Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Chapitre VII. L’enjeu agraire (1850-1990)

Texte intégral

1Les chapitres précédents ont proposé une méthode pour l’analyse de la communauté indienne. Tout d’abord, ils ont montré l’importance des législations municipale et agraire qui encadrent le jeu de la concurrence. Les changements politico-administratifs, tels que la fondation ou la disparition d’une comisaría ou son changement de municipalité, reflètent, d’une façon ou d’une autre, la mise en œuvre d’une rivalité entre groupes locaux. Mais ceux-ci sont invisibles, dissimulés derrière des évolutions administratives plus manifestes ; sous le nom de « groupes localisés d’intérêts et de coopération », j’ai voulu signaler leurs caractéristiques : ils réunissent des unités domestiques autour d’intérêts communs et se nourrissent de leur travail bénévole ; ils se constituent sur une base locale et, par conséquent, le jeu de leurs apparitions, extinctions, fusions, scissions et luttes de toute sorte forment les dynamiques de la géopolitique indienne.

2Nous pouvons maintenant appliquer cette méthode à l’histoire des évolutions administratives qui ont effectivement pris place depuis la promulgation du municipio libre. Il faudra prêter attention au contenu des législations administratives et agraires, et surtout aux liens entre chacune d’entre elles. Il s’agit d’une question complexe que l’on a fait, jusqu’à présent, que mentionner et, pourtant, c’est dans cette relation fluctuante que se situe la clef d’une grande partie de l’histoire des communautés tlapanèques. Puis, nous rechercherons les groupes localisés d’intérêts et de coopération dissimulés derrière les hameaux, les comisarías et les chefs-lieux municipaux et, enfin, les motifs des conflits. Il sera nécessaire de distinguer plusieurs époques, selon les enjeux et les luttes qui les caractérisent.

L’utilisation des ressources naturelles

3À toute époque, la tenure foncière a encadré la production agricole. Avant de montrer de quelle façon, il faut présenter rapidement en quoi consiste cette production et comment elle utilise les ressources naturelles.

4La Montagne comprend plusieurs zones écologiques. La dépression du río Balsas, située à la latitude de Tlapa, à une altitude de 1 000 à 1 500 mètres, ne bénéficie que d’une faible pluviosité. En poursuivant vers le sud, en direction de l’océan Pacifique, le voyageur gravit les sommets de la Sierra madre del sur qui culminent à près de 3 000 mètres. De l’autre côté de la ligne de partage des eaux, les reliefs plus ou moins accidentés descendent en direction de l’océan jusqu’à une altitude de 500 mètres.

5Le territoire peuplé par les Tlapanèques s’étend des hauts sommets jusqu’au piémont côtier ; le relief et la pluviosité y dessinent une grande variété de niches écologiques où l’homme pratique l’agriculture et l’élevage.

L’élevage

6Le type de bétail varie en fonction de l’altitude. Au-dessus de 2 000 mètres, on trouve surtout des ovins, dont la laine sert à tisser des couvertures artisanales nommées gabanes. Plus bas, on élève des caprins et des bovins. Si le bétail paît partout durant la saison sèche, il faut l’empêcher de s’introduire dans les champs de maïs en saison des pluies. C’est pourquoi le développement de l’élevage dépend, avant tout, de l’abondance des pâturages. Ceux-ci sont rares dans la dépression du río Balsas, où se situent les communautés tlapanèques de Teocuitlapa et Zapotitlán Tablas, car la pression démographique contraint les paysans à pratiquer une agriculture un peu trop intensive et à limiter la jachère. Le bétail bovin manque de nourriture, exige une surveillance continue et rentre dormir chaque soir au domicile de son propriétaire. En revanche, en progressant vers le sud, la population diminue et la pluviosité augmente. Les pâturages se font si abondants qu’il n’est plus nécessaire de surveiller constamment les bovins qu’on peut laisser à eux-mêmes à condition de les rassembler, une fois par semaine, pour leur donner du sel.

7L’élevage du bétail caprin se pratique de façon extensive ou intensive. La première méthode consiste à changer sans cesse de pâturages ; elle est propre aux descendants des péons des haciendas caprines itinérantes qui traversaient la Montagne en saison des pluies. Pour leur part, les paysans préfèrent associer l’élevage de chèvres à une agriculture intensive. Les animaux paissent durant la journée et, la nuit, on les enferme dans des enceintes ou des huttes en bois, de façon que leur fumier vienne enrichir la terre. En saison sèche, l’enclos est déplacé sur toute la superficie du champ et, en saison des pluies, on le construit dans la partie la plus élevée des terrains en pente, de façon que le fumier descende jusqu’en bas, en suivant des canaux creusés dans ce but. À Loma Concha, habitée seulement en saison des pluies, les paysans divisent leurs parcelles en deux parties qu’ils cultivent alternativement sur deux ans. L’association entre agriculture et élevage caprin est la seule façon de cultiver du maïs hâtif et d’assurer d’abondantes récoltes de cucurbitacées.

8L’élevage des porcs est surtout le lot des villages qui possèdent peu de pâturages et beaucoup de maïs. En général, la région tlapanèque, caractérisée par l’habitat dispersé de sa population et ses grands espaces, lui préfère l’élevage bovin et caprin.

L’agriculture verticale

9Il existe deux méthodes culturales, extensive et intensive. La première consiste à ensemencer un terrain durant deux ou trois ans et à le laisser en jachère durant sept ans. En revanche, la culture intensive n’accorde que peu de repos à la terre, et s’associe à l’élevage caprin, comme nous l’avons dit. L’une et l’autre méthodes se prêtent indifféremment à la préparation du champ au moyen d’une charrue (barbecho) ou d’un bâton à fouir (tlacolole).

10C’est l’altitude qui détermine les espèces de maïs, haricots et cucurbitacées, qui constituent la base de l’alimentation. Au-dessus de 2 000 mètres, on fait pousser deux sortes de maïs, nommés hümedo (à gros grains) et pato (à petits grains). Le premier est semé en avril pour être récolté entre décembre et mars. Le second a un cycle plus court, d’avril à octobre ou novembre, mais sa culture est plus difficile. Les haricots sont semés en même temps que le maïs lorsqu’ils s’enroulent autour de la tige de cette céréale. Le plus courant est nommé ayocote. Parmi les cucurbitacées, seule l’espèce appelée zilacayota est adaptée à cette altitude. La récolte en est peu abondante, et il en va de même de la variété de piment des terres froides, le chile manzano. On plante aussi des chayottes (Schedium edule).

  • 1 Les espèces locales de haricots qui s’enroulent autour du maïs se nomment : ayocote, ojo de cabra, (...)

11Entre 500 et 2 000 mètres d’altitude, on sème plusieurs sortes de maïs local (criollo) et de maïs précoce, dont le plus connu est le cocomache. Outre de nombreuses espèces de haricots qui s’enroulent autour de la tige de maïs, et des haricots spécialement adaptés au maïs précoce, on cultive des haricots en champs1. Les diverses espèces de cucurbitacées ont chacune leur étage : la huitzayota entre 1 500 et 1 800 mètres, la tamalayota ou calabaza de Castilla entre 1 000 et 1 500 mètres, et la pipiana entre 500 et 1 000 mètres.

