Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Prolégomènes

Texte intégral

1 Quito inattendu ! Cette formulation peut surprendre. Elle a pourtant sa justification.

2Lorsqu’on parle de Quito, capitale de l’Équateur que bien des gens situent fort mal, l’idée qu’on s’en fait généralement se réfère à une ville hispano-américaine de haute montagne, dont le patrimoine urbain est exceptionnel : rien de plus. Or ce patrimoine, classé par l’Unesco, n’est désormais que le centre historique d’une grande ville actuelle. Sa bourgeoisie l’a délaissé pour les nouveaux quartiers qui se sont construits au nord de la ville moderne et continuent à s’étendre sur l’aire du district métropolitain de la capitale équatorienne. Seules, actuellement, les petites gens vivent au centre dont ils sont par nécessité les nouveaux conquérants. La lecture et l’analyse de la ville ancienne présentée ici mettent en évidence le processus de cette transformation et la manière dont ces nouveaux occupants s’en approprient l’usage.

3Le Quito hispanique fondé en 1534 n’est vraiment entré dans la modernité qu’au début du xxe siècle. Lorsque commence son cinquième siècle, fin 1934, il est en pleine mutation depuis son ouverture au reste du monde qui se concrétisa fortement avec l’arrivée du chemin de fer. Alors, si l’on excepte des quartiers populaires laissés à leur misérable condition de paroisses indigènes, la totalité de la ville considérée comme digne d’intérêt était contenue dans ce qu’on appelle aujourd’hui son centre historique. Et il est vrai que ce centre contient toute l’histoire des quatre premiers siècles de la capitale équatorienne. Mais aujourd’hui, plus que jamais, on y rencontre aussi nombre des Quiténiens qui autrefois n’occupaient, modestement, que les marges de ces lieux. Attachés, sans phrases ni prétentions, sans explications compliquées et sans grandiloquence, à ce qu’on leur dit être leur patrimoine, mais qu’ils considèrent plus simplement comme le territoire de leur vie quotidienne, ils s’y activent, au rythme des travaux et des jours. Ce fut une ville. Elle se trouve réduite, pourtant sans perte d’espace, à n’être plus que le centre populaire d’une capitale dont le district métropolitain abrite près de 1 500 000 habitants en cette fin de siècle.

4 Un centre, soit ! Mais surtout le Centre. Cependant, cette majuscule ne serait qu’une politesse, une sorte de marque de respect, s’il ne s’était agi que d’une position géographique centrale du Quito moderne. Or, en plus des habitants que l’on vient d’évoquer, il se trouve encore que c’est en ce périmètre que la ville et son district métropolitain ont leur siège, que s’élève le palais de la présidence de la République, que se tiennent certains ministères. Enfin, le plan de la ville hispano-américaine, les monuments de ses églises, couvents, lazarets, collèges des temps coloniaux y sont toujours très présents. Au point que cet ensemble, témoignage exceptionnel par la qualité et l’ampleur de son tracé hispano-américain établi selon les directives de Philippe II, a été inscrit par l’Unesco à l’inventaire du patrimoine mondial, d’abord pour cette raison.

5Certes, les Équatoriens ont souhaité et sollicité cette inscription, mais on verra qu’ils n’ont pas renoncé aux fonctions citadines de cette partie centrale et vitale de leur capitale. Si bien qu’à coup sûr le label de « patrimoine de l’humanité », qui ne leur déplaît pas, les embarrasse. Loin d’y vivre comme des acteurs d’on ne sait quelle représentation en costumes d’une époque historique mal définie, ce Centre est pour les Quiténiens l’un des lieux majeurs de leurs activités et de leur vie journalière. Tout juste concéderont-ils que c’est le plus prestigieux de ces lieux, mais ils n’en diront guère davantage, comme nous tenterons de le faire comprendre tout au long de ces pages.

