Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Première partie. La capitalisation urbaine 1950-1970

Chapitre 3. Athènes, capitale économique du pays

Texte intégral

1Athènes se confond de plus en plus avec la réalité économique de la Grèce contemporaine. Dans cette identité fondamentale, la capitale retrouve curieusement son destin antique. Mais le registre change : de la ville-État, on est passé au monopole urbain du développement, de l’impérialisme politique, on a glissé vers la croissance économique exclusive. Il faut pourtant nuancer cette confusion entre l’agglomération athénienne et le potentiel économique de la Grèce : il existe aussi un espace économique national, dont Athènes est la capitale incontestée. Il s’agit en fait d’une réalité mouvante. Notre étude se situe à la charnière de deux étapes historiques pour l’agglomération : l’achèvement d’une phase de conquête économique, commencée depuis 1830, qui aboutit à la confiscation actuelle du développement, et le début d’une nouvelle phase, où Athènes organise à son profit la croissance régionale. Cette situation explique que la commande économique de la nation, fondamentale dans des pays plus évolués, apparaît marginale dans l’exemple athénien. Elle se résume à des survivances plus ou moins dépassées ou à des états embryonnaires, en mutation rapide. Les unes et les autres s’expriment essentiellement sous trois aspects principaux : la gestion des intérêts industriels du pays, la mainmise sur ses circuits de distribution, le contrôle, dans les années soixante-dix, des relations économiques extérieures de la Grèce.

I – La gestion des intérêts industriels du pays

2Comme toute puissance forte, Athènes est condamnée à l’impérialisme. L’industrie athénienne n’échappe pas à la règle. Partie à la conquête des marchés provinciaux, elle a progressivement détruit ou annexé les entreprises les plus dynamiques. C’est un mécanisme particulièrement efficace de la croissance économique de la capitale. Athènes a dépassé maintenant ce stade de concurrence agressive, elle exerce un monopole quasi exclusif sur l’initiative industrielle, qu’elle distribue dans l’espace national au gré de son intérêt. Il résulte de ces deux phases qui se chevauchent une série de liens de dépendance étroite entre la province et la capitale.

Un impérialisme absolu

3L’atomisation des entreprises, qui est une caractéristique fondamentale de l’économie grecque, est encore plus poussée en province que dans la capitale. Dans chaque ville, il existe une multitude de petites sociétés, en général personnelles, dont le marché est étroitement local. Quand, à la faveur d’une réussite plus marquée, il s’étend à une aire plus large, les structures de l’entreprise restent simples : un établissement unique regroupe la direction et la production. La trame industrielle et artisanale de la Grèce est ainsi constituée de petites unités économiquement et géographiquement cloisonnées. La masse et les effectifs de la production athénienne bouleversent, nous l’avons vu, ce canevas, et les liens de dépendance entre les établissements provinciaux et les sociétés de la capitale tissent des faisceaux d’intérêts qui sont exceptionnels en Grèce.

4Pour les dénouer, le recours à l’enquête directe s’est avéré nécessaire. Un court questionnaire fut envoyé à deux reprises, en 1964 et en 1969, à toutes les Chambres de Commerce et d’Industrie. Il demandait, entre autres, une liste exhaustive des sociétés industrielles enregistrées, dont le siège social est situé en dehors du ressort de la Chambre de Commerce. Un très petit nombre d’administrations n’a jamais répondu. D’autres l’ont fait avec des imprécisions, qu’il a été possible de combler par des lettres de rappel ou des visites sur place. Dans l’ensemble, c’est un document de première main qui permettait de juger de l’emprise athénienne et de sa très rapide évolution.

5Mesurés par l’implantation d’un siège social extérieur, les liens de dépendance industrielle d’un centre à l’autre sont écrasés par une domination absolue de la capitale (carte 4). Il n’est guère que Thessalonique à créer autour d’elle un petit halo de relations industrielles, d’ailleurs assez strictement limité à la Macédoine.

6Cette atrophie des aires d’influence économique des grandes villes régionales grecques est à comparer avec le rayonnement des entreprises athéniennes, qui s’étend à l’ensemble du pays. Il est pourtant une première caractéristique apparente : la proportion de sociétés industrielles contrôlées par la capitale décroît avec l’éloignement de l’agglomération. Un premier cercle de domination absolue regroupe les îles de l’Égée (Syros, Khios) et les régions continentales les plus proches d’Athènes (Laurion, Eubée, Béotie, Corinthie). Malgré ce rapprochement géographique et statistique, ces ensembles régionaux relèvent des deux phases de domination industrielle que nous avons indiquées. Le type égéen témoigne du stade de la conquête économique et reste réservé à des activités traditionnelles. Au contraire, en Béotie et à Khalkis, en Corinthie, il s’agit de créations beaucoup plus récentes, qui marquent le desserrement industriel de la capitale et s’attachent à des activités dynamiques.

7En fait, c’est aux grandes sorties de la capitale, sur l’autoroute de Thessalonique au Nord (régions d’Enophyta en Béotie, de Khalkis en Eubée), sur celle de Patras à l’Ouest (région de Corinthe), que ces nouvelles tendances prennent le développement le plus marqué. Cette industrialisation rapide est inséparable de l’essor d’entreprises athéniennes, qui cherchent à différencier leur production dans des établissements modernes, tout en profitant à l’origine des incitations fiscales au desserrement industriel et de l’investissement étranger, qui est sensible à la proximité d’Athènes, sans éprouver les mêmes pressions psychologiques et historiques à s’implanter dans l’agglomération.

8Une deuxième zone de contrôle athénien concerne des villes provinciales situées à 200 ou 300 kilomètres de la capitale : Patras dans le Péloponnèse, Lamia en Phtiotide, Volos en Thessalie. Vous ces centres sont caractérisés par la coexistence d’anciennes entreprises, asservies de longue date à la tutelle athénienne, avec des investissements plus récents, souvent d’origine étrangère, qui sont dirigés à partir d’Athènes. Les deux phases sont inégalement avancées selon les régions. Patras fournit l’exemple classique de la capitale régionale dépossédée de ses prérogatives industrielles. Dès avant la dernière guerre, ses entreprises les plus dynamiques sont absorbées par des sociétés athéniennes. Le début des années soixante amène un regain d’intérêt pour les investissements à Patras, et l’on peut croire que la ville a pris une sérieuse avance dans le développement régional. En 1960, Pirelli Hellas, dont le siège est à Athènes, y construit une grande usine de pneumatiques, qui fut longtemps la seule en son genre, dans un pays dont le parc automobile augmentait rapidement.

