Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Deuxième partie. Les étapes de la croissance

Chapitre 5. Le déclin des centres régionaux

Texte intégral

1La croissance athénienne est un phénomène politique, au sens le plus plein du terme. L’irrésistible ascension de la capitale s’explique avant tout par la conjonction de l’impérialisme étranger, allié à une bourgeoisie d’inspiration internationale, et des structures d’un État très centralisé. Dans ce processus, la part des conditions géographiques est secondaire, pour ne pas écrire négligeable. Encore sont-elles le plus souvent médiatisées par les tensions de la société et leur dynamisme historique. La suprématie acquise par Athènes sur les centres économiques périphériques du pays ne traduit pas la supériorité d’une situation spatiale, mais les luttes d’influence entre des bourgeoisies provinciales rivales, arbitrées par la capitale. Elles se résolvent le plus souvent dans la faillite ou l’abandon précipité, qui renforce le potentiel athénien. L’espace n’offre alors que le support matériel aux mutations économiques et aux transformations sociales. De Thessalonique à Kalamata et de Corfou à Ermoupolis, la spécificité des conditions locales ne fait que dresser le décor multiple et changeant du drame en trois actes que vivent depuis près d’un siècle toutes les grandes villes grecques : l’épanouissement, la chute, le redressement récent et limité sous l’impulsion d’Athènes.

2C’est dans cette perspective que sont étudiés neuf centres provinciaux (Thessalonique, Patras, Volos, Larissa, Kavala, Kalamata, Ermoupolis, Corfou, Mytilène). Comme pour Athènes – plus encore ici en raison du nombre de cas présentés – il ne peut s’agir de tracer une histoire économique exhaustive. Il est à peine possible de se livrer à des comparaisons rigoureuses, eu égard à l’inégale précision de l’information, dès qu’on dépasse l’exactitude apparente des statistiques, pour se plonger dans le foisonnement réel de la vie et des initiatives individuelles. En fait, l’objectif est triple. Il faut préciser par des situations régionales détaillées les inégalités qui sont apparues au niveau de la composition actuelle et de l’évolution historique globale de l’espace grec. Ce dessein est servi par des sources originales : registres des Chambres de Commerce et d’Industrie, dossiers de faillite. Leur qualité tient moins aux renseignements qu’ils apportent, destinés à pallier les carences des documents publiés. Leur principal intérêt réside dans leur nature même : le pointillisme des initiatives ou des échecs individuels traduit les pulsions de la vie économique collective. Réinsérer l’individu dans l’évolution d’ensemble de la société permet au travers d’expériences concrètes, de saisir des mécanismes : le transfert de l’initiative économique provinciale en est un majeur.

I – Grandeur et décadence des centres régionaux

L’enseignement des statistiques

3Les recensements de population permettent un premier examen du phénomène. À cet égard, près d’un siècle d’évolution démographique est un précieux critère de différenciation entre les villes grecques. Elle amène la distinction de trois types nettement caractérisés : les villes insulaires (Corfou, Mytilène, Ermoupolis), les ports industriels (Volos, Kavala, Kalamata), les grandes métropoles régionales (Thessalonique, Patras, Larissa). Encore que ces catégories correspondent à des niveaux dans la taille des organismes urbains, il s’agit moins de hiérarchie que d’atteintes plus ou moins marquées et précoces du dynamisme économique et démographique.

4Les trois centres insulaires considérés sont frappés de dégénérescence depuis 1928. Partout c’est l’incapacité à retenir ou à susciter les initiatives locales, et même, fait beaucoup plus original dans la période actuelle, à attirer de façon efficace les investissements extérieurs publics ou privés. Le destin de toutes ces villes insulaires paraissait au-delà de toutes les tentatives de sauvetage, n’était-ce que par le vieillissement accentué de la population restante. L’explosion touristique des trois dernières décennies a évidemment bouleversé ces perspectives.

5Les ports industriels de la Grèce continentale n’en étaient pas encore là. On ne pouvait pas pourtant pour eux, parler de bonne santé démographique, tout au plus d’un difficile maintien de la situation acquise (Volos, Kavala, Kalamata). Mais ici les conditions géographiques semblaient diversifier incontestablement plus que dans les îles les évolutions et les chances de redressement. Kalamata, riche de son port aux liaisons anciennes avec l’Europe du Nord (Hambourg, pays Scandinaves), de ses industries alimentaires (minoteries) et de cigarettes, devait compter depuis longtemps avec la concurrence athénienne. À Kavala, en Macédoine orientale, le déclin était moins précoce, mais les perspectives d’avenir toutes aussi sombres. Mais c’est Volos qui témoigne le mieux des interactions de la géographie et de l’histoire dans le destin des villes provinciales grecques. Jusqu’en 1928, c’est la progression rapide : une situation excentrique par rapport à la Vieille Grèce, un rattachement plus tardif à l’aire d’influence économique et politique d’Athènes, ont assuré assez d’indépendance au port du golfe pagasitique, pour lui permettre d’attendre l’essor, qui marque dans toutes les régions l’arrivée des réfugiés d’Asie Mineure. Mais ce relais d’impulsion est de courte durée. Dès avant la guerre, la ville s’installe dans la crise économique et le marasme démographique. Il faut attendre les années soixante pour voir s’amorcer les indices d’un renouveau. La situation de Volos, entre Athènes et Thessalonique, le long de l’autoroute qui unit les deux pôles du développement grec, attire les investisseurs et lui assure une incontestable prééminence sur ses concurrents plus excentriques (Kavala, Kalamata). Curieusement, le renversement de la conjoncture économique athénienne entraîne une modification radicale de ses rapports spatiaux avec la province : dans la phase annexionniste, l’éloignement est indubitablement un facteur de résistance, dans l’impérialisme de redistribution actuel, la proximité devient une chance. Les hasards de la géographie et de l’histoire ont voulu que Volos cumule tour à tour les deux types d’avantages.

6Patras, Larissa, Thessalonique dépassent par la continuité de leur croissance démographique ces fluctuations typiques des ports industriels grecs. À première vue, elles paraissent bénéficier de la rente de situation qui s’attache aux métropoles régionales des trois plus riches régions du pays : le Péloponnèse, la Thessalie et la Macédoine. À y regarder de plus près, cette logique ne tient pas. Seule Larissa fait montre d’une progression sans rupture. Or, c’est aussi le seul centre provincial de cette importance, qui n’ait pendant longtemps joué qu’un rôle économique mineur, avec des services de desserte régionale restreints. Apparemment, le capital démographique de Larissa a mieux résisté, dans la mesure où il n’était pas investi dans des activités concurrentes de celles de la capitale, et donc menacées par elles. Au contraire, Patras et Thessalonique témoignent toutes deux des processus d’attaque athénienne, maintenant bien connus. Autrement dit, rien ne serait plus faux que de voir dans cette évolution démographique des centres provinciaux grecs, l’image d’un réseau urbain hiérarchisé démantelé, puis ranimé par Athènes. En fait, dans un ordre historique et géographique sur lequel il est inutile de revenir, chaque ville est affectée en raison de son potentiel interne propre : la prospérité attire la mainmise et la chute, la proximité, la conquête et le redressement.

7Il faut aller plus loin dans ce processus explicatif. Dans la répartition des activités, ce qui importe est moins la situation que le dynamisme. De 1920 à 1961, la plupart des centres étudiés de la Grèce méridionale et insulaire enregistrent un glissement du secteur secondaire vers le secteur tertiaire : Ermoupolis, Corfou, Vripolis, Kalamata (fig. 3). Seule, Patras échappe à la tendance et rejoint les villes de la Grèce du Nord, caractérisées au contraire par la montée du secteur secondaire et une certaine diminution des activités tertiaires (Thessalonique, Volos). C’est, à une exception près (Corfou), le mouvement qu’avaient connu précédemment, entre 1879 et 1920, les villes de la Vieille Grèce (Ermoupolis, Vripolis, Kalamata). Ainsi se met en place le mécanisme de dégénérescence qui rend le mieux compte de la distribution géographique des types de villes en Grèce. Dans une première étape, que nous appellerons « progressive », des perturbations introduites par la croissance athénienne, les modifications portent sur l’affaiblissement des capacités de commandement et des aptitudes d’échange des organismes urbains, et au contraire sur le renforcement, souvent considérable, de leur pouvoir de production mis au service de la capitale. Dans une deuxième étape, dite « régressive », il y a diminution même de ce potentiel productif, qui apparaît non rentable à cause de sa situation géographique (Ermoupolis) ou de ses structures économiques (Vripolis). Elle s’accompagne d’une infiltration croissante de services tertiaires inférieurs (administration et surtout commerces courants).

8Dans ce schéma évolutif parfaitement net, les conditions locales apportent des nuances plus ou moins affirmées. Patras, dont la position géographique est de loin la meilleure de la Grèce méridionale (proximité d’Athènes et face à l’Europe), ne connaît que deux phases « progressives » : la rentabilité des opérations industrielles des investisseurs athéniens et étrangers n’y a jamais paru très menacée, même si elle est plus attrayante ailleurs. Au contraire, Corfou n’a pratiquement jamais connu de phase « progressive », en raison certainement du capital d’initiative déjà important laissé par l’occupation anglaise au moment du rattachement des îles Ioniennes à la Grèce (1864). Enfin, parmi les villes devenues grecques vers 1920, les moins bien situées voient se fondre les deux étapes (Kavala, Mytilène). Leur rattachement à la Grèce est encore trop récent pour entraîner une érosion très importante de leur potentiel industriel, mais leur pouvoir attractif trop faible, pour éviter le glissement vers un secteur tertiaire peu productif.

9Au total, l’enseignement des statistiques est double. Il met en cause comme processus explicatif du développement urbain en Grèce l’influence mécaniste d’un système fondé sur la rationalité régionale des villes, sur leur desserte d’un espace plus ou moins vaste. Leur existence, leur croissance, et les modifications de leur contenu sont liées à leurs dynamismes internes, aux facultés de création, d’adaptation ou de résistance de leurs habitants. C’est l’interaction de ces tensions internes, leur indifférence, leur concurrence ou leur convergence qui est le moteur des rapports spatiaux entre les villes, beaucoup plus que l’apparence illusoire d’un réseau de relations hiérarchisées. Dans ce jeu de forces, la composante athénienne est évidemment dominante. On est alors surtout frappé par le caractère itératif des mécanismes de domination des centres régionaux : le démantèlement de l’appareil de production est un processus qui joue tour à tour dans la Grèce insulaire et méridionale et dans la Grèce du Nord. Mais l’histoire ne se répète pas. La dimension de l’impérialisme athénien change de nature, en passant de la concentration matérielle à la dispersion contrôlée de ses moyens de production. La chance – historique – de la Grèce du Nord, de Thessalonique en particulier, est que cette modification fondamentale de la croissance athénienne se soit produite au moment où la phase « régressive » allait affecter leurs forces productives mêmes. Pour cela, Thessalonique ne connaîtra pas le sort d’Ermoupolis, ni Volos celui de Kalamata : l’insularité ou la méridionalité a peu de chose à voir dans ces verdicts, l’histoire beaucoup.

La destinée de trois villes insulaires : Ermoupolis, Corfou, Mytilène

10Il s’agit maintenant pour chacun des types urbains reconnus, de dépasser la surface des statistiques pour plonger dans la chaude ambiance de la réalité. On s’efforcera moins de présenter de courtes monographies, que d’écrire des destinées parallèles de villes, vues à travers des thèmes communs : ainsi, les paysages urbains, la tutelle économique, le passé prestigieux, les transferts d’initiatives sont autant d’introductions à la compréhension du déclin insulaire.

