Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Troisième partie. Les mécanismes de la croissance

Chapitre 6. La force de l’État

Texte intégral

« C’est la présence du gouvernement qui a fait élever toutes ces constructions et qui tient tant de monde assemblé sur un même point. Cette le sol. Elle ne communique point par des routes avec le reste du pays ; elle n’envoie pas au reste de la Grèce les produits de son industrie... En un mot, rien ne retiendrait plus à Athènes cette population de vingt mille personnes, si le gouvernement se transportait à Corinthe, et l’on verrait bientôt Athènes aussi déserte, et aussi ruinée qu’Égine et Nauplie. »
Edmond ABOUT,
La Grèce contemporaine, 1854

1 Le thème est en place : l’accumulation athénienne ; entre la capitale et la province, les rôles sont distribués dans l’espace et le temps ; il reste maintenant à construire l’action, ou mieux, si l’on se rappelle le genre illustré, à rassembler la démonstration. Il s’agit moins de présenter des explications. D’ailleurs, explique-t-on vraiment, quand on a décomposé un phénomène en une série de relations causales à peu près assurées ? Outre que dans nos disciplines, on explique à peu près toujours ce qui s’est déjà produit, ce qui enlève tout de même du poids à la validité générale du raisonnement, l’explication définitive a toutes chances de vous faire classer dans le camp des naïfs ou des idéalistes. La naïveté n’est pas en soi un démérite, ce peut même être une qualité, à condition qu’on convienne que si elle peut garder de bien des écueils, elle ne fait guère progresser la compréhension des choses. Quant à l’idéalisme, bien que travaillant dans la cité de Platon, nous n’avons jamais pu nous résoudre à considérer les faits comme les ombres de la fameuse caverne. Sans pécher par excès de scepticisme, on se contentera d’essayer de démonter des mécanismes, de tenter de montrer comment les réalités s’articulent et s’enchaînent, sans prendre parti sur la valeur profondément explicative de l’exposé. Modeste dans sa finalité, le dessein se voulait plus ambitieux dans ses moyens. C’est pourtant encore une démonstration classique qui s’ensuivit, où l’accumulation des faits tend à remplacer des procédés plus rigoureux. Ce faisant, elle risque d’apparaître démodée.

2Le regret est d’autant plus grand que comme toujours dans l’expérience urbaine athénienne, le schéma est relativement simple. Et quand on veut prouver une loi, il ne sert à rien au départ de compliquer les choses. Cette thèse de la croissance athénienne, quelle est-elle ? La montée d’Athènes est la résultante de trois mécanismes fondamentaux : la force de l’État (facteur politique), la puissance du capital (facteur économique), la pression des hommes (facteur démographique). Toujours présents et associés, ces moteurs n’ont pas donné leur plein au même moment. Au départ, – c’est un truisme pour une capitale née par décret – était l’État. Mais pendant une grande partie du xixe siècle, Athènes et la Grèce vivent le divorce géographique et social entre pouvoir politique et pouvoir économique : le gouvernement et l’administration sont à Athènes, la richesse dans les pôles de développement périphériques (Syra, Patras) ; les ministres sont des propriétaires fonciers péloponnésiens, les banquiers et les armateurs, des bourgeois ermoupolitains. Le divorce paralyse l’État, incapable de dépasser le rôle de gestion administrative ; il rend vulnérable le capital, dans une économie encore fragile, soumise aux pressions étrangères. De ces deux faiblesses naît une force : quand ils se réunissent à Athènes à la fin du xixe siècle, l’appareil de l’État et la bourgeoisie d’affaires créent les bases de l’accumulation. Désormais, la force politique est aux mains de la puissance du capital, qui joue le rôle décisif. C’est à ce moment qu’entre en action le mécanisme démographique, qui a jusque-là fonctionné au ralenti. L’accumulation économique entraîne d’abord directement, puis par des processus de contagion accélérée, la concentration des hommes : empêtrée dans les contradictions du libéralisme et du dirigisme, la bourgeoisie contrôle mal les dynamismes démographiques. Ils deviennent à la fois le révélateur et le moteur des déséquilibres nés de la conjonction de l’État et du capital : l’accumulation centralisée permet une certaine forme de développement, mais accroît les inégalités régionales ; la concentration humaine amène la paralysie urbaine et aggrave les tensions sociales, tandis que des zones entières perdent tout espoir de renaissance à cause du déclin démographique. La croissance athénienne se trouve partagée entre l’éclat de la réussite et le sentiment de l’échec : dans ces enchaînements antagonistes, la force de l’État, la puissance du capital, la pression des hommes sont tour à tour apparues au premier rang.

3Le rôle de l’État dans les processus économiques, à plus forte raison dans l’organisation de l’espace, est finalement peu étudié. Communes dans le jargon et la théorie en économie politique (cf. le capitalisme monopolistique d’État), les interactions entre le pouvoir et les acteurs économiques sont mal connues des géographes. Dans la distinction classique entre pays capitalistes et pays socialistes, la majeure partie de l’attention est portée à cet égard sur les seconds, en raison de l’action de l’État dans la construction économique et la planification régionale. Plus habituée à juger de l’influence des décideurs privés, la géographie n’a commencé à s’intéresser massivement au pouvoir politique, que lorsqu’il a quitté, sans d’ailleurs l’abandonner, l’univers des pressions occultes et des alliances cachées, pour devenir normatif, incitatif et aménageur. Il n’est pas sûr d’ailleurs qu’il ait acquis là sa plus grande efficacité. Pour Athènes en tout cas, le rôle de l’État dans la formation de l’espace n’a jamais été aussi important que lorsqu’il était inconscient ou implicite. Et voilà bien le problème : comment une capitale centralisatrice, conçue par des provinciaux comme une instance d’arbitrage de leurs rivalités régionales et de leurs ambitions personnelles, devient un outil d’accumulation économique ? Sans prétendre apporter autre chose qu’une introduction et des hypothèses, trois cheminements seront utilisés pour diviser cette question fondamentale : le recrutement du personnel politique, pour savoir qui avait en main l’appareil de l’État, les décisions prises par le pouvoir pour juger des intentions des gouvernements et de l’administration, la formation enfin des individus, leur éducation, qui apparaît un intermédiaire privilégié entre la volonté de l’État, l’action de certains décideurs privés (institutions, évergètes) et les aspirations des habitants.

I – Le recrutement du personnel politique

4Dès le xixe siècle, les observateurs les mieux avertis ont compris que la principale chance d’Athènes était politique. La citation d’Edmond About placée en exergue de ce chapitre est tout à fait significative. Mais c’est Gaston Deschamps, qui a poussé le plus loin la perspicacité dans la compréhension du rôle d’Athènes. Le premier sans doute, il exprime l’idée que pour être viable, l’autorité publique en Grèce devait être placée au-dessus des partis et des provinces : « un roi grec serait impossible en Grèce…, une capitale, qui aurait été la capitale d’une région serait impossible ». Cette grande inspiration anime tous les niveaux de l’administration : ainsi, remarque notre auteur, la loi veut qu’un accusé soit toujours jugé ailleurs que là où il a été pris. Deuxième idée-force : il n’y a pas de partis en Grèce, mais une série de clientèles politiques juxtaposées. Cette atomisation de la vie publique a deux conséquences : au niveau local et personnel, elle favorise les placements, les prébendes, les recommandations – les fameuses « rousfétia », les indispensables « messa » (les « moyens »), bien plus répandus en Grèce que l’usage du bakchich oriental ; au niveau global, elle oblige, sous peine de rendre le pays ingouvernable, les factions à se regrouper sur un grand dessein commun, situé en dehors de leurs préoccupations particulières. Cette distance entre les motivations des aspirations à la députation ou au portefeuille ministériel et la pratique réelle du pouvoir conduit à de perpétuels revirements électoraux : « tandis que l’élu du peuple légifère à Athènes, quatre années durant, le blackboulé... le mine sourdement dans sa circonscription, et lui enlève peu à peu toutes ses voix. » C’est la « balançoire électorale », pratique avant la lettre de « l’alternance du pouvoir », mais où les ambitions personnelles et les intérêts des grands agents économiques ont toujours tenu plus de place que les partages idéologiques.

Le divorce entre la classe politique et la classe économique (1re moitié du xixe siècle)

5Pour vérifier ces idées, un premier moyen est d’étudier l’origine des ministres qui personnifient à un moment donné l’exercice du pouvoir. Afin de tenir compte de la durée réelle de leur influence, il a paru nécessaire de pondérer leur présence au gouvernement par la longueur de vie du ministère auquel ils ont appartenu : l’année-ministre devient ainsi une unité de compte originale. Comme il s’agit moins d’analyser l’action indépendante de telle ou telle personnalité, que de juger du poids de chaque région dans la nation, on peut estimer que sur une assez longue période le cumul des années-ministres donne une image valable des continuités et des déséquilibres politiques du pays. La dernière difficulté à résoudre est le choix de l’espace de référence : lieu de naissance ou circonscription électorale. La décision est souvent dictée par les circonstances : jusqu’à la révolution de palais de 1843, il n’y a pas de parlement élu. Au demeurant, il y a souvent ensuite, sauf pour les colonies grecques de l’extérieur (Constantinople, Asie Mineure), confusion entre le fief électoral et l’implantation familiale de l’homme politique.

