Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Chapitre V. Le nerf de la guerre

Texte intégral

1Pour mener à bien ces luttes complexes dont nous avons détaillé les rouages, il faut des moyens. On a coutume de dire que le nerf de la guerre est l’argent. Actuellement, les Tlapanèques ne renieraient pas cette maxime, mais, autrefois, ils auraient sans doute préféré parler de « travail humain ». Construire un centre villageois, créer des confréries, remplir des fonctions administratives sont des activités dont on peut chiffrer précisément le coût en travail. L’édification des bâtiments se calcule en jours (de six à huit heures de travail) et les charges civiles et religieuses en années. Il faut ajouter à cela les sommes d’argent.

2L’unité cérémonielle et scolaire débutante ne renferme que des bâtiments en bois. On calcule qu’un groupe de dix hommes met trois jours pour édifier une de ces maisons. On peut donc dire que la construction d’une chapelle « coûte » trente jours de travail humain. De plus, un représentant des pères de famille passe une quinzaine de jours par an à des tâches administratives. Enfin, une contribution monétaire permet de faire fonctionner l’école et de célébrer une fête patronale.

3Les bâtiments de brique crue exigent une plus grosse charge de travail. Il faut quinze jours pour que dix hommes édifient une maison. Les six à huit bâtiments qui marquent le centre d’une comisaría « coûtent » donc entre neuf cents et mille deux cents jours de travail. Chaque année, une moyenne de six à douze hommes assument des fonctions publiques, soit soixante jours. Enfin, il faut célébrer deux à trois fêtes patronales.

4Le coût en travail humain et en argent augmente donc avec la catégorie administrative. Au niveau inférieur, l’unité minimale coûte environ trente jours de travail humain, quinze journées offertes par un responsable, et une comisaría, mille jours de travail humain et six cents journées données par les autorités. Il faut remarquer, que, selon la coutume locale, on ne comptabilise que le travail du père de famille. En effet, les travaux publics ne sont exigés que des hommes, les femmes et les enfants n’y participent pas, contrairement à ce qui se passe dans d’autres groupes indiens. Mais, pendant les fêtes, les femmes font la cuisine.

5Face au coût exigé par le jeu de la concurrence, on peut donc se demander qui contrôle le travail humain et comment ? Par quels mécanismes peut-on enrôler des travailleurs ?

Le travail gratuit

  • 1 Loi du municipio libre 108, art. 12.

6Une comisaría dispose de pouvoirs judiciaires. Or, comme nous l’avons mentionné au chapitre II, bien que la législation ne reconnaisse pas explicitement le travail gratuit, elle contraint les habitants à « obéir aux autorités municipales et les aider lorsqu’ils y sont requis »1. Les municipalités tlapanèques organisent la population masculine en groupes de travail chargés de l’entretien des routes et de la construction des édifices publics et religieux.

7On donne le nom de « service » (servicio) à ce travail gratuit, sans établir de distinction terminologique avec les autres « services » que sont les fonctions municipales. On utilise aussi le terme defaena ou fajina. Au niveau national, c’est le mot tequio qui fut mis à la mode par l’institut national indigéniste dans les années cinquante, lorsque Alfonso Caso et Gonzálo Aguirre Beltrán imaginèrent un contrat entre les communautés indiennes et l’État mexicain, les premières offrant leur travail, tandis que le second apportait un appui technique et des matériaux destinés à la construction des écoles, des cliniques et des routes.

L’augmentation des besoins en travail et en argent

8De fait, les travaux publics se multiplièrent à partir des années soixante. Les symboles du progrès (chap. III) regroupent un grand nombre de services urbains dont les communautés tlapanèques se dotèrent à partir de 1967. Alors qu’un centre villageois du début du siècle comprenait des édifices en nombre limité (celui d’Iliatenco abritait, en 1937, une église, un presbytère et un local communal), les centres contemporains se doivent de posséder des fontaines, des cliniques, des centres scolaires, et bien d’autres bâtiments.

  • 2 CONASUPO, Compañía Nacional de Subsistencias Populares et CODISUCO, Compania de Distribution de Sub (...)
  • 3 INMECAFÉ : Instituto Mexicano del Café.

9Pour les édifier, les localités sont entrées en contact avec les fonctionnaires qui arrivèrent à Tlapa en 1964, avec la fondation du Centre coordinateur indigéniste, dépendant de l’institut national indigéniste. Dans une première étape, le Centre établit des contacts avec des organismes de distribution de produits alimentaires2. Il ouvrit les premières boutiques CONASUPO en 1970 (cinq au total, dont deux dans les municipalités tlapanèques) afin de vendre du maïs à des prix contrôlés. Les magasins de la CODISUCO vendaient, pour leur part, des produits de base comme des haricots, du savon, du lait en poudre et de la farine ; en trois ans, elles passèrent de trois à treize. En 1975, la CONASUPO se mit à acheter le café produit par les paysans à des prix qui leur était plus favorables que celui payé par les intermédiaires métis. Puis, en 1976, INMECAFÉ3 commença à distribuer des plants sélectionnés et des fertilisants, et à proposer des crédits. Enfin, dès sa fondation, le Centre indigéniste embaucha des promoteurs dans les trois groupes linguistiques de la Montagne. Leur nombre passa, de 119 en 1964, à 554 en 1976, parmi lesquels 258 répartis dans 67 localités tlapanèques.

  • 4 SOP : Secretaría de Obras Públions ; CAPFCE : Comité Administrador del Programa Federal de Construc (...)
  • 5 COPLAMAR : Coordinatión del Plan Nacional de Zonas Deprimidas y Grupos Marginados.

