Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Deuxième partie. Les étapes de la croissance

Chapitre 4. La montée athénienne

Texte intégral

1On a déjà dit dans quelles limites de temps devait se situer le problème. Dans le cas précis de la capitale grecque, vouloir à toute force établir une filiation entre la cité antique, le bourg médiéval et l’agglomération contemporaine paraît un leurre dangereux. Dans le meilleur des cas, celui de l’extension spatiale, la plupart des convergences qui ont été signalées sont beaucoup plus des rapprochements fortuits que des signes incontestables de continuité. Il faut en prendre son parti : Athènes est une ville neuve du xixe siècle ; la rupture historique du Moyen Âge byzantin, puis de l’occupation turque à l’époque moderne, a été beaucoup trop longue, pour ne pas faire de 1834 l’année de la deuxième fondation de la ville. Le destin d’Athènes est inséparable de l’existence d’un État grec indépendant. C’est le premier fait majeur.

2Le deuxième, c’est que la croissance athénienne est liée à la montée d’une bourgeoisie nationale. En fait, son développement précède la guerre d’indépendance, et donc la création de la capitale ; et il en reste largement détaché pendant la plus grande partie du xixe siècle. Dans leurs ouvrages respectifs, Kordatos et Svoronos montrent admirablement comment naît au xviiie siècle une bourgeoisie grecque liée au grand commerce international méditerranéen : blés russes, draps et produits métallurgiques de l’Europe occidentale constituent les échanges majeurs. Les Grecs servent d’abord d’auxiliaires dans ce mouvement, avant de devenir, grâce à leur flotte notamment, les principaux intermédiaires du commerce méditerranéen. Mais son moteur et même ses capitaux continuent de leur échapper : solidement établis sur les places de Londres, de Marseille, de Trieste et de Vienne, les commerçants grecs dépendent des milieux d’affaires occidentaux. Quand les conditions techniques et économiques changeront, il restera de cette tare originelle des traditions de dépendance qui se prolongent aujourd’hui.

3Pour l’heure, au tournant du xviiie siècle, cette bourgeoisie cosmopolite est aux prises avec le problème national. Développant ses activités dans un empire ottoman déclinant, dont l’unité politique a un instant servi ses intérêts, elle commence à se heurter à lui dans ses aspirations idéologiques et même économiques. Les potentats turcs, s’appuyant sur les grands propriétaires fonciers et la noblesse de robe phanariote, ne peuvent que s’opposer à une nouvelle classe, dont la richesse vient du commerce, et qui commence à créer des écoles, où sont enseignées autres choses que les discussions théologiques de l’École du Patriarche de Constantinople. Sous le couvert d’un souverain cruel et fastueux, le règne d’Ali Pacha de lannina (1788-1822) symbolise cette lutte entre des structures économiques, sociales et politiques archaïques et une bourgeoisie progressive : il soumet et ravage le Zagori en Épire, région montagneuse, dont les familles occupent des places importantes dans toutes les cours d’Europe orientale ; il provoque par des dissensions internes la chute d’Ambélakia, en Thessalie, où une industrie textile florissante fonctionnait sur un modèle coopératif très élaboré et commerçait avec le reste de l’Europe, Vienne notamment. Ces conflits d’intérêts se doublent d’une lutte nationale contre l’occupant turc. Dès lors, aux yeux de cette bourgeoisie naissante, la création d’un État grec indépendant devient une nécessité fondamentale : ce sera la base territoriale d’où elle pourra mener toutes ses entreprises extérieures. Par solidarité nationale, exacerbée par les exactions turques, elle entraîne dans la lutte des groupes sociaux qui étaient moins motivés qu’elle : propriétaires fonciers grecs, paysans opprimés, Église orthodoxe.

4La victoire venue, toutes ces divisions éclatent : création d’un État indépendant, qui ne touche pas aux structures féodales de la société, établissement d’une république bourgeoise, voire d’un régime beaucoup plus égalitaire, dont l’aspiration est née de la fraternité des combats. Ces tensions internes ne tardent pas à être arbitrées par les grandes puissances grâce à l’instauration de la monarchie bavaroise. Dès lors, toute l’histoire du xixe siècle grec est animée par l’opposition entre une classe bourgeoise, minoritaire, qui investit dans la flotte et le commerce international, et les forces réactionnaires de toutes origines, qui ont récupéré les mouvements révolutionnaires et s’appuient sur la Grèce rurale des propriétaires fonciers. Leur suprématie politique, qui n’exclut pas d’ailleurs une instabilité chronique, est une incitation supplémentaire pour les capitalistes grecs à ne pas réinvestir leurs disponibilités en Grèce même. Pendant tout le xixe siècle, les véritables centres de la bourgeoisie grecque sont aux portes du Royaume : Thessalonique, Constantinople, Smyrne, Alexandrie. Il faut attendre la défaite grecque en Asie Mineure en 1922, pour amener un repli massif de ces capitalistes sur le territoire national. Non seulement la « grande catastrophe » est bénéfique à la Grèce, parce qu’elle installe en métropole plus d’un million de Grecs, dont l’instruction et le dynamisme sont beaucoup plus élevés que ceux des autochtones, mais elle marque une rupture séculaire dans les champs d’action du capitalisme hellénique. Le démantèlement de l’Empire ottoman en Europe, le cloisonnement des États balkaniques, la révolution soviétique, le marasme économique généralisé en Méditerranée orientale, entraînent une prise d’intérêt pour le développement interne de la Grèce. Pour la première fois de son histoire contemporaine, la Grèce confond son destin national avec celui d’une classe bourgeoise dominante.

5Dans cette fresque rapidement brossée, comment s’inscrit la croissance athénienne ? Elle est largement tributaire des conditions historiques générales. Au xixe siècle, Athènes reste pour la bourgeoisie hellène cosmopolite un symbole, qu’elle a contribué à faire naître : c’est la capitale d’un État pauvre, fragile, qui n’attire pas les investissements ; mais c’est aussi la capitale nationale, vers qui penchent secrètement les inclinations et qui sert de recours officiel en cas de tension internationale. En fait, pendant près d’un siècle, l’affirmation du rôle d’Athènes est due à la conjonction de deux forces : une classe politique, en grande partie importée à l’origine, qui représente les intérêts des grandes puissances, mais voit dans la croissance athénienne l’assise locale de son pouvoir et la base de sa légitimité historique, les notables provinciaux, qui ont besoin d’un terrain neutre pour régler leurs différends et leurs rivalités régionales. Paradoxalement, Athènes croît parce qu’il n’y a pas d’Athéniens. La croissance et le centralisme athénien sont donc d’un type différent de ceux de la capitale française : loin d’être l’expression d’un pouvoir local annexionniste, Athènes est l’œuvre d’étrangers, qui projettent sur elle immédiatement l’ensemble de leur acquis territorial et de leur volonté d’expansion. Le repli de la bourgeoisie grecque de l’étranger sur le territoire national après la catastrophe d’Asie Mineure ne change rien à ce principe. Elle modifie seulement fondamentalement la classe sociale dominante, qui va désormais prendre en main la croissance de la capitale. À travers des rapports sociaux et des modes de production différents, c’est la même utilisation de l’appareil de l’État et de la place d’Athènes comme capitale politique.

6Nous retrouverons toutes ces composantes au niveau des mécanismes de la croissance (IIIe Partie). Pour l’instant, l’essentiel est de préciser les articulations historiques de cette montée athénienne au xixe siècle et pendant la première moitié du xxe siècle. La démarche sera faite à une double échelle d’espace et de temps. Nous étudierons dans le présent chapitre l’évolution des disparités entre Athènes et le reste de la Grèce, et un chapitre particulier sera consacré à une présentation comparative des grands centres économiques grecs (Chap. V). Chaque fois on s’efforcera de conjuguer une vision diachronique des faits rapportés et une analyse synchronique de situations particulières.

I – Les phases de la croissance athénienne

Les articulations majeures

7Il faut ici reprendre à grands traits l’évolution économique et démographique de la Grèce contemporaine et y replacer la capitale. Pendant un siècle, de 1820 à 1923, grossièrement, la Grèce est un pays qui cherche ses frontières nationales et sa dimension économique. La démographie est marquée par les changements brutaux entraînés par les annexions territoriales (fig. 1). Aux 753 000 habitants qui occupent initialement la Vieille Grèce en 1828 (Grèce Centrale, Péloponnèse, Cyclades) s’ajoutent les 216 000 habitants des îles Ioniennes en 1864 (traité de Londres), les 294 000 de la Thessalie et du nome d’Arta en 1881 (Congrès de Berlin), les 2 086 000 habitants de la Macédoine, de l’Épire, de la Crète et de l’Égée orientale après les guerres balkaniques (1913), enfin les quelque 200 000 habitants qui peuplent la Thrace occidentale, seule région des conquêtes de 1920 laissée à la Grèce par le traité de Lausanne (1923). Ensuite commence l’âge de la stabilité. Si l’on excepte l’annexion – somme toute mineure – du Dodécanèse enlevé aux Italiens en 1947 (115 000 habitants), la Grèce doit compter depuis 50 ans sur ses dynamismes internes propres. C’est un fait nouveau pour la démographie grecque, mais aussi pour la place relative qu’y tient la capitale.

8En effet, dans la croissance démographique athénienne, 1920 marque aussi un tournant. Depuis près d’un siècle, Athènes – nous entendons toujours par là évidemment l’ensemble de l’agglomération, c’est-à-dire à cette époque les villes d’Athènes et du Pirée – n’a connu qu’une croissance démographique assez lente comparée à celle de l’ensemble du pays. Représentant 3 % de la population du royaume en 1848, la capitale y compte toujours pour moins de 10 % quelque soixante-dix ans plus tard. Compte tenu de l’énorme accroissement qu’a constitué le rattachement à la Grèce des provinces septentrionales (Macédoine, Épire, Thrace), le pourcentage de participation athénienne est stable depuis 1907 et tend même à régresser légèrement. Au contraire, pendant les cinquante années suivantes (1920-1971), la seule agglomération athénienne se hisse à près d’un tiers de la population totale d’un pays, dont le dynamisme démographique s’est considérablement ralenti. La divergence des tendances est encore plus manifeste, si on ne tient pas compte de la période 1920-1940, où l’afflux des réfugiés d’Asie Mineure et le regain de natalité qui le suit, amènent une augmentation encore considérable de la population grecque. En fait, 1920 a été la date-charnière : c’est elle qui augure la croissance hypertrophiée de la population athénienne. On ne peut manquer de voir dans cette inflexion du mouvement de longue durée une correspondance avec le repli métropolitain de la bourgeoisie grecque, qui était signalé dans l’introduction de ce chapitre : désormais capitalisation humaine et capitalisation économique se conjugueront pour assurer la montée athénienne.