6La première période envisagée est le règne du roi Othon (1833- 1862). Le recrutement du personnel politique est inégalement réparti dans les régions du nouvel État : la Roumélie (Grèce Centrale) et les Cyclades notamment sont sous-représentées au profit de la Morée (Péloponnèse), tandis que des contrées extérieures au Royaume fournissent des contingents appréciables de ministres. En fait, dans cette origine géographique se reconnaissent les trois fondements de l’autorité publique à cette époque : les héros de la guerre d’indépendance, les propriétaires fonciers, la noblesse de robe phanariote (Constantinople). Dans quelques phrases très ramassées, G. Deschamps montre que ces tendances se sont prolongées pendant tout le xixe siècle : en 1892, il peut encore écrire : « la profession d’un palikare, c’est d’être un héros et un fils de héros... Être un héros, en Grèce, cela dispense de tout... Pour les palikares, hommes généreux, qui ont à la fois des candeurs d’enfant et toute la ruse de l’ingénieux Ulysse, la politique grecque doit se résumer en ceci : aller à Constantinople ». Mais c’est incontestablement sous le roi Othon que le parti d’anciens combattants fut le plus puissant : traînant leurs moustaches et leurs sabres dans les dorures et les marbres des architectes bavarois, les Mavromikhalis du Magne, les Koundouriotis, les Voulgaris d’Hydra apportaient à la cour, avec leur parler rocailleux, un peu de barbarie brutale et surtout de légitimité populaire, qu’ils avaient autrefois incarnée. Voués aux portefeuilles militaires, la marine (D. Voulgaris, K. Kanaris, A. Kriézis), la guerre (G. Mavromikhalis, K. Vzavélas), ces amiraux insulaires d’Hydra et de Psara, ces condottieri montagnards de Laconie et d’Épire, laissaient aux civils et aux lettrés de Constantinople le soin de démêler les intrigues de la diplomatie orientale (I. Ritsos, Al. Mavrokordatos), de jeter les bases de la justice (G.A. Rallis) ou de l’éducation (Al. Rankavis). Dans ces combinaisons savamment dosées, les grands propriétaires fonciers péloponnésiens faisaient à la fois le lien entre ces éléments par trop disparates et s’occupaient des affaires intérieures, c’est-à-dire de gérer la chose publique en bons pères de famille, comme on s’occupe d’un domaine ou d’une maison : les Notaras de Corinthe (Vrikala), les Palamidis d’Arcadie (Vripolis) se succédaient dans les portefeuilles administratifs.

7Dans tout cela, les grands absents ce sont les milieux d’affaires : pendant tout le règne d’Othon, ni Syra, ni Patras, qui sont les deux foyers de vie économique, ne participent à la vie publique. Faiblesse de la bourgeoisie et du développement industriel et commercial ? Certes, mais cela n’explique pas tout. Habitués à traiter de grand commerce international, partageant leur temps entre les marchés d’Europe et leurs entrepôts insulaires, les gens de Syra considèrent avec un peu de commisération cette monarchie d’opérette, où les réminiscences antiques tiennent lieu de vertu, et le bal de la cour de culture. Cette indifférence, le gouvernement la leur rend bien. Un simple coup d’œil sur la chronologie, placée par G.A. Anastasopoulou en tête de son ouvrage (Histoire de l’industrie grecque, 3 vol., Athènes, 1947, en grec), renseigne parfaitement sur les préoccupations économiques du personnel politique pendant toute la période. 1840 : décret créant une commission pour l’encouragement de l’industrie nationale, « qui ne cessa de rester à l’état de pure idée. » d’après notre source. 1841 : décret créant une Chambre de Commerce à Athènes. 1842- 1844 : plusieurs ministres visitent la sucrerie de Kainourgion (Phtiotide). 1847-1848 : première législation sur le tissage rural de la soie, débats au Parlement sur un projet de loi portant création d’ateliers-modèles de vinification et de traitement des olives. 1849-1850 : le Parlement s’occupe à nouveau de la faillite de la sucrerie grecque. 1854-1857 : envoi de boursiers d’État à Marseille, pour une spécialisation en vinification, le Parlement vote une loi accordant privilège à une société pour la fabrication d’alcool et de sucre à base d’asphodèles. 1859-1860 : achat par l’État d’actions de la distillerie de Patras. Voilà à peu près toute l’action économique de l’État en trente ans : l’artisanat rural, la transformation des produits agricoles ; d’industrie et de commerce, point : une œuvre de propriétaires fonciers, qui n’entendent rien à l’économie moderne. Et cette impression est bien ressentie dès l’époque. Dans un hebdomadaire au titre symptomatique « La Bourse », publié à Syra à partir de 1863, l’éditorialiste fait un grand article pour attirer l’attention de l’opinion sur l’industrie et les centres économiques de la Grèce. Il commence ainsi : « alors que bien souvent dans notre Assemblée Nationale on entend parler d’agriculture, pas un mot ne fut jamais entendu sur l’industrie ; nous voulons maintenant en donner aux gens éclairés une idée meilleure et plus étendue ». Jamais la division des pouvoirs et des idéologies ne fut mieux exprimée entre la classe politique et la bourgeoisie d’affaires.

8Au reste, la seule véritable initiative économique athénienne pendant cette période est la création en 1841 de la Banque Nationale de Grèce. Promise à un bel avenir, elle est conçue à l’origine pour soutenir l’agriculture et surtout financer l’État. Or, qui trouvons-nous à la tête de la Banque Nationale ? Un de ces grands banquiers-armateurs ermoupolitains, dont on a vu l’esprit audacieux et spéculatif ? Pas du tout : Georges Stavros, un Ianniote, qui fait ses premières armes commerciales à Vienne, que l’on retrouve marchand de canons pendant la guerre d’indépendance, et bientôt « caissier »– entendez trésorier payeur-général – en 1825 auprès de Capodistria. Depuis, il n’a cessé de graviter dans les cercles politiques de la capitale, avant de présider pendant vingt-sept ans aux destinées de la Banque Nationale, avec la prudence et l’économie d’un paysan madré. Indifférence de la bourgeoisie, ignorance des dirigeants politiques, tout est réuni pour laisser et l’État et les affaires dans une honnête médiocrité, et faire durer leur division géographique.

L’entrée de la bourgeoisie dans les affaires publiques (2e moitié du xixe siècle)

9En apparence, la deuxième période de référence – le règne du roi George 1er (1864-1913) – n’apporte pas de modification fondamentale dans le recrutement géographique du personnel politique. Les régions périphériques sont toujours sous-représentées, qui renferment pourtant à cette époque la plupart des centres économiques provinciaux importants : les Cyclades avec Ermoupolis, les îles Ioniennes avec Corfou, rattachées au Royaume dès le début du règne (1864), la Thessalie enfin, et Volos, qui sont devenues grecques au traité de Berlin, en 1881. Au contraire, le Péloponnèse renforce considérablement ses positions : aux contrées montagneuses du Sud (Messénie, Laconie) et du centre (Arcadie), où le recrutement politique était traditionnel, vient se joindre l’Akhaïe, avec le port industriel de Patras. De la même façon, la période consacre la montée d’Athènes, qui pour la première fois cesse d’être seulement l’arène du combat politique, pour devenir en elle-même un enjeu électoral important, engageant la carrière ministérielle de ses futurs élus.

10En fait, ce qui est plus remarquable, c’est le glissement géographique continu, qui est manifeste dans le recrutement du personnel politique, tout au long de la période. Deux tests le montreront. D’abord, l’origine familiale et électorale des premiers ministres. De 1863 à 1881, le monde politique est encore très nettement dominé par des tendances othoniennes. De 1882 à 1895, première étape de glissement : les îles historiques disparaissent, tandis que le Péloponnèse maritime s’attribue deux premiers ministres, à égalité avec le Péloponnèse montagnard.

11Enfin, de 1896 à 1918, cet équilibre entre des tendances anciennes et modernes, est complètement renversé au profit d’un recrutement traduisant beaucoup plus les forces vives du pays. Sur sept premiers ministres, deux seulement sont péloponnésiens. Deux sont originaires d’Athènes. Les trois derniers sont des insulaires ; mais les îles historiques se sont effacées devant les centres économiques. En un demi-siècle de premiers ministres, la Grèce est passée de l’âge des palikares à l’ère des capitaines d’industrie.

12En consacrant cette montée politique des régions industrielles et commerciales, la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle apparaissent comme une période-tournant, qui montre la simultanéité des transformations économiques et de l’évolution de l’État. C’est l’époque où se construisent les bases de l’économie moderne et où démarrent l’accumulation centralisée et la déprise périphérique. C’est aussi le moment où la bourgeoisie d’affaires fait son entrée sur la scène politique. Il ne fait alors aucun doute que ce « royaume unique au monde », ce « collège en vacances, dont l’insouciance sublime se moquait des banqueroutes et narguait les déficits » (G. Deschamps), sont à jamais révolus : désormais à la tête du gouvernement, banquiers, armateurs et industriels essaient d’introduire au niveau de la gestion de l’État les principes qu’ils font triompher à l’intérieur de leurs entreprises. Mais il reste à comprendre pourquoi des hommes, qui étaient avant tout des provinciaux, dont la prospérité a été acquise dans des affaires à siège régional, ont orienté la politique de l’État vers la croissance économique de la capitale. La raison majeure que nous avons bien souvent invoquée au long des descriptions historiques, est qu’ils ont obéi en cela à la loi du profit maximum. Faute d’avoir participé au gouvernement quand les économies provinciales étaient au sommet de leur gloire, ils sont entrés en politique lorsqu’elles étaient déjà secouées par des crises locales ou internationales. Ils n’avaient plus le choix qu’entre un effort considérable pour faire repartir les centres régionaux, ou créer de toutes pièces une économie nouvelle. A court terme, la reconversion coûte toujours plus cher que l’exploitation des nouvelles conditions géographiques de l’entreprise. C’est la logique suprême de toute organisation capitaliste : les ministres grecs de l’époque n’y ont pas échappé.

