Version classiqueVersion mobile

La fête du mouton

 | 
Anne-Marie Brisebarre

Première partie. L'cAyd al-kabîr en France

Chapitre 7. Expérimenter : les « sites dérogatoires de sacrifice » (1993-1997)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme tous les départements de la couronne parisienne, le Val-d’Oise est confronté chaque année au problème de la célébration de la fête de l’cAyd al-kabîr. Dans ce département limitrophe des Yvelines, de l’Eure et de l’Oise d’une part, des Hauts-de-Seine et de la Seine- Saint-Denis – plus urbanisés – d’autre part, résident de nombreuses familles musulmanes désireuses de sacrifier à cette occasion. En partie rural, le Val-d’Oise dispose d’un réseau de professionnels de l’élevage, éleveurs et maquignons, commerçant depuis de nombreuses années avec les musulmans de la région et susceptibles de fournir des animaux vivants. En juin 1992, à la veille de la fête, le seul abattoir qui s’y était maintenu, l’abattoir privé hippophagique d’Ézanville, partiellement transformé en abattoir ḥalâl au début de 1988, a fermé ses portes1.

Confrontée à une pratique du sacrifice de l’cAyd al-kabîr qui revêt une réelle ampleur, pendant plusieurs années l’attitude adoptée par l’administration dans le Val-...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search