Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Chapitre IV. Les tactiques de lutte

Texte intégral

1Le dictionnaire définit la tactique comme l’art de combiner tous les moyens militaires au combat. Les Tlapanèques doivent effectivement coordonner l’utilisation des instruments variés de la concurrence qui constituent les moyens, les symboles, les attitudes et les codes mis en action lors des conflits intervillageois. En effet, chacune des luttes administratives, scolaires, électorales, religieuses et agraires prend place dans un cadre spécifique, possède ses propres règles et, en définitive, donne lieu à une utilisation séparée.

Une somme d’éléments isolés

2Dès l’acte initial que représente la fondation d’un hameau, les instruments de la concurrence fonctionnent de façon dissociée. En effet, la formation d’un hameau requiert l’obtention d’une liste réduite d’attributs : une ou plusieurs confréries, des images de saints, une chapelle et des autorités civiles. Mais ce qui peut varier est l’ordre dans lequel la localité les acquiert.

Plusieurs séquences de fondation

3Les villages envisagent de façon séparée chacun des attributs et les associent selon des séquences différentes.

Confrérie-chapelle-école-unité administrative

4À partir des débuts du xxe siècle, la tradition orale nous fournit le témoignage d’un processus de formation des nouvelles localités qui suit, de façon stéréotypée, les étapes suivantes : création de la confrérie de saint Marc et/ou d’une confrérie consacrée à un autre saint patron, édification d’une chapelle, rémunération d’un instituteur privé, construction des bâtiments communaux, accès à une catégorie administrative et nomination des autorités.

5Nous pouvons prendre l’exemple, parmi bien d’autres, du village de San José Vista Hermosa (mun. de Malinaltepec, et aujourd’hui de San Luis Acatlán). En 1870, personne n’habitait encore le lieu-dit, que les pasteurs de chèvres nommèrent Barranca Jabalt car on y voyait souvent des sangliers. En 1880 arriva la première famille originaire de Malinaltepec. Le groupe domestique crût et forma la confrérie de saint Marc dès 1908. Trois ans plus tard, le groupe acheta l’image de saint Joseph et bâtit sa chapelle. En 1919, il édifia une école pour un maître rétribué par les cotisations des habitants. En 1921, ceux-ci effectuèrent leur premier recensement et bâtirent le local de la comisaría et la prison. En 1922, ils changèrent le nom du village en San José Vista Hermosa, présentèrent aux autorités de l’État une demande et se virent attribuer, la même année, la catégorie de sub-comisaría.

6Ce processus est exemplaire de la formation d’une nouvelle unité administrative, dans lequel nous pouvons rconnaître les différents instruments, légaux et informels, de la concurrence : un centre villageois doté d’une chapelle, d’une école, d’un local communal et d’une prison ; des confréries ; des autorités civiles. Cette séquence reste la plus fréquente, bien que, de nos jours, le processus se déroule beaucoup plus rapidement.

7Ainsi, Ahuexotitla (mun. de Zapotitlán Tablas) a tenu sa première assemblée en 1964, et, la même année, a construit son église, acheté l’image de saint Isidore et nommé ses mayordomos. En 1968, ses habitants ont désigné leurs représentants, mais de manière extra-légale, dans le cadre d’une comisaría provisoire. En 1972, ils ont présenté leur requête aux fonctionnaires de l’État et obtenu la catégorie de comisaría en 1974.

8Mais on peut trouver une autre séquence de formation.

Unité administrative-confrérie-église

9Lorsque la localité est fondée sur ordre du président municipal, ce qui n’est pas rare, la séquence est distincte.

10En 1948, les habitants d’El Rincón vivaient en habitat dispersé lorsque l’un d’entre eux fut assassiné dans sa demeure. Afin de mieux contrôler le territoire, le maire de Malinaltepec ordonna aux habitants du lieu-dit de Potrerillos de constituer un hameau, auquel il donna, en 1957, la catégorie de guardería. C’est seulement à ce moment qu’un homme fonda, avec ses parents et ses voisins, la première confrérie de saint Marc. Le groupe entreprit la construction d’une église qui fut achevée en 1961. L’école n’arriva que plus tard.

11Mais, surtout, la priorité accordée à ces différents attributs villageois a évolué dans le temps.

Le changement des priorités

12L’évolution des conditions externes a entraîné un bouleversement de l’importance respective des différents attributs.

La chapelle

13Au xixe siècle, la construction d’une chapelle représentait la première apparition officielle de la localité. Les fondations les plus anciennes ont laissé des traces écrites ; ainsi, 1847 est la date de présentation d’une requête adressée au curé de Totomixtlahuaca par les habitants du « rancho d’El Rincón » (mun. de Malinaltepec). Ceux-ci sollicitaient l’autorisation de bâtir une chapelle munie d’un autel pour qu’on puisse y dire la messe. Il fallut attendre quarante ans pour que la localité puisse acquérir la catégorie de comisaría. Mais cet exemple montre qu’autrefois une chapelle représentait un attribut officiellement reconnu par l’Église.

14Ce caractère officiel ne disparut pas avec la Révolution, mais devint de la compétence du chef-lieu, habilité à autoriser sa construction, comme le prouve le document de fondation d’Arroyo San Pedro (mun. de Malinaltepec). Un groupe d’habitants de Tilapa demanda, en 1926, au conseil municipal le droit de construire une « petite chapelle » et de désigner une autorité civile subalterne nommée « inspector auxiliar ».

15Il faut remarquer que jamais ces documents écrits ne font mention des confréries. Pourtant, que le groupe sollicite le droit de bâtir une chapelle signifie qu’il possède déjà plusieurs groupes de dévotion.

16Cependant, peu à peu, la chapelle perdit son caractère officiel pour devenir un attribut informel.

L’école

17À la fin des années soixante, les écoles d’alphabétisation ouvertes sous la responsabilité des promoteurs par le Centre indigéniste acquirent un rôle stratégique et en vinrent à représenter la première étape officielle du processus de formation d’une nouvelle localité.

18Ainsi, à Colonia San Miguel (aujourd’hui délégation de Malinaltepec), l’école naquit de l’organisation cérémonielle préexistante. En effet, en 1961, Cornelio Calleja fonda la confrérie de la Vierge de Guadalupe avec l’aide d’une vingtaine d’hommes de sa parentèle. En 1973, le beau-frère du fondateur, un promoteur d’alphabétisation membre de la confrérie, convoqua une assemblée qui décida de bâtir une petite école de bois et de chaume. Il fut nommé instituteur du hameau qui, à partir de là, put poursuivre sa formation.

19Depuis, l’école n’a fait que confirmer son rôle fondamental dans le processus.

