Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Première partie. La capitalisation urbaine 1950-1970

Chapitre 2. Athènes, métropole du développement grec

Texte intégral

Réflexion sur la signification régionale de la ville

1Classiquement, une étude sur la richesse économique d’une grande métropole sépare sa fonction régionale de son rôle national ou international. L’ouvrage connu de É. Dalmasso sur Milan en est un excellent exemple. Disons tout de suite que cette distinction ne nous paraît pas entièrement satisfaisante au moins pour Athènes. Dans sa thèse, Dalmasso s’en explique d’ailleurs de façon assez embarrassée. Avant de choisir le cas des céréales, pour lesquelles la vocation régionale est nettement affirmée, il écrit notamment : « la fonction de centre régional d’affaires existe à Milan, mais se confond avec la fonction nationale ». La réflexion serait encore plus valable pour la capitale grecque et s’étendrait à l’ensemble des activités économiques. Il n’y a pas de région économique athénienne, si l’on entend par là qu’une portion déterminée de l’espace national fournirait à Athènes, de façon privilégiée, des aliments, des matières premières ou des capitaux, et dépendrait particulièrement d’elle pour ses fournitures industrielles ou la prestation de services. Pour chacun de ces termes, avec des nuances et des spécialisations régionales, qui seront délimitées chemin faisant, l’espace économique athénien s’est toujours confondu avec l’ensemble du territoire national grec. En fait, il y a eu une région démographique de la capitale, quand, par son recrutement, Athènes était avant tout une ville de la Grèce du Sud, cycladienne et péloponnésienne. L’accélération des migrations internes depuis les années cinquante a rompu cette unité régionale au profit d’un drainage national. Mais il s’agit d’une harmonisation entre la réalité humaine de la ville et sa réalité économique : Athènes n’a jamais été la capitale économique de la Grèce du Sud, même quand c’était son bassin humain exclusif. Inversement, se crée actuellement, nous l’avons vu, une région urbaine athénienne, faite de liens quasi quotidiens et fonctionnels entre l’agglomération proprement dite et différents espaces environnants qui en dépendent. Nous rejoignons ici entièrement É. Dalmasso, qui classe les migrations pendulaires milanaises dans la fonction régionale. Mais il ne s’agit plus de la même région. À un espace homogène qui regarde la ville comme un corps externe s’est substitué un ensemble urbain qui intègre dans sa totalité les différentes parties le composant.

2La situation athénienne tient en fait à deux causes dont l’une est originale et l’autre historique. Le développement économique de la capitale grecque depuis un siècle et demi est inséparable de son rôle politique (chapitre VI). Sa richesse dépend moins de sa position géographique, de ses ressources naturelles, ou même de l’esprit d’initiative de ses habitants, que de la concentration des énergies, catalysée par la présence de l’État. Né de l’idée de nation, il était normal que l’espace athénien s’étendit dès l’origine à l’ensemble du territoire national. Cette tendance structurelle est renforcée par les données actuelles. Le développement économique athénien connaît une phase d’accélération considérable entre 1950 et 1970. Or, c’est un moment de rupture, dans le monde entier, pour la signification spatiale de la ville. Jusque-là, la ville avait été considérée, à l’époque contemporaine, comme un point, dont la fonction était de desservir économiquement un ensemble territorial plus ou moins important, selon la taille de l’organisme urbain. Au fond, la rupture qualitative n’était pas importante entre la cité antique, la ville médiévale et l’agglomération du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle : à une fonction politique et militaire, s’était ajoutée une fonction commerciale, puis industrielle. Mais la ville se définit toujours par le « hors-ville » qui en dépend – espace rural, région, nation. De là naissent des espaces gigognes, qui aboutissent à la création de hiérarchie, d’armature, de réseaux urbains. Le retard de toute discipline scientifique sur l’évolution des phénomènes a voulu que ce mode d’organisation de l’espace ne reçoive sa formalisation théorique que tardivement (cf. W. Christaller : Die Zentralen Orte in Suddeutschland, 1933) et ne connaisse son épanouissement dans l’école géographique française que vers 1960, à l’heure justement où ce modèle spatial connaît un dépassement irréversible pour les plus grandes agglomérations. Ce qui caractérise l’évolution urbaine actuelle c’est l’immixtion de la ville dans l’espace environnant rural ou non. Le « non-ville » qui servait à la fois de justification et de repoussoir à la ville tend à ne plus exister. En même temps qu’il y a une révolution dans la dimension spatiale, sociale, et dans les paysages de la ville, il y a une modification de son rôle fonctionnel. La puissance d’une région urbaine dépend moins de ses relations avec des espaces proches que du réseau d’interconnections économiques et humaines qui l’unissent à d’autres régions urbaines nationales ou internationales. À un espace pyramidal, hiérarchisé, fait de la juxtaposition de cellules élémentaires (cf. le schéma hexagonal de Christaller), s’est substitué un espace discontinu, nodal, animé par des faisceaux de relations.

3Ces réflexions théoriques nous ont conduit à distinguer pour Athènes ce qui est matérialisation concrète dans l’espace urbain de sa puissance économique de ce qui en est l’expression relationnelle. Autrement dit, le présent chapitre sera consacré aux activités athéniennes, de l’industrie aux différents services qui sont implantés dans la capitale grecque. Et son rôle dans la gestion morale des intérêts nationaux et internationaux du pays fera l’objet du chapitre suivant.

I – La mesure de la richesse athénienne

4L’emprise athénienne sur tous les phénomènes grecs fait que chaque tableau, ou presque, de l’annuaire statistique pourrait servir d’illustration à la puissance de la capitale. Le problème est de sélection des données les plus significatives. Quatre ont été retenues, qui ont le mérite de porter sur les éléments les plus visibles ou les plus représentatifs de la réalité athénienne : la circulation automobile, la consommation d’électricité, le revenu des ménages et l’imposition, la distribution des activités enfin.

Le règne de la voiture

5L’automobile est certainement le signe le plus extérieur de la richesse athénienne, en même temps qu’elle est inséparable du spectacle de la rue. La Grèce rurale reste encore dans les années soixante-dix largement le pays de l’âne et du motoculteur, au mieux du tracteur et du camion. Il n’existe pas de spécificité bien marquée entre le moyen de culture et le moyen de transport : le tracteur du paysan thessalien qui charrie les betteraves pendant la semaine, emmène toute la famille au bain de mer dominical. À Athènes, l’automobile est reine. À la fois signe de respectabilité sociale et convoitise des plus pauvres, objet des soins les plus vigilants comme des attentions les plus superflues (les accessoiristes en klaxons et lumières en tous genres s’en donnent à cœur joie), elle modèle le temps et l’espace de la ville comme elle traduit les dynamismes internes de la société ; quelques images : les autobus urbains, de très loin principal moyen de transport, dont la fréquence indique les pulsations de l’activité, les encombrements qui jalonnent les points où l’influx vital se concentre (Omonia, Syntagma), les parkings, établis le plus souvent sur l’emplacement futur d’un immeuble, dont l’existence éphémère suit les cheminements et les fluctuations de la spéculation foncière, les officiers enfin dont chacun sait à Athènes, que la « révolution » (le coup d’État des colonels) de 1967 y a recruté, grâce aux prébendes, une forte proportion de conducteurs néophytes. Cette irruption de la voiture frappe les esprits. Elle multiplie dans la littérature spécialisée les titres consacrés aux problèmes de la circulation, faisant d’ailleurs oublier qu’ils ne sont pas en eux-mêmes le fondement de l’aménagement urbain, mais la résultante d’une certaine organisation spatiale, sociale, et finalement politique, de la ville. De façon plus populaire, les journaux athéniens de l’époque sont remplis de dessins humoristiques, caricaturant l’achèvement d’un monde minéral et mécanique : ce qui est devenu banal à nos yeux d’occidentaux, étonne encore l’Athénien, autant qu’elle effraie l’immigrant rural de fraîche date.

6C’est qu’en dix ans les progrès de la voiture ont été considérables. Ce résultat est d’autant plus remarquable que la Grèce n’avait pas encore de chaînes de montage de voitures et que les propriétaires d’automobiles étaient frappés de très lourdes taxes. Les écarts avec la province restaient très sensibles, même si des progrès spectaculaires y étaient enregistrés : les camions, les cycles à moteur – vélomoteurs, triporteurs, les automobiles du pauvre – y progressaient plus vite que dans la capitale. Mais le parc d’autobus de l’agglomération athénienne renforçait ses positions : les liaisons interurbaines dans les éparchies étaient déjà satisfaisantes, tandis que ne cessaient de croître les besoins en transports urbains dans une agglomération qui s’étendait démesurément. Après des centaines de kilomètres de routes quasi désertes, le touriste étranger retrouvait ici les flots pressés et motorisés, qui dans toutes les villes occidentales associent l’opulence à l’automobile. C’est assez imaginer ce que dans cette cité méditerranéenne réserve d’énervement, de palabres et d’émotions diverses la circulation automobile. Mais tout cela aussi ne sert-il pas à mesurer la richesse d’une ville ?

La consommation électrique

7En 1970, la consommation d’électricité représentait 40 % de la consommation du pays. Sept ans plus tôt, la participation athénienne atteignait 64 %. Malgré cette diminution relative, la consommation de la capitale en électricité, déjà considérable, a été multipliée par 5 de 1963 à 1970. Elle représentait encore 70 % de la consommation domestique, 60 % de la consommation commerciale, mais 30 % seulement de la consommation électrique industrielle du pays.

8Cette série de statistiques traduisait à la fois la masse de l’énergie consommée et les caractéristiques du pôle économique athénien. Pendant longtemps et jusqu’à la fin des années cinquante, Athènes reste le seul centre du pays où l’électricité est fournie régulièrement et en abondance. Cette constatation joue un rôle considérable pour les industriels qui préfèrent s’installer dans la capitale et sur les conditions d’activité mêmes des habitants : en 1961, la quasi-totalité des ménages athéniens sont électrifiés (95 % d’après le recensement 1961), les artères centrales de la ville brillamment illuminées, les quartiers les plus reculés éclairés, quand dans maint village la vie s’arrête avec le coucher du soleil, ou se concentre au café, à la lumière vacillante du loux (lampe à pétrole). C’est la consécration de la précocité des installations de production d’électricité dans la capitale. À la fin du siècle dernier, un petit générateur de 150 KW fonctionne déjà à l’angle des rues Voukourestiou et Panépistimiou, en plein centre de la ville, alimentant le Palais et plusieurs bâtiments publics. En 1903, la Compagnie Grecque d’Électricité, société privée à capitaux anglais, installe la première centrale de tout le pays à Nouveau Phalère, près du Pirée. D’abord limitée à 3 000 KW, la puissance installée a progressivement atteint 117 000 KW en 1965, avant d’être réduite à 50 000 KW en 1969, année de fermeture de cette centrale, qualifiée d’« historique ». En fait, depuis longtemps déjà, la majorité de la consommation de la capitale est couverte par le réseau national.