9Au début des années soixante-dix, Volos n’en est pas encore là. Ses principales industries sont passées sous le contrôle absolu d’Athènes. Lamia occupe une position intermédiaire à la mesure de la médiocrité plus grande du centre économique, mais d’une situation privilégiée pour la circulation : ce fut longtemps la fin de l’autoroute d’Athènes. Dans le desserrement industriel athénien, la Phtiotide a pris le relais de la Béotie.

10Enfin, un troisième cercle regroupe toutes les zones externes de la Grèce : l’Épire, une partie de la Thessalie avec Larissa, la Macédoine, la Crète notamment. Le nombre de sociétés industrielles contrôlées par Athènes y est relativement faible, mais la signification économique du phénomène est très inégale. En Crète, il s’agit de cas isolés, qui montrent le moindre intérêt que la capitale a toujours porté aux régions insulaires, même les mieux dotées. L’Épire apparaît encore moins favorisée, si l’on peut ainsi parler de la progression d’un impérialisme. En dépit de sa situation très favorable entre les deux pôles de développement du pays, Athènes et Thessalonique, Larissa a mis du temps à susciter l’initiative des capitaux athéniens. Cette faiblesse s’explique par l’absence à Larissa d’un vieux support industriel. Pour les hommes d’affaires athéniens, le centre vital de la Thessalie est resté durablement Volos, ville réputée rouge, où l’agitation sociale rejoint la crise économique, mais où des bastions industriels sont à conquérir. Ils mirent longtemps à comprendre que Larissa, la ville terrienne et poussiéreuse, qui s’enrichissait de son blé, de son coton, et de ses betteraves, avait plus d’avenir qu’un port qu’ils avaient contribué à faire mourir.

Carte 4 Degré de dépendance des sociétés industrielles inscrites dans les registres des Chambres de Commerce et d’industrie provinciales en 1969

11En fait, c’est en Macédoine, en particulier à Thessalonique, que l’impérialisme athénien a pris les positions les plus solides. Cette constatation prouve une fois de plus, s’il en était besoin, l’attrait plus grand que les régions développées exercent sur les investisseurs : ce sont les possibilités du marché beaucoup plus que l’absence de concurrence qui sont source de profits. En Macédoine orientale, les investissements sont peu nombreux, mais portent sur de grosses opérations (mines et chimie de base). En Macédoine occidentale, les sociétés athéniennes sont plus dispersées, à l’exception de la grosse opération de production d’engrais nitratés, installée sur le lignite, à Ptolémaïs, grâce à la Banque d’État de Développement Industriel. Tout cela est finalement peu de choses à côté de la pénétration du capitalisme athénien à Thessalonique. On y trouve d’abord des industries alimentaires qui sont le type classique de conquête athénienne, par absorption d’une maison locale ou implantation d’une succursale dans un centre régional. Un deuxième groupe d’activités concerne les matériaux de construction. L’importance du marché macédonien (construction de canaux d’irrigation, grands travaux d’assainissement, richesse agricole, croissance urbaine) attire dès la reconstruction économique du pays les sociétés athéniennes, qui contrôlent le secteur. Les capitaux athéniens associés aux investissements étrangers dirigés de la capitale ont encore assuré le décollage de l’industrie légère de Thessalonique. Une série de sociétés étrangères a lancé des filiales grecques, à siège social athénien, qui se sont implantées simultanément dans la capitale et à Thessalonique.

12Mais c’est dans le domaine de l’industrie lourde que la tutelle athénienne est la plus marquée. Vous les grands investissements étrangers du complexe chimique et sidérurgique de Thessalonique sont en théorie commandés d’Athènes : la raffinerie Esso-Pappas, l’aciérie Tom Pappas, la Société des Industries Chimiques du Nord de la Grèce, liée à Péchiney, y ont leur siège social. Il faut voir en fait les limites et la signification exacte de cette gestion. Les décisions principales sont prises à New York ou à Paris, les experts étrangers, qui assurent le fonctionnement des installations, résident à Thessalonique. Dès lors, le rôle d’Athènes apparaît double : c’est le siège de la négociation politique permanente qui se noue entre les autorités et les sociétés d’investissement. C’est la direction des marchés commerciaux, dans la ligne des objectifs qui ont été impartis aux filiales grecques. Là encore, les deux phases économiques de l’impérialisme athénien se relaient. La conquête des industries provinciales fait de plus en plus place à la création d’un espace économique national, que les sociétés de la capitale et les groupes étrangers modèlent au gré de leurs intérêts. Le dessin spatial de ces faisceaux d’affaires se ressent à l’évidence de la première phase, qui a complètement asservi à l’économie athénienne les centres industriels les plus proches (îles, Péloponnèse, Grèce Centrale). Mais leur réalité et leur dynamisme appartiennent incontestablement à la seconde.

Une dépendance économique croissante

13Le trait frappant est la rapidité de la constitution de cet espace économique national. C’est dans une large mesure le résultat de la décennie 1960-1970 et les mutations sont si nombreuses, qu’il est impossible d’en dresser un bilan exhaustif.

14Au début des années soixante, la domination industrielle des capitaux athéniens sur les entreprises provinciales est encore doublement limitée : géographiquement, son emprise décroît avec l’éloignement et surtout l’ancienneté du rattachement historique. Dans les îles, dans la Grèce Centrale orientale (Béotie), qui va devenir le berceau de la région urbaine athénienne, plus des deux tiers des sociétés industrielles anonymes dépendent d’un siège social athénien. La proportion passe à la moitié pour les autres régions continentales de la Vieille Grèce (Péloponnèse) et le centre industriel de Volos, que nous lui adjoignons pour des raisons économiques et historiques. Elle tombe au tiers pour toute la Nouvelle Grèce, Macédoine en particulier. Économiquement, cet impérialisme s’appuie sur les deux secteurs-clefs de l’industrie grecque et athénienne : l’alimentation et le textile.

15Dix ans plus tard, le tableau change. Non seulement le nombre de sociétés industrielles provinciales dépendant d’un siège social athénien a été au moins multiplié par 3, mais la dimension géographique et la signification économique du phénomène sont bouleversées. La gestion athénienne apparaît partout où il y a progression du potentiel industriel du pays. Tantôt elle en est l’agent exclusif (Eubée, Béotie, Corinthie), tantôt elle en est l’impulsion déterminante, qui paraît servir de catalyseur aux énergies locales ou régionales (Macédoine). Mais elle est inséparable du croissant industriel vital de la Grèce contemporaine, qui va du golfe de Corinthe au golfe Thermaïque : en dix ans, on est passé d’un espace historique forgé par près d’un siècle et demi de lentes conquêtes, à un espace économique, où le poids des déterminismes géographiques est décisif pour orienter les capitaux nationaux et internationaux.

