Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Chapitre VIII. L’enjeu financier (1990-2000)

Texte intégral

1Avec la suppression de l’article 27 de la Constitution qui protégeait la propriété ejidale et communale, l’État mexicain a entrepris, en 1992, la troisième grande réforme agraire de son histoire, après la promulgation des lois de démembrement, suivie de la reconnaissance de l’ejido et des biens communaux. On pouvait penser que, à l’instar des réformes précédentes, celle-ci provoquerait à son tour des évolutions fondamentales. Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, l’application de la loi dans la Montagne est restée prudente et n’a rien changé. La Procuraduría Agraria de Tlapa se charge, en principe, de répertorier tous les ejidos. L’un des seuls existant dans la région tlapanèque, celui d’Iliatenco, n’a pas encore accepté de comparaître. Les conflits entre communautés se poursuivent, désormais, devant le ministère de la Réforme agraire et les tribunaux.

2Sans doute la lenteur des évolutions actuelles dans le domaine agraire ne s’explique-t-elle pas uniquement par les retards dans l’application de la réforme. Il semble que, pour la première fois dans l’histoire des communautés indiennes, la question agraire ait cessé de représenter l’enjeu principal. Les intérêts collectifs se sont déplacés vers un nouvel enjeu incarné par les flux financiers qui parviennent aux villages, par l’intermédiaire de l’administration fédérale et du gouvernement de l’État.

Les flux financiers et les chefs-lieux

3Les aides gouvernementales ont commencé à arriver pendant la présidence de Salinas de Gortari, à travers le programme PRONASOL, comme nous l’avons dit dans le chapitre v. Depuis lors, elles n’ont pas cessé de s’accroître et revêtent maintenant des formes diverses ; certaines sont destinées aux chefs de familles (les programmes fédéraux PROCAMPO et PROGRES A), d’autres sont attribuées aux chefs-lieux pour subventionner les travaux publics.

4Les montants de ces aides sont si élevés qu’ils sont devenus le principal enjeu de la concurrence entre localités. Dans la période précédente, un groupe domestique remplissait des charges dans une communauté et lui prêtait main forte lors des conflits agraires, dans le but d’obtenir le droit de culture d’un simple champ de maïs ou de haricots. Actuellement, le même groupe domestique attend, de son appartenance communautaire, des aides financières individuelles, sous la forme de subventions, d’engrais ou de tôles ondulées et, au niveau collectif, l’introduction de services urbains, depuis le réseau routier jusqu’à l’électricité. Aussi le désir de contrôler l’arrivée des subventions a-t-il suscité de nouvelles luttes géopolitiques.

5La plus grande partie des flux financiers parvient aux chefs-lieux qui détiennent, en conséquence, le contrôle de l’argent. C’est pourquoi la concurrence entre localités a désormais pour but l’obtention de la catégorie de chef-lieu ; c’est ce qu’on a pris l’habitude de nommer, en politique ou dans les médias mexicains, la « remunicipalisation ».

6La première nouvelle municipalité de la Montagne s’est constituée à Acatepec, en 1993 (chap. II et v). Nous avons vu qu’Acatepec était reconnu comme chef-lieu agraire et désirait depuis longtemps s’affranchir du chef-lieu municipal de Zapotitlán Tablas, mais elle n’y était jamais parvenue avant l’ouverture politique qui permit le développement des partis d’opposition. Prenant appui sur le PRT, un groupe de militants d’Acatepec présenta aux élections municipales de 1989 son candidat à la mairie de Zapotitlán Tablas. Lorsque les résultats officiels proclamèrent la victoire du candidat du PRI présenté par Zapotitlán, ces militants décidèrent d’installer à Acatepec un conseil municipal « populaire », qui obtint sa légalisation en 1993.