9Malgré la netteté de ces deux phases, des dynamismes démographiques inégaux se font jour dès le xixe siècle. Bourgade de moins de 10 000 habitants après la guerre d’indépendance, Athènes compte encore moins de 50 000 habitants en 1861, mais atteint déjà 150 000 habitants en 1889 et dépasse 450 000 habitants en 1920. Avant même l’installation massive des réfugiés d’Asie Mineure dans les banlieues athéniennes (1923-1928), qui double pratiquement la population de l’agglomération, la capitale connaît un rythme de croissance supérieur à celui de la Grèce : de 1848 à 1920, la population du royaume est multipliée par 5, celle d’Athènes par 15. En fait, dans cette première phase, deux périodes doivent être distinguées. Jusqu’en 1870, le rythme d’accroissement démographique de la capitale est lent. Il s’accélère ensuite considérablement, notamment entre 1878 et 1889, pour se maintenir à un niveau élevé jusqu’en 1920. Là encore, il faut souligner dès à présent, les convergences avec l’évolution économique du pays et le rôle qu’Athènes y joue : 1870 marque aussi le début de la suprématie incontestée de la capitale sur les autres centres vitaux du royaume (Ermoupolis et Patras en particulier), et les années quatre-vingt, avec le ministère de Kharilaos Vrikoupis, le démarrage d’une ère d’essor économique pour la Grèce. Sans prendre ici parti sur le sens de la liaison causale qui unit les deux phénomènes, force est de constater la concomitance qui a toujours existé dans l’histoire athénienne entre prospérité économique et accroissement démographique : sans oublier la pauvreté, qui a sans doute caractérisé les nouveaux installés dans la ville, la croissance de la capitale n’a jamais été une urbanisation de la misère. Avec le tempérament bâtisseur de tout peuple méditerranéen, cette constante explique aussi l’absence de toute bidonvillisation généralisée.

Fig. 1 Les phases de la croissance athénienne

10Les mêmes traits caractéristiques se retrouvent au cours de la deuxième phase. Après un ralentissement consécutif à la crise économique mondiale et à la guerre, la croissance athénienne reprend plus vive que jamais à partir de 1951. Et les années soixante marquent, on l’a vu, une accélération du processus : Athènes en arrive à concentrer tout le dynamisme démographique du pays et à s’identifier à son développement économique.

11En fait, il est plus malaisé, au moins pour une longue période, de trouver des indicateurs de croissance économique vraiment significatifs et homogènes. Un premier fait majeur est l’insuffisance de la répartition sectorielle de la population active, pour caractériser l’évolution économique d’un pays comme la Grèce. Sur près de soixante-dix ans (recensement de 1907), la part du secteur primaire oscille entre 60 et 40 %, sans que se dessine à première vue une tendance très marquée. À cela deux raisons principales : les annexions territoriales du début du siècle rattachent à la Grèce des zones qui sont curieusement à la fois plus urbanisées, si l’on considère le semis urbain, mais aussi de grandes régions agricoles densément peuplées (cf. la Macédoine) ; l’installation dans les plaines septentrionales de réfugiés d’Asie Mineure, qui sont souvent d’origine urbaine, accentue ce double déséquilibre. Il en résulte entre 1907 et 1928 une chute très importante de la part de la population active employée dans l’industrie et les services. À ces causes conjoncturelles s’ajoutent les imprécisions classiques des recensements dans un pays, où la situation professionnelle était – et reste encore souvent – assez mouvante : artisans-paysans, commerçants-paysans, femmes auxiliaires de l’exploitation agricole. Une chose demeure sûre : la décennie soixante est marquée par une chute brutale de la population agricole qui passe d’environ 55 % à 40 % des actifs totaux. La mutation économique et sociale de la Grèce actuelle est trop massive pour ne pas imprimer une marque profonde dans des catégories statistiques pourtant bien imprécises.

12Mieux que par les recensements, le mouvement de longue durée de l’économie nationale est traduit par des indicateurs plus directs. Les créations de sociétés anonymes que l’on peut suivre annuellement de 1836 à 1939 sont particulièrement instructives. Éliminées les fluctuations conjoncturelles qui donnent à la courbe son allure tremblée, c’est faire encore apparaître la rupture de tendance séculaire qui se produit entre 1907 et 1920. Elle précède donc l’arrivée des réfugiés d’Asie Mineure et le capital d’initiatives qu’ils introduisent en Grèce. La conquête des plaines macédoniennes, qui apparaissent alors comme les véritables « terres vierges » d’une nation pauvre et montagneuse, l’effort de guerre considérable soutenu par un petit pays que les combats sous-marins isolent de ses alliés, stimulent l’essor économique. Il est relancé et accéléré par le repli sur la métropole de la bourgeoisie grecque internationale. De part et d’autre de cette grande césure, on retrouve les deux ruptures qui accidentent chacune des phases majeures de l’histoire économique athénienne. Jusqu’en 1870 environ, les créations de sociétés anonymes montrent une économie de soubresauts, où des élans brutaux sont suivis de retombées irrémédiables. À partir de là, s’inscrit une lente croissance dont l’allure en dents de scie n’élimine pas la tendance générale. Le pays commence à s’équiper et à s’industrialiser : nous verrons bientôt qu’à ces rythmes inégaux correspond le relais par la capitale des centres provinciaux, qui assuraient la vie économique du pays. Nous rencontrons là une caractéristique fondamentale du développement grec : il n’est jamais aussi fort que lorsqu’il s’identifie à la concentration triomphante d’Athènes. Le même processus se lit aisément dans la période contemporaine. En treize ans, de 1957 à 1970, la part du produit national brut fourni par l’industrie et les services passe de 65 % à plus de 80 % : à la reconstruction économique du pays a succédé une phase d’expansion sans précédent, mais aussi de contraction géographique de la richesse et des hommes. Non seulement développement économique de la Grèce et croissance athénienne marchent ensemble, mais l’enrichissement national va de pair avec l’accentuation des inégalités régionales.

13Depuis le recensement de 1879, les statistiques disponibles permettent de suivre l’évolution des structures professionnelles de la capitale dans l’économie du pays. Insuffisantes pour juger du mouvement diachronique, elles gardent toute leur valeur pour estimer à une date donnée la place tenue par Athènes. L’originalité de la série constituée est de montrer deux faits nouveaux. D’abord, le parallélisme remarquable de la croissance des différentes fonctions de la capitale. De 1879 à 1971, trois grands secteurs caractéristiques des activités athéniennes – l’industrie, le commerce et la banque, les professions libérales – passent du sixième à près de la moitié du potentiel national. Tout au plus faut-il noter en un siècle des différences de classement relatif : si l’industrie domine toujours le commerce, elle est aujourd’hui surclassée par les professions libérales. Ainsi s’affirme de plus en plus le rôle de commandement mis en lumière dans la première partie. La deuxième remarque a trait aux mécanismes mêmes de capitalisation et doit dès maintenant être retenue à titre d’hypothèse : la croissance athénienne n’est pas un processus continu. Elle suit notamment les étapes d’accroissement territorial de la Grèce et fait alterner des phases d’équilibre avec des phases de digestion active du capital démographique et économique des nouvelles régions annexées. Ainsi, de 1907 à 1928, période du grand expansionnisme grec, il y a à la fois essor économique sans précédent de la Grèce et d’Athènes et régression relative de la place tenue par la capitale dans le pays. À l’équilibre triomphant qui s’était instauré vers 1907 avec la suprématie acquise de longue date sur la Vieille Grèce, et plus récemment la Thessalie annexée en 1881, succède la recherche d’un nouvel équilibre avec l’acquisition des provinces septentrionales. L’histoire athénienne d’une grande partie du xxe siècle se résout dans la mise sous tutelle de l’ensemble ainsi constitué et de ses richesses les plus importantes – la Macédoine et Thessalonique – : les mains ainsi libérées, Athènes peut construire seule et à son profit le développement de la Grèce.

14Au total, quatre grandes phases sont ainsi délimitées. Jusque vers 1870, Athènes est la capitale politique d’un petit pays pauvre, encore réduit aux régions de la Vieille Grèce (Péloponnèse, Grèce Centrale, Cyclades). Les leviers de commande d’une économie balbutiante lui échappent, concentrés dans des centres provinciaux périphériques (Ermoupolis dans les Cyclades, Patras dans le Péloponnèse). Sa croissance démographique est lente. De 1870 à 1907-1920, succède une première phase d’ascension. Le pays s’est étendu, gagnant la Thessalie, ses plaines céréalières, mais aussi le pôle industriel et culturel de Volos. Favorisé par une politique douanière et la mise en place d’une infrastructure de transport, l’économie grecque se renforce. Athènes assure sa suprématie incontestée et décuple pratiquement sa population. Les conflits balkaniques, la guerre mondiale, la catastrophe d’Asie Mineure, la crise économique internationale entraînent une rupture, où la Grèce et sa capitale sont confrontées à des problèmes nouveaux. Pour la croissance athénienne, c’est une période de gestation, où les progrès réels, tant sur le plan démographique qu’économique, sont encore moins importants que les promesses. À leur nombre, il faut une fois de plus rappeler cette brutale prise de conscience de la bourgeoisie hellène, qui, au moment où se ferment ses traditionnelles activités méditerranéennes, voit s’ouvrir les possibilités d’un pays neuf : la Grèce dans ses frontières de 1923. Après la parenthèse du deuxième conflit mondial et de la guerre civile, toutes ces promesses se réalisent dans la phase actuelle. Nous n’y reviendrons pas, puisque l’essentiel est de préciser maintenant l’acquis des étapes précédentes.

La formation des déséquilibres démographiques

15La guerre d’indépendance laisse derrière elle un pays humainement et économiquement ravagé. Elle contribue surtout à modifier fondamentalement l’organisation spatiale de la Grèce, qui était de structure insulaire. Il s’agissait moins d’îles, à proprement parler, que de brillants foyers de civilisation et de prospérité, isolés au milieu de campagnes rançonnées par l’économie de tchiflick (grande exploitation latifundiaire turque), ou de montagnes déshéritées, habitées par des communautés paysannes vivant en semi-autonomie. On trouvait ainsi les villages du Zagori en Épire, Ambélakia et les cités du Pilion en Thessalie, Galaxidi sur les bords du golfe d’Itéa en Grèce Centrale, Hydra, au large des côtes du Péloponnèse oriental. Glorieux de leur flotte de commerce rapidement reconvertie en marine de guerre dans la lutte nationale (Hydra, Galaxidi), renommés pour la qualité de leurs produits industriels (les draps d’Ambélakia), ou célèbres par la réussite politique de leurs enfants (le Zagori), tous ces centres vivaient beaucoup plus de leurs relations lointaines que des rapports avec les régions environnantes. À l’autre bout des Balkans, Thessalonique, qui ne reviendra que bien plus tard à la Grèce, était la véritable métropole des grands courants commerciaux de la Méditerranée orientale.