11Il existe une incontestable parenté entre Ermoupolis, la capitale des Cyclades, et Corfou, la métropole de l’Eptanèse. C’est là sans doute que l’histoire s’inscrit le mieux dans le bâtiment urbain. Le fait est assez rare pour être souligné dans un monde, dont nous avons maintes fois indiqué qu’il s’apparente beaucoup plus à l’Amérique qu’à l’Europe occidentale. Point n’est besoin de citer le chroniqueur de 1902, qui s’émerveille devant la place Miaouli – la grand’place d’Ermoupolis – récemment électrifiée, « salon extérieur des Syriotes » et fait de Dellagratzia – une bien modeste plage – « l’égal du Phalère des Athéniens ». Point n’est besoin de rappeler que jusqu’en 1969, les deux villes s’enorgueillissaient de posséder chacune la réplique exacte de la Scala de Milan : depuis, une bâtisse moderne a remplacé le monument à Corfou. En fait, dans les dalles de marbre de la place Miaouli, dans les balustrades sculptées de son kiosque à musique, dans les hautes maisons étroites qui se serrent sur les remparts de Corfou, dans les ruelles ombreuses qui montent dans la vieille ville, se cache un peu de cette urbanité méditerranéenne, dont les cités italiennes fournissent une image trop universelle. Et comme toujours dans cette méditerranée de carte postale, la misère n’est jamais très loin du décor ; les volets fermés des grands ateliers de textiles, le long de la mer à Syra, les ruines envahies par les ronces de l’imprimerie Aspiotis-Elka à Corfou, dans la montée au port, montraient l’envers de l’habit de prestige : la déchéance économique. Il faut déjà une introduction plus sérieuse, pour voir les vraies différences entre Ermoupolis et Corfou. Le vieil industriel, en complet d’alpaga, au panama soigné, qui prenait son thé chaque soir sous les arcades de la place Miaouli, l’avocat corfiote, mi-grec, mi-anglais, qui nous recevait dans son cottage hors-la-ville, furent plus que des informateurs diserts, des témoins de la richesse passée et de genres de vie opposés : Ermoupolis, la commerçante et l’industrieuse, société cosmopolite jetée sur un rocher de l’Égée, où l’entrepôt ne fut jamais loin du port, et la demeure loin du magasin ; Corfou, la terrienne, où toute richesse vient de l’arbre (l’olivier), où, comme à Zante, il n’est pas nécessaire d’habiter la ville pour afficher son urbanité.

Fig. 3 Évolution de la structure de la population active dans 10 centres provinciaux grecs, 1879-1920-1961

12À première vue, Mytilène échappe à ces dialogues subtils entre l’homme et le bâtiment. La ville était médiocre, tout entière envahie par les structures basses du souk, à peine dominées par quelques méchants hôtels modernes, construits par des insulaires, retour d’Afrique. Les rares quartiers résidentiels se cachaient dans des vallons à l’écart, dans les premiers bosquets de l’olivette, qui couvre toute la moitié orientale de l’île. En fait, le passé urbain est ici beaucoup moins prestigieux qu’à Ermoupolis ou à Corfou, et Mytilène ne vaut guère mieux que sa voisine turque d’Ayvalik, dont le développement touristique est d’ailleurs beaucoup plus avancé à l’époque. Si l’on voulait à toute force trouver des similitudes dans les paysages urbains de nos trois cités insulaires, ce serait certainement du côté de la médiocrité de leur port. Encore cette image statistique rend-elle mal compte de la réalité. Les yachts sophistiqués amarrés au ras des tavernes, les vieux rafiots de la marine nationale achevant leur existence, les bateaux des îles tout blancs, qui doublent à toute sirène la pointe de Vaporia, pour avertir les marchands ambulants de loukoums que l’escale sera courte, sont un pâle reflet du rôle d’emporium qu’Ermoupolis jouait au xixe siècle, quand elle étendait ses lignes dans toute la Méditerranée et était le seul port d’accostage de l’Égée. À Corfou, le trafic est exagérément gonflé par le transit des ferries entre l’Italie et la Grèce, qui n’anime le port que quelques minutes, voire par les relâches épisodiques de la VIe flotte américaine, qui faisaient fleurir sur les quais les étalages des vendeurs de pacotille et des changeurs de dollars à taux usuraire. Finalement, c’est à Mytilène que la léthargie portuaire est la plus trompeuse : derrière le caïque qui embarque pour une excursion en Turquie, le caboteur essoufflé qui charge les fûts d’huile pour Kavala et Thessalonique, il y a les grands ferries, qui mettent chaque jour les lourds camions de marchandises à une douzaine d’heures du Pirée.

13Mais c’est au niveau de l’activité économique que l’unité est la plus profonde entre les trois villes insulaires. Elle est caractérisée avant tout par le manque de diversité et d’indépendance. La mainmise de la capitale est aussi accentuée sur les autres secteurs de l’économie insulaire.

14C’est dans le tourisme, secteur le plus spéculatif, que la pénétration du capital athénien et étranger est la plus forte. Corfou dispose en effet d’avantages naturels appréciables. Très pittoresque, mêlant intimement le vert tendre de l’olivier au bleu profond de la mer Ionienne, l’île a surtout l’immense intérêt d’être la plus occidentale de la Grèce, à quelques dizaines de minutes d’avion, à une nuit de bateau de Brinsidi. Cette situation privilégiée compense un peu le handicap climatique : première touchée par les dépressions océaniques, Corfou ne prolonge pas sa saison touristique utile au-delà de la fin septembre. Par ailleurs, la structure foncière même paraît favoriser les investissements hôteliers : tout le littoral occidental de l’île est le domaine de grandes propriétés oléicoles extensives, quand les terres de l’intérieur, propriété des villages, sont beaucoup plus morcelées. Cette disposition particulière a facilité le rachat par des investisseurs de superficies importantes en bordure de mer, ou la transformation des propriétaires fonciers en entrepreneurs de l’hôtellerie. Les deux origines se retrouvent dans les grandes sociétés hôtelières corfiotes. Au total, l’expansion touristique n’a pas assuré une nouvelle indépendance à Corfou. L’essor touristique a accéléré le mouvement de déprise régionale. Le prix des terrains en bordure de mer a grimpé en flèche, favorisant la fuite des capitaux qui s’investissent en priorité à Athènes. Les étrangers ont pris position sur les meilleures places de l’île, sans pour autant arrêter l’hémorragie humaine : de 1961 à 1971, la ville de Corfou perdait encore 500 habitants ( – 2 %), le nome près de 10 000 personnes ( – 9 %).

15En comparaison, la situation économique de Mytilène apparaissait plus saine. Mais c’est une santé bien peu florissante. Malgré les beautés naturelles de l’île (forêts d’oliviers dans l’Est, arbres pétrifiés à l’Ouest), le tourisme était encore balbutiant, sans doute à cause de la situation orientale, le long des côtes turques. Mais la position géographique n’explique pas tout : dans la même localisation, Rhodes est devenue le paradis du tourisme. Vard venue dans le Royaume (1920), Mytilène subit le sort commun de toutes les régions excentriques du nord de la Grèce : le maintien d’une relative indépendance économique et en retour, le profond désintérêt manifesté par l’expansion athénienne actuelle. Cette situation marginale est encore aggravée par le manque de diversité des activités insulaires : une grande partie de l’économie de l’île est fondée sur l’olivier (culture et revenus fonciers, traitement de la récolte, courtage de l’huile et des sous-produits, exportations) et sur la tannerie. Au total, Mytilène ne fait guère mentir l’unité des destinées insulaires : le prestige du bâtiment, l’inflation touristique ne sont que des parures à la léthargie économique et au déclin démographique.

16Il est à peine besoin de revenir ici sur le passé souvent brillant que les trois villes ont connu, et beaucoup plus nécessaire de s’étendre sur les circonstances de leur chute. Au demeurant, des causes externes de décadence se retrouvent dans les trois cités insulaires. Les lamentations ermoupolitaines ne manquent pas de les énumérer : l’ouverture du canal de Corinthe en 1893 ruine la situation de Syra, en détournant définitivement le trafic de la Méditerranée occidentale vers Le Pirée, plus proche ; la tannerie, qui a longtemps été une activité maîtresse de l’île, est concurrencée victorieusement par les mégisseries de Khios et de Samos, mieux équipées pour la production de produits chimiques ; enfin, les industriels insulaires furent perdus par leurs femmes, si l’on peut dire, qui très tôt préfèrent la sécurité des salons athéniens. Même refrain, adapté à Corfou. L’annexion de l’Épire turque près les guerres balkaniques (1912-1913) enlève un marché lucratif aux commençants corfiotes, qui s’y livraient à la contrebande organisée sur des produits de première nécessité (café, sucre, pétrole). Plus tardivement, après la deuxième guerre mondiale, la fermeture de l’Albanie entraîne la récession de la minoterie insulaire qui l’alimentait, et qui se trouve encore handicapée par le coût des blés venus de Thessalie et de Macédoine. Enfin, plus récemment, l’essor des cordages et des emballages de nylon apporte un coup sérieux à l’entreprise Desylla (chanvre, jute).

17Mais toutes ces raisons sont-elles suffisantes et même déterminantes ? À Syra, la crise commence bien avant 1893 et l’ouverture du canal de Corinthe. À Corfou, elle précède le dernier conflit mondial et la révolution du plastique. En fait, il faut dépasser ces causes extérieures, qui ne font en général qu’aggraver la situation, pour s’attaquer aux véritables explications, qui s’attachent à démonter le mécanisme du succès et ses modes de détérioration. Ils font beaucoup plus appel aux conditions humaines de l’entreprise qu’aux facteurs proprement géographiques. L’exemple d’Ermoupolis est à cet égard parfaitement éclairant. C’est le système bancaire et l’organisation maritime qui sont à la base de l’expansion et de la chute ermoupolitaines.

18Le chroniqueur de 1903 est tout à fait explicite sur les mérites de Syra à la grande période. « Les commerçants qui venaient à Syra, écrit-il, étaient assurés d’y trouver non seulement les marchandises, mais aussi toutes les facilités que ne pouvaient leur offrir ni Patras, ni Le Pirée, ni Athènes. » Elles tenaient à un système de crédit bon marché et souple. La lettre de crédit ordinaire était à six mois, et si le marchand n’arrivait pas à payer, on évitait de faire protester les traites, comme le faisaient les commerçants d’Athènes. Ainsi, sur 22 millions que compte en bonne année le commerce total de l’île, « les deux tiers sont distribués toujours à crédit, dans toutes les éparchies, de sorte que Syra prête à la Grèce 16 millions de drachmes. » Et le taux d’escompte est le plus bas du Royaume : on prête à Syra à 7 % l’an, quand les banques athéniennes pratiquent le 8 %. Et les privilèges accordés en 1857 à l’Elliniki Atmoplia (Compagnie de Navigation à Vapeur) renforcent les effets du système bancaire. La Compagnie doit assurer des services réguliers avec tous les ports de la Grèce, transporter gratuitement les plis et l’argent de l’État, accorder une réduction pour le transport de ses marchandises et de ses fonctionnaires. En retour, l’État a participé directement ou indirectement à plus de la moitié de la formation du capital : sur les 2 189 actions émises à l’origine, 800 ont été souscrites par l’État, 400 par la Banque Nationale, En outre, la Compagnie bénéficie d’un monopole de douze ans, de l’exonération douanière sur les matériels importés, et du privilège de créer des lignes extérieures vers Vrieste et Constantinople, pour contrebalancer l’exploitation déficitaire des lignes intérieures. Par ces privilèges, plusieurs fois renouvelés et élargis après de longues négociations (1870-1874, 1880-1886), le commerce ermoupolitain assurait les moyens matériels de son expansion, de la diffusion et de la redistribution des produits de son industrie et des manufactures européennes : vers 1880, les bateaux de Syra touchent à tous les grands ports de la Méditerranée.

19Mais Ermoupolis allait mourir de ce qui avait assuré sa gloire. Le système de crédit pratiqué sur la place était à la fois avantageux et aventureux ; il était fondé sur les liaisons personnelles et familiales existant entre les marchands de change et les commerçants et industriels : les Krinos, les Ladopoulos, les Vaphiadakis, les Négreponti, les Vsiropina, les Rodopoulos se retrouvent dans toutes les listes de notabilités économiques de l’époque. Une mauvaise affaire déclenche donc une série de conséquences en chaîne imprévisibles. Plus encore, quand ce cercle fermé où tout se règle entre soi, est rompu par l’introduction d’une organisation bancaire plus rigide, plus solide aussi, la Banque athénienne, représentée alors par la Banque Nationale, c’est tout un système d’équilibre familial insulaire qui se trouve menacé. Sans que les Ermoupolitains s’en doutent, cette Banque Nationale que l’État jette dès 1857 dans la corbeille de baptême de l’Elliniki Atmoplia, n’est pas seulement symbole d’allégeance des finances publiques à l’hégémonie économique de Syra, c’est un danger permanent installé au cœur même de la puissance d’Ermoupolis. Désormais, la Banque Nationale se retrouve aux premiers rangs des créanciers insulaires. De même, les privilèges de l’Elliniki Atmoplia allaient causer sa perte. Obligée d’assurer des lignes non rentables, engagée dans des dépenses somptuaires superflues (les bateaux de la Compagnie sont les plus rapides et les plus luxueux de la Méditerranée orientale), s’endormant aussi dans le confort et l’irresponsabilité qui caractérisent quelquefois les sociétés semi-nationales, l’Elliniki Atmoplia ne tarde pas à connaître de graves difficultés, qui se terminent par sa faillite en 1892, un an avant l’ouverture du Canal de Corinthe. Si l’explosion est assez forte pour secouer la Banque Nationale, elle marque définitivement la fin de la prépondérance ermoupolitaine : le crédit et la marine avaient entraîné la chute de l’emporium égéen, comme ils avaient assuré sa gloire.