L’unité administrative

20Depuis dix ans, la catégorie de délégation – et parfois aussi celle de comisaría – est attribuée de façon accélérée par les chefs-lieux de municipalités, pour des raisons que nous analyserons plus tard. Par voie de conséquence, l’attribution de la catégorie administrative tend à prendre le pas sur l’organisation cérémonielle et la chapelle. L’ordre de la séquence devient : école-délégation, ou délégation-école, église. Peu importe que les groupes de dévotion se constituent avant ou après.

21Ainsi, à Tierra Colorada (hameau de Zontecomapa, mun. d’Acatepec), le premier acte collectif fut la construction d’une école de niveau préscolaire en 1980. Puis une assemblée décida de nommer des principales en 1986 et, deux ans plus tard, de célébrer la fête de saint Marc. En 1994, on construisit le local de la délégation muni de sa prison ; en 1996, on acheta l’image de la Vierge de Guadalupe et l’on construisit une chapelle recouverte d’un toit de carton ondulé.

22L’existence de cette séquence permet de comprendre que, désormais, les conversions au protestantisme ne changent rien au processus. En effet, là où elles se produisent, le groupe des convertis occupe la place des anciennes confréries et suit (ne précède plus) l’obtention d’une école et d’une catégorie officielle.

23Lorsque j’ai visité Acatepec en 1974, les habitants me parlèrent d’un groupe de dévotion de saint Marc dans un lieu dit El Llano. La première école y fut bâtie en 1978 et, en 1980, on édifia la comisaría. Les images de saint Marc et de la Vierge de Guadalupe furent acquises en 1990, et chacune d’elles fut dotée d’un capital monétaire. On construisit l’église en 1992 et l’on acheta la cloche l’année suivante. Deux ans plus tard, arriva un missionnaire protestant de Tlacoapa et le groupe de convertis bâtit un temple. Actuellement les protestants représentent la moitié de la population de la localité. Le village existe au niveau administratif et scolaire, mais les catholiques se retrouvent dans les confréries, tandis que les protestants possèdent une organisation cérémonielle propre, qui fonctionne, pourrait-on dire, comme si c’était leur confrérie.

Le comité de travaux publics

24Il existe un nouveau moyen de former une localité. Je l’ai vu apparaître à Iliatenco (mun. de Malinaltepec) dont les habitants bâtissent des quartiers périphériques (colonias urbanas) : Colonia Oriental, Cruz Hernández, Colonia Aviación et Santa Cecilia. Les chefs de famille, tout en vivant en habitat dispersé, se sont réunis en petits groupes pour solliciter l’implantation d’un service urbain, comme l’eau courante ou la construction d’un chemin. Les comités constitués pour présenter ces demandes représentent, de fait, les premiers embryons d’organisation communale. Nous ignorons s’ils poursuivront, par la fondation de groupes de dévotion, de chapelle et d’écoles, le processus qui pourrait les conduire à obtenir une catégorie administrative.

25Cependant, à l’exception de cette innovation, il faut reconnaître que les attributs d’une nouvelle localité, en petit nombre, sont restés les mêmes qu’au xixe siècle. Seul leur ordre d’apparition dans les séquences a subi une évolution.

Les négociations multiples

26L’exemple assez exceptionnel d’une comisaría qui s’est scindée en deux parties, puis réunifiée quarante ans plus tard, offre l’occasion inattendue d’analyser comment sont manipulés les attributs communautaires dans les phases opposées de rupture et de réconciliation.

  • 1 Selon le recensement réalisé en 1974 par les comisarías.

27En 1959, la comisaría d’Apetzuca (mun. de Zapotitlán Tablas, aujourd’hui d’Acatepec) s’est scindée en deux parties opposées par suite du conflit agraire qui l’opposait à son chef-lieu de Zapotitlán Tablas. La moitié qui conserva la plus grande partie de la population (1 564 habitants) s’affilia à la municipalité de Tlacoapa, comme comisaría « provisoire ». L’autre (376 habitants1) resta dans la municipalité de Zapotitlán Tablas et conserva la catégorie légale de comisaría. Les deux comisarías se réunifièrent finalement en 1993, lors de la création de la nouvelle municipalité d’Acatepec.

28Dès la rupture entre les deux parties, chacune des comisarías s’employa à se reconstruire comme une unité entière et autonome. Elle fit en sorte de se doter d’une organisation civile, cérémonielle et d’un centre villageois complets. La réunification de 1994 entraîna, à son tour, la refonte de tous ces aspects. Un séjour dans la communauté, en 1976, me permit de recueillir l’histoire de la division et, lors d’un voyage réalisée en 1998, on m’a raconté la réconciliation. L’enseignement que je voudrais en tirer est que, au cours de ces processus, chaque attribut communautaire a été considéré pour lui-même et a fait l’objet de négociations spécifiques.

Le centre villageois

29La comisaría d’Apetzuca abritait en 1959, avant sa partition, les bâtiments suivants : une église, un cimetière et une maison de fiscales, une enceinte pour les jeux de taureaux, un marché, un local communal, une prison et une école.

30Lors de la division en deux comisarías, ces édifices furent répartis entre les adversaires, mais une partie resta en commun : l’église, le cimetière et la maison des fiscales, les jeux de taureaux, le marché et la prison. Les autres bâtiments tombèrent au pouvoir de l’une ou l’autre. La comisaría appartenant à la municipalité de Tlacoapa prit possession de l’école, car elle bénéficiait de l’appui des instituteurs, tandis que celle de la municipalité de Zapotitlán s’emparait du local communal, car elle profitait du soutien apporté par le chef-lieu. Ces bâtiments se trouvaient dans un centre villageois aux dimensions très réduites car il ne rassemblait qu’exceptionnellement la population habituellement dispersée dans les alentours. Comme ce centre était à flanc de colline, les adversaires réalisèrent une répartition informelle du terrain et la comisaría appartenant à Tlacoapa prit le nom de celle « d’en-bas », et l’autre, de celle « d’en-haut ».

  • 2 Voir les « symboles communautaires » dans le chap. IV.
  • 3 C’est un nouvel exemple de la « guerre des écoles » ; voir chap. IV.

31Chacune des comisarías édifia les maisons qui lui manquaient pour avoir un centre à part entière. Celle appartenant à Tlacoapa bâtit, entre 1960 et 1970, un local communal, une maison de topiles, un poste de police et une maison de confrérie2. La comisaría appartenant à Zapotitlán, moins nombreuse, édifia une maison de topiles qui lui servait également de poste de police, puis reconstruisit son local communal, en 1972, quand le précédent tomba en ruines. Comme l’école placée sous la responsabilité d’un instituteur rétribué par l’État restait du côté de la comisaría appartenant à Tlacoapa, l’autre groupe sollicita, dès 1965, auprès du Centre indigéniste, la nomination d’un promoteur d’alphabétisation3. Les deux écoles fonctionnèrent parallèlement jusqu’en 1974.

