine. Il faut savoir qu’il demeure le fief de pouvoirs religieux et politiques qui s’y maintiennent vigoureusement. Par calcul politique ou raisons culturelles profondes ? C’est une question qu’on peut, dès à présent, poser et à laquelle il faudra proposer une réponse. Car sur cet espace urbain chargé d’une longue histoire ne cohabitent plus que ces pouvoirs, une forte activité artisanale et marchande liée aux besoins élémentaires de très nombreux Quiténiens, une certaine pratique touristique assez récente et une population majoritairement très modeste. Cette situation qui entraîne une dégradation du patrimoine construit, pouvant aller jusqu’à la taudification et à la destruction par indifférence, gagne malgré le maintien, et même le développement, des activités traditionnelles. Elle préoccupe, à tous les niveaux, les responsables de la gestion spatiale et sociale de Quito, surtout depuis que cette portion de la ville a été inscrite à l’inventaire du « patrimoine de l’humanité », sous l’égide de l’Unesco, en 1978. Tout cela est connu. Mais une réflexion ne pourra être menée dans ce sens qu’après l’avoir décrit minutieusement, puis analysé, en s’attardant longuement sur la présence, renforcée depuis la désertion des classes aisées, d’une population à faibles revenus.

Interrogations, réflexions, démarche

  • 14 Bien qu’il ne représente plus aujourd’hui que le cinquantième en superficie, si on ne prend pas en (...)

16Après les premières impressions viennent les questions qui constituent autant de problèmes à résoudre. Notamment, comment un centre urbain ancien qui, en 1900, constituait le principal de la ville et demeure densément peuplé14, tout en conservant l’essentiel de sa composition, peut-il s’intégrer dans le dynamisme économique d’une ville moderne ?

17Sur cette interrogation première s’en greffent d’autres : comment cette mutation a-t-elle changé le paysage urbain de l’ensemble de Quito et le marque-t-elle désormais ? Quels mécanismes repérables et explicables peuvent éclairer cette transition et la situation nouvelle qui en résulte ? Quelle signification donner à sa permanence et à ses activités, à sa conservation, au maintien de certains pouvoirs et fonctions ?

18Ces questions sont loin d’être spécifiques de Quito. D’autres centres historiques, témoins discrets (représentation, fonctions et usages) mais hautement significatifs des bouleversements successifs que subissent les villes de longue histoire, mériteraient d’être attentivement observés. Pourquoi alors étudier Quito plutôt qu’une autre cité ? Ou en retournant la question : pourquoi ne pas choisir Quito, plutôt qu’une autre ville ?

19Il y a à cela des raisons circonstancielles et factuelles :

  • circonstancielles. Ce fut, avec Cracovie, la première ville distinguée par l’Unesco, ce qui a dynamisé son intérêt. C’est pourquoi des analyses récentes et une abondante bibliographie permettent d’en saisir assez bien les caractéristiques majeures et l’organisation socio-spatiale. Également, depuis une vingtaine d’années, des chercheurs de tous pays et de nombreuses institutions, généralement architectes (notamment le groupe CIUDAD), historiens et géographes (IPGH, IFEA, IRD, etc.), sociologues, archéologues (divers pays incités par l’Unesco) et même sismologues (Équatoriens, Italiens, Japonais, Français, etc.), ont étudié cette ville de haute montagne qu’ils sont nombreux à considérer comme une sorte de laboratoire grandeur nature et dont de non moins nombreux autres ont découvert les particularismes ;

  • factuelles. Nous avons eu l’opportunité d’y séjourner et la capitale équatorienne présente une série de caractéristiques favorables à son observation rapprochée : le centre historique est bien conservé en sa trame et son harmonie architecturale est rarement brisée par des constructions récentes (magasins, édifices publics, etc.) ; le déplacement du « centre économique » ne s’est pas vraiment accompagné de celui du « centre politique décisionnel », en partie demeuré en ce lieu. En outre, malgré l’implantation relativement nouvelle d’un centre des affaires, le « vieux » Centre fait l’objet de restructurations. Le pouvoir municipal, très conscient de l’importance de ce patrimoine, est très attentif autant à son entretien qu’à sa réhabilitation progressive.

Figure 4
Le site de Quito à la fin du xixe siècle : les pentes colonisées, les hauteurs, les ravins

Source : D’après le plan de J. Gualberto Peréz (1888).

20Quito, c’est-à-dire tous ceux qui ont quelque pouvoir d’information ou d’action, se pose des questions urbanistiques à forte dimension sociétale : comment maintenir le centre historique en influant sur sa vie sociale et ses fonctions ? Quelles sont les actions de réhabilitation et de réinterprétation souhaitables et possibles, ne bouleversant ni la gestion de son espace, ni le maintien de sa fonctionnalité, ni la nécessité de son intégration sociale, gage de son acceptation comme lieu d’identification et de fonctionnement central de la cité ?