20À Corfou, ces causes profondes sont plus difficiles à déceler, en raison même de la moindre prospérité économique et de l’intérêt plus faible qu’elle a suscité chez les historiens locaux. Il faut se contenter ici d’hypothèses à offrir aux vérifications des recherches à venir. Dans la capitale des îles Ioniennes, comme d’ailleurs à Mytilène, l’existence de grandes familles agrariennes, qui exploitent de façon très extensive, de grandes superficies en oliviers, est certainement un puissant facteur de résistance interne à la construction d’une économie moderne. Leur ancienneté historique (à Corfou, la plupart remontent à l’occupation vénitienne), la source de leur richesse, leur mode de vie aussi, les opposent aux esprits industrieux, petits fonctionnaires comme à Corfou, réfugiés d’Asie Mineure, comme à Mytilène, qui veulent créer commerces et industries. Elles leurs interdisent d’être la pépinière de ces hommes nouveaux, et plus encore tendent à les absorber, quand ils ont réussi : ainsi à Corfou, les Desylla, industriels du textile, s’allient-ils aux Capodistria, grands propriétaires oléicoles. Beaucoup plus qu’à des mécanismes de déprise régionale, il faut penser ici à de véritables blocages internes dans une économie agraire, dont les structures rappellent curieusement en Grèce le Mezzogiorno italien.

21Quoi qu’il en soit de ces causes profondes de décadence insulaire, elles déclenchent toujours une crise de défiance généralisée, qui entraîne la fermeture des entreprises les plus prestigieuses, dans le meilleur des cas le transfert de leurs forces vives dans la capitale.

22Mais finalement c’est au niveau des dynasties familiales que sont les mieux traduites ces singularités insulaires et l’unité de leur destinée actuelle. À Ermoupolis, deux généalogies exemplaires montrent comment la vie des individus s’intégre dans l’évolution générale, l’éclaire et l’explique tout à la fois. La naissance à Khios ou en Crète, l’installation à Syra, la réussite dans le grand commerce ou l’armement maritime, le déclin dans la robe (le barreau) ou l’uniforme (la marine marchande), sont autant de thèmes qui unissent les générations et illustrent la chute. À leur lumière apparaissent mieux les deux faiblesses de l’empire ermoupolitain. Déracinés, jetés sur un rocher où ils font fortune, les gens de Syra n’ont pas eu le temps de s’attacher à une petite patrie, qui fut un havre provisoire, rapidement abandonné quand le vent a tourné. Comme cent ans plus tard pour les réfugiés d’Asie Mineure, Athènes leur apparut à la fois comme la perte et le salut. Plus profondément encore, hommes d’audace commerciale et maritime, ils n’ont jamais compris que dans le Royaume de Grèce, tout passait par la politique. À la grande période, l’annuaire politique de l’île est dérisoirement vide : ce peuple d’industriels et de capitaines fut gouverné par des paysans du Péloponnèse ! Ils commencèrent à convoiter les ministères quand ils furent réduits à la basoche. C’était trop tard. Comme l’écrit le chroniqueur de 1925, « les gens de Syra sont réputés pour leur activité, leur goût de la tranquillité, ne se mêlent pas de politique, mais demandent que le député de Syra s’occupe d’eux ». Faute de l’avoir fait efficacement à l’âge d’or, ils étaient devenus des assistés, des quémandeurs insulaires dont ils ne sont pas les représentants exclusifs en Méditerranée. À Corfou et à Mytilène, les choses sont plus simples, mais tout aussi désastreuses. Les grandes familles patriciennes corfiotes, les Ventoura, les Bogdano, les Vhéotoki, les Palatiano, les Vriboli, les Moukhas, imbues de leur légitimité historique, fortes de leurs oliviers et de leurs palais, s’emmurent dans la rente foncière et les charges juridiques souvent honoraires (cf. les nombreux avocats du barreau de Corfou qui n’exercent pas). Il faut la vague touristique, la spéculation qu’elle déclenche, pour les sortir d’un isolement qui devenait médiocre avec la baisse de la rentabilité de l’oléiculture. Elle ne suffit pas pour autant à les faire pénétrer dans le monde des affaires athénien, tout au plus dans la liste déjà longue des grands propriétaires immobiliers de la capitale. À Mytilène, la fortune agraire est plus récente et sent beaucoup plus la sueur que le titre de noblesse (cf. : la généalogie de la famille Binos). Mais rapidement, elle engendre les mêmes mécanismes de blocage économiques qu’à Corfou : à la troisième génération, après des études juridiques de bon ton à l’Université d’Athènes, on se retire sur ses terres, on vit de ses rentes et on investit dans des collections de timbres ou de meubles. Pourtant, il reste de l’origine besogneuse un germe d’initiative, que la proximité d’une Turquie hostile a toujours incité à cultiver ailleurs. Il y eut peu de transferts de Mytilène, mais beaucoup de Mytiléniens sont lancés dans les affaires de la capitale.

23Ainsi, la diversité même des destinées insulaires suffirait à prouver qu’il n’y a pas quelque malédiction de l’insularité ou quelque acharnement de la capitale sur les îles les plus riches. Le commerçant ermoupolitain, le noble corfiote, le propriétaire mytilénien portaient en eux-mêmes le ferment de la ruine. La présence de l’appareil politique athénien n’a fait que la conclure d’un même sceau. Mais chacun ne poursuit-il pas aujourd’hui dans la capitale les voies de son génie propre ?

Deux dynasties familiales d’Ermoupolis

La destinée d’une grande famille syriote (les Kaloménopoulos)

La destinée d’une grande famille syriote (les Kaloménopoulos)

Le déclin d’une famille de marins de Syra (les Krinos)

Le déclin d’une famille de marins de Syra (les Krinos)

La fin d’une grande famille agraire de Mytilène, les Binos

La fin d’une grande famille agraire de Mytilène, les Binos

Le sort des ports industriels : Kalamata, Volos, Kavala

24Au milieu des années soixante, Kalamata, Volos et Kavala offraient au visiteur le même visage de la léthargie urbaine et portuaire. Certes, les styles régionaux différenciaient cette image de la médiocrité. Curieusement, c’était à Kalamata, la moins peuplée, la plus déclinante sans aucun doute aussi, que le voyageur ressentait le plus l’impression de la ville moderne : bâties à l’écart du port, les rues rectilignes bordées de belles façades à l’italienne, le mail ombragé animé de cinémas et de pâtisseries, la large perspective conduisant à la gare, pouvaient faire illusion. À la même époque, l’agglomération de Volos ressemblait encore à une grosse bourgade poussiéreuse, dont la couleur ocre différait peu de celle de la plaine thessalienne que le visiteur venait de quitter : au milieu de la rue, dans un grand désordre apparent, l’accueillaient des tramways grinçants, croisant de lourds attelages ; la voie ferrée de Larissa coupait l’entrée principale et rejoignait le port, dont les grues et les silos fermaient le décor urbain ; la ville étendait démesurément ses maisons basses, médiocre protection contre les séismes dévastateurs. Quant à Kavala, c’était encore une ville turque, serrée dans son amphithéâtre naturel, enjambée par les arcades d’un aqueduc romain, où les échoppes basses du bazar avoisinaient le long du port les hautes silhouettes des ateliers de traitement du tabac. Mais, dans les trois villes, régnait la même ambiance d’animation un peu artificielle, de tristesse contenue : une activité limitée pendant la journée, une vie intense quelques heures le soir, quand les boutiques ouvraient leurs portes et leurs lumières, que la volta déroulait son rite et ses toilettes, qu’à Kavala, les bateaux partaient pour l’île de Vhasos, mais bientôt, trop tôt pour la Méditerranée, la cité plongeait dans le silence et l’obscurité.

25Quelques années plus tard les situations s’étaient considérablement diversifiées. Comme souvent en Grèce, c’est la construction et le mouvement touristique qui rendent le mieux compte des transformations externes de la ville. Les deux positions extrêmes étaient ici occupées par Volos et Kalamata. En 1971, la capitale de la Messénie n’était guère différente de ce qu’elle était dix ans plus tôt. À Volos, les modifications étaient spectaculaires. La bretelle de la nouvelle autoroute d’Athènes à Thessalonique conduit déjà directement le voyageur au cœur d’une agglomération moderne, où les immeubles, le long des rues parallèles au port, rivalisent de hardiesses de béton et de verre, qui paraissent défier toute sagesse antisismique. C’est que le port industriel est aussi devenu un centre touristique actif. Aux attraits naturels des environs, qui opposent la beauté méditerranéenne (oliviers) du golfe Pagasitique aux paysages verdoyants (pommiers, châtaigniers, noyers) et aux eaux vives de la côte égéenne, s’ajoute de plus en plus la tête de ligne pour les Sporades (Skiathos, Skopélos, Skyros), de plus en plus fréquentées par la bourgeoisie de Thessalonique.

26En dépit de ces images contrastées, l’évolution n’avait pas complètement effacé la grande unité de ces ports industriels grecs. Elle était faite à la fois de diversité économique, qui les séparait des villes insulaires étudiées précédemment, mais aussi d’une atmosphère de crise permanente, qui les en rapprochait. C’est à Volos que ces deux caractères sont les plus affirmés. La réussite du centre économique thessalien tenait à la conjonction de trois facteurs : la richesse de la plaine, abondante en céréales, en laine, en coton et en tabac, mais capable aussi de fournir des débouchés à l’industrie (machines agricoles, matériaux de construction), la présence d’un port bien situé au cœur de l’Égée, pour exporter des productions agricoles transformées et importer des matières premières industrielles, enfin l’existence d’une véritable pépinière d’initiatives, dont les villages du Pilion prouvent depuis le xviiie siècle la valeur humaine. Bref, la situation classique d’un port méditerranéen, assortie des avantages d’un arrière-pays immédiat, plein de promesses naturelles. Les spécialisations industrielles de Volos exprimaient bien toutes ces potentialités : la transformation des produits agricoles, la métallurgie différenciée, la cimenterie. Pour chacun de ces grands secteurs, il était impossible de tenter une description succincte, sans introduire immédiatement la notion de crise, tant les deux réalités étaient ici mêlées. Seules échappaient certaines industries alimentaires (Agria, fabrique de boissons gazeuses et de glace industrielle, Compagnie Thessalienne de Spiritueux) et surtout la cimenterie (Olympos). Mais n’est-ce pas justement parce que la pénétration athénienne y est, de longue date, prépondérante ?

27En effet, et c’est un deuxième facteur d’unité entre les ports industriels grecs, l’influence économique de la capitale y joue un rôle décisif. Mieux que dans les centres insulaires, où l’action athénienne est ancienne et aboutit à des phénomènes de nécrose beaucoup plus que de contrôle, il est facile de détailler ici les mécanismes de l’impérialisme athénien. À Volos, ils sont de trois ordres : la concurrence directe, le transfert d’entreprises locales dans la capitale, l’intéressement des capitaux athéniens à des initiatives thessaliennes. Le meilleur exemple des effets de la concurrence athénienne a déjà été donné par le textile lainier de Volos : avant la deuxième guerre mondiale, l’initiative de réfugiés d’Asie Mineure, qui bénéficient d’une main-d’œuvre experte à Athènes, contrebalance l’ancienneté des entreprises thessaliennes et la qualité de leur approvisionnement (laine des moutons de la plaine). Après les hostilités, la désorganisation économique générale qui favorise les industriels les plus proches de l’administration et des sources d’énergie (électricité), la mainmise aggravée de la capitale sur les circuits de distribution, renforcent les avantages des sociétés athéniennes. Elle aboutit à la fermeture définitive des grandes entreprises de Volos, ne laissant subsister que des fabrications marginales, qui survivent justement à cause de leur spécialisation : fabriques de couvertures, de flocates (tapis haute laine).