  • 4 DGEEMI : Dirección General de Educatión Extraescolar en Medio Indígena.

32Cette année-là, on délimita dans toute la Montagne les zones attribuées respectivement aux maîtres d’État et aux promoteurs. La DGEEM14 obtint le contrôle des deux comisarías d’Apetzuca, ce qui lui permit de réunifier celles-ci au moins au niveau scolaire. Les instituteurs profitèrent de la situation pour demander aux deux groupes adverses de collaborer à la construction de l’internat, du terrain de basket-ball et de neuf maisons de maîtres d’école.

33Quels furent les changements apportés par la réunification du village ? L’église et le cimetière furent les seuls symboles communautaires qui étaient restés en commun durant toute la période de division, et ils le demeurèrent après. La maison des fiscales aussi a toujours servi aux deux groupes rivaux. Mais pour le reste, le centre villageois est méconnaissable. L’enceinte des jeux de taureaux a été détruite pour permettre la construction d’une clinique. Le marché a changé de lieu. La comisaría et la maison de topiles appartenant à Zapotitlán ont été transformées en maisons d’instituteurs et celle appartenant à Tlacoapa a disparu. À sa place, on a bâti, en 1993, un nouveau local communal. Les vieilles écoles de brique sont devenues une cuisine communale et des maisons d’instituteurs.

Les charges

34Au moment de la scission, chaque comisaría nomma un nombre d’autorités en accord avec sa propre population : des conseillers, un comandante, des capitaines et des policiers, des topiles et des principales. En outre, elles réorganisèrent leur organisation cérémonielle. La comisaría d’en-bas, la plus nombreuse, récupéra les saints du village, ainsi que leurs capitaux monétaires, car, au moment de la scission, ses membres occupaient les charges de mayordomos. Il s’agissait des deux patrons (saint Sauveur, célébré le premier vendredi de Carême et saint Lucas) et de quelques saints secondaires, la Vierge de Guadalupe, la Sainte Croix et les Apôtres.

35Du coup, la comisaría d’en-haut fut obligée d’acheter les images de ses propres saints. Elle fit l’acquisition d’une représentation de saint Sauveur, dont elle célébra la fête le second vendredi de Carême, et fêta le Carnaval. En 1972, elle acheta la statue de saint Joseph et constitua une confrérie. Les saints des deux groupes étaient abrités dans la même église.

36Le groupe des musiciens et des chantres fut également éclaté. La comisaría la plus nombreuse s’empara des instruments de musique du village et de sa patronne, sainte Cécile. L’autre dut acquérir ses propres instruments, et l’effort à produire fut tel qu’elle n’y parvint pas avant 1976. La même année, l’un de ses membres acheta la statue de sainte Cécile pour l’offrir à la collectivité.

37Le groupe des fiscales revêt une grande importance dans cette région car, outre le service du curé, il assure l’enterrement des défunts. Au moment de la partition, deux groupes se formèrent, l’un de dix hommes, l’autre de quatre. Chacun enterrait les morts de sa comisaría dans le cimetière, qui demeura propriété collective. Au moment de la réunification en 1993, les saints furent mis en commun. Pourtant, et jusqu’à aujourd’hui, les groupes des fiscales sont restés séparés. Ils continuent d’enterrer séparément les défunts des anciennes comisarías.

38On peut tirer de cette histoire plusieurs enseignements. Bien que l’on pense d’ordinaire qu’une communauté possède une organisation civile et cérémonielle unique, en réalité chacun de ses éléments est l’enjeu de négociations séparées. Aussi, lors de la division, chaque comisaría s’empara-telle de ce qui passait à sa portée, et seuls les symboles communautaires impossibles à diviser restèrent en commun. La réunification entraîna des négociations intenses et, si les deux groupes tombèrent d’accord sur certains points, ils n’admirent pourtant pas l’idée que leurs anciens adversaires puissent être chargés d’enterrer leurs morts.

39Il apparaît aussi que, si certains attributs communautaires ont une existence informelle et une légitimité purement locale, d’autres sont ouverts aux influences extérieures : ce sont la comisaría et l’école. Ainsi, l’appui apporté par le chef-lieu de Zapotitlán à sa comisaría se fondait sur la législation et permit cette dernière de garder la possession du local communal. Dans un même ordre d’idées, l’intervention des instituteurs revêtit un rôle essentiel, depuis le soutien qu’ils apportèrent à la comisaría de Tlacoapa jusqu’à leur intervention en faveur de la réunification.

40Nous pouvons donc énoncer l’une des conséquences du fonctionnement dissocié des instruments de la concurrence : chacun de ceux-ci constitue en soi un enjeu. Cette remarque est essentielle si l’on veut comprendre comment s’établissent les rapports de force entre villages rivaux.

La redéfinition des groupes

41Entre le premier acte collectif et la séparation de la nouvelle localité vis-à-vis de sa communauté mère, s’étend une longue période au cours de laquelle les deux groupes restent mélangés.

Les groupes à double ou triple participation

42Une unité administrative ne conquiert sa totale indépendance qu’avec la catégorie de comisaría. Auparavant, ses membres prêtent service dans deux endroits : la nouvelle localité en formation et la communauté souche, que cette dernière soit une comisaría ou un chef-lieu.

43Prenons l’exemple de la comisaría d’Iliatenco et de ses sept hameaux ou délégations (Cruz Tomahuac, Tlahuitepec, Aserradero, Canada de Cuate, Loma de Cuapinole, Ojo de Agua et Alchipahua), qui possèdent chacun leurs propres autorités civiles (un délégué et un suppléant, deux comandantes, quatre à cinq policiers), des confréries de saints et une chapelle, une école, un orchestre, et plusieurs symboles de modernisation : tous détiennent une clinique, quelques-uns sont en bordure de route et ont un téléphone, et deux d’entre eux, l’électricité. Cependant, leurs habitants prennent également part à l’organisation civile et cérémonielle d’Iliatenco. Ils occupent certaines charges et participent aux travaux publics. Ceux-ci sont organisés selon des rotations fondées sur les délégations. De même, les confréries et les orchestres des hameaux célèbrent les saints de la communauté souche (carte 5).

44Il peut arriver que les membres d’un hameau effectuent leur service dans trois endroits différents, autrement dit, qu’ils prennent part à l’organisation civile et cérémonielle de deux villages, outre leur localité en formation.

