Version classiqueVersion mobile

Saints et société en Islam

 | 
Rahal Boubrik

Troisième partie. L’expansion de la fâdiliyya, l’ordre colonial et la question de la succession

Chapitre 7. Saint à l’épreuve

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quête d’un espace

Sa‘d Bûh naquit en 1267/1850-1851 à ‘Ayn al-Fath (puits situé à 70 kilomètres à l’ouest de Na‘ma) dans le Hawd. Sa mère, Maryamm. Ahmad w. ’Abdî, qui mourut très tôt, appartenait aux Idâd-hûs, une fraction des Awlâd Abyayri du Hâwd. Muhammad Fâdil n’avait pas eu de maître – spirituel – et ce modèle fut suivi par Sa‘d Bûh : « Cheikhna [notre shaykh] n’a jamais eu de maître, Dieu lui a donné tout son savoir sans qu’il aille le chercher nulle part ailleurs, son savoir est un don de Dieu1 ». D’ailleurs, Sa‘d Bûh insistait sur le fait que son père avait été son unique maître.

Dès sa jeunesse, Sa‘d Bûh manifesta la volonté de s’éloigner du Hawd, comme il l’écrit lui-même : « Depuis l’enfance, j’étais avide (mûla‘) de voyages (al-jawalân) et de séjours (at-tawattun) hors des demeures (mawâtin) de shaykh (…) [parce que] ces habitants [du Hawd] étaient comblés (’aghniyyâ’) par la présence du shaykh [Muhammad Fadil]2. »

En fait, trentième des quarante-huit fils de Muhammd Fâdil...

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search