  • 15 Reglemento urbano, Ilustre Municipio de Quito, Directíon de la Planificacion Urbana. Quito, 1991.

21Ces questions mettent en scène les rôles, parfois antagonistes, parfois complémentaires et toujours conflictuels, de l’État, de la municipalité, des autres pouvoirs institués, des populations résidantes. Elles exigent des décisions d’action qui ne peuvent se prendre sans une large réflexion pour répondre à ce que les pouvoirs concernés en attendent. Pourtant, une adaptation permanente du Centre ancien s’opère, souvent hors des réglementations, pour que s’y maintiennent des fonctions résidentielles, économiques et socioculturelles. À se demander si, bien que tous les problèmes soient nécessairement liés et en dépit des efforts des urbanistes de la direction de la Planification de la municipalité qui ont proposé un nouveau règlement urbain de Quito dès 199115, une quelconque problématique a été formulée à son sujet !

22Cette recherche s’inscrit donc dans une situation dynamique assez mal maîtrisée qui interdit de parler vraiment de problématique, le seul projet objectivement possible étant d’exposer des faits significatifs qui portent le devenir de la ville depuis le début du siècle et aboutissent à sa fin au Centre actuel de la capitale équatorienne – historique ? non historique ? à conserver ? à ne pas conserver ? – et d’en estimer les effets. C’est pourquoi nous nous proposons de décrire puis de considérer les aspects historiques et socio-géographiques susceptibles de mettre en évidence la portée et les limites de la transformation d’une cité ancienne, noyau initial d’une capitale moderne en forte expansion, ainsi que l’ampleur des modifications structurelles provoquées par sa croissance.

23Or, nous pensons que la réalité proche, observée à grande échelle, doit être constamment éclairée par la connaissance intime des lieux et du milieu, des événements qui les ont façonnés et des us qui s’y perpétuent. Mais, à notre sens et parce que la ville est d’abord un espace social, cette démarche éminemment géographique ne peut être dissociée d’une approche sociologique, car, sur ce terrain, géographie et sociologie s’influencent, s’interpénétrent, se confondent et se fécondent. En cette entreprise sera engagée la description analytique, intrinsèquement explicative, car expliquer n’est autre que déplier, ouvrir pour faire voir ce qui était caché. Pour comprendre ces interactions on privilégiera trois axes de recherche dont un principal : enjeux de la réhabilitation et de la conservation du centre historique ; et deux complémentaires susceptibles de l’éclairer : corrélations entre fonctionnalité et modifications du paysage urbain ; réflexion sur l’appréhension des formes urbaines par les populations qui le pratiquent.

24C’est ainsi que nous avons abordé et regardé vivre le centre historique de Quito, et c’est ainsi que nous conduirons cette réflexion. Elle se présentera en trois étapes qui constitueront autant de parties de l’ouvrage. La première sera consacrée successivement à la situation de la ville ancienne et à son site, à ses évolutions majeures au cours de ce siècle et à sa place dans le Quito actuel. Dans la deuxième on l’observera en ses quartiers afin d’en considérer les fonctions, les pratiques et les réalités sociales. En effet, le passage, par paliers, du début du siècle à la situation actuelle correspond à une époque charnière qui fait apparaître une fracture entre ceux qui, traditionnellement détenteurs de nombreux pouvoirs urbains, ont déserté le Centre et provoqué l’engouement pour le nord, et ceux qui y sont restés ou l’ont occupé depuis ; ou bien entre les premiers et les populations qui continuent à le considérer comme un témoin historique, voire symbolique, et certainement comme un lieu d’activités et d’approvisionnement.

25Nous verrons à travers la présentation de la vie sociale en ces lieux aux différents moments de ce siècle, et à l’heure actuelle, comment cela s’exprime (analyse de la presse, des discours). Par des enquêtes, nous aurons le sentiment exprimé par le Quiténien « moyen » quant à l’ancienne ville et à son usage (rénovation, administration, activités, approvisionnement). L’analyse de la politique de rénovation qu’on y mène permettra de connaître la vision, la conception, les ambitions et les actions de la classe politiquement dominante qui tient le pouvoir de décision.

26Pour préciser plus finement tout cela et mieux connaître ses résidants, deux de ses quartiers, La Loma et San Juan, seront étudiés attentivement.

27Après les institutions et le centre historique vus par les Quiténiens, passants et résidants, on s’interrogera enfin sur les actions promues par une politique institutionnelle et sur ses divergences avec en arrière-fond une certaine idée que se font les Équatoriens du « patrimoine de l’humanité ». Ce sera un aboutissement. La troisième partie lui sera consacrée. Ainsi, relations dialectiques et interactions entre espaces, fonctionnalité et pratiques citadines nous feront mieux comprendre les mutations et les permanences qui agissent sur le Centre et son environnement, la manière dont les citadins du « quartier » (résidants et « actifs ») s’approprient quotidiennement et symboliquement les lieux et en usent. Cette réflexion, tant historique et urbanistique que géographique concernant le paysage urbain et ses modes de composition, devrait ainsi donner sa dimension prospective et spéculative à ce travail. Cependant, pour bien saisir le sens à donner à ce propos, il faut davantage expliciter les interrogations précédentes qui ne cesseront d’être en arrière-plan des réflexions que cette étude suscite.

