Version classiqueVersion mobile

Contribution de la linguistique à l’histoire des peuples du Gabon

 | 
Patrick Mouguiama-Daouda

Annexes

Texte intégral

Reconstructions phonologiques

1Meeussen et Guthrie ont reconstruit le système vocalique du proto-bantu avec sept voyelles :

2i u

3e o

4ε ɔ

5a

6Meinhof pensait que l’Ur-bantu avait trois voyelles primaires (i, u, a) ; les autres voyelles (e, o, ε, ɔ), moins stables dans les langues actuelles, avaient un statut secondaire. Aujourd’hui, on ne retient plus cette hiérarchisation de Meinhof.

7Une des difficultés de la linguistique comparée, qui se pose également en bantu, est la détermination des réalisations phonétiques des voyelles. Ici, le grand nombre de langues, considéré généralement comme la garantie de la reconstruction, ne facilite pas les choses : il n’est pas aisé de choisir ou de dégager une proto-forme à partir de toutes les réalisations attestées dans les langues actuelles.

8Dans les langues actuelles qui ont préservé les sept voyelles, la proximité des voyelles des deux premiers degrés a maintes fois été signalée. Ce que l’on trouve souvent transcrit pour le second degré e/o serait en réalité plus proche de ı/ω. Cela ne remet pas forcément en cause l’existence de e et o puisque celles-ci peuvent être en distribution complémentaire avec des voyelles du troisième degré ε/ɔ. Ce système est relativement courant et certains auteurs pensent qu’il reflète mieux la situation du proto-bantu (Schadeberg 1994-1995).

9D’un système à sept voyelles, on est passé à un système à cinq voyelles dans certaines langues (i, ε, a, ɔ, u), suite à la fusion des voyelles des deux premiers degrés ; dans d’autres langues on a maintenu sept voyelles, mais ı et ω se sont abaissées d’un cran alors que les voyelles ε et ɔ se sont phonologisées pour se distinguer radicalement de e et o. Les langues de zones H pour la branche occidentale, de nombreuses langues de l’Est dont le groupe Kilimandjaro-Taita (E 60, E 74), font partie de celles qui sont passées de sept à cinq voyelles. Guthrie (1967-1971), Blanchon (1999) par exemple ont proposé des schémas d’explication de la réduction des voyelles en nzébi (B 50). On peut retenir que les extensions –i– (finale du passé) et –u– (finale du passif), dans des formes verbales dérivées, ont provoqué la remontée d’un cran des voyelles radicales. De nombreux auteurs lient la réduction des voyelles aux règles de spirantisation affectant certaines consonnes proto-bantu, au contact des voyelles fermées, suivant le modèle fonctionnaliste des « chaînes de traction » (Stewart 1983), mais peut-être s’agit-il de deux phénomènes différents (Schadeberg 1994-1995).

  • 1 On définit ainsi les sons prononcés avec l’avancement de la racine de la langue (Adanced Tongue Ro (...)

10Coupez (1980) a suggéré l’existence de dix voyelles en proto-bantu. Dans la mesure où des systèmes à dix voyelles, qui fonctionnent suivant une opposition déterminée par l’avancement (+ATR) ou la rétraction de la racine de la langue (– ATR), caractérisent les langues de certains rameaux bénoué-congo, on tient peut-être un trait qui remonterait au niger-congo et qui se serait perdu en bantu (Stewart 1983)1.

11En fait, la question de la pertinence d’un trait ATR est directement liée à l’harmonie vocalique. Stewart (1983) pensait que le proto-bantu attestait une harmonie déterminée par la position de la racine de la langue. Greenberg (1951), sans recourir au trait ATR, pensait que l’harmonie existait en proto-bantu comme dans la plupart des langues niger-congo. Plus récemment, Hyman (1999) a montré que l’harmonie vocalique, qu’elle soit de hauteur ou de type ATR, ne pouvait remonter au proto-bantu.

12Plus courante est la règle proto-bantu par laquelle les voyelles de premier degré se désyllabifient lorsqu’elles sont suivies de voyelles plus ouvertes : *u, *o, >*w devant *a ou , *i>y devant *e,. Les semi-voyelles n’ont donc pas de statut phonologique en proto-bantu. De même, bien que certaines langues attestent une opposition de longueur devant les consonnes prénasales, on n’y a pas démontré l’existence de ce contraste en proto-bantu. Dans les autres contextes, par contre, on a reconstruit l’opposition entre voyelles longues et voyelles brèves (Meeussen 1979). L’émergence des voyelles nasales dans les langues actuelles est due à des phénomènes de coarticulation et de perception, puisque les voyelles sont nasalisées au contact des consonnes nasales et prénasales. Hombert (1987) a montré, dans une étude sur les parlers téké (sud-est du Gabon, centre-ouest du Congo), comment les nasales émergeaient dans ce groupe. Stewart (1999) a toutefois suggéré l’existence de voyelles nasales à une époque pré-bantu ; le proto-bantu aurait donc perdu les voyelles nasales alors que la langue dont elle proviendrait en aurait eues.

