Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Chapitre VI. Les groupes localisés d’intérêts et de coopération

Texte intégral

1Le jeu politique qui oppose les localités situées sur l’échelle hiérarchique administrative se fonde sur la mobilisation du travail humain, dans ses formes traditionnelles et modernes. Il faut maintenant montrer que, pour que le système fonctionne, il est indispensable que les hommes soient convaincus qu’il est de leur intérêt de collaborer. C’est pourquoi, tout groupe de coopération doit en même temps représenter un groupe d’intérêts partagés.

2Derrière un changement de type administratif, quel qu’il soit – fondation d’une nouvelle localité ou changement de municipalité –, se dessinent les intérêts collectifs d’un ou de plusieurs groupes, alliés ou adverses. On ne peut éviter de remarquer que cette façon de voir est franchement opposée à la théorie classique de la communauté « fermée », qui suppose un appartenance stable. Cette dernière conception se fonde, en réalité, sur une illusion provoquée par les apparences administratives, mais les rouages communautaires sont souterrains ; ils reposent sur l’existence de groupes d’intérêts qui se forment et disparaissent, à un niveau qui demeurerait invisible si l’on ne s’attachait pas à le mettre en lumière.

Les intérêts collectifs

3Les raisons qui poussent les hommes à mettre leur travail au service de telle unité scolaire, cérémonielle ou administrative, tiennent compte de plusieurs éléments : le type de tâche exigée, l’accession à la terre et la distribution des ressources financières.

Les tâches

4Depuis la colonisation espagnole, on considère, nous l’avons dit, que les services rendus à la communauté ouvrent droit à la culture des terres communales. Mais quel type de services ? Et quelle communauté ? C’est là qu’entre en jeu la liberté des individus de choisir quelle sorte de tâches ils vont effectuer, et pour quelle sorte de localité.

  • 1 Dehouve, 1984 et 1991.

5Ce type de calcul est des plus anciens, puisque nous en avons trouvé trace au milieu du xviiie siècle dans la région de Tlapa1. Depuis cette époque, les Indiens n’ont cessé de rechercher l’endroit qui exigeait le moins de travail et ils ont souvent utilisé ce type d’argument pour se séparer de la localité souche. Du fait de l’habitat dispersé, les nouvelles localités contrôlent toujours des terroirs plus réduits que la communauté mère. De ce fait, les paysans gagnent du temps à se rendre au nouveau centre villageois et s’épargnent le long trajet qui les séparait de l’ancien centre. Tel fut le calcul qui présida à la création des premières comisarías apparues à la fin du xixe siècle dans la municipalité de Malinaltepec. Les habitants d’El Rincón, Iliatenco, Tilapa, Colombia de Guadalupe et Pueblo Hidalgo, vivaient à deux jours de marche du chef-lieu où ils devaient se rendre les jours de fête, remplir les charges et enterrer leurs défunts. La formation de leur propre comisaría leur permit de remplir ces devoirs dans un endroit moins éloigné de leurs demeures. Mais, comme ils vivaient en habitat dispersé, leurs maisons étaient toujours éloignées du centre villageois. Pour cette raison, et avec l’accroissement démographique, les cinq comisarías souffrirent, à leur tour, de la scission de nouvelles localités : Tierra Colorada se sépara de Tilapa en 1897, et entre 1950 et 1976, Potrerillo devint indépendant d’El Rincón ; Potrerillo Cuapinole se sépara de Pueblo Hidalgo, Tlahuitepec et Cruz Tomahuac, d’Iliatenco, et Mesón de Ixtlahuac, de Colombia de Guadalupe.

6Mais si la formation de nouvelles unités administratives sur des territoires de plus en plus exigus représente une tendance générale et permanente, on peut aussi se livrer à des calculs plus précis concernant le montant du travail exigé par les diverses localités. En 1897, sept familles, soit une trentaine de personnes, habitaient à une heure de marche du centre de Tilapa. Deux hommes du groupe avaient reçu, en 1886, des documents de démembrement légalisant la portion de terroir qu’ils cultivaient. Le groupe décida de devenir autonome et de constituer le nouveau village de Tierra Colorada, le jour où un tremblement de terre provoqua l’effondrement de l’église de Tilapa. À cette époque, il n’existait guère de travail plus long et plus pénible que la construction d’une église qui durait des dizaines d’années. Face à cette perspective, le groupe pensa qu’il y allait de son intérêt collectif d’édifier un nouveau centre villageois, avec une chapelle, un presbytère et un local communal, et, au moyen d’un effort à peu près comparable à celui qu’allait exiger la construction de la nouvelle église de Tilapa, de s’épargner la distance qui le séparait de l’ancienne communauté.

7C’est ainsi que des groupes de différentes catégories en arrivent à se disputer le contrôle du travail collectif. La nouvelle localité souhaite destiner le travail des membres du groupe à son seul profit, tandis que l’unité plus ancienne tente de conserver leur collaboration. Les histoires que l’on peut conter à ce sujet sont innombrables. En 1974, le chef-lieu de Malinaltepec accepta de me guider jusqu’à la communauté de Tlacoapa par les chemins muletiers. Mais, arrivés au hameau de Monte Alegre, à une demi-heure de marche, le guide s’arrêta et me laissa : « Les hommes de Monte Alegre ont l’ambition de fonder une comisaría, eh bien, qu’ils travaillent et servent de guides ! »

8Lorsque je visitai Teocuitlapa en 1976, plus de soixante pour cent des hommes travaillaient temporairement dans les plantations de café de la Côte du Guerrero ou dans les champs de canne à sucre du Morelos et la pression qui s’exerçait sur le travail collectif était insupportable. Parmi les hommes présents, figuraient les membres de deux hameaux (Huixilotepec et Ixtlahua Roja). Tout comme les habitants de la communauté souche de Teocuitlapa, ceux-ci m’affirmèrent que leurs hameaux ne revendiquaient pas la catégorie de comisaría, car cela mettrait en péril l’organisation cérémonielle des deux unités : « Ils sont peu nombreux, ils ne vont pas y arriver. »

9Dans les années soixante-dix, les conflits entre les localités de différente catégorie s’aggravèrent, car l’enjeu était de savoir qui contrôlerait le travail de leurs habitants. La comisaría souhaitait enrôler les hommes des hameaux, tandis que ceux-ci voulaient travailler à leur propre bénéfice. Ainsi, lorsque la route parvint près d’Iliatenco, la comisaría y fit travailler les habitants de ses hameaux, selon la rotation en vigueur. Cruz Tomahuac et Tlahuitepec protestèrent que cette route n’avantagerait que les habitants d’Iliatenco, et pas eux.

10De toute façon, le calcul du montant de travail exigé est un élément essentiel de la prise de décision de faire partie d’une unité administrative.

La terre

11Le travail collectif ouvre le droit à cultiver la terre communale. Mais quelle terre ? C’est là qu’entrent en jeu les intérêts des paysans qui, pour une raison ou une autre, peuvent préférer un certain type de terrain. Il est certain que la création d’une unité administrative n’entraîne pas automatiquement la légalisation d’un terroir, puisque ces processus dépendent de législations distinctes. Mais toute lutte agraire a pour première étape la constitution d’une agglomération. Il arrive donc souvent de voir des fondations de localités n’avoir d’autre but que foncier. Il en fut ainsi pour les communautés qui firent scission d’avec Colombia de Guadalupe, dont le terroir s’étend de 1 800 à 800 mètres d’altitude. À cet endroit, les terres sont fertilisées par le río Tlacoapa et de nombreux paysans souhaitent les cultiver pour en obtenir plusieurs récoltes annuelles de maïs, des bananes et du café. Dans les années soixante, les habitants de Colombia qui occupaient ces terres décidèrent d’y édifier une unité administrative subalterne, nommée Mesón de Ixtlahuac (légalisée en 1967), afin d’être les seuls à avoir accès à ces parcelles. Pour des raisons exactement opposées, les membres de la) comisaría de Colombia s’opposaient à la scission de la localité.

