Version classiqueVersion mobile

La fête du mouton

 | 
Anne-Marie Brisebarre

Première partie. L'cAyd al-kabîr en France

Chapitre 5. « Organiser l’illégalité » : le rôle de l’administration

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À côté des organisations collectives pour le sacrifice de l’cAyd al-kabîr dues à des musulmans (dans les foyers et les cités, voir chapitre 3) ou faites à l’initiative de professionnels de l’élevage (voir chapitre 4), des tentatives pour trouver des solutions acceptables pour tous, musulmans et non-musulmans, ont eu pour moteur l’administration française, d’abord dans le cadre de municipalités confrontées au problème de l’abattage clandestin. Dans les années 1980, à plusieurs reprises, le ministère de l’Agriculture avait encouragé les maires de communes de la banlieue parisienne éloignées des structures d’abattage à mettre à la disposition de leurs résidents musulmans un lieu où le sacrifice puisse se dérouler « à l’abri des regards ».

Comme je l’ai déjà signalé, alors qu’elle était ministre de l’Agriculture, Édith Cresson avait écrit aux maires des communes de Seine-Saint-Denis en ces termes :

« (...) le rite religieux (de l’cAyd al-kabîr) recommande à tout musulman d’abattre lui-mêm...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search