12Les cultures fruitières dépendent également de l’altitude : au-dessus de 2 000 mètres, pousse la petite grenade (Passiflora sp.), la pêche (Prunus persica), la cerise capuhín et le tejocote. On extrait le suc du maguey pour élaborer une boisson alcoolisée, le pulque. Entre 500 et 1 800 mètres prolifèrent une multitude de fruits, comme les goyaves et les mangues, et toutes sortes de bananes. Certaines d’entre elles (macho et dominico) sont bouillies et mélangées à la pâte de maïs dont on fait les galettes. D’autres sortes sont confites sur les toits au soleil, de décembre à février, et vendues dans les foires lors de la semaine sainte. Les cultures commerciales concernent les pommes de terre et les fèves au-dessus de 2 000 mètres, et le café au-dessous.

13De toutes les municipalités tlapanèques, c’est Malinaltepec qui consacre le plus de place à la culture du café, tandis qu’Acatepec, à l’inverse, se contente d’en récolter quelques grains au fond des vallées ou dans les jardins domestiques. La partie méridionale de cette dernière municipalité cultive les hibiscus, dont les fleurs sont commercialisées sous le nom de jamáica (Hibiscus sabdariffa). La cacahuète et le pois-chiche sont typiques de la municipalité de Zapotitlán Tablas qui les vend sur le marché de Chilapa. Au-dessous de 1 000 mètres d’altitude, la canne à sucre est la seule culture commerciale et l’on élabore du sucre brun à l’aide de petits moulins mus par des bœufs.

La complémentarité verticale

14L’histoire nous enseigne que, à la fin de la colonisation espagnole, les hauts sommets de la région tlapanèque, entre 1 800 et 2 000 mètres, étaient plus peuplés que les parties plus basses. Pourtant, à cette altitude, le maïs et les haricots ont un cycle cultural long, de dix à douze mois, et, si l’on peut fabriquer du pulque, il n’est pas possible d’obtenir une grande variété de fruits.

15C’est pourquoi les paysans qui vivent sur les hauteurs cherchent à diversifier leurs ressources en cultivant des parcelles plus basses. Comme me le disait un habitant de Ahuexotitla (mun. de Zapotitlán Tablas) : « Ceux qui n’ont des terres que dans un seul endroit souffrent beaucoup. » Maintenir une complémentarité entre étages dont la verticalité s’étend de 500 à 1 000 mètres représente un idéal culturel.

16La quête de pâturages abondants, puis de la complémentarité verticale, ont joué un rôle moteur dans les changements politico-administratifs survenus dans la région tlapanèque.

L’expansion, 1850-1900

17À la fin du xviiie siècle, personne ne pratiquait encore de cultures commerciales. Les paysans vivaient en habitat dispersé et cultivaient le maïs, les haricots et les cucurbitacées. Mais, déjà, sous l’influence conjuguée de la récupération démographique et du goût pour l’élevage bovin, les groupes domestiques commençaient à s’éloigner des centres villageois et à se répandre dans les montagnes dépeuplées qui couvraient une partie des terroirs. La recherche de pâturages favorisait une extrême dispersion de l’habitat.

Le groupe domestique et les terres communales

18À l’époque, la production familiale s’appuyait sur la tenure foncière communautaire de façon simple. La Couronne espagnole avait réparti des terres aux villages indiens, en 1712, faisant en sorte que chaque localité, ou presque, bénéficie d’un terroir. Dans la région tlapanèque, seuls les villages de Cuapala (locataire de Huitzapula) et Cuixapa (locataire de Zapotitlán) en restèrent dépourvus. Tous les autres furent considérés comme détenteurs de biens fonciers.

19Les terres appartenaient donc au village et, pour y circuler, y vivre, les cultiver et y faire paître leur bétail, les groupes domestiques devaient y offrir leurs services, c’est-à-dire y payer leur tribut et en assumer les charges. Les superficies étaient vastes, les hommes peu nombreux et le principal facteur de richesse d’un groupe domestique résidait dans la capacité de son chef à former une famille étendue et à contrôler le travail de ses fils et de ses gendres. Seule cette force de travail permettait de défricher, semer, élever des animaux et, finalement, de constituer une puissante unité de coopération.

20Avec l’accroissement démographique et le désir de multiplier leurs troupeaux, les hommes s’éloignèrent de leur centre villageois et allèrent peupler de nouveaux emplacements. Dans les terres chaudes, ils plantèrent des bananiers et de la canne à sucre. Dans les immensités dépeuplées, ils faisaient paître leur bétail sans porter préjudice aux cultures. Et, tout en se répandant sur la totalité du terroir, ils prirent bien soin de marquer de leur présence les limites qui les séparaient des communautés voisines.

Acatepec

21L’expansion débuta au xviiie siècle. Les habitants d’Acatepec commencèrent par peupler les lieux où, plus tard, seraient fondés Apetzuca et Zontecomapa. Puis, ils descendirent jusqu’à Barranca Pobre, qui appartenait alors à Tenamazapa (sujet de Totomixtlahuaca). Forts d’une démographie plus dynamique (Acatepec comptait 248 familles contre 39 à Tenamazapa), ils se firent locataires de Tenamazapa et lui disputèrent les terres durant tout le xviiie siècle. En 1836, ils gagnèrent leurs procès et s’emparèrent des parcelles en litige.

22Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, ils fondèrent, sur cette même frontière orientale, deux hameaux, Yerba Santa (appartenant à Acatepec, municipalité de Zapotitlán Tablas) et llano Grande (appartenant à Tlacoapa, municipalité de Totomixtlahuaca). La généalogie de Puerto Buenavista, au sud de Yerba Santa, retrace de façon significative cette avancée des hommes vers le sud. Des deux premiers habitants qui s’installèrent dans le lieu-dit vers 1870, l’un provenait de Barranca Pobre (peuplé un siècle auparavant), et l’autre d’Apetzuca. Tous deux remplissaient leurs charges à Acatepec.

23Pendant ce temps, d’autres éleveurs gagnaient la frontière méridionale d’Acatepec, et s’installaient à des endroits où ils devaient fonder Xochitepec, Tecruz, Tres Cruces, Mexcaltepec et Caxitepec. Déjà, des hommes originaires de Malinaltepec se mêlaient à ceux qui provenaient d’Acatepec et de Zapotitlán Tablas.

Malinaltepec

24De fait, Malinaltepec bénéficiait de la démographie la plus dynamique de toute la région tlapanèque. Déjà, à la fin du xviiie siècle, ses habitants avaient peuplé deux « quartiers » (barrios) sujets du chef-lieu : Moyotepec, 34 chefs de famille en 1777, et Cuetlaxtelihui, 173 chefs de famille ; la localité a disparu depuis.

25Ses éleveurs parvinrent à Yerba Santa (qui prendra plus tard le nom de Colombia de Guadalupe) et El Rincón entre 1820 et 1830, puis à Tilapa et Iliatenco, envahissant les terres de Pascala (sujet de Totomixtlahuaca), selon les habitants de cette communauté. Le point le plus méridional fut atteint par un dénommé Bentura Flores, originaire de Malinaltepec, à Hondura Tigre, sur la frontière de la communauté mixtèque de Buenavista.