16La création d’un espace national rend brutalement leur véritable dimension à ces foyers isolés. L’existence d’une frontière politique médiatise leurs relations avec le monde extérieur. Elle les tourne vers des centres d’importance nationale, qui ont tôt fait de conquérir à leur profit les positions acquises. C’est d’abord Ermoupolis, dans les Cyclades, qui joue ce rôle de capitale économique du nouveau royaume. Mais rapidement Athènes fait triompher son privilège d’être le siège de l’État. Bref, à une organisation spatiale non hiérarchisée, parce que l’autorité politique – la Porte – est lointaine, succède une nation, où il n’y a plus de place pour les réussites fortuites, mais où sont seules vraiment valorisées les situations géographiques ou politiques exceptionnelles.

17À cet égard, la croissance, la stabilité ou le déclin de la population apparaissent des révélateurs particulièrement sensibles. Ces dynamismes démographiques sont en fait la résultante de composantes multiples : le mouvement naturel, qui traduit des attitudes devant la natalité, mais aussi des inégalités en face de la mort, les mouvements migratoires, qui dessinent les zones de répulsion et d’attraction. À ces facteurs traditionnels, il convient d’ajouter pour la Grèce contemporaine les perturbations des annexions successives, des échanges forcés de population, des troubles politiques. Ils modifient artificiellement les situations, faisant fuir les habitants vers les zones de stabilité, ou les régions contrôlées par un pouvoir fort ou d’émanation nationale. Mais globalement sur une longue durée, il y a pratiquement toujours au niveau des inégalités régionales correspondance entre santé démographique et prospérité économique. Facile à saisir, la dynamique de la variation démographique est un indicateur synthétique de l’évolution des disparités régionales grecques.

18La période 1848-1879 témoigne pour la Vieille Grèce. Globalement, c’est une ère de progression démographique continue pour toutes les régions continentales du pays. Cette uniformité relative traduit les bienfaits d’une Grèce indépendante, dont la stabilité politique commence à s’affirmer, en dépit des crises financières chroniques et des révolutions de palais. Elle reflète aussi le fait que jusque-là aucune région ne s’est véritablement assuré une prééminence décisive. Hydra est même la seule éparchie à se voir attribuer une régression continue. S’agissant de la base navale la plus célèbre en Grèce, cinquante ans auparavant, on voit l’importance de la destruction des anciennes structures économiques du pays ruinées par la guerre d’indépendance. Mais la quasi-totalité des îles commence dès cette époque à subir les premières atteintes de la crise démographique qui allait les anéantir. Même Syra, qui reste jusqu’à la fin de la période le premier centre économique du pays, n’en est pas exempt. Paradoxalement en apparence, c’est à la pleine apogée de sa puissance, entre 1848 et 1861 que Syra perd plus de 2 000 habitants sur les quelque 29 000 que compte l’île à cette époque. É. Kolodny explique que dès 1840 les apports externes qui ont peuplé Syra sont pratiquement taris. C’est un indice sérieux pour affirmer qu’au moins dans les Cyclades le malaise démographique précède, sinon explique, la crise économique. En fait, les choses sont plus complexes. Corps étranger à l’Égée centrale aussi bien par l’origine de ses habitants les plus actifs (Khiotes) que par la nature de son trafic (commerce international), Ermoupolis ne parvient pas à attirer ou à fixer durablement les insulaires des îles voisines : à la même époque, Vinos, Paros, Naxos, toutes proches, perdent des habitants, qui préfèrent déjà s’orienter vers des destinations plus lointaines (Athènes ou États-Unis). Mais ce détournement a des conséquences économiques durables : il interdit à Syra d’élargir les bases de son économie, la rendant particulièrement vulnérable aux changements de conjoncture ou d’itinéraires maritimes.

19Sur la terre ferme, de petites régions commencent dès cette époque précoce à avoir un comportement démographique insulaire. Il s’agit essentiellement de zones montagneuses isolées, qui après avoir joué le rôle traditionnel de refuge, pendant les périodes troublées, ont perdu des habitants le plus souvent d’ailleurs dans les années qui ont immédiatement suivi la proclamation d’indépendance. Beaucoup de ces zones étaient les fiefs de grandes familles de la guerre de libération, qui formèrent l’élite politique nationale du nouvel État : les Kolokotronis de Karitaina, les Mavromikhali du Magne. C’est une constante qui commence à s’établir en Grèce : par le jeu des clientèles politiques, qui peuplent la cour et les administrations naissantes, avoir vu naître un ministre devient pour une région une malédiction démographique.

20Tout change au cours de la seconde période, de 1889 à 1920 : c’est la régression qui devient le fait général, la croissance, l’exception. Dans cette Grèce qui s’est étendue sur terre par le rattachement de la Thessalie et du nome d’Arta (1881), s’établissent très fortement des déséquilibres durables. Quatre éparchies seulement se voient créditées d’une croissance accélérée : outre l’agglomération athénienne, ce sont les éparchies d’Aigion, d’Agrinion (Étolie-Acarnanie) et de Larissa (Thessalie). Tout le reste connaît, peu ou prou, une crise démographique, qui va de la croissance ralentie à la régression continue. Ce sont maintenant des pans régionaux entiers qui s’effondrent : toutes les Cyclades, à l’exception de Naxos et de Paros, les Sporades, toutes les îles Ioniennes, la quasi-totalité du Péloponnèse méridional, central et oriental, à l’exception des éparchies de Kalamata et de Monemvasie, qui sont d’ailleurs en perte de vitesse continue, la plus grande partie de la Grèce occidentale, de la Phocide au nome d’Arta. Résistent mieux la frange septentrionale du Péloponnèse en bordure du golfe de Corinthe, la Grèce Centrale orientale (Béotie, Phtiotide) et surtout la Thessalie.

21Toutes ces disparités s’expliquent aisément. La période, nous l’avons vu, est caractérisée par la prise de position très forte d’Athènes dans un ensemble territorial, qui constitue un stade d’équilibre relativement stable pour le pays. L’hégémonie démographique athénienne est mieux assurée dans les régions proches du Royaume, qui ont été le berceau du nouvel État (îles, Péloponnèse, Grèce Centrale). La Thessalie a mieux résisté aux attaques de la capitale, sans doute parce qu’elle a été rattachée plus tard à la Grèce, et aussi parce qu’elle concentre à cette époque une partie des efforts d’investissements et de colonisation du pays (chemins de fer thessaliens notamment). D’une manière générale, les régions agricoles qui bénéficient de cultures spéculatives connaissent un déclin démographique plus ralenti, même si elles sont menacées chroniquement par l’effondrement des cours de leurs productions. Dès cette époque, toute la démographie grecque s’organise déjà autour de deux lignes de force : l’attraction athénienne et l’émigration étrangère.

22Ramenée à une échelle géographique plus fine – les dèmes qui ont dépassé 5 000 habitants avant 1907 – la carte 5 fait ressortir ces zones de faiblesse précoce, où même l’armature des bourgs est touchée. C’est d’abord tout le monde insulaire. Le maximum de population est atteint avant 1870 à Hydra, Spetsai, Vinos, Mikonos, Santorin, en 1870 à Zante, en 1879 à Andros, Cythère. Ensuite, c’est la déroute complète dans les dèmes insulaires les plus importants économiquement : Ermoupolis, Argostoli (Céphallonie) comptent le plus d’habitants en 1889, Leucade et Corfou en 1896.

Carte 5 Dèmes de la Vieille Grèce, qui ont dépassé 5 000 habitants avant 1907 (1848-1907)

23Sur le continent, cet effondrement des bourgs est plus tardif (maximum de population en 1896), et surtout limité à certaines régions du Péloponnèse : l’Arcadie, le Magne, la côte orientale. Ailleurs, il touche des centres isolés, dont la crise démographique témoigne de la stagnation des activités économiques : Argos, Missolonghi, Galaxidi. Dans le démantèlement généralisé des structures humaines de la Vieille Grèce, c’est ce processus de destruction progressive qui apparaît le plus significatif : l’éloignement géographique, la mise en place de la tutelle politique, sont pour l’avance athénienne des critères certains de différenciation.

24En comparaison, la période 1928-1961 ramène à une vitalité démographique plus répandue en Grèce. Le rattachement des provinces septentrionales, l’afflux des réfugiés d’Asie Mineure, de comportement moins malthusien que les Grecs autochtones, entraînent un dynamisme, dont l’élimination par Athènes demandera plusieurs décennies. En fait, c’est l’époque de la rupture de l’unité démographique du pays. Il existe maintenant deux Grèces. L’une est constituée des plus anciennes provinces de la Vieille Grèce : les Cyclades, le Péloponnèse, la Grèce Centrale, les îles Ioniennes. Il convient de leur rattacher les îles de l’Égée orientale (Mytilène, Khios, Samos). Soumises depuis longtemps au pompage athénien, et aux ponctions de l’émigration extérieure, ignorées des plus gros contingents de réfugiés, elles s’enfoncent à de rares exceptions près dans un dépérissement inexorable. Seules quelques régions de plaines plus favorisées ralentissent le destin.

25À cette Grèce frappée de mort plus ou moins lente s’oppose la majeure partie de la Grèce du Nord : Thessalie, Macédoine occidentale et centrale. Il faut lui ajouter la Crète. Plus éloignées d’Athènes, donc moins sujettes à ses séductions, plus saines parce que rajeunies par des apports de population neuve, souvent objets des attentions du pouvoir (cf. l’assainissement des plaines macédoniennes), toutes ces régions conservent un dynamisme démographique certain.

26Mais le cœur même de la résistance démographique – la Thessalie, la Macédoine centrale et occidentale – fléchit en fin de période. Seule l’éparchie de Thessalonique est créditée du même type d’évolution que l’agglomération athénienne. En fait, à travers le comportement si tranché des deux Grèces, se dessinent déjà les signes avant-coureurs des tendances, qui éclatent au cours de la dernière décennie : la contraction de l’espace démographique grec, sa résorption dans les deux pôles de croissance d’Athènes et de Thessalonique.

27Il existe une règle générale de la croissance, qui n’est guère démentie en Grèce : la santé démographique des régions décline avec leur rapprochement de la capitale.

La mise en place des dynamismes économiques

28La formation des inégalités économiques est plus difficile à suivre. Les indicateurs, on l’a vu, sont trompeurs et discontinus. Ils sont surtout partiels. Il est relativement aisé d’étudier le mouvement de créations industrielles ou commerciales. Mais comment évaluer le poids de la production agricole des différentes régions ? La carence est d’autant plus ressentie que jusqu’au milieu du xxe siècle la Grèce reste un pays fondamentalement agricole, moins par la participation du secteur primaire dans le produit national brut, que par les effectifs de population engagés dans l’agriculture, et le rôle des exportations végétales dans la balance commerciale du pays. On sait pourtant que depuis un siècle le contenu technique et humain de cette agriculture, son cadre spatial, se sont considérablement modifiés, contribuant à faire évoluer les paysages et basculer les équilibres régionaux. Ainsi en est-il pour les céréales, une des bases traditionnelles de la trilogie agricole méditerranéenne. Au xixe siècle et au début du xxe siècle, la Grèce est encore tributaire des blés russes qui arrivent dans ses ports du Pirée ou d’Ermoupolis. L’Arcadie montagneuse est alors le véritable grenier à blé national et les aires de battage s’y multiplient. Le rattachement des plaines thessaliennes (1881) modifie cet équilibre, que bouleverse plus encore l’annexion de la Macédoine et de la Thrace (1913-1920). En fait, il faudra attendre les années cinquante et le désir de la Grèce de gagner son autonomie céréalière, pour voir toutes ces potentialités mises en valeur et s’accélérer les mutations régionales. De 1950 à 1961, la production de la Macédoine, de la Thessalie et de la Thrace passait de 53 % à 73 % du total national. Dans le même temps, les emblavures et les productions de la Grèce Centrale et du Péloponnèse stagnaient, celles des îles Égéennes et Ioniennes régressaient fortement. Les aptitudes naturelles, les structures de l’exploitation, l’emploi inégal d’engrais industriels faisaient que la quasi-totalité des résultats de l’intensification était relevée en Grèce du Nord.

