Version classiqueVersion mobile

Le miracle athénien au XXe siècle

 | 
Guy Burgel

Introduction. Athènes, unique et exemplaire

Texte intégral

  • 1 Voir bibliographie, p. 353.

1Près de quatre décennies se sont écoulées depuis mes premières enquêtes à Athènes. Plus d’un quart de siècle me sépare désormais de la soutenance d’un doctorat d’État, qu’elles avaient contribué à construire. Il y a vingt ans déjà les Éditions du CNRS accueillaient une version abrégée et remaniée de cette thèse (Croissance urbaine et développement capitaliste, Mémoires et Documents de Géographie, 1981). Quel sens donner à cette nouvelle édition ? Elle ne peut être ni mise à jour d’un livre qui demanderait, au-delà du toilettage ordinaire des chiffres et des faits, un retour sur de patientes analyses de terrains et de documents, ni état des savoirs actuels sur la capitale grecque, que des ouvrages plus récents se sont efforcés de constituer1. L’intention est plus simple, et peut-être plus ambitieuse : rendre accessible, grâce au format d’une collection de poche, à un public plus large et plus jeune, un texte qui replaçait déjà les destins de la très grande ville dans une perspective historique. L’affirmation est moins prétentieuse que réaliste. En Grèce, comme ailleurs, le temps a couru très vite, périmant l’information, infirmant les prévisions. Mais à la relecture, on reste frappé par la fraîcheur des mécanismes décrits et l’actualité des logiques présentées. C’est sans doute, selon les règles mêmes du classicisme, parce qu’Athènes est unique, qu’elle est aussi exemplaire, et qu’elle justifie, à elle seule, qu’un ouvrage de géographie devienne un livre d’étape pour l’histoire des idées sur la ville.

  • 2 Ces lignes s’inspirent ici, souvent littéralement, d’écrits plus récents sur la capitale grecque et (...)

2L’effort s’est donc limité à l’épurement indispensable de l’écrit : allégement des exemples, de l’appareil critique, de la bibliographie, correction ponctuelle du nombre et de l’information, quand elle était aisée. Mais le souci constant était de ne pas faire croire que les décennies pourtant tournantes des années cinquante et soixante fermaient le xxe siècle et portaient les prémices du xxie. La société et l’espace – et c’est heureux – déjouent toujours les prédictions. Aussi, l’essai de présentation de la capitale grecque, qui apparaît en introduction et en conclusion du texte remanié, est ici volontairement restreint à l’essentiel, même si son dessein est pluriel : donner au lecteur les éléments de cadrage nécessaires pour apprécier la transformation des choses, resituer Athènes dans le cours des problèmes et des idées de l’urbanisation contemporaine, notamment de la métropolisation, montrer combien son étude fut un cheminement initiatique incomparable dans la maturation d’une réflexion plus ample sur la ville. Au-delà de la banalisation du voyage en Grèce, Athènes garde ainsi un peu du mythe et du « miracle », qui firent traverser les millénaires à son nom2.

L’exception et le paradoxe d’une croissance

3La capitale de la Grèce contemporaine, c’est d’abord une grosse tête sur un petit corps. Avec près de 3,1 millions de citadins dans l’agglomération stricto sensu au dernier recensement de 1991, certainement beaucoup plus de 3,5 millions d’habitants, si l’on ajoute toutes les excroissances de peuplement et d’activités dans la région urbaine, en Attique, Corinthie et en Béotie, Athènes rassemble plus du tiers de la population d’un petit pays, à la démographie stagnante (10,3 millions en 1991), mais la moitié de son potentiel matériel de production industrielle et tertiaire, et la quasi-totalité du contrôle économique de la nation. Avec la taille de Naples, la capitale grecque dépasse incontestablement en signification et en fonction une simple place au rang des grandes villes méditerranéennes : étant à la fois Rome et Milan pour l’Italie, Madrid et Barcelone pour l’Espagne, Athènes réunit les rôles de capitale politique et de métropole économique. Et si l’on se souvient, qu’à travers la diaspora, la grécité dépasse de beaucoup les frontières juridiques du pays, et fait doubler ou tripler sa communauté de sentiments et d’intérêts, voilà Athènes au centre d’un réseau mondial de relations affectives et d’affaires, qui constitue les deux caractéristiques fondamentales d’une métropole moderne : l’accumulation matérielle et spatiale des hommes et des activités, la polarisation de flux internationaux, physiques et symboliques. Le mystère de ce nouveau « miracle » athénien, est qu’il est plus fait de contingence et d’indétermination que de véritable nécessité historique et géographique.

  • 3 In Mégapoles méditerranéennes, loc. cit.

4Le développement de l’Athènes contemporaine aux xixe et xxe siècles l’apparente beaucoup plus aux « mégapoles mythiques » (Hélène Ahrweiller3) qu’aux concentrations fonctionnelles de l’Europe industrielle ou aux cités géantes du tiers-monde. Mythe devenu réalité, parce qu’un obscur petit roi bavarois, Othon, décida en 1830 de sa renaissance, la capitale grecque étonne d’abord par l’exceptionnalité et les intermittences de son rythme de croissance.