26Aussi, lorsque fut établie la division municipale de 1870, la plus grande partie des terroirs d’Acatepec et de Malinaltepec était occupée.

Les documents de démembrement

27La création de l’État de Guerrero fut contemporaine de la promulgation des lois de démembrement, qui remplacèrent la législation coloniale et ordonnèrent l’adjudication, à des personnes privées, de toutes les propriétés du clergé et des communautés. Pour se mettre en règle, les chefs-lieux municipaux entreprirent de répartir leurs terres entre leurs habitants, en 1880.

28En dépit de l’individualisme de règle dans les familles d’éleveurs, celles-ci dépendaient néanmoins de leur village pour se protéger des communautés dont elles avaient envahi les terres. Aussi, la répartition des documents de démembrement entre les habitants d’Acatepec et de Malinaltepec ne suscita pas la dissolution de la propriété communale, qui se maintint de façon informelle. Le village garda son contrôle sur les documents fonciers et, bien que ceux-ci fussent établis au nom de plusieurs de leurs habitants, personne ne contesta leur caractère collectif.

29Mais de quelle collectivité s’agissait-il ? Les problèmes naquirent de cette question et l’existence des documents de démembrement suscita des tendances centrifuges parmi les groupes locaux. Les éleveurs, qui vivaient loin du centre d’origine, devaient marcher durant des jours pour remplir leurs charges, assister aux fêtes et enterrer leurs défunts. Ils avaient de bonnes raisons de vouloir fonder leur propre localité. Apparus pour la première fois dans la division territoriale de 1876, les noms des nouveaux hameaux se multiplièrent en 1886, clairement sous l’influence des hommes qui détenaient les documents de démembrement (annexe 1).

30Le changement le plus notable survenu entre 1876 et 1886 concerna la municipalité de Malinaltepec, où les localités passèrent de dix à quinze. Beaucoup d’entre elles n’étaient peuplées que par un seul groupe domestique. C’était, par exemple, le cas d’El Chirimoyo (aujourd’hui San Miguelito, voir la généalogie au chap. VI), où habitaient les trois frères Santiago-Carlos. Le hameau de Barranca Jabalí, qui devint plus tard comisaría sous le nom de San José Vista Hermosa, n’avait qu’un groupe patrilinéaire et à Cofradía (aujourd’hui Tuxtepec) prédominait la lignée des García.

31Ces groupes domestiques se trouvaient déjà en concurrence et, entre 1876 et 1886, la localité de Tierra Blanca absorba celle de Cofradía, tandis que la communauté de Paraje Montero annexait Xochiatenco.

32La seule fondation de hameau à Acatepec fut celle de Mexcaltepec, et il est intéressant de noter que la création de la localité fut directement suscitée par la répartition des documents de démembrement. En effet, ceux-ci furent établis en 1881 au nom de vingt-cinq hommes. Les noms de huit d’entre eux sont mentionnés sur la cloche du village datée de 1887, au moyen des initiales DGMJSCBR, qui représentent les huit personnages les plus influents de la communauté.

33L’histoire locale précise que le premier d’entre eux, Domingo Santiago, acheta l’image de saint Joseph Patriarche, et Gregorio Benito, celle de l’archange saint Michel.

34À l’inverse, la répartition des documents de démembrement ne changea rien dans les vieux villages subalternes (Cuixapa et Huitzapula, sujets de Zapotitlán, et Tlacoapa, Tenamazapa, Pascala et Tlaxcalistlahuaca, sujets de Totomixtlahuaca).

35Les années suivantes, plusieurs des nouveaux hameaux disparurent, pour toujours, ou pour réapparaître bien des années plus tard. Ceci conlirme le fait que l’élaboration des documents de démembrement joua un rôle essentiel dans la multiplication des localités, en 1886. Il faut voir dans cette évolution de la division politico-administrative une influence directe des changements survenus dans la législation agraire.

Les taux de dispersion

36Quels furent les effets des tendances centrifuges, et comment exprimer ceux-ci en chiffres ? Nous avons comparé le nombre des habitants et le nombre des localités en 1743, 1871 et 1886, de façon à calculer, pour chaque date, le nombre d’habitants par localité.

Tableau 4. Nombre d’habitants par communauté entre 1743 et 1886.

Tableau 4. Nombre d’habitants par communauté entre 1743 et 1886.

* Archivo General de Indias, Indiferente General 107 ; nous avons multiplié par 4 le nombre des tributaires.
** Memoria presentada ante la H. Legislatura del Estado de Guerrero por el Gobernador del mismo, General Francisco O. Arce, Chilpancingo, Imprenta del Gobierno del Estado, 1871.
*** Memoria presentada al IX Congreso constitucional del Estado de Guerrero por el Gobernador del mismo, Francisco O. Arce, Chilpancingo, Imprenta del Gobierno del Estado, 1886.

37En dépit d’une curieuse baisse démographique inexpliquée dans deux des municipalités, entre 1871 et 1886, nous pouvons tirer quelques conclusions. En 1743, la moyenne des habitants par localité variait entre 122 et 276, soit un nombre à peu près constant dans toutes les communautés tlapanèques de l’époque. La municipalité de Totomixtlahuaca-Tlacoapa conserva ce taux au siècle suivant, en raison d’une démographie stagnante et d’une diminution du nombre des localités (de 6 à 5). En revanche, les municipalités de Malinaltepec et Zapotitlán Tablas, du fait de leur poussée démographique, passèrent respectivement à 530 et 840 habitants par localité en 1871, puis à 145 et 438 en 1886, avec un nombre de localités en augmentation constante (de 3à 18 et de 6 à 10).

38Les transformations des législations administratives et agraires offrirent donc à une population en expansion des possibilités de créer de nouvelles communautés. Cependant, le nombre d’habitants par localité se maintint à des niveaux plus élevés qu’à la fin de la période coloniale.

39Pour résumer les facteurs qui influèrent sur la distribution de la population, il faut donc souligner les changements survenus dans la législation agraire. Un village de la fin du xviiie siècle possédait un terroir et cette équivalence entre les domaines administratif et agraire permit à la population de deux communautés, Malinaltepec et Acatepec, de coloniser les versants de la sierra, tandis que celles dont la superficie était restreinte (Zapotitlán et Totomixtlahuaca) restaient stables. La promulgation des lois de démembrement ne fit pas disparaître la propriété communale mais accrut le pouvoir de quelques groupes domestiques titulaires des nouveaux documents fonciers. Derrière la fondation de nouveaux hameaux se profilent ces groupes dirigés par quelques hommes puissants, qui songèrent à utiliser leurs titres agraires pour former une nouvelle unité administrative.

La stabilisation, 1900-1950

40Cependant, de nombreux hameaux disparurent au cours des années suivantes. Les unités administratives qui survivent au début du xxe siècle rassemblent une population nombreuse, au terme d’une lutte entre groupes d’intérêts et de coopération.

