Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Conclusion. Espaces et société urbaine

Texte intégral

« Athènes n’est qu’une cité exotique, serrée autour de l’Acropole ; c’est aussi une cité en pleine croissance, qui s’organise un peu au hasard des événements, sans grand ordre, mais avec une ingéniosité, une débrouillardise, qui stupéfient. »
Michel DÉON – Revue des Voyages – 1966

1L’heure est venue de conclure. L’heure de l’insatisfaction, celle des autres, celle de soi. Mais existe-t-il des conclusions satisfaites ? Au moins, ai-je répondu aux questions que je me posais au départ ? Il ne m’appartient pas de le dire. La démarche que je m’étais imposée comportait des risques. Soucieux de mettre en lumière des mécanismes de la croissance urbaine, je les ai démontés, au péril de casser la ville. Au terme de ce cheminement analytique, il aurait resté à la retrouver, dans son indissociable synthèse de société globale et d’espace complexe, mais non confus. Je ne l’ai pas fait. J’avais déjà tenté l’expérience dans La Condition Industrielle à Athènes, avec une méthode qui m’apparaît toujours mieux appropriée que les sommes patientes des études classiques. Je montrerai seulement que les articulations majeures de la construction de l’espace urbain, comme les dynamismes de la société athénienne, sont marqués de la logique interne de la croissance capitaliste.

De l’ordre à l’anarchie urbaine

2L’espace urbain athénien n’est pas un espace historique. Je n’entends pas par là qu’il n’est pas construit par l’histoire. Mais cet espace, ces volumes, sont sans cesse et partout remaniés, détruits et reconstruits. La date y compte moins que les forces qui les mettent en place. Les relais de mécanismes ont, du politique à l’économique, de l’économique au démographique, assuré la croissance d’Athènes. De la même façon, ils ont construit concrètement la ville.

3La ville d’Othon, la capitale politique, est une cité planifiée. Dès 1833, les Schaubert, les Kléanthis, les von Klenze, architectes grecs ou bavarois, dessinent pour des décennies la silhouette urbaine. Un habit trop ample, qui fait sourire les visiteurs de l’époque. Un habit où chacun, prince ou petit, taille à sa mesure. Mais il faut respecter des alignements, des perspectives, des espaces libres. La ville n’est pas seulement un outil de production ou une usine à dormir, c’est un attribut du pouvoir. Qu’en reste-t-il ? Quelques palais néoclassiques, submergés par le déferlement des immeubles modernes. Et surtout, les grandes avenues du centre d’Athènes, qui font, plus d’un siècle et demi après, la tentation et le piège des automobilistes. Mais qu’en serait-il des embarras urbains, si elles n’existaient pas ?

4À la fin du xixe siècle, au début du xxe siècle, l’urbaniste cède la place au cartographe. Le plan n’est plus le projet de la cité, mais le dessin des extensions réelles de la ville. En un damier sans cesse répété, Athènes s’étire au Nord, le long de la rue Patission, gravit à l’Est les pentes du Lycabette, s’étoffe à l’Ouest dans la plaine du Céphise. Les îlots s’ajoutent aux îlots, les cubes aux maisons, réguliers, incessants. Plus de dégagements, ni d’espaces libres, peu de places publiques. À l’ère du libéralisme triomphant, il faut faire construction de tout espace. C’est l’Haussmannisation sans Haussmann, sans génie, sans grande société immobilière. Les formes humaines, économiques, urbaines surtout, sont différentes de la rénovation parisienne du xixe siècle. Mais leur principe est identique. L’esprit de profit, la spéculation construisent la ville. Ils conservent pourtant encore un mérite. Ils dominent la croissance démographique et contrôlent le développement spatial de la ville. La conquête reste méthodique sans être raisonnée, envahissante sans être provocante.