12De plus, la légalisation des biens communaux entraîne des conséquences économiques. Elle permet que la localité détentrice des titres perçoivent des loyers de la part des pasteurs caprins itinérants qui traversent leur territoire ; et surtout, elle autorise la vente de bois aux entreprises forestières. En 1999, le représentant d’une telle entreprise vint à Iliatenco pour négocier avec les membres de la délégation de Cruz Tomahuac l’exploitation de ses forêts, en échange de l’électrification du village et du paiement d’une compensation financière. Les autorités du hameau étaient favorables à cet accord, mais le représentant de l’ ejido d’Iliatenco s’y opposa. Pour tous les observateurs locaux, il était évident que, tant que Cruz Tomahuac n’accéderait pas à la catégorie de comisaría, elle n’aurait pas la moindre chance de signer ce contrat. Il faut remarquer que les rapports de force entre ces groupes sont, dans une large mesure, du domaine de l’informel. Bien que la législation ne puisse départager les localités en présence, celles-ci respectent un code sur lequel il existe un consensus local.

13Les calculs auxquels se livrent les groupes mettent donc en balance le montant du travail, d’un côté, et la fertilité de la terre, de l’autre. Récemment, l’arrivée des flux financiers a fourni de nouveaux fondements aux évaluations.

Les aides financières

14Les subventions gouvernementales sont les dernières venues parmi les instruments de la concurrence. Nous avons dit (chap. V) que ces aides étaient restées très réduites de 1960 à 1990. Cependant, dès l’arrivée des premières sommes dans les villages, il devint évident que celles-ci allaient représenter un critère de choix de l’appartenance communautaire et une puissante source de conflit, comme vont l’illustrer trois exemples de ce mécanisme qui devait devenir, par la suite, très commun.

15En 1974, Colonia del Obispo, petite unité scolaire de la municipalité de Malinaltepec, sollicita des rations alimentaires destinées aux enfants, dès que fut achevée la construction de sa petite école. Ce cas démontre que le groupe en formation cherchait déjà, par le biais de l’école, à obtenir des aides gouvernementales.

16Au même moment, les cinq comisarías proches de Zapotitlán Tablas se firent attribuer par le CAPFCE des matériaux destinés à la construction d’une école en béton et de son terrain de sport. Mais la communauté d’Ahuexotitla, de fondation plus récente, ressentit comme une brimade le fait de ne pas avoir obtenu la même aide.

17Enfin, la comisaría de Paraje Montero (mun. de Malinaltepec) obtint du gouverneur de l’État quelques milliers de pesos en guise de dédommagement pour les familles affectées par le cyclone de 1974. Mais les habitants du hameau de Xochiatenco qui lui appartenait se plaignirent de ne jamais avoir reçu la part qui aurait dû leur revenir. Il s’agissait d’un cas classique de rivalité née d’un désaccord au sujet de la destination d’une aide financière. La comisaría, dotée d’une catégorie administrative supérieure, s’en empara.

18Dans ces premières manifestations de rivalité à propos des aides gouvernementales apparaissent les nouveaux avantages tirés de la fondation de nouvelles localités. On pouvait déjà imaginer les conséquences qu’allait entraîner dans les villages l’arrivée des flux financiers des années quatre-vingt-dix. À cette date, le désir d’obtenir des appuis extérieurs devint le motif principal de la scission communautaire. Dans une entrevue réalisée en 1999, un instituteur d’Iliatenco me dit : « Les délégations se sont formées pour demander des subventions. » Et cette affirmation était surtout vraie pour les unités les plus récentes qui, aux alentours immédiats du centre villageois, constituent plus exactement des « quartiers urbains » (Colonia Oriental, Cruz Hernández, Colonia Aviatión y Santa Cecilia) surgis d’assemblées de voisins tenues dans le but de solliciter l’aide de la comisaría pour effectuer des travaux publics.

19Cependant, dans les zones non urbaines, la même préoccupation se trouve à l’origine de la fondation des hameaux. Ainsi, Llano del Heno est la dernière délégation constituée dans les alentours de Malinaltepec en 1999. À ses débuts se trouve une assemblée de paysans, convoquée en 1993 par un instituteur de la délégation voisine de Laguna Seca, pour obtenir la vente d’engrais à prix préférentiels. Le noyau du groupe était formé par les habitants du lieu-dit, auquel se joignirent des chefs de famille isolés vivant dans les environs. Mais, rapidement, l’association se désagrégea, car certains participants furent accusés de ne pas avoir apporté leur contribution à l’achat d’engrais. Cependant, les familles réunies à Llano del Heno décidèrent de poursuivre le processus de fondation et collaborèrent, en 1998, à la construction d’une école.

20Les aides financières sont désirées, non seulement par les groupes émergents, mais aussi par tout type d’unité administrative. Les chefs-lieux, notamment, cherchent à multiplier le nombre des localités qui dépendent d’eux, pour obtenir des subventions plus substantielles. Aussi, autour de ces intérêts, des groupes de taille et de nature différentes se font et se défont. Nous allons en présenter une liste, en commençant par les plus humbles.

L’embryon de groupe local

21Dans un premier temps, la décision d’entreprendre le processus de fondation d’une unité cérémonielle, scolaire ou administrative est une œuvre d’imagination et de volonté, née du cerveau de quelques visionnaires capables de rêver les intérêts collectifs d’un groupe qui n’existe pas encore, intérêts qui tiendront à la proximité du centre villageois, à la délimitation d’un terroir et à l’appui gouvernemental. Autour du noyau décidé à profiter de ces avantages sont dispersés des groupes domestiques uniquement préoccupés par leurs propres affaires. C’est pourquoi seuls les chefs de famille étendue détiennent les moyens de mobiliser le travail d’un nombre suffisant de chefs de famille.

Les « grands hommes »

22Dans la région tlapanèque, les demeures individuelles, souvent dissimulées derrière un bouquet de bananiers, comprennent une ou deux maisons entourées d’un champ de maïs, une plantation de café, de bananiers ou de fleurs d’hibiscus, et une étable pour les chèvres. Les paysans cultivent d’autres champs plus éloignés et laissent leur bétail paître librement dans la montagne. Ces petites unités de résidence réunissent un ou plusieurs groupes domestiques. Il arrive qu’un homme habite l’une des maisons avec ses fils mariés, ou que ceux-ci se répartissent des demeures voisines bâties sur un même emplacement.

  • 2 David Robichaux a montré que ce cycle de développement domestique est commun à la majorité des grou (...)

23Les unités de production agricole suivent un cycle de développement domestique dont on peut résumer ainsi les grandes étapes. Au début de sa vie matrimoniale, un homme réside chez son père avec sa femme. Après quelques années et la naissance des premiers enfants, il construit une maison à proximité. Lorsque ses fils sont en âge de se marier, ils s’éloignent, à leur tour, par étapes. Le dernier hérite de la maison2.

24De nombreuses relations d’aide mutuelle et de coopération s’établissent entre les pères et leurs fils. Elles sont très étroites tant que le fils réside chez son père, et l’on peut presque parler de production commune. À la construction de la première maison, les fils travaillent de façon autonome, tout en continuant à aider leur père. En échange, ils espèrent hériter des terres.

