Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Troisième partie. Les mécanismes de la croissance

Chapitre 7. La puissance du capital

Texte intégral

Les raisons d’un choix

1Affirmer la puissance du capitalisme dans la croissance athénienne n’est pas sans risque. Risque de pléonasme ou d’intention polémique et politique d’abord. Comment dans un système que chacun s’accorde à qualifier de capitaliste, la croissance économique pourrait-elle être distincte de l’accumulation du capital ? C’est une banale évidence, ou une méchanceté gratuite, si l’on entend charger a priori le capitalisme de malveillance, et ses effets de monstruosités économiques et sociales. En fait, le problème doit se poser à deux niveaux, qui lui confèrent intérêt et dépassionnent quelque peu l’analyse. Le premier est celui du degré de conscience du capitalisme, ou mieux des capitalistes – nous reviendrons sous peu sur les réalités économiques et humaines que nous désignons ainsi – dans la construction de la croissance et la concentration géographique de sa matérialisation. De ce qu’objectivement des liaisons existent entre ceux-ci et celles-là, il ne résulte pas qu’elles ont été perçues consciemment, ni voulues explicitement. Céder à cette simplification mécanique, c’est certainement se méprendre sur les modalités réelles de l’action humaine : l’industriel est là pour produire et vendre, le banquier pour valoriser au mieux l’argent qui lui est confié. Que tout cela aboutisse à concentrer la richesse, donc à creuser les écarts sociaux et les inégalités régionales, est à la fois certain et en grande partie un mécanisme qui échappe à la responsabilité de ses acteurs. Le deuxième point de vue doit examiner en quoi cette action économique exprime et sert l’intérêt général. Il est bien connu que l’industrie donne du travail aux ouvriers, et que la banque pourvoit aux besoins du commerce et de l’industrie. Ces propositions suscitent en général, soit une indignation, teintée d’ironie, soit des appels à la bonne foi et au sens commun. Peut-on là encore faire œuvre, sinon objective et désengagée – nous ne croyons guère à l’objectivité, et pas du tout au désengagement idéologique – du moins « scientifique »– sans pédantisme, ni cuistrerie, sans honte non plus, ni mauvaise conscience – c’est-à-dire simplement présenter des faits aussi incontestables que possible, et des interprétations, aussi explicites que possible.

2L’influence du capital ne sera pas jugée dans toute son extension, mais dans deux de ses aspects, à la fois les plus extrêmes et les plus purs : la banque, et l’investissement étranger. Pourquoi ? Le choix n’implique ici encore aucun machiavélisme, ni manichéisme. La banque et l’investissement de capitaux étrangers présentent de sérieux avantages. En effet, moins que dans une entreprise capitaliste banale, de commerce ou d’industrie, n’y interviennent, semble-t-il, des éléments individuels (les « personnalités »), ou des conditions extérieures (ressources naturelles, expériences humaines). Certes, l’histoire bancaire grecque possède, comme d’autres, ses hommes de talent et d’idées. Mais leur activité même réduit considérablement leur liberté d’intervention : pour un banquier, il s’agit toujours de trouver de l’argent là où il est bon marché et de le louer là où il est cher, pour un investisseur, de choisir le point d’équilibre entre le placement sûr et peu rentable et le placement risqué et spéculatif. Ce faisant, ils diffèrent d’un industriel, qui gagne de l’argent en exploitant une initiative originale. Bref, la banque, pas plus que l’investissement étranger, n’exprime la totalité du capitalisme. Il n’est même pas certain qu’ils en représentent l’élément moteur le plus dynamique. D’autres, avant nous, ont insisté sur l’importance notamment de l’autofinancement des entreprises dans la croissance économique. Mais la banque et l’investissement étranger sont des mécanismes presque purs du système capitaliste. Leur choix n’a donc pas été fait ici pour la facilité de leur condamnation, ou pour leurs effets d’entraînement sur les autres instruments économiques, mais pour leur représentativité démonstrative.

3À cet égard, pourtant, ces témoignages ne manquent pas d’ambiguïté, la banque surtout. Elle tient à ce que fondamentalement la banque est autant reflet du développement, que moteur du développement et de la croissance. Dans ces différents ouvrages, Jean Bouvier montre que la banque dépend du degré de développement général, mais qu’elle détermine aussi le degré d’intensité et les points d’application de l’interventionnisme bancaire : « produit de la croissance, la banque agit sur la croissance ». Autrement dit, à une date déterminée, le mouvement bancaire d’une place traduit autant son activité économique que la politique propre que la banque y poursuit : priorité au drainage de l’épargne ou aux prêts. La banque est donc un témoin, mais ce n’est pas un témoin neutre. L’autre ambiguïté, que nous retrouverons au niveau des bilans comptables régionaux, réside ici encore dans les difficultés du dialogue entre espace et temps. L’activité bancaire privilégie incontestablement la durée par rapport à la distance ; certes on l’a vu, à l’inverse de la circulation atmosphérique générale, l’argent de la banque a tendance à aller des zones de sous-pression économique vers les zones de surpression ; mais plus encore, l’organisme de crédit joue sur l’anticipation : prêter aux riches, qui n’ont dans l’instant pas assez de ressources pour s’enrichir, est une devise simplificatrice, mais assez juste. Ces décalages dans le temps doivent pour nous traduire des interventionnismes et des inégalités dans l’espace. Cette dysharmonie n’est pas un obstacle absolu, mais mérite une attention continue.

4Inhérentes à toute étude bancaire, ces ambiguïtés générales se doublent en Grèce de situations originales, qui renforcent l’intérêt du témoignage. C’est d’abord la relative précocité du développement de la banque et de son emploi par les acteurs économiques. Dès 1841, est créée la Banque Nationale de Grèce, qui étend rapidement son réseau à l’ensemble du territoire et ses activités à toute la vie économique grecque. Malgré son état de développement général, la Grèce paraît à cet égard en avance sur certains pays d’Europe occidentale. Il appartiendrait à une étude spécifique de confirmer cette appréciation, et d’en expliciter les causes, qui tiennent sans doute à la nature des activités économiques dominantes : l’armement maritime et le commerce international sont créateurs et utilisateurs de la banque.

5Plus sûrement encore, la banque grecque naît comme un organisme doublement concentré, géographiquement et financièrement. La grande banque fut dès l’origine athénienne. Elle n’eut comme rivales que des institutions locales et familiales ou régionales, dont la vitalité n’était liée qu’au maintien d’un privilège d’émission et de circulation fiducière limité (Banque épiro-thessalienne par exemple). Or, l’originalité et la force de la banque athénienne ressortissent à la confusion totale et originelle de l’activité économique et de l’activité financière de l’État. Jusqu’en 1928, la seule Banque Nationale assurait à la fois l’émission de la monnaie officielle et la trésorerie publique, et la majeure partie des activités bancaires courantes (dépôts, escomptes) et exceptionnelles (prêts à long terme, participations industrielles). Après la création de la Banque de Grèce, les banques commerciales, notamment la Banque Nationale, et les banques qui formaient naguère le groupe Andréadis (Banque Commerciale, Banque Ionienne et Populaire, Banque du Pirée, Banque d’Attique), continuent à mener ensemble les services banals rendus à la clientèle (comptes courants, opérations sur titres, garde de valeurs), le soutien de l’activité économique (prêts au commerce et à l’industrie), et une politique d’investissements propres. Autrement dit, la séparation des tâches, qui existe depuis longtemps dans le système bancaire français, ne s’est produite en Grèce que tardivement et partiellement. Jusqu’en 1928, l’émission reste liée au commerce global de l’argent, quand la Banque de France napoléonienne a précédé le grand essor bancaire du xixe siècle. Et jamais la banque de dépôts et d’escomptes ne cessa d’être aussi une banque d’affaires : le désengagement industriel de fait des grandes banques parisiennes à la fin du xixe siècle (Crédit Lyonnais, Société Générale), à plus forte raison leur nationalisation après 1948, ont été longtemps des processus inconnus en Grèce. La concentration géographique de la banque athénienne, rendue plus efficace encore par la densité de son réseau d’agences, sa présence dans tous les secteurs de l’économie nationale, renforcent finalement son rôle décisif dans les mécanismes de la croissance.

6Le témoignage de l’investissement étranger paraît, au regard de celui de la banque, moins ambigu et plus direct. La distance géographique et humaine, entre l’origine des capitaux et leur point d’application dans le pays, médiatise les rapports du capitalisme et de la croissance. Autrement dit, l’argumentation du bien social, du développement régional, qui peut après tout servir de principe et de justification à l’œuvre d’un banquier national, disparaît explicitement au profit d’une rentabilité plus objective. De même, les inégalités régionales existantes, qui sont très sensibles pour un organisme de crédit, et orientent en grande partie sa politique courante (dépôts, escomptes), s’atténuent aux yeux de l’investisseur étranger : ce sont ici les grands déséquilibres internationaux qui concentrent l’argent, là où son loyer est cher, soit qu’il soit rare (pays en voie de développement), soit que son emploi soit très disputé (pays développés à croissance rapide). Dans ces calculs plus froids, l’exploitation des ressources naturelles reconnues (réserves minières), ou des ressources humaines potentielles (besoins des populations en énergie, en moyens de transport, main-d’œuvre sous-employée) tient plus de place dans l’initiative de l’investisseur extérieur que les déséquilibres régionaux. En cela, elle apparaît justement comme un mode d’intervention pratiquement unilatéral du capital sur l’espace. Cette constatation oriente, et limite par là même l’objet de l’analyse : il s’agit d’examiner dans quel sens joue l’investissement étranger, vers un renforcement ou une atténuation de la concentration géographique.

I – L’établissement des réseaux bancaires centralisés

7La première originalité à souligner par rapport aux banques françaises est le degré extrême de centralisation administrative. Habitué au circuit hiérarchisé de l’agence locale à l’agence-mère, de l’agence-mère au siège central, l’observateur est surpris d’apprendre que la plus petite succursale de la Banque Commerciale, par exemple, entretient des rapports directs avec le siège social athénien. Cette caractéristique se retrouve dans tous les autres organismes bancaires grecs (Banque Nationale, Banque Agricole notamment). Elle traduit moins l’exiguïté du territoire national que l’absence reconnue d’un réseau urbain hiérarchisé et de centres régionaux capables de faire pièce au monstre athénien. Cette situation engendra un système d’écritures particulièrement complexe (les opérations locales se répercutent jusqu’à Athènes) ; elle traduisait surtout des attitudes économiques, sociales et psychologiques intéressantes : au niveau collectif, méfiance des centres locaux envers une capitale régionale dont on ne tenait pas à reconnaître le rôle, au niveau individuel, recours personnel, par exemple, du client qui voulait arracher un gros prêt dépassant les compétences de l’agence, auprès des plus hautes instances de la Banque. Ce n’est pas le seul cas, où le centralisme athénien apparaît autant moteur mû, quand il faut, par les volontés provinciales et à leur profit, que processus de colonisation de la province par la capitale.

8Il n’est que plus intéressant, à cause de cette centralisation administrative, de suivre les étapes de développement du réseau des grandes banques du pays. La création d’une succursale témoigne de la vitalité d’une localité reconnue digne d’être annexée au réseau de drainage de la Banque, mais aussi des aspirations de cette localité à utiliser les services ramifiés de l’organisme central. L’observation globale de l’extension des réseaux bancaires révèle une intéressante prise de possession du territoire national. À cet égard, trois exemples seront présentés, la Banque Nationale, la Banque Commerciale et la Banque Agricole, qui permettent de mettre en lumière des influences différentes dans la conquête de la province par les organismes financiers athéniens.