13A partir du système de base, les langues actuelles ont développé des voyelles supplémentaires dont on peut expliquer l’origine. Les parlers fang ont souvent des systèmes constitués de plus de dix voyelles ; le fang de Bata en Guinée équatoriale oppose dix voyelles monophtongues brèves, neuf monophtongues longues, trois diphtongues (Medjo Mvé 1997 : 227-247) !

14Doneux et Grégoire (1977) ont montré qu’au moins une séquence vocalique a pu exister en proto-bantu, *–ai.

15Le système consonantique du proto-bantu, d’après Meeussen et Guthrie, se présente comme suit :

16Meeussen a reconstruit également des séquences de consonnes : mm, nn, ηη, ηη, mb, nd, nj, ng, mp, nt, nc, nk.

17La différence fondamentale de ce système avec celui de Meinhof tient au fait que l’opposition entre les orales se fait par la corrélation du voisement et par l’occlusion (fricative vs occlusive), alors qu’elle se faisait uniquement par le voisement chez Meeussen et Guthrie. Du point de vue économique, le tableau de Meeussen et de Guthrie est meilleur et c’est celui qui est retenu par les bantuistes.

18Quelques règles ont été découvertes qui permettent d’expliquer comment on est passé du proto-bantu aux langues actuelles. Mises en évidence initialement dans une langue ou dans un groupe de langues, certaines ont été par la suite retrouvées dans d’autres langues du domaine, parfois au-delà des lignes de partage généalogique (règle de Meinhof, règle de Dahl, règle du kwanyama, fricativisation des occlusives devant voyelles fermées, etc.).

19D’après certains auteurs, des consonnes attestées dans les langues actuelles, notamment les fricatives, ne peuvent pas provenir des occlusives reconstruites par Guthrie et Meeussen. Stewart (1989) a suggéré de reconstruire une série de consonnes orales supplémentaire : le proto-bantu devait avoir une série de consonnes « fortes » à côté de la série de consonnes « faibles ». A la suite de cette proposition, de nombreux auteurs ont essayé de soutenir l’hypothèse « fortis/lenis » (Bancel 1988, Van der Veen 1991, Hombert et Mouélé 1988). Aujourd’hui, on pense qu’il faut s’en tenir au système de Meeussen et Guthrie, car on a montré que de nombreuses correspondances problématiques n’étaient que des « doubles réflexes apparents ». Un examen minutieux a mis en évidence le rôle des tons (Teil-Dautrey 1991, 1999), de la nasale préfixale et des reclassements (Blanchon 1999, Janssens 1992).

20Il reste qu’on a du mal à expliquer certains faits : la complexité des alvéolaires et des dentales suggère par exemple l’ajout d’un autre lieu d’articulation. La nature des palatales est également problématique, la palatale sourde ayant souvent des réflexes alvéolaires ; d’ailleurs Meeussen estimait que *s et *z pouvaient être reconstruits en lieu et place de *c et *j. La nasale palatale attestée à l’initiale de certains mots de classe 9 est aussi problématique : *–ηama « animal, viande » peut s’analyser n–iama, ni–ama, n–jama, ni–jama, η–yama, etc. L’analyse de ces mots est également liée au statut des thèmes à initiale vocalique. Ils sont très peu nombreux en proto-bantu, le choix que l’on fait peut contribuer soit à en augmenter le nombre, soit à le diminuer.

  • 2 On doit à Greenberg (1948) l’une des premières reconstructions des tons du proto-bantu. Coupez (19 (...)

21Le proto-bantu a été reconstruit avec un ton haut (H) et un ton bas (B)2. Le fonctionnement des deux tons est-il compatible avec un système tonal ou avec un système accentuel ? La reconstruction d’un système tonal se justifie dans la mesure où, restitué en niger-congo, il serait un trait hérité en proto-bantu. Un autre argument en faveur de la reconstruction d’un système tonal plutôt que d’un système accentuel est la règle d’assimilation régressive du ton haut des extensions, bien attestée dans les langues bantu. Cependant, l’extrême mobilité des tons et leur propagation sur des morphèmes neutres de ce point de vue est déjà le signe d’une évolution vers un système accentuel. Il faut noter que la mobilité et la propagation sont des phénomènes rares dans les langues de l’Afrique de l’Ouest (Clements and Goldmisth 1984). Il est évident qu’une telle analyse n’est valable que dans la perspective générative, précisément autosegmentale.

22Finalement, on retient, depuis Van Spaandonck (1967, 1971) et Carter (1973) sept types d’évolution par rapport au proto-bantu : (i) des langues qui ont des systèmes tonals strictement équivalents au proto-bantu ; (ii) des langues qui ont des systèmes tonals inversés, le haut du proto-bantu ayant comme correspondant un ton bas, le bas du proto-bantu ayant pour correspondant un ton haut ; (iii) des langues qui attestent la copie du ton haut sur la syllabe suivante ; (iv) des langues qui attestent l’anticipation du ton haut, copié sur la syllabe précédente ; (v) des systèmes où le ton haut est réalisé sur une unité ayant un autre ton au niveau lexical ; (vi) des langues qui combinent tous les cas de figure précédents ; (vii) des langues dans lesquelles le ton a perdu sa fonction pertinente.

