Version classiqueVersion mobile

Contribution de la linguistique à l’histoire des peuples du Gabon

 | 
Patrick Mouguiama-Daouda

Première Partie

Méthodologie

Texte intégral

1. De la présomption à la démonstration de la parenté

1Depuis les travaux du danois Rasmus Rask, au tout début du xixe siècle, on sait que les lois phonétiques sont le moteur du changement linguistique et leur mise en évidence la preuve de la parenté génétique. La relation entre les langues romanes, par exemple, peut être soutenue par des correspondances phonétiques. Soit le chiffre huit [чit] français, qui correspond à otto [otto] italien, ocho espagnol [otʃo]. Cette série prédit que [t] du français doit correspondre systématiquement à [tt] de l’italien, à [tʃ] de l’espagnol, dans le même contexte, pour n’importe quel mot de la langue.

2Comme la réalité est parfois plus complexe, certains auteurs ont mis en question les lois phonétiques comme mécanisme fondamental du changement linguistique : d’autres modèles de description du changement linguistique ont été proposés, mais la valeur heuristique de ce principe reste valable.

  • 1 Wang considère par ailleurs que des processus contraires peuvent arrêter la propagation d’un chang (...)

3Déjà, dès la fin du xixe siècle, les dialectologues avaient montré que les changements phonétiques affectaient les mots et non les sons. Le développement de la sociolinguistique va conforter cette vision, notamment grâce aux travaux de Weinreich, Labov et Herzog (1968) ; on admet maintenant qu’en se répandant progressivement dans le lexique, les changements phonétiques présentent une certaine irrégularité. Celle-ci s’estompe assez rapidement puisque tous les mots de la langue finissent par être affectés par le changement. Dans le cadre de la diffusion lexicale, Wang (1969) présente un modèle proche de celui des sociolinguistes, mais il considère que la propagation du changement est très lente. On peut donc avoir des processus irréguliers pendant plusieurs décennies1.

4C’est le travail d’August Schleicher, dans la première moitié du xixe siècle, qui inaugure la reconstruction en grammaire comparée. Cet auteur définit la méthode permettant de restituer la langue mère – la Stammsprache comme l’appela Franz Bopp – qui fournit également des données comparées importantes pour les langues indo-européennes.

5Le principe des lois phonétiques rend possible une reconstruction que l’on peut définir comme la restitution d’une langue, pour laquelle aucun témoignage écrit n’existe, par un jeu de formules. On part d’une situation où les langues filles sont connues – mais pas nécessairement écrites – et l’on remonte à une langue mère non écrite ; c’est la linguistique rétrospective. Par exemple, en comparant l’anglais, l’allemand, le néerlandais, le danois, le suédois etc., on restitue la langue non attestée historiquement dont toutes les langues germaniques sont issues. On fait par contre de la linguistique prospective lorsqu’on part d’un état connu vers un autre état connu, du latin vers les langues romanes par exemple. Dans les deux cas, apparemment différents, la démonstration s’appuie sur les lois phonétiques.

6Tous les niveaux de la langue peuvent être reconstruits : les phonèmes, les morphèmes, les structures syntaxiques et le lexique. Pour l’histoire, ce sont les reconstructions lexicales qui présentent souvent le plus grand intérêt : les proto-mots permettent en effet de restituer la proto-culture et le nucleus de la langue mère, suivant les principes de la paléontologie linguistique. Au terme de presque deux siècles de comparatisme indo-européen, on est ainsi parvenu à reconstruire environ 2 000 formes lexicales, dont certaines ont permis de proposer des scénarios concernant l’histoire des locuteurs de la langue restituée. Et si l’on considère que les lois phonétiques sont le moteur de la reconstruction, l’écriture n’est plus en soi nécessaire pour l’application de la méthode rétrospective, qu’elle peut légitimer, mais seulement a posteriori. Ainsi, certaines langues ont été reconstruites uniquement sur la base de la comparaison et des lois phonétiques, avant qu’on en trouve des attestations écrites. Ferdinand de Saussure avait notamment suggéré l’existence d’une langue anatolienne avec un système phonologique particulier, bien avant le déchiffrage du hittite qui n’est intervenu qu’en 1917.

7La typologie, définie comme l’inventaire des structures relevées dans les langues naturelles, permet de contrôler la reconstruction, en fournissant un cadre pour évaluer sa vraisemblance. Le raisonnement est le suivant : une reconstruction est d’autant plus plausible qu’elle est compatible avec ce que l’on observe dans les langues du monde. Par exemple, un système à 5 voyelles est plus répandu qu’un système à 4 voyelles ; on connaît les raisons acoustiques et articulatoires qui expliquent cette tendance. Toutes choses égales par ailleurs, on devrait donc choisir entre ces deux systèmes de reconstruire le premier.

8Finalement, la langue originelle est restituée, dans la mesure évidemment où la méthode l’autorise. La langue reconstruite ne donne qu’une idée de la langue originelle. En effet, celle-ci comporte des éléments dont la complexité et la subtilité sont telles que leur restitution intégrale est impossible, notamment en ce qui concerne la prosodie. Certains éléments de la langue originelle peuvent également se perdre et n’être présents dans aucune des langues filles.

9Comment alors représenter l’histoire des langues que l’étude des lois phonétiques a restituée ?

  • 2 L’analogie avec la dérive des espèces biologiques est évidente ; on connaît l’influence de Charles (...)

10Jusqu’à la fin du xixe siècle, on ne concevait pas la différenciation linguistique autrement que sous la forme d’une dérive progressive. Une fois séparée du tronc principal, chacune des langues aurait évolué selon son propre rythme et ses propres mécanismes. Du point de vue de l’histoire des populations, la divergence met l’accent sur les migrations successives qui font suite à la scission de la proto-communauté. C’est au gré de celles-ci, en effet, que les langues des ethnies issues du tronc commun se différencient progressivement. Ici, on n’envisage pas que les langues puissent s’influencer entre elles. La représentation sous la forme d’une arborescence, la Stammbaum, permet de visualiser la dérive linguistique2 :

Figure 1. Représentation de la dérive linguistique.

11D’après cette représentation, les nœuds supérieurs figurent les états les plus anciens du processus d’évolution. Une bifurcation ou un nouvel embranchement implique des lois phonétiques, des innovations caractéristiques de la famille de langues ou du groupe de langues représentés par ledit nœud. Il y a ainsi des lois phonétiques caractéristiques du passage de l’indo-européen au latin qui ne sont pas attestées de l’indo-européen au grec (voir plus loin le passage consacré à la taxinomie linguistique, p. 17-21).

12Calquer le schéma de l’évolution des espèces biologiques a fait perdre de vue le fait que les langues sont toujours en contact les unes avec les autres. Dès 1872, Johannes Schmidt proposa la théorie des ondes (Wellentheorie), un modèle de représentation de l’évolution des langues qui devint très vite concurrent de la Stammbaum. En fait, les indo-européanistes avaient eu la surprise de constater, à la suite de la découverte du tokharien dans le Turkestan chinois et du déchiffrement du hittite en Anatolie, une contradiction à l’opposition centum/satəm apparemment bien établie. Jusque-là, pour les mots signifiant « cent », les langues situées à l’ouest du domaine avaient un k initial alors que les langues de l’est du domaine attestaient un s. Or le tokharien et le hittite localisés à l’extrême est du domaine attestaient un k initial. Cette distribution qu’on a du mal à expliquer dans le cadre de la dérive se comprend bien dans celui de la théorie des ondes : l’évolution *k>k a pris naissance dans l’ouest du domaine avant d’atteindre certaines langues de l’est.

13Ainsi, à l’intérieur d’une même aire linguistique « homogène » à l’origine, des innovations vont naître à partir de différents points et se propager comme des ondes. Une langue va émerger et se différencier, à la suite de l’accumulation d’un certain nombre d’innovations, parties du même centre et orientées dans la même direction. Comme toutes les innovations ne partent pas du même point pour la même direction, un groupe linguistique peut partager seulement quelques innovations avec certaines langues, alors qu’il partage l’essentiel de ses traits d’évolution avec d’autres.

14Du point de vue de l’histoire des peuples, la perspective est donc radicalement différente puisque les différenciations linguistiques ne s’expliquent pas nécessairement par des migrations humaines.

2. La paléontologie linguistique et l’identification du nucleus

15En 1859, Adolphe Pictet utilisa l’expression « paléontologie linguistique » pour qualifier l’approche permettant de restituer l’environnement naturel et socioculturel des Indo-Européens, à partir du matériau lexical de leurs langues. Au début du xxe siècle, les théoriciens allemands de l’histoire culturelle mirent au point la théorie appelée « Wörter und Sachen », traduite en français par des « mots et des choses ». Les fondements de cette approche sont analogues à ceux de la paléontologie linguistique, puisqu’il s’agit, à partir de l’étude des mots, d’avoir accès à la culture des locuteurs de la proto-langue.

