Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Conclusion

Texte intégral

1La région tlapanèque est un petit coin du Mexique indien. Mais elle nous a permis de mettre en évidence une organisation sociale et des dynamiques au caractère exemplaire.

L’État et le territoire

2Selon nous, la théorie de la communauté indienne fait partie de la théorie de l’État, si l’on définit celui-ci par ses relations entre la politique et le territoire. L’État se fonde, en effet, sur le territoire, comme l’ont remarqué les philosophes dès la fin du xixe siècle. Sir Henry Maine proposa une distinction entre les sociétés de status et les sociétés de contractus, suivi par Ferdinand Tonnies qui opposa Gemeinschaft et Gesellschaft, et par Lewis H. Morgan qui différencia la societas de la civitas. En termes généraux, pour ces auteurs, le premier type de sociétés se caractérise par le fait que le statut de l’individu est déterminé par sa naissance et son appartenance à un groupe social, et tout d’abord à un groupe de parenté, tandis que le second se fonde sur des divisions territoriales et la liberté formelle pour les individus d’établir des contrats. Dans une pensée évolutionniste, la parenté, premier principe d’organisation, tend à céder la place au territoire et au contrat.

  • 1 Sahlins, 1968, p. 6.

3Marshal Sahlins a renchéri en expliquant que la grande différence entre les sociétés avec ou sans État réside dans le statut de leur territoire. Le moment critique n’est pas l’établissement de la territorialité dans une société, mais l’établissement de la société comme territoire. L’État est « un territoire avec un gouvernement » et s’oppose, par là, aux autres modes d’organisation sociale, tels que les groupes de parenté à chefs de lignage1.

  • 2 Eric Wolf indiqua, dès 1957, que « la communauté est fondée sur le territoire, non sur la parenté » (...)
  • 3 Kleinschmager, 1993, p. 91-93.

4Les anthropologues mexicanistes ont souligné le fait que la communauté indienne se fonde sur le territoire. Je pense que cette affirmation est exacte, à condition de prendre certaines précautions d’analyse, comme je le montrerai plus loin2. En effet, tout État appuie son administration sur un territoire et découpe, dans cette intention, l’espace en unités. En France, les divisions sont le département et la commune, dont le nombre, particulièrement élevé, atteint 36 000. À elle seule, la France compte un nombre de municipalités presque équivalent à celui du reste de la Communauté européenne, qui comprend 42 000 communes. Avec un nombre d’habitants d’un peu plus de 50 millions, elle ne manque donc pas de communes de moins de 2 000 âmes. À l’inverse, le niveau administratif le plus important en Allemagne est le Land, tandis que la municipalité (Gemeinde) dispose de compétences restreintes, au point que la réforme municipale qui supprima le tiers d’entre elles, dans les années soixante, ne suscita aucune critique3.

  • 4 González Sara via, 1998, p. 34-46.

5Pour sa part, le Mexique fonde sa division politico-administrative sur les États et les municipalités. Contrairement à ce que l’on entend dire parfois, la municipalité représente, en comparaison d’autres pays, le niveau principal de l’administration et il ne faut pas s’étonner que, de nos jours, s’y déroule une grande partie de la lutte politique4. La division interne du territoire national s’appuie sur ce que j’ai nommé le « principe d’inégalité » (chap. II). En effet, toute loi de division territoriale établit un cadre hiérarchique de localités, et détermine les compétences inégales de chaque portion d’espace. Au Mexique, la municipalité est l’organe du pouvoir local et l’inégalité règne en son sein, entre le chef-lieu et les localités subalternes. Comme la municipalité remplit deux fonctions, exécutive et judiciaire, le chef-lieu exerce son pouvoir sur les localités subalternes ; il exige de celles-ci des contributions, y exerce la justice, et répartit entre elles les aides gouvernementales, entre autres attributions. La législation pose les conditions de l’évolution municipale, édictant les règles qui président à tout changement administratif, c’est-à-dire la création de nouvelles unités, le changement de municipalité et la fondation d’un nouveau chef-lieu.

6Ainsi, l’inégalité entre unités spatiales est un principe fondamental de l’administration de l’ État, qui établit le cadre des relations concurrentielles entre groupes locaux.

La question agraire

7En cela, la loi mexicaine n’offre pas une grande originalité par rapport aux autres législations municipales. Ce qui est propre à ce pays concerne plutôt le domaine agraire. D’une façon complexe et qui a évolué dans le temps, il s’est établi un certain type de relations entre le territoire et la terre, autrement dit, entre la juridiction et la propriété, ou entre l’administration et la tenure foncière.

  • 5 Il est utile de se référer à l’importante contribution de Garcia MArtínez, 1992.

8Alors que, dans beaucoup d’autres pays, la division politico-administrative n’a rien à voir avec la propriété de la terre, ces deux aspects sont liés au Mexique. Mais la liaison ne s’établit pas simplement, et il faut éviter de confondre les notions5. Avec la Conquête, les Espagnols mirent en œuvre une délimitation politique de l’espace et reconnurent l’existence de villages indiens, dotés d’un territoire. Les attributions des villages comprenaient la perception de tributs et de services, et l’exercice de la justice, et leur territoire ne représentait qu’une juridiction. La propriété de la terre ne dépendait pas des villages et, bien souvent, la plus grande partie des parcelles fertiles se trouvaient aux mains des membres de la noblesse indienne, nommés caciques. Bernardo García a voulu attirer l’attention sur le fait que, au xvie siècle, les termes employés pour se référer au territoire (la juridiction) différaient de ceux qui désignaient la terre (la propriété agraire), ainsi que les rites de possession pratiqués dans les deux cas. Pour légitimer le territoire, on établissait des bornes sur ses limites ; pour fonder une propriété foncière, on arrachait des herbes, on coupait des arbres et on jetait des pierres, en signe de possession.

