Version classiqueVersion mobile

Contribution de la linguistique à l’histoire des peuples du Gabon

 | 
Patrick Mouguiama-Daouda

Introduction

Texte intégral

1Le mot « Gabon » vient du portugais « gabao », caban, la ressemblance de la couverture forestière de l’estuaire du Gabon avec cet habit que portaient souvent les marins portugais expliquant le transfert de sens. Quant aux Fang, s’ils ne parlent pas une langue bantu, c’est que ce sont des descendants des anciens Égyptiens. Les Myènè pour leur part viennent de la région des Grands Lacs, notamment du lac Tanganyika dont le sens en myènè serait « compter les vagues », de tanga « compter » et nyika « vagues » !

2De telles hypothèses sont encore soutenues au Gabon par des spécialistes de l’histoire du pays et enseignées à différents niveaux du cursus scolaire et universitaire. La parenté des langues négro-africaines et de l’égyptien ancien s’inscrit même dans une école internationale qui revendique son épistémè et son réseau sociologique, depuis les propositions initiales de Cheikh Anta Diop.

3Or la linguistique comparative et historique peut apporter des éléments de réponse puisque, en l’absence de l’écriture, l’origine des peuples est démontrée de manière indirecte par l’histoire de leurs langues. C’est un acquis d’une méthodologie éprouvée dans le domaine indo-européen, il y a près de deux siècles, et testée avec succès dans d’autres familles linguistiques.

4Curieusement, les linguistes africains ne se sont pas fait entendre dans un débat qui pourtant les concerne au premier chef. Leur attitude oscille entre l’indifférence et l’ignorance des véritables enjeux de leur discipline et de l’intérêt qu’elle présente pour la reconstruction des époques préhistoriques. Une raison essentielle à ce mutisme tient à leur formation, davantage orientée vers la description synchronique. A la suite de Ferdinand de Saussure et de Noam Chomsky, la linguistique historique a suscité moins de vocations. Et les rares linguistes initiés à la méthode comparative, experts dans la mise en évidence des lois phonétiques et des principes de reconstruction, ignorent ou se méfient de l’interprétation historique des données linguistiques.

5La situation chez les historiens stricto sensu, bien que différente, n’est guère meilleure. La plupart sont spécialisés en histoire « coloniale » ; ils manifestent une maîtrise incontestable en ce qui concerne les faits survenus lors des cinq derniers siècles et consignés par l’écriture. Certains, experts en histoire pré-coloniale, intègrent dans leur démarche les données de l’oralité. Si toute méthode a des limites, celles de la tradition orale consistent en la faiblesse de la profondeur temporelle qu’elle permet d’atteindre : environ 250 ans. Je n’ai nullement l’intention de discréditer la tradition orale ; elle est précieuse pour l’histoire pré-coloniale, à condition que la collecte des données et leur exégèse se fassent dans les règles de l’art (Vansina 1961). Malheureusement, les historiens s’aventurent dans des périodes hors de leur compétence en ignorant complètement les acquis de la linguistique comparée, comme aussi ceux de l’archéologie, une discipline qui fait d’énormes progrès et qui confirme souvent les hypothèses linguistiques.

6En fait, il y a un décalage entre l’état des connaissances telles qu’elles sont admises par la communauté scientifique internationale et les « croyances » des étudiants, voire de certains enseignants et/ou chercheurs. « Croyances naïves » dans la mesure où elles proviennent du milieu socioculturel des individus : l’origine égyptienne des Fang et l’origine tanzanienne des Myènè sont d’abord des faits de culture. « Croyances pseudoscientifiques » parce que des historiens de renom ont, à partir de ces « croyances naïves », construit des scénarios qui ne résistent pas à une remise en cause fondée.

7Le problème est celui de la contribution de la linguistique à l’enseignement de l’histoire. Il y avait donc urgence à faire une mise au point en apportant des éclaircissements pour le rétablissement de la vérité scientifique. La vérité ici n’est pas un dogme ; c’est un ensemble de résultats auxquels on parvient en respectant une méthode considérée par l’ensemble de la communauté comme pertinente. La vérité n’est donc pas immuable, une évolution dans les paradigmes pouvant conduire à remettre en cause ce que l’on tenait pour vrai.

8Cette mise au point implique une présentation de la situation pré-coloniale, telle qu’elle est restituée à partir des données linguistiques. Celles-ci sont corrélées aux données des disciplines connexes, notamment l’archéologie, l’anthropologie, la génétique des populations et l’étude de la tradition orale. Certaines hypothèses, évidentes pour les linguistes, ne le sont pas pour les spécialistes d’autres disciplines. J’essayerai systématiquement de les expliciter, d’en montrer le fondement épistémologique, de justifier leur application et de les mettre au besoin en parallèle avec des hypothèses semblables pour le domaine indo-européen.

9La première partie de l’ouvrage est consacrée à la présentation des principes généraux de la linguistique comparative. J’insiste surtout sur les progrès de la discipline lors des deux dernières décennies et sur les concepts qui ont un lien direct avec l’histoire. Il s’agit de clarifier une situation : certains historiens revendiquent l’application de la méthode comparative classique alors que les linguistes considèrent que leur démarche n’est guère pertinente.

10La deuxième partie présente l’application de la méthode comparative dans le domaine bantu. L’histoire ancienne des peuples du Gabon ne peut se comprendre si on ne la resitue pas dans ce contexte spécifique. Comment, par exemple, restituer correctement les trajets migratoires des peuples du Gabon si on n’intègre pas le fait que leurs ancêtres proto-bantu vivaient dans la vallée de la Bénoué ?

11Les acquis de près de deux siècles de recherche sont incontestables : une proto-langue reconstruite (plus de mille reconstructions lexicales et des reconstructions grammaticales), une chronologie, un nucleus et la proto-culture restitués. C’est pourquoi les recherches bantuistiques constituent une application très réussie de la méthode comparative, comme pour les familles indo-européenne et austronésienne

12La troisième partie traite spécifiquement de l’histoire des langues et des peuples du Gabon. La mise en œuvre des connaissances linguistiques actuelles permet de proposer des scénarios pour l’émergence des langues du Gabon, étayés par les données archéologiques, anthropologiques, ethnohistoriques et biologiques. Cette confrontation des différentes disciplines est appelée la Nouvelle Synthèse. Certes, l’interdisciplinarité en soi n’est pas nouvelle en sciences historiques, mais les progrès dans chacune des disciplines ont redéfini la façon de concevoir la confrontation des hypothèses. J’essaye néanmoins de ne pas perdre de vue que l’évolution des langues, tout comme celle des traits culturels et, éventuellement, celles des gènes, sont des phénomènes qui ne sont pas nécessairement liés.

13Enfin, cette observation in vivo de la situation gabonaise a aussi pour but de contribuer à la réflexion théorique sur la dynamique des langues, des cultures et des peuples.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search