29L’accent est mis ici sur l’évolution des inégalités des secteurs secondaires et tertiaires. À cela deux raisons. Une suit le sens commun et l’échelle de valeurs de la nouvelle civilisation occidentale : la richesse se mesure au poids de l’industrie et des services supérieurs. L’autre est circonstancielle : la croissance athénienne se fait d’abord au détriment des autres centres urbains du pays.

30Les créations de sociétés anonymes et la répartition de leur siège social permettent là encore de suivre la détérioration des équilibres provinciaux (fig. 2, p. 148). Jusque vers 1880, les créations sont limitées en nombre, mais surtout dispersées dans d’assez nombreux centres de la Grèce méridionale, avec deux regroupements provinciaux remarquables, à Ermoupolis et Patras. Sur 167 sociétés créées de 1833 à 1881, Athènes en concentre bien 73, mais on en dénombre 49 à Ermoupolis et 27 à Patras. L’emprise de la capitale est loin d’être encore exclusive et permet aux initiatives provinciales de s’épanouir sur place.

31Dans la période suivante (1882-1918), tout change. Le mouvement économique s’accélère : 238 créations de sociétés anonymes en 36 ans. Mais surtout le pouvoir de décision se concentre massivement : Athènes et Le Pirée regroupent 192 sièges sociaux (81 % du total), suivis de très loin par Patras (10 sièges) et Ermoupolis (8 sièges).

32Avec la dernière période étudiée (1919-1939), de nouveaux caractères apparaissent. C’est d’abord le véritable emballement de l’économie grecque, avant la grande crise mondiale : en vingt ans, 1379 sociétés anonymes sont créées. Ensuite, la répartition géographique de l’initiative subit d’importants transferts. La part relative de l’agglomération athénienne demeure très massive, mais tend à s’infléchir par rapport à la période précédente (78 % des sièges sociaux nouvellement formés). Pour la première fois aussi, la Grèce méridionale perd la prééminence dans la décision périphérique, Thessalonique (100 sociétés, 7 % du total) ravit de très loin la première place à Patras (32 sociétés), qui devance Volos (25). Mais là encore, le fait le plus remarquable est l’éclosion d’une série d’initiatives isolées dans de petits centres thessaliens, macédoniens, thraces ou même crétois. Au hasard des statuts déposés, se dessinent les directions de ces entreprises provinciales. Évidemment, la transformation des produits agricoles y prend toujours une place de choix. Il y a aussi l’infrastructure élémentaire de ces petites villes qui accèdent à l’âge industriel, sans être encore reliées à des réseaux nationaux de distribution : production d’électricité, fabrique de glace qui lui est souvent associée. Mais d’autres entreprises témoignent d’initiatives beaucoup plus élaborées, de l’existence d’un capital provincial qui ne s’enfuit pas encore : dans la seule Thessalie de 1925, se créent une Banque de Crédit Agricole à Almyros, une Société Anonyme de Banque à Trikala. Bref, cette Grèce, marquée par les épreuves de la catastrophe d’Asie Mineure, exploitée sous des conditions léonines par le capital étranger, rassemble ses forces augmentées par sa puissance territoriale, renouvelées par l’apport humain des réfugiés. Ce ne sont pas seulement les grands centres régionaux qui profitent de cet essor, mais il se diffuse de façon beaucoup plus fine dans les bourgs et les campagnes de la Grèce du Nord. La crise mondiale et plus encore l’offensive de destruction systématique menée par Athènes dès cette période, et parachevée avec la reconstruction économique du pays, briseront net cet élan ; à une génération d’intervalle, la Grèce du Nord suit les mêmes destinées que les îles et le Péloponnèse.

33Au total, on ne peut manquer d’être une fois encore frappé par le parallélisme des itinéraires démographiques et économiques de la Grèce contemporaine. Parallélisme dans le temps, qui fait succéder pour la croissance athénienne et la régression provinciale, des phases d’activité intense (1881-1907, 1951-1971) et des phases de répit relatif (1928-1940). Parallélisme aussi dans l’espace, qui fait se relayer dans les zones d’attaque de la capitale les îles par le Péloponnèse, le Péloponnèse par la Grèce du Nord. Le problème reste évidemment entier de l’antériorité réciproque du fait démographique sur le fait économique dans le déclenchement du processus, et donc éventuellement du sens de la liaison causale qui unit les deux phénomènes. La réponse n’est certainement pas univoque et l’analyse même des mécanismes de la croissance montrera des situations différentes. En fait, il s’agit avant tout de savoir comment la somme des décisions individuelles s’articule, pour modifier l’organisation spatiale de la société. Que ce soit pour un agent économique actif, détenteur d’initiative, ou pour le simple possesseur de sa force de travail, subissant la loi de l’offre et de la demande, choisir de s’installer ailleurs signifie toujours la conviction que ce sera mieux ailleurs. Tantôt la décision du chef d’entreprise, pressentant la crise ou recherchant le profil maximum, déclenche le processus de déprise régionale. Tantôt la population fuyant le sous-emploi et la misère, accélère le marasme économique naissant et encourage la fuite des capitaux et de l’initiative. Dans les périodes où les disparités régionales s’avivent, le transfert de l’initiative joue un rôle moteur déterminant, mais il est vite relayé par des déplacements de masse qui emballent la mécanique économique et migratoire. La croissance athénienne montre en tout cas que ces mutations spatiales rapides s’apparentent souvent beaucoup plus à des mouvements de panique collective qu’à des enchaînements rationnels et concertés.

Fig. 2 Mouvement de création des sociétés anonymes, 1833-1940

II -1926-1940 : l’âge des derniers répits

34Après cette vision panoramique de la montée athénienne, il convient de s’arrêter sur quelques moments décisifs. Ce sont les points de rupture ou d’inflexion, qui apparaissent des observatoires privilégiés. Ils permettent, après une crise ou un tournant majeur, de juger de ses effets et de l’installation d’un équilibre, avant qu’il ne soit rompu par un nouveau bouleversement. Dans cette série de coupes synchroniques, on a préféré suivre une méthode régressive, remonter du xxe au xixe siècle, puisqu’il ne s’agit pas de faire une histoire économique de l’Athènes contemporaine, mais de suivre à rebours en quelque sorte l’établissement des disparités régionales de l’espace grec, jusqu’à ce qu’elles s’effacent ou s’atténuent de manière significative. Trois périodes ont été choisies, dont la date exacte dépend aussi des statistiques disponibles, essentiellement des recensements. Celui de 1928 témoigne, faute de pouvoir utiliser celui de 1940, pour la situation nouvelle qui s’instaure en Grèce après le gain des plaines septentrionales, mais aussi la catastrophe d’Asie Mineure. C’est le dernier stade avant la croissance hypertrophiée actuelle. 1907, c’est une première apogée, après une poussée d’industrialisation commencée trente ans plus tôt et avant les bouleversements des guerres balkaniques et mondiales. 1879 enfin, premier recensement exhaustif, mais aussi moment critique de la Grèce contemporaine, où une organisation spatiale et sociale décentralisée bascule dans l’accumulation capitaliste concentrée.

Forces et faiblesses de l’essor économique

35La période qui précède le déclenchement de la seconde guerre mondiale est marquée pour la Grèce par trois faits majeurs : les suites démographiques, économiques et sociales de l’établissement des réfugiés d’Asie Mineure, un essor économique important, qui n’est pas dépourvu de faiblesse, l’ampleur de la dette publique, qui met le pays un peu plus sous la coupe des intérêts étrangers.

36On ne répétera pas assez que l’installation des réfugiés d’Asie Mineure reste l’événement le plus considérable de la Grèce contemporaine. En moins d’un an, un pays de 5 millions d’habitants doit accueillir 1,5 million de ses enfants qui s’étaient expatriés, souvent depuis plusieurs générations. Cette population nouvelle n’est pas seulement forte numériquement, c’est une masse à la démographie déséquilibrée, aux structures sociales différentes de celles des Grecs autochtones. On y compte beaucoup de gens âgés, de femmes, d’enfants, relativement peu d’hommes en âge de travailler, décimés par la campagne d’Asie Mineure. Dans une population surtout rurale, arrivent des réfugiés où prédomine l’élément urbain.

37L’agglomération athénienne a accueilli directement, ou au bout d’un circuit migratoire plus ou moins long, une énorme concentration de réfugiés : au recensement de 1928, la capitale abrite plus de 230 000 d’entre eux, 30 % environ de sa population de l’époque. Minorité numérique, mais forte de sa culture et de ses traditions, qui la font encore résister cinquante ans après à l’immense creuset athénien, la population réfugiée transforme complètement les paysages et les mentalités de la capitale : elle gonfle les deux noyaux initiaux de l’agglomération (Athènes et Le Pirée), elle fait pousser autour d’eux des banlieues-champignons, elle provoque des sentiments d’étonnement ou de convoitise, qui faussent sa place réelle dans la capitale. Comme les familles nombreuses n’y sont pas rares, on y voit une population très jeune, alors qu’elle est encore alourdie par de nombreux vieillards, la plupart du temps des veuves qui ont survécu à l’exode. Parce que ce sont des urbains, aux manières mieux policées que les immigrants ruraux, on les croit cultivés, quand l’analphabétisme y est plus répandu que dans les autres couches de la population athénienne, justement à cause de cette forte proportion de vieilles femmes. Comme certains d’entre eux réussissent brillamment, comme beaucoup sont des boutiquiers, on y voit tout un peuple d’hommes d’affaires et de commerçants. Mais, le recensement de 1928 fait justice de cette réputation un peu trop avantageuse : les ouvriers sont proportionnellement plus nombreux que dans la population totale, il y a moins de réfugiés exerçant des professions libérales, beaucoup moins d’employés de la fonction publique, mais beaucoup plus d’individus de situation indéterminée, qui laissent supposer une masse de petits métiers, de sous-emploi déguisé, de misère.

