Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Chapitre premier. La politique, la religion et les terres

Texte intégral

1La législation politico-administrative constitue l’axe de la vie politique et religieuse locale. Dans le cas que nous étudions ici, il s’agit de celle en vigueur dans l’État de Guerrero. Cette législation et, en particulier, les « lois organiques du municipio libre » spécifient les catégories de la division territoriale, et pour chacune d’entre elles, les titulaires des fonctions administratives et leurs compétences. Cependant, les Indiens se livrent à une adaptation locale de cette loi. Chacun d’entre eux, disent-ils, doit « prêter service » (prestar servicio) à la communauté, mais les services en question comprennent non seulement ceux que signale la législation, mais aussi de nombreux autres qui n’ont de sens que dans le village. Aussi, pour expliquer comment fonctionne une « communauté », faut-il commencer par décrire le cadre fourni par la législation et son adaptation locale.

2Contrairement à ce que font d’habitude les monographies, nous ne commencerons pas cette description par les « charges religieuses », mais par les fonctions politico-administratives. En effet, loin de se surimposer à une organisation supposée traditionnelle, les responsables civils sont ceux qui gèrent la totalité du système. Celui-ci n’est d’ailleurs pas statique, mais, au contraire, fait l’objet d’une redéfinition constante, dont je vais présenter les grandes lignes.

les fonctions politico-administratives

  • 1 Division Territorial del Estado de Guerrero de 1810 a 1995, 1997.

3L’insurrection contre F Empire espagnol précéda la promulgation de la Constitution de Cadix en 1812. Malgré sa courte durée, cette législation posa les principes des lois ultérieures de division territoriale et, en particulier, fit du « conseil municipal » l’organe du pouvoir local, dans une province représentée par ses députés, les uns et les autres désignés par voie d’élection1. Les guerres d’indépendance qui s’ensuivirent, et aboutirent à la promulgation de la Constitution de 1857, ne remirent pas en cause ces principes fondamentaux.

4L’État de Guerrero, l’un des trente-deux États de la République mexicaine, fut créé par un décret de 1849. L’année suivante paraissait la « loi organique provisoire » qui divisait l’État en districts (partidos, plus tard nommés distritos) dirigés par un préfet, et en municipalités (municipios) gouvernées par un conseil municipal (ayuntamiento) composé de membres réélus chaque année, nommés alcaldes et síndicos. Les villages subalternes élisaient un alcalde et son suppléant, et les hameaux, un seul représentant nommé « juge de paix ». Le premier tour des élections avait lieu le premier dimanche de décembre, et le second, deux semaines plus tard.

  • 2 Décret du 25 décembre 1914. ibid. p. 42 : « Los Estados adopatarán para su regimen interior la form (...)

5Un décret promulgué par Venustiano Carranza en 1914, sous le nom de « loi du municipio libre », réforma la Constitution de 1857 pour accorder une plus grande autonomie à la municipalité2. Prirent ensuite place des constitutions politiques successives de l’État de Guerrero en 1917 et 1995, et des « lois organiques » en 1919, 1944, 1956, 1974, 1984 et 1990. Ces législations conservèrent le principe de la municipalité dotée d’un conseil municipal élu et, au niveau inférieur, de villages et de hameaux gouvernés par des autorités élues de rang subalterne. À partir du xxe siècle, les agglomérations de rang inférieur prirent le nom de comisarías, gouvernées par un premier et un second comisario. Les noms des chefs de hameaux subirent de grandes variations au cours du siècle, depuis les « inspecteurs » et les « gardes ruraux » (inspectores et guardias rurales), en 1919, jusqu’aux « représentants de hameaux » et aux « délégués » (représentantes de ranchería et delegados), de nos jours.

6Cependant, ces lois subirent une adaptation locale.

Le conseil municipal

  • 3 Loi du municipio libre n° 108 (1974).

7Dans le chef-lieu municipal, les habitants élisaient un conseil chargé de remplir des fonctions administratives et politiques : l’exercice des fonctions de police et de justice, la perception des contributions, la célébration des fêtes nationales, la tenue du registre civil et l’organisation des élections (jusqu’en 1990 seulement, pour ces deux dernières responsabilités). Il lui revenait, en outre, d’accueillir les fonctionnaires en visite, de veiller au bon fonctionnement des services et de l’école, de réaliser des travaux publics et d’entretenir les locaux municipaux, les édifices scolaires, le marché et la prison, ainsi que le cimetière3.

8À partir de 1870, la population de langue tlapanèque fut répartie dans trois municipalités : Malinaltepec, Tlacoapa et Zapotitlán Tablas. Une quatrième municipalité naquit, en 1993, d’une scission de Zapotitlán Tablas, et prit le nom de son nouveau chef-lieu, Acatepec.

  • 4 « Practica a falta o en auxilio del Ministerio Público, las primeras diligencias de la policia judi (...)

9Le nombre des membres du conseil municipal a légèrement varié depuis le début du siècle. Selon la loi 111, en application entre 1956 et 1974, le conseil comprenait cinq membres, assistés de cinq suppléants, dans les municipalités qui comptaient moins de 10 000 habitants (c’était le cas de Tlacoapa), et sept membres assistés de sept suppléants dans celles qui comptaient entre 10 000 et 80 000 habitants (c’était le cas de Malinaltepec et Zapotitlán Tablas). Tous les membres du conseil municipal portaient le nom de regidores, le premier d’entre eux étant le « maire », nommé « président municipal » (présidente municipal). Le second conseiller était chargé de rendre la justice4, et les autres étaient censés s’occuper de l’école, de l’hygiène publique, de l’électricité et de la perception des contributions.

10La loi 108, promulguée en 1974, introduisit des changements dans le nombre et les compétences des conseillers. Pour un nombre d’habitants inférieur à 10 000 (Tlacoapa), ils étaient trois regidores et trois suppléants, et pour un nombre supérieur (Malinaltepec et Zapotitlán Tablas), cinq regidores et cinq suppléants. Le second, nommé « procurateur syndic » (síndico procurador) était chargé de la justice, le suivant, des finances, du commerce, de l’agriculture et de l’élevage ; et le dernier, des communications, des travaux publics et de la police. Cependant, en dehors du « maire » et du « procurateur syndic », les municipalités tlapanèques n’établissaient pas de réelle distinction entre les attributions des différents conseillers. Ceux-ci avaient seulement pour tâche d’accompagner le maire.

11Les lois ultérieures accrurent le nombre des conseillers et signalèrent de façon plus stricte les attributions de chacun d’entre eux : les travaux publics, la sécurité publique, les finances, la salubrité, le commerce, l’écologie et l’éducation. En 1993, la loi 364 introduisit à son tour des modifications du même type et spécifia les fonctions du maire, du procurateur syndic et des six autres regidores : les travaux publics, l’éducation et la culture, le commerce, la santé publique, le développement rural et la participation sociale de la femme.