La Banque Nationale : le soutien de l’administration dans la conduite de l’économie

9Plus vieille banque de Grèce, puisqu’elle fut créée en 1841, banque d’émission jusqu’en 1928, la Banque Nationale a subi dans l’extension de son réseau le poids déterminant des structures administratives : elle a constitué les mailles de ses succursales en même temps que se formait le territoire national. Dès avant 1881, date du traité de Berlin, qui marque l’annexion de la Thessalie et d’Arta, le Péloponnèse, la Grèce Centrale et les îles Égéennes sont très solidement tenus. Seules échappent à la règle les îles Ioniennes, annexées à la Grèce en 1864, où la seule création de la Banque Nationale avant 1881 est Corfou, en raison du privilège d’émission maintenu à la Banque Ionienne. Après 1881 et jusqu’en 1908, avant le déclenchement des guerres balkaniques, la même conquête systématique des territoires récemment annexés s’observe. La Crète elle-même, dont l’autonomie a été reconnue en 1898, est immédiatement occupée. Après le bouleversement des guerres balkaniques, la conquête bancaire est rapide dans les régions nouvellement acquises (Épire, Macédoine, Égée orientale).

10Les créations qui se succèdent à partir de 1924 et jusqu’à la seconde guerre mondiale n’ont pour effet que d’étoffer un réseau qui est déjà constitué pour près des deux tiers. Après 1945, mises à part les créations du Dodécanèse, qui relèvent de la politique traditionnelle de la Banque de suivre les étapes de la croissance du territoire national, les agences sont ouvertes, soit dans les centres d’intérêt mineur, soit dans les quartiers athéniens.

La Banque Commerciale : la prise en compte des déséquilibres régionaux

11Pour la Banque Commerciale, plus tardivement créée (1905), et qui n’avait pas à supporter les conséquences du privilège d’émission, les préoccupations économiques l’ont toujours emporté sur le facteur proprement administratif. Jusqu’en 1910, l’implantation de la Banque reste limitée à la Grèce du Sud. Dans une certaine mesure, cette localisation traduisait des conditions politiques (sur le continent, les frontières n’englobaient encore que la Grèce Centrale et la Thessalie), en même temps qu’elle reflétait les déséquilibres et les dynamismes de l’époque. Les succursales apparaissent concentrées dans le Péloponnèse et les îles, et partout, les ports se distinguent. Dans les premières années, la Banque n’est intéressée que par les villes où les formes d’activité et les ouvertures d’esprit lui assurent une rentabilité certaine : grand commerce avec l’étranger, industrie moderne. Après les guerres balkaniques et la « catastrophe » d’Asie Mineure, s’effectue la prise de possession de la Thessalie et des principaux centres occupés en Grèce du Nord. Il s’agit pour la Banque de prendre pied rapidement dans les capitales régionales. Entre les deux guerres, la prise de possession se fait plus en profondeur dans les régions de la Vieille Grèce, mais le seul réseau véritablement dense est celui du Péloponnèse et des îles Ioniennes.

12Depuis les années cinquante, avec le retour de la paix, la situation a beaucoup changé. Le réseau est devenu plus dense en Macédoine, s’étend en Thrace auparavant ignorée. Dans les régions les plus anciennement rattachées au réseau, Péloponnèse en particulier, des agences ont été créées dans des centres d’importance tout à fait secondaire. Après plus de cinquante ans d’efforts, fondés sur la reconnaissance des besoins et des intérêts économiques régionaux, une banque athénienne a conquis l’ensemble du territoire national. Le voyageur est sûr de trouver à chaque étape, et même sur les itinéraires moins fréquentés, une agence de la Banque Commerciale, où l’accueillait naguère le portrait de son président, Stratis Andréadis, symbole à la fois d’une réussite personnelle et de l’unité centralisatrice de la Banque autour de son administration athénienne.

La Banque Agricole : le capital au service de la province

13La Banque Agricole de Grèce, fondée en 1930, fournit un troisième mode de développement du même phénomène. Pour la première fois, un organisme financier de la capitale n’a pas pour résultat de drainer les capitaux provinciaux vers Athènes, mais d’irriguer les campagnes par des fonds publics. Cette action a une conséquence originale et durable sur le plan politique : alors que la Banque Nationale, par exemple, est toujours liée au financement de l’État et à la grande politique grecque, la Banque Agricole apparaît dès l’origine un instrument de politique régionale, donc un appât de choix pour ministres et députés, qui veulent valoriser leurs circonscriptions.

14Cette double originalité explique le développement singulier du réseau de la Banque Agricole. Pour la première fois dans l’histoire bancaire grecque, ce n’est ni le Péloponnèse, ni les îles de l’Égée, qui sont touchés d’abord, mais les premières créations d’agences expriment la volonté évidente de s’implanter dans des régions traditionnellement déshéritées sur le plan bancaire, et de dispenser le crédit dans les campagnes, où l’installation des réfugiés d’Asie Mineure et l’assainissement des plaines réclament une aide importante. Mais ils traduisent aussi à n’en pas douter pour la Crète, la volonté personnelle du chef politique de l’époque : Vénizélos.

15Le mouvement de créations ultérieur confirme ces tendances. En 1935, la Banque Agricole couvre d’un réseau dense toute la Macédoine orientale, la Thrace et la Crète, les grands centres de Macédoine occidentale et de Thessalie. Ce n’est qu’entre 1936 et 1939, que le Péloponnèse est véritablement conquis, tandis que se renforce le réseau en Macédoine occidentale, en Épire, en Thessalie et en Grèce Centrale, et qu’une timide offensive est lancée en direction des îles, Ioniennes notamment (Leucade, Céphallonie, Zante). En fait, il faut attendre l’immédiat après-guerre pour que cette conquête des îles soit consommée et que la Banque Agricole possède le réseau le plus dense et le plus régulièrement réparti de Grèce.

16À travers ces modalités de constitution différentes, les réseaux bancaires grecs possèdent pourtant un principe commun de très forte centralité. Nés d’initiatives athéniennes, fortement tenus par leur administration centrale, ces réseaux bancaires jouissent d’un monopole de fait et constituent pour la capitale un signe évident de mainmise économique sur l’ensemble du territoire national. Il faut donc s’attendre à trouver dans tous les rouages de la circulation financière intérieure l’influx athénien ; encore faut-il déterminer le sens et l’importance des mouvements de capitaux qu’il fait naître dans le pays.

II – Un empire dans L’État : la Banque Nationale de Grèce, 1841-1928

17Pendant près de quatre-vingt-dix ans, la Banque Nationale de Grèce fut une véritable institution politique, économique et humaine. Ses gouverneurs successifs jouaient en coulisse un rôle déterminant dans la conduite des affaires de l’État, et plusieurs d’entre eux furent appelés à des postes de responsabilité officielle. Banque privée, mais privilégiée par l’État, la Banque Nationale était au centre de toutes les grandes affaires du Royaume et son représentant extérieur le plus prestigieux. Juste retour des choses, la Banque est considérée par tous comme un plus sûr garant de l’ordre établi que la dynastie elle-même. Sans retracer son histoire, il faut confronter les bases de sa réussite avec l’influence régionale qu’elle a jouée pendant près d’un siècle.

Un privilège d’émission jalousement sauvegardé et sans cesse étendu

18À lire les rapports annuels, le fondement le plus solide de la Banque Nationale et sa préoccupation la plus constante sont certainement le privilège d’émission des billets de banque de l’État et de leur circulation dans le Royaume. D’abord accordé pour une durée de vingt-cinq ans, le privilège est constamment renouvelé pour des périodes plus longues, bien avant les échéances fixées. Au demeurant, dans cette énergie de tous les moments, la Banque Nationale ne rencontre qu’un seul concurrent dangereux, son propre partenaire contractuel : l’État. Et le chantage est permanent entre l’État, qui a besoin de l’argent de la Banque et menace d’émettre ses propres billets, et la Banque qui crie à la légalité violée. En fait, le grand objet de dissension est moins la stabilité monétaire, que l’extension même du réseau de la Banque. L’État voudrait qu’elle fut présente dans toutes les éparchies, pour y représenter un crédit contrôlé, mais surtout pour assurer la circulation effective de la monnaie officielle et asseoir son administration. La Banque, elle, ne s’intéresse qu’aux succursales rentables.

19La situation de la Banque apparaît donc particulièrement favorable : par le privilège d’émission et de circulation, elle s’assure un monopole de fait dans le service de la clientèle et le drainage de l’épargne, et un droit de regard quasi absolu sur les opérations des petites maisons de crédit locales : elle joue le rôle de chambre de compensation, d’organisme de réescompte et de contrôle des changes ; par la liberté de son implantation géographique, elle introduit dans cette supériorité politique la dimension économique, en ne s’établissant que dans les places les plus favorables à son activité.

Le banquier permanent de l’État

20En fait, ces avantages sont doublement limités, par le prix que l’État en exige, et l’idéologie même des animateurs de la Banque. Pendant tout le xixe siècle – et la situation ne s’est guère améliorée au xxe – les gouvernements successifs manquent d’argent, quand ils ne sont pas en faillite. Contrainte et forcée, la Banque s’exécute : souscriptions d’obligations, d’emprunts, tirages spéciaux, la liste serait longue et fastidieuse. Quelquefois, elle le fait même avec entrain, quand la Grèce est menacée.

21Mais plus généralement encore, les gouverneurs de la Banque sont animés d’une véritable inspiration messianique. Très évidente pendant tout le xixe siècle, cette doctrine devient plus cohérente encore à la fin de la période de référence, quand les espoirs, puis les échecs de la campagne d’Asie Mineure, rendent plus nécessaire une œuvre de cohésion nationale. En fait, cette œuvre n’est pas désintéressée : pour être homme, on n’en est pas moins banquier. Qu’il s’agisse de prêter à l’État, même en catastrophe, ou de travailler au salut national ou au développement régional, la Banque prend de solides garanties et assure ses arrières.

22On comprend mieux dès lors le système global de la Banque Nationale et le secret de sa réussite : il s’agit grâce au crédit de l’État de drainer l’épargne là où elle se trouve, et d’engager ces ressources dans des emplois publics ou semi-publics, à revenus faibles mais assurés.

Un engagement prudent dans les affaires privées

23Création de propriétaires continentaux, grandie dans l’ombre d’une capitale terrienne, la Banque Nationale avance avec une prudence toute paysanne, dès qu’il s’agit de prêter aux particuliers. Les faveurs sont toujours accordées à l’agriculture et aux paysans, riches s’entend. Les occasions ne manquent pas où il faut témoigner son intérêt à la première activité économique du pays : les produits d’exportation (le raisin de Corinthe), les régions d’avenir (la Thessalie). Chaque fois aussi, on ne cesse de trouver des circonstances atténuantes aux mauvais payeurs : les calamités naturelles, les maladies (le phylloxéra), la restriction des marchés. Et cette compréhension se double souvent d’une mansuétude, qui serait assez étonnante chez un banquier, si on ne se rappelait qu’une mauvaise créance vaut mieux qu’une bonne faillite. Face à tout cela, une méfiance toujours en éveil à l’égard des commerçants et des industriels. Pour leur restreindre le crédit, on met en avant la baisse des réserves métalliques de la Banque. Pour bien montrer qu’on ne prête qu’aux riches, on adapte le taux d’escompte à la prospérité des différentes places : 6 % à Athènes, Le Pirée, Patras et Syra, 7 % ailleurs (1890). À ce train-là, les inégalités régionales ne risquent pas de s’atténuer. Au demeurant, peu importe : assez curieusement pour ces manieurs d’argent, ils ne se sont jamais autant méfiés que de la spéculation industrielle ou commerciale.