25Ce schéma très général réclame des éclaircissements concernant les relations patrilatérales et matrilatérales. En effet, si, en principe, le jeune marié entretient des relations préférentielles avec son père, il peut arriver qu’il vive avec le père de son épouse, l’aide et en attende un héritage. Le choix va de pair avec la préférence pour un type de prestations matrimoniales. L’une consiste à offrir des produits de valeur (sucre brun, pain, eau-de-vie et cigarettes) et, surtout, une période de travail d’un an ou plus, réalisée par le jeune homme chez son beau-père. Lorsque sa période de service se termine, le gendre a trois possibilités : retourner vivre avec son père et coopérer avec lui en attendant l’héritage ; rester avec son beau-père qu’il aidera en espérant hériter des terres ; ou vivre entre les deux hommes et coopérer des deux côtés. Le second type de prestation matrimoniale consiste dans le paiement d’une somme d’argent par le jeune homme au père de l’épouse, parallèlement à un don de produits de valeur symbolique. Cette dernière solution a pour conséquence de renforcer les liens patrilatéraux, puisque le jeune homme n’a pas l’occasion de vivre avec son beau-père ni de s’en faire un ami.

26La municipalité de Malinaltepec a opté pour le paiement de la somme d’argent. Aussi la résidence, l’aide mutuelle et l’héritage suivent-ils des voies principalement patrilinéaires, à l’exception d’un petit pourcentage de gendres qui choisissent de résider chez leur beau-père. À l’inverse, dans les municipalités de Tlacoapa, Zapotitlán Tablas et Acatepec, le service du gendre est couramment pratiqué. Il s’ensuit, à Tlacoapa, un bilatéralisme résolu, car 64,4 % des mariages y débutent par une période de trois ans de résidence « en gendre ». Lorsque celle-ci s’achève,

  • 3 Oettinger. 1980, p. 216.

les visites d’entraide et le travail volontaire de la part du jeune homme durent presque toujours jusqu’à la mort de ses beaux-parents. Et même alors, les relations avec les frères et les amis de l’épouse peuvent se poursuivre toute la vie. Lorsque l’épouse hérite, le jeune homme retourne travailler les terres qu’il avait cultivées juste après son mariage3.

  • 4 Dehouve, 1990, p. 257.

27Selon une enquête que j’ai réalisée en 1974 dans des hameaux tlapanèques, l’héritage du gendre est plus courant à Tlacoapa qu’à Malinaltepec. Les taux maximaux varient entre 56 % d’héritages de gendre à beau-père à El Campanario (mun. de Tlacoapa) et 0 % à La Ciénega (mun. de Malinaltepec). Entre ces extrêmes, s’étend la gamme de taux suivants : dans la municipalité de Malinaltepec, 2,3 % d’héritages de gendre à Colonia San Miguel, 7 % à Laguna Seca, 24 % à Encino Roble ; dans celle de Tlacoapa, 13 % à Ahuehuete4.

  • 5 Le compérage (compadrazgo) est une parenté rituelle. Un homme demande à un autre d’être parrain de (...)

28Dans tous les cas, un homme qui possèdent de nombreux fils et une superficie foncière suffisante peut parvenir à contrôler un nombre significatif de jeunes gens, parmi lesquels des fils et des gendres. C’est ce groupe qui forme le noyau de toute unité cérémonielle, scolaire ou administrative, à laquelle se rattachent des parents patrilatéraux (frères d’Ego, accompagnés de leurs propres fils, cousins et neveux), compères5 et voisins. L’homme capable de former un groupe de ce type ne porte pas de titre spécial, mais on le nomme souvent principal ou cacique. Pour ma part, j’aime à penser que le terme de big man, proposé par les anthropologues spécialistes de l’Océanie, évoque de façon adéquate l’image de ce personnage capable de mobiliser le travail d’un nombre significatif d’hommes.

Le « grand homme » et la fondation d’une nouvelle localité

29À Malinaltepec, un « grand homme » qui se trouve à la tête d’un groupe de coopération agricole finit toujours par acheter l’image d’un saint et constituer une confrérie privée. Dans les autres municipalités tlapanèques, la première action collective consiste à convoquer une assemblée. Quoi qu’il en soit, ces actes fondateurs vont ouvrir une longue période, au cours de laquelle l’homme fort devra poursuivre ses efforts de centralisation.

De la donation au recensement

30Le processus de persuasion est long et s’effectue par étapes. L’une d’elles consiste dans la donation par le « grand homme » d’un terrain sur lequel sont bâtis les premiers édifices publics, chapelle ou école. C’est ainsi que le délégué de Tierra Colorada (mun. de Acatepec) m’a dit : « Mon oncle, aujourd’hui défunt, a laissé avant sa mort un terrain sur lequel nous désirons fonder le village » (entrevue de 1998). Cette parcelle abrite le local communal, la chapelle et les écoles. Le délégué, l’un des habitants les plus actifs du lieu-dit, a aidé son oncle durant sa vie et l’a remplacé à la tête du hameau à sa mort.

31Si le noyau se forme au moment de la donation des premiers terrains publics, le groupe qui l’entoure trace ses contours lors des événements qui suivent. En effet, il s’agit ensuite de travailler effectivement pour construire une chapelle ou une école, et tous ne le désirent pas. En même temps, on établit un recensement des pères de famille qui signent la requête présentée au chef-lieu, à la SEP, ou à quelque autre organisme. Au bout de ces deux étapes, le groupe est constitué.

32Pour rappeler le rôle du fondateur, les noms des hameaux se réfèrent parfois à des événements familiaux. Ainsi, en 1976, Metodio Galbez baptisa la nouvelle unité cérémonielle et scolaire du nom de Laguna Seca (mun. de Malinatepec) pour rappeler une anecdote familiale survenue quarante ans auparavant. Le fondateur vivait alors avec son père sur un terrain marécageux. Le curé de Malinaltepec vint bénir la parcelle et la lagune se dessécha, si bien qu’il ne resta qu’un peu de boue. Don Metodio parvint à faire accepter ce nom par des voisins qui ne connaissaient rien de la tradition de sa famille.

Parenté et voisinage

33La reconstitution des généalogies de quelques hameaux met en évidence les groupes de descendance patrilinéaires qui en fournissent l’ossature. Les groupes les plus nombreux sont les plus influents et leurs membres figurent généralement parmi les fondateurs de l’unité administrative (d’après mes notes de terrain de 1976). Voici trois cas représentatifs.

34I. La généalogie de San Miguelito (alias Chirimoyo alias Colonia San Miguel, à l’ouest du village de Malinaltepec) comptait (en 1976) 45 chefs de famille, dont 31 en vie et 14 défunts (soit environ 120 habitants). La majorité d’entre eux appartenaient à un seul groupe de descendance :

  • le groupe Santiago-Carlos comptait 23 hommes en vie et 14 défunts. Les premiers habitants étaient 3 frères nés entre 1830 et 1860, qui se nommaient José Martín, Aparicio, et Juan Carlos Cayetano. Leurs patronymes (Santiago et Carlos) se stabilisèrent à la fin du xixe siècle. Tous les hommes de ce groupe descendent d’eux en ligne patrilinéaire, sauf 2 gendres et le père de l’un d’entre eux ;

  • le groupe Villar comptait 6 membres en vie : 4 frères et 2 de leurs fils ;

  • des chefs de famille isolés les rejoignirent.