7C’est précisément à cette date que de fortes subventions commencèrent à parvenir aux municipalités, encore accrues au cours de la période suivante (1997-2000). Ce fait, ajouté au triomphe d’Acatepec, suscita des désirs d’autonomie dans de nombreuses comisarías de la sierra. Alors que dans les années soixante-dix les groupes locaux rêvaient de former des hameaux et des comisarías, aujourd’hui leur idéal les pousse à devenir chef-lieu municipal. Pour cela, l’un des moyens consiste à multiplier le nombre de localités subalternes, de façon à prendre argument de leur existence pour obtenir de plus grosses subventions. Cette évolution locale a rejoint des changements au niveau national et transformé la notion de communauté.

la guerre des communautés

8En même temps que l’arrivée des subventions financières, il se produisit une transformation de la gestion de la division territoriale au Mexique.

Le concept de « communauté »

  • 1 INEGI : Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática.
  • 2 Il serait intéressant de comparer ces observations à celles qu’a réalisées, par exemple, Henríquez (...)

9Un organisme de statistique et géographie, l’INEG11, fut chargé de réaliser la couverture cartographique du pays. Sur la base de photographies aériennes, il décida que les groupements de maisons devaient porter un nom et former des localités. Or, cette approche diffère de la conception indienne qui fait dépendre la reconnaissance d’une communauté de la mise en œuvre de relations de coopération et de travail. La position de l’INEGI s’oppose également à la législation municipale du Guerrero qui donne les catégories de hameaux et villages (délégations et comisarías) à des localités remplissant un certain nombre de conditions spécifiées dans la loi. En opposition à toute la tradition régionale, l’INEGI accorde le statut de « localité » à n’importe quel regroupement de maisons, sans autres exigences, et le dernier recensement ne distingue qu’entre deux catégories, municipalité et localité, faisant disparaître la distinction entre village et hameau2. Parmi les localités reconnues par le recensement, figurent des lieux non perçus comme tels par le chef-lieu, qui n’apparaissent que parce que les employés ont demandé à une personne : « Comment se nomme cet endroit ? » Pour la petite histoire, on voit même apparaître parmi les localités de la municipalité de Malinaltepec, celle qui porte le n° 0111 et le nom « Xabo Nikil (El Mango) ». Or, xabo niki signifie « monsieur » en tlapanèque. On peut donc imaginer que l’employé de l’INEGI a demandé à un paysan : « Comment se nomme cet endroit ? » et reçu la réponse suivante : « Xabo niki (Monsieur), El Mango ! »

10Pour leur part, les chefs-lieux continuent à distinguer les comisarías (dont la reconnaissance officielle dépend du gouvernement de T État) et les délégations (nommées par le maire). Cependant, ils voient les organismes gouvernementaux, surtout ceux qui dispensent les subventions, prêter peu d’attention à cette distinction. Lorsqu’ils présentent des requêtes, le chef-lieu, les partis politiques ou les groupes de pression ont coutume de parler d’un groupement de « localités » ou de « communautés », sans préciser leur catégorie. On dit que l’attribution des ressources par PRONASOL dépend du nombre de communautés détenues par une municipalité. Dans ces conditions, les chefs-lieux cherchent à en faire apparaître le nombre le plus élevé possible ; ils utilisent, pour cela, toutes les possibilités légales qui leur sont offertes pour constituer le maximum de comisarías (ce pour quoi l’intervention du Congrès de l’État est indispensable) et de délégations (décision qui ne dépend que d’eux-mêmes).

11Il en résulte une augmentation énorme du nombre des communautés (annexe 4). Cependant, au fur et à mesure que les localités se multiplient, se développe une grande confusion au sujet de leurs noms et de leur nombre. La liste que nous présentons en annexe a été établie dans les chefs-lieux. Elle diffère de celle qu’offre l’avant-dernier recensement. Par exemple, notre liste énumère 97 localités dans la municipalité de MalinaL tepec, alors que le recensement n’en dénombre que 85. Mais parmi ces dernières, figurent plusieurs agglomérations non reconnues par le chef-lieu, comme Colonia Jardín de Cafetales, La Divina Providencia ou Piedra Vibora. À l’inverse, le chef-lieu reconnaît l’existence de hameaux qui n’apparaissent pas dans le recensement, comme Laguna de Chalma. Pourquoi ces différences ? La raison en tient à ce que deux logiques différentes sont à l’œuvre. Pour le recensement, la résidence crée la localité et tout groupement de maisons mérite un nom. Pour la municipalité, la coopération et le travail en commun constituent le pivot d’une communauté, et cette règle est toujours respectée par les Indiens, même lorsqu’il s’agit de fonder un maximum de hameaux. Ainsi, Malinaltepec reconnaît deux catégories de communautés dont les autorités sont nommées par le maire : tout d’abord, la délégation, représentée par un délégué, en application de la législation municipale ; ensuite, le « comité de travaux publics » (comité de obras), d’apparition récente, qui se crée chaque fois qu’un groupe de voisins décide de solliciter l’obtention d’un service urbain.

