Version classiqueVersion mobile

Contribution de la linguistique à l’histoire des peuples du Gabon

 | 
Patrick Mouguiama-Daouda

Troisième Partie

Vers une nouvelle synthèse

Texte intégral

Carte 5. Le Gabon.

1. Classification des langues du Gabon

1Si l'on ne tient pas compte du baka parlé par les Pygmées, aux environs de Minvoul, toutes les langues du Gabon appartiennent à la branche occidentale du bantu. Dans sa classification, Guthrie en répertoriait une vingtaine incluses toutes dans les zones A, B et H. Ces langues font partie des groupes A 30, A 70, A 80, B 10, B 20, B 30, B 40, B 50, B 60, B 70, H 10. Aujourd’hui, grâce aux nouvelles études, on admet qu’il y a environ une cinquantaine de parlers répartis dans 12 groupes.

2Jacquot (1978) a ajouté le ndasa, le saké, le mahongwè, le sisiu (sigu) pour le B 20, le puvi, le pindzi pour le B 30, le shira pour le B 40, le kanigi pour le B 60. Kwenzi Mikala (1987) et Hombert (1990a) ont intégré le makina pour le A 80, le ndambomo, le shamaye, le métombolo, le kola pour le B 20, l’éviya, le simba, le gebongobongo pour le B 30, le vungu, le ngubi, le yirimba pour le B 40, le wanzi, le mwélé, l’ivili pour le B 50, le latsitsege pour le B 70 et le baka, une langue oubanguienne.

3Ainsi, pour les vingt langues bantu du Gabon répertoriées par Guthrie, comme du reste pour toutes les autres, il existe une table de correspondances avec le protobantu. On va prendre le cas du groupe B 30 pour l’illustrer (Guthrie 1971 : 37) :

B. 30 TSOGO GROUP [Gabon]
B.31 Tsɔgɔ (Mitsogo, Apindji)
(A) [7V ; 1 Q] *C1 : *p/*b>β/δ ; *mp>p ; *t/*d>t/φ ; d(*-i, *-u)>d ; *nt>t ; *k/*g>ɣ/k ; *ηk>k ; *c/*nc>s/ts
Tones : *CV1 not tonally distinct
(B) (i) INV : Cl.5 (ii) Cl. 1,3 IP : mo (+cs) ; mu (+vs)
Cl. 4 IP : mi Cl. 5,8=(IP : e) Cl. 7 IP : ɣe (+cs) ; s (+vs)
Cl. 10 IP n (+cs) ; gy (vs) Cl. 10a IP : di Cl. 11 IP : o
Cl 13 IP : to [-Cl.12, 14] Cl.16 EIP : βa (VP : βa)
Cl.17 EIP : ɣo (VP : ɣo) Cl.19 βi (iii) Gend. 11/10 and
11/10a occur unpredictably ; Gend.19/13 (+dim) (iv) Several extensions occur
(D) 22 254 597 940, etc.

4Il faut évidemment avoir un certain nombre d’éléments pour lire ce code. Guthrie donne dans la première ligne le nom qu’il a retenu pour le groupe, suivi entre crochets du ou des pays où les langues du groupe sont attestées. Dans la deuxième ligne il donne un ensemble d’ethnonymes dont le premier est écrit phonétiquement. En (A), il indique l’ensemble des réflexes des phonèmes par rapport au proto-bantu : par exemple *p/*b> β/δ signifie tout simplement que les phonèmes *p et *b du protobantu ont comme correspondances systématiques B et δ en tsogo. En (B), il donne les réflexes des morphèmes nominaux essentiellement et les types d’appariements qu’on rencontre, IP étant l’abréviation de Independant prefix. En (D) il donne des informations sur les séries comparatives (plusieurs centaines parfois) qui intègrent le tsogo.

5Par exemple, 22 est la série comparative qui a permis de reconstruire *-bàdé « deux » (Guthrie 1971 : 21) :

A.24 -δa
A.74 -bae
A.75 -bεε
B.31 -bae
C.32 -δale
C.34a -pə
H.12a -yari
K.14 -βali

6Etc.

  • 1 En cours de réalisation à Lyon au laboratoire DDL (UMR 5596, CNRS)

7Le travail de Guthrie est donc incontournable pour toute étude sérieuse sur toute langue bantu. La présentation de ces données permet de voir si ces langues test ont permis de faire des bons choix, de compléter ou de préciser certains aspects de sa reconstruction et d’intégrer éventuellement, dans les groupes qu’il a constitués, de nouvelles langues en dégageant les règles d’évolution. Ainsi, Van der Veen (1991) a précisé certains aspects du vocalisme tsogo et a intégré dans le B 30, à partir de l’étude des lois phonétiques, le puvi, l’éviya, le himba (simba). Il a par ailleurs confirmé l’existence du pindzi et du kandé, mais il en a fait des langues distinctes à l’intérieur du B 30. Médjo Mvé (1997) et Mouélé (1997) ont fait la même chose respectivement pour le A 75 et le B 50. En fait, l’ensemble des données collectées dans le cadre de l’atlas linguistique du Gabon1 a permis de faire ce travail pour tous les groupes linguistiques du Gabon, j’en ai fait la synthèse dans un travail antérieur (1995).

8La liste qui va suivre résume toutes les classifications faites à ce jour sur les langues du Gabon. Les langues répertoriées par Guthrie y figurent avec leurs index classificatoires, la lettre majuscule indiquant la zone, le rang décimal le groupe et le nombre l’unité linguistique immédiate. J’indique aussi les noms endogènes, transcrits suivant l’orthographe de l’alphabet scientifique des langues du Gabon (Mayer et Voltz 1989). Dans le texte cependant, j’utilise une orthographe simplifiée de ces dénominations.

9Pour être juste, il faut admettre que Raponda-Walker avait identifié un grand nombre de ces langues, même si les distinctions entre langues et dialectes ne sont pas fermes. Par ailleurs, il faut distinguer les classifications faites à partir de la comparaison des phonèmes, des morphèmes ou de tout autre élément structurel (Guthrie 1967-1971, Jacquot 1978, Hombert 1990a), de celle de Kwenzi Mikala (1987, 1995). En fait, le travail de Kwenzi Mikala constitue la troisième étape de la taxinomie linguistique, la dénomination ; il s’appuie sur des travaux antérieurs, pour les deux premières étapes que sont la comparaison et la constitution des groupes. Kwenzi Mikala a choisi de désigner les groupes par l’expression que les membres utilisent comme équivalent de l’énoncé « je dis que ». Ainsi, mekona-mangote, mazona, makena, myènè, mekana-menaa (kélé), mekona-mangote (kota), membe, merye, metye, membere désignent respectivement les groupes A 30, A 70, A 80, B 10, B 20, B 30, B 40, B 50, B 60- B 70 (voir tableau, page 63).

10Dès sa parution, le travail de Kwenzi Mikala a suscité de nombreuses critiques. La première concerne le critère même choisi ; il est évident qu’une classification linguistique s’appuie sur des critères bien plus consistants et discriminants. La deuxième critique concerne le choix parmi toutes les dénominations qui existent dans le groupe. Par exemple, les Lumbu de Setté-Cama classés dans le groupe « merye » utilisent la formule « ménanè ». De même, les Vili utilisent « metye » et sont classés avec d’autres langues dans le groupe « merye » et non dans le groupe « metye ». Toutefois, le critère utilisé par Kwenzi Mikala opère soit des recoupements (téké et obamba [mbaama] dans le groupe membere) soit des subdivisions (kota distinct de kélé) que d’autres études confirment.

  • 2 Depuis la table ronde sur l’enseignement des langues nationales et la recherche (du 9 au 11 décemb (...)

11Finalement, si on considère que le choix des dénominations était déterminé par un critère a priori neutre, on peut dire que globalement le résultat escompté a été atteint, même si dans quelques cas les noms choisis posent problème. En définitive, cette classification sert de référence pour les langues gabonaises.2

12Quoi qu’il en soit, les classifications reflètent l’état des connaissances, or les travaux sont d’importance inégale. Des thèses existent en description pour trois variétés de fang (Ondo-Mébiame 1992, Mba-Nkoghé 2001, Andème-Allogo 1991) ; pour le puvi (Mikala Mamfoumbi 1994), pour le simba (Rekanga 2000), pour le shira (Dodo-Bounguendza 1993), pour le nzébi (Marchal Nasse 1989). Trois thèses de linguistique comparative et historique existent pour le fang A 75 (Médjo Mvé 1997), le tsogo (Van der Veen 1991), le duma-nzébi B 50 (Mouélé 1997) ; une thèse de linguistique comparative et historique permet de mieux comprendre les circonstances de l’émergence des groupes linguistiques du Gabon et les trajets migratoires des locuteurs de ces langues (Mouguiama-Daouda 1995). Il y a également tous les travaux de Blanchon sur le groupe B 40 dont une bonne partie a été publiée (1999) et les lexiques non publiés de Luc de Nadaillac sur le nzébi. Il y a encore les différents mémoires de maîtrise et de DEA, notamment ceux présentés à l’université de Libreville, à l’université Lumière Lyon 2, à la section de linguistique africaine de l’université libre de Bruxelles. Enfin, je me fais le devoir de souligner l’importance des travaux d’André Raponda-Walker, fût-il amateur.

13Comme les descriptions qui existent se limitent souvent à la phonologie, dans une moindre mesure à la morphologie, il faudrait multiplier les travaux pour espérer avoir une idée plus précise de la situation linguistique du Gabon. Il est important de préciser qu’il s’agit de faire une classification linguistique. La distinction est importante car l’ethnologie regroupe souvent sous une même appellation des locuteurs de langues différentes. Ainsi, l’ethnonyme « Fang » désigne les locuteurs du groupe A 70 (Fang, Bulu, etc.) mais aussi les Chiwa (A 80) ; les ethnonymes « Kota » et « Mbété » désignent les locuteurs des groupes B 20, B 60, voire B 50 et B 70.

Groupe A 30
BUBE-BENGA GROUP
A 34 bεηga benga
Groupe A 70
YAUNDE-FANG GROUP (A 75)
atsi betsi
mεkaa meke
mvεny mvai
ntumu ntumu
nzaman nzaman
okak okak
Groupe A 80
MAKA-NJEM GROUP
A 85b bεkwel kwélé
A 83 ʃiwa chiwa
Groupe B 10
MYENE CLUSTER
B 11a mpoηgwε mpongwè
B 11b oruηgu orungu
B 11c ɣalwa galwa
B 11d ajumba adyumba
B 11e ηkɔmi nkomi
B 11f eneηga
Groupe B 20
KELE GROUP
B 21 sεki séki
B 22a kele kélé
B 22b uηgɔm bungom
B 23 mbawε͂ mbahouin
B 24 wumvu wumbu
B 25 ikota kota
B 251 ʃake saké
B 252 mahoηgwε mahongwè
B 201 ndasa ndasa
B 202 lesiɣu sisiu
B 203 ʃamayi shamaye
B 204 ndambomo ndambomo
B 205 metombolo métombolo
Groupe B 30
TSOGO GROUP
B 31 ɣetsɔɣɔ tsogo
B 32 ɣekande kandé
B 301 ɣeβia éviya
B 302 ɣehimbaka simba
B 303 ɣebongwε ébongwe
B 304 ɣepinzi pindzi
B 305 ɣeβoβe puvi
Groupe B 40
SHIRA-PUNU GROUP
B 41 ɣisira shira
B 42 yisaηgu sangu
B 43 yipunu punu
B 44 ɣilumbu lumbu
B 401 yibwisi bwisi
B 402 ɣiβarama varama
B 403 ɣiβuηgu vungu
B 404 ηgubi ngubi
Groupe B 50
NJABI GROUP
B 51 liduma duma
B 52 inzebi nzébi
B 53 itsεηgi tsangi
B 501 liwanzi wanzi
B 502 imwεlε mwélé
B 503 iβili ivili
Groupe B 60
MBETE GROUP
B 62 lembaama mbaama
B 63 lendumu ndumu
B 601 lempini mpini
B 602 lekaniηi kanigi
Groupe 70
TEKE GROUP
B 71a lateɣe téké
latsitseɣe latsitségé
Groupe H 10
KIKONGO GROUP
H 12a civili vili

14Dans la classification de Tervuren (Bastin et al. 1983), les langues du Gabon font partie des blocs 4, 5, et 7 de la branche occidentale du bantu. Le bloc 4 comprend les langues de la zone A de Guthrie moins les séries A 40 et A 60 ; son territoire s’étend du sud du Cameroun au nord du Gabon. En fait, la très grosse majorité des langues de ce bloc sont localisées au Cameroun. Le bloc 5, constitué du B 10 et du B 30, est le seul dont tous les membres sont localisés exclusivement en territoire gabonais. Le bloc 7 est l’un des plus grands de la branche occidentale ; il comprend toutes les autres langues du Gabon, moins le B 20 et le B 50 non inclus dans l’étude, les langues du Congo (groupe H), les langues du sud-ouest de la RDC et les langues du nord de l’Angola.

15Dans la dernière classification de Tervuren (1999), la solidarité des groupes B 10/B 30 est confirmée, mais ils font dorénavant partie du Nord-Ouest avec la majorité des langues de zone A. Les groupes B 40, B 50, B 60, B 70 vont avec le Centre-Ouest alors que le B 20 fluctue entre ces deux grands ensembles. Nurse et Philippson (2003) confirment globalement cette classification.

16Les travaux d’autres chercheurs (Heine, etc.) soutiennent également l’appartenance des langues du Gabon au bantu de l’Ouest. Ce qui revient à dire qu’aucune langue du Gabon n’a émergé en dehors de la zone géographique compatible avec la distribution de la branche occidentale. Il est donc peu probable que les locuteurs de ces langues se soient jamais retrouvés en dehors de cette aire. A l’intérieur du bantu de l’Ouest, les langues des groupes B 20, B 40, B 50, B 60, B 70 ont, nous l’avons vu, des liens étroits avec certaines langues du Congo-Brazzaville et de la RDC.

2. Localisation des parlers

Carte 6. Localisation des parlers du Gabon (Atlas linguistique du Gabon).
Source : Dynamique du langage (DDL, UMR 5596, CNRS. Responsable du projet ALGAB : Lolke Van der Veen).

17Le groupe A 30

18Les Benga sont installés dans la région côtière au nord de Libreville ; le Cap Estérias, la Pointe Santa Clara sont leurs principaux foyers d’implantation.

19Le groupe A 70

20Les Fang occupent la moitié septentrionale du pays : Ntumu à Oyem et Bitam, Mvai à Minvoul, Okak à Medouneu, Cocobeach et Mitzic, Meke à Libreville et Kango, Betsi à Mitzic. Au Nord-Est, les Nzaman sont installés à Makokou et à Ovan. De nombreux villages betsi, meke et okak parsèment également les localités de Ndjolé, Lambaréné, Kango, Ntoum, Cocobeach et Libreville.

21Le groupe A 80

22Les Kwélé sont installés sur la rive gauche de l’Ivindo, depuis la frontière gabono-congolaise jusqu’à Makokou. Plus au sud, principalement à Boué, apparaissent les Chiwa. Les Mwesa sont à l’est de Mékambo.

23Le groupe B 10

  • 3 Dans certains lacs, notamment Evaro, Zilè, Azingo, on assiste à une occupation occasionnelle de l’ (...)

24Installés à Libreville et à la Pointe-Denis, rives droite et gauche de l’estuaire du Gabon, les Mpongwè constituent l’ethnie septentrionale du groupe B 10. Les Orungu sont au Cap Lopez et à Port-Gentil, les Nkomi au Fernan-Vaz, les Galwa aux lacs Onangué, Avanga, Ezanga, Evaro et à Lambaréné, les Adyumba au lac Azingo et les Enènga au lac Zilè3.

25Le groupe B 20

26Alors que du Chaillu (1869) attestait des villages séki dans l’Ogooué maritime, aujourd’hui on ne les retrouve qu’à Cocobeach. Entre Lambaréné et Ndjolé, les Kélé sont présents notamment à Makouké. A quelques deux cents kilomètres de là, à Fougamou dans le Sud, une fraction importante de cette ethnie est également signalée, prolongement des Kélé de Sindara non loin de l’Ikoi. Les Wumvu vivent aux environs de Malinga et Mbigou. Vers le centre-est du pays, une ethnie très proche des Kélé, les Bungom, est établie aux environs de Koulamoutou ; à quelques kilomètres de là vivent les Métombolo dont on signale également la présence à Mbigou. Les Bungom seraient les parents de leurs homonymes signalés à Mékambo au nord-est du pays. Mékambo est également la ville d’autres ethnies B 20 puisqu’on y localise les Mahongwè à l’est, les Ndambomo au sud, les Kota et les Shamaye dans le bassin de l’Ivindo. Ces deux dernières ethnies sont également recensées à Okondja, plus au sud, en direction des plateaux. Dans la région du confluent de l’Ogooué et de l’Ivindo, au centre même du Gabon, apparaît une autre ethnie B 20, les Saké, dont certains membres habitent également les environs de Larstourville au Centre-Est ; là-bas ils confineraient avec leurs parents sisiu.

27Dans l’est du Gabon, à Franceville, on retrouve les Ndasa au sud, les Mbahouin et les Wumbu au nord ; ces derniers seraient proches des Wumvu de la Ngounié.

28Le groupe B 30

29Les Tsogo sont installés à Mouila, sur la rive droite de la Ngounié jusqu’à Sindara et dans la région du massif du Chaillu. Quelques villages simba sont également signalés au voisinage des Tsogo à Mimongo. Les Puvi sont localisés au centre, entre la Lolo et l’Ogooué, au sud-ouest de Koulamoutou. Les Pindzi occupent la moyenne Ngounié à Saint-Martin, quartier de Mouila ; les Eviya font face aux Shira de Fougamou. On retrouve des Simba à Boué, non loin des Kandé sur la rive gauche du cours moyen de l’Ogooué (entre le confluent Ogooué/Okano et Boué).

30Le groupe B 40

31Les Shira sont à Fougamou, Mandji et de plus en plus présents à Ndougou ; à l’ouest de Mouila sont installés les Vungu que l’on retrouve également à Yétsou, Moabi, Mandji. Les Punu vivent à Mouila, Moabi, Ndéndé, Tchibanga et Mabanda. Les Sangu sont installés à partir de la rive droite de la Ngounié dont ils s’écartent pour pénétrer à Mimongo, Mbigou et Iboundji dans la région montagneuse. Le domaine des Lumbu est situé à l’ouest opposé ; on les rencontre à Tchibanga, mais aussi le long de la côte entre Gamba et Mayumba. Ils confinent aux Ngubi de la lagune Iguéla, alors que les Varama sont à Setté-Cama, Gamba, Omboué.

32Le groupe B 50

33Les Nzébi occupent Lébamba, Mbigou, Mimongo, Malinga et Pana au sud, Koulamoutou au centre, Bakoumba à l’est. Les Duma sont majoritaires à Larstourville où ils cohabitent avec une minorité wanzi, le gros de cette ethnie vivant à Moanda. On signale aussi des Tsangi à Larstourville, Moanda, Bakoumba et les Mwélé à Mbigou. Les Ivili sont à Sindara, Ashouka et Lambaréné, loin des autres ethnies du groupe B 50. Ces derniers ne doivent pas être confondus avec leurs quasi homonymes de Mayumba qui, eux, font partie du groupe H 10.

34Le groupe B 60

35Les Mbaama sont installés le long de la Sébé, principalement à Okondja et à Akiéni en amont de la Lékoni. Quelques clans habitent également le centre de Franceville, au voisinage des Ndumu qui débordent sur Moanda et des Kanigi qu’ils séparent en deux groupes, l’un du nord et l’autre du sud. Le premier confine au B 50, le second au B 70.

36Le groupe B 70

37Les ethnies B 70 occupent la région des plateaux, au centre-est du Gabon, en direction des sources de l’Ogooué. A l’ouest, cette région prolonge le territoire des langues B 50, au nord celui des B 20 (Kota, Mahongwè, Shamaye, Saké). Les Téké sont localisés à Léconi et à l’est d’Akiéni.

38Le groupe H10

39Les Vili sont au Gabon les seuls représentants d’un groupe dont tous les autres membres sont en territoires congolais, angolais et zaïrois. Mayumba, ville côtière qui prolonge Setté-Cama, est leur fief.

3. Reconstruction historique à partir des données linguistiques

3.1. Hypothèses inférées des classifications

40La reconstruction des migrations s’appuie sur les classifications de Guthrie (1967-71) et de Bastin et al. (1999). Les arbres qui en découlent sont fondamentalement construits sur la base de l’hypothèse de la divergence dont le principe fondamental est, je le rappelle, l’existence d’une souche linguistique à partir de laquelle vont se développer des langues filles, qui elles-mêmes seront des souches pour d’autres langues filles, etc.

41Les arbres donnent également une information sur la chronologie, un ordre de grandeur plus qu’une datation absolue. Ils donnent enfin une information sur le nucleus des langues, dans la mesure où ils permettent l’application des principes du centre de gravité et des moindres mouvements. En effet, un nœud génétique est constitué de plusieurs langues dont l’arbre donne des indications sur la proximité ou l’éloignement linguistique en terme de chiffres. Un faible pourcentage de ressemblance induit une différenciation linguistique importante, critère déterminant le centre de gravité d’une famille de langues. Il en résulte que les langues d’un nœud génétique existent ou ont existé sur un espace géographique ; le lieu d’origine d’une famille de langues est à situer dans l’aire géographique où sont localisées le maximum de langues différenciées de cette famille. En fait, ce n’est pas tant le nombre de langues mais plutôt le nombre d’unités génétiques dont on tient compte pour l’application des principes des moindres mouvements et du centre de gravité.

Chronologie des grandes divisions du bantu

42Commençons par le fang qui fait partie du Nord-Ouest, une unité génétique comprenant la majeure partie des autres langues de zone A. Elle inclut un espace géographique allant du sud du Cameroun au nord du Congo-Brazzaville et au sud-ouest de la République centrafricaine. Elle comprend, outre le fang, les langues bafia, fa, maja, djanti, duala, pongo, éwondo, basa, etc. Il faut donc envisager le nucleus de ce groupe non loin de la région d’origine du bantu de l’Ouest. Ce bloc évolua en deux sous-blocs primaires, l’un regroupant les langues du groupe bafia (A 50, A 51, A 53, A 54), l’autre un ensemble de langues des groupes duala (A 20), basa (A 40), éwondo-fang (A 70), etc. Ces deux nœuds primaires ont 65 % de différences, leur éclatement s’est donc produit il y a 3 250 ans (environ 1250 avant J.-C.). La deuxième migration verra l’éclatement du proto-duala-basa-éwondo il y a 2 900 ans, puisque l’écart entre les nœuds primaires de cet ensemble est de 58 % de différences. L’éclatement du groupe bafia est plus tardif, puisque les écarts entre les nœuds de ce groupe sont de 48 %, différences remontant donc à 2 300 ans.

43Dans la dernière classification de Tervuren, les groupes B 10 et B 30 ont des affinités avec les langues de zones A, dont ils se seraient séparés il y a environ 3 000 ans. Il y a donc une remise en cause des classifications antérieures dans lesquelles le tsogo et le myènè étaient un rameau d’un bloc constitué des langues du Centre-Ouest. Mais peut-être faut-il aussi envisager un scénario qui isole ces deux groupes des langues de zone A et de celles du Centre-Ouest.

44Les langues du groupe B 20 ont également une position fluctuante, puisque le wumvu-kota tire vers le Centre-Ouest, alors que le ngom-mbangwe-saki (saké) tire vers la zone A. En fait, les effets du contact des langues voisines influencent considérablement la configuration des classifications. L’impact du A 70 et du A 80 sur le ngom-mbangwe-saki, celui du B 50, du B 60, voire du B 40 et du B 70 sur le wumvu-kota, compliquent la mise en évidence des relations génétiques.

45Toutes les autres langues du Gabon font partie du Centre-Ouest où elles rejoignent le C et le H. La très grosse majorité des branches de cette unité se retrouvent au Congo et en RDC. La frontière congolo-camerounaise est probablement la zone où l’on doit situer le nucleus de ce groupe. C’est en effet le point de contact avec les langues de zone A, c’est également dans ces environs que le myènè-tsogo et le kotakélé se sont différenciées. Par ailleurs, par certains points, la zone C pourrait attester la différenciation la plus marquée à l’intérieur de l’unité.

46Les premières divergences ont lieu il y a 3 250 ans et favorisent l’émergence du groupe C, peut-être également celle du B 20. Il y a en effet 35 % de similarités entre les langues du groupe C et le bloc constitué des langues de zone B (40, 50, 60, 70, 80) et H. Le centre de dispersion de la zone C pourrait se situer au nord de la Sangha, à la frontière entre le Congo-Brazzaville, le Cameroun et la RCA ; celui du B 20 devrait se trouver au nord de Mékambo, à la frontière gabono-congolaise du Nord-Est. Le bloc B-H dont le centre de gravité devait se trouver au sud-ouest de la cuvette congolaise se disloque il y a 3 000 ans : le lumbu-sangu-punu-vungu-bwali-varamayombe-vili-yaka se distingue du bémbé-duma-nzébi-kanigi-ndumu-mbaama-téké. Le premier groupe se développe à l’ouest de la région des plateaux, le second au cœur de cette même région. 45 % de similarités sont calculées entre le lumbu-sanguvungu-bwali-varama, d’une part, et le yombe-vili-hungana, en fait le kongo, d’autre part. Une dislocation s’est donc produite il y a 2 750 ans ; le kongo devait être parlé vers le Pool. 55 % de similarités sont calculées entre le bongo-koudja-bémbé-dumanzébi-tsangi-téké d’une part et le kanigi-ndumu-mbaama-téké d’autre part. Les environs de Djambala pourraient être le point focal de ce groupe.

47Le rapport du B 50 avec le B 60, le B 70, le B 40 et certaines langues H pourrait également s’expliquer par des influences latérales.

48Ainsi, on a une fourchette temporelle comprise entre 3 500 et 3 000 ans, qui permet de situer la deuxième séquence des premières vagues migratoires, commencées à la suite de l’éclatement initial du bantu de l’Ouest. Le bloc génétique regroupant les langues du Nord-Ouest (zone A), celui regroupant les langues du Centre-Ouest ont donc un âge supérieur à 3 000 ans. Ils émergent juste après la période protobantu et se disloquent à partir de 3 000 ans. Comme le PB-X à environ 5 000 ans, l’âge du bantu de l’Ouest est d’environ 4 000 ans. Les trois blocs se sont donc constitués dans la fourchette comprise entre 4 000 et 3 000 ans.

49Ainsi, d’une manière générale, les arbres vont nous donner les périodes de dislocation. La durée d’une unité génétique sera donc estimée à partir de deux périodes de dislocation, où à partir d’un repère chronologique admis (celui du proto-bantu par exemple) et une période de dislocation.