Carte 5. Iliatenco et ses communautés secondaires (en 2000).

Carte 5. Iliatenco et ses communautés secondaires (en 2000).

45Le cas s’est produit aux alentours du chef-lieu de Malinaltepec (carte 4), qui compte de nombreuses délégations. En 1976, l’une d’entre elles était Tapayoltepec. Ce hameau avait une autorité civile (un garde et son suppléant, un comandante et des policiers), des confréries et une chapelle. Parallèlement, et comme il se doit pour une unité administrative subalterne, ses membres prenaient part à l’organisation de la communauté mère, Malinaltepec. Cependant, une partie des habitants de Tapayoltepec effectuaient des démarches pour constituer un hameau autonome. Ils habitaient dans le lieu dit Llano Pantanoso (70 habitants en 1976, 164 en 1999), qui avait déjà une confrérie privée de la Vierge des Neiges depuis 1940. Six ans après, le groupe avait construit une chapelle puis formé en 1956 une nouvelle confrérie dédiée au Pardon d’Igualapa. Dès lors, Llano Pantanoso avait acquis autant d’importance que sa localité souche, Tapayoltepec. Mais, en 1972, celle-ci acheta des instruments de musique et désigna des musiciens. Llano Pantanoso, pour combler son retard, fit en sorte de se doter à son tour d’un orchestre. Lorsque je visitai la communauté en 1974, il venait d’y parvenir. Et, lors de ma visite suivante, en 1999, Llano Pantanoso était devenu délégation.

46Durant cette période d’incertitude qui s’étendit entre les années soixante et quatre vingt, les habitants de Llano Pantanoso remplirent des charges dans trois endroits : leur localité, Tapayoltepec et Malinaltepec. Lorsqu’ils acquirent la catégorie de délégation, ils n’effectuèrent plus leur service que dans deux localités, la leur et Malinaltepec. Aujourd’hui, llano Pantanoso intervient de façon significative dans l’organisation cérémonielle de Malinaltepec, car ses habitants forment quatre groupes de dévotion qui célèbrent des fêtes du chef-lieu : la fraternité (hermandad) des Saints Hommes y les confréries de saint Isidore laboureur, saint Michel le Petit et la Vierge de la Conception.

47Pendant ce temps, Tapayoltepec a acquis la catégorie de comisaría, ce qui signifie qu’elle est devenue indépendante de Malinaltepec. Ses habitants remplissent des charges dans leur localité qui compte désormais trois nouvelles délégations (Portezuelo de Santa Cruz, Loma Concha y La Taberna). Ils prennent encore part à l’organisation cérémonielle de Malinaltepec de façon résiduelle avec une hermandad de la Vierge du Carmen.

48Une agglomération peut donc dépendre d’une ou de deux localités souches. Tant qu’elle reste de rang subalterne, ses habitants remplissent des fonctions civiles au sein de la communauté mère, souvent parmi les plus importantes. Il est ainsi fréquent de voir le poste de comisaría occupé par le membre le plus actif de l’une de ses délégations. Il m’est souvent arrivé de poser des questions sur les conflits entre la « mère » et sa « fille » à un homme qui appartenait à la seconde, mais devait répondre au nom de la première. Par exemple, entre 1974 et 1976, le comisaría de Paraje Montero (mun. de Malinaltepec) était originaire du hameau de Xochiatenco, et celui de Colombia de Guadalupe, du hameau de Mesón de Ixtlahuac. L’homme qui occupa la charge de comisaría de Zontecomapa (mun. d’Acatepec) en 1997, devint délégué de Tierra Colorada, l’année suivante.

49Mais, qu’elle soit à double ou triple participation, tout change pour une localité subalterne lorsqu’elle acquiert la catégorie de comisaría.

Les groupes à participation majoritaire

  • 5 DIF : Desarrollo Integral de la Familia ; PROCAMPO : Programa de Apoyos Directos al Campo.

50L’obtention officielle de la catégorie de comisaría permet à la nouvelle localité de couper les ponts vis-à-vis de la localité souche. Les hommes cessent d’occuper des fonctions civiles dans la communauté mère. Pourtant, ils continuent à s’y rendre pour certaines démarches : le cimetière, le registre civil, les biens communaux, la section électorale, les niveaux scolaires les plus élevés ou la perception d’aides individuelles offertes par certains organismes5. Ce n’est qu’avec le temps que leur indépendance deviendra complète. Tant que ce n’est pas le cas, il nous faut parler de « participation majoritaire », car ces localités conservent une participation minoritaire dans leur communauté souche.

51Revenons à l’exemple de la comisaría d’Apetzuca dont nous avons décrit plus haut la partition et la réunification. À la suite de celle-ci, la localité explosa littéralement en huit hameaux. Cinq délégations existantes par le passé acquirent la catégorie de comisaría entre 1994 et 1997 (Zilacayota, Capulin, Tejocote, Barranca Mina et Loma Maguey), tandis qu’apparaissaient trois délégations nouvelles (Agua Frîa, Laguna Seca et Ojo de Agua).

52Les cinq comisarías nommèrent leurs propres autorités civiles et leurs mayordomos. Mais il leur fut difficile de rompre totalement leurs liens avec l’organisation cérémonielle d’Apetzuca. Durant deux années supplémentaires, leurs habitants occupèrent des charges de confréries. Aujourd’hui, ils continuent d’enterrer leurs défunts dans le cimetière d’Apetzuca, et lui procurent des fiscales. De plus, Apetzuca a un fonctionnaire chargé du registre civil, originaire de la délégation de Laguna Seca, et les habitants de tous les hameaux viennent au centre enregistrer leurs naissances, mariages et décès. Il existe aussi à Apetzuca un représentant des biens communaux qui arbitre les procès agraires entre les habitants de la communauté et de ses hameaux. C’est à Apetzuca que l’on peut suivre le cursus scolaire le plus élevé et les familles des environs y envoient leurs enfants à l’école secondaire. Enfin, les employés du DIF, ainsi que les aides individuelles apportées par PROCAMPO, parviennent au centre d’Apetzuca.

Carte 6. Apetzuca et ses communautés secondaires (en 2000).

Carte 6. Apetzuca et ses communautés secondaires (en 2000).

53Mais, avec le temps, les comisarías finissent toujours par mettre en fonctionnement un cimetière propre et, peu à peu, acquièrent les autres attributs de leur autonomie.