24Sensible au niveau des affaires courantes, cette politique constante de la Banque Nationale se retrouve plus affirmée encore, quand il s’agit de s’engager à long terme dans des investissements importants. En fait, ici, la doctrine évolue avec le temps. Jusque vers 1880, la prudence confine à l’indifférence totale. Ensuite, cette rigueur s’infléchit : en 1881, la Banque s’engage dans la Société pour le percement de l’isthme de Corinthe ; en 1882, elle participe d’abord timidement à la construction des chemins de fer, avant d’y investir des capitaux considérables en 1890. À cette évolution deux raisons principales : d’abord la politique de développement de Kh. Trikoupis, où l’État attire dans son sillage son principal associé économique ; ensuite, et de façon peut-être plus déterminante encore, l’amélioration des finances publiques, qui rend disponible une masse de plus en plus importante des ressources bancaires. Peu disposée à gonfler démesurément le volume de l’escompte, peu attirée par un engagement industriel direct, qui lui paraît risqué et ne pas correspondre aux aptitudes du pays, la Banque Nationale se réfugie dans les actions des compagnies de transport, succédané privé des obligations d’État. Il faut attendre plus de trente ans, et l’esprit d’affairisme nouveau que la bourgeoisie d’Asie Mineure importe en Grèce, pour voir la Banque abandonner sa prudence séculaire (1923-1928). C’est l’époque où la « Nationale » s’engage résolument aux côtés de sociétés étrangères (en 1925, accord avec la Power and Traction Finance Company de Londres, pour la fourniture d’électricité et de transports à l’agglomération athénienne), ou devient actionnaire influent de firmes industrielles importantes : en 1928, entrée de la Banque dans les Vissages Lainiers Grecs (Elliniki Ériourguia), « qui sauve de la ruine 2500 ouvriers », participation aux Ciments Olympos de Volos, où elle est l’instigatrice du rapprochement avec les Ciments Héraklès.

25C’est un véritable tournant pour la Banque Nationale. Dans son rapport de 1927, qui est à la fois une fresque rétrospective et un testament personnel (il va présider aux destinées de la toute nouvelle Banque de Grèce), le gouverneur Diomède perçoit parfaitement la rupture. Rappelant les malheurs du pays au cours de la décennie passée, il souligne : « devant ces difficultés, la Grèce n’avait pas à se demander si c’était vers l’industrie plutôt que vers l’agriculture ou le commerce qu’il fallait tourner ses efforts ; la continuelle urbanisation entraînait le développement de l’industrie et de l’artisanat, sous peine de laisser inoccupée la main-d’œuvre des villes ». Beaucoup plus finalement que des préoccupations politiques ou administratives, c’est ce nouvel esprit des milieux bancaires qui explique la profonde réforme de 1928 : création quasi simultanée d’un Crédit Foncier (1927), de la Banque Agricole (1929), et surtout de la Banque de Grèce, qui devient Banque de l’État et organisme d’émission (1928). La Banque Nationale peut abandonner sans déplaisir des activités qui ont fait sa fortune (l’émission et les obligations d’État, les prêts hypothécaires et à l’agriculture), pour consacrer son expérience et ses capitaux à la croissance commerciale et industrielle du pays.

Ressources et emplois bancaires

26Dès lors, le problème fondamental est d’apprécier si à cette transformation majeure des objectifs de la Banque, correspond une modification de son influence régionale. Le principe de démonstration est relativement simple, comme l’organisation même du système bancaire : dans son réseau centralisé, la Banque draine l’épargne privée, qui s’ajoute à ses capitaux propres ; tout ou partie de ces ressources est réemployé localement pour servir des prêts, dont l’intérêt est supérieur à celui éventuellement donné à l’argent déposé. La question est toujours de savoir si, à un moment donné et dans une région déterminée, le drainage est supérieur aux ressources mises à la disposition de la clientèle, donc si les dépôts sont plus importants que les prêts, bref si la Banque agit surtout comme instrument de fuite ou d’injection de capitaux.

27Au cours de la période 1848-1928, la principale difficulté est de se faire une idée, sinon très précise, du moins relativement exacte des circuits de l’argent dans la mécanique bancaire. Le problème n’est pas différent dans sa nature de celui que se posait Jean Bouvier pour les années de formation du Crédit Lyonnais. À deux réserves près : l’objectif est moins de relier des techniques financières au long terme économique, que de les confronter à l’évolution des inégalités régionales : à défaut d’avoir disposé des archives de la Banque, il faut se contenter des rapports publiés, dont on sait par Jean Bouvier, qu’ils sont écrits « pour les Philistins », et non pour les « enfants d’Israël, les purs élus ».

28Cela dit, la théorie voudrait que la Banque ait une vue très nette de l’emploi le plus rationnel de ses ressources, donc qu’elle utilise à court terme et à faible intérêt des capitaux bon marché, voire gratuits, mais exigibles immédiatement (dépôts à vue), et qu’elle engage de façon plus rémunératrice des ressources chères, dont elle a une disposition plus longue (dépôts à terme). Qu’en est-il en réalité ? Pendant les trente ou quarante premières années de la Banque Nationale, la théorie est tenue en échec par le niveau économique général du pays. L’activité de la Banque répond à l’image traditionnelle qu’on se fait d’une économie peu développée : l’épargne est faible, ou dormante – ce qui revient au même –, et la Banque alimente ses emplois par ses ressources propres à raison de près des deux tiers du total. La très grosse partie des engagements est à court terme (emplois ordinaires), et les prêts hypothécaires constituent la quasi-totalité des utilisations plus longues. Or, à l’inverse, au niveau des ressources empruntées, ce sont les dépôts à intérêts qui forment la masse de l’argent confié aux agences : la pratique du compte à vue est encore peu répandue et la plupart des déposants sont des épargnants, qui voient dans la Banque un coffre-fort sûr et à petit revenu. La Banque est condamnée à la contradiction : utiliser des ressources chères (caisse d’épargne, dépôts à terme) à des opérations peu profitables (escompte). Elle réagit de deux façons : d’abord en se détournant systématiquement du secteur privé pour prêter à l’État, ensuite, en favorisant, à partir de 1880, l’essor économique dont elle tire profit.

29En effet, vers 1885, un double réajustement se produit, qui va permettre une meilleure rentabilisation de la mécanique bancaire. C’est d’abord la montée des « grosses affaires » (prêts, portefeuille, titres), dont la structure interne subit d’ailleurs de profonds remaniements tout au long de la période : si les prêts hypothécaires baissent régulièrement, les municipalités et les ports se partagent les faveurs de la Banque jusqu’aux guerres balkaniques, avant que le développement agricole des plaines du Nord et l’aide aux réfugiés ne suscitent son intérêt. Enfin, la diminution continue des ressources chères (caisse d’épargne, dépôts à terme), submergées par la masse des dépôts à vue, favorise cet effort de cohérence. Mais ces nouvelles tendances jettent la Banque dans d’autres déséquilibres. Les ressources empruntées dépassent maintenant très largement les emplois possibles : du coup, la Banque est confortée dans sa tendance naturelle de prêter à l’État, dont les besoins d’argent sont toujours aussi gros, d’abord pour financer les bases du développement (Kh. Vrikoupis), ensuite ses aventures extérieures et leurs conséquences (guerres balkaniques, campagne d’Asie Mineure, « grande catastrophe »). Ce n’est plus la moindre rentabilité des emplois privés qui explique cette inclination pour les emprunts d’État, mais l’absence en nombre suffisant de demandes intéressantes, c’est-à-dire profitables et solvables, des agents économiques. La constatation montre les limites de l’initiative bancaire dans la croissance : elle réussit incontestablement à mobiliser l’épargne en la transformant en dépôts ; elle ne peut pas pour autant créer à elle seule l’initiative propre à les employer. Plus généralement encore, on peut se demander si on n’insiste pas trop parmi les freins du développement économique sur l’absence des capitaux, au détriment de la faiblesse des motivations humaines.

Une action plus provinciale qu’athénienne

30Cette stratégie mise en place, il faut s’attacher à suivre son inégal développement dans les régions, en fonction des différentes phases évoquées. Jusque vers 1880, la situation est caractérisée par une intervention bancaire encore exceptionnelle : l’argent est cher, mais ses emplois profitables sont rares. Ce sont moins les capitaux empruntés, que les ressources propres de la Banque, qu’il faut placer de façon rentable : un peu exceptionnellement, on commencera donc par les emplois. Suivi régulièrement depuis la fondation de la Banque jusqu’en 1871, le volume des effets escomptés a le mérite de fournir l’image économique du pays réel, déformée par la vision des autorités bancaires. D’une manière générale, la Banque Nationale apparaît privilégier dès l’origine le commerce athénien, dans une moindre mesure les ports péloponnésiens (Patras, Kalamata). La politique de la Banque Nationale a-t-elle consciemment favorisé l’essor commercial de la capitale, c’est-à-dire surtout à l’époque, du Pirée, en y distribuant plus généreusement le crédit ? Ou s’agit-il seulement du simple effet de la proximité géographique ? Il est difficile de trancher, mais un fait militerait pour la première thèse : en 1858, il y a crise passagère à Syra ; engagés dans des achats extérieurs très lourds, les commerçants ermoupolitains s’endettent, dangereusement aux yeux de la Banque, qui voit gonfler avec inquiétude son portefeuille ; elle réagit en bloquant pratiquement l’escompte à Syra ; elle est obligée de rapporter en partie la mesure devant les remontrances du gouvernement, saisi par les plaintes des Syriotes. Dans cette affaire, la Banque Nationale n’a pas joué la carte de l’expansion de Syra. Quelle que soit sa motivation profonde, elle a objectivement contribué à mettre en route la croissance économique de la capitale.

31Si on examine les dépôts, on parvient sensiblement à la même conclusion : dans ses premières années, la Banque Nationale est avant tout une banque athénienne. Les dépôts à vue, qui sont loin d’être les plus nombreux à l’époque, sont essentiellement caractérisés par l’opposition entre d’énormes fluctuations provinciales et une relative stabilité dans la capitale.

32Les divergences entre les centres provinciaux et la capitale sont plus marquées encore pour les dépôts à terme et la caisse d’épargne. Mais si la bourgeoise athénienne place son argent plus qu’elle ne l’investit, le problème reste entier de l’origine de ses ressources. S’agit-il de l’épargne du personnel politique, des propriétaires fonciers, des membres des professions libérales, qui constituent alors l’essentiel des classes possédantes de la société athénienne ? Ou là encore, la Banque Nationale ne mobilise-t-elle de façon privilégiée les capitaux à Athènes, que parce qu’elle est implantée dans la capitale ? Une chose est certaine : la ville la plus riche du Royaume, Syra, ne dépose guère son argent à la Banque, non par ignorance des techniques bancaires, mais parce qu’elle investit dans le commerce international ou l’armement maritime, et que son mouvement de trésorerie est surtout assuré par les banques familiales insulaires. À l’inverse, des centres de régions agricoles relativement attardées, comme Pyrgos ou Kalamata, sont précocement prospectés avec succès et leur épargne dormante drainée dans les circuits de la Banque : il ne faut donc pas exagérer dans l’explication la part des retards psychologiques devant l’intervention bancaire, mais au contraire le mouvement économique général et le sens particulier que la direction de la Banque entend donner à son action. Finalement, en 1871, la Banque Nationale reste essentiellement une banque athénienne, par ses ressources empruntées et ses emplois dans le secteur privé : en province, son action est limitée surtout au Péloponnèse, et les îles sont négligées. Au moment où l’État va jeter tout le poids de son pouvoir et de sa décision dans le développement du pays, la Banque paraît avoir déjà choisi Athènes.