12De façon plus ou moins rapide, les mairies adoptèrent le principe de la spécialisation des conseillers. Dans les années soixante-dix, seuls le maire et le procurateur syndic se distinguaient des autres. En 1998, j’ai pu voir qu’à Malinaltepec on élisait huit membres du conseil, assistés de huit suppléants. Les conseillers qui accompagnaient le maire et le syndic affirmaient se conformer aux attributions spécifiées par la loi précédant celle de 1993. Mais, dans les faits, seul le troisième conseiller s’occupait des travaux publics et le conseiller en éducation surveillait la construction des écoles. Les suivants n’avaient pas de spécialisation et ne faisaient qu’aider les autres membres et surtout le maire, doté du plus grand prestige. Un autre changement récent tient au rôle joué par les épouses des maires qui, sur le modèle de celle du gouverneur de l’État, visitent les femmes des localités et les organisent pour assurer la propreté des rues.

  • 5 « Protestáis guardar y hacer guardar la Constitution Politica de los Estados Unidos Mexicanos, la d (...)

13Depuis le début du siècle, les élections ont lieu tous les trois ans. Les membres du conseil municipal prennent leur fonction le 1er janvier, après avoir prêté serment à la constitution5.

  • 6 Tena Ramírez, 1964, p. 867.
  • 7 Loi du municipio libre n° 108, art. 37.

14Bien que la législation soit précise en ce qui concerne le nombre et les attributions des conseillers, elle n’en laisse pas moins une grande autonomie aux conseils municipaux. Ceux-ci « établissent librement leur budget »6, « formulent les règlements qui régissent le fonctionnement interne du conseil et des villages subalternes » et « créent les départements et bureaux nécessaires pour mieux assurer les services municipaux »7. Ces articles de loi ouvrent un espace dans lequel s’engouffrent les mairies désireuses de mettre en place leurs propres corps de titulaires.

Les « inspecteurs »

  • 8 Tous ces noms datent de la colonisation espagnole. Voir Dehouve, 1990.

15À Malinatepec et Tlacoapa, il existait encore dans les années soixante-dix des inspectores chargés de percevoir les contributions et d’organiser le travail collectif gratuit. Ce corps dérivait des anciens « gouvernements de république » mis en place dans les villages indiens durant la colonisation espagnole, ainsi que le prouvent les noms portés par ces « inspecteurs ». À Tlacoapa, le groupe comprenait quarante membres réélus chaque année. Deux inspecteurs avaient chacun sous sa responsabilité quatre regidores, deux secretarios, dix topiles, deux alguaciles y six tlayacanquis8. Les trois premiers percevaient les contributions ; les alguaciles apportaient du bois de chauffage aux membres du conseil qui restaient dormir dans le centre villageois. Les tlayacanquis préparaient les repas des visiteurs officiels. Ils devaient habiter avec leur femme dans le centre, surveiller un grenier de maïs collecté auprès des habitants, et approvisionner de fourrage les bêtes de somme des membres du conseil. À Malinaltepec, le groupe était réduit à sept inspecteurs qui percevaient les impôts et organisaient les travaux publics. Comme tous les autres membres du conseil, ils ne recevaient aucune rémunération.

La police

16Dans les années soixante-dix, l’État de Guerrero reconnaissait l’existence de deux corps de police : la police judiciaire (policía judicial) rémunérée par l’État et formée d’un personnel extérieur aux municipalités, et les polices municipales placées sous l’autorité des conseils municipaux. En ce qui concerne ces dernières, l’article de loi stipulait : « Le conseil municipal doit [...] diposer de forces de police municipale [...] pour protéger les garanties individuelles, assurer l’ordre et la tranquillité publics. » Mais il ne spécifiait ni le nombre ni les attributions des policiers, ce qui permit à chaque municipalité de mettre en place un système spécifique.

17Dans les années soixante-dix, le conseil municipal de Malinaltepec nommait chaque année quatre comandantes (commandants), chacun avec un dizaine de policiers sous ses ordres. Chaque groupe était en poste pour deux semaines consécutives, en fonction d’une rotation totale de deux mois. À Tlacoapa, deux commandants nommés pour trois ans dirigeaient chacun le travail de dix policiers, durant une semaine, selon une rotation totale de deux semaines. Enfin, à Zapotitlán Tablas, deux commandants nommés pour trois ans conduisaient quatre capitaines, qui avaient chacun entre un et six policiers sous ses ordres. Chaque capitaine était assisté d’un « gardien de prison » (carcelero) porteur des clefs de la prison municipale. Les capitaines étaient en poste une semaine, selon une rotation totale d’un mois.

18Les policiers servaient de messagers aux membres du conseil municipal, portaient des lettres aux villages subalternes, guidaient les visiteurs, emprisonnaient les ivrognes et les paysans condamnés par le procurateur syndic. Ils accompagnaient le conseil dans ses voyages et prêtaient main forte lors de tous les conflits agraires qui opposaient la communauté à ses voisines. Comme les autres membres des conseils municipaux, ils ne recevaient aucune rémunération. À Tlacoapa, les policiers avaient quelques uniformes qu’ils ne revêtaient que dans des occasions exceptionnelles. Partout, ils tenaient en réserve un stock d’armes en prévision des conflits agraires.

19À partir de 1995, la police fut le corps qui subit les changements les plus importants. Chaque municipalité conserva sa police municipale, mais celle-ci fut désormais dotée par l’État d’uniformes, de salaires et d’un véhicule pour se déplacer par les chemins récemment tracés. Le nombre des policiers fut fixé à trente par chef-lieu municipal.

20D’autres groupes de sécurité publique virent le jour. Il faut tout d’abord mentionner la « police motorisée » de l’État, formée par les habitants des municipalités rémunérés par l’État. Peut-être faut-il voir dans cette réforme un désir du gouverneur de l’État de répondre aux critiques soulevées par les agissements de la police judiciaire, jusqu’alors unique police de l’État, accusée de corruption et de crimes. La police motorisée se veut plus proche des préoccupations de la population.

21À Malinaltepec, ce nouveau corps de police s’est combiné avec la police municipale d’une façon originale. Des quatre commandants (avec leurs dix policiers respectifs) qui existaient auparavant, trois font désormais partie de la police municipale rémunérée par le conseil municipal et nommée la « préventive ». Chacun d’entre eux travaille neuf jours, et se repose le dixième, selon une rotation totale d’un mois. Le quatrième commandant fait partie, avec ses policiers, de la « motorisée », rémunérée par l’État.

22Au sud de la municipalité de Malinaltepec est apparu un nouveau corps, nommé « police communautaire ». À son origine se trouve un prêtre qui appartient au courant de la théologie de la libération. Exerçant son sacerdoce dans le village d’El Rincón, au sud de la municipalité de Malinaltepec, il a commencé, en 1993, à réunir les autorités de plusieurs agglomérations des municipalités de Malinaltepec et San Luis Acatlán pour revendiquer la construction d’une route entre Tlapa et Marquelia. Mais, en octobre 1995, alors que les bandits de grand chemin multipliaient leurs attaques le long des routes de construction récente, une assemblée de trente-six villages et d’organisations sociales de la région se tint à El Rincón et décida de la création d’une « police communautaire », groupe de sécurité au service des communautés. Chacun des villages participants nommait, selon sa taille, entre six et douze membres, organisés en patrouilles pour surveiller les chemins. Quelques localités achetèrent des armes. Il s’ensuivit des conflits entre les policiers et l’armée, qui parcourait la Montagne en tout sens et voulut les désarmer. Les communautés cherchèrent alors les moyens légaux de déclarer leurs armes et d’obtenir des permis de port. Pendant ce temps, la coordination poursuivait ses efforts pour que le gouverneur de l’État reconnaisse la « police communautaire » et lui accorde des armes, des véhicules, des radios et un salaire.