16Du même coup, les activités changent. L’alimentation et le textile sont submergés par la progression des industries mécaniques, du plastique, des matériaux de construction et surtout la création de complexes chimiques et de métallurgie de base. L’essaimage des établissements de taille moyenne, spectaculaire dans le paysage, doit de plus en plus compter avec le poids de lourdes installations, dont l’importance se mesure moins aux effectifs employés qu’aux capitaux nécessaires à leur mise en route. La géographie de l’investissement de la capitale s’en trouve fondamentalement affectée. Aux points d’ancrage traditionnel du capitalisme athénien, Patras, les Cyclades, Volos et Thessalonique – succèdent deux masses régionales d’importance et de significations inégales. La grande région athénienne (Khalkis, Béotie, Corinthie) voit se multiplier les établissements d’industrie différenciée, à l’exception d’Aluminium de Grèce, sur les bords du Golfe de Corinthe, où Péchiney est l’investisseur majoritaire.

17Dans le deuxième groupement régional (la Macédoine centrée sur Thessalonique), les grands investissements dominent, avec le pétrole, la sidérurgie, la chimie, prenant une importance économique considérable : deux fois moins nombreuses, les sociétés athéniennes implantées en Macédoine ont un actif trois fois supérieur aux entreprises établies dans la grande région de la capitale. Mais la prépondérance du capital étranger rend assez illusoire cette emprise athénienne.

18Quoi qu’il en soit, par la création de cet espace économique national, par l’accélération de son processus, Athènes cesse de confisquer le développement grec. Il faut voir les limites de l’opération. Tout d’abord, dans sa masse la plus importante, la richesse du pays continue d’être concentrée dans l’agglomération elle-même. C’est Athènes qui a décidé ou contrôlé ce développement régional, dont elle retire finalement les bénéfices les plus substantiels : nous avons ainsi montré comment, par le jeu des exonérations fiscales, une société athénienne qui s’implante en province retire des profits supplémentaires. Il reste que pour les rares régions grecques qui ont les faveurs du capitalisme athénien et étranger, les retombées ne sont pas négligeables : les chantiers de construction, les emplois industriels créés, la stimulation d’un environnement nouveau, la vie de relation qui s’anime, sont des conséquences bénéfiques. On a vu leur influence sur le retournement des tendances démographiques dans la grande région athénienne : l’expansion de Corinthe succédant à un lent déclin, la coulée de croissance le long de l’autoroute du Nord, en Béotie. À Thessalonique, les changements sont encore plus profonds : l’installation d’entreprises extérieures a directement suscité par ses commandes et ses sous-traitances l’essor des sociétés locales ; plus généralement, elle a provoqué un effet d’entraînement qui a stimulé, réveillé ou fait naître l’esprit d’initiative dans la métropole du Nord. Mais rien ne serait plus faux de voir dans ce renouveau d’un vieux centre économique des Balkans un brusque sursaut d’énergie, ou la renaissance des anciens déterminismes géographiques. La décision est ailleurs : à Athènes, et plus encore dans les capitales étrangères. Le choix de Thessalonique s’était moins fait en fonction de sa situation que de l’existence du pôle urbain : comme toute l’économie grecque, la métropole macédonienne était encore à l’époque beaucoup plus tournée vers l’Europe occidentale, le Moyen-Orient, voire l’Afrique, que vers les Balkans, dont elle est pourtant le débouché naturel.

19Dès lors, la vraie question – la seule en fait qui reste posée – est la nature de l’impérialisme athénien : impérialisme national ou gestion de l’impérialisme étranger ? Le problème dépasse celui de la croissance athénienne et se confond avec la signification du développement grec. Il ne fait aucun doute que fondamentalement la Grèce n’est qu’une pièce sur l’échiquier économique des grandes sociétés internationales, comme elle est un pion dans la stratégie politique et militaire du monde occidental. Les deux aspects sont d’ailleurs inséparables. Il reste que là encore le pays – et au premier chef Athènes – en bénéficie au moins à brève échéance. Nous reviendrons sur cet aspect pour en démonter le mécanisme : il apparaît en effet qu’au niveau de l’accumulation économique, la gestion de l’investissement étranger prend une part croissante à côté du drainage de l’épargne nationale et de la conquête des entreprises provinciales. Un fait demeure : dans son nouveau rôle de régisseur du capitalisme international, Athènes réussit et à s’enrichir et à enrichir les régions qu’elle a choisi de s’annexer.

II – La mainmise sur les circuits de distribution

20Avec la mainmise d’Athènes sur les circuits de distribution, nous touchons à un côté beaucoup plus classique. L’hypertrophie du commerce de gros dans la capitale, le rôle quasi exclusif joué par le port du Pirée pour les importations, justifient amplement le monopole exercé par Athènes. Disons tout de suite qu’il s’étend à l’ensemble du territoire national et concerne tous les produits. Examiner le détail de ces circuits de distribution est donc hors de propos. Il s’agit plutôt de mettre en lumière les différentes modalités par lesquelles Athènes manifeste son pouvoir. Elles sont triples. D’une part, les grossistes athéniens entretiennent des relations directes avec les détaillants de province. Parfois, les entreprises les plus prospères implantent des relais dans les grands centres régionaux. Enfin, les sociétés provinciales importantes ont des bureaux commerciaux dans la capitale.

La clientèle d’un grossiste athénien

21Faute de se livrer à un examen sectoriel des circuits de distribution athéniens, nous avons préféré concentrer l’attention sur la clientèle d’un grossiste particulier. Le choix n’a aucune ambition de représentativité et répond à des facilités personnelles. La Maison A… exerçait depuis 1930 le commerce de gros en « psilika » (« menues choses », pour mercerie, cosmétiques et articles de bazar). En Grèce, le marchand de « psilika » était une véritable institution. C’était de loin le commerce le plus répandu après l’épicerie (pantopolion). Il avait en effet une double vocation, qui expliquait sa popularité : c’était un commerce de première nécessité (mercerie), mais aussi un vendeur de petits superflus (nouveautés, colifichets), dont la vogue allait croissant avec l’élévation du niveau de vie.

