Version classiqueVersion mobile

Saints et société en Islam

 | 
Rahal Boubrik

Troisième partie. L’expansion de la fâdiliyya, l’ordre colonial et la question de la succession

Chapitre 10. La gestion d’une succession confrérique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les successeurs de Muhammad Fâdil

Muhammad Fâdil mourut en 1286/18691, laissant plus de quarante enfants mâles. La gestion de l’héritage du fondateur fut donc la préoccupation majeure de la famille. Et comme dans chaque entreprise basée principalement sur le charisme personnel, la domination charismatique fut amenée à changer de nature avec la disparition du fondateur. Nous passons donc d’un modèle de fondateur à un modèle de gestionnaire2. La routinisation du charisme et la manière dont fut résolue la question de la succession déterminèrent le devenir religieux et social de la confrérie3.

D’après ses écrits, Muhammad Fâdil ne désigna aucun successeur (khalîfa). Néanmoins, il restreignit cette fonction à ses propres enfants. Quand une personne de son entourage lui posa la question du devenir des Ahl at-Tâlib Muhktâr après sa mort, il répondit : « Si je meurs, je les laisserai entre les mains de mes fils4. » Dans les dernières années de la vie de Muhammad Fâdil, douze de ses fils attei...

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search