  • 9 Actes de la réunion du 28 septembre 1997, presbytère d’El Rincón.

23En l’espace d’un an, la « communautaire » réussit à pacifier la région où elle patrouillait. Elle décida alors de rendre elle-même la justice pour éviter que les délinquants qu’elle avait attrapés ne fussent rapidement remis en liberté par les juges, moyennant le paiement d’une amende plus ou moins légale. À partir de 1997, les assemblées de la « communautaire » établirent une liste de châtiments à appliquer aux prisonniers en fonction de leurs délits. Par exemple, le vol d’une poule de cinquante pesos donnait lieu à un travail obligatoire (fajina) de deux jours consacrés à transporter des pierres, deux nuits de prison et le paiement de l’animal. Le voleur d’un dindon de cent cinquante pesos était condamné à six jours de travail obligatoire et six nuits de prison ; le voleur d’une chèvre de quatre cents pesos, à seize jours de travail et seize nuits de prison ; le voleur d’un âne, d’une vache, d’un cheval ou d’une mule, à trois cent soixante-cinq jours de travail et autant de nuits de prison9.

24La « communautaire » comprend des villages appartenant à deux municipalités, Malinaltepec et San Luis Acatlán. Leurs conseils municipaux respectifs ont doté ceux-ci d’un véhicule. Pour sa part, le gouverneur de l’État leur a accordé des armes, en 1997, confirmant ainsi sa volonté de transformer le concept de la police d’État. Mais, pour le moment, la « communautaire » ne se situe pas dans un cadre administratif précis et les années à venir décideront de son sort.

25Les réorganisations qui affectent depuis une dizaine d’années les corps de police montrent bien que l’appareil d’État mexicain est en transition. Le gouvernement n’est pas seul à expérimenter de nouveaux systèmes. Les communautés indiennes, dont les fonctions de police constituent l’une des prérogatives, participent à l’émergence d’un nouvel ordre. Cependant, la situation reste encore très confuse et, lorsqu’on voit passer un groupe d’hommes en armes dans la montagne, on a bien du mal à savoir de quel niveau d’organisation il dépend.

Les comisarías

26Chaque municipalité comprend un grand nombre de villages. Le plus gros est le siège du chef-lieu et du conseil municipal. Les autres occupent une catégorie subalterne, la comisaría. La législation spécifie le nom de son représentant principal (le comisario) mais pas celui de ses assistants ni leur nombre. Chaque comisaría est donc libre d’en choisir le nombre qu’elle désire, avec l’autorisation du chef-lieu. La présence d’un secrétaire est facultative.

27Les comisarías comptent entre quatre et onze représentants selon leur taille. Dans la municipalité de Malinaltepec, les assistants du comisario se nomment, selon les cas, regidores et inspectons. Par exemple, la comisaría de Colombia de Guadalupe (1 320 habitants en 1976) désignait un comisario, son suppléant, trois inspecteurs et un secrétaire. Dans la municipalité de Zapotitlán Tablas, les comisarías comptent un plus grand nombre de représentants, porteurs de noms variés. Ainsi, Huitzapula avait, en 1976, un comisario, un suppléant, un syndic, deux inspecteurs et quatre topiles.

28Depuis cette date, les choses n’ont pas beaucoup changé et, en 1999, la petite comisaría de Villa de Guadalupe (201 habitants) élisait un comisario, un suppléant et deux regidores ; celle de Mexcaltepec (851 habitants), un comisario, un suppléant et neuf regidores.

29Certaines comisarías tendent à appliquer le principe de la spécialisation des compétences. Suivant en cela l’exemple des conseillers municipaux du chef-lieu, les cinq regidores d’Iliatenco qui assistent le comisario et son suppléant, se nomment respectivement : regidor en titre (propietario), regidor d’éducation, de nettoyage, de contributions et d’abattage. Cependant, ces distinctions tendent à rester formelles car c’est le comisario qui compte et sa présence reste nécessaire lors de tous les événements d’importance.

30Les comisarías sont soumises aux ordres du chef-lieu et, jusqu’à récemment, devaient lever un recensement le premier mois de chaque année. De plus, elles sont chargées de diriger un corps de policiers, qui s’ajoute à la liste des polices d’État, de municipalité et communautaire, que nous avons mentionnées. Les comisarías de la municipalité de Malinaltepec ont chacune deux commandants qui ont sous leurs ordres un nombre varié de comisiones. En 1976, il y en avait huit dans les petits villages de Potrerillo Cuapinole (312 habitants) et San José Vista Hermosa (375 habitants) et vingt-deux à Colombia de Guadalupe (1 320 habitants). Chaque commandant prenait ses fonctions avec la moitié des policiers durant un mois, selon une rotation totale de deux mois.

  • 10 En 1976, à Acatepec (alors comisaría) et à Apetzuca, la police se divisait en deux groupes à rotati (...)

31Dans la municipalité de Zapotitlán Tablas, deux commandants dirigeaient plusieurs capitaines, qui avaient sous leurs ordres plusieurs comisiones ou topiles. Leur nombre variait, en 1976, de dix en Tamaloya à trente-deux à Apetzuca. La rotation différait selon les endroits10. Le nombre des policiers n’a pas beaucoup varié en vingt ans. J’ai constaté en 1999 qu’à Mexcaltepec (851 habitants) un commandant menait une vingtaine de policiers nommés topiles et qu’à Apetzuca (600 habitants) un commandant supervisait cinq capitaines avec douze à quinze policiers chacun sous ses ordres.

32Quelques comisarías établissent une distinction entre les fonctions des policiers et des topiles. Ces derniers portent les messages d’un village à l’autre, prennent soin des outils communaux et participent aux rituels publics. Dans la municipalité d’Acatepec, ils étaient une dizaine à Apetzuca en 1999, et quatre à El Llano. Je pense qu’ils représentent une survivance de l’ancien corps des « inspecteurs ».

33La fonction de policier de comisaría, jadis non rémunérée, donne droit aujourd’hui à un petit salaire, nommé despensa, payé par le conseil municipal. Les policiers peuvent porter des armes et, dans certains villages, un uniforme.

34Jusqu’en 1993, les membres des comisarías étaient élus pour une seule année. La loi 364 décida que l’on devait élire pour trois ans, comme les conseils municipaux, trois titulaires : un comisarto en titre (comisario propietario) et deux vocales. La première année, tous trois agiraient de concert ; la seconde, le comisarto se retirerait au profit du premier vocal ; et la troisième, le premier vocal se retirerait au profit du second vocal. Je crois pouvoir affirmer qu’aucune des comisarías tlapanèques n’a adopté l’élection pour trois années consécutives, bien qu’elles connaissent parfaitement l’existence de la nouvelle législation. Partout, les comisarios continuent à pratiquer une élection annuelle.

Les hameaux

  • 11 « En las cabeceras municipales con más de 20 000 habitantes, el ayuntamiento a propuesta del présid (...)

