Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Première partie. La capitalisation urbaine 1950-1970

Chapitre premier. Athènes, capitale démographique tentaculaire

Texte intégral

1Officiellement, au 17 mars 1991, date du dernier recensement général de la population grecque, « l’agglomération urbaine de la capitale » atteignait 3 096 775 habitants. Nous verrons que cette définition statistique recouvre de moins en moins la réalité spatiale de la ville. Mais le plus important est de constater l’extraordinaire dynamisme démographique d’Athènes, même limitée à ces frontières arbitraires. En quarante ans, la capitale a plus que doublé son volume dépopulation (1 378 586 en 1951) ; en dix ans, de 1961 à 1971, elle a gagné près de 700 000 habitants (1 852 709 en 1961), soit plus que ne représentaient ensemble en 1971 les deux autres grandes agglomérations du pays : Thessalonique (550 563 habitants), Patras (119 956). Son rythme de croissance, déjà soutenu pendant la décennie 1951-1961, s’est encore accéléré entre 1961 et 1971, avant de se ralentir seulement après 1981. Or cette concentration humaine, remarquable par son importance et son dynamisme, survient dans un petit pays à démographie vieillie. La Grèce comptait 10 264 156 habitants en 1991, 7 632 801 quarante ans auparavant. La croissance démographique qui n’était que moyenne entre 1951 et 1961 s’est encore ralentie au cours des années suivantes. Bref, la capitale passe après la guerre du sixième à un peu moins du tiers de la population totale, qui a tendance à stagner. Nous nous réservons de traiter de façon synthétique au chapitre VIII les deux composantes de ces dynamismes contraires : croissance naturelle et mouvements migratoires. Dans cette exposition liminaire, la question est d’apprécier à différentes échelles la place de l’accroissement démographique athénien : son rang parmi d’autres métropoles mondiales, sa situation par rapport au reste du pays et aux villes grecques, sa position enfin dans la région-capitale. Il va sans dire que la période ici privilégiée pour ces repères, 1951-1971, est en grande partie artificielle, mais correspond aussi à la haute croissance urbaine. Si 1950 marque grossièrement la fin de la guerre civile qui a succédé aux hostilités mondiales, il faut attendre 1953, et la dévaluation massive de la drachme, pour conclure la fin de la reconstruction et annoncer le début d’un essor économique, qui permet au pays de décoller. 1950-1970, le principal mérite de la période est de correspondre à l’accélération du rythme urbain, encadrée par deux recensements de population (1951, 1971). Au demeurant, peu importe : dans une trajectoire ascensionnelle, un point n’a jamais défini le mouvement, mais deux traduisent, sinon la position exacte, du moins le sens et la vitesse du phénomène.

I – Athènes et les autres métropoles mondiales : une situation originale

2Sans nous attarder sur une étude statistique exhaustive, il a semblé intéressant de replacer, de façon systématique, la croissance athénienne dans les agglomérations mondiales de même importance.

3Athènes apparaît occuper une position originale dans une série d’une centaine d’unités urbaines réparties dans une cinquantaine de pays.

L’unité des capitales méditerranéennes

4Les villes des pays sous-développés, représentées par les agglomérations latino-américaines, d’Asie Centrale, accessoirement d’Afrique Noire connaissent entre 1950 et 1970 un accroissement annuel supérieur à 4 % et beaucoup plus souvent encore à 6 %. À l’autre extrémité, les villes d’Europe occidentale et centrale ne croissent plus que très lentement (moins de 1 % en général) ou sont même en stagnation (Londres, Berlin, Vienne). Entre ces deux types, les agglomérations du Nouveau Monde, caractérisé par la jeunesse et la rapidité de l’essor économique (Amérique du Nord, Australie, Japon, U.R.S.S.), oscillent entre la croissance lente et l’explosion démographique, au gré des conditions régionales de chaque pays.

5Entre ces types, qui reflètent essentiellement des différences historiques et des inégalités de développement économique, Athènes occupe une position intermédiaire, justifiée à la fois par la jeunesse de l’agglomération et le niveau économique du pays. Avec 3 % de croissance annuelle moyenne entre 1951 et 1971, la capitale grecque se situe à égal chemin des métropoles d’Europe occidentale (Londres, Hambourg, Bruxelles), et des grands monstres urbains latino-américains (Mexico, Sao-Paulo). Au-delà de cette constatation, un fait mérite attention : la remarquable unité des capitales des péninsules méditerranéennes. Avec une population comprise entre 2,5 millions et 3 millions d’habitants, Rome, Athènes et Madrid connaissent des taux d’accroissement sensiblement égaux au cours des décennies de référence (respectivement 2,8 %, 3 % et 3,3 %). Si on fait le tour du bassin méditerranéen élargi, on s’aperçoit que ce taux moyen se retrouve dans la plupart des pays avec un gonflement à mettre en rapport avec le niveau économique général : 4 % à Casablanca, Alger et Le Caire, 5 % à Istanbul. En s’attachant aux péninsules méditerranéennes, dont la situation est la plus comparable, le plus significatif est la prime donnée à la capitale politique du pays. La Grèce mise à part – nous y reviendrons –, où Athènes est la seule agglomération millionnaire, le phénomène fait pièce aux images classiques des villes italiennes ou espagnoles : les pôles de développement économique, Milan et Barcelone, n’atteignant pas 2 % (1,6 et 1,9 % respectivement) ; symbole de la métropole méditerranéenne bouillonnante, Naples est encore plus bas (1,4 %). Si les capitales méditerranéennes occupent donc une place régulière dans la hiérarchie urbaine mondiale, leur originalité apparaît mieux quand on les insère dans leur environnement national ou régional.

Une croissance dissymétrique

6Cette unité ressort plus encore quand on compare la croissance de la ville millionnaire la plus importante de chaque pays avec l’accroissement démographique total. Les villes latino-américaines ou asiatiques sont à l’unisson d’une forte croissance nationale. Les agglomérations européennes languissent en général à l’instar de la situation globale. Madrid, Rome et Athènes au contraire accentuent une dissymétrie entre l’accroissement démographique total et la croissance des agglomérations millionnaires principales. Avec des taux d’accroissement nationaux inférieurs à 1 % et voisins de l’Europe occidentale, l’Espagne, l’Italie et la Grèce nourrissent des métropoles, dont la croissance rappelle celles de pays à démographie beaucoup plus dynamique, Montréal, ou même Santiago et Bombay. Le retard à l’urbanisation des péninsules méditerranéennes s’est résolu dans des concentrations humaines à développement accéléré. C’est à Athènes que le phénomène prend le maximum d’ampleur. Quand la Grèce n’a progressé annuellement que de 0,7 % au cours des années cinquante et soixante, la capitale connaît un taux d’accroissement de 3 %.