Avènement du centre historique

28Désormais, le Quito du xixe siècle a vécu, remplacé par son double : le centre colonial. Déjà l’époque républicaine avait favorisé un début de rénovation, mais sur la même trame foncière. Les quartiers en sa périphérie s’étaient multipliés, diversifiés de manière évolutive, la ville demeurant sous la tutelle morale de l’Église, manifestée dans ses monuments, et sans que la bourgeoisie quiténienne modifiât significativement ses façons de vivre et d’habiter.

29Son abandon par les nantis, qui prend une ampleur et un rythme soutenus après la Seconde Guerre mondiale, est d’une tout autre signification. Il s’accompagne d’une intensification des processus ségrégatifs : densification des quartiers populaires centraux ; ségrégation sociale et spatiale que renforcent les options du plan de 1946 et qui affecte désormais l’ensemble du site ; extension de la zone nord (5,6 % par an entre 1971 et 1983, phénomène qui n’est pas sans liens avec la ségrégation foncière et immobilière), etc. La dégradation de la ville ancienne ne cesse de s’intensifier jusqu’en 1978, année de son inscription au « patrimoine mondial ». Depuis, la municipalité a entrepris par sa restauration une reconquête qui vise autant à affermir sa fonction urbaine, à dimension administrative et culturelle affirmée, qu’à réhabiliter le patrimoine monumental et tout ce qui caractérise son hispano-américanité.

  • 16 Le pays s’ouvre plus largement que jamais, les moyens de déplacement s’améliorent, la ville attire (...)

30Faudra-t-il craindre de voir ce sous-ensemble urbain, qui perd de plus en plus de son importance à en croire les chiffres de la croissance de la population et de l’aire urbanisée de Quito (cf. le tableau 1), se transformer lentement, comme Cartagena de Indias intra muros sur les rives atlantiques du continent sud-américain, en ville conservée et ville-musée ? La question semble prématurée. En effet, les chiffres montrent que, jusqu’au milieu de ce siècle, la population et l’aire urbanisée augmentent à des rythmes comparables. Ce mouvement parallèle signifie que l’espace ne se construit alors que sous la pression démographique, le Centre gardant dans cette évolution toute l’importance de sa position et de ses fonctions. Ensuite, pour des raisons probablement dues à la révolution technologique et à celle des idées apportées par la fin de la Seconde Guerre mondiale qui va de pair en Équateur avec un changement de références, c’est la fin du modèle européen, le début du modèle nord-américain : les Équatoriens cèdent à l’attrait de la ville16 et deviennent de plus grands consommateurs d’espace.

31C’est aussi le début de l’application du plan d’urbanisme de 1946. En conséquence, cessant d’être le principal lieu de vie urbaine pour la bourgeoisie et la référence urbanistique majeure pour le pouvoir et les citadins, le Quito de l’époque républicaine ne sera plus que « le centre historique ». Les taux de croissance ci-après traduisent la portée de ces phénomènes.

Tableau 1 Évolution de la population et de l’aire urbanisée de Quito (1760-1991)

Tableau 1 Évolution de la population et de l’aire urbanisée de Quito (1760-1991)

a. Contrairement aux autres, ce nombre concerne l’ensemble de l’aire urbanisée du district métropolitain de Quito.

Source : Henri Godard. AIQ. planche 1, et recensement INEC (1990).

  • 17 Cf. René de Maximy, « Densités des populations », in AIQ, planche 10.

32Dès lors, le « centre historique » de Quito est partagé entre des pouvoirs religieux et politiques en partie préservés, une fonction amoindrie et fortement déclassée de résidence, une activité traditionnelle qui perdure : artisanat, services, commerces, micro-activités « informelles ». Les trois étapes visibles de ce processus séculaire firent passer l’espace prestigieux (à l’échelle régionale) d’une cité dominée par sa bourgeoisie, relativement au large dans son espace privé, à une portion de ville dont les parties non occupées par les pouvoirs maintenus sont laissées à des populations laborieuses à faibles revenus s’entassant dans un espace très restreint. On trouve désormais dans ses secteurs dégradés 5 à 10 logements vétustes par unité foncière, ou ancienne demeure patricienne, ce qui correspond à une densité comprise entre 320 et 480 habitants à l’hectare, voire plus17. Là où résidait précédemment une famille confortablement installée vit une population particulièrement démunie.