6Nous n’aurions pas pris la peine de ces prolégomènes pour ne dire que cela, ce qui suit l’exprimant avec assez de clarté et de détails pour que quiconque puisse en être convaincu. Mais nous tenons aussi à cibler d’entrée le véritable objet de notre étude. Elle procède d’une approche urbanistique, menée par des géographes, qui exposent ce qu’il advint de Quito, ville peu accessible et fort quiète pendant des siècles, depuis le jour de 1908 où le reste du monde cessa d’être pour ses habitants une affaire très lointaine et très étrangère. Cette approche se fonde sur une relativement lente évolution scandée par des événements spécifiques à larges répercussions urbaines qui menèrent progressivement des Quiténiens aux us et pratiques caractéristiques d’une ville artisane et commerçante préindustrielle, aux Quiténiens actuels, dont les mœurs et les usages sont plutôt en phase avec les impératifs de comportements sociétaux qu’impose une grande ville de la fin du xxe siècle.

  • 1 Cf. le tableau 1 « Évolution de la population et de l’aire urbanisée de Quito (1760-1991) ».

7En effet, organisées sur la cuadricula initiale à l’ombre des églises et des couvents, les limites urbaines de San Francisco de Quito connaissent peu de modifications jusqu’au début du xxe siècle. Population et superficie croissent lentement et l’espace urbain occupé correspond approximativement à l’actuel centre historique, augmenté de quelques quartiers qui en constituaient alors les faubourgs. Ce n’est qu’en 1908, lorsque le chemin de fer arrive à Quito, que véritablement le monde le retrouve. Progressivement, s’amorce dans la première moitié du siècle un changement dans la composition sociale de la population résidante du Centre. Les Quiténiens à hauts revenus découvrent la commodité de l’espace permise par l’extension de la ville vers le nord que de nouvelles conditions de déplacement des biens et des gens autorisent. Dans le même temps, des populations aux revenus plus modestes occupent les logements se libérant dans le centre colonial élargi aux quartiers les plus proches qui lui sont, désormais, fortement intégrés. Cette étape se traduit par le passage d’un type de croissance nucléaire centré sur la Plaza Grande à une extension longitudinale. La construction de la gare ferroviaire au sud du centre historique favorise l’industrialisation et le développement de quartiers populaires dans ce secteur. Si en valeur relative le « poids » de la zone centrale baisse (70,6 % de la superficie totale en 1760, 28,8 % entre 1921 et 1946), celui de la zone sud croît lentement jusqu’en 1921 (taux de croissance annuel de 3,1 % de 1888 à 1946), puis diminue à son tour entre 1921 et 1946 au profit de la zone nord qui occupe alors 38,6 % de la superficie totale. Comparée à ce qui s’est passé ces trente dernières années, cette évolution apparaît relativement lente jusqu’au milieu du siècle. Pourtant, sa croissance nécessite d’en repenser l’organisation spatiale1. C’est alors que le plan d’urbanisme de G. Jones Odriozola, appliqué dès 1946, prévoit une ville de 700 000 habitants à l’horizon 2000. Ce plan, conçu selon les conceptions socio-spatiales du moment, tant culturellement qu’économiquement, et profondément influencé par le manifeste de la Charte d’Athènes, se veut fonctionnaliste.

  • 2 Henri Godard, Le Plan Régulateur Jones Odriozola et la structuration actuelle de l’espace urbain. A (...)

« Les centres monofonctionnels les plus importants, destinés à lutter contre l’imbrication des activités, sont les suivants : à la jonction du centre historique […] et du nord de la ville seront construits le centre civique de gouvernement […] qui rassemblera les fonctions publiques de décisions à l’exception du pouvoir législatif, et le centre culturel qui réunira les musées, les bibliothèques, les Beaux-Arts… ; le nord accueillera le centre universitaire, le centre sportif et le Centre hospitalier […] ; le sud abritera le centre civique du grand district du sud, destiné aux “ouvriers”, le centre de transports et de fret et la zone industrielle. La hiérarchisation fonctionnelle s’accompagne d’une division zonale de la capitale en deux grands districts, nord et sud […] reliés au centre civique de gouvernement2. »

8Il est suivi dans ses grandes lignes. La ségrégation sociale, qui n’a jamais été vraiment absente de Quito, s’en trouve confirmée et renforcée. Ce phénomène est d’autant plus marquant que la croissance démographique et spatiale de l’espace urbanisé s’accélère, dépassant par sa force toutes les prévisions.