10Dans le même temps, le Centre aidait les villages à réaliser des travaux publics, en leur prêtant des outils, en leur offrant une aide technique et en leur vendant des matériaux à prix contrôlés. Les autres fonctionnaires de la ville de Tlapa intervenaient aussi, chacun dans son domaine, et souvent en collaboration avec le Centre indigéniste : La SOP pour la construction de routes, le CAPFCE pour l’édification de salles de classe, l’IMSS pour l’adduction d’eau potable4. Sous la présidence de José López Portillo (1975-1982), un programme tenta de coordonner tous ces efforts sous le nom de COPLAMAR5.

11Cependant, et malgré la multiplication du nombre des fonctionnaires qui habitaient la ville de Tlapa, les villages de la Montagne recevaient peu de subventions de la part de l’administration et, bien souvent, ne devaient compter que sur leurs propres forces. Routes ouvertes au pic et à la pelle, locaux communaux, cliniques, écoles, maisons d’instituteurs, places et rues, terrains de basket-ball et de volley-ball, champs d’atterrissage pour avions de brousse, tous ces ouvrages furent réalisés par les habitants des communautés qui ne bénéficiaient souvent que du prêt de quelques outils par le Centre indigéniste. Lorsque des organismes officiels leur offraient des matériaux, les villageois peinaient pour transporter le ciment et les tuyaux à une époque où il n’existait encore aucun transport routier.

12La construction des routes donna lieu à différents types d’accords. Le plus connu fut l’« accord tripartite » passé entre le gouvernement fédéral, celui de l’État et les communautés. Parfois, la SOP (ministère des Travaux publics) ou le gouvernement de l’État prenait entièrement l’ouvrage à sa charge. L’effort demandé aux villages donnait lieu à une négociation au cas par cas. Parfois, l’organisme officiel réclamait du travail bénévole ; ailleurs, il offrait une rémunération monétaire ou une ration alimentaire sous forme de sacs de farine, de maïs ou de haricots. Face à la multiplication des accords et en l’absence de système de référence légal, les villages étaient incapables de savoir si l’on respectait leurs droits. Ainsi, une rétribution monétaire officiellement attribuée en 1976 aux travailleurs d’un chemin « tripartite » ne parvint jamais à ses destinataires.

13Souvent, les organismes adaptaient leurs propositions aux communautés avec lesquelles ils entraient en relation. Un village fermement décidé à obtenir une aide pouvait l’obtenir, tandis que le village voisin était contraint à collaborer de façon bénévole. Tout était question de rapports de force. Une communauté incluse dans un ensemble de villages qui offraient leur travail gratuit était bien obligée de les imiter pour ne pas être laissée pour compte. Mais si plusieurs villages faisaient alliance pour imposer leurs exigences, les organismes officiels s’y soumettaient afin que les travaux ne soient pas interrompus. Les résultats furent variés. Zapotitlán Tablas construisit gratuitement deux kilomètres de route avant de percevoir des rations alimentaires en 1976. En revanche, Tlacoapa et les communautés du sud de Malinaltepec offrirent gratuitement leur travail.

14Outre celui-ci, les localités apportaient une contribution monétaire. Elles achetaient des sacs de ciment pour construire les terrains de sport, les rues et les places, et des toits de tôle ondulée pour les édifices publics. Le Centre indigéniste leur vendait le matériel scolaire (tableaux, tables, bancs, crayons et cahiers) à moitié prix. Certains organismes exigeaient la contribution des communautés ; par exemple, chaque chef de famille versait entre vingt et trois cents pesos à l’arrivée de l’électricité. En 1972, cinq localités de la municipalité de Malinaltepec (Paraje Montera, Alchipahua, Cerro Cuate, Cruz Tomahuac et Pueblo Hidalgo) apportèrent une collaboration de deux mille pesos à la réalisation de leurs terrains de sport et Ojo de Agua contribua d’autant à la construction de son local communal.

15Par voie de conséquence, la pression en travail et en impôts sur la population s’accrut énormément dans les années soixante-dix et les autorités municipales imaginèrent de nouvelles façon d’enrôler des travailleurs.

Les réformes de l’organisation communautaire (1970-1980)

16Tout le système fut mis au service de ces nouveaux besoins. Les titulaires des charges non rétribuées et les confréries participèrent aux travaux. Ainsi, dans la municipalité de Malinaltepec, les bénéfices tirés du prêt à intérêt des capitaux monétaires des confréries et l’« argent du président » furent investis dans les ouvrages de modernisation.

17La mobilisation des travailleurs s’appuya, au début, sur la tradition. Là où ils existaient, les « inspecteurs » formèrent des groupes de travail, et, en cas contraire, ce fut la tâche des policiers et des topiles. Chaque municipalité inventa sa propre rotation, comme Zapotitlán Tablas qui, en 1976, formait des groupes de dix hommes sous la responsabilité de deux chefs.

18Mais cela ne suffit pas et les autorités durent inventer de nouvelles façons d’organiser le travail. Elles créèrent, tout d’abord, des comités ad hoc pour les ouvrages importants, par exemple un comité pour l’ouverture de la route, un autre pour la reconstruction de l’église, et ainsi de suite, qui recrutaient des travailleurs bénévoles et géraient des fonds. À partir de 1971, le Centre indigéniste généralisa la constitution de « comités de pères de famille » chargés de l’édification des écoles. Les commerçants du chef-lieu de Zapotitlán Tablas offrirent, en 1972, leur contribution pour financer la construction d’un terrain de basket-ball.

19Les paysans émigrés à la ville de Mexico apportèrent également leur participation. Ceux qui étaient originaires de la municipalité de Malinaltepec formèrent en ville des associations par comisaría et même par hameau (Malinaltepec, Paraje Montero, Colombia de Guadalupe, Iliatenco, Tapayoltepec, Monte Alegre, Ojo de Agua, La Soledad...). Plus rare à Zapotitlán Tablas, cette coutume existait aussi à Tlacoapa. En 1972, les cinquante émigrés du comité de La Soledad achetèrent pour leur hameau des instruments de musique valant quinze mille pesos. Le comité d’Iliatenco apporta mille pesos pour l’électrification du village en 1976. Celui de Tlacoapa envoya mille cinq cents pesos, en 1971, au conseil municipal pour que celui-ci finance une œuvre de son choix.