33En fait, à partir de 1880 et jusqu’aux guerres balkaniques, commence pour la Banque Nationale une nouvelle époque. Le premier fait majeur est l’augmentation considérable des ressources empruntées dans les capitaux de la Banque. En 1911, les dépôts atteignent une dispersion remarquable dans les régions les plus déshéritées du pays : Arcadie, Laconie et Messénie montagneuses. Les dépôts en caisse d’épargne y sont importants, témoignant de la pénétration profonde du système bancaire : a-t-on précocement dans les campagnes grecques jeté le bas de laine aux orties ? Devant cette masse de capitaux disponibles, souvent placés à intérêt, le problème majeur reste évidemment pour la Banque de les employer de la façon la plus profitable possible. L’escompte commercial et les prêts hypothécaires, qui représentent, chacun dans leur catégorie (emplois ordinaires et « grosses affaires »), l’activité traditionnelle de la Banque, témoignent d’une remarquable stabilité géographique globale tout au long de la période : au bilan de fin d’année, Athènes y participe pour 52 % de l’actif total en 1885, 50 % en 1901, 52 % en 1911. Autrement dit, la croissance économique athénienne, si manifeste de 1880 à 1920 n’a pas été suivie, à plus forte raison accentuée, par la Banque Nationale. Par contre, la contraction de l’espace industriel et commercial du pays, plus généralement encore le passage d’une économie décentralisée à une structure focalisée, se répercutent sur les activités bancaires : de 1885 à 1911, on peut suivre comment l’escompte et les prêts hypothécaires, d’abord très dispersés sur l’ensemble du territoire, se concentrent dans quelques villes privilégiées : outre Athènes, Volos, Patras, Kalamata.

34Mais pendant cette période d’équipement, la grande affaire pour la Banque est de prêter aux communes et aux ports du pays, qui cherchent à améliorer la vie de leurs habitants ou leur infrastructure économique (travaux de dragage, construction de quais, d’entrepôts). Or la capitale est très loin d’y jouer un rôle dominant et même croissant. De la même façon, les prêts à l’agriculture, que la Banque Nationale inaugure au début du siècle, favorisent assez vite l’expansion agricole des plaines thessaliennes, et de façon indirecte le mouvement industriel et portuaire de Volos (métallurgie différenciée, transformation et exportation des productions agricoles). Donc à l’inverse de ses années de naissance, la Banque Nationale n’a pas systématiquement favorisé la croissance athénienne. Pourquoi ? Prudence d’administrateurs ne croyant pas au développement industriel et commercial d’une capitale démunie de ressources, et misant l’avenir du pays sur ses régions agricoles ? Certainement, mais il faut voir les limites de l’intention. À la même époque, la Banque prête massivement à l’État, par contrainte ou par idéologie, par intérêt aussi. Ce faisant, elle dote l’État de ressources financières abondantes, dont l’action centralisatrice ne fait aucun doute.

35À cet égard, la période vénizéliste apparaît comme le moment historique, où la cohérence a été la plus grande entre le projet politique et l’action économique, pour freiner la croissance athénienne et développer la province : l’État est inspiré des considérations idéologiques et électorales que l’on sait, la Banque poursuit ses orientations traditionnelles, en prêtant au gouvernement et en favorisant l’expansion dans les nouvelles régions agricoles du nord du pays, avec une énergie accrue par la masse considérable de dépôts à vue qui s’accumulent dans ses caisses. Mais drainant des ressources sur tout le territoire, la Banque Nationale ne les redistribue que très inégalement. Très dispersés en 1920, l’escompte et les prêts hypothécaires témoignent du rééquilibrage économique du pays vers le Nord. De façon plus significative, les prêts agricoles, qui vont constituer plus du tiers des « grosses affaires » de la Banque en 1927, glissent d’une implantation prioritaire en Thessalie vers une concentration beaucoup plus marquée en Macédoine et en Thrace. D’une manière plus globale encore, s’installe en 1920 un système d’équilibre financier, qui trouve un triomphe éphémère vers 1927-1928, avant la grande crise. Il est fondé essentiellement sur une circulation centrifuge de l’argent. Avec 66 % des dépôts, Athènes ne fournit que 36 % des emplois, et la Nouvelle Grèce (Thessalie, Épire, Macédoine, Thrace, Égée orientale, Crète) rétablit l’équilibre, en absorbant 48 % du crédit contre 19 % seulement pour la fourniture des dépôts. Et la ventilation des prêts aux réfugiés, surtout installés en Grèce du Nord, accentuerait encore ces inégalités. Tout paraît revenir à faire financer le développement de la Grèce du Nord par les ressources accumulées à Athènes, au cours de la première phase d’expansion de la capitale, avant les guerres balkaniques.

36Répétons-le encore : ce mécanisme bancaire n’est guère conscient. Il n’est aussi efficace que parce qu’il rencontre une volonté politique déterminée, en la personne de Vénizelos. Il n’est aussi systématique que parce que la Grèce du Nord constitue alors la région de profit maximum pour la masse de capitaux flottants, qui s’engagent dans le circuit de la Banque. Il reste que, pour particulière qu’elle soit, la situation de 1927 conclut près d’un siècle de vie bancaire grecque, où la Banque Nationale n’a pas joué un rôle univoque dans la croissance athénienne. Incontestablement favorisée par son privilège d’émission, elle a eu un rôle déterminant dans l’organisation très précoce en Grèce du drainage centralisé de l’épargne. Principal actionnaire de l’État, elle a contribué de cette façon à construire à partir de 1880 les bases du développement économique de la capitale. Mais son action directe est plus nuancée. Voujours conduite par les nécessités du profit, mais inégalement ressenties par les hommes, et différemment traduites par leurs motivations idéologiques, cette influence de la Banque joue d’abord pour Athènes, quand Athènes n’est rien qu’une capitale politique ; ensuite, elle suit, sans la précéder, la montée économique de l’agglomération, avant de mettre toutes ses forces au service du nouveau dessein national, quand l’expansion de la Grèce paraît se faire au Nord. Ce sont ces ambiguïtés que rompt la crise économique mondiale. Désormais, la Banque athénienne devient l’artisan le plus convaincu et le plus systématique de l’accumulation capitaliste à Athènes.

III – Le drainage systématique des capitaux provinciaux, 1935-1965

37Si l’action de la banque devient plus cohérente, les moyens d’en juger deviennent plus mystérieux. À partir des années trente, peut-être parce que la concurrence s’avive entre les banques commerciales, les résultats publiés sont très discrets sur leur localisation exacte. Il faut le plus souvent se contenter de bilans globaux, qui sont d’un piètre secours, quand il s’agit de savoir dans quel sens s’établissent les flux d’argent dans le réseau de drainage des banques, d’Athènes vers la province ou de la province vers Athènes, d’apprécier leur importance régionale et d’étudier leurs variations dans le temps. La centralisation administrative des archives bancaires allait nous servir. Dans toutes les banques, chaque agence adresse en effet au siège social un état hebdomadaire de sa situation comptable. La succursale enregistre des dépôts ; par ailleurs, elle consent des prêts. Le bilan hebdomadaire est la balance instantanée qui existe entre l’actif d’une succursale, c’est-à-dire encaisse, portefeuille escompté, et son passif (dépôts des clients). Si à un moment donné, l’actif est supérieur au passif, la succursale est débitrice par rapport au siège social ; tout se passe alors comme si se produisait un transfert apparent de numéraire d’Athènes vers la province, autrement dit comme si les capitaux locaux déposés ne suffisaient pas à contenter la demande locale en argent. Au contraire, et c’est le cas le plus fréquent, si les dépôts sont supérieurs aux prêts, il y a transfert apparent de capitaux de la province vers Athènes. En fait, les balances positive ou négative se soldent toujours auprès de l’agence locale de la Banque de Grèce (chambre de compensation), qui assure elle-même les transferts réels de capitaux.

38Le bilan ne mesure pas – insistons-y – les volumes des flux financiers, mais leur résultat. C’est dire qu’une place peut avoir une intense activité et un bilan modeste, si dépôts et prêts tendent à s’équilibrer. Insuffisantes pour témoigner de la vitalité propre d’un centre isolé, les comptabilités de succursale permettent de connaître à un moment déterminé la créance ou la dette de la province par rapport à la capitale.

39Il reste toutefois à éliminer certaines difficultés fondamentales. Tout bilan n’est qu’une sorte de photographie instantanée. Pour lui rendre vie, il faut lui donner une certaine épaisseur temporelle. On doit d’abord tenir compte du papier en circulation. Il faut surtout pondérer les variations saisonnières. Par-delà la variation saisonnière, il faut enfin pouvoir juger de la continuité d’une tendance. Finalement, trois séries d’années repères furent retenues pour les deux banques commerciales les plus importantes du pays (la Banque Nationale et la Banque Commerciale de Grèce). En 1970, elles totalisaient 84 % des dépôts dans l’ensemble des banques commerciales grecques (62 % pour la Banque Nationale et 22 % pour la Banque Commerciale) et 82 % des prêts (respectivement 64 % et 18 %) : 1934-1935, premières années conservées dans les archives, qui pouvaient donner, après le gros de la crise mondiale, une référence valable pour l’avant-guerre ; 1954-1955, qui ont marqué la fin de la période de reconstruction ; enfin dix ans après, 1963-1964, qui permettent de mesurer le chemin accompli. Pour chaque année, on a calculé par somme algébrique le bilan moyen de chaque succursale : on tentait d’éliminer ainsi la trace du papier en circulation et la variation saisonnière. Toute succursale se trouvait alors affectée du signe – ou +, selon qu’elle demandait de l’argent au siège athénien, ou qu’elle lui fournissait au contraire des capitaux. Dans un deuxième temps, on a recherché la part que chaque succursale occupait dans le total des bilans négatifs ou dans le total des bilans positifs, ou, si l’on préfère, la part que chacune d’elle avait dans la demande ou dans l’offre de capitaux au siège social.

1934-1935 : le retournement des flux financiers

40La crise économique a particulièrement atteint les centres provinciaux. Au-delà de ses effets immédiats, elle a sapé, et pour longtemps, la confiance des énergies locales et les espoirs que le capital athénien mettait dans leur développement. Cette déception brutale entraîne une rupture décisive dans l’organisation géographique des flux bancaires. Depuis près de cinquante ans, ils étaient parcourus de tendances nettement centrifuges, qui portaient tour à tour une grande partie des ressources drainées par la Banque vers l’équipement du Péloponnèse, le développement de la Thessalie, et l’aménagement des plaines macédoniennes. Dès 1934-1935, la situation se renverse, caractérisée par un appel, encore modéré certes, de capitaux dans l’agglomération athénienne, qui est d’ailleurs compensé par des courants centrifuges vers certaines villes de province. Pour la Banque Nationale, Athènes (agences d’Athènes et du Pirée additionnées) concentre près de 53 % du total des soldes négatifs (prêts supérieurs aux dépôts). Le résultat n’est guère moindre pour la Banque Commerciale : 48 % des soldes négatifs, et seulement 22 % du total des soldes positifs (dépôts supérieurs aux prêts). Dès cette époque, la capitale consomme donc plus de capitaux qu’elle n’en peut fournir : les dépôts locaux ne suffisent pas à alimenter les prêts consentis par les Banques.

41Toutefois, des succursales provinciales sont dans le même cas et on les retrouve facilement d’une Banque à l’autre. Elles sont toutes dans des centres économiques actifs, que la centralisation athénienne n’a pas encore étouffés complètement : Thessalonique, Volos, Kalamata, Corfou, Iraklion enfin.