Les communautés souches

54L’oscillation entre appartenance multiple et autonomie qui caractérise la vie communale n’est pas sans conséquences pour la communauté mère. Les limites de cette dernière sont en évolution constante et son organisation civile et cérémonielle est en perpétuelle restructuration. Pour reprendre l’exemple d’Apetzuca, le village comptait, en 1974, 2 000 habitants divisés en deux comisarías adverses de respectivement 1 564 et 376 habitants. Vingt-cinq ans plus tard, de façon paradoxale, la comisaría d’Apetzuca n’abrite plus que 650 habitants, car ses hameaux ont profité de la réunification pour acquérir leur indépendance.

55De même, le chef-lieu de Malinaltepec n’a cessé de perdre des membres au fur et à mesure que se formaient de nouvelles comisarías : Moyotepec, El Tejocote, Paraje Montero et San Miguel Progreso au début du siècle, El Tepeyac en 1948, Monte Alegre et Tapayoltepec depuis vingt ans. Cependant, en tant que chef-lieu, elle fait en sorte de maintenir la double participation de ses comisarías aussi longtemps que possible.

56La première étape que cherchent à franchir les nouvelles comisarías est de se séparer des confréries de Malinaltepec. Lorsque j’ai visité la communauté en 1976, l’une des plus grosses confréries était celle du Crucifié, chargée de la célébration du premier vendredi de Carême. La confrérie permanente du Crucifié reposait sur la participation majoritaire des habitants de Tapayoltepec, à l’époque simple hameau (39 des 46 membres du groupe de dévotion en étaient originaires). Lorsque Tapayoltepec acquit la catégorie de comisaría, le chef-lieu se trouva contraint de réorganiser son groupe de dévotion. En 1999, celui-ci est composé d’habitants de la comisaría de Monte Alegre, de fondation plus récente. Il faut comprendre par là que Monte Alegre, quoique comisaría, ne parvient pas à se séparer totalement de sa « mère » qui continue de contrôler avec énergie ses relations cérémonielles. En revanche, Tapayoltepec, forte de trois délégations, a conquis son indépendance aux niveaux civil et religieux.

57Les hameaux qui envoient leurs orchestres à la fête de la communauté souche changent avec le temps. Il y a vingt ans, les délégations de Monte Alegre et Tapayoltepec prenaient part à la fête du premier vendredi de Carême de Malinaltepec. En février 1999, après avoir acquis la catégorie de comisaría, elles cessèrent de participer. De nouvelles délégations prirent leur place : Laguna Seca, Colonia del Obispo, Colonia San Mateo, Llano Pantanoso, Ojo de Agua et La Soledad. Le fait que ces dernières possèdent leur propre orchestre signifie qu’elles ont acquis une certaine importance, mais pas au point de refuser d’assister à la fête. Ainsi, la participation cérémonielle de la population environnante évolue-t-elle avec le temps, au fur et à mesure que se transforment les relations entre le chef-lieu et ses hameaux.

58Un chef-lieu dispose de plus d’arguments qu’une simple comisaría pour obliger les unités sublaternes à participer à ses fêtes. En effet, le chef-lieu peut mettre à profit la législation qui impose un devoir d’obéissance aux membres de la municipalité. Aussi, lorsqu’une comisaría fait mine de s’autonomiser, le conseil municipal lui envoie-t-il des « invitations » qui ont force de loi.

59Ce fut le cas du chef-lieu de Zapotitlán Tablas qui possédait, en 1976, sept comisarías dans ses environs immédiats : Cuixapa, d’origine coloniale, et six comisarías de formation récente (Ayotoxtla, Escalerilla, Tamaloya, Ahuexotitla, Huixtlatzala et Ixtlahuasaca). Le chef-lieu utilisait son pouvoir politico-administratif pour obliger ses sept comisarías à participer à son organisation cérémonielle, ce qui consistait à aider à la reconstruction de son église et au financement de ses fêtes. Zapotitlán exigeait, pour la première, une contribution monétaire de trois cents à quatre cents pesos par comisaría, ainsi que plusieurs demi-journées de travail gratuit consistant à transporter des pierres jusqu’au lieu de la construction. Le chef-lieu envoyait aux comisarías de simples invitations à participer, mais celles-ci savaient bien qu’elles ne pouvaient pas refuser.

60Pour les fêtes de la semaine sainte, les fiscales des comisarías étaient priés de se rendre à Zapotitlán avec les images des saints patrons, accompagnés des musiciens et des mayordomos de leurs villages. Ils déposaient leurs saints patrons dans l’église de Zapotitlán pour une semaine. Au niveau symbolique, ce rite marquait la prééminence du patron du chef-lieu sur les patrons des comisarías. En contrepartie, les mayordomos de Zapotitlán invitaient les pèlerins à manger. Les fiscales du chef-lieu régalaient les fiscales des comisarías, tandis que les principales et les mayordomos de Zapotitlán s’occupaient des musiciens et des mayordomos des comisarías.

61Puis le chef-lieu lançait des invitations aux comisarías en prévision de la fête de son saint patron, saint Jacques. Les comisarios, les musiciens, les mayordomos et les fiscales des comisarías devaient être présents et nommer parmi les leurs des mayordomos de cámara, chargés d’acheter des pétards, des mayordomos de corral qui construisaient l’enceinte des jeux de taureaux et des mayordomos de ponchi qui achetaient l’eau-de-vie. En échange, las autorités de Zapotitlán promettaient d’assister aux fêtes des comisarías.

62Des principes très clairs présidaient à ces échanges. L’un affirmait que « l’église est pour tout le monde ». Cela signifiait que, contrairement aux charges civiles qui divisent la population, l’église rassemble ses enfants. Mais, de fait, le seul village qui y trouvait son compte était le chef-lieu qui utilisait le précepte pour percevoir un travail gratuit de la part des habitants des villages subalternes. L’autre principe voulait qu’il faille « rendre à ceux qui ont aidé ». Là encore, une règle apparente de réciprocité recouvrait en réalité un échange inégal. Bien que l’on puisse penser que Zapotitlán rendrait un pétard contre un pétard, et une visite contre une visite, dans les faits, le chef-lieu retirait de l’organisation de ses fêtes un prestige sans commune mesure, car il parvenait ainsi à rassembler une nombreuse assistance. De plus, l’« aide » n’était pas véritablement volontaire. Lorsque Zapotitlán invitait une communauté d’un rang égal au sien, elle ne spécifiait jamais la participation atendue, alors qu’elle ne se gênait pas pour exiger de ses comisarías des quantités précises de pétards et d’eau-de-vie.

63Il est intéressant de souligner que cette organisation cérémonielle fut inventée dans les années soixante-dix, pour répondre à la situation inédite créée par la fondation de nouvelles comisarís. On peut ainsi mesurer la vitalité des mécanismes de création et d’invention de l’organisation communale (carnets de terrain de 1976).