12Aussi dans la liste que nous présentons en annexe distingue-t-on trois sortes d’agglomérations : les comisarías, las délégations et les comités. Souvent, ces derniers se trouvent en plus grand nombre que les délégations, comme à Tilapa où figurent une délégation (El Mango) et sept comités.

Les communautés en concurrence

13La multiplication du nombre des communautés est le dernier venu parmi les instruments de la concurrence. Nous avons dit que le nouvel enjeu régional réside dans la formation de nouvelles municipalités et que, pour y parvenir, il est essentiel de montrer que l’on contrôle un grand nombre de localités. Aussi, chaque fois qu’une comisaría rêve de devenir chef-lieu, elle accroît le nombre de ses agglomérations subalternes. Par exemple, Iliatenco, qui a l’intention de se rendre indépendante de Malinaltepec et qui ne possédait que deux comisarías en 1973, compte aujourd’hui vingt-deux localités, dont neuf sont des délégations, et les autres des « comités de travaux publics ». Le chef-lieu de Malinaltepec développe par rapport à cette inflation d’agglomérations une position ambiguë. D’un côté, il en tire profit, car ces localités s’additionnent à celles du restant de la municipalité pour arriver au total symbolique de cent communautés. Mais, d’un autre côté, le chef-lieu voit d’un mauvais œil le fait qu’Iliatenco annonce vingt-deux localités, lorsque lui-même ne possède que seize délégations. Malinaltepec argumente que ses propres localités sont de véritables délégations, ce qui n’est pas le cas à Iliatenco.

14Il règne une confusion bien plus importante dans la nouvelle municipalité d’Acatepec. Au moment de la promulgation de sa qualité de municipalité, en 1993, elle renfermait quarante-sept communautés. Le recensement de 1998 en dénombre cinquante-deux et le conseil municipal en mentionne soixante-trois, en 1996, et ceci en dépit du fait que, entre ces dates, Acatepec en a perdu deux qui ont rejoint la municipalité d’Ayutla (Ciénega del Sáuce, Agua Xoco) et une autre, Tlacoapa (Laguna Seca). Autrement dit, on a enregistré une augmentation de dix-neuf localités en trois ans. Enfin, en 1999, on parle de soixante-seize communautés. Quelle explication donner à ce phénomène ?

15L’une des causes réside dans les circonstances de la fondation de la nouvelle municipalité. Celle-ci fut, en effet, précédée par un voyage des députés de l’État sur les routes qui venaient d’être tracées sur le territoire d’Acatepec. Partant d’une logique semblable à celle des employés de l’INEGI, les députés pensaient qu’un groupement de maisons représentait une agglomération. C’est pourquoi, au cours de leur voyage, ils prirent note des lieux-dits qu’ils traversaient. Lorsque le conseil municipal d’Acatepec prit connaissance du décret de création de la nouvelle municipalité publié par le Journal officiel le 23 mars 1993, il se rendit compte que, sur les cinquante-sept localités mentionnées, dix n’existaient pas selon leurs critères habituels, car elles n’étaient représentées « par aucune autorité ». Le conseil établit alors une « relation des quarante-sept communautés qui forment la municipalité, et des dix que les députés ont mentionnées mais qui n’existent pas ». Cependant, il apparut vite qu’il était très difficile de réformer un décret officiel et que, d’autre part, une municipalité avait intérêt à se voir reconnu un nombre important de localités. Le conseil les intégra donc, dans la mesure du possible, à son recensement.