33Cela entraîne une dégradation inquiétante du domaine bâti que la municipalité et l’Unesco tentent maintenant de reconquérir, restaurer et conserver, ce qui implique des options, des contraintes et des dynamiques justifiant une étude mettant en évidence les transformations urbanistiques qui en résultent. C’est évidemment le souci des responsables de la gestion de la ville. Au sein de la municipalité, la direction de la Planification s’y emploie. Elle a abordé cette question en architecte et en urbaniste, traitant en même temps du centre historique comme une entité construite exceptionnelle à préserver et comme un élément dynamique et incontournable de l’ensemble urbain. Ville initiale, c’est, en effet, une référence non seulement identitaire par sa dimension historique et symbolique, mais aussi économique. Elle correspond pour la majorité des actuels Quiténiens, anciens habitants ou citadins récents de la capitale, à un espace reconnu où les activités commerciales traditionnelles, marchés, boutiques, échoppes, vendeurs de rue se perpétuent, ce qui, pour des gens très proches encore d’une société à l’économie domestique forte et conviviale, correspond à une fonction nécessaire à leur insertion sociale.

  • 18 Les litiges entre le Pérou et l’Equateur jalonnent l’histoire moderne de ce deux pays. Ils se firen (...)

34Cependant, cette même municipalité, peut-être trop mobilisée par l’actualité et l’urgence de la quotidienneté, si elle a bien mis en chantier la rénovation des monuments et de la trame urbaine héritée de son passé hispanique, n’a pu ou su remettre en perspective la question de la ville ancienne. Or, c’est pour les Équatoriens un lieu social et un espace urbain fondateur qu’ils chargent d’une valeur emblématique de permanence et d’identité. Cette attitude se maintient, presque à leur insu. Elle est passablement irrationnelle depuis leur défaite non sublimée face au Pérou18. Cette non-mise en perspective n’est pas due à une absence d’études historiques – il y en a – ou légendaires – les légendes et traditions s’y rapportant ne manquent pas – mais à une absence d’études politiques, historico-géographiques et sociologiques. Cela reste à faire avec rigueur et méthode.

La délimitation du centre historique de Quito

  • 19 Il faut bien comprendre cette dernière phrase qui n’est pas ambiguë mais nécessite de l’attention. (...)

35Dire « centre », c’est admettre que seule une partie de la ville est considérée. Ajouter « historique », c’est circonscrire ce centre à un espace organisé selon des critères qui sont aisément datables. Si on peut toujours, dans une ville, délimiter un espace sur lequel autrefois elle s’étendait en totalité, il est plus rare que la réalité matérielle de cet espace se maintienne peu ou prou en l’état. Quito serait la seule capitale américano-hispanique qui se soit maintenue assez globalement dans cette situation. On a retenu la ville qui, ayant au moins un siècle d’existence, est désormais le centre d’une capitale de 1,5 million d’habitants environ19. Elle a des caractères historiquement identifiables.

36Il y eut d’abord une ville précoloniale que les Espagnols ont occupée, en construisant de nouveaux lieux du culte sur les fondations des bâtiments majeurs de la ville inca, notamment San Francisco sur les assises du palais de l’Inca – le procédé s’est aussi rencontré à Cuzco, mais beaucoup plus systématiquement. Cet espace du Quito incaïque peut être en quelque sorte considéré comme une partie du centre historique, de la même manière que l’Île de la Cité est le territoire initial de Lutèce et Lutèce une partie du Paris historique qui inclut aussi de vastes quartiers en rive droite et rive gauche de la Seine. Mais à Quito on rencontre, mutatis mutandis, la même nécessité qu’à Paris de dater et singulariser les étapes de croissance. Cependant, cette délimitation est trop restrictive, car elle est loin d’intégrer l’ensemble de ce qui sera la ville coloniale, sans compter les faubourgs où s’installa très tôt une population laborieuse qui participa activement et intimement à l’histoire quotidienne du Quito des siècles passés. De ceux-ci on a retenu ceux qui lui sont les plus évidemment rattachés sans solution de continuité.

  • 20 La carte (qui inclut à l’Équateur le haut bassin du Marañon et une partie de son cours clairement d (...)

37Comme on a le Paris de Philippe Auguste et celui de la Renaissance ou d’Haussmann, on a le Quito du « centre colonial » et celui, dès le deuxième siècle après la Conquête, de la ville et de ses faubourgs qui se maintiendront en un espace ne s’étendant plus guère mais se densifiant considérablement jusqu’à l’avènement de l’époque républicaine, qui sera le Quito du xixe siècle. Bref, pour les Quiténiens déterminer l’aire que l’on peut appeler le centre historique est l’objet de discussions sans fin, car où s’arrête l’histoire ? Surtout qu’après sa guerre désastreuse avec le Pérou et l’amputation territoriale qui s’ensuivit, la capitale de la Real Audencia de Quito est devenue le symbole le plus fort de l’ancienneté de leur identité nationale20.