35Les hameaux, dont la population dépasse rarement 200 habitants, désignent des représentants depuis le xixe siècle. La loi de 1919 recommandait que « dans chaque hameau ou localité, il y ait deux gardes ruraux qui reconnaissent pour autorité immédiate le comisarto et pour autorité supérieure le conseil municipal ». En accord avec cette vieille législation, les hameaux de la municipalité de Malinaltepec conservèrent le nom de guarderías jusqu’à ces dernières années. Leurs habitants nommaient chaque année un garde rural, assisté d’un suppléant, et, pour les fonctions de police, un commandant et un comisión. De nos jours, ces hameaux s’appellent des « délégations municipales » en accord avec la loi 364 de 199311, et leurs représentants se nomment « délégués » et suppléants, assistés du commandant et des policiers.

36Les autres municipalités nomment les mêmes titulaires mais les dotent d’appellations distinctes. Ainsi, à Tlacoapa, on élisait un « représentant de hameau », un suppléant et des policiers. Ces représentants, élus par des assemblées de hameaux avec l’aval du conseil municipal, étaient chargés de porter des messages, de servir de guides et d’aider aux recensements.

Les élections

37À partir de 1993, les conseils municipaux ont subi plusieurs sortes de transformations. La plus importante tient à l’organisation d’élections effectives.

38L’élection des conseils municipaux date du xixe siècle. Cependant, au cours des dernières décennies, comme le PRI était le parti officiel, et presque unique, les élections se réalisaient en deux étapes qui n’avaient rien d’électorales. Tout d’abord se tenait une assemblée des habitants du chef-lieu pour établir une liste de candidats. On profitait des fêtes religieuses qui se déroulaient entre les mois de septembre et novembre pour tenir trois réunions, au cours desquelles les habitants choisissaient les postulants. C’est alors que prenait place la seconde étape, qui consistait à proposer la liste établie aux représentants du PRI et de la Chambre des députés de Chilpancingo. Une fois la liste ratifiée, les élections se déroulaient de façon formelle, car seuls votaient les membres du conseil et les représentants locaux des partis, puis le conseil prenait ses fonctions le 1er janvier.

  • 12 Il faut préciser que seuls les habitants du village chef-lieu élisaient le président municipal, et (...)

39Dans les villages subalternes, la législation stipulait que l’on élise le comisario et son suppléant le second dimanche du mois de janvier de chaque année. Dans les faits, la procédure de désignation des représentants se déroulait, comme pour le conseil municipal, dans des assemblées de village12. La liste ainsi établie n’avait pas besoin de l’accord des autorités politiques de l’État, et la deuxième étape consistait simplement à recueillir l’aval du conseil municipal. Les comisarios se rendaient au chef-lieu pour prêter serment et recevoir les insignes de leur charge.

40À Malinaltepec, les premières assemblées du chef-lieu et des) comisarías se tenaient le jour de la saint Michel, patron de la municipalité, le 29 septembre. Les secondes prenaient place le 2 novembre, pour la Toussaint. La troisième avait lieu à des dates différentes selon les villages, par exemple le 19 décembre, jour de l’Octave de la Vierge de Guadalupe, à Iliatenco. Le 1er janvier, la procédure était achevée. Il y a une vingtaine d’années, les assemblées discutaient des noms des candidats inscrits sur une feuille de papier. Celle-ci circulait parmi les participants et chacun barrait les noms de ceux dont il ne voulait pas. Le candidat choisi était celui dont le nom avait été le moins souvent barré. Quelques villages appliquaient cette procédure à l’élection de tous les membres de la) comisaría, d’autres seulement à celle du comisario.

41À Iliatenco, à la saint Michel, l’assemblée décidait de conserver quatre noms de candidats au poste de comisario. L’un d’entre eux était éliminé à la Toussaint, un autre pour l’Octave de Guadalupe, et le troisième, le premier dimanche de janvier. Le nom restant était celui du comisario désigné. Le suppléant était choisi parmi les trois candidats éliminés. Les autres regidores de niveau inférieur étaient tout simplement proposés par les regidores sortants, qui disaient « j’ai mon candidat », puis ils étaient ratifiés par l’assemblée. On raconte que le commandant de police désignait son successeur parmi les ivrognes qui étaient venus l’insulter de nuit, pendant ses gardes.

42Dans les autres municipalités, les assemblées se tenaient durant les fêtes d’août et de novembre. À Tlacotepec (mun. de Tlacoapa), le village se rassemblait le 15 août, jour de la Vierge de l’Assomption, et à Acatepec (mun. de Zapotitlán Tablas) le 18 octobre, pour la Saint Lucas.

  • 13 « Para los efectos de la elección, cada cabecera municipal se dividirâ en demarcaciones electorales (...)

43Dans les chefs-lieux résidait un « délégué municipal du registre national des électeurs », chargé d’organiser les élections. En accord avec la législation municipale en usage entre 1956 et 1974, les électeurs étaient répartis en cinq zones électorales pour les municipalités de moins de dix mille habitants, et en sept zones pour les plus peuplées13. Malinaltepec se conformait à la loi et divisait son territoire en sept démarcations parmi lesquelles étaient désignés les sept conseillers et les sept inspecteurs. La loi de 1974 transforma les sept démarcations en deux sections qui perdirent leur signification, puisqu’elles cessèrent de servir à la nomination des membres du conseil municipal, et que les élections étaient devenues un acte purement théorique. Le chef-lieu renfermait également un comité municipal du PRI composé de six personnes (un président, un secrétaire, un trésorier et trois membres), en principe nommés pour trois ans. Les comités jouaient un rôle dans la désignation du maire, en intervenant directement dans les discussions et, finalement, en présentant le candidat retenu aux instances supérieures du parti.

44La réforme du système électoral mexicain vint bouleverser cette façon de faire. La sortie du PRI de Cuauhtemoc Cárdenas en 1987 fut à l’origine de la création d’un parti d’opposition, le PRD. Puis l’institut fédéral électoral (IFE) fut créé en 1990. Les habitants de plusieurs municipalités commencèrent à s’affilier à des partis d’opposition : le PMS, à Malinaltepec, qui gagna la mairie en 1989 ; le PRT (Parti révolutionnaire des travailleurs, d’obédience trotskyste) à Acatepec, qui obtint en 1993 la création d’une nouvelle municipalité qu’il gouverna.

45À cette date, se mit en place un nouveau système électoral dans les chefs-lieux municipaux. Au lieu d’une seule assemblée de village, les partis organisèrent leurs propres réunions, et chacune d’entre elles élaborait sa liste de candidats. La façon de faire était calquée sur les anciennes assemblées de village. Tout d’abord, les assistants choissaient les noms des candidats au poste de maire (généralement au nombre de six). Par vote à main levée, ils éliminaient les noms jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un. Puis on procédait de même pour chacun des conseillers. Il était courant que les candidats éliminés du poste de maire fussent élus aux postes de conseillers. Le jour venu, le vote à bulletin secret se déroulait dans les bureaux répartis sur tout le territoire municipal. Chaque parti présentait sa liste ; celui qui obtenait la majorité obtenait le poste de maire et la plus grande partie des postes de conseillers. Le conseil était tenu d’offrir quelques places à des regidores d’opposition, en fonction d’un quota signalé par la législation. Qui assistait aux assemblées de parti ? En principe, ce devait être les sympathisants de ce parti. Mais, dans les faits, lorsqu’un parti était suffisamment puissant et reconnu pour avoir une grande chance de remporter les élections, il invitait les représentants de toutes les comisarías.