16D’autre part, de nouvelles localités se formèrent par suite des luttes menées en faveur de la municipalité. Ainsi, en 1988, lorsque le projet fut conçu, le hameau d’El Chirimoyo constitua une comisaría dans le but de renforcer la future entité. Puis, entre cette date et 1993, les militants tentèrent de convaincre les comisarías comprises dans les biens communaux d’Acatepec de les soutenir. Mais ils n’obtinrent jamais l’adhésion de la comisaría de Yerba Santa qui, au sud d’Acatepec, voulait continuer d’être rattachée à la municipalité de Zapotitlán Tablas. Alors, un groupe localisé se détacha de Yerba Santa et constitua, en 1990, une nouvelle comisaría nommée Puerto Buenavista qui se rallia à Acatepec.

  • 3 Zilacayota (délégation en 1974 ; comisaría en 1994) ; El Capuhín (délégation en 1974 ; comisaria en (...)

17La comisaría d’Apetzuca se montra favorable aux militants de la nouvelle municipalité. Cependant, depuis 1959, elle se trouvait divisée en deux factions adverses (chap. IV), l’une relevant de la municipalité de Tlacoapa et l’autre de celle de Zapotitlán Tablas. En 1988, la comisaría appartenant à Tlacoapa adhéra au PRT, tandis que celle rattachée à Zapotitlán Tablas restait favorable au PRI. Lors des élections de 1989, les deux groupes décidèrent d’élire leur comisario ; le gagnant gouvernerait la comisaría réunifiée. Le candidat du PRT fut victorieux, car il était soutenu par la faction la plus nombreuse, mais son adversaire refusa d’accepter la réunification et devint comisario de la partie relevant de Zapotitlán Tablas. Cependant, le nouveau conseil municipal d’Acatepec parvint à persuader le village de se réunifier en 1994. Il dut, en échange, accepter qu’Apetzuca éclatât en plusieurs comisarías et délégations3. Parmi celles-ci, Zilacayota, El Capuhín et El Tejocote se trouvaient dans la partie d’Apetzuca rattachée à la municipalité de Tlacoapa, et Barranca Mina et Loma Maguey, à celle de Zapotitlán Tablas. Toutes ont actuellement adhéré à la municipalité d’Acatepec, à l’exception de Laguna Seca qui fait toujours partie de Tlacoapa.

18En d’autres termes, les transformations survenues à l’occasion de la création de la nouvelle municipalité ont été du même type que celles qui se produisaient jadis. Nous avons vu que, lorsque advenait un changement administratif, les communautés ne prenaient jamais une décision unanime, mais se scindaient en groupes localisés adverses. Cela était arrivé, par exemple, lorsque Huitzapula et Apetzuca avaient quitté la municipalité de Zapotitlán Tablas dans les années cinquante (chap. vi). De même, aujourd’hui, lorsque se forme une nouvelle municipalité apparaissent des groupes localisés d’intérêts et de coopération désireux de prendre des positions contraires aux choix qui prédominent dans leur village, tel que Puerto Buenavista, qui s’est formé dans le but de contester la décision majoritaire de Yerba Santa d’appartenir à Zapotitlán Tablas.

19On peut donc conclure, que, par-delà leurs spécificités, Malinaltepec et Acatepec tendent à multiplier le nombre de leurs localités subalternes, et pour la même raison, qui tient au désir de former de nouvelles municipalités.

Les facteurs d’éclatement

20La volonté des chefs-lieux de multiplier le nombre de leurs localités ne suffit pas pour que le processus parvienne à son terme. Nous avons montré dans le chapitre VI que la constitution d’une nouvelle communauté est un moment difficile et que l’unification des intérêts individuels peut échouer en raison de divers facteurs, tels que la mort du fondateur, l’absence de volonté commune ou les luttes d’influence entre « grands hommes ». C’est pourquoi la tendance actuelle à la multiplication des localités est la source d’une intensification des conflits internes aux communautés.

21On a pu le remarquer dans deux nouvelles localités de la municipalité d’Acatepec. À El Chirimoyo, devenu comisaría en 1988, les conflits qui opposent un groupe de catholiques à un groupe de protestants sont apparus après le décès du fondateur, faisant plusieurs morts. À El Tejocote (comisaría de Apetzuca), une faction désire appartenir à la municipalité d’Acatepec, tandis qu’une autre voudrait se rallier à celle de Tlacoapa, comme l’a déjà fait la délégation de Laguna Seca, également issue d’Apetzuca. En 1997, il s’est ensuivi des destructions de maisons et d’écoles.