  • 21 Perimetral, en français « périphérique », voie rapide d’évitement qui permet de passer le verrou de (...)
  • 22 Les urbanistes et avec eux la municipalité et une certaine population très citadinisée emploient ég (...)

38Pour nous, la différenciation entre « centre historique » et « centre » est d’abord sémantique. Le centre historique procède de la dimension patrimoniale représentative d’une histoire. Le périmètre ainsi concerné constitue le centre historique. Il est limité au sud par la 24-de-Mayo (sur le tracé de la quebrada de Jérusalem comblée en 1908), le seuil de San Diego (à la hauteur du couvent) et les ravins qui confluent vers le Machángara ; à l’ouest par l’avenue Occidental21 ; à l’est par l’avenue Pichincha et son prolongement, ce qui inclut les quartiers de San Marcos et de La Loma ; et au nord par la rue Carchi et son prolongement idéal jusqu’à l’avenue Pichincha. Dans cet ouvrage on le qualifiera de Centre (avec une majuscule) lorsqu’il s’agira de son rôle fonctionnel, qui est considérable pour la ville moderne. De ce Centre, les îlots proches de la Plaza Grande et correspondant plus ou moins au Quito des débuts de la Conquête sont ce qu’on appellera le centre-Centre chaque fois que nécessaire à la compréhension de l’exposé22. Dans son acception banalisée, c’est-à-dire selon l’habitude de dire des Quiténiens ordinaires, le centre (avec une minuscule) a des limites beaucoup plus floues, il comprend le pied du Panecillo, au-delà de la 24-de-Mayo, les quartiers de San Sebastían et de la Recoleta, de San Blas et de la Tola, le bas de San Juan et la partie méridionale de la paroisse de Santa Prisca, en bordure méridionale du parc de l’Alameda. En d’autres termes, le centre est caractérisé par l’organisation de l’espace urbanisé à une époque préindustrielle, qui s’acheva tardivement à Quito, et par un genre et des rythmes de vie fondés sur des moyens de déplacement, de production, de consommation, d’habitat et de relations sociales qui ne se modifièrent qu’au xxe siècle.

  • 23 Gabriel García Moreno fut président de l’Équateur à deux reprises : de mai 1859 au 10 août 1865. So (...)
  • 24 Cette division est toujours utilisée dans le langage courant pour certains secteurs du centre : San (...)

39La dimension industrielle de Quito n’ayant véritablement commencé d’exister que sous l’impulsion du président García Moreno23 et, plus nettement après lui, avec l’arrivée du chemin de fer, en 1908, le mode de composition urbaine du Quito préindustriel reste jusqu’au début du xxe siècle celui des villes espagnoles de la Conquête : cuadricula, solares, hiérarchisation fonctionnelle et politique de l’espace. Le couvent des franciscains, premiers urbanistes de la ville, occupe dans cette composition une position prépondérante et très centrale, tandis que les implantations des autres ordres religieux dynamisent chacune plus précisément un quartier : Santo-Domingo, San Agustín, etc. La Plaza Grande est enclose en un espace délimité par les pouvoirs institués : cathédrale et, lui faisant face, archevêché (délocalisé depuis), palais du gouverneur (actuel palais présidentiel) et siège du cabildo de Quito (actuel hôtel de ville). Chaque groupe d’îlots est « commandé » par un couvent, une église, un édifice religieux. D’ailleurs, l’espace est divisé non en « secteurs » (comme actuellement), mais en « paroisses »24.

  • 25 Cf. plan de Quito, 1990, et AIQ, planche 44.
  • 26 Manuel Villavicencio. Geografia de la Repüblica del Ecuador, Quito, Corporacion éditorial nacional, (...)

40En principe, ce mode de composition extrêmement régulier ne privilégie pas, dans le plan, un îlot par rapport à son voisin, les rues y sont aussi d’égale largeur. Seule l’emprise des domaines urbains conventuels déroge à cela. San Francisco (4 îlots), La Compañia, Santo-Domingo, San Agustín, La Merced le montrent à l’évidence25. Cependant, la hiérarchisation de l’espace urbain se fait aussi, d’une manière moins réglementée mais néanmoins bien établie, sur la localisation. Ainsi, la distance de chaque îlot par rapport au centre reflète initialement l’inscription dans l’espace de la position sociale de chaque famille et de chaque groupe, et Manuel Villavicencio, peu disert sur cette question, note que « le site de Quito a beaucoup d’inégalité : la majorité de ses rues sont droites et divisées en carrés réguliers ; mais en ses faubourgs on perd cette rectitude à cause du relief très chahuté26 ».