9Dans les régions indiennes, au cours des deux premiers siècles de la colonisation, les Espagnols se préoccupèrent plus de l’administration des villages chargés du recouvrement des tributs royaux que de la propriété foncière qui existait en leur sein. Mais, au début du xviiie siècle, la Couronne dota systématiquement les villages de titres fonciers, notamment dans la province de Puebla, dont dépendait la juridiction de Tlapa. Se mit alors en place une répartition agraire calquée sur la division administrative (chap. vii). Les « villages chefs-lieux » (qui avaient un gouverneur chargé de percevoir les tributs) devinrent des « capitales agraires », et les « villages sujets » au niveau administratif le furent également au niveau foncier. À la fin de la période coloniale, et sans que l’on effaçât la distinction entre juridiction et propriété, la division administrative en vint à coïncider plus ou moins avec la répartition agraire.

10Mais cela ne devait pas durer très longtemps. En 1856, les lois de démembrement décrétèrent la suppression de la propriété communale et les terres indiennes furent réparties en propriété privée entre des représentants des villages. Dans la région, cette mesure n’entraîna pas la disparition de la propriété communale de la terre, qui survécut de façon informelle et extra-légale, et tendit à coïncider avec la division administrative.

11La Révolution mexicaine rétablit la propriété collective de la terre, sous la forme des ejidos et des biens communaux. Selon la loi, la reconnaissance des biens communaux au moyen d’une résolution présidentielle couronnait une longue période de démarches menées auprès des organismes officiels. Aussi les localités dotées d’une catégorie administrative ne parvenaient-elles pas, avant longtemps, à gagner leur autonomie agraire. Et, comme l’obtention d’une catégorie territoriale précédait dans le temps la conquête d’une catégorie foncière, la concurrence administrative en vint à jouer un rôle dans les démarches agraires. Conflits administratifs et luttes pour la terre s’entremêlèrent de façon complexe. À grands traits, on peut dire que la fondation d’une unité administrative devint la première étape menant à l’indépendance agraire.

  • 6 Wolf, 1957, p. 7.

12Cette combinaison fut à l’origine d’une confusion entre le territoire et la terre. Les théoriciens de la communauté fermée, en particulier, établirent une équivalence entre juridiction et propriété, sur laquelle ils fondèrent leurs arguments concernant le caractère corporatif de la communauté indienne. Cette erreur apparaît clairement dans une phrase comme celle-ci : « Les nouvelles communautés indiennes reçurent des droits sur la terre, en tant que groupes locaux, et non groupes de parenté »6. Une telle affirmation confond deux processus distincts – la formation des unités politico-administratives et celle des unités agraires – qui prirent, au moins, deux siècles.

13Il est donc important de garder en mémoire la distinction entre division territoriale et agraire, mais aussi de reconnaître qu’au Mexique, du fait de circonstances historiques particulières, se sont établies entre ces deux domaines des relations complexes et changeantes. C’est pourquoi les conflits administratifs en sont venus à avoir des conséquences sur la propriété foncière.

Le travail collectif

14Les dispositions légales prises par l’État dessinent le cadre de la concurrence, mais les groupes qui entrent effectivement dans des relations de rivalité suivent les principes d’organisation sociale reconnus au niveau local. Ceux-ci se fondent en grande partie sur les conceptions du « travail » et de la « circulation du travail », fondamentales dans les représentations indiennes.

  • 7 Good Eshelman, 1994.

15Dans une publication récente, Catharine Good Eshelman7 cherche une « logique culturelle » dans plusieurs conceptions propres aux Indiens nahuas. Deux d’entre elles nous intéressent ici tout particulièrement : les représentations du travail et de l’échange réciproque. Nous sommes en parfait accord avec l’auteure, lorsqu’elle écrit que cette logique culturelle

diffère profondément de la logique occidentale [...] et s’exerce dans des domaines que les sciences sociales ont traité de façon séparée : l’économie, la religion, la structure sociale, l’écologie, la politique, etc. Cet ensemble de principes d’organisation constitue un substrat collectif, qui s’exprime, dans la pratique, dans toutes les activités sociales |p. 140],

16Le travail collectif ou tequitl régit la vie des Nahuas du Haut Balsas : « C’est un vaste concept qui s’applique à tout usage de l’énergie humaine – physique, spirituelle, intellectuelle, émotionnelle – dirigée vers un but précis » (p. 141). Il est en rapport avec le concept de « force », qui définit l’énergie des personnes au travail.

17Lorsqu’on échange des services, comme dans l’aide mutuelle, le travail et la force circulent entre les individus. C’est également le cas lorsqu’on échange des biens et de l’argent, car ceux-ci sont conçus comme l’effort et la force de ceux qui les ont faits (dans le cas des objets) ou accumulés (dans le cas de l’argent). Aussi, « en accord avec cette vision du monde ; chaque personne reçoit constamment les bénéfices du travail d’autrui et fait profiter autrui des bénéfices de son propre travail » (p. 144).

  • 8 Dehouve, 1995.

18En d’autres termes, j’ai décrit, dans un article sur le « don nahua »8, des formes de circulation du travail, en définissant celui-ci comme l’effort humain investi, directement ou par l’intermédiaire des aliments ou des objets, dans un circuit général d’échange. Dans le vocabulaire étudié par Catharine Good, deux termes associés, « aimer » (tlazohtla) et « respecter » (tlacaiita) autrui, signifient partager le travail et les biens. L’amour et le respect ne sont pas des sentiments abstraits, mais s’alimentent d’un échange mutuel de biens et de travail. Aimer son père signifie lui prêter assistance ; respecter sa commère implique de lui offrir son aide.