9Le déficit énergétique était de l’ordre d’un million de KWh, 40 % environ de la consommation athénienne de l’époque. Depuis, le déséquilibre s’accentue constamment. La croissance continue des besoins et la politique résolument provinciale adoptée en matière d’investissements par la D.E.I. (Compagnie Publique d’Électricité), ne pouvait qu’élargir le fossé entre production et consommation athéniennes. Née à Athènes de la présence de l’État, développée sur place et ayant impulsé l’essor industriel de la capitale, l’électricité grecque n’est plus qu’une richesse provinciale comme une autre – hommes ou argent – que l’agglomération investit et exploite à son profit.

10Les deux dates-clefs sont à cet égard 1950, année de création de la D.E.I., et 1960, date du rachat de la Société d’Électricité d’Athènes. Politiquement, c’était mettre l’ensemble des ressources énergétiques du pays – thermiques et hydrauliques – au service du pôle de croissance athénien. Vechniquement, l’interconnection de la capitale avec les différentes centrales du pays assure cette hégémonie énergétique.

11Malgré tout, la consommation électrique de la capitale croissait déjà moins vite que celle du reste du pays. Cette tendance résultait de deux conditions générales. L’électrification des campagnes, poursuivie patiemment par la D.E.I. avec une constance qui n’était dépourvue ni d’arrière-pensée politique, ni de naïveté économique, portait ses fruits. Malgré ce progrès indéniable, l’écart restait important avec la capitale, il y avait toute la distance qui séparait encore le ménage rural, où une simple ampoule suspendue remplaçait la lampe à pétrole, de la famille athénienne, dont l’équipement ménager augmentait très rapidement.

12Mais un bouleversement beaucoup plus important se produisait. Fixée depuis des décennies dans la capitale par la production électrique, l’industrie moderne échappait désormais à cet assujettissement. Le développement des centrales thermiques et hydrauliques provinciales, l’unification du réseau grâce à l’interconnection, renforçaient les incitations fiscales pour amener les gros utilisateurs d’énergie à se fixer hors de l’agglomération athénienne. La modernisation plus tardive des établissements provinciaux faisait le reste.

13Finalement, ce rapide coup d’œil sur l’énergie électrique apparaît très significatif des caractéristiques de l’agglomération. D’abord, un immense centre de consommation : à Athènes, les lumières de la ville ne sont pas seulement symboliques. Cette immense lueur qui rougeoit dans le ciel de l’Égée, que l’on dit apercevoir par temps clair de Syra, c’est l’attestation d’un monde où la vie est plus facile que dans l’hostilité insulaire ou sur l’ombre menaçante de la mer. C’est ensuite la précocité du développement économique qui est remarquable. Nous aurons très souvent à souligner les interactions qui unissent les phénomènes dans un faisceau de causes-conséquences : l’électricité athénienne est autant signe de croissance économique, qu’elle a été le facteur d’accélération de cette croissance, par l’attraction qu’elle a jouée sur l’industrie. Les conditions économiques et techniques de l’électrification grecque amènent une plus grande liberté dans les localisations industrielles. Mais Athènes demeure le premier centre du pays : la diversification des productions a remplacé la concentration de l’industrie lourde. Et ce ne sont pas les plus gros consommateurs d’énergie qui sont les plus importants fournisseurs d’emplois, ni les garants de la plus grande richesse.

Revenus et impôts

14En fait, le plus sûr indicateur, sinon le plus visible, reste à cet égard, les déclarations de revenus et l’origine des ressources de l’État. Certes, le maquis de la législation qui multiplie exonérations et exceptions, la dissimulation classique des citoyens et des sociétés, la discrétion enfin de l’Administration, rendent les documents d’un maniement délicat. Mais, à condition de s’en tenir aux grandes tendances, ils étaient particulièrement instructifs à la fin des années soixante.

15En 1968, le budget ordinaire de l’État s’élevait à quelque 44 milliards de drachmes : 8 milliards étaient couverts par l’imposition directe, 32 par les taxes indirectes, 4 provenaient d’autres revenus (monopoles d’État, revenus des douanes, prêts de l’étranger). Si l’on s’en tenait aux ressources de l’imposition, le fait majeur est qu’avec moins d’un tiers de la population, l’agglomération athénienne fournissait près des trois-quarts des revenus de l’État ; néanmoins, la part de la capitale tendait à fléchir légèrement. À la même époque, les revenus des trois douanes athéniennes (Athènes, Le Pirée, Éleusis) passaient de 76,8 % du total à 72,2 % et les autres impôts indirects de 71,3 % à 68,1 %. Au total, il y avait donc incontestablement une lente progression de la fiscalité provinciale. Mais il est loin d’être assuré que cette augmentation de la pression fiscale correspondait à un enrichissement relatif réel de la province grecque. En fait, il ne faut pas oublier la part écrasante prise dans la fiscalité grecque par les impôts indirects. De même qu’elle frappe plus lourdement les budgets des familles modestes, elle éprouve plus injustement les zones déshéritées que les régions en expansion. La consommation courante des ménages qui connaissait une hausse continue dans les provinces grecques les plus reculées était une source de revenus croissante pour le budget de l’État. Il y avait moins appauvrissement de l’agglomération athénienne qu’un nouvel avatar dans l’exploitation de la province par la capitale : au drainage permanent de l’épargne au profit de son économie, Athènes ajoutait le prélèvement autoritaire sur les formes les plus élémentaires de développement. On n’a jamais mieux prouvé que le fameux « enrichissez-vous » profitait d’abord aux riches !

16Même s’il ne représentait normalement qu’un peu plus de 10 % des ressources totales de l’État, l’impôt sur le revenu est un révélateur particulièrement sensible. Il se subdivise en deux rubriques principales de rendement très inégal : l’impôt sur le revenu des personnes physiques, et l’impôt sur le revenu des personnes morales.

17La tendance d’évolution, au cours des années soixante, de l’impôt sur le revenu des personnes physiques est particulièrement nette. Les contribuables athéniens représentaient environ 60 % des assujettis du pays, déclaraient 65 % des revenus imposables et payaient de 75 à 70 % des impôts directs. Cela veut dire trois choses, qui toutes confirment et définissent la richesse athénienne : les revenus non imposables étaient en proportion beaucoup plus grands en province que dans la capitale, soit parce qu’ils n’atteignaient pas le seuil minimum de déclaration, soit parce que leur nature échappait à la déclaration obligatoire ; le revenu moyen déclaré par les assujettis de la capitale était plus important que celui des déclarants de province ; enfin, s’agissant d’une taxe progressive, le rendement de l’impôt montre que les tranches élevées de revenus étaient plus nombreuses à Athènes.

18L’impôt sur le revenu imposable des personnes morales était plus explicite encore. Si l’agglomération athénienne regroupait près des trois quarts de la richesse privée du pays, elle concentrait près des neuf-dixièmes de son capital collectif. Au moins pour les sociétés anonymes nationales, le renforcement de la tutelle athénienne est très net au cours de la période écoulée : 83 % des sociétés soumises à l’impôt avaient leur siège dans la capitale en 1959, elles en représentaient 87 % en 1968.

19La moindre progression du revenu déclaré s’expliquait par la prolifération à Athènes de petites et moyennes entreprises, prospères parce qu’elles s’intéressaient à des secteurs de consommation en plein développement (les plastiques, les meubles, par exemple), mais qui ne parvenaient pas à dépasser un chiffre d’affaires médiocre. Plus généralement, la légère diminution de l’impôt payé par les sociétés athéniennes était paradoxalement à mettre au compte de l’effort des entreprises pour profiter des mesures d’allégement fiscal destinées à favoriser l’industrialisation provinciale.

20Les résultats montrent que ce sont les entreprises athéniennes qui ont été les principales bénéficiaires de leur application. Sur le plan géographique, elles ont beaucoup plus favorisé un desserrement des établissements autour de l’agglomération qu’une véritable industrialisation décentralisée. Au niveau de l’initiative économique, la législation fiscale a contribué à diriger les inspirations athéniennes vers certains centres de province, plus qu’elle n’a réveillé ou suscité des vocations régionales. Cette nouvelle manière de s’enrichir en payant moins d’impôts montre une fois de plus les limites du freinage apporté à l’expansion économique de la capitale. Inséparable du destin de la nation tout entière, Athènes ne peut que profiter directement des fruits de l’expansion. Il faudrait casser le développement grec pour enrayer l’extraordinaire croissance économique de la capitale. Nul ne saurait le préconiser, ni s’en réjouir.

Les activités athéniennes

21La répartition des activités de la capitale dépasse par sa signification les développements précédents, puisqu’elles constituent la vie même de l’agglomération et de ses habitants. Le recensement de 1971 confirmait le renforcement du secteur tertiaire dans la population active de l’agglomération, en raison même du desserrement industriel de la capitale et de la concentration des activités de gestion.

22Mais dès 1961, la tendance était massive. À cette date, moins de 4 Athéniens sur 10 étaient considérés comme des actifs, avec un déséquilibre très important entre hommes et femmes. Les activités industrielles, même si on les étend à l’énergie et à la distribution de l’eau, à la construction et aux travaux publics, totalisaient moins de 40 % de la population active athénienne. Autrement dit, comme l’agriculture ne jouait plus qu’un rôle tout à fait négligeable et très rapidement décroissant (élimination quasi totale des derniers maraîchers de la plaine du Céphise), le secteur tertiaire regroupait à lui seul déjà près des deux tiers des quelque 700 000 personnes qui travaillaient alors dans l’agglomération. Sans qu’il soit besoin d’insister, c’est déjà souligner les deux caractéristiques fondamentales des activités de la capitale : la prédominance absolue des activités de service, qu’il s’agisse de la satisfaction immédiate des besoins de l’agglomération, ou de la gestion des intérêts économiques du pays, l’importance aussi du centre industriel athénien. Pour jouer un rôle numérique de moindre valeur, la place de l’industrie athénienne ne saurait être comparée à celle très marginale qu’elle détient dans certaines capitales tertiaires tentaculaires des pays sous-développés. Sa puissance dépasse de très loin les activités élémentaires qui accompagnent toute métropole (alimentation, textile), de très loin aussi les seuls besoins de la capitale. Poste de commandement politique et économique du pays, Athènes est aussi son centre industriel le plus vivant et le plus complet.