  • 6 Archives de la Procuraduría Indigena de Tlapa, 1970.

20Dans cette région d’habitat dispersé, quelques conseils municipaux cherchèrent à renforcer le contrôle de la population. Le président municipal de Tlacoapa nomma des représentants de hameaux, en 1975, dans le but déclaré de mieux organiser le travail gratuit exigé par la construction de la route. Quelques municipalités imaginèrent de développer un châtiment spécial : les « travaux forcés ». À la place des amendes habituellement perçues, les conseils municipaux condamnèrent les délinquants à des peines de travail forcé. Je ne sais pas si la coutume existait par le passé, mais, même si c’était le cas, elle était forcément peu développée puisque les travaux publics étaient fort peu nombreux au début du siècle. Avec leur augmentation, les travaux forcés devinrent fréquents, comme le montrent les archives du « Tribunal indien » de Tlapa. En 1970, deux paysans de Malinaltepec portèrent plainte contre leur conseil municipal : « Nous avons passé neuf jours en prison, ils nous ont fait nettoyer les rues, porter des sacs de ciment pour la construction de l’école, et nous avons porté du sable »6. En 1974, le secrétaire de Tlacoapa riait en me racontant l’histoire d’un couple, bien connu des autorités, car l’homme et son épouse ne cessaient de s’accuser mutuellement. Et on les voyait alternativement l’un et l’autre porter, pendant des jours, le sable, les pierres et l’eau qu’exigeait l’ouvrage du moment.

21Le même procédé fut utilisé pour bâtir le centre de la comisaría d’Ixtlahuasaca, qui, rappelons-le, appartenait à la municipalité de Zapotitlán Tablas, mais empiétait sur le territoire communal d’Apetzuca. Pendant la période qui s’étendit entre la fondation de la comisaría « provisoire » d’Ixtlahuasaca, en 1965, et sa légalisation en 1973, ses membres firent souvent prisonniers des hommes d’Apetzuca pour les obliger à travailler à la construction du centre villageois.

  • 7 Archives de la Chambre des députés, Chilpancingo, 1970.

22On inventa de nouvelles contributions. La comisaría d’Ixtlahuasaca (mun. de Zapotitlán Tablas) décida « qu’à partir du moment où serait promulgué le décret de comisaría, tous les citoyens paieraient chaque mois deux pesos pour rétribuer le secrétaire qui aiderait le comisaría municipal »7. Et surtout, certains hommes entreprirent de réformer complètement l’organisation communautaire. Ainsi, en 1976, le président municipal de Malinaltepec, promoteur d’alphabétisation, chercha à fonder son budget sur la perception de contributions monétaires. Il me disait alors qu’il attendait avec impatience que l’on terminât la construction de la route qui menait à Tlapa. Ainsi, les ventes de café se tiendraient dans le chef-lieu, qui pourrait percevoir des impôts auprès des commerçants. Pour la première fois, le maire rétribua des services qui étaient autrefois gratuits. Par exemple, pour nettoyer le cimetière avant la Toussaint, il embaucha des salariés rétribués sur les contributions du registre civil, alors que, dans les autres communautés tlapanèques, les fiscales assumaient bénévolement cette tâche. Il faisait également en sorte d’offrir une légère compensation aux conseillers municipaux et aux policiers.

23Dans cette même municipalité, plusieurs comisarías provoquèrent le dépérissement de certaines charges. Les fiscales furent réduits au nombre de deux dans toute la partie méridionale, et supprimés à Tierra Colorada et El Rincón, tandis que les policiers passaient au nombre de dix. À l’inverse, les communautés les plus traditionnalistes conservèrent un minimum de dix fiscales et de trente policiers. Cependant, les courants les plus modernistes poussaient au développement des confréries, dont les fonds monétaires contribuaient à la modernisation des centres villageois.

24Dans certains villages, la question de la réorganisation des charges communales donna lieu à des conflits entre factions. Ce fut en particulier le cas à Iliatenco, première communauté tlapanèque à avoir entrepris des travaux publics à l’arrivée d’une entreprise forestière en 1965. Dans les années soixante-dix, deux leaders incarnaient des conceptions opposées du progrès. L’un, instituteur originaire de Malinaltepec, possédait une plantation de café à Iliatenco et militait en faveur de la disparition des charges religieuses. En tant que maître d’école, il s’opposait à l’arrivée des promoteurs et à l’alphabétisation en langue tlapanèque. Le second, originaire d’Ometepec et marié dans le village, avait occupé pendant dix ans un emploi d’infirmier dans la Marine. De retour à Iliatenco, en 1966, comme médecin, il fonda une confrérie et établit des liens étroits avec le clergé. Les deux leaders essayaient d’influencer le comisario et le représentant de Vejido, qui occupaient les deux postes de pouvoir. En 1968, l’instituteur conseilla au représentant ejidal d’autoriser l’exploitation des bois par l’entreprise forestière. En 1970, devenu comisario lui-même, il supprima les fiscales et les musiciens et décida de remplacer les travailleurs bénévoles par des ouvriers salariés rétribués au moyen des sommes versées au village par les forestiers. La faction procléricale fut scandalisée par ces mesures. Des rumeurs circulèrent, évoquant la visite du guérillero Genaro Vâsquez à l’instituteur comisario, puis quelqu’un déposa officiellement plainte. Trois cents soldats envahirent le village, emprisonnèrent l’instituteur à Chilpancingo avant de le relâcher faute de preuves. En 1973, on élut un comisario proclérical, qui s’empressa de rétablir les charges supprimées par le précédent et mit fin à l’exploitation des forêts communales. Alors, une nouvelle plainte accusa ce comisario d’être partisan du nouveau chef guérillero, Lucio Cabañas ; les soldats occupèrent le village, emprisonnèrent le comisario, avant de le relâcher. Puis, en 1974, un nouveau comisario anticlérical décida de supprimer les fiscales et les musiciens, que le précédent avait rétablis.

