Version classiqueVersion mobile

La fête du mouton

 | 
Anne-Marie Brisebarre

Première partie. L'cAyd al-kabîr en France

Chapitre 2. Sacrifier dans l’intimité familiale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les familles musulmanes qui résident en France en milieu rural n’éprouvent pas vraiment de difficultés pour célébrer la fête de l’cAyd al-kabîr. Il leur suffit d’acheter un mouton chez un éleveur, de le transporter jusqu’à leur maison et de le sacrifier dans le jardin ou le garage. L’abattage d’un animal pour la consommation familiale, qu’il soit ou non rituel, ne choque pas les ruraux, habitués à tuer pour leur propre alimentation des volailles, des lapins, et surtout le fameux cochon dont l’abattage et le charcutage mobilisent toute la famille et donnent encore souvent lieu à un repas festif et même à des dons entre voisins1.

Interrogés pendant l’été 1986 sur cette pratique musulmane qu’ils ne connaissaient que par ouï-dire, des éleveurs cévenols — en majorité de religion protestante -, qui fournissent des moutons vivants aux immigrés marocains employés dans la viticulture ou l’arboriculture fruitière en région languedocienne, m’avaient affirmé : « C’est leur religion, c’est une fê...

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search