5Il faut certainement distinguer dans cette aventure urbaine extraordinaire, et sans doute unique, trois phases caractéristiques. Un long xixe siècle, qui s’achève avec les guerres balkaniques et le premier conflit mondial, est marqué par la lente, mais irrésistible, ascension d’une capitale politique qui conquiert son territoire, en même temps que se rassemblent les morceaux de l’unité nationale. À chaque annexion, à chaque démantèlement de l’empire ottoman dans la péninsule, qui rajoutent au noyau de la Vieille Grèce, né de la guerre d’indépendance (Grèce centrale, Péloponnèse, Cyclades), des enveloppes périphériques, Athènes étend non seulement ses réseaux administratifs et de transports, surtout ferroviaires, mais accomplit un bond qualitatif par accaparement des richesses régionales nouvellement acquises.

6La décennie vingt témoigne d’un brutal retournement de ces logiques territoriales et démographiques. L’échec définitif de la conquête et de l’occupation de l’Asie Mineure, le traité de Lausanne et l’échange forcé de population entre la Grèce et la Turquie, sous contrôle de la Société des Nations, font doubler en quelques années de constructions sommaires pour les réfugiés et de fixation privilégiée, encouragée par le gouvernement d’É. Vénizelos, le peuplement de la capitale. C’est non seulement une rupture de rythme, mais un déchirement de destin. La Grèce renonce à l’empire égéen, l’espace économique sera national, Athènes, sans Smyrne, en est la maîtresse incontestée.

7Enfin, après les soubresauts politiques, longs et sanglants qui suivent la seconde guerre mondiale, et qui rappellent parfois de façon fugitive le xixe siècle (rattachement du Dodécanèse italien, guerre civile), commence une nouvelle période, la dernière. C’est désormais l’immigration intérieure et un exode rural longtemps retardé, qui font basculer la capitale grecque dans la croissance millionnaire et dans des modes d’accumulation démographique et de construction matérielle de la ville, parfois beaucoup plus latino-américains, que méditerranéens, malgré le malthusianisme de la population, renforcé par une émigration extérieure soutenue, notamment vers l’Allemagne, et des sociabilités traditionnelles et familiales maintenues. Si ces rythmes sont maintenant assagis, ne serait-ce que par épuisement du réservoir démographique, la maturité s’installe sur une accumulation de peuplement, rarement constituée aussi rapidement.

  • 4 In Mégapoles méditerranéennes, loc. cit.

8Cette rétrospective cavalière permet à peine de mesurer les paradoxes de l’histoire et l’ironie de la géographie. S’inspirant peut-être de la séparation des pouvoirs urbains dans la nouvelle fédération des États-Unis d’Amérique (Washington choisie comme capitale pour maintenir l’équilibre politique entre les métropoles économiques du Nord-Est atlantique), ayant plus sûrement en mémoire les symboles monumentaux et onomastiques de la Grèce antique, les conseillers bavarois du roi Othon réalisent, en désignant Athènes comme capitale, un coup médiatique remarquable et justifie la formule utilisée par Gilbert Dagron, pour Constantinople et ses empereurs, « d’espace qui légitime »4. Quand la puissance économique de la nation grecque est ailleurs (Patras, Nauplie, Galaxidi, Hydra), ou même à l’extérieur des frontières (Istanbul, Thessalonique, Smyrne, Alexandrie ou Odessa), et demain dans l’emporium égéen d’Ermoupolis, quand l’authenticité de l’origine, de la langue et de la religion, manque, établir son trône au pied de l’Acropole, c’est se fonder en héritier direct de l’hellénisme et en arbitre incontestable de ses rivalités urbaines.

9Cette légitimité de l’histoire par le lieu n’en rencontre pas moins la contrariété des configurations spatiales. Au fil des décennies, la croissance même de l’agglomération et le développement du territoire national sur ses franges septentrionales (Thessalie, Macédoine, Thrace), accentuent cette réalité de site urbain sans vraie situation géographique. Positionnée géométriquement au centre de la Vieille Grèce, véritable cœur du monde insulaire avec le port du Pirée, la ville perd progressivement de ses avantages naturels quand le pays s’étend vers le Nord, et s’ancre davantage à la péninsule balkanique qu’aux courants marchands transméditerranéens : Athènes, capitale maritime d’un État continental, n’est pas le moindre pied de nez de l’histoire. L’exode rural, qui vida le Péloponnèse, après avoir saigné les îles de l’Égée, l’appauvrissement agricole d’une Grèce méridionale montagneuse, tourmentée et sèche, face à la concurrence des grasses plaines du nord du pays, porteuses de céréales, de coton, de tabac et de betteraves à sucre, à défaut de vignes abondantes et d’oliviers ubiquistes, le faible développement industriel des ports maritimes insulaires et péloponnésiens, achèvent de faire d’Athènes cette capitale monstrueuse d’un royaume d’ombres économiques et démographiques. Si avide de soleil et de vieilles pierres, le touriste étranger continue à faire de l’Attique le plus court chemin entre Delphes et Délos, entre Olympie et Patmos, la vraie Grèce est ailleurs, des pluies fines et brumeuses des films de Théos Anguelo-poulos aux zones industrielles de Larissa et de Thessalonique. À l’exception remarquable de la Crète, par sa taille véritable subcontinent insulaire, les dissymétries urbaines de l’agglomération athénienne sont à l’inverse des inégalités régionales du pays.