Une grande capitale pour un petit pays

7Là s’arrête le parallèle entre les capitales méditerranéennes. Madrid et Rome sont des capitales de grands États. Athènes domine et écrase la structure démographique et urbaine d’un petit pays : elle vient au troisième rang mondial des capitales tentaculaires, tout près derrière Buenos-Aires (Argentine) et Santiago-du-Chili. Représentant, en 1971, 29 % de la population nationale, la capitale grecque fait figure de leader européen, devançant Copenhague (28 %), Vienne, capitale amputée de son empire (23 %) et Paris (16 %), symbole usurpé de l’excessive centralisation. Et si l’écart entre Athènes et Thessalonique est finalement moins important que celui existant entre Paris et Lyon, ou Vienne et Graz, il est sans commune mesure avec le classement dans les autres péninsules méditerranéennes : Barcelone ou Milan regroupe respectivement près des deux tiers de la population de Madrid ou de Rome. Cette fresque statistique, rapidement brossée, montre l’originalité de la croissance athénienne, mais aussi ses limites. Modeste à l’échelle des métropoles des pays sous-développés, égal aux autres capitales méditerranéennes, le développement de la capitale grecque devient démesuré quand on le replace dans son environnement démographique national. Athènes est non seulement une tête lourde pour un corps frêle, mais la rapidité de son expansion n’est justifiée, ni par la taille du pays, ni par le dynamisme de sa démographie. Cette absence d’arrière-pays démographique aurait dû faire réfléchir les urbanistes et les planificateurs en mal de projection à long terme. De même qu’ils n’avaient pas su apprécier la haute croissance de l’agglomération, en sous-estimant le dynamisme des migrations internes, ils ont eu tort de penser que les rythmes élevés pourraient longtemps se maintenir.

II – La fin des dissymétries régionales dans les années soixante

La généralisation du déclin provincial

8En soulignant la continuité, et même l’accélération de la croissance athénienne, les résultats du recensement de 1971 confirmaient le dynamisme de la capitale. Mais ils marquaient surtout un renversement dans les tendances démographiques que la Grèce connaissait depuis près d’un demi-siècle : l’opposition classique depuis 1920 entre une Grèce méridionale, Péloponnèse et monde insulaire, en perte de vitesse, et une Grèce continentale et septentrionale, Thessalie, Macédoine et Thrace, beaucoup plus dynamique. L’installation massive en Grèce du Nord des réfugiés d’Asie Mineure entre 1920 et 1928, le drainage continu de l’agglomération athénienne en Grèce du Sud, sont les explications majeures de cette dissymétrie fondamentale. C’est à peine si de 1940 à 1951, l’instabilité due à la guerre ajoutait aux zones traditionnelles de déclin les régions frontalières du Nord, les plus touchées par le conflit externe et les dissensions internes. La décennie suivante (1951-1961) ramenait vite à un schéma connu.

  • 1 Le territoire grec est divisé en nomes (départements), éparchies (arrondissements), dèmes ou commun (...)

9Le fait nouveau alors était que toutes les régions apparaissaient touchées par la récession démographique. En raisonnant au niveau des 54 unités administratives majeures, les nomes1, trois seulement dépassaient entre 1961 et 1971 le taux d’accroissement moyen de la Grèce (+ 4 % en dix ans), dix seulement avaient une évolution positive. Au cours de la décennie précédente, c’était le cas de 35 unités administratives. Il y a tout à la fois simplification extrême des dissymétries et creusement considérable des différences entre les rares zones qui sont épargnées par le déclin démographique et toutes les autres.

La polarisation de la croissance

10Une typologie des tendances 1951-1961-1971 permet de nuancer cette constatation. Les trois unités, dont la croissance au cours des années soixante était supérieure à 4 %, enregistrent aussi une accélération de cet accroissement. Il s’agit, outre le Grand Athènes (+ 37 %), du reste du département d’Attique (+ 34 %) et du nome de Thessalonique (+ 29 %). Autrement dit, seuls les départements des deux plus grandes agglomérations du pays connaissent une réelle progression. Pour les départements de Grèce Centrale et du Péloponnèse, c’est en fait l’achèvement d’un lent mouvement de déclin. Pour les nomes de Larissa, en Thessalie, d’Imathia en Macédoine et d’Iraklion en Crète, il s’agit au contraire d’un renversement brutal, qui fait passer des régions très dynamiques démographiquement à une stabilité quasi absolue. Cas unique en Grèce, la Corinthie réussit apparemment à arrêter son déclin : l’influence de la capitale toute proche est évidente.

11Le type de très loin le plus fréquent, puisqu’il intéresse plus de la moitié des départements (28), est marqué par le passage de l’accroissement à la diminution brute de la population. On le rencontre dans toutes les régions grecques, avec deux variantes, qui ressortissent à la dichotomie passée du territoire. En Grèce Centrale, dans le Péloponnèse, en Crète, mais aussi en Thrace, une croissance très lente a fait place à une diminution rapide. La chute est encore plus brutale en Grèce du Nord (Thessalie, Macédoine, Épire), qui disposait jusque-là d’une énergie plus grande. Enfin, dans les régions déjà vieillies, la diminution s’accélère encore : le sud du Péloponnèse, les îles Ioniennes, les îles de l’Égée Orientale, la Grèce Centrale la plus déshéritée (Phocide), le département crétois le moins dynamique (Rethymnon). S’accroche à ce peloton de queue, le nome macédonien de Florina, à la frontière albano-yougoslave, qui n’a jamais paru pouvoir se relever de ce voisinage défavorable. Seul le département des Cyclades freine sa chute, mais il perd encore près de 14 000 habitants dans la décennie soixante. La tendance trahit ici beaucoup plus qu’un redressement, l’épuisement d’une région saignée à blanc depuis longtemps.