23C’est retrouver au niveau économique la polarisation de l’espace, dont nous nous sommes fait l’écho au plan démographique. C’est le déversement économique de l’agglomération sur l’ensemble du département d’Attique qui frappe dès 1951. Il s’accentue en 1961 et le recensement de 1971 consacre à cet égard une expansion qui s’étend aux nomes voisins de Corinthie et de Béotie, voire d’Eubée. On retrouve là, au niveau des activités, le symétrique d’une région urbaine en formation, déjà décelée par le mouvement de la population. Tout au plus, peut-on avancer qu’un certain remaniement de l’espace s’effectue : une concentration plus nette des activités tertiaires dans l’agglomération proprement dite, un desserrement plus marqué de l’industrie dans l’ensemble de la région urbaine, sans que cela signifie la diminution absolue des effectifs industriels dans le Grand Athènes. La décennie 1951-1961 avait été marquée en effet par une certaine stabilisation de la vocation industrielle de la capitale, une régression des services les moins productifs, une poussée très forte enfin de la construction et des travaux publics. C’est une période de profonds remaniements internes : Athènes passe de la capitale balkanique, administrative et artisanale, à la métropole économique, industrielle et gestionnaire ; dans le même temps, la ville qui gagne un demi-million d’habitants, se transforme en une agglomération moderne, qu’il faut étendre, aménager et reconstruire. Pendant les dix années suivantes, ces tendances vont en s’affirmant, mais elles prennent une nouvelle dimension spatiale : l’industrie s’installe dans la région urbaine, les activités de commandement se concentrent dans l’agglomération, l’habitat se dilue dans l’espace environnant. À une période de remodelage de son contenu économique et social a succédé, pour Athènes, une ère de redistribution géographique de ses hommes et de leurs activités.

  • 1 Le rapport s’écrit « ps x PV/PS x pt » où ps représente la population active d’Athènes et PS de la (...)
  • 2 L’approche ne recoupe qu’imparfaitement la distinction, classique depuis Gunnar Alexanderson, entre (...)

24Il apparaît utile de dépasser cette analyse globale pour apprécier le rôle d’Athènes dans chacun des secteurs de l’économie grecque et son poids dans un certain nombre de catégories socioprofessionnelles significatives. La méthode suivie a consisté à établir un rapport simple pour savoir si une activité tenait une place plus importante dans l’économie du pays que la capitale n’en occupait dans la population totale de la Grèce1. Les calculs ont été faits pour l’ensemble des circonscriptions administratives afin de juger par comparaison du poids réel de la capitale : plus les rapports trouvés sont supérieurs à 1, plus l’activité a un rôle déterminant, qui dépasse la moyenne nationale2.

25C’est dans les services administratifs des entreprises et de la fonction publique que la capitale tient une place écrasante. Cette supériorité privilégie incontestablement à Athènes les fonctions de gestion sur celles de production. Elle apparaît exclusive pour les services publics, très inégalement partagée avec Thessalonique pour l’administration du secteur privé. Au niveau de l’État et des organismes officiels, Athènes détient non seulement les pouvoirs de décision et de commandement (ministères, administrations centrales), mais encore tous les rouages d’application et de fonctionnement, qui assurent matériellement l’exécution des ordres et alourdissent considérablement la structure de l’emploi et les rapports entre la population et l’administration. Les préfectures de province, même les plus importantes, n’ont que des effectifs dérisoires, qui prouvent leur simple rôle de transmission de directives conçues et élaborées à Athènes.

26À cette hypertrophie athénienne de l’appareil de l’État, il convient d’ajouter toutes les administrations semi- ou parapubliques, qui sont installées dans la capitale. Il est difficile de distinguer dans leur énumération ce qui est gestion proprement dite à usage national et desserte immédiate des intérêts et des besoins athéniens. Une chose est sûre, c’est que les habitants de la capitale sont les premiers bénéficiaires des services et administrations que la présence de l’État attire à Athènes : cette constatation, établie depuis des décennies, est, en elle-même, un puissant ferment de croissance.

27N’insistons pas ici sur le rôle de la capitale dans la gestion économique des intérêts du pays. Un chapitre entier lui sera consacré. Athènes y tient pourtant une part moins exclusive que dans la conduite des affaires politiques.

28Dès que l’on s’attache aux activités d’exécution, par opposition aux activités de commandement, la participation athénienne devient nettement moins impressionnante. De 1951 à 1961, le rôle de la capitale, mesuré par le nombre de personnes employées, paraît même fléchir. Cette baisse relative est due en partie à des causes démographiques générales (le rajeunissement de la population athénienne fait passer le taux d’activité globale dans l’agglomération de 42 % en 1951 à 37 % en 1961 ; l’ensemble de la Grèce suit une évolution exactement inverse), en partie aussi à une progression moins rapide des activités productives, notamment l’industrie.

29Il reste qu’au total, la production de l’agglomération ne saurait être comparée à son rôle de gestion. Il est significatif à cet égard de retrouver, au niveau du classement relatif des catégories socioprofessionnelles, les cadres supérieurs de la fonction publique et les représentants commerciaux emmenant un peloton fermé, et de très loin, par les ouvriers et les commerçants. La société et l’économie de la capitale sont marquées au sceau du commandement. Après l’accumulation de richesses de tous ordres qui caractérise l’agglomération, c’est le trait saillant qu’il convient de souligner. Cette suprématie de la décision sur l’action s’accentue aujourd’hui à la faveur des remaniements internes de l’espace urbain : l’agglomération proprement dite disperse au profit de la région économique athénienne une partie de son énergie créatrice, souvent la plus dynamique, elle y gagne en pouvoirs et en prestige.

II – La métropole industrielle

30Ces dynamismes inégaux des deux sources de la richesse athénienne ne doivent pas dissimuler l’écrasante domination que l’agglomération exerce sur tous les secteurs de l’économie grecque et au premier chef l’importance du centre industriel. Certes, l’industrie n’est qu’un des aspects de la croissance, le plus visible, pas forcément le plus révélateur. Il faut de façon synthétique situer la masse athénienne dans les structures globales du pays, apprécier son évolution, mettre en relief ses secteurs les plus importants.

Le premier centre industriel du pays

31Une enquête menée auprès des Chambres de Commerce et d’Industrie en 1969 a le mérite de montrer immédiatement la prépondérance de l’industrie athénienne et le caractère avancé à l’époque de ses structures économiques. 2 643 sociétés industrielles étaient alors inscrites dans les registres des deux Chambres de Commerce et d’Industrie de la capitale (2 303 à Athènes, 340 au Pirée). Thessalonique n’en comptait à la même époque que 364 et Patras 102. Vous les autres centres grecs étaient très loin derrière, y compris des villes réputées industrielles (Volos : 54 sociétés inscrites, Kavala : 48) ou des agglomérations dynamiques (56 à Larissa). Cet écrasement de la répartition géographique de l’industrie grecque par la capitale, face à un émiettement provincial généralisé, à peine compensé par un regroupement dans quelques centres privilégiés, est renforcé par la concentration économique des entreprises : 40 % des sociétés industrielles enregistrées à Athènes étaient anonymes. La proportion ne dépassait pas 30 % à Thessalonique, 25 % à Patras, 23 % à Larissa, 15 % à Kavala. Elle était de 35 % à Volos, malgré l’ancienneté du pôle industriel. Nulle part ailleurs en Grèce, on ne relève un tel dynamisme économique. Cette situation est d’autant plus remarquable que l’industrie athénienne est autant caractérisée par la présence de grandes sociétés que par la prolifération de petites entreprises. En raison des habitudes psychologiques du pays, la société anonyme grecque est moins la preuve d’une dépersonnalisation de l’initiative industrielle que la prise de conscience d’un certain essor, accompagné de risque, que doit favoriser, grâce à la législation fiscale, le passage en société anonyme. Athènes était non seulement le premier centre industriel du pays, mais le seul certainement où l’environnement donnait aux moins ambitieux le désir de se lancer, donc la chance de réussir.

Croissance industrielle, desserrement spatial, diffusion des entreprises

32Si l’on voulait caractériser de façon synthétique l’évolution actuelle de l’industrie athénienne, ce sont certainement les termes qui conviendraient le mieux. L’industrie grecque est animée d’un double mouvement : un développement spectaculaire allié au déclin rapide des vieilles activités artisanales, une concentration géographique croissante autour de quelques pôles favorisés, Athènes en particulier. Ces deux forces ont comme résultante la relative stabilité des effectifs industriels et le creusement des écarts entre régions. C’est en fait l’aboutissement d’une lente maturation, qui s’accélère après la seconde guerre mondiale : à un espace homogène, caractérisé par la dissémination des petits centres artisanaux, succèdent des regroupements régionaux, étroitement localisés, qui sont les foyers de l’industrie moderne. L’agglomération athénienne, et plus généralement la région économique de la capitale, cumulent les effets des deux dynamismes : c’est là que la poussée industrielle est la plus vive, c’est là aussi que les mutations sont les plus prononcées entre l’artisanat traditionnel et les formes les plus élaborées de production.

33Le recensement industriel de 1969 confirmait la contraction de l’espace industriel du pays. Toutes les régions périphériques sont en déclin depuis 1958 : les îles Ioniennes, les îles Égéennes, le Péloponnèse, la Crète, la Thrace, sont en baisse aussi bien pour le nombre des établissements que pour les personnes employées. Le plus souvent, le mouvement s’accélère considérablement entre 1963 et 1969. Il est plus prononcé pour les personnes employées que pour le nombre d’établissements industriels. C’est un indice de la crise profonde des activités artisanales traditionnelles : avant de fermer, les petits ateliers de tissage, de sellerie, de travail du bois ou des métaux (ustensiles ménagers, petit matériel agricole) tentent de survivre en licenciant le ou les quelques employés qui formaient tout leur personnel. La chute est particulièrement rapide dans le monde insulaire, notamment dans les îles Ioniennes qui, sauf à Corfou, ne disposaient d’aucun centre industriel. Vu leur situation géographique, ces régions ne profitent que très accessoirement des activités de réparation de matériel agricole et d’automobiles, qui ont relayé sur le continent des professions moribondes (vulcanisateurs, garages, qui en Grèce sont classés avec la fabrication de matériel de transport). En toute hypothèse, il existe une symétrie remarquable entre déclin démographique et régression industrielle. Sans s’attacher ici au problème de l’antériorité réciproque des deux phénomènes et donc au sens de la liaison causale qui les réunit, il s’agit là d’un fait majeur, caractéristique de la Grèce contemporaine.

34La ville grecque est largement indépendante du fait industriel. C’est là une marque de civilisation, dont les origines seraient certainement à rechercher dans l’Antiquité. Au contraire, les disparités régionales, démographiques et industrielles, sont de même nature. Dans ce pays, où pour des raisons naturelles, la vie agricole a toujours été précaire, où la prospérité des campagnes se fait jour à l’heure même où elles sont touchées par un exode rural sans merci, la santé démographique a toujours été de pair avec l’activité industrielle. Quand les deux phénomènes se rencontrent – l’urbain et l’industriel – ils donnent immédiatement un corps hors du commun, une grande agglomération et une grande métropole économique, et c’est Athènes.