Chronologie de la constitution des groupes

50Le benga (A 30)

51Le benga est intégré dans une unité qui comprend principalement le duala et le batanga, des langues parlées vers les côtes camerounaises, équato-guinéennes et gabonaises. A l’intérieur de cette unité, le benga constitue un nœud inférieur avec le batanga. Le centre de gravité du benga se trouve donc sur les côtes équatoguinéennes, là même où la plupart des autres membres du groupe sont attestés et où la diversité est la plus marquée. Cette zone nous rapproche de Douala qui pourrait être le nucleus de l’unité duala-batanga-benga.

5260 % de ressemblances sont calculées entre les deux branches de ce nœud (duala vs benga-batanga), ce qui permet de proposer une période d’éclatement de 2 000 ans. L’éclatement ultérieur du nœud benga-batanga remonte à 1 000 ans, puisqu’on a calculé 80 % de ressemblances entre les membres de ce groupe. Les dialectes benga qui n’ont que 10 % de différences se sont constitués il y a environ 500 ans.

53Le fang (A 75)

54Les arbres donnent plusieurs articulations pour le groupe appelé éwondo-bulufang. C’est surtout la position de l’éwondo par rapport au fang et au bulu qui pose problème. Certains parlers éwondo rejoignent parfois le fang dans un nœud intermédiaire. Dans un autre arbre, par contre, ils constituent une unité homogène. Le nœud fang-bulu est par contre stable.

55Comme les dialectes éwondo et bulu sont parlés entre Yaoundé et le sud-ouest du Cameroun, c’est dans cette région, aux environs de l’aire éton, qu’il faut placer le nucleus de cette unité, non loin des autres langues de la zone A qui lui sont reliées, l’éclatement de l’unité bulu-fang ayant dû se faire au sud, aux environs d’Ebolowa. Du sud de l’aire bulu, les vagues fang vont atteindre le nord de la Guinée équatoriale et du Gabon. Dans cette zone, on se trouve au point de contact avec les autres langues du groupe A 70. Un premier mouvement a donc conduit une branche vers le sud de l’aire éton pour déposer les populations à l’origine des groupes bulu, fang. Un deuxième mouvement s’est produit ultérieurement, à la suite de l’éclatement du groupe fang et de la pénétration de certains de ses membres au Gabon. On verra que cette descente vers le sud va modifier la répartition des langues des groupes A 80 ( ?), B 10, B 20, B 30 qui s’étaient répandues, longtemps avant, entre l’extrême sud du Cameroun, le nord et le nord-est du Gabon.

56On calcule environ 55 % de ressemblances entre l’éwondo-éki et les autres parlers de cette unité (éwondo éton 1, éwondo éton 2). Une première différenciation aurait donc eu lieu il y a un peu plus de 2 000 ans. De nombreux nœuds intermédiaires sont ensuite calculés avec des taux de ressemblance compris entre 80 et 90 %. Si une articulation existe entre certains parlers éwondo, le fang et le bulu, son existence ne remonte guère à plus de 1 000 ans. Par exemple, puisque entre le fang et l’éwondo on a calculé un taux de ressemblance lexicale de 84 %, la séparation entre ces deux sous-groupes n’est vielle que de 600 ans. Comme entre les parlers fang, on a des taux de ressemblance qui avoisinent ou dépassent les 95 %, l’éclatement de ce groupe est postérieur à 1 000 ans et se serait produit il y a environ 250 à 300 ans.

57Ainsi, la culture proto-fang ne remonte pas au-delà de 8 siècles, puisque le groupe bulu-fang dont elle émanera n’a guère plus de 750 ans. Cette culture s’est constituée au sud immédiat de l’aire bulu, groupe le plus proche du fang dans le grand ensemble éwondo-fang. Le groupe bulu-fang lui-même émerge il y a 750 ans à la suite de l’éclatement de l’éwondo-fang. Ici, on constate au contraire du groupe tsogo-myènè, des séries de migrations entre 300 avant J.-C. et 500 après J.-C.

58Le makaa-njem-pomo-kweso (A 80)

59A l’intérieur de cette unité, les arbres divergent quant aux articulations entre le mpo, le kweso, le bomwali, le kozime. Le centre de gravité du groupe pourrait être dans le sud-est du Cameroun, dans un axe orienté vers la frontière sud du Cameroun et de la RCA. Le chiwa du Gabon, appelé encore makina, n’est pas pris en compte dans la classification, mais c’est une variante dialectale du maka du Cameroun. Les nœuds les plus anciens étant constitués autour d’un pourcentage de similarité de 70 %, la désintégration du groupe remonte à 1 500 ans. Les dialectes les plus proches, notamment les différentes variétés de bekwil (kwélé), ont 90 % de ressemblances ; la dislocation du groupe remonte donc à 500 ans.

60Le myènè-tsogo (B 10+B 30)

61L’unité de ce groupe, le seul constitué de langues exclusivement parlées en territoire gabonais, est révélée par tous les arbres. Il faut donc admettre que cette unité a émergé au Gabon. La séparation myènè-tsogo s’est produite il y a 3 000 ans, puisque entre les deux nœuds il y a 40 % de vocabulaire commun.

62La répartition géographique des langues du B 30 montre bien que c’est au nord-est qu’il faut localiser le nucleus de cette unité génétique. La diversité interne du B 30, plus marquée que celle du B 10, confirme cette localisation. Enfin, les ressemblances entre les langues de zone A et les groupes B 10 et B 30 conduisent encore et toujours dans le nord-est.

63La continuité de l’implantation de l’ethnie myènè tranche avec l’isolement du pindji (pindzi) par rapport au kandé et au simba et celui du puvi par rapport au tsogo et à l’éviya.

64D’après Van der Veen (1991), kandé, pindzi, simba forment à l’intérieur du B 30 le groupe du Nord, alors que les trois autres forment le groupe du Sud. Ici, les taux de ressemblance les plus élevés sont proches de 70 %, ce qui implique une séparation de 1 500 ans. Les langues du Nord rejoignent le tsogo dans un nœud qui montre un taux de similarité de 60 %. Ces quatre langues rejoignent le puvi dans un nœud qui révèle 50 % de similarités, ce qui suggère une dislocation il y a 2 500 ans.

65Au contraire, la première divergence qui isole le mpongwè se produit il y a moins de mille ans, puisque entre cette langue et les autres du B 10 on a environ 85 % de similarités ; l’éclatement du groupe myènè a donc commencé il y a 750 ans. Entre deux variétés de galwa on a 90 % de similarités, ce qui implique une séparation de 500 ans.

66Donc, c’est davantage vers le domaine du B 30 qu’il faut rechercher le nucleus du myènè-tsogo. Bien qu’interrompu par certaines langues comme le nzébi, le sangu, le kélé, le ivili, ce domaine forme un cercle composé de toutes les langues, mais où le kandé et surtout le simba occupent une position assez excentrée. Il est difficile d’appliquer le principe des moindres mouvements dans un domaine linguistique perturbé par l’intrusion de langues étrangères, mais comme le tsogo et l’éviya sont plus proches que ne le sont le puvi et les autres langues du Nord, c’est vers la réserve de la savane Okanda qu’il faut situer le nucleus du groupe tsogo. Lors de la dislocation ultérieure de l’unité, les domaines des groupes myènè et tsogo ne devaient pas être distants l’un de l’autre.

67Finalement, des groupes du bantu en provenance du Cameroun s’établirent au nord-est du Gabon 1 000 ans avant J.-C. Il est clair que le myènè-tsogo resta relativement stable pendant près de 5 siècles, puisqu’il y a 2500 ans que le B 30 se disloqua, alors que le B 10 dut attendre plusieurs siècles avant de se disloquer (il y a 750 ans). Les Proto-Tsogo-Myènè sont donc restés en marge des espaces géographiques camerounais et congolais où se sont constitués des ensembles beaucoup plus importants par le nombre de locuteurs et par la dimension de l’espace occupé.

68Le wumvu-kota (une partie du B 20)

69Un seul arbre (branch average) coordonne ce groupe et le suivant, sur la base d’un taux de similarité de 45 %, ce qui représente 2 750 ans de divergence.

70L’unité wumvu-kota est constituée des dialectes ndasa, du wumvu, du sama, du mahongwè et des dialectes kota. Le sous-groupe sama-mahongwè-kota (shamayemahongwè-kota) émerge il y a 2 000 ans, puisque ses membres ont un peu moins de 60 % de ressemblances. Les dialectes kota ont entre 80 et 85 % de ressemblances, ce qui représente une moyenne de 900 ans pour la période d’éclatement. Le sama et le mahongwè ont près de 95 % de similarités, soit une période de divergence de 250 ans. Le sous-groupe wumvu-ndasa se disloque il y a un peu moins de 1 000 ans, puisque les arbres révèlent un peu plus de 83 % de similarités. Les dialectes ndasa se constituent presque au même moment que le sama et le mahongwè, alors que les arbres révèlent un peu plus de 90 % de ressemblances pour les dialectes wumvu, ce qui représente un peu moins de 500 ans de séparation.

71Le centre de gravité de ce groupe se trouve à la frontière congolo-gabonaise entre les villages situés autour de Mékambo et la Zadié, au voisinage de quelques parlers du groupe C 20. C’est le schéma le plus simple pour expliquer comment après l’éclatement de ce groupe, des langues ont émergé en direction du sud-est (ndasa et shamaye à Okondja), en direction de l’ouest autour de Mékambo (mahongwè, kota). Si l’on considère que le groupe kota rejoint le mboshi dans une unité génétique supérieure, la zone charnière de ces deux groupes se situe bien au nord-est. Entre le mboshi et le kota, il y a 47 % de vocabulaire commun, ce qui explique une période de séparation de 2 500 ans ; mais ce chiffre est incompatible avec celui calculé pour la divergence kota-kélé, 2 750 ans.

72Le ngom-mbangwe-saki (la seconde partie du B 20)

73Les langues de cette unité ont un peu moins de 70 % de similarités, ce qui représente environ 1 500 ans de séparation. A l’intérieur du groupe, les dialectes saké sont les plus proches puisqu’ils ont 85 % de ressemblances, ce qui représente 750 ans de séparation. Si on croit à la relation avec l’unité génétique précédente et si l’on considère que la majeure partie des langues différenciées sont représentées à Boué, c’est au sud de Mékambo qu’on doit identifier le nucleus de cette unité, établie sur un des nombreux affluents de l’Ivindo. Elles se sont réparties dans un espace entourant la forêt et dont les limites sont, au nord, le bassin de Boué, au centre-est Larstourville, au nord-est le bassin de Franceville, au sud le massif du Chaillu, à l’ouest les plaines de la Ngounié. C’est la distribution du kélé qui présente la plus grande discontinuité (voir localisation des parlers).

74Le séki (un membre isolé du B 20)

75D’après la tradition orale, les locuteurs du séki auraient une relation avec ceux du saké des environs de Boué, mais le taux de ressemblance entre ces deux langues étant de 47 %, elles se seraient séparées il y a 2 600 ans, ce qui nous rapproche de la période de dislocation du kota-kélé. Le séki paraît émerger très tôt dans le Nord-Ouest, puisque dans les arbres il est souvent isolé, bien que rattaché une fois au kako (A 93), un groupe situé à plusieurs centaines de kilomètres à l’est. Il y a un peu moins de 55 % de similarités entre les deux groupes, ce qui suggère une dislocation ayant eu lieu il y a 2 250 ans. Les langues du groupe A 90 sont parlées au sud-est du Cameroun, à l’ouest des langues du groupe maka. On est obligé de situer le nucleus du séki dans cette zone, si on croit bien sûr à la relation avec le kako, d’autant qu’un lien existerait avec d’autres langues de zone A (A 70, A 80, A 90).

76Le sira-lumbu (B40) + H 12 et H 13 (une partie)

77Les arbres subdivisent cette unité en deux sous-groupes ; le lumbu et le bwisi sont souvent associés au vili et au yombe, alors que le vungu, punu, sangu, shira (sira), bwali, varama constituent un autre groupe. Il reste que la position du lumbu est fluctuante puisqu’il est parfois rattaché au second groupe. Un taux de similarité de plus de 55 % réunit les deux groupes, soit une période de divergence légèrement inférieure à 2 250 ans. Les taux de ressemblance les plus élevés sont attestés par les variétés de varama (90 %) et de lumbu (85 %), ce qui représente respectivement 500 et 750 années de séparation.

78Le premier sous-groupe (B 44, 45 et vili) atteste des taux de similarité compris entre 60 et 70 %, ce qui représente une période de séparation comprise entre 2 000 et 1 500 ans. Le second sous-groupe (B 40, 43, 46, 47) atteste des taux de similarité compris entre 70 et 80 %, ce qui représente une divergence ayant eu lieu entre 1 500 et 1 000 ans. Le centre de gravité du premier groupe pourrait bien se situer au cœur de la région du Kouilou, alors que celui du second groupe tire au centre de la région du Niari. C’est dans ces régions que la jonction se fait avec les autres langues de la même unité génétique.

79Le nucleus de ce grand ensemble (B 43, B 44, B 45, B 46, B 47, H 12) doit se situer vers Sibiti autour de la Bouenza, en sachant qu’il est une émanation d’un bloc génétique plus grand, d’où proviennent les langues de zone H, C, KLM ( ?), et dont l’origine pourrait bien être dans la région du Pool au sud de Brazzaville.

80On a vu que la diversité est plus forte à l’intérieur du H, comparativement au B 40. Le vili constituant le rameau gabonais du groupe H, c’est tout naturellement dans la zone charnière entre la RDC, le Congo et l’Angola qu’il faut situer le début de l’expansion de ces langues.

81Les premières vagues des migrations à l’intérieur du B 40 commencent donc à une période comprise entre 1 500 et 1 200 ans. Le proto-punu doit se situer dans une zone proche du H, à la frontière bwisi-lumbu au Congo. Comme d’autres différenciations suggèrent une profondeur de 2 000 à 1 500 ans, il faut envisager une première phase de migrations bien plus ancienne.

82Le nzébi (+ B 73, B 74, B75), + B 60 + H 12 + H13 (une partie)

83Les arbres révèlent des affinités du B 50 avec le bémbé (H 11), le téké (B 73) et le B 63 et B 64. La racine principale est restituée à partir d’un taux de similarité d’un peu plus de 65 %. Les premières divergences qui permettent de se séparer du bémbé eurent donc lieu il y a 1 750 ans. Les divergences révélées avec le B 63 et B 64 sont plus récentes puisqu’on a un taux de similarité de 70 %, ce qui donne 1 500 ans de séparation. C’est la même durée qui est suggérée pour la dislocation du nzébi-duma ; les dialectes duma attestent les taux de similarité les plus proches (90 %), viennent ensuite les dialectes nzébi (85 %). Si l’affinité nzébi-bémbé a quelque valeur historique, alors le nucleus du groupe se trouve au centre de la région de la Lékoumou, peut-être davantage en direction du téké de l’ouest.

84Le mbédé (B 60)

85Le nœud principal est restitué sur la base d’un taux de similarité de près de 65 %. Les premières divergences ont eu lieu il y a 1 750 ans. Les dialectes mbaama sont les plus proches puisqu’ils ont 90 % de similarités, viennent ensuite les dialectes ndumu avec un taux à peine inférieur. Un nœud mbaama-mbédé construit sur la base d’un taux de similarité de 70 % s’oppose à un nœud ndumu-kanigi construit sur la base d’un taux de similarité de 75 %. Ici, les divergences remontent respectivement à 1 500 et 1 250 ans. Le centre historique est en zone mbédé, du fait de la plus grande diversité entre mbaama et mbédé et de la relation de ce groupe avec le reste du Centre-Ouest.

86Le téké (B 70)

87Les arbres suggèrent un nœud regroupant les langues téké, le B 83, le B 84, notamment le tiene-wamba, le mfinu, le mpuono. Les articulations sont relativement complexes puisque certains parlers téké sont proches du B 83, alors que d’autres en sont davantage éloignés. C’est le cas par exemple du B 76 et du B 81 (tiene-wamba) ou du B 78 et du B 84. Les divergences les plus anciennes sont établies entre 60 et 70 %, ce qui représente des périodes de 2 000 à 1 500 ans de séparation.

88Les variétés dialectales du mfinu avec plus de 70 % de similarités représentent les migrations les plus récentes. Le centre de gravité devait donc se trouver dans la zone comprise entre le téké du centre et le téké du sud (Brazzaville).

3.2. Hypothèses inférées de l’étude du lexique culturel (faune et flore)

89L’étude du lexique culturel en vue de reconstituer les trajets migratoires des Bantu du Gabon a porté sur les mammifères (Hombert 1988), les poissons (Mouguiama-Daouda 1995). A ces deux études sur l’ensemble des groupes linguistiques du Gabon, il faudrait ajouter le travail de Médjo Mvé sur le groupe fang où l’auteur examine le comportement des noms des arbres, des mammifères et des poissons par rapport à la phonologie historique du groupe.

90Hombert met en évidence deux grands groupes qu’il interprète comme des traces de trajets migratoires différents. Il y a le fang d’une part et les langues de zone B d’autre part. A l’intérieur de la zone B, des affinités existent entre le B 10 et le B 30. La connaissance des mammifères est relativement ancienne puisque les noms étudiés sont compatibles avec les règles d’évolution des phonèmes de la langue. Outre les nouveaux éléments d’information que l’étude met en évidence, il y a une confirmation des reconstructions de Guthrie.

91L’étude des noms de poissons d’eau douce a également confirmé la différence entre le fang et les langues de zone B. A l’intérieur de la zone B, les affinités entre le B 10 et le B 30 sont encore une fois révélées. Ces groupes se distinguent de l’ensemble B 20, B 40, B 50, B 60, B 70, encore que les langues des groupes B 20 et B 50 partagent quelques termes avec le B 30. Il y a donc ici, comme dans les classifications lexicostatistiques, une fluctuation du B 20.

92A la différence des noms des mammifères, une bonne partie du lexique ichtyologique est irrégulière. Des mots irréguliers dans certaines langues se retrouvent dans les langues géographiquement proches où ils sont réguliers. Ainsi, presque tous les mots irréguliers de l’éviya sont à relier à des racines du B 40, surtout du shira. Le nzébi de Mbigou est influencé par le B 40, mais il atteste également des racines spécifiques au B 10-B 30 qui pourraient provenir du tsogo voisin. Le kélé des environs de Sindara est également influencé par le B 30. Des mots irréguliers du mbaama sont reliés aux racines du B 20. Dans tous les cas, il s’agit ici de diffusion récente.

93Il y a aussi des langues qui attestent des mots irréguliers retrouvés dans des langues dont elles ne sont pas directement proches : de nombreux mots irréguliers en B 10 sont à relier à des racines spécifiques au B 30, certains termes attestés en ndumu, kanigi doivent provenir du B 50. Ainsi, le B 10 et le B 30, le B 60 et le B 50 ne sont pas en contact direct actuellement, mais ont dû l’être par le passé. Ici la diffusion est déjà plus ancienne et traduit des migrations internes.

94Des mots irréguliers existent encore dans certaines langues, alors qu’ils ont des cognats réguliers dans plusieurs groupes du Gabon, voire dans des langues des zones C (Congo Brazaville et RDC) et D (RDC). Comme la distribution des cognats intègrent une partie importante du bantu de l’Ouest, les irrégularités trahissent des développements postérieurs au pro-bantu mais relativement anciens. L’âge d’un mot ou d’un fait culturel croissant proportionnellement avec sa distribution géographique. L’irrégularité est le signe de l’apparition sur un palier chronologique plus récent que celui des proto-bantu. L’importante distribution est la marque d’une relative ancienneté.

95Il y a enfin des mots réguliers qui respectent les frontières des groupes linguistiques. Le B 30 (moins l’éviya) et le B 40 sont particulièrement homogènes et clairement délimités par des racines qui leur sont propres. Malgré la dispersion de ses membres, le groupe B 20 a également des termes caractéristiques. Les groupes A 70 (fang), B 10 et surtout B 50-B 60 ont très peu de termes qui leur soient spécifiques. Ce qui n’est pas surprenant, car ils sont constitués de langues où de nombreux termes sont irréguliers et empruntés aux langues voisines.

96Quelques termes suggèrent certains regroupements, que l’on interprète davantage comme des aires dans lesquelles se sont diffusés et se diffusent encore des mots, plutôt que comme des unités génétiques. En effet, rien n’est régulier puisque les configurations des distributions changent avec les noms des espèces. Il apparaît donc que les analogies du lexique ichtyologique sont souvent déterminées par la proximité géographique.

97L’étude de onze noms de poissons de mer a fourni également des résultats intéressants. Ces espèces sont communes et certaines remontent dans les embouchures et dans les eaux saumâtres, elles sont donc connues des populations de l’intérieur. Alors que les noms des poissons d’eau douce sont irréguliers en mpongwè et réguliers en B 30 voire en B 40, les noms des poissons de mer sont plutôt réguliers en B 10 et irréguliers dans les autres groupes ; ici l’emprunt se serait fait en sens inverse.

98Quelques dénominations présentent des analogies avec des mots portugais désignant des réalités identiques : ηkáwà « Caranx hippos », mɔ́nɔ́ « Mugil sp. », òmbàɣò « Pristis microdon », òsέndzέlεÌ « Pellonula vorax » du myènè ressemblent respectivement à kavala (carangue), molo (mulet), tubarao (poisson-scie), sardinela (sardinelle). On aurait donc eu emprunt du mpongwè au portugais d’abord, ensuite des autres langues de l’intérieur au mpongwè.

99Finalement, on peut considérer que l’essentiel des connaissances relatives aux espèces d’eau douce n’est pas hérité du PB-X. Certes, certaines racines pourraient être assez anciennes puisqu’on les retrouve ailleurs en zone B, mais la plus grande partie paraît liée à des zones géographiques précises. L’hypothèse d’une origine exogène, sans exclure des phénomènes de renouvellement interne, est la plus rationnelle. Les Bantu du Gabon ont dû rencontrer des populations qui leur ont transmis ces connaissances. Comme les Pygmées ont une pratique assez limitée de la pêche, il faut rechercher ailleurs les populations, apparemment des pêcheurs, qui sont à l’origine de ces connaissances.

100Les données indiquent deux principales aires d’occupation de l’espace gabonais : le Nord-Est et le Sud-Est. Au Nord-Est, le groupe B 30 paraît établi avant les groupes A70 (fang), et surtout B 10 qui lui doit la majorité des noms des poissons d’eau douce. Au Sud-Est, le B 40, B 60, B 70 paraissent constituer une même aire, reflet d’une tradition migratoire commune. Les groupes B 20 et B 50 sont influencés par la tradition du Nord et du Sud ; comme ils sont plus proches actuellement des groupes du Sud, on peut penser que les contacts avec les groupes du Nord sont plus anciens. La connaissance des poissons de mer paraît également tardive, ce qui pourrait traduire une implantation récente des Bantu sur la côte. En effet, les noms de poissons de mer qui sont attestés dans les langues de l’hinterland sont peu nombreux et de diffusion récente. Il n’y a pas non plus de transferts d’anciens noms de poissons de mer à des poissons d’eaux douces et saumâtres. En fait, le benga et le séki mis à part, toutes les langues des côtes gabonaises viennent de l’intérieur des terres où elles ont leur centre de gravité et où des contacts avec des langues de l’hinterland ont été révélés. Les données ne prouvent pas une migration par les voies maritimes, du moins pour les populations étudiées. Les migrations se sont donc faites du nord au sud et d’est en ouest, essentiellement par le bassin de l’Ogooué.

101Il reste que la faune ichtyologique est plus diversifiée que celle des mammifères, ce qui explique déjà, en partie, les raisons d’un profond renouvellement de ce lexique.

102L’étude de Médjo Mvé a apporté des informations précieuses en ce qui concerne les noms des plantes. En outre, les résultats révélés concernant les mammifères et les poissons ne contredisent pas ceux d’Hombert (1988) et de Mouguiama-Daouda (1995), sur lesquels d’ailleurs il s’appuie, au moins partiellement. On a 78 % de noms de plantes qui sont réguliers, près de 77 % pour les noms des mammifères, contre seulement 50 % pour les poissons, dont les données sont, il est vrai, moins importantes. La connaissance des noms des mammifères et des plantes est, selon l’auteur, le signe d’une implantation relativement ancienne dans la forêt ; ce qui ne veut pas dire que les Fang y ont toujours vécu. Comme il y a quand même des termes irréguliers, il faut peut-être envisager une origine extérieure à la forêt. Ils pourraient provenir d’une région de savane et auraient rencontré des populations auxquelles sont dus ces emprunts. Les données de la tradition orale dans lesquelles la description du lieu d’origine rappelle la savane, intégrées par l’auteur, suggèrent fortement ce scénario.

3.3. Hypothèses inférées de la toponymie

103Lisimba (1997) a collecté des noms de villages dans dix langues représentant presque tous les groupes linguistiques du Gabon et qui sont : le fang (A 75), le myènè (B 10), le benga (A 30), le tsogo (B 30), le punu et le sangu (B 40), le duma et le nzébi (B 50), le mbaama (B 60), le téké (B 70). Les hypothèses historiques ne concernent que quelques langues sur les dix étudiées.

104Il ressort que les noms inspirés de la faune, notamment des animaux de la forêt équatoriale que l’on chasse, ont une proportion assez faible et sont concentrés dans les zones d’implantation des Kota et des Fang, alors que les noms inspirés de la flore sont beaucoup plus nombreux et désignent souvent des plantes utiles. Ils sont bien attestés chez les Nzébi et les Duma, les Fang et les Kota. On a 5 % de noms dont l’origine renvoie au monde végétal chez les Myènè et les Punu, 10 à 20 % chez les Mbaama, les Sangu, les Téké, 25 à 40 % chez les Duma, Fang, Kota, Nzébi. Par ailleurs, si les noms inspirés des minéraux ne sont pas très nombreux, ils témoignent néanmoins de la pratique de la forge dans les anciennes communautés. Ceux inspirés des éléments naturels sont également limités et renvoient aux corps célestes, aux cours d’eau, aux montagnes. Enfin, l’auteur note que la société fournit également des éléments pour la dénomination des villages : culture, chasse, cueillette, pêche, forge, guerre, ustensiles etc. En fait, presque tous les savoir-faire sont sollicités.

105L’auteur passe ensuite à la reconstruction de l’histoire à partir de l’étude des noms. Il fait ressortir trois principes : (i) en fonction de leur catégorie, certains noms communiquent des informations relatives aux migrations, (ii) la durée d’implantation des populations est reflétée par la distribution des noms relatifs à l’environnement naturel, (iii) les noms renvoyant aux « dispositions mentales » signalent une implantation plutôt récente.

Les migrations fang et kota

106Alors qu’au nord de l’aire actuelle des Fang, qui correspond aussi au nord du Gabon, les noms des villages renvoient aux éléments du milieu naturel, puisque plus de la moitié de ceux qui y sont recensés ont des noms de ce type, au sud les noms « indiquent souvent une action et des dispositions mentales ». Là-bas, c’est une tendance à la sédentarisation qui est révélée, ici c’est une tendance au mouvement. Ces deux caractéristiques de la désignation des villages permettent de dessiner deux directions migratoires à partir de leur région d’origine : le sud et le sud-est. Plus on va vers le sud, plus les noms qui relatent les migrations et les phénomènes relatifs à celles-ci augmentent. Dans l’Estuaire et l’Ogooué-Ivindo, le sens des noms renvoie de nouveau à des éléments indiquant une certaine stabilité : on est en phase terminale de sédentarisation, de nombreux noms intègrent le terme akok, « roche, pierre » qui symbolise la permanence.