25Certes, les institutions de contrôle du travail humain avaient toujours revêtu une grande importance dans la région tlapanèque, mais, dans les années soixante-dix, la préoccupation pour les formes d’extraction du travail gratuit s’accentua. Toutes les réformes de l’organisation communautaire tentèrent d’y répondre.

26Cependant, dans les années quatre-vingt-dix, la question de savoir comment se procurer le nerf de la guerre rencontra de nouvelles réponses.

comment « décrocher des aides » ?

27De nos jours, la question est devenue : comment « décrocher des aides » (arrancar, gestionar o sacar obras) ? Ce changement de terminologie montre bien que le simple contrôle du travail humain a cessé d’être suffisant. « Décrocher » implique un travail de pression politique en direction de divers organismes, qui, à son tour, suscite des transformations de l’organisation communautaire.

L’augmentation des aides financières

28Il y a trente ans, les travaux publics reposaient presque entièrement sur le travail des paysans. Les conseils municipaux étaient hantés par la question de savoir comment mobiliser le travail gratuit d’une quantité d’hommes toujours plus importante, tandis que les aides financières étaient réduites à leur plus simple expression. Seuls en bénéficiaient les villages affectés par un cyclone, ou, dans les années quatre-vingt, les comisarías qui recevaient dix mille à vingt mille pesos par an au titre d’« appui municipal ». Tout changea à partir de 1990.

L’aide officielle

  • 8 SEDESOL : Secretaría de Desarrollo Social ; COPLADEG : Comité de Planeación para el Desarrollo del (...)
  • 9 oehmichen bazán, 1998, p. 60.
  • 10 DIF : Desarrollo Intégral de la Familia.

29Les aides financières arrivèrent durant la présidence de Salinas de Gortari (1988-1994), avec le PRONASOL (Programme national de solidarité). Deux organismes se chargèrent d’acheminer l’argent à Tlapa : SEDESOL, qui dépendait de la fédération, et COPLADEG, du gouvernement de 1 ’ État8. Pour la première fois, ces programmes apportèrent des aides de plus d’un million de pesos par municipalité. À la fin de la période présidentielle, le flux financier ne tarit pas, avec la mise en place d’un nouveau programme sexennal nommé « Alliance pour le bien-être », puis d’un « Plan national de développement 1995-2000 », et ensuite de la création de la branche XXVI, puis XXXIII du budget fédéral9. Les organismes payeurs se différencièrent ; le gouvernement de l’État, en particulier, acquit un rôle de plus en plus important, soit directement, soit au travers du DIF10.

  • 11 oehmichen bazán, 1998, p. 53.
  • 12 PROCAMPO : Programa de Apoyos Directos al Campo et PROGRESA : Programa de Educación, Salud y Alimen (...)

30Des analystes ont remarqué qu’« en valeurs réelles, les ressources destinées au développement social représentaient [alors] moins de quarante pour cent du total qui lui était assigné en 1980 [...] La différence tient à ce que PRONASOL organisa la distribution des aides d’une façon différente, au moyen de la mobilisation et de la participation de la population »11. Effectivement, les appuis financiers parvinrent aux autorités municipales, pour ce qui concernait les travaux publics. Les aides individuelles furent réparties par les programmes PROCAMPO et PROGRESA12, à partir de 1997. Le premier distribua de l’argent aux chefs de famille en fonction du nombre d’hectares cultivés, tandis que le second répartissait des rations alimentaires aux femmes et des « bourses d’étude » à leurs enfants.

  • 13 Les taux de marginalité sont calculés statistiquement, à partir de certains paramètres, comme la pr (...)
  • 14 oehmichen bazán, 1998, p. 61.
  • 15 Selon le « Cuadm de personas del ayuntamiento de Acatepec », GONZÁLEZ garcía, Tercer y último infor (...)

31À partir de janvier 1996, soixante-cinq pour cent du budget de la branche XXVI furent destinés aux municipalités qui possédaient les taux de « marginalité » les plus élevés13, par les Fonds de développement municipal. Les mairies devaient constituer des Conseils de développement municipal qui regroupaient le conseil municipal et les représentants des comisarías afin de gérer ces sommes14. De plus, et pour la première fois, les municipalités reçurent des sommes destinées à payer les salaires des conseillers municipaux et de leurs employés – secrétaire, trésorier, chauffeurs, employés du registre civil, responsables du courrier et de l’intendance, et présidente du DIF municipal15.

  • 16 Fondo de Solidaridad.

32Les appuis financiers les plus importants de ces dernières années furent attribués par le Fonds de solidarité16 : par exemple, 2 403 049 pesos à la municipalité d’Acatepec qui compte environ 20 000 habitants, en 1995, et 3 298 659 pesos en 1996. Ces sommes étaient effectivement gérées par le Conseil de développement municipal formé par les conseillers municipaux, les autorités des comisarías et des hameaux, avec la participation des organismes officiels, comme les délégations de SEDESOL, de COPLADEG, du Conseil régional de solidarité et de l’INI. Ce conseil choisissait parmi la cinquantaine de localités de la municipalité celles qui recevraient un appui financier et suivait l’avancée des travaux au cours de sa réunion mensuelle. Parallèlement, certains organismes prenaient directement contact avec les municipalités, comme PROCAMPO et le DIF.

33Considéré du point de vue des localités, quelles furent les retombées de cette manne financière ? À titre d’exemple, le petit village de Villa de Guadalupe (mun. de Acatepec) obtint des appuis de la municipalité de Zapotitlán Tablas, en 1990, pour construire un terrain de basket-ball ; du CAPFCE, en 1993, pour édifier une école ; du premier conseil municipal d’Acatepec, pour son local communal et du second, pour un réservoir d’eau ; du DIF, pour des jeux d’enfants et, finalement du gouvernement de l’État, à titre de dédommagement pour les dégâts causés par le cyclone Paulina en 1998.

