Version classiqueVersion mobile

Miroirs maghrébins

 | 
Susan Ossman

Avant-propos

Michel Camau

Texte intégral

1Le sociologue, si l’on en croit Norbert Elias, se définirait comme « chasseur de mythes ». De ce point de vue, s’il fallait s’en convaincre, l’ouvrage relève pleinement de la sociologie. Il apporte, en effet, une appréciable contribution à une connaissance démystifiée du Maghreb.

2En l’occurrence, la « chasse aux mythes » se rapportait à deux séries d’enjeux relevant respectivement des modes d’analyse des énonciations de l’identité et de l’altérité, d’une part, et des sites d’observation de pratiques significatives de ces constructions, d’autre part.

3Les « mythes » en cause participent, pour partie, de représentations et de conduites imputées par Roland Barthes à « l’univers petit-bourgeois » ; à savoir l’irrémédiable impuissance à « imaginer l’Autre », avec pour seule « figure de secours », l’exotisme.

4À l’épreuve d’une mondialisation caractérisée notamment par le développement de techniques de communication modifiant le rapport au temps et à l’espace, ces figures n’ont pas perdu leurs traits ; tout au plus, les ont-elles rafraîchis. Désormais, nous dit-on, le village planétaire abolirait les différences et ainsi, plus que jamais, justifierait la réduction de « tout autre au même ». Néanmoins, face aux démentis les plus criants infligés à ce nouvel avatar de l’identification, on réactualisera l’exotisme sous la forme de la « barbarie », terme qui a toujours prétendu disqualifier une altérité perçue comme irréductible et qui est aujourd’hui associé à de supposés replis identitaires. La thèse Djihad vs Mc World, chère à Benjamin Barber, constitue, sans doute, à cet égard, l’une des ressources rhétoriques les plus sophistiquées de cet « univers petit-bourgeois » revisité.

5 Miroirs maghrébins prend heureusement ses distances avec ce type de clichés. Son propos est de montrer comment au Maghreb à la faveur du renouvellement et de la diffusion des techniques de communication tout au long du texte se sont construites et déconstruites des images de soi et du rapport à autrui. Pour ce faire, il rompt avec les problématiques unilatérales de l’appropriation des modèles des dominants par les dominés ainsi qu’avec les oppositions binaires les plus éculées mettant en scène une confrontation qui aurait pour acteurs des essences dénommées « Occident » (européen) et « Maghreb » (arabe). Non point qu’il soit inconvenant de parler d’Occident ou du Maghreb, loin s’en faut. Mais ces catégories et les réalités qu’elles désignent s’inscrivent dans une historicité qui, par définition, interdit de les figer. Les définitions de soi participent de configurations à géométrie variable où les cultures n’apparaissent pas comme des systèmes clos et opèrent l’inclusion du local et du global. Du moins, cette interprétation semble-t-elle constituer le fil conducteur de la plupart des contributions ici réunies.

6La métaphore éponyme des miroirs, qui, assurément, n’est pas nouvelle, préside ainsi, en la circonstance, à une approche renouvelée du « narcissisme des petites différences ». Le renouvellement procède non seulement d’un projet qualifiable de théorique mais également de choix empiriques. La palette des objets étudiés pour rendre compte de la relation entre techniques de communication et pratiques de soi témoigne d’une seconde dimension de « la chasse aux mythes ».

7Il y a plus de vingt ans déjà, Pierre Bourdieu dénonçait le rôle insidieux des « censures sociales » dans la détermination de la hiérarchie des objets de recherche considérés comme dignes ou indignes d’être étudiés.

8Partageant cette préoccupation, nombre de travaux n’ont cessé de mettre en lumière la légitimité des intérêts de connaissance conduisant à l’étude d’objets réputés « indignes ».

9Cependant, les préjugés sur la « vraie science » restent tenaces et s’abritent parfois derrière l’alibi d’une demande sociale aux interprètes autoproclamés.

10Auteur d’un remarquable travail sur Casablanca (Picturing Casablanca. Portraits of Power in a modern City), Susan Ossman a conçu et dirigé le programme collectif de recherche dont elle édite ici les résultats. Pour elle, comme pour la direction de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), il ne s’agissait pas de produire tout simplement un énième travail sur les pratiques culturelles au Maghreb. Le lecteur peut aujourd’hui le constater de visu : les thèmes et les sites abordés tranchent avec ceux généralement traités jusqu’ici dans la région. Que d’objets apparemment « indignes » ! Comment et pourquoi prétendre étudier scientifiquement les salons de beauté ou les salles de sport ? Assurément, après lecture, la question prêterait à sourire. Raison de plus pour savoir gré aux auteurs d’avoir fait fi du conformisme. Non sans regretter toutefois que ne soient pas toujours suffisamment explicites les critères de choix d’objets rendus à leur dignité.

11Ce bref commentaire sur une fructueuse « chasse aux mythes » serait incomplet s’il ne soulignait un élément de contexte particulièrement significatif. Dans les pages qui suivent, Susan Ossman décline le Maghreb au pluriel, se référant à des « Maghreb actuels et virtuels ». On souscrira à son assertion tout en ajoutant que Miroirs maghrébins témoigne de l’actualité de l’un de ces « Maghreb », celui de la recherche. La vitalité de celui-ci est irréductible aux virtualités d’un Maghreb politique. Mais on perçoit aisément combien la dynamique de l’un s’expose aux aléas de l’autre.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search