Les taux de dispersion

22On peut constater que le nombre des localités s’est beaucoup accru : de 29 (en 1973) à plus de 80 (en 1995) dans la municipalité de Malinaltepec, de 9 à 42 à Zapotitlán Tablas, de 19 à plus de 60 à Acatepec, et de 17 à 29 à Tlacoapa.

23Cependant, ces chiffres ne sont pas stables et, comme nous l’avons dit, le nom et le nombre des localités varient selon les sources et les dates.

Tableau 7. Nombre d’habitants par communauté entre 1973 et 1995.

MUNICIPALITÉS

1973

1995*

Malinaltepec

nombre d’habitants

17 043

24 926

nombre total de communautés

29

entre 79 et 97 selon les sources

nombre d’habitants par communauté

587

entre 256 et 315

Zapotitlán Tablas

nombre d’habitants

3 721

9 537

nombre total de communautés

9

42

nombre d’habitants par communauté

413

227

Acatepec

nombre d’habitants

9 957

17 702

nombre total de communautés

19

entre 60 et 76 selon les sources

nombre d’habitants par communauté

342

entre 232 et 295

Tlacoapa

nombre d’habitants

7 646

7 645

nombre total de communautés

17

29

nombre d’habitants par communauté

449

263

* Censo General de Población, 1995.

24Quoi qu’il en soit, le nombre d’habitants par agglomération a beaucoup diminué depuis 1973 : de 587 à 300 à Malinaltepec, de 465 à 227 à Zapotitlân Tablas, de 524 à 250 à Acatepec, et de 449 à 263 en Tlacoapa, cette baisse ayant été plus ou moins équivalente dans toutes les municipalités.

25La population tlapanèque manifeste donc de fortes tendances à la dispersion, notable dans l’augmentation du nombre des localités et des municipalités. L’implantation de nouveaux partis politiques a rendu cette situation encore plus complexe.

Le jeu des partis politiques

26Si le contrôle des aides financières représente le motif principal des luttes géopolitiques, celles-ci ne peuvent se réaliser sans prendre part à la vie politique de l’État. En effet, le développement du multipartisme est contemporain de l’arrivée des subventions. En même temps que le programme PRONASOL, les partis d’opposition se sont implantés dans les communautés et les élections sont devenues de véritables enjeux.

Les sections électorales

27L’IFE (Institut fédéral électoral), créé en 1990, mit en place une nouvelle division de l’État en sections, chacune dotée de son chef-lieu et de ses bureaux de vote. Comme nous l’avons montré dans les chapitres III et IV, l’emplacement des chefs-lieux de sections électorales a donné lieu à une concurrence entre les comisarías, et entre les municipalités de Zapotitlán Tablas et d’Acatepec. L’implantation de sections est devenu un nouvel instrument de la rivalité intercommunautaire.

28Mais, pour y prendre part, il faut s’affilier à un parti politique. Seul celui-ci est habilité à présenter à l’IFE une demande d’ouverture de section ou de bureau de vote. Aussi, lors de la création de la municipalité d’Acatepec soutenue par le PRT, le comité du PRI de Zapotitlán Tablas présenta-t-il un projet de division de sa municipalité en dix sections électorales, dont plusieurs se trouvaient, en fait, sur le territoire d’Acatepec. Comme le PRT venait de perdre le droit de se présenter aux élections, Acatepec dut se tourner vers un autre parti d’opposition, le PRD, afin de tenter de régulariser cette situation.

Les élections municipales

  • 4 Pour le moment, ce sont : Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígene, Frente de (...)

29Les subventions parviennent à la population par deux voies. La première, la plus importante, passe par les chefs-lieux. Chacun d’entre eux reçoit plus de trois millions de pesos par an, destinés aux travaux publics. Depuis l’introduction du multipartisme, on élit les conseils municipaux lors d’élections qui opposent le parti officiel aux formations d’opposition. Donc, pour recevoir des subventions, il est impératif d’entrer dans le jeu politique entre partis, qui, pour le moment, sont principalement le PRI et le PRD. La seconde voie de distribution des aides gouvernementales concerne les localités subalternes. L’attribution de subventions par ce biais, moins importante, dépend principalement du militantisme de groupes de pression4.