10À une autre échelle, le site initial de la ville, d’abord favorable, est débordé par la croissance. En moins d’un siècle et demi, patiemment puis goulûment, parcelle après parcelle, lotissement après lotissement, l’urbanisation a grignoté le triangle de plaine encadré par l’Hymette, le Pentélique, le Parnès et l’Aigaléo, gravissant les pentes abruptes des collines et des montagnes de l’Attique, s’infiltrant le long des vallées sèches, valorisant le ciel même, par la densification accélérée des zones centrales à partir des années cinquante. À quelques remaniements près, cette œuvre de colmatage urbain est désormais achevée, autant par absence de sols urbanisables que par modification des genres de vie sous l’influence notamment de l’automobile Les conditions naturelles se révèlent alors beaucoup moins favorables, quand il faut passer de l’agglomération à la région urbaine. Les échappées se font par des rétrécissements remarquables, condamnant les infrastructures autoroutières à des investissements importants (col de Daphni vers Corinthe, ensellements entre Parnès et Pentélique, entre Pentélique et Hymette respectivement pour l’autoroute n° 1 vers Thessalonique et la route du Mésogée, corniche le long du golfe Saronique vers le Cap Sounion). Les extensions urbaines doivent se contenter de bandes latérales étroites ou de topographies mouvementées, avec des dissymétries souvent paradoxales : la belle côte rocheuse du golfe d’Éleusis à Corinthe abandonnée à l’industrie lourde et à ses nuisances, le littoral oriental envasé, lagunaire, naguère voué aux salines, colonisé par les villas et les marinas. Au-delà de ces ironies nouvelles de la nature et de la société, c’est bien la définition même de la ville qui est posée, de la fluidité des rapports résidentiels, qui se jouent des définitions rigides des recensements, ignorants de l’alternance des domiciles saisonniers, des séjours périodiques dans les îles ou dans le fief familial. Athènes pose alors de façon exemplaire le problème politique des mégapoles contemporaines : leur identité urbaine est moins contestée par leur taille démographique ou leur gigantisme spatial, que par le sentiment médiocre d’appartenance et de conscience de leurs citoyens.

11Enfin, pour compléter ces crises de l’espace, Athènes était encore naguère la capitale hypertrophiée d’un des plus petits États de l’Europe des Douze, projeté et isolé dans cette Méditerranée orientale et balkanique, tellement rebelle à ses modèles de développement économique, et étrangère à ses idéaux de paix internationale indéfinie et de coopération communautaire sans limite. Athènes est toujours suspectée d’orthodoxie financière incertaine, de laxisme migratoire incontrôlable, de dérives nationalistes dangereuses, de l’« Épire du Nord » (le sud de l’Albanie), qu’il faut protéger, de la République de Skopje, qui n’est pas Macédoine, à la Turquie, qu’il faut contenir, et à Chypre qu’il faut libérer. Et pourtant, la capitale grecque est toujours celle où se portent les yeux de l’Europe, quand il faut célébrer la culture immortelle, l’olympisme triomphant ou les négociations politiques plus ou moins secrètes entre Arabes et Israéliens, entre Khadafi et l’Occident. Brasilia du xixe siècle, qui a réussi, Athènes n’arrête pas de jouer sur l’inversion des signes, mais surtout sur la négation des temps et des espaces : l’agglomération commence sa croissance quand toutes les mégapoles méditerranéennes de l’Ouest et de l’Est entrent en déclin, ses configurations économiques, son attrait pour la consommation plus que pour la production, comme ses rythmes sociétaux, la rattachent à l’Europe du Sud (on songe à cette belle définition de Rome par J. Delumeau, « ville de tailleurs plus que de tisserands »). Mais, quand, dans les fraîcheurs des versants du Pentélique, la banlieue chic de Kiphissia prend des allures de Beverly Hills, ses formes urbaines et leur précarité l’apparentent déjà à la ville américaine.

Le changement des choses

  • 5 Aghis Anasvassiadis, Guy Burgel, Concentration et dispersion de la population, étude comparée en Fr (...)