  • 9 Monaghan, 1996.

19Une étude réalisée chez les Mixtèques de l’État d’Oaxaca parvient à des conclusions semblables9. Le facteur de cohésion du groupe domestique est l’« amour » (nakara). Les Mixtèques le définissent comme

l’acte de donner à quelqu’un de la nourriture et des vêtements. L’expression la plus courante de nakara prend place dans la cuisine, lorsque les enfants s’approchent des parents près du feu pour leur demander un morceau de galette et la placer dans leur assiette de haricots ou de courge [...] Les Nuyootecos ne parlent pas de la nourriture et des vêtements comme de l’expression ou du symbole de nakara. C’est plutôt que ces éléments créent la relation, de telle sorte que nakara n’existe que tant que dure le flux de nourriture et de vêtements [p. 182],

20Ce type d’échange n’existe pas seulement au niveau du groupe familial. Il s’exprime aussi au niveau communautaire et c’est pourquoi l’auteur définit le village comme une « grande maison » (great house). Durant la fête, moment le plus intense de la vie rituelle mésoaméricaine, les membres de la communauté échangent de la nourriture de la même façon que les groupes de parenté. « Exactement comme une mère qui donne à manger à son enfant crée un lien de parenté, ou comme deux jeunes époux qui consomment des morceaux de galette créent un couple, le fait de mettre de la nourriture en commun et de la redistribuer crée une grande maison » (p. 192).

21Les représentations indiennes insistent sur la circulation du travail entre les hommes, que celui-ci soit conçu au sens propre, ou dans ses formes dérivées d’aliments et de biens. Ce principe régit les relations de parenté en milieu indien. Selon Monaghan, « nakara, personnifié dans des actes comme le don de nourriture ou de vêtements, est la clef de la formation et du maintien du groupe domestique nuyooteco, et non les liens généalogiques spécifiques » (p. 189, souligné par nous). En d’autres termes, Catharine Good explique que, chez les Nahuas, s’il n’existe aucune relation d’échange mutuel entre frères, on dira « C’est mon frère, mais nous ne sommes rien » (p. 145). C’est pourquoi la parenté doit être, sans cesse, réactualisée par l’échange de travail, et nous allons montrer qu’il en va de même des relations communautaires.

22Les paysans indiens ont une façon spécifique de s’adapter à l’administration territoriale de l’État. Ils appliquent leurs principes de travail et de coopération au cadre législatif offert par le gouvernement.

La conception de la localité

23Les notions indiennes de travail et de coopération interviennent à tous les niveaux de la division administrative, en commençant par le plus simple : l’attribution d’un nom à un hameau.

24Selon la définition officielle, une localité est une agglomération dont l’existence est signalée par des bâtiments. L’habitat définit la localité et un nom de lieu, qui apparaît sur une carte ou dans un recensement, signale la présence de maisons. À l’inverse, la disparition d’un nom de lieu signifie que le village s’est dépeuplé. Pour l’administration, la meilleure façon de contrôler une population qui vit en habitat dispersé, comme les Tlapanèques du Guerrero, semble être de constituer des cartes détaillées portant les noms de tous les lieux occupés par des maisons.

25Cependant, la logique qui conduit les Tlapanèques à attribuer des noms à certains lieux se démarque de l’approche officielle. Pour eux, un endroit reçoit un nom s’il est le siège d’un groupe de coopération, c’est-à-dire d’hommes entre lesquels circule du travail. Lorsqu’ils créent une nouvelle unité cérémonielle et/ou scolaire, les chefs de famille acceptent d’offrir leur travail pour célébrer une fête, bâtir une chapelle ou une école. Plus tard, s’ils en viennent à nommer un représentant de hameau, ils ne demandent pas autre chose au niveau administratif supérieur que l’existence de leur groupe de coopération soit reconnue. Le choix d’un nom vient officialiser le processus.

26La survie de ce nom dépend entièrement de la capacité du groupe de coopération à maintenir ses relations de travail, c’est-à-dire à répondre aux intérêts individuels des chefs de famille. Si les liens entre ses membres se dissolvent, comme cela arrive fréquemment aux « groupes avortés » (chap. VI), on efface le nom de la liste des hameaux tenue par le chef-lieu. La disparition peut aussi provenir de la décision des chefs de famille de se rallier à un autre hameau. Dans un cas comme dans l’autre, les hommes ne cessent pas de vivre à un endroit ; leurs maisons sont toujours bâties sur le même emplacement ; ce qui a changé est que leurs rapports d’entraide se sont effrités.

27De plus, le nom d’une localité s’applique aux édifices publics bâtis dans son centre. Or, celui-ci n’a pas la permanence qu’on lui suppose. Les premiers bâtiments sont en bois, en chaume et en brique crue, faciles à démonter ou à détruire. Il peut arriver qu’une localité au nom apparemment stable, change d’emplacement, car l’un des groupes de coopération qui la constituait a pris le pas sur l’autre. À l’inverse, il arrive que le groupe de coopération et son centre villageois subsistent, mais changent de nom. Il est fréquent aussi qu’un groupe qui pense atteindre une nouvelle étape de son développement, l’obtention de la catégorie de comisaría par exemple, invente un nouveau nom. Dans ce cas, la carte officielle pourrait faire penser qu’il s’est produit un changement, là où le groupe est resté parfaitement stable.