42Certaines divergences apparaissent certes, qui témoignent des intérêts souvent rivaux des deux plus grandes banques commerciales et de leur implantation locale différente. Pourtant, de manière globale, l’image fournie est cohérente. Tout le monde insulaire, aux exceptions déjà signalées de Corfou et d’Iraklion, toute la Grèce continentale et montagneuse, de Florina et lannina au Nord, à Vripolis, au centre du Péloponnèse, apparaissent déjà en dépression économique et sont, dès cette époque, des zones de drainage privilégié de capitaux pour les Banques commerciales athéniennes. On ne peut manquer de remarquer que simultanément, toutes ces régions sont déjà en crise démographique précoce, et fournissent pour la plupart de gros contingents de migrants à la capitale. Au contraire, certaines zones bénéficient des capitaux drainés par les banques athéniennes. Leur localisation différente témoigne simplement pour les deux Banques étudiées de l’inégale extension du réseau à la période considérée. Il s’agit de la Macédoine orientale (Thessalonique, Drama, Kavala) et de la Thrace (Xanthe, Komotini) pour la Banque Nationale, de la Thessalie (Volos, Larissa, Pharsala, Karditsa) et de la côte occidentale du Péloponnèse, de Patras à Kalamata, en passant par Pyrgos, pour la Banque Commerciale. Au total, avant-guerre, la Banque athénienne n’a pas encore atteint le stade du pompage systématique et rationnel de l’épargne provinciale au profit de la croissance de la capitale. Il n’empêche qu’à un moment particulièrement critique, où la convalescence économique conditionnait le développement, les dépôts provinciaux ont joué un rôle décisif dans la reprise des activités athéniennes, en permettant une politique de crédit généreux.

1954-1955 : des années de transition

43Vingt ans après (1954-1955), les dernières séquelles économiques de la guerre mondiale, puis de la guerre civile, s’éliminent et la Grèce, son potentiel retrouvé, est au seuil d’une phase d’essor. La carte des comptabilités régionales des Banques commerciales se ressent largement de cette atmosphère de transition. Des résultats apparemment contradictoires se font jour pour la Banque Nationale et la Banque Commerciale. Fait exceptionnel pour la période contemporaine, à la Banque Commerciale, Athènes fournit des capitaux à la province, et à la Banque Nationale, l’afflux des capitaux de la province vers la capitale est très faible.

44Au contraire, certains centres industriels provinciaux continuent d’attirer des capitaux (Kavala). D’autres foyers de vie économique régionale ont des comportements différents selon les banques : Thessalonique attire des capitaux de la Banque Nationale (21 % des soldes négatifs), de même que Kalamata et Agrinion. Inversement, Corfou, Patras, continuent à avoir un solde débiteur à la Banque Commerciale, créditeur à la Banque Nationale. Mais, ce qui frappe l’observateur, c’est la grande dispersion des succursales, qui demandent des capitaux, dont la masse globale, pour rester limitée, témoigne d’une situation originale.

45Cette situation incertaine paraît ressortir à l’inachèvement de la reconstruction économique. Athènes joue alors le rôle de pompe refoulante pour une province encore exsangue, dont les besoins sont multiples, de l’agriculture à l’artisanat et au commerce locaux. C’est l’époque où la confiance renaît, cristallisant en partie sous forme de dépôts bancaires l’énorme concentration de capitaux et d’or thésaurisés, qui s’était faite à Athènes pendant et après les hostilités. Vous ces dépôts ne trouvent pas encore leur emploi dans la spéculation foncière et l’expansion industrielle et commerciale de la capitale, qui en sont à leurs débuts. Ils servent sous forme de prêts à court terme au redémarrage de l’économie régionale. Pourtant, certaines régions restent les piliers de la politique de drainage traditionnelle des Banques commerciales : toute la Macédoine intérieure occidentale, l’Épire, tout le Péloponnèse central. Comme ces régions sont parmi les plus pauvres et n’ont pas été particulièrement épargnées par les épreuves de la guerre, on mesure toute l’ampleur de l’appauvrissement que représente cette fuite de capitaux continue pendant la période de reconstruction.

1963-1964 : la simplification extrême du drainage athénien

46La situation de 1963-1964 est éclatante dans sa simplicité et sa brutalité : à l’exception évidemment d’Athènes, seules les agences de Thessalonique, Kavala, Volos, Patras et Naoussa ont besoin de capitaux extérieurs. Toutes les autres succursales fournissent des capitaux au siège central. Si l’on excepte Naoussa, où la reconversion de l’économie locale, par le passage de l’industrie lainière à la monoculture arbustive (pêchers et pommiers) et aux industries agricoles dérivées (conserveries), peut justifier un appel de capitaux, on a fait ainsi le tour rapide des centres vitaux du pays. Encore n’a-t-on pas pris conscience du fait majeur, qui est l’énorme prépondérance que l’agglomération athénienne a acquise dans toutes les opérations des Banques commerciales : 59 % des bilans positifs, 85 % des bilans négatifs à la Banque Commerciale, 26 % des bilans positifs, 76 % des bilans négatifs à la Banque Nationale. Autrement dit, Athènes concentre la majorité des dépôts, mais ces dépôts ne suffisent pas et de loin à une demande largement supérieure et croissante. La capitale joue donc de plus en plus un rôle de plaque tournante dans la vie financière du pays : riche, elle accumule les richesses de ses habitants les plus fortunés, sûre, elle attire les ressources provinciales, pour les investir chez elle ou les faire fructifier en province, mais à son profit.

47En général, les agences ont un solde positif très faible : l’indigence des dépôts locaux n’a de comparable que l’indigence de la demande en capitaux, plus médiocre encore. Faute d’initiatives locales, les capitaux accumulés quittent la province. Dans la quasi-totalité des agences provinciales, l’accumulation des dépôts ne correspond pas à un enrichissement que l’on va faire fructifier ailleurs, mais à un réel appauvrissement. Paradoxalement, ce sont les pauvres qui prêtent aux riches.

48À cette remarquable action de drainage des banques commerciales s’ajoute la redoutable efficacité des ponctions opérées par la Caisse d’épargne postale. C’est ici la densité particulièrement importante des bureaux de poste, qui permet de drainer de façon très diffuse l’épargne dormante, qui est souvent le fait de tout petits porteurs, versant chaque fois des sommes modestes. Ces petits ruisseaux n’en finissent pas moins par faire de grandes rivières. Là encore, la répartition géographique montre que cette ponction est sans commune mesure avec les ressources régionales réelles. La majeure partie de l’épargne provinciale drainée vient des régions les plus pauvres de la Grèce : la Crète, le Péloponnèse, l’Étolie-Acarnanie, l’Épire, la Macédoine orientale. Au contraire, on voit apparaître les régions déprimées pour les dépôts en Caisse d’épargne postale : la Béotie, la Thessalie, la Macédoine occidentale, autour de Thessalonique. On ne s’étonne même plus d’y reconnaître les zones provinciales les plus favorisées et dont la croissance est la plus rapide, tant l’habitude est prise de voir financer le développement des plus riches par l’appauvrissement des plus modestes.

La faible redistribution provinciale des banques commerciales

49Car le problème est évidemment de savoir ce que deviennent ces énormes masses de capitaux drainés par les organismes financiers de la capitale. Pour la Caisse d’épargne postale, c’est peine perdue de le chercher : elles se perdent dans l’ensemble des ressources de l’État, ou des institutions contrôlées par lui (Banque de Grèce, Banque Agricole). Le propos doit donc être limité aux banques commerciales. Ici, l’ampleur du drainage des capitaux provinciaux peut être corrigée par trois phénomènes. L’un est statistique et apparaît difficilement quantifiable en l’état de la documentation : il s’agit des prêts attribués par les agences athéniennes, soit à des clients provinciaux, qui préfèrent solliciter pour un gros crédit les autorités centrales de la Banque, soit, et plus certainement, de prêts accordés à des sociétés athéniennes pour des établissements provinciaux. Les deux faits gonflent donc à coup sûr le total des prêts destinés réellement à l’économie directe de la capitale. Le deuxième facteur sera étudié plus loin : c’est la redistribution possible au bénéfice de la province d’une partie des capitaux confiés par les banques commerciales à la Banque de Grèce. En toute hypothèse, le volume en a augmenté considérablement au cours des années soixante, en raison même de la montée en flèche des dépôts, notamment des dépôts à terme et à la caisse d’épargne des banques : les emplois personnels des banques commerciales sont maintenant très inférieurs aux ressources empruntées. Enfin, le dernier correctif est la politique d’investissements propres des banques commerciales : constitution d’un patrimoine immobilier, prise de participation dans des sociétés industrielles ou commerciales, ou créations personnelles. Cet aspect doit être d’autant plus soigneusement examiné, que jusqu’à ces dernières années, il n’existait pas de banques d’investissement spécialisées, avant la constitution de pareils organismes à l’initiative des banques commerciales.

50Première constatation : le portefeuille immobilier des banques grecques est faible. C’est un paradoxe apparent que dans ce pays, où la spéculation immobilière a été portée au rang d’une véritable activité productrice, ceux qui font métier de louer et de vendre l’argent n’y ont toujours apporté qu’un intérêt médiocre. En fait, l’un entraîne l’autre. Placée devant de solides traditions d’investissement individuel dans la construction, la Banque a trouvé plus profitable de les exploiter plutôt que de rivaliser avec elles : d’où l’importance des prêts hypothécaires dans les premières années de la Banque Nationale, d’où pour la période contemporaine, l’attrait particulier pour les prêts immobiliers, dont la restriction, à des fins anti-inflationnistes, peut ajouter à la crise politique. Mais l’investissement de la Banque a toujours été restreint et surtout limité à ses propres besoins en bâtiments : autrefois, il s’agissait de rassurer le déposant par l’épaisseur des murs et la valeur architecturale du monument, qui était autant un coffre-fort qu’une valeur-pierre (cf. le siège néo-classique de la Banque Nationale) ; aujourd’hui, il s’agit d’attirer la clientèle par l’élégance de la construction (cf. les agences de la Banque Commerciale) ou les commodités offertes (cf. les pistes autos-banques de certaines agences des banlieues résidentielles d’Athènes).

51Qu’en est-il de l’investissement industriel ou commercial ? On peut estimer qu’au maximum, moins d’un tiers de ces investissements était localisé dans la province grecque, dans les principaux centres industriels et touristiques du pays. L’évolution du portefeuille-titres de la Banque Nationale depuis près d’un siècle montre, d’ailleurs la double limite de son engagement dans les affaires. Il faut atteindre les années soixante pour que les participations industrielles et commerciales dépassent en volume les actions prises dans l’assurance, le transport ou les compagnies d’État. Cette réserve financière est renforcée par une timidité géographique remarquable. Jusqu’à la dernière guerre mondiale, à l’exception évidemment des compagnies de transport, l’engagement est circonscrit à l’agglomération athénienne : les intérêts pris à Patras ou à Volos témoignent beaucoup plus, on le sait, d’une intervention contrainte auprès de débiteurs en difficulté que d’une offensive véritable. Là encore, l’essor économique d’après-guerre rompt avec ce schéma très centralisé ; on en connaît déjà les limites dans le volume de l’investissement, on peut voir maintenant celles de la géographie : dès 1965, les participations de la Banque Nationale mettent en lumière l’axe de développement si souvent cité ici, Patras, Athènes, Thessalonique. Entraînement économique vers un profit facile, ou contribution au développement, l’engagement de la Banque n’a pas modifié les dynamismes régionaux naturels.

52Au total, les banques commerciales grecques, comme la Caisse d’épargne postale, apparaissent comme un formidable moyen d’action de la capitale pour drainer vers elle des capitaux provinciaux. Dans une certaine mesure, le mécanisme échappe à ses principaux acteurs : les petits déposants n’ont en vue que les commodités offertes par les comptes courants ou le placement à faible intérêt de maigres économies sur un livret de caisse d’épargne ; la conscience qu’ils participent au développement du pays, à plus forte raison à la croissance d’une capitale, qui les tente et les opprime à la fois, leur est totalement étrangère. Il n’en est pas de même évidemment des milieux financiers. Mais pris dans la logique du profit, ils n’utilisent en grande partie cette masse de capitaux accumulés que pour servir un crédit généreux dans les zones les plus attractives, où la demande est forte, et entretenir ainsi l’essor économique et la spéculation immobilière. Il reste dès lors à savoir, si la ponction importante, que l’État effectue sur les ressources bancaires sous forme de souscriptions obligatoires, est un correctif suffisant à cette immense entreprise d’accentuation des inégalités régionales et sociales.