5Avec l’installation des réfugiés d’Asie Mineure, l’ordre urbain est beaucoup plus bousculé. Leur implantation à Athènes répond à un dessein politique. Mais l’État est incapable de faire la liaison entre son projet global et le plan de la cité : il n’y a plus de plan de la ville, il n’y a plus que des schémas de lotissement. Quelques années passent. L’exode rural relaie l’exode urbain et l’immigration extérieure. Il est massif, incontrôlable, aux pulsions imprévues, mais non inexploitées. La spéculation s’en empare, fait surgir des maisons basses du centre les blocs de verre et de béton, qui rivalisent de hauteur et de monotonie, grignote les montagnes périphériques de son parcellaire régulier et les couvre de maisonnettes de briques et de parpaings. Dans ces bouleversements de l’architecture et de l’espace, nul ordre apparent, mais le jeu brutal des forces économiques et sociales. Impuissant, l’État y assiste, se contentant de déclarer « hors du plan » tout ce qui se construit à la périphérie, et de multiplier dérogations et réglementations nouvelles pour la rénovation spéculative du centre. L’ordre ne se définit plus que négativement : c’est proprement l’anarchie urbaine.

De la capitale à la société globale

61879-2001. Plus d’un siècle déjà sépare le premier recensement détaillé de l’agglomération athénienne, du plus récent. Que de bouleversements, pas seulement quantitatifs. Ce formidable bond en avant qui fait passer la ville bicéphale (Athènes – Le Pirée) de 90 000 habitants à l’agglomération de 3 100 000 individus, au centre d’une région urbaine de quatre millions d’hommes, n’est que la face la plus impressionnante, la plus visible, la moins significative du phénomène. Qu’est-ce qu’Athènes en 1879 ? Une cité d’Ancien Régime, une ville d’artisans et de commerçants (37 % des actifs de l’époque), de bourgeois servis par une domesticité nombreuse (25 % des actifs). Paradoxalement dans cette capitale politique, que l’État a créée et qu’il va faire croître, les gens de tête et de plume ne sont qu’une infime minorité : sur cent actifs, huit fonctionnaires, en y comprenant les enseignants et les ecclésiastiques, quatre membres des professions libérales. Qu’est devenue Athènes aujourd’hui ? Une ville d’employés et d’intellectuels, au sens le plus large de ces deux termes.

7Derrière l’imprécision et l’inefficacité des catégories statistiques, se dessine le mouvement global et contradictoire d’une société, qui s’est à la fois prolétarisée, démocratisée et fractionnée. Il y a moins, pour ne pas dire presque plus, de propriétaires de moyens de production. Chacun, ou peu s’en faut, est devenu le salarié d’un ensemble collectif, où il doit faire triompher sa force ou son habileté physique, et de plus en plus ses capacités intellectuelles. Ce qui ne veut pas dire, pour les unes et les autres, que les inégalités de naissance et de fortune ne jouent pas. Mais elles sont médiatisées par le milieu familial, l’instruction, les chances d’établissement. On fait moins d’héritages, et on subit plus l’influence de son origine. Car les rapports sociaux se sont en même temps faits moins contraignants et plus distendus. À Athènes, même dans cette langue familière qu’est le grec démotique, on tutoie de moins en moins, même ceux qui vous servent. Ce respect apparent de l’autre n’est qu’une indifférence devant son sort. La rupture de la célèbre dialectique du maître et du serviteur entraîne moins la liberté réciproque, qu’une coexistence dans des univers mentaux, sociaux, et finalement spatiaux, différents. L’espace urbain, divisé, ségrégé, n’est que la production d’une société fractionnée et antagoniste.