30De toute façon, qui veut tenir sa place dans la concurrence intercommunautaire doit passer par les partis politiques. De cette combinaison entre le multipartisme et les flux financiers est né un nouveau jeu de concurrence entre localités qui associe de façon complexe la politique (conçue comme les luttes entre l’ex-parti officiel et les partis d’opposition) et la géopolitique (les rivalités entre communautés).

Politique et géopolitique

31La municipalité, principale bénéficiaire des aides financières, est devenue le théâtre des conflits intercommunautaires.

Les tactiques de remunicipalisation

32Les démarches visant à obtenir la catégorie de chef-lieu consistent, pour l’essentiel, à convaincre un groupe de localités de se rallier à la future municipalité. Ce type de lutte qui vise à regrouper de nombreuses localités dispersées sur un territoire étendu se différencie des anciens antagonismes qui avaient pour cadre les comisarías.

  • 5 CNC (Confederación Nacional Campesina) et PRI (Partido Revolucionario Institucional).

33Aussi les actuelles tentatives de regroupement sont-elles variées, et pas toujours assurées de succès. Caxitepec forme le centre de la « coordination du sud » de la municipalité d’Acatepec. Le premier conseil municipal avait tenté de lutter contre les tendances scissionnistes dirigées par quelques habitants de Caxitepec affiliés à des formations officielles5. Le conseil suivant nomma dans ce village un « coordinateur » représentant le chef-lieu dans la partie méridionale du territoire, en accord avec la dernière législation municipale. La coordination contrôle, en outre, un corps de neuf policiers de sécurité publique. On ignore encore ce que deviendra cet embryon d’organisation municipale.

  • 6 D’abord sous le nom de CAIN (Consejo de Autoridades Indígenas), puis de Pueblos Organizados de la C (...)

34La partie méridionale de la municipalité de Malinaltepec fait montre de tendances scissionnistes comparables, bien que les villages aient du mal à se mettre d’accord sur l’emplacement du futur chef-lieu, car Iliatenco, Pueblo Hidalgo et El Rincón en sont des candidats potentiels. Cependant, les militants d’Iliatenco « recueillent des signatures » et recherchent en priorité l’appui des comisarías de Paraje Montera, Xochiatenco et Arroyo San Pedro, désireuses d’échapper à l’emprise de Malinaltepec. De son côté, les prétentions d’El Rincón s’appuient sur la présence en son sein d’un curé militant qui a formé un réseau des communautés du sud6. Bien que ses objectifs affirmés soient d’organiser une pression collective sur les organismes officiels pour obtenir des services publics, le curé ne peut empêcher que les villages ne disent qu’il favorise sa paroisse. Lorsque, dans une des premières assemblées du CAIN, en 1993, naquit l’idée de se battre pour la formation d’une nouvelle municipalité, les villages d’Iliatenco et de Pueblo Hidalgo se retirèrent ostensiblement, pensant que la proposition avantagerait El Rincón. Jusqu’à aujourd’hui, ces deux communautés ont refusé de se joindre à l’organisation.

35Ces tactiques, transparentes du point de vue de la géopolitique, puisqu’il s’agit simplement de concurrencer le chef-lieu municipal, reposent sur les partis politiques d’une façon plus complexe. Acatepec est devenu municipalité avec l’aide d’un parti d’opposition, le PRT, tandis que Zapotitlán Tablas s’appuyait sur le parti officiel, le PRI, D’une façon assez logique, les militants en faveur de la constitution d’une nouvelle municipalité à Caxitepec cherchent le soutien des formations officielles. Dans tous ces cas, les critères de la politique et de la géopolitique se recoupent exactement.