IV – Les limites de la redistribution géographique des capitaux athéniens

La Banque de Grèce : des réserves monétaires plus qu’un organisme d’intervention régionale

53À la concentration des flux de capitaux vers Athènes correspondent naturellement des courants de retour de la capitale vers la province : sans eux, le mouvement de drainage des régions les plus pauvres serait depuis longtemps tari et la pompe athénienne désamorcée. Le problème est dès lors d’inventorier les mécanismes financiers qui permettent ces contre-courants de l’argent, de mesurer autant que possible leur volume, et d’apprécier leurs directions essentielles. Le premier objectif est sans nul doute le plus aisé. On pouvait affirmer, sans risque d’erreur, à la fin des années soixante, qu’en Grèce, tout mouvement centrifuge, continu et systématique, de capitaux nationaux, échappait à l’initiative privée et révélait l’action directe ou indirecte de l’État : l’attrait des zones de croissance, au premier rang l’agglomération athénienne, était si fort qu’il est impensable à un particulier, et même à un organisme aussi puissant qu’une banque, de songer à investir durablement ailleurs. Le faire supposait que la motivation du profit s’effaçait au moins à court terme devant la notion de service public et d’intérêt général. Aussi, l’attention s’est portée sur le rôle des organismes financiers contrôlés par l’État (Banque de Grèce, Banque de Développement Industriel, Banque Agricole) et sur l’action propre de l’État, en tant que collecteur et distributeur de fonds.

54Créée en 1928, la Banque de Grèce peut exercer, à côté de la fonction traditionnellement dévolue à une Banque d’État (émission de la monnaie, caisse de compensation, trésorerie publique), une action économique plus régionale, en se faisant l’instrument de la politique du gouvernement. Pour les années 1948-1949, au tout début de la reconstruction économique du pays, il faut d’abord noter l’énorme disparité entre les dépôts avoués par la Banque et les prêts qu’elle accorde. Un tel déséquilibre de soldes négatifs suppose évidemment une injection importante de ressources extérieures, aide américaine notamment. La quasi-totalité des régions bénéficie de la manne, avec pourtant une nette priorité pour l’agglomération athénienne.

55Dix ans plus tard (1957-1958), la situation s’est inversée, doublement. La Banque de Grèce par la supériorité de ses dépôts sur ses prêts, reconstitue les réserves du pays. D’autre part, Athènes représente maintenant la quasi-totalité des soldes négatifs : dès cette époque, la Banque de Grèce assure effectivement une redistribution des capitaux par son réseau d’agences régionales. En 1967-1968, ces deux tendances originales se maintiennent : Athènes continue à monopoliser la totalité ou presque des soldes positifs, et donc à fournir de l’argent à la province.

56Contrairement aux banques commerciales, la Banque de Grèce entraîne donc incontestablement par sa politique de prêts un mouvement de capitaux centrifuge. En fait, en masse absolue, il reste très limité. Les prélèvements obligatoires que la Banque de Grèce effectue sur les dépôts des banques commerciales apparaissent beaucoup plus importants que ces effets redistributifs. Il s’agissait par ce biais beaucoup plus de mesures destinées à freiner les tendances inflationnistes, en diminuant les énormes disponibilités accumulées et concentrées par les banques commerciales, que de mieux répartir le crédit.

La Banque de Développement Industriel : des investissements ponctuels

57La Banque Hellénique de Développement Industriel (ETVA) a été fondée en 1964, à la suite de la fusion de trois organisations préexistantes : l’Organisme pour le Développement Industriel (OVA), l’Office de Financement du Développement Économique (OKHOA), et l’Office de Crédit Touristique (OCT). Appartenant à l’État, l’ETVA n’en est pas moins une personne morale de droit privé, fonctionnant selon les principes d’une banque commerciale. Dans son action, il convient de distinguer nettement les investissements propres, qui sont des participations majoritaires ou non à des entreprises industrielles et commerciales, et les prêts qui sont accordés par la Banque. Au 31 décembre 1969, l’ETVA participait à 32 entreprises. La majeure partie de ces investissements était située en province. Le même souci de décentralisation était notable au niveau des prêts accordés par la Banque. Sur 145 prêts approuvés en 1969, 81 concernaient des établissements industriels situés en dehors de l’agglomération athénienne.

58Devant ces mouvements de capitaux nettement décentralisés, il convient de s’interroger d’abord sur leur origine. On peut raisonnablement avancer qu’une partie des capitaux drainés en province par les banques commerciales et retirés de la circulation apparente par le jeu des dépôts obligatoires à la Banque de Grèce, est redistribuée par la Banque de Développement Industriel, sous forme d’investissements et de prêts. En fait, les deux mouvements ne s’équilibrent, ni dans leur masse, ni dans leur durée, ni dans leur signification géographique. L’augmentation des dépôts des banques commerciales à la Banque de Grèce est nettement plus importante que les prêts consentis par la Banque de Grèce à la Banque de Développement Industriel. Le drainage de capitaux effectué par les banques commerciales est un mouvement continu et lent, qui dure depuis des dizaines d’années, même s’il s’intensifie au cours des années soixante. Les investissements de la Banque de Développement Industriel sont récents et relèvent essentiellement d’actions ponctuelles et localisées. Les réseaux denses des banques commerciales, renforcés par les bureaux de Caisse d’épargne postale, assurent un drainage ramifié et diffus de l’épargne privée. Les investissements publics au contraire sont massifs, leur répartition géographique souvent différente et leurs conséquences socio-économiques d’une toute autre nature. Ainsi, les paysans de Béotie contribuent par leurs économies, très faibles en valeur absolue, à renforcer sous forme de dépôts aux guichets des banques et des postes les courants de capitaux de la province vers Athènes. La prise de participation de 12 % de la Banque de Développement Industriel au capital de l’Aluminium de Grèce (soit 100 millions de drachmes de l’époque) équivaut certainement statistiquement à des dizaines d’années de drainage de l’épargne béotienne par les organismes financiers de la capitale. On se rend bien compte pourtant que les deux phénomènes, qui ont même localisation, n’intéressent – au sens littéral du terme – ni les mêmes hommes, ni la même « région ».

La Banque Agricole : l’inégale diffusion dans les campagnes

59Ces considérations ont beaucoup moins de valeur pour la Banque Agricole, dont le rôle est depuis l’origine (1929) de dispenser – sinon de disperser – le crédit dans les campagnes grecques. D’après le bilan de la Banque au 31 décembre 1964, les dépôts propres faits à la Banque étaient limités, quelque 3400 millions de drachmes (2800 en 1963) sur un passif total de 17 500 millions. Les dettes aux Banques et au Vrésor, près de 10 milliards, représentaient la source essentielle de financement pour la Banque Agricole. À la même date, les prêts accordés par la Banque s’élevaient à environ 10 600 millions de drachmes, dont une large partie était à moyen ou long terme (4600 millions), sans compter plus de 1400 millions de drachmes de prêts en cours de règlement. Un tel déséquilibre structurel entre les dépôts et les prêts ne peut évidemment qu’entraîner une instabilité financière constante pour la Banque, et surtout inciter le monde paysan – enjeu politique d’importance – à réclamer et obtenir des remises périodiques de ses dettes à la Banque Agricole.

60Sur le plan régional, toutes les succursales de la Banque Agricole bénéficiaient de ce crédit à bon marché et libéralement accordé. Toute la province réunie était débitrice, sans exception, avec un solde négatif (prêts supérieurs aux dépôts) de 10 400 millions de drachmes. Ce solde était d’ailleurs très inégalement réparti. La Macédoine, la Thessalie et la Thrace en absorbaient à elles seules près de la moitié.

61Là encore, il semble difficile, en raisonnant sur les seuls mouvements bancaires d’établir des conclusions d’ensemble. Comparés au drainage de 3 milliards de drachmes dont nous créditons en 1963-1964 les banques commerciales – montant certainement très sous-évalué, ne serait-ce que parce que nous ne considérons que la Banque Nationale et la Banque Commerciale – les 10 milliards de drachmes engagés de façon très diluée dans la province grecque par la Banque Agricole paraîtraient montrer que la capitale donnerait plus qu’elle ne recevrait. Cette assertion paraît fort douteuse. D’une part, sur les 10 milliards de la Banque Agricole, une forte partie, nous l’avons vu, est constituée par des dépôts à moyen et long terme, dont l’engagement s’étend donc sur plusieurs exercices. Le montant du drainage attribué aux deux banques commerciales les plus importantes ne correspond qu’à un exercice annuel moyen. D’autre part, même si la redistribution globale de la capitale vers la province équilibrait le drainage – ce qui est fort douteux compte tenu notamment des dépôts à la Caisse d’épargne postale – les régions de départ ne sont en tout cas pas les régions d’arrivée. Grossièrement, on pourrait dire que les régions économiquement déprimées – Épire, Grèce Centrale occidentale, Péloponnèse, sur le continent, tout le monde insulaire – contribuent à financer l’essor agricole de la Grèce du Nord, Thessalie et Macédoine surtout. Enfin, la Banque Agricole, dont on peut affirmer qu’elle est une des principales sources de redistribution régionale du capital en Grèce, fait intervenir dans ses ressources beaucoup plus le financement de l’État que l’épargne privée. Comme telle, son action est inséparable d’un examen d’ensemble des finances publiques grecques (ressources invisibles, aide extérieure notamment).

L’État payeur

62Quelle que soit l’importance de la redistribution financière effectuée par la Banque de Développement Industriel et surtout la Banque Agricole, cette action incontestable n’est qu’un aspect de la mission secourable, qui est traditionnellement impartie à l’État en Grèce. Pour des raisons, qui tiennent à la fois à la pauvreté naturelle du pays et à la formation historique des relations entre gouvernants et gouvernés, le pouvoir politique – quelles que soient son origine, étrangère ou autochtone, et son essence, autoritaire ou démocratique – est d’autant mieux toléré qu’il sait être généreux. Qu’on ne nous accuse ici ni de pessimisme, ni de noircir à souhait un peuple sympathique : au cours de leur histoire récente, les Grecs ont subi assez de désillusions et ont été assez encouragés par leurs dirigeants successifs à être des assistés, pour qu’il leur soit beaucoup pardonné dans l’explication de cette tendance. Et sans se croire autorisé à donner des leçons de démocratie à qui que ce soit, peut-être le règlement définitif du problème politique général, comme le développement régional, feront-ils des progrès considérables, quand les Grecs sauront, ou pourront, prendre leur destinée en mains, sans attendre la solution d’un gouvernement américain, d’un ministre athénien thaumaturge, et plus récemment de la manne des subventions européennes.

63Cela dit, dans les années d’après-guerre, l’action financière directe de l’État paraît en première analyse correspondre à un prélèvement sur la richesse athénienne au profit des autres régions du pays : encaissant près de 60 % des recettes du budget de l’État, les comptables du trésor de la capitale n’assurent qu’un peu plus de 30 %, selon les années, des paiements publics. En 1970, l’écart absolu était considérable : sur un budget de 65 milliards de drachmes, les recettes comptabilisées à Athènes s’élevaient à 38 milliards, contre 20 milliards seulement aux paiements. À lire les chapitres du budget de l’État, on se plaît à imaginer les mécanismes concrets de cette redistribution égalisatrice : en 1968, près d’un tiers des dépenses publiques était consacré au traitement des fonctionnaires, dont 40 % environ allaient aux seules forces armées, plus d’un dixième couvrait les pensions militaires et civiles versées par le gouvernement, qui constituaient dans la campagne grecque une des ressources d’appoint les plus répandues et les plus appréciées. Il y a aussi les différentes subventions à l’agriculture, dont le total finit par n’être pas négligeable, la couverture du déficit des transports, les subsides versés aux organismes de toutes espèces, des Conseils départementaux de la Santé aux institutions scolaires et religieuses. Bref, toute l’action quotidienne et diffuse du gouvernement, qui ferait face au drainage lent et continu des banques. Viendrait-on enfin le mystérieux courant de retour, qui équilibrerait les ponctions répétées sur l’épargne provinciale ?