35Le groupe Santiago Carlos bénéficiait d’un grand prestige, à cause du nombre de ses membres, de son ancienneté et de la renommée de l’un de ses ancêtres. En effet, José Martín s’était marié avec une femme originaire de Chila, qui parlait espagnol, nahuatl et mixtèque, et servait d’interprète au conseil municipal de Malinaltepec. Ses descendants conservèrent la tradition et beaucoup d’entre eux sont maîtres d’école.

36Ce hameau est un bon exemple d’un groupe local fort et ancien, qui cultive les relations de parenté et de coopération. Un gendre de la descendance Santiago fonda une confrérie en 1961 ; son beau-frère, époux de sa sœur, était promoteur d’alphabétisation et il créa l’école en 1973. Les hameaux de ce type ne sont pas rares dans la municipalité de Malinaltepec. Un exemple fameux est celui de Tuxtepec (jadis nommé Cofradía) dont les 15 membres des 2 confréries se nommaient tous García, étant fils et neveu du « grand homme ».

37Il. D’autres hameaux comportent un nombre plus important de groupes de descendance de petite taille. La généalogie d’Encino Roble (au nord du village de Malinaltepec) comptait (en 1976) 31 chefs de famille, dont 20 était en vie et 11 défunts (soit entre 60 et 80 habitants). Aucun groupe de descendance ne se distinguait parmi les 3 petits groupes auxquels s’attachèrent trois familles nucléaires.

  • le groupe Morán comprenait 13 hommes, dont 9 en vie, parmi lesquels
    4 gendres originaires d’autres hameaux et leurs fils ;

  • le groupe Poblano était composé de 10 hommes, dont 6 en vie, tous descendants de 2 frères par ligne patrilinéaire ;

  • le groupe Carmen comptait 3 hommes, dont 2 en vie, le père et son fils ;

  • un chef de famille nucléaire était le fils d’une femme du hameau mariée ailleurs qui revint à la mort de son époux. Les 2 autres chefs de famille n’avaient aucun lien de parenté avec les autres habitants.

38III. On peut, finalement, évoquer le cas de hameaux presque entièrement composés de chefs de famille isolés. El Campanario, au sud du village de Tlacoapa, comptait (en 1976) 34 hommes en vie. Mais ceux-ci n’appartenaient pas tous de façon stable au hameau car, s’ils y cultivaient des parcelles, ils résidaient souvent ailleurs. Cependant, deux groupes de descendance se distinguaient :

  • le groupe Rofledo, avec 12 hommes en vie, dont 3 gendres et leurs 3 fils ;

  • le groupe Mendoza-Cortés, avec 9 hommes en vie, dont 1 gendre.

39Les autres habitants étaient divisés en petits groupes de descendance de 2 à 8 hommes et comptaient surtout des chefs de famille isolés. Ainsi, par exemple, R. Campo possédait une parcelle à El Campanario et y prêtait service, mais il habitait El Mirador. G. Clemente, bien qu’originaire de Puerto del Aire, avait bâti sa demeure à El Campanario où il avait hérité une parcelle du père de sa mère. Mais ce dernier vivait à Puerto del Aire et ne possédait à El Campanario que quelques champs.

40Malgré cette dispersion excessive, Fausto Rofledo, qui appartenait au groupe de descendance le plus nombreux, se fit aider de ses fils et de ses gendres qui passèrent de maison en maison « inviter » leurs voisins à assister à la première assemblée de la localité. En présence de 20 chefs de famille (sur les 30 que dénombrait le lieu-dit), il prit la parole et dit : « Nous allons travailler, nous allons construire une église, une école et un presbytère. Il y aura de nombreux bâtiments ! » Don Fausto rendit visite aux missionnaires de Tlacoapa et leur conta cette histoire : « Il y a bien des années, un groupe d’hommes apportait une cloche à Tlacoapa. Ils dormirent en chemin et, à leur réveil, constatèrent que la cloche s’était enfoncée dans le sol. C’est à cet endroit que nous voulons construire une chapelle. » Celle-ci fut achevée en 1965, et c’est pourquoi le hameau porte le nom de Campanario (« clocher »). En 1971, don Fausto convoqua une nouvelle réunion pour fonder la confrérie de Cristo de Rayos. Les assistants contribuèrent à l’achat de l’image et nommèrent un mayordomo, un mayor et trois menores pour deux ans. Dans les années soixante-dix, le groupe édifia une école et don Fausto offrit une maison qui devint un local communal en 1976.

41Cependant, et malgré ce succès, don Fausto me confia en 1976 qu’il avait dû se battre contre les résistances des habitants. De fait, la constitution d’une nouvelle localité n’est jamais un processus simple et les facteurs d’éclatement ne manquent pas.

Les groupes faibles et avortés

42Un fondateur est un homme d’un certain âge qui dispose du contrôle de la force de travail de ses fils, gendres et neveux. Aussi l’un des premiers risques encourus par le groupe réside-t-il dans sa disparition.

La mort du « grand homme »

43En cas de décès de l’homme influent, l’un des premiers signes de désagrégation apparaît avec les conflits entre ses héritiers. Dans une confrérie privée de la municipalité de Malinaltepec, le saint est, en principe, hérité comme la terre, c’est-à-dire de préférence par le fils aîné. Mais le second principe de l’héritage veut que le montant de celui-ci réponde à la quantité de travail offerte par le jeune homme sous forme d’entraide ou de coopération. Les principes sont donc susceptibles d’entrer en contradiction, et les conflits sont monnaie courante entre les héritiers, surtout entre le fils et les gendres. Dans de tels cas, le groupe ne survit pas à la mort du fondateur.

44Prenons comme exemple la fondation et la disparition d’une confrérie privée d’Iliatenco (mun. de Malinaltepec), dont la croissance se confondit avec le cycle de développement domestique. Dans la cañada de Cerro Cuate, un homme dirigeait un groupe patrilinéaire dont les membres mâles coopéraient à l’occasion. Ils étaient vingt pères de famille, dix d’entre eux étaient ses fils, gendres et petits-fils et descendaient de lui en ligne directe. Les quinze autres étaient les fils, gendres et petits-enfants de son frère et de sa sœur. Cet homme acheta l’image d’un saint et fonda une confrérie, ajoutant la coopération cérémonielle à l’entraide agricole. Lorsqu’il mourut, en 1974, des conflits éclatèrent entre son fils et ses gendres. Le premier faisait valoir ses droits, bien qu’il habitât le village d’Iliatenco, tandis que les autres rappelaient l’aide qu’ils avaient apportée au fondateur durant sa vie. L’un des gendres s’empara de l’image et de son capital. Mais il ne parvint jamais à prendre la tête du groupe qui finit par se dissoudre.

45Une division du même type peut même apparaître dans une comisaría. El Chirimoyo (mun. d’Acatepec) s’est rendu fameux par les conflits qui éclatèrent, en 1994, entre catholiques et protestants. Mais, derrière cette supposée « guerre de religion », l’analyse permet de reconstruire une histoire plus traditionnelle : celle de l’éclatement d’un groupe à la suite de la mort de son « grand homme ».

46Don Moises, dont, dit-on, l’apparence suffisait à provoquer le respect, était cacique (au sens de principal ou « grand homme ») d’El Chirimoyo. Il avait rempli la fonction de comisario d’Acatepec à l’époque où cette communauté appartenait encore à la municipalité de Zapotitlán Tablas. Puis, il avait appuyé les démarches d’El Chirimoyo pour acquérir la catégorie de comisaría en 1988. À l’époque, il était ami de Zapotitlán Tablas et partisan du PRI. Il occupa trois fois la charge de comisario d’El Chirimoyo, au moment où les militants du PRT d’Acatepec luttaient pour la création de la nouvelle municipalité. Il adhéra alors à ce parti d’opposition, puis, peu après, au protestantisme. Les conflits éclatèrent après son décès, en 1994.