Carte 2 Tendances d’évolution des agglomérations grecques de plus de 10 000 habitants en 1991 (1961-1991)

12Si l’on résume l’évolution d’alors, on est frappé par la bipolarisation de la croissance démographique grecque. Il ne s’agit plus d’ensembles régionaux qui s’opposent, mais de deux centres urbains, hypertrophiés à l’échelle du pays, Athènes et Thessalonique, qui rassemblent la totalité du dynamisme de la population. Il serait certainement faux de souligner comme naguère l’originalité de la Grèce du Nord tout entière. Un fait majeur demeure : aucune activité économique provinciale n’avait réussi à susciter une réelle expansion démographique régionale ; ni le tourisme développé à l’échelle industrielle (Rhodes), ni l’ouverture sur l’Europe Occidentale (l’Akhaïe), ni même l’industrialisation associée à un effort d’intensification agricole (le département de Larissa). Dans la démographie ralentie de la Grèce, seule l’urbanisation excessive bouleversait l’assoupissement général.

III – L’évolution urbaine : hypertrophie et déclin

13Ramenée à l’échelle des unités urbaines de plus de 10 000 habitants, l’analyse faisait ressortir les mêmes caractéristiques que celles qui viennent d’être mises en lumière. Elles connaissaient entre 1961 et 1971, une augmentation d’ensemble de 25 % contre 7 % aux localités de 2 000 à 10 000 habitants et une diminution de 16 % pour celles de moins de 2 000 habitants. En fait cette image globale, qui laissait supposer un exode rural massif et une mutation diffuse de la société, de la campagne vers la ville, est trompeuse. Sur quelque 876 000 habitants gagnés par les localités de plus de 10 000 habitants, l’agglomération athénienne en totalisait à elle seule plus de 630 000 et celle de Thessalonique 130 000. Autrement dit, toutes les autres villes se partageaient un peu plus de 10 % de l’accroissement urbain total. Effondrement des petites villes et des bourgs, stagnation des centres provinciaux, accroissement hypertrophié d’Athènes et de Thessalonique, telles apparaissaient les caractéristiques de l’urbanisation.

L’effondrement de la Grèce des bourgs

14Il faut mesurer l’intensité et l’ubiquité de la destruction du tissu humain dans cette Grèce rurale, qui représentait encore pourtant en 1971 la moitié du capital démographique du pays. En dix ans, la population des villages (localités de moins de 2 000 habitants) régresse partout de plus de 10 %, de plus de 30 % dans les deux départements extrêmes d’Évrytanie (Grèce Centrale) et de Drama (Macédoine Orientale). Les rares exceptions à la règle sont facilement explicables et prennent une signification remarquable. Seul en Grèce, le nome d’Attique progresse, et de 20 % pour les localités de moins de 2 000 habitants. Il est massivement atteint par la diffusion de la croissance urbaine athénienne. La contagion du phénomène (desserrement industriel notamment) rend compte de la moindre chute des deux départements limitrophes : la Béotie et la Corinthie ne perdent respectivement que 2 % et 9 % de leurs habitants dans les localités de moins de 2 000 personnes. En Macédoine Occidentale, les deux nomes d’Imathia (Véria) et de Pella (Édessa) profitent à la fois de l’accroissement spatial dissymétrique de Thessalonique vers l’Ouest et d’une valorisation agricole particulièrement lucrative grâce aux cultures arbustives (pêchers, pommiers) : ils ne perdent que 7 % et 6 % de leur population rurale. Ce sont les mêmes efforts d’intensification agricole qui expliquent sans doute la situation originale de l’Argolide (-6 %), avec ses champs de tomates et ses orangers, et du nome d’Arta (-10 %), avec ses orangeraies. Enfin les deux départements thraces, où la minorité turque tend à devenir majoritaire, Xanthe et le Rhodope connaissent un exode rural ralenti ( – 9 % et – 3 %, respectivement) par la forte croissance naturelle des Turcs et leur moindre inclination à l’émigration. Partout ailleurs, dans 45 départements sur 54, c’est la chute brutale des villages, qui perdent parfois le cinquième ou le quart de leurs effectifs.

15Plus que par cette image traditionnelle de l’exode rural, on est frappé par le déclin des gros bourgs, qui, en l’absence de réseau urbain, tenaient lieu en Grèce de mailles structurantes de l’espace provincial. Quelques services spécialisés (l’agence de la Banque Agricole), un paysage mieux organisé (une place ombragée d’arbres, entourée de pâtisseries), des notables locaux (commerçants, notaires), donnaient à ces centres des allures de petites villes. C’est leur condamnation que scelle le recensement de 1971.

16En fait, au-delà des particularités locales ou régionales, qui ralentissaient leur déclin, la condamnation des petites villes grecques paraissait inexorable. Leur destin était lié à des conditions générales beaucoup plus qu’au développement d’activités locales. C’est d’une part le passage d’une route d’intérêt national ou international. Le meilleur exemple en est fourni par Igouménitsa, en Épire, à la première escale continentale des ferries de Brindisi. La bourgade passe de 2 400 habitants en 1951 à 3 700 en 1961 et à 4 400 en 1971, dans une Grèce occidentale en plein déclin démographique. Le trafic touristique a fait pousser les hôtels et les stations-service, naître les boutiques de souvenir (Greek art), et développé les services administratifs de cette petite préfecture qui s’assoupissait (douanes). Il en est de même, dans une moindre mesure, de la nouvelle jonction de Lamia à Larissa qui, dédaignant l’ancienne route de montagne par Domokos et Pharsale, ranime les bords du golfe Pagasitique (Almyros, Vélestinon). Enfin, en Chalcidique, quand toute la partie orientale et centrale perd des habitants, une traînée de petits centres en expansion (Néa Vriglia, Néa Moudania) jalonne la route rapide, qui met les belles plages de Kassandra et de Sithonia à moins d’une heure de la métropole macédonienne de Thessalonique.