107Avec akok, deux autres termes jouent également un rôle dans la reconstitution des migrations fang : ayong « clan » et zok « éléphant ». Ces termes entrent dans la composition des noms des villages situés à l’extrême nord de l’aire et à l’extrême sud de la région. Ainsi on relève à Bitam une forte concentration de noms renvoyant à des clans particuliers, alors que dans l’Estuaire, phase de consolidation de l’ethnie, c’est le terme générique « ayong » qui prédomine ; on met l’accent sur l’unité, les regroupements de clans sont favorisés (Nzamayong « la plus grande ethnie »). Par contre, entre ces deux points, les traces du passage des Fang sont quasi absentes. Comment expliquer cette discontinuité ? L’auteur énonce trois arguments : la constitution de deux groupes, l’un restant au nord, l’autre s’installant au sud de l’estuaire, la traversée rapide de l’espace compris entre ces deux points, l’expansion du groupe dans le Moyen-Ogooué et dans l’Ogooué-Ivindo à partir du groupe établi au sud de l’estuaire et non à partir de la région d’origine.

108Pour les Kota, l’auteur aboutit à des conclusions analogues à celles tirées pour les Fang : les noms inspirés de l’environnement sont concentrés au nord-est du territoire gabonais ; plus on descend vers le sud-ouest, moins il y a de noms inspirés de l’environnement. Progressivement, apparaissent les noms renvoyant à une disposition mentale, mais, ici, les contours des trajets et des phases sont moins nets.

Les migrations des autres groupes

109Alors que pour les Fang et les Kota l’auteur parvient à dégager le sens des migrations, mais également les grandes phases du déroulement pour les premiers cités, pour les autres groupes les inférences qu’il tire des noms des villages permettent seulement d’évaluer la durée d’implantation dans leur espace actuel. Dans l’état de ses recherches, Lisimba considère que cette situation s’explique par le fait que les Kota et les Fang ont connu des migrations internes alors que les autres ethnies n’ont pas changé récemment de zone d’implantation.

110Parmi les huit ethnies stabilisées, il fait une distinction entre celles dont l’implantation est relativement ancienne et celles dont l’implantation est relativement récente. Les Duma-Nzébi font partie de la première catégorie car la proportion des termes renvoyant à l’environnement naturel est importante : environ 50 sur 140. Il faut, selon l’auteur, un certain temps pour se familiariser avec le milieu naturel et pour le conceptualiser comme fait culturel.

111Contrairement aux Duma-Nzébi, la nomenclature des Myènè, Punu, Téké, Tsogo, Obamba ne paraît pas refléter leur environnement immédiat. Par exemple, sur 175 noms de villages recensés chez les Punu, une douzaine seulement renvoient à l’environnement naturel, soit le dixième. L’auteur conclut que ces ethnies n’ont pas suffisamment eu le temps d’observer leur environnement naturel. Toutefois, Lisimba précise qu’une autre explication est possible : il y a des ethnies dont la source d’inspiration n’est pas la nature, pour ce qui concerne la désignation des villages.

112Certes, la précaution méthodologique est utile, mais en l’espèce l’hypothèse de l’implantation récente paraît plausible, d’autant qu’elle est compatible avec d’autres données. De même, les conclusions auxquelles l’auteur est parvenu sont globalement compatibles avec ce que rapportent la tradition orale et les documents des explorateurs. Le travail de Lisimba est d’un intérêt réel pour les migrations récentes, en tout cas pas très anciennes, même s’il présente quelques faiblesses.

113En effet, lorsque l’on travaille sur le sens des noms de village, on fait de l’étymologie, puisque à partir de la forme générale du mot et de son rapport avec le sens on essaie d’en reconstituer l’histoire. Les noms de village sont souvent complexes dans la mesure où ils sont constitués de plusieurs mots. Il s’agit donc d’examiner soigneusement ceux-ci afin d’en dégager les différentes composantes et les sens auquel chacun d’eux renvoie pour justifier le sens général. Le linguiste dispose de dictionnaires – quand ils existent – des différentes langues vers lesquels son intuition le conduit pour décomposer les mots, trouver leur sens et enfin proposer un schéma historique de leur constitution. Dans les langues à tradition écrite, des dictionnaires étymologiques existent, il suffit de les consulter, mais la majeure partie des langues en question ici ne sont pas écrites. Il n’existe pas de dictionnaire fondamental, encore moins de dictionnaire étymologique. Il reste donc au chercheur deux solutions ; la première consiste à s’en tenir à l’étymologie populaire et/ou au sens apparent. On demande aux informateurs s’ils ont une idée du sens des mots et on retient les explications qu’ils proposent. Quand on a une pratique de la langue, on peut procéder à cette découverte du sens soi-même. Dans l’état actuel des connaissances scientifiques des langues à tradition orale, on est souvent obligé de se contenter de cette méthode, mais elle comporte des risques. Le sens que reconstituent les gens n’est pas toujours le sens réel des noms de village. La situation est davantage compliquée par le fait que différentes ethnies se succédant sur un même territoire, les nouveaux arrivants donnent un sens aux noms des lieux qu’ils trouvent en fonction de leur langue. Au Gabon, un exemple bien connu est celui du quartier « Nombakélé », à la périphérie du centre-ville de Libreville. Deux étymologies sont proposées à partir du mpongwè, langue de l’ethnie de Libreville en position superstrate. La première y voit deux mots : nomba « montagne », et Kélé « ethnie voisine des Myènè dont l’aire d’implantation se situait à cet endroit sur cette pente ». « Nombakélé » serait donc « la montagne des Kélé ». La deuxième y voit également deux mots dont le premier conserve le sens de montagne mais ici Kélé renverrait à « élevée » ; « Nombakélé » serait donc « la montagne haute ». L’étymologie la plus fréquente est la première et elle paraît particulièrement vraisemblable d’autant qu’il est prouvé qu’historiquement les Kélé ont habité cet endroit et que la dénomination d’un lieu par ses habitants est assez régulière dans l’aire bantu. Je reste malgré tout persuadé que cette étymologie, certainement la moins mauvaise, est néanmoins suspecte. La désignation « montagne » pour cette pente à l’inclinaison moyenne étant pour le moins curieuse.

114Un des outils qui peut aider à résoudre cette difficulté, c’est le test de la phonologie historique, même si on est parfois obligé de se contenter de preuves négatives. Celles-ci sont néanmoins importantes car la mise en évidence d’une forte proportion de mots d’origine exogène dans une langue permet d’inférer des contacts de langue. Il y a une autre difficulté, c’est l’établissement de la chronologie des changements phonétiques : des mots incompatibles avec les règles, à une certaine époque, peuvent devenir compatibles à une autre époque. Il convient donc de mettre en application cette procédure pour laquelle l’existence d’une phonologie historique est nécessaire. En l’occurrence, on dispose, heureusement, du proto-bantu, qui aurait permis à Lisimba de donner plus de vraisemblance à ses reconstructions historiques. Si, par exemple, on venait à prouver que les mots qui désignent les villages, en fang et en kota, sont d’origine étrangère, on tirerait d’autres conclusions sur la durée de leur implantation, à tout le moins on les préciserait.

115Une autre critique tient à la différence du nombre de termes sollicités. Pour le fang par exemple on a 595 termes, alors que pour le tsogo on n’en a que 20. Il est évident qu’une telle différence peut biaiser les résultats.

116Aussi les résultats peuvent-ils être déterminés par les ressemblances entre l’environnement du lieu de départ des migrations et celui de l’endroit où l’on s’établit. S’il n’y a pas une grande différence entre les deux milieux, il est évident que le pourcentage de mots relatifs à l’environnement sera élevé. Ainsi, par exemple, la forte proportion de ce type de termes en duma-nzébi peut s’expliquer par le fait, qu’entre l’actuel pays nzébi et la région du sud-ouest du Congo d’où le groupe est parti, on est fondamentalement dans le même environnement.

117Enfin, le travail repose sur une hypothèse de départ que l’on peut contester : il n’est pas certain que la durée de l’implantation détermine le pourcentage de noms relatifs à l’environnement.

3.4. Langue et histoire : une première synthèse

118Lorsque l’on restitue l’évolution des langues, on se pose toujours la question de savoir s’il s’agit d’une migration ou d’une expansion. Autrement dit, si la diffusion de la langue s’accompagne de mouvements démiques. La position adoptée ici admet que la propagation d’une langue se fait avec ses locuteurs, pas nécessairement nombreux. On ne doit donc pas se représenter les locuteurs d’une nouvelle langue introduite dans un espace comme d’innombrables hordes d’envahisseurs. Le modèle de la vague d’avancée prédit bien l’expansion de l’agriculture sans que les mouvements démiques soient considérables. La supériorité numérique n’est pas le seul facteur qui permet la substitution linguistique : la structure de la société, le prestige peuvent permettre à une langue de s’imposer, même si ses locuteurs ne sont pas nombreux. Néanmoins, le rapport démographique a dû jouer un rôle dans l’histoire de l’expansion des langues. Il a par exemple été à l’avantage des langues des agriculteurs et au détriment de celles des chasseurs-collecteurs, nécessairement moins nombreux.

119La deuxième question est de savoir si les langues se sont développées suivant le modèle de la dérive ou celui des ondes. Il me semble que le premier modèle s’accorde davantage avec la conception classique des migrations alors que le deuxième s’accorde mieux avec celui de la vague d’avancée.

120Ainsi, pour mieux rendre compte de l’histoire des langues bantu, il faut admettre que les quatre facteurs ont dû être décisifs, à chaque moment du développement des langues. Les déplacements massifs de populations ont dû se produire dans des situations particulières : guerres, épidémies, catastrophes naturelles, etc. Alors que, régulièrement, peut-être de génération en génération, la recherche de nouvelles terres fertiles favorisait l’expansion d’une langue et sa différenciation. En fait, la dérive linguistique n’est pas incompatible avec le modèle de la vague d’avancée. Elle y est prédite, mais avec une sous-estimation du nombre de locuteurs impliqués dans le mouvement migratoire. La théorie des ondes rend mieux compte de la différenciation linguistique dans des aires de contact de dialectes.

121Comme les langues bantu ont occupé un espace relativement important en peu de temps, il faut donc admettre que les déplacements des populations ont eu une certaine importance. La pratique de l’agriculture, avérée par la reconstruction de la proto-langue, permet de concevoir également une propagation progressive.

122Finalement, la difficulté de tracer certaines lignes génétiques, la forte ressemblance de nombreuses langues et, au contraire, la différence nette entre d’autres, confortent une vision où il n’y a pas d’opposition entre dérive linguistique et théorie des ondes, d’une part, déplacements massifs de populations et vague d’avancée, d’autre part. Les migrations sont des phénomènes complexes dont le déroulement doit être envisagé de plusieurs points de vue. Tous les aspects que j’ai développés doivent être pris en compte, mais j’intègre également les phénomènes de convergence pour essayer de rendre compte des contacts avec des populations non bantu et pour tenir compte du rôle que les états hiérarchisés ont pu jouer dans l’unification linguistique. On envisage donc, à une époque ancienne, l’effet du contact avec les langues d’autres populations, chasseurs-collecteurs, agriculteurs ou pêcheurs, qui auraient précédé les Bantu sur les territoires de l’expansion. Dans l’espace géographique concerné, on envisage également comment le royaume du Kongo et l’empire du Loango ont pu favoriser l’unité linguistique.

123L’histoire récente de la diffusion de certaines langues peut illustrer cette position qui n’est pas que théorique. Pour me limiter au Gabon, l’expansion du fang est due essentiellement aux migrations de ses locuteurs vers de nouvelles terres, occupation qui s’est faite avec le remplacement de la langue des locuteurs qu’ils ont rencontrés. On sait, par exemple, que certains Chiwa abandonnent progressivement leur langue pour le fang. L’histoire récente a montré des mouvements importants de Fang vers les côtes liés au commerce atlantique. Depuis la fin du commerce, on n’assiste plus à de tels déplacements, pourtant le domaine du fang s’étend, certes à un rythme moins soutenu. En fait, on peut observer, à la suite de Hombert (1991) et de Médjo Mvé (1997), que le domaine fang se subdivise en deux aires, le Nord et le Sud, où les changements phonétiques favorisant les processus de dialectalisation se propagent comme des ondes. Ainsi, on voit bien que les différents modèles ne s’opposent pas. Si le principe uniformitaire est juste, il a dû se produire la même chose, en contexte proto-historique, mutatis mutandis.

124La synthèse dans laquelle j’essaye de restituer un cadre spatio-temporel intègre donc cette vision pluridimensionnelle des migrations.

125L’identification de l’endroit où a eu lieu la dislocation d’un groupe de langues doit être considérée comme un point de repère. Autrement dit, quand je suggère, par exemple, la région de l’Ivindo comme dernier lieu avant les migrations tsogo, cela peut paraître « vague » et bien souvent ça l’est. En fait, il est illusoire de vouloir être plus précis, car une langue n’est pas parlée sur le point précis d’une carte mais dans une zone dont les frontières sont loin d’être étanches. De même, les dates fournies sont des ordres de grandeur plus que des marqueurs absolus auxquels on ne peut parvenir avec les outils linguistiques.

126Les données linguistiques suggèrent un cadre chronologique dans lequel on peut dégager trois phases.

Il y a environ 3 500 à 2 000 ans : les premières dislocations du bantu de l’Ouest

127C’est d’abord la dislocation des principaux groupes constituant le bantu de l’Ouest. Il y a 3 250 ans, entre Douala et Yaoundé, les langues du Nord-Ouest, essentiellement les langues de zone A, vont commencer à se différencier. Presque au même moment, c’est l’éclatement du Centre-Ouest, suite à une extension vers le nord et le nord-est du Gabon. Le myènè-tsogo et le duala-basa-éwondo, qui s’étaient constitués entre-temps dans le Nord-Ouest, vont se disloquer trois siècles plus tard. Il se pourrait, toutefois, que le myènè-tsogo émerge directement du bantu de l’Ouest, parallèlement aux langues de zone A, puisque certains arbres suggèrent le moment de séparation à 1300 avant J.-C. L’éclatement des langues du Centre-Ouest résulte, au moins en partie, de la poussée des langues Nord-Ouest. Il faut voir, entre l’extrême nord du Gabon et le nord-ouest du Congo-Brazzaville, trois groupes qui ont émergé dans la branche occidentale : le B 10-B 30, le C-B 20, et un bloc constitué des autres langues de zone B et de celles du H ; l’ouest, le centre et le sud du Cameroun étant le théâtre de l’évolution des autres langues de zone A.

128L’aire du B 10-B 30 doit se restreindre initialement au nord du Gabon, peut-être avec des débordements dans la partie méridionale du Cameroun, le C-B 20 se développe au nord de la Sangha, alors que l’essentiel du B et le H se répartissent au départ au sud immédiat de l’aire du C-B 20. Cette distribution initiale sera perturbée à la suite de l’extension continue des langues de zone A. Par un effet de chaînes, les dislocations récurrentes vont étendre les aires des langues en direction du sud.

129Ces dislocations vont se poursuivre et donner deux sous-blocs dans le B-H : il y a environ 3 000 ans le lumbu-sangu-punu-vungu-bwali-yombe-yaka-hungana se différencie du bémbé-duma-nzébi-kanigi-ndumu-mbaama-téké. Cette dislocation fait suite à une occupation du sud de la région de la cuvette et du nord de la région des plateaux, du fait de l’extension du C. Elle oriente le premier sous-bloc vers le sud des plateaux, le second sous-bloc occupera le nord de cette même région libérée par le premier.

130Chacun des sous-blocs connaîtra à son tour une extension, mais les relations complexes à l’intérieur du Centre-Ouest ne facilitent pas une analyse qui voudrait voir derrière les taux de différenciation des signes d’expansion ou de migration des locuteurs d’une langue, d’autant qu’ici plus qu’ailleurs, les contacts de dialectes semblent avoir obscurci les relations initiales.

131Il y a 2 750 ans, au sud des plateaux, émergent dans l’aire linguistique deux groupes, le lumbu-sangu-punu-vungu-bwali et le yombe-yaka-hungana. L’apparition de ces nouvelles unités accentue la descente vers le Pool pour l’unité yombeyaka-hungana et vers la Lékoumou pour l’autre unité. Cinq siècles plus tard, le bémbé-duma-nzébi se constitue parallèlement au kanigi-ndumu-mbaama-téké. Le premier connaît un développement orienté vers l’ouest à partir du sud-ouest des plateaux batéké, le deuxième occupera intégralement les plateaux batéké et s’orientera vers la partie nord du Pool. Ainsi, au début de l’ère chrétienne, le lumbu-sangupunu-vungu-bwali et le yombe-yaka-hungana s’étendent vers le sud suite à l’extension du bémbé-duma-nzébi d’une part et du kanigi-ndumu-mbaama-téké d’autre part. L’aire du groupe du lumbu atteint désormais Sibiti alors que celle du yombe intègre le sud du Pool.

132En fait, la pression vient du nord-est puisque depuis 750 avant J.-C. le groupe kota-kélé s’est disloqué. En effet la région de la Sangha connaît une expansion accompagnée de mouvements démiques dans deux directions : vers l’ouest, à la frontière gabono-congolaise, c’est l’extension du kota-kélé, vers l’est en direction de Ouesso et au sud dans la cuvette, c’est celle du C.

133Dans le même temps, l’éclatement des langues de zone A qui se poursuit va modifier les positions qui étaient restées stables à l’intérieur du Gabon : il y a environ 2 500 ans le B 30 se disloque avec l’émergence du puvi ; tout le groupe connaît alors une inflexion vers le sud, conséquence de l’extension des langues de zone A et du B 20.

Il y a environ 2 000 à 750 ans : vers la dislocation des groupes intermédiaires

134Il y a environ 2 000 ans, c’est la dislocation du duala-batanga-benga et du sékikako. Il s’agit probablement d’une extension des langues bantu vers les côtes, en passant par le nord. Il faut se souvenir que, trois siècles plus tôt, le B 30 Nord, dont le B 10 était resté proche, a commencé son expansion, presque au même moment que le kota-wumvu et le duala-benga-batanga.

135Il y a 2 000 ans, c’est également la dislocation du kanigi-ndumu-mbamba-téké qui se traduit par une extension du kanigi-ndumu-mbamba vers l’ouest en direction de la partie gabonaise des plateaux batéké et par un prolongement de l’aire téké vers le sud, à la frontière avec le nord du Pool.

136C’est enfin la dislocation du yombe-vili-lumbu-bwisi qui s’était entre temps séparé des autres langues H ; l’aire s’étend dorénavant au Niari-Kouilou. Cinq siècles plus tard, le lumbu-punu-sangu va se disloquer, conséquence probable de l’extension du yombe-vili. Le lumbu-punu-sangu va se répandre jusqu’au centre du Niari, voire à l’Ouest, où il confinera au nzébi-duma qui avaient également élargi son aire suite à la dislocation avec le bémbé.

137Il y a environ 1 500 ans, le maka-njem-kweso, d’une part, le ngom-mbahouinséki, d’autre part, se sont disloqués. Les premiers, initialement dans la région centrale du sud du Cameroun, s’étendent vers l’est jusqu’à la frontière centrafricaine, et vers le nord-est du Gabon et du Congo. Il y a également 1 000 ans que l’éwondobulu-fang s’est disloqué. Il y a donc une pression sur le B 10 et le B 30 suite à la poussée par le nord-ouest du A 30, A 70, B 21 (séki), par le nord central du A 80, et par le nord-est du kota-kélé. On peut même remonter plus loin, puisque, presque dix siècles plus tôt, le benga-batanga avait commencé sa dislocation. Au xiiie siècle, c’est également la dislocation du punu-shira.

Depuis environ 750 ans : la dislocation des groupes

138Il y a 750 ans, on commence à assister à la dernière phase des migrations des grands ensembles. Certes, les migrations ne s’arrêtent jamais, mais on peut considérer que c’est au cours de cette phase que la plupart des groupes vont occuper leur espace actuel ou celui dans lequel les explorateurs vont les rencontrer.

139Le groupe myènè qui était resté relativement stable depuis la scission avec le B 30 va se disloquer il y a 750 ans. C’est à cette période que les langues myènè commencent leur descente vers le sud, en suivant le cours moyen de l’Ogooué. Quelques siècles plus tôt, le batanga-benga, le séki, le maka-njem et le kota-kélé avaient commencé leur expansion vers le sud ; ceci explique sans doute cela.

140A partir du xve siècle, suite probablement à des déplacements sur des courtes distances, les dialectalisations se poursuivent : c’est la dialectalisation du benga, du wumbu, du varama, du mbaama, du ndumu et du duma. Enfin, à partir du xviiie siècle, suite à des mouvements à l’intérieur du Gabon, c’est la dialectalisation du fang et du kota.

141Finalement, trois pays sont les principaux lieux de l’histoire des groupes linguistiques : le Cameroun, le Gabon, le Congo-Brazzaville. Au Gabon, les choses seront relativement stables, puisque le groupe myènè s’est disloqué il y a 750 ans. Comme le groupe tsogo s’était disloqué il y a 2 300 ans, il y aurait eu 1 550 ans de stabilité. La plus grande proximité des langues myènè avec les B 30 du Nord pourrait se comprendre ainsi : l’expansion, commencée il y a 1 500 ans, a conduit vers le sud-est et le sud-ouest les ancêtres des locuteurs du tsogo, de l’éviya, du puvi. L’évolution du reste du tronc B 30 sera à l’origine des langues kandé, himba, pindzi qui resteront longtemps en contact avec le groupe B 10 dont le domaine était proche. Les migrations myènè, vers leur actuel espace, ont donc commencé il y a un peu plus de sept siècles, soit au xiiie siècle. Si on considère qu’ils étaient déjà installés sur l’estuaire au xve siècle, alors il leur aura fallu environ deux siècles pour se stabiliser, soit 9 à 10 générations. Cette estimation est très importante puisqu’elle touche aux limites de la tradition orale, mais, surtout, elle est tout à fait conforme à la vitesse d’expansion du néolithique telle qu’on peut l’évaluer (au plus 2 km par an).

142Si l’on tient compte de la répartition géographique et de la diversité interne, l’unité B 10-B 30 et le groupe B 20 sont les plus anciens à s’être développés au Gabon. Le séki, aujourd’hui cantonné à Cocobeach, mais dont on sait par le témoignage des anciennes cartes que l’aire de peuplement était plus importante, a dû rejoindre la région de l’Estuaire à une époque ancienne. Il faut bien se rappeler que les classifications l’isolent très tôt dans la branche occidentale. Quand il est rattaché à un autre groupe (le kako), il s’en sépare il y a 2 250 ans. Les dispersions des langues du groupe Kélé sont aussi anciennes (1 500 ans), elles ont dû s’éparpiller à la suite des pressions du Nord-Est, probablement l’extension très ancienne du C et la poussée du rameau kota dont elles se sont séparées il y a 2 750 ans.

143Le Cameroun va être le lieu de dislocations des langues de zone A. Après la constitution du bafia il y a 3 250 ans, suivie de celle du duala-basa trois siècles et demi plus tard, il faut attendre près de 1 000 ans pour voir se disloquer à Douala, suite à de nouvelles migrations vers le sud, le groupe duala-banga-batanga. Dix siècles plus tard, aux environs d’Ebolowa, le groupe éwondo-bulu-fang se disloque. Le Gabon, qui était resté occupé pendant de nombreux siècles par les Tsogo-Myènè, va donc connaître l’arrivée de nouveaux occupants en provenance du nord.

144Des vagues viendront aussi du sud à la suite des extensions successives qui expliquent les dislocations du Centre-Ouest. En effet, au tout début de l’ère chrétienne, il y a 2 000 ans, le yombe-vili-lumbu se disloque et s’étend dans le sud du Niari où s’était constituée l’aire B 40. Au même moment, l’extension du téké et des autres langues H pousseront le groupe nzébi-duma au-delà de la Lékoumou, le groupe mbédé vers la partie gabonaise des plateaux batéké. Entre la dislocation du yombe-vili-lumbu et la dialectalisation du punu, shira, lumbu etc., il s’est écoulé environ 1 300 ans. On peut calculer à peu près la même période entre la dislocation du kanigi-ndumu-mbamba-téké et la dialectalisation du nzébi, duma, mbaama, etc. Ainsi, du début de l’ère chrétienne au xiiie siècle, les choses sont relativement stables. C’est la période qui pourrait correspondre aux groupes de Guthrie.

145Il y a environ 750 ans, la dialectalisation des différents groupes issus du Centre-Ouest s’accentue. C’est la dernière poussée des vagues venues du Congo-Brazzaville : à partir du nord de Loango, le sud du Niari, on assiste à l’éclosion des sousgroupes du B 40, c’est l’émergence des dialectes punu, varama, sangu, shira, lumbu, vungu, vili. Deux siècles plus tard, on assiste à l’émergence des dialectes nzébi, duma, mbaama. L’extension des langues H et du téké continuant de repousser encore plus vers le territoire gabonais les groupes B 40, B 50, B 60, B 70.

146L’étude du lexique culturel et de la toponymie conduit à penser que l’arrivée des locuteurs des groupes de langue B 20 et B 50 dans les régions qu’elles occupent actuellement est antérieure à celle de leurs actuels voisins des groupes B 60 et B 70. Plus généralement, pour ces deux derniers groupes, mais aussi pour le B 10, le B 40 et le A 70 (fang), elle révèle une implantation récente.

147L’ancienneté des migrations du groupe tsogo par rapport à celles du B 10 est également suggérée par le lexique culturel, notamment les noms de poisson. Une explication possible de l’irrégularité attestée par les langues myènè est l’emprunt au B 30.

148Aussi les migrations se sont-elles faites essentiellement par l’intérieur des terres. Si l’on excepte la dislocation du groupe duala dont fait partie le benga, aucun autre groupe n’a son centre de gravité dans la partie occidentale du territoire gabonais. Les irrégularités du lexique ethno-ichtyologique ont également mis en évidence une connaissance relativement récente des noms de poissons, comparativement à ceux des mammifères et des plantes. Ce qui suggère encore une fois des trajets migratoires par l’intérieur des terres et le contact avec des populations établies avant eux au Gabon et auxquelles les Bantu, nouveaux arrivants, ont emprunté leurs connaissances.

149La connaissance des animaux de la forêt et de certaines plantes du même environnement suggère une implantation ancienne, sinon dans ces milieux, au moins dans des sites qui en étaient proches.

150Le processus de glottogenèse que j’ai tenté de restituer n’est pas la réalité historique, elle n’en donne qu’une idée forcément simplifiée ; mais cette restitution n’est pas simpliste, loin s’en faut. J’ai tenté de respecter les principes du centre de gravité et des moindres mouvements. Je ne vois pas, si l’on s’en tient aux données strictement linguistiques, où l’on pourrait situer les centres de gravité du B 10-B 30, A 75, B 40, B 50, B 60-70, si ce n’est respectivement dans la région de l’Ivindo, au sud du Cameroun, dans le Niari, dans le bassin de la Lékoumou, dans les plateaux batéké.