8Sur le plan économique, l’évolution athénienne n’est pas moins significative. À un système de transformation et de distribution élémentaires, qui occupe beaucoup d’hommes dans une productivité faible, succède une organisation de plus en plus complexe, où la production tient une place relativement moins grande que la préparation et la valorisation de l’action humaine. Dans ces mutations, les liens de la capitale et de la société provinciale ont eux-mêmes changé de nature. Lointaine, au terme d’une traversée maritime ou d’une chevauchée montagnarde, Athènes était, il y a un siècle, étrangement proche de l’économie et de la société de province. Aujourd’hui, à nouveau, grâce à la facilité et la rapidité d’accès de tous les points d’un pays, qui s’est beaucoup étendu, à la diffusion de la modernité et de la communication, les consommations de la capitale et des éparchies se sont rapprochées, après plusieurs décennies, où jamais les écarts n’avaient été aussi creusés entre les hommes et leurs travaux. Mais, les technologies de pointe voisinent avec les archaïsmes des structures rurales, la médiocrité de vivre avec le luxe le plus insolite. Et jamais pourtant, depuis l’Antiquité, Athènes ne s’est plus identifiée avec la Grèce tout entière. Les rapports dialectiques de l’espace et de la société renvoient là encore à un monde que la recherche systématique du profit unifie et divise tout à la fois. Finalement, Athènes n’est que le reflet d’une civilisation dont les mécanismes économiques et les articulations sociales se compliquent, et qui en même temps se contracte dans un espace de plus en plus diversifié.

Des Balkans à la mondialisation

9Finalement, l’histoire et la géographie de l’Athènes contemporaine ramènent aux grandes interrogations et incertitudes de ce début de millénaire. La capitale grecque, au cours de ses deux siècles de renaissance, n’a jamais cessé d’hésiter entre le repli continental et l’ouverture, entre son destin méditerranéen, européen, mondial, et ses démons balkaniques, entre le morcellement des frontières et des nationalités, et les internationalismes de l’échange. Thessalonique – la « vice-capitale » pour traduire l’intraduisible symprotévoussa –, à une heure d’avion, demain peut-être à deux heures de VGV d’Athènes, a toujours été tentée et fascinée par sa situation au limes d’une grécité minuscule et son projet d’élément avancé de la conquête pacifique de l’économie-monde dans le sud-est de l’Europe. L’avenir immédiat dira qui, dans cette région de la planète, l’emportera, des forces de l’irrationnel, du retour à un xixe siècle obscurantiste et intolérant, ou des voix de la raison démocratique et progressiste du XXIe siècle. L’Athènes, politique, comme l’Athènes, économique et sociale, est au cœur de ces choix.

10Mais la capitale n’est pas seulement témoin et acteur des drames balkaniques. Elle est aussi dans une large mesure symbole des quêtes de l’État moderne. Inséparable de la reconstitution institutionnelle de la nation au xixe siècle. Athènes doit aussi faire face aux interrogations sur les redéfinitions du rôle de l’État, quand ses attributions régaliennes, ici comme ailleurs, sont rognées par la construction européenne, la décentralisation, la crise du welfare State. Que les grandes manifestations à Athènes, au cours des dernières années, portent sur l’éducation – l’entrée à l’Université –, les services de santé – la carte des hôpitaux publics et privés –, la place des services publics – des transports à la culture –, n’est ni original, ni innocent. Cela montre simplement la communauté des questions, et le rattrapage rapide que la Grèce et sa capitale ont effectué en quelques années, pour coller au monde, à sa réalité et à ses problèmes.

11Enfin, Athènes pose de façon exemplaire les deux faces indissociables de la métropolisation contemporaine. Concentration démographique, économique et culturelle, ses destins la rattachent désormais plus à des univers lointains, aux grands équilibres et déséquilibres mondiaux qu’aux horizons limités de la région et de la nation. En même temps, elle doit résoudre de façon impérative et rapide les incertitudes sur sa gestion quotidienne et son avenir matériel : développement durable, sauvegarde du patrimoine archéologique et architectural, protection des environnements naturels, politique des transports, réclament des arbitrages, qui ne sont, ni à la taille de l’État, ni à celle de la cinquantaine de municipalités qui se partagent l’agglomération. Gouvernement renouvelé de la cité ou gouvernance contractuelle des sociétés ? Le dilemme reste posé. L’héritage de Solon ferait pencher pour la construction constitutionnelle de la gestion de la région urbaine, les pratiques de la Grèce contemporaine pour les compromis implicites et plus ou moins conflictuels entre les groupes. Unité des logiques, variété des réponses, décidément mondialisation ne rime pas avec uniformisation.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search