Version classiqueVersion mobile

Saints et société en Islam

 | 
Rahal Boubrik

Deuxième partie. De la fondation d’une confrérie à la chefferie tribale

Chapitre 4. L’affirmation religieuse et sociale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous savons que Muhammad Fâdil était issu d’un groupe bien enraciné socialement, et surtout religieusement, dans le pays. Les ancêtres des Glâgma s’étaient forgé une réputation d’hommes de sainteté, leur origine chérifienne étant l’un des facteurs importants dans ce domaine. Muhammad Fâdil s’appuya à son tour sur cette origine : le charisme héréditaire. Si cette première composante était acquise de naissance et conditionnée par des données antérieures au candidat à la sainteté, la deuxième et la troisième dépendaient directement de lui – le charisme personnel (formation et baraka). C’est pour cette raison que Muhammad Fâdil poursuivit pendant des années une formation ésotérique et exotérique, qui lui permit d’acquérir non seulement une base intellectuelle et spirituelle, mais aussi une expérience sur le terrain. Quant au capital charismatique, il se fondait sur « la grâce personnelle et extraordinaire d’un individu1 ». Outre ces qualités, un autre facteur intervint dans le processus...

© CNRS Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search