64Mais il est un autre correctif, majeur, au circuit public de redistribution de l’argent en Grèce : pour une part importante, on peut considérer que les fonds, qui ont été transférés par l’État en province pendant la décennie 60-70, n’avaient pas la même origine que les capitaux privés qui y ont été drainés. Le budget de l’État était en effet caractérisé par un déficit permanent, qui pouvait atteindre 15 % de ses dépenses totales. Quand on s’intéresse à la couverture de cette impasse budgétaire, on s’aperçoit que de 1945 à 1953 (7,6 milliards de drachmes courantes), elle a été entièrement assurée par de l’aide gratuite, dont la quasi-totalité était américaine. De 1953 à 1968, les sources de financement se diversifient : sur 45 milliards de déficit, l’aide étrangère gratuite n’en fournit plus que 9 milliards, les emprunts intérieurs 24 milliards, les emprunts extérieurs 12 milliards. Il y a donc un relais incontestable de l’aide gratuite de l’étranger (États-Unis), d’abord par des emprunts internationaux, et de plus en plus par l’épargne intérieure. Il n’en reste pas moins que pendant toute la phase de décollage et de développement accéléré de l’économie grecque, la participation du capital étranger (dons et prêts) a joué un rôle d’appoint irremplaçable dans la trésorerie publique. Tout se passe donc comme si les ressources extérieures s’étaient dirigées en priorité vers les régions déprimées économiquement, pour revenir sous forme de dépôts bancaires ou postaux, financer la croissance dans la capitale. Cette injection de capitaux extérieurs dans le circuit de l’argent explique en partie le ralentissement de l’appauvrissement des zones périphériques, ce ralentissement étant lui-même une des conditions de la poursuite du drainage de l’épargne provinciale, dont la continuation est vitale pour l’économie athénienne. Ce schéma logique n’est pas seulement une vue de l’esprit. Dans la zone expérimentale d’Épire, qui représenta au début des années soixante l’exemple typique des efforts d’investissements publics (aide extérieure, experts étrangers dépêchés dans cette région la plus pauvre de Grèce), une grande partie de ces ressources importées n’a pas servi à créer des installations productives, mais à améliorer la vie des habitants (cf. le paysan faisant retaper sa maison avec un prêt d’assainissement pour son étable), et surtout à gonfler les dépôts dans les succursales des organismes financiers athéniens.

65Au total, il existe en Grèce deux circulations de l’argent relativement indépendantes, dont le dessin n’est pas sans rappeler le schéma qu’Étienne Dalmasso décrivait pour l’Italie, avec deux originalités importantes : la distinction entre une capitale politique (Rome) et une capitale économique (Milan) se résout ici dans la centralisation unique à Athènes, et en Grèce, l’opposition passe moins entre des ensembles régionaux développés (cf. l’Italie du Nord) et des zones déprimées (cf. l’Italie du Sud) qu’entre la capitale et la quasi-totalité de la province. À ces réserves près, il existe bien un mouvement continu de drainage de capitaux provinciaux vers Athènes, surtout assuré par les organismes bancaires, la Caisse d’épargne postale, et la spéculation immobilière, dont on verra les effets au chapitre suivant. En retour, la trésorerie publique et les différentes institutions de crédit contrôlées par l’État assurent une redistribution monétaire en province. Ces échanges qui s’effectuent dans des circuits séparés, mettent en valeur trois types de déséquilibres. Un déséquilibre économique fondamental d’abord : en laissant au capital privé l’initiative exclusive des mouvements centripètes à la recherche du profit le plus grand et le plus rapide, et en condamnant les fonds publics, ou les ressources empruntées par la puissance publique, à corriger les effets de la centralisation, on accentue le clivage entre l’investissement particulier qui serait seul rentable, et l’investissement public voué aux secteurs improductifs : de ce fait, on encourage les tendances naturelles à la concentration. Le deuxième déséquilibre est géographique : les régions qui donnent le plus ne sont pas les régions qui reçoivent le plus et le mieux. Les îles, le Péloponnèse, l’Épire, voient depuis des générations s’enfuir vers la capitale une épargne, toujours renouvelée par des apports extérieurs (émigration, marine marchande), et ne recueillent en retour que des ressources, aussi minces qu’improductives : des pensions d’anciens fonctionnaires, des rentes de bons du trésor, qui n’ont qu’une pente naturelle à retourner à Athènes, quand il en subsiste quelques surplus. Au contraire, épargnant moins, la Grèce du Nord – la Thessalie et surtout la Macédoine – reçoit pourtant sous forme de subventions agricoles ou d’investissements industriels, des capitaux, qui ralentissent, dans la pire des hypothèses, la déprise régionale : maintien en survie de petites exploitations rurales, création d’emplois. Athènes ne joue donc pas seulement un rôle de régulation de la circulation monétaire, mais aussi de création des inégalités interrégionales. Enfin, dernière question la plus épineuse : les deux circulations s’équilibrent-elles dans leur masse globale ? C’est poser tout le problème de l’appauvrissement absolu de la province, et au delà, des possibilités pour Athènes de voir se perpétuer indéfiniment un afflux de capitaux intérieurs qui a joué un rôle décisif dans sa croissance actuelle. Sur le plan de la méthode, c’est aussi s’attaquer aux redoutables difficultés de l’établissement d’une comptabilité régionale vraiment exhaustive et explicative.

66Finalement, plus que des difficultés d’information, ce sont des obstacles méthodologiques qui nous ont arrêté dans l’établissement d’un bilan quantifié et cartographié des échanges financiers entre la capitale et la province. Pour une fois, il nous a semblé que le chiffre et la carte allaient mentir, de façon peut-être probante aux yeux du lecteur, mais propre à affaiblir aux nôtres l’emploi abondant que nous en faisions ailleurs. Ce faisant, la démonstration perd en achèvement. Y perd-elle en efficacité ? À notre sens, non. Une réponse chiffrée au problème que nous posions au début de ce développement – l’appauvrissement provincial est-il absolu et de combien ? – engageait surtout l’avenir : si la réponse se révélait positive, elle signifiait qu’à échéance plus ou moins brève, la croissance athénienne devait se passer complètement de l’épargne provinciale, pour assurer sa continuité. Dans une large mesure, le processus avait déjà commencé : dans les ressources empruntées des banques commerciales, les dépôts athéniens prenaient une place de plus en plus importante. Mais répétons-le, quelles que soient les disparités des deux flux monétaires précédemment évoqués, leur inégale efficacité tient avant tout à leur nature beaucoup plus qu’à leur volume. En régime capitaliste, l’épargne et l’investissement privés sont porteurs plus ou moins potentiels d’une intention de croissance, qui est réalisée par les agents économiques actifs (industriels, commerçants). Ne créant ni les uns, ni les autres, la Banque est un intermédiaire intéressé, qui se contente de les mettre en rapport, et d’accentuer par sa politique de drainage et de crédit, les inégalités de profit entre les zones. Au contraire, le « circuit de trésorerie » public est fondamentalement un correcteur d’inégalités, mais pas un créateur de développement. La puissance du capitalisme a été de faire d’Athènes le pôle unique où l’argent était outil de création, quand il ne fut longtemps en province qu’un moyen de survivre ou de préparer la fuite.

V – L’investissement étranger

67L’introduction de capitaux étrangers en Grèce est une vieille préoccupation des dirigeants du pays et des hommes d’affaires occidentaux.

Le xixe siècle, la période des grands travaux publics provinciaux

68En matière de dette extérieure, il faut songer à un xixe siècle très attardé, puisqu’il se prolonge en fait jusqu’à la fin des conflits, qui ont secoué la péninsule balkanique et la Méditerranée orientale (1922). C’est une période d’investissements étrangers importants : de savantes études ont calculé que de 1879 à 1922, près de 2250 millions de francs-or avaient pénétré en Grèce, dont plus de 1700 avaient couvert des emprunts publics. Malgré la crise économique quasi permanente (crise du raisin sec, crise de la drachme, guerres extérieures), ou justement à cause d’elle, le capital international s’agglutine en Grèce, comme l’usurier s’attarde au chevet du débiteur moribond : la pratique courante est d’emprunter à des conditions de plus en plus onéreuses pour rembourser les annuités des emprunts précédents. La majeure partie de ces capitaux sert à combler le déficit de l’État, essentiellement à préparer ses aventures extérieures. Comme tels, ils jouent néanmoins un rôle économique indirect important : sous couvert d’aider à l’émancipation d’un petit peuple épris de liberté, l’épargne occidentale, surtout anglaise et française, a permis l’expansion grecque vers le Nord, favorisant du même coup les desseins des milieux d’affaires helléniques et internationaux et la place qu’Athènes devait y tenir.

69Pourtant, l’investissement direct du capital étranger reste encore limité et réservé aux grands travaux publics provinciaux. Les compagnies de chemins de fer en sont un exemple classique, sur lequel il est inutile de revenir. L’assèchement du lac Kopaïs, en Béotie, et le creusement du canal de Corinthe confirment les orientations privilégiées des capitaux internationaux et leurs conséquences géographiques.

70Le percement de l’isthme de Corinthe illustre bien les contradictions qui apparaissent souvent entre les intérêts nationaux et le profit recherché par l’investissement étranger. L’antique nécessité d’éviter aux navires de contourner le Péloponnèse ressurgit très vite dans la Grèce contemporaine et dès 1869, une loi pose les premiers jalons de l’entreprise. Mais il faut attendre 1881 et l’ouverture du pays pour que le capital étranger, représenté par un général hongrois, Étienne Türr, s’intéresse à la réalisation, non sans se faire concéder les droits d’exploitation pour 99 ans. Le général n’en abandonne pas moins la partie un an après, à la Compagnie Internationale du Canal Maritime de Corinthe, à capitaux anglais et français. Après quatre ans de travaux, c’est la faillite, et l’on peut craindre l’abandon total du projet, quand le banquier grec, d’origine constantinopolitaine, mais fixé à Athènes, A. Syggrou, relance l’affaire en convainquant le Comptoir National d’Escompte de Paris de son succès. En fait, malgré une inauguration en grande pompe en 1893, la Compagnie s’installe dans le déficit, refuse pratiquement l’entretien et les investissements complémentaires, qui s’imposent : seul le rachat effectif par la Banque Nationale de Grèce en 1907 sauve définitivement l’entreprise de l’échec. Là encore, la puissance publique a dû intervenir pour créer une infrastructure économique, et relayer l’initiative privée défaillante. Le capital étranger comprend-il que c’est son intérêt fondamental ? En ce début du xxe siècle, se multiplient les investissements destinés à exploiter les consommations élémentaires des habitants ou les ressources minières les plus indispensables. Athènes profite surtout des premiers : 1904-1909, série d’emprunts français pour l’installation à Phalère de l’usine électrique, 1906, Compagnie belge pour l’exploitation des tramways électriques. Mais la province se réserve la majeure partie des capitaux attirés par les richesses du sous-sol : marbres, magnésie des Cyclades, gisements métalliques de Grèce Centrale (Larymna).