35Finalement, comme pour la croissance démographique, il n’est guère que la Macédoine autour de Thessalonique et la région athénienne à prendre un essor incomparable. En Macédoine, il est plus tardif. Dans l’agglomération athénienne, la progression est plus précoce et se maintient à un rythme élevé pendant toutes les années soixante. Mais c’est ici l’étalement spatial du développement industriel qui est caractéristique : après une stagnation de ses effectifs industriels, le reste de la Grèce Centrale inaugure un redressement spectaculaire. Derrière ces rythmes inégaux d’industrialisation se cachaient des modalités spatiales différentes. À Thessalonique, le développement industriel restait un fait ponctuel nettement circonscrit à la croissance de l’agglomération. À Athènes, il s’agit du desserrement délibéré de l’industrie de la capitale. À l’époque, le reste du département d’Attique, la Béotie, connaissent une croissance relative bien plus importante pour les emplois créés que l’agglomération proprement dite. La Corinthie suit de près, et il en serait de même dans la région de Khalkis, en Eubée, si la progression n’était pas ici cachée par le déclin des activités artisanales dans le reste de l’île. En fait, ce desserrement est inséparable de la mainmise économique d’Athènes sur des espaces proches. Il traduit une saturation de l’espace de l’agglomération et la maturité de son développement économique, qui privilégie désormais le secteur tertiaire.

36La dernière originalité du pôle athénien est le dynamisme des petites entreprises, qui entraîne un certain émiettement de la structure industrielle, avec une progression beaucoup plus forte des établissements que des effectifs employés. Il diminue la taille moyenne des établissements de 1958 à 1969, alors que la moyenne nationale reste remarquablement constante. En fait, cette situation d’ensemble est faite de tendances différenciées. C’est d’abord le maintien dans l’agglomération des plus grands établissements du pays. Ainsi s’explique la suprématie athénienne dans ce qu’il est convenu d’appeler dans les enquêtes industrielles la grande industrie. Pourtant, l’industrialisation provinciale, au premier chef le desserrement industriel dans la région urbaine d’Athènes, est fondée sur des établissements de taille moyenne – de grande taille à l’échelle grecque. Ce caractère allié à leur place insolite dans le paysage frappe l’opinion et fait exagérer leur signification réelle. Au contraire, l’agglomération athénienne voit s’ouvrir de tous petits établissements, installés de façon souvent artisanale, qui profitent de l’expansion générale, pour satisfaire des besoins nouveaux ou en progression rapide, qui ne sont pas encore couverts par la production nationale. C’est le cas par exemple du textile, notamment des fibres synthétiques pour la bonneterie, de l’industrie du meuble, de la réparation automobile, de la fabrication d’objets en plastique. Cette diffusion industrielle, aussi bien au niveau de l’espace de l’agglomération que de ses structures économiques, est un véritable stade d’assimilation de la civilisation occidentale : malgré leurs techniques souvent rudimentaires, leur productivité marginale, ces tout petits établissements athéniens sont plus significatifs du développement grec que la puissante usine de l’Aluminium de Grèce à Antikira. Ils confirment en tout cas une vocation de plus en plus poussée de la capitale à la fabrication d’articles de consommation courante ou de produits de haute technologie.

Une industrie de consommation à la recherche de techniques de pointe

37Cette spécialisation est là encore un fait relativement nouveau. Pendant longtemps, Athènes reste non seulement le premier centre industriel du pays, mais surtout l’unique localisation de l’industrie moderne. Ses productions sont moins caractérisées par l’ampleur des secteurs typiques de consommation (alimentation, textiles), que par la présence de l’industrie lourde. La silhouette enfumée de la Lipasmata, qui depuis 1901 jusque dans les années quatre-vingt marquait l’entrée du port du Pirée, était le symbole durable de ce premier âge industriel athénien (produits chimiques de base, engrais, verrerie). Depuis la seconde guerre mondiale, et surtout au cours de la dernière décennie, l’industrie lourde échappe à l’espace de l’agglomération. Elle s’installe à proximité immédiate, dans la plaine d’Éleusis : première raffinerie de pétrole, premiers hauts fourneaux, chantiers navals de Skaramanga et d’Éleusis.

38Plus encore, elle gagne d’autres régions grecques : complexe sidérurgique et pétrochimique à Thessalonique, carbochimie sur le lignite macédonien de Ptolémaïs, usine d’engrais de Néa Kavarli, près de Kavala. L’industrie fondamentale de la Grèce cesse de s’identifier avec le pôle athénien, au moment même où le pays accède à la puissance industrielle et où la capitale prend une part croissante dans ce développement.

39Désormais, au niveau des emplois créés, l’agglomération progresse plus vite que le reste du pays, pour les industries de consommation ou de produits spécialisés. Il s’agit notamment de l’alimentation et des boissons, du textile et de l’habillement, du meuble et des produits en plastique, mais aussi des industries mécaniques, de la construction de machines et d’appareillage électrique. Au contraire, dans tous les secteurs d’industrie lourde, il y a une régression relative ; c’est le cas pour l’industrie chimique, les hydrocarbures et le charbon, l’industrie céramique (cimenteries en particulier) et la métallurgie de base. Pourtant, dans la plupart de ces branches industrielles, la place de l’agglomération reste prépondérante en raison des positions acquises.

40Les industries de consommation courante constituent de très loin le premier secteur d’emploi de l’agglomération. Avec près de 30 000 personnes chacun à la fin des années soixante, l’alimentation et les boissons, le textile et l’habillement occupent alors 40 % des effectifs industriels totaux. Athènes joue le rôle de plaque tournante dans le lancement de la mode vestimentaire. C’est un relais, où l’on adapte les modèles italiens, parisiens ou même new-yorkais, c’est aussi un lieu de créations originales. Le snobisme du tourisme cosmopolite renforce ici le goût pour la parure d’une population méditerranéenne aisée, qui dépense beaucoup pour s’habiller. Dans la chaussure, on retrouve les deux tendances : la production de masse et la fabrication de luxe. Toutefois, la cordonnerie résiste mieux que l’artisanat du vêtement, et les firmes athéniennes les plus renommées sont spécialisées dans les modèles coûteux, qui sont même exportés en Europe occidentale (Pétridis, Mouriadis).

41Le textile athénien occupe une place moins prépondérante dans le pays. La capitale doit ici compter avec des centres provinciaux, autrefois très prospères, et dont elle a réussi plus ou moins à contrôler l’économie : Ermoupolis et Argos pour le coton, Naoussa pour la laine. La plus importante société grecque de textile (Piraïki-Patraïki) a préféré fermer ses établissements athéniens du Pirée et de Kallithéa, pour concentrer ses investissements à Patras et à Néa Péramos, entre Éleusis et Corinthe.

42La prépondérance athénienne était plus grande encore pour les fibres synthétiques. De la même façon, la capitale exerçait une suprématie incontestée pour la bonneterie, d’ailleurs fondée le plus souvent sur le tricotage de fibres synthétiques. Ainsi, par ses tendances internes, l’industrie textile athénienne est révélatrice de la vocation de la capitale : elle recherche une consommation de masse, dont elle trouve les débouchés les plus nombreux à l’intérieur même de l’agglomération, ce qui n’exclut ni les marchés provinciaux, ni les exportations, vers le Moyen Orient notamment, mais elle se spécialise dans les productions les plus élaborées et les plus sensibles à la mode.

43Ce sont les mêmes constantes qui se retrouvaient dans le secteur des industries alimentaires, encore que l’agglomération n’occupe ici qu’une place relativement subordonnée. Il faut faire d’ailleurs un sort à part aux boissons, où la capitale s’était assurée la part du lion dans la production et la mainmise sur les intérêts provinciaux. En plein centre d’Athènes, avenue Syggrou, la haute nef de l’usine Fix marquait les bases d’un empire plus que centenaire de la bière et du jus de fruit, qui s’étendait à Patras (bière Mamos), à Arta et à Sparte (jus d’orange). La vente d’extraits déshydratés, mis en bouteille sur place, achevait de ruiner les petites fabriques saisonnières de sodas, qui dans toute la Grèce profitaient de la soif des hommes et de la renommée des sources locales : partout, ou presque, il fallait se contenter de « boire Fix et de s’en trouver bien » (slogan publicitaire qui fut aussi lancinant sur les murs grecs que les sentences des colonels). L’installation plus récente de nouvelles brasseries (Amstel) et de fabriques de jus de fruits modernes (Ivi) renforçait encore cette suprématie athénienne. La meunerie, autrefois centrée au Pirée, au point de débarquement des blés russes venus d’Odessa, se développait dans les régions céréalières nationales (Thessalie, Macédoine). Là encore, il n’est guère que les produits les plus spécialisés qui retenaient l’intérêt des industriels athéniens : les glaces industrielles fabriquées dans les grandes laiteries athéniennes, et distribuées dans tout le pays (Evga et Asti), le chocolat (Ion, Pavlidou), les produits diététiques et à usage pédiatrique (Vyamil).

44À ce secteur des industries de consommation courante, il convenait d’ajouter le tabac, l’industrie du meuble et des produits en plastique. Le traitement du tabac en feuille et le courtage international restaient l’apanage des régions productrices, hier Xanthe et Kavala en Thrace et en Macédoine orientale, aujourd’hui Agrinion en Étolie-Acarnanie et surtout Thessalonique. Mais l’écrasante majorité des cigarettes grecques était fabriquée dans deux établissements piréotes de Kéranis et de Papastratos, qui employaient chacun plusieurs milliers d’employés. La même dissymétrie se retrouvait dans les industries du bois. Si le travail du bois brut était une activité provinciale (Épire, Thessalie), la capitale concentrait les trois quarts de la valeur de la production des meubles. Comme toujours, il est difficile de séparer ce qui tient à la masse du marché de consommation (importance du mouvement de construction notamment), à l’organisation et à l’efficacité des circuits de distribution de l’agglomération, et au raffinement de la société athénienne aisée. Avec la rue Patission, Athènes avait son faubourg Saint-Antoine, dont les boutiques étaient alimentées par des ateliers assez disséminés dans l’espace de l’agglomération. Elle avait aussi l’entreprise Saridis, qui mettait au goût du jour des modèles copiés de l’Antiquité, ou les décorateurs à la mode de Kolonaki, qui imitent encore les dernières créations scandinaves. De même, Athènes s’était fait une spécialité quasi exclusive des objets en plastique (85 % des établissements, 90 % du personnel employé en 1969). C’était ici des produits de faible valeur (sacs, jouets, ustensiles ménagers), qui faisaient le maigre gagne-pain des vendeurs ambulants et des infirmes et coloraient les marchés en plein air. Mais dans un pays qui vivait encore dix ans auparavant dans ce domaine à l’âge du cuivre, de la vannerie et du fer blanc, c’est une révolution de pacotille, dont l’initiative athénienne a immédiatement saisi l’intérêt.