  • 17 DIF : Desarrollo Integral de la Familia ; SEP : Secretaría de Educación Pública ; INI : Instituto N (...)

34Nombreux sont les organismes officiels qui jouent un double rôle. D’un côté, ils distribuent des subventions et, de l’autre, ils assistent les localités dans leurs démarches auprès d’un autre organisme. De cette façon, le DIF répartit des rations alimentaires et appuie les requêtes destinées à d’autres fonctionnaires. C’est également le cas de l’INI, de la SEP, et d’autres, et l’on voit le DIF demander, au nom des municipalités, des appuis à la SEP, et la SEP au DIF17, tandis que tous deux intercèdent auprès du gouverneur de l’État.

35Cependant, ces démarches ne relèvent pas de la compétence exclusive des organismes officiels. Depuis quelques années, de nombreux groupes de pression dépensent beaucoup d’énergie dans ce type d’activité.

Les appuis des groupes d’opposition

  • 18 Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígena, le Frente de Defensa Popular et le (...)
  • 19 Consejo de Pueblos Nahuas del Alto Balsas.

36Trois groupes de pression interviennent activement pour appuyer les démarches des communautés indiennes de la Montagne : le Conseil des cinq cents ans de résistance indienne, le Front de défense populaire et le CAIN18. En 1988, les villages nahuas menacés par un projet de construction d’un barrage sur le río Balsas, dans le nord de l’État de Guerrero, constituèrent un « Conseil des villages nahuas du Haut Balsas »19. Après l’abandon du projet par le gouvernement, un petit groupe de militants poursuivit la lutte au niveau de l’ État et fonda, en 1992, le Conseil des cinq cents ans de résistance indienne. Celui-ci se définit comme une organisation civile regroupant les membres de divers groupes politiques et religieux, préoccupée par le « développement intégral » des communautés, de manière autonome et indépendante du gouvernement. Il comprend plusieurs secteurs, l’un consacré à la défense des droits indiens et humains, un second dédié à la culture, et une troisième intitulé « développement et travaux publics ». C’est celui qui nous intéresse ici, car il se propose d’aider les communautés à obtenir des financements pour la construction d’écoles, de cliniques, de routes et autres.

37Les militants de ce secteur recueillent les demandes des communautés, rémunèrent un ingénieur qui rédige un dossier qu’ils présentent au gouverneur de l’État. En 1998, ils parvinrent à obtenir 200 000 pesos pour cinq localités de la municipalité d’Acatepec et, en 1999, 507 000 pesos pour vingt-neuf communautés de la même juridiction, pour ne parler ici que de celle-ci. Ces sommes furent acquises après une grève de la faim de vingt-quatre heures tenue par les militants, face au palais du gouvernement de Chilpancingo. Après avoir obtenu l’appui du gouverneur, ils remirent des chèques aux autorités villageoises.

38Le Front de défense populaire, constitué en décembre 1997 par des membres du Parti communiste mexicain de tendance stalinienne, se définit comme une organisation civile et plurielle. Il a pour but d’organiser les autorités communales, au niveau du chef-lieu, des comisarías ou des hameaux. Après avoir recueilli des demandes de travaux publics, il convoque les habitants des villages pour manifester devant le palais du gouvernement, à Chilpancingo. Il a ainsi réussi à distribuer, au niveau de l’État, quelque deux millions de pesos en 1999.

39Le CAIN fut créé en 1993 à partir de la paroisse d’El Rincón, au sud de la municipalité de Malinaltepec, à l’initiative d’un nouveau curé. Les réunions mensuelles qui rassemblèrent les autorités des comisarías décidèrent de demander l’ouverture d’une route, l’édification d’un hôpital et d’une université, et l’organisation d’un corps de police communautaire. Dans un premier temps, le CAIN mit l’accent sur la route, et entreprit des démarches : les militants envoyèrent des représentants auprès de tous les organismes et appelèrent à une manifestation de sept cents personnes en avril 1994. L’année suivante, la connexion entre les parties septentrionale et côtière de la route était réalisée et l’Université pédagogique nationale ouvrait à El Rincón.

  • 20 Pueblos organizados de la Costa Montaña.
  • 21 Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígena, la Unión Regional Campesina et la U (...)

40À partir de 1995, le CAIN céda la place à un nouvel organisme : les « villages organisés de la Côte-Montagne »20, qui tint des assemblées ouvertes réunissant les autorités communales et les organisation civiles présentes dans la région, comme le Conseil des cinq cents ans de Résistance Indienne, l’Union régionale paysanne et l’Union des ejidos lumière de la Montagne21. Ces réunions mirent en place une police communautaire (voir chap. I) et, depuis peu, elles cherchent à développer des projets productifs, mis en œuvre par des groupes d’une dizaine membres.

  • 22 Comptes-rendus d’accords pris par les assemblées de villages de la Montagne et de la Côte-Montagne, (...)

41Cependant, malgré sa progression par étapes successives, l’organisation n’a jamais cessé de solliciter des aides financières. On peut en prendre pour exemple les comptes-rendus de plusieurs réunions. L’assemblée du 17 août 1996, qui se tint à Arroyo San Pedro, sollicita la construction du réseau routier, des ponts et le revêtement de la chaussée. Le 17 novembre 1996, l’assemblée réunie à Ojo de Agua rédigea un document requérant le remplacement des camions de passagers par un service de microbus. Le 14 juin 1997, elle demanda la construction d’un hôpital régional et reparla du revêtement de la route22.

42Quels que soient les moyens mis en œuvre pour les obtenir, les aides financières suscitent une transformation de l’organisation communautaire.