36Ce n’est pas le cas dans la municipalité de Malinaltepec. Le parti d’opposition, PRD, y a gagné les élections municipales de 1989, grâce à l’activité d’un militant, dans le chef-lieu et à Iliatenco. Or, cette dernière comisaría manifeste, sur le terrain géopolitique, le désir de devenir chef-lieu, mais, sur le terrain politique, elle compte un grand nombre de militants du PRD. Les divisions entre politique et géopolitique ne coïncident donc pas et les militants du PRD de Malinaltepec et d’Iliatenco manifestent un dédoublement schizophrénique de la personnalité. En revanche, les militants du PRI d’Iliatenco sont très à l’aise, puisqu’ils associent sans difficulté les arguments politiques contre le PRD et les arguments géopolitiques contre le chef-lieu de Malinaltepec.

Les tactiques municipales

37Les relations entre le chef-lieu et ses communautés sont soumises à une évolution continue.

La distribution de l’argent dans la municipalité

38L’une des nouvelles attributions des chefs-lieux consiste à répartir les subventions parmi ses comisarías et ses délégations. Dans ce but, le programme PRONASOL a prévu la formation de « conseils du développement municipal », constitués du conseil municipal, des représentants des comisarías, des hameaux et des comités de travaux publics, avec la participation des représentants de l’administration. La programmation des travaux est décidée en janvier, les ressources arrivent en mai, et le conseil contrôle alors l’avancement des travaux et les dépenses.

39Bien qu’en apparence ce fonctionnement soit très démocratique, dans les faits, le conseil subit des pressions de la part de ses membres. Le chef-lieu conserve le pouvoir de décision et distribue ses fonds en accord avec ses préférences politiques et géopolitiques. En ce qui concerne les premières, il appuie en priorité les localités qui votent pour le parti majoritaire dans la municipalité. Pour prendre un exemple, Malinaltepec soutient Iliatenco, puisque les deux villages votent pour le PRD. Mais, en même temps, le chef-lieu prête attention à ses intérêts géopolitiques, et ceux-ci lui conseillent la prudence : trop soutenir Iliatenco pourrait pousser cette communauté à supplanter le chef-lieu, aussi Malinaltepec fera-t-il en sorte de répartir les subventions parmi les autres villages développés du sud, El Rincón par exemple, afin de mieux les diviser.

40Généralement, les motivations ne s’expriment pas aussi clairement que nous le faisons. En effet, les conseils municipaux se succèdent tous les trois ans et leurs décisions varient en fonction de la personnalité des conseillers municipaux. Cependant, plus ou moins ouvertement ou habilement, la distribution des ressources répond aux deux motivations énoncées.

  • 7 Ceux-ci sont pour l’instant : Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígena, Frent (...)

41Les localités ont une certaine latitude pour se soustraire au pouvoir du chef-lieu, puisqu’elles disposent de la possibilité de déposer des requêtes autonomes devant le gouverneur de l’État. Cela peut revêtir deux formes ; d’une part elles peuvent passer par le parti officiel, si leur chef-lieu appartient à un parti d’opposition. Par exemple, les comités du PRI dans les localités d’une municipalité favorable au PRD, comme Malinaltepec, demandent l’appui du gouverneur de l’État, associant les motivations politiques et géopolitiques. La seconde façon consiste à solliciter une aide par l’intermédiaire des groupes de pression d’opposition7. On peut prévoir que les voies de distribution des ressources, directement ou par l’intermédiaire du chef-lieu, deviendront, dans les prochaines années, un enjeu important de la concurrence intercommunautaire.

Les nouveaux conseils municipaux

42Une autre innovation de poids concerne la formation des conseils municipaux. Nous avons dit, dans le chapitre premier, que le conseil se compose de plusieurs membres dotés de compétences particulières (le maire, le procurateur syndic et les autres conseillers). Je pense pouvoir affirmer que, jusqu’en 1993, les municipalités choisissaient toujours leurs conseillers parmi la population du chef-lieu et de ses proches délégations. Ainsi le village de Malinaltepec est-il environné de nombreux hameaux (Laguna Seca, La Ciénega, La Soledad, Llano Pantanoso) qui, tous, prenaient part à l’assemblée et désignaient les conseillers parmi ses participants. Mais jamais l’assemblée n’ouvrait ses portes aux comisarías autonomes, comme par exemple, Iliatenco ou El Rincón.