17En dehors de la route, la seule chance des petits centres grecs est d’être situés dans la zone d’accroissement immédiat d’Athènes ou de Thessalonique. Ils n’ont en fait le choix qu’entre la déchéance et l’absorption. Ne revenons pas sur l’exemple macédonien : Thessalonique va se baigner à l’Est, dans les eaux de Chalcidique, mais travaille à l’Ouest, le long de la route d’Athènes. L’industrialisation transforme les bourgs ruraux en centres de banlieue, dont l’expansion démographique rejoint celle des localités du piémont fruitier du Vermion (Sindos, Diavata, Alexandria). À Athènes, le phénomène est encore plus massif. Toutes les petites villes du Mésogée, de Pallini à Laurion, tous les gros villages des confins de l’Attique et de la Mégaride, de Mandra à Néa Péramos, Salamine et Égine participent à la croissance de la capitale. Cette évolution est inséparable du passage de l’agglomération à la région urbaine athénienne. Loin d’infirmer la tendance, elle confirme la destruction de l’armature urbaine élémentaire du pays au profit de l’accroissement démographique et spatial d’Athènes.

La stagnation des villes provinciales

18L’effondrement des bourgs n’est pas compensé par une progression comparable des villes de province plus importantes. Au cours des années cinquante et soixante, on constate au contraire une nette tendance au ralentissement de l’accroissement dans les localités de plus de 10 000 habitants. Il y a à la fois freinage dans l’augmentation des villes et accentuation des disparités régionales de la croissance urbaine.

19Ce double dynamisme est directement influencé par la taille même des unités urbaines. Les villes les plus importantes se voient incontestablement dotées d’un privilège, qui confirme le déclin des petites villes, déjà mis en valeur par les unités de moins de 10 000 habitants. Sauf Serrés, en Macédoine orientale, et Kalamata dans le sud du Péloponnèse, qui ont 40 000 habitants, toutes les villes, dont la population absolue décroît, ont moins de 35 000 habitants, la plupart moins de 20 000. À l’autre extrémité de l’échelle, ce sont les deux plus grandes agglomérations du pays qui sont créditées de la croissance la plus forte. Il s’en faut pourtant que le classement soit respecté sans distorsion. Thessalonique augmente plus vite qu’Athènes. Dans les villes de 80 000 à 100 000 habitants, Larissa, en Thessalie, pousse plus vite que Patras dans le Péloponnèse. Et certaines petites villes de moins de 20 000 habitants (Corinthe, Ptolémaïs, Kastoria) témoignent d’un dynamisme égal aux plus grandes. Il reste que globalement le pays tout entier est animé d’une polarisation urbaine continue, dont la croissance athénienne n’est que l’expression la plus exacerbée.

20En fait, les dynamismes urbains sont à l’image de l’évolution démographique générale : les villes traduisent beaucoup plus les disparités régionales qu’elles ne recueillent les bénéfices de l’exode rural environnant. Le tiers d’entre elles perd des habitants de 1961 et 1971. La plupart sont insulaires, dans l’Égée (Khios, Mytilène, Ermoupolis) et dans la mer Ionienne (Corfou).

21Fait beaucoup plus nouveau : 13 villes passent de l’accroissement à la diminution démographique. On n’est pas étonné de les retrouver dans des régions traditionnellement en perte de vitesse : Kalamata en Messénie, Sparte en Laconie ou même Amalias et Pyrgos, dans les zones jusque-là les plus dynamiques du Péloponnèse (Élide) et Kalymnos dans le Dodécanèse. Mais on l’est plus de voir que la Thrace et la Macédoine regroupent la plupart d’entre elles : Orestias, Xanthe, Drama, Serrés, Kilkis, lannitsa, auxquelles il faut ajouter Vyrnavos en Thessalie. Rares sont celles dont la chute est brutale. Mais toutes connaissent un brusque retournement de tendance. Sauf Kalamata, où le déclin est la conséquence logique de la crise industrielle et portuaire, toutes ces villes, qui étaient avant tout des marchés agricoles, ont mal supporté l’exode rural massif. Comme l’industrialisation ne s’est pas substituée aux anciennes fonctions de desserte régionale, comme ces citadins, à l’économie fragile, ne sont pas moins insensibles que d’autres aux attraits de la grande ville, ou plus encore en Grèce du Nord à l’appel des usines de la Ruhr, il n’est guère étonnant que tous ces centres suivent le mouvement d’ensemble. Ne retenant qu’une faible partie de l’exode rural, modernisant beaucoup plus leurs façades et leurs magasins que leur contenu social et économique, ils paraissent condamnés au sort commun de la province grecque.

22Sans en arriver à cette extrémité, une vingtaine de villes ralentissent leur croissance. Cette catégorie peut être très hétérogène. Il n’en semble pas moins intéressant de regrouper une tendance, significative de l’évolution de l’urbanisation en Grèce. Quand la décennie 1951-1961 marquait une véritable éclosion du fait urbain, les années soixante révèlent que la récolte a été tôt moissonnée. Il y a comme une maturité précoce des villes grecques. Le phénomène touche d’abord là encore des centres ruraux de régions riches, dont la prospérité laissait attendre une meilleure tenue (Katerini, Karditsa, Lamia, Argos, Arta).

23Dans d’autres cas, la récession, moins brutale et plus attendue, n’en montre pas moins les difficultés de la ville grecque provinciale (Kavala, Aighion). Ptolémaïs, création du lignite et de la volonté de développement grecque (centrale thermique, carbochimie), naguère symbole en terre hellénique de la ville-champignon, marque le pas : même si elle en est le support, l’industrialisation est rarement le ressort intime de l’urbanisation grecque. Enfin, dans le Dodécanèse, Rhodes, prototype du tourisme à l’échelle industrielle, n’arrive pas à maintenir un accroissement pourtant modéré.

24Cinq villes réussissent à stabiliser leur croissance aux taux de la décennie précédente. Passons rapidement sur Komotini et Volos : pour elles, c’est moins une promotion qu’une stagnation. Il est plus intéressant de se pencher sur le cas d’Iraklion, d’Agrinion et de Larissa. Capitale incontestée de la grande île (la Crète) depuis que Khania a engagé un lent déclin, Iraklion maintient alors son rythme de croisière. Plus que d’une industrialisation voyante mais finalement limitée – la brasserie Henninger – Iraklion bénéficie surtout de sa position géographique : tête de ligne des passages les plus fréquents pour Le Pirée, elle bloque encore de manière physique en quelque sorte une partie importante de l’exode rural de la Crète centrale et orientale. Moins importante, mais dotée d’une croissance plus rapide, Agrinion, capitale du tabac en Étolo-Acarnanie, doit sans doute sa progression au maintien d’une pression démographique plus forte dans toute la Grèce du Nord-Ouest. Quant à Larissa, c’est incontestablement une grande ville grecque. Sa richesse agricole, son développement industriel se conjuguent avec sa situation de relais entre les deux pôles de croissance du pays pour lui assurer cette position privilégiée. Il reste que son essor, important, est bloqué. Que l’on n’invoque pas l’importance de la ville ; beaucoup plus peuplées qu’elle, Athènes et Thessalonique montrent ce que signifie l’accélération de la croissance. La relative stabilité de Larissa, malgré ses avantages, apparaît plus un témoignage des limites du développement des villes régionales que l’amorce d’un troisième pôle de croissance en Grèce.