151Certes, les processus de dialectalisation sont régis par des mécanismes internes, mais l’évolution des langues est également déterminée par des facteurs externes, notamment l’emprunt. Quand une langue connaît une expansion, elle intègre donc des éléments de langues voisines. Celles-ci peuvent être des dialectes proches ou éloignés, mais aussi des langues appartenant à d’autres familles, la convergence induisant naturellement la divergence. L’extension s’est faite à la fois suivant le mécanisme de la dérive et, dans certaines conditions, suivant le mécanisme des ondes. Elle a donc été déterminée par des déplacements de population, même limités.

152Les ordres de grandeur calculés sur la base des données de la statistique lexicale n’indiquent pas directement la date d’émergence d’un groupe, mais plutôt la fin de son existence. En effet, le taux de similarité permet de calculer l’émergence de plusieurs langues, à partir d’une même souche. On peut cependant estimer la durée de vie d’une unité linguistique dans l’intervalle constitué par la dislocation de l’unité supérieure dont elle est issue et la dislocation de l’unité inférieure qui provient d’elle. Les ordres de grandeur ainsi calculés s’établissent autour de 1 000 ans. C’est de cette manière qu’on est parvenu à évaluer la stabilité du B 10. Si on croit à la plus grande diversité du B 30 et à une parenté avec le B 10 qui remonte au moins à 3 000 ans, il est difficile alors de proposer une autre hypothèse que celle de la stabilité pour expliquer l’homogénéité du B 10. Cet exemple montre, a posteriori, que le déplacement est un facteur déterminant dans la différenciation linguistique.

153Il reste que le problème des langues du B 20 n’est pas totalement résolu. J’ai privilégié ici une position qui distingue le séki des autres langues du B 20, conformément à ce que restituent les arbres, mais conformément aussi à la répartition géographique. J’ai considéré par ailleurs que le kota-wumvu-sama et le kélé-sakimbahouin provenaient d’un même nœud, alors que la majorité des arbres sauf un les distinguent. Je reconnais que c’est un choix par défaut : si on ne rattache pas le kélé au kota, avec lequel certaines affinités existent au demeurant, on aurait un isolat de langues constituées il y a 1 500 ans. Enfin, j’ai considéré que tout le groupe kota-kélé émergeait d’un nœud commun avec le C, alors qu’il est tout à fait possible qu’il émane directement et de manière indépendante du Centre-Ouest. Si l’on fait d’autres choix par rapport à ces indécisions, il est possible que certains aspects de la configuration que j’ai restituée changent, mais je ne pense pas que les différences seraient profondes.

154On peut enfin s’interroger sur la validité d’une reconstruction qui s’appuie sur les classifications lexicostatistiques dont on sait qu’elles sont sensibles aux phénomènes de contact. Il est utile de rappeler que les classifications sur la base de traits grammaticaux ne les contredisent pas foncièrement, bien au contraire (voir Nurse et Philippson 2003, par exemple).

4. Les disciplines connexes

4.1. Ethnohistoire

155Un travail d’évaluation systématique de la fiabilité des sources historiques n’ayant pas été fait, je présente parfois, pour une ethnie donnée, des versions contradictoires, sauf celles qui sont vraiment marginales. Les thèses couramment évoquées par la tradition et/ou celles que certains historiens tiennent pour vraisemblables sont privilégiées. Je me réfère également, quand cela est possible, à d’éventuelles sources écrites, les textes ou les cartes des explorateurs et des colons notamment ; elles constituent souvent des repères fort utiles. Pour les migrations qui se sont déroulées entre le xviiie et le début du xixe siècle, elles fournissent davantage de renseignements. Les synthèses de Raponda-Walker (1960), Deschamps (1962), Merlet (1989, 1990a, 1990b, 1991), Ratanga-Atoz (1999) ont servi à la présentation de tous les groupes. Les travaux de Bekombo-Priso et de Laburthe-Tolra (1981) ont permis de mieux réévaluer la connaissance de l’histoire du groupe fang. Ceux de Gaulme (1981), Ambourouet-Avaro (1981), Ndombet Wilson (1989), Codjo Rawambia (1993) et Agondjo Okawé (1967) sont des thèses de doctorat qui ont contribué à enrichir notre connaissance du groupe myènè. Koumba Mamfoumbi (1987) a fait un travail qui donne des résultats intéressants sur le groupe B 40. Enfin Dupré (1982) pour le B 50, Alihanga (1976) et Loubamono Bessacque (1992) pour le B 60, ont permis de connaître des groupes pour lesquels les données sont encore insuffisantes. Mayer (1989) a fait une synthèse des mémoires de maîtrise présentés à l’université et qui rapportent 130 récits migratoires inédits de presque tous les groupes ethniques. A défaut de pouvoir accéder directement à ces documents du fait de mauvaises conditions d’archivage, on peut avoir un résumé succinct des récits pour chacun des groupes.

156La classification de Guthrie, complétée par les acquis récents, sous-tendra l’ordre de présentation des groupes linguistiques. Par ailleurs, j’examine les migrations du benga (A 34) en même temps que celles du kota-kélé (B 20). Un tel regroupement s’accorde avec les récits oraux qui souvent lient les migrations kota et benga.

157Le groupe fang (A 70)

158On commence à avoir une documentation importante pour le groupe fang, de nombreux explorateurs et colons ayant écrit sur cette ethnie. On dispose aussi d’importantes monographies scientifiques.

159La région des sources du Dja, de l’Ivindo, du Ntem est considérée comme la dernière étape avant la dispersion des Fang. C’est là qu’ils se divisèrent en quatre groupes. Les Betsi se dirigèrent vers l’Estuaire et le Moyen-Ogooué en traversant Mitzic et Medouneu et en longeant la rive droite de l’Okano. Les Nzaman s’établirent à Boué, sur la rive droite de l’Ogooué, en traversant l’Okano et le Mvoung, à Makokou par la Nouna et la Ntsié, à Ndjolé par l’Okano et l’Abanga. Les Ntumu et les Mvai, arrière-garde des migrations fang, se répartirent dans ce qui est l’espace actuel de la province du Woleu-Ntem.

160A la suite du Père Trilles (1912), on a soutenu que les Fang venaient du Bahr El-Ghazal, dans le Haut-Nil. Aujourd’hui, cette hypothèse est rejetée unanimement par les spécialistes. La région des plateaux de l’Adamaoua fut proposée comme foyer d’origine des Fang. Au terme de migrations lentes, ils ont essaimé vers le nord-ouest par le Nyong et vers le sud-est par la Sanaga, en contournant ou en traversant la forêt. Les migrations fang doivent être rattachées à celles des Bassa, des Mvélé, des Ntumu et des Meke, toutes des ethnies du groupe A (Bekombo-Priso et Laburthe-Tolra 1981). Venant de l’ouest, les Fang se sont dispersés autour de la Sanaga, jusque dans la forêt aux environs de l’Ivindo, au voisinage des Maka. Alexandre, lui, fait venir les Fang de la vallée du Congo (1965).

161Le père Trilles suggérait une origine égyptienne pour les Fang à partir des récits oraux. Ce missionnaire en pays fang, bien imprégné par cette culture, s’était risqué, dans une série d’articles, à comparer la langue, la culture et le phénotype des Fang avec ceux des anciens Egyptiens. Il trouvait des analogies notamment dans la religion et dans certains mots, et par ailleurs, l’exégèse des récits oraux des anciens Fang lui suggérait la connaissance du Nil. La filiation des Fang avec les Egyptiens paraissait donc évidente. Ainsi est née toute une tradition de pensée, principalement présente chez les Fang, qui voit en l’Égypte le berceau de l’ethnie. Les travaux de Ropivia (1981) et ceux de Biyogo (2000, 2002) entre autres, continuent la pensée de Trilles sur des bases extrêmement fragiles.

162Le groupe maka-njem (A 80)

163On vient de voir que les migrations des ethnies de ce groupe sont à examiner dans le cadre général des migrations de la zone A, au sud du Cameroun. Venant du Haut-Nyong, les Chiwa ont suivi l’Ivindo et le Haut-Mvoung. Par l’Ivindo, un groupe a atteint Boué, tandis que l’autre suivit le Mvoung jusqu’à son confluent avec l’Ogooué.

164Les Chiwa vivaient au xiiie siècle dans la forêt au sud de la Sanaga, au xve siècle ils sont signalés dans la région de Minlaba. Ils constituaient alors avec les Ngumba le groupe maka. Un mouvement les conduisit sur la rive droite du Haut-Nyong où ils s’installèrent. A la suite de ce séjour, deux autres migrations provoquèrent la scission du groupe. Une migration mena les Ngumba vers l’ouest, une seconde conduisit les Maka vers l’est et les Ngumba encore plus à l’ouest sur la côte.

165L’arrivée des groupes fang a influencé les migrations chiwa. D’après certains auteurs la scission de ce groupe serait due à l’arrivée des vagues béti et bulu. D’autres pensent que celle-ci était bien amorcée quand arrivèrent les ethnies du groupe A 70, qui ont contribué, il est vrai, à l’achever.

166Le groupe myènè (B 10)

167Les B 10 seraient venus du nord-est immédiat, dans la région de l’Ivindo où ils auraient vécu avec les ethnies du groupe B 30. Les Mpongwè par le Mvoung, l’Okano, l’Abanga atteignirent le Como puis l’estuaire du Gabon. En suivant le cours moyen de l’Ogooué, les Orungu parvinrent au confluent Ogooué/Ngounié au xvie siècle ; par les lacs et la rive droite de l’Ogooué au cap Lopez où ils retrouvent un clan mpongwè, les Adyumba, qu’ils refoulèrent au lac Azingo. Les Nkomi, qui ont suivi la rive gauche de l’Ogooué, parviennent à la lagune du Fernan-Vaz au xviie siècle. Les Galwa, qui ont vraisemblablement suivi les mêmes trajets que les Orungu, se retrouvent dans les savanes du Sud, où ils auraient cohabité avec les Shira. Une guerre éclate avec ces derniers qui obligera les Galwa à se diriger vers le nord derrière les Orungu. Ils s’installeront au lac Onangué après un séjour au lac Avanga.

168Il existe une deuxième version dans la tradition orale mpongwè qui ne reconnaît pas une origine commune à toutes les ethnies B 10. Les Galwa et les Orungu seraient venus du sud avec les Shira ; les Nkomi et les Enènga constitueraient l’avant-garde des migrations B 30 qui suivaient celle des Mpongwè.

169L’Est et les Grands Lacs de la tradition orale sont parfois localisés en Tanzanie, aux environs du lac Tanganyika. Je reviendrai dans la synthèse générale sur cette question et sur la prétendue origine non myènè de toutes les autres ethnies du B 10, sauf les Mpongwè et les Adyumba.

170Les groupes kota-kélé (B 20) et benga (A 30)

171Andersson (1953), Eckendorf (1946), Matimi (1998) ont contribué à mieux connaître le groupe B 20, certainement celui dont les schémas migratoires sont les plus complexes et les moins bien connus. Les ethnies qui le constituent sont dispersées sur tout le territoire et n’ont pas toujours conscience d’appartenir à une même unité linguistique ou ethnique. De plus, leurs traditions orales font rarement mention de migrations à partir d’une même région, ce qui peut être interprété comme le signe d’une dispersion relativement ancienne.

172Les migrations des Séki

173Concernant cette ethnie, seul le travail d’Obouyou Mikassi (1982) a été fait dans le cadre d’une institution universitaire. Venant du nord, les Séki arrivent sur la côte avant ou en même temps que les Mpongwè. Sous la poussée des Kélé, ils se sont infiltrés au Gabon par l’actuelle Guinée équatoriale. Ils se subdivisèrent ensuite en quatre groupes : le premier s’installa entre la Noya et l’Estuaire de la Mondah, le deuxième groupe à Libreville, le troisième sur la rive gauche du Como et au confluent de la Mbilagone et du Remboué (Chinchoua). Par la Mbilagone et les plaines alentours le quatrième groupe atteignit l’Ogooué.

174Les migrations des Kota et des Benga

175Les Benga et les Kota sont venus directement de la moyenne Sangha, aux confins du Cameroun, de Centrafrique, du Congo ; poursuivis par les Kwélé et les Fang, ils sont parvenus dans la région du Haut-Ivindo après avoir traversé le Dja. Là-bas, ils ont été rejoints par les Kwélé qui provoquèrent la guerre de Pupu à la suite de laquelle les Benga et les Kota se sont séparés. Les premiers prirent la direction de l’ouest immédiat ; un groupe s’établit au Cameroun par le bassin du Ntem. Un autre arriva en Guinée équatoriale en suivant la ligne de démarcation entre le Ntem et les fleuves tributaires de l’Ogooué, l’Ivindo et le Mvoung, il passa par Oyem et par l’embouchure du Woleu. Un autre traversa la baie de Corisco pour s’installer au cap Estérias et au cap Santa Clara. Les seconds durent lutter contre les Kwélé avant de s’installer dans les vallées de l’Ivindo et de l’Ogooué jusqu’au niveau de Ndjolé. Ils occupèrent la rive droite de l’Ogooué face aux Séki. Les arrivées successives des Chiwa et des Fang provoquèrent la remontée des Kota dans la région des affluents de la rive gauche de l’Ivindo. La relation entre les Kota et les Benga est tellement forte que les deux groupes font état dans leurs récits du rôle du céphalophe à front noir, « Cephalophus nigrifrons », qui aurait montré le chemin à suivre. Le respect de cet animal est tel que pour certains clans il est devenu tabou.

176Certains récits des Kota du Haut-Ogooué indiquent le passage par la Vallée de la Sébé, en fait par les mêmes trajets que ceux des B 60 et B 70.

177Mombey (1988) a présenté l’une des rares synthèses existant sur l’ethnohistoire des Benga.

178Les migrations des Kélé

179Les récits kélé insistent sur la guerre de Pupu, lorsqu’ils évoquent les causes des migrations. On pense aussi que c’est l’arrivée des Fang qui les a contraints à émigrer à Lambaréné. Par le Bas-Como ils durent atteindre l’Abanga, fleuve qui rejoint l’Ogooué. Andersson (1953) et Avelot (1905, 1913) ont proposé une reconstruction historique du groupe kélé qui fait partie chez Anderson du grand groupe kota. Avelot les fait venir du sud de la République centrafricaine, notamment des environs de l’Uélé. Arrivés au Gabon, ils occupent l’estuaire du Como qu’ils ont baptisé, l’île Coniquet et le Fernan-Vaz, puis, ultérieurement, la Ngounié au milieu du xixe siècle. Avelot leur attribue un immense territoire allant de « l’océan atlantique au Likwala, du Nyong au Nyanga » (1905 : 198).

180Les migrations des Shamaye, Mahongwè, Ndasa

181Certes Matimi (1998) a fait des travaux sur l’histoire des Shamaye, mais les migrations des ethnies B 20 installées dans le Haut-Ogooué et dans la province voisine de l’Ogooué-Lolo ne sont pas très bien connues. Certaines versions de la tradition orale rapportent que Ndasa et Shamaye arrivèrent par la vallée de la Sébé en même temps que les Ikota du Sud ; d’autres qu’ils vinrent du nord-est où ils se sont séparés des Kota du Nord, les Mahongwè et les Tombidi. Ici également, la guerre de Pupu est évoquée pour expliquer cette dislocation.

182Le groupe tsogo (B 30)

183Il y a très peu de littérature sur les migrations de ce groupe, mais les traditions orales de ses ethnies s’accordent globalement. Notamment, elles rapportent que la région du Haut Ivindo est l’étape immédiate avant la dispersion. Là-bas, elles ont cohabité avec les Myènè, qu’elles ont initiés à leur religion, le bwiti. Des versions marginales existent cependant qui insistent sur une origine commune B10-B30, surtout dans le groupe B 30. Les Tsogo ont descendu l’Ivindo et gagné la vallée de l’Offoué par l’Ogooué. Ils ont pénétré ensuite le bassin de l’Ikoi, dont ils ont atteint le confluent avec la Ngounié où ils se sont établis sur la rive droite. Quelque temps après, pressés par les Pindzi et fuyant les razzias de la traite, ils s’installèrent à Sindara, Mouila, Lébamba et dans le massif du Chaillu. Leur installation initiale fut ainsi modifiée.

184Derrière les Tsogo arrivèrent les Pindzi qui étaient restés aux abords de l’Ogooué, en aval de la Lopé. Ils sont descendus jusqu’en Ndjolé d’où les Kélé les ont chassés pour finalement s’installer sur la rive gauche de la Ngounié. Les Puvi qui ont talonné les Pindzi ont rejoint la vallée de la Lolo en franchissant l’Ogooué. Les Kandé suivirent l’Ogooué jusqu’à la Lopé. Arrière-garde des migrations tsogo, les Simba sont restés cantonnés aux environs de l’Ivindo. Les Eviya revendiquent également une origine côtière.

185Le groupe shira-punu (B 40)

186Ce sont d’abord les ethnies installées aujourd’hui au nord de l’aire B 40 qui arrivèrent : Shira, Varama, Ngubi, Vungu, Sangu. Suivirent après les Lumbu et les Punu, installés aujourd’hui dans la partie sud. La plupart des récits oraux rapportent cet ordre séquentiel, parfois confirmé par le témoignage de certains explorateurs. La mise en place des ethnies du Nord et les conditions dans lesquelles elle s’est déroulée sont rapportées différemment par les récits oraux.

187Venant du sud, les Shira s’installèrent dans les plaines de la Ngounié, alors que les Ngubi se dirigeaient vers l’ouest en direction des côtes. Certains auteurs suggèrent une migration du nord au sud qui a conduit les Shira, au xviiie siècle, vers leur territoire actuel. Cette thèse s’accorde avec l’hypothèse qui rattache les migrations shira à celles des Galwa. Il semble, en fait, qu’il faille distinguer deux phases dans les migrations shira. Une phase antérieure au xviiie siècle, au cours de laquelle, venant du sud, ils parvinrent au Moyen-Ogooué et une deuxième phase qui les ramena, en sens inverse, du Moyen-Ogooué vers leur territoire actuel. De même, certaines traditions font état d’une direction nord-sud pour les migrations sangu. Il semblerait qu’ici également il faille envisager une première migration de sens sud-nord et une deuxième migration en sens inverse. Finalement, la reconstruction la plus vraisemblable est la suivante : avant le xviiie siècle, les Shira arrivent dans la Ngounié ; au xviiie siècle, intervient la migration dans le Moyen-Ogooué des clans Kamba et Mosonge qui atteignent le lac Onangué. Des conflits se produisirent avec les Kélé et les Galwa à la suite desquels les Shira retournèrent dans la Ngounié où ils se heurtèrent aux Eviya. Obligés de migrer dans la Vallée de Dubigi, ils affrontèrent de nouveau les Kélé avec lesquels des alliances permirent d’établir une paix durable.

188Vers le xviiie siècle probablement, les Varama, une branche shira d’après certains récits, se dirigèrent vers le nord, en provenance des savanes du sud. Au xxe siècle, ils sont signalés dans la région du cap Lopez et du cap Sainte-Catherine. Peut-être faut-il envisager une date plus ancienne pour les migrations des ethnies du nord du B 40 puisque des cartographes localisent le pays brama dès le xve siècle. Certains récits suggèrent une migration nord-sud, à partir d’une zone proche du pays des Vungu.

189Certaines traditions considèrent également les Sangu comme une émanation directe et récente du tronc shira, dont ils se seraient séparés au niveau de la Ngounié : alors que les Varama partent vers le nord, eux se dirigent vers l’est. Finalement, ce qui est constant dans les récits, c’est la quasi-concomitance des migrations et l’étroite parenté des ethnies shira, varama, vungu et, dans une moindre mesure, sangu.

190La plupart des récits de la tradition orale s’accordent sur l’arrivée des Lumbu après les vagues ngubi-vungu-varama. Des versions marginales les font venir avec les Punu. Dans tous les cas, le point de départ des migrations semble être le Congo-Brazzaville. En fait, les migrations des Lumbu et de toutes les ethnies du B 40 sont à lier à des événements qui se déroulèrent dans ce pays : elles ont été repoussées dans le sud-est du Gabon à la suite de la création du royaume kongo et de l’empire loango. Au xve siècle, en effet, des clans Kongo, les Vili, s’installent à Pointe-Noire où ils fondent l’empire loango, émanation directe du royaume kongo. Les autochtones sont alors repoussés au sud du Gabon où les Lumbu s’installent au xviie siècle après avoir traversé la Ngounié et atteint le pays varama.

191Venant du Congo par le sud, de la RDC pour certains, les Punu constituent la dernière vague des migrations du groupe B 40. Suivant de près les Lumbu, ils s’installent au sud du Gabon et font référence à la traversée du fleuve Kwango. Quelques récits insistent sur la parenté qui les lie aux Lumbu et sur leur arrivée concomitante au Gabon. Plus généralement, ils revendiquent une origine commune avec les Jaga du Congo-Brazzaville et de la RDC. Ces derniers seraient les descendants des Jaga qui envahirent le royaume kongo au xvie siècle. Arrivés également de la RDC par le fleuve Kwango, ces envahisseurs occupèrent Mbanza-Congo avant de se réfugier dans la vallée du Niari-Kouilou, à Mossendjo et Sibiti, sous la menace des Portugais venus défendre l’allié kongo. Vers la seconde moitié du xviiie siècle, les rapports entre le Portugal et l’ancien allié se détériorent, les Portugais envahissent alors le royaume pour une expédition punitive. Les populations kongo fuyant les assaillants affluent dans la vallée du Niari-Kouilou. Sous la poussée de ceux-ci, les Punu émigrent au sud-est du Gabon.

192Le groupe duma-nzébi (B 50)

193L’avant-garde des ethnies du groupe B 50 est signalée dans le Haut-Ogooué au milieu du xviiie siècle, traversant la région et séparant les ethnies du groupe B 20 qui les y avaient précédées. C’est ainsi que les Shamaye se retrouvèrent au nord, coupés des Wumbu et des Ndasa au sud. Koto, pays réellement historique ou fondamentalement mythique, est souvent évoqué comme point de départ des migrations. De même, la parenté entre les Duma et les Wanzi est unanimement reconnue ; c’est le choix de trajets migratoires différents qui contribua à les séparer, les premiers empruntant les voies fluviales, les seconds la forêt. La parenté entre les Nzébi et les Tsangi est aussi évoquée, certes moins fréquemment. Le nord-est, l’est, le sud-est sont les directions qui sont suggérées dans les récits pour indiquer la dernière étape avant les migrations. D’après une première version, ces migrations se seraient faites selon un axe nord-est>sud-est à partir de la région de la Haute-Sangha. De là, le groupe B 50 atteignit l’Ogooué en suivant l’Ivindo. C’est à partir de l’Ogooué que se sont produites les migrations subséquentes. Pendant la Traite, les Nzébi poursuivirent leur expansion vers le sud-ouest pour se rapprocher des axes commerciaux. Ils s’engouffrèrent alors dans le no-man’s land que constituait le couloir entre la Haute-Louessé et la Nyanga. C’est ainsi qu’ils confinèrent au sud-ouest aux Punu, au sud-est aux Téké. Cette reconstruction faite par Dupré (1982) est confirmée par d’autres auteurs (Mayer 1989). Une autre version, guère différente de la précédente et recueillie chez les Wanzi, fait venir les ethnies du groupe B 50 par l’est, en provenance du Congo où ils durent fuir sous l’avancée des Mboshi.

194Les deux versions suivantes s’opposent notablement aux premières en tant qu’elles rapportent que les migrations se sont faites selon un axe sud-ouest>centreest. Ainsi, des récits recueillis à Mbigou font venir les Nzébi par Mossendjo (Congo) où ils se sont séparés des Tsangi. Arrivés sur les côtes atlantiques par la Nyanga, ils durent revenir vers l’intérieur des terres et se retrouvèrent à leur emplacement actuel. Il est possible que cette tradition fasse référence à certains faits rapportés par la première, principalement l’infiltration des Nzébi par le couloir Nyanga-Loussé. Plus surprenante est la version recueillie chez certains Duma qui fait passer tout le groupe par la Ngounié. On sait que les traditions orales d’ethnies voisines peuvent s’influencer. Il ne serait donc pas surprenant de retrouver dans les traditions des Nzébi de la Ngounié des influences du B 40, dans celle des Wanzi de Moanda des influences des groupes B 60 et B 70.

195Le groupe mbédé (B 60)

196Les récits oraux de ce groupe sont assez concordants quant aux causes des migrations, de la dernière étape avant l’arrivée au Gabon. De plus, les documents écrits laissés par les explorateurs et les colons ne les contredisent pas, du moins en ce qui concerne les phases terminales. Les ethnies du groupe B 60 viennent de l’est, d’un pays appelé Abolo qu’on localise au Congo. Elles sont pourchassées par les Mboshi qui continuent leur expansion vers le nord. Les Kanigi semblent avoir constitué l’avant-garde de ces migrations, qui trouvèrent les Saké installés sur la Sébé. Les Ndumu qui les talonnaient arrivèrent juste après eux et s’installèrent entre la Léconi et l’Ogooué, la Sébé et la Léconi, sur les deux rives de la Mpassa et de l’Ogooué ; ils contraignent les Mbahouin à migrer au-delà des chutes de Masuku. Arrivent enfin les Mbaama que de longs conflits avec les Mboshi obligèrent à quitter leur pays pour occuper la région d’Okondja. A partir de ce moment commencent des guerres entre Mbaama et Ndumu. A la suite de celles-ci, ces derniers furent chassés du nord de la Léconi et de la zone qui se situe entre la Léconi et l’Ogooué-Mpassa.

197Le groupe téké (B 70)

198Les Téké habitaient la vallée du Congo, du Pool au Koyou. Ils devaient y être installés depuis le xiiie siècle au moins puisqu’ils sont les héritiers du royaume téké. C’est à cette époque, en effet, que les cartographes identifient ce royaume sous le nom d’Anzico. De nombreuses guerres avec les redoutables Mboshi les obligèrent à émigrer vers d’autres cieux. Ils finirent par se replier sur les plateaux ; certains parvinrent aux sources de la Mpassa et de l’Ogooué où ils se heurtèrent aux Wumbu ; d’autres se fixèrent sur les plateaux et se rapprochèrent de la forêt. Ils parvinrent au Gabon et se scindèrent en trois groupes occupant chacun la Mpassa, la Léconi, la Lalani.

199Le groupe vili (H 10)

200Les Vili du Gabon viennent de Pointe-Noire, qui correspond au cœur de l’Empire loango.