38Pourtant ce rapatriement massif, effectué en catastrophe, est l’aiguillon d’un essor économique sans précédent en Grèce. Déçue dans ses ambitions territoriales, mutilée par de désastreuses campagnes militaires, contrainte de donner un toit et du travail à des centaines de milliers de ses enfants, la nation est condamnée à l’expansion. Elle est servie dans ses desseins par le dynamisme même des réfugiés, pour qui la réussite est une nécessité vitale ; les plus riches apportent leurs capitaux sauvés du désastre, beaucoup, des techniques inconnues en Grèce, tous ont la volonté de vaincre, y compris dans des professions qu’ils n’ont jamais exercées. Les résultats ne se font pas attendre. Le pays connaît une poussée industrielle très vive. De 1921 à 1938, on dénombre 1815 nouveaux établissements industriels importants, totalisant 56 000 chevaux en machines installées. La meilleure année, 1927, voit la création de 214 d’entre eux (6105 chevaux). La crise mondiale ralentit évidemment l’expansion, faisant tomber en 1933 le rythme annuel de création à 37, mais le mouvement reprend assez vite : 113 établissements importants ouvrent leurs portes en 1935. Deux branches industrielles connaissent un essor remarquable : le textile et l’alimentation. Par rapport à 1921, la valeur de la production textile est multipliée par 10 en 1928, par 20 en 1938. Des fabrications inconnues en Grèce se développent : le tissage de tapis d’Orient s’installe notamment dans les faubourgs athéniens et concurrence la production turque, en dépit de laines de moindre qualité, mais grâce à l’expérience de la main-d’œuvre. La valeur de la production alimentaire est multipliée par 10 en 17 ans (1921-1938). À côté de l’expansion des industries de main-d’œuvre et de consommation courante, le développement d’autres secteurs témoigne de fondements plus solides. La production de matériaux de construction, principalement du ciment, augmente considérablement, stimulée par la politique de logement et de grands travaux. La fabrication de produits chimiques, notamment d’engrais pour les plaines de la Grèce du Nord, est encouragée. En fait, c’est un essor généralisé, qui anime tous les secteurs de l’activité ; de 1921 à 1929,560 sociétés anonymes nouvelles sont constituées, dont 248 industrielles, 91 commerciales, 47 de construction et 41 bancaires.

39Néanmoins, cette expansion a ses limites, fidèlement traduites comme toujours par la structure du commerce extérieur. Beaucoup plus que par la valeur des importations et des exportations, trop sujettes aux fluctuations monétaires et aux variations de la conjoncture économique, il faut retenir les composantes majeures du commerce extérieur grec. C’est d’abord le déficit important de la balance commerciale : pendant toute la période, les exportations ne couvrent que la moitié (1926) à un peu plus des deux tiers des importations. Fait plus révélateur encore : dans les années trente, la plus grande partie de la valeur des importations est constituée par des produits manufacturés (39 à 44 % du total), des matières premières plus ou moins élaborées (26 à 30 %), et par des produits alimentaires (26 à 29 % du total). La Grèce n’a donc pas acquis son autonomie même pour les fabrications de consommation courante. Au contraire, plus des neuf dixièmes de la valeur des exportations sont fournis par huit produits agricoles : le tabac, le raisin de Corinthe et la sultanine, l’huile et les olives, les figues, les cuirs bruts et les vins.

40Or la Grèce est très loin à cet égard d’avoir réalisé un développement indiscutable. Pendant toute la période considérée, l’expansion agricole se fait beaucoup plus par une extension considérable des surfaces exploitées que par un effort d’intensification. La décennie 20-30 est ainsi marquée par une régression nette de la plupart des rendements à l’hectare. Celui des céréales passe ainsi de 10,8 quintaux à l’hectare en 1911 à 6,9 en 1928 (France 13,8), celui du tabac de 8,3 quintaux à 6,3, celui du coton de 10,3 à 7. Il faut attendre l’immédiat avant-guerre pour voir les rendements se relever, sans toujours atteindre le niveau qu’ils avaient trente ans auparavant : le blé plafonne à 11,4 quintaux à l’hectare en 1937, le tabac régresse à 5,2 quintaux la même année, le coton à 6,4 quintaux en 1938. La Grèce a réussi à assainir ses grands marécages, à coloniser ses plaines en y établissant ses réfugiés. Mais elle n’a pas gagné la bataille de l’intensification, qui seule lui aurait permis d’assurer son autonomie vivrière et d’augmenter ses exportations, donc d’améliorer sa balance commerciale. La faiblesse des moyens mis en œuvre en machines et en engrais, le morcellement extrême des exploitations, accentué par un système rigide de distribution de la terre sans aucun doute, l’inexpérience agricole aussi de beaucoup des réfugiés d’Asie Mineure, expliquent aisément cette situation.

41Si l’expansion n’est donc pas sans limites, elle a coûté très cher au pays. En Grèce, les capitaux sont rares, et comme ils sont rares, ils reviennent cher. Avec 10,48 % en 1926, 9 % en 1929, le taux d’escompte est un des plus élevés d’Europe (France 3,5 %). Pour établir les réfugiés, pour assainir les plaines, pour installer dans les villes une infrastructure moderne (électricité, adduction d’eau), il a fallu emprunter à l’étranger. De 1923 à 1930, c’est près de 1200 millions de francs or qui ont été introduits en Grèce, la majeure partie (900 millions) sous forme d’emprunts d’État. Comme les garanties économiques sont faibles, mais l’instabilité politique forte, les conditions de prêts sont léonines, car l’amortissement est calculé sur une très courte période. Mais surtout les investissements productifs sont réservés aux secteurs les plus rentables : la distribution d’eau et d’électricité, les transports urbains à Athènes, l’exploitation rapide des ressources minières (zinc de Thasos, nickel de Locride), le commerce international du tabac, contrôlé à 80 % par des sociétés étrangères. C’est le triomphe de la balkanisation.

Les résistances circumégéennes

42Comment situer les disparités régionales dans cet essor économique, à la fois spectaculaire dans son démarrage et limité dans ses effets réels ? Comment surtout évaluer la place relative de la capitale ?

43Par rapport à l’organisation actuelle de l’espace économique grec, qui prévaut depuis 1951 et présente une structure nodale caractéristique autour des pôles d’Athènes et de Thessalonique, accessoirement de Patras et de Volos, les oppositions régionales de 1927 sont particulièrement originales. Il y a là incontestablement une différence de nature dans l’agencement des différentes activités dans le territoire national. Il existe encore en 1928, notamment dans le nord-est du pays, une armature artisanale, industrielle et commerciale qui résiste à l’impérialisme athénien. Toutes les transformations spatiales de la Grèce en trois décennies vont justement consister pour la capitale à réduire l’extension et l’autonomie de cette armature, pour n’en laisser subsister que des pôles limités dont elle contrôle le développement.

44En 1928, cet ensemble régional, où l’agriculture tient une place moins forte que dans le reste du pays, présente une unité historique fondamentale. Si l’on met à part l’Attique-Béotie, dont le sort est évidemment lié à l’agglomération athénienne, tous les départements plus dynamiques n’ont été rattachés que tardivement à la Grèce, la plupart après 1913. Une seule exception provinciale : le nome des Cyclades. Cette constatation souligne l’importance du processus de digestion fractionnée de l’espace national par la capitale, au fur et à mesure de sa constitution. Le mouvement de création des sociétés anonymes montre même que la résistance des provinces nouvellement annexées est un moment renforcé par un dynamisme interne propre. Les choses ne sont donc pas simples au niveau des conséquences spatiales de la création des États nationaux dans la péninsule balkanique. L’exemple grec montre qu’elles sont au moins triples. La rupture d’une ancienne unité économique et politique – essentiellement l’empire ottoman – entraîne la crise de certains centres dont la vocation traditionnelle était le grand commerce international. C’est le cas notamment de Thessalonique. Mais le rattachement à une entité nationale, ressentie comme un élément de stabilité, suscite l’éclosion d’une multitude d’initiatives locales qui autrefois ne se seraient pas développées ou se seraient implantées ailleurs. Dans un dernier stade, les pressions de tous ordres – politiques, économiques, démographiques – exercées par la capitale viennent à bout de ce qui subsistait de l’ancienne armature économique et des nouvelles créations encore très fragiles.

45Ces mécanismes historiques se doublent incontestablement de vieux déterminismes géographiques, qui ont contribué à forger des individualités régionales bien délimitées. Ainsi, toutes les provinces récemment rattachées ne participent pas d’une égale résistance à l’emprise athénienne. L’espace circumégéen, qui depuis deux siècles bénéficie des courants du commerce méditerranéen, apparaît le mieux placé. Il possède les centres de ces échanges : Thessalonique, Volos, Kavala, la guirlande insulaire de l’Égée orientale, qui faisait face à la côte grecque d’Asie Mineure (Mytilène, Khios, Samos). Là se sont accumulés capitaux et expériences humaines. Là aussi se sont fixés, par les vertus de l’échange de 1922, la plupart des réfugiés de Turquie. C’est là que beaucoup d’entre eux, ruinés dans leurs ambitions internationales, essaient de lancer des entreprises vivaces, imités par certains Grecs autochtones.

46En fait, c’est le niveau d’évolution de la structure sociale qui se trouve révélateur, avec des significations régionales différentes. Dans la capitale existe une prolétarisation précoce, par rapport au reste de la Grèce, de la vieille armature artisanale. Mais un fait demeure net : dans toute la Grèce méridionale et occidentale, la faiblesse du nombre d’ouvriers montre l’ampleur de la déprise régionale. La concurrence athénienne a ruiné l’artisanat et l’industrie locale pour ne laisser subsister que la masse de petits exploitants agricoles desservis par des services urbains élémentaires. Cette démocratie rurale, qui peut paraître idéale à l’heure où les latifundia sévissent dans une grande partie des campagnes méditerranéennes, est en fait doublement fragile. Techniquement et socialement, elle est un obstacle à l’instauration d’un équilibre agricole viable. Vingt ans ou trente ans plus tard, elle ne laissera guère le choix qu’à un exode massif et à un retour à la friche. Économiquement surtout, c’est un véritable stade de régression : la disparition précoce de la vitalité artisanale de la Grèce méridionale et occidentale a sonné l’heure de sa chute. Si elle manque de charpente urbaine, c’est moins, comme on l’a dit, à cause de la faiblesse de son développement économique actuel, qu’à la suite de l’usure historique de son armature régionale existante.

47Au total, 7 départements sur 36 (37 % de la population du pays) regroupent 240 000 actifs industriels, soit 56 % du potentiel de la Grèce en 1928. Dans cette concentration régionale, l’agglomération athénienne, dont on connaît pourtant l’essor industriel remarquable entre 1920 et 1930, ne compte encore que pour moins de la moitié et ses quelque 105 000 actifs industriels ne représentent qu’un quart des effectifs globaux du pays.

