Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Première partie. Le centre de quito : une visite guidée dans le siècle

Le centre de quito : une visite cuidée dans le siècle

René de Maximy

Texte intégral

  • 1 Qui ne peut être correctement traduit ici par « montagnard » car, en Équateur, le serrano comme le (...)

1Ceux qui viennent visiter la capitale équatorienne, qu’ils soient provinciaux ou étrangers, ne manquent jamais de se rendre au centre ancien de cette ville andine. Ils y flânent volontiers et se laissent prendre par une sorte de charme qu’impose cet ensemble urbain témoin d’autres temps. La proximité des montagnes qui le cernent et où il s’insère, le site relativement accidenté, le quadrillage conservé et entretenu des rues, l’animation qui y règne et la préférence évidente donnée à la marche à pied pour s’y déplacer nourrissent cette vision impressionniste. C’est ce que ressentirent déjà, au fil des siècles, tant de voyageurs qui passèrent en ces lieux. Mais, curieusement, nombre de ceux qui nous ont transmis leurs réactions ont surtout décrit la ville à travers l’observation critique de la façon d’être et de paraître de ses habitants, ou à travers la signification socio-historique de l’image qu’elle suggère. Plus qu’une cité, Quito fut pour eux une société de gens vivant d’une façon à leurs yeux surprenante, avec ses ignorances et ses croyances, ses us et ses coutumes très codifiés, son rythme serrano1 très particulier. La ville est un cadre qu’ils suggèrent sans s’y arrêter particulièrement, leur surprise s’exprime dans le sentiment qu’ils nous livrent d’avoir fait un saut dans le temps qui renvoie chacun d’eux pour le moins un demi-siècle en arrière. Cette impression se perpétue aujourd’hui, quoique de manière plus contrastée, et nous l’avons ressentie. Elle s’éclaire et devient extrêmement prégnante et attachante pour peu qu’on prenne la peine de mieux regarder ce qui demeure d’une ville qui fut jusqu’à la fin du xixe siècle l’une des plus grandes des Andes.

  • 2 Manuel Villavicencio, Geografia de la Repûblica del Ecuador, Quito, Corporación éditorial nacional, (...)

2Nous citons quelques phrases significatives de deux témoins du siècle passé qui connaissaient bien Quito et avaient longuement pratiqué ses habitants. Sans rien retirer de ce que nous venons de dire, ces citations s’attachent davantage à des généralités plus vastes et aux Équatoriens plus qu’aux seuls Quiténiens. Le premier, Manuel Villavicencio, est l’auteur d’une géographie de l’Équateur2. Il écrit :

« La fondation de la Présidence de Quito est suivie d’une période coloniale frileuse et monotone de deux cent soixante-quinze ans. […] Si nous examinons la société équatorienne de ces temps-là, nous la trouvons tranquille, passive, patriarcale […] réduite à elle-même, ignorante, sans vie, sans communication. La grande majorité des gens n’avait pas la moindre idée de la science, des événements ou des personnages importants, et probablement n’imaginait même pas qu’il puisse y avoir des sciences, des événements ou des personnages importants. […] Ainsi, tandis que l’Europe vivait les temps tourmentés de Louis XIV ; tandis que les écrits philosophiques d’hommes illustres atteignaient les endroits les plus reculés de la planète ; tandis que les colonies anglaises d’Amérique du Nord conquéraient leur indépendance ; tandis que l’Ancien Monde baignait dans le sang des guerres qui accompagnèrent la propagation des idées proclamées par la Révolution française ; la Présidence de Quito, encerclée par ses immenses cordillères et par l’Océan, gouvernée par l’obscurantisme des moines, en savait aussi peu sur les hommes et les grands événements extérieurs que nous en savons aujourd’hui sur ce qui se passe sur la lune. »

3En 1861, le témoignage du second, Friedrich Hassaurek, journaliste d’origine autrichienne et alors ambassadeur des États-Unis à Quito, renforce le propos de l’Équatorien Villavicencio, auquel il se réfère.

  • 3 Friedrich Hassaurek, Four l’ears Among Spanish-Americans, publié à New York en 1867. En 1993, une p (...)

« Les églises et les couvents qui, sans exagération, occupent au moins un quart de la surface de Quito, sont les témoins éloquents dans leur silence de la justesse de ce qu’écrit le sieur Villavicencio dans sa critique historique. Plus d’un quart de la ville est empli de couvents, avec leurs vastes et inutiles patios et jardins envahis d’herbes folles. Mais si la dixième partie des millions qu’a coûté la construction de ces églises et ces monastères – sans parler des milliers d’indiens qui périrent sous le fouet pour qu’ils continuent en titubant la tâche ingrate de transporter sur leur dos chacun des blocs utilisés pour leur construction – avait été investie dans la construction de chemins, ce pays aurait depuis des lustres occupé une place de choix parmi les nations civilisées3. »

4Cependant, sans rien ôter à ces deux fragments de témoignage, à quoi il serait d’ailleurs absolument inacceptable de réduire les propos des deux auteurs cités, nous affirmons que le Quito du xxe siècle a bien des qualités et que les grands moments de ses transformations urbanistiques et humaines méritent d’être contés. Cette visite guidée de Quito dans le siècle est-elle indispensable à une compréhension en sympathie de cette ville ? C’est, à vrai dire, la seule manière de parler avec sagesse d’une entité géographique produite par une société d’humains ayant entrepris de construire et de vivifier leur niche écologique.

Notes

1 Qui ne peut être correctement traduit ici par « montagnard » car, en Équateur, le serrano comme le costeño correspondent dans l’idée que s’en font les gens à des populations qui ont des genres de vie, des façons de ressentir et de penser très différents, ce qui semble évident. Nous avons en France de semblables connotations à l’esprit lorsque nous parlons du Méridional, par exemple.

2 Manuel Villavicencio, Geografia de la Repûblica del Ecuador, Quito, Corporación éditorial nacional, 1984. Première édition : New York, 1858. La citation est tirée des p. 8 et 9 de l’édition équatorienne de 1984. Toutes les traductions de l’espagnol au français des citations faites en ce livre sont de René de Maximy.

3 Friedrich Hassaurek, Four l’ears Among Spanish-Americans, publié à New York en 1867. En 1993, une première édition en espagnol de cette relation de voyage fut publiée à Quito, par Abya-Yala, sous le titre de Cuatro años entre los Ecuatorianos, reprenant l’édition américaine de Southern Illinois University Press de cette même année, sous le titre Four Years Among the Ecuatorians qui cible mieux que le titre anglais initial l’objet de cette relation de voyage. Friedrich Hassaurek, en qualité d’ambassadeur des États-Unis, passa quatre années en Équateur, entre 1861 et 1865. Dans cet ouvrage, il relata ses observations et réflexions. La citation est tirée de la p. 128 de la 3e édition, celle de 1997. de la version espagnole publiée par Abya-Yala et à laquelle nous nous référerons chaque fois que nécessaire.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search