22La distribution géographique de la clientèle montrait en 1970 qu’elle était répartie dans toute la Grèce. L’enseigne d’« Athinaïki Agora » (littéralement marché athénien), qu’affichaient de nombreux « psilika » de province, n’était donc pas trop surfaite : au prestige psychologique du mot s’ajoutait la réalité de l’approvisionnement. Le grossiste n’a pas de voyageur de commerce, et la plupart de ses clients provinciaux font périodiquement le déplacement à Athènes pour s’approvisionner, en pratiquant des groupements d’achats. Mais les détaillants athéniens peuvent fractionner leurs emplettes, et surtout pratiquer un choix plus éclectique entre les différents grossistes de la place : curieusement l’éloignement renforce les liens de fidélité entre les commerçants et le fournisseur de la capitale.

23Cela dit, la répartition régionale du chiffre d’affaires montrait une image d’ensemble, qui paraissait calquée sur l’aire de recrutement humain de l’agglomération athénienne. La rareté de la clientèle en Macédoine et en Thrace était notamment remarquable. Cette coïncidence était en partie fallacieuse, au moins dans sa signification dynamique. L’affaiblissement du recrutement athénien en Grèce du Nord marque l’arrêt d’un processus historique, commencé au xixe siècle, qui étendait progressivement le drainage de la capitale, des zones proches (îles, Péloponnèse) à l’ensemble du territoire national. L’émigration vers l’Europe occidentale a brutalement stoppé dans les années soixante cette annexion, en coupant la Grèce en deux bassins-versants migratoires : la Grèce méridionale alimentant Athènes, la Grèce septentrionale tournée vers l’Allemagne. L’évolution est strictement inverse pour certains réseaux de distribution. La montée plus récente du pôle économique de Thessalonique a affaibli l’aire de chalandise des grossistes athéniens, qui s’étendait à l’ensemble de la Grèce. Il y avait donc unité du marché commercial grec, mais, paradoxe apparent, au moment où Athènes renforçait son impérialisme intellectuel et économique, cette unité tendait à s’affaiblir devant le développement, pourtant subordonné, de certains pôles régionaux, et plus sûrement encore devant l’essor sans précédent de la consommation.

Les relais provinciaux de la distribution athénienne

24Cette menace incitait de plus en plus les grossistes de la capitale à s’implanter personnellement en province, pour maintenir leur hégémonie. C’est évidemment Thessalonique, et très accessoirement Patras, qui étaient les grands bénéficiaires de l’opération. Dans un secteur traditionnel, comme le textile, l’essaimage des sociétés commerciales athéniennes était faible. Pour les machines, et le matériel agricole, les relais étaient plus nombreux, mais on peut considérer qu’ils étaient normaux, étant donné le type de produits distribués : outre Patras et Thessalonique, Larissa, au centre d’une région de grande culture, et Corinthe, zone d’arboriculture spéculative (agrumes), sont touchées. Au contraire, dans des secteurs plus dynamiques, l’agressivité des grossistes athéniens était beaucoup plus vive. Non contentes d’exercer un monopole de fait sur le marché grec, les sociétés athéniennes importatrices de voitures, d’accessoires automobiles, de matériel électrique, le valorisaient considérablement, en multipliant leurs succursales provinciales. Athènes est d’accord pour diffuser la société de consommation, mais l’affaire doit rester rentable pour elle.

Les bureaux athéniens des sociétés provinciales

25Le rôle d’Athènes comme plaque tournante économique de la Grèce a aussi poussé des entreprises de province à posséder des bureaux dans la capitale. En l’absence d’enquête individuelle, il est difficile de savoir le rôle qui leur est réellement imparti : simple représentation commerciale ou exercice effectif du pouvoir de décision sous couvert d’un siège provincial. Deux faits sont certains. L’amélioration des communications, l’essor notamment des lignes aériennes intérieures, permettent aux industriels de surveiller valablement leur usine en province et de s’occuper à Athènes des débouchés de leur production. Par ailleurs, à cette période tournante de l’impérialisme athénien, qui voit la capitale préférer maintenant l’investissement en province à la conquête des entreprises locales, il est tentant et réconfortant pour un patron qui a su résister à la période d’agressivité la plus dure, de bénéficier des avantages fiscaux de ses installations provinciales et des privilèges du centre commercial athénien.

26Quoi qu’il en soit, trois situations différentes se rencontrent. La mieux identifiée est celle de vieilles entreprises provinciales, qui sont parvenues à faire respecter leur nom. Très attachées à leur contrée d’origine pour des raisons sentimentales, mais aussi par les liens économiques et humains (main-d’œuvre) qu’elles y ont tissés, les familles propriétaires se sentent souvent responsables du destin de leur région et dépositaires d’une partie de sa richesse. Elles n’en ont pas moins de longue date en général délégué l’un des leurs à Athènes, conscientes de l’intérêt qu’elles avaient à y être personnellement représentées. On les trouve dans les vieux centres de la vie économique grecque : spécialisées dans des activités de type ancien, elles poursuivent une politique d’investissements et de modernisation continue, qui leur permettent de concurrencer les entreprises plus récentes de la capitale.

27Le deuxième type concerne des entreprises, implantées plus récemment et dont le siège social provincial paraît beaucoup plus répondre à des motivations psychologiques ou fiscales qu’à la localisation réelle du pouvoir de décision. Ainsi, la Compagnie du Sucre de Grèce, créée en 1960 grâce à des fonds publics pour contrôler la production betteravière et sucrière nationale, a son siège à Thessalonique. Ce faisant, l’État a voulu prendre l’initiative de la décentralisation administrative. Il ne fait pourtant aucun doute que dans ce domaine, les orientations importantes sont décidées dans les ministères athéniens.

28Enfin, profitant du développement régional, des entreprises moyennes préfèrent échapper aux frais généraux d’un siège athénien et se contenter d’une représentation commerciale. C’est le cas aussi d’investisseurs étrangers, qui regroupent leur direction locale avec la conduite technique de l’implantation industrielle, et n’ouvrent que des bureaux à Athènes. Les exemples en étaient encore rares alors, mais montraient que, dans le rôle de gestionnaire que les investisseurs étrangers accordent à Athènes, ils font peu de différence entre la direction nominale de leur filiale grecque et la tenue de son carnet de commandes.