47Il faut ajouter que les initiatives ne débouchent pas toutes sur un résultat. Certains groupes ne parviennent jamais à stabiliser des membres, malgré les efforts du noyau initial, ce qui démontre a contrario qu’un groupe de coopération doit posséder des intérêts communs.

L’absence d’intérêts communs

48Parfois, les chefs de famille ne parviennent pas à trouver de motifs suffisants pour créer une nouvelle localité. Ces cas, qui ne sont pas rares, aboutissent à la disparition pure et simple de l’embryon du groupe.

49Ainsi, en 1960, la comisaría d’Iliatenco (mun. de Malinaltepec) décida de constituer trois hameaux afin de surveiller les chemins et le transit du bétail volé. Deux d’entre eux (Cruz Tomahuac et Tlahuitepec) naquirent et se développèrent. Mais le troisième (Cruz Canuto) disparut l’année suivante. Les paysans qui vivent à son emplacement remplissent leurs charges dans le centre d’Iliatenco et donnent à cette absence d’intérêts communs une explication qui, elle, ne manque pas d’intérêt ; selon eux, la topographie suscite la dispersion de la population en plusieurs lieux-dits (Arroyo del Maguey, Piedra recargada, Cerro Pelón...) qui, n’ayant pas l’occasion de coopérer sur le plan agricole, restent éclatés.

50Il m’est arrivé d’être témoin des difficultés de certains hameaux en 1974. Plus de vingt-cinq ans après, la localité a survécu, mais au prix d’une longue stagnation. Une petite vallée du sud d’Iliatenco, nommée Cañada Sur, offrait une plaine où les animaux aimaient à paître. En 1954, trois habitants décidèrent de convoquer leurs voisins à une assemblée qui décida de l’édification d’une chapelle de brique crue blanchie à la chaux, qui existe encore. Mais, soudain, deux des fondateurs moururent et le groupe se dispersa. En 1968, l’entreprise forestière s’établit précisément à cet endroit et sa présence attira des paysans qui plantèrent leurs plantations de café et, en 1972, un promoteur d’alphabétisation rebaptisa le lieu Aserradero (« Forestier »). Pourtant, les habitants continuèrent à envoyer leurs enfants à l’école du centre d’Iliatenco, faisant preuve, pour la seconde fois, de leur absence d’intérêts communs. Il fallut attendre 1979 pour que l’école du hameau parvienne à fonctionner. Aujourd’hui, Aserradero a la catégorie de délégation.

51La Ciénega, dans les environs de Malinaltepec, connut des problèmes semblables à partir de 1921. À cette date, le président municipal de Malinaltepec désigna un garde pour surveiller le chemin et le passage de bétail volé. Mais garde et hameau disparurent bientôt. En 1973, le maire proposa aux habitants de leur attribuer un promoteur d’alphabétisation et ceux-ci refusèrent. Cependant, deux ans plus tard, le fondateur d’une confrérie et d’une chapelle privée qui datait de 1957 finit par accepter. Il convoqua une assemblée de vingt-cinq hommes, dont treize seulement travaillèrent à la construction de l’école sur un terrain donné par le fondateur. Selon les habitants, le relief accidenté de l’emplacement décourage les relations de coopération. S’il n’existe que peu d’occasions d’entraide agricole, les chefs de famille refusent de former un groupe de coopération formel. Malgré les difficultés, la localité figure parmi les délégations existantes en 1999, mais pas parmi les plus dynamiques.

52Un autre problème peut naître de la rivalité entre plusieurs « grands hommes ».

Les luttes d’influence

53Il arrive que la nouvelle association résulte de la fusion d’unités de coopération préexistantes, aux intérêts divergents. Lorsque le groupe se forme à l’initiative de plusieurs hommes de puissance comparable, le choix de l’emplacement du centre villageois peut donner lieu à des litiges. Ainsi, à El Llano (mun. de Acatepec), il y a vingt ans, les paysans se réunirent pour entreprendre la construction d’une école. Ils bâtirent deux structures de chaume au milieu d’une lagune desséchée. Mais, peu après, un autre homme fit donation d’une parcelle sur laquelle on construisit les écoles, , le local communal et la chapelle qui existent aujourd’hui.

54C’est pourquoi il est fréquent que l’emplacement d’un centre villageois en formation soit déplacé. C’est ce qui est arrivé au centre scolaire de l’actuelle délégation de Cerro Tejón, alias El Brasil (comisaría d’Iliatenco), qui établit deux centres successifs sur des emplacements éloignés.

55Mais, après quelques années de rivalité, l’histoire se termine par la victoire de l’un des deux groupes qui choisit, à la fois, le nom du village et le terrain sur lequel est bâti son centre. En 1976, l’unité scolaire de Colonia del Obispo abritait 260 habitants. Quoique homogène à première vue, elle comprenait en réalité deux groupes localisés d’intérêts. Le premier, Cruz Piedra Obispo, avait vu le jour en 1970, à l’occasion de la construction de la première école en bois (qui fut remplacé en 1974 par une école en brique). À cette date, un promoteur originaire du lieu-dit réunit sa parentèle dans une assemblée qui décida de bâtir l’école. Dans l’intention de renforcer cet embryon de localité, il prit contact avec le groupe voisin de Piedra Ancha qui possédait, depuis les années soixante, une confrérie de San Antonio Abad et une chapelle. L’instituteur de Cruz Piedra Obispo parvint à convaincre le groupe cérémoniel de Piedra Ancha de se joindre à la construction de l’école. Pourtant, les deux groupes restèrent opposés par leurs intérêts et leurs projets. Bien qu’ils eussent une école en commun, ils maintenaient une organisation cérémonielle autonome. Piedra Ancha possédait sa propre confrérie, et les membres de Cruz Piedra Obispo, qui en étaient dépourvus, constituèrent en 1973 deux groupes de dévotion consacrés à saint Lucas et saint Michel. Les jours de fête, les membres du groupe adverse évitaient de s’approcher des lieux de réunion des confréries pour éviter les conflits, fréquents lorsque les hommes sont pris de boisson. Chaque groupe proclamait son désir d’édifier le futur centre administratif sur son propre emplacement. Cependant, dès cette date, il apparaissait que Cruz Piedra Obispo partait favori, puisqu’il avait déjà réussi à imposer son nom (Obispo) au groupe scolaire. J’ai pu constater, en 1999, qu’il avait gagné : il existait une délégation du nom de Colonia del Obispo, et plus aucune mention de Piedra Larga.

56À Laguna Seca (mun. de Malinaltepec), Metodio Galbez avait fondé une confrérie en 1955, puis une chapelle et, en 1976, une école sur un terrain dont il avait fait donation. Cependant, quelques années plus tard, selon les mots d’un habitant interviewé en 1999, « on eut l’idée de descendre à l’emplacement où se trouve actuellement le centre du village, qui était un terrain de la famille Carrasco, cultivé par la famille Morán ». Ce qui signifie, en fait, que le groupe de Metodio s’est fait absorber par le groupe cérémoniel qui avait prêté son concours à la construction de la première école.

57Les années qui suivent la formation de la nouvelle localité, celle-ci tente d’attirer le plus grand nombre possible de chefs de famille. Mais, lorsque ceux-ci résident à trop grande distance, ils déclarent qu’il n’est pas dans leur intérêt de se rattacher à la nouvelle localité et qu’ils préfèrent conserver leur appartenance à une agglomération plus éloignée, mais plus grande, ou encore acquérir leur propre autonomie.