16La reconstruction de la faune et de la flore permet d’inférer le berceau originel, celle du lexique de la religion, des institutions sociales, de l’économie et des techniques de production, de restituer la culture. L’application de la méthode nécessite que soient pris en compte les possibilités de changements sémantiques qui se produisent lors des migrations dans un nouvel environnement. La collaboration des botanistes et des zoologistes est donc nécessaire. L’interprétation du lexique culturel nécessite qu'on sollicite également les anthropologues et les archéologues.

17Dans le domaine indo-européen, on dispose de beaucoup de données. Par exemple, l’élevage de la vache (*gweH3–) a dû être une activité vraiment importante puisque les racines signifiant « attelage », « charrue » suggèrent l’utilisation de l’animal comme bête de trait. En ce qui concerne la société, on reconstruit un terme pour « père », avec un sens étendu qui renvoie non seulement au géniteur, mais aussi au « doyen de la génération », au « chef de clan ». Les termes pour « frère de la mère », « fils de la sœur » existent également ; on serait donc dans un système patriarcal avec filiation matrilinéaire. Enfin des racines ont permis à Dumézil de dégager trois strates fondamentales de la société indo-européenne : les pouvoirs religieux, militaire et économique.

18Quand dans toutes les langues filles des mots formellement analogues présentent un sens identique, c’est probablement celui du terme de la langue mère ; on est donc en présence de cognats. Mais la situation est souvent bien plus complexe : d’une période à l’autre, entre une langue mère et ses filles, on peut observer des changements sémantiques, particulièrement dans le champ lexical de la faune et de la flore : le nom de l’arbre devient le nom du genre, le nom du genre celui de l’espèce, etc. Ces situations sont favorisées par la distribution des organismes : les noms des organismes fréquents n’ont pas la même stabilité que ceux qui le sont moins. On a aussi des cas où le terme désigne dans les langues filles une espèce voisine mais différente de celle désignée dans la langue mère. La dynamique des structures sociales conduit également à des différences de sens : par exemple, un seul mot peut désigner tous les individus de même rang que le géniteur de ego dans la langue mère et renvoyer exclusivement au géniteur de ego dans les langues filles.

19L’argument négatif doit être utilisé avec beaucoup de prudence, car on est au cœur même de la pertinence de l’axiome de base de la paléontologie linguistique. L’absence d’une racine est fondamentalement interprétée comme l’ignorance dans la proto-culture du concept auquel celle-ci renvoie. De l’absence de racine pour « lion » en proto-indo-européen, on a inféré que les proto-locuteurs ne connaissaient pas l’animal, donc qu’ils vivaient dans un environnement où celui-ci était absent. Or, une autre hypothèse est possible, où l’on considérerait que la réalité impliquée dans la démonstration était connue et que, pour une raison ou une autre (changement de milieu naturel par exemple), elle a été perdue et le terme servant à le désigner oublié.

20Inversement, l’argument positif de l’axiome doit être utilisé avec beaucoup de précaution. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’une réalité peut être reconstruite qu’elle existe nécessairement dans la proto-langue. Il faut s’assurer que la reconstruction n’est pas une innovation partagée ou un emprunt parfaitement intégré. Encore une fois, certaines désignations renvoyant à des organismes vivants, les oiseaux surtout mais pas exclusivement, sont parfaitement motivées. Par ce fait là même, elles ont une valeur étymologique faible, puisque plus un terme est motivé, plus on a de chances de le trouver incidemment dans plusieurs langues, même celles qui n’ont aucun lien génétique ; le cas le plus simple étant celui des termes d’origine onomatopéique. Tout le monde sait que les termes renvoyant au chant du coq sont analogues dans presque toutes les familles linguistiques. On a également des termes qui peuvent récapituler les caractères morphologiques ou comportementaux d’un organisme vivant. Ce que l’on tient pour une forme ancienne peut être en réalité un développement convergent. De même, les emprunts parfaitement intégrés peuvent être source de confusion, mais il existe des techniques pour les détecter. On peut alors établir une chronologie de leur intégration en s’appuyant sur la chronologie des changements phonétiques.

  • 3 C’est la région de la plus grande diversité et/ou celle où sont attestés ses représentants sauvage (...)

21La connaissance populaire des plantes et des animaux est partiellement déterminée par la structure du milieu naturel. Les données biologiques sont donc importantes pour comprendre ce qui explique la familiarité avec certaines espèces plutôt que d’autres et pour apporter des réponses décisives aux questions de diffusion et de changement sémantique. Lorsqu’on reconstruit des termes désignant des espèces biologiques, on doit s’assurer que celles-ci existent dans la région qui correspond au berceau originel de la famille de langues concernée. Si la distribution a été perturbée par quelque changement écologique, l’archéobiologie devrait pouvoir le prouver. Lorsqu’on suppose que des termes d’espèces biologiques ont été empruntés à une langue ou à un groupe de langues, on doit également s’assurer qu’au moment supposé de l’emprunt, celles-ci étaient attestées dans les régions de ces langues. Tout travail sur les lexiques de la faune et de la flore doit donc prendre en compte les données de la systématique animale et végétale et celles de l’archéobiologie. Les principes de détermination des foyers d’origine ou de domestication sont donc pertinents3. On sait que l’agriculture et l’élevage ont commencé à se diffuser à des périodes où l’écriture n’existait pas. En Europe, les premiers fermiers se sont installés en Grèce vers 6 500 avant nous. Si les fouilles archéologiques permettent de dater les périodes d’introduction de certaines espèces domestiquées dans le vieux continent, ce sont les principes de détermination des foyers qui suggèrent que l’orge et certaines espèces de blé ont d’abord été cultivés au Moyen-Orient. C’est dans la même région que les bovidés, les chèvres et les brebis ont d’abord été élevés.

22On voit bien qu’il est important que les référents biologiques des racines soient précis. Il ne suffit donc pas de se contenter du « référentiel dénoté » ; il faut parvenir au sens établi à partir des études des spécialistes des champs lexicaux concernés. Pour cela, la collaboration avec les biologistes, les archéologues, les anthropologues est obligatoire et peut être décisive. Il convient également de mettre en œuvre des analyses fines pour la détection des emprunts (voir par exemple Sapir 1916, Hombert 1988, Mouguiama-Daouda 1995) et intégrer les apports théoriques sur les changements sémantiques, notamment le rôle de la métaphore et de la métonymie, véritables moteurs de l’évolution du sens. Il faut accumuler le maximum de données sémantiques dans les langues filles et favoriser une approche onomasiologique. La reconstruction des termes techniques ne peut se faire qu’à partir des lexiques spécialisés.

23Lorsqu’on ne prend pas suffisamment de précautions, l’application de la paléontologie linguistique peut s’avérer problématique. En indo-européen, on a initialement reconstruit *loks « saumon », Salmo salar. Comme le bassin de la Baltique est l’écotype de cette espèce ichtyologique, on y a localisé le nucleus indo-européen. Or, il s’avère que le référent de *loks est plutôt la « truite saumonée », une espèce qui a une distribution moins confinée ; du coup *loks devient moins pertinent pour l’identification du nucleus.

24Un terme pour « anguille » a également été reconstruit, permettant dans un premier temps d’identifier la région pontique et caspienne comme le nucleus indoeuropéen. Comme les données phonologiques relatives à cette espèce sont contestables et que la distribution de l’anguille est moins spécifique qu’on l’a d’abord pensé, on est moins sûr de cet autre nucleus. La racine pour « abeille » suggère quant à elle un nucleus qui couvre l’essentiel de l’Europe et de l’Asie du Nord. Sont donc exclues les zones désertique et steppique à l’est de la Caspienne qui ne sont pas concernées par la distribution originelle de l’insecte et du miel qu’il produit. Il y a aussi la reconstruction *baghos qui avait écarté initialement les steppes russes et asiatiques comme nucleus. En effet, le « hêtre » auquel on a pensé qu’il renvoyait, y est absent. Cet argument paraît caduc car on assigne dorénavant à la reconstruction les sens de « chêne » ou de « orme ». Par ailleurs, on sait maintenant que certaines espèces de hêtre poussent au-delà du Caucase. L’absence de racines pour « palmier », « olive », « cyprès » exclut la Méditerranée comme point de départ des migrations indo-européennes.

  • 4 « Le rasoir d’Occam », du nom d’un philosophe du Moyen Âge, est un principe qui permet, entre plus (...)

25L’identification du nucleus par la paléontologie linguistique est donc une tâche délicate. Il existe heureusement d’autres techniques dont la mise en œuvre donne de bien meilleurs résultats. Il y a d’abord le principe des moindres mouvements, application simple du rasoir d’Occam4, entia non sunt multiplicanda praeter necessitatem : le nucleus doit être déterminé par le scénario qui propose le moins de mouvements migratoires, toutes choses égales par ailleurs. Souvent, ce principe permet de localiser le nucleus, près d’une famille de langues apparentée à celle qu’on étudie. C’est pourquoi on parle également du principe du groupe externe ; s’il est vrai, par exemple, que l’afro-asiatique et l’indo-européen constituent une même famille à un niveau supérieur, leur nucleus respectif devrait être proche l’un de l’autre.