Le travail de pression politique

43Tandis que les réformes de l’organisation communautaire survenues dans les années soixante-dix avaient pour but de mobiliser plus efficacement le travail humain, de nos jours, il s’agit de renforcer les groupes et les partis politiques.

Partis politiques et flux financiers

  • 23 PSUM : Partido Socialista Unificado Mexicano, UPG : Unión Popular Guerrerense, PRD : Partido de la (...)

44La gauche est apparue dans la Montagne du Guerrero en 1979, avec la participation aux élections du Parti communiste mexicain, qui venait d’être légalisé. Un an plus tard, ce parti gagnait la municipalité mixtèque d’Alcozauca. Par la suite, celle-ci fut gouvernée successivement par plusieurs formations d’opposition, le PSUM, l’UPG et le PRD23. Elle resta longtemps la seule municipalité gouvernée par l’opposition dans la région.

  • 24 Calderón Molgora, 1994, p. 149 sqq.

45Mais, aux élections municipales de 1989, le PRD affirma avoir gagné la municipalité tlapanèque de Malinaltepec (ainsi que plusieurs autres de la Montagne : Xochihuehuetlán, Metlatónoc, Xalpatlahuac et Copanatoyac). Pourtant, le décompte officiel des voix attribua la victoire au parti officiel (le PRI) et la mairie de Malinaltepec fut occupée par les opposants24 de décembre 1989 à avril 1990. Le gouvernement de l’État mit alors en place un conseil municipal formé des deux partis en lice, le PRI et le PRD, qui gouverna jusqu’en 1993. Depuis, le PRD a gagné les élections en 1993, 1996 et 1999.

  • 25 PRT : Partido Revolucionario de los Trabajadores.

46Les élections municipales de 1989 à Zapotitlán Tablas furent gagnées par un groupe de militants d’Acatepec affiliés au PRT25, d’obédience trotskyste. Comme, là encore, l’institut électoral refusait de reconnaître leur victoire, la comisaría d’Acatepec décida de devenir le chef-lieu d’une nouvelle municipalité « populaire ». Trois ans plus tard, le 23 mars 1993, celle-ci obtenait sa reconnaissance officielle et élisait son premier conseil municipal majoritairement affilié au PRT (1993-1996) ; ce parti gagna les élections suivantes (1996-1999).

47On peut remarquer que les formations d’opposition se sont implantées dans les communautés tlapanèques à partir de 1989, date à laquelle sont arrivées des aides financières. Ceci signifie que, dès le début, les fonds de solidarité qui parvinrent aux chefs-lieux de municipalités furent gérés par les partis politiques. Aussi les nouveaux mécanismes de fonctionnement communal naquirent-ils de l’imbrication entre les luttes pour la reconnaissance des partis d’opposition et celles pour l’obtention des ressources financières.

Le nouveau travail

  • 26 Procuraduría Social de la Montaña et Instituto National Indigenista.

48L’organisation municipale s’est enrichie de nouveaux organismes. En premier lieu, le multipartisme a renforcé les comités municipaux du PRI, et créé les comités municipaux des partis d’opposition, PRD et PRT. De plus, la législation municipale (loi 364 de 1993) prévoit les conditions de gestion des aides financières par un « conseil consultatif de comisarías municipales, un conseil consultatif de délégations municipales, et un de présidents des biens communaux » (chap. II, art. 202), auxquels se joignent les comités de développement indigéniste formés par les organismes officiels indigénistes26 (chap. XI). Dans les faits, les Conseils de développement municipal sont formés par le conseil municipal, les représentants des comisaría et des hameaux, avec la participation des organismes officiels.

49Dans la municipalité de Malinaltepec, le conseil se réunit une fois par mois. La programmation des travaux publics est établie au mois de janvier. Les bureaux de Chilpancingo font parvenir les fonds pour le fonctionnement interne de la municipalité en février, et les aides financières aux travaux, au mois de mai. Après l’établissement définitif de la liste des travaux, chaque localité nomme son propre comité, avec un président, un secrétaire et des membres. Les réunions suivantes du conseil rassemblent les autorités des localités et les représentants des comités de travaux. Il lui revient de prendre acte de l’avancée des ouvrages et des dépenses.

50La prolifération des comités et des conseils de différente nature a multiplié le nombre des réunions. De plus, celles-ci, au lieu de se tenir dans une même localité, rassemblent des habitants provenant de tous les villages qui composent la municipalité. De plus en plus souvent, les autorités municipales, les responsables de comisarías et de comités sont amenés à se déplacer sur le territoire municipal. Malgré l’avancée des routes, celles-ci restent difficilement praticables et les voyages durent des jours entiers. Dans le sud de la municipalité de Malinaltepec, il faut ajouter aux réunions officielles, les assemblées du CAIN (aujourd’hui Villages organisés de la Côte-Montagne) et les séances de débat de la police communautaire qui se déroulent chaque mois dans une communauté différente.

51La « réunionnite » ne touche pas seulement le niveau municipal, mais aussi celui de l’État. Le travail de pression politique s’exerce en direction des organismes officiels, (on dit qu’il faut « faire bouger l’administration », mover dependencias), ce qui implique d’envoyer des militants auprès des fonctionnaires de Tlapa et de Chilpancingo. La liste en est longue et comprend tous les services qui distribuent des fonds, de l’État ou de la Fédération, ainsi que le personnel politique, officiel ou d’opposition.

52Il faut aussi organiser des manifestions comme celle qui demanda, à l’initiative de la municipalité de Malinaltepec, le revêtement de la route de Tlapa à Marquelia. Selon les participants, la manifestation rassembla quatre mille membres de la municipalité le 15 avril 1997. Le Front de défense populaire organise des piquets devant le palais du gouvernement à Chilpancingo et leurs militants réservent des autocars pour y conduire les villageois. Les partis rassemblent aussi des militants pour leurs campagnes électorales, tandis que le Conseil des cinq cents ans de résistance indienne mobilise les paysans, tant pour les démarches qui les concernent directement que pour soutenir leur organisation, lors des manifestations nationales dans la ville de Mexico.