Le triomphe de la classe politique athénienne (xxe siècle)

13À partir de ce tournant de la fin du xixe siècle, le xxe siècle confirme et accélère la montée de la classe politique athénienne. La période 1945-1963, qui suit l’époque troublée de la guerre mondiale et précède les indécisions de l’après-Karamanlisme (1963-1967), qui devaient aboutir au renversement de la démocratie parlementaire, est un bon témoignage sur les différentes formes de contrôle politique que la capitale exerce au niveau du recrutement du personnel gouvernemental. C’est d’abord l’affirmation du rôle personnel joué par les milieux influents de la bourgeoisie athénienne : plus du cinquième des années-ministres de la période de référence est tenu par des originaires de la capitale. Si l’on considère que tous ces ministres sont nés en moyenne au début du siècle, à l’époque où Athènes représentait moins d’un dixième de la population totale du pays, c’est montrer la part relativement considérable que les habitants de la capitale se sont assurée dans la gestion du pays tout entier. C’est un fait nouveau : créée par des étrangers, faite par des provinciaux, Athènes est rapidement parvenue à sécréter une classe politique autochtone, où se recrutent la haute administration et le personnel gouvernemental de base. Cette image fondamentale est par trop oblitérée par les origines et les engouements des grands chefs de partis : Karamanlis est né à Serrès en Macédoine, Georges Papaandréou est originaire de Kalentzi, près de Patras, et député d’Akhaïe. Sophocle Vénizélos, né à Khania, n’a jamais abandonné son fief crétois. Outre que chacune de ces personnalités a toujours mené sa campagne électorale à Athènes, à coup de grandes réunions sur la place publique, elles cachent la masse des ministres plus anonymes, qui ont constitué pendant plus de vingt ans une bonne partie de l’armature des gouvernements.

14Une autre façon pour la capitale d’exercer indirectement une influence prépondérante sur le recrutement du personnel politique résulte de la surreprésentation des régions les plus soumises économiquement et démographiquement à l’attraction athénienne : avec un cinquième de la population totale du pays, les îles et le Péloponnèse concentrent plus d’un tiers des années-ministres de la période d’après-guerre. La Messénie, la Laconie, l’Akhaïe et Corfou notamment sont des pépinières de ministrables. À cela, une raison de politique générale : sauf l’Akhaïe avec Patras, tous ces départements ruraux votent à l’extrême droite de façon massive, et contribuent au maintien de la démocratie parlementaire musclée de Karamanlis. Au contraire, la Grèce du Nord, avec la tradition libérale implantée chez les réfugiés d’Asie Mineure, avec ses bastions ouvriers de Volos, Thessalonique et Kavala, avec la fermentation agrarienne des plaines thessaliennes, envoie dans la limite des pressions et des trucages électoraux, beaucoup plus de députés de gauche et du centre, qui n’ont guère de chance de participer à la gestion de l’État. Ainsi, se trouve du même coup confirmées la permanence des grands clivages politiques du pays, mais aussi la mainmise de la bourgeoisie d’affaires athénienne sur les rouages gouvernementaux : comme un siècle auparavant, ce sont les mêmes régions d’économies les plus archaïques qui dirigent la Grèce, mais cette apparente continuité revêt une signification profonde différente. Vers 1850, l’oligarchie rurale péloponnésienne gère vraiment un pays arriéré, en ignorant les quelques centres plus développés du Royaume. Cent ans plus tard, épuisée économiquement par la crise de ses productions traditionnelles (l’olive, le raisin de Corinthe), ne représentant plus que des régions à la démographie moribonde, elle sert de paravent politique aux milieux industriels de la capitale, qui ont besoin d’un régime fort, d’abord pour lutter, après la guerre, contre une prise de pouvoir démocratique issue de la résistance, et ensuite pour construire le développement du pays, en prélevant l’épargne des régions les plus déshéritées, et en maintenant le plus longtemps possible le déséquilibre entre les fruits de la croissance et leur répartition.

15Enfin, complétant ces différents modes de contrôle de la classe dirigeante athénienne, il existe un véritable pouvoir d’assimilation politique et sociale de la capitale, qui finit par briser les leaders provinciaux les mieux implantés. Passe encore pour Georges Papaandréou, avocat péloponnésien certes, mais grandi dans l’ombre du grand Vénizélos, rompu dès la jeunesse aux combinaisons athéniennes (en 1915, à 27 ans, il est déjà préfet de Mytilène). Mais un Constantin Karamanlis, type même de l’homo novus, grand amateur de travaux publics, natif de Serrès (Macédoine orientale), finit assez vite, grâce notamment à son mariage, à entrer dans les salons les mieux cotés de Kolonaki, et à se concilier les bonnes grâces du beau monde politique de la capitale.

16C’est finalement cet amalgame politique et social, construit depuis des décennies, que rompt le mouvement des colonels en 1967, sans pour autant modifier les rapports de classe qui s’expriment à la tête du pays. Les nouveaux dirigeants sont moins originaires de régions distinctes qu’issus de milieux sociaux, de niveaux et d’aspirations, différents. Officiers d’infanterie, arme roturière par excellence, réservée aux cadets de petites familles, ils n’ont aucune sympathie particulière pour la grande bourgeoisie athénienne, où le barreau, la politique, le commerce et l’industrie sont étroitement associés. Du jour au lendemain, des familles naguère puissantes se retrouvent sans appui politique, obligées de dissimuler sous un libéralisme de bon aloi, même quand il est discrètement exprimé dans les premières années, une opposition à un régime, qui a, avant tout, le démérite de ne plus les servir personnellement. Car fondamentalement au contraire, il renforce les liaisons entre l’ État et le grand capital. Jamais, en effet, après les premiers jours d’incertitude, la croissance n’aura été plus rapide, l’harmonie plus complète entre dirigeants et milieux d’affaires. Sympathie secrète de conspirateurs heureux pour des armateurs richissimes et puissants, partis de rien (Onassis, Niarchos) ? Peut-être. Conscience réciproque qu’entre le grand dessein nationaliste des militaires au pouvoir et le grand projet économique d’un banquier, comme Andréadis, une voie commune était possible ? Sans doute. Plus généralement encore, pour la bourgeoisie d’affaires athénienne, la plus conséquente, une fois l’éponge passée sur l’absence décidément regrettable de toute culture chez les nouveaux maîtres, sur les inconvénients entraînés par des relations distendues – mais on s’aperçoit finalement assez vite que tous ces officiers ne sont pas insensibles aux attentions matérielles –, c’est la reconnaissance qu’avec l’ordre imposé, l’agitation contenue, le nouveau gouvernement ne freinait pas l’expansion. L’ambiguïté du régime des colonels vient justement de sa double origine : socialement, c’est un mouvement de classes moyennes, qui exprime assez bien le sentiment d’une fraction grandissante de la population athénienne : lassitude et en même temps envie devant les combinaisons de l’oligarchie classique ; à la limite même, l’enrichissement subit de nombreux officiers, qui roulent voiture un an après le coup d’État, correspond au modèle d’aspirations de ces classes moyennes ; mais, politiquement et économiquement, c’est le triomphe plus assuré encore du grand capital, et ces mêmes classes moyennes, comme les couches plus populaires, ne tardent pas à s’en apercevoir. Que le régime commette des erreurs économiques aux yeux de la banque athénienne (freinage des prêts à la construction), que l’inflation mondiale rende plus fragile encore une économie particulièrement dépendante, qu’au surplus les dirigeants soient une cause de troubles graves au lieu d’une garantie d’ordre (cf. les événements sanglants de l’École Polytechnique, à l’automne 1973), et enfin que les généraux aux abois jouent leur va-tout avec l’indépendance et la survie du peuple chypriote, et voilà l’union sacrée rompue, un gouvernement en apparence tout puissant renversé en quelques jours.

17Quoi qu’il en soit de ces derniers avatars, se trouvent confirmées les liaisons intimes qui depuis des décennies, unissent au travers des personnes, ou pour le moins des objectifs, l’appareil gouvernemental et la bourgeoisie d’affaires athénienne. C’est un premier mécanisme de la force de l’État dans la croissance économique de la capitale. Elle ne vient pas seulement, comme on l’a souligné souvent, de la présence de l’administration, qui facilite les démarches, de l’immédiateté du pouvoir, qui garantit l’ordre public, des nécessités du gouvernement, qui commandent de maintenir avant tout dans la capitale l’infrastructure énergétique et des transports. Elle vient aussi que ceux qui sont chargés d’assurer tout cela et ceux qui veulent en profiter sont parfois les mêmes personnes, plus souvent encore les membres d’une même famille, presque toujours des gens animés des mêmes intérêts. Voulue délibérément par certains, vécue confusément par le plus grand nombre, l’union du personnel politique et de la classe bourgeoise grecque fut un formidable outil de croissance. Encore faut-il savoir comment et où il a fonctionné, passer de l’intention à l’acte, autrement dit du personnel gouvernemental à la décision politique.

II – Le contenu de la décision politique

18Le problème est en effet d’apprécier comment le recrutement du personnel politique et le renforcement de l’appareil de l’État agissent dans les modifications des disparités régionales. Pendant longtemps, et pratiquement jusqu’à ces dernières années, cette action est implicite et ne correspond pas à une politique déterminée, de rééquilibrage provincial, par exemple. A priori, elle peut s’ordonner suivant deux lignes de forces contradictoires. Aux mains d’un ministre régionaliste zélé, l’administration est susceptible de devenir une source de profits pour la province dont il est originaire : accroissement des investissements de l’État, pour créer une infrastructure économique (grands travaux d’irrigation, moyens de communication), effort d’implantation d’établissements sociaux (écoles, hôpitaux), ajoutant au bien-être et multipliant les emplois locaux. C’est alors un correcteur de la centralisation athénienne. Au contraire, fidèle à ses promesses électorales individuelles, le ministre peut favoriser le transfert des hommes dans la capitale, en faisant entrer ses protégés dans l’administration centrale, admettre les enfants dans les Grandes Écoles et les Universités athéniennes, les malades dans les hôpitaux. Sa réussite et son influence sont aux yeux de ses électeurs la projection de ce que sont la Grèce et Athènes : dans la capitale, on est tout et on peut tout. Dans l’image classique de la vie politique grecque et dans la conscience de l’opinion, c’est la deuxième conception qui l’emporte incontestablement.