La concurrence entre groupes localisés

41En dépit d’une croissance démographique globale (Malinaltepec passe, entre 1886 et 1930, de 2 612 à 8 976 habitants, Zapotitlán-Acatepec, de 4 383 à 5 546 habitants et Totomixtlahuaca, de 1 774 à 6 065 habitants), le nombre des localités diminue, stagne ou croît très faiblement : de 18 à 14 à Malinaltepec ; de 10 à 12 à Zapotitlán-Acatepec ; de 5 à 4 à Tlacoapa.

42La comparaison des listes de villages et de hameaux entre 1886 et 1930 fait apparaître des évolutions (annexe 2). Nous remarquons, tout d’abord, la présence des hameaux « disparus ». En réalité, il est bien entendu que la population n’a pas été anéantie, mais a été annexée par une autre localité. À Malinaltepec, parmi les 11 hameaux qui sont dans ce cas, 3 d’entre eux appartiennent au chef-lieu (El Chirimoyo, Ojo de Agua, La Lucerna) et leurs habitants ont tout simplement renoncé à leurs prétentions séparatistes et décidé de remplir leurs charges dans le village souche. Le groupe domestique d’Hondura del Tigre, point le plus méridional de la municipalité, a été englobé par Pueblo Hidalgo (alias Tierra Blanca), et les habitants de El Potrerillo se sont rattachés à El Rincón.

43À Acatepec, Xilotlancingo a disparu et ses habitants se sont ralliés à Xochitepec. Totomixtlahuaca a perdu plusieurs hameaux dont la population a rejoint Acatepec. Ainsi, llano Grande a abandonné Tlacoapa (mun. de Totomixtlahuaca) en 1891, au profit d’Acatepec (mun. de Zapotitlán Tablas), après que cette dernière eût gagné ses procès agraires, et formé avec Yerba Santa une seule unité, nommée Cuadrilla de la Unión. Deux localités du nom d’Apetzuca appartenaient, l’une à Totomixtlahuaca (c’est-à-dire à Tlacoapa), l’autre à Zapotitlán Tablas (c’est-à-dire à Acatepec). La première disparut et on peut penser qu’elle s’allia à la seconde. Enfin, les habitants de Tecolutla et de Xocuapa se regroupèrent avec Tlacoapa.

44La majorité des hameaux qui subsistèrent se dotèrent de la catégorie de village (cinq à Malinaltepec, deux à Acatepec). Plusieurs autres villages firent leur apparition, comme Moyotepec et Tierra Colorada dans la municipalité de Malinaltepec. Moyotepec avait été un quartier de Malinaltepec à la fin du xviiie siècle, puis ses habitants s’étaient ralliés au chef-lieu, avant de d’acquérir leur autonomie en devenant un village. Tierra Colorada était peuplé de groupes domestiques qui remplissaient leurs charges à Tilapa, jusqu’à ce qu’ils fissent scission pour éviter de participer à la reconstruction de son église. Enfin, la municipalité de Malinaltepec engloba les vieilles communautés mixtèques d’Alacatlatzala et de Cuazoquitengo.

45En fin de compte, quelques localités sortirent renforcées du jeu de la concurrence. Alors que l’époque précédente avait vu le triomphe des tendances centrifuges, les dynamiques centralisatrices s’imposèrent au début du xxe siècle.

La suprématie des chefs-lieux

46Comment expliquer la prédominance des tendances centripètes, alors que les documents de démembrement restaient en possession des habitants des villages et des hameaux ? La répartition des titres fonciers, qui avait débuté vers 1880, se poursuivit, en effet, au fur et à mesure que de nouvelles localités acquéraient la catégorie de comisaría. Malinaltepec, en particulier, confirma, en 1899, la distribution réalisée entre Tilapa, Tierra Colorada, El Rincon, Iliatenco et Yerba Santa. Elle dota de terres les nouvelles comisarías jusqu’en 1931 (San Miguel Progreso et Paraje Montera).

47En fait, avec le temps, les documents de démembrement adoptèrent un caractère de plus en plus collectif. Les chefs de groupes domestiques qui les avaient mis au service de leur désirs de scission étaient morts depuis deux générations et leurs descendants avaient passé de nouvelles alliances, dont étaient nées de nouvelles localités. Peu à peu, il finit par se reconstituer une relation terme à terme entre la catégorie administrative et la tenure foncière. Autrement dit, les localités reçurent leurs titres de démembrement au fur et à mesure qu’elles acquéraient la catégorie de comisaría et la division administrative en vint à jouer, quoique de façon informelle, un rôle agraire. Cet état de fait peut expliquer que les groupes domestiques aient pensé qu’ils avaient intérêt à s’unir pour constituer des comisarías, plutôt qu’à se diviser pour fonder des hameaux.

48Du même coup, le chef-lieu bénéficia d’un pouvoir agraire accru sur les localités subalternes. Celles-ci prirent leur revanche en changeant de municipalité. Les comisarías de Pueblo Hidalgo et San José Vista Hermosa abandonnèrent Malinaltepec pour San Luis Acatlán en 1930, se plaignant d’une nouvelle délimitation réalisée par le président municipal qui, selon elles, les désavantageait. Mais, en 1948, San José Vista Hermosa réintégra la municipalité de Malinaltepec, pour protester contre le maire de San Luis Acatlán qui, à son avis, favorisait son adversaire agraire, Pueblo Hidalgo. Après la résolution des conflits, San José Vista Hermosa réintégra la municipalité de San Luis Acatlán en 1962.

49Le chef-lieu prit des mesures pour assurer la sécurité demandée par les éleveurs. Pour lutter contre le vol de bétail, il nomma des « gardes » chargés de sruveiller le chemin à Ojo de Agua en 1911, San Miguel Progreso et Paraje Montero en 1914, La Ciénega en 1921 et Arroyo San Pedro en 1927. Deux de ces villages disparurent, mais les autres se développèrent et finirent par devenir comisarías.

Les taux de dispersion

50La stabilité règnant dans les municipalités se traduit dans les taux de dispersion.

Tableau 5. Nombre d’habitants par communauté entre 1886 et 1930.

MUNICIPIOS

1886

1930*

Malinaltepec

nombre d’habitants

2 612

8 976

nombre de villages

3

9 + 2**

nombre d’unités subalternes

15

3

nombre total de communautés

18

14

nombre d’habitants par communauté

145

641

Zapotitlán Tablas

nombre d’habitants

2 808

nombre de villages

3

nombre d’unités subalternes

0

nombre total de communautés

3

nombre d’habitants par communauté

936

Acatepec

nombre d’habitants

2 738

nombre de villages

4

nombre d’unités subalternes

4

nombre total de communautés

8

nombre d’habitants par communauté

382

Zapotitlán Tablas + Acatepec

nombre d’habitants

4 383

5 546

nombre de villages

4

8

nombre d’unités subalternes

6

4

nombre total de communautés

10

12

nombre d’habitants par communauté

438

462

Totomixtlahuaca-Tlacoapa

nombre d’habitants

959

6 065

nombre de villages

5

4

nombre d’unités subalternes

o

0

nombre total de communautés

5

4

nombre d’habitants par communauté

191

1 516

* V Censo General de Población, 1930.
** Ces deux villages sont ceux d’Alacatlatzala et de Cuazoquitengo.