25Enfin, 11 unités (sur 55 rappelons-le) manifestent une nette tendance au renforcement de l’accroissement. Deux sont de petites villes de Grèce du Nord, dont la mention a surtout valeur d’exception. Kastoria encaisse encore les dividendes de son activité économique originale : l’assemblage et la réutilisation des chutes de fourrure envoyées du monde entier. À l’extrémité de la Thrace, l’expansion d’Alexandroupolis, évidente pour le visiteur de passage, paraît plus difficilement explicable : trafic vers Istanbul, stimulé par le nouveau pont international sur l’Évros, point fort administratif et militaire face à la Turquie ? Deux sont des capitales régionales : Patras, troisième ville de Grèce, compense sa situation excentrique dans le Péloponnèse par sa position en face de l’Italie et ses bonnes liaisons routières avec Athènes, lannina règne sans conteste sur une Grèce occidentale démographiquement déprimée. Deux enfin jouent aux francs-tireurs dans leurs régions respectives : Vripolis et Vrikala. Voujours aussi morne sous ses arcades, l’ancienne capitale de la Morée – Vripolis – est en fait plus proche, malgré cette croissance flatteuse et trompeuse, des zones en déclin de Messénie, de Laconie et d’Arcadie que des riches campagnes d’Argolide. Quant à Vrikala, elle fait figure d’exception nationale en Grèce : elle est le seul centre important situé dans une région agricole riche qui accélère sa croissance.

26Mais finalement, tous ces exemples, intéressants par leur tendance anormale dans la Grèce actuelle, apparaissent de portée limitée quand on les compare à la croissance urbaine d’Athènes et de Thessalonique. L’accroissement démographique de la métropole du Nord passe de 16 % de 1951 à 1961, à 45 % au cours de la décennie suivante. La progression athénienne est plus limitée (34 % et 37 % respectivement), mais porte sur des nombres absolus cinq fois plus importants. Mieux, elle fait naître autour d’elle des rythmes de croissance exceptionnels (à près de 100 kilomètres d’Athènes, Corinthe ou Khalkis). Ainsi apparaissent les deux caractéristiques fondamentales de la croissance démographique athénienne. Dans un pays où la province tout entière semble à l’époque frappée de déclin, au mieux de stagnation, seules Athènes et Thessalonique échappent au sort commun, mais la masse démographique de la capitale en fait un cas unique et démesuré en Grèce. Deuxième fait spécifique : malgré sa poussée vers l’Ouest, Thessalonique reste encore dans ses modes de croissance spatiale une agglomération, qui s’accroît par prolifération d’une banlieue structurée sur les anciens noyaux ruraux de la plaine ; Athènes joint au déferlement du front urbain sur des étendues désertes la réorganisation et l’organisation à son profit d’un espace régional allant de la Corinthie à l’Eubée, en passant par la Béotie. La promotion de la capitale au rang de région urbaine marque la véritable singularité du destin athénien.

IV – La formation d’une région urbaine athénienne

27Autant que la progression de la croissance démographique athénienne, le recensement de 1971 marque l’éclatement de l’accroissement spatial de l’agglomération. Encore modéré par le nombre d’habitants concernés, le phénomène est considérable par les espaces qu’il met en jeu. On peut estimer qu’en 1971 la capitale grecque approchait 2,9 millions d’habitants (chiffres arrondis) ; 2 550 000 résidaient dans les limites du Grand Athènes, 350 000 vivaient directement en rapports étroits et constants avec l’agglomération : 140 000 dans le reste de l’éparchie d’Attique (Mésogée et rive méridionale du golfe d’Eubée), 70 000 dans le sud de la Mégaride, d’Aspropyrgos à Mégara, 40 000 en Corinthie, aux proches environs de Corinthe, 60 000 sur les rives de l’Euripe (Khalkis), aux confins de la Béotie et de l’Eubée, 40 000 enfin dans les îles et sur les côtes du golfe Saronique (Salamine, Égine, Méthana). L’espace intéressé représente près de quatre fois l’étendue de l’agglomération proprement dite. Le fait est nouveau. Au début des années soixante, le visiteur est encore saisi de stupeur, quand il découvre, d’une des entrées de la ville, la masse compacte des constructions qui tapissent le bassin d’Attique. Au col de Daphni, après les paysages arides et déserts de Mégaride, après les sinuosités cahotantes de la vieille route de Corinthe, c’est un mirage qui s’empare de la vue, de même intensité que celui qu’éprouvait Chateaubriand au siècle précédent, quand il aperçoit l’Acropole de la Voie Sacrée qui vient d’Éleusis. La même impression, moins forte parce que la rupture de pente est plus insensible, attendait le voyageur quand il arrivait par le Nord : après les montagnes pelées des confins attico-béotiens, où seuls les abris de branchages des bergers nomades rappelaient la présence humaine, l’agglomération débutait brutalement. Aujourd’hui, la surprise n’est plus possible. Plus de 100 kilomètres avant d’entrer dans l’agglomération, que l’on vienne de Thèbes, ou de Corinthe, se multiplient les signes qui annoncent partout une grande métropole économique : la circulation qui se densifie, les stations-service et les motels aux réclames tapageuses, les usines qui poussent le long des « autoroutes » de liaison. Une région urbaine est née.

28L’évolution est marquée par trois types de modifications spatiales : à l’intérieur du Grand Athènes, une certaine homogénéisation des rythmes de croissance, la poussée de l’agglomération le long des « autoroutes » de liaison, à l’Ouest, vers Patras, au Nord, vers Thessalonique, l’attraction, enfin, exercée par la mer sur l’urbanisation.