19Pour en juger, on a pensé qu’une étude statistique de la législation à des moments critiques serait particulièrement discriminante. De quoi s’agit-il ? Nous avons choisi dans les cent dernières années, trois périodes de quatorze ans, qui avaient le mérite de correspondre à la fois à des césures politiques et à des tournants majeurs de la construction économique du pays : 1882-1895, c’est l’ère trikoupiste, où s’élaborent les bases de l’État moderne, 1919- 1932, c’est le triomphe de Vénizélos et du sursaut national après la catastrophe d’Asie Mineure, 1953-1966, c’est l’heure de l’opposition des bourgeoisies parlementaires, avec Karamanlis et Papaandréou, et du décollage de l’économie grecque. Chaque fois, il s’est agi par un dépouillement exhaustif du « Codex », recueil hellénique des lois et décrets-lois, d’isoler de l’ensemble de la législation, les textes qui pouvaient avoir une action locale ou régionale. La méthode n’est pas sans faiblesses. Sur un total de 1500 décisions réparties dans près de 8000 réglementations, il ne pouvait être question, sauf exception, de faire une étude réelle du contenu des dispositions : le plus souvent c’est le titre même de la loi, qui a servi à la qualifier. Plus profondément encore, il n’était pas possible, au moins dans ce cadre, d’apprécier l’efficacité de la législation, en jugeant de son application. Certes, la multiplication de textes intéressant un même thème sur une courte période est une présomption d’inefficacité, ou bien au contraire de l’intérêt particulier du gouvernement. Donc, il faut être modeste : par ce biais, on saisit beaucoup plus les projets de l’État que ses actes. Mais, en même temps, tous les actes gouvernementaux procèdent d’un projet et dans une période déterminée, il n’y a aucune raison bien délimitée pour que la législation soit plus efficace en un point du Royaume qu’en un autre : malgré ses insuffisances, la technique employée renseigne sur l’orientation relative de la politique gouvernementale.

Les clivages géographiques du xixe siècle (1882-1895)

20La mise en parallèle des résultats recueillis est déjà significative. Si au cours des trois moments de référence le volume des lois à portée locale ou régionale reste dans une fourchette assez étroite (13 % à 18 % du nombre total des textes législatifs), la tendance n’est guère révélatrice du discours officiel et de l’intention gouvernementale expressément proclamée. C’est pendant la période récente, où les méfaits de la centralisation administrative, économique et humaine dans la capitale sont les plus dénoncés, où une politique de rééquilibrage provincial est mise en place, que la part relative de la législation régionale est la plus faible. En nombres absolus, elle est même plus de deux fois inférieure à celle de la période vénizéliste (1919-1932). Sans même se prononcer sur l’efficacité de la législation décentralisatrice, force est de constater qu’il n’y a pas multiplication de prescriptions administratives de portée locale ou régionale. C’est déjà un premier signe de l’affaiblissement relatif des mécanismes politiques dans l’organisation spatiale du pays.

21À cet égard, le tableau comparatif appelle d’autres remarques. Il est des régions, où l’appareil législatif a toujours une importance plus considérable que leur poids démographique dans le pays. C’est avant tout le cas de l’Attique et d’Athènes, où d’ailleurs la disparité va en s’amenuisant au fil des périodes. Au contraire, certaines régions apparaissent toujours défavorisées. L’exemple le plus symptomatique est le Péloponnèse : la prévenance de la loi pour la région serait-elle en fonction inverse du nombre d’hommes politiques qu’elle donne à l’État ? D’autre part, une grande règle semble rarement démentie : pour des raisons, qui tiennent à la fois à une bonne administration (extension de la législation en vigueur), et à un souci politique (montrer aux populations que la Grèce, c’est mieux que l’occupation étrangère), les régions nouvellement rattachées au Royaume ont toujours attiré les complaisances du pouvoir, avant de retomber dans une indifférence plus ou moins complète. Vour à tour la Thessalie (1882- 1895), la Macédoine (1919-1932), le Dodécanèse (1953-1966) ont eu à connaître ces égards de la loi. Enfin, certaines régions périphériques, pour avoir bénéficié de manière constante de priorités législatives, ne paraissent pas en avoir retiré un intérêt bien affirmé : les Cyclades, les îles Ioniennes. Les leçons globales sont donc pour le moins contradictoires : pas de lien univoque entre croissance économique et décision politique (Athènes et les Cyclades, toutes deux favorisées par la loi, suivent des destinées différentes), pas de rapport entre le recrutement du personnel gouvernemental et l’action de l’État (le Péloponnèse en fait les frais). Ce sont ces enseignements, qu’il s’agit maintenant de tirer au clair, par une analyse historique plus fouillée.

22La répartition géographique de la législation régionale au cours de la période trikoupiste (1882-1895) souligne les clivages spatiaux dans l’action de l’État, au moment où elle met en place les bases de l’économie moderne. Les disparités apparaissent doubles. Déséquilibre d’abord entre un personnel gouvernemental recruté massivement dans le sud du pays, et une politique orientée délibérément au Nord : l’Épire et surtout la Thessalie, qui n’ont pas de ministres, sont l’objet d’une prévenance remarquable. Déséquilibre ensuite entre les pôles économiques existants, mais qui commencent à connaître des difficultés, Syra au premier chef, sans que l’action de l’État apparaisse comme un correctif appréciable, et les centres plus récents, Athènes, Volos, dont la croissance est accompagnée par un appareil législatif important. Dès lors se précisent, au niveau de la décision, les raisons et les termes de l’alliance entre la classe politique et la bourgeoisie d’affaires, qui unissent leur destin à ce moment. Élus du Sud et gouvernant au Nord, les ministres de l’époque font éclater au grand jour une constante de la vie publique grecque : ils témoignent du divorce entre une pratique individuelle très localiste et une volonté collective très jacobine. C’est la clef du mystère né de la coexistence entre l’atomisation des clientèles électorales et la grandeur du dessein national. Profondément enraciné dans son éparchie, chaque homme politique a au fond de son cœur l’idée d’une Grande Grèce, qui rassemblerait toute la diaspora circumégéenne, et le pousse à porter ses regards toujours plus au Nord, d’abord vers la Thessalie, ensuite vers la Macédoine, enfin vers la Ville, Constantinople, et son arrière-pays naturel : l’Asie Mineure. Ce destin national inachevé empêche à jamais un ministre grec de mener une politique de Café du Commerce et lui fait apparaître Athènes comme le lieu géométrique de ses exigences contradictoires : la façon de satisfaire au meilleur compte les demandes de ses électeurs, le moyen de construire un État fort et moderne. Dans ce projet, il rencontre vers 1880-1890 les vues des milieux d’affaires. D’abord, fondamentalement, parce que la poussée vers le Nord, autrement dit l’hellénisme triomphant, n’a jamais été absente de l’idéologie de la bourgeoisie : il fut à l’origine de l’idée de nation ; pendant toute la première moitié du xixe siècle, il se cache sous l’indifférence des politiques de repli, menées par les oligarchies rurales ; s’il renaît en cette fin du xixe siècle, c’est que les capitalistes grecs prennent soudain conscience de quel formidable champ de manœuvre peut les doter la réalisation d’une grande nation grecque. C’est la seconde raison de leur projet politique. À l’heure où les économies insulaires vacillent, parce qu’elles ne peuvent plus jouer le rôle de relais entre l’Europe industrielle et un Orient de plus en plus malade, la bourgeoisie d’affaires voit son profit beaucoup plus assuré dans une reconversion continentale de ses intérêts. Pour elle aussi, l’État apparaît un moyen d’expansion, et Athènes le centre géographique de sa volonté de puissance.

23Plus encore que dans le nombre des dispositions législatives, cette double orientation politique et économique se lit dans la qualité des lois et des décrets. La grande affaire à l’époque est la construction d’un réseau de communications ferroviaires. Apparemment, c’est une œuvre de désenclavement régional que l’État entreprend, où le Péloponnèse apparaît le plus favorisé. En fait, il faut voir la véritable dimension de cette entreprise. C’est avant tout un immense marché financier et industriel, que se disputent les banquiers grecs et les hommes d’affaires étrangers. Il ne fait aucun doute que dans cette affaire, la volonté de développement régional, même quand elle est nommément mise en avant, est médiatisée par les possibilités du profit. Cette affirmation est si vraie que, quand les pressions politiques parviennent à imposer des décisions de rentabilité économique discutable, elles ne sont pas suivies d’effets. La seule région où soit prévu un réseau de relations ferroviaires denses est le Péloponnèse, où députés et ministres se sentent obligés de tenir en partie leurs promesses électorales. C’est là aussi que les échecs sont les plus nombreux. Au contraire, tous les projets septentrionaux verront le jour, à l’exception de la ligne Agrinion-Iannina. Dès les débuts de leur alliance avec la classe politique, les milieux d’affaires montrent clairement qu’il y jouent le rôle déterminant et qu’ils entendent se servir de l’appareil de l’État pour la construction d’un espace économique centré sur Athènes et orienté vers la Grèce du Nord.

24Plus symptomatique encore de cette attitude est l’analyse de ce que l’on pourrait appeler la législation régionale courante, l’ensemble des petites lois prises au jour le jour, dont la somme finit par composer un tableau assez cohérent de la doctrine de l’administration et des pouvoirs publics. Une nette distinction s’établit ici entre le Péloponnèse, la Thessalie et Athènes. On peut dire que les lois qui intéressent le Péloponnèse concernent avant tout des dispositions favorisant le mieux-être des habitants. Les adductions d’eau et la politique scolaire y tiennent une part prépondérante. Chaque fois l’État intervient, car il s’agit de détourner une fraction de ses ressources (douanes, redevances diverses) au profit d’une collectivité locale, qui veut faire un investissement social ou entretenir une fondation. Les mêmes orientations se retrouvent dans d’autres régions de la Grèce méridionale et insulaire.