26Il y a aussi le principe du centre de gravité qui procède de la distribution géographique des langues : la région de la plus grande diversité linguistique doit être considérée comme le centre de dispersion d’une famille de langues (ou d’un groupe de langues). La diversité linguistique n’est pas évaluée en fonction du plus grand nombre de langues, mais en fonction des différences et des ressemblances calculées en comparant les mots cognats ou les traits structuraux. L’endroit où le pourcentage de cognats ou de traits structuraux communs est le plus faible est souvent identifié comme le nucleus (Sapir 1916, 1968, Dyen 1956).

Figure 2. Centre de gravité de la famille indo-européenne d’après Mallory (1989 : 176).

27L’identification du nucleus constitue l’une des principales difficultés de la linguistique historique qui tient au fait suivant : les linguistes ont tendance à considérer une communauté linguistique comme un point précis dont on doit déterminer la position dans un espace précis. Or, on le sait bien, les communautés linguistiques sont des ensembles fluctuants. La théorie des ondes montre en effet comment s’opèrent les fluctuations à l’intérieur d’une même communauté linguistique. L’identification est d’autant plus complexe que la surface exacte occupée par une communauté ne peut être inférée qu’à partir du nombre précis de ses locuteurs. De ce point de vue, les linguistes sont assez démunis, ce type d’approximation relevant plus de la statistique appliquée à la démographie ou de l’archéologie.

28Il n’est donc pas surprenant que les spécialistes ne se soient pas encore mis d’accord sur le nucleus de l’indo-européen malgré deux siècles de recherches. Au désaccord des linguistes s’ajoute celui des archéologues. On ne compte pas moins de six endroits proposés pour cette identification.

Figure 3. Schéma des nucleus selon divers archéologues (Mallory 1989).

29Heureusement, pour d’autres familles linguistiques, l’identification pose moins de problèmes. Il en est ainsi de l’austronésienne dont le foyer originel est localisé à Taiwan ou dans la région continentale adjacente. Blust (1984-1985) est parvenu à ce résultat à la suite de la reconstruction d’un certain nombre de termes désignant des plantes et des animaux : riz, millet, bambou, pandanus, cochon sauvage, singe, etc. Cette identification est également soutenue par le principe du centre de gravité, puisque les branches primaires de la famille sont des langues parlées à Taiwan. En l’occurrence, la reconstruction à partir des données linguistiques s’accorde parfaitement avec les données archéologiques (Bellwood 1979, 1991a, 1991b).

3. Chronologie

30Trois procédures sont à considérer lorsqu’on parle de chronologie relative en linguistique historique. Il y a d’abord celle qu’on établit à partir de l’arbre phylogénétique. Il s’agit de situer dans le temps les nœuds génétiques, les uns par rapport aux autres. C’est le procédé le plus ancien et peut-être celui que les linguistes utilisent le plus encore aujourd’hui. L’arbre phylogénétique donne deux informations de base :

31(i) les langues qui sont situées au même niveau taxinomique ont le même âge ; (ii) du niveau le plus bas de l’arbre au niveau le plus haut, l’âge augmente, la profondeur temporelle croît. Les données de la paléontologie linguistique peuvent suggérer des ordres de grandeur concernant la période d’une langue mère et de ses filles. Si le proto-lexique de la langue mère comporte, par exemple, des termes qui renvoient à l’activité agricole, on peut dire que les proto-locuteurs de cette langue vivaient au néolithique, soit une fourchette comprise entre 10 000 et 3 000 ans. L’âge donné aux formes reconstruites découle automatiquement des limites de l’arbre phylogénétique. Comme on reconstruit à différents niveaux de l’arbre, les concepts qui apparaissent au plus haut niveau sont des mots de création ancienne. A différents niveaux intermédiaires apparaissent des mots qui sont plus récents que les mots des nœuds supérieurs, mais plus anciens que ceux de niveaux inférieurs.

32La deuxième procédure consiste à établir l’âge des items, et conséquemment des objets ou concepts qu’ils désignent, en fonction de la distribution géographique. Les items qui ont une distribution large dans une aire linguistique continue sont plus anciens que les items qui ont une distribution restreinte. Certains emprunts peuvent cependant se diffuser plus vite et couvrir une aire importante, alors qu’a contrario un archaïsme peut avoir une distribution restreinte.

33La troisième procédure consiste à déterminer l’âge des référents à partir de la forme générale des mots qui les désignent : plus un terme est transparent, plus il est récent, plus un terme est opaque, plus il est ancien (Sapir 1916, 1968).

34Il n’existait pas donc de méthode de datation « absolue » en linguistique historique jusqu’à l’avènement de la glottochronologie de Swadesh (1952). Cette méthode s’inspire du radiocarbone, la corrélation entre le pourcentage de perte et l’écoulement de temps lui étant empruntée, mutatis mutandis. La glottochronologie se fonde sur une hypothèse fondamentale : le lexique de base constitue le noyau du vocabulaire le plus résistant à l’emprunt. Ce fait est corroboré par des données empiriques : sur 50 % de termes empruntés par l’anglais au français lors de la conquête de Guillaume le Conquérant, 6 % seulement impliquent le vocabulaire de base. Celui-ci est constitué de mots désignant des notions universelles : parties du corps, phénomènes météorologiques, nombres de un à quatre, pronoms personnels, verbes de perception. On l’oppose au vocabulaire culturel qui englobe les termes des savoirs (faune, flore, etc.) et des savoir-faire (techniques, économiques, etc.). Ce vocabulaire est supposé plus sensible aux emprunts.

  • 5 Swadesh a d’abord proposé une liste de deux cents notions qu’il a ramenée ensuite à cent notions.

35Swadesh compara les deux cents notions du vocabulaire de base5 dans des langues pour lesquelles on dispose d’au moins deux états synchroniques séparés par au moins mille ans. Il constata que par millénaire, le taux de renouvellement se situe dans une fourchette comprise entre 24 % (rétention de 76 %) et 15 % (rétention de 85 %) et conclut que cela n’était pas dû au hasard ; à partir de formules mathématiques, il établit alors un taux de rétention de 80 %, propre à la liste. Considérant que le taux de rétention était constant, il fit une extrapolation en déduisant automatiquement le temps écoulé entre deux synchronies de n’importe quelle langue, mais aussi le temps écoulé depuis la divergence de plusieurs langues à partir d’un seul tronc.

36La glottochronologie a très rapidement essuyé des critiques de la part de nombreux spécialistes des sciences historiques. Il y a d’abord le problème de la délimitation exacte du lexique de base et le fait que tous les mots qui le constituent auraient le même degré de persistance. On a montré que dans certaines cultures, chez les Esquimaux notamment, les noms des parties du corps ne sont pas persistants, car ils font l’objet de renouvellement à cause de tabous.

37La différence dans le degré de persistance peut fausser les résultats. Notamment les emprunts parfaitement intégrés peuvent donner l’illusion d’une forte persistance, alors que de vrais cognats peuvent être tenus pour différents, surtout lorsqu’on s’intéresse à des profondeurs temporelles importantes. Avec le temps, en effet, les similitudes des formes cognats peuvent être complètement masquées. Certains auteurs sont allés plus loin dans leur critique en contestant la conception bipolaire du lexique (Borland 1986).

38La mise en œuvre de la méthode, notamment le remplissage des listes, pose également problème. Pour les langues à tradition écrite, le choix des mots à retenir pour la comparaison n’est pas toujours simple et fait appel à la subjectivité du « remplisseur ». Par ailleurs, les conditions dans lesquelles certains dialectes ont été standardisés peuvent également biaiser les pourcentages. Ce que l’on tient pour une absence dans la langue pouvant être en réalité une omission du lexicographe. C’est ainsi que différents auteurs ont trouvé des pourcentages contradictoires pour l’anglais en partant de la même liste. Aussi, dans les langues à tradition orale, certains concepts ne sont-ils pas pertinents ; Bastin et al. (1983) ont procédé au réaménagement de la liste pour mieux tenir compte des spécificités culturelles des langues bantu. Par exemple, « glace » et « neige » qui renvoient à des notions souvent inconnues en Afrique noire ne sont pas retenus dans la liste ; au contraire, « houe » et « chèvre » sont intégrés car ils renvoient à des réalités courantes.