La montée du centre : un phénomène exceptionnel

29De ces trois tendances, c’est incontestablement la première qui est la plus originale. De 1951 à 1961, l’accroissement démographique athénien suivait un schéma spatial classique. Les deux centres originels de l’agglomération, Athènes et le Pirée, augmentaient à un rythme beaucoup plus ralenti que les autres communes du Grand Athènes. Le dème d’Athènes, qui regroupait un tiers de la population recensée en 1961 dans l’agglomération (628 000 habitants), n’avait progressé en dix ans que de 13 %, contre 34 % pour l’ensemble du Grand Athènes. Le dème du Pirée (193 000 personnes) avait même perdu des habitants ( – 1,5 %). Cette stagnation des quartiers centraux s’opposait à une progression très rapide de la périphérie, où beaucoup de communes avaient doublé leur population en dix ans. Cet accroissement périphérique correspondait à l’avance du front pionnier urbain, qui grignotait rapidement les espaces vides sur les flancs de la ceinture montagneuse de la ville : Aigaléo et Parnès à l’Ouest, Pentélique et Hymette à l’Est. Pour différentes raisons, la poussée de l’agglomération était beaucoup plus vive à l’Ouest qu’à l’Est. C’est à l’Ouest, sur les flancs de l’Aigaléo que l’on rencontrait les communes de banlieue à la fois les plus peuplées et les plus dynamiques.

Carte 3 La formation d’une région urbaine athénienne, 1951-1971

30Le recensement de 1971 n’apporte pas de changements importants ; le dème d’Athènes représente toujours un tiers de la population de l’agglomération, avec des densités brutes de l’ordre de 200 habitants à l’hectare. Les banlieues occidentales restent les plus peuplées (120 habitants à l’hectare, contre 50 dans les banlieues orientales). Mais, les résultats marquent une rupture avec la dissymétrie des taux de croissance. Premier fait majeur : le dème d’Athènes a gagné en dix ans 240 000 habitants, progressant autant, sinon plus, que l’ensemble de l’agglomération (+ 38 %). Si la commune du Pirée continue à décroître légèrement ( – 1 %), il y a dans la croissance rapide des principaux quartiers centraux de la capitale une tendance exceptionnelle pour une agglomération de cette importance. Non seulement la commune centrale ne perd pas d’habitants, mais elle tend même à tenir une place plus importante dans le reste de l’agglomération (33,8 % des habitants en 1961, 34,1 % en 1971). Cette caractéristique remarquable rangerait Athènes encore plus près de certaines métropoles de pays sous-développés. En fait, cette densification des zones centrales s’accompagne d’une croissance périphérique moins déséquilibrée. Un double mouvement de réajustement intervient. Les banlieues occidentales freinent leur croissance. Au contraire, les rythmes de croissance restent vifs dans les communes de banlieue orientales, tout en portant sur des chiffres absolus beaucoup moins considérables.

31L’étalement des zones de forte densité et la densification croissante du centre de l’agglomération ne peuvent être compris et correctement interprétés que par référence au mouvement de construction à Athènes depuis la dernière guerre. Sans entrer dans les développements qui seront faits ultérieurement, il faut souligner que le tissu urbain de la capitale est l’objet, notamment dans les zones internes et proches de la mer, d’une rénovation spontanée, qui finit par couvrir des espaces continus. Elle entraîne non seulement une densification importante de l’espace bâti, mais aussi de l’espace habité, dans la mesure où la plupart des nouveaux immeubles servent de logements. Cette évolution est marquée sur le plan démographique par un mouvement en trois phases. Une première phase de stabilité, pouvant aller du déclin relatif à la croissance lente, correspond au début de la rénovation : habitat vieilli, peu attractif pour de nouvelles installations, nombreux chantiers inachevés. Une deuxième phase, caractérisée par une progression démographique considérable, marque l’achèvement de la rénovation et le remplissage des immeubles récemment construits. Le dème d’Athènes est aujourd’hui à la fin de la deuxième phase et son évolution actuelle est la somme de deux mouvements de sens inverse : déclin démographique dans le centre proprement dit, progression très forte dans les zones résidentielles périphériques du centre. La finesse géographique insuffisante des résultats du recensement empêche de distinguer les deux phénomènes, dont le premier devrait prendre maintenant le pas sur le second. Au contraire, le dème du Pirée se trouve à la fin de la première phase (nombreux chantiers ouverts dans les quartiers proches du centre), ce qui contribue à expliquer sa régression démographique. Enfin, les tendances du mouvement naturel en Grèce, et dans la capitale en particulier, sont marquées par un tassement de la natalité dans les classes populaires, un relèvement sensible dans les couches moyennes et surtout supérieures. Cette évolution s’ajoute aux rythmes de construction et à la mobilité résidentielle qu’ils entraînent, pour rendre compte de l’égalisation des taux de croissance démographique dans l’espace de l’agglomération.

Une exurbanisation charpentée par l’autoroute

32Le ralentissement de l’accroissement démographique dans les communes périphériques de l’ouest de l’agglomération s’explique aussi par le changement d’échelle spatiale dans la croissance de la capitale. Le franchissement massif de la ceinture montagneuse du bassin d’Attique entraîne une certaine dilution de l’urbanisation. Aux deux termes de l’équation urbaine athénienne, la rénovation du centre, la progression du front pionnier périphérique, se sont substituées la densification des quartiers internes et l’extension du tissu urbain le long des « autoroutes ».

33En fait, l’urbanisation de contiguïté se poursuit. Démarrée plus précocement dans l’ouest de l’agglomération, elle continue au même rythme que précédemment. Dans le Mésogée, à l’est de l’agglomération, la contagion urbaine avait été moins intense, suivant en cela la dissymétrie d’ensemble de l’espace athénien. La nouvelle décennie amène cette fois dans tout le Mésogée une dilution de l’urbanisation et une accélération de l’accroissement. Sont touchés aussi bien les gros bourgs de l’intérieur, qui expédient chaque matin des actifs dans la capitale par des autobus urbains très fréquents et bénéficient de l’essor donné par la consommation citadine aux spéculations agricoles (élevages avicoles, vins de table), que toutes les plages de la côte du golfe Saronique et du golfe d’Eubée, nous y reviendrons. À l’extrémité de la péninsule, la petite ville industrielle de Laurion, qui était en déclin démographique, est ranimée par le desserrement des établissements de la capitale et sa population progresse de 27 % entre 1961 et 1971. Cette intégration croissante du Mésogée à l’espace urbain athénien est à mettre au compte de l’amélioration très sensible des liaisons routières avec l’agglomération. Jusqu’à la fin des années 50, le régime Karamanlis s’était contenté d’une réalisation de prestige, par ailleurs magnifique, la route de corniche de Vouliagméni au Cap Sounion. Longeant des zones quasi désertiques, son intérêt économique était pratiquement nul, sauf pour les théories de touristes allant admirer en fin de soirée le coucher de soleil au Temple de Poséïdon. À la même époque, il faut se résigner aux méchantes routes étroites entre les petites villes du Mésogée, voire aux chemins de terre dès qu’on s’écarte quelque peu, et cela à vingt kilomètres du centre de la capitale. La mise en autoroute au sortir d’Athènes de l’ancienne rue du Mésogée, l’élargissement ou le revêtement des autres voies, entraînent une véritable révolution : les villages « albanais » considérés naguère avec une méfiance empreinte de mépris par la bourgeoisie athénienne, sont en passe de devenir des quartiers de la capitale.