64Il serait faux de considérer que le processus de séparation s’apparente à la division d’une amibe qui, après avoir acquis tous les attributs communautaires, constituerait une entité autonome. Dans les faits, chaque instrument de la concurrence représente en lui-même un enjeu des rapports de force entre deux groupes, ou plus. Les bâtiments du centre villageois et les charges interviennent dans ces luttes, mais pas tous de la même façon. Les attributs reconnus par la législation sont investis d’une puissance supérieure à ceux qui font partie du domaine informel. C’est ce qui fait que la « multiparticipation » parvient à durer beaucoup plus longtemps qu’on ne pourrait le croire.

65Aussi chaque unité administrative imagine-t-elle des tactiques qui lui sont propres.

Un recours opportuniste à la législation

66La loi du municipio libre établit une distinction entre chefs-lieux, comisarías et délégations. Mais ce n’est pas la seule et les localités savent très bien mettre à profit la législation agraire ou électorale, selon leurs besoins.

67Les tactiques communautaires consistent à associer des éléments séparés pour former une infinité de combinaisons distinctes. C’est sur ces arrangements que reposent les dynamiques du jeu politique local, dont nous allons prendre plusieurs exemples.

Les combinaisons dans les luttes administratives

68Les luttes qui ont pour finalité l’obtention d’une catégorie administrative n’en ont pas moins recours aux autres législations.

L’agraire dans l’administratif

69Plusieurs arguments de type agraire peuvent être invoqués au cours d’un conflit principalement administratif, comme cela s’est passé dans la comisaría d’El Chirimoyo, fondée en 1988, près d’Acatepec. À peine constituée, celle-ci se divisa en deux factions opposant une majorité de protestants à une minorité de catholiques. Le conflit culmina en 1994 avec la destitution du comisario en poste. Lors de l’assemblée qui en décida, les catholiques utilisèrent un argument de type agraire pour éliminer du vote quelques habitants pro-protestants. Le représentant des biens communaux d’Acatepec qui, en effet, soutenait les catholiques, demanda que se retirent

  • 6 Compte rendu de la réunion du 17 juillet 1994.

trois habitants originaires de la communauté de Tlacoxochapa appartenant à la municipalité d’Atlixtac, car ils ne sont pas membres de la communauté [...] On empêchera l’entrée des habitants de la communauté de Tlacoxochapa car, si cela se produit, ce sont eux qui envahissent les biens communaux d’Acatepec, car ils font partie des biens communaux de Teocuitlapa, de la municipalité d’Atlixtac6.

70Or ces habitants indésirables n’étaient autres que des hommes, certes originaires de Tlacoxochapa, mais mariés à des femmes d’El Chirimoyo. Sans l’éclatement de ce conflit, personne n’aurait songé à remettre en cause ce type de mariage, fréquent entre hameaux voisins, comme nous le verrons plus loin.

  • 7 Gonzalez Garcia, 1998.

71D’une façon plus catégorique, l’argument agraire joua un rôle fondamental lors de la constitution de la nouvelle municipalité d’Acatepec. Les démarches dans ce sens débutèrent dès la fin des années quatre-vingt, bien avant que ne s’amorce le débat national sur la « remunicipalisation ». À cette époque, il était audacieux de se lancer dans ce genre d’aventure. Le village d’Acatepec s’y risqua parce que la législation agraire lui fournissait des arguments de poids. En effet, il contrôlait un terroir de 76 216 hectares, cultivés par les habitants de plus de cinquante localités, comisarías et hameaux confondus, légalisé par une résolution présidentielle de 1957. De ce fait, Acatepec avait droit à la catégorie de comisaría mayor. Le chef-lieu de Zapotitlán Tablas ne jouissait donc que d’un pouvoir administratif. Suivant un processus dont nous suivrons plus loin les étapes, quelques habitants d’Acatepec rassemblèrent trente-deux localités comprises dans leurs biens communaux, afin d’élire un conseil municipal « populaire », c’est-à-dire dépourvu d’autorisation légale, le 21 décembre 1989. Mais, en 1992, un groupe d’habitants adverses d’Acatepec, soutenus par Zapotitlán Tablas, s’emparèrent des locaux communaux et élirent un comisario. Alors, « les trente-deux communautés [...] poursuivirent le mouvement, mais sans la comisaría mayor d’Acatepec. En revanche, la figure du représentant des biens communaux poursuivit avec une force accrue le travail de conscientisation »7. Autrement dit, lorsque les partisans de la nouvelle municipalité perdirent une bataille sur le terrain administratif, ils se rabattirent sur le terrain agraire. Mais, de plus, ils utilisèrent le terrain électoral.

L’électoral dans l’administratif

72La réforme de la législation électorale date des années quatre-vingt-dix. La constitution de la nouvelle municipalité d’Acatepec fut contemporaine de ces événements et le processus de scission fut profondément marqué par les manipulations de la nouvelle loi électorale, dont nous allons donner trois exemples.

  • 8 PRT : Partido Revolucionario de los Trabajadores.

73En premier lieu, le développement du multipartisme influença directement la décision de quelques habitants d’Acatepec de se lancer dans l’aventure de la scission. Le chef-lieu de Zapotitlán Tablas avait coutume d’élire un maire du parti officiel, le PRL En 1988, quelques habitants d’Acatepec prirent contact avec un parti d’opposition, le PRT8, et présentèrent leur candidat aux élections municipales de 1989. C’est parce que leur victoire électorale ne fut pas reconnue qu’ils décidèrent de fonder leur propre conseil municipal « populaire », comme étape préliminaire à la reconnaissance officielle de la nouvelle municipalité en 1993.

74Une fois reconnue la victoire administrative d’Acatepec, Zapotitlán Tablas porta la bataille sur le terrain électoral. Au moyen de son comité municipal du PRI, l’ancien chef-lieu maintenait des relations de clientélisme dans de nombreuses comisarías attribuées à Acatepec. Par ce moyen, il réussit à former dix sections électorales, chacune comprenant une ou plusieurs localités, sur le territoire de la nouvelle municipalité. En d’autres termes, de nombreuses localités d’Acatepec se trouvent incluses dans la zone électorale de Zapotitlán Tablas (carte 7).

75Ceci a pu arriver parce que l’ancien chef-lieu s’est appuyé sur des hameaux, plutôt que sur les comisarías à l’existence plus stable. De nombreuses sections électorales furent établies dans des localités hétérogènes de catégorie subalterne. Ainsi, plusieurs chefs-lieux de section se trouvent dans des agglomérations dépourvues de catégorie administrative et d’école.