28Les transferts, dont on a vu les conséquences dans la déprise insulaire, apparaissent à deux niveaux. Tantôt, il s’agit d’un simple changement de localisation du siège social, sanctionnant le déclin de l’efficacité locale pour l’exercice du commandement et la politique commerciale de l’entreprise. Ainsi, dès 1937, Glavanis (métallurgie différenciée, matériel agricole) transfère son siège à Athènes. Ces déplacements purement administratifs n’ont en général pas les effets escomptés. Dès 1943 (difficulté de communications ?), Glavanis reconcentre ses services à Volos, ne laissant subsister dans la capitale que le bureau du député de la famille au Parlement : encore peut-on être assuré par ce détail, soigneusement noté dans les registres de la Chambre de Commerce d’Athènes, que les intérêts de l’entreprise ont été aussi bien défendus par l’homme politique que par les administrateurs de la société. Au demeurant, tous ces transferts, qui laissent la totalité de l’appareil de production à Volos, semblent pénaliser à terme ceux qui les réalisent : alourdissant leurs frais généraux, ils ne suppriment pas l’environnement débilitant de l’entreprise. Plus avisés apparaissent certains qui décident d’implanter dans la capitale un secteur dynamique ou d’y dédoubler leurs activités. La tendance est ancienne. Ainsi, l’essaimage fécond de la Société Stamatopoulos, qui avait acquis ses lettres de noblesse industrielle dans la métallurgie différenciée. Vers 1930, elle est dirigée par deux frères, qui entreprennent de diviser leur empire. Oreste garde l’usine de Volos et la succursale de Larissa, Vhrasybule prend la représentation de Thessalonique et crée une unité de production au Pirée. Et chaque société suit bientôt son destin personnel. La branche thessalienne a une politique commerciale catastrophique. Après la libération, elle continue à importer des machines étrangères, que les dévaluations successives de la drachme rendent de plus en plus coûteuses. Endettés, les paysans ne peuvent honorer leurs traites. À cela s’ajoutent des initiatives malencontreuses : l’abandon de la représentation Massey Harris pour Oliver alourdit les stocks de l’entreprise, sans élargir ses débouchés. Elle est acculée à la faillite. Dans le même temps, la branche piréote prospère : elle joint bientôt à la clouterie et à la visserie d’avant-guerre la fabrication de petits accessoires électriques et téléphoniques.

29La prise de contrôle directe d’entreprises thessaliennes par les capitaux athéniens est plus intéressante encore. Elle a le mérite de montrer concrètement le rôle de la banque dans la chute de l’économie provinciale. Le mécanisme de destruction dépasse par son ubiquité et son efficacité le simple jeu des concurrences ou des transferts d’initiative. Il s’exerce toujours à l’occasion de difficultés de l’entreprise régionale, mais aboutit à deux résultats distincts. Tantôt, la banque, toujours la Banque Nationale de Grèce, dans les exemples de Volos, prend directement en charge la société en péril, et tête de file des créanciers, récupère les installations. Tantôt, elle n’agit que comme intermédiaire privilégié pour introduire l’étranger dans la place. C’est le cas des cimenteries Olympos. À l’origine (1925), c’est une œuvre des capitalistes thessaliens, pour exploiter un marché régional encore sous-équipé. La participation de la Banque Nationale, qui est encore Banque d’État, est symbolique pour montrer l’intérêt des autorités à l’entreprise : sur les 100 000 livres or du capital initial, 92 000 sont apportées par des marchands de tabac de Volos, 2 000 seulement par la Banque athénienne. Bientôt, les difficultés commencent et la solution est trouvée sous l’égide de la Banque Nationale : le rachat par les Ciments Héraklès, déjà installés au Pirée depuis 1911 et qui deviennent, grâce à la fusion, la Compagnie Générale de Cimenterie (1929). Désormais, crise permanente et contrôle athénien ne s’écartent plus de l’univers économique de Volos.

30La même situation se retrouve à Kavala. Mais sa position, plus excentrique, en Macédoine orientale, accentue encore les déséquilibres et ajoute l’influence de Thessalonique à l’impérialisme de la capitale. Ces deux caractères se reconnaissent dans l’activité qui fut longtemps dominante à Kavala : le travail du tabac d’Orient. Après les guerres balkaniques et jusqu’au deuxième conflit mondial, le port macédonien servait essentiellement à l’exportation des feuilles de tabac, collectées dans les plaines de Serrès et de Drama, et plus à l’Est, dans la région de Xanthe (Thrace). Traditionnellement, le rôle de Kavala est double. C’est un centre de courtage, qui engendre une série de transactions commerciales et bancaires particulières : estimation et achat de la récolte sur pied, stockage et vente à terme. On y pratique aussi les opérations complexes de traitement des feuilles, afin d’assurer leur conservation et de les rendre ainsi transportables et directement utilisables par l’industrie de la cigarette (séchage, aération). Dans cette valorisation du produit, les industriels macédoniens sont de longue date associés à des firmes étrangères d’importation. En 1958, près de 2 200 employés, la moitié du potentiel industriel de Kavala, travaillent encore dans quelque 70 ateliers de traitement du tabac. En 1969, sans que le nombre d’établissements change d’une unité, le personnel employé tombe à 1 400. C’est en fait le résultat d’une lente décadence, qui fait perdre à Kavala la première place dans le commerce du tabac. L’amélioration des communications, qui facilite les rapports entre les experts locaux et les maisons européennes et américaines, l’évolution des transports, qui enlève de leur prééminence aux exportations maritimes au profit de la route, court-circuitent le rôle d’intermédiaire régional obligé que jouait autrefois Kavala. Le déclin n’est pas aussi prononcé qu’à Xanthe en Thrace, dont les vieilles plaques de cuivre des firmes anglaises et américaines attestent sur les hôtels particuliers de la ville l’importance déchue. Mais la concentration a été aussi bon train, essentiellement au profit de Thessalonique, mieux placée dans les circuits bancaires et commerciaux, et surtout dans les réseaux de transports et télécommunications.

31D’une manière plus générale, la commande externe des intérêts commerciaux et industriels de Kavala s’accentuait dans tous les secteurs d’activité. Les registres de la Chambre de Commerce l’attestent. Il existait une longue tradition de rapports familiaux entre les maisons de Kavala et de Thessalonique. Quand leurs affaires se développaient, les commerçants de Kavala avaient une tendance naturelle à créer un second établissement dans la métropole macédonienne. Selon une tradition bien établie en Grèce, c’était le plus souvent un membre de la famille proche (frère), qui prenait la tête du nouveau magasin.

32Après la guerre, deux faits nouveaux apparaissent. Les sièges sociaux de ces entreprises à établissements multiples ont de plus en plus tendance à quitter Kavala. Athènes et Thessalonique se partagent la faveur des entrepreneurs de Kavala. Par ailleurs, les rapports familiaux dans l’entreprise, qui restaient autrefois purement macédoniens, s’appuient maintenant sur les trois villes de Kavala, Thessalonique et Athènes. Au demeurant, le moteur de l’initiative demeure macédonien : les attraits de Kavala sont insuffisants pour attirer des investissements extérieurs diffus. Mais la gestion de l’entreprise et la tenue de son carnet de commandes sont assurées d’Athènes ou de Thessalonique : par sa situation géographique, Thessalonique joue un véritable rôle d’intermédiaire entre les associés athéniens et l’établissement de Kavala. Une brillante exception à ce schéma d’organisation spatiale de l’initiative et de la production : la Banque Commerciale de Grèce (S. Andréadis) a implanté dans les années soixante, son important complexe d’engrais phosphoriques à Néa Kavarli, près de Kavala. Pourtant cet exemple, se situe à un autre niveau : la stratégie globale d’un groupe financier, dont la conception de l’espace repose avant tout sur les avantages objectifs d’une localisation (site portuaire, marché agricole de la Grèce du Nord), et les exonérations fiscales qu’elle lui permettait de retirer, a finalement peu de choses à voir avec le lent glissement des hommes, ou le brutal détournement des volontés.

33Dans une très large mesure, ce sont les mêmes principes qu’illustrait la situation économique de Kalamata : le déclin des activités locales, la fuite des énergies attirées ici presqu’exclusivement par la capitale, Patras désespérant alors de jamais jouer dans le Péloponnèse le rôle tenu par Thessalonique en Macédoine. Mais tout ici se trouve altéré par l’héritage historique, la situation géographique et les ressources régionales. Port d’une région agricole prospère, la Messénie, Kalamata n’a jamais pu disposer d’une spécialisation véritable, qui lui assure une réelle prééminence sur les autres régions concurrentes de la Grèce : la soie, l’huile, le raisin sec, les figues ont tour à tour joué le premier rôle ; chacun a laissé derrière lui se survivre quelques entreprises de transformation de produits agricoles pour l’exportation. Mais leur nombre n’a jamais été suffisant, comme dans le tabac de Kavala, pour résister très longtemps aux attaques de l’érosion économique. Or, elle commence ici précocement, au tout début du xxe siècle, dès qu’Athènes en a terminé avec les pôles de développement insulaires. Cette ancienneté même des processus de décomposition laisse peu de chance au redressement. Là encore, les registres de la Chambre de Commerce sont un fidèle reflet de l’emprise de la capitale : depuis 1929 – et le document ne permet guère de remonter plus loin – les créations de bureaux commerciaux, puis les transferts de siège à Athènes, se multiplient, dans l’import-export de produits agricoles, dans la vente des spiritueux, puis plus banalement dans le commerce des tissus. Inversement, les maisons commerciales athéniennes prennent pied à Kalamata et décapitent des initiatives locales. Et la situation géographique générale n’apporte pas d’atouts nouveaux : comme toute la Grèce méridionale, Kalamata n’attire pas les investissements extérieurs. Dès 1954, le Rapport annuel de la Chambre de Commerce et d’Industrie le remarque tristement : « les conditions d’après-guerre, y lit-on, n’ont pas tourné les entrepreneurs vers les créations ou même l’extension. Au contraire, souffle un vent de transfert vers le centre », avant d’ajouter : « le décret sur l’aide à l’industrie provinciale n’a aidé en rien les industriels de Messénie à sortir du cercle vicieux ».

34Alors, conclure à l’implacabilité des destins historiques et des déterminismes géographiques ? La chose aurait été tentante, si une exception n’était venue perturber ce mécanisme un peu simpliste. À Kalamata, existait depuis 1880 une très importante entreprise de cigarettes : la Société Karélia. Elle avait tout pour dépérir : l’ancienneté, qui déprécie les installations, sclérose les énergies, décapite les dynasties, l’éloignement des zones de production, la concurrence de géants athéniens (Kéranis et Papastratos) mieux placés pour la consommation intérieure et les exportations naissantes. Et pourtant Karélia progressait, son chiffre d’affaires augmentait. Chez Karélia, on investissait : nouveaux ateliers, nouvelles machines. Les dirigeants ne parlaient pas de quitter la ville. Les jugements demandent donc à être nuancés.

35Il est certain que plus que pour les centres insulaires, les facteurs externes ont joué un rôle déterminant dans le déclin des ports industriels grecs. Ils tiennent à la signification économique qu’ils ont toujours eue. Ils n’ont jamais été notamment des ports au même titre que Syra, ou même Corfou. Leur développement et leur trafic sont liés à leur arrière-pays agricole, dont ils assurent les débouchés, très peu au grand commerce et aux courants d’échanges internationaux. De la même façon, leur industrie est essentiellement de valorisation de productions régionales, beaucoup plus que de transformation de matières premières importées. Que les équilibres agricoles se modifient, que les conditions de transport évoluent, et voilà leur rôle fondamentalement contesté. En cela, la menace qu’ils ont représentée pour Athènes, a toujours été limitée. Les progrès, que l’impérialisme de la capitale a pu y réaliser, s’expliquent par la fuite des énergies locales, par le souci de maisons athéniennes de s’annexer des représentants régionaux intéressants pour augmenter leur puissance, mais pas par la volonté d’abattre des concurrents sérieux. Ni Kalamata, ni Volos, ni Kavala n’ont jamais pu prétendre être des rivales pour l’économie athénienne. On n’écrira jamais assez que tout au long de son histoire contemporaine, Athènes n’a eu qu’une rivale : Ermoupolis, et l’issue du combat était fixée dès 1880.

36Il reste qu’ici comme ailleurs, les dynamismes humains ont aggravé les déséquilibres tenant aux renversements de la conjoncture économique. Au moment où l’agriculture grecque se modifiait radicalement, où la route prenait une place déterminante dans les échanges régionaux, la plupart des entrepreneurs de ces ports industriels n’ont su réagir que par la fuite en avant, c’est-à-dire l’installation dans la capitale. Quand il fallait faire preuve de créativité, d’esprit d’adaptation pour assurer de nouvelles bases à l’économie locale, ils ont montré parfois une singulière absence de clairvoyance. Ainsi en 1956, le rapport annuel de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Kalamata écrit : « personne ne peut douter que le fondement solide de notre économie (entendez de la Grèce) est l’agriculture ». Aveuglement fatal, au moment où la Grèce est en train de basculer dans le monde industriel. Comment dès lors s’étonner si à Kalamata, comme à Volos, les chances de salut se dessinent dans une conversion totale des conditions traditionnelles de l’activité économique ? Sursaut des énergies locales, ou décision du capital international et du gouvernement grec d’exploiter une situation favorable, le redressement des ports industriels grecs passait par la mise en cause fondamentale des sources de leur croissance.