48En fait, le rapport fonctionnel est beaucoup moins favorable à la province, dès qu’on s’attache à des catégories où la décision et la vie de relation l’emportent sur la production. C’est ainsi que pour les organismes de crédit, les professions libérales, le personnel des services publics, des rapports supérieurs à la moyenne ne se retrouvent de façon constante que pour le département de la capitale et celui de Thessalonique. Il est difficile de démêler dans cette situation privilégiée de la métropole du Nord ce qui tient du passé prestigieux en pleine décadence et du rôle naissant qu’elle jouera de plus en plus dans le nouvel État national. À cette époque, la banque juive de Thessalonique est détruite par la concurrence des organismes athéniens. Mais la bourgeoisie d’affaires, qui a vu se fermer ses débouchés traditionnels pendant les longues années des guerres balkaniques et du conflit mondial, est revivifiée par l’arrivée des classes dirigeantes des réfugiés micrasiates. Le Rapport de la Société des Nations note que les membres des professions libérales ont trouvé en Grèce une situation souvent plus enviable que celle qu’ils abandonnaient. Ils jouent un rôle considérable dans les centres de la Grèce du Nord, où ils constituent l’essentiel de l’élite sociale, contrairement à Athènes, où c’est la présence de la bourgeoisie autochtone qui a entraîné la fixation de réfugiés des classes socialement favorisées. Enfin, Thessalonique prend une importance grandissante dans l’administration de la Grèce du Nord, qui est alors l’objet de l’attention particulière des gouvernants : installation des réfugiés, poursuite de grands travaux d’assainissement. Ces nécessités de gestion se doublent d’un intérêt politique. Depuis le début du siècle, la Macédoine est la clef des visées expansionnistes de la bourgeoisie grecque. Dès 1909, le mouvement militaire de Goudi (banlieue athénienne), qui imite la révolution « jeune turque » de 1908, renverse le gouvernement réactionnaire de Kyriakoulis Mavromichalis. Le coup d’État est en fait l’exécutant des volontés de la bourgeoisie, menacées par les anciens partis de propriétaires fonciers d’origine péloponnésienne. Désireux de conserver leur prééminence politique et économique, ils sont prêts à sacrifier la Macédoine et les intérêts maritimes grecs dans les Balkans, en prônant à l’égard de la Turquie un « immobilisme irréprochable ». Quinze ans après, l’artisan de la victoire libérale, Éleftérios Vénizélos n’a pas oublié la leçon : il faut s’appuyer sur la Macédoine, donc en faire un fief politique et administratif, pour contrebalancer dans la République les partis réactionnaires terriens, dont la Grèce méridionale est le soutien.

49Outre cette place remarquable de la Macédoine occidentale autour de Thessalonique, il est significatif de constater que certains départements provinciaux beaucoup moins attendus jouent un rôle relativement important pour ces catégories sociales dirigeantes. C’est le cas notamment pour les membres des professions libérales. Les îles y tiennent la vedette. Il s’agit en fait de dernières résistances qui ont totalement disparu au recensement de 1961. Elles se situent toutes dans les îles au passé économique prestigieux : l’industrie et le commerce dans les Cyclades, l’industrie et l’oléiculture à Corfou, l’armement maritime à Céphallonie et Khios. Elles montrent comment se diversifient les réactions de l’élite sociale dans les processus de déprise régionale. Alors que commerçants et industriels y jouent un rôle moteur, les membres des professions libérales (médecins, notaires, avocats) manifestent une grande inertie, qui les font longtemps survivre à la situation historique qui les a autrefois justifiés. Ainsi en est-il de ce monde insulaire de 1928, dont la perte économique est consommée depuis longtemps. Cette résistance des professions libérales s’explique d’autant mieux, qu’à côté de facteurs proprement psychologiques, elles sont souvent liées localement au maintien de grands domaines fonciers.

50Au total, la période 1928-1940 apparaît comme un répit dans l’accentuation des inégalités régionales de la Grèce contemporaine. Une série de facteurs externes a relancé l’économie du pays depuis 1915 : l’augmentation de la population et du marché intérieur, l’effort de guerre continu de 1915 à 1923, le conflit sous-marin qui a renforcé les tendances à l’autonomie, la réduction de l’émigration extérieure avec la fermeture des États-Unis, la dévaluation de la drachme à partir de 1920, l’inflation généralisée qui favorise le mouvement de capitaux. Contrairement à la période 1950-1970, cette poussée économique ne s’est pas accompagnée d’une accélération de la croissance athénienne. À cela deux raisons. Une, classique dans l’histoire d’Athènes : chaque étape d’accroissement territorial est suivie d’une résistance plus ou moins longue des centres économiques des régions annexées. Une autre beaucoup plus profonde : la bourgeoisie grecque, qui a été ranimée par les apports de l’Asie Mineure, n’a pas encore fondamentalement choisi entre son destin national et sa vocation internationale. Géographiquement, elle hésite encore entre les deux pôles qui symbolisent pour elle ces voies divergentes : Athènes ou la Macédoine avec Thessalonique. Pour la première fois aussi de l’histoire de la Grèce moderne, la capitale ne s’impose pas immédiatement à la classe dirigeante comme lieu géométrique de ses ambitions. Ces hésitations seront de courte durée pour plusieurs raisons. Pour développer ses activités, la bourgeoisie grecque a besoin de la Banque, c’est-à-dire avant tout à l’époque la Banque Nationale de Grèce, qui joue « dans les coulisses le machiniste non seulement de la vie économique, mais aussi de la vie politique » (G. Kordatos). Or, la Banque, c’est Athènes. La deuxième raison est liée à la crise extérieure. La crise économique d’abord. Dépendant du capitalisme international pour une grande partie de son financement, le capitalisme grec est particulièrement atteint. Plus durables encore sont les conséquences de la crise politique. La tension qui monte en Europe, bientôt le conflit mondial dont le terme verrouillera plus que jamais les frontières balkaniques, rejettent la Grèce vers son destin national. Cette crise de conscience et de croissance de la bourgeoisie grecque ne peut se résoudre que par un double rééquilibrage. Géographiquement, elle est condamnée à concentrer ses forces dans le pôle de développement national le mieux placé : la capitale. Idéologiquement, elle doit abandonner le libéralisme vénizéliste pour la dictature, comme le prévoit prophétiquement G. Kordatos dès 1930 : 1936, c’est le général Métaxas, les années 50, c’est le régime fort de Karamanlis, 1967, c’est le coup d’État des colonels. Jamais la croissance athénienne n’aura progressé plus vite que lorsque la concentration économique et géographique s’appuiera sur la concentration absolue des pouvoirs.

III -1907 : la première apogée

Les bases de l’État moderne

511907, le calme avant la tempête, dans les Balkans. La Turquie est de plus en plus malade. Un dernier sursaut d’énergie – la campagne victorieuse contre la Grèce en 1897 – a été vite arrêté par les grandes puissances. Mais la Macédoine est agitée par les Komitadjis (bandes armées) bulgaro-macédoniens et grecs. Les Turcs ne savent y répondre que par de brutales représailles. La Crète, autonome depuis 1898, se soulève en 1905, sous la conduite de É. Vénizélos, contre l’autoritarisme du Haut Commissaire qui la gouverne, le prince Georges de Grèce. Dès 1908, elle proclame son union avec la Grèce. Mais l’hellénisme macédonien et thrace attend un réveil de la métropole, tandis que la Bulgarie s’organise : Ferdinand se proclame tzar des Bulgares (1908). Devant ces menaces et ces espoirs, le gouvernement grec s’enlise dans l’attentisme et les intrigues de cour. Le mouvement libéral de Goudi (1909) va balayer cette vieille structure politique et augurer une ère beaucoup plus dynamique et offensive.

52Pourtant, depuis près de trente ans, patiemment et presque silencieusement, s’élaborent les bases de l’État moderne, qui vont servir les visées expansionnistes du capitalisme grec dans les Balkans. Le coup d’envoi de cette nouvelle politique est donné par le premier gouvernement solide de Kharilaos Vrikoupis (1882- 1885), qui regroupe autour de lui tous les éléments progressistes du pays : la bourgeoisie d’affaires, les intellectuels, une grande partie des masses populaires. Une des mesures les plus lourdes de conséquences est l’instauration en 1884 d’un nouveau tarif douanier très protectionniste. Augmentant considérablement les droits à l’entrée sur les produits de consommation courante, il rompt avec les pratiques libre-échangistes, inspirées par les puissances industrielles, l’Angleterre au premier chef, et encourage le développement d’une industrie nationale.

53Un effort de plus longue haleine est soutenu pour créer une infrastructure de communication moderne. En 1882, il n’y a encore que 1137 kilomètres de chemins carrossables dans le Royaume et 8 kilomètres de voies ferrées (la ligne Athènes-Le Pirée ouverte en 1867). De 1882 à 1894, c’est près de 2000 kilomètres de routes carrossables nouvelles qui sont construites. Mais ce sont les chemins de fer qui attirent les investissements les plus lourds, surtout d’origine étrangère. De 1882 à 1892, Athènes et Le Pirée sont reliés aux principales villes du Péloponnèse (Patras et Kalamata). Jusqu’en 1908 sont poursuivis les travaux, qui unissent la capitale à ses frontières du Nord (Le Pirée – Démerli). À ces deux lignes, qui forment toujours l’armature du réseau national, s’ajoutent des liaisons d’intérêt régional : les chemins de fer de l’Attique (1882-1885), financés en grande partie par la Compagnie Française des Mines du Laurion, qui joignent Athènes au Laurion, les chemins de fer thessaliens (1882-1903), qui relient entre eux les principaux centres de la plaine (Volos, Larissa, Vrikala), la voie Pyrgos-Katakolo en Élide. Toutes ces constructions ne sont dépourvues ni d’intérêt politique (asseoir l’administration de la capitale), ni d’arrière-pensée stratégique (transport rapide de troupes sur les terrains d’opérations de la Grèce du Nord). Elles contribuent à endetter lourdement les finances publiques. Mais leurs conséquences sont capitales pour l’évolution économique et démographique du pays. Elles désenclavent des régions entières, dont les productions agricoles peuvent trouver des débouchés extérieurs : le raisin de Corinthe du Péloponnèse notamment. Elles encouragent aussi les premiers mouvements massifs d’exode rural, vers les foyers d’émigration transocéaniques (États-Unis) et Athènes. Elles suscitent enfin par un effet d’entraînement un climat d’euphorie, favorable aux investissements.

54Paradoxalement, il n’est pas jusqu’à l’instabilité monétaire chronique de la Grèce qui ne favorise son industrialisation. Si la faillite de l’État en 1893 inquiète le capital étranger et tarit pour un temps le financement international, les dévaluations successives de la drachme renchérissent les importations et ajoutent aux effets du tarif protectionniste. Avec l’augmentation du marché intérieur (annexion de la Thessalie en 1881), tout cela fournit une incitation supplémentaire à l’investissement. Le capital afflue, le crédit naît, les initiatives se développent. Aux sociétés étrangères s’ajoutent les Grecs d’Europe centrale et orientale, dont les entreprises commencent à être découragées : le nationalisme croissant dans les pays balkaniques, le mouvement « Jeune Turc » en Turquie, amènent un premier repli du capitalisme grec sur la métropole, qui est assuré d’y trouver un revenu très rémunérateur.