34Cette promotion de la ville par « l’autoroute » se relève de façon plus éclatante encore, quand on s’éloigne de l’agglomération vers la Corinthie et la Béotie. De 1951 à 1961, ces deux régions agricoles proches vivent encore de leur dynamisme démographique propre. En Corinthie, tandis que la ville de Corinthe, victime de la proximité de la capitale, décline, on assiste à une diffusion croissante des communes, non seulement le long de la huerta littorale, mais aussi dans l’intérieur. C’est la richesse agricole qui est le fondement du développement démographique. Le même phénomène se remarque en Béotie. En Eubée, toute la région côtière autour d’Alivéri, où sont employés de nombreux villageois des environs dans la mine de lignite et la centrale thermique, gagne des habitants. On assiste donc à une croissance démographique diffuse, dont seules sont exclues les régions naturelles les plus déshéritées : les monts Kyllini en haute Corinthie, aux abords du lac Stymphale, la barrière montagneuse, qui du Parnès au Cithéron sépare l’Attique de la Béotie, les collines stériles de l’Eubée méridionale, entre Alivéri et Karystos.

35Dix ans plus tard, le tableau change. La régression est généralisée à l’image du pays tout entier. L’expansion démographique devient linéaire, suivant les nouveaux tracés routiers issus de la capitale. Première ouverte à la circulation au début des années soixante, l’« autoroute » de Lamia néglige l’ancienne voie continentale à travers le Cithéron par Érythrè et Thèbes pour s’enfiler plus à l’Est dans la trouée entre Parnès et Pentélique, avant de longer d’assez loin la côte du golfe d’Eubée, au milieu de la garrigue désolée. Tout au long de cette route s’égrènent les stations-service, les motels et les usines directement commandées par les sièges sociaux athéniens. Un peu à l’écart de l’autoroute, Thèbes n’en est plus qu’une excroissance déclinante, tandis que plus favorisées, Khalkis et les communes alentour recueillent les fruits de cette croissance athénienne à longue distance. Du côté corinthien, l’autoroute a été ouverte plus tard, vers 1966, jusqu’à Corinthe, vers 1970 au delà. Compte tenu des possibilités naturelles et des nécessités économiques, le tracé est ici peu différent de l’ancienne voie littorale, qu’il domine en général en une audacieuse corniche. Le premier profit en revient à la ville même de Corinthe qui bénéficie comme Khalkis du desserrement industriel athénien. Mais ses effets se prolongent en fait au-delà de Corinthe, dans la huerta du Péloponnèse septentrional. Ainsi se marque de façon sans cesse plus nette dans les paysages et la vie des hommes l’empreinte directe de la capitale : il n’y a jamais eu de région économique athénienne, car l’espace d’Athènes s’est toujours étendu à l’ensemble du territoire national, mais il commence à exister une région urbaine athénienne, qui étend considérablement l’emprise spatiale de l’agglomération. La route et l’automobile ont réussi à donner en quelques années une dimension nouvelle à la ville, là où plus d’un siècle de centralisme politique et économique avait échoué.

Le tropisme de la mer

36Le dernier trait de la croissance démographique actuelle de la capitale est l’attraction jouée par les zones littorales. Il se relève à l’intérieur même de l’agglomération. De Vieux Phalère à Glyphada, en bordure de la côte la plus pittoresque, sinon des eaux les moins polluées, les immeubles, les hôtels et les restaurants poussent à un rythme accéléré. Rénovation dans les quartiers les plus anciens – (à Vieux Phalère, où les buildings de verre et de béton ont remplacé les villas entourées d’orangers et de jasmin) – densification dans les communes les plus éloignées, ni les jets qui atterrissaient jusqu’il y a peu au ras des toits sur l’aérodrome d’Ellinikon, complètement investi par l’agglomération, ni la circulation qui s’encombre le long des larges avenues qui relient le centre au bord de mer n’arrivent à décourager les promoteurs et les habitants. Là encore, l’évolution a été rapide. Il y a quarante ans, Vieux Phalère est encore un port de pêche tranquille : la jeunesse dorée athénienne vient s’y baigner dans de petites criques aménagées, les rhumatisants y soignent leurs maux dans les bains de mer chauffée de l’hôtel Phryni, tandis que quelques bourgeois aisés préfèrent déjà les effluves marins et les couchers de soleil sur Égine aux urbanités et mondanités des pentes du Lycabette. Aujourd’hui, les plages sont désertées de leur clientèle chic, qui leur préfère les complexes sportifs et sophistiqués plus éloignés sur la côte Sud-Est, de Vouliagméni à Lagonissi, l’hôtel Phryni, dernier vestige du passé phalirote, montre sa silhouette vieillie et ses arcades démodées au milieu des immeubles modernes : Vieux Phalère est devenu un quartier de cadres et d’employés aisés, qui gagnent chaque matin en voiture ou en autobus le centre d’Athènes. La même évolution se dessine tout au long de la côte, jusqu’à Vouliagméni, limite statistique de l’agglomération : les constructions y sont moins denses, mais les immeubles envahissent rapidement les quartiers de villas et de pavillons bas, tandis que les hôtels colonisent le front de mer, attirés jusqu’ici par la proximité de l’aérodrome (touristes, aviateurs et marins américains en permission), et l’aménagement de ports de plaisance, qui ajoutent aux plaisirs nautiques des plages de sable fin (marinas de Glyphada).