39La liste universelle des notions s’avérant difficilement compatible avec les variations culturelles, on a contesté la prétention généraliste d’une méthode mise au point à partir de l’observation de langues appartenant seulement à trois familles : indo-européenne, sino-tibétaine, afro-asiatique. Encore que la famille indo-européenne soit sur-représentée puisque, sur douze cas de contrôle, elle apparaît neuf fois. La critique est d’autant plus pertinente que la méthode peut s’avérer surtout bénéfique pour des langues non écrites, dont on sait qu’elles représentent la plus grande partie des langues du monde. En effet, c’est le calcul de la période de divergence qui est le plus souvent utile, plutôt que le calcul du temps écoulé entre deux états de langues.

40Dans la réalité, certaines tentatives d’application de la méthode se sont révélées infructueuses, voire désastreuses. Une étude entre l’égyptien ancien et le copte a révélé une marge d’erreur de 1 000 ans, alors que la distance est en réalité de 3 000 ans. On a calculé une période de séparation de 1 500 ans entre un dialecte yorouba d’Afrique et le lucumi, dialecte yorouba pratiqué dans un cadre rituel par les communautés noires de Cuba, or on sait qu’elle ne date pas de plus de 500 ans. Chrétien (1962) enfonça le clou en déniant toute valeur mathématique à la glottochronologie.

41Il convient maintenant d’évaluer ces critiques.

42La « prétention universelle » de la liste n’est plus un problème en soi puisque des critères supplémentaires ont été suggérés pour faciliter le remplissage des listes. Parallèlement, les formules ont été complexifiées pour tenir compte des erreurs induites par des listes non homogènes. De même, des mathématiciens ont réaménagé le modèle de Swadesh en intégrant des paramètres qui réduisent les biais induits par les emprunts, le hasard, la différence de persistance des mots de la liste. C’est en tenant compte de ces modifications que Embleton (1991) a procédé à des études glottochronologiques dans différentes familles, notamment dans les langues romanes et germaniques. Elle parvient à des résultats que confirment les données historiques, avec des marges d’erreur relativement faibles. Par exemple, les calculs permettent d’aboutir à 1795 pour la date de divergence entre le créole guadeloupéen et le français. Sachant que l’influence de la France en Guadeloupe a commencé en 1635, on a une marge d’erreur d’à peine 160 ans.

43La méthode a donc été améliorée.

4. Comparaison de masse et taxinomie linguistique

44Greenberg (1952, 1955, 1963) a mis au point une méthode de comparaison des langues que l’on peut résumer en en trois principes fondamentaux.

45Le principe initial, déjà appliqué par les premiers comparatistes, consiste en la comparaison de mots présentant des analogies de forme et de sens. On exclut donc les ressemblances découlant des critères typologiques. Par exemple, ce n’est pas parce que deux langues possèdent des marques préfixales qu’elles sont apparentées.

46Alors que le respect des lois phonétiques est le critère essentiel pour établir l’origine commune des mots chez les comparatistes « orthodoxes », cette exigence n’est pas retenue, au moins dans un premier temps, par Greenberg qui estime que la nature des éléments composés et le nombre de langues comparées sont suffisants pour établir la parenté, la mise en évidence des lois phonétiques devant intervenir pour préciser les rapports génétiques à l’intérieur des familles.

47Le deuxième principe exige la mise en évidence des ressemblances entre plusieurs langues et la constitution de grandes familles par la comparaison simultanée de plusieurs langues (les « orthodoxes » ne comparent pas plus de deux langues à la fois). Statistiquement, le pourcentage de ressemblance accidentelle décroît avec le nombre de langues que l’on compare « In general, given n languages the chance that a resemblance will occur in all of them will be (1/5n-1). It is easy to see that this ratio rapidly becomes infinitesimal with the increase in n, in others words, resemblances running accidentally through a large number of languages will occur only with the utmost rarity » (Greenberg 1963 : 3).

48Le troisième principe exclut la prise en compte des critères non linguistiques (tradition écrite et/ou littéraire, importance numérique, etc.) pour la constitution des familles. Dans des classifications antérieures, le bantu et le sémitique ont été considérés comme des familles distinctes sur la base de ces critères.

49Lorsque Greenberg publia sa classification des langues négro-africaines, elle suscita de vives réactions car elle ne respectait pas les principes de base de la méthode comparative orthodoxe. Aujourd’hui, tous les linguistes s’accordent à reconnaître la validité de cette méthode. Entre temps, il est vrai que des spécialistes ont progressé dans leurs recherches et confirmé les quatre familles (l’afro-asiatique, le khoisan, le congo-kordofanien et le nilo-saharien) sur la base des critères de la comparaison bilatérale et des lois phonétiques.

50En 1987, Greenberg publia un autre ouvrage dans lequel il classe toutes les langues non indo-européennes d’Amérique en trois familles : amérinde, esquimoaléoute, na-déné. Ici également, on lui reproche l’utilisation d’une méthode « expéditive » : les langues d’Amérique devraient être regroupées, d’après ses adversaires, dans des dizaines, voire des centaines de familles ! Greenberg estime que l’avenir lui donnera raison comme ce fut le cas pour la classification des langues africaines. Il faut signaler déjà que les classifications de Greenberg et celles de son plus fidèle disciple Ruhlen (1987) s’accordent avec les données archéologiques et génétiques. On a pu mettre en évidence trois vagues d’occupation du « nouveau monde » à partir des témoins archéologiques, qui correspondraient chacune à l’arrivée des locuteurs de chacune des familles mises en évidence par Greenberg. Les données de l’anthropologie physique confirment également la classification de Greenberg (Turner, cité par Cavalli-Sforza 1996 : 3, Ruhlen 1997 : 183). Cavalli-Sforza (1996 : 3) a également montré que les populations autochtones du nouveau monde pouvaient se classer en trois groupes à partir de l’étude des gènes. Le même Cavalli-Sforza a révélé l’adéquation de la classification des langues du monde en vingt-cinq familles par Ruhlen (1987) avec la classification des populations de la planète en fonction de la répartition des gènes.

51L’établissement des familles linguistiques, c’est la mise en évidence des relations génétiques entre toutes les langues parlées sur la planète et qu’on estime entre 5 000 et 6 000. La taxinomie, ou systématique, c’est la classification à laquelle on aboutit. Elle est précédée par plusieurs phases : définition des critères de classification, application des critères, constitution des macro-groupes, groupes, sous-groupes linguistiques, attribution des noms. Ruhlen est l’auteur de l’ouvrage de référence en la matière et dans lequel sont classées toutes les langues connues (1987).

52Ruhlen travaille dans le cadre de la comparaison de masse et ne rejette pas le principe des lois phonétiques, mais il estime, comme Greenberg, que les grands groupes ne peuvent être découverts très rapidement que par la comparaison multilatérale. La structure interne, les relations entre certains groupes doivent être confirmées par les spécialistes suivant le principe des lois phonétiques. Et, de ce point de vue, la taxinomie linguistique est comme toutes les autres sciences de la classification. En biologie aussi, on distingue les lumpers, qui représentent la tendance synthétique, des splitters qui représentent la tendance analytique.

53La classification des langues du monde est intéressante de plusieurs points de vue :

