Version classiqueVersion mobile

Contribution de la linguistique à l’histoire des peuples du Gabon

 | 
Patrick Mouguiama-Daouda

Conclusion

Texte intégral

1L’absence de moyens constitue le problème fondamental de la recherche en Afrique. La situation économique des pays africains et les choix des dirigeants qui accordent peu d’importance à la recherche scientifique continuent de favoriser la marginalisation des scientifiques du continent. Certes, il y a des linguistes africains de grande valeur, mais le comparatisme nécessite des investissements de plusieurs natures qu’une seule personne ne peut assumer. En bantuistique, il s’agit de travailler sur des dizaines, voire des centaines de langues, dont certaines n’ont pas le moindre début de description. Les progrès que la linguistique historique bantu a réalisés ces dernières années est le résultat de la collaboration entre des laboratoires de grande envergure. Ainsi, l’entreprise de classification lexicostatistique des langues bantu commencée par Meeussen en 1953 vient seulement de se terminer. Il a donc fallu près d’un demi-siècle, la collaboration de centaines de chercheurs pour l’établissement des listes et l’appui de deux centres de calculs pour le traitement statistique. De même, l’atlas linguistique du Gabon, commencé il y a une dizaine d’années à Lyon, mobilise des dizaines de linguistes et nécessite un investissement lourd. Avec la création du Centre international des civilisations bantu (CICIBA) à Libreville, on avait espéré favoriser la participation active des laboratoires et chercheurs africains à la reconstitution de leur histoire. Après des débuts prometteurs, le centre n’est plus que l’ombre de lui-même.

2Si les laboratoires africains ne peuvent donc pas gérer, initier des projets de grande envergure comme ceux que je viens de signaler, il reste donc à collaborer sur des projets extérieurs. Et même si l’on parvient à un haut niveau de développement scientifique, la confrontation, les échanges avec les laboratoires occidentaux sont cruciaux. Il est donc absurde de vouloir enfermer les sciences humaines africaines dans une sorte de nationalisme qui revendique l’exclusivité du champ africain au nom d’une prédisposition cognitive. Les seules questions qui valent la peine d’être posées sont les suivantes : Où va la linguistique historique ? Où en est-on avec l’histoire du Gabon ?

  • 1 Bantu lexical reconstructions.
  • 2 Comparative bantu online dictionnary.

3Il faut d’abord continuer à décrire, c’est-à-dire travailler sur des langues pour lesquelles les données sont maigres ou inexistantes ; on pourra ainsi augmenter ces dernières et approfondir les analyses pour celles dont l’exploration avait déjà commencé. La description phonologique fine et les lexiques importants peuvent contribuer grandement à la résolution de certaines énigmes de l’histoire des langues bantu. La collecte et l’analyse du lexique de la faune, de la flore, des échanges, de la métallurgie, de la parenté, etc. doivent être faites pour permettre une véritable histoire culturelle des Bantu. En effet, de nombreuses hypothèses sont insuffisantes parce qu’elles s’appuient sur des descriptions douteuses et sur des lexiques insignifiants. Il est vrai qu’avec les bases de données de Tervuren (BLR I, II, III1) et CBOLD2 une bonne partie du travail a été faite. Mais les définitions des concepts sont souvent trop générales pour servir de base à un travail de reconstruction historique.

4Il faut aussi faire bénéficier le domaine africain des progrès de la linguistique historique, dont la prise en compte permettrait de toute façon d’aider à la résolution des problèmes que je viens d’évoquer. Les nouveaux paradigmes suggérés par l’étude des contacts des langues, de la diffusion lexicale, plus généralement de la sociolinguistique, sont très peu intégrés dans les études historiques du champ africain. De même, les outils mathématiques, orientés davantage vers la modélisation, peuvent être d’un apport inestimable pour la restitution des trajets migratoires, l’évaluation des principes des centres de gravité et des moindres mouvements, la validation de la paléontologie linguistique. Il faut concevoir des modèles qui prennent en compte l’environnement, la vitesse de déplacement, les techniques de production alimentaire, etc. pour donner une base plus solide aux reconstructions.