46Dans les communautés subalternes, les procédures de désignation dépendaient du degré de pénétration des partis politiques d’opposition. Dans la majorité d’entre elles, les élections continuaient à se dérouler comme par le passé, au moyen d’assemblées de village. À certains endroits seulement, comme à Iliatenco, l’opposition entre le PRI et le PRD obligeait à suivre une procédure semblable à celle que nous avons décrite pour le chef-lieu : chaque parti établissait sa propre liste lors des assemblées de ses membres, puis l’élection à bulletin secret déterminait le gagnant.

47En accord avec la nouvelle législation, un employé municipal de l’IFE, rétribué par cet organisme, réside dans chaque chef-lieu. Il côtoie des comités locaux des différents partis représentés.

La rémunération

48L’une des principales transformations du fonctionnement des municipalités a concerné la question de la rémunération des fonctions publiques. Jusqu’en 1990, aucun des membres des conseils municipaux ne recevait de salaire pour une tâche considérée comme bénévole. De plus, dans cette région d’habitat dispersé, plusieurs des titulaires en poste devaient dormir dans le centre villageois, et donc délaisser leurs familles et leurs champs durant leur mandat. Chaque municipalité avait sa propre façon de résoudre ce problème. Ainsi, à Malinaltepec, on me disait, en 1976, que le maire se devait d’avoir, dans le centre villageois, une maison de sa propriété ou de celle de parents proches. Les conseillers n’y étaient pas tenus. S’ils n’habitaient pas trop loin du centre, ils rentraient passer la nuit chez eux et, sinon, dormaient dans la maison du maire. À Tlacoapa, le maire et le procurateur syndic devaient habiter le centre villageois durant les trois années que durait leur charge. Les autres membres effectuaient une rotation, en sorte que, chaque jour, deux ou trois d’entre eux restaient au village pour assister le maire. Ils dormaient alors chez ce dernier.

49De la même façon, les communautés subalternes dont les membres vivaient en habitat très dispersé, bâtissaient dans leur centre une « maison de topiles » pour les membres de la comisaría, et une comandancia pour les policiers. C’étaient de simples constructions de bois et de chaume, avec quelques bancs, des lits ou des nattes, et un foyer.

50Le conseil était libre d’administrer à sa guise le budget municipal. Peut-être parvenait-il ainsi à rétribuer de manière occulte certains de ses membres, mais personne ne savait comment, ni de combien. Seul le secrétaire recevait officiellement une rémunération. Les premiers salaires versés aux membres des conseils municipaux apparurent en 1993. On peut calculer que chaque conseil perçut environ trente mille pesos mensuels. En conséquence, le nombre des candidats à ces postes connut une forte hausse. De plus, la rémunération est devenue un argument de poids pour supprimer certaines charges traditionnelles et non légales, comme le corps des « inspecteurs ». Un autre effet devrait concerner la durée des charges. En effet, en dehors des conseils municipaux qui restaient en poste pour trois ans, d’autres fonctions étaient annuelles, par exemple celles des inspecteurs et des policiers des chefs-lieux, et des représentants des comisarías. Les communautés ont une préférence pour cette durée car elle permet aux hommes de « se reposer », comme on a coutume de dire, c’est-à-dire de prendre le temps de se consacrer à la culture de leurs champs et à l’entretien de leurs familles. La rémunération pourrait permettre de généraliser la durée de trois ans à toutes les charges.

Les fonctions religieuses et cérémonielles

51Les communautés détiennent de nombreuses fonctions religieuses dont aucune n’est reconnue par la législation, mais qui, localement, revêtent un caractère obligatoire. Les titulaires des charges religieuses sont placés sous les ordres des autorités municipales dont nous venons de parler : le conseil municipal dans le chef-lieu, les membres des comisarías dans les villages subalternes. Pourtant, les fonctions cérémonielles ne sont ni plus traditionnelles ni plus stables que les fonctions politiques. Comme toute autre institution locale, elles font l’objet de discussions en assemblées et se trouvent en constante évolution.

Le groupe du fiscal

52Le fiscal est titulaire d’une fonction qui date de la colonisation espagnole et consiste à aider le curé dans son sacerdoce. En 1976, le groupe des fiscales comprenait, selon les lieux, de quatre à vingt membres. À Malinaltepec, le premier et le second fiscal, nommés wixka, étaient responsables de trois à six tacumes ou wixkalaki (« petits fiscales »). À Zapotitlán Tablas, les deux wixka avaient entre deux et vingt suppléants. À Tlacoapa, ils étaient assistés de plusieurs secrétaires et de membres.

53Le groupe des fiscales célébrait la fête d’un saint patron, différent selon la municipalité. À Malinaltepec, ils fêtaient saint Michel et préparaient en son honneur une danse traditionnelle de personnages masqués dont l’origine remonte à la colonisation espagnole. À Zapotitlán Tablas, ils célébraient le Carnaval, et, à Tlacoapa, la Vierge de Guadalupe que, plus tard, la mission catholique remplaça par son propre patron, saint Antoine de Maria Claret.

54Les tâches des fiscales variaient selon les municipalités, en accord avec les responsabilités attribuées au sacristain. Ainsi, sur tout le territoire de Malinaltepec et Tlacoapa, de même que dans le village de Teocuitlapa, les sacristains sonnent les cloches, alors qu’à Zapotitlán Tablas ce rôle revient aux fiscales. Le nettoyage du temple catholique est du domaine du fiscal à Malinaltepec et à Zapotitlán Tablas, et du sacristain à Tlacoapa.

55Le groupe des fiscales est investi de responsabilités plus importantes à Tlacoapa et à Zapotitlán Tablas qu’à Malinaltepec. Dans la première municipalité, ils se tiennent le dimanche à l’entrée de l’église, sont responsables des registres de baptêmes et de décès, de l’entretien du cimetière et de l’enterrement des défunts. À Zapotitlán Tablas, ils balaient l’église et les rues avant les processions, sonnent les cloches et perçoivent la dîme. À Acatepec, ils enterrent les défunts et, à Huitzapula, ils nettoient le cimetière la veille de la Toussaint. À l’inverse, à Malinaltepec, les fiscales ne font que balayer l’église. Partout, ils accueillent le curé lors de ses visites, lui apportent du bois de chauffage et s’occupent de ses mules.

56En général, les membres du groupe n’ont pas l’obligation d’habiter le centre villageois, sauf lorsqu’ils sonnent les cloches, comme c’est le cas à Teocuitlapa, Acatepec et Apetzuca. La charge est annuelle et les responsables sont élus lors des assemblées qui désignent les titulaires de fonctions politiques. Cependant, ils en prennent possession à des dates différentes : le 29 septembre, jour de la saint Michel, au nord de la municipalité de Malinaltepec ; fin décembre ou début janvier, au sud de cette municipalité et à Tlacoapa ; à la Toussaint, dans la municipalité de Zapotitlán Tablas.

57En 1976, le groupe des fiscales était déjà en voie de disparition dans la municipalité de Malinaltepec : dans les villages de Tilapa, Tierra Colorada et Pueblo Hidalgo, il existait encore mais ne célébrait plus ni fêtes ni danses depuis une quinzaine d’années. À Iliatenco, un comisario anticlérical interdit l’élection du fiscal en 1967, et, bien que ses successeurs l’eussent rétablie, le groupe en est sorti affaibli. À El Rincón, sa suppression datait de 1947. La récente nomination d’un curé dans ce village a entraîné le rétablissement de ses titulaires, mais en petit nombre.