25Rien de tout cela en Thessalie ; l’action de l’État se dirige ici vers des investissements beaucoup plus productifs : on aménage le port de Volos (1887), on prend deux lois successives pour des recherches et des travaux hydrauliques dans la plaine thessalienne (1887, 1889). Pour sa part, la capitale paraît partagée entre une politique d’embellissement et d’enrichissement culturel, et des dispositions beaucoup plus positives sur le plan économique. Au cours de la période de référence, les principales lois intéressent l’extension de l’Université d’Athènes, la création d’un musée archéologique, d’un observatoire, du Jardin Royal, ainsi que la fondation de plusieurs hôpitaux. Mais cette politique, que l’on pourrait qualifier de méridionale, est assortie de dispositions plus favorables à l’investissement économique : création d’un réseau ferroviaire régional avec la concession de la ligne Athènes-Laurion à la Compagnie Française des Mines du Laurion, et le prolongement du Pirée à Athènes des lignes du Péloponnèse, recherches hydrauliques dans la plaine d’Attique pour les besoins de l’industrie naissante. En cette fin de xixe siècle, dans la vision globale des classes dirigeantes, Athènes apparaît à la fois dans son rôle historique de capitale politique et dans ses possibilités de pôle économique, qu’elle est en train de devenir.

La tentative de rééquilibrage vénizéliste (1919-1933)

26À première vue, la législation de la période vénizéliste retrouve les grandes constantes géographiques et politiques, qui se sont installées à Père trikoupiste. Au nombre des textes d’intérêt régional, la Grèce du Nord l’emporte toujours, et de très loin, sur la Grèce méridionale : la Macédoine, l’Épire et la Thrace regroupent plus du tiers de ces prescriptions particulières, contre moins de 25 % pour Athènes et 12 % seulement pour le Péloponnèse. À cela, plusieurs raisons conjointes : la prime politique traditionnellement offerte aux régions nouvellement rattachées, à partir de 1923, l’installation massive des réfugiés d’Asie Mineure et les problèmes aigus qu’elle pose dans les campagnes et les villes du Nord, l’assainissement des grandes plaines macédoniennes, notamment des bouches du Vardar. Ces causes objectives sont servies par le grand dessein politique et économique de la bourgeoisie grecque : rééquilibrer le pays vers le Nord, en favorisant l’expansion autour de Thessalonique d’un bastion libéral et d’un pôle de développement lié au grand commerce balkanique et européen. Cette priorité septentrionale dans le volume de l’appareil législatif se double toujours de la qualité plus médiocre des textes qui concernent la Grèce du Sud.

27En fait, en dépit de ces déséquilibres d’ensemble, qui restent valables, il faut pousser plus loin l’analyse et prendre conscience que la politique vénizéliste représente un parti pris régionaliste, le plus fort qui ait jamais existé en Grèce. Malgré les disparités qui viennent d’être évoquées, il y a une volonté d’aménagement des ressources provinciales, de développement des possibilités humaines, qui s’étend à tout le pays. Ainsi, les investissements productifs de l’État ne se limitent pas à la Grèce du Nord. Toute la période, en particulier, est animée d’un grand effort pour assainir et mettre en valeur des plaines, qui sont grecques depuis plus d’un siècle.

28Dans ces orientations, plus égalitaires, au moins dans leurs intentions, sinon dans leur volume, Athènes occupe toujours une place à part marquée à la fois par l’intérêt prioritaire qui lui est réservé (14 % de la population, 24 % des textes à portée régionale ou locale) et le partage à peu près équitable entre les dispositions de nature administrative et sociale, et les décisions à conséquences économiques. C’est l’époque notamment où un effort particulier est consenti en faveur d’un meilleur aménagement urbain, qui a pour effet de moderniser une ville, subissant alors l’installation massive des réfugiés d’Asie Mineure, mais aussi d’y jeter les bases d’un nouvel essor économique. Les décisions se multiplient ainsi pour améliorer les équipements d’infrastructure dans l’agglomération : crédits d’État pour l’asphaltage des rues, ouverture de la route de corniche entre Vieux Phalère et Vouliagméni (1921) et surtout en 1924, la très importante convention avec la Power and Vraction Finance Company Limited, qui a pour défaut de mettre un secteur-clé de l’économie athénienne sous la dépendance directe de l’investissement étranger, mais pour principal mérite d’assurer à la capitale pendant plusieurs décennies la fourniture d’une énergie électrique régulière et de transports en commun de bonne qualité (métro du Pirée à Kiphissia, tramways dans les principales artères de la ville, remplacés après la guerre par des trolleys). Malgré l’avantage numérique qui favorise incontestablement Athènes, on reste surtout frappé par l’originalité fondamentale de toute cette législation de l’époque vénizéliste : elle est moins caractérisée par les inégalités quantitatives des textes que par l’orientation multirégionale de la politique officielle. Dans cette perspective, Athènes apparaît moins comme la capitale tentaculaire, qui dévore toute l’activité gouvernementale, que la première région du pays, qui réclame une attention particulière.

29C’est ici qu’il faudrait dépasser cette description de l’intention politique, pour analyser avec autant de détail les résultats de l’action, autrement dit passer de la loi à son application. Faute de pouvoir le faire, on se contentera d’une approche globale, qui a beaucoup de chance de serrer de près la réalité. La première remarque est que cette politique vénizéliste n’a pas survécu à son chef (Vénizélos démissionne en mai 1932). À cela des conditions extérieures, dont on a évoqué chemin faisant l’importance : la crise économique mondiale, la fermeture des Balkans et du marché russe rejettent la Grèce vers un schéma de développement très centralisé. Plus profondément, on peut se demander si cet échec n’est pas dû à une faille essentielle dans l’alliance entre le projet politique et le dessein économique : pour la première fois depuis près d’un demi-siècle, il y a divergence objective, sinon ressentie consciemment, entre l’exercice du pouvoir centralisé et l’emploi qui en est fait pour une meilleure harmonisation régionale du pays. On n’est pas revenu pour autant à la situation de la première moitié du xixe siècle ; c’est bien la même bourgeoisie vénizéliste qui tient le pouvoir politique et dirige les affaires, mais c’est à l’intérieur d’elle-même que passent maintenant les divergences : profondément libérale, elle est contrainte, sous peine de perdre toute efficacité, de se mouler dans des structures politiques très dirigistes ; penchant pour un épanouissement provincial plus généralisé, mais orienté vers la Macédoine, elle subit le lourd héritage de l’accumulation économique centralisée à Athènes. Finalement, quand les circonstances extérieures sonnent le glas des orientations vénizélistes, les choses reprennent leur cours normal et les contradictions internes se résolvent dans l’unité du destin politique et économique d’Athènes : la république parlementaire cède la place à la dictature monarchique de Métaxas, et la capitalisation athénienne redevient la seule forme de dynamisme dans une Grèce frappée d’atonie.

30Il reste de cette tentative de rééquilibrage spatial de Vénizélos un succès relatif et un aveu d’impuissance. Succès relatif, parce qu’incontestablement toute la période est marquée, on l’a vu, par un freinage dans la croissance économique athénienne. Pour la première fois depuis la naissance de la Grèce moderne, le pouvoir politique n’accélère pas les processus naturels d’accumulation économique. C’est une parenthèse suffisamment exceptionnelle pour mériter d’être soulignée. Mais aussi aveu d’impuissance, car la décision politique est, sans aucun doute, diversement interprétée par les agents économiques selon le profit qu’ils en attendent, et donc la région où elle s’applique. À cet égard, il est patent que la politique de grands investissements agricoles, de travaux de drainage et d’irrigation, la mise en œuvre d’incitations au développement rural, n’eurent pas le même succès dans les plaines de Grèce du Nord, où elles rencontraient les intérêts de la bourgeoisie d’affaires grecque et internationale, et dans la Grèce méridionale et insulaire, où elles se heurtaient à l’incrédulité des capitalistes et au peu d’entrain des habitants : l’assainissement du lac Stymphale constituait cette fois-ci un exploit plus redoutable que l’assèchement de la plaine de Thessalonique ou de la vallée du Vardar. Affaiblissement du moteur politique dans la croissance économique de la capitale, perte d’efficacité de la décision gouvernementale dans la conduite des dynamismes spatiaux, la période vénizéliste préfigure en fait l’époque actuelle.

L’affaiblissement de l’État (1953-1966)

31La législation contemporaine ramène en tout cas à un schéma beaucoup plus concentré de l’action de l’État. En dehors des îles Ioniennes, dont les séismes dévastateurs expliquent la particulière sollicitude des autorités, c’est Athènes et dans une bien moindre mesure Thessalonique, qui retiennent l’attention prioritaire des gouvernements successifs. Dans ce traitement de faveur, la réglementation proprement urbaine prend d’ailleurs le pas sur les dispositions économiques : manifestement pris de court par la croissance anarchique des deux agglomérations, l’État s’efforce d’y mettre de l’ordre, sans pour autant parvenir à y imposer une conception d’ensemble très rationnelle : la remise en cause perpétuelle du Schéma Directeur athénien, qui n’a jamais même vu le jour officiellement jusqu’au milieu des années soixante-dix, en est un bon exemple. En fait, au-delà de cette simplification géographique des orientations gouvernementales et de leur caractère parcellaire, la législation d’après-guerre traduit un véritable affaiblissement du rôle moteur de l’État dans la construction économique du pays. Non seulement les réglementations à portée régionale et locale diminuent en quantité par rapport à la période vénizéliste, mais la qualité même de l’appareil gouvernemental est atteinte. Cette constatation va à l’encontre des idées reçues, qui veulent que dans tous les pays capitalistes, depuis plusieurs décennies, et particulièrement depuis la crise des années trente, l’action de l’État augmente au profit d’une régulation des forces économiques et sociales. En Grèce au moins, cette affirmation ne résiste pas à l’analyse des faits. Il n’y a là aucune contradiction avec l’union de plus en plus étroite qui est réalisée entre les structures de l’État et le pouvoir de décision des entreprises. En fait, cette union se résout actuellement dans une fusion à peu près totale, qui rend en grande partie superflue l’élaboration d’une législation explicite : c’est au niveau de la concertation permanente, du règlement administratif, du décret d’autorité, voire plus simplement de l’inapplication des lois en vigueur, qu’elle se manifeste. À l’union contractuelle de l’État et du capitalisme, a succédé le capitalisme d’État, qui fait de plus en plus éclater les cadres de la société : les forces profondes, où le profit est un moteur d’autant plus efficace qu’il dispose de tous les moyens pour accroître sa puissance (pouvoirs publics, communications de masse), une politique superficielle, où le rôle correctif, incitatif, ou répressif à l’occasion, de l’État, est d’autant plus proclamé, qu’on le sait inefficace.

