Version classiqueVersion mobile

Expériences du divin dans l’Algérie contemporaine

 | 
Sossie Andezian

Avant-propos

Texte intégral

« En poésie, on n’habite que le lieu que l’on quitte,
on ne crée que l’œuvre dont on se détache,
on n’obtient la durée qu’en détruisant le temps. »
René Char

1Le projet de cet ouvrage est ancien. Il a été sans cesse ajourné en raison de la crise algérienne qui a éclaté en 1988. L’arrivée des islamistes sur la scène politique en 1990 a induit des changements dans le champ religieux. Mon souhait était d’étudier ces changements, notamment dans le domaine du mysticisme. L’assassinat du président Boudiaf en 1991 et les événements sanglants qui s’ensuivirent ne m’ont pas permis de le réaliser. À partir de ce moment, j’hésitais à rendre compte d’une enquête ethnographique, de peur de mettre la vie de certaines personnes en danger. Par ailleurs, ayant vécu en partie la guerre du Liban, surtout à travers l’expérience de ma famille, je n’avais jamais franchi le pas de faire un travail de recherche sur ce pays en destruction. La guerre civile en Algérie a eu le même effet sur moi. J’avais noué des liens profonds avec beaucoup d’Algériens. J’avais été accueillie à bras ouverts par une population pour qui l’hospitalité n’est pas un vain mot. À quoi servirait un ouvrage scientifique sur un pays où le sang coulait à flots ?

2Durant toute cette période, j’ai toutefois poursuivi le travail de réflexion sur les données recueillies, travail que j’ai approfondi dans le cadre de mes séminaires à l’École des hautes études en sciences sociales de Marseille. Je me suis également tournée vers la littérature algérienne où j’ai trouvé des pistes de réflexion très riches. J’ai notamment constaté à quel point certains écrivains algériens, tels Mouloud Mammeri, avaient été des visionnaires et avaient annoncé cette déchirure de la société algérienne. Son roman La traversée, paru chez Plon en 1982, en est le témoignage saisissant.

3Ayant décidé d’entreprendre une nouvelle recherche, cette fois à Jérusalem, sur les Arméniens de cette ville, la nécessité d’honorer ma dette envers l’Algérie qui m’avait beaucoup donné s’est imposée. J’ai donc décidé d’achever enfin cet ouvrage, simplement pour témoigner de la complexité de la réalité culturelle de l’Algérie après l’Indépendance, que les autorités politiques cherchaient à masquer afin de préserver la prétendue intégrité nationale. Mon ambition est d’apporter une contribution modeste à l’écriture de la mémoire des hommes et des femmes d’un coin de l’Algérie, à un certain moment de son histoire. L’expérience des pays en guerre montre que les jeunes générations sont à l’affût d’informations sur ces périodes « d’avant », les façons de dire et de faire « d’avant », tout simplement sur la vie « d’avant ». Les enfants algériens nés dans une Algérie en décomposition ont le droit de savoir que leur pays a été et pourra être à nouveau un beau pays, avec des hommes et des femmes qui y ont toujours créé et revitalisé des formes culturelles d’une grande richesse, et dont la barbarie n’aura jamais raison.

4Je termine cet ouvrage dans un autre contexte de conflit sanglant : le conflit israélo-palestinien, qui, en septembre 2000, est entré dans une nouvelle phase de violence, provoquant des morts atroces, celles d’enfants notamment.

5Mars 2001

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search