  1. Elle met en évidence la puissance de la comparaison de masse, puisque des familles, suggérées par Greenberg à l’origine, ont été reconnues ultérieurement par les spécialistes de la comparaison bilatérale.
  2. Les classifications linguistiques restituent l’histoire de chacune des familles. Les limites temporelles que l’on peut atteindre sont de 5 000 à 6 000 ans6 pour la plupart des linguistes, de 10 000 à 20 0007 pour quelques-uns et de 100 000 ans8 pour Ruhlen. L’établissement d’une famille induit nécessairement le concept de poids taxinomique, entendu comme la pertinence comparative d’une langue ou d’un groupe de langues à l’intérieur d’une famille. Le poids taxinomique est déduit non pas du nombre de membres, mais de la position dans la taxinomie. Par exemple, dans la famille niger-congo, le nœud bénoué-congo comprend plusieurs rameaux : igboïde, nupoïde, etc. Le groupe bantu est, par le nombre de ses langues, le plus important du bénoué-congo. Pour autant, dans ce groupe, une langue igboïde vaut pour toutes les langues bantu, parce qu’elles se situent toutes au même niveau taxinomique. Ce qui veut dire que, si l’on compare le bénoué-congo aux autres nœuds du niger-congo, une seule langue suffit. On comparera une langue bénoué (igboïde, nupoïde ou bantu) à une langue mandé, à une langue atlantique, etc., chacune de ces langues ayant le même poids taxinomique. La notion de poids taxinomique a des implications en reconstruction, un étymon ne pouvant être constitué que si l’on respecte ce principe. Dans le domaine indo-européen, il suffit de trouver des cognats dans une langue d’Asie et dans une langue d’Europe pour constituer un étymon indoeuropéen, les deux branches primaires de la famille étant ainsi représentées. Au contraire, plusieurs cognats dans des langues d’Europe, qui n’ont pas de contrepartie en Asie, n’assurent à l’étymon qu’un statut de reconstruction post-indo-européenne.
  3. Les taxinomies linguistiques ne sont pas des schémas immuables. Elles sont susceptibles de réaménagements à la suite de nouveaux travaux, exactement comme les biologistes le font en publiant des catalogues de mise à jour des faunes et des flores.
  4. Les désignations peuvent traduire des incertitudes dans la connaissance. C’est pourquoi on utilise des suffixes comme -oïde, des préfixes comme semi-. En effet certaines langues ont des caractéristiques que l’on peut trouver dans plusieurs groupes distincts ou des caractéristiques partielles d’un groupe bien identifié. Cela n’est guère surprenant : les biologistes connaissent les mêmes hésitations, alors qu’ils travaillent sur des réalités aux démarcations plus précises. On peut donc s’attendre à davantage d’incertitudes chez les linguistes dans la mesure où les réalités linguistiques n’ont de limites que celles que les auteurs leur trouvent. En fait, la situation peut être due à l’inefficacité des critères par rapport à une réalité complexe, ce qui est le cas notamment avec les langues mixtes.
  5. Les désignations des taxinomies linguistiques sont à la fois arbitraires et motivées. Elles sont motivées dans la mesure où elles peuvent s’inspirer du nom du pays où les locuteurs sont localisés, du nom des éléments de l’environnement (cours d’eau, montagne, etc.). Elles sont arbitraires parce qu’elles résultent toujours, en définitive, d’un choix individuel : c’est l’acte d’un auteur qui trouvera une raison ou une autre pour baptiser un groupe, en choisissant soit le nom par lequel celui-ci se désigne, soit le nom qu’un peuple voisin utilise pour le désigner, etc.
  6. A l’intérieur d’une famille, l’étude d’un groupe doit être compatible avec l’étude générale de la famille, notamment au niveau chronologique ; l’étude de la famille avec celle de la macro-famille, etc. L’analyse des langues scandinaves doit respecter les principes d’évolution du groupe germanique ; celle du groupe germanique les principes de la branche européenne, qui elle doit respecter les principes de l’indo-européen.
  7. Les NTL (niveau taxinomique linguistique) sont relatifs au sens où la position d’un taxon9 dans la hiérarchie n’est pas déterminée. Ainsi les termes famille, sous-famille s’appliquent à des taxa dont la position sur l’arbre n’est pas fixe. C’est une différence fondamentale avec la taxinomie biologique.
  8. La comparaison des NTL dans le but de montrer qu’ils ont la même origine doit se faire en respectant les paliers chronologiques. On ne doit pas comparer par exemple le français avec le grec ancien, mais avec le grec moderne qui est du même palier chronologique. On doit comparer le grec ancien avec le latin parlé à la même époque. C’est le respect des paliers chronologiques qui permet par exemple d’atténuer l’effet de distorsion des emprunts dans la comparaison linguistique. En effet, si on compare le français au grec ancien, il y a des faits que l’action du temps a fini par faire disparaître en français, faits qui existaient en latin. En appliquant les principes de la glottochronologie, près de 1 000 ans de séparation, entre le latin classique et le français moderne, impliquent près de 80 % de données lexicales communes, relatives au vocabulaire de base ; 20 % de données du latin auront donc disparu en français. Or, un effet trompeur est tout à fait possible, si je compare l’anglais au latin : il y a des éléments non hérités du vieil anglais qui vont augmenter les pourcentages de ressemblances entre le latin et l’anglais, ces éléments sont des emprunts récents de l’anglais au français, par exemple les mots court, judge, mutton, beef, etc. Le suffixe très productif –er, que l’on trouve dans des mots comme barber « coiffeur », farmer « fermier », est même un emprunt direct au latin. Evidemment, le respect des paliers permet de faire la différence entre les mots qui sont hérités du nœud indo-européen, comme father/pater, mother/mater, de ceux qui ne sont pas des rétentions du stock commun, mais des emprunts de l’anglais au latin, d’une part, et au français, d’autre part. En l’espèce, le gonflement du pourcentage de ressemblance entre le latin et l’anglais pourrait faire de celle-ci une langue romane !

5. Contact de langues et onomastique

54L’étude des contacts de langues a connu d’importants développements alors que ces phénomènes étaient peu explorés par les comparatistes classiques, surtout sensibles à l’emprunt lexical. Aujourd’hui, on est mieux outillé pour rendre compte des emprunts structuraux et de leurs effets sur la généalogie des langues (Thomason and Kaufman 1988). Les contacts des langues donnent également des résultats fructueux dans la perspective d’une onomastique générale. L’étude des noms de lieux, de personnes, de la faune et de la flore met en évidence des séquences d’implantation des populations dans une aire donnée.

55Deux processus rendent bien compte de ce qui se produit lorsque des migrants s’installent dans une nouvelle zone. Si celle-ci est inhabitée, il s’agit de trouver des nouveaux noms. La création lexicale procédant rarement ex-nihilo, un premier procédé consiste à transférer les noms des lieux de la région d’origine des migrants pour désigner les nouveaux villages. Ici, la dénomination peut être motivée par des ressemblances entre l’endroit quitté et l’endroit colonisé (ou simplement par le souvenir). Souvent, les migrants trouvent des gens qui les ont précédés et dont l’implantation remonte à des périodes plus anciennes. Ceux-ci se considèrent comme les propriétaires naturels de la terre dont ils sont sortis, les autochtones. Les noms des lieux utilisés par ceux-ci résistent au remplacement de leur langue par celle des nouveaux migrants. Les exemples sont légion : de nombreux noms de villes américaines sont d’origine amérindienne. En Europe, la généralisation du latin s’est faite au détriment des langues celtiques, le gaulois et le breton notamment. En France, le gaulois a survécu dans de nombreux noms de lieux et de cours d’eau. Pour des périodes plus anciennes, il est utile de signaler que l’implantation des langues indoeuropéennes s’est faite au détriment de langues n’appartenant pas à ce groupe, notamment le hatti et le hourrite en Anatolie.

56Ces procédés de dénomination sont également valables pour les noms des plantes et des animaux. C’est ainsi que carpe et boa qui désignent une espèce de poisson européenne et un serpent d’Amérique tropicale ont été utilisés pour des espèces africaines ressemblantes mais différentes. L’expansion indo-européenne, l’expansion du latin, le peuplement de l’Amérique fournissent également des exemples : de nombreux noms de plantes et d’animaux ont une origine non indo-européenne. Finalement, on peut avoir des traces de contacts entre des populations de cultures différentes, souvent des autochtones (chasseurs, cueilleurs, collecteurs, pêcheurs, etc.) et des nouveaux migrants (agriculteurs, métallurgistes, etc.).

57Lorsqu’une population s’installe dans un nouvel environnement, l’utilisation des noms de la faune et éventuellement de la flore pour nommer les lieux se fait progressivement. La transparence sémantique est un bon indicateur de la durée d’implantation : plus les noms de lieux, d’animaux et de plantes sont opaques sémantiquement, plus ils sont anciens, l’action du temps contribuant à obscurcir la relation entre un nom et la chose ou le concept que ce nom désigne. Dans le domaine de la toponymie et celui des noms de plantes et d’animaux, la motivation est importante ; c’est le processus qui explique la relation entre le signifié et le signifiant. Un élément saillant de l’environnement peut entrer dans la création du mot : un arbre ou un cours d’eau peuvent donner leur nom à un quartier ou à une ville. Le comportement d’un animal ou ses caractéristiques morphologiques peuvent également être récapitulés dans son nom. Au fil du temps, le sens sera moins transparent, à la suite des changements phonétiques et autres processus qui érodent progressivement le mot. Un autre processus intéressant concerne les changements sémantiques qui peuvent être un indicateur de l’histoire des populations, notamment des trajets migratoires. Comme les noms des animaux s’étendent d’une espèce à une autre, on peut inférer que la connaissance des espèces pour lesquelles l’appellation a d’abord été utilisée est la plus ancienne. L’environnement de ces espèces est donc connu bien avant celui où vivent les espèces auxquelles le sens a été étendu. Par exemple, si le nom de la vipère a servi ultérieurement à désigner une espèce particulière de poisson, on peut inférer que la vipère et son écotype étaient connus avant le poisson et le sien.

6. Les disciplines connexes

58L’archéologie est la discipline avec laquelle les hypothèses linguistiques sont souvent confrontées, et cela intervient dès le début des études indo-européennes.