51Jamais le nombre d’habitants par localité ne fut aussi élevé qu’à cette période. Les taux maximaux se présentaient dans les municipalités qui rassemblaient des vieilles communautés (1516 habitants à Tlacoapa, 936 à Zapotitlán Tablas), et les plus bas dans les municipalités de colonisation (342 à Acatepec et 641 à Malinaltepec).

52Si l’on veut récapituler les facteurs qui influèrent sur la dispersion de la population, nous trouvons donc, à nouveau, la relation très spéciale qui associe les domaines administratif et agraire. En l’absence d’innovations légales, l’interprétation locale de la législation se modifia. Mis au service des localités plus que des groupes domestiques, les documents de démembrement passèrent du chef-lieu au pouvoir des comisarías, ce qui favorisa les tendances centripètes plus que centrifuges, la centralisation plus que la dispersion.

La fragmentation, 1950-1990

53Pourtant, déjà mûrissaient les facteurs des changements qui allaient marquer la seconde moitié du xxe siècle.

Le développement des cultures commerciales

54Vers 1915, quelques habitants d’Iliatenco rapportèrent d’un voyage à Atoyac quelques plants de café. Ils les mirent en terre et, en 1933, les récoltes étaient déjà importantes. À partir de ce village, le café monta en altitude jusqu’à atteindre Malinaltepec, en 1950. Une seconde voie de pénétration passa par la municipalité voisine où le café parvint à Pascala, avant d’arriver à Totomixtlahuaca et Tlacoapa.

55La canne à sucre gagna aussi la région côtière. On la cultivait, dès 1880, à petite échelle et plus intensivement à El Rincón, dès le début du xxe siècle. La fleur d’hibiscus est la dernière venue. Elle a gravi la partie méridionale du territoire d’Acatepec à partir d’Ayutla ces quinze dernières années. Enfin, au nord, Zapotitlán Tablas et Acatepec se sont mis à cultiver des haricots noirs et des pois chiches pour les vendre au marché de Chilapa.

56L’introduction des cultures commerciales eut une conséquence importante. Les terres chaudes et méridionales des municipalités de Malinaltepec et de Tlacoapa virent augmenter leur valeur par rapport aux terres froides des sommets et les paysans se mirent à convoiter les berges des rivières de la dépression du río Balsas et les fertiles vallées du versant Pacifique.

57De plus, la culture du café, des bananiers et des arbres fruitiers se faisait dans des plantations permanentes. Au contraire des champs de maïs, prompts à retomber sous la juridiction communautaire dès qu’ils étaient laissés en jachère, les plantations se prêtèrent à une sorte de propriété privée, de caractère informel et local, qui n’était pas contraire à la détention communale du terroir.

58Les antagonismes intercommunautaires furent plus forts que les conflits interindividuels. Avec l’accroissement démographique, la pression sur les terres se renforça. Le problème ne résidait pas tant dans la délimitation des terroirs des vieilles communautés que dans la répartition des étages écologiques entre les nouvelles localités.

Les législations agraires

  • 2 Parmi ces localités, seule Iliatenco se situe dans notre zone d’étude.

59Alors que se mettait en place ce nouveau contexte économique, la législation agraire subit une évolution fondamentale. La Révolution de 1911 rétablit la propriété communale de la terre, sous le régime de l’ejido et des biens communaux. La dotation ejidale débuta très tôt par le démantèlement de l’hacienda caprine itinérante qui avait appartenu à l’Espagnol Guillermo Acho, puis au Nord-Américain Lewis Lamm. La première demande fut présentée, en 1921, par Iliatenco qui se plaignit des empiètements de l’hacienda sur son terroir d’origine coloniale. En 1927, les autres communautés lésées posèrent, à leur tour, des requêtes (Zilacayotitlán, Juanacatlán, San Miguel Zapotitlán et Tonaya), en 1929, ce furent El Rosario et San Juan Puerto Montaña et, en 1930, Las Pilas2. Les dotations ejidales furent réalisées entre 1931 et 1934.

60Pendant ce temps, les documents de démembrement conservèrent leur valeur dans le reste de la Montagne, en association avec la législation administrative, jusqu’à ce que les localités se missent à solliciter la légalisation de leurs biens communaux. Les premières furent Colombia de Guadalupe (mun. de Malinaltepec), qui l’obtint en 1948, et Acatepec, dont la résolution présidentielle porte la date de 1957.

61Les premières dotations eurent pour résultat que tous les documents agraires antérieurs, notamment les titres de démembrement, perdirent leur valeur légale. Du jour au lendemain, toutes les limites entre comisarías furent à redéfinir, et les villages de fondation récente perdirent l’indépendance agraire qu’ils venaient juste de gagner.

62Cette situation bénéficia, tout d’abord, aux chefs-lieux agraires ou administratifs. Ainsi, les nouveaux biens communaux d’Acatepec englobèrent toutes les nouvelles comisarías fondées depuis le xixe siècle, si bien que celles-ci perdirent l’autonomie que leur avaient conférée les documents de démembrement. De même, Malinaltepec récupéra la mainmise sur la totalité de son terroir communal d’origine colonial, à l’exception de la partie ejidale d’Iliatenco et des biens communaux de Colombia de Guadalupe. À leur tour, tous les villages de la partie méridionale (Pueblo Hidalgo, El Rincón, Iliatenco, Tilapa et Tierra Colorada) présentèrent leur demande de confirmation de biens communaux. Malinaltepec les laissa faire sans s’y opposer, sauf en ce qui concerne les localités les plus proches de son centre villageois.

63Une nouvelle relation entre les domaines administratifs et agraires se fit jour. Dorénavant, les communautés dépendaient de deux législations distinctes : leurs catégories administratives de la législation municipale, et leurs catégories agraires de la législation des biens communaux. Il ne suffisait pas d’avoir la catégorie de comisaría pour se voir reconnaître un terrain communal, mais c’était une étape préalable à la présentation d’une demande officielle. Celle-ci ouvrait une longue période de démarches et il n’était pas rare que dix, vingt ou même trente ans s’écoulent avant l’obtention de la « résolution présidentielle » qui mettait un terme à l’incertitude.

64Au cours de cette étape intermédiaire, l’unité administrative mettait en œuvre tous les instruments de la concurrence. Or, précisément dans ces années critiques, l’administration commença à promouvoir le développement des services urbains et des ouvrages d’infrastructure. Localement nommés « améliorations » (mejoras), ceux-ci furent placés au service de la rivalité intercommunautaire dont l’enjeu fondamental et dissimulé n ’était autre que la délimitation du terroir communal.

Mères et filles

65Dans les années soixante-dix, le nombre des hameaux augmenta dans toutes les municipalités : de 3 (en 1930) à 18 (en 1976) dans la juridiction de Malinaltepec, de 4 à 15 dans celle d’Acatepec, de 0 à 7 dans celle de Zapotitlán Tablas, y de 0 à 14 dans celle de Tlacoapa (annexe 3).

66Si la plupart des hameaux se détachaient du chef-lieu, commencèrent aussi à apparaître des communautés de seconde génération. Ainsi, dans la juridiction de Malinaltepec, Iliatenco, communauté de première génération, donna naissance aux hameaux de Tlahuitepec et Cruz Tomahuac ; Colombia de Guadalupe, à celui de Mesón de Ixtlahuac ; Tierra Colorada à Rancho Viejo et Paraje Montero à Xochiatenco.