Les chances des métropoles régionales : Patras, Larissa, Thessalonique

37Les choses apparaissaient plus simples encore dans les trois plus grandes villes (Thessalonique, Patras, Larissa). L’étude parallèle se regroupe ici autour de trois thèmes communs : villes d’âme différente, elles connaissent un dynamisme de même nature ; selon les cas, leur économie a été asservie ou en partie détruite par l’impérialisme athénien ; de la même façon, c’est l’expansionnisme de la capitale qui explique leur renaissance.

38Pourtant, rien de plus différent en apparence que ces trois métropoles grecques, pour qui les découvrait au début des années soixante. À l’entrée du golfe de Corinthe, face à l’Italie, Patras se ressentait à l’évidence du voisinage de la péninsule occidentale : les rues à arcades, les hautes façades grises, abritées derrière les persiennes de bois, alignées le long du port, n’étaient pas sans rappeler les souvenirs de Brindisi ou d’Ancône. Il fallait une référence plus intellectuelle que sentimentale pour évoquer dans cette ville italianisante l’archevêque Guermanos, qui le premier y leva l’étendard de l’insurrection contre l’occupant (1821). À l’autre bout de la Grèce, Thessalonique apparaissait au contraire comme la ville balkanique par excellence, hésitant entre les influences voisines et antagonistes de la Serbie et de la Turquie. Les dômes des églises orthodoxes et les coupoles des bains turcs, pareillement ornés de briques rouges, dominaient les souks et les échoppes de la ville basse. À chacune de ses extrémités, le monument prenait valeur de symbole et de repère historique : les murailles de la ville haute témoignaient de l’intérêt que les maîtres successifs du pays avaient toujours montré pour la situation des bouches du Vardar ; la Vour Blanche, en bord de mer, construction du XVe siècle réutilisée dans l’enceinte maritime postérieure, rappelait la fortune du port de Thessalonique au XVIIIe siècle ; et aux portes de la ville, la gare, bâtiment sans beauté, avait des relents de cet Orient-Express, qui poussait vers la Méditerranée par les échancrures du Bassin Pannonien un peu des effluves de l’Europe industrielle. Il ne fallait pas chercher pareille sensation de durée, ni témoignage aussi manifeste de la permanence d’une situation, à Larissa. Sous son couvercle de chaleur estivale, sous ses ciels d’hiver aux allures continentales, c’était au milieu de la plaine une grosse agglomération agricole, qui semblait à jamais dépourvue d’éminence et de grâce.

39Moins de dix ans avaient suffi pour modifier ce tableau. Larissa prenait conscience et de sa richesse et de sa position. Elles y faisaient pousser les hôtels et les immeubles, dont les séismes ne justifient pas à eux seuls l’épaisseur du béton : il n’y a rien de tel que l’opulence paysanne pour construire solide à la ville, et les promoteurs, souvent athéniens, s’en donnent à cœur joie dans la métropole thessalienne. Ces transformations ne sont rien pourtant à côté de l’étonnante métamorphose de Thessalonique. Le miracle immobilier rejoint ici, quand il ne consolide pas, le miracle économique. Thessalonique est devenue dans les années soixante une petite Athènes, dont la spéculation n’a pas réussi à détruire, ni la continuité urbaine, ni l’authenticité des monuments : décidément le verre et le béton se marient mieux au bâtiment byzantin qu’aux marbres classiques. À Patras, les changements sont plus limités : la ville a poussé vers l’extérieur, lançant de larges perspectives en direction d’Athènes, mais les silhouettes des hôtels modernes accueillent le voyageur dès le pont des ferries italiens. En tout cas, l’évolution gomme les individualités des trois métropoles grecques.

40Leur unité économique est plus ancienne encore, nuancée seulement par la diversité des héritages historiques et des activités industrielles. Elle est dominée jusque vers 1960 par l’influence stérilisatrice d’Athènes. À Patras, elle s’exerce depuis le début du siècle et aboutit entre les deux guerres à la prise de contrôle des plus grandes entreprises de la ville, dans les secteurs-clés de l’alimentation et du textile.

41Dans cette dépossession des intérêts de Patras, le manque d’énergie des entreprises de la ville et la détermination des entreprises athéniennes n’expliquent pas tout. Il y a aussi la part de froide décision des industriels péloponnésiens de profiter des avantages économiques et politiques de la capitale pour accroître leur puissance. Cette tendance est manifeste dans le textile, où Patras joue un rôle important depuis la fin du xixe siècle en raison des importations européennes. La constitution du trust cotonnier Piraïki-Patraïki était très représentative encore de cette volonté des entrepreneurs de Patras. Elle se réalise en 1932, là aussi à l’initiative de la Banque Nationale, désireuse de venir en aide à un de ses clients athéniens, dangereusement endetté : la Société cotonnière Zaphiropoulos, installée au Pirée et à Kallithéa. Elle l’adresse à des clients de Patras, dont elle connaît le dynamisme : originaires d’Étolie-Acarnanie, Katsambas et Stratos ont alors en effet une entreprise de tissage cotonnier prospère. Le rapprochement se produit, qui permet du même coup aux entrepreneurs péloponnésiens de s’approprier un appareil de production dans la capitale et d’y transporter leurs décisions. C’est le début d’une immense fortune et d’une organisation rationnelle de l’espace. Desserrant ses établissements athéniens, par la fermeture des usines du Pirée et de Kallithéa, la création d’une filature à Mégalo Pefko (1951), près de Mégara, sur la route du Péloponnèse, investissant dans le tissage à Patras, l’entreprise inaugure une politique de liaisons intégrées.

42Siège du commandement, la capitale est aussi la plaque tournante de la machine de production : collecte du coton brut, national ou importé, commercialisation du produit fini sur le marché intérieur et de plus en plus extérieur. Le rapprochement relatif de l’espace athénien et de la métropole du Péloponnèse, grâce à l’ouverture d’une autoroute et surtout la formation d’une région urbaine, qui s’étend jusqu’à Corinthe, donne une nouvelle dimension à ces tensions impérialistes réciproques entre Athènes et Patras. Au demeurant, depuis la dernière guerre mondiale, elles se relâchent, au profit de la réanimation du pôle régional.

43À Thessalonique, la phase possessive de l’impérialisme athénien est plus complexe, dans la mesure où le centre macédonien ne vivait pas seulement de son rôle national, mais plus encore de sa situation balkanique. Pendant les vingt-cinq ans qui suivent le rattachement à la Grèce, Thessalonique souffre beaucoup plus de la déception de ses ambitions en Europe orientale, que de la concurrence de la capitale nationale. C’est d’abord la chute de la banque juive qui s’était solidement implantée dans la métropole macédonienne et rayonnait dans tout le sud des Balkans. Étendant son réseau en Grèce du Nord, la banque athénienne parachève la déroute de la finance macédonienne, en la débusquant de son implantation régionale. Le nazisme et l’extermination de la communauté juive de Thessalonique contribuent à ruiner les initiatives dans la métropole macédonienne.

44En fait, la pénétration du capital athénien et la fuite des énergies régionales commencent dès l’entre-deux-guerres. Mais on a déjà vu le rôle déterminant qu’a joué dans l’articulation de ces deux processus l’échec de la bourgeoisie macédonienne et des réfugiés d’Asie Mineure, d’y recréer un nouvel équilibre international. La guerre mondiale et bientôt la guerre civile, qui se déroule surtout aux dépens de la Grèce du Nord, achèvent de ruiner l’économie de Thessalonique. C’est de cette période que date le plus grand nombre des transferts dans la capitale et de prises de possession de sociétés alimentaires ou textiles. Les plus vigoureux en profitent pour s’installer à Athènes ; inversement, les grandes firmes de la capitale décapitent les initiatives locales.

45À Larissa, l’expansionnisme athénien est moins agressif : selon un principe déjà reconnu, c’est l’existence d’un pôle de développement régional, qui suscite à la fois l’excitation des milieux d’affaires de la capitale et la déprise des initiatives provinciales. Jusque vers 1960, Larissa, protégée en Thessalie par le passé et le déclin de Volos, échappe aux coups les plus rudes. Néanmoins, la concurrence de l’industrie athénienne s’y fait surtout sentir au détriment de l’artisanat cotonnier local. Le secrétaire de la Chambre de Commerce de Larissa, est tout à fait explicite sur les causes de ce déclin : « la concurrence des maisons athéniennes du même type, le manque de courage et d’esprit d’initiative de la part des industriels pour se moderniser et créer une ou deux entreprises coopératives à la place de dix ou douze, la faveur accordée par l’État aux prêts destinés aux biens immobiliers urbains, le manque de moyens de communication (automobiles), le transfert de capitaux dans d’autres industries athéniennes ».

46Toutes ces raisons n’ont pas cessé de s’exercer, ni les conséquences qu’elles entraînaient sur l’économie des trois métropoles régionales grecques, de se produire. Mais il est certain que depuis les années soixante de nouvelles tendances se faisaient jour, qui tenaient moins à les libérer de l’asservissement athénien qu’à y instaurer des types de relations d’un genre différent. Les causes étaient simples et n’étaient pas sans rappeler l’évolution des rapports entre monde industrialisé et pays sous-développés. Il arrive un moment où il devenait plus intéressant pour la bourgeoisie athénienne et le capital international d’abandonner partiellement la croissance centralisée pour implanter en province une fraction de leur appareil de production : cette politique permettait entre autres de développer les débouchés en augmentant la consommation intérieure, d’aller au-devant d’une main-d’œuvre plus ou moins sous-employée et de profiter des mesures, fiscales notamment, en faveur des décentralisations. Dans ce changement de perspective, Patras, comme Thessalonique et Larissa, disposaient de chances sérieuses. Elles tenaient d’abord à leur situation, au sens le plus géographique du terme, et non pas à on ne sait quelle primauté dans une prétendue hiérarchie urbaine : Patras aux portes de l’Europe, Thessalonique au carrefour de la Méditerranée et de l’Europe centrale et orientale, Larissa entre les deux pôles de développement du pays. Elles s’inspiraient ensuite de l’ancienneté et de l’étroitesse des relations économiques entre la capitale et les métropoles régionales : l’asservissement n’a jamais empêché les mariages de raison et même d’amour, au sens souvent littéral du terme, et l’on sait l’importance de ces liens familiaux dans l’entreprise grecque. Enfin, il faut tenir compte de l’influence de l’environnement urbain et industriel. Athènes n’avait jamais réussi à démanteler complètement l’armature économique de ces grandes villes provinciales.

47Comment s’opère dès lors le processus de réanimation ? Puisqu’il s’agit de s’attacher à des mécanismes, à l’exclusion de toute description régionale exhaustive, l’exemple de Patras est là encore suffisant. L’impulsion vient toujours de l’extérieur – Athènes ou capital international – et prend des formes diverses. Tantôt, c’est la décision unique d’une société étrangère : désireuse de créer une filiale grecque, Pirelli choisit Patras pour la qualité de ses eaux et sa situation en face de l’Italie. Tantôt, les groupes internationaux s’associent à des entreprises grecques, le plus souvent des entreprises athéniennes, qui cherchent à développer leur marché national : Vitan possède 55 % dans la Société Hellénique de Ciments qui s’implante en 1966 à Rion, à quelques kilomètres de Patras, et l’American Ciment de Détroit 45 %. Quelquefois cette association au capital étranger s’effectue par des entreprises de Patras : AMGRE (société américano-hispanique de bas) provient de la collaboration en 1964 entre une vieille famille industrielle de la ville (les Iliopoulos) qui continue à détenir la majorité des actions et des capitalistes américains.

48Quoi qu’il en soit de ces modalités diverses, elles créent toujours un climat d’euphorie, qui paraît rompre les charmes maléfiques de la langueur et du dépérissement. Sans toucher aux sommets que ce regain d’intérêt faisait atteindre à Thessalonique, l’esprit de croissance, et pourquoi pas d’aventure, était en train de renaître au cœur des plus anciennes sociétés de Patras, comme des plus récentes. À deux heures de route d’Athènes, l’important n’était déjà plus dans ces relations géométriques d’un espace plan. L’important était que pour la première fois depuis longtemps l’impulsion motrice pouvait venir de province.

49Le dernier avatar des rapports entre Athènes et les villes régionales aide-t-il à comprendre le moteur essentiel de la croissance de la capitale ? Elle tient moins à ses mérites propres qu’aux énergies de la Grèce entière, qui décidèrent plus ou moins consciemment d’en faire le lieu de leurs actions. Qu’elles développent leur génie propre (centres insulaires), qu’elles parviennent à reconvertir les bases de leur économie (ports industriels), qu’elles tirent partie de leur situation géographique, les bourgeoisies provinciales construisirent, en se détruisant, la grandeur athénienne, comme elles organisent maintenant d’Athènes la réanimation de la province.