23Les règles d’harmonie (assimilation tonale des unités adjacentes ou éloignées), de polarité (voyelles neutres prenant le ton opposé au radical), de métatonie (infinitif présentant un ton haut lorsqu’il est suivi d’un complément et un ton bas dans le cas contraire), de réduplication (copie du ton d’une voyelle une ou plusieurs fois sur les unités suivantes), de détermination de schèmes épimorphémiques (configurations tonales prédéterminées imposées par des constructions grammaticales) explicitent certains de ces cas de figure. Enfin, il y a, notamment au centre-ouest, des langues à types tonals qui se caractérisent par des variations de la ligne mélodique en fonction des contextes syntaxiques et syntactiques. Les mots subissant systématiquement les mêmes modifications et présentant les mêmes schèmes font partie de la même catégorie.

24Philippson (1991) a utilisé le modèle autosegmental pour, d’une part, proposer une typologie des systèmes tonals et accentuels des langues de l’Afrique de l’Est, d’autre part, suggérer un schéma général de l’évolution de la prosodie.

Reconstructions morphologiques

25Les reconstructions de Meeussen (1965) serviront fondamentalement pour cette présentation, la plupart des formes à étoile lui ayant été empruntées. J’intègre les propositions de Schadeberg (2003) en lui reprenant aussi quelques exemples.

26La définition du mot dans les langues bantu est fondamentalement fonction des règles d’inflexion. La majeure partie des lexèmes connaît une « flexion » qui permet de déterminer la catégorie grammaticale dont chacun d’eux fait partie. Un nom comporte un thème précédé d’un préfixe nominal, un thème verbal peut être précédé notamment du préfixe verbal et des infixes. Le thème est constitué d’une base et d’une finale, la base pouvant être un radical ou un radical suivi d’au moins une extension. On distingue des véritables extensions productives et des extensions formelles. Les extensions formelles, élargissements dans la terminologie de Tervuren, ne sont pas productives dans la mesure où leur adjonction au radical n’implique pas une nuance sémantique systématique, mais elles se comportent comme des suffixes puisqu’elles sont neutres au niveau tonal et n’admettent que cinq voyelles. Quelques mots ne sont pas décomposables et ne subissent pas les phénomènes d’inflexion.

27La structure la plus courante du radical est *–C1VC2–, comme dans *–bót– « mettre au monde ». La voyelle médiane peut être longue, ce qui donne un sous-type *–C1VVC2–, où VV sont des voyelles identiques (*–bάag– « abattre »). La décision peut être prise à la suite de l’observation des tons : si chacune des unités peut porter un ton, on est en présence de deux voyelles. On a aussi *–C1VVC2où VV sont carrément différentes : *–pòèm– « respirer ». On reconnaît dans des radicaux de cette structure des anciennes extensions lexicalisées : *–dúat– « porter ». Quelques radicaux de structure –CV– sont également attestés : *–dέ– « manger » ; de même que des radicaux à structures –*C1V1C2V2C3. Comme C1 et C2 d’une part, V1 et V2 d’autre part sont identiques ; il clair qu’on est en présence de thèmes rédupliqués : *–tὲtὲm– « trembler ». Il existe moins d’une dizaine de radicaux insécables ; ce sont des radicaux qui ne comportent pas d’élément final : *–dè « être », *–tè « dire », etc.

Dérivation

28Un procédé extrêmement productif est l’insertion des extensions entre le radical et la finale – deux éléments de la base verbale – pour la création lexicale. Toutes les extensions sont neutres (ou basses) du point de vue tonal, sauf les formes simples du causatif et du passif.

29Schadeberg (2003) présente de manière claire la définition, l’emploi, la distribution et l’évolution de chacune des extensions.

30Le proto-bantu permet les séquences de suffixes dans un ordre souvent fixe : *ad–at–am/ek–od/ok–an–ed–ί–ó.

31La morphotonologie établit que « les extensions, excepté probablement *–í– et *– ó –, ont un morphotonème bas, mais il est représenté comme haut, s’il est suivi immédiatement par le ton haut non relatif d’un élément final (c.g. ou *– ίdέ –ou *–ίdε– mais pas *–idέ– » (Meeussen 1965 : 39).