201On peut, à la suite de l’examen de ces traditions, conclure que trois principales directions ont été empruntées lors du peuplement du Gabon. Les groupes A 70 (fang), A 80, B 10, B 20 et B 30 viennent du nord. Les premiers pénétrèrent au Gabon directement par le nord, alors que les seconds, et probablement les B 20, arrivèrent par le nord-est et gagnèrent le Haut-Ivindo. Les groupes B 50, B 60, B 70 sont venus de l’est ; il est sûr que les B 60 et les B 70 sont arrivés par le sud-est. Les B 50 peuvent avoir suivi le même itinéraire, mais ils peuvent aussi venir du centre-est, voire du nord-est. Les groupes B 40 et H 10 viennent directement du Congo voisin par le sud-ouest. Signalons enfin le rôle de guide qui revient aux Pygmées dans les différentes traditions des Grands Noirs du Gabon.

4.2. Archéologie

202Ces vingt dernières années, les connaissances archéologiques gabonaises se sont accumulées. On assiste donc à une renaissance de la discipline, après une longue période d’inertie qui avait succédé aux intenses activités de la Société gabonaise de protohistoire et de préhistoire créée juste après les indépendances. Aujourd’hui, le Gabon est l’une des régions les mieux connues d’Afrique centrale, même s’il reste beaucoup à faire.

Les âges de la pierre

  • 4 Le terme « Sangoen » définit une industrie lithique post-acheuléenne et pré-lupembienne. Le comple (...)

203Les plus anciens outils trouvés en territoire gabonais datent du Sangoen4. On considère que ces outils remonteraient au plus tard à – 40 000 ans. Les outils découverts sont des galets parfois bifaces, des pics, des racloirs, des rabots, des haches obtenues par éclats. Les sites où sont extraits le quartz et le quartzite sont situés à proximité des campements.

Figure 11. Outils du Sangoen (Clist 1995 : 102).

204Les populations de l’époque habitaient sur des collines où elles construisaient des cases provisoires, généralement à proximité de points d’eau. On estime par rapprochement à l’échelle de la région que les sites étaient de faible densité et d’extension limitée. A partir des types d’outils décrits, de la faible densité des sites, de la faible extension des vestiges, on peut inférer indirectement le type d’économie de ces populations : il s’agit probablement de chasseurs-collecteurs qui se déplacent sur le territoire gabonais, dont on estime le nombre à 2 000 environ. Comme dans les autres pays d’Afrique centrale, en RDC notamment, la présence de l’outillage sangoen est associée à des fossiles d’Homo sapiens, on considère qu’au Gabon on est dans le même cas de figure. La présence de l’Homo sapiens remonterait au Gabon au plus tôt à –100 000 ans, au plus tard à –40 000 ans.

205Caractérisé par des particularismes locaux, le lupembien succède au sangoen et durera 35 000 ans. L’occupation de l’espace traduit une certaine continuité avec la période précédente. La technique de la retouche à la pression permet d’extraire des outils plus fins : lances et sagaies foliacées, bifaces à bords parallèles. Le matériau de base, qui provient des roches locales, présente des différences en fonction des régions, mais les outils se ressemblent car la technique de fabrication est la même. Cette omniprésence sur le territoire s’explique non par une occupation simultanée, mais par des changements de localisation au fil des générations : on est toujours en présence de chasseurs-collecteurs. La matière première qui permet la fabrication des outils (silex, quartz, quartzites, etc.) est extraite à une distance maximale de 30 km de l’habitation. Les produits collectés (fruits, tubercules, etc.), les animaux chassés et pêchés devaient constituer la base de l’alimentation. Les sites se situent toujours à proximité des cours d’eau comme au sangoen, à basse mais également à moyenne et haute altitude. La savane pour les habitants du Moyen-Ogooué et du Haut-Ogooué, la forêt pour les régions de l’Estuaire et de la Ngounié sont occupées par ces populations. En l’absence de fossiles humains, l’identification se fait également de manière indirecte. Comme à la fin du pléistocène les fossiles découverts dans d’autres pays d’Afrique centrale sont ceux d’Homo sapiens, il est probable que celui-ci soit également à l’origine du lupembien gabonais. La densité au kilomètre carré n’a pas beaucoup évolué et reste proche de celle du sangoen.

206La fin du lupembien coïncidant avec la fin de l’âge de la pierre moyen, on peut situer l’âge récent de la pierre entre –10000 et –2000, période au cours de laquelle les gisements couvrent la quasi-totalité du territoire et se caractérisent par leur grand nombre. Ce qui tranche avec le sangoen et le lupembien caractérisés par un nombre peu élevé de sites. C’est un signe de l’augmentation de la population qui semble avoir une préférence pour la forêt. Il ne faudrait cependant pas oublier qu’à cette époque le Gabon était beaucoup plus couvert de paysages de savane que de nos jours.

Figure 12. Outils lupembiens (Clist 1995 : 113).

207A cette période, la préférence pour l’habitat en plein air est réelle, même si l’occupation des grottes est attestée. C’est à cette époque qu’apparaît la spécialisation des zones d’occupation en fonction des activités. On assiste à une généralisation des microlithes : armatures perçantes avec ou sans pédoncule, avec ou sans aileron sont attestées dans le Haut-Ogooué alors que les armatures de flèches tranchantes, les segments, les trapèzes, sont attestés sur tout le territoire.

Figure 13. Armatures de flèches (Farine 1965 : 81 cité par Clist 1995 : 125).

208Un trait marquant de ces périodes est l’extension des zones d’échange, attestée par la présence de matières premières dont les carrières se trouvent jusqu’à 90 km de l’habitat. Les populations préhistoriques utilisaient également le bois, puisque des vestiges de certaines espèces ont été retrouvés, notamment à Lastourville et à Ndendé. La population, beaucoup plus importante qu’au sangoen et au lupembien, est estimée à 26 000 habitants. Au Cameroun et en Ouganda, les fossiles humains associés à l’âge de la pierre récent présenteraient des caractères négroïdes. Considérant que le même type de population est à l’origine de l’âge de la pierre récent au Gabon, on devrait envisager, selon Clist, la cohabitation entre chasseurs-collecteurs négroïdes et chasseurs-collecteurs pygmoïdes.

209Le fait que des fossiles négroïdes soient attestés à l’âge de la pierre récent est très important, car il suggère une manière de percevoir les migrations bantu dans une perspective assez différente de celle envisagée habituellement. Si, comme la reconstruction du proto-lexique le suggère, les anciens Bantu sont une population du néolithique, il faut donc concevoir la cohabitation avec des populations non pygmoïdes, mais chasseurs-collecteurs, dont la langue est impossible à identifier.

Le néolithique

  • 5 Site « Sablières », sites Nzogobeyok 1 & 2.

210Le néolithique ancien est situé dans la fourchette –3000 et –500. C’est à cette période qu’apparaissent les premiers villageois qui cohabitent désormais avec les chasseurs-collecteurs. Entre ces deux populations, dans la partie occidentale du territoire5, des échanges existent comme le suggèrent des fragments de céramique sur plusieurs niveaux d’occupation de l’âge de la pierre récent.

  • 6 Appelé Mont Brazza ou Okanda 1 par Oslisly et Peyrot (1992b) et Oslisly et Fontugne (1993).

211En dehors de Libreville, un site du néolithique ancien a été mis en évidence à la Lopé. Ces sites sont datés –3600 par Oslisly et Peyrot (1992), Oslisly et Fontugne (1993)6, mais, à partir de nouvelles datations, Clist (1995) propose des dates plus récentes qui placent ces sites à la période de transition entre le néolithique et l’âge du fer. Il faut donc retenir que la mise en évidence du néolithique ancien est établie avec davantage de certitude dans la région de l’Estuaire. D’après Clist, il semble donc y avoir une ancienneté de l’établissement du néolithique dans l’ouest du pays, non loin du littoral. La position des archéologues sur ces questions est cruciale et montre comment des datations différentes d’un même matériau suggèrent des migrations différentes. Si le néolithique ancien émerge à la même date dans l’ouest et au centre du pays, on est obligé d’envisager deux courants migratoires différents. Si, au contraire, on a une même tradition, on est obligé d’envisager une occupation antérieure par les côtes et une expansion ultérieure au centre du continent.

212La céramique de cette époque, étudiée essentiellement à partir des vestiges des sites des rivières Denis 1 et 2, est constituée de pots simples ou carénés avec des lèvres à cannelures. Les pots sont entièrement décorés par impressions pivotées à l’aide de bâtonnet ou de peigne à dents multiples.

213Le néolithique récent est situé entre –500 et –150, ici les données sont plus importantes et systématiques. Le site le mieux connu de cette époque est celui qu’on identifie désormais sous le nom de groupe d’Okala. Situé au nord de Libreville, c’est le plus grand site préhistorique étudié au Gabon.

214La céramique est constituée généralement de pots simples aux lèvres éversées. Elle comporte également des pots bilobés, avec des trous de suspension pour les plus petits, parfois accompagnés de colombins de part et d’autre, tout comme des bols. Les fonds sont plats et les lèvres souvent cannelées. La décoration peut couvrir ou non tout le récipient ; elle consiste en impressions basculantes au peigne ou des incisions basculées au bâtonnet. Pour les pots bilobés, la décoration se limite à la partie supérieure, alors que pour les autres, elle peut recouvrir la panse, voire le fond. Les impressions ou les incisions s’organisent en un ou plusieurs rangs périphériques, représentant des lignes, des chevrons, des arêtes de poisson. Plusieurs outils ont été retrouvés avec la céramique : haches, polissoirs, meules, molettes, aiguisoirs. Le quartz, le quartzite, le grès, le silex et le schiste constituent le matériau de fabrication.

Figure 14. Outils polis du néolithique ancien (Pommeret 1966 : 167-169 cité par Clist 1995 : 139).

  • 7 Notamment sur le site de la Rivière Denis 1 (néolithique ancien) et d’Okala (néolithique récent).

215Oslisly (1992) a identifié un groupe constitué d’un assemblage de huit sites, le groupe d’Epona. Ce groupe est localisé entre le Moyen-Ogooué et l’Ogooué-Ivindo. La forme carénée de la céramique permettrait de caractériser ce groupe et de l’exclure de la « mouvance » d’Okala. Clist (1995 : 144-145), réexaminant la question, conclut que le groupe d’Epona ne se distingue pas fondamentalement de celui d’Okala. Le critère de « la forme carénée » étant absent sur 4 des 7 sites constituant le groupe d’Epona, celui-ci doit être « démantelé » et ses membres rattachés à la tradition d’Okala, d’autant que les pots carénés sont attestés dans des sites qui n’entrent pas dans la zone de la vallée de l’Ogooué7. Il faut bien comprendre que selon l’une ou l’autre hypothèse, les reconstructions des incursions migratoires ne sont pas les mêmes. On a de nouveau ici deux interprétations différentes du même matériau archéologique : Oslisly voit une tradition indépendante dans son domaine de fouille, alors que Clist rattache ce domaine au site qu’il connaît le mieux, Okala. Au-delà du fait que chacun des chercheurs favorise, même inconsciemment, les sites sur lesquels il a travaillé, l’enjeu est crucial pour la reconstruction historique. Il s’agit de savoir si des traditions différentes sont le reflet de courants migratoires distincts ou si, au contraire, une même tradition attestée sur une aire géographique importante est la conséquence d’une diffusion, avec mouvement de population ou non, à partir d’une zone donnée. Cette « brève histoire de l’archéologie gabonaise » révèle deux manières d’analyser le matériel découvert en fouille.

216Assoko Ndong (2001) a identifié la tradition culturelle de Yindo (830-230 avant J.-C.) au centre du Gabon ; elle est influencée par les productions plus tardives de l’île Bioko (Guinée équatoriale).

217Dans l’Ogooué-Maritime, le Haut-Ogooué, la Ngounié on a découvert de nombreux sites que l’on ne peut rattacher au groupe d’Okala, même s’il existe des similitudes au niveau des formes et des décors de la céramique. Les dates, la présence de scories de fer, constituent des éléments qui particularisent ces données et qui ne permettent pas un rattachement définitif à ce groupe.

218A côté de ces sites, des découvertes de surface (haches, houes polies, etc.) ont été faites, principalement en savane, à travers tout le pays. Cette omniprésence des outils dans la savane pourrait traduire une implantation marquée des populations du néolithique récent dans ce milieu. Comme en forêt la découverte des objets est moins évidente, cette hypothèse doit être relativisée, d’autant que dans les forêts du Woleu-Ntem et de l’Estuaire, la présence d’outils polis peut suggérer l’apparition de premiers villages dans ce milieu dès le néolithique récent. Aussi, rien n’exclut que certains outils ramassés dans les savanes ne remontent à l’âge de la pierre récent, notamment ceux qui sont taillés et seulement polis aux extrémités.

219Finalement, on peut dire que les sites néolithiques récents apparaissent au Gabon à la même époque (800-400 avant J.-C.). La tradition d’Okala va se perpétuer jusqu’au début de l’apparition du fer (400-100 avant J.-C.) dans le nord-ouest, le centre et l’ouest, alors qu’au sud-est elle va être rapidement supplantée par une autre tradition.

220Selon Clist (1995), le néolithique apparaît d’abord sur la rive gauche de l’estuaire du Gabon, ainsi que l’attestent les traces des premiers villages. La présence des Pygmées sur la rive droite et des espaces de savanes disponibles pour la pratique de la chasse, peuvent expliquer cette implantation.

  • 8 Il s’agit de deux espèces d’antilope de forêt. (Cephalophus sylvicultor et Tragelaphus scriptus).

221Ultérieurement, les villageois vont se répandre sur la rive droite ; dès cet instant, ils cohabitent avec les chasseurs-collecteurs. L’agriculture est suggérée par des vestiges de noix de palmes, du matériel de broyage ; la chasse, par des restes de guib harnaché et de céphalophe8 à dos jaune.

222En résumé, en 1600 (Rivière Denis 2) et 1200 av. J.-C. (Epona), on assiste à la transition vers le néolithique récent, ainsi que l’atteste le changement de céramique. Jusqu’à 1600–800 av. J.-C. les villageois n’occupent que les savanes du littoral ; ils apparaîtront à l’intérieur des terres comme l’illustre l’identification du groupe d’Okala au centre du pays (Epona 2). Une deuxième phase – 800 av. J.-C. – voit la colonisation des savanes (Otoumbi, Lopé, Franceville) et des forêts des terres intérieures (Okala, Cap Estérias, Kango, Ndjolé). Vers 400, la répartition sur ces deux écosystèmes et la cohabitation des communautés adaptées à chacun des écosystèmes est effective. Clist (1989 cité par Clist 1995 : 152) et Vansina (1990 : 152) ont proposé respectivement 1,2 kilomètre et 2,2 kilomètres par an comme vitesse d’expansion au néolithique. Ces populations vivent dans des cases, probablement rectangulaires, souvent construites sur des collines près de cours d’eau. Des fosses existent non loin des cases, qui ont dû servir soit comme dépotoirs, soit comme carrières pour le montage des murs de construction.

223Quelles sont les voies migratoires empruntées par les populations du néolithique pour s’établir au Gabon ? Clist envisage deux possibilités : « voies côtières, c’est-àdire par voies d’eau le long du littoral ainsi qu’à pied par l’immédiat hinterland […] voies terrestres par les lignes des crêtes à l’intérieur de la forêt équatoriale assez loin du littoral » (Clist 1995 : 159).

224Les voies côtières ont la faveur de l’auteur surtout lors des premières phases migratoires. Un examen de la connaissance ethnoichtyologique chez les Bantu du Gabon oblige à reconsidérer cette hypothèse.

Figure 15. Céramique du néolithique récent (Clist 1995 : 146).

L’âge du fer

  • 9 Richard Oslisly considère que l’âge du fer est plus ancien dans la Lopé ; la date de 750 BC ayant (...)

225Les plus anciennes traces de fer au Gabon sont attestées dans le sud-est, précisément à Moanda dans le Haut-Ogooué. Dès 750 av. J.-C. pour un site, 400 av. J.-C. pour deux autres sites. Dans le nord, près d’Oyem, on obtient une fourchette de 400-200 av. J.-C. Au centre, à la Lopé, on a mis en évidence des gisements remontant à 300-200 av. J.-C.9. Au sud, au lac bleu (Mouila), on a des traces de fer datées de 350 av. J.-C.

226Ici, la notion de groupe intervient souvent et renvoie à des ensembles culturels identifiables essentiellement à partir du travail de la céramique.

227Deux ensembles sont bien étudiés dans la province de l’Estuaire : Oveng et Angondjé. Le groupe II et le groupe IV ont été constitués, en sachant que la céramique du groupe II le différencie nettement des groupes d’Oveng et d’Angondjé et que le groupe IV présente des analogies avec celui d’Angondjé dont il pourrait être issu.

  • 10 En pénétrant les terres il s’étend jusqu’à Kango et englobe les rivières Ayémé, Remboué, Eyinayong
  • 11 Au nord de Libreville, on a les sites des Charbonnages et d’Okala 1 ; à l’est, les sites de Nkol O (...)
  • 12 Berge droite (Lowé 1, Malékou), Berge gauche (Remboué 11).
  • 13 Lowé pour la berge droite, Ogolo pour la gauche.

228Le groupe d’Oveng (50 av. J.-C. et 530 ap. J.-C.) est constitué d’habitats répartis autour des estuaires de Libreville et de la Mondah10. Le groupe d’Angondjé (c.1000 et 1500 ap. J.-C.) est constitué de sites du nord de Libreville, mais aussi de l’est, en sortant carrément de l’actuelle capitale11. Le groupe II (c. 600 et 1000 ap. J.-C.) n’est connu que par trois sites répartis sur les berges de l’estuaire12 et une nécropole située au nord-ouest de Libreville, à la Sablière. Le groupe IV (c. 1500 et 1900) a été mis en évidence sur les deux berges de l’estuaire du Como.13

  • 14 Le groupe Okanda est composé de 11 sites (Epona 2, Otoumbi 4, 5, 8 ; Okanda 1, 2, 5 Lopé 4 et 10, (...)
  • 15 Otoumbi 5, 8, 13, 15, Elarmekora 3, Epona 2, Anzem 1, Minguoé 5
  • 16 Communication de Bernard Clist présentée à la Journée des archéologues du Gabon (Lyon, 23 avril 20 (...)

229Dans la vallée de l’Ogooué, entre le Moyen-Ogooué et l’Ogooué-Ivindo, on a identifié le groupe d’Okanda (300 av. J.-C. et 300 ap. J.-C.), dont la zone d’occupation est celle des anciens villages néolithiques et qui représente la première tradition du fer14, et le groupe d’Otoumbi (30 ap. J.-C. et 300 ap. J.-C.) dont les sites sont dans l’ouest de la moyenne vallée de l’Ogooué15. Le groupe de la Lopé (1300 et 1900 ap. J.-C.) est constitué de sites compris parfois dans le même espace que celui des deux précédents, mais il paraît plus récent. Dans la même région, au sud de la Lopé, on a identifié les groupes de Guétandé (50 av. J.-C.-570 ap. J.-C.) et Lindili (34-132 ap. J.-C.)16. Encore plus au sud, en direction des monts du Chaillu, une culture plus récente a été mise à jour ; il s’agit de la tradition de Lélédi (1030-1960 ap. J.-C.).

230D’autres provinces, notamment le Woleu-Ntem, ont révélé des traces de travail du fer associé à la céramique, mais rien ne permet, en l’occurrence, de constituer un groupe, d’autant que la décoration rappelle celle d’Okala.

231On ne connaît pas bien la structure et la constitution des fours de la période récente, seuls quelques fours de la région du Woleu-Ntem ont été étudiés. On a pu montrer, notamment par la présence des débris domestiques dans la cuvette des fours, que la zone industrielle pouvait se situer à proximité immédiate du village. La teneur du minerai était importante puisqu’il contenait 80 % de fer. Une des caractéristiques principales est la présence d’une petite fosse cylindrique sous la fosse principale. Cette fosse, qui n’existe pas dans les anciens fours, a une fonction rituelle puisqu’elle recevait un fétiche. Les tuyères des fours récents sont plus grandes – entre 36 et 40 millimètres – que pour les fours anciens – 30 millimètres. Les diamètres d’ouverture font de 1 à 1,75 mètre, alors que la profondeur atteint 0,70 mètre, pour un seuil minimal de 0,40 mètre.

L’art rupestre

232La découverte au Gabon d’un art rupestre remontant à plusieurs millénaires a été considérée comme une « petite révolution ». En effet, la région forestière de l’Afrique centrale a révélé très peu de sites attestant un art rupestre préhistorique. On ne connaît que quelques sites, notamment au Cameroun (Bidzar), en République Centrafricaine (Bakouma/Bambari), en RDC (Kiantapo/Mwangi/Kouilou), en Angola (Musséque). Encore que la majeure partie de ces sites se situent dans des zones de contact entre la forêt et la savane (Oslisly et Peyrot 1993 : 19).

233C’est vers la fin des années 1980 qu’Oslisly investit la zone et découvre plusieurs sites dans une zone de 40 kilomètres comprise entre Ndjolé et Boué, dans une vallée le long du fleuve : Epona, Kongo Boumba/Lindili. Avec Elarmekora, tous ces sites se retrouvent en savane. A des centaines de kilomètres de là « Mystérieux sanctuaire enfoui sous l’entrelacs végétal d’une galerie forestière, le site de Kaya Kaya offre une étrange composition de motifs gravés très émoussés d’allure vulvaire, voisinant avec de curieux blocs rocheux phalliformes et géants » (Oslisly et Peyrot 1993 : 79). D’ores et déjà se pose la question de savoir si la prépondérance des sites en savane est due à une implantation de l’homme ou à la difficulté inhérente à toute recherche de vestiges dans la forêt.

234L’auteur parvient à faire une typologie des figures, en fonction essentiellement du « thème ». Il y a celles qui reproduisent les figures géométriques, les plus importantes, et où les formes circulaires sont de loin majoritaires, ce sont des gravures abstraites. Il y a celles qui reproduisent les animaux, gravures zoomorphes qui représentent souvent des quadrupèdes : réalistes, elles sont facilement lisibles. Il y a enfin celles que l’on ne peut classer et qui peuvent être associées avec les gravures géométriques ou zoomorphes.

235Comme les formes gravées et les motifs des poteries de l’âge du fer (groupe d’Okanda) ont un air de ressemblance, comme par ailleurs la gravure se fait à l’aide de pointe métallique, on peut estimer que cet art remonte à l’âge du fer (2500-1600 avant nous), donc au début de l’ère chrétienne.

236Finalement, il apparaît donc qu’aux populations du néolithique, vont s’ajouter des populations de l’âge du fer, dès 300 av. J.-C. au centre du pays, 50 av. J.-C. au nord-ouest. Trois groupes culturels bien différenciés font partie de ces vagues des populations de l’âge du fer : le groupe d’Okanda, le groupe d’Otoumbi, le groupe d’Oveng. Le groupe d’Okanda occupe les savanes du centre du pays aux environs de la Lopé, les derniers villages de ce groupe remontent à la fourchette comprise entre 30 et 300 ap. J.-C. Depuis 30 av. J.-C., en effet, le groupe d’Otoumbi se développe en aval de l’Ogooué, près du mont éponyme. Les derniers travaux font également mention des groupes Guétandé et Lindili qui se développent à peu près à la même époque.

237Au Nord-Ouest, sur le littoral, la culture néolithique du groupe d’Okala va perdurer jusqu’à ce que le groupe d’Oveng y introduise le fer, de la berge de la baie de Mondah au nord, à Kango au sud, aux environs de 100 ap. J.-C. Il existe de nombreuses similitudes entre le groupe d’Oveng et le groupe d’Otoumbi, qui se distinguent donc du groupe d’Okanda. De deux choses l’une : soit le dernier émane du premier, soit il y a eu des contacts entre les deux groupes. Le passage du groupe d’Otoumbi par le nord de la forêt ou le sud du fleuve doit être également envisagé : ces trajets auraient permis d’éviter le groupe d’Okanda déjà en place.

238Contrairement à la région du Woleu-Ntem entre 400 et 1400 ap. J.-C. et au centre du Gabon entre 500 et 600 ap. J.-C. où des témoignages de présence humaine semblent absents, au contraire, la région de l’Estuaire connaît une occupation ininterrompue, à la suite du groupe d’Oveng. En effet, ici vont se succéder le groupe d’Angondjé, le groupe II, le groupe IV entre 600 et 1000 ap. J.-C. Ces groupes présentent des analogies mais aussi quelques différences, ce qui pourrait s’expliquer par des vagues migratoires successives et différentes. Le groupe d’Angondjé qui apparaît à partir de 1000 ap. J.-C. se développe dans une région comprise entre le cap Estérias et Kango. Homogène, ce groupe serait la conséquence de l’arrivée d’une nouvelle population, qui se mêle à une population hybride néolithique/âge du fer. Ce groupe disparaît vers 1500 ap. J.-C. dans l’espace et le temps. Le groupe IV suit le groupe d’Angondjé, mais on observe des différences au niveau de la céramique ; sur de nombreux sites où il est présent, des objets européens sont également attestés. Le groupe IV pourrait être une évolution du groupe d’Angondjé. Les sites qui révèlent cette céramique particulière correspondent à des zones d’implantation historique des Mpongwè. Si la filiation Angondjé/groupe IV est établie, les ancêtres des Mpongwè seraient bien les populations du groupe Angondjé. Rien ne différencie donc la céramique de l’Estuaire et celle du cap Estérias, alors que ces deux pôles appartiennent à des communautés différentes, respectivement les Mpongwè et les Benga.

  • 17 Site de la rivière Evinayong.

239Une autre population a pu s’établir entre Ntoum et Cocobeach. Cette hypothèse est suggérée par la particularité de la céramique de cette zone contemporaine mais différente de celle d’Angondjé17. Des vestiges semblent, par ailleurs, indiquer des échanges sur l’axe de l’Ogooué entre l’intérieur des terres et le littoral.

240Au sud d’Oyem, à Koualessis, des sites datant des débuts de l’ère chrétienne révèlent la poursuite du travail du fer. Au sud et au sud-ouest, le fer apparaît par la suite dans les communautés de la Ngounié et dans celles de l’Ogooué-Maritime au début de l’ère chrétienne. Par contre, dans la Nyanga, les premières attestations ne remontent qu’à 800–1000 ap. J.-C.

241Selon Clist, l’arrivée des populations de l’âge du fer correspond à l’éclatement du nœud linguistique kota-mbaama-kukuja. Entre 400 et 1400 ap. J.-C., il y a un hiatus dans la région du Woleu-Ntem ; de même, entre 500 et 600 ap. J.-C., un hiatus existe pour le centre du Gabon. Dans les deux cas, cela peut s’expliquer, soit par des données insuffisantes, soit par une interruption d’occupation. Dans l’état actuel des connaissances, rien ne permet de privilégier une de ces hypothèses.

242Les populations du groupe d’Oveng étaient certainement des pêcheurs comme le prouvent les restes osseux de poissons et d’autres animaux aquatiques. Plus généralement, les produits de la mer paraissent jouer un rôle important dans l’économie de ces populations. Ainsi, la collecte des coquilles est une activité importante, elles servent dans la fabrication de la céramique et leur chair entre certainement dans la composition alimentaire. La chasse se pratiquait aussi, comme le suggère les restes de reptiles et de mammifères. Les fruits de la forêt font sûrement partie de l’alimentation des populations puisque différentes espèces de noix sont attestées dans plusieurs sites. Les pierres à cupules, les meules et autre matériel de broyage en pierre, déjà là au néolithique, existent toujours à l’âge du fer et sont présents sur de nombreux sites.