55Ces conditions générales expliquent l’essor de l’économie grecque, dont on a déjà vu des indicateurs dans la première partie de ce chapitre. Plutôt que d’y revenir, il faut juger de la portée réelle de ce développement. Il est encore très limité. Le capital s’est dirigé vers les secteurs les plus productifs : la banque, les chemins de fer, les mines, les compagnies maritimes ; l’industrie de transformation est encore à l’état embryonnaire. Seule l’industrie textile, stimulée par la demande intérieure, connaît une réelle expansion, mais la société cotonnière Retsina, qui emploie à la fin du siècle plusieurs centaines d’ouvrières dans ses ateliers de tissage du Pirée, est encore une exception. Ce n’est qu’en 1909 que Kanellopoulos installe ses premières grandes usines chimiques : savonnerie à Eleusis, Lipasmata (engrais, verrerie) à Drapetsona, au Pirée. Pourtant, le mérite de Kh. Vrikoupis n’est pas mince d’avoir tiré la Grèce de la féodalité ; mais son action est limitée par les contradictions historiques dont il est l’acteur impuissant. Bourgeois, il fait retomber tout le prix de l’industrialisation sur une classe ouvrière naissante et misérable et sur la petite paysannerie écrasée d’impôts. C’est aussi la montée de la revendication prolétarienne : 1879, première grève du chantier naval à Syra, 1883, première grève dans les mines du Laurion. Mais ce prolétariat encore inorganisé, faible numériquement, doit subir la loi du capital : en 1882, une grève des imprimeurs athéniens est brisée par des typographes amenés de Constantinople et de Smyrne, en 1896, la police et l’armée tirent sur les ouvriers révoltés du Laurion. Impopulaire chez les petites gens, Vrikoupis doit surtout compter avec la conjonction des réactionnaires de tous bords, qui loin d’avoir désarmé, s’appuient sur le mécontentement des masses pour le renverser définitivement en 1893. Son échec politique marque les limites du développement économique de la Grèce et la fragilité de la bourgeoisie qui l’anime.

La concentration athénienne

56Comment ces forces contradictoires se traduisent-elles au niveau des inégalités régionales du pays en 1907 ? Le premier fait majeur est la concentration importante du potentiel économique du pays dans la région de la capitale. Le nome d’Attique, qui regroupe moins de 13 % de la population totale, possède le tiers des effectifs industriels et commerciaux, 28 % du personnel des transports, 30 % des membres des professions libérales. Cette concentration géographique est à l’image de l’économie tout entière, qui s’est contractée dans un petit nombre de départements. Les centres locaux qui animaient autrefois les campagnes grecques ont disparu, pour faire place à quelques foyers régionaux bien délimités : les Cyclades avec Ermoupolis, l’Akhaïe avec Patras, l’Argolide avec Nauplie, et surtout la Magnésie avec Volos. En fait, ces foyers industriels et commerciaux sont animés d’un dynamisme très inégal. Depuis 1879, tous les centres de la Grèce méridionale sont en régression plus ou moins rapide. Elle est très accentuée dans les îles (Ermoupolis, Hydra, Spetsai) ; elle est plus lente à Patras, où la stabilisation relative des effectifs industriels et commerciaux traduit en fait une perte d’influence importante. L’essor économique a donc avant tout profité à la capitale, qui a accru son avantage sur les villes insulaires et péloponnésiennes.

57Le seul centre dont le dynamisme peut rivaliser avec Athènes est alors Volos, dont la masse démographique et économique est sans commune mesure avec celle de la capitale. Cette meilleure résistance du port thessalien à l’impérialisme d’Athènes tient à plusieurs raisons. D’abord, selon une constante qui commence à bien s’établir, la prime donnée aux régions les plus tardivement rattachées au Royaume. Vingt-cinq ans après son annexion, la Thessalie bénéficie toujours d’un régime de faveur, qui fait s’y dépenser l’effort de l’État : en 1902, malgré la crise de confiance internationale dont la Grèce est l’objet, un emprunt est contracté pour financer l’achèvement de la voie ferrée du Pirée à Larissa. Plus profondément, Volos valorise une position que l’histoire et la géographie contribuent à former. Héritière des traditions industrielles et commerciales des centres du Pilion, Volos cumule les avantages de la grande plaine céréalière et d’un port dont la situation est centrale dans l’Égée du Nord. Dans cette Grèce qui est en train de se continentaliser, cette double vocation terrienne et maritime est un atout que ne peut revendiquer Athènes. Cette prééminence de la ville du golfe Pagasitique se retrouve dans la fermentation sociale dont elle est le siège. Très en avance sur son temps, un certain Delmouzos y crée un lycée de jeunes filles, où l’enseignement est dispensé en démotique (langue populaire). D’abord coqueluche de la bonne société, il ne tarde pas à éveiller la suspicion des bien-pensants, qui lui reprochent de fomenter la révolte sociale. L’expérience et son promoteur sont condamnés par la cour de Nauplie en 1914. Même si les débats ont tourné autour des questions linguistiques, on ne peut s’empêcher de voir dans le procès la grande peur de la Grèce méridionale et de sa capitale devant la rivale nordique, à l’inquiétant libéralisme.

58Au total, 1907 marque bien pour Athènes un apogée, mais c’est un apogée de la médiocrité, à l’image de la bourgeoisie fragile qui l’a construite. Sans beaucoup de peine, et même avec la collaboration active de leur élite économique, qui les délaissait, Athènes est parvenue à dominer tous les centres de la Vieille Grèce et à mettre une large distance entre elle et le foyer plus indépendant de Volos. Mais c’est une victoire un peu facile et sans envergure. Depuis 1892, la crise économique tourne dans le Royaume, n’épargnant pas la capitale : en 1901, le rapport annuel de la Banque Nationale de Grèce signale de multiples faillites de commerçants à Volos, mais aussi d’un marchand de céréales important à Athènes. Menacée économiquement, la bourgeoisie grecque l’est aussi idéologiquement. L’époque de Trikoupis avait été marquée, par le renouveau de la langue populaire (démotique). Les classes urbaines de l’étranger l’adoptaient, car c’était un moyen de prêcher la grande idée de l’hellénisme. À l’intérieur, la classe dominante marquait par là sa volonté d’asseoir sa suprématie contre les partis de propriétaires fonciers, défenseurs de la langue pure. Avec le retour de la réaction politique, c’est la ruine temporaire de ces modèles culturels : même la constitution de 1911 impose la katharévoussa (langue littéraire). Pour la bourgeoisie grecque, comme pour la croissance athénienne, cet apogée est une impasse. La seule issue est l’expansionnisme, qui assurerait une autre dimension à l’une et à l’autre : une fois de plus dans l’histoire, la Macédoine est à la croisée des chemins athéniens.

IV -1879 : la fin d’un monde

L’économie décentralisée

59Le mérite du premier recensement exhaustif de la Grèce contemporaine (1879) n’est pas mince, d’offrir avec une finesse géographique incomparable (l’éparchie), le visage économique du pays, au moment même où il va être remodelé de façon définitive et méconnaissable sous l’impulsion centralisatrice de Kh. Trikoupis. C’est une Grèce inconnue que révèle la dispersion des foyers de vie économique active aux quatre coins de la Vieille Grèce. Certes, Athènes s’y retrouve, et avec une intensité remarquable. Mais pour la première fois, une autre circonscription, Syra, est classée dans la même catégorie que la capitale. Plus encore que par cette bipolarisation, on est frappé par la répartition « éclatée » des activités secondaires et tertiaires. C’est surtout la Grèce côtière qui est ainsi mise en valeur : une grande partie de la frange maritime de la Grèce méridionale, insulaire et péloponnésienne, dont le démantèlement humain et économique va nourrir pendant des lustres la croissance de la capitale, est encore créditée d’un bilan positif en 1879. Mais ce chapelet de foyers isolés évoque aussi la structure classique de l’espace grec, qui n’a pas fondamentalement changé depuis l’Antiquité. C’est elle que découvre encore au début des années quatre-vingt, un normalien de vingt ans, à la vue singulièrement pénétrante : « L’histoire grecque s’explique d’un bout à l’autre par les dimensions restreintes de chaque territoire et de chaque cité », remarque Gaston Deschamps, quand il quitte la plaine d’Amphissa pour les montagnes de Doride.

60Cette Grèce, qui est encore faite de la « juxtaposition de petits cantons » (G. Deschamps), quelle est-elle ? A. Mansolas, le directeur de l’Office Statistique de l’époque, nous la fait découvrir avec la précision de l’homme de l’art et le jugement de l’esprit honnête. L’initiative industrielle est très dispersée, mais présente deux points forts : Syra (Ermoupolis) et Le Pirée. À Syra, la grande entreprise est la Compagnie Grecque de Navigation à Vapeur (Elliniki Atmoplia). La société possède un atelier de réparation navale, réservé à l’origine à ses propres bateaux, mais qui entreprend à la demande toutes espèces de travaux de mécanique et de forge. C’est la première et la seule industrie lourde de la Grèce, avec une forte armature de techniciens, anglais le plus souvent, une corporation très fermée de maîtres-ouvriers, quelques apprentis soumis à un compagnonnage très dur. Au Pirée, le haut du pavé industriel est tenu par l’atelier de métallurgie et de bois de Georges Vassiliadou. Depuis 1860, on y fabrique des charrues, surtout vendues dans le Péloponnèse (Élide), des machines servant à l’irrigation et à l’égrenage du maïs, mais aussi des chaises dont une partie est exportée vers la Turquie et Odessa. Enfin, depuis 1863, la société française Roux exploite au Laurion les scories de la mine d’argent antique, pour en extraire du plomb. C’est la plus grosse concentration d’ouvriers de toute la Grèce, puisque 1 200 manœuvres y sont employés au transport des déchets.

61Voilà pour la « grande » industrie. Mais elle est loin de résumer toutes les fabrications du pays. Elles se dispersent et s’atomisent au gré des ressources et des traditions locales, des initiatives individuelles, mais aussi des statistiques, car « il est malaisé de distinguer « industriel » et « commerçant », un seul et même individu produisant d’habitude, et mettant en vente dans une seule et même boutique... (et) il est bien des cas où l’industrie et l’agriculture pourraient être confondues, comme par exemple quand l’agriculteur élève aussi des vers à soie, ou tient un atelier d’égrenage de coton » (A. Mansolas). Ainsi, l’artisanat textile est-il très répandu : presque toutes les maisons du royaume ont un métier à tisser pour les usages domestiques, et certains petits centres s’en font une spécialité. Après le textile, c’est la tannerie et la mégisserie qui sont les plus répandues. C’est aussi une vieille fabrication grecque, qui profite de l’abondance des cuirs locaux et de l’expérience d’ouvriers formés en Europe. À suivre Mansolas, ligne après ligne, on n’arrêterait pas de signaler les spécialités où Athènes et Syra sont toujours présentes, mais les centres locaux jamais absents.