32À partir des bases verbales, le proto-bantu crée des noms d’agent à l’aide du suffixe –*ί : de –* ίb « voleur », classe 1. Avec –*ed–, suffixe b– « voler », on crée *ıbıde l’applicatif, on crée des noms indiquant « la manière de faire quelque chose » ; avec *–o⁄ on crée des noms indiquant une action, un instrument. D’autres noms paraissent dérivés de verbes à partir de différents suffixes qui sont, outre *–e le plus productif, *–i, *–e, *–a,*–o, *–u. A côté de ces mots dérivés qui fonctionnent comme des substantifs, il y a des thèmes adjectivaux : *dàip– « grandir, s’allonger » a donné en nyamwezi rèfù » long » ; dàip– est lui-même un dérivé de *–dài « grand, long »

33A partir des noms, le proto-bantu créait d’autres noms. Le genre 12/13 (*ka–/ *to–) fréquemment et le 19/13 (*pi–/*to–) au Nord-Ouest permettent d’assigner à des thèmes une valeur diminutive, alors que le genre 5/6 (*di–/*ma–) assigne une valeur augmentative.

34Le proto-bantu connaissait le procédé de création des verbes à partir de la suffixation à des bases nominales : *–p–, dans une moindre mesure *–d–, *–k– sont les suffixes les plus productifs. Les adjectifs permettent de créer des verbes avec le suffixe *–p– : *–dàip– « être long » >*dài « long ». Les substantifs permettent de créer des verbes avec le suffixe *–k– (*–pɔ̀kùk– « devenir aveugle » >*–pɔ̀kù » aveugle »). On n’est pas sûr du sens de la dérivation des verbes à partir des noms. Il se pourrait que ce soit l’inverse, d’autant que la dérivation déverbative paraît avoir été plus productive que la dénominative en proto-bantu.

La composition

35Il y a trois principales stratégies de formation des noms composés. Il y a d’abord la préfixation, à des noms ou à des thèmes nominaux, d’éléments qui sont eux-mêmes des formes réduites de différents mots. Ils aident à former des termes exprimant une parenté plus complexe. Deux d’entre eux peuvent être productifs, nyà– (nà–), cà– (cί-). Ils proviennent des mots signifiant « mère » ou « possessif+mère » (*nyàngó, *nyɔ̀kɔ́, *nènà/*jènà), de ceux signifiant « père » ou « possessif+père » (*cángo, *cɔ́, *cέ/jίcέ). Il y a également un nombre restreint de nominaux qui peuvent se suffixer à des noms dont le thème peut être réduit par la perte d’un segment ou d’une syllabe : *ntò « épouse, femme, femelle » « personne », *–kádí donnent *mòkáί-ntò « femme ». Il y a encore des noms composés de type N1+N2 avec ou sans le préfixe de N2. Ces constructions proviennent souvent du syntagme génétival : *nkɔ̀lɔ̀ « cœur, sternum » et * mò-tέmà « cœur » donnent * nkɔ̀lɔ̀ –témà « sternum ». Il y a enfin la structure thème verbal-nom complet, probablement le sous-type le plus représentatif du proto-bantu : *- dámbà « préparer » et *–bìdía « nourriture » donnent *mò-dámbà–bìdía « cuisinier » ; par la dérivation, *mò–dámbà fonctionne déjà comme un substantif.

La réduplication

36La réduplication, partielle ou totale, est un procédé qui peut être très productif. Elle peut introduire une nuance répétitive ou traduire un état d’instabilité : gótímbárímbà « tituber » en mpongwè, kòlyàályààlyà « manger et manger encore » en nyamwezi. Elle implique donc parfois des phénomènes de composition puisque la stratégie peut consister à répéter une syllabe, le thème ou la forme intégrale (préfixe +thème). Elle peut également induire une nuance d’insistance sur la forme générale (grandeur, petitesse, etc.) : à partir de *kέ, on a *kέέkέ « particulièrement petit ».

L’inflexion

37La notion de classe nominale est la caractéristique majeure des langues bantu, voire de toute la branche niger-congo, puisque plus de deux-tiers des langues de cette famille sont concernés par ce trait. On pense également que l’ordre de la phrase était du type sujet-objet-verbe en niger-congo. Le problème est que les langues à préfixe nominal qui attestent actuellement ce type sont rares (on cite souvent le nen). Par ailleurs, doit-on faire remonter la suffixation au niger-congo, en sachant que dans cette famille c’est une caractéristique essentiellement bantu ? Ce procédé se définit relativement aux marques préfixales des noms, des pronoms, des verbes. Une classe d’accords est une harmonisation des marqueurs numéraux, pronominaux et verbaux par rapport aux marques préfixales des noms auxquels ils sont reliés. Ces préfixes régissent les accords dans les énoncés. Les catégories grammaticales fondamentales se définissent donc par rapport à leurs marques préfixales.