II – La mesure de l’initiative : les registres grecs des Chambres de Commerce et d’Industrie

Critique du document

50Peut-on dépasser ce stade descriptif pour parvenir à mesurer ces flux d’énergies humaines et d’initiatives ? Le désir est moins de céder à une manie ou à une mode de la quantification, que d’arriver à apprécier des masses, en les comparant dans le temps (évolution d’une ville par rapport à elle-même), dans l’espace (dysharmonies entre les différents centres) et dans leur contenu (secteurs d’activité dynamiques ou en déclin). Nous nous sommes essayés à le faire avec deux documents, dont l’intérêt s’est déjà fait jour, chemin faisant : les registres des Chambres de Commerce et d’Industrie apparaissent comme un baromètre des pressions économiques, sensible aux montées de l’initiative et aux baisses de conjoncture ; les dossiers de faillite sont un indicateur de la pathologie des entreprises, qui aide à comprendre leur fonctionnement.

51Ce n’est pas le lieu de s’étendre ici sur la richesse du fichier d’une Chambre de Commerce. Elle est bien connue. Elle permet d’allier intimement la dimension économique, par le bilan de l’initiative régionale (inscriptions moins radiations), les conditions humaines de l’entreprise et ses perspectives historiques. Ainsi mesure-t-on non seulement le niveau de l’initiative, mais ce qui est plus important son adaptation à l’évolution générale : une vieille maison de Kalamata, spécialisée depuis 1898 dans l’importation de tissus et de mercerie, se reconvertit en 1956 dans la représentation de pneumatiques et de voitures ; de la même façon, une société de Kavala se tourne vers le commerce des voitures, après avoir vendu des produits forestiers pendant près de trente ans.

52Mais cette richesse même fait difficulté, quand on prétend l’exploiter selon des règles uniformes. Elle tient d’abord à la nature même du document fourni. Tantôt, c’est un simple instantané : pour Volos, on possédait la liste des entreprises fonctionnant à un moment donné, avec évidemment toutes les caractéristiques souhaitables (date de création, activité, siège social, etc.). Tantôt, c’est un état historique exhaustif à partir d’une certaine période : pour Corfou, nous avions la liste détaillée de toutes les inscriptions et de toutes les radiations depuis 1920. Le plus souvent enfin, c’est une situation moyenne : un registre, ouvert à une date plus ou moins récente, essaie de reconstituer le passé, en se référant aux registres plus anciens ou aux déclarations a posteriori des intéressés ; on ne peut dans ce cas être assuré ici de l’exhaustivité, ni de l’objectivité du renseignement. En toute hypothèse, il apparaît impossible de pallier ces insuffisances ou ces défauts. Tout au plus, faut-il en tenir compte dans la lecture du résultat.

53Quel qu’il soit, le document présente toujours en outre une certaine inertie. La déclaration d’une entreprise à la Chambre de Commerce intervient le plus souvent lors d’une formalité administrative qui la rend obligatoire. Il y a donc en général retard par rapport à la naissance réelle de l’initiative, et même parfois silence total, quand par négligence ou par intérêt, l’intéressé a omis de se faire inscrire. Ces distorsions se transforment en lacunes importantes au niveau des radiations : dans l’état civil économique, la mort est encore moins comptabilisée que la naissance, et il y a sous-estimation importante du nombre des disparitions de sociétés. Souvent aussi, l’information de fermeture est portée, mais sans indication de date, ce qui lui enlève beaucoup de son intérêt. Il est toujours possible de corriger ces carences par l’enquête directe. Mais elle ne peut être ni complète, ni tout à fait sûre.

54Enfin, les renseignements fournis étaient doublement flous dans leur délimitation, administrative d’abord. Selon l’importance des villes, la Chambre de Commerce et d’Industrie est assortie d’une Chambre Professionnelle et de l’Artisanat. Donc selon les cas, voilà le fichier envahi par la foule des gagne-petit (merciers, épiciers, boulangers), ou sélectionnant les sociétés commerciales et industrielles les plus importantes. Et il est difficile, en Grèce plus qu’ailleurs, d’opérer soi-même un tri, l’activité étant un piètre révélateur de la surface économique réelle de l’entreprise : la même mention de « commerce de produits régionaux » (enkhoria proïonta) peut orner la petite épicerie, comme dissimuler la grosse maison d’import-export. Plus profondément encore, la délimitation juridique de l’entreprise, trop précise cette fois, est un handicap à la compréhension des phénomènes : un changement de forme juridique (passage en société anonyme par exemple), une modification de la nature des activités, une succession, même dans le cadre familial, entraînent une nouvelle inscription, sans qu’on soit assuré d’ailleurs qu’elle ait été précédée d’une radiation. Ces doubles comptages parviennent à diluer l’initiative économique, quand il faut en montrer les continuités et les points de rupture. C’est heureusement dans ce dernier défaut qu’il est plus facile de corriger le document : l’identité des noms, les renvois du fichier permettent de façon satisfaisante de rétablir les filières de la création et leurs articulations majeures, en prenant l’initiative à sa naissance et en la suivant dans ses transformations. Dans le reste des difficultés signalées, nous avons préféré agir avec prudence : exploiter le document brut, distinguer l’information selon son degré de sécurité, et tenir compte de toutes les remarques précédentes dans la signification à retirer des résultats.

Les oscillations de l’initiative

55Armé de ces principes, on s’est efforcé de tracer pour chaque centre les courbes de l’initiative (inscriptions) et de la déprise (radiations). Les résultats sont saisissants. Les descriptions précédentes éclairent et animent ces mouvements d’ensemble ; et elles en sortent à la fois confirmées et précisées. Les types insulaires apparaissent dans leur unité et leurs particularités historiques et locales (Mytilène, Syra, Corfou). Ils sont avant tout caractérisés parce que l’on pourrait appeler une tendance plate, par référence aux enregistrements de l’activité cérébrale, en se rappelant deux nuances importantes : les agissements collectifs n’ont pas la même égalité que le comportement d’un individu ; dans la ville la plus morte, il existe toujours quelque signe de vie, quelqu’un qui tente sa chance, par sursaut de courage ou par crainte du vide ; ce sont ces balbutiements du corps social qui donnent aux courbes insulaires cette allure tremblée, sans rythmes significatifs. Par ailleurs, l’amplitude de ces oscillations est évidemment fonction de la sensibilité de l’enregistrement : elle est beaucoup plus forte à Corfou, où les moindres mouvements sont comptabilisés depuis 1920, que dans le registre de la Chambre de Commerce de Syra. Cela dit, la crise profonde de l’initiative est un phénomène exclusivement insulaire : les trois centres des îles étudiés sont les seuls de Grèce, où le niveau moyen des inscriptions de 1940 à 1970, est toujours inférieur à celui de la période précédente, et ce, quelle que soit la nature du document. Comme attendu, ce dépérissement des forces vives est plus précoce à Syra qu’à Corfou qu’à Mytilène.

56Mais c’est pour les ports industriels que les différences de tracés sont les plus importantes. À Kalamata, l’activité vitale n’était pas loin de l’encéphalogramme plat d’Ermoupolis : un bref sursaut d’énergie dans la décennie 50-60 s’achevait dans une atonie totale de l’initiative et la multiplication évidente des signes de nécrose. Calculé sur la base des radiations connues, le total des fermetures entraînait sur près de quinze ans dans le port péloponnésien une baisse absolue du nombre d’entreprises inscrites. C’est un record difficilement atteint, même dans les îles. Kavala était infiniment mieux lotie. Même si depuis la guerre la courbe des radiations avait une tendance nettement croissante, le nombre des inscriptions augmentait lui aussi. Mais il y avait d’autres symptômes inquiétants. À Kavala, la bonne tenue du registre de la Chambre de Commerce permettait une étude plus précise de la continuité des entreprises et donc de la véritable émergence de l’initiative. Les résultats étaient étonnants. Dans une ville d’économie aussi ancienne que Kavala, on pouvait considérer que les deux tiers des entreprises inscrites en 1966 n’existaient pas vingt ans auparavant. Il s’agit donc pour la plupart, de familles nouvellement attirées par l’initiative industrielle ou commerciale, ou nouvellement installées dans la ville. En fait, le mouvement de déprise économique des milieux d’affaires traditionnels entraîne les deux types de phénomènes. Le glissement géographique de couches commerciales et artisanales des petites villes environnantes tend à compenser les départs des anciennes classes industrielles : ainsi, on note à Kavala l’arrivée assez importante depuis 1955 de commerçants, autrefois installés dans l’île de Vhasos, toute proche. De la même façon, des catégories urbaines, dont il faudrait pouvoir déterminer l’origine sociale exacte (employés, ouvriers ?), s’efforcent de prendre le relais dans les activités abandonnées par les anciennes classes dirigeantes, ou de tenter leurs chances dans de nouveaux secteurs commerciaux (automobile par exemple). Corollaire de ces deux modes de renouvellement, l’initiative n’avait jamais connu autant de ratés : depuis 1955, se multipliaient les échecs d’entreprises, qui sont radiées quelques années, voire quelques mois, après leur inscription.

57Pour les métropoles régionales, il faut se contenter du cas de Patras. On était surtout frappé par l’ampleur des radiations, qui se prolongeait dans les années soixante, et paraissait mettre en cause le redressement. En fait, le tracé même des courbes suggère qu’il s’agit de deux mouvements largement indépendants. La réanimation d’un vieux centre économique, à l’initiative du capital international ou des grandes sociétés athéniennes, n’empêche pas, quand elle n’accélère pas, le déclin des petites entreprises archaïques. Même quand les grandes maisons de Patras retrouvent goût à l’expansion, à l’exemple des initiatives importées, même quand la demande locale est stimulée dans les secteurs modernes de l’activité, il existe une masse de petits artisans et commerçants traditionnels, qui n’ont ni l’expérience, ni l’audace d’en profiter. Désertés par la clientèle, assiégés par la concurrence extérieure, ils continuent à être acculés à la fermeture. C’est sans doute la concomitance de ces deux dynamismes, dont l’un s’attaque à la substance vive de la ville, qui explique le sentiment ambigu que laissait finalement Patras : une rénovation urbaine, limitée beaucoup plus qu’à Thessalonique, de grosses opérations industrielles individualisées, et par-dessus tout cela, une espèce de morosité économique persistante.

58C’est à une concomitance du même type que pouvaient d’abord faire croire les courbes-témoins athéniennes. Il n’en est rien. D’abord, parce qu’il a fallu se limiter ici aux seules sociétés anonymes, en raison même de la masse des inscriptions : les radiations enregistrées ne concernent donc pas le secteur artisanal ou commercial traditionnel, mais le renouvellement cellulaire normal d’un organisme en pleine vigueur. L’essentiel est de constater que sans conteste la prolifération l’emporte ici sur la dégénérescence, avec les deux poussées caractéristiques de la croissance athénienne au cours du demi-siècle : la décennie 30-40, quand l’économie du pays est en train de se rééquilibrer vers la capitale, et surtout la période 1955-1965, où Athènes construit à son profit les bases du développement national. Dans ces conditions, ce qu’il faut expliquer dans ces rythmes de la croissance, ce sont moins les phases d’expansion facilement identifiables que les périodes de contradiction de l’initiative, où même à Athènes les radiations parviennent à l’emporter sur les inscriptions. La fin de la reconstruction économique de 1950 à 1955 en est une. Pour mieux poser le problème, il faut passer de l’analyse des rythmes à l’étude du contenu économique de l’initiative.

Le contenu de l’initiative

59Pour chacun des registres dépouillés, on s’est attaché à ventiler le bilan inscriptions moins radiations, à la fois dans le temps et dans les activités. Quatre décennies ont été ainsi délimitées, deux avant-guerres (1920-1929, 1930-1939), deux après-guerres (1950-1959, 1960-1969) : il n’était guère possible de remonter avant 1920, et la décennie de guerre est trop troublée pour être significative. Pour les secteurs d’activités, il fallait se résigner à être très grossier, en raison du document et afin de ne pas diluer les comparaisons : isoler du commerce l’industrie, au sens très large du mot, puisqu’elle comprend toutes les activités artisanales, dans le secteur commercial, ne distinguer de la masse que les commerces de textile et d’habillement, qui peuvent témoigner pour le niveau élémentaire de la distribution, et à l’opposé, les maisons de représentation, qui correspondent en général à un niveau plus élaboré d’équipement commercial. Les enseignements de la méthode sont de trois ordres ; ils confirment les dissymétries historiques des rythmes de l’initiative, ils permettent d’établir les différents types de relations entre industrialisation, désindustrialisation et croissance économique, enfin ils établissent un rapport entre deux réalités grecques, qui apparaissaient antinomiques : le déclin des centres provinciaux et la progression de la consommation courante.