58C’est ce qui arriva à la nouvelle délégation de Llano del Heno fondée en 1999, à moins d’une heure de marche du centre villageois de Malinaltepec. À un quart d’heure de marche de là se trouve la délégation de Laguna Seca, dont l’école date des années soixante-dix. À cette époque, peu d’habitants de Llano del Heno acceptèrent d’envoyer leurs enfants à la nouvelle école, malgré sa proximité. S’il l’avaient fait, ils auraient dû coopérer également à l’organisation cérémonielle et administrative de Laguna Seca. Or, plusieurs hommes d’El Llano possédaient des maisons dans le centre villageois de Malinaltepec, où il leur était facile de réunir les membres d’une confrérie pendant les fêtes, et qu’ils pouvaient prêter à leurs parents afin que ceux-ci remplissent des fonctions municipales. En revanche, ils ne possédaient pas de maisons à Laguna Seca. Ils continuèrent donc à se rattacher à Malinaltepec, jusqu’à ce que surgisse l’occasion de créer leur propre délégation.

59Comme on peut le voir, le fondateur doit, par son travail de persuasion, combattre les tendances séparatistes manifestées par les groupes domestiques. C’est pourquoi les localités apprécient souvent qu’une communauté supérieure, comme le chef-lieu, soutienne leurs efforts.

L’intervention du chef-lieu municipal

60Il est souvent arrivé qu’un nouveau hameau se constituât sur ordre du chef-lieu. À la fin du xixe siècle, ce fut le cas de Pueblo Hidalgo (alias Tierra Blanca) peuplé de soixante-dix hommes de Malinaltepec envoyés par le maire afin de défendre les frontières méridionales du terroir contre les Mixtèques de Buenavista. Je pense que la fondation de Très Cruces par Acatepec, à la même époque, a répondu à des considérations du même ordre.

61C’est le souci d’assurer la surveillance du territoire qui poussa le maire de Malinaltepec à ordonner la fondation de nouvelles localités au cours de la première moitié du xxe siècle. Des « gardes » furent envoyés à Ojo de Agua en 1911, San Miguel Progreso et Paraje Montero en 1914, La Ciénega en 1921 et Arroyo San Pedro en 1927. En 1948, à la suite de l’assassinat d’un habitant de Potrerillo, le président de Malinaltepec nomma un garde pour assurer la sécurité. La surveillance des chemins fut à nouveau le motif de la fondation de trois hameaux sur le territoire d’Iliatenco (Cruz Tomahuac, Tlahuitepec y Cruz Canuto) en 1960.

62Peu de temps auparavant, le Centre d’éradication du paludisme avait vu le jour au niveau national. Ses employés passaient deux fois par an épandre des insecticides sur toutes les maisons et les huttes dispersées dans la Montagne. Les brigades accompagnées de mules durent, tout d’abord, s’assurer l’aide des autorités municipales pour trouver leur chemin et obtenir qu’on leur vende des aliments. Le problème leur parut spécialement difficile à Teocuitlapa, et ils demandèrent au président municipal d’Atlixtac (dont dépendait cette agglomération) d’ordonner la constitution de quatre comisarías (Zoquitlán, Tlachichintepec, Cacalotepec et Tlacozochapa).

63Le président municipal de Malinaltepec n’était pas non plus opposé à la création de nouvelles localités et, il tenta, dans les années soixante, de convaincre les habitants des environs du village de construire des écoles pour les promoteurs d’alphabétisation envoyés par le Centre indigéniste de Tlapa. Le maire de Tlacoapa, pour sa part, songeait à l’ouverture de la route et décidait de nommer des représentants de hameaux afin de mieux organiser les travaux publics.

64Cependant, pour parvenir à leurs fins, les chefs-lieux doivent trouver un écho dans le groupe local. Lorsque l’ordre de fonder une nouvelle localité ne coïncide pas avec l’émergence d’intérêts communs au niveau subalterne, l’initiative échoue. Ce fut, tout d’abord, le cas à La Ciénega et à Ojo de Agua, qui, fondé en 1911, avait déjà disparu en 1936, lorsqu’il fut de nouveau créé de façon autoritaire. Cruz Canuto, un autre hameau, disparut l’année suivant sa fondation et ne se reforma jamais. Quant aux comisarías constituées sur le territoire de Teocuitlapa, elles éveillèrent peu d’intérêt au niveau local. L’agglomération, déjà dépeuplée par l’émigration temporaire des hommes, avait peu envie d’accroître la quantité de travail collectif.

65On peut donc dire que, derrière chaque unité administrative, se dissimulent les intérêts d’un ou de plusieurs groupes. Pour former les nouveaux hameaux, deux groupes de taille et de force distinctes doivent passer un accord : le chef-lieu municipal et le groupe local.

les groupes invisibles

66Si l’on applique ces principes d’analyse aux autres unités administratives, on voit apparaître des groupes souterrains. À partir de cent habitants, un groupe de coopération et d’intérêts devient capable de constituer une unité cérémonielle, scolaire, et même administrative. Cependant, sa petite taille peut mettre son indépendance en péril. Il arrive que des localités, absorbées sur le plan administratif par des unités supérieures, continuent de mener une existence invisible. Cette situation fut courante au xixe siècle, dans le sud de Malinaltepec.

67Le recensement de 1870 fait état, pour la première fois, du hameau de Cofradîa qui compte entre dix et vingt chefs de famille. Quelques années plus tard, sur ordre du maire de Malinaltepec, un groupe de soixante-dix hommes s’établit au lieu dit Tierra Blanca. Il y forme un groupe localisé bien plus nombreux qui acquiert la catégorie de comisaría en 1890 et change son nom pour celui de Pueblo Hidalgo en 1920. Le petit hameau de Cofradîa est alors englobé dans cette comisaría et son nom disparaît des recensements. Avec l’accroissement démographique, il réapparaît en 1974, nomme un délégué et adopte le nom de Tuxtepec. À cette époque, Pueblo Hidalgo avait déjà abandonné la municipalité de Malinaltepec pour celle de San Luis Acatlán, dont fait partie, en conséquence, la nouvelle délégation.

68Xochiatenco, au sud de Malinaltepec, offre un cas comparable. Cette vallée fertile avait déjà des habitants lorsque le président municipal nomma un « garde » à Paraje Montero pour surveiller le chemin des crêtes. Lorsque Paraje Montero devint comisaría en 1914, le hameau de Xochiatenco, bien que plus ancien, se fondit dans la nouvelle unité administrative. Il ne refit son apparition que dans les années soixante, comme guardería.

69Les paysans d’Arroyo San Pedro, de la même municipalité, racontent une histoire similaire, lorsqu’ils expliquent que les habitants du village, trop peu nombreux pour rester autonomes, durent choisir entre les) comisarías de Tilapa et Tierra Colorada :

  • 6 Archives du DAAC, Arroyo San Pedro, mun. de Malinaltepec, 1971.

Dès 1899 vécurent ici des hommes mariés, les uns descendants d’Iliatenco, d’autres provenant de Malinaltepec, et ils formèrent un hameau au lieu dit Arroyo El Cántaro. Mais après un certain temps, ils ne purent se rattacher à Tilapa, car, lorsqu’ils essayèrent, ils furent traités despotiquement et on leur imposait des quantités doubles de travaux publics, et c’est pourquoi ils se firent enfants du village de Tierra Colorada6.