45La seconde catégorie d’activités industrielles de la capitale concerne des secteurs d’industries légères, où le degré technique est en général plus poussé que dans les productions de consommation courante. Ici, c’est moins la masse des consommateurs ou la qualité du marché qui explique la prépondérance athénienne que la présence d’une main-d’œuvre plus experte que dans le reste du pays et l’existence de la majeure partie des établissements universitaires, qui fournissent les cadres nécessaires. Le capital athénien en profite pour tirer parti de secteurs plus avancés, où la rentabilité est forte et les débouchés assurés, autant par la consommation locale que par la centralisation des circuits de distribution de la capitale. Il s’agit des industries de mécanique, de l’industrie du papier et de l’imprimerie. Au total, tous ces secteurs réunis rassemblaient, en 1969, 80 000 salariés, le tiers des effectifs industriels de l’agglomération.

46Les industries mécaniques et la construction de machines constituaient de loin le secteur le mieux représenté, malgré la structure très dispersée des entreprises et la dissémination des établissements dans l’espace de l’agglomération. Il s’agissait souvent de produits peu élaborés, qui témoignaient encore de l’ancienne suprématie industrielle athénienne dans une nation rurale. En 1969, la prépondérance de la capitale était encore très marquée pour la fabrication des tuyaux métalliques, de chaînes, la clouterie, les objets émaillés ou en aluminium. Il n’y a pratiquement pas d’industrie grecque de la machine-outil. La plupart des « constructeurs de machines » athéniens étaient en fait des représentants de firmes étrangères, qui assuraient le service après-vente des objets vendus (réparation, stock de pièces détachées). Il n’était guère que la petite réparation navale (chaudières, hélices), qui, à la faveur de la proximité du Pirée, avait fait naître une véritable tradition d’ouvriers métallurgistes qualifiés et d’initiative industrielle. Vransférée aux portes de l’agglomération, à Pérama notamment, elle a laissé un ferment durable.

47La suprématie athénienne est mieux assurée dans la construction électrique et le matériel de transport. Elle s’exerçait ici sélectivement sur les secteurs les plus spéculatifs ou réclamant la plus haute technique. L’industrie de la capitale avait le monopole quasi exclusif de la fabrication des conducteurs électriques (établissements de la rue du Pirée d’Elso et de Viokhalko), des appareils ménagers et professionnels, de type réfrigérateurs, cuisinières électriques, chauffe-eau à accumulation (Izola, Pitsos, Elco-Vagionis). Si l’on met à part la construction navale, que les caractéristiques techniques rapprochent de l’industrie lourde, Athènes jouait un rôle exceptionnel dans le domaine de l’automobile et de la réparation aéronautique. Dans les ateliers d’Ellinikon étaient assurées totalement la maintenance de la flotte aérienne de l’Olympic Airways, création d’Onassis avant sa nationalisation en 1974, et plus exceptionnellement les réparations indispensables aux avions des compagnies étrangères en escale technique à Athènes (900 personnes employées). La Grèce ne disposait pas d’industrie automobile digne de ce nom. Seule, la firme athénienne Viamax assurait le montage sous licence d’autobus Mercédès. En fait, la plupart des grandes marques européennes (Renault, Volvo, Citroën), ont à Athènes de très importantes concessions, qui assurent dans de véritables usines, la réparation, le carrossage de modèles spéciaux (voitures frigorifiques), et le stockage des pièces détachées.

48Dernier type d’industrie liée au marché de consommation autant qu’au centre de décision et à l’environnement technologique : l’imprimerie. Athènes y occupait en 1969 80 % des effectifs industriels du pays, et participait pour 90 % à la valeur de la production. L’imprimerie athénienne restait pourtant dominée par des structures très atomisées : 11 000 personnes employées dans plus de 1 500 ateliers (7 actifs par établissement). À côté de belles usines, capables de produire des livres d’art, et qui travaillaient même pour l’étranger en raison de leur moindre coût (Aspiotis-Elka, Makris), il existait une foule de petites entreprises, vivant d’une ou deux presses, établies dans un sous-sol du centre, ou dans un bâtiment mieux éclairé d’un faubourg.

49On y imprimait dans un grand désordre apparent au gré des commandes, des étiquettes de bière, des boîtes de cigarettes, ou le dernier livre du professeur d’université. Pourtant, ces ateliers d’imprimerie restent assez révélateurs des aspirations et des blocages, des chances et des handicaps de l’industrie athénienne : un secteur qui demande des techniciens qualifiés (dessinateur, photographe), un équipement coûteux et précis, la nécessité d’un environnement intellectuel satisfaisant (commandes des entreprises, de l’Administration, contacts avec les auteurs) et d’une main-d’œuvre experte (typographes souvent recrutés parmi les réfugiés d’Égypte, parce qu’ils connaissent le français, donc l’alphabet latin, anciens mécaniciens de la marine pour le service des machines), mais en même temps une organisation technique rendue précaire par l’exiguïté des locaux, un personnel auxiliaire, souvent féminin, peu compétent, parce que mal payé, un carnet de commandes chaotique, au rythme des saisons, qui entraîne une trésorerie difficile.

50La dernière catégorie d’activités industrielles de la capitale est constituée par les industries de base : la métallurgie, dont la construction navale, le raffinage du pétrole et ses annexes, l’industrie céramique et l’industrie chimique. Toutes ces branches réunies employaient plus de 30 000 salariés dans l’agglomération, mais ne tenaient déjà plus dans le pays qu’une place limitée. Encore convenait-il ici d’ajouter à l’espace propre du Grand Athènes la zone de la baie d’Éleusis, qui regroupe la majeure partie de l’industrie lourde athénienne.

51C’est dans l’industrie céramique, le verre et les ciments, que la capitale joue le rôle le plus négligeable. Il fallait toutefois distinguer les objets de consommation courante – faïence, verrerie –, dont la production était plus concentrée à Athènes, des matériaux de construction lourds beaucoup plus également répartis dans l’espace national. Par un renversement significatif, les grandes firmes de la capitale, qui avaient longtemps assuré sur place l’essentiel de la production grecque de ciment, ont organisé à leur profit le marché national : leurs implantations provinciales complétèrent les exportations à partir des établissements athéniens, les plus productifs, sinon les mieux dotés en personnel.

52C’est dans la métallurgie de base que la régression industrielle de la capitale avait été le plus sensible depuis 1958. Les nouveaux complexes s’installaient en province, notamment l’Aluminium de Grèce sur le golfe de Corinthe, et l’aciérie Tom Pappas à Thessalonique. Pourtant, sur la baie d’Éleusis, s’étaient implantés des laminages à chaud (Elliniki Khalivourguia) et surtout les premiers hauts fourneaux grecs (Khalivourguiki), dont la création en 1948 marque une certaine volonté d’indépendance économique, mais dont la prospérité a toujours été sujette à caution, et l’information, soigneusement distillée, assez contradictoire.

53Au contraire, Athènes renforçait ses positions pour la réparation et la construction navales. Mis à part le chantier du Néorion à Ermoupolis, ranimé pour des raisons de politique insulaire, la capitale regroupait dans ses installations du Pirée et de la baie de Skaramanga-Éleusis la quasi-totalité du potentiel grec. Les implantations les plus importantes sont situées à l’Ouest, dans la baie d’Éleusis. Les Chantiers Navals Helléniques, créés par l’armateur Niarchos pour entretenir la flotte pétrolière du magnat grec tout à côté de sa raffinerie d’Aspropyrgos, pouvaient assurer la réparation de bateaux de 240 000 tonnes et la construction d’unités de 35 000 tonnes. Plus récents (1969), les chantiers navals d’Éleusis, création du groupe de la Banque Commerciale, pratiquaient une politique de prospection beaucoup plus dynamique, notamment vers l’Afrique Noire, qui devait faire d’Athènes un centre puissant de construction navale en Méditerranée orientale.

54La situation du raffinage pétrolier est assez voisine de celle de la métallurgie de base. Longtemps la Grèce a été dépendante de l’étranger pour sa consommation de produits pétroliers. Il faut attendre la mise en route en 1959, et surtout le fonctionnement à plein en 1963, de la raffinerie d’Aspropyrgos, dans la plaine d’Éleusis, pour aboutir à une certaine autonomie. Rachetées à l’Allemagne par l’État, les installations sont vieillies et ne permettent de sortir que des produits de base, souvent de mauvaise qualité. L’exploitation de la raffinerie a été longtemps affermée au groupe Mobil, par l’intermédiaire de Niarchos, qui y voyait un affrètement assuré pour sa flotte de tankers. Ce quasi-monopole de la raffinerie athénienne a entraîné deux séries de conséquences : l’implantation autour d’Asproprygos d’installations industrielles traitant les dérivés de la raffinerie (embouteillage de gaz, notamment Pétrogaz, Agipgaz, Propagaz), la distribution des produits pétroliers dans tout le pays au départ d’Athènes, sur la base de tarifs progressifs avec l’éloignement. La mise en service en 1972 d’unités spécialisées dans la production de lubrifiants à Aghii Vhéodori, près de Corinthe, ne modifiait pas fondamentalement ce schéma géographique. C’est en 1963, la décision de Tom Pappas d’implanter à Thessalonique, avec la collaboration d’Esso, un complexe pétrolier, qui porta un coup décisif à l’exclusivité athénienne. Il s’agissait d’une raffinerie libre, mais en principe le privilège des installations de l’État était protégé : elles avaient une priorité absolue, avec les entreprises sous-traitantes, pour l’écoulement de leurs produits. En pratique, les nécessités techniques et les impératifs économiques conduisaient à un partage de fait de la Grèce : tout le Sud étant alimenté par la raffinerie athénienne, le Nord, à partir de la Thessalie, par celle de Thessalonique. L’augmentation très importante de la consommation de produits pétroliers, notamment dans la capitale, effaçait les conséquences de cette perte de monopole athénien.

55Enfin, la situation de l’industrie chimique illustrait bien les modifications de structure et les ambitions industrielles de la capitale. Pendant longtemps, Athènes a été le seul centre d’industrie chimique de tout le pays. En 1958 encore, la quasi-totalité des établissements et des effectifs industriels de la catégorie est contenue dans l’agglomération. Dix ans plus tard, le tableau change. Au recensement industriel de 1969, Athènes ne comptait plus que la moitié des établissements chimiques grecs, les deux tiers de leurs effectifs de main-d’œuvre. Plus encore, une séparation quasi absolue s’est instaurée entre l’industrie lourde qui s’est implantée en province, et la chimie différenciée, de pointe même, dont la capitale se fait une spécialité.