62En fait, moins que l’industrie, la grande affaire, c’est le commerce, et autant que faire se peut, le grand commerce maritime international d’import-export. Syra, qui est la plaque tournante de l’Égée, est le premier emporium grec : sept-huitièmes des marchandises importées dans le Royaume passent par les entrepôts d’Ermoupolis, la moitié en est réexpédiée à l’étranger, surtout en Turquie. Les principales importations sont constituées par les tissus (28 % de la valeur totale en 1864), les céréales (13 %) et les cuirs (10 %). Les exportations sont plus décentralisées géographiquement : Patras exporte surtout des raisins de Corinthe (42 % de la valeur des exportations), des vins et alcools (5 %), Coron, à l’extrémité du Péloponnèse, des huiles.

63Ce grand commerce international est très lié à l’armement et à l’assurance maritimes. Sur 29 compagnies commerciales existantes en 1865,25 sont des sociétés d’assurances maritimes. Syra en compte à elle seule 12, Patras 6, Athènes-Le Pirée 2, tandis que les autres se dispersent dans tous les ports insulaires. La plus puissante est à Patras : fondée en 1860, la Banque Maritime (Naftiki Vrapeza) s’occupe surtout de prêts aux armateurs. La plus originale est à Galaxidi, sur la baie d’Itéa (Grèce Centrale) : une compagnie d’auto-assurance des armateurs de la place y fonctionne sans but lucratif. Mais c’est encore Ermoupolis qui assure sa prépondérance de capitale économique du royaume, par le privilège d’exclusivité de toute la navigation intérieure accordé en 1857 à la Compagnie Grecque de Navigation à Vapeur. Avec ses 11 bateaux, l’Elliniki Atmoplia relie régulièrement Syra à tous les ports de la Grèce et assure les correspondances des lignes européennes : c’est là qu’Edmont About débarque, avant de repartir pour le Pirée et Athènes.

64D’ailleurs, le commerce maritime est loin de monopoliser les activités commerciales du Royaume. Sur le continent, les éparchies les plus reculées (Évrytanie, Parnasside, Kalavryta, Mégalopolis) abritent des foires annuelles importantes, où s’échangent les productions locales, agricoles et artisanales, et les denrées indispensables importées de l’étranger. On compte aussi 29 foires commerciales, qui totalisent plus de 150 journées d’échanges actifs par an, souvent en rase campagne, près des monastères : la cérémonie religieuse étant le plus souvent en Grèce associée à la transaction commerciale (cf. les panégyries). Pendant ce temps, une petite masse d’agoyates (voituriers et muletiers) court les chemins avec leurs marchandises et s’enrichit sur le dos des paysans ; vivant chichement, cachant leur fortune, à l’affût des nouvelles et des transformations économiques, ils sont sur terre ce que les capitaines sont sur mer : des diffuseurs de denrées et des amasseurs de capitaux. Une ou deux générations après, on retrouvera souvent leur fils, cultivé et hautain, à la tête d’une entreprise régionale ou athénienne.

65Pour l’heure, à cette économie décentralisée, répond une société déconcentrée. Vous ces petits foyers de vie active sont aussi des lieux de contacts humains, de civilisation souvent raffinée (cf. le théâtre de Syra, réplique de la Scala de Milan). À ces entrepreneurs malhabiles, à ces marins aventureux, à ces commerçants retors, il faut des notaires pour établir les contrats, des avocats pour plaider les causes, des juges pour les trancher. Jamais les professions libérales n’ont connu une dispersion aussi remarquable. Vous ces gens, souvent incultes, ont aussi une soif d’apprendre pour rivaliser avec les Européens qu’ils côtoient, d’éduquer leurs enfants pour s’élever socialement. D’où les écoles publiques et privées, les fondations, les lycées maritimes (Ermoupolis, Elydra, Spetsai, Galaxidi, Argostoli), les instituteurs de toutes origines que la cité s’enorgueillit de posséder et les riches citoyens d’entretenir. Côté cour, la nombreuse domesticité est un signe de réussite sociale. On est passé sans trop de mal, ni solution de continuité, de la bande de klephtes (bandits d’honneur, ou de grands chemins, qui ont fourni les bandes armées de la guerre d’indépendance) aux ordres d’un kapétanios, à la « maison », où les services personnels et professionnels se confondent, à la clientèle politique, qui peuplera demain les administrations athéniennes. C’est d’ailleurs au niveau des services publics que cette décentralisation de l’espace est la moins nette : c’est tout juste si l’ancienne capitale, Nauplie, où sont demeurés des services spécialisés, notamment juridiques et pénitentiaires, des fiefs politiques très affirmés comme le Magne et Kalamata, l’Akhaïe et Patras, arrivent à marquer une faible supériorité face à la très forte concentration athénienne : signe prémonitoire ou moteur du processus, le politique a déjà basculé dans l’espace centralisé.

Les prémices des déséquilibres

66En fait, si on le replace dans l’évolution du xixe siècle, le recensement de 1879 marque la fin d’une époque, dont les signes avant-coureurs ne manquent pas, à lire Mansolas lui-même. La liste des entreprises provinciales avortées est édifiante. Déjà l’économie grecque est animée d’un mouvement de concentration qui transfère la richesse du pays vers son pôle le plus développé : Syra. D’Hydra, de Spetsai, de Psara, armateurs et marchands passent à Ermoupolis. Lorsque les commerçants anglais parlent de la Grèce, nous dit Kordatos, ils pensent Syra, comme ceux d’aujourd’hui Athènes. Mais dès 1842 la renommée tourne. Une vive polémique agite alors l’opinion pour savoir quel sera le port franc de la Grèce. Patras, Syra et Le Pirée sont sur les rangs. La presse régionale, l’élite de chaque cité débat et vante les mérites de chaque port : Patras aux portes de l’Europe, Syra la capitale économique, le Pirée, l’échelle de la capitale politique, promise au plus bel avenir. Devant les oppositions contraires, le gouvernement laisse la question ouverte. Pour Syra, alors au faîte de sa puissance, cet échec est un signe. Les dés sont jetés et quelques années plus tard Le Pirée devient le port franc de la Grèce.

67Ce qui précipite le mouvement de concentration, c’est l’adoption rapide de la machine à vapeur. Dès 1865, la répartition des 22 établissements industriels utilisant la vapeur préfigure ce que la Grèce sera pendant près de cinquante ans : 8 ateliers à Athènes – Le Pirée (158 CV, 53 % de la puissance installée en Grèce), 8 à Syra (97 CV, 33 % de la puissance totale), 3 à Patras (21 CV, 7 %). Une seule installation est située en dehors des trois centres principaux du Royaume, à Stylis, près de Lamia (20 CV). À partir de 1865, le mouvement ne fait que s’accélérer. Dans son rapport au Congrès de Saint-Pétersbourg en 1872, Mansolas signale que de trois ou quatre, les établissements utilisant la vapeur sont passés à plus de cinquante en dix ans. Et en 1876, il y a 150 installations mues à la vapeur en Grèce.

68Dès lors, ce qui reste à expliquer, c’est une double transmutation de l’espace économique de la Grèce contemporaine. Comment est-on passé de l’économie décentralisée à la concentration dans un petit nombre de pôles industriels et urbains ? Comment ce premier stade d’organisation se transforme-t-il rapidement en développement centralisé dans la capitale ? Première remarque : les processus décrits ne sont pas fondamentalement différents de ceux rencontrés dans les pays d’Europe occidentale. La destruction de l’artisanat rural, la croissance industrielle liée à une contraction de l’espace dans les agglomérations urbaines de plus en plus lourdes, la concentration économique, qui est son corollaire, sinon son moteur, sont des thèmes généraux bien connus. En cela, les explications classiques sont valables pour la Grèce : modifications des conditions techniques et économiques de la production, changements des rapports sociaux, accélération des moyens de circulation, exode rural. Mais les transformations vont plus vite en Grèce, et elles sont plus poussées. Démarré plus tard et plus lentement, le capitalisme hellénique parvient plus rapidement à une concentration géographique paroxystique. C’est une caricature de l’histoire contemporaine des civilisations occidentales.

69À cela, des raisons locales, si l’on peut dire. À titre d’exemple, signalons seulement ici le cas de Syra : l’insularité, le percement de l’Isthme de Corinthe (1893) réduisent l’intérêt de l’emporium égéen et détournent le flux de circulation, qui avaient fait sa gloire. Disons tout de suite que ce type de raisons, pour juste qu’elles sont, ne nous paraît pas fondamental, ni premier. Ce qui l’est, c’est la façon dont le capitalisme grec a construit le développement du pays. Nous avons assez invoqué cette explication, pour nous défendre d’en faire un recours mythique de dernier appel. Car enfin, il reste à savoir pourquoi une bourgeoisie, dont la formation n’est pas précoce, dont la domination sur les autres classes de la société est loin d’être immédiate, choisit pour s’imposer les formes géographiques les plus poussées, et pour se développer les régimes politiques les plus durs. La réponse n’est ni évidente, ni claire. Mais les conditions historiques de naissance du capitalisme grec aident à comprendre comment deux notions indissociables aux débuts des bourgeoisies occidentales, le libéralisme et l’essor économique, sont ici étrangères, sinon antinomiques. Comme la Grèce libre, le capitalisme grec est une création des puissances européennes, « c’est la vigie du capitalisme anglais en Orient », écrit G. Kordatos. Dès 1825, Alexandre Mavrokordatos, président de la première assemblée nationale de Grèce, qui proclame l’indépendance à Épidaure, le dit au ministre anglais des Affaires Étrangères : une Grèce libre est nécessaire au développement des affaires anglaises en Méditerranée. Dans des styles différents, Kharilaos Vrikoupis et Éleftérios Vénizélos poursuivront et parachèveront cette politique. Au lieu de naître comme l’expression d’une nécessité de l’économie et de la société nationales, le capitalisme grec est dès l’origine un fruit de l’impérialisme, avec en puissance ce que nous lui connaissons aujourd’hui comme pouvoir de concentration économique et financier. Dans cette perspective, l’existence d’une bourgeoisie grecque, d’esprit national, mais qui a développé ses affaires à l’étranger (Balkans, Asie Mineure), ne favorise pas les tendances décentralisatrices. Pour elle, comme l’écrit G. Deschamps, « Athènes n’est pas seulement la capitale, c’est le point d’appui de l’hellénisme ». Dès lors, se conjuguent deux forces qui concourent au même résultat : l’impérialisme étranger, qui veut le développement de quelques pôles limités pour assurer le placement de ses capitaux et l’écoulement de ses produits, les hommes d’affaires grecs de l’extérieur, qui veulent une capitale puissante par fierté nationale, nécessité politique, et bientôt terrain d’expansion pour leurs entreprises rapatriées. Fragile et dépendant, le capitalisme grec était condamné pour survivre aux formes les plus excessives, que l’Europe industrielle ne connaîtra qu’avec l’économie de monopole : l’hypertrophie athénienne en est la rançon géographique.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Les phases de la croissance athénienne
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Carte 5 Dèmes de la Vieille Grèce, qui ont dépassé 5 000 habitants avant 1907 (1848-1907)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 2 Mouvement de création des sociétés anonymes, 1833-1940
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search