60Le premier fait majeur est l’inégale répartition de l’initiative dans le temps. Sans s’arrêter aux volumes, on peut considérer que la situation athénienne est symétriquement inverse de celle des centres provinciaux les plus atteints : Kavala, Mytilène, Kalamata, pour s’en tenir aux exemples les plus évidents. La période de la plus grande croissance athénienne est toujours décalée et postérieure à celle de ces villes régionales. Visible dès l’avant-guerre, la tendance est plus manifeste encore après-guerre. Elle tient, on le sait, à des causes différentes : freinage de l’expansion provinciale après 1930 et reconcentration de la croissance économique à Athènes, après la crise mondiale ; arrêt de la reprise économique dans les centres régionaux après la reconstruction du pays et accélération considérable de l’accumulation à Athènes. Les développements précédents ont montré que si les deux phénomènes étaient indiscutablement liés et successifs, ils étaient loin de se ramener à un simple jeu mécanique de fluides dans un système de vases communicants : en période de déséquilibre (fermeture du marché balkanique, crise mondiale) ou de crise singulière de croissance (phase de décollage), la position d’Athènes se trouve valorisée ; dans leur concurrence apparente, les classes dirigeantes de la capitale et les bourgeoisies provinciales se trouvent objectivement alliées, pour accélérer le processus de capitalisation. Cette conjonction est tellement évidente que, lorsqu’Athènes change la dimension de son impérialisme, en commençant à investir en province, la dissymétrie des initiatives s’atténue : sans être aussi manifeste que dans la capitale, on assiste à Patras, à Volos, dans une moindre mesure à Corfou, à une augmentation absolue des initiatives, pendant la décennie soixante par rapport aux années cinquante. Dans cette perspective, le creux très prononcé des créations de sociétés à Athènes de 1952 à 1955 s’explique beaucoup mieux Il correspond à un stade de passage à vide du dynamisme de la capitale : déclin accéléré d’une vieille structure balkanique que la guerre a minée, concentration des énergies et de l’énorme capital thésaurisé pendant les hostilités pour la reconstruction d’une économie nationale qui a surtout été atteinte à sa périphérie, la banque athénienne jouant à cet égard un rôle très important de redistribution provinciale, et décollage économique encore en gestation. Coupée de son économie traditionnelle, ne serait-ce que par le déclin de l’Europe occidentale, ramenée à un rôle de gestion administrative des intérêts économiques d’un pays ruiné, la capitale cherche encore la nouvelle voie de sa suprématie : le développement va la lui fournir.

61Dans ce bilan des initiatives, l’industrialisation est un puisant facteur de différenciation entre les centres. Elle permet de mesurer les intentions des acteurs économiques. Vrois types d’évolution se dessinent. Le type athénien, unique en Grèce, pourrait être caractérisé par la désindustrialisation de croissance. Même en mettant entre parenthèses la décennie de transition 1950-1959, il y a diminution considérable de la part de l’industrie dans le total des initiatives et augmentation concomitante de la représentation commerciale et des assimilés (bureaux d’études, sociétés immobilières, agences diverses de tourisme, de navigation etc…). C’est peu de dire qu’Athènes se tertiarise dans ses paysages ou sa population active ; c’est à travers ses agents économiques les plus dynamiques (rappelons qu’il s’agit des fondateurs de sociétés anonymes nationales), que la capitale prend de nouvelles directions et oriente de ce fait globalement la société grecque. À l’autre extrême, existe ce que l’on pourrait appeler une désindustrialisation de déclin : Kavala, Syra, Kalamata, dans une moindre mesure Mytilène, en offrent l’exemple. Ici, les énergies qui se détournent de l’initiative industrielle ne se portent pas vers les secteurs de pointe du commerce ou des services : c’est la catégorie « autres commerces », qui est la grande bénéficiaire de ces transferts internes d’initiatives : dans les centres en déclin, c’est non seulement la quantité globale de l’énergie humaine qui s’abaisse, mais aussi et surtout sa qualité. Enfin, type intermédiaire, les « industrialisations de progrès » se notent de façon continue, bien que légère, à Patras, de façon beaucoup plus récente à Volos : c’est la conséquence au niveau de l’initiative du nouveau rôle qui est imparti à ces villes dans la croissance économique dominée par Athènes.

62Dans les centres en déclin, c’est le commerce qui recueille la faveur croissante des porteurs d’initiative : moins que dans l’industrie ou même l’artisanat, il est nécessaire d’y posséder capitaux et expérience professionnelle, et il permet en outre de tirer un profit immédiat de l’augmentation de la consommation courante. Comme les commerces traditionnels – essentiellement, alimentation et habillement – sont déjà encombrés et affectés par la stagnation ou même la régression démographique, ce sont les secteurs les plus nouveaux qui connaissent l’augmentation la plus rapide. La catégorie « autres commerces » progresse rapidement dans les villes en perte de vitesse économique (Kavala, Mytilène, Kalamata), et tend même à augmenter, mais plus légèrement, dans des centres comme Patras ou Volos. De la même façon au niveau de la création de sociétés anonymes, le creux économique athénien de la décennie 1950-1960 s’est aussi traduit par une progression considérable des « autres commerces ». Certes, on avancera que cette progression n’est aussi forte que parce que le retard accumulé était immense. Il n’empêche qu’il s’agit là de commercialisation de matériels coûteux (équipement électroménager, moyens de transport individuels), et dont la rationalité économique n’est pas prouvée dans des régions de vitalité amoindrie. Elle contribue à maquiller le visage réel de bien des villes provinciales grecques, en leur plaquant une façade de développement sur un édifice économique en ruine : rien de tel qu’une vitrine de frigidaires ou une exposition de motos japonaises pour faire croire au visiteur de passage, mais plus gravement encore à l’habitant, que l’âge d’or est arrivé. Sans que leurs ressources aient été fondamentalement augmentées, citadins et paysans épuisent leurs économies ou les mandats généreusement envoyés par les fils embarqués ou les enfants en Allemagne, pour satisfaire des besoins superflus, dont la nécessité leur paraît la reconnaissance de leur dignité et de leur progrès. À court terme, ces tendances renforcent les mécanismes déjà mis en lumière par l’imposition indirecte : elles accroissent l’enrichissement de la capitale, qui diffuse ces nouveaux trésors ; elles accélèrent l’appauvrissement de la province, sauf évidemment pour les revendeurs qu’elles font prospérer. Mais il n’était pas sûr à l’époque qu’ils profiteraient eux-mêmes très longtemps de ce mouvement d’affaires. Il y a une espèce de logique interne de l’initiative : une baisse dans la qualité est toujours suivie d’une baisse en quantité. Malgré leur essor commercial, les régions de la Grèce continentale pouvaient à cet égard méditer les leçons de la Grèce insulaire.

III – Les témoins de l’échec : les dossiers de faillite

Des crises qui se relaient

63L’initiative, sa naissance, ses directions et ses transformations, sont à la source de toute vie économique. Paradoxalement en apparence, il est intéressant d’étudier aussi les conditions de disparition des entreprises. Dans les villes en déclin, elles nourrissent la chronique ordinaire de l’actualité ; dans les centres en croissance, comme Athènes, elles traduisent le bouillonnement d’une réalité, dont la perpétuelle mutation est trop souvent cachée par l’immobilité d’un bilan : en économie comme en démographie, la mort est une précieuse information sur la vie. Mais, pour les acteurs économiques, le chercheur est souvent démuni. On a vu le caractère fragmentaire des radiations de sociétés, portées dans les registres des Chambres de Commerce et d’Industrie. Autre source classique, les dossiers de faillite constitués par les autorités judiciaires, n’offrent qu’une image très partielle de la mort économique : ils ne concernent finalement que les morts violentes, qui ne sont pas les plus fréquentes. Le commerçant qui ferme boutique, toutes dettes payées, tout stock liquidé, l’industriel qui arrête ses machines, parce qu’aucun enfant ne veut lui succéder, ne se retrouvent pas dans ces annales de l’infamie ou de la malhonnêteté. Mais mort violente, la faillite n’est pas une mort accidentelle : dans la majeure partie des cas, elle marque un déséquilibre entre l’intention et l’action. Les malheurs familiaux détériorent la trésorerie ; plus souvent encore les conditions du marché changent et ruinent une initiative incapable d’adaptation. C’est tout cela qui transparaît dans les déclarations repentantes ou pitoyables du failli, dans les rapports explicatifs du syndic, cependant que s’ajoute tout le récit objectif de l’intimité de l’entreprise : l’inventaire, misérable ou somptueux, la liste des débiteurs, renseignant sur la clientèle, la domiciliation des créanciers, qui indique la répartition géographique de la dette : banques et institutions publiques, fournisseurs et personnel. Bref, impuissants à mesurer l’échec, les dossiers de faillite en sont des témoins incomparables. Encore, faut-il savoir quelles questions leur poser. Dans le cas spécifique de la Grèce, il n’apparaît pas indispensable de s’attarder sur les filières géographiques des entreprises. La centralisation athénienne est telle qu’elle oblitère littéralement toute différenciation régionale : les banques de la capitale sont les promoteurs prioritaires et majoritaires de la quasi-totalité des faillites du pays, suivies de très loin par les fournisseurs spécialisés, concentrés eux-mêmes à Athènes. Dans le seul cas de Thessalonique, nous avons déjà noté comment les dossiers de faillite permettent d’étudier l’intégration d’un espace international à l’espace national. En fait, plus généralement, les enseignements originaux sont de deux ordres : le rythme des faillites indique les accès de crise locale ou générale de l’économie, comme la mortalité exceptionnelle est un indice de morbidité exceptionnelle ; le contenu des faillites enfin permet de connaître les secteurs économiques les plus vulnérables.

64Vracer pour chaque centre les courbes de faillites n’implique pas les mêmes difficultés que pour les oscillations de l’initiative. Le seul problème est ici d’accès aux documents et surtout de leur conservation. C’est elle finalement qui est la principale cause de discontinuité et d’insuffisance du document : l’ignorance ou l’indifférence des fonctionnaires, des archives qui brûlent, et voilà la patiente reconstitution interrompue ou impossible. Malgré tout, les tendances globales sont fort nettes dans les grands centres comme dans les villes moyennes (fig. 4, p. 218). Sur près d’un siècle, la Grèce a connu trois cycles de faillites : un cycle antérieur à la première guerre mondiale, le cycle de la décennie 30-40, le cycle enfin qui se développe de 1950 à 1970. Il faut reconnaître d’abord qu’il y a une concordance évidente avec les grandes phases de poussée économique : la création de l’État moderne après 1880, l’impulsion donnée par la catastrophe d’Asie Mineure, la construction du développement économique, sont des périodes d’accélération du rythme des faillites. Au niveau de la tendance séculaire, l’idée simpliste que les accès de faillites puissent correspondre aux étiages économiques est tout à fait ruinée. Les différents stades de la croissance sont en eux-mêmes facteurs de déséquilibre, dans la mesure où ils accélèrent des mutations économiques et sociales, et où ils font éclore des initiatives, dont ni le volume ni le contenu ne sont immédiatement adaptés aux nouvelles conditions de la vie économique. Cela dit, les trois cycles des faillites grecques n’ont pas la même signification. Le cycle ancien est celui des crises locales. Le cycle intermédiaire, manifestement influencé par la crise mondiale, traduit l’unification économique du pays. Enfin, le cycle le plus récent retrouve une certaine différenciation régionale dans les formes d’adaptation au développement.