32Au contraire, l’État renforce considérablement son action sociale au sens le plus large du terme. Les mesures de cet ordre finissent par occuper la moitié des textes considérés. Il s’agit, tantôt de lutter contre les conséquences des cataclysmes naturels, tantôt de corriger les méfaits de l’organisation de la société, dans ce qu’elle a de plus provoquant ou alarmant. La politique culturelle s’apparente au même type d’action, mais avec des intentions géographiques et idéologiques plus ambiguës. Il faut d’abord renforcer le prestige de la nation et répondre aux carences intellectuelles les plus pressantes, et c’est Athènes qui recueille les fruits de cette volonté.

33Au-delà de ces intentions sociales massivement exprimées, c’est l’affaiblissement de la décision économique qui est le fait le plus remarquable. Il est d’autant plus significatif qu’il intervient dans une période d’expansion sans précédent dans l’histoire du pays et à un moment d’interventionnisme proclamé des autorités publiques. En fait, jamais la législation économique n’aura tenuune part aussi faible : un sixième de l’ensemble des textes de portée locale ou régionale, contre un quart sous Vénizélos, près de la moitié sous Vrikoupis. Il ne fait dès lors guère de doute que la décision de l’État a joué un rôle majeur dans le démarrage économique de la Grèce, et qu’elle se place aujourd’hui largement en marge des réalités profondes du pays : sans même faire appel au contenu des textes ou à leur efficacité, le volume de la législation en témoigne abondamment.

34Plus symptomatique encore des nouveaux rapports de forces qui se sont instaurés à la tête de l’État, jamais dans la législation économique, les lois d’association avec le secteur privé n’ont été relativement aussi nombreuses. Elles avaient joué, nous l’avons vu, un rôle déterminant à l’époque trikoupiste, notamment pour la construction de voies ferrées. Et elles s’étaient affaiblies considérablement sous Vénizélos, qui figure décidément sous le double signe apparemment contradictoire du libéralisme et du développement périphérique, et de l’affirmation d’un État souverain et arbitre. Avec le capitalisme d’Etat, tout change. Non seulement les conventions avec les sociétés nationales ou étrangères envahissent, et de façon croissante, la législation spécialisée, mais le capital y figure de plus en plus comme l’élément moteur et le décideur suprême. Ainsi, dans la convention qu’il passe en 1956 avec Niarchos pour l’établissement de chantiers navals, l’État prend-il soin de préciser que ne « pourrait pas être utilisé le golfe d’Aghios Géorgios » (i.e. en plein port du Pirée), et laisse à l’armateur le soin de choisir entre des sites très variés : Skaramanga, Pérama, Laurion, aux abords de l’Attique, mais aussi Pylos (Péloponnèse), Syra (Cyclades), et Souda en Crète (loi 3593 de 1956). Évidemment, pour des raisons facilement compréhensibles, de proximité de sa raffinerie pétrolière d’Aspropyrgos, dont les tankers devaient fournir la clientèle de base des chantiers navals, et du trafic portuaire général du Pirée, Niarchos s’établit à Skaramanga, en bordure de la baie d’Éleusis. Dans la crainte de perdre un investisseur, l’État est la plupart du temps contraint de signer un accord où tout est vague, sauf évidemment les privilèges qui sont consentis pour ferrer le capitaliste. Il ne faut pas s’étonner alors que son choix se porte sur la localisation qui est à court terme la plus rentable : la région athénienne. Plus généralement encore, l’initiative cesse le plus souvent d’appartenir à l’État pour passer dans les mains des entreprises grecques ou internationales : de plus en plus, la prospection des ressources naturelles ou humaines, puis la proposition de leur exploitation, sont faites directement par les sociétés privées et l’État abandonne la procédure plus souveraine de l’appel d’offres.

35Dans ces conditions, on comprend mieux la nouvelle stratégie du capital dans la croissance athénienne : fort de sa puissance d’initiative et de décision finale, c’est lui qui dirige l’organisation spatiale du pays, en la modelant suivant ses rationalités, concentrant à Athènes les activités de gestion et les productions les plus nobles ou les plus liées à la consommation, et desserrant en province les « unités techniques de production » (industries lourdes, transformation des produits naturels). Dans cette recherche du profit maximum, il attend de la collectivité nationale, et donc de la loi qui l’exprime à travers sa classe dirigeante, deux avantages : lui assurer par un minimum de législation économique les bases financières de son expansion sous forme d’incitation fiscale, d’énergie à bon marché, ou de zones industrielles installées ; et surtout corriger par une abondante législation sociale les « distorsions économiques », les « déséquilibres régionaux », que la croissance capitaliste fait naître dans le pays.

36Résumons nos conclusions : après avoir joué un rôle décisif dans le déclenchement de l’accumulation centralisée, l’action de l’État s’affaiblit aux deux niveaux de son fonctionnement, dans le nombre de ses interventions et dans la valeur de sa législation économique et régionale. Il reste à montrer, pour parachever la démonstration, que l’efficacité même des textes devient de plus en plus limitée. L’application des dispositions en faveur de la décentralisation industrielle en apportera une preuve supplémentaire.

Les incidences de la politique de décentralisation industrielle

37Dès la fin des années cinquante, le gouvernement grec a mis en place un important dispositif pour inciter les entreprises industrielles à s’implanter en province. En 1971, un effort de clarification est tenté. La loi 1078/71 distingue dans le pays trois zones, où notamment la fiscalité sur les bénéfices nets des sociétés s’appliquera avec une rigueur décroissante : la zone A comprend les nomes d’Attique et du Pirée, à l’exception du dème du Laurion ; la zone B couvre l’agglomération de Thessalonique, les nomes de Béotie et de Corinthe, l’éparchie de Khalkis, en Eubée, le dème du Laurion ; la zone C intéresse tout le reste de la Grèce. Dans une large mesure, cette législation sanctionne les niveaux de croissance atteints par les différentes régions au cours des années soixante : hypertrophie de la capitale, décollage de Thessalonique et desserrement régional de l’agglomération athénienne, déclin des zones périphériques. Mais les définitions géographiques données par la loi ne manquent pas d’ambiguïté : à trente kilomètres du centre d’Athènes vers le Nord (Béotie), à cinquante kilomètres vers l’Ouest (Corinthie), commencent déjà les incitations, ce qui n’est guère réaliste en raison même de l’étalement du tissu urbain de la capitale ; de même, la quasi-totalité de la province est traitée sur pied d’égalité, qu’il s’agisse des régions désertées d’Épire, du Péloponnèse et des îles, ou de l’axe de développement Athènes – Thessalonique. Quoi qu’il en soit du détail de ces dispositions, leurs modifications successives et rapprochées, leur caractère parcellaire et finalement timide, montrent que, malgré l’expérience, elles sont toujours prises dans une certaine improvisation et que les gouvernements craignent toujours d’être trop vigoureux et de casser l’essor économique, pour encourager un rééquilibrage régional.

38En fait, l’analyse de l’incidence de la législation sur les investissements prévus justifie en grande partie ces craintes : les entreprises n’utilisent les incitations fiscales que dans la limite du profit le plus important et immédiat qu’elles entendent tirer des avantages d’une localisation. Autrement dit, pour elles, la zone B s’étend essentiellement aux portes d’Athènes, et la zone C, théoriquement très large, se contracte autour d’un axe Patras-Athènes-Larissa-Volos-Thessalonique. Bien que lourdement chargée fiscalement, la petite région athénienne (zone A) – pratiquement l’agglomération – était encore à l’époque la première zone d’investissement du pays, au moins pour les capitaux nationaux. Le fait qu’ils aient été surtout destinés à des extensions plus qu’à des créations nouvelles, était certes significatif d’une tendance intéressante, mais il entraînait surtout une assurance de réalisation beaucoup plus rapide et certaine : l’expérience montre en effet que les autorisations d’investissement étaient d’autant plus suivies d’effet qu’elles portaient sur des projets nombreux, mais de valeur unitaire limitée, ce qui était le cas à Athènes. La zone B (périphérie athénienne, Thessalonique) venait au deuxième rang pour les investissements d’origine nationale, au premier rang, et de très loin, pour les investissements étrangers. Ici, les projets de créations l’emportaient sur les extensions d’établissements existants. Ces caractéristiques montrent que l’incitation de l’État est mieux reçue par les sociétés internationales en mal d’expansion, en partie parce qu’elles ont à traiter avec l’autorité publique des conventions pour introduire leurs capitaux et s’assurer des conditions d’installation avantageuses, en partie aussi parce qu’elles n’ont pas à supporter, dans la mentalité de leurs dirigeants, les lourds héritages psychologiques de la concentration athénienne. Enfin, la zone C (majeure partie de la province) aurait pu faire croire à un succès relatif de la politique gouvernementale, mais le contenu même des investissements qui y étaient projetés, était doublement ambigu. Géographiquement d’abord : un bon tiers du montant des autorisations concernait l’axe Athènes-Thessalonique, notamment la région de Larissa – Volos. Cette réanimation est beaucoup plus le résultat des tendances naturelles des entreprises, asphyxiées par la concentration athénienne, attirées par l’autoroute et l’environnement industriel et urbain, que la conséquence des mesures politiques : ici les détaxations fiscales apparaissent comme une prime supplémentaire, un cadeau à l’installation. Il n’en est pas de même évidemment dans les autres régions de province. Mais l’investissement prévu porte ici sur de très grosses opérations, où les conditions locales d’approvisionnement et les avantages particuliers consentis par l’État dépassent singulièrement la seule politique officielle de décentralisation industrielle (installation d’une papeterie à Drama par l’Athinaïki Khartopia, pour exploiter les forêts de peupliers du Domaine public en Macédoine orientale, extension de l’Aluminium de Grèce à Antikira).

