Version classiqueVersion mobile

La géopolitique des Indiens du Mexique

 | 
Danièle Dehouve

Prologue

Texte intégral

1L’insurrection zapatiste de 1994 a attiré l’attention sur l’État du Chiapas et sa nombreuse population indienne. Mais outre le Chiapas, ce sont aussi les États d’Oaxaca, de Guerrero et d’autres, bref tout le Sud indien, qui entrent en mouvement. Guérillas armées et luttes politiques représentent un aspect de ces transformations, et de nombreux observateurs limitent leurs analyses à décrire, à l’aide de notre vocabulaire politique, ces processus qu’ils connaissent bien, parce qu’ils font partie du monde moderne.

  • 1 « Une petite Amérique centrale au sein de l’ALENA ! Avec toutes les composantes, non d’un conflit c (...)

2D’autres spécialistes, pourtant, tentent une analyse plus approfondie à partir du constat suivant : ce sont les habitants des villages indiens qui entrent dans les groupes armés ou soutiennent à l’inverse le PRI (ex-parti officiel). Une réelle compréhension des processus actuels ne peut faire l’impasse sur cette réalité et pose donc la question de l’organisation sociale des paysans de langue indienne du Mexique. Mais comment caractériser ces villages ou ces « communautés » indiennes ? Faut-il y voir l’organisation démocratique venue du fond des âges qu’évoquent certains discours des zapatistes ou de leurs observateurs ? L’expression de la solidarité profonde des Indiens unis contre les grands propriétaires et les effets du libéralisme ? Ou bien à l’inverse parler de communautés paysannes si divisées entre elles qu’elles risquent de basculer dans une « guerre civile localisée1 » ?

3De fait, tous les bouleversements politiques qui se produisent dans le Mexique indien s’appuient sur l’organisation sociale paysanne, avec ses rouages et ses dynamiques. C’est à ce niveau-là que le présent ouvrage désire se situer. Alors que la plupart des observateurs assument le point de vue des forces politiques extérieures qui, au niveau national et international, développent des projets dont la réalisation englobe (aussi) les régions indiennes, ce livre renverse la perspective ; il voudrait expliquer comment les villages indiens ont accueilli les bouleversements politiques nationaux et internationaux, à partir des préoccupations et des conflits qui leur étaient propres.

4Un tel projet repose sur les méthodes de l’ethnologie (ou anthropologie sociale), c’est-à-dire sur l’analyse approfondie des relations sociales qui se nouent au sein de populations de taille restreinte. Il ne saurait donc être question de présenter ici tout le Sud indien, d’autant que les États présentent une grande diversité de cas ; je voudrais seulement proposer un cadre d’interprétation à partir des observations réalisées dans une région, la partie orientale de l’Etat de Guerrero. J’y ai commencé un travail de terrain il y a trente ans, et je compare ici la situation telle que la décrivent mes carnets de terrain rédigés entre 1974 et 1976 et celle que j’ai rencontrée au cours de mes dernières missions réalisées entre 1998 et 2000.

  • 2 Selon le recensement réalisé par l’INEGI en 2000, l’État de Guerrero compte 367 110 habitants âgés (...)

5La Montagne (ou Montaña) de l’État de Guerrero compte une population indienne forte de plusieurs centaines de milliers d’individus, qui parlent trois langues, le nahuatl, le mixtèque et le tlapanèque. Cet ouvrage porte sur la population tlapanèque, qui représente environ 100 000 personnes2 et se distribue entre trois municipalités, Zapotitlán Tablas, Tlacoapa et Malinaltepec (quatre aujourd’hui, depuis qu’Acatepec a fait scission de Zapotitlán Tablas). Dans les montagnes accidentées de la Sierra madré del Sur, les paysans tlapanèques, qui vivent en habitat dispersé, cultivent, selon l’altitude, le maïs, le café, la fleur d’hibiscus et la canne à sucre, et élèvent des bovins, des ovins et des caprins. Comme chacune des régions indiennes du Mexique, celle-ci présente des spécificités. La relative absence de grandes propriétés la différencie notamment du Chiapas, mais, d’un autre côté, elle partage avec cet État d’autres caractéristiques, telles que la grande taille de ses municipalités et la politisation de ses habitants. Mais, par-delà la variété des situations locales qui font la richesse du Mexique indien, cet ouvrage veut expliquer comment fonctionne une municipalité indienne, quels sont ses dynamiques et les enjeux de ses luttes, et tente de proposer ainsi un modèle d’organisation sociale qui serve de base de comparaison pour les autres régions du Sud indien.

6Un premier chapitre fera le point sur les transformations récentes qu’a connues le monde indien dans les années quatre-vingt-dix et les théories anthropologiques sur les « communautés » indiennes. Le deuxième chapitre initiera le lecteur au fonctionnement des communautés tlapanèques du Guerrero en décrivant les responsabilités politiques, religieuses et agraires à l’œuvre dans les municipalités. Les chapitres III, IV et v expliqueront comment la hiérarchie politico-administrative qui régit les rapports au sein des municipalités établit un cadre de concurrence entre groupes locaux, qui obéit à un code et manipule des législations et des symboles. La façon de constituer des groupes capables d’entrer en concurrence sera exposée dans les chapitres VI et VII. Enfin, nous conclurons cet essai par une petite histoire des luttes de pouvoir local qui se sont déroulées entre 1850 et nos jours (chapitres VIII et IX), avant de proposer en conclusion un cadre d’analyse de la communauté indienne.

7Ma décision de renouer avec le travail de terrain dans la région tlapanèque en 1998 a bénéficié de l’appui chaleureux de Françoise Morin et Charlotte Arnauld, ainsi que du soutien financier du Groupe de recherche sur l’Amérique latine (GRAL), Toulouse, puis, à partir de 2000, de l’aide du Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative (UMR 7535, CNRS-Université Paris X, Nanterre). Il me faut exprimer ma reconnaissance aux autorités tlapanèques qui m’ont reçue durant trente ans, ainsi qu’à mon collègue et ami Antonio González García, premier président de la nouvelle municipalité d’Acatepec. Je remercie également les collègues mexicains et français qui m’ont fait l’amitié de discuter mes analyses, en particulier François Lartigue, Abel Barrera, Aline Hémond, Marie-France Prévôt-Schapira et Marguerite Bey. Enfin, ma gratitude va à Marie-Hélène Delamare qui a préparé le manuscrit et Jean-Marc Chavy qui a réalisé les cartes.

Carte 1. Population de plus de cinq ans parlant une langue indienne. Carte réalisée par Marguerite Bey avec PHILCARTO.

Carte 1. Population de plus de cinq ans parlant une langue indienne. Carte réalisée par Marguerite Bey avec PHILCARTO.

Source : Recensement INEGI 2000.

Notes

1 « Une petite Amérique centrale au sein de l’ALENA ! Avec toutes les composantes, non d’un conflit classique, guérilla armée, mais, compte tenu des ingrédients présents dans la région, en particulier les nombreuses communautés paysannes que le clientélisme a attachées au PRI, d’une guerre civile localisée », écrit Maurice Lemo dans le Monde diplomatique de novembre 1998, à propos des Indiens du Guerrero, dont traite cet ouvrage.

2 Selon le recensement réalisé par l’INEGI en 2000, l’État de Guerrero compte 367 110 habitants âgés de plus de cinq ans qui parlent une langue indienne, et les Tlapanèques 99 389 locuteurs de plus de cinq ans.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Population de plus de cinq ans parlant une langue indienne. Carte réalisée par Marguerite Bey avec PHILCARTO.
Crédits Source : Recensement INEGI 2000.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search