37Mais cet attrait des zones littorales s’exerce bien au-delà des limites de l’agglomération. Pratiquement toutes les côtes et les îles du golfe Saronique et du golfe de Pétalia, entre Attique et Eubée méridionale, participent de la croissance athénienne. Seule la côte d’Argolo-Corinthie, au nord de la presqu’île de Méthana, est en déclin démographique. Mais à l’exception de Poros, qui perd 150 habitants (sur 4 400), toutes les communes insulaires en gagnent : non seulement la très proche Salamine, mais beaucoup plus loin Égine et même l’îlot isolé d’Angistri progressent de 1961 à 1971. En Eubée, Karystos, reliée à l’Attique par le car-ferry de Rafina, est la seule commune méridionale de l’île à connaître une expansion démographique continue depuis vingt ans. Pourtant, c’est sur la côte d’Attique que les transformations sont les plus spectaculaires. Moins pittoresques, moins protégées surtout des vents du Nord, qui les rendent peu accueillantes pendant l’été, les plages de la côte orientale restent populaires, mais n’en connaissent pas moins un développement remarquable. Néa Macri (2 400 habitants en 1961), gagne 1 400 habitants en dix ans, stimulée par les camps de vacances installés à Aghios Andréas par de nombreuses administrations, à commencer par le Ministère des Armées. Plus au Sud, à Loutsa, la spéculation a fait pousser les petits lotissements entourés de grillages, dans un paysage de terrain vague, grillé pendant l’été, et les cabanons, plus ou moins hétéroclites, alternent avec les tavernes et les hôtels médiocres, où les lits se louent pourtant à prix d’or pendant la saison. Sur la côte occidentale, l’évolution est plus étonnante encore. De Varkiza au Sounion, la route de corniche suivait des paysages magnifiques, mais quasi désertiques, où les villas de quelques industriels ou armateurs richissimes formaient de véritables oasis, alimentées en eau par camions citernes venus d’Athènes. Aujourd’hui, chaque crique est occupée par une taverne ou un hôtel, envahie chaque dimanche par une foule motorisée et bruyante, avide de soleil, d’eau et de nourriture en plein air. À Varkiza, un complexe hôtelier, avec plage, de plusieurs milliers de lits s’est installé. Plus au Sud, Anavyssos, qui ne devait sa fortune qu’aux salines, passe de 900 habitants (1961) à 1 400 (1971) : encore ce dernier recensement ne prenait-il pas encore en compte les bouleversements apportés par la construction d’un ensemble de plusieurs dizaines d’immeubles entourant un centre commercial avec supermarché, comme dans les quartiers aisés de l’agglomération. Capitale terrienne d’un pays qui se continentalise, Athènes était en train de découvrir à ses portes, bien après les touristes étrangers, les joies de l’eau et du soleil.

38Cette poussée urbaine vers la mer est aisément explicable. Dans une ville densément bâtie, où les espaces verts sont rares, les plages constituent le seul vrai terrain de loisirs de l’agglomération. Les hasards de la géographie ont doté les côtes d’Attique et du Saronique d’attraits rarement égalés, même en Grèce. Il n’est donc guère étonnant chez un peuple que les habitudes sociologiques incitaient beaucoup plus alors à des rythmes de vie quotidiens qu’à des vacances de longue durée (influence notamment de la journée de travail continue), de voir les zones de détente se développer à l’intérieur de la région urbaine. Il s’agit non seulement de loisirs de fin de journée (plages d’Aghios Kosmas, de Glyphada, de Voula, de Vouliagméni), ou de week-end (Égine, Karystos), qui assurent des emplois à une petite population permanente (hôteliers, restaurateurs, personnel des établissements de bain), mais aussi d’une fonction résidentielle saisonnière, dont l’influence est autrement plus grande sur l’espace bâti et la croissance démographique. L’habitude méditerranéenne d’estiver dans un lieu élevé et frais, que les vieux Athéniens ne dédaignent pas (Kiphissia), s’est facilement adaptée aux nouveaux modes de vie et de transport. De plus en plus, les membres de professions libérales, les commerçants parvenus, désertent, dès le mois de mai, Patissia et Kolonaki, pour installer leur famille au bord de mer et rentrer chaque soir se refaire après la chaleur et la poussière athéniennes. Il est même des Athéniens, à l’instar de ces nomades transhumants du Péloponnèse septentrional qui abandonnaient au début du siècle leur habitat de montagne pour s’installer définitivement dans la plaine côtière, qui vivent maintenant à longueur d’année à Varkiza ou à Anavyssos. Avec ces résidents permanents, la côte gagne ses quartiers d’urbanité, mais perd aussi ses derniers restes de virginité : les encombrements de circulation, la pollution des égouts sont, plus que tout, signe de l’avance de la vague urbaine.

39Ainsi, la croissance démographique athénienne ne saurait se ramener au schéma simplificateur d’une capitale hypertrophiée. Comparé aux autres métropoles méditerranéennes, l’accroissement reste moyen. Mais il devient exceptionnel dès qu’on le replace dans son contexte grec et dans sa réalité spatiale. Démesurée à l’échelle du pays, l’agglomération en concentre non seulement l’immense majorité des forces vives, mais elle est un véritable leurre démographique ; son expansion cache l’intensité de la crise de la population grecque. Pas plus qu’elle ne traduit les dynamismes internes de la Grèce, Athènes ne respecte les contraintes de son site, ou même les règles de la croissance urbaine. Dans sa fougueuse ascension, elle poursuit une croissance généralisée. Elle démolit son centre pour le reconstruire plus haut et plus dense, elle grignote sa périphérie pour humaniser les montagnes, elle s’insinue le long des autoroutes pour s’intégrer leur espace, elle emmuraille la mer pour la posséder et en jouir. Il est évident qu’une telle puissance démographique ne peut trouver son fondement que dans un essor économique sans précédent en Grèce.

Notes

1 Le territoire grec est divisé en nomes (départements), éparchies (arrondissements), dèmes ou communes, selon l’importance de la localité.

Table des illustrations

Légende Carte 2 Tendances d’évolution des agglomérations grecques de plus de 10 000 habitants en 1991 (1961-1991)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte 3 La formation d’une région urbaine athénienne, 1951-1971
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search