28Les noms d’agglomération, tels que les recueillent les chefs-lieux municipaux, ne s’appliquent pas à la topographie de l’habitat, mais reflètent une réalité invisible : l’existence de relations d’aide mutuelle entre chefs de famille, qui sont en évolution constante. Les groupes de coopération naissent, se dissolvent, s’unissent, entrent en conflit, et ce sont ces événements de la vie locale qui se manifestent dans la liste des hameaux établie par la municipalité. Il en résulte un paradoxe. Alors que les linguistes considèrent que la toponymie est le secteur de la langue le plus stable dans le temps, les noms des localités tlapanèques ne cessent de changer, et rares sont les gens capables de reconnaître le vieux hameau de Chirimoyo derrière la délégation de San Miguelito ou le hameau de Yerba Santa derrière la comisaría de Colombia de Guadalupe.

29Les logiques de l’État et des groupes locaux entrent souvent en contradiction. Ainsi, les employés de l’INEGI chargés d’établir les recensements et les cartes de la Montagne demandent le nom des emplacements recouverts de bâtiments. Souvent, les paysans répondent : « Ici, il n’y a rien, ce ne sont que des maisons. » Cette phrase rappelle celle que citait Catharine Good « C’est mon frère, mais nous ne sommes rien ». Que ce soit au niveau de la famille ou de la communauté, c’est l’échange de travail qui crée la relation et le groupe.

30Dans le passé, la législation politico-administrative de l’État correspondait assez bien à la logique indienne. Elle chargeait, en effet, la municipalité de nommer dans les localités subalternes des représentants que le chef-lieu désignait parmi les groupes de coopération cérémonielle ou scolaire existants. Au niveau supérieur, l’État attribuait la catégorie de comisaría aux localités qui possédaient un certain nombre de bâtiments publics et des représentants, c’est-à-dire dont les habitants avaient fait la preuve d’une certaine stabilité dans leurs relations de coopération.

31Tout change à partir des années quatre-vingt-dix, avec la décision prise par certains organismes gouvernementaux d’effacer la distinction entre comisaría et délégation. Dorénavant, pour établir un recensement ou attribuer une subvention, l’administration ne reconnaît que des « localités » ou des « communautés », c’est-à-dire des agglomérations. Le critère de leur existence est l’habitat, ce qui entre de plain-pied en contradiction avec les critères locaux fondés sur le travail, et entraîne une confusion dans le nombre desdites « communautés ». Si les localités reconnues par l’INEGI et par les chefs-lieux semblent en augmentation, c’est pour des raisons distinctes. L’INEGI accorde un nom à chaque groupement de maisons, tandis que le chef-lieu encourage la formation de « comités de travaux publics ». La logique officielle fondée sur l’habitat continue à s’opposer aux logiques municipales qui ne reconnaissent que les groupes réalisant un travail en commun.

L’intérêt individuel

32L’autre principe organisateur des relations sociales en milieu indien réside dans le calcul de l’intérêt individuel. On le retrouve aussi bien dans le domaine de la parenté que dans celui des relations communautaires, et il répond à des préoccupations culturelles.

  • 10 Taggart, 1976 ; Slade, 1976.
  • 11 Dehouve, 1993 ; pour l’étude de cas, voirp. 102-106.
  • 12 Good Eshelman, 1994, p. 146.

33Nous avons dit qu’au sein du groupe familial les liens de coopération donnent vie aux relations de filiation et d’alliance. Il faut ajouter que la famille nucléaire n’entre dans un groupe de coopération qu’après avoir vérifié que cela répond à ses intérêts propres. Les anthropologues ont fourni de riches informations sur les calculs réalisés par les groupes de parenté10. Pour ma part, j’ai pu étudier un conflit familial, survenu en 1811 à Chiautla de la Sal, et j’ai montré qu’un homme mettait en balance l’aide qu’il avait apportée à ses grands-parents et les bénéfices qu’il en avait tirés sous forme de prestations matrimoniales11. Comme le signale Catharine Good Eshelman : « L’amour et le respect naissent ostensiblement de l’être intérieur ou du cœur de chaque personne. Mais tout le monde fait des calculs stratégiques et répond à la pression sociale en faveur de la réciprocité »12.

34Un chef de famille nucléaire effectue un calcul pour comparer le montant de travail qu’il fournira et les avantages qu’il retirera de sa participation à un groupe de coopération. Dans le domaine de la parenté, il travaillera pour son père ou son beau-père en fonction du bénéfice ultérieur espéré. On a coutume d’entendre : « Untel travaille par intérêt pour l’héritage » (chap. VI). De la même façon, il accordera son appui à tel groupe de coopération après avoir mis en balance le montant de travail qu’il lui faudra fournir pour remplir les charges et édifier des bâtiments publics, et les bénéfices individuels qu’il en retirera en termes d’accession à la terre et aux services. En coopérant avec un groupe qui édifie une école ou une chapelle, le paysan s’intègre dans une concurrence d’ordre plus générale, dont l’enjeu réside dans la division administrative régionale. De la catégorie de la localité à laquelle il appartient – hameau, comisaría ou chef-lieu – ainsi que de sa municipalité d’appartenance, dépend d’une certaine façon son bien-être personnel.

35Le contenu des intérêts individuels concernés par la concurrence administrative a évolué dans l’histoire. Mais, d’une façon générale, en dehors des avantages ou des inconvénients que présente l’appartenance à une certaine catégorie administrative, celle-ci commande l’accession à la terre. Nous avons souligné qu’il s’agit d’une spécificité de l’histoire et de la législation mexicaine, par laquelle se noue une relation indirecte entre juridiction territoriale et propriété foncière.