41Cette inscription spatiale est donc fortement accentuée par le relief, mais aussi par la localisation des sources, ce qui est plus spécifique au site. Ainsi San Diego est bénéficiaire de l’abondance des sources du Pichincha. En contrepartie, les détenteurs de cette richesse devaient jusqu’à une époque récente en faire profiter la population circonvoisine. Les indigènes et les métis avaient alors leurs quartiers extra muras : dans les faubourgs (sens étymologique : fors-bore, hors du bourg) ; les petites gens se retrouvaient reléguées en arrière-cours ou sur les îlots les plus lointains... Aujourd’hui, sur cet espace, quadrillé et compartimenté par ses rues, vit une population considérable : celle des résidants, augmentée dans la journée de celle des travailleurs, employés et autres personnes exerçant une activité diurne dans le Centre. Les rythmes de vie en sont profondément affectés. On ne peut s’y déplacer rapidement, la marche à pied y est privilégiée pour ses usagers, quant à ceux qui le traversent, ils utilisent les transports en commun : bus ou trolleybus. Cette situation imprime son mouvement à cet ensemble urbain, le rendant assez impropre aux affaires du secteur économique moderne, ce qui explique leur déplacement vers le nord, mais favorable aux commerces de consommation courante et à toutes activités informelles, ainsi qu’à la flânerie touristique. En revanche, les résidants voient leur habitat se dégrader progressivement car l’intérêt spéculatif d’un quartier ancien, protégé au point de ne plus être modifié dans sa structure et son bâti, est très faible, ce qui explique que peu d’investissements non publics soient faits pour son entretien.

42Mais la pression démographique provoque progressivement une surdensification et altère les conditions matérielles de la vie urbaine, entraînant dès le début du xxe siècle un désir exprimé de moderniser la ville. Ce n’est que la certitude d’avoir plus d’espace vital au moindre coût et l’amélioration des moyens de circulation (tram, automobiles) qui font choisir aux nantis le desserrement et le déplacement vers le nord, autour, puis au-delà du parc de l’Alameda. Ainsi se maintiennent le centre de Quito en sa composition et les constructions en leur espace, et ainsi, également, faute de disparaître dans une rénovation, ils deviennent historiques.

43L’élaboration du plan de G. Jones Odriozola (1942-1945), puis son acceptation en 1946, amènent la municipalité à reconsidérer le Quito moderne qui déjà s’implante et que le « Plan Régulateur » entérine en le réglementant et en en dessinant le devenir. Depuis 1908, les quartiers ouvriers avaient accompagné au sud du Panecillo la construction de petites zones industrielles. Parallèlement, les Quiténiens disposant d’une certaine aisance cherchaient à s’implanter au nord, d’abord pour y passer les fins de semaine, puis d’une manière plus permanente, leurs activités commerçantes continuant à s’exercer dans le Centre.

44En 1924 une première cité-jardin, la ciudadela Mariscal Sucre, appelée plus simplement « La Mariscal », est programmée et construite au-delà des terrains communaux de l’Ejido. Ce mouvement prend de l’ampleur au point de voir apparaître dès 1938 les premiers lotissements dus à des mutuelles de construction d’habitat populaire, los bancos de viviendas. Le Plan Régulateur confirme en 1946 ce mouvement, l’organise en l’accompagnant, l’amplifie en le projetant au nord et au sud. La ville est alors prévue pour recevoir 600 000 à 800 000 habitants (Quito n’en compte qu’à peine 200 000 alors). Sa mise en œuvre commence dans la foulée.

45L’époque est favorable : fin de la Seconde Guerre mondiale, reconstruction massive de l’Europe, reprise des affaires, avancées technologiques gigantesques dans tous les domaines : matériel, santé, télécommunications, transports, etc. On voit apparaître, profondément influencé par les États-Unis de plus en plus hégémoniques en Amérique latine, une nouvelle façon de vivre et, du même mouvement, une fracture sociale fortement marquée entre ceux qui possèdent des moyens financiers et ceux qui en sont dépourvus.

46Le terme de « centre historique » fait son apparition : une manière de différencier clairement la ville qui se construit de la ville ancienne, mais aussi d’affirmer un choix de société laissant le passé dans l’oubli. En effet, en moins d’une génération tous ceux qui aspirent à un confort fondé sur des réseaux d’infrastructures performants, sur plus d’espace vital et sur le désir d’exprimer d’autres façons de vivre et de se comporter, se déplaceront dans les nouveaux quartiers qui se construisent tant au sud qu’au nord. C’est le début de l’époque actuelle où l’individu s’exprime en tendant à se libérer d’un carcan très contraignant dont le voisinage, les croyances, le groupe social constituaient les éléments permanents et par trop présents.

  • 27 Op. cit., chapitres vii et viii. p. 132-166.
  • 28 Cf. le chapitre II.