12En trente ans, ces singularités de la capitale grecque se sont confirmées et affirmées. Mais le décor apparent a changé, qui en modifie l’expression et la perception. La désertification économique et démographique, qu’avait largement construite la croissance athénienne, est moins voyante, peut-être moins présente. Certes, les discontinuités du peuplement et de la richesse, symbolisées par la permanence du « croissant fertile » de la Grèce, de Thessalonique à Athènes, et d’Athènes à Patras, se maintient, et sans doute s’élargit dans les diffluences des grands pôles urbains, qui structurent cet axe (carte 1, p. 19). Mais plus remarquable certainement est dans la période la plus récente le ralentissement généralisé de la poussée urbaine, dont témoignent surtout les plus vastes densifications de peuplement du pays, au premier rang d’entre elles, Athènes. De 1971 à 1981, l’agglomération athénienne, comprise dans ses limites statistiques, avait encore progressé de 11 % ; la croissance tombe à 5,3 % de 1981 à 1991, dernière période intercensitaire connue. Mais, au-delà de la stabilisation démographique commune, voire du déclin statistique artificiel, des très grandes concentrations humaines, qui masque leur desserrement dans des régions urbaines de plus en plus étendues, la Grèce présente un cas original de croissance tardive et prolongée des villes petites et moyennes. Une étude portant sur l’ensemble des agglomérations grecques de plus de 10 000 habitants, montre que sur 36 villes de 10 000 à 30 000 habitants, 15 ont connu une croissance accélérée entre 1981 et 1991, contre seulement 10 entre 1961 et 19815 (carte 2, p. 37). La tendance est strictement inverse, par exemple pour la France, si l’on tient compte des rapports analogiques de tailles démographiques qui affectent les deux pays : sur 53 agglomérations françaises de 50 000 à 100 000 habitants, 24 présentaient une croissance accélérée entre 1962 et 1982, 7 seulement de 1982 à 1990. L’interprétation littérale de ces résultats contradictoires est certainement moins nette, que l’intérêt de suivre, dans l’espace et dans le temps, les permanences et les variations de deux cycles de l’histoire urbaine, que notre période superpose et collisionne à l’envi : un cycle de diffusion, qui favorise les extensions périphériques dans les auréoles périurbaines des très grandes agglomérations, et plus largement les dilutions du système spatial dans les plus petites unités urbaines, un cycle d’innovation, qui reconcentre le dispositif de commande économique, de créations et même de consommations culturelles. Dans ces itinéraires croisés, la Grèce est-elle en retard d’un cycle ou engagée dans un cheminement original ?

  • 6 Les villes, Atlas social et économique de la Grèce, Centre National de Recherches Sociales, Édition (...)

13En tout cas, l’incertitude de la réponse n’enlève rien à la macrocéphalie d’Athènes que certains auteurs, souvent d’origine grecque de surcroît, continuent curieusement à nommer « hydrocéphalie » ! En 1971, la capitale représentait 29 % de la population, 31 % en 1981, encore 30 % en 1999. Quelles que soient les tendances et les significations de la décentralisation de la société et de l’espace helléniques, la concentration athénienne dépasse encore de dix points la masse parisienne en France. Il reste que la révolution des transports et des communications (automobile, avion, fax, téléphone mobile et Internet), les déplacements incessants des hommes, des produits et de l’information, qu’elle génère, ont fait reculer les distances et diminuer les écarts de genres de vie entre Athènes et la province. Le tourisme, activité diffuse s’il en est, a achevé, notamment dans la Grèce méridionale et insulaire, de briser les enclavements et d’unifier les comportements et les consommations. Il n’est pas sûr toutefois que derrière cette façade récente d’uniformisation des territoires, d’autres différenciations plus subtiles ne soient pas édifiées, qui redonnent la primauté aux concentrations des populations et des activités. Pour se limiter à deux indicateurs, la place des femmes dans la population active et la composition des ménages, on note toujours le rôle précurseur que les grandes villes, notamment Athènes, jouent dans les évolutions de la société grecque. En 1981, dans une Grèce encore très marquée par le travail féminin agricole, on comptait 47 actives pour 100 actifs dans l’ensemble du pays, contre seulement 42 femmes actives pour 100 hommes actifs à Athènes et à Thessalonique. En 1997, la proportion moyenne est passée à 65, et à 68 pour les deux agglomérations les plus importantes. En moins de vingt ans, la Grèce a basculé : la progression de l’activité féminine s’est faite par le secteur tertiaire et à travers la grande ville. De la même façon, en 1991, les ménages monoparentaux et composés de personnes seules ou sans lien de parenté entre elles, qui constituent dans toutes les sociétés urbaines contemporaines des signes de mutation par rapport au modèle dominant de la famille nucléaire, représentent plus du tiers des ménages athéniens, contre un quart environ dans les autres agglomérations importantes de la province grecque (Thessalonique, Patras, Iraklion, Larissa, Volos)6. Transformations économiques et changements sociaux s’associent donc dans les mêmes espaces. L’innovation, la disposition, et surtout la valorisation, de l’information, distinguent partout dans le monde les très grandes villes pour leur capacité d’interactions techniques et sociales. La densité retrouve ses droits, là où les nouvelles technologies conduisaient plutôt à l’ubiquité. Athènes y gagne certainement en suprématie, réaffirmée, même si elle est plus immatérielle et moins démographique.