243Certains archéologues notent une préférence pour la savane lors de l’implantation des populations à l’âge du fer. Pourtant, dès le néolithique, des villageois se sont implantés également en forêt. En fait, tous les écosystèmes, sauf certaines montagnes difficilement accessibles, sont colonisés à la suite de l’accroissement de la population. Dès 300 ap. J.-C., les communautés se spécialisent en fonction de leur implantation. Les villages sont installés dans la forêt ou entre celle-ci et les mangroves, presque systématiquement à proximité des cours d’eau. On peut dégager quatre zones d’activités, toujours à partir de l’étude du site d’Oveng. La zone d’habitation, la zone industrielle où l’on travaille le minerai, la zone de rejet où sont entassées les ordures et débris de la production et une quatrième zone qui pourrait être destinée à la préparation des produits utilisés notamment pour la céramique associée au fer.

244Cette reconstruction due à Clist (1995) est intéressante puisque l’auteur essaie d’identifier les groupes ethnolinguistiques qui seraient à l’origine des cultures mises en évidence par l’archéologie. Le rapprochement avec l’arbre lexicostatistique de Tervuren (1983) retient l’attention, même si seuls trois groupes sont représentés, l’association du groupe d’Angondjé avec les ancêtres des actuels Mpongwè semblant aller de soi.

245Cependant de nombreuses questions restent en suspens : si les quatre groupes de l’Estuaire ont des origines différentes comme le suggère l’auteur, ce qui est vraisemblable, à quelles ethnies se rattachent la tradition d’Oveng, le groupe II et le groupe IV ? L’auteur émet l’hypothèse d’une filiation entre Angondjé et le groupe IV sans exclure la possibilité d’une origine différente.

246La reconstruction s’appuie sur ce que rapportent les traditions orales mpongwè à propos de leur implantation très ancienne sur le littoral ; mais est-on vraiment sûr que les Benga et les Séki ne les y ont pas précédés ? Or, il n’est fait mention nulle part des Séki ni des Kélé, dont l’implantation historique dans la région du Como est admise par tous les historiens. D’autres rapprochements avec la tradition orale et la linguistique pourraient donc être intéressants pour comprendre certaines interrogations suscitées par l’archéologie. Par exemple, l’éparpillement des ethnies ngommbahouin-saki, suggéré par l’ethnohistoire et par la linguistique, est peut-être une clé pour mieux cerner les affinités entre le groupe d’Oveng et le groupe d’Otoumbi. Il y a également les affinités benga et kota, revendiquées par les traditions des deux groupes, l’un étant situé au Cap Estérias, alors que l’aire de distribution des membres de l’autre correspond à certains groupes mis en évidence au centre du Gabon.

4.3. Anthropologie sociale et culturelle

Anthropologie de la famille

247L’ouvrage de Mayer (1992), qui présente les caractéristiques de la famille gabonaise, est intéressant dans la mesure où l’auteur se situe souvent dans une perspective historique et que des rapprochements sont faits avec la linguistique. Trois traits culturels sont examinés ici : les clans, la filiation, la stratification sociale.

248Le clan est un niveau de parenté pertinent pour l’étude des relations qu’ont ou ont pu avoir les groupes ethnolinguistiques. La première distinction permet d’opposer les patriclans ouverts aux matriclans fermés. La généalogie des patriclans repose sur une succession d’hommes : situés en général au nord de l’Ogooué, ils forment près de la moitié de la population du pays. C’est la situation que l’on trouve par exemple chez les Fang de Bitam qui comptent une vingtaine de clans : Eba, Efak, Esabedzan, Esabeny, Esakôrane, Esandon, Esatop, Esangi, Esatuk, Esen, Meban, Medumu, Mimbomane, Ngakeny Nkodjüeny, Obadzomo, Obuk, Yemesomo, Zomo, etc.

249Selon Mayer, une quinzaine de groupes ethnolinguistiques dont les Fang, les Benga, les Séki, les Kota, les Mpongwè attestent ce cas de figure.

  • 18 Entre parenthèses les noms des fondateurs des clans.

250La généalogie des matriclans fermés repose sur une succession de femmes. En général, ils ne comptent guère plus de dix clans hiérarchisés. C’est l’exemple du punu : Bumweli (Mweli-Ngeli)18, Mitsimb’(Mambundu-ma-Ngeli), Dibamb’-kadi (Mimbinze-Ngeli), Dikand’ (Makane-ma-Ngeli), Mitsumb’ (Mumbinzi-Ngeli), Dijab’ (Mundziehu-Ngeli), Bujal’(Dilebu-di-Ngeli), Mululu (Mahanine-ma-Ngeli), Ndingi (Muhari-Ngeli).

251Les Punu, Shira, Nzébi, Wanzi, Mbaama, Ndumu et une vingtaine d’autres groupes ethnolinguistiques du Gabon illustrent ce cas de figure.

252On est tenté de voir des informations historiques derrière la répartition géographique des types de clan, puisque la majeure partie des patriclans se retrouvent au nord de l’Ogooué, alors que les matriclans se retrouvent presque tous au sud du fleuve. Mais on a les Nkomi situés au sud de l’Ogooué qui attestent des clans ouverts. Il faut donc envisager des migrations ultérieures qui ont dû perturber une répartition initiale des types de généalogie des clans en fonction de l’orientation du fleuve.

253L’autre aspect important d’un point de vue historique est le fait que des groupes ethniques parlant des langues différentes partagent le même clan. Ainsi les clans Bulolo et Budiegi existent aussi bien chez les Shira et les Eviya, les clans Mitsimb et Mululu chez les Nzébi et les Punu. A côté des identités de clans révélées par les mêmes noms, on a des correspondances entre clans différents de groupes ethnolinguistiques différents. Par exemple, les clans séki Dian, Udioku, Limbidi, Sakwè, Ulin, Unjambwè, Udimi, Sambtin, Uviombo correspondent aux clans fang Sèbkan, Esôkè, Oyèk, Bèkwè, Anvom, Esametok, Yemédjin ou Ngè, Esibang, Abè.

  • 19 Ces chiffres indiquent des valeurs minimales.

254En fait, d’une manière générale, les clans reflètent les groupes ethnolinguistiques. Certains groupes sont même particulièrement stables de ce point de vue ; les Nzébi et les Wanzi du groupe B 50 ont en commun les clans Mwanda, Magahamba, Sheyi, Baghuli, Basanga. Les clans Eba, Efak, Esabedzan, Esabeny font partie de ceux qui sont attestés dans plusieurs ethnies fang. Même dans le groupe myènè où les nombres de clans peuvent atteindre la quarantaine (chez les Nkomi par exemple), 10 sont communs aux Orungu et aux Nkomi, 8 aux Galwa et aux Nkomi, 4 aux Mpongwè et aux Nkomi, 3 aux Enènga et aux Nkomi, 2 aux Adyumba et Nkomi19.

255Toutefois, pour les Myènè, l’homogénéité est plus forte du point de vue de la langue. Au contraire, des groupes moins homogènes linguistiquement que le B 10, présentent une homologie de clans remarquable ; c’est par exemple le cas du B 50.

256Lorsque, dans un groupe homogène linguistiquement, des membres revendiquent des clans qui sont habituellement ceux d’un autre groupe ethnolinguistique, on peut soupçonner des remplacements linguistiques.

257On a distingué les patriclans des matriclans, il convient maintenant de distinguer les ethnies par rapport au système de filiation. Comme on le verra, le fait d’avoir des patriclans n’induit pas automatiquement un système de filiation patrilinéaire. Les ethnies qui attestent le système patrilinéaire sont situées au nord du bassin de l’Ogooué. Ce sont principalement les Fang (A 70), les Kwélé et les Chiwa (B 80), les Benga (A 20), les Kota, Mahongwè, Shamaye, Séki, Kélé, Ndambomo, Saké, Mbahouin, Ndasa et Wumbu (B 20), auxquels il faut ajouter les Mpongwè. Les groupes localisés au sud de l’Ogooué sont matrilinéaires : Tsogo, (B 30), Punu-Shira (B 40), Nzébi (B 50), Mbaama (B 60), Téké (B 70), auxquels il faut ajouter tous les autres membres du groupe myènè, soit les Nkomi, les Orungu, les Galwa, les Adyumba, les Enènga. Dans tous ces groupes, la filiation se fait incontestablement par la lignée maternelle. Certaines données, notamment la composition des systèmes d’appellation, laissent toutefois penser à un système bilinéaire. La question fondamentale est de savoir si la distinction entre système matrilinéaire et patrilinéaire en fonction de l’Ogooué traduit d’anciennes migrations.

258Comme, d’une part, les membres du groupe myènè n’ont pas le même système de filiation, comme, d’autre part, le groupe mbaama atteste un système mixte, l’interprétation est délicate. Toute hypothèse sur les migrations qui s’appuie sur les systèmes de filiation doit proposer une explication rationnelle et économique de l’hétérogénéité du groupe myènè et de la bilinéarité du groupe mbaama. On a, du reste, déjà émis une hypothèse pour le changement de régime dans le groupe B 60 que les spécialistes ne semblent pas rejeter. Le problème est différent pour le myènè où deux hypothèses s’opposent. En effet, de toutes les ethnies constituant le B 10, les Mpongwè sont les seuls patrilinéaires. La question est donc de savoir si, comme les autres membres du groupe, les Mpongwè étaient matrilinéaires ou si ce sont les Galwa, Adyumba, Nkomi, Orungu, Enènga, Adyumba qui sont passés d’un régime patrilinéaire à un régime matrilinéaire. Dans la première hypothèse, la plus économique et la plus rationnelle, on considère que les Mpongwè étaient matrilinéaires ; mais comme leurs voisins Benga et Séki chez qui ils prenaient femmes étaient patrilinéaires, ils ont dû s’adapter : s’ils gardaient leur régime initial, leur femme n’épousant pas les Benga et les Séki, la descendance mpongwè aurait été menacée, puisque, précisément, s’ils appliquaient leur régime initial, les enfants nés d’un couple mixte mpongwè-benga ou mpongwè-séki seraient revenus aux mères séki ou benga. La deuxième hypothèse, certes minoritaire, considère que ce sont les autres membres du groupe myènè qui ont changé le patrilignage, leur système d’origine, dans un environnement matrilinéaire. Mais cela ne va pas de soi : les données linguistiques, certaines versions de la tradition orale et certaines reconstructions historiques suggèrent fortement une origine ethnique et linguistique commune. Les membres du groupe myènè ont dû avoir le même système de filiation matrilinéaire à l’origine. Il reste que la diffusion en B 10 de certains traits du Sud, du fait de l’influence du Loango, est réelle. Il ne faut donc pas complètement exclure cette deuxième hypothèse ; surtout qu’en nkomi existent des clans ouverts. Ce trait, davantage compatible avec le patrilignage, est plutôt une caractéristique du Nord.

  • 20 Les formes du pluriel sont : batere, baviga, bifula.

259En ce qui concerne la stratification sociale on constate que, globalement, la distinction entre groupe du Nord et groupe du Sud reste pertinente, la position du groupe myènè demeurant problématique. Le travail de Rey (1971) sur les Punu, les Tsengui (Tsangi), les Kunyi doit servir de modèle à la mise en évidence des différents statuts au sein d’une même ethnie. Des sept statuts sociaux qu’il fait apparaître dans les ethnies étudiées, trois concernent différents types d’esclave. Le terme « esclave » se rend dans ces langues par trois mots : mutere, muviga, ifula20.

260Les batere figurent au bas de l’échelle, ce sont des « biens de prestige » dans la mesure où, changeant de « maître » fréquemment, ils ne sont pas intégrés dans la production économique. Ce sont les batere qu’on enterre, vivants ou morts, avec les maîtres et qui sont généralement sacrifiés lors de certains rites funéraires. En se référant notamment aux travaux d’Alihanga (1976) et d’Agondjo (1967), Mayer (1992 : 93-94) pense qu’au Gabon, outre les Punu, les Mbédé et les Nkomi ont également connu ce type d’esclave.

261Un mutere pouvait changer de statut et devenir un muviga ; ancien « bien de prestige » il devenait « bien de production ». A la différence de celui du mutere, le statut du muviga n’est pas caractérisé par la mobilité, puisqu’il est intégré dans une famille par les liens du mariage à un membre du lignage. Appartenant au niveau hiérarchique des « cadets », il avait les mêmes devoirs que ceux-ci.

262Le troisième niveau est celui d’ifula. Chez les Punu et les Tsangi, le muviga peut acquérir le statut d’ifula, à condition qu’il fasse partie du même matrilignage que les maîtres. Lorsque les chefs meurent, ils peuvent prendre en charge la terre. En fait, le passage d’un statut à l’autre était déterminé par l’importance démographique du clan des maîtres : moins il était important, plus on facilitait l’accession au statut d’ifula, pour la survie du lignage.

  • 21 Cette remarque n’est pas valable pour les verbes à l’infinitif. Dans ces cas les thèmes à f initia (...)

263Ce statut paraît également avoir existé chez les Nkomi, si l’on s’en tient au terme efula qui désigne dans cette langue les femmes esclaves épousées par les maîtres. Cependant dans cette langue, les mots qui ont f initial21 sont souvent des emprunts ou d’apparition récente : fura « argent », fala « France », farinya « farine », etc. Le concept pourrait donc avoir été emprunté avec le mot par le nkomi aux langues du groupe B 40 ou au complexe loango.

264L’échelle sociale comprenait, outre les esclaves, le fumu « chef du lignage », le mukange allié du fumu appartenant à un autre lignage, les autres membres du lignage dibure, le mubongo « Pygmée ». Le Pygmée précédait donc les trois types d’esclaves. On retrouve, d’après Mayer, la même structure dans des ethnies du Gabon, ainsi que le révèle l’analogie des noms. Il s’agirait en fait des caractéristiques d’un complexe plus grand, le Loango.

265Cette bipartition des groupes linguistiques du Gabon en fonction de leurs rapports avec le royaume du Loango recoupe évidemment la ligne de partage que l’on peut dessiner en fonction de la généalogie des clans et du type de filiation : si l’on excepte le groupe B 60 où l’on a un système quasi indifférencié, tous les autres groupes matrilinéaires sont au sud de l’Ogooué, donc dans la mouvance du Loango. Il reste à préciser la situation du groupe B 10 : les membres de ce groupe qui sont matrilinéaires sont localisés au sud de l’Ogooué ; le mpongwè qui a un système patrilinéaire est plutôt au nord de l’Ogooué. Comme il est établi que les groupes matrilinéaires ont connu des migrations latérales, les patrilinéaires des migrations descendantes, le mpongwè ferait donc partie des groupes qui ont connu une migration descendante alors que les Galwa, Orungu, Nkomi, Enènga, Adyumba de ceux qui ont connu une migration latérale ou montante. Il faut donc admettre que les trajets migratoires ont dû être beaucoup plus complexes pour expliquer cette contradiction.

266Ainsi, le changement de système et la zone d’extension du royaume loango ont pu produire un effet de biais concernant le groupe myènè. Pour élucider cette question, il faut étudier, de manière serrée, le vocabulaire relatif à la hiérarchie sociale.

Anthropologie de l’art

267Louis Perrois est l’un des principaux spécialistes de l’anthropologie de l’art du Gabon ; je me suis essentiellement inspiré d’une synthèse récente de ses travaux (1997).

268L’étude des statuettes d’ancêtres du byeri a permis de dégager deux sous-styles dans la zone fang. Le sous-style du Nord, qui intègre le sud du Cameroun et le nord du Gabon, est caractérisé par une forme longiforme, celui du Sud par un aspect massif et trapu, il est qualifié de bréviforme. On peut retrouver la distinction entre deux styles chez d’autres auteurs, notamment Fernandez (Fernandez 1976 cité par Perrois 1997 : 17-18) qui fait provenir ces deux tendances du style ntumu, très ancien et caractérisé par « une tête à long manche ». Mc Kesson (Mc Kesson 1987 cité par Perrois 1997 : 17-18-19) oppose un sous-style ngoumba longiforme qui s’est progressivement différencié à la suite des contacts avec les ethnies des Grassfields et un sous-style betsi bréviforme qui s’est progressivement constitué à la suite de contacts avec les peuples et cultures du Sud. Les deux proviennent à l’origine du style ntumu « une tête sur un long manche ».

Figure 16. Tableau des statuettes fang (Perrois 1997 : 22).

269Alors que la dénomination de l’aire des statues fang correspond globalement aux ethnies parlant des langues classées dans le groupe A 70 et à un degré moindre A 80, l’aire des figures de reliquaires kota est constituée d’ethnies parlant des langues différentes : il s’agit du mahongwè, du kota, du shamaye, du ndambomo, du saké, du wumbu, du ndasa pour le B 20, du duma et du wanzi pour le B 50, du mbaama et du ndumu pour le B 60. Il est vrai, cependant, que la plus grande partie de cette aire est située dans le pays kota-mahongwè, certes interrompu par deux langues du groupe B 60. L’analyse permet de reconnaître sept catégories importantes en fonction de la forme. Cette diversité derrière laquelle demeure, malgré tout, une relation stylistique, ne cache pas complètement la spécificité de chacune des ethnies. Il y a les lamelles en laiton kota et mahongwè qui constituent les catégories I et II ; elles sont représentées par des figures tant grandes que petites. La catégorie IV est une production obamba (mbaama) dite classique et appelé Mbulu ngulu. Alors que la catégorie VII, petite figure avec un crâne en ronde bosse, est proche des productions sangu, notamment le Mbumba. Il reste les catégories qui présentent souvent des caractères hybrides : « […] La catégorie III est une forme de transition avec un visage ovale décoré de fils de laiton agrafés à l’horizontale comme dans le Nord mais avec un cimier en croissant transverse comme dans le Sud. Les catégories V et VI, avec et sans cimier, présentent des schémas de formes très curvilignes. Les visages peuvent être franchement réalistes (convexes). » (Perrois 1997 : 29).

  • 22 Encore qu’on peut considérer qu’il y a des analogies entre le mwiri et le moungala.

270Il existe donc des traits qui sont communs aux productions culturelles des ethnies du Nord-Est et du Sud-Est. Les ressemblances révélées ici ne sont pas marginales, elles font partie d’une matrice qui a conduit certains auteurs à parler de groupe kota ou mbédé pour désigner cette réalité. Certains rites religieux comme la confrérie de la panthère, le ndjobi, le moungala font partie de ces autres traits qui forgent l’identité de l’aire de l’Est, dans laquelle, au contraire, le bwiti et le mwiri22 sont absents. La diversité linguistique, la différence des systèmes de filiation viennent rappeler, au contraire, qu’on a peut-être des choses différentes à l’origine. En effet, le groupe B 20 est patrilinéaire alors que les groupes B 50 et B 60 sont fondamentalement matrilinéaires.

Figure 17. Style kota (Perrois 1997 : 30).

Figure 18. Style kota (Perrois 1988 : 209, Perrois : 1997 : 31).

271Examinons maintenant les productions artistiques appartenant à plusieurs groupes ethnolinguistiques, notamment punu, lumbu, shira, myènè, tsogo, nzébi. Les masques blancs sont des représentations anthropomorphiques, peintes en kaolin, attestées au sud et centre du Gabon. Fabriqués en bois, ils sont utilisés lors des danses en période de deuil. Plusieurs styles existent, chacun d’eux étant la marque de l’ethnie qui le conçoit et le réalise, du bassin de l’Ogooué au sud de la rive gauche de la Ngounié. On peut dégager deux variantes de ce masque : la variante de l’Ouest ou style naturaliste, dont les échantillons punu et lumbu sont très caractéristiques avec l’idéalisation du visage humain, les yeux en amande, les scarifications rituelles. Le style naturaliste est caractéristique de la Ngounié, de la Nyanga et du littoral. Les échantillons nzébi et tsangi sont sculptés avec des chaînettes qui devaient avoir dans la tradition une fonction esthétique. La deuxième variante du style est plus abstraite et plus symbolique. Ces échantillons proviennent du centre, notamment de la région du massif du Chaillu. On ne peut s’empêcher de penser à l’importance des rites initiatiques dans cette même région. Les différentes obédiences du bwiti, le mwiri, le kono pour les hommes ; le nyèmbè, le mabandji pour les femmes jouent un rôle important dans la société tsogo dont ils pourraient être originaires et chez les Sangu où ils se sont diffusés. Voici ce qu’en pense Perrois :

« On peut penser, que sans influences extérieures, par un processus d’osmose progressive, de groupe en groupe, les formes les plus dépouillées, déjà caractérisées par le double arc des sourcils, les yeux en amande et la face blanchâtre du revenant, se sont propagées dans l’ensemble de la région, en se naturalisant petit à petit au cours de cette progression vers le sud et l’ouest. Les masques les plus réalistes aux coiffures compliquées, de style presque trop raffiné, sont en terme d’évolution, peut-être même influencés après 1914 par la photographie et les images apportées par les Blancs ». (Perrois 1997 : 35).

272Les Nzébi de l’Ogooué Lolo et du Haut-Ogooué ont des masques appelés Moukouyi ou Mvoudi. Du point de vue de la forme, ils se situent entre les masques blancs que l’on vient de voir et les styles des masques téké du Haut-Ogooué.

« Le masque Mvoudi du Musée de Göteborg publié par E. Andersson (Kuta II, 1974) est un bon exemple de cette variante intermédiaire : face convexe avec un front et des joues bombées, coiffure à coque centrale flanquée de tresses latérales mais l’ensemble yeux-nez-bouche beaucoup plus stylisé et abstrait que dans les objets de la côte. De plus le visage est peint de blanc, rouge, ocre et noir selon un motif décoratif imitant la peau de panthère » (Perrois 1997 : 37).

273Comme on ne trouve pas de masque mvoudi dans la Ngounié et, qu’au contraire, on trouve des masques blancs punu-lumbu-shira en pays nzébi, on peut suggérer un sens inverse pour la diffusion, d’ouest en est. Des arguments historiques soutiendraient cette hypothèse qui s’oppose à la diffusion de l’est vers le sud, davantage compatible avec la progression stylistique. Voici comment Perrois résout cette contradiction apparente :

« On peut penser qu’il y a eu là un double phénomène, de durée différente : un temps long de différenciation proprement morphologique des motifs avec cette osmose est-ouest ; un temps court d’emprunt culturel d’une forme toute faite, plus récente, correspondant à la diffusion magico-religieuse du masque blanc de type pounou-loumbou, en retour sur un transect ouest-est » (Perrois 1997 : 37).

274On a vu que les Wanzi ont des masques qui font partie de l’ensemble kota, les Nzébi de la Ngounié des masques qui font partie d’un ensemble comprenant par ailleurs des ethnies des groupes myènè, tsogo et punu. On voit maintenant que les Nzébi du Haut-Ogooué et de l’Ogooué Lolo ont des masques dont le style rappelle celui des masques téké. De ce point de vue, on a des raisons d’interpréter les différences présentées par les productions des Nzébi en terme de contact, puisque chacune d’elles se retrouve dans l’ethnie voisine. Un constat analogue peut être fait du point de vue linguistique, le nzébi de Mbigou est mâtiné d’éléments provenant du sangu, du tsogo, voire du punu, celui de Koulamoutou d’éléments du puvi, celui de Mounana d’éléments des groupes B 60 et 70. Dans une perspective protohistorique, les traits que l’on retrouve dans les groupes voisins ne sont pas très pertinents, aussi bien sur le plan linguistique que culturel. Autrement dit, des traits linguistiques et culturels qui doivent révéler un contact très ancien ou une origine commune doivent être trouvés entre le nzébi et les groupes avec lesquels il n’est pas en contact actuellement.

Figure 19. Carte des masques du Gabon (Perrois 1997 : 50).

Dynamique culturelle et dynamique linguistique

275Du point de vue de l’histoire des migrations bantu, on considère que les migrations descendantes, directement à partir de l’aire ancestrale, sont celles des ethnies patrilinéaires, alors que les migrations ultérieures, remontées du sud en direction du nord, sont celles des ethnies matrilinéaires. On sous-entend donc que la filiation patrilinéaire est un conservatisme alors que la filiation matrilinéaire est une innovation, nécessitée par l’adaptation en temps de guerre : comme on tue les hommes et que l’ennemi récupère les femmes, il vaut mieux que l’enfant qui naît de l’ennemi et de la femme soit « affilié » à la mère pour la sauvegarde de l’ethnie. Dans la réalité, les choses paraissent plus compliquées.

276Les traits que je retiendrai ici pour caractériser l’ethnie sont : le clan, les villages « historiques », le système de filiation, les anthroponymes. Evidemment, je n’épuise pas, loin s’en faut, l’ensemble des éléments caractérisant une communauté ethnique. J’ai retenu des traits que l’on peut facilement mettre en relation avec les données linguistiques. Ce sont également ceux qui permettent à tout individu d’être identifié et situé par son interlocuteur dans l’ensemble des réseaux d’ethnies et de clans dans une aire donnée. Ainsi, généralement, les membres d’une même ethnie parlent la même langue, ont les mêmes clans, le même système de filiation, les mêmes villages historiques, les mêmes anthroponymes, etc.

277Par exemple, les membres de l’ethnie fang parlent le ntumu, le mvai, le meke, ou l’okak, tous dialectes d’une même langue à laquelle ils ont conscience d’appartenir puisque l’intercompréhension est assurée ; ils sont patrilinéaires et se retrouvent dans un nombre de clans bien identifiés : Esesene, Efak, Esabeny, etc., auxquels sont attachés certains villages historiques : Akam, Akonangi, Alanakiri, Ebel, etc. (Lisimba 1997, Mayer 1992).

278Commode d’un point de vue synchronique, le concept d’ethnie est plutôt fuyant d’un point de vue historique. Sauf si l’on admet que l’ensemble culturel qui définit l’ethnie est constitué de traits n’ayant pas de valeur définitive. Ce qui revient à dire que, pour différentes raisons, les membres d’une ethnie peuvent changer de langue, de clans, d’anthroponymes, de système de filiation, de villages historiques, etc. Comme les changements affectant ces traits ne se font pas toujours à la même vitesse, on peut tenir dans leur comparaison des indices de changement linguistique. En fait, la langue est l’élément que l’on a tendance à remplacer en premier lieu. C’est probablement pour cette raison que de nombreux informateurs considèrent la parenté clanique comme la plus importante des relations inter-ethniques.

Changement de langue et de système de filiation avec maintien des clans

279Certains Kota ont changé de langue et de système de filiation. Localisés vers 1800 le long de l’Ivindo, ils sont alors patrilinéaires ; un mouvement migratoire les conduit d’abord vers l’estuaire du Gabon où ils rencontrent les Pindzi. Des contacts et des alliances se font avec ces derniers ; les deux groupes migrent en sens inverse et s’établissent au confluent Ogooué/Okano. Là, on constate que les anciens locuteurs kota parlent dorénavant pindzi et sont devenus matrilinéaires comme leurs voisins. Par contre, lorsqu’ils déclinent leur généalogie, on retrouve les clans kota, les mêmes que ceux attestés chez les Kota de l’Ivindo (Eckendorf 1946, Mayer 1992 : 77). Les Kota avaient changé de langue et de système de filiation, mais ils avaient maintenu leurs clans d’origine. Donc, lorsque des membres se réclamant d’une même communauté ethnique parlent une même langue, mais n’ont pas les mêmes clans, on a un indice de changement linguistique.