Les sacristains

58À l’origine, les sacristains se succédaient selon une rotation annuelle. Dans certains villages de la municipalité de Malinaltepec (Tilapa et Pueblo Hidalgo), ils célébraient encore, en 1976, la fête de leur saint patron, comme les autres groupes cérémoniels rotatifs, le jour des Ames ; mais, partout ailleurs, le groupe est devenu permanent. Lorsqu’il était rotatif, comme à Pueblo Hidalgo, il comptait un vingtaine de membres, mais, s’il était permanent, les sacristains n’étaient qu’au nombre de trois à Colombia de Guadalupe, six à Tilapa, sept à Tierra Colorada, un à Teocuitlapa.

59Ces hommes, aidant leur curé à célébrer les cérémonies, sonnent les cloches lorsque ce n’est pas la responsabilité du fiscal, nettoient l’église à Malinaltepec et Tlacoapa, lavent les vêtements des saints à Zapotitlán Tablas et les nappes d’autel à Tlacoapa. Lorsque le sacristain sonne les cloches, il habite une maison du centre villageois ; c’est le cas à Tlacoapa, Malinaltepec et Teocuitlapa.

Les chantres d’église et les musiciens

60Le chantre prie avec le curé ou tient son rôle, le dimanche, à l’église ; il accompagne également les défunts au cimetière. C’est, en général, un homme formé directement par le curé et il occupe sa charge de façon permanente. Cependant, à Pueblo Hidalgo et Colombia de Guadalupe, la fonction est rotative.

61Le chantre est assimilé au groupe des musiciens. Ceux-ci sont désignés par les autorités civiles et doivent jouer durant les fêtes du village, les messes, les processions et les enterrements. Ils célèbrent la fête de leur patronne, sainte Cécile, le 22 novembre. Mais il existe des variantes et, à Pueblo Hidalgo, l’orchestre fête le Roi David et, à Huixtlatzala, la Vierge de Montserrat.

Les groupes de dévotion (« confréries »)

  • 14 Les groupes de dévotion chargés de célébrer la fête d’un saint patron ont pris, depuis la fin du xi (...)

62Une confrérie14 est un groupe cérémoniel datant de la colonisation espagnole qui célèbre la fête d’un saint patron. Celle-ci commence la veille, et les membres du groupe vont « porter la fleur » (une offrande florale accompagnée de cierges) à l’église. Le lendemain, ils préparent un banquet, font éventuellement célébrer une messe et, lorsque le groupe est rotatif, élisent de nouveaux responsables.

63Une variante dans la formation des groupes divise la région tlapanèque en deux zones. La première comprend les municipalités de Zapotitlán Tablas (y compris Acatepec) et Tlacoapa, où les groupes sont rotatifs. La seconde est formée par la municipalité de Malinaltepec, où les confréries sont permanentes.

  • 15 Ainsi, à Huitzapula et Zapotitlán Tablas, les confréries se composent d’un mayordomo et de deux à s (...)
  • 16 Il y avait, en 1976, neuf confréries à Tlacoapa, chacune comptant sept membres (un mayordomo, un ma (...)

64Les groupes rotatifs de Zapotitlán Tablas et de Tlacoapa comprennent des fonctions dont les noms changent selon l’endroit. À Zapotitlán Tablas, un responsable (mayordomo), parfois assisté d’un diputado mayor ou mayordomo segundo, commande plusieurs tutados (déformation du mot espagnol diputados)15. Ils sont réélus chaque année. Dans la municipalité de Tlacoapa, au contraire, le mayordomo, aidé par un mayor et plusieurs meno ou toyadatos (déformation de ayudantes), change tous les deux ans16. La cérémonie de passation prend place dans les locaux communaux, le jour de la fête du saint patron de la majordomie.

65À l’inverse, les groupes permanents de Malinaltepec sont formés de dix à cinquante hommes, selon une hiérarchie interne qui comprend un mayordomo, quatre mayores et de simples membres. Dans les faits, seul le mayordomo remplit une fonction spécifique et doit posséder une maison dans le centre du village afin de recevoir les membres du groupe le jour de la fête. La confrérie se forme autour d’un noyau de parents mâles, à l’initiative d’un homme qui réunit dans un premier temps ses fils et ses gendres qui résident dans les environs et sont associés par des relations de coopération agricole. Il leur adjoint, si possible, ses propres frères plus jeunes, ainsi que les fils et gendres de ceux-ci. Le fils aîné du mayordomo hérite, en principe, de l’image du saint et de la responsabilité du groupe. Tant dans le chef-lieu que dans les comisarías de Malinaltepec, on compte de nombreuses confréries.

66Qu’il soit rotatif ou permanent, il revient au groupe de dévotion d’assumer les dépenses festives : acheter les animaux consommés (chèvre ou vache), le maïs, les haricots, les boissons alcoolisées, les cigarettes, les cierges, les pétards et payer la messe. Il existe deux types de financement qui, à leur tour, dessinent deux zones : la première comprend la municipalité d’Acatepec et les communautés de Teocuitlapa et Huitzapula ; la seconde, tous les autres villages des municipalités de Malinaltepec, Tlacoapa et Zapotitlán Tablas.

67Dans la première zone, chaque saint est détenteur d’un capital monétaire nommé « confrérie » (cofradía). Le jour de la fête, celui-ci est prêté aux membres du groupe ou, plus largement, aux villageois. Douze mois plus tard, avant la fête, les emprunteurs rendent l’argent augmenté des intérêts, dont le taux varie fréquemment, en fonction de l’inflation, entre vingt-cinq et cent pour cent. Les intérêts sont utilisés pour faire face aux dépenses festives et, si cela ne suffit pas, le mayordomo ajoute un apport personnel. Quant au capital, il est immédiatement réinvesti.

68Dans la seconde zone, les saints détiennent un capital monétaire qui est également prêté avec intérêt. Cependant, les bénéfices dégagés ne sont pas dépensés lors des fêtes, mais économisés pour réaliser des travaux publics. Les confréries peuvent ainsi décider de construire une chapelle ou d’acheter de nouveaux habits au saint. Mais il arrive aussi, bien souvent, qu’elles apportent leur contribution à de grosses dépenses du village, telles que la reconstruction de l’église, la réfection des locaux municipaux ou l’achat d’instruments de musique. Comme, dans ce cas, les capitaux croissent chaque année, ils figurent finalement parmi les fonds monétaires les plus importants de la région.

  • 17 Dans le chef-lieu, ils prennent en charge les dépenses de nourriture, mais les boissons, les pétard (...)

69Les habitants de cette zone ont inventé d’autres façons de faire face aux dépenses festives. Dans la municipalité de Malinaltepec, les membres des groupes de dévotion offrent une contribution en argent, maïs et haricots. À Zapotitlán Tablas, les responsables annuels assument personnellement les dépenses17. C’est également le cas à Tlacoapa, où l’on sait que les mayordomos cherchent à louer leurs services auprès des autres paysans afin de gagner l’argent requis. On m’a ainsi affirmé : « Ils vont biner les champs là où il y a des animaux à vendre. »

  • 18 À Huitzapula, en 1974, la confrérie de la Vierge de la Conception était à la charge d’une veuve et (...)