65Dans le cycle ancien, avant la première guerre mondiale, on assiste à un véritable processus de relais de crises localisées. Il n’a pas été possible de reconstituer la courbe des faillites pour Athènes, et donc de connaître comment la capitale s’insère dans ce mouvement. Mais dans trois centres importants de province, le paroxysme de la crise apparaît à des dates successives : vers 1895 à Syra, 1902 à Volos, 1910 à Kalamata. Cette succession même suggère que les causes locales ou régionales sont déterminantes dans ces crues de la faillite. Encore s’agit-il certainement de crises de nature différente. Mais il faut s’en tenir aux vraisemblances, car il a été impossible de tracer le profil professionnel des faillis. À Syra, c’est à n’en pas douter, la grande débâcle économique : 1892, première faillite de la Compagnie Grecque de Navigation à Vapeur, 1893, ouverture du canal de Corinthe, 1894, on ne relève pas moins de 350 décisions de faillite dans les quelque 2100 décisions du tribunal de première instance. Jamais les malheurs individuels ne se sont autant identifiés aux désastres de la cité. Normale à Syra, la tendance paraît à Volos en contradiction avec la meilleure résistance que nous attribuons à cette période au centre thessalien. En fait, la lecture des rapports annuels de la Banque Nationale aide à comprendre qu’en ce début du siècle, l’augmentation des faillites de Volos, d’ailleurs beaucoup moins impressionnante qu’à Syra (une trentaine de cas en 1902), est d’une toute autre nature. Elle est liée à la pénétration du capital bancaire athénien en Thessalie. En 1897,l’Assemblée Générale des actionnaires de la Banque Nationale approuve l’extension des travaux de la Banque à la Thessalie, malgré le privilège d’émission qui reste l’apanage de la Banque épiro-thessalienne. En 1898, quatre succursales sont créées à Volos, Larissa, Vrikala et Karditsa, et le gouverneur de la Banque d’assurer : « ce n’est pas en vue de nouveaux profits, que nous sommes entrés dans cette combinaison, le rayon de notre privilège suffisant à l’emploi fructueux de nos capitaux mais nous avons pensé qu’il fallait prendre en considération les vœux des Thessaliens… en accordant notre concours à l’agriculture, au commerce et à l’industrie de la Thessalie. » Quoi qu’il en soit de ces considérations généreuses, en 1899, la Banque Privilégiée d’Épire-Thessalie est absorbée par la Banque Nationale ; en 1901, le rapport annuel signale les faillites de Volos, « chez des marchands de faible importance », il est vrai ; mais en 1902, on a la satisfaction de constater que le résultat des opérations thessaliennes est remarquable : la Banque d’Épire-Thessalie avait cédé huit millions de drachmes d’escomptes ; trois ans après la fusion, le total des effets atteint seize millions de drachmes en Thessalie. À Kalamata, il est possible que la montée des faillites vers 1910 (une quinzaine de faillites annuelles) soit due à la crise agricole, qui sévit depuis une dizaine d’années dans le Péloponnèse, notamment sur le raisin sec, et atteint alors son maximum. Malgré l’extraordinaire et symptomatique mansuétude que la Banque manifeste pour les producteurs péloponnésiens – « les arriérés (agricoles) ne constituent pas des créances douteuses, mais le résultat de l’absence de rigueur de la Banque qui ne veut pas engager des poursuites judiciaires dans des régions, où le mauvais rendement des récoltes et la mévente des produits rendent la situation de bien des cultivateurs précaire » (Rapport de 1902) –, la restriction de la circulation monétaire a du à la longue atteindre la prospérité d’un port, fondée sur l’exportation des produits agricoles, et d’une place commerciale, où la clientèle est avant tout rurale. Finalement, dans cette première phase de la croissance athénienne, les faillites provinciales sont moins caractérisées par leur éclatement successif que par le rôle que la capitale joue dans le déclenchement ou l’exploitation des crises localisées : accélération du processus de désintégration interne à Syra, financement de l’essor économique thessalien et sélection des entreprises dignes de crédit, atténuation des effets de la crise agricole dans le Péloponnèse.

Fig. 4 Le mouvement des faillites dans 6 grands centres grecs

66Démarré vers 1925, culminant vers 1932, le second cycle de faillites grecques traduit à la fois l’unification économique du pays et son accrochage à la conjoncture mondiale. Cette fois tous les centres sont touchés, et simultanément, les plus grands (Athènes, Thessalonique, Kalamata, Syra), comme les plus médiocres (Mytilène, Larissa). Les causes sont ici générales et les mêmes que celles qui frappent à la même époque l’ensemble des pays capitalistes. Mais les conditions nationales aggravent encore la crise mondiale. La dépendance du capital international pour le financement des grands équipements du pays, l’écoulement de la production et l’approvisionnement en produits alimentaires et industriels, ébranlent les fondements fragiles de l’économie grecque : le crédit devient rare et inabordable, les cours des exportations s’effondrent, et les stocks ne trouvent même plus preneurs sur les marchés étrangers désorganisés, les devises manquent pour acheter les denrées indispensables et la drachme s’écroule. À cela s’ajoute l’extraordinaire flambée économique, qui en Grèce avait précédé le déclenchement de la crise internationale. Sans leur attribuer une vertu prémonitoire que personne n’a eue, les gouverneurs de la Banque Nationale n’avaient pas manqué dans leur prudence de vanter la « véritable renaissance économique du pays », tout en signalant que « dans cette période de renouveau, il ne manque pas d’entrepreneurs imprudents » (rapport de 1924). Entraînement international, spéculation intérieure aventureuse, la crise balaie tout le pays, se déchaînant dans les centres les plus développés : le rythme des faillites annuelles atteint 300 à Athènes, dépasse 200 à Thessalonique. Dans tout le pays, 1932 est l’année la plus sombre. Lentement, la confiance renaît et l’initiative repart, mais jamais au cours de la décennie précédant la guerre, l’enthousiasme n’atteint le niveau des dernières années d’euphorie. Outre ce ralentissement économique, le résultat le plus important de la crise a été, comme dans beaucoup de pays, de renforcer les tendances autarciques. Sur le plan géographique, elles accélèrent la croissance athénienne, au détriment notamment de Thessalonique. La crise internationale ne rompt pas seulement l’emballement économique de la Grèce, elle ramène à un schéma beaucoup plus centralisé de l’accumulation, qui était mis en échec depuis la catastrophe d’Asie Mineure. Dans une très large mesure, la poussée de faillites, qui se manifeste dans la capitale au début des hostilités (1940), est aussi la conséquence d’une queue de crise, dont finalement Athènes a profité pour régler leur compte à ses rivales provinciales les plus dangereuses : vers 1935, quand Thessalonique, Volos et Patras s’enfoncent dans le marasme, les initiatives s’y multiplient, dont beaucoup ne survivront pas à la guerre.

67La période la plus récente inaugure un cycle de faillites beaucoup plus différencié selon les centres. Et l’amélioration de l’information permet une analyse plus serrée. Partout le mouvement de faillites s’accélère après 1950, et prouve que la reconstruction économique, et l’inévitable mobilité qu’elle entraîne, ont d’abord été un phénomène généralisé. Mais rapidement les courbes de l’échec divergent et peuvent se ramener à trois types principaux. Dans les villes en déclin (Kalamata, Syra, Corfou, Kavala, Mytilène), le maximum de faillites est atteint en 1960 et leur nombre décroît ensuite très rapidement pour devenir insignifiant. Le phénomène traduit à la fois la ruine des initiatives locales qui avaient été lancées à la fin de la reconstruction et le ralentissement inéluctable de toute la vie économique, qui parvient même à freiner les mécanismes de la mort : par leur ancienneté, la prudence parcimonieuse et leur médiocrité, beaucoup d’entreprises de ces villes insulaires ou péloponnésiennes sont au-delà, sauf accident, des risques de faillite. Dans les centres les plus importants (Patras, Volos, Larissa), le tassement du nombre des faillites vers 1960 est suivi d’une remontée, qui se prolonge. Enfin, Athènes et Thessalonique ont des courbes parallèles : décroissance du nombre de faillites après 1960, mais maintien d’un niveau absolu assez élevé. C’est le contenu même des faillites, qui peut ici apporter quelques lumières sur ces divergences.

L’inégalité devant l’échec

68En fait, témoins de l’échec, les faillites doivent être soumises à deux comparaisons : dresser les similitudes et les différences, selon les centres, des secteurs économiques les plus atteints, évaluer les risques courus par les promoteurs d’initiative, en fonction de l’activité choisie. C’est ce double panorama de l’inégalité devant l’échec que nous avons cherché à tracer pour la période 1950- 1970. La tâche n’est pas facile et le résultat incertain. Les états récapitulatifs de faillites, dressés à des fins administratives, sont souvent imprécis au niveau des professions, et il est impensable de dépouiller, sauf par sondage, plusieurs milliers (près de 15 000 pour les 9 centres étudiés) de dossiers souvent très épais. Il faut donc là encore s’en tenir à de grandes catégories d’activités et à des conclusions assez grossières.

69À cette réserve près, il est possible de dessiner une espèce de profil socio-économique de l’échec, dont les traits correspondent assez bien aux différents types économiques et aux rythmes des faillites précédemment décrits. Dans les centres en perte de vitesse, Mytilène, Corfou, Kavala, Kalamata, la faillite est un événement exceptionnel, qui atteint surtout des organismes commerciaux vieillis (alimentation, textile), à la fois usés par l’ancienneté des entreprises et l’érosion de leur clientèle (déclin démographique). Les commerces nouveaux, notamment électroménagers, automobiles, qui s’installent dans le climat d’euphorie que nous rappelions, étaient encore hors de danger. Dans les villes, où un début d’essor succédait à la stagnation ou au déclin (Patras, Volos, Larissa), les faillites, dont le rythme s’accélérait souvent, restaient un signe de la mutation rapide du corps social : sous le couvert de la renaissance économique réelle, des activités industrielles traditionnelles et des commerces courants, qui ne peuvent ni s’adapter ni développer leur marché, disparaissent. Enfin, Athènes et Thessalonique représentaient toutes deux dans leur diversité l’exemple de faillites de croissance : l’échec était moins ici une marque d’épuisement ou de transformations internes, que la rançon de l’excès dans l’initiative et le risque économique. N’est-il pas symptomatique à cet égard que les faillites athéniennes soient particulièrement nombreuses dans la catégorie « autres commerces », qui a eu la prédilection des investisseurs de la capitale pendant la décennie 1950-1960, et les faillites de Thessalonique, relativement fréquentes parmi les industries diverses, qui caractérisent, à côté de l’industrie lourde, l’essor de la métropole macédonienne ?

70C’est ce schéma logique qu’il faut confronter avec les risques réels courus par les entrepreneurs. Finalement est-il possible de calculer des taux de mortalité par faillite qui tiennent compte non seulement de la fréquence des faillites, mais aussi de la masse des entreprises qu’elles menacent ? Dans une large mesure, le résultat confirme les hypothèses présentées : à Thessalonique ou à Larissa, les risques courus par une entreprise industrielle sont une fois et demi plus grands qu’à Athènes, mais c’est dans la capitale aussi, qu’ils sont parmi les plus importants pour une entreprise commerciale. Athènes n’est ici dépassée que par Larissa, qui est d’ailleurs un des leaders de la progression du commerce de détail en Grèce. Cette vulnérabilité des entreprises commerciales athéniennes serait plus affirmée encore, si on excluait les commerces d’habillement et surtout d’alimentation, où les risques de faillite étaient presque deux fois moins grands qu’à Thessalonique ou Patras, quatre fois moins qu’à Larissa. À l’opposé, Kavala, qui dans notre système de référence est le seul centre en déclin incontestable, était aussi très largement en queue de peloton pour les risques de faillites dans toutes les catégories d’activité envisagées.

71Ces remarques aident à comprendre les rationalités des porteurs d’initiatives. C’est moins l’échec que la crainte de l’échec qui est un facteur de paralysie économique, et sans goût du risque, il n’y a pas de réussite possible. Au niveau de la disparition brutale des entreprises, se trouve confirmée la loi fondamentale de tout développement capitaliste. La croissance athénienne est inséparable des déséquilibres régionaux qu’elle a suscités et entretenus dans les villes provinciales. De la même façon, elle est en elle-même risque calculé et, jusqu’à maintenant, réussi. Dire que la croissance athénienne comme le développement grec sont fragiles, est d’une banale évidence, ou d’une grande naïveté, si l’on entend par là qu’ils auraient pu être autrement que fragiles dans le système économique actuel. Le déséquilibre économique, comme le déséquilibre spatial, paraît inhérent à la nature du capitalisme, même corrigé, dirigé ou interprété par l’action de l’État. Si l’on n’en est pas convaincu, il faudrait encore expliquer pourquoi spéculation et inflation n’ont pas été, comme d’aucuns essaient de le croire, des maladies, mais des modes de la croissance. Cela dit, la croissance d’Athènes s’explique avant tout par la décision, plus ou moins consciente, des bourgeoisies provinciales d’y poursuivre et d’y amplifier avec l’aide de l’État leurs projets interrompus et les risques de l’entreprise économique. Sous l’œil intéressé et bientôt la patte entreprenante du capitalisme international, la capitale ne fut dans cette affaire qu’un formidable appareil de centralisation politique, mis au service d’un grand dessein économique. Mais leur conjonction la sauva du destin artificiel, auquel semblait la promettre la décision un peu extravagante d’un petit roi de Bavière.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 Évolution de la structure de la population active dans 10 centres provinciaux grecs, 1879-1920-1961
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre La destinée d’une grande famille syriote (les Kaloménopoulos)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Le déclin d’une famille de marins de Syra (les Krinos)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Titre La fin d’une grande famille agraire de Mytilène, les Binos
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 4 Le mouvement des faillites dans 6 grands centres grecs
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40229/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search