280Comme dans de nombreux cas il n’y a pas de différence entre les ethnonymes et les glossonymes, on a tendance à penser que c’est d’abord la langue qui définit l’ethnie. Or le changement de clan étant moins rapide et moins courant que le changement linguistique, il vaut mieux tenir ce trait comme plus pertinent pour la définition de l’ethnie, si l’on veut donner à ce dernier terme quelque valeur historique.

281L’application de ce principe peut cependant être difficile. En effet, on a vu qu’il existe entre différentes ethnies des équivalences de clans dont les informateurs peuvent être conscients. Les équivalences de clans peuvent être la conséquence d’une évolution à partir d’un même phylum ou le résultat de contact de cultures. Dans ces situations, un informateur qui a changé de langue peut également décliner sa généalogie, en restituant non pas les clans de son ethnie d’origine, mais les équivalents dans la langue remplaçante. Dans ce cas précis, le clan ne peut plus servir d’indice pour la détection du changement linguistique.

282Par ailleurs, des équivalences de clans peuvent être simplement dues à une coïncidence dans la référence à un même totem et aux interdits qui en découlent. Par exemple, des ethnies différentes peuvent avoir pour totem le perroquet sans avoir nécessairement la même histoire.

283Heureusement que les clans sont souvent associés à des villages – historiques ou mythiques – identifiés comme le berceau de l’ethnie. Ceux-ci peuvent être stables et permettre de contrôler les informations relatives aux clans. Cependant, connaissant le village d’origine des locuteurs dont ils ont adopté les clans et la langue, les membres d’une communauté peuvent s’y référer et le tenir pour leur pays d’origine. Il est évident qu’ici on envisage la situation où il n’existe plus d’indice pour détecter les changements linguistiques.

Changement de langue avec maintien des clans et du système de filiation

284L’exemple du kota a mis en évidence le maintien du clan et le changement de langue accompagné du changement de système de filiation. Il peut arriver que de ces trois paramètres, considérant une période donnée, seule la langue ait changé. En plus du clan, le système de filiation peut dans ce cas permettre d’inférer un changement de langue. En fait, lorsque des individus parlent une même langue et ont des systèmes de filiation différents, il peut s’agir en réalité de personnes qui parlaient des langues différentes. Il ne serait pas surprenant par exemple que tous les locuteurs téké aient des origines différentes. Les Téké du Gabon sont matrilinéaires, ceux du Congo sont patrilinéaires. L’existence d’un royaume historiquement attesté a dû permettre l’unification linguistique de différents groupes ethniques.

285Toutefois, une situation d’homogénéité linguistique et d’hétérogénéité des systèmes de filiation ne doit pas toujours être interprétée comme un indice de changement linguistique puisqu’on a vu, avec l’exemple des Myènè, que le système de filiation peut changer, lors même que la langue se maintient.

Changement de langue avec maintien des anthroponymes

  • 23 Evidemment, dans chaque groupe ethnique, des principes régissent l’attribution du nom. La liberté (...)

286Des quatre traits examinés ici l’anthroponyme est le plus fuyant, au sens où son changement ne suit pas toujours le même schéma : le changement d’anthroponyme peut se faire avant ou après les autres changements déjà examinés. Dans cette perspective dynamique, il peut paraître comme le moins opératoire par rapport aux autres traits culturels. L’anthroponyme est de fait la donnée que les individus peuvent manipuler le plus facilement : on peut attribuer à son enfant le nom d’une personne qui n’est pas de son ethnie. Même si cela se fait dans le cadre d’une ethnie, l’octroi de l’anthroponyme est un acte individuel23. On n’a pas la même liberté vis-à-vis du clan, du lignage, du village, qui sont fondamentalement des « choses » qu’on ne choisit pas. Les noms peuvent donc être un indice de changement de langue.

287Toujours est-il qu’une ethnie se définit également par les anthroponymes des membres de sa communauté. Certes les noms peuvent voyager au-delà des frontières ethniques, mais il est clair qu’ils ont des centres de gravité. On sait par exemple que Nguema est attesté majoritairement en zone fang, Ogandaga en zone myènè, Doukaga en zone punu. On peut retrouver ces noms dans d’autres zones mais dans des proportions très faibles. Les données statistiques permettent donc de détecter des adoptions d’anthroponymes, du fait de la proximité géographique par exemple.

288Les membres d’une communauté qui ont changé de langues peuvent garder leur nom d’origine mais les adapter à la phonologie de la langue qu’ils ont dorénavant adoptée. Ils demeurent encore des indices de changement linguistique. Par exemple, des individus d’origine lumbu devenus locuteurs myènè ont adapté leurs noms à la phonologie de leur nouvelle langue : Moussavou, Moussounda, Maroundou, anthroponymes lumbu, deviennent Ossavou, Ossounda, Arondo. Parce que le préfixe nominal du lumbu mu-correspond à o-en myènè.

289Aussi, partant de la même matrice bantoue, est-il tout à fait possible que des langues et des ethnies différentes attestent des anthroponymes identiques. Ce procédé rappelle ce qu’on appelle en linguistique comparée les développements convergents. Par exemple, le nom Akaga existe aussi bien chez les Fang que chez les Myènè.

290Finalement, il va de soi que pour mettre en évidence des changements de traits culturels dans un groupe ethnique, il faut avoir une méthode adéquate. On ne se contentera pas de demander le groupe ethnique et la langue des informateurs ; si l’on veut espérer mettre en évidence des mutations, il faut établir une généalogie sur plusieurs générations et avoir, pour chacun des membres d’un palier de l’arbre, non seulement la langue, mais également le village d’origine et le clan. C’est le croisement de toutes ces informations qui permet de mettre en évidence des « contradictions » : une langue et des clans qui ne se correspondent pas, une langue et des systèmes de filiation qui ne se correspondent pas, etc.

Diffusion des masques

291Il apparaît clairement que deux aires de diffusion existent à l’intérieur desquelles des traits se sont diffusés à partir d’un centre focal. Il y a l’aire de l’Est où le style a dû se propager à partir du pays kota et celle du Centre où la diffusion à partir du pays tsogo, centre spirituel, pourrait être suggérée, les Nzébi paraissant être influencés par les deux aires. La question pertinente d’un point de vue historique est de savoir ce qui peut déterminer le sens de la diffusion. En général, le centre historique des traits culturels est plus stable en termes de migration que le centre récepteur. Ce qui reviendrait à dire que les traditions kota et tsogo sont plus anciennes que celles des ethnies où les traits se sont diffusés par la suite.

5. Une nouvelle synthèse de l’histoire du Gabon

292Il convient maintenant de confronter les hypothèses linguistiques avec celles des autres disciplines. Les données de la linguistique suggèrent un foyer d’origine dans la vallée de la Bénoué, à la frontière nigéro-camerounaise. L’agriculture, la pêche et la chasse sont restituées en proto-bantu. Les migrations commencèrent il y a 5 000 ans, par la pénétration de la forêt ou par son contournement éventuellement par le nord. Deux branches principales émergèrent lors des premiers moments de la dislocation, la branche occidentale et la branche orientale. Le travail du fer n’est pas reconstruit en proto-bantu ; les termes relatifs à cette activité suggèrent une acquisition lors de l’expansion ; les deux foyers reconnus de tradition métallurgique du fer en Afrique, la région du Soudan et l’Afrique centrale, sont à l’origine de la diffusion du fer en Bantu.

293Les langues du Gabon émanent de la branche occidentale ; elles se sont diffusées au Gabon à la suite d’une expansion causée, au moins partiellement, par la pratique de l’agriculture. Le groupe tsogo-myènè s’établit dans la région du Woleu-Ntem il y a environ 3 000 ans et va rejoindre la région de l’Ogooué-Ivindo quelques siècles plus tard. Le groupe kota-kélé qui avait commencé son expansion quelques siècles après le tsogo-myènè, le long de la frontière gabono-congolaise au nord-est, entame sa poussée vers le Gabon. Il y a environ 2 000 ans, le groupe séki s’étend dans la région de l’Estuaire et de l’Ogooué-Maritime, probablement après un passage par le Woleu-Ntem. Le duala-batanga-benga se disloque également, ce qui entraînera une poussée de ce groupe vers les côtes équato-guinéennes. Il y a 1 500 ans, le groupe dont sont issus les Chiwa commence sa descente vers le nord-est, en provenance du centre-est du Cameroun. Au même moment, le groupe kélé qui s’est depuis séparé du kota se répand au Gabon à partir de la région de Boué, les langues kélé se diffusent dans le Moyen-Ogooué, la Ngounié, l’Ogooué-Lolo, l’Estuaire aux environs du Como, la Remboué.

294Il y a à peu près 1 000 ans, le groupe éwondo-bulu-fang se disloque vers Yaoundé et amorce une poussée vers le sud. Les Myènè, trois siècles plus tard, commencent leur descente vers leur actuel espace. Confiné aujourd’hui à Cocobeach, le séki a été remplacé dans de nombreuses zones de l’Estuaire, de l’Ogooué-Maritime et du Bas-Ogooué par les langues du groupe myènè et, ultérieurement, par les différents parlers fang. Deux siècles plus tard, les groupes punu, nzébi, mbaama, téké qui avaient été repoussés respectivement dans le Niari, la Lékoumou, l’ouest des plateaux batéké commencent leur pénétration dans le territoire gabonais, toujours sous la pression des langues vili, kongo et téké. Il y a environ 300 ans le groupe fang qui poursuit sa descente vers le sud accentue sa dislocation en entrant dans l’actuel espace gabonais.

295La toponymie confirme l’arrivée récente des Myènè, Fang, Mbaama, Téké, Tsogo (au sens strict) dans leur actuel espace et suggère une occupation plus ancienne des Nzébi-Duma. L’étude des noms des poissons confirme l’arrivée « récente » des Myènè, Fang, Mbaama, Kanigi, Ndumu dans leur actuel espace. Elle indique également des contacts anciens entre le B 10, le B 30, le B 20, le B 50 ; elle suggère enfin que les migrations se sont déroulées, pour la grosse majorité des ethnies, par les voies internes. L’étude des noms des mammifères suggère une implantation ancienne dans la forêt et confirme l’utilisation des voies internes pendant l’immigration.

296Ainsi, pendant longtemps, le tsogo-myènè, le kota-kélé, le séki se partagent le territoire gabonais. A partir du xve siècle, l’avant-garde des groupes B 40, 50, 60, 70, s’infiltre au Gabon ; au xviie siècle l’expansion du fang au Gabon s’intensifie.

297L’archéologie met en évidence plusieurs cultures qui se sont développées à des époques différentes. L’âge de la pierre moyen (–100 000 –40 000 pour le sangoen, –40 000 –10 000 pour le lupembien), l’âge de la pierre récent (–7 000 –2 000), le néolithique ancien (–3 000 –500), le néolithique récent (–500 –150), l’âge du fer avec plusieurs traditions de 300 av. J.-C. à 1000 ap. J.-C.

298A partir de quelle culture peut-on entrevoir l’arrivée des populations bantu ? Comme la linguistique a mis en évidence le caractère néolithique de la culture protobantu et fixé à 3000 av. J.-C. le début de l’expansion, on peut estimer que dès la fin du néolithique ancien on est en présence de populations bantu. Il reste maintenant à essayer de corréler les différentes phases du néolithique et de l’âge du fer avec les mouvements migratoires mis en évidence par la glottochronologie, puisque les archéologues pensent qu’au Gabon le passage de l’âge de la pierre au néolithique, d’abord, le passage du néolithique à l’âge du fer, ensuite, sont dus à l’arrivée de nouvelles populations.

299Précisons déjà que l’archéologie confirme des ressemblances entre les cultures du néolithique mises en évidence au Gabon et celles du sud du Cameroun. Elle suggère même une diffusion du nord au sud à partir du Cameroun.

300La distribution historique des villages séki (kélé ou saké ?), la période suggérée par la linguistique s’accordent avec la deuxième phase du néolithique ancien et du néolithique récent mise en évidence dans la région de l’Estuaire. Les ancêtres des Séki seraient à l’origine de la tradition d’Okala. Au centre, la tradition d’Epona pourrait être l’œuvre du groupe B 10-B 30 qui s’était disloqué, rappelons-le, il y a 3 000 ans. Les ancêtres des Puvi, qui ont été les premiers à descendre vers le sud, pourraient être les villageois d’Epona. D’autres membres des groupes B 30 et peut-être B 20 seraient à l’origine de la tradition de Yindo.

301La distribution historique des villages kélé et les dates déduites de la lexicostatistique suggèrent fortement qu’ils sont à l’origine de la tradition d’Oveng, première tradition du fer dans l’Estuaire. On trouve cette tradition aux environs de la Remboué, à Kango dans les zones tributaires du Como. Les témoignages des historiens attestent des villages kélé dans cette zone.

302Les dates fournies pour la dislocation du groupe myènè, le lieu des sites suggèrent que c’est ce groupe qui est à l’origine du groupe II, alors que les Benga seraient à l’origine du groupe d’Angondjé.

303Le groupe d’Otoumbi dans le centre pourrait également être le fait des membres de l’ensemble kélé, notamment les Saké. D’autant qu’on signale des analogies avec la culture d’Oveng. Le groupe d’Okanda pourrait être l’œuvre du groupe tsogo, notamment des Kandé. De toute façon, il faut envisager une cohabitation très ancienne entre les groupes B 20 et B 30 aux environs de la Lopé. Si l’on s’en tient aux dates fournies par la lexicostatistique, d’autres ethnies de ces groupes sont probablement à l’origine des traditions de Guétandé et Lindili.

304Les traditions ultérieures du Sud résultent de l’arrivée des populations du Niari, de la Lékoumou et des plateaux téké, soit les membres des groupes punu, nzébi, mbaama/téké. Dans le Nord, les Fang, à partir du xviie siècle, introduiront des cultures récentes.

305Les données anthropologiques confirment deux grandes directions et, ultérieurement, deux grandes aires, pour les migrations des ethnies du Gabon. L’aire du nord de l’Ogooué est celle des patrilinéaires, des patriclans et de l’esclave unique, quand celui-ci existe. C’est l’aire du fang, du kota-kélé, du kwélé-chiwa et du mpongwè. L’aire du sud de l’Ogooué, c’est l’aire des matrilinéaires, des matriclans fermés et des trois types d’esclaves. Elle comprend les groupes punu, nzébi, téké, mbaama. La linguistique comparative établit clairement pour les langues de ces groupes une expansion à partir du Congo-Brazzaville. On ne peut s’empêcher, à la suite de Mayer (1992), Merlet (1989, 1990, 1991) et de bien d’autres auteurs, de faire le rapprochement avec l’empire loango. Si les langues du groupe punu, voire du groupe nzébi, étaient parlées dans des territoires voisins de celui du Loango, alors les ancêtres des actuels Punu-Lumbu-Shira-Vungu-Varama ont dû être influencés par cet empire. Or, on sait que l’empire loango est une émanation de l’empire kongo et que l’empire téké était contemporain, voire plus vieux que ce dernier. On a donc un groupe de langues qui émanent d’espaces où sont attestées des structures sociales fort complexes. Et d’ailleurs, l’on ne manquera pas de faire remarquer que, lors des cinq derniers siècles, on assiste à des dislocations linguistiques en série, or c’est dans cette fourchette temporelle que le royaume kongo commence à connaître une période d’agitation.

306Le Loango dont les historiens fixent les limites septentrionales au sud-ouest du Gabon, voire dans le Fernan-Vaz, a dû jouer un rôle unificateur du point de vue culturel. C’est ce qui expliquerait que certains groupes que l’on classerait dans l’aire du Nord, le B 10 moins le mpongwè et le B 30, aient acquis certains traits culturels qui sont essentiellement des marques du Sud. L’attestation d’efula en nkomi est un bon révélateur de la diffusion des traits du Sud dans l’aire du Nord.

307La tradition orale confirme très largement les données linguistiques, archéologiques et anthropologiques. Dans quelques cas, certaines de ses versions ont servi de support à des reconstructions historiques que la nouvelle synthèse ne confirme pas ; il convient maintenant de les réévaluer.

308La première hypothèse, qui est celle de la myénisation des Orungu, Nkomi, Adyumba, Galwa, Enènga, est récurrente depuis qu’elle a été formulée initialement par Raponda-Walker et reprise par la majeure partie des historiens du Gabon.

309Pour le prêtre et savant gabonais « [...] les Mpongwè émigrés sur les bords de l’océan, ne formèrent jamais une peuplade nombreuse [...] C’est vraisemblablement une fraction de tribu détachée du tronc principal resté [...] dans l’hinterland [...] » (Raponda-Walker1960 : 51). Suivant Raponda-Walker, Soret (in Raponda-Walker 1960), Pourtier (1987), Mbokolo (1981) et Merlet (1989, 1991 : 33), vont tous reprendre l’hypothèse de la myénisation et contribuer à en faire un scénario historique établi. Pourtant, elle ne repose que sur des versions marginales de la tradition orale, recueillies chez certains informateurs mpongwè et shira. En effet, on rapporte que lorsqu’ils vinrent de l’Ivindo, au nord-est du Gabon, certains Shira – les Galwa – sont restés dans la région du Moyen-Ogooué, aux environs des lacs et de Lambaréné tandis que d’autres – les Orungu – continuèrent au cap Lopez.

310D’autres récits mpongwè et tous les autres récits collectés auprès des informateurs des autres ethnies du groupe myènè sont formels : toutes les ethnies myènè ont la même origine et proviennent de l’est immédiat. C’est d’ailleurs ce scénario que l’historien Ambourouet-Avaro (1981) retenait comme schéma probable pour l’histoire de ce groupe. J’ai moi-même réexaminé la question à partir des arguments linguistiques (Mouguiama-Daouda 1998). L’hypothèse du remplacement doit être rejetée car l’examen du contexte socio-économique de la période suggérée pour celui-ci montre que les habitants du cap Lopez et du cours inférieur de l’Ogooué qui parlent aujourd’hui le myènè ne dépendaient pas du pôle économique des Mpongwè. Ce sont les Kélé, les Séki qui dépendaient directement de ce pôle. Comment donc expliquer que ces langues aient été préservées alors que les Enènga, par exemple, qui vivent à près de trois cents kilomètres, ont abandonné leur langue pour adopter celle des Mpongwè ? A la fin du xviiie et au début du xixe siècle, les Orungu tiennent un pôle commercial particulièrement actif au cap Lopez, tellement actif qu’il supplantera le pôle de l’estuaire du Gabon. Dès lors, le facteur économique n’a pas pu jouer en faveur de la généralisation de la langue des habitants de l’estuaire du Gabon. Aussi, n’a-t-on jamais démontré que les langues orungu, nkomi, adyumba, galwa, enènga étaient constituées de strates d’autres langues qui auraient pu trahir des phénomènes de remplacement. Par ailleurs, on considère que la myénisation commencée au xviiie siècle était complètement achevée au début du xixe siècle (Merlet 1989, 1991). Le remplacement aurait donc pris à peine quatre générations, cela paraît court quand on sait que les échanges étaient restreints aux activités commerciales. Enfin, on vient de découvrir un manuscrit qui décrit les activités du commerce atlantique de l’estuaire du Gabon et au cap Lopez (Jones 1995). Ce manuscrit datant du xviie siècle comprend notamment des listes de mots « dans la langue parlée par les habitants du Gabon et du cap Lopez ». On a donc la preuve directe que le myènè était parlé au cap Lopez au moins à partir du xviie siècle. Du coup, il devient difficile d’envisager une myénisation à partir du xviiie siècle favorisée par le commerce atlantique.

311Il reste que certains Shira, Orungu, Benga, Séki, etc. ont pu abandonner leur langue au profit du mpongwè, mais il n’y a pas eu de remplacement à grande échelle.

312L’autre hypothèse qu’il faut réévaluer concernant les Myènè est l’origine est-africaine qu’ils revendiquent. Quand ils sont d’accord sur leur pays d’origine, les Myènè le situent à Abundjé, une contrée qu’une version de la tradition orale, reprise par certains historiens, situe en Afrique orientale dans la région des Grands Lacs.

  • 24 Codjo Rawambia et Ndombet Wilson sont originaires du groupe myènè ; ils sont respectivement galwa (...)
  • 25 Chavihot est adyumba.

313Dans le cadre de leur thèse de doctorat, Codjo Rawambia (1993) et Ndombet Wilson (1989)24 reprennent cette version et la tiennent pour certaine. La démonstration linguistique tient à l’étymologie du mot « Tanganyika » qui signifierait « compter les vagues » en myènè. C’est aussi ce que pense Chavihot25 qui fait venir les Adyumba « […] des régions drainées par les grands lacs où le fleuve NIL prend sa source. Le mot TANGANIKA (Tanganika) qui en myènè signifie « compter les vagues » n’est pas étranger au myéné » (1999 : 64). Le même auteur continue sa démonstration plus loin dans le même ouvrage : « nous avons même pu constater, dans nos rapports avec nos confrères de la Mission de Zanzibar, qu’un grand nombre de mots pongouès se retrouvent dans les dialectes parlés par les diverses tribus de l’Afrique Orientale » (Chavihot 1999 : 66).

314Ratanga-Atoz (1999), lui aussi originaire du groupe myènè, reprend l’étymologie de Tanganyika à son compte et propose d’autres rapprochements. Mpongo, ancien nom de Libreville et Obende, nom d’un village galwa, correspondraient à Mpongo et Mubende, respectivement une rivière et un village ougandais. Nzuki, « souffrance » en myènè, serait attesté dans de nombreuses langues de l’Afrique de l’est. C’est donc une hypothèse largement véhiculée dans la communauté et défendue par des universitaires dont deux l’ont même soutenue dans le cadre de leurs thèses de doctorat. Le troisième historien professionnel à défendre l’hypothèse orientale des Myènè est loin d’être inexpérimenté : Ratanga-Atoz est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du Gabon. Enseignant à l’université de Libreville depuis près de trois décennies, il est souvent considéré comme le dépositaire de l’Histoire du pays. Le quatrième auteur, Chavihot, n’est pas un historien professionnel ; il rapporte des récits oraux que lui a transmis sa grand-mère. S’il se risque parfois à l’interprétation historique de ses documents, il en reconnaît les limites.

315Cette reconstruction pose évidemment le problème de l’utilisation des textes oraux comme source historique, mais mon analyse ne se focalisera que sur l’aspect linguistique. Et de ce point de vue, cette hypothèse est très fragile : on ne peut pas se contenter de l’impression d’un locuteur natif, fût-il historien, pour établir la parenté entre deux langues. D’autant que celle-ci est ensuite sollicitée pour reconstituer l’histoire d’un groupe ethnique.

316Envisageons le scénario suggéré par cette hypothèse pour justement révéler sa faiblesse. De l’hypothétique foyer est-africain, on peut supposer que les locuteurs proto-myènè auraient traversé la RDC, le Congo-Brazzaville, peut-être le nord de l’Angola. Il y aurait donc eu, initialement, un continuum entre les langues myènè et celles d’Afrique orientale, désormais interrompu par l’intrusion des Bantu de l’Ouest, dont le résultat aurait provoqué l’isolement du myènè.

317Ce scénario est invraisemblable car il viole le principe des moindres mouvements et le principe du centre de gravité. Aucun témoin linguistique ne permet de le soutenir puisque les langues les plus proches du groupe myènè se trouvent en zone A et B, dont le centre de gravité est le nord du Gabon et le sud du Cameroun. Les langues myènè ne peuvent pas être rattachées au courant oriental des langues bantu. Les classifications des langues bantu, on l’a vu, se fondent, d’une part, sur la comparaison du vocabulaire de base et sur les statistiques qui en découlent, d’autre part, sur la comparaison des traits structuraux (phonologie, morphologie). L’appartenance des langues myènè au rameau occidental est établie de manière formelle. L’étymologie de « Tanganyika » est restituée sur des bases pseudoscientifiques. S’est-on jamais demandé ce que veut dire « Tanganyika » dans les langues d’Afrique orientale ? Ce mot ne renverrait sûrement pas « à compter les vagues », elles ne sont pas très significatives dans les lacs. Enfin, la répartition même des langues en question, relativement au groupe myènè, pose des problèmes : entre la région des Grands Lacs et le pays myènè il y a des centaines de langues, réparties à l’ouest de la RDC, au Congo-Brazzaville, voire au nord de l’Angola dont l’appartenance à la branche occidentale du bantu est incontestable.

318Il est pourtant difficile de faire admettre à des Myènè que l’est de la tradition orale est l’est immédiat, quelque part aux environs de l’Ivindo. C’est dans cette région que les anciens Myènè ont probablement vécu avec les ethnies du groupe B 30. Les principes du centre de gravité et des moindres mouvements, des versions de la tradition orale, les données de la glottochronologie corroborées par les datations archéologiques suggèrent cette reconstruction. L’Ivindo n’est qu’une étape dans la longue histoire des Myènè, depuis l’éclatement dans la vallée de la Bénoué. Malgré ce faisceau de preuves, l’identité culturelle myènè ne se conçoit pas ailleurs que dans les Grands Lacs. Les historiens myènè soutiennent que rien dans les récits oraux de leur tradition n’évoque la vallée de la Bénoué comme point de départ des migrations.

319Le français moyen non plus n’a pas conscience de ses origines indo-européennes. Tout comme le bulgare moyen ne sait pas qu’il parle une langue plus proche de l’urdu que du hongrois. L’histoire ne se fait pas avec les impressions subjectives ou les représentations et l’imaginaire des informateurs. Tout le travail de l’historien consiste à évaluer les documents dont il se sert pour sa reconstruction.

320La troisième hypothèse que je vais mettre en question concerne l’origine yaka des Punu. A partir du xvie siècle, l’empire loango – émanation de l’empire kongo – va subir des attaques répétées d’une ethnie dont le nom est orthographié indifféremment Jaka, Jaga, Yaka, Yaga. Venant du confluent Kwango/Kasaï, ils vont dans un premier temps s’installer dans la vallée du Niari-Kouilou avant d’être repoussés dans les régions environnantes. Ce sont les Yaka qui vont provoquer les migrations de certaines ethnies du Loango au sud du Gabon, notamment des Lumbu et des Vili.

321Si certains historiens pensent que les Yaka sont une invention de l’historiographie coloniale pour justifier l’intervention de la puissance d’occupation et la diffusion de ses valeurs culturelles, la plupart considèrent qu’ils ont bel et bien existé.

322Des chercheurs gabonais, notamment Mbumb’Bwas (1974), en s’appuyant sur la tradition orale, font descendre les Punu des Yaka. Un des points récurrents de l’argumentaire est l’étymologie du mot « Punu » qui voudrait dire « tueur, guerrier ». Ce nom évoquerait les guerres que livraient les Yaka aux ethnies du royaume kongo puis du Loango. Merlet (1991) et plus récemment Ratanga-Atoz (1999) ont analysé cette question. Un autre point est l’insistance des récits à se référer au Congo, voire à l’ancien Zaïre, directement ou par allusion à un grand fleuve, comme point de départ des migrations (Koumba-Mamfoumbi 1987).