59Aux environs de 3000 ans avant Jésus-Christ, le matériau archéologique révèle un changement de « culture » en Europe. En Europe du Nord et de l’Est, on constate l’apparition d’un nouveau type de rite funéraire, les sépultures individuelles, repérables par des monticules de terre, les tumuli. On y trouve des haches de pierre perforées d’un trou pour le manche. C’est la première attestation en Europe d’un enterrement individuel, puisque les sociétés agricoles qui s’y sont développées à la suite de la généralisation de l’agriculture, commencée dès 6500 avant l’ère chrétienne en Grèce, pratiquent jusqu’à la fin du néolithique des enterrements collectifs dans des tombeaux construits avec des pierres monumentales, les mégalithes. La poterie de l’époque, également caractéristique, consiste en une impression à l’aide d’une corde de fibre : c’est la céramique cordée, qui succède en Allemagne à un style plus ancien, la poterie rubanée. Vers 2600 avant notre ère, l’Europe centro-occidentale connaît également des changements avec l’apparition des rites funéraires individuels attestés un peu plus tôt en Europe du Nord et du Nord-Est. Cependant, le matériel qui accompagne le défunt est quelque peu différent : l’assemblage est constitué d’un poignard en cuivre et d’un gobelet sans anse en terre cuite.

60Kossinna (1902), avait essayé de trouver une explication à ce changement de culture. Il considérait que la culture de la « céramique cordée » était liée à une expansion démique. L’apparition de nouveaux traits culturels dans le vieux continent était donc la conséquence de l’arrivée d’une nouvelle population, celle des Indo-Européens, dont il localisait le foyer d’origine au nord de l’Allemagne. A la suite de Kossinna, Childe (1915, 1925) signe les premières études qui combinent à la fois les données linguistiques et archéologiques. Il localise le foyer indo-européen en Russie, puis, dans ces derniers travaux, en Anatolie.

  • 10 Ces deux articles, choisis parmi des dizaines, résument assez bien les thèses de l’auteur.

61L’archéologue dont les travaux ont longtemps fait autorité est Gimbutas (1973, 1980)10. Elle reprend l’hypothèse de base de Childe, la renforce à la lumière de nouvelles données. La culture des kurgan, sépultures individuelles en pierre ou en terre situées sous un tumulus, est le témoin du passé le plus lointain des Indo-Européens. Le foyer d’origine de cette culture se situe en Russie méridionale, dans la région pontico-caspienne, aux alentours de la zone steppique. C’est là que tous les attributs de la proto-culture, restitués notamment par la paléontologie linguistique, sont attestés : outre les kurgan, le cheval, les véhicules à roues, les restes de chèvres et moutons. C’est visiblement une société de pasteurs-nomades qui a domestiqué le cheval – les habitations sont rares – mais aussi de guerriers, comme l’atteste la présence de la hache de combat. Des attributs de cette société sont présents en Europe du Nord et de l’Est avec la « céramique cordée », en Europe centro-occidentale avec la « hache perforée » et le « gobelet » campaniforme. Gimbutas insiste également sur le caractère particulièrement belliqueux des tenants de cette culture (fabrication de lances, haches, flèches, poignards, etc.). La recherche de nouvelles terres pour nourrir les troupeaux est une des causes essentielles de l’expansion indoeuropéenne. On doit également à ces nomades l’introduction du bronze qui remplacera la métallurgie du cuivre des Balkans. La culture de la « céramique cordée » et celle du « gobelet campaniforme » supposent une société hiérarchisée, probablement guerrière et pastorale, qui contraste avec la société précédente du néolithique.

62La publication de l’ouvrage de Renfrew (1987) jetta un trouble dans la communauté des indo-européanistes, et, plus généralement, des spécialistes en sciences préhistoriques. L’archéologue anglais remettait en cause la paléontologie linguistique et la manière dont les rapprochements ont été faits jusque-là avec l’archéologie. L’ambition est affichée : ébranler tout l’édifice des connaissances indo-européennes accumulées depuis les premiers travaux des linguistes et archéologues. L’argumentation des « classiques » est fausse, pense Renfrew, parce qu’on a surestimé, d’une part, la paléontologie linguistique, d’autre part, l’importance des migrations comme explication potentielle des changements de culture. La paléontologie linguistique n’est pas fiable, selon lui, car on n’est jamais sûr du sens des mots que l’on reconstruit. Par ailleurs, les migrations ayant joué peu de rôle dans la préhistoire, les changements peuvent s’expliquer en termes d’évolution interne, de convergence. Autrement dit, la culture des kurgan, plutôt que d’être vue comme la conséquence de l’arrivée des nouvelles migrations, doit être considérée comme la conséquence des mutations locales.

63Finalement, Renfrew considère que les migrations indo-européennes ont été provoquées par l’agriculture, notamment par l’accroissement démographique qu’elle favorise. Le modèle mathématique de la vague d’avancée, mis au point par Ammerman et Cavalli-Sforza (1979), lui permet de montrer comment sans véritables déplacements, l’aire d’occupation d’une population peut s’agrandir.

64A bien des égards, les remarques de Renfrew sont pertinentes et s’insèrent dans la configuration épistémique caractérisant l’archéologie moderne. En effet, aujourd’hui, certains fondements de l’archéologie traditionnelle sont remis en cause : on sait maintenant que si l’agriculture exige un mode de vie sédentaire, la sédentarisation n’implique pas forcément une activité agricole. De même, la céramique, les haches polies, le matériel de broyage et de meulage ne sont plus considérés exclusivement comme des indices de l’agriculture ; ils peuvent également être associés à une pratique plus rationnelle de la cueillette. Enfin, les indices de type écologique sont tout aussi ambigus. La destruction de la forêt par exemple peut être un indice aussi bien de l’agriculture que d’une forme de chasse. En fait, on admet aujourd’hui qu’il n’y a pas eu de rupture aussi nette entre le paléolithique et le néolithique. Certains vont plus loin en affirmant qu’il n’y a pas eu de révolution du néolithique.

65La remise en cause de cette conception de la préhistoire exigea que soient définies d’autres orientations. L’archéologie processuelle (Binford and Sally 1968) participe de ce renouvellement théorique. Cette école veut dépasser le schéma diffusionniste, en recherchant les causes internes et les buts favorisant les mutations culturelles et provoquant le passage d’un type de culture à un autre. Etant donné que celui-ci se fait suivant des lois universelles, des cultures d’origines différentes peuvent, au terme de mutations analogues, finir par se ressembler. La convergence peut également être la conséquence d’échanges intensifs entre différentes sociétés. Ces interactions favorisent le développement d’innovations identiques naissant indépendamment dans différentes sociétés.

66L’ouvrage de Renfrew a suscité de vives réactions. S’il est vrai qu’il mettait l’accent sur une des difficultés de la linguistique historique, à savoir la reconstruction lexicale, on lui a aussi reproché sa méconnaissance des mécanismes de base de l’expansion des langues et une maîtrise insuffisante des outils de la linguistique historique. Du point de vue archéologique, les critiques sont encore plus fortes : aucun argument archéologique ne soutiendrait sa démonstration qui resterait donc purement spéculative. On reproche à Renfrew de nier systématiquement les migrations préhistoriques et de refuser la corrélation qu’il peut y avoir entre une « culture » préhistorique et des locuteurs d’une langue, membres d’une ethnie individualisée. Evidemment, il ne s’agit plus de nier que plusieurs ethnies préhistoriques ont pu partager une même culture, mais d’admettre que, dans certaines circonstances, la relation culture/ethnie est indéniable. De même, si par le passé on a trop eu recours à l’hypothèse diffusionniste et aux migrations démiques pour expliquer un changement dans un horizon culturel, il ne faut pas pour autant aujourd’hui rejeter systématiquement cette hypothèse lorsqu’elle s’impose. Les données historiques, voire contemporaines, nous montrent qu’un tel schéma est particulièrement courant. Le terrain africain est un excellent laboratoire pour observer les relations entre langue et culture et les conséquences du point de vue historique. On a sous les yeux le spectacle de groupes ethniques qui se déplacent, souvent avec des techniques nouvelles. On voit bien, au nord du Gabon, comment des populations haoussa en provenance du Cameroun essayent d’introduire l’élevage du gros bétail dans une région où cette pratique est inconnue. On voit bien comment les Pygmées, chasseurs-collecteurs, maintiennent certains aspects de leur culture, alors qu’ils adoptent d’autres traits culturels des villageois. Il n’y a rien qui interdise de penser que des phénomènes analogues se soient produits en période pré- ou proto-historique.

  • 11 Cette publication reprend les lignes de force d’un certain nombre de travaux publiés dès le début (...)

