Version classiqueVersion mobile

Quito inattendu

 | 
René De Maximy
, 
Karin Peyronnie

Avertissement et remerciements

Karine Peyronnie

Texte intégral

1Voici le deuxième volet d’une recherche dont le premier, intitulé Gente de Quito et paru précédemment (avril 2000) aux éditions Abya-Yala, présente les résultats d’une enquête sur neuf quartiers de Quito. Nous avons cosigné les deux volumes. Mais si les « gens de Quito » étaient le sujet de l’ouvrage précédent, celui-ci a comme objet le centre historique de la capitale équatorienne. Il est le résultat d’une réflexion commune qui doit le principal de sa teneur à « Centre historique de Quito : de la ville à un patrimoine de l’humanité. Mutations et recomposition urbaines (1908-1996) », thèse présentée par Karine Peyronnie devant l’université Paris-VII-Denis-Diderot, le 3 février 1999, pour l’obtention du grade de docteur de cette université. Nous reprenons ensemble et, donc, cosignons ce travail, significativement modifié dans Quito inattendu qui est la suite nécessaire d’un programme de recherche que nous avons mené en commun. Durant l’année universitaire 1995-1996, au sein d’un atelier annuel prévu au cursus académique des étudiants de 4e et 5e années de la faculté d’architecture et d’urbanisme (FAU) de l’université centrale de Quito et auquel douze d’entre eux s’inscrivirent, nous avons entrepris une vaste enquête auprès de 1 584 ménages demeurant en neuf quartiers de Quito considérés comme référentiels. Deux de ces quartiers, La Loma et San Juan, font partie de son centre historique ou lui sont symbiotiques. Karine Peyronnie les a particulièrement étudiés dans le cadre de ses activités de doctorante. Naturellement, elle fut la cheville ouvrière du travail de terrain dans ces quartiers, comme elle le fut des recherches documentaires, rencontres et interviews qui sont la substance de son travail académique. Mais tout cela, comme nous venons de le dire, participait d’observations menées en parallèle qui furent nécessairement aussi le fruit de longues discussions méthodologiques, d’échanges d’informations et de réflexions qui, au sein de l’équipe que nous formions, nous venaient à propos de Quito, de son histoire, de ses modes de composition urbaine, de son organisation, de son fonctionnement.

Planche 1
Plan de Quito avec toutes ses maisons par J. Gualberto Perez (1888)

2Enfin, comme l’élaboration de l’ Atlas infographique de Quito (AIQ) et comme l’enquête Étude des quartiers archétypiques de Quito (EBAQ), ces résultats ont été très orientés par les interrogations d’urbanistes que se font ceux de la municipalité du district métropolitain de Quito qui sont en charge de la planification de la capitale équatorienne, donc de la gestion de son espace, notamment du centre historique, de sa conservation, de sa restauration, de sa vie quotidienne et de son devenir urbanistique.

3Nous tenons à remercier tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce travail, et particulièrement Magdalena Pardo et Juan Sarade, pour leur participation aux enquêtes et à la quête des informations ; l’architecte Alfonso Ortiz Crespo pour son accueil, l’ouverture de ses archives et pour ses conseils ; Ivan Cruz, observateur avisé de la bourgeoisie quiténienne, conteur éblouissant et ami indéfectible ; les architectes Antonio Narvaez, guide amical et averti des lieux secrets du Centre, et Roberto Noboa, qui facilita l’accès à la documentation de la direction de la Planification de la municipalité du district métropolitain de Quito ; le dr Jorge Leon, directeur du Centre de recherche des mouvements sociaux en Équateur (CEDIME) et fin analyste de la politique équatorienne ; tant d’architectes équatoriens et étrangers, rencontrés à Quito dans l’exercice de leurs activités et toujours très coopératifs, dont Fabían Patiño Crespo, Olga Wolson, Pedro Jaramillo, Patrick De Sutter, ainsi que le dr Hernán Crespo Toral et le père Agustin Moreno (ils se reconnaîtront, nous l’espérons, au fil des pages) ; les actuels architectes, mais alors étudiants, qui participèrent à l’enquête EBAQ et, pour certains, à des échanges ultérieurs sur la perception de la ville de Quito et de son centre ; tous ces amis et ces boutiquiers, Quiténiens et passants inconnus, dont les réactions et opinions peuplent nos interviews ; l’institut de recherche pour le développement et tous les « irdiens » qui furent l’arrière-plan scientifique de ce travail et de son environnement ; l’équipe du Laboratoire de cartographie appliquée du centre IRD de l’Île-de-France, et singulièrement Stéphanie Bertrand ; et tous ceux que nous ne pouvons nommer ici, mais qui n’en sont pas moins présents au long de cette étude.

4Un grand merci également aux amis et premiers lecteurs critiques de la thèse qui constitue une part importante de cet ouvrage : les professeurs Olivier Dollfus, Christian Grataloup, les chercheurs Jean-Paul Deler et Yves Saint-Geours ; ainsi que le Pr Henri Godard qui en fut un lecteur lointain et sûr…

5Nous tenons, enfin, à remercier M. François Goudard, ambassadeur de France à Quito, qui nous a vivement et matériellement encouragés à publier cette étude, dégageant pour ce faire une participation financière importante et fort bienvenue pour sa version espagnole.

Table des illustrations

Légende Planche 1 Plan de Quito avec toutes ses maisons par J. Gualberto Perez (1888)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search