III – Le contrôle des relations extérieures

29À deux reprises déjà, le rôle d’Athènes dans les relations économiques de la Grèce avec l’étranger a été abordé : matériellement Le Pirée assure l’entrée des biens de consommation et des matières premières importées, financièrement les sièges sociaux athéniens gèrent les investissements des sociétés industrielles internationales. En fait, ces aspects particuliers s’inscrivent dans une stratégie d’ensemble de la place économique de la Grèce dans le monde : par son pôle de croissance et son appareil politique, la capitale personnifie cette situation. Elle repose sur trois principes, dont l’importance a varié avec les époques. Le plus ancien est que la Grèce est un pays sous-développé, aux portes de l’Europe occidentale, et sur les rives de la Méditerranée. Comme tel, il présente les avantages renforcés de ce type de territoire : un marché de consommation sous-exploité, des ressources naturelles que l’on peut acquérir à bon compte. Dans cette perspective, Athènes est au centre de l’opération : c’est la région la plus développée du pays, donc la plus susceptible d’acheter des biens importés, c’est le siège du pouvoir politique responsable des richesses nationales. Une deuxième position se fait jour à la fin des années cinquante et continue à prendre un grand essor. La Grèce occupe une position intermédiaire sur le plan économique entre les pays les plus développés et les pays sous-développés : cette évolution favorise l’augmentation de la consommation intérieure, tout en maintenant des conditions de production (salaires, paix sociale) intéressantes. Ces avantages se doublent de la situation géographique de la Grèce, véritable pont entre l’Europe occidentale industrialisée et le Moyen-Orient sous-équipé. Ces constatations entraînent l’invasion de l’investissement industriel étranger, dont on a vu le parti qu’Athènes tirait. Enfin, dernière position, la plus récente, la moins réalisée aussi, mais certainement la plus originale, parce que pour la première fois, elle est l’expression de groupes économiques nationaux. La Grèce est un pays neuf, en expansion économique rapide, elle dispose de recettes importantes, grâce à la marine marchande, au tourisme et à l’émigration étrangère, elle doit être capable de tenir sa place dans le concert des nations développées ; les grands armateurs grecs et les banquiers athéniens sont à la fois les promoteurs et les ambassadeurs de cette nouvelle politique, que le régime des colonels avait faite sienne pour des raisons évidentes de nationalisme.

Athènes, capitale balkanique

30En fait, Athènes garde encore beaucoup dans ses paysages et ses structures économiques de ce type de colonisation particulière de l’Europe méditerranéenne, qu’on a appelée la balkanisation. De la tutelle politique qui a présidé à la naissance des nations de la péninsule au XIXe siècle, on est assez rapidement passé au début du XXe siècle au protectorat économique. Les vieilles maisons d’import-export qu’on rencontre encore dans le centre de la ville témoignent par leurs entrepôts d’une exploitation révolue : importation de draps, de machines anglaises, exportation de produits agricoles (raisins secs notamment). Sous des aspects plus modernes et des activités plus spécialisées, les multiples représentations des sociétés commerciales étrangères perpétuent cet asservissement, dont les registres de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Athènes tenaient un compte régulier et séparé.

31Avant-guerre, Athènes est un marché particulièrement attractif pour les compagnies d’assurances de toutes espèces (vol, incendie, vie, risque maritime). La place de Londres y tient une part privilégiée, qui correspond à la fois à une spéculation financière (cf. les Lloyds) et à la tutelle politique que l’Angleterre exerce alors sur la Grèce.

32Depuis la guerre, les activités changent, mais aussi l’origine géographique des sociétés évolue. C’est d’abord la fin de la prééminence anglaise. Son empire est divisé inégalement entre les autres pays d’Europe et les États-Unis d’Amérique. Une espèce de partage de zones d’influence économique se réalise : les nations européennes (Allemagne, Suisse, France, Autriche) se réservent les secteurs commerciaux et touristiques, les U.S.A. des activités plus lucratives à caractère monopolistique : le pétrole, les bureaux d’études, la banque. Cette division est à l’image des destinées du pays tout entier : associée à la Communauté Économique Européenne par le traité d’Athènes du 9 juillet 1961, engagée à supprimer totalement les droits de douane en 1984, la Grèce vit dès les années soixante-dix techniquement à l’heure européenne : les magasins de la capitale regorgent d’articles made in Germany et les industriels athéniens investissent et suréquipent leurs usines, pour être prêts au grand assaut du Marché Commun. Mais politiquement et stratégiquement, le pays est un bastion avancé des États-Unis.

33Les activités des sociétés étrangères athéniennes se ressentent de cette division de l’espace économique grec. Les compagnies commerciales viennent en tête après les sociétés d’assurances. Leur date de création pourrait faire croire à une pénétration récente en Grèce. Cette apparence, contraire aux caractéristiques classiques de la balkanisation économique, est fallacieuse. Elle montre seulement le profond renouvellement, depuis la reconstruction du pays, des représentations commerciales de l’étranger en Grèce et donc de la conception que les compagnies internationales se font du marché intérieur grec. Avant la guerre dominent les sociétés caractérisées par un investissement élémentaire de la consommation nationale et une exploitation immédiate des produits agricoles : les machines à coudre Singer – depuis des décennies, la machine à coudre fait partie de la dot de toute jeune fille grecque – les importateurs anglais de tabac en feuille sont, chacun dans leur domaine, révélateurs de cet état d’esprit. Les dernières sociétés commerciales étrangères enregistrées par la Chambre de Commerce d’Athènes en 1966 montraient le chemin parcouru en vingt ans : une société américaine d’édition, de traduction et de ventes de livres (Grolier International-New York), une compagnie commerciale de produits pharmaceutiques (Bristol-Delaware), deux firmes de matériel électronique : la Compagnie Française des Machines Bull, la Westinghouse Electric International (Genève). Les représentations à Athènes de sociétés étrangères concernaient déjà des produits rares, que l’étroitesse du marché intérieur ou la technologie requise interdisait de fabriquer en Grèce. Pour les firmes internationales, c’était souvent d’ailleurs un stade probatoire avant le lancement d’une société grecque de production.

34Le tourisme représentait le deuxième secteur d’expansion des sociétés étrangères. Un type traditionnel, mais qui a connu un grand essor au cours des années soixante, concernait les compagnies aériennes. L’augmentation considérable du trafic, la place de l’aérodrome d’Ellinikon dans le réseau mondial, justifiaient l’ouverture par toutes les sociétés américaines, européennes, du Moyen-Orient, et de quelques régions plus lointaines qui entretiennent des rapports privilégiés avec la Grèce (Australie), de luxueuses agences, toutes situées dans le centre de prestige de la capitale, autour de la place Syntagma, et qui sont pour l’opinion athénienne et le public étranger les véritables ambassades de leurs pays respectifs. Plus nouvelles, moins voyantes, et surtout plus lucratives, apparaissent les sociétés étrangères d’investissement touristique. Leur rôle sur le développement régional est inséparable de la politique d’ensemble du capital international en Grèce. Les sociétés étrangères prennent une part importante à l’exploitation rationnelle de cette nouvelle manne qu’est le tourisme méditerranéen ; elle va du transport des voyageurs à leur accueil. Comme toujours pour la capitale, le rôle dans le drainage des flux touristiques et la gestion des intérêts nationaux se conjuguent pour attirer les investisseurs étrangers.