5Il ne s’agissait donc pas ici de proposer des hypothèses définitives, si tant est que ces dernières aient un sens en science. Il s’agissait d’exploiter au maximum les outils linguistiques pour l’histoire. La reconstruction proposée reflète donc l’état des connaissances actuelles. Ainsi il y aura toujours une part d’incertitude quant à la nature des processus de différenciation linguistique. Au Gabon, la conséquence est que l’histoire des groupes B 50, et surtout B 20, n’est peut-être pas bien rendue. En effet, autant l’émergence du A 70, B 10, B 30, B 40, B 60 et B 70 paraît bien restituée, autant celle des deux autres groupes laisse de nombreuses questions en suspens. Il y a donc urgence à approfondir la compréhension de ces derniers. Une meilleure connaissance du B 20, particulièrement, devrait aider à mieux cerner les contours de l’installation des Bantu au Gabon. On a signalé les fluctuations de ce groupe entre les langues du Nord-Ouest et celles du Centre-Ouest, mais on n’a pas suffisamment insisté sur certaines de ses spécificités qui en font peut-être un groupe bien particulier. Il est clair en tout cas que la progression dans la connaissance de ce groupe est cruciale.

6Les travaux de génétique des populations sur les ethnies du Gabon devraient également permettre de répondre à certaines interrogations. Il est évident que la première question qu’on se pose est de savoir si les découpages et les regroupements linguistiques ont une contrepartie biologique. Mais une autre question pour laquelle la linguistique est assez démunie, en l’état actuel des recherches, est relative au substrat non bantu. En effet, l’archéologie indique clairement que des populations de chasseurs-cueilleurs, de pêcheurs également, peut-être aussi d’autres populations du néolithique, ont occupé l’espace gabonais avant ou en même temps que les langues bantu, alors que la linguistique n’est pas encore parvenue à mettre en évidence de manière claire des substrats non bantu. Si donc la génétique mettait en évidence des marqueurs particuliers caractéristiques d’un groupe donné, on aurait des indications plus précises sur les contacts linguistiques qui ont pu se produire, et sur le sens dans lequel on doit orienter les recherches.

  • 3 Même si on peut rejeter définitivement l’étymologie officielle du mot « Gabon » à partir du terme (...)

7Nous ne sommes donc pas à la fin de l’histoire du Gabon3, mais au contraire au début. Les recherches dans ce domaine ont un bel avenir, à condition que sautent les cloisonnements qui enferment chacun des spécialistes dans une forteresse inexpugnable. Il n’est pas normal que les historiens ne soient pas au courant des travaux des linguistes, que ceux-ci ne s’intéressent pas à l’anthropologie culturelle, à l’archéologie et la génétique lorsqu’ils évaluent leurs hypothèses.

8Pour de nombreux historiens, les linguistes portent la responsabilité de cette situation, du fait qu’ils ne divulguent pas suffisamment leurs travaux. J’espère qu’il n’en sera plus ainsi à la suite de cette modeste contribution.

Notes

1 Bantu lexical reconstructions.

2 Comparative bantu online dictionnary.

3 Même si on peut rejeter définitivement l’étymologie officielle du mot « Gabon » à partir du terme portugais gabao. La motivation du transfert de sens qu’on explique par la ressemblance de l’estuaire du Gabon avec le fameux caban des marins est suspecte. Comment les Portugais, qui arrivent par bateau, peuvent-ils percevoir une telle analogie ? Il vaudrait mieux rechercher dans l’onomastique traditionnelle l’origine de « Gabon ». En effet, en toponymie, l’une des tendances générales est l’emprunt des noms de lieux des autochtones par les conquérants. Dans ce sens, un rapprochement doit être fait avec « Gabam », mentionné par divers documents historiques. Ce mot est à rapprocher de « Ngaba », autre appellation endogène de l’estuaire du Gabon. Gaulme (1981), Pourtier (1987), entre autres auteurs, avaient déjà remis en cause l’étymologie officielle.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search