39En conclusion, il apparaît que le dispositif mis en place pour favoriser la décentralisation industrielle a fonctionné comme un système d’accompagnement, beaucoup plus qu’en tant que corps d’incitations décisives. Le capital est maître du jeu économique et géographique aux deux étapes majeures de l’entreprise : l’initiative et la décision finale d’investissement. Le pouvoir politique ne peut – le veut-il d’ailleurs profondément ? – ni interdire la fixation de nouveaux investissements dans la capitale, ni empêcher leur concentration dans les zones provinciales les plus attractives (périphérie athénienne, Thessalonique), ni refuser des avantages considérables aux sociétés qui consentent à s’implanter dans des régions plus excentriques, moins pourtant pour les ranimer, que pour y profiter de conditions naturelles déjà très favorables (productions agricoles ou ressources minières). Par cette incapacité fondamentale à modifier le cours des dynamismes régionaux, dans le domaine où il proclame sa plus grande volonté d’action, l’État moderne confirme l’affaiblissement de son pouvoir dans la création et la maîtrise de la croissance.

III – La formation des hommes

40Aux deux niveaux d’analyse précédents – le personnel gouvernemental, la décision politique – la force de l’État a surtout été testée dans son action dans la construction de la croissance économique. Il ne faut pas oublier pourtant que l’accumulation athénienne est aussi démographique et humaine. Le rôle de l’État se manifeste ici essentiellement par la mise en place d’un système d’instruction publique, qui s’ajoute aux œuvres privées (institutions religieuses ou fondations civiles), pour développer les aptitudes et modifier les mentalités des habitants. Dans sa naïveté touchante de penseur libéral du xixe siècle, Gaston Deschamps remarque déjà : « dans la lande inculte où le décret d’Argos établissait la capitale du nouvel État, il n’y eut d’abord que deux bâtisses à peu près habitables : le palais du roi, symbole de l’indépendance politique, l’Université, symbole d’indépendance morale, laboratoire du patriotisme ». En fait, tout comme l’action proprement politique d’un ministre, le développement de l’éducation n’a pas de conséquences univoques. Il peut être autant un facteur de croissance régionale, en favorisant l’éclosion des initiatives et en augmentant la maîtrise des hommes sur leur environnement immédiat, qu’un adjuvant de la déprise économique, en facilitant la prise de conscience des déséquilibres et des possibilités de fuite. Contrairement à une illusion encore trop répandue en Grèce, ce ne sont ni les plus pauvres, ni surtout les plus sots qui donnent le signal du départ. Il reste que nous abordons là un des chapitres sans doute le plus délicat de la géographie culturelle, où les contraintes collectives et les aspirations individuelles se mêlent dans une complexité difficile à dissocier. Il est impensable pour nous dans le cadre de cette étude de dépasser la superficie des choses, c’est-à-dire de mettre en relation les déséquilibres régionaux, les équipements scolaires et leurs incidences externes sur la formation intellectuelle des habitants (analphabétisme, culture). Ce faisant, nous savons fort bien que nous nous interdisons d’approcher les véritables cheminements mentaux, qui s’établissent profondément entre ces différents termes : le nier serait naïveté, mais le passer sous silence pour autant serait certainement une plus grave insuffisance.

L’établissement d’un schéma culturel au xixe siècle

41Le fait le plus remarquable en la matière est que dès le dernier quart du xixe siècle apparaît un schéma culturel, dont les conséquences ne laissent pas de se faire sentir jusqu’à maintenant. À l’époque, il est caractérisé par la supériorité insulaire dans l’alphabétisation du pays. Dans une Grèce où les deux tiers des hommes et la quasi-totalité des femmes sont illettrés, les Cyclades, à l’exception très notable et assez inexplicable de l’éparchie de Naxos-Paros, les Sporades, les îles Ioniennes enfin, sauf peut-être Zante et Leucade, comptent beaucoup moins d’analphabètes que le reste du Royaume. Ce monde insulaire s’oppose à la Grèce continentale, notamment au Péloponnèse méridional (Messénie, Laconie, Arcadie) et à la Grèce Centrale de l’Ouest (Étolie-Acarnanie), où l’analphabétisme est particulièrement profond : seules les éparchies d’Attique et de Nauplie échappent à cette malédiction continentale, affirmant ainsi la supériorité du fait politique dans l’explication de ces clivages culturels : la capitale éphémère et la capitale réelle retrouvent un instant leurs destins réunis. En effet, à travers ces inégalités s’expriment beaucoup plus des permanences de civilisation que des niveaux de développement économique. Plus ouvertes aux échanges extérieurs, les îles bénéficient d’avantages divers, mais convergents : dans les Cyclades, la présence catholique, qui multiplie les écoles religieuses, la bourgeoisie d’affaires, qui a besoin d’un personnel instruit pour tenir ses comptes et ses magasins, dans les îles Ioniennes, la domination anglaise, qui a tenté d’y imposer ses modèles culturels, sont autant de facteurs qui militaient pour une instruction élémentaire un peu plus démocratique qu’ailleurs.

42En fait, dès qu’on passe à l’enseignement secondaire, cette unité insulaire est rompue. Les Cyclades figurent bien dans un rang très honorable, immédiatement après l’Attique, mais les îles Ioniennes rejoignent cette fois dans le peloton de queue l’Étolie-Acarnanie. D’ailleurs, les écarts sont ici moins creusés entre des régions pourtant aussi différentes que le Péloponnèse et les Cyclades. Si cette situation est normale pour le département d’Akhaïe-Élide, où la présence de Patras affirme l’importance de la société urbaine dans le développement de l’éducation secondaire, elle est en apparence plus paradoxale pour le Péloponnèse méridional. En fait, il faut se souvenir ici des caractéristiques politiques de ces régions montagneuses isolées. Incapables d’y susciter l’éclosion de l’économie moderne, les hommes politiques péloponnésiens se sentent obligés d’y implanter des lycées, qui sont aux yeux de leurs électeurs une justification de leur rôle au gouvernement, et permettent à l’élite locale d’accéder elle-même aux différentes fonctions publiques, de l’administration courante aux postes de responsabilité. Ils sont aidés dans cette œuvre par les évergètes privés, pour la plupart émigrants en Europe orientale, et ensuite aux États-Unis, dont la réussite serait incomplète sans une fondation d’assistance ou d’éducation léguée à leur province d’origine. Cette conjonction explique l’abondance des lycées ou collèges, attestés dès le XIXe siècle dans le Péloponnèse montagneux, dans les bourgs d’Arcadie notamment : Langadia, Vytina, Dimitsaina, Zakharo, Mégalopolis. C’est finalement cette diffusion du modèle culturel bourgeois dans les régions les plus traditionnelles du Royaume, qui a permis le rapprochement si important de la fin du XIXe siècle entre l’oligarchie rurale et les milieux d’affaires insulaires. L’analphabétisme péloponnésien a longtemps été une condition essentielle du maintien des structures politiques réactionnaires de l’État. Mais l’adoption par la classe des propriétaires fonciers d’une culture, que la bourgeoisie a tour à tour créée et véhiculée, réunit les schémas mentaux de deux milieux antagonistes. Là encore, cette rencontre se produit à Athènes : l’Université, unique en Grèce, y apparaît un moyen incomparable de fusion culturelle entre des élites sociales, venues d’horizons géographiques différents. Jusqu’aux bouleversements des guerres balkaniques, ce schéma culturel d’ensemble n’est pas profondément perturbé.

Les ruptures géographiques des années vingt

43Les annexions des guerres balkaniques en Grèce du Nord, plus encore l’arrivée des réfugiés d’Asie Mineure, bouleversent ces équilibres culturels. Elles les remplacent par des clivages géographiques très nets, qui opposent la Vieille Grèce méridionale, plus instruite, aux nouvelles provinces (Macédoine, Thrace, Crète), où l’analphabétisme est beaucoup plus répandu. Ces tendances n’amènent pas seulement un glissement spatial des disparités culturelles, en substituant à l’opposition entre Grèce continentale et insulaire des inégalités entre Nord et Sud. Plus profondément, elles rompent avec un schéma, qui tenait plus à des différences de civilisation que de géographie. D’un côté, une société rurale, dominée par une oligarchie foncière, où l’analphabétisme conditionne le maintien de la réaction et du conservatisme politiques (Péloponnèse). De l’autre, un monde plus marqué par la ville, où la bourgeoisie commerçante et industrielle a diffusé l’instruction et propagé le libéralisme en économie comme à la tête de l’État (Cyclades). En 1920, plus encore en 1928, après l’installation des réfugiés, ces cohérences disparaissent. Le Péloponnèse, relativement plus instruit dans la nation, demeure tout aussi rural et réactionnaire que jamais. En Macédoine, les paysans autochtones (les dopii), écrasés par des siècles d’asservissement turc, sont submergés par la vague des réfugiés micrasiates (originaires d’Asie Mineure), urbains de cœur, colonisateurs ruraux par contrainte, pauvres d’instruction, mais riches d’aspirations de tous ordres, et surtout Vénizélistes et libéraux à toute épreuve.