70Outre ces confréries communales, il en existe de privées, qui sont de simples rassemblements volontaires de dévots. Dans la zone des confréries rotatives, les groupes privés sont rares, et recrutent souvent parmi les femmes dévotes de la Vierge18 ; ils sont permanents et fonctionnent sur la base des cotisations de leurs membres. À Malinaltepec, zone de confréries permanentes, les confréries privées sont très nombreuses. Comme les regroupements à caractère communal, elles sont constituées par un noyau de parents formé autour d’un homme âgé. Une confrérie privée peut devenir communale, simplement en manifestant son existence auprès des autorités municipales. En outre, le système offre un cadre aux dévotions individuelles. Ainsi, il n’est pas rare qu’à la suite d’un vœu un groupe d’hommes décide de réaliser une danse, le jour de la fête patronale, ou d’offrir au village la représentation d’un saint.

71Il peut être intéressant d’apporter quelques éclaircissements sur l’origine historique des variantes du système cérémoniel. Les archives paroissiales retracent très clairement la composition des groupes de dévotion depuis leur fondation au xviie siècle jusqu’à la fin du xviiie siècle. Ces groupes étaient alors nommés « confréries » (cofradías) et comprenaient un mayordomo et plusieurs membres que l’on élisait chaque année. La passation des pouvoirs avait lieu dans le presbytère en présence du curé, et ce dernier surveillait étroitement le prêt du capital, dont les intérêts avaient une double destination. Une partie d’entre eux étaient dépensés lors des fêtes, et une autre servait à financer des travaux d’embellissement des lieux de culte. À partir de 1810, à la faveur des troubles qui accompagnèrent les guerres d’indépendance, les représentants des villages, indiens ou non, de la région, tentèrent d’échapper à la tutelle financière des curés. Lorsque les premières municipalités virent le jour, les autorités civiles prirent l’habitude de destiner les capitaux des confréries à des fins communales, comme la tenue de longs procès fonciers. À l’aube du xxe siècle, les municipalités avaient réussi à évincer complètement le clergé, tant de l’administration des fonds des confréries que de la nomination de leurs responsables. C’est alors que les confréries prirent le nom de mayordomía.

72Il est donc clair que l’on peut dater l’apparition des zones cérémonielles de la seconde moitié du xixe siècle. La municipalité de Malinaltepec décida alors de transformer la coutume héritée de la période coloniale, en abandonnant la rotation annuelle des responsables de confréries. Les groupes de dévotion devinrent donc permanents. Il est possible que les variations constatées dans l’utilisation des capitaux proviennent aussi de cette époque, mais on peut aussi penser qu’il s’agit là d’un aspect soumis à des transformations continuelles. Je crois qu’il suffit que les autorités civiles décident de donner, selon la période, la priorité à un conflit agraire ou à la construction d’une église pour que les capitaux viennent alimenter cette entreprise. À partir du xixe siècle, il a donc pu se produire des inventions, des abandons ou des récupérations de divers modes de financement, en fonction des besoins.

Les vieux (principales)

73Sous la férule espagnole, on nommait principales les descendants de la noblesse précortésienne qui assumaient des fonctions de gouvernement des villages indiens. Aujourd’hui, on désigne par ce terme des hommes âgés qui ont suivi une carrière normale dans le système des charges de leur communauté ou qui, quel que soit leur âge, en ont assumé le poste le plus élevé : comisario dans une agglomération subalterne ou maire dans le chef-lieu.

74Pourtant, là encore, il existe des variantes. La municipalité de Malinaltepec se distingue des autres juridictions tlapanèques, en accordant au terme de principal un sens purement honorifique. Les vieux sont les invités d’honneur des fêtes villageoises et des confréries, mais ils ne possèdent aucun pouvoir. On m’a même dit à Xochiatenco, en 1974, que les principales sont comme de vieux chevaux de réforme qui, après avoir passé leur vie à travailler, mangent et se reposent au pâturage.

75À l’inverse, dans les municipalités de Zapotitlán Tablas, Acatepec y Tlacoapa, le village désigne parmi les vieux un principal mayor, qui, avec l’aide d’autres personnes influentes, remplit sa fonction jusqu’à la mort. Ce groupe dirige les rituels et les principaux événements de la vie communale. En 1976, il y avait quatre principales à Huitzapula, Teocuitlapa et Tlacoapa, et six à Zapotitlán Tablas. Depuis 1998, le gouvernement de l’État de Guerrero tente de légaliser le rôle des hommes âgés dans les gouvernements municipaux en leur accordant le titre de « conseiller municipal » (consejero municipal).

Les terres

76De nos jours, les autorités agraires constituent un corps séparé des autorités civiles et religieuses. Mais ce n’était pas le cas par le passé. Á la fin de la colonisation espagnole, presque tous les villages indiens de la région obtinrent de la Couronne le droit de posséder des terres communales. Les « gouvernements de républiques », autrement dit les autorités civiles, administraient donc les problèmes fonciers en même temps que les autres aspects de la vie villageoise.

77Lors de la constitution des municipalités, au xixe siècle, les villages, même subalternes, continuèrent à posséder un terroir. Ainsi, la municipalité de Zapotitlán Tablas renfermait de nombreuses communautés d’origine ancienne comme Teocuitlapa, Acatepec et Huitzapula, et chacune d’entre elles continuait à administrer ses terres de façon indépendante. Mais, à la fin du siècle, le gouvernement mexicain décida la suppression des corporations civiles et religieuses, c’est-à-dire l’abolition de la personnalité morale des confréries et des villages indiens, au moyen des « lois de démembrement » promulguées le 25juin 1856. Toutes les municipalités indiennes se mirent en règle avec la législation entre 1881 et 1894 : elles divisèrent leurs terroirs en parcelles déclarées comme propriétés privées. Mais ce n’était qu’un artifice. Les dépositaires de ces actes n’étaient autres que des prestataires de nom, désignés par leurs communautés, qui avaient imaginé ce moyen pour protéger leurs possessions communales. Aussi, durant toute cette période, les autorités civiles conservèrent, de façon occulte, l’administration des propriétés foncières.

78Plus tard, la Révolution mexicaine rétablit la propriété communale sous deux formes : l’ejido et les biens communaux. L’ejido se compose de parcelles individuelles administrées de façon collective et résulte généralement de l’expropriation d’une hacienda. Les biens communaux proviennent plutôt de la légalisation de titres de propriété antérieurs, d’origine espagnole. Les municipalités tlapanèques se placent majoritairement sous le régime des biens communaux, à l’exception d’une partie du territoire d’Iliatenco (municipalité de Malinaltepec). L’ejido d’Iliatenco fut formé en 1931, et les biens communaux commencèrent à être légalisés en 1950.

  • 19 DAAC : Departamento de Asuntos Agrarios y de Colonización.