47Les nouveaux venus à la recherche de travail et tous ceux qui s’entassent en des maisons insalubres comme celles que dénoncent Hassaurek en 186027 et, chaque jour, le Comercio en 1908, tandis que F. Andrade Mann entreprend d’assainir Quito28, viennent occuper ce centre historique. Dès lors, il se dégrade davantage, tandis que la ségrégation fondée sur les ressources disponibles de chacun s’accentue puisque des lieux distincts, contrairement à l’époque antérieure, sont non seulement disponibles selon les revenus, mais encore planifiés (Plan Régulateur) : les ouvriers dans les quartiers ouvriers, les employés dans les quartiers pour classes moyennes, les nantis avec les nantis, les gueux là où rien n’est prévu, c’est-à-dire dans le centre ancien dégradé et les quartiers périphériques souvent construits dans l’illégalité.

Notes

1 On oppose ainsi la sierra à la Costa, la montagne à la côte, en Équateur, c’est pourquoi nous garderons le terme espagnol et la majuscule, Sierra/Costa.

2 Jean-Paul Deler, Genèse de l’espace équatorien, Paris, IFEA, éd. ADPF, 1981, 279 p. et planche hors texte ; cit. p. 44.

3 Les paramos sont de vastes étendues d’altitude (entre 3 600 et 4 600 mètres) offrant des pâturages que les indigènes appellent aussi el pajonal. On y rencontre également des éricacées arborescentes, diverses sortes d’inflorescences fortement enracinées, etc. C’est pourquoi, par analogie avec les pelouses alpines, nous les qualifions de pelouses andines sans avoir demandé l’aval des botanistes, cette appellation étant ici purement descriptive et subjective.

4 Nous utiliserons assez fréquemment, en équivalence du terme de « ravin », celui de quebrada qui est, à Quito, coutumier dans le langage non seulement des hispanisants mais de tous ceux qui y habitent, qu’ils parlent anglais, allemand ou français, entre autres. Ainsi, lorsque Robert D’Ercole et Pierre Peltre, par exemple, écrivent sur ce phénomène d’érosion, ils emploient dans leurs articles publiés en français ce terme plutôt que celui de ravin (cf. Robert D’Ercole et Pierre Peltre, 1992, « La ville et le volcan. Quito, entre Pichincha et Cotopaxi », in Cahier des sciences humaines, Paris, ORSTOM, vol. 28, n° 3, p. 439-459). Cependant, la raison de ce choix relève tout autant de la connotation du mot espagnol. Dès le XIIe siècle, « raviner » s’emploie pour « se précipiter avec force » et porte encore son poids étymologique (ravir, dans le sens moderne d’« enlever »), puis dérive vers « creuser le sol », pour aboutir à son sens actuel à la fin du xviie siècle. Quebrada, en revanche, se réfère à cassure, fracture, son origine tectonique est ainsi affirmée. Dans cette région du globe, très secouée, les mouvements sismiques sont quotidiens, la tectonique et son corollaire le volcanisme sont les facteurs premiers, accélérés par l’érosion, des gigantesques phénomènes de ravinement.

5 Álvaro Dâvila, « Stabilité géomorphologique de la région de Quito », figure 4, in Atlas Infographique de Quito, 41 planches, IGM/1PGH/ORSTOM (direction scientifique : René de Maximy ; secrétaire scientifique : Henri Godard ; direction informatique : Marc Souris). Dans la suite de l’ouvrage, cet atlas sera nommé sous les initiales de son nom : AIQ.

6 Dionisio Alcedo y Herrera. Piano de Quito, Séville, Archivo General de Indias, 1734.

7 Une solution (définitive ?) a été trouvée et mise en place en 1994 : drain du ruisseau, recouvert d’une voie de dégagement joignant en tunnel l’avenue périphérique occidentale au terminal terrestre, le tunnel étant surmonté de l’avenue 24-de-Mayo qui est transformée en promenade (paseo).

8 Friedrich Hassaurek, Cuatro años entre los Ecuatorianos, Quito, Abya-Yala, 1967. p. 134.

9 Calcul établi d’après les chiffres du recensement de 1990 et l’AIQ ; voir notamment Henri Godard, Janet vega, « La distribution de la population urbaine équatorienne et la croissance de la capitale », planche 1.

10 L’adobe est une brique d’argile crue, séchée à l’air, selon la définition du Diccionario manual illustrado de la lengua española, Vox, 10e éd., Barcelone, Biblograf, 1984.

11 Toutes les planches de l’AIQ traitant de l’habitat, de la population, des activités, de la densité. de la cohabitation, des revenus, etc. mettent en évidence ces contrastes. La plupart de celles-ci ont été conçues et élaborées, réalisées et commentées par René de Maximy.

12 Friedrich Hassaurek, op. cil., p. 157.

13 Sophie Bock, Henri Godard, René de Maximy, « Les modes de composition urbaine », in AIQ. planche 40.

14 Bien qu’il ne représente plus aujourd’hui que le cinquantième en superficie, si on ne prend pas en compte son aire métropolitaine, le centième si l’on dénombre également l’espace déjà urbanisé du district métropolitain, il abrite le treizième de la population résidante de la ville de Quito.