56Au cours des années soixante, tous les grands complexes chimiques se sont implantés en Macédoine. Au contraire, la région athénienne a renforcé ses positions notamment pour les produits cosmétiques (Colgate-Palmolive, 1962, Beiersdorf Hellas, 1968) et surtout l’industrie pharmaceutique (Remek, 1959, Pfizer Hellas, 1960, Spessifar, 1967). Plus encore, les entreprises grecques se sont associées étroitement dans ce domaine avec des laboratoires étrangers, Famar avec Abbott (U.S.A.), Cooper avec Cooper Melum, Specia et Logeais (France), pour fabriquer sous licence des médicaments de synthèse. Chez Cooper, la production était réalisée dans des conditions techniques de grande efficacité (chambres stériles, dosages micro-électroniques), et une partie en était exportée au Moyen-Orient. Avec ces techniques de pointe encore rares dans l’agglomération, Athènes profilait en fait son nouveau visage : métropole industrielle, elle entend l’être de plus en plus par l’implantation d’établissements de technologie avancée, ou par la commande du développement économique du pays.

III – Le centre de services

57Plus encore que métropole industrielle, Athènes est un immense centre de services, qui fonctionne non seulement au profit de ses habitants, mais de la Grèce tout entière, et même de la foule des touristes qui visitent le pays. C’est l’aspect le plus visible de la capitale : la concentration des commerces, des services spécialisés, des grands hôtels, des compagnies aériennes dans un triangle limité par les rues Akadimias, Piréos et Ermou, matérialise cette puissance, au point de la faire paraître exclusive au visiteur. C’était, il est vrai, en 1969, près de 272 000 personnes qui étaient employées pour la seule agglomération, dans le commerce et l’hôtellerie, les transports et les communications, la banque et l’assurance et les autres services (loisirs, coiffeurs, teintureries), soit plus de 40 000 que l’ensemble du secteur industriel et artisanal. Pour apprécier la place d’Athènes, il faut souligner que la capitale employait alors 44 % des effectifs totaux de la Grèce engagés dans les activités énumérées précédemment.

Le commerce athénien : qualité et quantité

58Contrairement à la production industrielle, dont l’évolution montrait la contraction géographique, les activités commerciales connaissaient un essor beaucoup plus généralisé. Il témoignait de la diffusion relativement fine d’un développement économique, qui, pour rester très inégal et limité à la consommation, n’en était pas moins évident.

59Quelles que soient les exagérations des classifications statistiques et l’hypertrophie fragile, et sans doute éphémère, de cette éclosion commerciale, elle montrait que des catégories très défavorisées, qui vivaient naguère en régime de semi-autarcie, accédaient aux consommations commercialisées. C’était les régions les plus isolées et les plus déshéritées (Épire, Macédoine montagneuse), qui connaissaient les progressions relatives les plus importantes. Au contraire, des régions traditionnellement mieux équipées, commençaient à souffrir de la restriction absolue de leur clientèle, même si son pouvoir d’achat augmentait : leurs effectifs commerciaux avaient tendance à stagner, voire même à décliner. C’était le cas du Péloponnèse méridional et du monde insulaire, Crète exceptée. La régression était plus prononcée encore pour le commerce de gros : elle témoigne donc d’une atteinte fondamentale (le grossiste est plus vulnérable que le petit boutiquier qui s’adjoint des ressources annexes, notamment agricoles), mais aussi d’une mainmise croissante des circuits athéniens en Grèce méridionale. L’amélioration des communications et des moyens de transport permettait aux commerçants provinciaux de louer un camion et de s’approvisionner directement auprès des grossistes de la capitale.

60L’importance croissante du commerce de gros athénien qui en résulte était le second fait notable dans l’évolution. Elle renforçait les positions acquises de l’agglomération, qui étaient déjà considérables. L’implantation des grossistes dans la capitale montrait les caractéristiques du centre commercial athénien. Comme pour la production industrielle, la prédominance de la capitale s’exerçait beaucoup plus sur les consommations de qualité (tissus, habillement, meubles), ou de prix élevé (machines, voitures) que sur les produits courants (alimentation, boissons). Il fallait faire une mention spéciale pour les grossistes en matières premières pondéreuses, et les produits semi-finis, matériaux de construction et bois exceptés, dont l’importance était à mettre en rapport avec le complexe industriel athénien et surtout les importations par le port du Pirée.

61Les mêmes tendances générales se retrouvaient au niveau du commerce de détail. Elles étaient ici essentiellement révélatrices de la société athénienne, de ses besoins et de ses aspirations, encore que les boutiques de la capitale attirent une clientèle de passage (souvenirs pour touristes), ou s’attachent même une pratique provinciale, plus fidèle, pour des consommations spécialisées (mode féminine, orfèvrerie). La suprématie athénienne était plus exclusive encore pour les grands magasins à rayons multiples. Aux entreprises traditionnelles localisées dans le centre s’ajoutaient dans les nouveaux quartiers résidentiels périphériques des supermarchés alimentaires ou des magasins à succursales multiples. Leur implantation dans la ville, comme leur type de vente, correspondait au développement des classes moyennes dans la capitale : entre la boutique à tout vendre du village (pantopolion) que l’on retrouve dans les quartiers populaires et le magasin de luxe du quartier bourgeois (Kolonaki), ils ont représenté un véritable stade d’assimilation urbaine, sociale et économique.

Transports, communications, hôtellerie : trois supports matériels du rayonnement athénien

62De façon un peu insolite, il faut regrouper trois secteurs d’activité, les transports, les communications et l’hôtellerie, qui occupaient 66 000 personnes en 1969, beaucoup plus que le commerce de gros (48 000 actifs) et près des quatre cinquièmes des effectifs du commerce de détail. En fait, ils sont inséparables des flux d’hommes, de matières et d’idées qu’ils supportent et qui les justifient, les transports et les communications, du rôle d’Athènes comme capitale économique et porte d’entrée du pays, l’hôtellerie, du mouvement touristique. Ils apparaissent dans l’espace de l’agglomération et dans ses structures d’emploi, comme la matérialisation du rayonnement de la capitale.

63Athènes est d’abord, et avant tout, une ville de la route. Pour soutenir ce que cette affirmation pourrait contenir de paradoxe pour le lecteur nourri de réminiscences antiques ou de souvenirs d’arrivée au Pirée, il faut rappeler quelques faits : la part écrasante jouée par l’autobus dans les transports urbains, la prépondérance croissante de la route sur le rail dans le transport des marchandises et des voyageurs en Grèce continentale. Athènes est au centre – ou plutôt à l’extrémité vu la configuration géographique du pays – d’une gigantesque toile d’araignée dont les fils directeurs convergent vers elle. Cette situation est justifiée d’abord par la présence des deux troncs routiers les plus importants et les plus modernes du pays – Athènes-Thessalonique, sur lequel se greffent les routes vers les Balkans et l’Europe centrale, vers la Bulgarie et la Turquie, Athènes-Patras qui reçoit les flux de la Grèce nord-occidentale, et au delà, de l’Europe de l’Ouest par les ferries d’Ancône et de Brindisi. Elle l’est plus encore par les dispositions juridiques, qui permettent à chaque préfecture d’entretenir des transports routiers directs avec la capitale : ces « caisses communes d’exploitants d’autobus » (KVEL), constituées dans le cadre départemental sur le modèle coopératif, permettent à chaque nome de s’imaginer entretenir des relations privilégiées avec la capitale, et à Athènes, de constituer à moindre frais les bases de son pouvoir d’attraction provinciale : assez curieusement pour cette métropole centralisatrice, les transports routiers de voyageurs n’occupent dans l’agglomération que de faibles effectifs, sans commune mesure avec le trafic réel de voyageurs et d’autobus qui passent par l’agglomération. C’est déjà un signe révélateur d’une capitale qui est faite par et pour des provinciaux. La concentration des autobus interurbains, si elle ne gonfle pas outre mesure les structures de l’emploi, cause de sérieux problèmes de circulation dans une agglomération déjà saturée par ses activités propres. Longtemps regroupées par secteurs au centre de la ville, autour de petites places, où les cafés, tenus par des pays, étaient des points d’ancrage pour les provinciaux fraîchement débarqués, les têtes de ligne ont été transférées à la périphérie, le long du Céphise, dans un vaste hall bruyant, poussiéreux et anonyme, pour les autobus du Péloponnèse. Mais en dépit des études des aménageurs, Athènes paraît toujours dans l’attente de gares routières, dignes de son attraction nationale.

64Les transports routiers de marchandises, dont les flux sont tout aussi concentrés, échappent au privilège des monopoles départementaux. Ils font naître dans l’agglomération une multitude d’entreprises. Vous les chiffres ne donnent qu’une faible mesure de la circulation réelle des marchandises à partir d’Athènes et vers Athènes.

65Avec les transports maritimes et aériens, la réalité du pôle de circulation athénien transparaît dans les structures de l’emploi. E. Kolodny a montré dans sa thèse la diffusion des lignes maritimes intérieures à partir du Pirée. Échappent seuls à cette concentration du grand port grec les trafics d’intérêt local, les liaisons obligées entre les deux parties continentales de la Grèce (le bac de Rion à Antirion, dans l’attente toujours différée d’un pont maritime sur le golfe de Corinthe, unit Athènes et le Péloponnèse à l’Étolie-Acarnanie et à l’Épire), la majeure partie enfin des lignes de car-ferries d’Europe occidentale (Brindisi ou Ancône à Igouménitsa ou Patras). Contrairement à la concentration du trafic routier, le transport maritime fait vivre dans l’agglomération, notamment autour du Pirée, un grand nombre de personnes, en raison même des nécessités techniques et économiques : équipement portuaire, ravitaillement de soute et de bouche, affrètement. Si les effectifs sont beaucoup moins nombreux pour le transport aérien, la concentration dans la capitale est du même ordre : la réalité des trafics intérieur et international se joint ici aux exigences techniques pour faire d’Athènes la plaque tournante aérienne du pays.

66Enfin, Athènes est le premier centre de télécommunications du pays. Grâce à de très importants relais, situés en Grèce Centrale (la station de communications par satellite des Thermopyles, l’émetteur à ondes courtes de Dramési, en Béotie), la capitale était à même d’assurer – très précocement avant le développement explosif des téléphones mobiles dans les années quatre-vingt-dix – un trafic très dense dans de bonnes conditions techniques. En 1967, au lendemain du putsch des colonels, une seule section de traducteurs constitués par des appelés de bonnes familles athéniennes, a pu contrôler l’ensemble des télécommunications grecques, à partir de l’immeuble de l’O.V.E. à Patissia.