Tableau 8. Origine des conseillers municipaux de Malinaltepec et d’Acatepec entre 1996 et 1999.

Origine des conseillers municipaux de Malinaltepec (1996-1999)

Président municipal : chef-lieu

Procurateur syndic : El Tejocote

Conseiller aux travaux publics : Iliatenco

Conseiller à l’éducation : Cuazoquitengo

Conseiller à la sécurité : Colombia de Guadalupe

Conseiller aux finances : Paraje Montera

Conseiller au commerce : Tierra Colorada

Conseiller à l’écologie : chef-lieu (parti d’opposition)

Conseiller à la salubrité : chef-lieu (parti d’opposition)

Origine des conseillers municipaux d’Acatepec (1996-1999)

Président municipal : Zilacayota (Apetzuca)

Procurateur syndic : Xochitepec

Trésorier : Agua Tordillo

Conseiller aux travaux publics : Villa de Guadalupe

Conseiller aux transports : Mexcaltepec

Conseiller à l’agriculture : El Tejocote

Conseiller à l’éducation : chef-lieu

Conseiller à la santé : Zontecompa

Conseiller à l’industrie : Mexcaltepec*

* Comme on le remarque, les noms et les fonctions des conseillers municipaux
diffèrent selon la municipalité.

43Cette règle se modifia avec l’implantation du parti d’opposition, le PRD. Pour rassembler des sympathisants et préparer le vote de 1989, les militants de cette formation prirent appui sur des habitants des comisarías de la partie méridionale, qui s’inscrivirent sur les listes de candidats. Les élections suivantes continuèrent dans cette voie. À Acatepec aussi, la constitution de la nouvelle municipalité fut rendue possible grâce au militantisme des habitants des comisarías et des hameaux du sud.

44La constitution des conseils municipaux répond à des considérations à la fois politiques et géopolitiques. Les premières tiennent au fait que les candidatures sont présentées par les partis politiques, sachant que la liste du gagnant constituera le gros du conseil municipal (auquel s’ajouteront quelques conseillers d’opposition dont le nombre dépendra des résultats). Les motivations sont également géopolitiques, et le chef-lieu manœuvre de façon à offrir des places de conseillers aux villages qui lui conviennent. En général, il désigne des conseillers originaires des localités qui manifestent des ambitions séparatistes, soit pour former une nouvelle municipalité, comme Iliatenco, soit pour se rallier à une autre municipalité. Les communautés de la partie méridionale d’Acatepec qui rejoignent la municipalité d’Ayutla sont dans ce cas.

45Il semble donc bien que, à partir des années quatre-vingt-dix, l’enjeu agraire ait fait place à l’enjeu financier. La recherche des subventions a remplacé, ou au moins déplacé, la lutte pour la terre. Les mesures décentralisatrices prises par l’État mexicain, qui ont permis la multiplication des localités et des municipalités, se sont associées à la lutte électorale pour susciter une explosion des tendances centrifuges.

Notes

1 INEGI : Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática.

2 Il serait intéressant de comparer ces observations à celles qu’a réalisées, par exemple, Henríquez Arellano, 1993.

3 Zilacayota (délégation en 1974 ; comisaría en 1994) ; El Capuhín (délégation en 1974 ; comisaria en 1997) ; El Tejocote (délégation en 1975 ; comisaría en 1996) ; Barranca Mina (délégation en 1983 ; comisaría en 1996) ; Loma Maguey (comisaría en 1987). Agua Fría et Laguna Seca, délégations en 1993 ; Ojo de Agua, délégation en 1998.

4 Pour le moment, ce sont : Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígene, Frente de Defensa Popular et Pueblos Organizados Costa-Montaña, voir chap. V.

5 CNC (Confederación Nacional Campesina) et PRI (Partido Revolucionario Institucional).

6 D’abord sous le nom de CAIN (Consejo de Autoridades Indígenas), puis de Pueblos Organizados de la Costa Montaña (chap. V).

7 Ceux-ci sont pour l’instant : Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígena, Frente de Defensa Popular et Pueblos Organizados Costa-Montaña.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search