36À la fin du xixe siècle, la quête de pâturages poussa les éleveurs vers les terres méridionales, au risque d’entrer en conflit avec les communautés voisines. Le changement administratif qui en résulta fut la création de nouvelles unités administratives, confortée par leurs municipalités, c’est-à-dire une augmentation du nombre des localités, mais soutenue par des chefs-lieux puissants. À partir du milieu du xxe siècle, tout le territoire était peuplé et, par suite de l’accroissement démographique et de l’introduction de cultures commerciales, les paysans pratiquèrent une nouvelle répartition de la terre, fragmentant les terroirs en unités de plus en plus petites. Il en découla des conflits internes aux municipalités, entre chefs-lieux et) comisarías, et entre ces dernières et les hameaux (chap. VII).

37Durant toute cette période, l’enjeu agraire représenta le fondement des intérêts individuels concernés par les luttes administratives. Mais ce n’est pas là une obligation. Si, à l’avenir, la propriété de la terre cesse de dépendre de la division administrative, comme cela peut arriver si l’on applique la réforme de l’article 27 de la constitution, la lutte administrative se poursuivra autour de nouveaux intérêts. En réalité, c’est même déjà le cas, et nous avons montré, dans le chapitre IX, que l’intérêt collectif s’est déplacé vers un nouvel enjeu, matérialisé dans les flux financiers qui parviennent aux villages via l’administration fédérale et le gouvernement de l’État. Les luttes administratives ont désormais pour but de s’assurer le contrôle des subventions. Les changements administratifs qui en résultent tiennent à la multiplication des hameaux (argument de poids pour demander des aides financières), et surtout aux tentatives de création de nouvelles municipalités, qui permettent de recevoir les subventions directement, sans passer par une localité intermédiaire. Cependant, de tout temps, le but poursuivi par le paysan qui prend part au jeu de la concurrence administrative s’est résumé à la quête de ses moyens d’existence, hier l’agriculture, aujourd’hui l’obtention de subventions.

  • 13 Boniface, 1996, p. 150.

38Un politologue a remarqué qu’« en France, chaque contribuable ne fait pas la balance entre ses contributions et les aides directes ou indirectes qu’il reçoit de l’État. Tout simplement parce que le sentiment national est encore suffisamment fort pour que les citoyens ne se livrent pas à ce genre de calcul »13. Or, c’est précisément ce calcul qui sert de moteur à la dynamique municipale en région tlapanèque, et favorise le caractère fluctuant des unités administratives.

Les groupes localisés d’intérêts et de coopération

39De ce point de vue, l’impulsion, au niveau de la famille comme de la communauté, est donnée par les « groupes localisés d’intérêts et de coopération » (chap. VI). Ces deux termes sont liés dans la mesure où un homme n’apporte son travail que s’il pense en tirer des avantages personnels. Et ces groupes sont localisés parce qu’ils tendent à réunir des voisins.

40Ils se forment pour participer à divers travaux collectifs. Ces occasions sont bien connues dans la région : tout d’abord, il faut mentionner la coopération agricole entre parents, que nous n’étudierons pas ici ; puis la coopération cérémonielle, lors de la préparation d’une fête religieuse qui, au-delà de la parenté, peut concerner la sphère publique. Les autres occasions sont toutes communautaires : la coopération scolaire est utilisée pour la construction d’une école, les comités de travaux publics introduisent des services urbains, et, au niveau supérieur, les catégories administratives exigent un travail plus ou moins lourd selon leur rang, délégation, comisaría ou chef-lieu.

41Il faut dire que chaque famille nucléaire participe à plusieurs groupes de coopération à la fois. Tout d’abord, un homme doit prendre part aux travaux agricoles de son père ou de son beau-père qui, s’il est suffisamment puissant, constitue un groupe de dévotion célébrant une fête patronale. Le même homme coopère à l’édification du centre de son hameau et à son système de charges. Enfin, il prête également ses services à la comisaría dont dépend son hameau. Un tel schéma de participation plurielle connaît des variantes ; il arrive qu’un homme ne collabore qu’à un seul niveau administratif (la comisaría), tandis que tel autre prend part jusqu’à trois niveaux distincts (deux délégations et une comisaría).

  • 14 Geertz, 1980, p. 45. Voir le chapitre III, p. 45-77.

42Nous rencontrons sous la plume d’un spécialiste de Bali, Clifford Geertz14, un éclatement, par certains côtés assez semblable, des modalités d’articulation entre les communautés locales et l’État. Au contraire des modèles élaborés pour les sociétés hydrauliques, qui liait l’État à un seul type de corporation à la fois territoriale et religieuse, cet auteur dessine une relation avec une « triade corporative » : le village chargé de l’administration, la société d’irrigation qui dirige les activités agricoles, et le temple doté de compétences religieuses. Clifford Geertz donne à ce modèle le nom de « collectivisme pluriel » (pluralistic collectivism).

43Ce terme pourrait tout aussi bien s’appliquer à la paysannerie tlapanèque, mais avec une différence essentielle. Tandis que l’homme de Bali participe à trois corporations dotées de fonctions différentes – administratives, agricoles et religieuses –, les Tlapanèques collaborent à de nombreux groupes qui, tous, possèdent un aspect administratif. La législation municipale, avec son principe d’inégalité et les luttes concurrentielles qu’elle engendre, offre le cadre qui régit la participation à toutes les sortes de groupements. La logique du système réside dans la législation territoriale, qui dicte les formes et les buts de la rivalité.