67L’hôtellerie athénienne est un autre support matériel du rayonnement athénien. Les hôtels traditionnels du Pirée ou d’Omonia, réservés aux provinciaux de passage, qui louaient un lit pour la nuit, se sont modernisés pour répondre aux exigences des hommes d’affaires ou des solliciteurs de l’administration athénienne : le séjour dans la capitale peut n’être plus une corvée nécessaire, mais une occasion de goûter au confort. Les hôtes étrangers de marque se voient maintenant proposer à côté des stucs dorés du Grande Bretagne les lignes pures du Hilton, fréquenté par les équipages des compagnies aériennes et les participants des congrès internationaux. Quant à la foule des touristes anonymes, elle a le choix, selon ses moyens et ses goûts, entre les hôtels modestes, souvent inconfortables, des petites rues du centre, notamment autour de la cathédrale, les usines à coucher de verre et de béton, qui se sont érigées un peu partout sur les grandes artères et les complexes de semi-vacances construits en bordure de mer. En fait, l’hôtellerie athénienne est en bout de chaîne d’une série d’activités, qui consiste à transporter les gens, à les tenir informés et à les loger. C’est l’aspect externe de l’attraction de la capitale.

Les services spécialisés : l’appareil de l’impérialisme athénien

68La localisation à Athènes de services très spécialisés dépasse par sa signification les activités précédentes. Dans le meilleur des cas, la présence d’équipements commerciaux suscite la création d’un réseau de distribution (commerce de gros), ou une attraction qui dépasse la zone normale de chalandise (commerces de produits rares). Les transports et l’hôtellerie assurent le drainage et l’accueil de flux humains plus ou moins importants. Mais avec des effectifs beaucoup plus légers, certains établissements (banques, bureaux d’études, sièges sociaux) réalisent un contrôle complet et profond sur la vie du pays. Il ne s’agit plus seulement d’attraction matérielle, mais de domination spirituelle, qui s’exerce sur les mentalités (presse, théâtre), la richesse des gens (drainage des capitaux, politique d’investissement), et donc leur façon de vivre. Ces services spécialisés rejoignent en fait par leur rôle la concentration à Athènes de la gestion des affaires publiques, dont nous avons déjà montré l’importance.

69Tout cet appareil de l’impérialisme athénien est difficile à connaître. Si l’initiative des industriels est facilement identifiable en province et inséparable du rôle d’Athènes comme capitale économique, si le drainage de la richesse provinciale par la banque athénienne est un mécanisme majeur de la croissance, qu’il est possible de quantifier, il est plus malaisé de mesurer, en l’absence d’enquête particulière, les effets d’un bureau d’études, de la diffusion de la presse ou de l’imposition de modèles culturels. Il faut souvent se limiter dans ce domaine à leur traduction matérielle, sans espoir d’apprécier leur influence réelle. Encore, un recensement exhaustif de tous ces services spécialisés est-il impossible. Au gré des statistiques existantes, on s’aperçoit ainsi qu’en 1969, Athènes jouissait d’un monopole quasi exclusif, pour les agents de bourse (163 personnes employées sur 179 dans le pays, les bureaux de publicité (1 060 personnes sur 1 160), les entreprises d’organisation et de conseil (351 personnes sur 377). À cet égard, l’enseigne de la « Litton Benelux SA », société de conseil américaine, qui a longtemps brillé sur les balcons d’un immeuble de luxe de la Place Syntagma, marque autant l’emprise onéreuse et inefficace des « marchands de développement », que le contrôle qu’Athènes exerce sur eux, au titre d’intermédiaire obligé. Depuis, l’immeuble de Deloitte & Vouche sur l’avenue Kiphissias marque à la fois la pérennité de ces fonctions directionnelles et l’étirement du centre vers le nord de la capitale. En matière d’informatique enfin, le pouvoir de la capitale était absolu : en 1969, elle possédait les deux seuls bureaux de calcul électronique du pays (57 employés). En 1970, selon une autre source, Athènes avait 63 des 65 ordinateurs de la Grèce et leur capacité était écrasante : ils représentaient 3 470 unités de calcul sur 3 500 en Grèce. Lente dans l’immédiat après-guerre (le premier ordinateur a été installé à Athènes en 1947), la progression des calculateurs électroniques s’est considérablement accélérée dans les années soixante : en 1972, les exportations américaines d’ordinateurs et de machines à calculer vers la Grèce étaient en augmentation de 40 %. Il y avait en Grèce un impérialisme naissant de l’ordinateur, dont le dynamisme est parfaitement révélateur de la mainmise des intérêts étrangers sur l’économie du pays, et du rôle de commande locale qu’Athènes exerce dans cette stratégie mondiale.

70En matière d’emprise intellectuelle, la part de la capitale est plus difficilement appréciable. L’indice le plus aisément mesurable est la diffusion de la presse. Là encore, on doit se limiter à des caractéristiques externes, quand il faudrait atteindre les processus de formation de l’opinion. Les journaux athéniens jouissent d’une écrasante supériorité : ils représentaient, en 1970, 88 % du tirage des quotidiens politiques publiés en Grèce (200 millions d’exemplaires distribués), 90 % des journaux sportifs, la totalité des magazines périodiques. Seule la presse politique de Thessalonique (10 % environ du tirage grec, avec Makédonia notamment) parvenait à asseoir son emprise régionale en Macédoine, sans pour autant limiter la diffusion des journaux de la capitale. Il s’agit moins d’ailleurs de dessiner des zones d’influence : dans toute la Grèce, l’arrivée des journaux athéniens, par le car, l’avion ou le bateau, annonce les « évènements » (ta guégonota, dont sont friands les vendeurs ambulants pour allécher le petit peuple), oriente et suscite les commentaires. Ainsi se marque la double influence de la presse athénienne : la formation de la pensée politique dans le pays, à usage de la classe moyenne de la capitale et des notables provinciaux, la diffusion pour les masses populaires des modes de vie stéréotypés d’influence occidentale.

71La même emprise de la capitale se retrouverait pour d’autres moyens de pression culturelle : la radio et la télévision, malgré la dispersion des émetteurs régionaux – ou grâce à elle –, le cinéma, avec la production exclusive des films nationaux et la sélection des ouvrages importés, le théâtre avec la très grande majorité des salles et des acteurs. À cet égard, le Festival d’Athènes est chaque année, dans le cadre restauré de l’Odéon d’Hérode Atticus, l’occasion d’affirmer aux yeux de l’élite nationale cultivée et des hôtes de passage, l’immortalité du message hellénique (tragédies et comédies antiques) et l’ouverture du pays aux courants mondiaux (représentations de troupes internationales). C’est saisir de façon synthétique la double vocation souvent contradictoire du centre culturel athénien : l’offre du spectacle unique, et donc imposé, l’ouverture, donc la perméabilité, aux influences étrangères. Là encore, comme pour la création littéraire, il faudrait se livrer à une analyse de contenu des œuvres, qui dépasse notre propos, sinon nos compétences. Il n’est guère que le domaine musical, qui ait donné lieu à un effort de réflexion sur le rôle culturel de la grande ville grecque. Le disque et surtout la radio, puis le transistor, ont entraîné la disparition de la vieille chanson populaire rurale (musique « démotique » ou folklorique) au profit de la musique « laïque », d’origine urbaine (cf. le succès du bouzouki). Un des mérites de Vhéodorakis est d’avoir uni dans son œuvre les deux trames de la culture urbaine de la Grèce contemporaine : la poésie et la musique laïque. Son succès dans toute la Grèce, y compris dans les milieux réactionnaires, malgré les pressions du gouvernement sous le régime des colonels (1967-1974), témoigne de la création d’une culture, dont Athènes est tout à la fois le creuset et le moyen de diffusion. Dans ses aspects les plus profonds, la ville cesse ainsi d’être un service supérieur pour ses habitants ou l’espace qui l’entoure, pour devenir l’expression de la civilisation tout entière.

IV – La porte d’entrée du pays

72Au cours des développements précédents, un thème est apparu plusieurs fois : Athènes est un énorme pôle de consommation de produits finis importés, c’est une métropole industrielle qui manque de matières premières et de machines, c’est un point de concentration de touristes et des influences étrangères en Grèce. Ces exigences ou ces chances ont fait d’Athènes la porte d’entrée de la Grèce. C’est un fait majeur, qui ne constitue pas une fonction particulière de la capitale, mais imprime sa marque à toutes ses activités. Concrètement, il s’exprime par la présence dans l’agglomération du port du Pirée et, jusqu’au printemps 2001, de l’aérodrome d’Ellinikon.

Le Pirée : port athénien et emporium grec

73Le Pirée est d’abord un ensemble d’installations très importantes au sud-ouest de l’agglomération. Totalement détruit pendant la retraite allemande, le port est reconstruit à partir de 1945, grâce à l’aide américaine, et on ne cesse pas d’étendre ses dimensions : création à l’Est en 1962, du petit mouillage de plaisance du Delta, en baie de Phalère, mise en chantier d’une digue pour la protection du port de Pérama, à l’Ouest. Actuellement, Le Pirée étire ses installations sur un front de 15 kilomètres. En fait, la majorité des activités est encore concentrée dans le port principal, qui s’insère profondément dans la ville entre la péninsule du Pirée au Sud, et la banlieue de Drapetsona au Nord ; les équipements s’y pressent sur quelque sept kilomètres de quais, associant étroitement dans l’espace le trafic voyageur des lignes extérieures et intérieures, le transbordement et le stockage des marchandises variées. À l’Est, les installations sont réservées aux bateaux de plaisance ou aux barques de pêche (Néa ou Passa Limani, Munichie ou Turko Limani), sans compter le mouillage en baie de Phalère pour les grandes unités et les paquebots de fort tonnage. À l’Ouest, se succèdent les ports marchands : l’anse de Foron, qui fut longtemps port de la Lipasmata (produits chimiques, verre), l’anse de Drapetsona pour le dépôt d’hydrocarbures (Mobil, Fina) et l’approvisionnement de la cimenterie ; le port d’Héraklès, protégé par deux jetées, a des activités moins spécialisées ; plus à l’Ouest encore, la rade de Pérama accueille les bateaux de pêche, les tankers pour les dépôts d’hydrocarbures Shell et Elvyn et abrite de petits ateliers de réparation navale. Enfin, le môle d’accostage pour grands pétroliers de la baie d’Éleusis complète cette gamme d’équipements et permet l’alimentation en brut de la raffinerie d’Aspropyrgos.

74Le mouvement des navires privilégie le trafic intérieur, mais le tonnage des unités rétablit une prééminence absolue pour les lignes extérieures. Ces déséquilibres ressortissent à des différences essentielles dans la structure du trafic : prédominance des cargos pour les mouvements extérieurs, des paquebots pour les mouvements intérieurs. Depuis 1965, ces tendances structurelles s’accentuent : sur les lignes de l’étranger, le trafic de paquebots fléchit sensiblement, tandis qu’il augmente considérablement sur les lignes intérieures. C’est la conséquence de l’introduction très rapide sur les lignes insulaires de car-ferries, dont E. Kolodny a montré l’importance économique et humaine pour le désenclavement des îles de l’Égée. Mais toutes ces modifications, qui marquent profondément la vie des hommes, le paysage et l’atmosphère du port, affectent finalement peu sa réalité économique, qui est d’être la principale entrée des biens de consommation et des matières premières de la Grèce.