35Avec les mines et le pétrole, on saisit parfaitement le changement d’attitude des sociétés internationales à l’égard de la Grèce. Avant la guerre, il s’agit d’une exploitation pure et simple des richesses du sous-sol, sans souci de l’économie nationale. Dès avant la guerre pourtant, les sociétés pétrolières internationales, surtout anglaises (BP), inaugurent un nouvel état d’esprit en se préoccupant de la consommation nationale. Elles renforcent cette politique avec la mise en route de la raffinerie d’État d’Aspropyrgos, qui traite les naphtes fournis par les compagnies pétrolières dans une proportion égale à leurs quotas de distribution dans le pays. À l’inverse de cette tendance, la décennie 1960- 70 voit s’installer des sociétés spécialisées dans la recherche pétrolière ; on est passé de la représentation à la participation à une société grecque, et de l’exploitation brute de la matière première à la valorisation des produits finis : Péchiney transforme en aluminium la bauxite du Parnasse, Esso contribue à financer la raffinerie de Thessalonique. En fait, la politique extérieure de ces grandes sociétés internationales change, mais Athènes en demeure toujours l’interlocuteur privilégié.

36C’est avec les bureaux d’études étrangers et surtout les sociétés bancaires et d’investissement qu’on atteint certainement le stade le plus élaboré de la tutelle économique en même temps que le signe d’un renversement de tendance : avec eux, l’impérialisme s’attaque aux ressources les plus vivantes d’un pays (son capital financier et sa capacité d’initiative et de création), mais il reconnaît aussi par là qu’elles existent en lui. Ainsi, les bureaux d’études spécialisés s’implantent souvent à Athènes par le biais d’une opération précise avant d’en faire le point de départ de nouveaux contrats. De même, le nombre de banques étrangères, qui n’était que trois en 1966 à la date de l’enquête, passait à sept en 1973.

37En fait, là encore, l’originalité vient moins de cette multiplication que de l’association en consortiums bancaires d’investissement des banques nationales avec les banques étrangères. Le premier créé en 1963, sous l’égide de la Banque Commerciale de Grèce et de la Banque Ionienne et Populaire (groupe Andréadis à l’époque), regroupait dans l’Investment Bank un certain nombre de grands organismes européens et américains, : l’Algemene Bank Nederland (Amsterdam), la Banca Nationale del Lavore (Rome), la Bank of America (New York), la Banque Nationale de Paris, la Commercial Bank of the Near East (Londres), la Dresdner Bank (Francfort). Un an plus tard, la Banque Nationale créait la Banque Nationale d’Investissement pour le Développement Industriel, avec la participation entre autres du Crédit Lyonnais, de la Deutsche Bank (Francfort), de la Chase International Investment Corporation (New York), de la banque Lambert (Bruxelles) et de Mediobanca (Milan). Le premier rapport du consortium éclaire parfaitement les motivations qui ont présidé à sa fondation : « La fondation (de la Banque) répond à la conviction de la nécessité de créer un organisme spécifique, capable de régler les problèmes de prêts à long terme de l’industrie et d’aider au développement de l’industrie grecque, ajoutant en cela au rôle des banques commerciales. Un des buts principaux de la Banque est de mettre en valeur efficacement à la fois le caractère international que lui donnent ses participants étrangers et les possibilités qui sont offertes pour l’exploitation et le financement d’initiatives communes aux entreprises grecques et étrangères ». Par là, la Banque athénienne indique sa volonté de faire passer l’économie du pays du stade de la balkanisation à l’âge de la collaboration internationale.

Vers la capitale mondiale : rêve, propagande ou avenir ?

38Pour comprendre le nouvel esprit, qui anime les milieux économiques grecs, le mieux est de citer un passage de l’éditorial que le journal Ikonomiki Poria consacre à la visite à Athènes du Secrétaire d’État français Lipovski, au cours du premier trimestre 1972. Peu suspect de complaisance à l’égard du régime des colonels, le témoignage prend toute sa force pour montrer la diffusion dans toutes les classes politiques de cette nouvelle « grande idée ». « La Méditerranée, et particulièrement la Grèce, écrit Ikominiki Poria, était autrefois la région où se croisaient les peuples en marche vers l’amélioration de leur vie ; maintenant, ce sont leurs produits et leurs intérêts qui s’y croisent, et cette région constitue à nouveau à notre époque une place de choix pour l’intérêt universel. »

39Ce qui inspire ce lyrisme, c’est le sentiment de la rapidité du développement économique grec. La Grèce figure alors dans le peloton de tête de la croissance et, n’était la petite taille du pays, on parlerait certainement d’un « miracle » grec, comme on a parlé du « miracle » japonais ou italien. Les plus pessimistes dénoncent le climat inflationniste, l’endettement à l’égard de l’étranger, quand ce n’est pas la vente à l’encan des ressources nationales (côtes, mines). Les plus réalistes insistent sur les insuffisances et les rançons du développement, notamment l’accentuation des disparités régionales et des inégalités sociales. Mais finalement, il n’est guère d’observateur sérieux pour nier la réalité de l’essor économique grec. À cet égard, le régime du 21 avril 1967 n’a ni créé, ni enrayé un processus, qui s’était engagé avant lui. Quelle que soit l’antipathie politique et idéologique suscitée par cette dictature, l’honnêteté et surtout la rigueur de la critique de la situation grecque obligent à le reconnaître.

40À première vue pourtant, la balance des paiements – ce révélateur particulièrement sensible de la réalité économique d’un pays, – n’apparaissait guère favorable. Le déficit de la balance commerciale ne cessait de s’accroître : de 13 milliards de drachmes en 1962, il passait à plus de 39 milliards en 1970 et l’écart absolu se creusait tous les ans entre les importations et les exportations.