70Une localité de la municipalité d’Acatepec a maintenu, dans des circonstances semblables, un semblant de cohésion depuis encore plus longtemps. Piedra Blanca date d’un époque imprécise, peut-être de 1850. Le village ne laissa d’autre trace écrite qu’une note rédigée au début du xxe siècle et conservé dans les archives du palais du gouvernement de Chilpancingo :

  • 7 Archives du palais du gouvernement. Chilpancingo.

Nous sommes des familles qui appartinrent à Malinaltepec et dernièrement fondèrent ce village ; les inondations survenues dans les gorges ont détruit le village de Piedra Blanca, depuis un temps immémorial, et nos ancêtres rejoignirent le village de Totomixtlahuaca, où nous habitons actuellement. Nous possédons encore le saint appelé saint Augustin7.

71Je n’avais pas la moindre idée de l’emplacement de ce village disparu jusqu’à ce que, en 1999, mes pas me conduisissent à la petite comisaría de Villa de Guadalupe (200 habitants, mun. de Acatepec). Ses autorités me racontèrent que leurs ancêtres avaient édifié le village de Piedra Blanca sur la colline, où subsistaient des traces de l’ancien cimetière.

72Je pense que les habitants de ce lieu-dit remplissaient des charges à Totomixtlahuaca, comme le laisse penser la note mentionnée, mais qu’à un moment quelconque, ils rejoignirent la comisaría d’Acatepec, dans la municipalité de Zapotitlán Tablas. En 1952, un groupe de paysans appartenant à Mexcaltepec fondèrent la comisaría de Mexcalapa, parce qu’ils avaient appris qu’Acatepec s’apprêtait à abandonner à Totomixtlahuaca les terrains qu’ils cultivaient. Alors, les habitants de Piedra Blanca vinrent renforcer le village de Mexcalapa. Mais, en 1979, un décret présidentiel décida que Mexcalapa serait annexé aux biens communaux de Totomixtlahuaca. Par chance, les habitants de l’ex-Piedra Blanca occupaient les terres qui appartenaient au terroir d’Acatepec et, pour ne pas risquer de souffrir des prétentions agraires de Totomixtlahuaca, ils se séparèrent de Mexcalapa. Mais au profit de quelle unité administrative ? La communauté proche de Mexcaltepec tenta de les englober en son sein, mais, finalement, ils préférèrent gagner leur indépendance et former une délégation nommée Villa de Guadalupe, qui devint comisaría en 1983.

les tactiques individuelles

73En marge de la constitution des groupes de coopération et d’intérêts, il a de tout temps existé des francs-tireurs. Ainsi, les plus riches participent souvent à deux unités administratives au lieu d’une. C’est ce que nous montre la généalogie suivante. En 1830 ou 1840, Pedro, éleveur d’une cinquantaine de têtes de bétail, adopte Lucía, fille de son défunt frère, et quitte Malinaltepec en direction du sud. Il installe ses troupeaux au lieu dit Yerba Santa, où, plus tard, on bâtira le centre de la comisaría de Colombia de Guadalupe. Mais, déjà, d’autres éleveurs arrivent pour coloniser l’endroit, et Pedro poursuit son chemin vers le sud, jusqu’au lieux dits d’El Rincón et Potrerillo Cuapinole. Quelques années plus tard, un jeune homme pauvre épouse Lucía et vient vivre avec son beau-père. Son premier fils. Isidro, naît vers 1870. À dix ans, il assiste à la construction des premiers bâtiments publics de Pueblo Hidalgo, tout en appartenant à la communauté d’El Rincón. Il maintiendra cette double participation toute sa vie pour avoir le droit de faire paître son bétail sur les terres des deux localités. J’ai connu ses trois filles qui m’ont conté l’histoire de leur famille.

74Dans les années soixante-dix, j’ai également fait la connaissance d’un instituteur originaire de Malinaltepec qui habitait Iliatenco. Il possédait des plantations de café dans les deux communautés, et, par conséquent, figurait sur les deux recensements et payait des contributions dans les deux localités.

75J’ai été témoin d’un cas similaire dans la municipalité de Zapotitlán Tablas. La comisaría d’Ixtlahuasaca, fondée en 1974, rassembla des familles qui, par le passé, remplissaient des charges dans les comisarías voisines, notamment Huixtlatzala. Plusieurs familles choisirent d’appartenir à la nouvelle localité, et abandonnèrent leurs maisons et leurs terrains aux mains de leurs parents qui étaient demeurés dans le village d’origine. Mais, certaines restèrent vivre à Huixtlatzala, tout en conduisant seulement leur bétail paître sur les terres de Ixtlahuasaca, avec l’autorisation des nouvelles autorités. Finalement, trois familles optèrent pour une double participation. En 1976, elles figuraient dans le recensement de Huixtlatzala, mais remplissaient des charges aux deux endroits.

76Il arrive aussi que des chefs de famille prennent position contre le groupe majoritaire et aillent à contre-courant. On peut presque affirmer avec certitude que, à chaque fois que les membres d’un hameau se rassemblent pour former une nouvelle unité administrative, il y a des hommes pour refuser de les suivre et rester attachés à la communauté souche. On en trouve des exemples dans toutes les municipalités. À Zapotitlán Tablas, quelques familles refusèrent de se joindre à la nouvelle comisaría de Huixtlatzala, en 1965, et continuèrent à remplir des charges dans le chef-lieu, malgré son éloignement. La création d’Escalerilla, à la même date, donna lieu à des réactions du même type. Deux ou trois familles continuèrent à être recensées et à remplir des charges dans le chef-lieu.

77Au sud de la municipalité de Malinaltepec, la comisaría de Potrerillo Cuapinole (312 habitants) fit scission d’avec Pueblo Hidalgo en 1959. Sept familles refusèrent d’adhérer à la nouvelle localité et continuèrent à envoyer leurs enfants à l’école de la vieille communauté, en dépit de la distance. Ils alléguaient que le travail collectif était moins lourd à Pueblo Hidalgo, qui répartissait ses charges entre trois mille habitants. Pour une raison semblable, une dizaine de familles de Tuxtepec choisirent de rester membres de Pueblo Hidalgo et d’abandonner à leur sort les cent habitants de la nouvelle localité.

78Outre les considérations qui se réfèrent au montant du travail exigé, les habitants de Malinaltepec m’ont mentionné un autre argument qu’affectionnent les hommes attachés à une grosse communauté : la possession d’une maison dans le centre villageois. Mais bien d’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte, comme l’emplacement des champs cultivés, le nombre et l’âge des enfants, et les relations de parenté.

79Un argument de ce dernier type permit à des familles sollicitées par deux localités de se décider. Aux alentours de Zapotitlán Tablas apparurent en 1965 les comisarías d’Escalerilla et de Tamaloya. Par le passé, trois hommes d’Escalerilla s’étaient mariés avec des femmes de Tamaloya et avaient opté pour une résidence uxorilocale. De ce fait, le fondateur de Tamaloya leur demanda de coopérer, en 1962, à l’édification d’une chapelle. Les hommes ne refusèrent pas ouvertement, mais ils ne se présentèrent pas le jour des travaux. Et lorsque Escalerilla accéda à la catégorie de comisaría, quelques mois avant Tamaloya, les trois hommes demandèrent à figurer sur le recensement de la première localité, à y prêter service et à y envoyer leurs enfants à l’école. Ils montrèrent par là qu’ils préféraient leur groupe patrilinéaire à celui de leur beau-père.