9Ainsi, de 1946 à 1970, la capitale connaît de profondes mutations dues à une croissance accélérée à laquelle participent toutes les composantes urbaines : espace, activités, population. Une partie des lieux de décision se déplace du centre historique au-delà des parcs, anciennement en limites septentrionales, de l’Alameda et de l’Ejido, vers le quartier Mariscal Sucre. La ségrégation résidentielle se consolide. Le phénomène intra-migratoire, avec toutes les conséquences sur l’occupation et la redistribution de l’usage des espaces urbains centraux, peu à peu s’accentue, jusqu’à ce que la majorité des citadins aisés prenne le chemin des nouveaux quartiers et des cités-jardins du nord et soit remplacée par des classes populaires qui viennent s’entasser et, souvent, « taudifier » le Centre. Aujourd’hui les anciennes familles quiténiennes ont presque toutes vendu leur maison du Centre pour définitivement s’installer dans les beaux quartiers du nouveau centre-nord ou, de plus en plus fréquemment, dans les secteurs les plus accessibles du sillon interandin, « la Vallée » proche où, désormais, s’élèvent des « ghettos de riches », véritables citadelles pour nantis.

10À partir de 1970, les tendances soulignées précédemment s’intensifent encore : forte croissance démographique, tant en raison du croît naturel que des apports migratoires ; abandon progressif d’une partie de la ville ancienne, s’accompagnant de transferts fonctionnels qui ont pour effet de ne laisser d’autre choix aux plus démunis que de s’entasser dans des îlots excentrés et peu attractifs et dans certaines maisons « déclassées » du centre historique ou, en d’autres circonstances, de conquérir, en dehors de toute réglementation, des secteurs urbains marginaux, qui se développent constamment en périphérie et qu’on appelle à Quito los barrios marginales ; extension de la zone dégradée vers les quartiers populaires en proche périphérie du Centre.

11La découverte de gisements pétrolifères dans l’Oriente et le « boom pétrolier » qui en résulte (1973) achèvent de modifier les données socio-économiques et culturelles qui déjà affectaient la société quiténienne. Un afflux sans précédent de ruraux, l’entreprise de grands chantiers d’équipements d’infrastructure dans tout le pays, entre autres la mise en place d’un réseau routier moderne devenu indispensable à l’économie de l’Équateur, et une relative euphorie économique font exploser la ville qui passe de 599 828 habitants installés sur 5 203 hectares en 1971 à 1 057 488 habitants et 13 864 hectares en 1987.

12Sous la pression des catégories sociales aisées, elle s’étend alors rapidement vers le nord sur des terres agricoles. Parallèlement, les deux phénomènes se soutenant et se conjuguant, on observe le desserrement d’un certain nombre d’activités publiques.

  • 3 Henri Godard (1987), « Crecimiento urbano y dinámica de los barrios : segregación funcional y resid (...)

« L’avènement de la civilisation automobile, les mutations économiques et les nouveaux critères de localisation des sièges d’entreprises, des banques et autres activités de services plus diversifiés, ont accentué la relative décadence de ce centre devenu difficile d’accès et qui ne répond plus aux nécessités de l’économie moderne3. »

13 Aujourd’hui, ce Centre abrite 70 000 habitants résidants et reçoit en sus, chaque jour ouvrable, environ 120 000 usagers. Comme personne ne projette plus de le raser, si cela fut jamais envisagé, il faut ou le contourner (tunnel, viaducs, corniches : tous ouvrages pharaoniques, pour le moment peu envisageables) ou maintenir sa participation à la vie économique de la ville. La question est donc, pour la municipalité : comment accéder au Centre, le traverser ou le contourner aisément, tout en maintenant entière sa fonction citadine ? C’est le premier défi que doivent affronter les urbanistes, bien obligés qu’ils sont d’apporter des réponses pour que Quito puisse continuer à assumer ses fonctions de capitale et de grande ville. Mais trois autres sortes d’acteurs aux options et conceptions apparemment contradictoires, et de toute façon différentes, se rencontrent également. Leurs points de vue, qui ne sont pas nécessairement formulés, dépendent indiscutablement de conceptions fondées sur une culture et des pratiques citadines fort divergentes. Ils n’ont pas, à ce jour, trouvé d’expression et de points d’action convergents.