L’intérêt collectif

44Les unités administratives qui sont mentionnées dans la division territoriale de l’État correspondent au niveau le plus développé de l’expression de l’intérêt commun. Une comisaría résulte de l’action de nombreux groupes souterrains de coopération ; les hommes, lorsqu’ils édifient une école ou forment une confrérie, participent à une activité collective dont le but est l’obtention d’une catégorie administrative. En d’autres mots, ils font coïncider leurs intérêts personnels avec un intérêt général. En ce sens, l’existence d’une unité administrative est la manifestation d’une convergence d’intérêts personnels qui se sont ajoutés pour atteindre un but commun. Sa disparition ou son changement de forme manifeste, à son tour, l’évolution des groupes d’intérêts et de coopération qui la soutenaient.

45Il serait trop long de faire la liste de tous les groupes localisés d’intérêts et de coopération qui interviennent dans les luttes administratives. Cercles de parents rassemblés autour d’un « grand homme », confréries, hameaux, associations de pères de famille, toutes sortes de groupes souterrains influent dans les rapports de force qui débouchent sur l’existence des unités administratives. Plutôt que d’énumérer les groupes, il importe de comprendre la dynamique de leurs relations. Une unité administrative, à n’importe quel moment de son cycle, est le théâtre de l’expression de forces opposées. Lors de la fondation d’un hameau, il y a conflit entre les tendances qui font converger vers un intérêt commun, et celles qui libèrent les intérêts individuels. La réussite de certains hameaux sanctionne le triomphe des premières, tandis que l’échec des localités avortées résulte de la victoire des secondes. Pour sa part, une comisaría mène en même temps les deux types de luttes, l’une dirigée contre l’agglomération supérieure dont elle provient (la communauté souche) ou à laquelle elle obéit (municipalité), et l’autre contre les localités qui manifestent des désirs de scission. En son sein se rencontrent donc des intérêts collectifs opposés : les uns militent pour renforcer l’unité administrative, les autres pour la fragmenter. Ce qui rend cette dynamique encore plus complexe est que le même groupe localisé, par exemple un hameau, peut, à un certain moment, appuyer les tendances centripètes et renforcer le pouvoir d’une comisaría, pour, un peu plus tard, manifester des désirs séparatistes.

  • 15 Cancian, 1996.

46Sans comprendre que, du fait de ce mécanisme, les unités administratives sont en évolution continuelle, les anthropologues ont cherché des entités alors qu’ils auraient dû rendre compte d’une structure. Ils parlèrent de communauté fermée, parce qu’ils pensaient que l’organisation sociale indienne se caractérisait par sa stabilité. Pour cette raison, et bien qu’ils aient noté l’existence du phénomène de scission par lequel les communautés filles se détachent de leurs mères, ils y virent un moyen de protéger l’intégrité de la localité souche (dans le cas de Wolf) ou de former de nouvelles communautés fermées (dans celui de Cancian). Il faut remarquer que ce dernier auteur analyse la façon dont les hameaux de Zinacantan, au Chiapas, tendent à acquérir toutes les caractéristiques de leur communauté mère15, sans se rendre compte que le processus n’affecte pas uniquement la nouvelle agglomération, mais aussi l’ancienne qui, en perdant une partie d’elle-même, même si ce n’est qu’au niveau scolaire ou cérémoniel, souffre d’une diminution du nombre de ses membres. Le nom de la communauté est seul à ne souffrir aucun changement, mais ses limites et son fonctionnement peuvent être profondément affectés. Le phénomène de scission ne peut être conçu comme la formation de nouvelles unités semblables à l’ancienne, mais comme l’expression de luttes continues entre groupes locaux fluctuants. Dans ce processus, les nouvelles localités, comme les anciennes, changent constamment de forme et de membres. Ces deux sortes de communautés forment un système, et non un rassemblement d’unités séparées.

La remunicipalisation

47Durant plus d’un siècle, les luttes administratives visèrent à fonder des unités subalternes ou à changer de municipalité ; de façon annexe seulement, on évoquait la création de municipalités. De nos jours, cette dernière forme de lutte est devenue le summum de la concurrence administrative. Le processus date des années quatre-vingt-dix, dans le Guerrero comme dans le reste de la République mexicaine.

  • 16 GArcia, Leyva Solano, Burguete Cal y Mayor, 1998, p. 88.
  • 17 Hunt et Nash, 1967, p. 270.
  • 18 Oehmichen Bazân, 1998.

48Le désir de devenir chef-lieu n’a rien de nouveau et, comme certains spécialistes du Chiapas l’on fait remarquer16, la revendication a été exprimée, puis oubliée, mais elle a toujours été là. En 1939, Redfield signalait déjà le phénomène au Chiapas, tandis que Hunt et Nash affirmaient dans le Handbook que « de nombreux villages mexicains tentent de se voir définis légalement comme des municipalités indépendantes »17. Mon expérience me rappelle que, lorsque je vivais dans le chef-lieu de Xalpatlahuac, en 1967, ses habitants prenaient les armes plusieurs fois par an parce que le rumeur avait couru que « ceux d’Igualita voulaient voler le chef-lieu », c’est-à-dire prendre leur place à la tête de la municipalité. Pourtant, à l’époque, le poids de l’appareil d’État mexicain était si fort qu’il ne permettait pas à ces souhaits de se réaliser. La réforme de l’État mise en œuvre par Salinas de Gortari (1988-1994)18 prépara le terrain pour des transformations à la fois politiques (le développement du multipartisme) et territoriales (la remunicipalisation), qui s’alimentent les unes les autres.