Les préfixes nominaux

38Les substantifs, les adjectifs, les locatifs ont un préfixe nominal. Les préfixes nominaux ont une tonalité basse. On a reconstruit 20 préfixes nominaux, catégorisant chacun une classe. Une classe se définit donc par rapport à sa marque préfixale et aux accords qui en découlent, et secondairement par rapport à un « certain contenu sémantique ». On trouve trois types de thèmes : les thèmes substantivaux, les thèmes adjectivaux, les thèmes locatifs. Le tableau suivant présente non seulement les préfixes nominaux, mais aussi tous les autres préfixes examinés plus loin. Les numéros des classes sont dans la première colonne, les préfixes nominaux dans la deuxième, les numéraux dans la troisième, les pronominaux dans la quatrième, les verbaux dans la cinquième, les infixes dans la dernière. Les tirets indiquent une identité avec la forme du préfixe nominal. Dans la première ligne, les lettres capitales (H et B) indiquent les tons reconstruits pour chaque forme ; les lettres romaines (I, II, III) indiquent les premières, deuxièmes et troisièmes personnes. Pour les classes 1, 2, 9 et pour certaines personnes, j’indique le ton bas par l’accent grave ; ce sont des cas où le ton haut reconstruit n’est pas attesté.

  • 3 A cause de la disparition de chacune des consonnes préfixales (*m– pour la 4 et *b– pour la 8).

39Très peu de langues attestent pour les substantifs tous les préfixes de classe reconstruits. On a une échelle entre les langues qui présentent un grand nombre de classes comme le ganda (21), celles, comme le kako, qui n’en attestent que trois, ou le komo qui a complètement réduit son système. Chaque substantif est rangé dans une classe du singulier et dans une classe du pluriel. La majeure partie des classes impaires (1, 3, 5, 7, 9, 11, 15, 19) et deux classes paires (12, 14) sont des classes « singulier », les classes paires (2, 4, 6, 8, 10, 12) et la classe impaire 13 sont des classes « pluriel ». La classe 14 renvoie souvent, mais pas toujours, à des réalités « abstraites » ou « non comptables ». La classe 6 est employée comme mono-classe pour les liquides. Les classes 12, 13, 19 donnent une valeur diminutive, 5/6 et 7/8 une valeur augmentative. Meeussen fait remonter ces procédés au proto-bantu, tout comme les appariements 1/2, 3/4, 5/6, 7/8, 9/10, 11/10, 12/13, 14/6, 15/6, 19/13. Le statut proto-bantu des classes 20 et 23 n’est pas établi de manière ferme. Les appariements qui remontent au proto-bantu sont largement répandus et permettent de ranger plus des deux-tiers des mots de la langue. Le 1/2 est largement répandu sans pour autant être universel puisque quelques langues attestent le 1/4, 1/6. On observe cependant des tendances générales dans l’évolution des préfixes et des appariements, notamment la fusion de la 4 et de la 83, peut-être celle de la 15 et de la 17, l’assignation d’une valeur augmentative ou diminutive à la classe 20, la valeur locative de la classe 23, enfin l’émergence de l’appariement 11/3, etc. (Maho 1999).

40Outre leurs caractéristiques morphosyntaxiques, les classes avaient-elles un contenu sémantique en proto-bantu ? Il est difficile de répondre à cette question. Lorsqu’on observe la situation actuelle, on peut le penser pour l’appariement 1/2 qui comprend les êtres humains, les classes 16 et 18 qui ont une valeur locative, la 14 qui traduit l’abstraction ou une qualité quelconque, les 12 et 13 qui ont une valeur diminutive, les 5, 6, 7, 8 qui ont une valeur augmentative. Par contre, dans les autres classes, les choses sont moins claires. L’appariement 9/10 comprend de nombreux noms d’animaux, mais on y trouve également d’autres réalités : le 3/4 comprend les objets allongés comme les arbres, les rivières, mais pas seulement cela. Certains auteurs pensent donc que rien n’est vraiment homogène (Richardson 1967) ; cette absence de clarté dans le contenu sémantique remonterait au proto-bantu. D’autres au contraire (Denny et Creider 1976, Moxley 1998), ont essayé de mettre en évidence des critères qui justifieraient les regroupements.

41Toute forme nominale (PN+thème) et, plus rarement, toute forme pronominale (PP+thème), peut être précédée d’un préfixe locatif. Les locatifs sont donc des pré-préfixes ; trois locatifs ont été reconstruits, *pà– « sur », *kò– « vers », *mò– « vers ».

42Aux thèmes adjectivaux, on peut adjoindre le préfixe de n’importe quelle classe en fonction du substantif qui est déterminé. En fait, les thèmes adjectivaux non déverbatifs ne sont pas nombreux en proto-bantu ; on en compte une douzaine.

L’augment

43On analyse l’augment comme une réduplication partielle du préfixe. En effet, élément pré-préfixal, l’augment est une voyelle identique à celle du préfixe : *mò, avec augment * òmò –, *bò –, avec augment * òbò –. L’augment a dû être un mot séparé jouant le rôle de démonstratif anaphorique, formellement identique au préfixe pronominal. Dans les constructions non-prédicatives il marquait le défini, mais ce n’est pas la seule fonction qu’il a dû jouer. Il a été démontré, notamment par Hyman et Katamba pour le ganda (1991, 1993), que ses fonctions incluaient un rôle pragmatique. L’augment n’a pas été conservé dans toutes les langues, sa présence est souvent interprétée comme un archaïsme. Il peut ne pas être attesté dans une langue du point de vue segmental, mais manifester sa trace dans la tonalité.