La période vénizéliste : pénétration économique et diffusion géographique

71Avec l’essor économique inauguré par l’arrivée des réfugiés d’Asie Mineure, l’investissement international connaît une accélération considérable : en sept ans de 1923 à 1930, près de 1200 millions de francs-or sont introduits dans le pays, qui représentent plus de la moitié de tous les avoirs internationaux en Grèce à la veille de la crise économique mondiale. Ce qui caractérise cette poussée, c’est autant la permanence de formes anciennes d’investissement que l’affirmation de tendances plus nouvelles. Formes anciennes, que la prédominance des emprunts d’État, qui n’absorbent pas moins d’un milliard de francs-or de 1923 à 1930, ou la prédilection pour les grands travaux publics, que constitue alors l’assainissement des plaines septentrionales. Souvent qualifié de « productif » pour rompre avec la tradition des emprunts militaires ou de trésorerie, ce nouvel endettement n’en est pas moins consenti à des conditions très asservissantes pour la Grèce. L’exemple classique en est l’emprunt suédois de 1926, dont l’amortissement est assuré par le privilège de vente exclusive des allumettes, confié pendant 28 ans à une société anglaise (Alsing Trading Co), elle-même filiale de la compagnie suédoise Svenska Voandsticks A.B.

72En fait, l’existence même d’une garantie fondée sur le développement de la consommation intérieure plus que sur le crédit de l’État révèle les nouvelles orientations du capital étranger. Il s’intéresse maintenant à la satisfaction massive des besoins de la population urbaine. En 1925, la Société Ulen de New York se voit confier l’aménagement du lac de Marathon, destiné à alimenter en eau l’agglomération athénienne et obtient un monopole de distribution, qu’elle continuait à exploiter cinquante ans après. De même, en 1925, la Banque Nationale de Grèce s’associe à la société anglaise Power and Traction Finance Co pour former la Société Générale Électrique, qui reçoit pendant 60 ans le privilège de la production, du transport et de la distribution électrique dans un rayon de 20 kilomètres autour de la place Omonia. À ce monopole exorbitant, s’ajoute l’exploitation des tramways électriques, et du métro Le Pirée-Athènes-Kiphissia : par cette mainmise sur son infrastructure énergétique et de transports, qui se renforce encore en 1930, quand les intérêts anglais deviennent majoritaires dans le consortium, l’économie athénienne perd pour longtemps le contrôle des bases de sa croissance, mais elle s’assure en même temps une nette prééminence sur les autres centres du pays.

73Si la région athénienne est incontestablement favorisée par l’investissement étranger à la recherche du profit maximum, la province reste très prospectée pour ses ressources minières. La mise en place d’industries de base dans un pays comme la Grèce, dépourvue de matières premières et de ressources énergétiques essentielles, rend au contraire toute son importance aux inégalités régionales de développement, ou aux potentialités de consommation des produits dérivés. L’intérêt du capital international est renforcé par l’assurance de débouchés croissants (essence, fuels lourds, pétrochimie, pour le raffinage des hydrocarbures, fers de construction, tôles pour les industries mécaniques, dans la sidérurgie) et les avantages qui sont offerts par l’État : expropriation des terrains nécessaires à la construction, établissement des infrastructures (énergie, moyens de communication) aux frais de la collectivité publique, monopole de fait dans la distribution des produits finis. Ces différents facteurs expliquent que dans les années soixante, Thessalonique ait occupé une place privilégiée dans ce type d’investissement international, totalisant à elle seule le tiers de toutes les autorisations d’importation de capitaux étran gers, accordées de 1953 à 1969. La région athénienne était déjà dotée d’une raffinerie de pétrole à Aspropyrgos et de hauts-four neaux à Éleusis, où les capitaux nationaux et publics avaient eu

74Carte 6 Investissements étrangers autorisés de 1953 à 1969

75une initiative déterminante. La Macédoine apparaissait alors comme une région aux potentialités sous-exploitées, autant pour ses ressources agricoles (besoins en engrais, en essence pour la motorisation) que par les possibilités de son pôle urbain (rénovation et spéculation immobilières encore inexistantes), consommation intérieure encore très faible. Le pari, à vrai dire assez peu risqué, de Tom Pappas de lancer dans la métropole macédonienne un complexe intégré raffinerie-pétrochimie-aciérie, relève de cette analyse logique d’une situation régionale. Il a contribué par sa réussite même et les effets d’entraînement qui l’ont suivie pour les industries ou les services dérivés, à faire basculer la Macédoine occidentale dans la croissance accélérée. L’investissement étranger a donc joué ici un rôle à la fois déterminant et massif dans la modification des équilibres régionaux. Mais à l’échelle globale du pays, cet aspect incontestablement positif, parce qu’intégrant, contrairement à l’Aluminium de Grèce, l’ensemble de la vie régionale à l’investissement étranger de grande taille, devient plus discutable : donnant un formidable coup de pouce à une ville que sa situation, son passé, ses relations humaines et économiques avec la capitale, promettaient en toute hypothèse à un développement important après la saturation de l’espace athénien, la décision de Tom Pappas ne faisait, somme toute, qu’anticiper sur des tendances naturelles, dont elle recueillait par là même des profits accrus. Sans être aussi extérieur à l’économie régionale que l’exploitation de ressources minières ou même l’installation de complexes touristiques, ce type d’investissement ne fait finalement que préfigurer ou accentuer des déséquilibres géographiques potentiels.

76Les investissements étrangers dans l’agglomération athénienne ou dans la région urbaine de la capitale (Corinthie, Béotie, Eubée), n’avaient même pas le mérite d’anticiper le développement régional ou de lui servir de catalyseur. Ils exploitaient directement une situation de croissance préexistante, qu’ils ont fort peu contribué à créer. Or, pour porter sur des opérations unitaires de plus petite taille que celles jusqu’ici envisagées, leur somme finit par constituer un apport de capitaux étrangers considérables : de 1953 à 1969, on a autorisé l’importation d’un total de 260 millions de dollars dans la seule agglomération athénienne et de près de 300 millions, si on lui ajoute les zones de Corinthe, Thèbes et Khalkis ; le tout représente plus du quart de l’investissement total extérieur autorisé au cours de la même période. C’est évidemment la masse et la qualité des consommateurs, qui attirent à Athènes le capital international. Qu’il s’agisse de consommations courantes (cosmétiques, fibres synthétiques), de produits plus recherchés (médicaments, électronique), ou de services spécialisés (compagnies aériennes, bureaux d’études), l’investissement étranger est assuré de trouver dans la capitale une rentabilité immédiate et importante, soit parce que la demande augmente plus rapidement que l’offre, soit parce que l’initiative nationale est incapable techniquement ou financièrement de répondre à des besoins nouveaux. Quoi qu’il en soit, l’action de l’investissement étranger renforce ici les mécanismes internes de la croissance ; créations d’emplois proportionnellement plus importantes que dans les grandes opérations sidérurgiques et pétrochimiques, effets d’entraînement sur les activités situées en amont et en aval.

77Pour Athènes, ces conséquences directes sont considérablement accrues par la gestion de la quasi-totalité du capital étranger investi en Grèce. Seul l’investissement touristique, notamment à Rhodes, à Corfou et en Crète, échappe dans une certaine mesure à cette emprise de la capitale au bénéfice d’une gestion décentralisée, facilement explicable par la nature même des activités. On sait ce qu’Athènes gagne à ce rôle d’intermédiaire obligé de la négociation permanente entre investisseurs internationaux et gouvernement : missions d’étude, représentations commerciales installées dans des immeubles de standing. On sait aussi les limites du commandement effectif exercé par la capitale grecque. Mais à ce niveau de l’analyse, le problème n’est plus de s’interroger sur la fonction d’Athènes, mais sur les conséquences de cet asservissement de l’économie grecque pour la poursuite de la croissance. Autrement dit, quelles sont les chances pour le capital international, après avoir renforcé l’accumulation centralisée à Athènes, de ralentir ou d’accélérer ce développement ? Une citation d’Ikonomiki Poria de 1971, reste d’actualité : « c’est un exemple significatif que celui de l’ETVA (Banque de Développement Industriel), dont le gouvernement nous a triomphalement annoncé en avril que, de Grande Bretagne et de France seulement, il avait assuré l’entrée de 250 millions de dollars ; nous voilà en décembre et nous n’avons même pas utilisé un dollar de ces millions-là ». La même ironie se manifeste aujourd’hui, au moins en partie, pour les crédits européens.

78Il est évident que la réponse globale dépasse largement les limites de cet ouvrage : la stratégie des groupes économiques mondiaux, les perspectives d’expansion ou de récession des pays capitalistes, sont pourtant les principales composantes de l’avenir de la capitale grecque. Un premier élément ressort déjà de l’évolution de l’investissement autorisé en Grèce depuis la fin de la reconstruction économique. C’est d’abord l’effacement des vieux pays de l’Europe industrielle. La Grande Bretagne et même l’Allemagne ont peu participé à l’essor économique de la Grèce ; pour l’une, c’était la conséquence de la perte de son prestige politique et militaire en Méditerranée orientale, pour l’autre, le résultat d’une tactique différente : l’économie de la RFA avait préféré accueillir des centaines de milliers d’ouvriers grecs et inonder le marché intérieur de ses produits que d’y investir. Ont pris le relais des pays d’économie plus dynamique : en tête, les États-Unis, mais aussi la France (Péchiney), et de plus en plus dans les années récentes, l’Italie. D’autre part, la nature même des investissements étrangers changeait. Les investissements industriels et miniers, qui représentaient plus de 90 % du montant total autorisé des importations de capitaux entre 1953 et 1966, n’en couvraient plus que 70 % en 1969. Outre le tourisme, les grands bénéficiaires étaient surtout les entreprises de services (bureaux d’études, sociétés de transports), qui seraient les premières touchées en cas de crise. Au niveau du capital international, dont l’action est indéniable, aussi bien dans le décollage économique du pays que dans l’accumulation privilégiée des effets de la croissance à Athènes, parvenait-on à une espèce de saturation des mécanismes ? Elle s’exprimerait moins par l’accentuation de la domination impérialiste sur l’économie nationale (répétons-le, le problème n’est pas moral), ou même par la diminution absolue de l’investissement étranger en Grèce que par la fragilité même du système : plus encore que pour le capital national, la poursuite de l’afflux des ressources extérieures supposait que leur taux de profit ne baissât pas, ou même soit supérieur à ce qu’il pouvait être ailleurs.

79Au total, affirmer la toute puissance du capital dans la croissance athénienne, n’est-ce pas en même temps poser les limites de la fragilité de ce développement ? La Banque, l’investissement étranger sont des interprètes privilégiés dans la création par la libre entreprise de déséquilibres régionaux, dont Athènes était la première bénéficiaire. Au moment où, sous leur contrôle, l’action de l’État s’affaiblissait dans la conduite des dynamismes spatiaux, ils assuraient un relais vigoureux des processus d’accumulation centralisée. Mais ce qui fait leur force pouvait aussi faire la faiblesse de la croissance athénienne. Déjà, les dépôts bancaires effectués dans les agences de la capitale suppléaient de plus en plus les ressources provinciales, que des décennies de drainage parvenaient à tarir définitivement. Déjà, des banques athéniennes faisaient de discrets investissements dans des pays moins développés que la Grèce, où la rentabilité de l’argent était plus importante qu’à Athènes. Et que dire de l’investissement étranger, qui n’a pas le même souci de l’intérêt national ? Au moment où la dette extérieure s’accroissait, car il fallait tout de même rembourser les annuités de l’argent emprunté, ne risquait-on pas de voir une masse de capitaux flottants se porter ailleurs qu’en Grèce ? Bref, y avait-il des points de faiblesse dans ce mécanisme majeur de la croissance qu’est l’accumulation du capital ? En toute hypothèse, ils étaient d’une autre nature que l’affaiblissement du pouvoir politique, précédemment évoqué. Ils tiennent à la logique interne même du système : résultat du profit, Athènes est liée au profit et à ses retournements. Dès lors, la richesse la plus permanente de la capitale – demain peut-être son problème le plus angoissant – ne réside-t-elle pas dans cette masse d’hommes, que les mouvements de l’économie et de l’histoire ont accumulés sur un espace sans ressources propres ? En trente ans, l’accélération de la mondialisation de l’économie, l’intégration croissante de la Grèce à l’Europe, n’ont pas fondamentalement modifié les données du problème.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search