67Aussi, son ignorance, voire son mépris, de l’efficacité des outils linguistiques l’a-telle conduit à émettre des idées dont la faiblesse est évidente. Comment intégrer l’existence de toponymes incontestablement non indo-européens en Grèce et en Anatolie sans remettre en cause l’hypothèse d’un nucleus indo-européen dans ces régions ? Comment suggérer que les langues indo-européennes se soient différenciées dès 6500 avant notre ère alors que les données linguistiques prévoient des dates plus récentes ? Comment admettre que les Indo-Européens, dont le lexique montre incontestablement une connaissance du cheval, viennent d’Anatolie alors que cet animal est inconnu dans sa partie occidentale jusqu’au IVe millénaire, en Grèce jusqu’au IIIe millénaire ? Comment expliquer les ressemblances entre la famille ouralique et la famille indo-européenne si on situe le nucleus indo-européen en Anatolie ? Le modèle même de la vague d’avancée paraît inadéquat dans certains cas : comment expliquer que les Proto-Indo-Européens aient mis deux millénaires pour parcourir 3 000 km et atteindre l’Irlande, et cinq millénaires pour atteindre l’Arménie située seulement à quelques centaines de kilomètres ? On peut arrêter là la litanie des faiblesses trouvées à l’hypothèse de Renfrew. Mallory (1989) en a donné une présentation détaillée, sur laquelle je m’appuie. Cependant, il faut reconnaître le succès que cette hypothèse rencontre, confortée par d’autres disciplines. Le renfort le plus inattendu vient de Cavalli-Sforza (1994, 1996), qui a montré une diffusion des gènes de l’Anatolie vers l’Europe, à partir de 7000 ans avant notre ère. Cette diffusion serait le résultat de l’expansion des populations du néolithique. Le linguiste Dolgopolsky (1988), sur la base notamment des ressemblances entre les langues sémitiques et indo-européennes, situe également le nucleus en Anatolie occidentale. Par contre Gamkrelidze et Ivanov (1990)11, deux autres chercheurs russes, le situent en Anatolie orientale, aux environs de l’actuelle Arménie.

68D’autres nucleus ont été suggérés par les archéologues : l’Europe centrale par Bosch-Gimpera (1961). Mallory (1989), tout en restant dans les sillons de Gimbutas, c’est-à-dire aux environs de la zone pontico-caspienne, suggère néanmoins de la circonscrire davantage. Il semble, cependant, que les deux théories les plus courantes soient celle défendue par Gimbutas et la majeure partie des archéologues et celle de Renfrew qui a le vent en poupe, mais est encore loin de faire l’unanimité.

69Avec l’archéologie, l’anthropologie est la discipline qui a des rapports étroits avec la linguistique historique. On a déjà vu, dans, le cadre des « Mots et des Choses », son apport pour les reconstructions linguistiques. Mais l’anthropologie peut être en soi une science historique, le courant diffusionniste ayant largement contribué à favoriser cette dimension. Même si aujourd’hui de nombreux anthropologues trouvent cette théorie dépassée, on doit à ses auteurs allemands du début du siècle, la définition d’outils permettant de sonder le passé des peuples sans écriture. Le concept des aires culturelles est l’un des plus utiles et se définit comme un domaine géographique, plus ou moins continu, dans lequel s’étend un fait culturel. Celui-ci s’est propagé à partir d’un point du domaine, c’est là qu’il apparaît sous sa forme caractéristique. Plus on va vers la périphérie, plus le fait se présente sous des formes moins typiques. Une culture se définit donc comme l’ensemble d’un certain nombre de traits culturels, dont la configuration des distributions peut dessiner l’histoire. Un trait culturel peut s’emprunter lors des contacts de peuple, se propager sans déplacement de population, être soumis au gré des migrations à une sorte de dérive. Il peut également être issu de deux courants d’origines différentes qui constituent alors les strates d’une culture unifiée. Ces différents processus peuvent être corrélés avec les processus linguistiques.

70En analysant la structure générale des faits culturels, on peut également faire leur histoire. En l’occurrence, les principes de sériation et d’association culturelles sont les deux outils qui permettent d’établir des chronologies relatives et de mettre en évidence d’éventuels phénomènes de contact. Le principe de sériation établit que les formes les plus simples d’un fait culturel sont plus anciennes que les formes les plus complexes. De ce postulat, il découle qu’un fait culturel a toutes les chances d’avoir été emprunté si, dans une société donnée, il n’est pas attesté sous sa forme simple, mais plutôt sous sa forme complexe. Par exemple, il n’est pas possible de maîtriser la métallurgie du fer autrement que par l’emprunt, si l’on n’a pas connu celle du cuivre ou du bronze. Le deuxième principe permet de mesurer l’âge d’un fait culturel à partir de son rapport avec les autres faits culturels : moins fréquemment un fait entre dans un jeu d’associations, plus il est récent dans une société ; plus ces associations sont nécessaires, plus il est ancien.

71En définitive, l’histoire des mots que le linguiste établit, sur le plan strictement philologique en étudiant leur forme à partir des lois phonétiques, sur le plan sémantique en mettant en évidence l’opacité ou la transparence, sur le plan dialectologique en étudiant leur distribution, peut être corrélée à l’âge des concepts culturels auxquels ils renvoient, grâce aux principes énoncés que l’anthropologue utilise. Par exemple, les mots qui désignent la farine de blé sont souvent irréguliers et diversifiés dans les langues bantu de l’Ouest ; cet aliment entre très peu en association avec d’autres éléments de la culture : la littérature orale n’en fait quasiment pas état, dans l’art culinaire il entre dans très peu de compositions, etc.

72Doit-on envisager l’histoire des mots dans le cadre des aires culturelles ? Est-ce que les aires culturelles coïncident avec les aires linguistiques ? Les réponses que l’on peut apporter à ces questions dépendent de la dimension que l’on assigne à l’aire. D’un point de vue synchronique, l’aire est un espace, en général continu géographiquement, à l’intérieur duquel on peut faire ressortir certaines analogies de manière plus ou moins systématique. La définition vaut donc pour la langue comme pour les autres éléments de la culture. Si l’on tient compte de cette définition, on peut, par exemple, dire qu’on a une aire linguistique romane constituée par le français, l’italien, le portugais, l’espagnol, le roumain et de nombreuses autres langues comme le catalan, les différentes formes d’occitan, etc. Linguistiquement, pour reprendre le raisonnement fondamental du structuralisme, cette aire est ce que les aires celtique et germanique ne sont pas. Correspondent-elles pour autant à des aires culturelles ? Y a-t-il une aire culturelle romane ? La réponse est délicate et pourrait varier en fonction des traits culturels que l’on considère, puisque la théorie anthropologique n’a pas apporté de réponse définitive à la question de savoir quels sont les traits culturels que l’on retient ou non lorsqu’on constitue une aire. L’échec de la théorie des aires culturelles tient en partie à cette difficulté. D’un point de vue historique, si on applique les principes qui permettent d’attribuer un âge à des traits culturels, on peut arriver à des résultats intéressants, surtout qu’ils peuvent être mis en parallèle avec des données linguistiques. Si l’on considère la chrétienté dans l’aire culturelle indo-européenne, il est évident qu’au vu de sa distribution et de son association avec les autres éléments de la culture, ce trait culturel apparaîtra à un niveau relativement inférieur de la généalogie de la culture indo-européenne. D’un point de vue linguistique, on peut montrer l’influence de la langue araméenne sur le latin ayant servi de support à la diffusion de cette religion. Il y a donc là des éléments que l’on peut comparer.

73La confrontation avec les données biologiques peut également fournir des résultats intéressants. L’étude des caractères morphologiques des êtres humains a précédé celle de leurs cultures ; l’anthropologie a d’abord été physique. On peut étudier les mensurations des populations actuelles, mais on peut également examiner les caractères physiques des fossiles exhumés et, en les datant, restituer une chronologie pour des séquences d’occupation. On peut donc voir si une population, identifiée à partir des critères anthropométriques, correspond à un groupe linguistique ou corréler les strates des vestiges humains à celles d’une langue unifiée, au substrat d’une langue morte, aux emprunts lexicaux, etc.

74De nos jours, on se méfie de plus en plus de l’anthropométrie car elle s’appuie sur le phénotype dont on sait qu’il dépend beaucoup des conditions extérieures et de la culture (habitudes alimentaires par exemple). Par ailleurs, les interprétations fantaisistes et racistes qu’elle avait suscitées ont discrédité une méthode qui, bien appliquée, peut donner des résultats intéressants. On a vu que des études sur la morphologie des dents des indigènes d’Amérique avaient donné des résultats fiables, puisqu’elles confirmaient des hypothèses suggérées par l’archéologie et surtout par la génétique. Turner a montré que les populations autochtones d’Amérique peuvent être classées en trois types, sur la base de l’étude des dents des fossiles mais également de celles des populations actuelles (Turner cité par Cavalli-Sforza 1996 : 3 ; Ruhlen 1997 : 183).

75Il reste que la détermination des traits physiques des fossiles est loin d’être évidente. Le caractère extrêmement fragmentaire de certains vestiges, la disparition de certains témoins archéologiques sous l’effet des conditions naturelles, l’évolution du phénotype en fonction du milieu naturel sont autant de difficultés qui ont conduit à délaisser progressivement cette méthode au profit des études basées sur la biologie moléculaire et la génétique.

