Version classiqueVersion mobile

Le régime de la civilité en Égypte

 | 
Jean-Noël Ferrié

Chapitre 2. L’application de la règle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’erreur de Doutté – croire que les collectifs représentent des personnes agissant en conformité avec des règles publiques et se contraignant alors mutuellement – s’explique par de nombreuses raisons dont j’ai essayé de rendre compte, dans le chapitre précédent. Cette erreur a, toutefois, son intérêt : elle contient une théorie (embryonnaire) de la domination de l’islam par de la contrainte mutuelle. Prise dans son acception la plus courante, cette théorie est cependant tout simplement inacceptable : elle consiste, par exemple, à affirmer que les femmes se voilent par obligation, c’est-à-dire à cause de la conjonction d’une règle et d’un ensemble de personnes décidées à la faire appliquer. Mais comment expliquer alors que d’autres femmes, au moins aussi nombreuses, ne se voilent pas ? Il faut alors nécessairement considérer que la décision de faire appliquer une règle ne peut être déduite de l’existence de la règle elle-même, en d’autres termes : que la règle ne possède pas de force...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search