67Les rivalités entre communautés mères et filles s’envenimèrent. Les premières cherchaient à contrôler le travail du plus grand nombre d’hommes possible afin de bâtir les édifices les plus prestigieux. Mais la pression qui s’exerçait sur les chefs de famille, de qui l’on exigeait des quantités de travail accru, réveilla les tendances centrifuges et scissionnistes des groupes localisés. Parmi les hameaux nés au cours de cette période, on peut reconnaître les noms de localités fondées à la fin du xixe siècle et disparues par la suite, telles que Xochiatenco (qui avait été englobée par Paraje Montera) et El Potrerillo (annexée à El Rincón), aux côtés de hameaux totalement nouveaux.

68Cependant, derrière cette rivalité, dont nous avons déchiffré les codes dans les chapitres IV et V, dissimulée derrière des conflits ouverts pour le contrôle du travail humain, se déroulait une lutte souterraine, plus subtile et plus fondamentale, dont l’enjeu était agraire.

Vers une nouvelle répartition des terres

69La division administrative débouchait, avec un temps de retard, sur la division agraire. Forts de leur catégorie administrative, les nouveaux villages entamaient des démarches pour la reconnaissance d’un terroir autonome. Comme tout le monde savait que celles-ci allaient durer des années, la présentation d’une requête était considérée comme la première étape du processus ; elle annonçait donc le début d’une période de conflits agraires. Par pressions diverses, les localités préparaient le terrain pour une répartition qui les avantagerait. Utilisant des moyens de toute sorte – politiques, cérémoniels, électoraux ou violents (chap. IV) –, chacune tentait de s’approprier le terroir le plus étendu possible.

La fragmentation agraire des vieilles communautés

70La question essentielle pour les groupes domestiques devint : Comment maintenir la complémentarité verticale ? La délimitation des terres de la partie méridionale des municipalités mettait celle-ci en péril, puisqu’elle provoquait l’autonomisation de petits terroirs correspondant à des niches écologiques particulières. C’est pourquoi les habitants du chef-lieu de Malinaltepec se lancèrent dans une lutte résolue contre les villages du sud.

71Le chef-lieu détenait, en effet, des parcelles échelonnées entre 2 000 et 1800 mètres d’altitude (comme Ojo de Agua, La Ciénega, Colonia del Obispo...). Aux yeux des habitants de ces terres froides, il apparaissait nécessaire d’avoir accès à des terres chaudes ou tempérées de plus basse altitude. Les moyens traditionnels d’accession à la terre étaient l’héritage par voie patrilinéaire, le mariage en gendre, la location et la culture communale. Or, pour un homme des terres froides, il n’était pas question d’hériter de son père des parcelles situées ailleurs. Il lui restait donc les autres possibilités, et en premier lieu, le mariage en gendre dans des hameaux de plus basse altitude. Une étude des généalogies recueillies en 1976 fait apparaître la fréquence de cette tactique, surtout pour les hommes nés au-dessus de 2000 mètres, qu’ils soient tlapanèques ou mixtèques.

72Ainsi, à La Soledad (1 500 mètres) vinrent se marier quatre hommes originaires d’autres hameaux, trois de Ojo de Agua et un de Tapayoltepec (à 2 000 mètres). Colonia del Obispo (1 500 mètres) attira trois gendres nés dans les communautés mixtèques des hautes terres de Alacatlatzala et Cuatzoquitenco. À Encino Roble (1 500 mètres), trois gendres proviennent de Colonia San Mateo, Chirimoyo (ou San Miguelito) et Cuatzoquitenco. Enfin, quatre hommes nés à La Ciénega, Colonia del Obispo, Alacatlatzala et Mixtecapa se marièrent à Laguna Seca (1 500 mètres).

Carte 8. Malinaltepec et ses communautés secondaires (1948-2000).

Carte 8. Malinaltepec et ses communautés secondaires (1948-2000).

73Pour des raisons historiques, la location représenta une autre possibilité. En effet, un enfant du pays, le général Crispín Galeana, originaire du hameau de La Ciénega, prit part à la Révolution de 1910. Quelques années plus tard, le gouvernement lui concéda, en propriété privée, une parcelle prise sur le terroir de Malinaltepec, nommée Loma Concha, sur les rives du río Tlcoapa. En 1946, le général vendit ce terrain à un habitant du chef-lieu, qui le transmit à son petit-fils. Celui-ci le loue à des hommes des environs, qui le cultivent uniquement en saison des pluies. En 1976, c’étaient vingt-huit paysans résidant dans les hautes terres : dix de Tapayoltepec, treize de La Soledad et quatre d’Ojo de Agua. Ces derniers utilisaient cette possibilité pour semer du maïs et des haricots précoces, ainsi que des cucurbitacées de climat chaud, en association avec un élevage caprin destiné à la fertilisation de la terre. Mais le propriétaire ne leur permettait pas de cultiver du café ni des bananiers, car l’implantation de cultures permanentes permet au locataire de s’approprier les terres.

74Enfin, dernière possibilité, la culture d’une superficie du terroir communal était plus fréquemment mise en œuvre, surtout sur les parcelles fertiles situées à proximité du río de Tlacoapa, dans les lieux appelés Ahuejullos, Piedras Negras, Hondura Verde, Barranca Honda, Tabema, Cruzamiento... Ceux-ci accueillaient les paysans du chef-lieu, de ses hameaux (Ojo de Agua, La Soledad, Monte Alegre...) et de ses comisarías (San Miguel Progreso, Paraje Montero). Quelques-uns plantèrent du café et des bananiers, ce qui leur conféra une sorte de propriété privée reconnue localement. À leur tour, ces derniers louèrent ces terres aux autres habitants de Malinaltepec, pour qu’ils y pratiquent des cultures temporaires.

75Ces parcelles étaient convoitées par Malinaltepec, ses hameaux et ses comisarías les plus proches (San Miguel Progreso et Paraje Montero). Les premiers conflits naquirent de la confirmation des biens communautaires de Colombia de Guadalupe en 1948. Les habitants du chef-lieu firent tout d’abord en sorte d’empêcher Colombia de s’approprier le lieu dit Ahuejullos, où ils avaient des champs. Ils reçurent l’appui armé des comisarías de San Miguel Progreso et Paraje Montero, mais ne parvinrent pas à stopper le processus légal et Ahuejullos fut englobé dans les biens communaux de Colombia de Guadalupe. Les habitants de ce village récoltèrent les produits des champs semés par les paysans de Malinaltepec et de ses deux comisarías, et, finalement, les empêchèrent de les cultiver à nouveau.

76Alors, les habitants du chef-lieu, alliés aux hameaux et à la comisaría de Paraje Montero, se tournèrent vers les terres chaudes de San Miguel Progreso. Le litige éclata en 1962, lorsque San Miguel voulut édifier des enclos pour empêcher le passage du bétail des éleveurs de Malinaltepec. L’enquête officielle qui débuta en 1965 ouvrit une période conflictuelle qui vit les hommes de Malinaltepec, unis à ceux de Paraje Montero, détruire les champs et les plantations, et brûler les maisons de San Miguel, jusqu’à ce que, en 1968, ils ouvrissent le feu sur ses représentants.

