Version classiqueVersion mobile

Jean Rouch

 | 
Maxime Scheinfeigel

Remerciements

Texte intégral

1Je remercie Michel Marie, le premier rouchien que j’ai rencontré à Paris et qui m’a fait voir Moi, un noir ; Jules Dumotier, mon plus jeune lecteur à Montréal ; Laurent Creton et Janie Castan ; Jocelyne Rouch, Laurence Braunberger et Jérôme Cantié.

2Je salue la mémoire de Christian Metz, dont l’intérêt et la courtoisie indéfectible contibuèrent à encourager mes débuts dans les études rouchiennes.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search