14Un second retournement concerne les sociétés et les espaces ruraux. La Grèce, contrairement à la France, a achevé son exode rural, avant que ses campagnes les plus prospères ne se soient complètement vidées. Dans ce territoire de diversité, de contrastes et de vives disparités spatiales, il faut souligner très fortement la rupture des années quatre-vingt, attestée par tous les indicateurs démographiques et par leur distribution géographique. Les deux décennies des années soixante et soixante-dix avaient été marquées par une urbanisation exacerbée et un exode rural accéléré. Dans un pays, qui connaissait sous l’influence de l’émigration extérieure et de la fécondité assagie, une croissance modérée (+ 1,3 million d’habitants en vingt ans), la seule population urbaine gagnait plus de deux millions de citadins, et les campagnes perdaient 700 000 personnes, passant de 44 % de la population totale à 30 %. En comparaison, la décennie quatre-vingt, suivie certainement par la décennie suivante (mais rappelons que le dernier recensement de population date de 1991), présente une physionomie plus assagie et des retouches plus que des remaniements, à l’architecture mise en place. Première surprise, dans un pays qui continue à avoir une très lente croissance démographique (9 750 000 habitants en 1981, 10 250 000 en 1991), les populations rurales ont cessé leur déclin, perdant seulement 50 000 personnes en dix ans, pour se stabiliser aux alentours de 28 % de la population totale. La répartition d’ensemble des catégories statistiques reste quasiment immuable : 60 % dans les villes, 12 % dans les bourgades de 2 000 à 10 000 habitants (population semi-urbaine), le reste dans les campagnes.

  • 7 Voir Guy Burgel, Pobia, étude géographique d’un village crétois, Centre des Sciences Sociales d’Ath (...)

15Les causes profondes de ces bouleversements des temporalités démographiques dans l’espace rural hellénique ne sont pas liées uniquement, et même souvent principalement, à la vitalité et aux dynamismes de l’économie agricole, et à l’application des différentes mesures nationales ou communautaires la concernant. Les rythmes fondamentaux sont ailleurs, dans l’ensemble de la société grecque et la place du pays dans le monde. Ainsi, l’exode rural des années soixante et soixante-dix s’explique plus par l’ouverture de la Grèce sur la modernité et le monde extérieur (urbanisation, industrialisation, début de la consommation de masse, appel migratoire de l’Europe occidentale) que par une crise interne des campagnes, qui étaient alors plus caractérisées par la pauvreté et le sous-équipement que par la mévente des produits agricoles7. De la même façon, le retournement des années quatre-vingt traduit avant tout des modifications considérables des genres de vie dans les espaces ruraux (l’automobile, la télévision et la vidéo, les transports rapides, les équipements ménagers et les infrastructures publiques) avant même la bonne santé de l’économie. Tout cela n’est pas propre à la Grèce, mais comme toujours y a été assimilé et adopté avec une étonnante rapidité et flexibilité.

Carte 1 Tendances d’évolution des départements grecs (« nomi »), 1961-1991

16Ces chevauchements, classiques dans le pays, des phases historiques d’évolution des sociétés entraînent de multiples conséquences pour l’économie des modes de vie villageois. La multi-activité, cette hantise des experts bruxellois, qui y voient un archaïsme inquiétant, additionne les revenus au fil des saisons, et au sein d’une même unité familiale. Elle rentabilise d’autant un lot foncier moyen, qui a pu rester exigu, mais en renforçant sa rentabilité par le développement des cultures spéculatives, soutenues de surcroît par les fonds européens. La double résidence, entre ville et campagne, est devenue la règle dans un espace où les distances sont courtes et les mobilités nombreuses. Dans les zones les mieux desservies (littoral, proximité des agglomérations et des grands axes de circulation), il en résulte un paysage original, où se mêlent activités agricoles, urbaines et touristiques, dans des formes inégalées de périurbanisation généralisée. Les villes en ont profité en puissance d’attraction, sinon en population recensée, Athènes au premier chef.

17Autour des plus grandes villes du pays (Athènes, Thessalonique, Patras, Iraklion, Volos), se développent ou s’étirent, sur plusieurs dizaines de kilomètres, voire une centaine dans le cas de la capitale multimillionnaire, toutes les conditions d’un complexe agro-urbain, où la proximité de la mer, la demande des sociétés locales à fort niveau de vie, et l’afflux du tourisme international, ajoutent encore une utilisation ludique et récréative de l’espace. Constructions résidentielles plus ou moins saisonnières, infrastructures routières et leurs annexes (stations-service, aires de parking, surfaces commerciales), desserrement industriel et tertiaire, se mêlent aux installations touristiques (plages organisées, marinas aménagées, hôtels de week-end ou de long séjour) et aux utilisations agricoles plus ou moins spéculatives.