77Malinaltepec mit à profit ces événements pour renforcer sa tutelle sur Paraje Montero. Ce village, qui avait pourtant présenté la première demande de confirmation de ses biens communaux en 1956, reconnut être « annexe » de Malinaltepec. En 1970, il tentera de faire disparaître les preuves de cet acte d’allégeance et de poursuivre les démarches d’autonomisation devant les autorités fédérales.

78En 1990, Paraje Montero n’avait pas encore obtenu la légalisation de son terroir, mais il était en conflit ouvert contre Malinaltepec au sujet des parcelles nommées Yoloxochil et Piedra Ombligo. À partir de cette date, Malinaltepec passa une alliance avec l’un de ses hameaux, Tapayoltepec, pour poursuivre la lutte contre Paraje Montera. Aujourd’hui, les seules terres chaudes auxquelles le chef-lieu a encore accès appartiennent aux hameaux de Monte Alegre, La Soledad et Tapayoltepec. On peut supposer que c’est là qu’éclateront les prochains conflits.

La fragmentation agraire des nouvelles communautés

79La segmentation des terroirs toucha aussi les comisarías d’apparition récente. Pour poursuivre l’exemple de Malinaltepec, il faut dire que Colombia de Guadalupe a été la première localité subalterne à perdre une partie de ses terres chaudes. En effet, le terroir de cette communauté s’étendait entre 1 800 et 1 200 mètres. Les hommes qui habitaient en altitude cultivaient aussi des terres basses, notamment celles qui s’étendaient sur les berges du río de Tlacoapa. Mais certains des paysans résidant auprès de cette rivière ne cultivaient pas de terres situées à d’autres étages. Plusieurs d’entre eux ne possédaient qu’une maison particulière dans le centre villageois pour y remplir leurs charges et y célébrer les fêtes. Ces chefs de famille imaginèrent de fonder une nouvelle unité administrative (Mesón de Ixtlahuac), dans l’intention de s’emparer des terres chaudes et de répartir entre eux les plantations qui s’y trouvaient. Pour leur part, ils n’avaient pas grand-chose à perdre si ce n’est la maison qu’ils avaient construite dans le centre. En 1950, ils présentèrent leur première demande de fondation d’une comisaría. En 1967, ils se virent attribuer la catégorie de hameau. Aujourd’hui, ils ont finalement obtenu celle de comisaría et se sont emparés des terres.

80Résumer l’histoire des terres des berges du río de Tlacoapa demande donc de rappeler les événements suivants. Les parcelles furent tout d’abord cultivées en 1940 par les habitants de Colombia, San Miguel Progreso et Paraje Montera, ainsi que par les hameaux appartenant à Malinaltepec. Par suite de la résolution présidentielle de 1948, confirmée en 1955, seuls les habitants de Colombia de Guadalupe continuèrent à cultiver ces terres. Jusqu’à ce que, finalement, surgisse un nouveau groupe d’intérêts et de coopération localisé précisément sur ces basses terres, à Mesón de Ixtlahuac.

81Le même processus de répartition foncière se produisit sur toute la superficie de la municipalité, à l’exception d’El Rincón. Bien que, en 1968, El Potrerillo eût acquis la catégorie de comisaría, elle ne parvint pas à réaliser la délimitation d’un terroir propre. En effet, depuis la fin du xixe siècle, El Rincón pratique une rotation des terres destinée à rationaliser la culture et l’élevage. En saison sèche, le bétail paît en liberté sur toutes les parcelles, sauf dans les champs de canne à sucre protégés par des enceintes. En saison des pluies, les autorités communales divisent les terres en deux parties, l’une destinée au maïs, l’autre au bétail. Lorsque je visitai le village en 1976, ses habitants me dirent que, comme dans toutes les nouvelles comisarías, ils espéraient pouvoir délimiter leur terroir, mais ne pouvaient y arriver du fait de la rotation des terres mise en œuvre par le représentant des biens communaux d’El Rincón. Cette communauté se distingue aussi par le fait qu’elle ne possède aucun hameau, particularité qui a peut-être la même cause.

Carte 9. Zapotitlàn Tablas et ses communautés secondaires (en 1976).

Carte 9. Zapotitlàn Tablas et ses communautés secondaires (en 1976).

82La formation de nouvelles comisarías aux alentours de Zapotitlán Tablas entraîna la partition des terres communales. Auparavant, les paysans occupaient les différents niveaux écologiques. Dans les forêts et les pâturages situés au-dessus de 2 000 mètres, ils coupaient du bois et faisaient paître le bétail. Sur les terres situées à 1 800 mètres, ils récoltaient certaines céréales et des fruits, tandis que, plus bas, ils cultivaient du maïs précoce, et des haricots et des pois chiches pour le marché. Lorsque les cinq comisarías se constituèrent, elles établirent leur centre villageois à l’étage le plus élevé et le plus froid. Aussi, lorsqu’il fallut tracer les limites des terroirs, chacune prit-elle soin de s’assurer un accès aux terres chaudes, et celles-ci, peu nombreuses, furent objet de conflits.

83Les habitants d’Ayotoxtla, de Ahuexotitla et de Huixtlatzala cultivent à la fois des terres hautes et basses. Le problème éclata entre Tamaloya et Escalerilla. Les membres de la première localité exploitaient les terres fertiles qui s’étendent sur les berges du río de Teocuitlapa. Les habitants d’Escalerilla récoltèrent leur production et, de cette façon, parvinrent à chasser ceux de Tamaloya. Aujourd’hui, cette dernière communauté n’a plus d’accès à aucune parcelle de basse altitude. En revanche, Escalerilla, outre les terres du río de Teocuitlapa, travaille des parcelles, en propriété privée ou en location, dans les environs du chef-lieu. Celui-ci ne refusait pas non plus de louer des terres aux autres comisarías, mais, en échange, il leur demandaient d’apporter leur contribution à ses fêtes.

Les conflits de frontières

84Enfin, pour mentionner les luttes administratives directement suscitées par le problème agraire, il faut évoquer la fondation des comisarías d’Ixtlahuasaca et de Mexcalapa, et la partition d’Apetzuca, à la suite de la confirmation des biens communaux d’Acatepec.

Les véritables contours communautaires

85Les catégories administratives en évolution apparaissent donc comme la partie visible de luttes cachées et complexes. Au fur et à mesure que le terroir communal se divisait, la participation aux charges civiles et religieuses étaient redéfinie, et vice versa.

