Version classiqueVersion mobile

La fête du mouton

 | 
Anne-Marie Brisebarre

Première partie. L'cAyd al-kabîr en France

Chapitre 4. Sacrifier à la campagne : « l’accueil à la ferme »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La nécessité de se procurer un mouton vivant pour l’cAyd al-kabîr a amené de nombreux musulmans résidant en ville, en particulier ceux de la région parisienne, à trouver le chemin des fermes les plus proches de leur domicile. Des réseaux d’information se sont créés, parfois relayés par les mosquées, les salles de prière, les associations et les foyers. Au moment de la fête, des radios locales jouent aussi un rôle important en diffusant des annonces sur les lieux de vente de moutons et même sur les prix pratiqués.

Pour fournir cette clientèle particulière, des circuits de ramassage de moutons ont été organisés par des maquignons français ou maghrébins dans les régions de production ovine, en particulier le Sud, le Centre et l’Ouest. Certains font même venir des animaux de l’étranger (Angleterre, Belgique, Hollande). Sur les lieux de sacrifice, les caractéristiques physionomiques liées aux races ovines permettent d’en connaître en général la provenance : mérinos d’Arles, rouges de l’Ou...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search