Version classiqueVersion mobile

Expériences du divin dans l’Algérie contemporaine

 | 
Sossie Andezian

Avertissement

Texte intégral

1Les termes arabes sont en italique, sauf lorsqu’ils sont suffisamment connus en France ; ils apparaissent alors dans leur transcription française. Ne figurent dans ce lexique que les mots employés plus d’une fois dans le texte. J’ai conservé la transcription française des mots lorsque celle-ci est utilisée telle quelle en Algérie. Exemple : raï, chaabi. De même, j’ai gardé la transcription en français des noms de lieux. Exemple : Oulhaça.

2Afin de faciliter la lecture de cet ouvrage par des non-arabisants, j’ai formé le pluriel en ajoutant un « s » précédé d’un tiret : « -s ». Je n’ai utilisé le pluriel arabe que lorsqu’il me semblait être connu du public français (exemple : fuqahâ’, ‘ulamâ’...).

3J’ai adopté le système de translittération de l’Encyclopédie de l’Islam tout en le modifiant quelque peu (voir infrà). J’ai notamment éliminé les traits souscrits correspondant aux sons « dj », « kh », « sh » et « gh », et j’ai remplacé le trait au-dessus des voyelles longues par un accent circonflexe (â, û, î).

4Quelques difficultés sont à noter au sujet de la transcription du dialecte local. Tout d’abord les populations étudiées n’utilisent pas toutes le même dialecte. Mais les différences entre les parlers sont surtout d’ordre phonétique. J’ai essayé d’homogénéiser la transcription des mots autant que faire se peut. La principale difficulté a été de pouvoir rendre le son « e » tel qu’on l’entend dans le mot anglais « little » (litel) entre le son « t » et le son « l ». D’autant que l’une des caractéristiques phonétiques des dialectes maghrébins est la perte du contenu vocalique. Généralement, les voyelles tombent dans la première syllabe et l’effort d’articulation est orienté vers la fin du mot (exemple : ṭebel se prononce ṭbel). Dans ces cas, j’ai conservé dans la transcription la lettre « e » si le son était suffisamment perceptible, comme dans « rekeb », et je l’ai supprimé s’il ne l’était pas assez, comme dans la première syllabe de « ṭbel ».

5Lorsque les noms propres sont précédés de l’article « al », j’ai utilisé la forme classique comme dans « al-Mubârak » et « l- » dans les noms composés à la suite des voyelles « i » et « u ». Mais pour les noms de lieux j’ai gardé la forme locale « el », comme dans « Ain el-Hout ». Dans le dialectal, le « al » est transformé en « l- », comme dans « yâ l-wulâd ».

6La particule « Ibn » ou « ben » en dialectal (fils de) est transcrite « Ibn » lorsqu’elle est placée au début du nom (Ibn Ḥanbal) et « b. » lorsqu’elle est placée au milieu (Aḥmad b. Ḥanbal). Lorsqu’il s’agit de noms féminins, « Ibn » devient « Bint » et « bt ».

7Pour distinguer les shaykh-s morts des shaykh-s vivants, j’ai retranscrit « shaykh » dans le premier cas et « shaykh » dans le deuxième.

8Je tiens à préciser que je ne me suis pas permis de modifier la transcription des mots et des noms utilisée par les différents auteurs.

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search