79Les membres d’un ejido se réunissent en assemblée générale pour élire un comité (comisariado) composé de six membres : un président nommé, selon la coutume locale, comisariado, un secrétaire, un trésorier et des suppléants. Ceux-ci restaient en fonction durant trois années consécutives pourvu qu’ils aient obtenu les deux tiers des voix de l’assemblée. Ils correspondaient avec les autorités agraires fédérales (le DAAC)19, puis avec le ministère, convoquaient l’assemblée générale et résolvaient les conflits agraires qui éclataient entre les paysans. Les membres des « biens communaux » élisaient, pour leur part, un comité (également nommé comisariado) composé de six membres placés sous l’autorité d’un « représentant », élus pour trois ans. Ses compétences étaient les mêmes que celles du comité ejidal.

80Pour la première fois dans la vie des villages indiens, les autorités agraires se séparèrent donc des autorités civiles. Il s’ensuivit une certaine confusion, notable en particulier dans les conflits de compétence entre le « procurateur syndic » et le comisariado, pour juger les procès agraires que se livraient et se livrent encore les paysans. Ceux-ci ont recours à l’un ou l’autre, en fonction de leurs convenances. De plus, il faut remarquer que le processus de légalisation des terres ejidales ou communales est souvent interminable. Il en ressort que de nombreux villages dotés d’autorités civiles subalternes restent soumis, au niveau foncier, aux autorités agraires d’autres localités. Nous développerons plus loin ce point, lourd de conséquences.

81Lorsque l’État mexicain réforma, en 1992, l’article 27 de la Constitution qui protégeait la propriété ejidale et communale, un « tribunal agraire » (procuraduría agraria) s’établit dans la ville de Tlapa, afin, dans un premier temps, d’enregistrer tous les ejidos existants. En 1999, Vejido d’Iliatenco, le seul qui se trouve dans la région d’étude, avait refusé de se présenter. Pour l’instant, il ne se dessine aucun changement d’importance au niveau local et, comme le prévoit la législation, les ejidos et les biens communaux continuent d’élire leurs représentants. Cependant, les procès agraires ne sont plus gérés par des fonctionnaires fédéraux, mais par le « tribunal agraire », et, en cas de désaccord, sont portés devant un juge. Enfin, bien que, théoriquement, les demandes de confirmation agraires présentées par le passé puissent être prises en compte, dans les faits, les nouvelles décisions ont été rares et la situation agraire régionale est restée pratiquement inchangée.

82Pour un villageois, « prêter service » a consisté durant des siècles à assumer des charges civiles et religieuses. Mais celles-ci se sont transformées. Leur nombre, leurs noms et leur contenu ont subi une évolution constante et l’organisation en vigueur depuis les années soixante-dix est également en évolution. Pourtant, il convient de distinguer les fonctions stipulées par la législation et celles qui sont reconnues au niveau local. En général, les responsables légaux dirigent tous les autres responsables, que ceux-ci soient administratifs, religieux ou agraires. Mais ceci n’est qu’une tendance et la coexistence de ces groupes distincts contribue à créer une dynamique que nous allons exposer dans les chapitres suivants.

Notes

1 Division Territorial del Estado de Guerrero de 1810 a 1995, 1997.

2 Décret du 25 décembre 1914. ibid. p. 42 : « Los Estados adopatarán para su regimen interior la forma de Gobierno Republicano, representativo, popular, teniendo como base de su división territorial y de su organización política, el Municipio libre, administrado par Ayuntamientos de elección popular directa sin que haya autoridades intermedias entre éstos y el Gobierno del Estado. »

3 Loi du municipio libre n° 108 (1974).

4 « Practica a falta o en auxilio del Ministerio Público, las primeras diligencias de la policia judicial, las que consignará al juez mener o enviará al Agente del Ministerio Público de su Distrito Judicial », ibid.

5 « Protestáis guardar y hacer guardar la Constitution Politica de los Estados Unidos Mexicanos, la del Estado, las leyes que de una y otra emanen y cumplir fiel y patrioticamente con los deberes de vuestro encargo ? Sí, protestâmes ! »

6 Tena Ramírez, 1964, p. 867.

7 Loi du municipio libre n° 108, art. 37.

8 Tous ces noms datent de la colonisation espagnole. Voir Dehouve, 1990.

9 Actes de la réunion du 28 septembre 1997, presbytère d’El Rincón.

10 En 1976, à Acatepec (alors comisaría) et à Apetzuca, la police se divisait en deux groupes à rotation hebdomadaire. À Tamaloya, les deux commandants (avec leurs trois capitaines qui dirigeaient chacun un policier) se succédaient chaque jour de la semaine. À Escalerilla, au contraire, chaque groupe restait en fonction durant cinq semaines.

11 « En las cabeceras municipales con más de 20 000 habitantes, el ayuntamiento a propuesta del présidente municipal, podrá crear delegaciones municipales coma órganos administratives desconcentrados por territorio. Los delegados serân designados a propuesta del presidente municipal en sesión de cabildo cuando alcance las 2/3 del voto », art. 202, loi du municipio libre, n° 364.

12 Il faut préciser que seuls les habitants du village chef-lieu élisaient le président municipal, et que seuls les habitants de la comisaría élisaient le comisario.

13 « Para los efectos de la elección, cada cabecera municipal se dividirâ en demarcaciones electorales según el número de regidores que hayan nombrado », loi du municipio libre 1956.

14 Les groupes de dévotion chargés de célébrer la fête d’un saint patron ont pris, depuis la fin du xixe siècle, le nom de mayordomías. Celles-ci sont directement issues des confréries de l’époque coloniale, nommés cofradías. Je traduirai le terme de mayordomía par « confrérie », car le groupe de dévotion actuel continue à répondre à sa définition (association pieuse de laïques), malgré l’évolution terminologique qui s’est produite.

15 Ainsi, à Huitzapula et Zapotitlán Tablas, les confréries se composent d’un mayordomo et de deux à six diputados ; dans les comisanías des environs de Zapotitlán Tablas, le groupe comprend deux mayordomos et entre trois et six diputados (Huixtlatzala et Escalerilla) ou un mayordomo et deux diputados (à Ayotoxtla). À Teocuitlapa, Acatepec et Apetzuca, elles n’ont qu’un mayordomo et un diputado, d’après mes carnets de terrain de 1974-1976. À cette date, le comisario d’Ixtlahuasaca occupait aussi la fonction de mayordomo de l’unique mayordomîa existante.

16 Il y avait, en 1976, neuf confréries à Tlacoapa, chacune comptant sept membres (un mayordomo, un mayor, quatre toyadatos et un secrétaire). Les confréries des comisarías d’Ahuehuete et de Campanario avaient un mayordomo, un mayor et quatre meno. À Tlacotepec, le comisario servait de mayordomo.

17 Dans le chef-lieu, ils prennent en charge les dépenses de nourriture, mais les boissons, les pétards et les feux d’artifice sont achetés par d’autres mayordomos spécialement nommés dans ce but. Dans les comisarías environnantes, les mayordomos se chargent personnellement de tous les frais, selon mes carnets de terrain de 1974-1976.

18 À Huitzapula, en 1974, la confrérie de la Vierge de la Conception était à la charge d’une veuve et réunissait cinq femmes. Des femmes âgées formaient une confrérie de la Vierge du Carmen à Huixtlatzala, de saint Jacques à Zapotitlán Tablas ; il existait une confrérie privée et masculine de saint Michel à Tlacotepec.

19 DAAC : Departamento de Asuntos Agrarios y de Colonización.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search