75Cette tendance est d’autant plus accentuée que la fonction de redistribution du Pirée en Méditerranée est quasi nulle. Elle est plus importante pour le ravitaillement des navires, mais c’est moins la position privilégiée du port entre les deux bassins de la Méditerranée qui l’explique que l’escale obligée pour décharger les marchandises. À l’image de l’agglomération qui le justifie, Le Pirée est un port sans situation dont le destin est lié à l’économie athénienne et grecque en général.

76Sur les lignes internes, le trafic de marchandises est plus équilibré : chargement de produits industriels, de machines, de denrées alimentaires, déchargement de matières premières et de combustibles minéraux. Mais il est plus intéressant de souligner l’importance des flux intérieurs dans le trafic des passagers : porte de la Grèce ouverte aux courants mondiaux de marchandises, Le Pirée n’est plus qu’une gare maritime régionale pour les îles de l’Égée. Les touristes en provenance de l’étranger ne constituent désormais qu’une clientèle marginale. Les lignes régulières avec l’Amérique du Nord et l’Australie se sont longtemps survécues, rappelant le rôle du port dans l’émigration grecque transocéanique, mais leur sort fut inséparable du grand mouvement, qui tourne les migrants vers les usines de la Ruhr plus que vers les réussites aléatoires dans les villes américaines. Au contraire, le trafic intérieur de voyageurs, en constante augmentation, confirme la double vocation d’un port intimement lié à l’agglomération athénienne : il en nourrit les exigences en produits finis importés, les besoins en matières premières et en machines, tandis qu’il draine et redistribue les biens et les hommes à travers un monde insulaire, qui est plus que jamais une dépendance de la capitale.

L’aérodrome dans la ville ou le monde au bout des ailes

77Plus encore que le port du Pirée, l’aérodrome d’Ellinikon matérialisait encore par sa situation, jusqu’à son remplacement, très récent (mars 2001), par la plate-forme aéroportuaire de Spata, dans la plaine du Mésogée, l’intime confusion entre Athènes et la porte de la Grèce. La poussée urbaine au pied de l’Hymette et en bordure de mer, au sud-est de l’agglomération, avait complètement encerclé les pistes. L’avion faisait partie du décor de la ville : la circulation qui s’arrêtait naguère sur la route du Sounion, quand l’abondance du trafic obligeait à utiliser la piste transversale pour les D.C. 3 des lignes intérieures, les lourds Boeing 747 qui prenaient leur virage sur les immeubles de Phalère, les jets qui atterrissaient au ras des terrasses de Glyphada. Depuis les années soixante-dix, on parlait de l’aéroport de Spata, qui a transféré le trafic à la périphérie de l’agglomération. Mais pendant trente ans, Ellinikon a crû et embelli : atelier de réparation pour la flotte aérienne d’Olympic Airways, nouvelle aérogare très moderne aménagée à l’est des pistes, tandis que l’ancienne était réservée au trafic intérieur et à la compagnie nationale.

78Cette extension des installations est à la mesure d’un trafic, dont la croissance s’explique par la conjonction de trois facteurs : le désenclavement de la Grèce par rapport au monde, la montée du tourisme étranger, la position d’Athènes sur les routes aériennes internationales. Contrairement au port du Pirée, dont la situation est médiocre, Athènes est une plaque tournante dont les réseaux montrent l’importance. Pour les moyens courriers, en provenance d’Europe occidentale, c’est une escale technique et une possibilité de compléter ou de renouveler les passagers à destination du Moyen-Orient : de là, les vols divergent vers Istanbul et Ankara, Véhéran, Vel Aviv, Le Caire, Dharan et Djeddah (Arabie Saoudite). Ces relations suivies encouragent les industriels grecs et étrangers établis en Grèce à développer leurs affaires au Moyen-Orient, et augmentent d’autant le remplissage des appareils. Pour les longs courriers, Athènes représente la pointe avancée de l’Occident, où l’on révise une dernière fois les mécaniques, où l’on échange les équipages, avant de s’engager vers les routes de l’Extrême-Orient (Shanghaï, Vokyo, Nouméa, et plus loin Los Angeles), ou de l’Afrique orientale (Addis-Abeba, Dar-el-Salam). Cette situation explique l’encombrement du ciel athénien et l’importance du trafic.

79Deuxième fait : l’avion a désenclavé le pays. Après la deuxième guerre mondiale, la Grèce est encore à l’extrémité de l’Europe, donc du monde « civilisé », au bout de méchantes routes, au terme de traversées maritimes souvent mouvementées, ou d’un périple ferroviaire aventureux (l’Orient-Express). Athènes est aujourd’hui à trois heures de Paris, à sept heures de New York. L’aéroport devient le reflet de la vie du pays, où le reporter est toujours à l’affût du dernier cliché qui paraîtra dans les journaux athéniens du lendemain : le banquier qui s’envole pour Londres ou Vokyo, le visiteur de marque – homme politique ou star à la mode – qui arrive en Grèce, l’exilé qui la quittait, pendant la dictature, avec la complicité plus ou moins évidente des autorités. Pour les familles, qui viennent accompagner ou attendre l’ami installé à l’étranger, le fils qui poursuit ses études en Europe, le parent qui consulte le médecin suisse, s’agglutiner sur les terrasses de l’aéroport, à suivre les appareils qui décollent pour les quatre coins du monde, c’est déjà partir un peu. Pour un petit pays, qui s’est toujours senti physiquement isolé, mais dépendant politiquement et économiquement, l’avion est un lien de vie incomparable. Le trafic se ressent de ces données. Enfin, le mouvement touristique contribue à gonfler très fortement le trafic aérien athénien. Il ne se limite pas certes à cet aspect, mais c’est un facteur déterminant de l’activité aéroportuaire.

80Cette concentration du mouvement touristique à Athènes ne s’explique pas seulement par la facilité des communications, l’activité des agences grecques ou étrangères, la capacité d’accueil de l’hôtellerie athénienne déjà évoquée. Pour la quasi-totalité des visiteurs du pays, la Grèce c’est d’abord Athènes, point d’entrée s’ils arrivent par avion, point de passage obligé, s’ils entraient par le Nord (route de terre par la Yougoslavie et Evzoni) ou par l’Ouest (route de mer par Igouménitsa ou Patras). L’Acropole est de très loin le premier site archéologique fréquenté devançant Delphes, Olympie, et un autre pèlerinage rituel du périple athénien : le sanctuaire de Poséïdon au cap Sounion. De même, le Musée National archéologique, avec les célèbres masques d’or mycéniens, est le plus visité de Grèce. Aux autres curiosités archéologiques (la Stoa d’Attale, le Vhiseïon, les colonnes de Zeus olympien), s’ajoutent pour l’étranger les ressources du Festival d’Athènes, les bains à Glyphada ou à Vouliagméni, les tavernes typiques recommandées par les guides touristiques, les soirées au bouzouki, les achats dans les boutiques de la rue du Stade ou au bazar de Monastiraki, sans compter l’atmosphère rassurante de la grande ville : croyant s’aventurer en Orient, le touriste moyen découvre avec soulagement que la Grèce c’est encore l’Occident avec une touche de culture, un brin d’exotisme (le souvlaki et la tiropita – brochette de viande et pâté au fromage), et surtout beaucoup de soleil et la mer. Dans cette révélation, Athènes est tout à la fois le mythe et la réalité : le mot n’a pas perdu son pouvoir d’évocation et la ville restera pour beaucoup l’introduction unique à la Grèce contemporaine.

81Au terme de ce long chapitre, le lecteur pourrait se demander si nous avons tenu notre choix liminaire : la richesse athénienne mesurée par la puissance des sociétés de la capitale ou son pouvoir de commandement politique, la création d’une culture urbaine, l’ouverture sur le monde extérieur paraissent des thèmes, qui dépassent l’espace concret de l’agglomération, pour s’identifier à son aire d’influence. Cette distinction classique, qui privilégie la « capitale économique » sur la « métropole régionale » n’est pas valable à Athènes. Ce qui caractérise le pôle de développement athénien, c’est la coexistence dans l’espace urbain de la décision, de l’action qui en dépend, de la majorité des conséquences qui la suivent. S’il y a un impérialisme athénien, c’est d’abord à Athènes qu’il s’exprime dans ses formes les plus matérielles (production et consommation industrielles) comme les plus relevées (création et vulgarisation de la culture, point de contact entre la Grèce et le monde extérieur). Cette liaison intime entraîne aujourd’hui pour l’agglomération, demain pour la région urbaine, une confusion presque totale entre la réalité de la ville et le développement du pays : pour paraphraser le poète, on pourrait écrire que : la Grèce n’est plus en Grèce, elle est toute à Athènes.

Notes

1 Le rapport s’écrit « ps x PV/PS x pt » où ps représente la population active d’Athènes et PS de la nation, dans la catégorie étudiée, pt et PV la population totale de la capitale et de la Grèce.

2 L’approche ne recoupe qu’imparfaitement la distinction, classique depuis Gunnar Alexanderson, entre la fraction de la population urbaine, qui travaille pour le service intérieur des habitants de la ville, et la population active « basic » (auteurs anglo-saxons), « fondamentale » (Beaujeu-Garnier), ou simplement « fonctionnelle » (Chabot), qui est censée travailler pour une clientèle extérieure. Certes le rapport élevé obtenu à Athènes pour les cadres du secteur public, par exemple, laisse entendre qu’il s’agit là d’une activité d’intérêt national. On voit aisément que le raisonnement n’est pas applicable pour le secteur du bâtiment et des travaux publics : la prédominance athénienne signifie ici une demande interne particulièrement forte. Au demeurant, on peut se demander si l’« analyse dichotomique des fonctions urbaines » (Derycke), repose encore sur un fondement théorique valable, compte tenu des tendances actuelles de l’urbanisation : outre les artifices de calcul et les jongleries catégorielles qu’impose l’application de la méthode, il faut admettre en effet que les fonctions exportatrices de la ville sont à l’origine d’effets multiplicateurs et constituent le moteur de la croissance urbaine, donc son critère de discrimination principale. Il est pourtant évident qu’à partir du moment où les espaces urbains rassemblent la majorité des hommes, où ils se diluent dans les espaces ruraux ou les intègrent, ces fonctions internes rejetées parce que non « basic », deviennent le principe même de l’urbanisation et de son explication. Plus concrètement, la présence dans la ville d’un service rare témoigne autant, sinon plus, du type de société urbaine qu’on y trouve que de l’extension de sa zone d’influence. Cette critique radicale du rôle fonctionnel de la ville, ou mieux son dépassement, est à rapprocher des considérations sur sa signification régionale que nous faisions au début de ce chapitre : l’urbanisation généralisée condamne l’opposition spatiale ville-région, comme elle enlève de son sens économique et social à la classique notion de fonction.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search