86Le jeu de cette redéfinition incessante des contours agraires et cérémoniels est plus simple dans les communautés de seconde génération qui possèdent un nombre limité de sujets. Ainsi, lorsque les habitants de Mesón de Ixtlahuac gagnèrent la catégorie de comisaría, ils cessèrent du même coup de prendre part aux confréries de Colombia de Guadalupe. Mais tout était plus complexe dans le chef-lieu, riche de dix-huit hameaux et de dix comisarías. Lorsque Malinaltepec obtenait l’aide de quelques-uns de ses hameaux pour lutter contre Colombia de Guadalupe, elle en profitait pour renforcer son contrôle cérémoniel sur ces derniers et retardait, de la sorte, le moment de leur indépendance. Dans le chapitre V, nous avons présenté quelques exemples montrant que Malinaltepec réorganise continuellement son organisation cérémonielle en signalant la part qu’y prennent les hameaux, selon que le chef-lieu renforce ou relâche son contrôle. De même, on a détaillé l’organisation cérémonielle imaginée par Zapotitlân Tablas, dans les années soixante-dix, pour répondre à la nouvelle situation issue de la fondation de sept nouvelles comisarías. Nous comprenons maintenant pourquoi le chef-lieu était en mesure d’obliger les comisarías à apporter leur contribution financière : il leur louait des terres et, tant que la délimitation des terroirs n’était pas achevée, les liens cérémoniels ne pouvaient se rompre.

Les taux de dispersion

Tableau 6. Nombre d’habitants par communauté entre 1930 et 1973.

MUNICIPALITÉS

1930

1973*

Malinaltepec

nombre d’habitants

8 976

17 043

nombre de villages

9 + 2

9 + 2**

nombre d’unités subalternes

3

18

nombre total de communautés

14

29

nombre d’habitants par communauté

641

587

Zapotitlán Tablas

nombre d’habitants

2 808

3 721

nombre de villages

3

2

nombre d’unités subalternes

o

7

nombre total de communautés

3

9

nombre d’habitants par communauté

936

413

Acatepec

nombre d’habitants

2 738

9 957

nombre de villages

4

4

nombre d’unités subalternes

4

15

nombre total de communautés

8

19

nombre d’habitants par communauté

342

524

Zapotitlán Tablas + Acatepec

nombre d’habitants

5 546

13 678

nombre de villages

8

6

nombre d’unités subalternes

4

22

nombre total de communautés

12

28

nombre d’habitants par communauté

462

488

Tlacoapa

nombre d’habitants

6 065

7 646

nombre de villages

4

3

nombre d’unités subalternes

0

14

nombre total de communautés

4

17

nombre d’habitants par communauté

1 516

449

* IX Censo General de Población, 1978.
** Ces deux villages sont ceux d’Alacatlatzala et de Cuazoquitengo.

87Par suite de l’augmentation du nombre des localités dans toutes les municipalités, la moyenne des habitants par communauté varie entre 587 et 413, c’est-à-dire qu’elle a subi une nette uniformisation. Ceci rappelle la fin du xviiie siècle, lorsque le nombre d’habitants par agglomération s’est stabilisé entre 122 et 276 habitants. Dans les deux cas, ce résultat fut la conséquence d’une explosion récente de tendances scissionnistes.

88La croissance démographique s’est poursuivie, multipliant presque par deux le nombre des habitants de Malinaltepec, et par plus de trois ceux d’Acatepec. Mais la démographie ne suffit pas à expliquer l’explosion du nombre des localités. En effet, les années trente avaient vu sa stagnation, malgré l’augmentation constante de la population.

89Les véritables causes sont à rechercher dans l’addition de plusieurs facteurs : le développement de l’infrastructure consécutif à l’arrivée des organismes gouvernementaux, les conflits qui s’ensuivirent pour le contrôle du travail humain, la valeur accordée aux terres de basse altitude par les cultures commerciales et, enfin, le renouvellement de la législation agraire. Le type de relation qui s’établit entre les législations administrative et agraire fournit une fois de plus le cadre de tous les conflits intercommunautaires. Dissimulé derrière une histoire riche en péripéties administratives, l’enjeu agraire constitua l’axe véritable de la géopolitique indienne et l’on peut affirmer que, à partir de 1950, les paysans mirent en œuvre une nouvelle distribution des terres. Contraints de respecter le principe de la tenure collective, ils redessinèrent à la fois les contours administratifs et fonciers.

90On peut donc conclure que l’enjeu agraire a caractérisé la longue période qui s’est étendue entre 1850 et 1990. L’analyse a montré que les deux facteurs qui sont intervenus dans les conflits locaux furent le type d’agriculture ou d’élevage pratiqué et la législation agraire. Dans la seconde moitié du xixe siècle, l’élevage bovin prédominait quand est survenue la promulgation des lois de démembrement. Celles-ci connurent une application locale et les éleveurs tlapanèques les mirent au service de leurs intérêts. Pour protéger leurs pâturages contre les communautés voisines, ils conservèrent leur propriété communale à un niveau informel. Cependant, la répartition des documents de démembrement entre les éleveurs les plus influents suscita, au niveau administratif, la fondation de nouveaux hameaux.

91Au début du xxe siècle et jusqu’à 1940 environ, les mêmes conditions se perpétuèrent. L’élevage conserva son importance et la tenure foncière ne subit pas de grands changements, malgré la constitution des premiers ejidos. Cependant, l’interprétation de la législation agraire se transforma, notamment dans ses relations avec le champ administratif. Seuls quelques hameaux survécurent et se renforcèrent. Ils reçurent des documents de démembrement de la part de leur chef-lieu, mais ce dernier n’en dirigeait pas moins sa population d’une main de fer. Les tendances centripètes prédominaient sur les centrifuges, et la centralisation, sur la dispersion.

92Le développement des cultures commerciales et la mise en application de la nouvelle législation des biens communaux à partir de 1948 transformèrent les conditions de la concurrence. Les luttes administratives et agraires en vinrent à dépendre de deux législations distinctes. Les premières se convertirent en une étape obligatoire pour entamer une procédure agraire. Comme dans les années soixante l’administration commençait à développer l’infrastructure, les travaux publics prirent place parmi les instruments de la concurrence. Les cultures commerciales renforcèrent les rivalités concernant les meilleurs terres. En conséquence, les tendances centrifuges se déchaînèrent et des dizaines de nouvelles unités administratives virent le jour à partir de 1970. Mais derrière ces changements apparemment limités au terrain administratif, une lutte agraire souterraine opposait des localités désireuses d’imposer une nouvelle répartition agraire. Comme la croissance démographique fut spectaculaire et soutenue, on peut affirmer que toute la concurrence entre localités eut finalement pour but de répartir autrement les terres communales au sein d’une population en expansion.

Notes

1 Les espèces locales de haricots qui s’enroulent autour du maïs se nomment : ayocote, ojo de cabra, bayo, de oreja, les haricots semés avec le maïs précoce : arribeño ou de San Miguel, les haricots en champs : chaparro.

2 Parmi ces localités, seule Iliatenco se situe dans notre zone d’étude.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Tableau 4. Nombre d’habitants par communauté entre 1743 et 1886.
Légende * Archivo General de Indias, Indiferente General 107 ; nous avons multiplié par 4 le nombre des tributaires.** Memoria presentada ante la H. Legislatura del Estado de Guerrero por el Gobernador del mismo, General Francisco O. Arce, Chilpancingo, Imprenta del Gobierno del Estado, 1871.*** Memoria presentada al IX Congreso constitucional del Estado de Guerrero por el Gobernador del mismo, Francisco O. Arce, Chilpancingo, Imprenta del Gobierno del Estado, 1886.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 8. Malinaltepec et ses communautés secondaires (1948-2000).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Carte 9. Zapotitlàn Tablas et ses communautés secondaires (en 1976).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search