15 Reglemento urbano, Ilustre Municipio de Quito, Directíon de la Planificacion Urbana. Quito, 1991.

16 Le pays s’ouvre plus largement que jamais, les moyens de déplacement s’améliorent, la ville attire et fixe une main-d’œuvre bon marché, l’agriculture a besoin de moins de gens, etc.

17 Cf. René de Maximy, « Densités des populations », in AIQ, planche 10.

18 Les litiges entre le Pérou et l’Equateur jalonnent l’histoire moderne de ce deux pays. Ils se firent la guerre tant au xixe siècle qu’au xxe siècle. Ce fut la question frontalière qui en fut la cause principale. Après qu’en 1941 un énième affrontement eut mis la République de l’Équateur en mauvaise posture, sous l’arbitrage du Brésil, en 1942, une solution diplomatique permit pour un demi-siècle une paix armée entre les deux protagonistes. Ce n’est qu’en 1998 que cette question, en suspens depuis le protocole de Rio, a été définitivement réglée.

19 Il faut bien comprendre cette dernière phrase qui n’est pas ambiguë mais nécessite de l’attention. Elle signifie que l’objet de notre étude est la partie du centre actuel de Quito qui existait déjà il y a un siècle et plus, à l’exclusion des faubourgs clairement séparés d’alors, que, néanmoins, nous ne négligerons pas davantage que le reste de Quito dans la mesure où leur considération sera utile à notre réflexion.

20 La carte (qui inclut à l’Équateur le haut bassin du Marañon et une partie de son cours clairement désigné sous le nom d’Amazone) publiée en 1909 à la fin du volume de la Guía comercial, agricola e industrial de la Repúhlica témoigne éloquemment de ce que devrait être l’Équateur selon les nationalistes équatoriens. Ce n’est que depuis 1996 que cette revendication est abandonnée. Les jeunes ne la comprennent plus. En outre, parler d’identité nationale ne renvoie pas seulement à l’identité équatorienne, mais aussi à l’identité indienne. Cependant, si les Indiens savent que Quito fut la capitale de l’Inca, celui-ci était aussi un conquérant, c’est-à-dire un envahisseur, et nous doutons que le centre historique de Quito soit pour eux le symbole qu’on pourrait croire...

21 Perimetral, en français « périphérique », voie rapide d’évitement qui permet de passer le verrou de circulation du Centre par une voie autoroutière dont le tracé est en cette partie de la ville en tunnels et en remblais.

22 Les urbanistes et avec eux la municipalité et une certaine population très citadinisée emploient également le terme de Centre pour désigner d’autres entités urbaines : centre des affaires, centre administratif, centre commercial, etc. Chaque fois qu’il sera question de ces espaces spécifiques, on les qualifiera de la même façon.

23 Gabriel García Moreno fut président de l’Équateur à deux reprises : de mai 1859 au 10 août 1865. Son comportement vis-à-vis de ses opposants fut alors tellement arbitraire, sanguinaire et odieux que Friedrich Hassaurek (op. cit., p. 239 et suiv.) le dénonce avec indignation, parlant d’une « politique triste et méprisable » ; en même temps, il écrit que « […] malgré son impulsivité et son tempérament violent et arbitraire, le Président est un homme qui a un grand souci du bien public et une extraordinaire énergie. […] Malgré son peu de popularité, il est l’unique homme du pays qui puisse maintenir la tranquillité et l’ordre ». Il revint au pouvoir du 16 janvier 1869 au 5 août 1875.

24 Cette division est toujours utilisée dans le langage courant pour certains secteurs du centre : San Sébastián. San Blas, Santa Prisca, et on la retrouve dans la carte à petite échelle qui accompagne, sur le même document, le plan de Quito publié par l’IGM en 1990.

25 Cf. plan de Quito, 1990, et AIQ, planche 44.

26 Manuel Villavicencio. Geografia de la Repüblica del Ecuador, Quito, Corporacion éditorial nacional, 1984, p. 284.

27 Op. cit., chapitres vii et viii. p. 132-166.

28 Cf. le chapitre II.

Table des illustrations

Légende Figure 1 Quartiers cités dans l’ouvrage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 2 Rues et monuments du centre colonial de Quito
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 3 Quartiers du Centre Historique de Quito dans leur environnement morphologique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Figure 4Le site de Quito à la fin du xixe siècle : les pentes colonisées, les hauteurs, les ravins
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tableau 1 Évolution de la population et de l’aire urbanisée de Quito (1760-1991)
Légende a. Contrairement aux autres, ce nombre concerne l’ensemble de l’aire urbanisée du district métropolitain de Quito.
Crédits Source : Henri Godard. AIQ. planche 1, et recensement INEC (1990).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search