41Pourtant, de pays agricole, exportateur de produits bruts, la Grèce devenait rapidement vendeur de fabrications industrielles élaborées et l’agglomération athénienne joue le rôle que l’on sait dans cette évolution des échanges extérieurs du pays. Malgré tout, les nécessités de l’industrialisation (importations de matières premières, de machines) et plus encore l’augmentation considérable de la consommation interne, encouragée par l’élévation du niveau de vie et l’adoption du mode civilisation occidentale, sans réserves ni contraintes efficaces (par un curieux paradoxe chez ce peuple accueillant, mais dont on cultive soigneusement le nationalisme, le « protimate ta ellinika proïonta » (préférez les produits grecs), qui fleurit sur les murs du pays, paraît déclencher des réflexes inverses de ceux souhaités : le consommateur athénien choisit encore d’acheter cher le gruyère ou le gouda « européen », quand la Grèce produit aujourd’hui d’excellents fromages du même type), tout cela fait se détériorer de façon croissante la balance commerciale. Ce qui évite une situation catastrophique pour la balance des paiements est la progression importante des recettes invisibles. Outre l’investissement étranger, il s’agit du tourisme international, des mandats, à l’époque, des travailleurs grecs à l’étranger, et des revenus de la marine marchande. D’importance inégale, ces trois ressources n’en représentaient pas moins un énorme flux de devises, immédiatement mobilisables (contrairement à l’investissement étranger), qui arrivait dans un petit pays d’économie encore fragile et se répandait dans la société grecque de façon diffuse. En 1970, c’était plus de 700 millions de dollars qui ont été ainsi distribués dans le pays, le double de l’investissement étranger total pendant la même période : même si ceux-là n’ont pas les mêmes conséquences à long terme que celui-ci, ils n’en alimentent pas moins l’euphorie générale et le sentiment d’appartenir à une nation qui s’enrichit.

42La question est d’apprécier ce qui revient à Athènes dans cet enrichissement et ce que la capitale y gagne en puissance économique et en signification internationale. L’importance pour Athènes paraît aller croissant, du tourisme à la marine marchande. En effet, l’afflux des voyageurs étrangers dans la région de la capitale, suscité par les attraits archéologiques et balnéaires, encouragé par les facilités de transport et les possibilités d’accueil, n’a guère pour effet que d’accentuer la poussée des constructions touristiques autour d’Athènes. Certes, dans l’agglomération, le nombre des personnes qui vivent directement du tourisme étranger ne cesse de croître, du personnel hôtelier et de restauration aux entreprises commerciales et industrielles de souvenirs grecs en tous genres, tandis que des quartiers entiers se bâtissent et prospèrent de cette manne saisonnière (Vouliagméni, Varkiza), mais le rang international d’Athènes, sinon son prestige, n’en sort pas renforcé.

43Avec les travailleurs grecs à l’étranger, nous abordions un aspect beaucoup plus délicat, d’abord parce qu’il était alors mal étudié, et qu’il touchait ensuite un point sensible de la Grèce actuelle : la susceptibilité hellénique admet difficilement qu’une partie de la richesse du pays puisse provenir de l’expatriation de ses enfants, employés pour les tâches les plus viles dans les nations industrialisées de l’Europe. À ce sentiment, vague mais profond, se joignait de plus en plus l’intérêt économique et politique, au fur et à mesure que se profilait sur l’horizon de l’emploi grec l’inquiétude des conséquences du vieillissement démographique. En fait, pour Athènes, le problème des travailleurs migrants devenait double. L’agglomération retirait certainement une partie des bénéfices de l’émigration internationale, au terme d’un circuit triangulaire, dont les modalités exactes restent à déterminer : départ des zones rurales, en majorité septentrionales, du pays, installation en Allemagne, envois de fonds au village, pour reconstruire la maison ou arrondir le lot foncier de ceux qui sont restés, mais aussi investissement à Athènes. L’immobilier était le secteur le plus attractif, pour ces expatriés, dont l’installation dans la capitale, avec l’ouverture d’une boutique ou d’un petit atelier de mécanique, paraissait être un horizon sans cesse reculé. À cela s’ajoutait le spectre du manque absolu de main-d’œuvre. Il ne fait pas de doute que la Grèce commençait à manquer de bras pour les travaux les plus pénibles ou les emplois les plus qualifiés. Comme on ne s’attendait pas à un retour massif des travailleurs en Allemagne en raison des disparités de rémunération, la conséquence dans l’agglomération athénienne était la montée des salaires, surtout dans la construction, et bientôt l’appel à la main-d’œuvre étrangère. Le mouvement commençait déjà dans la marine : les noirs – Éthiopiens, Soudanais – qui déambulaient dans les rues de Pirée formaient le gros des hommes de pont et de soute. Pouvait-on les voir dans les usines de la capitale ?

44Ce sont certainement les préjugés qui ont eu la vie la plus dure. On ne passe pas impunément en quelques années de la capitale d’un pays exportateur de main-d’œuvre à la métropole économique susceptible de recruter des travailleurs étrangers. En tout cas, même si Athènes devait devenir le siège d’une substitution de main-d’œuvre à l’échelle continentale, elle continua à cumuler les bénéfices des deux mouvements : envoi de devises de pays européens plus riches, exploitation du travail des nations plus pauvres.

45La marine marchande, tout en fournissant moins de revenus à la Grèce que les mandats des travailleurs émigrés, a pour Athènes une signification économique et politique d’une autre qualité. Par le biais du Pirée, et des armateurs grecs, la capitale d’un petit pays méditerranéen se donne l’avantage ou l’illusion de traiter sur un pied d’égalité avec les plus grands du monde – Londres ou New York. Avantage ou illusion ? Difficile de trancher, d’abord parce que si Athènes réussit à se hisser aux tout premiers rangs de la scène mondiale, c’est une potentialité beaucoup plus qu’une réalité ; ensuite parce que les secrets des grands armateurs sont mieux gardés encore que ceux des banquiers et des industriels. Au moins peut-on poser les termes du problème.

46Il est à peine besoin de rappeler ici la place de l’armement grec dans la marine marchande mondiale. En regroupant le pavillon national et les différents pavillons de complaisance – libérien, panaméen, chypriote – utilisés par les armateurs grecs, la marine marchande hellénique était dans les années soixante-dix la première du monde.

47L’augmentation considérable des échanges de matières premières pondéreuses (hydrocarbures, minerais, stocks alimentaires livrés aux pays souffrant de déficiences permanentes ou temporaires) faisait des armateurs grecs les intermédiaires obligés de toutes les grandes puissances du monde. L’ouverture de la Chine, le formidable marché qu’elle a représenté pour l’économie américaine ou japonaise notamment, illustrent cette situation : au printemps 1973, le vice-président du conseil grec, l’ex-colonel Makarézos, est reçu à Pékin par Chou en Lai et signe une convention maritime sino-hellénique, préparée avant son départ par les milieux maritimes grecs. Lors des élections présidentielles américaines de 1972, Nixon et Mac Govern sont officiellement commandités par Niarchos et Onassis, de sorte qu’on a pu dire que les rapports de dépendance entre la Grèce et les États-Unis étaient inversés et que les Grecs commandaient aux Américains.