76Laguna Seca (section 2704) est un groupe de maisons situées en bordure de route, avant d’arriver au centre villageois d’Acatepec. La section 2780 se trouve dans un lieu dit San Juan de los Pinos (appartenant à la comisaría de Barranca Piña), et la section 2781 comprend Carrizalillo et Arroyo Camani (deux lieux-dits dépourvus de catégorie appartenant à la comisaría de Alcamani). La section 2782 a son siège à Tierra Colorada (un lieu-dit dépourvu de catégorie, de la comisaría de Río Hacienda). Le cas le plus étrange, selon les habitants de la partie méridionale du territoire municipal, est celui de la section 2777 matérialisée par un bureau de vote perdu dans la montagne dans un lieu-dit sans catégorie ni habitants nommé Barranca Bejuco. Les habitants de plusieurs lieux sans catégorie inclus dans trois comisarías distinctes (Mexcaltepec, Ciénega del Sáuce et Caxitepec) sont censés y voter.

77D’autres chefs-lieux de section rassemblent une comisaría et une ou plusieurs localités sans catégorie : ainsi la section 2705 se compose d’une comisaría (El Llano) et d’un lieu sans catégorie (El Mezón) qui appartient à une autre comisaría (Loma Tuza). Le cas est le même dans les sections 2710 et 2714.

78En réalité, la logique de cette division électorale ne réside pas dans la hiérarchie administrative, mais suit les réseaux de clientélisme de Zapotitlán Tablas. Les sections furent constituées là où les autorités municipales de l’ancien chef-lieu disposaient de soutiens. En 1994, le conseil municipal d’Acatepec entreprit une tournée dans toutes les localités, demandant aux habitants de reconnaître leur appartenance électorale à Acatepec. Il l’obtint sans mal, à l’exception de quelques-unes d’entre elles. En 1996, les représentants du chef-lieu passèrent un accord avec l’IFE : bien que les cartes d’électeurs mentionnent leur appartenance à des sections de Zapotitlán, leurs votes seraient attribués à Acatepec. Mais jusqu’à présent, aucune résolution définitive du problème n’est envisagée.

Carte 7. Carte électorale de la municipalité d’Acatepec (en 2000).

Carte 7. Carte électorale de la municipalité d’Acatepec (en 2000).

79Enfin, la création de la nouvelle municipalité entraîna l’éclatement de la communauté d’Apetzuca en unités administratives distinctes des unités électorales. Cette agglomération formait partie du terroir d’Acatepec. Nous avons rappelé plus haut sa partition, en 1959, en deux comisarías adverses appartenant aux municipalités de Zapotitlán et de Tlacoapa, ainsi que leur réunification, en 1993, dans le cadre de la nouvelle municipalité d’Acatepec. Peu de temps après, la population d’Apetzuca éclatait en cinq comisarías (Barranca Mina, Loma Maguey, Zilacayota, El Capulin, El Tejocote), et trois délégations (Ojo de Agua, Agua Fría et Laguna Seca). Un enregistrement défectueux des noms des localités qui devaient être incluses dans la nouvelle municipalité fut à l’origine d’une confusion qui dure encore. Les cinq comisarías et deux des délégations appartiennent à la municipalité d’Acatepec, mais elles se retrouvent dans des sections électorales distinctes.

80D’une part, Barranca Mina et Loma Maguey (comisarías qui faisaient auparavant partie de la municipalité de Zapotitlán Tablas) sont incluses dans la zone électorale de Zapotitlán sous le numéro 2706. Elles voudraient appartenir à Acatepec. D’autre part, Zilacayota, El Capulin et El Tejocote (jadis comprises dans la municipalité de Tlacoapa) sont incluses dans la zone électorale de Tlacoapa. Elles voudraient appartenir à Acatepec, et le problème est d’autant plus aigu que ces deux chefs-lieux font partie de districts électoraux distincts.

Les combinaisons dans les luttes agraires

81Les législations municipales et électorales sont à leur tour sollicitées dans le cadre des conflits agraires.

L’administratif dans l’agraire

82La confirmation du statut d’ejido ou de biens communaux est, nous l’avons souligné, un processus interminable qui ouvre un espace aux conflits agraires. Après avoir déposé sa première demande, une localité fait en sorte d’occuper la parcelle convoitée (voir chapitre lit). Pour cela, l’un des meilleurs moyens consiste à construire des bâtiments qui jouent le rôle de symboles communautaires, et en premier lieu une chapelle. Ainsi San Miguel Progreso a-t-il érigé un petit lieu de culte au lieu dit Piedras Negras, que lui dispute Paraje Montero (mun. de Malinaltepec).

  • 9 Archives du DAAC, Arroyo San Pedro, 1964.
  • 10 Archives du DAAC, Paraje Montero, 1968.

83La construction des écoles d’alphabétisation par le Centre indigéniste dans les années soixante a également été utilisée dans une finalité agraire. Les habitants de Tilapa ont ainsi construit une salle de classe sur les parcelles qu’ils disputent à Arroyo San Pedro, comme le mentionne cette plainte : « La partie envahie par douze habitants de Tilapa est Loma Lonso, où ceux-ci ont une école de FINI, sur les plantations de dix habitants de Arroyo San Pedro et à une distance de moins de vingt-deux mètres de ce village »9. Effectivement, un employé du Centre d’éradication du paludisme, qui connaissait bien ces lieux pour y épandre de l’insecticide deux fois par an, me disait en 1974 : « C’est une école qui ne mérite pas d’exister ! » De la même façon, à La Soledad, « il y a eu une école nommée Nicolas Bravo, reconnue par le ministère d’éducation publique, à une distance approximative de six cents mètres de la limite de Paraje Montero »10.

84La constitution d’une unité administrative, surtout, représente un instrument particulièrement efficace. On peut en relever trois exemples dans l’histoire des municipalités tlapanèques. Le plus ancien date de la fin du xixe siècle. Plusieurs familles d’Acatepec fondèrent alors la localité de Barranca Pobre sur des terrains qu’elles disputaient à Tenamazapa.