49Le caractère éminemment politique du processus tend à éveiller l’enthousiasme et la passion de nombreux observateurs, tant en anthropologie que dans des cercles plus larges. C’est pourquoi il peut être utile de replacer les revendications de remunicipalisation dans le cadre des luttes administratives passées. Affirmer, comme je l’ai fait plus haut, que la théorie de la communauté indienne fait partie d’une théorie de l’État a pour intérêt de permettre d’établir une comparaison entre les phénomènes géopolitiques qui affectent tous les niveaux de l’appareil étatique. En ce sens, on peut s’étonner du parallélisme existant entre la prolifération des États au niveau international et la multiplication des municipalités au sein de l’État mexicain.

  • 19 Lorot, 1995, p. 14.

50L’histoire de la géopolitique, telle que nous l’avons résumée en introduction, montre que les observateurs ont toujours eu des difficultés à décrire un phénomène sans prendre parti pour une forme précise d’État. On a qualifié l’œuvre de Friedrich Ratzel de « catéchisme des impérialismes »19, car il ne s’intéressait qu’aux États en expansion. Aujourd’hui se présente la situation inverse. Depuis une décennie, le nombre des États, au niveau international, ne cesse d’augmenter suivant un processus que l’on a qualifié de balkanisation de la planète, de prolifération cancéreuse, de formation d’États-confettis, pour ne citer que quelques qualificatifs. Face à cette situation, de nombreux analystes tendent à apporter leur appui aux nouveaux États :

  • 20 Boniface, 1999, p. 16.

C’est l’approche morale. L’intégrité territoriale est vue comme la loi des États, la loi de la Realpolitik : elle est donc connotée de façon péjorative. Alors que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est perçu comme l’expression de la démocratie à l’échelle internationale, et est donc connoté de façon positive [...] Le premier [l’intégrité territoriale] paraît l’expression d’un rapport de forces ; le second [*le droit des peuples] est l’expression d’un principe moral20.

51On peut penser que nous avons affaire, à propos de la communauté indienne du Mexique, à des prises de position semblables. Entre les années cinquante et soixante-dix, l’analyse des anthropologues privilégiait les grandes communautés, qu’on supposait stables malgré la scission des localités qui en étaient issues. Aujourd’hui, la formation de nouvelles municipalités est conçue par beaucoup comme un phénomène récent, l’expression d’un désir de démocratisation de la vie publique. Le terme d’« autonomie » employé par des observateurs pour désigner la partition municipale contient une charge morale et connote la résistance indienne contre l’Etat. Mais l’usage de ce terme risque de faire oublier l’existence de luttes géopolitiques proprement indiennes, en dissimulant leurs dynamiques derrière les débats idéologiques et politiques qui accompagnent la réforme de l’État mexicain.

52La remunicipalisation représente un phénomène global que l’on ne peut voir uniquement du point de vue des villages qui se séparent de leur ancienne juridiction. Les nouvelles municipalités qui viennent de se créer doivent à leur tour se battre contre les tendances scissionnistes de leurs localités subalternes ; autrement dit, les mêmes personnes qui ont lutté, à un moment donné, en position subordonnée se retrouvent plus tard en position dominante. La lutte perpétuelle entre tendances centrifuges et centripètes, qui caractérisait autrefois les relations entre communautés à l’intérieur des municipalités, concerne désormais le niveau municipal lui-même.

  • 21 Boniface, 1996, p. 152.

53Dans le cas de la remunicipalisation, comme dans celui de la prolifération internationale des États, il me semble que le rôle de l’analyste est d’avancer tous les facteurs d’explication du phénomène. On a ainsi pu démontrer que la multiplication des États répondait en première instance à des transformations des fonctions de l’État. Celui d’hier cherchait « la gloire, le sentiment national, le bien-être collectif, l’intérêt commun, la volonté de puissance »21. Les critères de l’importance d’un pays résidaient dans son étendue territoriale, son poids démographique et la conquête militaire. Ils se fondent aujourd’hui sur le PNB (« Produit national brut ») par habitant. De ce fait, selon Pascal Boniface, les premières sécessions en URSS furent réalisées par les trois États slaves (Russie, Biélorussie et Ukraine) les plus riches, tandis que les Slovènes, qui avaient un PNB deux à trois fois supérieur à celui de la fédération, déclenchèrent l’éclatement de la Yougoslavie.

  • 22 Ibid., p. 115 et 133.

Un phénomène nouveau [...] tient au fait qu’autrefois la grande taille d’un pays permettait la puissance. Aujourd’hui, le format réduit autorise la prospérité. La puissance [...] n’est plus le souci prioritaire des États. La prospérité l’a remplacée [... J Un mouvement général semble frapper le monde : la course à la petite taille pour passer dans le chas permettant l’accès à une plus grande richesse. Les populations veulent appliquer à leur État un régime minceur pour se débarrasser de leur surcharge inutile représentée par ceux qui font chuter la moyenne du PNB22.

54La remunicipalisation qui a débuté au Mexique se situe, bien sûr, dans un cadre très différent. Pourtant, on peut montrer que la fonction de la municipalité est en train de se transformer en même temps que sa forme. Lorsque, dans la région de Tlapa, les paysans recherchaient des pâturages pour leur bétail, ils avaient besoin d’une municipalité forte, capable d’organiser une protection collective contre les communautés voisines. C’était l’époque de la stabilité municipale. Aujourd’hui, pour recevoir les aides financières, la municipalité peut et doit être de taille réduite. Les localités qui s’assemblent dans le but de former une nouvelle mairie désirent toucher les subventions plus directement, et, à l’inverse, la municipalité déjà constituée pense que sa taille lui permettra d’encaisser plus d’argent. La relation entre les intérêts collectifs et les formes politico-administratives représente un bon moyen d’analyse, que ce soit au niveau national ou international.