48Mais cette évolution est diversement appréciée par les observateurs. Tout repose en fait sur le caractère vraiment national de la marine marchande grecque et son insertion dans l’économie du pays. L’armement grec rapporte comparativement peu à la nation : huit fois moins puissant que lui, l’armement suédois donnait dans les années soixante-dix deux fois plus de devises à la Suède. Engagés dans les grands courants d’échanges mondiaux, habitués à traiter d’équilibres commerciaux et politiques planétaires, les armateurs grecs n’ont pas en Grèce un champ d’action à leur mesure.

49Il s’agit en fait dès l’époque de mesurer ce qu’Athènes tire de cette situation. Incontestablement le rôle du Pirée dans l’affrètement international s’était considérablement accru. En 1971, Stratis Andréadis, président des armateurs grecs, faisait état, lors du lancement du premier navire dans ses chantiers d’Éleusis, de l’installation récente de 324 bureaux de compagnies maritimes au Pirée. L’essor du pôle maritime piréote repose en théorie sur trois institutions : une société d’assurances maritimes nationale, une banque maritime, un centre d’affrètement international.

50Fonctionnant depuis 1971, l’Assurance Maritime Grecque est une coopérative, alimentée par les armateurs eux-mêmes. Son rapide succès répond à l’attente des milieux d’affaires grecs, qui se plaignaient depuis longtemps des tarifs assassins pratiqués à leur encontre par les compagnies d’assurances anglaises. Les retards successifs de la Banque Maritime, montraient que le financement de l’armement soulevait des problèmes plus complexes. On voyait mal comment la course au gigantisme que se livraient les grands armateurs grecs ne les contraindrait pas à recourir à l’investissement international.

51En fait, c’est au niveau de la création d’un centre d’affrètement que se situait pour Athènes la vraie question de ses rapports avec la marine marchande grecque, c’est-à-dire de savoir où sont localisés les leviers de commande de ses intérêts mondiaux. Traditionnellement, ils sont à Londres ou à New York. Peut-on les faire venir au Pirée ? Les handicaps et les atouts du port grec ont été longtemps sérieux : l’affrètement au Pirée se faisait à partir d’une multitude de télégrammes, de télex, qui transmettaient des propositions, dont la plupart n’arrivaient pas à temps aux propriétaires de navires ; les méthodes de travail piréotes aggravaient cette lenteur des télécommunications : les intermédiaires maritimes se cachaient les uns des autres, empêchant la formation d’un véritable marché de l’affrètement. Par contre, la situation géographique du Pirée est favorable : le décalage horaire permettait aux agences du Pirée de fonctionner trois ou quatre heures avant l’ouverture du marché londonien et la progression des échanges orientaux, japonais et surtout chinois, autorisait à valoriser cette différence.

52Mais qu’en est-il dans la réalité ? Quand on interrogeait les milieux maritimes grecs, on se heurtait à un silence prudent ou à des réponses évasives. La commande effective des armements varie avec les traditions familiales et les personnalités. Onassis avait son quartier général à New York, Goulandris à Londres, mais Stratis Andréadis gérait ses bateaux, comme ses banques, comme ses entreprises industrielles, de ses bureaux de la rue Sophokléous en plein centre d’Athènes. L’exemple est peu convaincant : tard venu dans le grand armement, mais nourrissant des projets ambitieux, Andréadis a été le symbole, somme toute exceptionnel, de l’union entre le développement national et la destinée universelle de la marine grecque. Certes, les modifications urbanistiques récentes du centre du Pirée témoignent de la volonté accrue du pôle athénien de jouer un rôle international : en 1972, Livanos a acheté un îlot entier de vieilles maisons sur la place Miaouli pour y ériger un building de huit étages, destiné à abriter tous les bureaux de sa société. Mais dans le même temps, Onassis construisait à New York, sur la 51e Avenue, le gratte-ciel Olympiakis (51 étages, 100 millions de dollars), pour ses compagnies maritimes Victory Carriers, et Arlen Realty and Development Corporation. Les différences de volumes construits disent assez les rapports de subordination existants. Il est à craindre que les réserves exprimées en 1972 par le journal Ikonomiki Poria soient encore fondées : « les armateurs grecs ne peuvent pas s’installer au Pirée et diriger de Grèce l’ensemble de leurs entreprises, quand c’est seulement à l’étranger, qu’ils peuvent affréter leurs bateaux, les assurer et que c’est là que d’une manière générale, ils exercent la réalité de leurs activités maritimes ». Dès lors, la description caricaturale donnée par Mélina Mercouri a toutes chances de conserver longtemps encore sa valeur démonstrative : « quand on est armateur grec, on a ses bureaux à Londres, à New York ou à Paris. Naturellement on possède des maisons ou des appartements dans les plus grandes capitales du monde... bien sûr, on se rend de temps en temps en Grèce, surtout l’été – à cette occasion, on devient plus grec que tous les Grecs ».

53Athènes, capitale mondiale ? Certainement pas, si l’on veut juger de son rôle économique effectif. Mais par l’attachement sentimental que les armateurs grecs gardent à la mère-patrie, par leur volonté aussi de contribuer à la croissance de son pôle le plus développé, chaque fois qu’elle est compatible avec leurs intérêts vitaux, Athènes participe aux grands courants économiques mondiaux, beaucoup plus finalement que d’autres capitales ou métropoles méditerranéennes, Rome ou Milan par exemple. Cette position ambiguë, où le spirituel le dispute au matériel, n’est pas sans rappeler ce que dans un autre domaine l’architecte Doxiadis avait réussi à créer à Athènes : dans un pays où les sciences sociales, à commencer par la géographie, n’ont pas longtemps droit de cité à l’Université, lancer avec le succès international que l’on sait, l’ékistique, véritable métaphysique de l’homme-habitant, dans une nation où la planification urbaine en est à ses balbutiements, faire préparer dans ses bureaux d’étude du Lycabette le dessin des nouvelles capitales du monde (Islamabad), l’aménagement des régions développées (le littoral méditerranéen en France) ou le remodelage des agglomérations les plus riches de la terre (Washington). Par cette dimension exceptionnelle, Athènes ne se contente plus de concentrer les dynamismes démographiques les plus vifs de la Grèce, d’accumuler ses richesses les plus grandes et de s’identifier au développement économique du pays, elle retrouve, par-delà sa renaissance contemporaine et ses aspects de ville américaine, un peu de la mission et du prestige de la cité antique.

Table des illustrations

Légende Carte 4 Degré de dépendance des sociétés industrielles inscrites dans les registres des Chambres de Commerce et d’industrie provinciales en 1969
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search