76On dit souvent de l’œuvre de Darwin qu’elle contient tout Lamarck, mais qu’il lui manque Mendel. L’idéal dans l’étude des populations humaines est donc une approche combinant à la fois le phénotype et le génotype. On voit donc se développer ces dernières décennies un programme en génétique dont l’objectif est de retracer l’histoire du peuplement de la planète en étudiant la répartition des gènes au sein des populations actuelles. Au niveau des objectifs, l’analogie avec la linguistique historique est évidente. D’ailleurs, certains généticiens ont comparé leurs résultats à ceux des linguistes ; la concordance est étonnante et s’expliquerait ainsi : « Les gènes, les populations et les langues semblent avoir simultanément divergé au cours des migrations qui, probablement à partir de l’Afrique, auraient gagné l’Asie, puis l’Europe, le Nouveau Monde et le Pacifique » (Cavalli-Sforza 1994 : 120).

77D’autres chercheurs ont fait le même constat : « […] les variations des fréquences géniques dépendent aussi des appartenances linguistiques des populations […] » (Langaney 1994 : 128).

78Cavalli-Sforza a étudié la fréquence du gène de l’antigène rhésus négatif. L’importance de celui-ci varie en fonction des populations. Ce gène est fréquent en Europe, rare en Afrique, presque absent en Asie. En simplifiant les choses, on peut dire que l’apparentement génétique de deux groupes ethniques est calculé « en soustrayant les pourcentages d’individus rhésus négatif de ces deux groupes : par exemple, les Anglais (16 pour cent d’individus rhésus négatif) diffèrent des Basques (25 pour cent) de 9 pour cent, et des Asiatiques de l’Est de 15 pour cent : la différence supérieure, dans le second cas, correspond probablement à une séparation antérieure » (Cavalli-Sforza 1994 : 120).

  • 12 Je citerai particulièrement le projet « Origine de l’Homme, du Langage et des Langues » (OHLL) du (...)

79L’ADN mitochondrial, organites cellulaires produisant l’énergie cellulaire, présente deux caractéristiques qui le rendent pratique pour le calcul des distances génétiques : il est transmis uniquement par la mère – à la différence des gènes nucléaires qui sont transmis en parts égales par les deux parents – et ses mutations sont beaucoup plus fréquentes que celle des gènes nucléaires. Ici, la distance génétique équivaut non pas à la fréquence de gènes mais au nombre de mutations. C’est à partir de l’étude de l’ADN mitochondrial que Wilson (1992) a proposé l’hypothèse de « l’Eve africaine » et le scénario « out of Africa » qui soutient le début de la colonisation des autres continents par l’Homo sapiens, à la suite de la sortie de son berceau africain, il y a 100 000 ans. Des études12 fondées sur l’ADN mitochondrial (transmis uniquement par la mère) et sur le chromosome Y (important pour la reconstruction de l’histoire de la lignée paternelle) sont en cours ; les résultats devraient être mis en rapport avec l’histoire des langues dans différentes familles linguistiques.

80Cependant, les deux arbres ne correspondent pas toujours, notamment lorsque se produisent des phénomènes de remplacement. Le remplacement linguistique peut être achevé lors même que le remplacement des gènes est en cours. Inversement, le remplacement des gènes peut se faire pendant que la langue d’origine est préservée. Ainsi, les Lapons du nord de la Scandinavie ont préservé leur langue d’origine finnoougrienne, mais leurs gènes mongols ont majoritairement été remplacés par des gènes scandinaves. D’ici quelque temps, les gènes européens se seront totalement substitués aux gènes mongols. Dans le cas des Hongrois, le processus de substitution génétique est presque achevé puisque les gènes de la minorité magyar qui envahit la vallée du Danube au ixe siècle ne sont pratiquement pas représentés au sein de la population. Cependant, la langue finno-ougrienne de ces conquérants s’est imposée au détriment des langues autochtones.

81Il peut y avoir correspondance entre les deux arbres si, comme dans le cas de la substitution des gènes, le changement linguistique obéit à la loi du nombre, mais ce n’est qu’une hypothèse qui ne s’accorde pas toujours avec la complexité des faits. Le changement linguistique ne se fait pas toujours au détriment des moins nombreux. En cas de substitution de langues et/ou de gènes, il n’y a pas toujours concordance entre arbre génétique et arbre linguistique.

82Des critiques plus vives ont été émises qui contestent les objectifs même de la génétique des populations. L’information génétique serait insuffisante pour reconstituer l’histoire du peuplement de la terre. Celle-ci a dû être déterminée d’une manière ou d’une autre par des facteurs climatiques, sociaux, culturels. L’essor démographique tend à stabiliser l’évolution génétique en favorisant les brassages des populations. Au contraire, les populations à effectifs réduits évoluent plus rapidement : comme les reproducteurs sont peu nombreux, certains caractères génétiques se fixent rapidement alors que d’autres se perdent. Ainsi, la distance génétique n’est pas nécessairement fonction du temps de séparation. On a enfin contesté les mesures obtenues à partir des mutations de l’ADN mithochondrial, car celui-ci évoluerait différemment suivant les endroits.

83Finalement, on peut tirer une conclusion importante pour la linguistique historique, qui découle de la différence entre les deux arbres en cas de remplacement. On a vu que le remplacement des gènes est graduel et qu’il obéit à la loi du nombre. La mort d’une langue est plus rapide, elle prendrait en moyenne trois générations (75 ans). Si donc une langue est remplacée par une autre, des témoins génétiques peuvent le prouver si, et seulement si, le nombre de locuteurs des deux langues est quasi équivalent ou si le nombre de locuteurs de la langue remplacée est initialement supérieur à celui des locuteurs de la langue remplaçante.

84Quoi qu’il en soit, l’uniformité génétique est une preuve négative contre la convergence linguistique.

85Je ne terminerai pas cette partie consacrée aux principes de méthode sans souligner l’intérêt de la confrontation avec la tradition orale. Il reste que la profondeur temporelle de la linguistique est plus importante que celle de l’ethnohistoire. Les récits oraux peuvent être comparés aux données suggérées par les nœuds inférieurs des classifications linguistiques et aux reconstructions qui en émanent.

Notes

1 Wang considère par ailleurs que des processus contraires peuvent arrêter la propagation d’un changement.

2 L’analogie avec la dérive des espèces biologiques est évidente ; on connaît l’influence de Charles Darwin sur August Schleicher.

3 C’est la région de la plus grande diversité et/ou celle où sont attestés ses représentants sauvages qui est considérée comme le foyer d’origine d’une espèce biologique.

4 « Le rasoir d’Occam », du nom d’un philosophe du Moyen Âge, est un principe qui permet, entre plusieurs solutions, de choisir la plus simple. Une bonne hypothèse ne doit pas violer la maxime d’Occam ; c’est un principe général d’épistémologie.

5 Swadesh a d’abord proposé une liste de deux cents notions qu’il a ramenée ensuite à cent notions.

6 Ordres de grandeur du bantu et de l’indo-européen.

7 Ordres de grandeur pour le nostratique, macro-famille constituée par l’afro-asiatique, l’indoeuropéen, le dravidien, l’altaïque et l’ouralique (Chevorochkine 1990, Dolgoposky 1984) ; pour l’eurasiatique, constituée du nostratique moins le dravidien et l’afro-asiatique, de l’eskimo-aléoute et du chukchi-kamchatkan (Greenberg 2003).

8 Ordre de grandeur du proto-sapiens, langue restituée par Ruhlen (1994, 1997), sur la base de 27 racines, et parlée par les premiers Homo sapiens avant la sortie de l’Afrique.

9 Le taxon est l’unité de base du classement ; en biologie les organismes présentant les mêmes attributs occupent un rang déterminé dans la structure hiérarchique. Il y a par exemple les taxa de la famille, du genre, de l’espèce, etc. En linguistique, il y a également plusieurs rangs catégoriels qui définissent des langues ayant des caractéristiques communes. Mais, quel que soit le niveau considéré dans la classification, on peut utiliser le terme « famille ». Ainsi on peut parler de « famille romane » ou de « famille indo-européenne », bien qu’on ne se situe pas au même niveau catégoriel. Les expressions « groupe de langues », « macro-famille », « super-famille », etc. permettent, dans certains cas, de préciser la profondeur considérée.

10 Ces deux articles, choisis parmi des dizaines, résument assez bien les thèses de l’auteur.

11 Cette publication reprend les lignes de force d’un certain nombre de travaux publiés dès le début des années soixante.

12 Je citerai particulièrement le projet « Origine de l’Homme, du Langage et des Langues » (OHLL) du CNRS et « Origins of Man, Language and Languages » (OMLL) de la Fondation européenne pour la science (programme EUROCORES).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Représentation de la dérive linguistique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Figure 2. Centre de gravité de la famille indo-européenne d’après Mallory (1989 : 176).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 3. Schéma des nucleus selon divers archéologues (Mallory 1989).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search