18On imagine ce que cet encombrement compétitif de l’espace dans un environnement naturel fragile peut entraîner de pressions foncières, d’irrationalités subies, de pollutions graves, de consommation croissante en eau, et d’atteintes plus ou moins irréversibles au patrimoine végétal et marin. Les incendies de forêts estivaux autour de – et quelquefois dans – Athènes, sont cycliques, mais ont pris ces dernières années des allures dramatiques (cf. les tragédies humaines et écologiques dans les faubourgs nord d’Athènes sur les pentes du Pentélique au cours de l’été 1998). Dans un pays qui n’est réputé, ni par l’efficacité de son aménagement, ni par la coordination de sa protection civile, ni surtout par une prise de conscience de la solidarité des problèmes environnementaux, on mesure le chemin à parcourir et l’importance des mesures à mettre en œuvre pour passer d’une simple gestion urbaine, qui a toujours été dérisoire, à une politique de développement métropolitain global, qui serait souhaitable.

19L’économie de la capitale n’est pas moins affectée que l’espace par les mutations profondes de l’appareil productif au cours des dernières décennies. La désindustrialisation, notamment dans les secteurs traditionnels des activités athéniennes (chimie lourde, métallurgie, textile), a banalement transformé paysages, profils de répartition des salariés et vieilles mentalités ouvrières. Des quartiers entiers, comme Drapetsona, le long du port principal de Pirée, ont vu ainsi leur physionomie changer en quelques années. Desserrement industriel, concurrences internationales, modifications des consommations, s’additionnent dans un cortège classique de logiques associées, qui n’ont pourtant pas ici atteint dans leurs conséquences géographiques, sociales et techniques, l’ampleur de certaines zones sinistrées de l’Europe occidentale : le retard de la révolution industrielle, la place traditionnelle des activités tertiaires expliquent certainement des blessures moins profondes et des capacités de rebondissement plus marquées.

20Pourtant, c’est sans doute dans le secteur de la construction, qui a été longtemps un des ressorts de l’économie de la capitale, que les déplacements de l’investissement financier et de ses atmosphères paysagères et sociales ont été les plus marquantes. L’activité du bâtiment a elle aussi gagné ses quartiers provinciaux : maisons familiales rénovées jusque dans les villages les plus reculés de Grèce, autant pour l’agrément que pour le prestige, conquête généralisée du littoral pour les vacances personnelles ou l’exploitation de la manne touristique, le mouvement matériel, plus diffus, s’est déplacé du centre vers les périphéries du territoire. Mais la capitale ne cesse pas pour autant d’y imprimer sa marque : transfert de capitaux, contrôle financier et technique des dossiers, imposition surtout des modèles culturels et des choix technologiques par le biais des multiples agences d’architectes et d’ingénieurs civils athéniens, qui rayonnent dans tout l’espace national.

21Mais les changements les plus spectaculaires sont certainement à rechercher dans les équilibres démographiques et géopolitiques de la Grèce. Il faut ici rappeler le retournement du comportement migratoire quasi séculaire de la Grèce à la fin des années soixante-dix. De terre traditionnelle d’émigration, d’abord balkanique – sous la domination turque, une partie de l’élite du Phanar est d’origine hellénique –, puis transocéanique (États-Unis, Canada, Australie), enfin européenne, vers l’Allemagne Fédérale notamment, la Grèce est devenue un pays d’immigration, plus ou moins comptabilisée. Affaiblissement de la demande de main-d’œuvre dans une Europe de l’Ouest, qui s’essouffle économiquement et se tourne vers des gains de productivité, retours de travailleurs migrants nationaux, ouverture de l’Europe de l’Est et balkanique après la chute du communisme, besoins saisonniers non couverts dans l’agriculture et le tourisme, se conjuguent pour expliquer ce basculement du positionnement géostratégique de la Grèce.

  • 8 À la fin des années quatre-vingt-dix, le nombre des étrangers, réguliers ou non, était estimé à que (...)

22Le retournement n’est pas seulement à attribuer à l’inversion des croissances, qui a fait rentrer chez eux bien des Grecs expatriés, en Allemagne notamment. Le démantèlement des systèmes communistes à l’Est a été un moteur bien plus efficace et puissant, qui a fait converger vers ce pôle de prospérité et de paix que constitue la Grèce, des centaines de milliers d’Albanais, de Yougoslaves, de Polonais, de Bulgares, quand ce n’est pas des communautés entières d’origine grecque (« les Pontiques »), mais fixées depuis longtemps dans l’ex-Union soviétique. Populations mal recensées,8 à l’intégration plus ou moins rapide, mais main-d’œuvre abondante, sinon experte, et bon marché, qui a relancé l’économie grecque, dans un environnement démographique naturel défaillant, où l’on dénonçait dès les années soixante-dix le manque de bras, notamment dans la capitale. Sans en être les bénéficiaires prioritaires, les villes, grandes et petites, ont été les bases principales de réinvestissement immobilier et de services banals pour les capitaux rapatriés par les travailleurs migrants, et plus récemment, les Grecs Pontiques ont préféré massivement une installation à Athènes plutôt que dans les villages qui leur étaient préparés en Thrace. Les quartiers dévalorisés du centre (Omonia, Patissia), les lotissements précaires à la périphérie sur des terrains peu stabilisés, dont le séisme meurtrier de septembre 1999 a montré le danger, mais aussi les multiples inventivités d’emplois, licites et illicites, d’une agglomération tentaculaire, exercent des attraits incontestables. Une nouvelle fois, Athènes aura su tirer profit non seulement des crises internationales pour ses investissements (les tensions Est-Ouest après la deuxième guerre mondiale, la guerre civile au Liban dans la décennie quatre-vingt), mais des bouleversements de la carte du monde pour sa croissance matérielle, et sans doute démographique.