80Enfin, on peut citer le cas de familles qui n’hésitent pas à changer de groupe d’appartenance. Dans les années cinquante, quelques hommes de la comisaría de Zontecomapa (relevant alors de la municipalité de Zapotitlán Tablas, et aujourd’hui de celle d’Acatepec) vivaient à la limite des terres cultivées par Zapotitlán Tablas. Attirés par la fertilité de quelques parcelles situées sur les berges de la rivière, ils demandèrent à la communauté de les leur louer. Les autorités de Zapotitlán leur proposèrent deux modes de paiement : soit ils versaient un loyer, soit ils remplissaient des charges dans la localité. Ils choisirent la deuxième solution et, de cette façon, changèrent sans état d’âme d’appartenance communautaire. Pour expliquer leur décision, ils me dirent que la comisaría d’Acatepec leur imposait un montant exagéré de travail, « même à des jeunes de quinze ans » (entrevue de 1974).

81Les changements de communauté peuvent aussi bien se produire entre groupes linguistiques différents. Ainsi, la délégation de Cruz Tomahuac, incluse dans la comisaria d’Iliatenco, était peuplée, à la fin du xixe siècle, par des Tlapanèques de cette communauté. Mais des pasteurs de langue nahua, anciens péons des haciendas caprines itinérantes, s’établirent à cet endroit. Puis, des conflits agraires opposèrent les Mixtèques de Buenavista et Iliatenco, et cette dernière communauté remporta la victoire. Alors certaines familles mixtèques décidèrent de remplir des charges à Cruz Tomahuac dont ils cultivaient les terres et abandonnèrent la communauté de Buenavista dont ils étaient originaires.

82Il faut enfin mentionner l’apparition de groupes d’intérêts adverses au cours des conflits internes.

Les groupes adverses

83Ces groupes apparaissent, comme disent les villageois, « lorsque le village se divise ». La partition se produit lorsqu’une localité doit choisir entre deux appartenances communautaires. Les tendances centrifuges sont promptes à se développer et poussent en surface le monde caché dans les souterrains communautaires : les groupes d’intérêts et de coopération qui se font et se défont en suivant les relations de parenté ou les réseaux d’influence.

84Dans le passé, un village « se divisait » lorsque, par suite de conflits avec le chef-lieu, une comisaría décidait de changer de municipalité. Dans ce cas, la résolution était prise à la majorité, mais jamais à l’unanimité. En 1957, la comisaría de Huitzapula se soustrait à la juridiction de Zapotitlán Tablas, dont le centre villageois se situe à une demi-heure de marche de la localité, pour rejoindre la municipalité de Tlapa. La décision est prise à la majorité, mais les représentants de la comisaría nommés en 1958 sont des partisans de Zapotitlán, et, curieusement, bénéficient aussi du soutien du maire de Tlapa. Alors, deux cent cinquante hommes de Huitzapula rédigent une demande de destitution de leurs autorités et leur rattachement à la municipalité d’Atlixtac. Après un premier décret négatif (n° 121), la Chambre des députés autorise le changement de municipalité. Forte de cet appui, la majorité des habitants de Huitzapula menace de mort les anciens responsables de l’ ex-comisaría, qui s’enfuient à Zapotitlán. Un par un, leurs parents de Huitzapula viennent les chercher et les ramènent au village. Au bout de quelques semaines, il ne reste qu’une vingtaine d’hommes qui s’installent définitivement, avec femmes et enfants, à Zapotitlán, dans des maisons et sur des terres de location.

85Un tel phénomène s’est également produit à l’occasion de la division de la comisaría d’Apetzuca en deux unités administratives appartenant à des municipalités différentes. Lorsque Apetzuca éclata en deux parties adverses, en 1959, ses membres résidaient dans des lieux-dits éparpillés sur son territoire. Suivant l’exemple d’Acatepec, la majorité des habitants d’Apetzuca résolurent de quitter la municipalité de Zapotitlán Tablas au profit de celle de Tlacoapa. Cependant, un homme influent, Bolaño Rodríguez, membre du hameau de Barranca Mina, resta dans la municipalité de Zapotitlán Tablas. Lorsque je visitai la communauté en 1974, la quasi-totalité des membres de la comisaría d’Apetzuca qui appartenaient à la municipalité de Zapotitlán Tablas vivait à Barranca Mina.

Tableau 3. Les localités d’Apetzuca en 1974.

Localités

Apetzuca mun. Tlacoapa

Apetzuca mun. Zapotitlán
Tablas

Total

Apetzuca

158

68

226

Zilacayota

377

o

377

Capulin

375

31

406

Barranca Mina

186

255

441

Loma Maguey

155

11

166

Total

1 251

365

1 616

86À mon retour, en 1998, j’ai pu vérifier que Barranca Mina avait acquis la catégorie de délégation, en 1983, avec 250 habitants, et Loma Maguey, en 1987 avec 184 habitants. Les deux hameaux avaient représenté les meilleurs appuis de Zapotitlán Tablas lors des événements passés, aussi bien que récents.

87Aussi, derrière les apparences administratives, peut-on deviner des réseaux d’influence autour des hommes puissants. L’influence de Barranca Mina poursuivit son extension en direction du hameau de Loma Maguey, entre 1976 et nos jours. Les quelques partisans de Zapotitlán qui habitaient Apetzuca et Capulin étaient peut-être liés par des relations de consanguinité, d’alliance et de compérage avec le noyau de Barranca Mina.

88Chaque fois qu’apparaissent des groupes d’intérêts et de coopération, les factions adverses naissent du travail de persuasion effectué par certains hommes auprès de leurs parents, compères et voisins, qui activent des relations préexistantes. Un mot résume ces efforts : « inviter ». Le noyau « invite », les participants « sont invités » à participer à des assemblées ou à apporter leur travail.

89La formation toute récente de la nouvelle municipalité d’Acatepec a donné lieu à ce travail réalisé sous le manteau par les membres des hameaux d’El Chirimoyo et El Llano, dans les environs d’Acatepec. Ces deux localités étaient liées par la parenté, mais, à partir des réunions militantes, les habitants « se firent compères, se firent compagnons d’ivresse » (selon l’expression imagée d’un témoin de cette époque). De la même façon, un groupe de militants de Malinaltepec prépara les élections municipales que le PRD devait gagner en 1989.

90Des nombreux exemples que l’on vient de présenter, on peut tirer une conclusion générale : tout type de fonctionnement communautaire se fonde sur la présence souterraine de groupes localisés d’intérêts et de coopération. Nous parlons d’intérêts et de coopération parce que les deux termes sont liés dans la mesure où un chef de famille n’offre son travail que s’il pense en tirer des avantages personnels. Et ces groupes sont localisés, car ils tendent à rassembler des hommes qui habitent des endroits proches, la distance constituant un gros obstacle à l’aide mutuelle. Les groupes sont de nature distincte, depuis le simple groupe domestique (que nous avons nommé individu, chef de famille ou famille nucléaire, selon les cas) jusqu’à l’unité dirigée par un « grand homme » qui active ses relations de parenté et de voisinage, ou encore jusqu’à la communauté, qui réunit, à un niveau supérieur, les réseaux d’influence de plusieurs hommes puissants.

Notes

1 Dehouve, 1984 et 1991.

2 David Robichaux a montré que ce cycle de développement domestique est commun à la majorité des groupes indiens de Mésoamérique.

3 Oettinger. 1980, p. 216.

4 Dehouve, 1990, p. 257.

5 Le compérage (compadrazgo) est une parenté rituelle. Un homme demande à un autre d’être parrain de son enfant : tous deux seront compères (compadres) et se devront respect et assistance mutuelle.

6 Archives du DAAC, Arroyo San Pedro, mun. de Malinaltepec, 1971.

7 Archives du palais du gouvernement. Chilpancingo.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search