85Les deux autres cas sont nés de la délimitation officielle des biens communaux d’Acatepec en 1957. Lorsque cette communauté obtint, à cette date, sa « résolution présidentielle », deux conflits éclatèrent sur ses limites, au sud-est avec Totomixtlahuaca et au nord-est avec Zapotitlán Tablas. Voici comment comment éclata le premier. Peu avant la confirmation, les habitants de Mexcaltepec se rendirent compte qu’une partie des terres qu’ils cultivaient risquait de se voir attribuée à Totomixtlahuaca (mun. de Tlacoapa). Pour tenter d’éviter ce malheur, ils construisirent la première maison d’une nouvelle localité, nommée Mexcalapa, en 1954, et celle-ci devint comisaría en 1956. Cependant, le décret de 1957 inclut, malgré tout, les terres de Mexcalapa dans les biens communaux de Totomixtlahuaca. Le conflit s’envenima et se termina avec l’incendie de Mexcalapa par les habitants de Totomixtlahuaca, en 1968. Plus tard, Mexcalapa fut englobé par les habitants de Totomixtlahuaca au niveau agraire, bien que le village continuât d’appartenir sur le plan administratif à Zapotitlán Tablas, et aujourd’hui à Acatepec.

86Le second conflit éclata lorsque les habitants de Zapotitlán Tablas refusèrent d’accepter la délimitation foncière proposée par Acatepec et tuèrent des dizaines d’habitants d’Acatepec et d’Apetzuca. Cependant, le chef-lieu de Zapotitlán Tablas ne parvint pas à empêcher la légalisation des biens communaux d’Acatepec. Il poursuivit la bataille en construisant sur le terrain en litige la localité d’Ixtlahuasaca (200 habitants en 1976), qui resta comisaría « provisoire » de 1965 à 1973, date de sa légalisation. Jusqu’à nos jours, Ixtlahuasaca est une comisaría de la municipalité de Zapotitlán Tablas, incluse dans les biens communaux d’Acatepec.

87Il reste enfin aux localités en conflit une ultime ressource : le changement de municipalité. Lorsqu’un litige foncier oppose une comisaría à son chef-lieu, il lui est possible de solliciter son intégration dans une autre municipalité. Les trois changements survenus à Malinaltepec ont eu des causes agraires : Buenavista, Pueblo Hidalgo et San José Vista Hermosa ont rejoint la municipalité de San Luis Acatlán, respectivement en 1910 et 1930.

L’électoral dans l’agraire

88La réforme électorale, malgré sa nouveauté, est d’ores et déjà mise à profit par les communautés qui se disputent des terres. Voyons, en effet, comment on a établi des sections électorales dans trois comisarías appartenant à Acatepec : Mexcaltepec (800 habitants), Mexcalapa (400 habitants) et Villa de Guadalupe (200 habitants). Mexcalapa et Mexcaltepec sont devenues têtes de section avec les numéros respectifs de 2720 et 2721. La question fut : Où allaient voter les habitants de Villa de Guadalupe ? Cette comisaría se situe à une vingtaine de minutes de marche de Mexcalapa, au bout d’un chemin aisé qui suit une rivière. D’ailleurs ses habitants prenaient part à l’organisation communale de Mexcalapa avant 1980. En revanche, Mexcaltepec est perché sur une montagne à plus d’une heure de route. C’est pourtant cette dernière localité que Villa de Guadalupe a choisi comme lieu de vote. En effet, toutes deux font partie des biens communaux d’Acatepec, ce qui n’est pas le cas de Mexcalapa, qui, bien qu’elle soit une comisaría appartenant à Acatepec, est incluse dans les biens communaux de Totomixtlahuaca (mun. de Tlacoapa). Si Villa de Guadalupe avait choisi de voter à Mexcalapa, elle aurait risqué, à terme, de se voir contestée sa possession foncière. L’établissement de relations de dépendance sur le plan électoral peut être lourd de conséquences sur le plan agraire.

Les luttes aux multiples facettes

89Il nous faut maintenant tirer une conclusion de l’observation de cette combinaison opportuniste des législations : chaque conflit tend à s’étendre à tous les terrains, légaux ou non, de la concurrence. Un bon exemple de cet élargissement provient de la comisaría d’El Chirimoyo (mun. de Acatepec). Nous en avons parlé à plusieurs reprises. Son conflit interne culmina en 1994. Selon les archives communales, le 25 novembre de cette année, le procurateur syndic du chef-lieu d’Acatepec réclama l’intervention du procurateur social de la région chargé des affaires indiennes dans la capitale de l’État, pour « trouver solution à un problème de caractère : religieux, politique, éducatif, agraire, etc., de la communauté de Chirimoyo ».

90En réalité, le problème s’était étendu à tous ces terrains à partir d’un conflit initial de type politico-administratif assez fréquent dans toute localité en formation. Il n’est, en effet, pas rare que, au début, les habitants ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le nombre et le rythme des travaux publics à réaliser (nous détaillerons ce point plus avant). Là se situe la raison de l’adjectif « politique ». À Chirimoyo, ce conflit en vint à opposer catholiques et protestants : de là le qualificatif de « religieux ». La mention du problème « éducatif » provient du fait qu’un instituteur avait pris part aux disputes, là encore, en fonction d’un mécanisme assez fréquent. Et finalement, si le conflit débordait sur le plan « agraire », c’était en raison d’un argument présenté par l’une des factions à l’encontre de ses adversaires nés dans un autre hameau et mariés à des femmes de la localité.

91Nous avons donc montré que les instruments de la concurrence sont utilisés comme des éléments séparés, surtout durant le processus de scission. Chacune des localités récentes prend la forme d’une addition d’éléments et, par conséquent, le processus de fondation n’est pas tenu de suivre une progression stricte. Pour les mêmes raisons, au cours de la longue période qui s’étend jusqu’à la séparation administrative, chacun des instruments de la concurrence représente, en tant que tel, un enjeu. Il s’ensuit une interpénétration des communautés mère et fille, puisque leurs habitants remplissent des charges dans l’une et l’autre. Les localités en viennent à imaginer des tactiques d’autant plus complexes qu’elles mêlent les terrains administratif, agraire, religieux et scolaire.

Notes

1 Selon le recensement réalisé en 1974 par les comisarías.

2 Voir les « symboles communautaires » dans le chap. IV.

3 C’est un nouvel exemple de la « guerre des écoles » ; voir chap. IV.

4 DGEEMI : Dirección General de Educatión Extraescolar en Medio Indígena.

5 DIF : Desarrollo Integral de la Familia ; PROCAMPO : Programa de Apoyos Directos al Campo.

6 Compte rendu de la réunion du 17 juillet 1994.

7 Gonzalez Garcia, 1998.

8 PRT : Partido Revolucionario de los Trabajadores.

9 Archives du DAAC, Arroyo San Pedro, 1964.

10 Archives du DAAC, Paraje Montero, 1968.

Table des illustrations

Titre Carte 5. Iliatenco et ses communautés secondaires (en 2000).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Carte 6. Apetzuca et ses communautés secondaires (en 2000).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Carte 7. Carte électorale de la municipalité d’Acatepec (en 2000).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search