Version classiqueVersion mobile

Expériences du divin dans l’Algérie contemporaine

 | 
Sossie Andezian

Annexe III. Fiche de renseignements individuels concernant « Labiddine Si Kezzouli, moqaddem de la Zawiya des Aïssaoua »

Texte intégral

Transcription du document établi par le Gouvernement général de l’Algérie à Oran, en 1910 (voir fac-similé p. 232) :

1GOUVERNEMENT GÉNÉRAL DE L’ALGÉRIE

2Affaires indigènes

3Département d’Oran

4RENSEIGNEMENTS INDIVIDUELS pour servir au recrutement du personnel administratif indigène, à la surveillance politique et administrative des populations musulmanes

51re CATÉGORIE

6Confréries religieuses musulmanes (chiouks, mokaddems, marabouts locaux)

7Confrérie de : Aïssaoua

8Nom, prénoms et âge : Labiddine Si Kezzouli ould Hadj Mohammed, (48 ans)

9Titres et qualités : moqaddem de l’ordre des Aïssaoua

10Résidence : douar commune « Oulhaça Gharaba » (commune mixte de Remchi)

11Communes mixtes – Mod. n° 11 bis

121. Notice succincte : Historique de sa famille – Origine – Lieu de naissance – Âge – Caractère – Intelligence – Moralité – Aptitudes – Manière d’être avec les représentants de l’autorité française – Faits à son actif – Faits à son passif – Fortune personnelle – Composition de sa famille. (Établir, à l’occasion, l’arbre généalogique – Signaler les personnes marquantes).

13(1) Indiquer le rang qu’il occupe dans la confrérie (cheikh ou mokaddem), les titres qu’il a pu acquérir dans l’Armée ou l’Administration, les fonctions publiques qu’il a remplies, les distinctions honorifiques qu’il a obtenues, etc.

14Sa famille est issue d’un chérif marocain de l’ordre des Aïssaoua originaire du Riff. Sidi Mohammed ben Ali, qui vint se fixer, bien avant la conquête. aux Oulhaca Gharaba. où il acquit une certaine notoriété. Il y mourut très âgé, transmettant le pouvoir spirituel à son fils aîné. Si Mohammed qui continue la tradition de son père. Tous deux sont enterrés dans une kobba. connue sous le nom de « Sidi Mohammed ben Ali- et édifiée sur une hauteur non loin de la mer.

15Quelques années avant notre établissement dans le pays, l’arrière gran-d’père du moqaddem Labiddine Si Kezzouli, Sidi Mohammed Belhadj el Miloud. représentant la branche cadette, recueillit la direction de la confrérie de son cousin germain Sidi El hadj Mohammed Ghezouli. représentant la branche aînée. Grâce à son activité, à ses incessantes pérégrinations dans les douars relevant du territoire de commandement de Tlemcen, et dans les tribus de l’Amalat d’Ouchda. Cette famille marabou-tique acquit une assez grande influence qu’elle conserva jusqu’à la mort du père du moqaddem actuel décédé il y a une vingtaine d’années. Labiddine Si Kezzouli est né aux Oulhaca Gharaba vers 1862. Il est peu lettré, d’un caractère assez ouvert et de bonne moralité. Sa fortune personnelle très modeste et d’ailleurs grévée d’hypothèques se compose d’un petit cheptel et de quelques terres qu’il cultive tous les ans en partie. Les offrandes de ses visiteurs du dehors constituent en réalité son principal revenu qu’il gaspillerait dit-on, à Tlemcen, avec des filles galantes. Sa manière d’être avec les autorités françaises a toujours été très correcte. Il n’a pas de rapports avec les Européens et est sans aptitudes administratives. Sa famille se compose de deux femmes et de 3 enfants. Il a succédé à son père comme moqaddem des Aïssaoua. il n’a jamais servi ni dans l’armée, ni dans l’administration. Très jeune, sans expérience et sans direction lorsqu’il prit la succession de son père, les premières années qui suivirent son investiture furent une vie de plaisirs, dont les écarts firent certain bruit dans son douar d’origine et portèrent atteinte à son prestige. Aujourd’hui encore, on prétend que, sous l’apparence d’une vie rangée et austère, sa conduite ne serait pas exempte de reproches. Il n’est allié à aucune famille marquante et n’appartient à aucun çoff politique.

162. Influence morale et politique :

17Faire ressortir l’influence qu’il aurait pu acquérir sur ses coreligionnaires par son caractère, ses manières d’être, ses alliances politiques ou de famille avec les personnalités importantes – Est-il chef de çoff – Entretient-il des relations avec les Européens, les agents d’affaires, etc.

18Il s’est initié aux doctrines de son ordre sous la direction de son père. Son chef spirituel est le Chikh Sid-el hadj hachemi ould sid el hadj Mohammed de Mequinez, dont il eut la visite au mois de février 1906. Depuis cette époque, plusieurs délégués du chef de l’Ordre sont également venus le visiter. Ses écarts de jeunesse, ses besoins incessants d’argent et ses relations avec certains individus de Tlemcen, appartenant au monde des usuriers lui ont aliéné quelque peu la considération des anciens du douar qui formaient l’entourage de son père, et nui à son autorité morale.

193. Influence religieuse :

20Historique de son affiliation à la confrérie ou aux confréries qu’il représente – Quel est son chef spirituel ? Lui est-il soumis et dévoué ? – Fait-il preuve d’une certaine indépendance ? – A-t-il des relations suivies avec les autres dignitaires de nos ordres ? – Prestige que lui donne son titre de cheikh ou de mokaddem – Fait-il du prosélytisme ? – Propage-t-il les doctrines de sa confrérie ? Étendue de son action. – Dans quelles contrées a-t-il des adeptes ? (Indiquer le chiffre approximatif par commune, tribu, douar ou fraction) – A-t-il des affiliés à l’extérieur de l’Algérie ? (Énumérer les pays et fournir des renseignements aussi exacts et aussi précis que possible). Dans le cas où il s’agirait d’un marabout local non affilié à une confrérie, il y aura lieu de donner un résumé des miracles qu’on lui attribue, des légendes accréditées dans le pays ou de faire connaître tout autre fait qui aurait pu motiver la vénération dont il pourrait être l’objet ou l’influence qu’il pourrait avoir sur ses coreligionnaires.

21Il jouit, malgré tout, d’une certaine influence religieuse de famille dont l’action s’étend plus particulièrement aux deux douars riverains de l’embouchure de la Tafna : les Oulhaça Gharaba et les Oulhaça Cheraga. où il compte une quarantaine d’adeptes. Il a également un certain nombre d’affiliés à Tlemcen (40). à Nédromah (19) et à Ouchda (10). Ces derniers viennent presque tous les ans le visiter et lui offrir la ziara.

225. Observations personnelles de l’autorité locale

23Ce moqaddem a toujours fait preuve d’une entière soumission à l’autorité, et rien dans son passé ne permet de suspecter son loyalisme.

24Il intervient parfois dans les conflits d’intérêts qui se produisent entre les indigènes de son douar, et son intervention n’a jamais donné lieu à aucune plainte.

25Montaguar, le 19 décembre 1910

26Commune mixte de Remchi (Dép. d’Oran)

27L’administrateur

286. Observations du sous-préfet

29Avis conforme

30Tlemcen, le 22 décembre 1910

31Le sous-préfet, es p. o.

32L’administrateur

337. Observations du préfet

34Vu : J. O.

35PR LE PRÉFET

36Le secrétaire général

37Pour les Affaires indigènes et la Police générale

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search