323Que les Punu, comme toutes les autres ethnies du groupe B 40 du reste, viennent d’une région située au sud du Congo-Brazzaville, voire aux environs du cours inférieur du Congo ou d’un de ses affluents, est vraisemblable. En l’occurrence, les données de la tradition orale sont confirmées par les données linguistiques, notamment par l’application des principes des moindres mouvements et du centre de gravité. On a vu également que les données de la lexicostatistique permettant d’établir l’éclatement du grand groupe linguistique comprenant le punu et une grande partie des langue du Congo-Brazzaville, du sud de la RDC et du nord de l’Angola, sont compatibles avec certaines datations archéologiques, et, plus généralement, avec les reconstructions historiques du Kongo et du Loango.

324Plus difficile à établir est la relation avec les anciens Yaka. Les actuels Yaka parlent soit une langue classée en H 30, soit une langue classée en C. Les affinités du punu avec les langues du groupe H sont connues, mais le punu n’est pas plus proche du yaka que du kongo ou du vili. Même s’il y avait quelques relations étroites entre le punu et le yaka parlé actuellement, il faudrait encore établir que c’est bien cette langue qui continue celle des envahisseurs de l’empire Kongo, ce qui est loin d’être acquis. Les cas d’homonymie sont courants dans l’aire bantu et au-delà dans le nigercongo : le yaka (H 30) parlé au Bas-Zaïre, aux frontières de la RDC, du Congo-Brazzaville et de l’Angola n’a rien à voir avec la langue du même nom classée en C 10 et parlée au nord du Congo ! Il ne s’agit pas d’exclure toute possibilité de relation entre le punu et le yaka. Les Yaka des récits oraux punu peuvent bien être ces envahisseurs du Congo. Si on considère que les derniers événements significatifs qui ont provoqué leur déplacement vers le nord du Mayombe remontent au xviiie siècle, on est dans des limites temporelles accessibles à la tradition orale. Alors, il faudrait expliquer pourquoi le yaka actuel et le punu sont des langues différentes, si tant est qu’elles aient jamais constitué une seule langue. Les différences entre les deux langues sont telles qu’il faut envisager au moins mille ans pour la période de séparation. Ici, il y a une contradiction avec les données historiques qui situent la dispersion des Yaka autour du xviiie siècle. Cette profondeur temporelle est par contre compatible avec l’éclatement d’une des branches ultérieures du Centre-Ouest. Un autre scénario est possible dans lequel on imagine que les Punu auraient abandonné leur langue d’origine, le yaka, pour parler leur langue actuelle. Ce scénario est suggéré par l’absence d’accord sur les circonstances de leur mise en place au Gabon. En effet, alors que certaines versions de la tradition orale punu insistent sur des migrations et des origines communes avec les Lumbu, ces derniers insistent sur leur parenté avec les Vili. Si les Punu ont raison, on est obligé de considérer que les Lumbu se rattachent à une origine qui n’est pas la leur, peut-être à cause du prestige émanant du royaume loango. Si ce sont les Lumbu qui ont raison, on peut penser que les Punu se rattachent à un groupe avec lequel il n’y a pas d’origine commune immédiate. Dans les deux cas, on soutient implicitement la thèse d’un remplacement linguistique. Estil possible que les Punu aient parlé une langue différente qui a été remplacée ? Que les Lumbu parlaient une langue différente qu’ils ont abandonnée ? D’un strict point de vue linguistique, le lumbu paraît avoir des affinités autant avec le vili qu’avec le punu. Cependant, le taux de ressemblance avec le vili tombe si on compare cette langue non plus avec le lumbu de Tchibanga, mais avec celui de Gamba. La proximité du lumbu avec le vili s’expliquerait donc par des phénomènes de contact. A l’appui de cette hypothèse, le fait que le taux de ressemblance entre le kongo (H 16) et le punu (B 43) soit de 36 %, s’expliquerait par une séparation de 3300 ans. La répartition des langues a dû être perturbée par l’arrivée des Vili au sud du Gabon, à la suite de la désorganisation de l’empire loango. Le vili se répandant, après le lumbu, au sud-ouest du Gabon, alors que le punu connaît une expansion en direction du nord et du nord-est vers l’intérieur des terres.

325Il faut donc retenir l’origine « congolaise » des Punu sur les bases de données linguistiques, de la tradition orale et de l’histoire. Sauf à admettre qu’il y ait pu avoir remplacement de langue, la relation des Punu avec les Yaka ne peut être établie sur la base d’arguments linguistiques, l’étymologie du mot « punu » valant en l’occurrence très peu de choses. Le remplacement est suggéré par l’absence du glossonyme (ou ethnonyme) « punu » sur toutes les cartes faites entre le xviie et le xixe siècle, dans les régions où les locuteurs de cette langue sont supposés habiter d’après la tradition orale. Il est donc sûr que les Punu n’étaient pas dans la région qu’ils occupent avant le xixe siècle, puisque la première attestation de leur existence sous leur actuelle appellation est due à Du Chaillu. S’ils vivaient précédemment dans la région du Niari-Kouilou, où sont attestés les Yaka auxquels ils se rattachent, ou dans celle du Kassaï d’où les récits oraux les font venir, ils devaient nécessairement avoir un autre nom.

  • 26 Le Mvet est une sorte de harpe du pays fang. Le joueur conte une épopée traditionnelle dont la lec (...)

326La dernière hypothèse que je me propose de réévaluer concerne l’origine égyptienne des Fang ; s’il est un mythe à la vie dure, c’est bien celui-là. Cette hypothèse a été suggérée pour la première fois par Trilles (1912, 1931), elle a depuis convaincu de nombreux adeptes, surtout parmi les Fang, qui tiennent pour acquis leur origine « pharaonique ». La démonstration prend toujours la même forme : à partir des récits du Mvet26, on pourrait reconstituer les trajets migratoires des Fang depuis le Nil. Les traits culturels sont ici sollicités autant que la langue et le phénotype. Depuis les travaux de Trilles, aucun linguiste, aucun généticien, aucun chercheur n’a essayé de reconsidérer la question dans une configuration compatible avec l’épistémologie générale des sciences historiques. A la suite des travaux du CNRS sur les origines du groupe beti-bulu-fang (Bekombo-Priso et Laburthe-Tolra 1981), on considère même que ces rapprochements sont sans fondement. Les critiques les plus dures les estiment fantaisistes. Même la tentative de Ropivia (1981) de reconstituer la géographie du Nil à partir des éléments du Mvet s’est révélée infructueuse. Au Gabon, Biyogo (2002) publie pourtant des travaux qui réaffirment la filiation du fang à l’égyptien ancien, mais, disons-le tout de suite, la méthodologie mise en œuvre est largement sujette à caution. Encore une fois, il s’agit de partir du Mvet et, à la suite d’une interprétation très subjective des récits, de fixer la date de « sortie d’Égypte des Fang par la mer Rouge » ! Biyogo revendique la maîtrise de « l’archéologie linguistique » et de l’égyptologie dont, curieusement, on ne trouve aucune application dans ses livres.

327Pour la plupart des défenseurs de l’origine égyptienne des Fang, il existe une contradiction entre le fait pour le fang d’appartenir au groupe bantu et celui d’être apparenté à l’égyptien ancien. Il est courant, en effet, d’entendre que les Fang ne sont pas des Bantu, ni du point de vue linguistique, ni du point de vue physique, ni du point de vue culturel. Il est donc important, avant d’aller plus loin, d’admettre une fois pour toutes que les arguments linguistiques sont formels. Guthrie a classé le fang en appliquant les critères classiques de « bantuité » ; le fang atteste un lexique fondamental qui remonte au proto-bantu, c’est une langue à classes nominales, les préfixes nominaux y régissent l’accord en déterminant les formes des préfixes pronominaux et verbaux. Les procédés de suffixation, les catégories verbales telles que l’aspect, le verbe, etc. sont clairement hérités de la langue mère. Toutes les autres classifications ont confirmé l’appartenance du fang au bantu de l’Ouest (ou du Nord-Ouest). Le fang et toutes les autres langues de zone A ont leur centre de gravité au Cameroun. On ne peut pas reconstruire l’histoire des langues de ce groupe sans se référer aux autres langues du groupe. Hombert et al. (1989), Médjo Mvé (1997) ont confirmé les travaux de Guthrie en montrant que les reconstructions du proto-bantu ont des correspondances en fang, qui s’expliquent suivant le principe des lois phonétiques. Médjo Mvé a montré, à partir de l’étude minutieuse des noms des animaux et des plantes, que la pénétration de la forêt équatoriale par les Fang est relativement ancienne. En effet, les noms renvoyant aux réalités de la forêt ont des structures qui trahissent une existence ancienne dans la langue.

328Les défenseurs de l’origine égyptienne des Fang, devant la démonstration de l’appartenance sans équivoque du groupe linguistique fang au bantu, suggèrent qu’il a pu se produire un remplacement linguistique : les Fang auraient abandonné leur langue originelle, l’égyptien ancien, pour le bantu. Le remplacement linguistique obéit à des tendances générales que la linguistique historique sait mettre en évidence. On sait, par exemple, que la strate de la langue remplacée peut être présente dans la langue remplaçante. Il suffit de regarder les caractéristiques générales des membres de la famille afro-asiatique pour se rendre compte que l’argument du substrat ne peut être invoqué.

329Mais pour Cheikh Anta Diop et ses nombreux disciples, le fang comme les autres langues du Gabon, comme toutes les langues négro-africaines, est apparenté à l’égyptien ancien. La thèse de Cheikh Anta Diop ne se limite pas aux données linguistiques, puisque la culture et les caractéristiques physiques des anciens Egyptiens seraient, d’après le chercheur sénégalais, identiques à ceux des Négro-Africains.

  • 27 Lepsius, K.R., Denkmäler aus Ägypten und Äthiopien, Éditions des Belles-lettres, Genève, 1972.

330Le caractère nègre de l’Égypte ancienne était une évidence pour leurs contemporains grecs, comme l’affirment Aristote, Strabon, Hérodote, etc. Plus près de nous, Volney au xviiie siècle, Champollion le déchiffreur des hiéroglyphes et créateur de l’égyptologie moderne, le confirment. On saurait aussi, toujours d’après le savant sénégalais, que les fossiles humains les plus anciens attestés en Égypte sont de type négroïde, que le taux de mélanine des plus anciennes momies est conforme à celui que l’on retrouve chez les populations négroïdes. En 1972, un savant allemand, Lepsius27, a conçu par ailleurs un canon des mensurations des Egyptiens, qui correspondent également à celles des populations négroïdes. Enfin, la comparaison entre la langue maternelle de l’auteur, le wolof, et l’égyptien ancien révélerait des affinités qui s’expliquent par une parenté génétique. Des linguistes européens de haut niveau, comme Carl Meinhof et Liliane Homburger, avaient entrevu cette parenté. Aujourd’hui, si la majorité des chercheurs occidentaux n’admettent pas l’origine négro-africaine de l’Égypte, ce serait pour des raisons idéologiques. C’est la falsification de l’histoire qui est à l’origine de ce que les égyptologues africains appellent « la plus grande escroquerie scientifique du siècle ». Cette falsification de l’égyptologie par des scientifiques est due à l’idéologie raciste qui s’est développée en Occident à la suite de Gobineau. Ainsi fut nié l’apport des Nègres à la civilisation occidentale, par le biais des Grecs anciens qui allaient apprendre la philosophie, les mathématiques, la physique, la géométrie et d’autres sciences chez les Egyptiens. Pour prouver l’enracinement de l’humanité en Afrique et l’importance du continent noir, Cheikh Anta Diop fait également référence aux travaux des paléontologues qui situent l’origine de l’humanité en Afrique. Cheikh Anta Diop est le premier à reconnaître que l’apport de sa thèse tient d’abord au fait de favoriser la prise de conscience d’un passé glorieux. Le retour à ce passé est nécessaire pour le rétablissement de la vérité, mais aussi pour la mise en place de repères culturels. L’Égypte ancienne devant jouer le même rôle pour les cultures négro-africaines que l’Antiquité grécoromaine pour l’Occident.

331Dès le début de la publication des travaux de Cheikh Anta Diop, les spécialistes de l’égyptologie, et plus généralement les historiens occidentaux, vont contester la validité des travaux du chercheur sénégalais et mettre en évidence ses préjugés idéologiques. C’est ainsi qu’ils vont ignorer ces thèses jugées peu crédibles sur le plan scientifique. En Afrique et au sein de la diaspora noire, au contraire, une tradition d’égyptologie africaine va progressivement se constituer autour des travaux du chercheur sénégalais. Aujourd’hui, l’opinion publique, certains chercheurs africains, une bonne partie de l’intelligentsia et de la diaspora nègre tiennent pour établie la parenté génétique des langues négro-africaines avec l’égyptien ancien et le fait que les Egyptiens anciens étaient des Noirs. Des continuateurs de la pensée de Diop, Obenga est le plus connu et le plus actif. L’auteur, historien et égyptologue, revendique la maîtrise de la linguistique historique et l’héritage des grands maîtres (Meillet, Benveniste, Saussure, etc.). Il est même présenté comme l’un des rares spécialistes de la discipline en Afrique.

332En revanche, la majeure partie des spécialistes occidentaux de la question continue de « zaper » sur ces thèses. L’attitude générale dans la communauté scientifique est donc le silence sur des travaux jugés très peu sérieux. Il existe quand même quelques critiques scientifiques des travaux de Diop et d’Obenga : Mauny (1960), Suret-Canale (1960), Houis (1980), plus récemment Tourneux (1994, 2000), Bouquiaux (1995, 1996), Fauvelle (1996). Il ne s’agit pas d’aborder tous les aspects du débat mais d’évaluer l’argumentaire linguistique. Présentons d’abord les critiques formulées à propos des travaux que les égyptologues tiennent pour des références. Il est clair que si on reste dans le cadre strict de l’orthodoxie comparative, ces critiques sont fondamentalement justifiées. La méthode utilisée contredit en effet de nombreux principes de la linguistique historique (voir première partie).

333Le premier problème est la pertinence d’une méthode qui compare des langues actuelles à une langue dont les premières attestations remontent de 3 000 à 2 000 ans avant notre ère. Car, pour établir la parenté, on doit comparer des langues du même palier chronologique. L’égyptien ancien a environ 5 000 ans, on doit donc le comparer au proto-bantu. De la même façon qu’on compare le grec au latin, au sanskrit, au vieil anglais, toutes langues de la même période.

334Une autre critique est la façon d’intégrer les données des langues tchadiques et couchitiques. Il ne fait pas l’ombre d’un doute, pour les linguistes, que l’égyptien ancien et les langues comme le haoussa ou le somali sont apparentées. Ce fait a été établi de manière formelle par Greenberg (1955, 1963). Tous les rapprochements entre l’égyptien ancien et ces langues n’apportent donc rien de décisif à la démonstration.

335Obenga revendique l’application de la méthode comparative et le respect des lois phonétiques, mais la majorité des séries qu’il donne pour illustrer sa méthode sont très problématiques. Il rapproche par exemple le terme rn « nom » de l’égyptien ancien, ran du copte, à lina, dina du mboshi (Obenga 1993 : 190). Tous les bantuistes savent que ce que l’on doit comparer dans cette série, si tant est qu’elle en forme une, c’est na– du mboshi aux autres formes, étant entendu que di– et li– sont des préfixes de classe 5. Prenons un autre exemple : ba, baï attestés dans différents dialectes coptes sont rapprochés de ibia « palmier » du mboshi (op.cit : 187). Ici également on sait que le radical bia provient du proto-bantu *–bídà, reconstruit par Guthrie et Meeussen et dont le cognat du lingala mbílà est très proche. De même, le rapprochement du mboshi ndzɔ « serpent générique », adjo du copte et d.t de l’égyptien (op.cit : 191) devient moins évident si l’on se rappelle que le terme proto-bantu est *–yókà. Comment dans ce cas évaluer le respect de l’application des lois phonétiques si les séries constituées sont elles-mêmes fausses ?

336Du fait que le lexique fondamental soit très peu représenté dans ces séries, et que les correspondances vocaliques se réduisent à peu de choses, étant donné le caractère « fuyant » du vocalisme égyptien, les données communes aux langues comparées sont peu nombreuses.

337Les monosyllabes ont une valeur étymologique moins importante que les dissyllabes. Or, c’est sur de nombreux mots de ce type qu’Obenga s’appuie souvent, contraint dans ce choix il est vrai par l’importance des mots de cette structure dans les langues comparées. Le résultat est que de tels mots augmentent les possibilités de ressemblance.

338Il est également à regretter la surestimation des critères typologiques dans la démonstration de la parenté. On recourt à la typologie lorsqu’on veut évaluer la vraisemblance des reconstructions. Ce n’est pas parce que des langues attestent des catégories grammaticales identiques qu’elles ont la même origine. Ce n’est pas parce que certaines langues négro-africaines tout comme l’égyptien ancien attestent un genre grammatical relatif au sexe qu’elles proviennent de la même source. L’histoire de l’évolution des langues est riche d’exemples où l’on passe d’un type de catégorie à un autre. Le latin était une langue à cas alors que la plupart de ses filles (français, italien, espagnol, etc.) n’en sont pas. On sait par quel processus le français a perdu le cas sujet et le cas régime, les seuls qui lui restaient. L’allemand, au contraire, est une langue à cas, alors que l’anglais sa cousine n’en est pas une.

339On a aussi reproché aux égyptologues africains de ne pas souvent distinguer l’évolution de la langue, de la race et de la culture.

340En réponse à ces critiques, les égyptologues s’attaquent à la formation des africanistes, insuffisante selon eux pour donner un avis sur la question. Argument facile donc faible, car lorsqu’on parvient à établir une taxinomie linguistique à la suite de l’application d’une méthode donnée, on n’est jamais spécialiste de toutes les langues qu’on examine. La lecture des hiéroglyphes, pour utile qu’elle soit, n’est pas indispensable à un comparatiste pour suivre ou donner un avis sur la relation entre l’égyptien ancien et les langues négro-africaines. Ainsi, quand le chinois a suscité un très grand intérêt pour l’étude des changements phonétiques, à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, la plupart des comparatistes pouvaient suivre et donner leur avis sur les travaux de Wang et ses collègues, dès lors que la langue chinoise était écrite avec un alphabet accessible à tout le monde.

341Aussi, n’est-il pas rare d’entendre les égyptologues invoquer un autre argument qui peut être résumé ainsi : on n’a pas attendu la reconstruction de l’indo-européen pour comparer entre elles les langues qui en proviennent et pour établir justement leur parenté. Ici il y a confusion : on ne demande nullement d’attendre que soient reconstruites toutes les proto-langues intermédiaires. On demande de comparer l’égyptien ancien avec les proto-langues existantes et avec les langues de la période durant laquelle il était parlé. La proto-langue qui existe c’est le proto-bantu, éventuellement le proto-bénoué-congo.

  • 28 « Afroasiatic (AA) is probably the least controversial of the four phyla of languages proposed by (...)

342Dans le même temps, l’argument utilisé par les égyptologues pour remettre en cause l’afro-asiatique insiste sur l’absence de proto-langue reconstruite pour cette famille. En fait, les égyptologues ne croient pas à la pertinence de celle-ci. Rappelons que la comparaison de masse que Greenberg a utilisée pour sa taxinomie linguistique a été décriée lorsqu’il a proposé sa classification des langues africaines. Bien des années après, on lui a donné unanimement raison. Et aujourd’hui, les comparatistes considèrent que la famille afro-asiatique est la moins controversée28. En fait, toutes les familles du monde connues actuellement, et dont la plupart sont admises par les linguistes, ont été découvertes en suivant la même méthodologie.

343Finalement, la plupart des critiques sur l’aspect linguistique se recoupent : la méthodologie utilisée est trop lâche, voire inappropriée, mais le rapprochement est légitime ; c’était déjà le point de vue de Houis (1980).

344Bouquiaux (1995, 1996), bien que plus critique à l’endroit du travail d’Obenga, admet la légitimité de la nouvelle orientation de l’histoire africaine.

345Les critiques sur les aspects strictement historiques de la question émanent de plusieurs auteurs. Cheikh Anta Diop (1981, 1993) avait même répondu à certaines d’entre elles, notamment à celles de Mauny (1960) et Suret-Canale (1960), le lecteur pourra s’y reporter.

346Il reste qu’on assiste à une mythification de Cheikh Anta Diop, au point qu’on lui attribue les découvertes d’autres chercheurs, notamment l’identification de l’Afrique comme berceau de l’humanité. Pourtant, chacun sait qu’on doit cela à Charles Darwin, qui applique tout simplement le principe du centre de gravité : l’Afrique est le berceau de l’humanité parce que les autres primates proches de l’homme y vivent. Les paléontologues Richard Leakey, Donald Johnson, pour ne citer que ceux-là, ont confirmé cette intuition juste. Même l’hypothèse « out of Africa », preuve génétique de l’hypothèse de Darwin, proposée initialement par Wilson (1992) et confirmée notamment par Cavalli-Sforza (1994, 1996), est sollicitée pour soutenir les travaux de Cheikh Anta Diop. Or, Cavalli-Sforza, sur qui les égyptologues s’appuient parfois, est un ardent défenseur de la classification des langues du monde de Greenberg et Ruhlen, qui correspond à la sienne, établie sur la base de critères biologiques pour les populations de la planète. Cavalli-Sforza croit à la famille afro-asiatique, en cela il ne peut pas corroborer les thèses de Diop.

347Aujourd’hui, la mythification du chercheur sénégalais est un véritable obstacle à la liberté de la recherche. Il est interdit de critiquer ses travaux : quand des Africains essayent de le faire, c’est qu’ils ne se sont pas affranchis de la tutelle de leurs maîtres occidentaux, quand ce sont ces derniers qui le font, ils continuent les thèses de Gobineau. Dans tous les cas, on n’aurait pas l’intelligence ou la formation nécessaire pour évaluer la portée des propositions diopiennes. Ce terrorisme intellectuel dessert l’égyptologie africaine, surtout quand l’imposture s’en mêle. Sacraliser les travaux de Cheikh Anta Diop, revient à les sortir définitivement du domaine de la science. Il me semble que l’acuité de sa réflexion et la densité de ses données valent beaucoup mieux, même si on a le droit d’en démontrer les faiblesses pour éventuellement les « falsifier ».

Notes

1 En cours de réalisation à Lyon au laboratoire DDL (UMR 5596, CNRS)

2 Depuis la table ronde sur l’enseignement des langues nationales et la recherche (du 9 au 11 décembre 1997) organisée par le ministère de l’Education nationale.

3 Dans certains lacs, notamment Evaro, Zilè, Azingo, on assiste à une occupation occasionnelle de l’espace. Il y a peu d’autochtones qui y vivent en permanence. Mais ils s’y rendent de temps en temps, surtout pendant les grandes vacances.

4 Le terme « Sangoen » définit une industrie lithique post-acheuléenne et pré-lupembienne. Le complexe sangoen a servi initialement à décrire des outils collectés à Sango en Ouganda.

5 Site « Sablières », sites Nzogobeyok 1 & 2.

6 Appelé Mont Brazza ou Okanda 1 par Oslisly et Peyrot (1992b) et Oslisly et Fontugne (1993).

7 Notamment sur le site de la Rivière Denis 1 (néolithique ancien) et d’Okala (néolithique récent).

8 Il s’agit de deux espèces d’antilope de forêt. (Cephalophus sylvicultor et Tragelaphus scriptus).

9 Richard Oslisly considère que l’âge du fer est plus ancien dans la Lopé ; la date de 750 BC ayant été rejetée car l’inconnue est trop importante. On n’utilise que les dates C14 qui ont une inconnue bien plus faible (communication personnelle).

10 En pénétrant les terres il s’étend jusqu’à Kango et englobe les rivières Ayémé, Remboué, Eyinayong.

11 Au nord de Libreville, on a les sites des Charbonnages et d’Okala 1 ; à l’est, les sites de Nkol Ogoum, Kango 2, Remboué 15.

12 Berge droite (Lowé 1, Malékou), Berge gauche (Remboué 11).

13 Lowé pour la berge droite, Ogolo pour la gauche.

14 Le groupe Okanda est composé de 11 sites (Epona 2, Otoumbi 4, 5, 8 ; Okanda 1, 2, 5 Lopé 4 et 10, Lindili 1, Mingoué 1).

15 Otoumbi 5, 8, 13, 15, Elarmekora 3, Epona 2, Anzem 1, Minguoé 5

16 Communication de Bernard Clist présentée à la Journée des archéologues du Gabon (Lyon, 23 avril 2004).

17 Site de la rivière Evinayong.

18 Entre parenthèses les noms des fondateurs des clans.

19 Ces chiffres indiquent des valeurs minimales.

20 Les formes du pluriel sont : batere, baviga, bifula.

21 Cette remarque n’est pas valable pour les verbes à l’infinitif. Dans ces cas les thèmes à f initial sont tout à fait réguliers.

22 Encore qu’on peut considérer qu’il y a des analogies entre le mwiri et le moungala.

23 Evidemment, dans chaque groupe ethnique, des principes régissent l’attribution du nom. La liberté de l’individu est donc relative.

24 Codjo Rawambia et Ndombet Wilson sont originaires du groupe myènè ; ils sont respectivement galwa et adyumba-galwa.

25 Chavihot est adyumba.

26 Le Mvet est une sorte de harpe du pays fang. Le joueur conte une épopée traditionnelle dont la lecture est polysémique. Le terme de « Mvet » est également utilisé pour désigner le récit.

27 Lepsius, K.R., Denkmäler aus Ägypten und Äthiopien, Éditions des Belles-lettres, Genève, 1972.

28 « Afroasiatic (AA) is probably the least controversial of the four phyla of languages proposed by Greenberg for the African continent » (Richard J. Hayward in Heine and Nurse 2000 : 74).

Table des illustrations

Légende Carte 5. Le Gabon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende Carte 6. Localisation des parlers du Gabon (Atlas linguistique du Gabon).Source : Dynamique du langage (DDL, UMR 5596, CNRS. Responsable du projet ALGAB : Lolke Van der Veen).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Figure 11. Outils du Sangoen (Clist 1995 : 102).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 12. Outils lupembiens (Clist 1995 : 113).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Figure 13. Armatures de flèches (Farine 1965 : 81 cité par Clist 1995 : 125).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Figure 14. Outils polis du néolithique ancien (Pommeret 1966 : 167-169 cité par Clist 1995 : 139).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 15. Céramique du néolithique récent (Clist 1995 : 146).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Figure 16. Tableau des statuettes fang (Perrois 1997 : 22).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 17. Style kota (Perrois 1997 : 30).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Figure 18. Style kota (Perrois 1988 : 209, Perrois : 1997 : 31).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Figure 19. Carte des masques du Gabon (Perrois 1997 : 50).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3957/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search