Version classiqueVersion mobile

Saints et société en Islam

 | 
Rahal Boubrik

Deuxième partie. De la fondation d’une confrérie à la chefferie tribale

Chapitre 6. Muhammad Fâdil, les Kunta et le pouvoir émiral

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Ahl at-Tâlib Mukhtâr et les Kunta

Sîdî al-Mukhtâr al-Kuntî fut une figure marquante de la Qâdiriyya dans tout l’Ouest africain : nous avons précédemment tracé son itinéraire mystique. Son influence spirituelle était telle que la majorité des représentants de la tarîqa Qâdiriyya se référaient à son wird. Et pourtant, Muhammad Fâdil adopta une attitude différente en se distinguant de l’héritage de la Qâdiriyya Bakkâ’iyya (la Qâdiriyya de Sîdî al-Mukhtâr al-Kuntî).

Dès la fin du xixe siècle, les écrits sur la Fâdiliyya rattachèrent Muhammad Fâdil à Sîdî al-Mukhtâr al-Kuntî ; ainsi les écrits de Coppolani, P. Marty, I. Hamet et d’autres écrits ultérieurs français reprennent la thèse de Le Chatelier, et les écrits récents adoptent le même point de vue.

Sîdî al-Mukhtâr al-Kuntî mourut en 1811 : à ce moment, notre shaykh n’avait que 14 ans. Aucune mention n’est faite, de la part des successeurs et des disciples d’al-Kuntî, sur la présence de Muhammad Fâdil dans la zâwiyya des Kunta en Aza...

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search