53Le paiement des voyages des représentants des communautés est devenu un problème crucial pour les villageois qui se cotisent pour réunir les fonds nécessaires. Ainsi, la première décision prise par le comisario de la nouvelle localité de Puerto Buenavista (mun. d’Acatepec) consista, en 1998, à demander une contribution de quarante pesos par chef de famille, afin de constituer, dans ce but, une réserve de mille quatre cents pesos.

54Les tâches exigées par les autorités municipales ont changé de nature. Elles consistaient jadis à habiter le centre villageois pour accueillir les paysans et les visiteurs extérieurs, ce qui, dans cette région d’habitat dispersé, obligeait la personne en poste à abandonner son domicile familial et ses travaux personnels. Aujourd’hui, les autorités municipales perçoivent une rémunération, mais pas les représentants des comisarías. Les uns comme les autres doivent, quoi qu’il en soit, se rendre à Tlapa, à Chilpancingo ou à Mexico et passer des journées entières en transport, en assemblées et en manifestations.

55Mais la terminologie a peu évolué. On disait autrefois que les autorités « prêtaient service », on affirme aujourd’hui qu’elles « travaillent ». Des meilleurs militants, on déclare : « Ces camarades, alors là oui, ils travaillent ! » Le contenu de l’activité s’est modifié, mais pas sa conception, qui consiste à l’envisager comme le sacrifice d’un individu au profit de la collectivité.

La nouvelle réciprocité

56Le développement du multipartisme, nous l’avons dit, a coïncidé avec l’arrivée des flux financiers. Les conséquences en ont été distinctes selon les municipalités. La formation de celle d’Acatepec a permis le développement d’ouvrages d’infrastructure dans des communautés qui étaient restées à l’écart du processus de développement. Incluses dans la municipalité de Zapotitlán Tablas, les localités d’Acatepec ne percevaient aucune aide, car les ressources, minimes, qui arrivaient au chef-lieu, y restaient et, à la fin des années quatre-vingt, elles étaient encore totalement dépourvues de routes, d’électricité et d’autres services. L’arrivée du multipartisme débloqua la situation. À l’inverse, pour la municipalité de Malinaltepec, plus modernisée, l’élection d’une mairie du PRD eut pour seule conséquence de transférer la gestion des ressources, des mains du PRI, dans celles d’un parti d’opposition.

57Mais, dans tous les cas, l’obtention d’aides financières apparut comme le résultat du militantisme des camarades. La vieille maxime « Il faut rendre à ceux qui ont aidé », dont nous avons montré plus haut la mise en pratique lors des échanges d’invitations aux fêtes patronales (chap. IV), s’applique désormais de façon différente. « Ceux qui ont aidé », ce sont les militants qui ont exercé des pressions sur les organismes gouvernementaux, « leur rendre » signifie distribuer entre leurs localités les ressources financières obtenues.

58Aussi, les comisarías et les hameaux qui ont soutenu dès le début le parti d’opposition qui a gagné les élections reçoivent de la part du chef-lieu une aide plus importante que les autres localités. En voici un exemple. Un instituteur de la délégation de Laguna Seca proche du chef-lieu de Malinaltepec apporta, dès 1988, son soutien au maître d’école qui devait devenir le premier maire affilié au PRD. Comme il me le précisa au cours d’une interview, en 1999, « ce village [Laguna Seca] commença à se développer avec le changement politique. Dès le début, cette localité appuya le parti, c’est pour cela qu’il a gagné le chemin, la lumière, l’électricité et l’eau. Tous les villages n’ont pas une telle chance ».

59Comme on peut le supposer, ce type de réciprocité fait l’objet de critiques de la part des partis adverses. Ainsi, par exemple, Cruz Tomahuac, délégation de la comisaría d’Iliatenco (mun. de Malinaltepec) vote majoritairement pour le PRI, dans une municipalité affiliée au PRD. Selon le président du comité du PRI d’Iliatenco (interviewé en 1999), l’électrification de la localité, programmée par le Conseil de développement municipal, fut abandonnée après que les résultats des élections du gouverneur de l’Etat, en janvier 1999, eussent révélé au grand jour les opinions des habitants de Cruz Tomahuac.

60Il n’y a qu’une nuance entre la réciprocité traditionnelle qui associe la quantité de travail offert au montant des ressources distribuées, et les comportements que l’on désigne sous le nom de « corruption ». Les polémiques locales à ce sujet sont incessantes. Ceci d’autant plus que les partis entretiennent volontairement la confusion entre l’aide financière apportée par le gouvernement au titre de l’exercice normal et celle acquise par un travail de militantisme. Tel président municipal rappellera aux réunions du comité local de son parti les travaux publics qu’il a organisés en tant que maire. Et, à l’inverse, il fera valoir, devant le Conseil de développement municipal, le militantisme du parti auquel il appartient.

Les nouveaux leaders

  • 27 CNC : Confédératión National Campesina, organisation syndicale affiliée au parti gouvernemental.

61En tout état de cause, il est préférable qu’une localité choisisse d’appuyer le parti qui va gagner les élections. Mais les militants de la formation vaincue ne sont pas pour autant dépourvus de ressources, surtout s’ils sont affiliés au parti officiel. Le gouvernement de l’État, appartenant au PRI, avait coutume de dégager pour les militants du même parti des soutiens exceptionnels, qui lui assuraient l’appui de certaines communautés. De cette façon pouvaient se stabiliser des noyaux politiquement opposés au parti majoritaire dans le chef-lieu. Nous avons mentionné l’exemple de Cruz Tomahuac (PRI) dans la municipalité PRD de Malinaltepec ; de même, la CNC27 offre un cadre de militantisme à certains villages de la partie méridionale de la municipalité d’Acatepec.