44Ces clivages géographiques entraînent des types de rapports nouveaux, entre provinciaux, croissance économique et politique de la capitale, et structure de l’État. Plus instruite, grâce à une indépendance vieille d’un siècle et aux efforts de ses dirigeants politiques, la Grèce méridionale demeure le réservoir humain presque exclusif de l’agglomération athénienne. Déjà épuisée économiquement, elle offre une moindre résistance aux appels de la capitale, en raison même d’une instruction élémentaire relativement plus diffuse parmi ses habitants. C’est là que pendant l’entredeux-guerres, se produit le relais entre une émigration d’élite, souvent urbaine, et une émigration de masse, beaucoup plus rurale. Fidèle à un système de gouvernement qui a fait ses preuves (soutien de tous les ministères réactionnaires sensibles à la quémande publique, appel à l’aide de l’État, pour former ses enfants et les placer ensuite dans les administrations athéniennes), le Péloponnèse s’enfonce dans l’immobilisme politique le plus rétrograde, qui a pour mérite à ses yeux d’entretenir la reproduction interne des processus État – clientèle électorale, mais qui appauvrit son capital humain, après avoir détruit ses ressources économiques. Au contraire, avide d’instruction pour se promouvoir dans une nation, où elle se sent à la fois démunie, assistée et sous-estimée, la Grèce du Nord inspire et reçoit les efforts de scolarisation de Vénizélos. C’est une politique de longue haleine, qui mettra plusieurs décennies à porter ses fruits. Après la crise mondiale, quand vient l’heure des difficultés économiques, ce retard culturel de la Grèce du Nord la met momentanément à l’abri d’une attraction démographique massive de la capitale. Jusque vers 1960, la déprise humaine n’y concerne finalement que des élites limitées en nombre. Ce sont tous ces comportements politiques et humains qui s’affirment dans la seconde moitié du xxe siècle, pour composer de véritables mentalités régionales, où les aspirations et les habitudes des habitants sont mêlées aux pratiques gouvernementales et aux interventions institutionnelles.

Les visages culturels de la Grèce contemporaine

45Là encore, les niveaux d’instruction et les équipements scolaires ne sont qu’un moyen d’accès à des réalités plus profondes, qu’ils révèlent et contribuent à expliquer. Ils opposent fortement trois groupes de régions, dont l’individualité est autant historique que géographique. Le premier ensemble est constitué de la Grèce méridionale, essentiellement le Péloponnèse, auquel il faut ajouter une partie des îles Ioniennes, notamment Céphallonie, la Crète, en particulier le nome de Khania à l’Ouest, et la majorité des îles du sud de l’Égée, les Cyclades, mais aussi Khios et Samos.

46D’une manière générale, l’alphabétisation y est plus poussée chez les adultes que dans les autres régions de Grèce, en raison d’une scolarisation systématique beaucoup plus précoce. Mais l’alphabétisation y a progressé moins vite qu’en Grèce du Nord pendant le dernier demi-siècle, et paraît se heurter à des seuils absolus, difficilement franchissables. Plus significatif encore de modèles culturels figés, en Grèce méridionale, l’éducation secondaire est avant tout réservée aux garçons, qui occupent dans le système traditionnel les postes de la fonction publique, que les appuis politiques leur font réserver. Complété ou non par une formation juridique à l’Université d’Athènes, ce bagage secondaire leur assure dans la capitale une véritable rente de situation, qui leur a longtemps tenu lieu de supériorité sociale. Souvent hautains, l’ongle long au petit doigt pour témoigner de la noblesse de leur tâche, ils ont formé les bataillons serrés des classes moyennes bureaucratiques de la capitale. Riches d’ambitions mais médiocres de revenus, elles ont toujours été jalouses de leurs prérogatives. À l’heure du développement économique, envieuses de la montée des salariés industriels, souvent moins instruits, mais plus courageux et mieux rémunérés, menacées par la progression des employés du secteur privé qui leur enlèvent leurs seuls avantages moraux, elles restaient à Athènes les garants inconditionnels du pouvoir en place, soutien de tous les gouvernements parlementaires de droite, et assise populaire du régime militaire qui leur a succédé. Comme toujours, ces couches moyennes, semi-instruites et économiquement déçues, ont fait le lit de la dictature.

47C’est un visage plus égalitaire, sinon plus démocratique, qu’offre la Grèce du Nord, notamment la Macédoine. Moins secondarisée, parce que les efforts vénizélistes n’ont pas été suivis des mêmes attentions, quand on est revenu à la politique traditionnelle des clientèles électorales méridionales, mais plus profondément scolarisée, elle voit se développer une société plus moderne, animée par des courants beaucoup plus actifs que dans la Grèce du Sud. Lorsqu’il existe un lycée, les filles n’y sont guère moins nombreuses que les garçons : quand on connaît les préjugés qui s’attachent dans la société grecque traditionnelle à la femme, vouée aux vertus ancillaires, c’est une révolution des mentalités, où n’est pas étrangère l’influence de la réfugiée d’Asie Mineure ; compagne d’aventure et d’exil, souvent contrainte par un veuvage précoce à prendre en charge une famille déracinée, elle représente une figure originale en Grèce, plus responsable et plus émancipée que l’épouse méditerranéenne classique. Au niveau des activités économiques aussi, les chances paraissent plus ouvertes que dans la Grèce méridionale. Certes, l’idéal de la démocratie rurale, instaurée par la réforme agraire de Vénizélos, n’a pas survécu aux atteintes du capitalisme agricole. Mais les filières de la mobilité sociale y ont toujours paru moins rigides, au moins aux yeux des habitants : cinquante ans après, ils se souviennent que pour la plupart, leurs pères ont été jetés pareillement démunis et misérables sur la côte grecque ; fils de bourgeois déchus, d’artisans ruinés, ou de paysans sans terres, ils ne tiennent compte que de la catastrophe identique, qui les a réunis, oublieux qu’ils portaient en eux-mêmes des traditions, des expériences et finalement des cultures diverses. Dans leur désir de reclassement à la fois social et national, ils se sont rapidement heurtés à l’État athénien, avec qui ils entretiennent des sentiments complexes de frustration et d’envie. Comme tous les réfugiés, mais plus encore parce qu’ils se sont installés dans une région excentrique, ils sont prompts à reprocher même aujourd’hui l’absence de continuité dans les efforts de la nation pour les établir. Plus profondément encore, ils font grief à la société athénienne de leur avoir refusé l’assimilation, que depuis des décennies elle accorde aux insulaires et aux Péloponnésiens. Certes, les plus industrieux et les plus chanceux n’ont eu aucun mal à se fondre dans les milieux d’affaires de la capitale. Mais la masse des sans-grade, des diplômés d’école de village, n’a jamais pu profiter des multiples filières d’intégration athénienne, que constituent une présence familiale déjà implantée dans la capitale, des employeurs originaires de la même région du pays, enfin et surtout des appuis politiques sûrs et durables. Est-ce seulement un hasard si les Macédoniens sont si peu nombreux dans la population athénienne ? Est-ce seulement un hasard s’ils ont pris en rangs serrés le chemin des usines de la Ruhr dans les années soixante ? L’éloignement – tout relatif – de la capitale, la proximité – plus relative encore – de l’Allemagne n’expliquent pas tout. Dans ces comportements migratoires se retrouvent les rapports entre une culture d’essence démocratique et un pouvoir centralisateur et autoritaire. Ils ne cessent de marquer durablement les modes de croissance de la capitale, au niveau de l’origine de ses habitants, comme des formes politiques de l’État.

48Il reste à évoquer le troisième visage culturel de la Grèce, rencontré dans la Grèce du Nord-Ouest, en Étolie-Acarnanie, en Évrytanie, et en Épire. Ici, l’analphabétisme était plus répandu, les lycées rares, leur fréquentation faible. En fait, ces régions cumulaient tous les inconvénients de la Grèce méridionale et de la Grèce du Nord, sans en avoir aucun des avantages. Pauvres et déshéritées, elles n’ont jamais bénéficié de l’aide que l’État accordait aux zones de recrutement du personnel politique (infrastructure scolaire, placements dans l’administration, et donc pensions). Excentriques dans la Vieille Grèce (Étolie-Acarnanie, Évrytanie), ou tardivement rattachées à la nation (Épire), elles ont supporté plus durablement les lourds héritages de la turcocratie, sans pour autant profiter de l’arrivée des réfugiés d’Asie Mineure. Peu dotées par la nature, abandonnées de l’État, elles n’ont pas été sauvées par les hommes. Cette somme de handicaps influe sur le comportement des habitants : la Grèce occidentale a longtemps maintenu une fécondité importante très originale dans le pays ; c’est un réservoir de main-d’œuvre peu qualifiée, où la capitale puise largement. À l’autre extrémité de la Grèce, la Thrace présente souvent les mêmes caractères. Mais c’est ici la présence d’une population turque, exclue des échanges de population de 1923, qui explique cette particularité en Grèce du Nord.

49Finalement, c’est autant à l’affaiblissement de la force de l’État qu’à la modification de son champ d’action qu’il faut conclure. Elle a joué un rôle décisif dans la création et les transformations des équilibres économiques de la Grèce, et surtout dans le démarrage de la croissance athénienne. Aujourd’hui, elle est impuissante à remodeler des espaces régionaux et à lutter avec succès contre les effets de la concentration. Cette incapacité fondamentale ne vient pas de la réduction de ses moyens d’action, mais exprime le changement des rapports entre État et classes dirigeantes. Indispensable allié des milieux d’affaires au moment de leur ascension économique et sociale, le pouvoir politique n’est plus aujourd’hui entre leurs mains qu’un instrument supplémentaire au service de leur dessein propre. Mais il reste un domaine où l’État doit à leurs yeux conserver son prestige et son efficacité intacts, dans une objectivité apparente : l’éducation. Là, il leur est toujours aussi nécessaire, pour imposer aux autres groupes sociaux un modèle culturel et idéologique, et surtout former les hommes aux nouveaux besoins techniques. En cette matière, rien n’a été mieux réussi, ni mieux accueilli par la population, que la politique de décentralisation universitaire. Mais toute éducation, si contrôlée soit-elle, renferme toujours un pouvoir explosif, qui dépasse son contenu formel. La sociologie, l’économie politique, l’histoire, sans compter la géographie, ont beau être diffusées à doses homéopathiques, les événements sanglants de l’École Polytechnique, en novembre 1973, ont été non seulement l’aboutissement d’une lente fermentation étudiante, mais peut être un signe de déblocage, dans la société grecque. Sans croire qu’il aura suffi à modifier fondamentalement ses équilibres, il a introduit une faiblesse dans l’alliance séculaire qui jusqu’ici a fait la grandeur d’Athènes : l’autocratisme péloponnésien et le mercantilisme méditerranéen.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search