14Ce sont d’abord des intellectuels et des notables porteurs d’une formulation officielle de l’histoire et d’une culture convenable et convenue qui lui est consubstantielle. Leur approche est fortement nourrie de préjugés et d’une méconnaissance existentielle des réalités très concrètes qui imprègnent et guident la gestion quotidienne de la vie de l’énorme majorité des citadins vivant dans le Centre, y demeurant et (ou) y travaillant, dont les ambitions sont aussi humbles que leurs revenus et les besoins immédiats très terre à terre. Souvent, d’ailleurs, ces notables sont issus de vieilles familles qui délaissèrent le Centre et ont développé, par suite de leurs attaches sentimentales, une vision sublimée du patrimoine qu’eux ou leurs pères ont abandonné pendant une génération, mais qu’ils désirent dorénavant absolument conserver en le préservant, quoique sans revenir s’y installer. Issus, pour certains, de cette même classe sociale, des sociologues, des architectes, des urbanistes etc., plus réalistes et pragmatiques, se sont attaqués à cette question patrimoniale sans ignorer l’impact social des populations résidantes sur leur espace de vie quotidienne.

15Vient ensuite la foule des néo-Quiténiens, qui n’ont guère d’attaches traditionnelles, familiales ou sentimentales avec le Centre. Ils ne sont pas indifférents à sa dimension identitaire, mais ce n’est pour eux qu’un symbole qui, comme tant d’autres, se range dans le bric-à-brac des références culturelles qu’on peut ressortir si besoin est. Ces néo-Quiténiens vivent dans un Quito où il leur faut assurer les activités productives et sociales qui permettent de vivre au mieux le jour qui passe. S’ils ont des interrogations essentielles ou existentielles, et ils en ont nécessairement, la conservation du centre historique de Quito, « patrimoine de l’humanité » (comme il est dit emphatiquement à chaque coin d’article, dans la presse nationale), n’est pas de celles-là.

16Enfin, pour les habitants et les usagers réguliers du Centre, très actuels et très présents, cet espace est éminemment particulier. C’est le cadre de leur quotidienneté, leur lieu de sociabilité et leur référence relationnelle. Son organisation, son fonctionnement, son entretien, sa conservation leur importent énormément, mais ils ne les conçoivent pas du tout de la même manière que les notables et autres acteurs institués, en charge de sa gestion.

17Apparemment tout semble fonctionner pour les uns, guère nombreux mais très bruyants, comme si le centre historique était un témoin et un reliquaire, un objet sacré élaboré par le peuple équatorien et son histoire, qui ne peut plus être laissé à un usage ni contrôlé ni étroitement codifié dans ce sens, et livré à des habitants inconscients de cette sacralisation ; pour les autres, comme une partie centrale de Quito qui ne doit pas être coupée du reste de la ville millionnaire, dont elle assure une part non négligeable des activités économiques, politiques, sociales.

18Aussi, sans oublier que le centre historique de Quito est inscrit à l’inventaire du patrimoine mondial et classé autant par l’Unesco que par la République de l’Équateur, nous ne traiterons la capitale équatorienne qu’à travers la banalité et la « quiténéïté » de son évolution et de ses transformations au long du xxe siècle.

19Un premier chapitre amorce cette entreprise en donnant quelques repères complémentaires qui permettent d’entrer plus aisément dans cette promenade dans le siècle qui forme la première partie de l’ouvrage et qui aurait pu en être l’intitulé général.

Notes

1 Cf. le tableau 1 « Évolution de la population et de l’aire urbanisée de Quito (1760-1991) ».

2 Henri Godard, Le Plan Régulateur Jones Odriozola et la structuration actuelle de l’espace urbain. AIQ, planche 39.

3 Henri Godard (1987), « Crecimiento urbano y dinámica de los barrios : segregación funcional y residencial », in Geografîa básica del Ecuador, El espacio urbano en el Ecuador. Red urbana, región y crecimiento, Quito, Centra Ecuatoriano de Investigaciones Geográficas (CEDIG/ ORSTOM), p. 201.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search