Les préfixes numéraux

44Les nombres de « un » à « cinq », le mot pour « combien », ont un préfixe numéral. Les thèmes reconstruits pour ces mots qui peuvent prendre un préfixe numéral sont : *–mɔ̀ì « un », *–bàdé « deux », *–tàtò « trois », *–nàὶ « quatre », *–táánò « cinq », *–ngá « combien ». Les préfixes numéraux ont un ton haut sauf aux classes 1 et 9.

Les préfixes pronominaux

45Les substitutifs, les connectifs, les possessifs, les démonstratifs, le déterminatif sont des structures qui comportent un préfixe pronominal qui s’ajoute souvent à un élément de nature diverse. Les préfixes pronominaux ont un ton haut, sauf aux classes 1 et 9. Des reconstructions existent pour les classes des substitutifs ; mais pour les formes individuelles (je, me, à moi, tu, te, à toi, etc.), on n’est pas encore parvenu à des résultats fermes.

46Le connectif est constitué de trois éléments : le préfixe nominal, la ligature (–a–) et un élément non verbal complet. On a donc la formule générale suivante *PP–a– X non verbal ; un travail récent a été consacré à cette structure (Nzang Bié 1995). Il sert à exprimer la possession, l’appartenance et se rend bien par le génitif ou le syntagme adjectival ; les tons du préfixe pronominal et de la ligature sont identiques. La classe du préfixe pronominal est déterminée par celle du préfixe du substantif qui précède le connectif : *moánà jòà–mòkádí « l’enfant de la femme » *baánà báá–mòkádí « les enfants de la femme », *njèdà jèà kòmògì « le sentier du village », *njèdà njèà–kòmògì « les sentiers du (de vers le) village ». Les connectifs sans ligature sont attestés ; mais on ne sait pas si ce sont des innovations ou des archaïsmes. Il y a encore d’autres contextes d’utilisation du connectif qu’on peut voir dans le travail de Nzang Bié.

47La formule canonique du possessif est : *PP+thème (thème= a+x). Le thème est constitué de deux éléments : un élément –a– stable et un élément x indéterminé. L’élément x est assez varié dans les langues actuelles.

48Quatre démonstratifs ont pu être reconstruits par Meeussen : probablement un anaphorique renvoyant à un élément dont on a déjà parlé et dont la formule est *V-PP-ɔ ; un démonstratif de première personne renvoyant à une personne ou une chose proche du locuteur et dont la formule est *V–PP ; un démonstratif de deuxième personne renvoyant à une personne ou à une chose éloignée du locuteur mais proche de l’auditeur et dont la formule est *PP–nɔ̀ɔ ; un démonstratif désignant une troisième personne éloignée du locuteur et de l’auditeur et dont la formule est *PP–déa.

49Il y a des constantes dans les mots pour « autre » et « lequel », mais c’est la proto-forme pour « lequel » qui peut-être reconstruite, la formule du déterminatif est donc *PP+ni–.

50Les formes relatives sont construites avec un préfixe pronominal renvoyant à la chose, la personne objet ou sujet de la relativisation.

Les préfixes verbaux

51Le préfixe verbal est bas pour les classes 1 et 2 (1re et 2e personne) et haut dans les autres cas.

52La formule maximale de la forme verbale est :

53Pré-Initiale-Initiale-Post-Initiale-Formatif-Limitatif-Infixe-Rad+extension-Préfinale+finale+post-finale

54La pré-initiale se trouve comme morphème du négatif ; la suite pré-initiale+initiale donnant un schème bas-haut. Deux reconstructions sont proposées, *kà– et *tà–, *kàtúdèkà–tù–dè « nous ne sommes pas ». La pré-initiale est également attestée dans les relatives indirectes. Ici on a un préfixe pronominal précédant le préfixe verbal : *kòtòdékó–tò –dè « où nous sommes ».

55Le préfixe verbal et la relative directe sont en position initiale ; l’impératif a un préfixe zéro, l’infinitif un préfixe nominal et la relative directe un préfixe pronominal.

56La position post-initiale est souvent occupée par le morphème du négatif à l’infinitif, au subjonctif, dans les relatives directes. Deux reconstructions sont proposées, *–tί– pour le subjonctif *–tá– pour les autres temps.

57Les formatifs sont assez différenciés. Les langues orientales suggèrent toutefois quelques reconstructions pour le « récent, aujourd’hui » *–à–, le « prétérit, hier » *–á–, le « disjoint » *–dà–, le conditionnel *–ngá–, le futur *–kà–. Dans les systèmes où on a une opposition récent/prétérit/éloigné, il n’est pas rare que *–á– marque le prétérit, *–à– l’éloigné ou le récent. Les formatifs indiquent donc la représentation que l’on se fait des événements, des faits ou des actions par rapport au temps universel (formatif du futur par exemple) ; ils situent aussi le déroulement des événements, des faits ou des actions à l’intérieur des représentations temporelles (le passé récent par opposition au passé éloigné par exemple). Le temps, stricto sensu, et l’aspect sont donc encodés dans cette catégorie verbale.