23Enfin, la construction européenne s’est révélée un ferment actif de transformation des espaces et des sociétés. Regardée avec suspicion, dénoncée avec constance, elle apparaît de plus en plus aux yeux de l’opinion la moins avertie comme la source inépuisable de bienfaits, au moment où l’ouverture annoncée de la Communauté à des pays moins riches de l’Europe de l’Est pourrait faire craindre le tarissement. Là encore, Athènes en a retiré les bénéfices, bien au-delà de la commission obligée du transitaire. Certes, dans tous les villages de l’Hellade, fleurissent désormais ces « places des héros », où le marbre et le mauvais goût doivent beaucoup aux fonds communautaires. Certes, la « voie Egnatia », d’Igouménitsa en Épire aux confins de la Thrace, doit renouer par ses infrastructures coûteuses avec les grands itinéraires de l’empire romain. Mais en attendant les jeux olympiques de 2004, les grandes sorties autoroutières de la capitale, le métro enfin ouvert en l’an 2000, après une attente de près de trois décennies, même dans un réseau central assez dérisoire, le transfert en 2001 de l’aéroport à Spata, dans le Mésogée, qui va libérer les appétits spéculatifs en front de mer, en plein centre de l’agglomération, ont été dévoreurs de financements, d’énergie, mais finalement aussi pourvoyeurs de nouveaux prestiges pour la capitale grecque. Ce n’est pas une des moindres ironies de l’histoire, que la lutte contre les inégalités régionales ait d’abord profité ici aux riches.

La permanence et l’originalité des mécanismes

24Malgré ces transformations profondes, en trente ans, de la société et de l’espace grecs, des logiques apparaissaient déjà il y a trois décennies, dont l’évolution récente de l’urbanisation allait marquer le triomphe. Précocité et plus grande pureté des mécanismes dans un pays qui n’était pas alourdi par les inerties de l’ère industrielle, et dont l’économie décollait ? Confirmation, s’il le fallait, que l’histoire est plus faite de glissements et de continuités que de césures brutales ? Quoi qu’il en soit, les prémonitions existent et s’affirment. La plus marquante est certainement l’inversion des centralités. « La puissance d’une région urbaine dépend moins de ses relations avec des espaces proches que du réseau d’interconnexions économiques et humaines, qui l’unissent à d’autres régions urbaines nationales ou internationales », écrivait-on il y a vingt-cinq ans. La phrase, devenue banale à l’heure de la mondialisation et de la « société d’archipel », détonnait au moment où régnaient les représentations christallériennes des emboîtements successifs des espaces et des hiérarchies urbaines pyramidales. Il n’a jamais existé dans la Grèce contemporaine un réseau urbain organisé que l’hypertrophie athénienne aurait démantelé et déséquilibré. La jeunesse de l’État et des structurations administratives du territoire, la médiocrité des circuits économiques régionaux, établissent d’emblée les deux trames qui rythment la vie des sociétés : l’attraction de proximité vers les centres urbains petits et moyens, qui modèlent la quotidienneté de l’échange et des services, la polarisation lointaine et distendue, qui organise les grands flux de l’économie, de la culture et de l’information. Athènes illustre, de constitution, cette double inversion des centralités. Les systèmes territoriaux se constituent beaucoup plus aujourd’hui sur le mode du discontinu, de l’horizontal, de la reconnaissance des concurrences et des complémentarités entre villes de même signification – « cités globales », métropoles internationales, agglomérations régionales – que sur la verticalité gigogne des espaces et des centres. Par ailleurs, les attractivités et les rayonnements externes – les circuits internationaux des hommes, de l’argent, de la consommation – l’emportent désormais sur la simple gravitation interne de la masse et de la proximité. En cela, Athènes précède et démontre.