55Mais, au Mexique, la remunicipalisation est contemporaine d’un autre phénomène, l’introduction du multipartisme et le développement de mouvements d’opposition au parti officiel. Plus encore que les changements de fonction de la municipalité, la réforme politique de l’État suscite une redéfinition territoriale. Les ambitions séparatistes s’appuient nécessairement sur un parti. L’observateur risque donc de soutenir ou de critiquer un mouvement scissionniste selon le parti politique qui le soutient. C’est pour éviter cet écueil que j’ai proposé une distinction méthodologique entre les intérêts et les stratégies géopolitiques (c’est-à-dire qui concernent la position d’une localité ou d’un groupe de localités dans la hiérarchie administrative) et ceux qui sont uniquement politiques (qui se réfèrent à l’appartenance à un parti). Les relations entre les unes et les autres peuvent être complexes et interviendront, sans nul doute, dans les dynamiques futures de transformation du pouvoir municipal.

  • 23 Cette distinction est clairement exposée par Burguete Cal y Mayor, 1998. Je pense que l’auteure éta (...)
  • 24 STPRM : Sindicato de Trabajadores Petroleros de la República Mexicana. Ce cas a été étudié par Prév (...)

56Pour élaborer une méthode d’analyse de ces phénomènes, il conviendrait de distinguer les principaux acteurs sociaux et les modalités de leur action sur le territoire. Dans le cas de la région tlapanèque, les acteurs sociaux sont principalement des paysans et leurs intérêts sont étroitement liés aux domaines agraire et économique. D’autres régions sont le théâtre de processus plus complexes, comme le Chiapas, où coexistent des intérêts politiques variés, au côté des revendications géopolitiques des communautés indiennes23. Dans certaines régions industrialisées, la remunicipalisation peut être suscitée par l’intervention de groupes de pouvoir spécifiques, comme le STPRM sur la côte du Golfe24.

  • 25 Voir la liste des villages coloniaux des Hautes Terres du Chiapas telle que la publie Viqueira dans (...)

57Il est probable qu’il n’existe pas un processus unique de remunicipalisation, mais des modèles divers. Le cas de la région tlapanèque semble caractérisé par une sorte de « lutte ouverte » entre localités, dont beaucoup sont d’apparition récente. Il serait intéressant de comparer ce modèle avec celui d’autres régions indiennes du Mexique, comme le Chiapas, dont les villages semblent, au contraire, fonder leurs revendications sur des arguments d’ordre historique25. Mais, en tout état de cause, il convient de chercher des instruments d’analyse en accord avec le phénomène historique que vivent actuellement les régions indiennes, et qui présente la même importance qu’ont pu revêtir, par le passé, la formation de la république d’indiens coloniale ou l’émergence de la municipalité dans le Mexique indépendant.

Notes

1 Sahlins, 1968, p. 6.

2 Eric Wolf indiqua, dès 1957, que « la communauté est fondée sur le territoire, non sur la parenté » (1957, p. 3). Son erreur consista à confondre deux phénomènes associés, mais distincts : le rôle de l’État proprement dit dans l’établissement de la division territoriale nationale, et la réponse des groupes locaux, c’est-à-dire la façon qu’ont les paysans d’adapter cette division à leurs intérêts et à leurs luttes. En réalité, Wolf n’a jamais mentionné la municipalité ni le rôle spécifique de l’État ; il n’a parlé que de communauté, au sein de laquelle il a fait une confusion entre l’action de l’État et la réponse paysanne.

3 Kleinschmager, 1993, p. 91-93.

4 González Sara via, 1998, p. 34-46.

5 Il est utile de se référer à l’importante contribution de Garcia MArtínez, 1992.

6 Wolf, 1957, p. 7.

7 Good Eshelman, 1994.

8 Dehouve, 1995.

9 Monaghan, 1996.

10 Taggart, 1976 ; Slade, 1976.

11 Dehouve, 1993 ; pour l’étude de cas, voirp. 102-106.

12 Good Eshelman, 1994, p. 146.

13 Boniface, 1996, p. 150.

14 Geertz, 1980, p. 45. Voir le chapitre III, p. 45-77.

15 Cancian, 1996.

16 GArcia, Leyva Solano, Burguete Cal y Mayor, 1998, p. 88.

17 Hunt et Nash, 1967, p. 270.

18 Oehmichen Bazân, 1998.

19 Lorot, 1995, p. 14.

20 Boniface, 1999, p. 16.

21 Boniface, 1996, p. 152.

22 Ibid., p. 115 et 133.

23 Cette distinction est clairement exposée par Burguete Cal y Mayor, 1998. Je pense que l’auteure établit une différenciation justifiée entre les « démarcations dessinées par les zapatistes en fonction de leurs aires d’influence » et les « revendications historiques, qui sont la voix des villages ». Ce sont ces dernières que je nommerais « géopolitiques ». L’auteure termine avec cette affirmation : « Il est préoccupant de constater [...] qu’on continue à privilégier les valeurs de la politique, plutôt que les valeurs des identités de villages. »

24 STPRM : Sindicato de Trabajadores Petroleros de la República Mexicana. Ce cas a été étudié par Prévôt-Schapira dans plusieurs articles, parmi lesquels on peut citer 1986 et 1994.

25 Voir la liste des villages coloniaux des Hautes Terres du Chiapas telle que la publie Viqueira dans sa thèse, 1998. L’historien suggère que, en réclamant la formation d’une nouvelle municipalité, plusieurs villages contemporains cherchent à récupérer le rang de chef-lieu qu’ils possédaient à la fin de la période coloniale, avant que la division municipale du xixe siècle ne les renvoie parmi les localités subalternes.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search