58Une étude récente de Nurse (2003), à partir d’un échantillon de 120 langues, permet de mieux cerner les caractéristiques de l’aspect et du temps. Certains patrons synchroniques mis en évidence s’accordent assez bien avec les prédictions de Meeussen. L’étude révèle, au contraire, des comportements différents par rapport aux structures canoniques du proto-bantu.

59Le limitatif est un morphème qui n’est pas attesté dans de nombreuses langues, d’où les incertitudes sur son statut étymologique réel. Trois reconstructions sont proposées : *–kà– pour le motionnel, avec le sens de « aller » ; *–kà–T pour l’inceptif (début), avec le sens de « pas encore, déjà » ; *–kί– pour le perstitif (terminal), avec le sens de « encore ».

60L’infixe est un élément qui se place avant le radical ; il remplace les substantifs lorsque ceux-ci sont rejetés après le verbe. L’infixe est haut, sauf pour la classe 1 entière.

61La position pré-finale est occupée par des morphèmes induisant un aspect « répétitif » ou « habituel » au verbe. La reconstruction *–àg– (*–àng–) émane de nombreux relevés.

62Les finales, reconstruites sans tons, indiquent le temps à proprement parler, mais aussi des catégories verbales aussi variées que le subjonctif et le négatif : *–a, « finale non marquée », *–idε « passé, perfectif », *–eetε (iitε) « présent, parfait », *–ε « subjonctif », *–e « négatif ».

63La tonalité de la finale est parfois déterminée par la présence d’un infixe, la règle de métatonie prédisant que la finale –à– est haute lorsqu’elle est suivie d’un complément et basse sans complément.

64La post-finale, comme catégorie grammaticale marquant la deuxième personne de l’impératif, est reconstruite sur la base de nombreux relevés : *–ni (*–i ) sont les formes reconstruites. Dans cette position, on relève également un élément analogue à la pré-finale. Il s’agirait de développements ultérieurs plutôt que des traces d’une situation ancienne.

65Pour les temps et les modes de la conjugaison, la situation est extrêmement variée et différente de celle de la morphologie nominale, où on observe une relative homogénéité. Toutefois, le subjonctif, l’impératif sont les modes pour lesquels les reconstructions ont donné quelques résultats. La formule de l’impératif est * ø–x–ά,ø– indique un préfixe zéro ; le radical à son propre ton alors que les tons des éventuelles extensions contrastent avec les tons structurels du radical ; la finale a un ton haut maintenu en réalisation : *dèmá « cultive » > *–dèm–á. Avec *–ed–, extension de l’applicatif, et le verbe *–dèm– « cultiver », on a *dèmédá « cultiver pour » ; avec *–tóm– « envoyer », on a *tòmèdá « envoyer pour » ; la finale de l’impératif est différente lorsqu’on a un infixe. La formule reconstruite est alors : * ø–Infixe– Radical-έε. On trouve donc toujours une position initiale vide ; le radical est dorénavant précédé par l’infixe, la finale est une double voyelle à ton haut. Ici, il n’y a pas d’écart entre les tons structurels et les tons de surface : mòdèmédέε « cultive pour lui », * mòtómédέε « envoie pour lui », *bádèmédέε » cultive pour eux », *bátòmédέε « envoie pour eux ». Avec l’infixe de la 1re personne du singulier, la finale *–á est maintenue (*ø-Infixe-Radical-á).

66Le subjonctif se substitue à l’impératif pour le rendre moins contraignant, c’est un impératif atténué. La formule reconstruite est *PV+Radical (Extension)-έ. Il semblerait que le préfixe verbal et la finale portent toujours un ton haut, alors que les radicaux, quelle que soit leur tonalité structurelle, sont bas : *tódèmèdέ » cultivons », *tótòmèdέ « envoyons », *bádèmèdέ « qu’ils cultivent », *bátòmèdέ « qu’ils envoient ».

  • 4 Communication personnelle.

67Si on considère sa formule générale, l’infinitif est un nom, puisqu’il comporte un préfixe nominal : PN+Thème [thème = Rad+a]. Mais, lorsqu’on observe son comportement, on peut le classer dans la catégorie du verbe : l’infinitif admet des infixes. Deux préfixes nominaux sont reconstruits pour le préfixe nominal : *kò– de classe 15, *ì– de classe 5. On admet généralement que l’utilisation du préfixe de classe 5 est récent à l’infinitif. Il y a peu, Blanchon (1999) et Grégoire4 ont attiré l’attention des bantuistes sur la possibilité d’analyser *kò– plutôt comme un préfixe locatif de classe 17, homophone du préfixe de classe 15.