25Il en est de même des formes et des filières de substitution de l’économie de services à la production industrielle. La progression de l’impérialisme athénien s’élabore par la succession du démantèlement de l’armature tertiaire des villes provinciales, de l’affaiblissement des bourgeoisies commerciales, du renforcement momentané des appareils productifs, bientôt suivi par l’établissement de simples relais d’exécution et de distribution. La rapidité de l’enchaînement des phases, sa brutalité, éclairent beaucoup sur la crise économique et sociale de bien des villes moyennes de province françaises, dont la diffusion des croissances à l’époque des trente glorieuses avait soudain emballé la démographie et l’activité. La métropolisation actuelle les ramène à la médiocrité des destins et à la recherche de nouvelles équités dans les territoires. Dans le même temps, des capitales, autrefois souvent alourdies par des bureaucraties pléthoriques et peu productives, bénéficient incontestablement du patrimoine accumulé d’éducation, de cultures et de réseaux humains et techniques, pour le transformer en suprématie irréversible à l’heure de la mondialisation des échanges. En cela aussi, Athènes initie et profite.

26Dans ces cycles de la construction économique et de la recomposition des systèmes spatiaux, les cheminements de l’initiative et de l’échec, la géographie des courants monétaires, sont évidemment déterminants. La succession sur la longue durée des phases d’efflorescence et de faillite des entreprises grecques témoigne que l’innovation, l’accumulation et la modernisation, s’accompagnent d’une grande mobilité dans la réussite et l’insuccès des investissements humains : l’encéphalogramme plat de l’activité caractérise l’atonie des lieux et des groupes, l’enrichissement présuppose le risque. Les sociétés contemporaines accélèrent et renforcent ces régularités historiques. Là encore, Athènes, forte de la flexibilité et de l’adaptabilité de ses populations, s’instaure en modèle précoce. De la même façon, la subtilité des flux financiers entre pauvres et riches – régions ou groupes sociaux – montre que l’essentiel est moins dans cette géographie élémentaire de la distribution de la richesse que dans la nature de l’argent mis en œuvre : passif (dépôts bancaires, rentes, retraites, subventions), il fait survivre ; actif (prêts, investissements, salaires), il fait rebondir. L’échange est moins inégal dans sa masse, que dans ses conséquences sur l’espace et la société.

27Enfin, c’est sans doute dans la dimension politique de la construction des configurations métropolitaines que le « miracle » athénien est le plus instructif. La diaspora grecque, la désuperposition au xixe siècle des centres économiques de l’hellénisme (Alexandrie, Smyrne, Istanbul, Thessalonique) et de la capitale nationale, placent immédiatement l’essence de la croissance urbaine sous d’autres signes que les foyers de l’Europe industrielle. L’organisation politique de la cité, « la force de l’État », pour reprendre le titre originel d’un des chapitres de l’ouvrage, y tiennent plus de part que l’accumulation physique des forces productives, à condition de voir dans ces expressions nouvelles de la polis, moins des configurations spatiales ou institutionnelles, que le rôle retrouvé des très grandes concentrations urbaines dans l’organisation matérielle et morale des civilisations plus que dans leur justification technique. Précocement, à Athènes, la « ville ludique » et communicationnelle s’est imposée à la « ville-outil ». De la même façon, le cosmopolitisme des bourgeoisies annonce l’internationalisme des groupes. Paradoxalement, Athènes rattache à l’Antiquité et annonce le xxie siècle.

Notes

1 Voir bibliographie, p. 353.

2 Ces lignes s’inspirent ici, souvent littéralement, d’écrits plus récents sur la capitale grecque et la ville, en général ; voir notamment Guy Burgel : Athènes, une métropole contemporaine exemplaire, in Cahiers d’études sur la Méditerranée et le monde turco-iranien, n° 24, Juillet-Décembre 1997 ; Athènes contemporaine : force du politique, puissance du social, in Mégapoles méditerranéennes, Maisonneuve et Larose, Paris, 2000 ; La ville aujourd’hui, Hachette, 1993 (3e édition 2001) ; Paris, avenir de la France, Éditions de l’Aube, 1999. Enfin, une mention particulière doit être faite pour ma femme, qui fut une compagne participative de cette aventure grecque de près de quarante ans.

3 In Mégapoles méditerranéennes, loc. cit.

4 In Mégapoles méditerranéennes, loc. cit.

5 Aghis Anasvassiadis, Guy Burgel, Concentration et dispersion de la population, étude comparée en France et en Grèce, in Petites et grandes villes du bassin méditerranéen, études autour de l’œuvre d’Étienne DALMASSO, École française de Rome, 1998.

6 Les villes, Atlas social et économique de la Grèce, Centre National de Recherches Sociales, Éditions Universitaires de Thessalie, 2000 (en grec).

7 Voir Guy Burgel, Pobia, étude géographique d’un village crétois, Centre des Sciences Sociales d’Athènes, Athènes, 1965.

8 À la fin des années quatre-vingt-dix, le nombre des étrangers, réguliers ou non, était estimé à quelque 730 000 personnes. Mais ce total peut être sujet à caution : sur une carte publiée récemment, le nombre d’étrangers n’excède pas 500 000, dont près d’un tiers serait fixé à Athènes (Les villes, Atlas social et économique de la Grèce, op. cit.)

Table des illustrations

Légende Carte 1 Tendances d’évolution des départements grecs (« nomi »), 1961-1991
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/40184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search