62Les nouveaux leaders ne se recrutent plus uniquement parmi les hommes puissants capables de mobiliser le travail de leurs fils, gendres, neveux et voisins. Cela ne signifie pas que le contrôle de cette force de travail ait perdu son importance. La figure de l’homme puissant reste actuelle, mais elle n’est plus suffisante. Ainsi, les membres de la petite comisaría de Puerto Buenavista (mun. de Acatepec), dont les membres travaillent avec enthousiasme pour le bien commun, ont aussi appris à établir des relations avec les partis majoritaires dans leur chef-lieu, le PRD et le PRT, et avec des groupes de pression de la capitale, le Conseil des cinq cents ans de résistance indienne et le Front de défense populaire. En fin de compte, par leur travail ou par leurs manœuvres politiques, ils ne recherchent qu’une seule chose, la continuation jusqu’à leur village de la route qui parvient déjà à la communauté voisine de Yerba Santa.

  • 28 PT : Partido del Trabajo ; PRD : Partido de la Revolutión Democrática.

63Les nouveaux leaders politiques ont pour tâche d’organiser efficacement le militantisme des villageois mais, par contrecoup, ils en viennent à intervenir de façon décisive dans la vie des partis d’opposition. Cela est plus vrai pour les petits partis et les groupes de pression que pour le gros parti qu’est le PRD. Bien souvent, les petits partis, pauvres en militants, ouvrent leurs portes aux villageois, au moins au début. Ainsi, le PRT s’implanta à Acatepec à partir de Copalillo, une municipalité nahua de l’État. Dans un premier temps, il appuya les efforts de la poignée de militants tlapanèques qui réussit à obtenir la création de la nouvelle municipalité. Cependant, la faiblesse de ce parti entraîna, en 1996, sa radiation de la liste des partis habilités à se présenter aux élections, car il n’obtenait pas les un et demi pour cent des votes de l’entité requis par la législation. À partir des élections de 1997, le PRT dut passer des alliances avec des partis plus gros, comme le PT et le PRD28, ce qui entraîna une division des militants et des électeurs dont les conséquences sont perceptibles dans une situation de plus en plus conflictuelle. En réalité, la faiblesse du PRT a représenté, dans un premier temps, un avantage pour les militants d’Acatepec qui ont pu s’y tailler une influence sans commune mesure avec leur poids démographique, mais, dans une deuxième temps, elle a engendré une décomposition politique de la municipalité qui ne cesse de se poursuivre.

64Nous avons rappelé dans ce chapitre que la mise en œuvre des instruments de la concurrence repose sur le contrôle du travail humain. C’est pourquoi les localités se sont toujours préoccupées de répondre à la question : « Comment financer les travaux publics ? » Pourtant, aujourd’hui, on se demande plutôt comment « décrocher » des ressources financières par un travail de pression auprès des organismes officiels. Cette nouvelle façon de répondre à la vieille interrogation a été lourde de conséquences sur l’organisation sociale.

Notes

1 Loi du municipio libre 108, art. 12.

2 CONASUPO, Compañía Nacional de Subsistencias Populares et CODISUCO, Compania de Distribution de Subsistencias Populares.

3 INMECAFÉ : Instituto Mexicano del Café.

4 SOP : Secretaría de Obras Públions ; CAPFCE : Comité Administrador del Programa Federal de Construction de Escuelas ; IMSS : Instituto Mexicano del Seguro Social.

5 COPLAMAR : Coordinatión del Plan Nacional de Zonas Deprimidas y Grupos Marginados.

6 Archives de la Procuraduría Indigena de Tlapa, 1970.

7 Archives de la Chambre des députés, Chilpancingo, 1970.

8 SEDESOL : Secretaría de Desarrollo Social ; COPLADEG : Comité de Planeación para el Desarrollo del Estado de Guerrero.

9 oehmichen bazán, 1998, p. 60.

10 DIF : Desarrollo Intégral de la Familia.

11 oehmichen bazán, 1998, p. 53.

12 PROCAMPO : Programa de Apoyos Directos al Campo et PROGRESA : Programa de Educación, Salud y Alimentación, à partir de 1997.

13 Les taux de marginalité sont calculés statistiquement, à partir de certains paramètres, comme la présence de services urbains, l’alphabétisation des habitants et le revenu par habitant.

14 oehmichen bazán, 1998, p. 61.

15 Selon le « Cuadm de personas del ayuntamiento de Acatepec », GONZÁLEZ garcía, Tercer y último informe del gobierno municipal instituyente, 1er décembre 1995 au 30 novembre 1996, p. 27-28.

16 Fondo de Solidaridad.

17 DIF : Desarrollo Integral de la Familia ; SEP : Secretaría de Educación Pública ; INI : Instituto Nacional Indigenista.

18 Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígena, le Frente de Defensa Popular et le CAIN (Consejo de Autoridades Indígenas).

19 Consejo de Pueblos Nahuas del Alto Balsas.

20 Pueblos organizados de la Costa Montaña.

21 Consejo Guerrerense de Quinientos Años de Resistencia Indígena, la Unión Regional Campesina et la Unión de ejidos Luz de la Montaña.

22 Comptes-rendus d’accords pris par les assemblées de villages de la Montagne et de la Côte-Montagne, presbytère d’El Rincón.

23 PSUM : Partido Socialista Unificado Mexicano, UPG : Unión Popular Guerrerense, PRD : Partido de la Revolutión Democrática.

24 Calderón Molgora, 1994, p. 149 sqq.

25 PRT : Partido Revolucionario de los Trabajadores.

26 Procuraduría Social de la Montaña et Instituto National Indigenista.

27 CNC : Confédératión National Campesina, organisation syndicale affiliée au parti gouvernemental.

28 PT : Partido del Trabajo ; PRD : Partido de la Revolutión Democrática.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search