68Les formes négatives peuvent avoir des comportements morphosyntaxiques particuliers. Meeussen en avait esquissé quelques aspects, mais c’est le travail de Kamba Muzenga (1981) qui a permis d’en dégager les lignes de force.

La conjugaison relative

69Les formes relatives commencent toutes par un préfixe pronominal. Celui-ci est en position initiale pour les relatives directes et en position pré-initiale pour les relatives indirectes qui attestent le préfixe verbal en position initiale. Une règle tonale existe qui harmonise le ton de l’initiale avec celui de la finale. En proto-bantu *mòntò jòdèmà ìpéa « une personne qui cultive son champ » s’oppose à *mòntò jòtódèmèdá ìpéa « la personne pour laquelle nous cultivons le champ ». Ces deux relatives, respectivement directe et indirecte, s’opposent à *mòntò ádèmà èpéà « une personne cultive son champ ». A la suite de Meeussen, Nsuka Nkutsi (1982) a permis de mieux comprendre les structures des relatives dans les langues bantu.

Les formes sans classe

70Le premier type de mots sans classe est appelé indice dans la terminologie de Meeussen. Ce sont des éléments que l’on peut trouver devant des substantifs et des locatifs. En cela, ils ressemblent à des préfixes, mais dans la mesure où ils ne sont pas répétés lorsqu’ils sont en relation avec plusieurs substantifs, ils en diffèrent : *nà– « avec » et *ngà– « comme » sont les plus courants. Un autre type de mots invariables existe, souvent traduit en français par des adverbes de temps. Le plus courant est *dὲὲdɔ̀ « aujourd’hui ». Les autres mots de cette catégorie que l’on traduit par « demain », « naguère », « loin », « peut-être » paraissent avoir une distribution régionale. Il y a enfin des idéophones que l’on ne peut reconstruire formellement, mais dont les fonctions et les caractéristiques générales sont largement partagées.

Reconstructions lexicales

  • 5 Bantu Lexical Reconstructions II et III sont disponibles sur le web.

71Meinhof a reconstruit environ 500 racines en Ur-bantu. Guthrie a reconstruit près de 2 000 termes communs aux langues bantu, dont environ 600 avec le statut proto-bantu. Les autres termes sont restreints soit à l’ouest soit à l’est du domaine, d’autres encore sont limités à des régions précises, d’autres enfin à des zones, voire des groupes. L’équipe de Tervuren fait également un travail important ; le projet BLR (Bantu lexical reconstruction), commencé par Meeussen, s’appuie maintenant sur environ 20 000 fiches représentant des cognats attestés dans différentes langues du domaine. La fiabilité des racines est déterminée à partir de plusieurs niveaux de reconstruction (racines de zone, de groupe, de région, de proto-bantu)5. Il y a 1 386 racines dans BLR III qui ont le statut de proto-bantu. Ici, je ne présente que celles qui sont exploitées en paléontologie linguistique.

Tableau III. Mammifères

Tableau III. Mammifères

Tableau IV. Oiseaux

Tableau IV. Oiseaux

Tableau V. Reptiles

Tableau V. Reptiles

Tableau VI. Mollusques, crustacés, amphibiens

Tableau VI. Mollusques, crustacés, amphibiens

Tableau VII. Insectes

Tableau VII. Insectes

Tableau VIII. Flore

Tableau VIII. Flore

Tableau IX. Pêche et navigation

Tableau IX. Pêche et navigation

Tableau X. Jardinage

Tableau X. Jardinage

Tableau XI. Élevage

Tableau XI. Élevage

Tableau XII. Chasse

Tableau XII. Chasse

Tableau XIII. Métallurgie

Tableau XIII. Métallurgie

Tableau XIV. Structure sociale

Tableau XIV. Structure sociale

Tableau XV. Croyances

Tableau XV. Croyances

Tableau XVI. Artisanat

Tableau XVI. Artisanat

Notes

1 On définit ainsi les sons prononcés avec l’avancement de la racine de la langue (Adanced Tongue Root).

2 On doit à Greenberg (1948) l’une des premières reconstructions des tons du proto-bantu. Coupez (1983) a également proposé une réflexion instructive sur ces phénomènes prosodiques.

3 A cause de la disparition de chacune des consonnes préfixales (*m– pour la 4 et *b– pour la 8).

4 Communication personnelle.

5 Bantu Lexical Reconstructions II et III sont disponibles sur le web.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau I
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau II
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Tableau III. Mammifères
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Titre Tableau IV. Oiseaux
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Tableau V. Reptiles
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau VI. Mollusques, crustacés, amphibiens
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Tableau VII. Insectes
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Tableau VIII. Flore
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Tableau IX. Pêche et navigation
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau X. Jardinage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Tableau XI. Élevage
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Tableau XII. Chasse
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau XIII. Métallurgie
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Tableau XIV. Structure sociale
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Tableau XV. Croyances
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Tableau XVI. Artisanat
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3959/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search